Vous êtes sur la page 1sur 13

SOMMAIRE

INTRODUCTION

CHAPITRE I : PRÉSENTATION DE LA STRUCTURE

CHAPITRE II: EXAMEN PARASITOLOGIE DES SELLES

CHAPITRE III : CRITIQUES ET SUGGESTIONS

CONCLUSION

RÉFÉRÈNCES
LISTES D ´ABREVIATIONS ; SIGLES ET ACRONYMES

INTRODUCTION

Dans le souci d’une formation de qualité, l’Ecole des Sciences de la Santé de l’UCAC
á prévue pour ses étudiants une immersion professionnelle. Cette dernière a pour but de
joindre la théorie aux pratiques réelles du terrain aux travers des stages en milieu hospitalier.
Ce stage a été effectué au laboratoire du Dispensaire de GONDON Bafia pendant une période
allant du 12 Juin au 01 Juillet 2017 à l’unité de parasitologie. Il avait pour objectif la
réalisation et l’interprétation de tous les examens faits en parasitologie. La parasitologie en
biologie est une science qui étudie les parasites (animaux et végétaux) ainsi que les maladies
dont ils sont responsables chez l'homme, l'animal et la plante
(www.cnrtl.fr/definition/parasitologie). Il sera donc question pour nous de présenter la
structure d’accueil, de décrire de manière succinct la rechercher des kystes, amibes, œufs et
parasites dans un èchantillon de selle et en fin présenter quelques difficultés rencontrées avec
des propositions d’amélioration.
CHAPITRE I : PRÉSENTATION DE LA STRUCTURE

I.1- Historique

Le Dispensaire catholique de GONDON à Bafia voit le jour le 25 Avril 1970 par


l’arrêté n ̊30/A/CGSPP/DS du Directeur de la santé publique sous l’initiative de
MonseigneurANDRE LOUCHEUR en 1967, tout premier évêque du diocèse de Bafia.
L’idée de la création de ce centre lui vient du constat de la souffrance des populations de ce
diocèse face à la maladie. C’est ainsi qu’il adressa une lettre à la congrégation des sœurs
Ursulines en France afin que celles-ci viennent en aide aux malades de cette localité. A
l’origine, ce centre de santé était surtout pour les malades les plus démunis mais aussi pour la
formation des jeunes filles et la catéchèse dans les écoles car l’hôpital le plus proche était
celui de Bokito qui, du fait de la grande distance par rapport à Bafia, n’était pas facile d’accès
pour ces personnes démunies.

I.2- Situation géographique


Le Dispensaire Catholique de GONDON est situé à Bafia à un kilomètre environ du
centre-ville. Bafia quant à elle, est le chef-lieu du département du Mbam et Inoubou, dans la
région du centre au CAMEROUN. C’est une petite ville située entre Yaoundé et Bafoussam,
elle regroupe une population assez dense avec des ethnies très diversifiées. Ce dispensaire est
limité au Nord par le quartier Rénis, au Sud par le quartier Gondon à l’Est par le quartier
Tamboro et à l’Ouest par la Cathédrale Saint Sébastien de Bafia.
I.3- Philosophie et missions
Le DCG se fixe comme mission, de promouvoir la santé et le bien-être tant physique
que spirituel de chacun des patients qu’il reçoit au travers des soins qui y sont prodigués.
Cela est bien traduit par leur devise qui dit: « Puisse à nos soins se poser la divine main de
notre Seigneur, pour une guérison prompte et intégrale ».

II- PRÉSENTATION DE L’HOPITAL ET DU LABORATOIRE

Le dispensaire de GONDON est une structure comportant trois services a savoir: la


service des soins, la maternité, une petite chirurgie et en fin le service de laboratoire qui a fait
l’objet du stage. Le laboratoire du dispensaire est multidisciplinaire et comprend cinq unités
dont sérologie, hématologie, bactériologie, prélèvement et enfin celle de parasitologie ou ont
été effectuées plusieurs analyses.

ACTIVITÉS MENÉES

Au laboratoire il a été réalisé vingt test a la CRP, deux groupage sanguin du système
ABO/Rhésus, vingt-cinq WIDAL sur plaque, les test sur bandelette VIH, HBs, HCV et
syphilis, dix numération sanguine, dix prélèvements sanguin, trente goutte épaisses, sept
bandelette urinaire, deux ECBU, huit PCV et onze étalement des selle avec les coloration de
Gram, au Giemsa et au May Grunwald associées a certaine étalement,

En maternité nous avons servir d´aide accoucheuse en passant sages-femmes la pinces á


disséquer, la pince de cochet et les ciseaux lorsque nécessaire et effectue les soins du
nouveau-né,

Parmi toutes ces analyses qui ont été effectuées nous choisissons de vous présenter
l´examen parasitologie des selles ou coprologie qui reste le plus difficile de par le nombre de
parasite présent dans la selle,

CHAPITRE II: EXAMEN PARASITOLOGIE DES SELLES

1- Définition de la selle,
C´est un ensemble des résidus alimentaires digérés ou non mais non-assimilé, mélangés á
d´autre être vivant (bactéries, champignons, cellule épithéliale,,, ) plus ou moins ramollir par
de l´eau et rejette dans le milieu extérieure par l´anus. Elle peut encore être appelé copros ou
fèces, L´analyse de cette dernière se déroule en trois étapes que sont : le prélèvement,
l´examen macroscopique et l´examen microscopique.

2- Intérêt biologique

Recherche des kystes œuf amibe ou parasite dans un échantillon de selle,

3- Technique de prélèvement

Avant le prélèvement, le patient ne doit pas être sur laxatif car cela accélère le transit, il
doit éviter de consommer le kaolin par ce qu´il change la texture de la selle avec production
de excessive de la bile, il ne doit pas être sur un traitement déparasitaire ni être purger. Le
prélèvement a été fait dans un pot de nature en plastique pour maintenir une température
propre à sa survie, propre et sec, Il est préférable de prélever les premières selles effectuées a
partie de 7heure dans l´optique d´avoir plus de chance de rencontrer les éléments si présents
et cette selle ne doit pas être en contact avec de l´eau pour éviter une erreur au niveau de la
consistance ni d´urine car étant un acide pourra tuer les parasites si présent, Chez le
nourrisson, le prélèvement se fait directement sur la couche ou par écouvillonnage rectale. Au
maximum 1heure est requis pour l´analyse des selles du prélèvement jusqu´à l´observation
microscopique. Si examen différé, l´échantillon est mis dans une solution de formol dilué au
10ème ou peut être scellé après étalement sur lame,

4- PRINCIPE

Il repose sur la macroscopie (description) de la selle et sa microscopie semi quantitative


après étalement des selles sur une goutte d´eau physiologique et du lugol préalablement
déposer sur une lame porte objet puis recouvert des lamelles.

5- PROCÉDURE
a) Matériels, caractéristiques et rôles

Lame : A une forme rectangulaire de dimension 75cm de longueur, 25cm de largeur et


environ 1mm d´épaisseur, De nature en verre cassable, transparente avec des surfaces lisses
et des bords polis, C´est un porte objet,
Lamelle : A une forme carré de dimension 22mm de chaque coter, de nature plastique
cassable. Elle est utilisée pour recouvrir l´échantillon étalé.

Pot : De nature plastique, propre, sec de bonne contenance et capable de se fermer


hermétiquement. Peut-être de taille variable capable de contenir toute la selle entière d’un
patient.

Une tigette : C’est un outil qui sert á prélever une petite quantité de la selle apportée au
laboratoire. Elle peut être de nature plastique ou en bois.

Un bocal : De grosse contenance utilisé pour les objets souillés.

Microscope optique : Utilisé pour l’observation des micro-organismes invisibli á l’œil nu.

b) Réactifs, compositions et rôles

Eau physiologique : Préparée á partir de 9g de Na Cl pour 1000ml d’eau distillée. Elle permet
de maintenir les éléments présents dans l’échantillon dans un état proche du vivant.
Généralement utilisé pour les états frais et parfois comme conservateur.

Lugol : préparé á partir d’1g d’iode sublimée pour 2g d’iodure de potassium et 200ml d’eau
distillée. En parasitologie c’est un colorant qui permet de mieux apprécier les noyaux des
kystes et autres tandis que bactériologie il sert de mordançage.

Javel dilué : composer de HOCl et de l’eau

c) Étape technique
 Pour la confection de la lame

-Sur une surface plane carrelée et propre, une lame a été déposée puis étiquetée avec
l’identité du patient.

- Sur l’une des extrémités de la lame, déposer une goutte d’eau physiologique et sur l’autre
extrémité une goutte de lugol.

- A l’aide d’une tigette, une portion de selle est prélevée á un endroit dit intéressant (c’est-à-
dire la partie de la selle que nous jugeons anormale).
- Tapoter le prélèvement sur la goutte d’eau jusqu’à observation d’un aspect plus trouble
puis tapoter le dit prélèvement sur la goutte de lugol

- Jeter la tigette dans un bocal contenant la solution de décontamination.

- Recouvrir la préparation d’une lamelle. Pour cela, prenez la lamelle, la tenir a une angle de
450 en déposant á l’une des extrémités d’une goutte poser sur la lame, attendre jusqu’à
migration complète de l’échantillon tout au long de la lamelle, puis laisser délicatement la
lamelle pour qu’elle recouvre toute la préparation.

- Observer au microscope à l’objectif ×10 puis ×40.

 Pour l’observation au microscope.

Pour parcourir toute la préparation sous microscope, les étapes ci-après doivent être
respectées.

Poser la lame sur le microscope puis l’immobiliser avec le valet s’y trouvant.

Allumer le microscope, mettre sur observation à l’objectif ×10 en tournant le revolver,


baisser le condensateur et fermer complètement le diaphragme.

Monter la platine butée vers le haut puis en observant à travers les oculaires, baisser la platine
doucement avec la vise macro métrique jusqu’à l’observation d’une image.

Changer d’objectif en passant à celui ×40 à l’aide du revolver. Monter légèrement le


condensateur et ouvrir légèrement le diaphragme.

En observant à travers les oculaires, manipuler la vise macro métrique jusqu’à obtention
d’une image plus nette.

Débuter la lecture sur cette extrémité en parcourant horizontalement ou verticalement la


préparation. Si nous choisissons de lire horizontalement, la lame alors utilisée utilise la vise
de déplacement de la platine de la gauche vers la droite et vice versa.
Après le déplacement d’un champ (en touchant deux fois la vise de déplacement) nous
manions la vise macrométrique 3 fois pour observer tout le champ avant de passer à d’autre
champs. La lame est parcourue comme indiquée dans le dessin ci-après

Nom du patient
Lecture verticale Lecture horizontale

Après avoir parcouru toute la lame, noter dans un registre les éléments observés.

Éteindre le microscope, retirer la lame du microscope et la mettre dans un bocal contenant de


l’eau javellisée diluée au 1/10ème.

6- LECTURE DU RÉSULTAT

Présence ou pas des leucocytes, kystes, amibes ou parasite, levure, filament mycélien, les
blastocytis hominis, les cellules végétales et animales. Ces derniere sont facilement
identifiable au microscope lorsqu’on connait leurs caracteristique.

CARACTERISTIQUE DE CERTAINS ELEMENTS RENCONTRER DANS LA


SELLE :

Giardia. Lamblia : C’est un protozoaire flagellé qui parasite l’intestin . Au cours de


son cycle évolutif, G. lamblia peut être observé sous deux formes, à savoir une forme
végétative mobile (trophozoïte) localisée dans l’intestin grêle et responsable des
manifestations cliniques et une forme de résistance (kyste), infectieuse, responsable de la
transmission de l’affection. Les kystes ovales sont dotés d’une coque mince et font de 10 à
20 μm de long, de 7 à 10 μm de large et de 0,3 à 0,5 μm d’épaisseur. Les trophozoïtes, en
forme de poire ou de larme, mesurent quant à eux de 9 à 21 μm de long, de 5 à 15 μm de
large et de 1 à 2 μm d’épaisseur ; aérotolérants, ils utilisent le glucose comme substrat
énergétique et se multiplient par fission binaire longitudinale toutes les 9 à 12 heures. Les
trophozoïtes possèdent deux noyaux antérieurs et quatre paires de flagelles postérieures qui
assurent la mobilité du parasite et sa fixation à l’épithélium intestinal (www.phac-
aspc.gc.ca/lab-bio/res/psds-ftss/giardia-lamblia-fra.php). Au microscope, ces dimension sont
multipplièes par le chiffre l’objectif utiliser et celle de l’occulaire.

Blastocystis hominis est un parasite intestinal connu depuis longtemps. Il est cosmopolite
et vit au niveau du colon. Ce sont surtout les formes vacuolaires et multivacuolaires qui sont
présentes dans les selles,

7- EXPRESSION DU RESULTAT

En prenant un exemple on peut noter :

Macroscopie

Selle diarrhéique jaunâtre

Microscopie

Flore bactérienne dense et très mobile, présence des levures bourgeonnantes, de Giardia
lamblia, quelques leucocytes et cellules épithéliales. KOAP positif.

FORME VÉGÉTATIVE ET KYSTIQUE DUGIARDIA


8- INTERPRÉTATION DU RÉSULTAT

La consistance de la selle renvoie à la teneur en eau que contient celle-ci. Dans l’exemple,
nous constatons une selle diarrhéique en raison d’une quantité élevée d’eau. La présence des
kystes de Giardia Lamblia montre une mauvaise hygiène de vie du patient surtout au niveau
des eaux de besoin souillées et dans la moindre mesure d’aliment souillé. La quantité de
leucocytes peut aussi nous renseigner sur le degré d’infection parasitaire dans la selle.En
definitif la Giardiose est un syndrome de malabsorption. La positivitè au Blastocystis hominis
est fonction du taux retrouver dans la selle

9- VARIATION PHYSIOLOGIQUE ET PATHOLOGIQUE

Les personnes vivantes avec des maladies virales présenteront assez souvent des troubles
digestifs.

L’élévation de la temperature de l’organisme peut etre a l’origine de la mort de certain


parasite dans l’organisme etant donner qu’il ne support pas la chaleur.

10- ANALYSE DE L’EXISTANT

Dans le laboratoire, les patients venaient avec les selles dans des feuilles d’arbres. Bien
qu’on recevait ces qualités de selle, nous critiquons cela car ces feuilles sont source de
parasites ou de micro-organismes d’où les résultats faussés. Nous suggérons à la structure
(hôpital) de prévoir les pots de selles pour les patients.

11- CONTROLE QUALITÉ

Il peut se faire au niveau du lugol en vérifiant la date de péremption.

12- AUTRES TECHNIQUES POSSIBLES

Á la place du lugol utilisé pour l’état coloré, nous pouvons encore utiliser le Méthiolate Iodo
Formole (MIF).
CHAPITRE III : CRITIQUES ET SUGGESTIONS
Il est vrai que les examens effectués au laboratoire ont permis une prescription
médicale qui concours au bien être des patients mais, durant l’analyse des échantillons il a été
relever quelque faille avec des proposition fait pour une bonne amélioration et
fonctionnement du laboratoire. Elles seront dont présenter dans le tableau si dessous.

Problèmes Suggestions Personnes cibles


Le mauvais prélèvement de fournir des pots a l’hôpital et La responsable de l’hôpital et
la selle au laboratoire celui du laboratoire
Les patients ne sont pas Une sensibilisation des Les personnels et stagiaire du
toujours informés des personnelle sur les laboratoire
précautions a prendre lors du conditions de prélèvement
prélèvement
CONCLUSION

Au terme de se stage dont il était question pour nous de mettre en pratique certaines
connaissance théorique acquise et, de pouvoir réaliser tous les examens faits en parasitologie,
nous sortons satisfait et moin satisfait du fait que la réalisation de toute examen était mis a
notre disposition et que nous n’avons pas eu la chance de manipuler d’autre échantillon
biologique tel que la peau respectivement. Vue les risques qu’a un parasite au niveau du tube
digestif, il en ressort qu’une bonne hygiène de vie devra être menée quotidiennement dans
l’optique de diminuer les risque de trouble digestif. Au-dessus de tout, il a été constaté une
concrétisation des méthodes maitrisées dans l’abstrait ; ceci d’autant plus qu’on ne dira
jamais assez; « La théorie sans pratique est vide et la pratique sans théorie est aveugle »
paroles du philosophe GHANEEN KWAME NKRUMAH.
RÉFÉRÈNCES

 www.cnrtl.fr/definition/parasitologie
 www.phac-aspc.gc.ca/lab-bio/res/psds-ftss/giardia-lamblia-fra.php