Vous êtes sur la page 1sur 9

Exercice 1

Matériau Ductile Fragile Matériau E Rigide Souple Matériau fut fuc Traction + Compression -
Matériau Isotrope Anisotrope
Acier S 235 XX [kN/mm2] [N/mm2] [N/mm2]
Acier X Béton + XX Acier 210 XX Acier S235 360 360 XXX XXX
Béton X - X Béton C25/30 2.6 25 X XX
Béton C25/30 - 30 X
Bois + X
Bois X - X Bois 11 - 1 5 XX Bois 80 - 130 40 - 50 XX XX

Composite X Composite pultrudé GFRP 300 200 XXX XXX


Composite X Composite pultrudé GFRP 30 X

2. Efficacité des matériaux


Matériau Faible Grande Matériau T Plutôt Créant des ponts Matériau fu [N/mm2] [kN/m3 ] Llim [km]
dispersion dispersion [W/m·K] isolant thermiques Quelle hauteur limite Llim peut atteindre une colonne de section constante soumise
Acier S 235 360 78.5 5
A cier 60 XX uniquement à son poids propre? Le problème d’instabilité est négligé.
Acier X Béton C25/30 25 24 1
Béton 1.4 - 1.75 X Tous les matériaux.
Béton X Bois 40 - 50 3-7 7 - 13
Bois ~ 0.2 XX Contrainte normal en pied de colonne :
Bois X Composite pultrudé GFRP 200 15 - 20 10 - 13
Composite ~ 0.3 XX N A L
section barre L
Composite pultrudé X pultrudé GFRP A A
a
g avec g 10 m/s2 Allongement : u T L

Llim
a et T

Matériau fu Llim Léger Lourd Adapté à la fu


3. Déformations liées aux changements de température Longueur limite : fu Llim Llim

L=5m
[N/mm2] [kN/m3 ] [km] construction légère Matériau T [1/°C] u [mm]
T Acier S 235 10.10-6 1.0
Acier S 235 360 78.5 5 X ? Déterminer la variation de longueur d’une barre de longueur L= 5 m et de section axa
soumise à une variation de température de + T = +20°C. Béton 10.10-6 1.0
Béton C25/30 25 24 1 X
Comment varie l’allongement lorsque la section est doublée? Bois 3 - 6.10-6 0.3 - 0.6
Bois 40 - 50 3-7 7 - 13 X X

u
Tous les matériaux. Composite pultrudé GFRP 8 - 14.10-6 0.8 -1.4
Composite 200 15 - 20 10 - 13 X fu X
Llim
pultrudé GFRP

Cours 2
Comportement élastique linéaire d’une barre
Comportement élastique linéaire d’un matériau – loi de Hooke
Pièce de longueur L, de section constante A soumise à un effort normal constant N. Comportement élastique linéaire d’une structure
N [kN] [N/mm2]
position initiale F [kN] N A
position déformée
N N N N L
k E
A L L 1 1
F k N
u [mm]
N [%]
L’=L+u=(1+ )L
N u 1
u u [mm] Comportement de la structure linéaire Comportement du matériau linéaire

F N k u E (loi de Hooke)
N
Contrainte normale uniforme : (+ : traction, - : compression) N
A le déplacement est proportionnel à la force : F k u linéaire A
u E : module d’élasticité [N/mm2] ou [MPa] E avec u
Déformation : Relation linéaire : E lorsque la force F est enlevée, la structure reprend sa forme initiale élasticité
L L

2. Acier
Comportements plastiques des matériaux Nuances d’acier de construction (1) domaine élastique
Coefficient de dilatation thermique
[N/mm2] [N/mm2] [N/mm2]
T : déformation thermique [-] (2) palier d’écoulement

fu fy fy (3) domaine d’écrouissage


T : coefficient de dilatation thermique [1/°C]
charge (4) domaine de la striction
L + T L - T dépend du matériau 3 4
décharge 2
E
E u T : variations de températures due aux
1
1 u
1 [%] [%] [%] Déplacement thermique : conditions atmosphériques (par ex.)
pl pl u T L T 15 C; 30 C
pl : déformation résiduelle
élastique élasto-plastique plastique T T L
(idéalisé)

2. Acier
Loi de comportement – aciers d’armature et de précontrainte
2. Acier 3. Béton
mm
Influence de la température > diminution de la résistance Loi de comportement
> diminution de la rigidité
> dilatation thermique importante
> meilleure malléabilité ex : C25/30
Point de fusion : résistance en résistance en
1’400 °C (selon alliage) compression sur compression sur
cylindre cube

La désignation du béton dépend de la


résistance à la compression à 28 jours.

E = 210 N/mm2

Béton C25/30

Cours 3 4. Bois 5. Matériaux composites Loi de comportement du composite Comparaison des matériaux
Loi de comportement Loi de comportement des fibres verre aramide carbone Lois de comportement
G A C
fut [N/mm2 ] 3’000 - 3’500
fuc [N/mm2] 80% fut 20% fut fut
E [kN/mm2] 70 - 90 80 - 190 200 - 400

mais fuc fut

Comportement perpendiculaire aux fibres :


E = 3.5 kN/mm2 << E = 30 kN/mm
11-15
fu, = 10 N/mm2 << fu, = 300 N/mm
Traction parallèle aux fibres (bois, composite)
Traction et compression parallèle aux fibres Traction parallèle aux fibres Traction et compression parallèle aux fibres

Cours 4 3. Appuis Isostaticité des appuis Calcul réactions d’appuis - poutre console
Appui mobile, Appui fixe,
Encastrement Pour analyser les poutres il faut extérioriser les réactions d’appuis. MA Qy= 40 kN
appui à rouleau appui articulé,
articulation ou rotule M Qx= 30 kN
ou glissant r : nombre de blocages ou réactions d’appuis (inconnues) y
Ax A B
Rx e : nombre total d’équations d’équilibre + Ay
Rx x L = 3m r=e=3 isostatique
r = e : structure isostatique dans ses appuis
toutes les inconnues peuvent être calculées par les seules équations d’équilibre Fx = 0 : Ax - Qx = 0 Ax = Qx= 30 kN
R Fy = 0 : Ay - Qy = 0 Ay = Qy= 40 kN
y r > e : structure hyperstatique dans ses appuis
Ry
Ry 3 réactions d’appui Rx Ry et M il y a trop d’inconnues MA = 0 : - MA - Qy L = 0 MA = - Qy L = - 40 3 = - 120 kNm
2 réactions d’appui : Rx et R y Contrôle:
1 réaction d’appui : Ry r < e : structure mécanisme dans ses appuis ? MA tourne dans le
MB = 0 : - MA - A y L =0
il manque des blocages sens contraire
Calcul réactions d’appuis - poutre simple - (- 120) - 40 3 = 0 OK !

A
q = 10 kN/m
B
Cours 5 Isostaticité extérieure
Pour analyser les structures composées il faut isoler chaque fragment par des
Types de liaisons coupes.
Ax
y
Ay By Les liaisons sont de même type que les appuis et sont schématisés par des symboles l + r : nombre total d’inconnues extériorisées aux liaisons (l) et aux appuis (r)
+ L = 3m r=e=3 isostatique identiques :
e : nombre total d’équations d’équilibre pour tous les fragments
x

Fx = 0 : Ax = 0 kN rouleau bielle articulation encastrement l + r = e : structure isostatique dans ses liaisons et appuis ou extérieurement
L L 3 toutes les inconnues peuvent être calculées par les seules équations d’équilibre
M B = 0 : - Ay L + q L =0 Ay = q = 10 = 15 kN
2 2 2
Fy = 0 : Ay + By - q L = 0 By = q L- Ay = 10 3 - 15 = 15 kN By Cy l + r > e : structure hyperstatique extérieurement
Bx Bx MC Cx il y a trop d’inconnues
Cx
Contrôle: Ay
L ? MC
MA = 0 : -q L + By L=0 Ay By Cy l + r < e : structure mécanisme extérieurement
2 il manque des liaisons et/ou des appuis
32
- 10 + 15 3 = 0 OK ! 1 inconnue 2 inconnues 3 inconnues
2 Isostaticité extérieure = isostaticité dans les liaisons et appuis
Isostaticité extérieure
Cours 5 (suite) Extériorisation forces de liaison et réactions
5. Efforts intérieurs S

Isostaticité extérieure 2. Extériorisation des réactions d’appui F F d’appui : Convention de signe


A C B l=2 x N(+)
1. Schéma statique et actions extérieures r = 3+1 = 4 N (+) : en traction S
V(+)
Cx
a a a/2 a/2 l + r = 2+4 = 6 = e = 2x3 : isostatique ext. +90°
B Ax +90°
Cy x V(+)
Ay Calcul réactions d’appui et forces de liaison : V (+) : déduit de N (+) par une rotation N(+)
y de +90°dans le sens trigonométrique
C
r=4 e=3
+ Cy Fragment CB :
A
Cx F
impossible à résoudre a priori C B MC = 0 : - F a/2 + By a = 0 By = F/2 M M SA SB
x
Fx = 0 : Cx = 0
3. Coupe, dislocation et extériorisation des forces de liaisons SA SB
By Fy = 0 : - Cy - F + By = 0 Cy = -F/2 M (+) : traction des fibres M M
By + -
B Bx B l = 2 et r = 4; l + r = 2 + 4 = 6 inférieures et compression des
F
Bx Ax A MA C Cx Fragment AC :
fibres supérieures fibre tendue
By 2 poutres avec 3 équations d’équilibre : fibre comprimée
CC Fx = 0 : Ax = 0 M M
x e = 2x3 = 6 Cy
A
Ax Fy = 0 : Ay - F + Cy = 0 Ay = 3F/2 Sens de courbure sens de M
Cy calcul des réactions d’appui et Ay
Ay des forces de liaisons possible MA = 0 : MA- F a + Cy 2a = 0 MA = 2F a
M fibre comprimée M
fibre tendue
Règles des diagrammes NVM

Construction et calcul pratique des diagrammes


Règles des diagrammes NVM Fy = V A – Q + VB = 0
Charge concentrée : saut
VB = - VA + Q q = uniforme
Pour un tronçon de poutre droite avec une charge répartie transversale : Q
Q : singularité Charge q=0
VA VB
q=0 q 0 A
l y B Ay By
l1 l2
V = constant V C1 x
Q
V : saut + cassure uniforme

NVM
M = linéaire Q
M C1 x C2 (discontinuité) - R2
V +
-
q q
R1
e V=0
q = constant constant dro
it

M : cassure
V = linéaire V q x C1 (changement de
M
M = R2 l2
+
pente)
q x2 + ite

pa
M = parabolique M C x C dro

ra
2 1 2 Cas : réactions d’appui, le saut de V est égal à la réaction d’appui, et aux noeuds.

bo
le
Mmax pas de cassure
Diagrammes NVM - poutre console sous une charge concentrée Diagrammes NVM - poutre simple sous une charge répartie
Q Ax A B
q=0 V = constant C q = constante V = linéaire Cours 6
M = linéaire y M = parabolique
A B Ay By
N = constant
Déformée
N = constant +x L
L Forme incurvée que prend l’axe de la poutre.
VA MB Sections situées près des appuis A et B : 90° 90°
MA Ax La déformée permet de construire l’allure du
VA Q Sections situées près des points A et B : NA NB qL
Ax =0 MB qL MA qL NA = - Ax= 0 VA Ay MA = 0 diagramme des moments M .
NA Ay qL VB By
NB NA Ax 0 VA Ay Q MA QL 2
MA B 2 2 qL
Ay =Q 2 NB = 0 VB By MB = 0 Règles de la déformée :
VB VC
A 2
NB = 0 VB Q MB = 0 qL C NC
Ay MC les angles entre poutres sont conservés
2 L/2 Section à gauche de C :
N 0 aux nœuds rigides
NC = 0 - -
axe de la poutre N=0 les blocages d’appui sont respectés +
qL
+ VC = 0 au milieu de AB M max

-
-
Q V qL 2
V - - la portée ne varie pas
2 qL L L
QL M MC MC Ay 0 si la déformée présente un point d’inflexion
2 4 2
+ qL2 M y est nul
M - qL2 MC Mmax
Mmax
8 8

Déformée et diagrammes NVM 6. Flèches Calcul flèches cas types


q q q L’inertie Q Q
h 1 Q L3
bh3 1 w1 2 w2 0.25 w1
Inertie d’une section rectangulaire : =
12 A 48 E
b
di
L
i
M qL2 - qL2 Inertie d’une section quelconque : = i + Ai di2)
- -
8 i Q Q
qL2 + + 8
+ 3 4
8 M M w3 0.45 w1 w4 16 w1
M Poutre avec porte-à-faux,
1/2 L 1L 1/2 L 1/2 de la portée centrale
1M
V V=0 qL V=0 qL V=0 2qL 1 q 2 q
+ 2 + + 5 q L4
qL - qL - 2 3qL - 5 w1 w2 0.20 w1
2 2 5 384 E
Poutre avec porte-à-faux, L
Comparaison d’une poutre simple et d’une poutre continue 1/3 L 1L 1/3 L
1/3 de la portée centrale

10 10 10 10 ~1/2 M
3 q 4 q
10 10 10 10 ~1/2 M
w3 0.40 w1 w4 10 w1
Influence de la continuité
10 10 10
5 10 5 4 12 4 10 10 10
10 10 10 10 10 10
ql 2 Cours 7 3. Sécurité structurale g
ql 2 4 11 11 4 G
8 10 10 10 10 Nd , Vd , Md
8 La vérification de la sécurité structurale tient compte de : Q q
10 10
10 10
10
facteurs de charge G et Q amplifient les actions g et q (ou Q), selon le type,
10 l’importance relative ou le risque.
5 5 4 7 1
10 10 10 10 10 4 7 11 2 1
2 ( G = 1.35 pour poids propre et ch. permanentes, Q = 1.5 pour ch. utiles et de trafic)
10 10 10 10
R
QL QL
facteurs de résistance
Rd NRd , VRd , MRd
4 M, selon le matériau.
4 10
M

2 poutres simples : Poutre continue sur 2 travées :


10 ( M = 1.05 pour construction métallique, 1.15 pour acier d’armature, 1.5 pour matériaux
composites, 1.5/1.7 pour bois)
les charges sollicitent chaque les charges sollicitent l’ensemble de 1 6 6 1
10 10 10 10
poutre indépendamment la poutre Lors de la vérification de l’aptitude au service les facteurs de charge à considérer sont
G = 1.0 et Q 1.0.
Acier Bois
Matériaux composites
Vérification : Md MRd Vérification : Md MRd
Vérification : Md MRd fm - fu -
h M M
h
Moment résistant de calcul : MRd W fmd + fm Moment résistant de calcul : MRd W fud
Moment résistant de calcul : MRd W fyd b
+ fu
2
I b h I
I W : module élastique, W pour une section rectangulaire W : module élastique, W (valeur dans catalogues des produits)
avec W (valeur dans tables de la construction h2 6 h2
h2 métallique) fm fu
fmd : valeur de calcul de la résistance en flexion, fmd w
fud : valeur de calcul de la résistance en flexion, fud
fy
fyd et M = 1.05 M M
M
min
fm : résistance en flexion fu : résistance en flexion
max

bh3 M : facteur de résistance, M = 1.7 bois ronds ou massifs et analogues M : facteur de résistance, M = 1.5
Inertie : = d’une section rectangulaire
12 1.5 pour les BLC, stratifiés ou contreplaqué En cas de déversement : renforcer profil hors plan ou disposer appuis latéraux

Béton armé et précontraint w : tient compte de l’humidité w du bois (= 0.6 - 1.0)

uc 3.5 ‰ fuc Fuc


M - - Cours 8 4. Aptitude au service
h d z 0.9 d
+ + g qk
w0
As y fy Fy w1
déformation contrainte forces wtot w2
intérieures Type de structure Flèche limite w2,lim
Vérification : Md MRd Flèche due aux
Contreflèche Flèche due aux Bâtiment L/350
actions permanentes Ouvrages pour piétons et cyclistes L/600
Moment résistant de calcul : MRd As fyd z As fyd 0.9 d actions variables
Ponts routiers L/500
As : section d’armature Vérifier l’aptitude au service consiste en comparer : wtot = w1 + w2 + w0 Ponts ferroviaires L/800
fy
fyd : valeur de calcul de la limite d’élasticité de l’acier d’armature, fyd flèche à court terme dues aux actions variables flèche limite
M
Bâtiment L est la portée (poutre simple ou continue) ou le double de la portée (console)
fy : limite d’élasticité de l’acier d’armature w 2,t0 w 2,lim L/350

M : facteur de résistance, M = 1.15 w w


flèche à long terme dues aux actions permanentes flèche limite l’ L = l’ l’ L = 2 l’
d : hauteur statique, d h 50 mm
w1,t w0
L
300
Flèche à long terme
w0 : contre-flèche Béton armé et précontraint – Précontrainte centrée Ac : section de béton Béton armé et précontraint – Précontrainte parabolique
w1 w0 Ac Force de précontrainte : P 0.7fy AP q up q-up
w1 : flèche due aux P P P P P P
w2 wtot actions permanentes AP fy : limite élastique de
l’acier de précontrainte
w2 : flèche due aux L L L
poutres en acier (l’acier ne flue pas) : w1,t w1,to actions variables AP : section de précontrainte
8f wP
mi-travée
P P Force de déviation : uP P
poutres en matériaux composites (les composites ne fluent pas lorsqu’ils sont L2 wtot
uP wq
sollicités dans la direction des fibres) : w1,t w1,to f
Force de précontrainte : P 0.7fy AP - N=-P - N=-P
poutres en bois : AP N=0
: coefficient de fluage (= 0.6 – 2),
w1,t (1 ) w1,to P P AP : section de précontrainte - uP L2 +
M
fonction des variations d’hygroscopie du bois uP 8
2 3 w1,to f + (q uP )L2
fy : limite élastique de qL2 Mtot
M 8
l’acier de précontrainte 8
poutres en béton armé : fonction du : L
(M ) N,M N , M tot
w1,t 4 5 w1,to - niveau de fissuration, dépend de As M+ - M- Mtot
- fluage ( : coefficient de fluage) - -
Béton armé et précontraint – Assemblages de poutre et colonne
5. Assemblages Colonne très sollicitée + N=-P N=-P
Colonne non ou peu sollicitée
Béton armé et précontraint – Assemblages de poutre et colonne (Poutre continue)
Assemblage articulé Assemblage rigide
Cours 9
(Poutre simple) (Poutre encastrée)
N
Une barre sollicitée en compression va
souvent se rompre avant d’avoir atteint la
résistance du matériau. y y
M(y) M( y)

N
d’ancrage

Npl
longueur

N
2 Ncr N pl Ncr Ceci engendre un moment de flexion :

M N y
et N pl A fy
joint de y Le moment de flexion entraîne une déformation
supplémentaire y qui provoque un moment de
bétonnage flexion supplémentaire M et ainsi de suite.
1
Phénomène du flambage y M N y y M y ' ...

Contrainte de flambage : K K fy
K : coefficient de flambage
Flambage – charge critique Charge critique de flambage élastique (Euler, 1774) : Flambage – longueur de flambage
Lk Flambage – élancement K
Ncr Ncr Ncr Ncr fy : limite élastique
2
Ncr E 400% 200% 100% 25% La contrainte critique de flambage élastique vaut :
Ncr
L2K 2 2 2
x Ncr E E E
cr
x E : module d’élasticité du matériau LK A L2K A A 2
y ~ sin L2K K
L L LK LK (Hyperbole d’Euler)
: inertie de la section par rapport à l’axe cr
Lk = L perpendiculaire au plan de déformation A : aire de la section
LK : longueur de flambage LK
: inertie de la section
A K
Ncr Ncr Ncr Ncr K : élancement, K LK
Ncr ~ E (rigidité à la flexion)
Ncr LK 0.5L LK 0.7L LK L
1 K Sensibilité au flambage
~ une barre de longueur double flambe L’élancement, paramètre
L2K sous une charge 4 fois plus faible géométrique, 0 - 20 aucune
La déformée (le mode) La longueur de flambage LK correspond à la longueur est un bon indicateur du danger 20 - 50 faible à moyenne
de flambage est une d’une onde sinusoïdale comprise entre deux points de flambage : 50 - 80 forte
courbe sinusoïdale. Ncr est indépendant de la résistance du matériau. LK 2L 80 - 200 très forte
d’inflexion successifs du mode de flambement.

La méthode de vérification est similaire pour les colonnes en acier, béton, bois et composites.
Exercie 2 b)
Vérifier : Nd NRd Q =30 kN
1. Calculer les réactions d’appui de la poutre soumise aux forces indiquées. y A B
Valeur de calcul de l’effort normal de compression : Nd G N (g ) Q N (q ) a) MA + Ax
y q = 10 kN/m x Ay By
Résistance à l’effort normal de compression de calcul : NRd K A fyd L/2 L/2
+ Ax A B
r=e=3 isostatique
K : coefficient de flambage, K f( K) L=6m r=e=3 isostatique
x Ay
K L=3m
A : aire de la section 1.0 Fx = 0 : Ax = 0 Ax = 0
Fx = 0 : Ax = 0 kN
fyd : valeur de calcul de la limite d’élasticité L Q 30
Fy = 0 : Ay - q L = 0 Ay = q L = 10 3 = 30 kN MB = 0 : - A y L + Q =0 Ay = = = 15 kN
fy 0.5 L L2 32 2 2 2
fyd MA = 0 : - M A - q L =0 MA = - q = - 10 = - 45 kNm
2 2 2 Fy = 0 : Ay + By - Q = 0 By = Q - Ay = 30 - 15 = 15 kN
M

MA tourne dans le Contrôle:


fy : limite d’élasticité 0 Contrôle:
0 20 100 200 ? sens contraire
L ?
- M A - Ay L + q L L = 0
K
MB = 0 : MA = 0 : -Q + By L = 0
M : facteur de résistance, M = 1.05 2 2
32
- (- 45) - 30 3 + 10 =0 OK ! - 30 3 + 15 3 = 0 OK !
2 b)
Q1=60 kN
A B d) q=50 kN/m Ax A C Q B
c) Q2 =20 kN y A B q=0 V = constant
Ax Ax y
M = linéaire
Ay By
y Ay By + Ay By +x L/2 L/2 N = constant
a=6m b=3m x a = 1m b = 3m a = 1m
+ A VA MB B
L L Ax
x r=e=3 isostatique r=e=3 isostatique N NB Sections situées près des appuis A et B :
Q MA A VB Q Q
Fx = 0 : Ax - Q2= 0 Ax = Q2 = 20 kN Fx = 0 : Ax = 0 Ax = 0 Ay
2
By
2
NA = - Ax= 0 VA Ay MA = 0
VC 2
2 2 Ax A C Q
MB = 0 : Ay a - Q1 b = 0 Ay = Q1 b = 60 3 = 30 kN M B = 0 : Ay b - q a a = 0 Ay = q a = 50 1 = 8.3 kN NC NB = 0 VB By
2
MB = 0
Ay MC
a 6 2 2 b 2 3 L/2

Fy = 0 : - Ay + By - Q1 = 0 By = Q1 + Ay = 30 + 60 = 90 kN Fy = 0 : - Ay + By - q a = 0 By = q a + Ay = 50 1 + 8 = 58.3 kN Section à gauche de la force Q :


0
N
Contrôle: Contrôle: ?
NC 0
? Q Q
a Q + VC
MA = 0 : By a - Q1 (a + b) = 0 MA = 0 : By b - q a (b + ) = 0 V - 2 2
2 2 L
M M MC Ay 0
1 2
58.3 3 - 50 1 (3 + ) = 0 OK ! +
90 6 - 60 (6 + 3) = 0 OK ! QL
MC MQ
QL
2 4 4
a) Q b)
q
A C B D a)
A C B D Q1=60 kN
a=2m a a a=2m a a A B
Q2 =20 kN
Ax
Ay By
déformée déformée a/2 a = 6m a/2
L
a
MB Qa qa 2 MB Q1
MB 2
- - 2 -
M M=0 M=0 M
M
+ + calcul similaire
MA MB Qa MB Q qa 2 à celui de 5 a)
MA MB MB
NB 2 q Ay +
Q V
VB B D Ay Q ( ) NB
Ay
1
qa ( ) By
Ay + VB B D - -Q1
V By Ay 2
Fy = - VB - Q = 0 V +
- By 2Q ( ) Fy = - VB - qa = 0 3
VB = - Q
- By By qa ( ) N
-Q 2 -
- qa VB = - qa -Q2

a/3 2a/3 1. Charge maximale sur une console selon la disposition du profilé. 2. Charge maximale sur une console selon la disposition de la section.
b)
Q1=60 kN Valeur de calcul du moment de flexion : Md Qd L QL
Q2 =20 kN B
Q Valeur de calcul de la charge : Qd Q Q Q
A Q
Ax 2
Ay Q1 L = 1.5 m Vérification de la sécurité structurale à la flexion :
Ay By Valeur de calcul du moment de flexion : Md Qd L L = 1.5 m
3 f
a/2 a = 6m a/2 QL Md MRd W fmd W w m
1 - QL
L By Q1 - M

3 Vérification de la sécurité structurale à la flexion :


a) b) f W fm
M Md MRd W fyd W y Charge maximale : Qmax w

M L M Q
+ a 2a
M Ay Q1 W fy Q est proportionnelle à W
3 9 Charge maximale : Q a) b)
M Q L 2a a
+ By Modules élastiques :
V acier S 355 : fy=355 N/mm2 a) Q 194 103 355 2a
Q1 29.2 103 N 29.2 kN a b h2 a 2a
2
2 3
Ay - M=1.05
1.05 1.5 1500 a) W a
28.5 10 355 3 6 6 3
b) Q 4.3 103 N 4.3 kN
1.05 1.5 1500 b h2 2a a 2 1 3
IPE 200 : Wy 194 103 mm 3 b) W a
N 6 6 3
-Q2 - Wz 28.5 103 mm 3 La position (a) est plus favorable.
La charge Q reprise selon a) est deux fois supérieure à celle reprise selon b)
3. Déformée, diagramme des moments de flexion puis position des aciers d’armature. 4. Dimensionner la poutre d’un bâtiment. a) Variante acier
q q q

h=400 mm

47.6 106 mm 4
Vérification de la sécurité structurale à la flexion :
HEA d

2a
fy
Md MRd W fyd W
M
M b=200 mm
a Md Md 126 106
Acier S 235 : Bois BLC GL24h : Béton C25/30 : W 563 103 mm 3

Vérification de l’aptitude au service

300 5 5 (8 103 )3

54.1 106 mm 4 )
- - fyd fy M 235 1.05
- - fm= 24 N/mm2 E= 30 kN/mm2

384 210 103


fy= 235 N/mm2

(du aux actions permanentes) :


+ +
M= 1.05
E = 11 kN/mm2 Acier d’armature B500B : HEA 240 ( W 675 103 mm 3 )
protégé des intempéries : w= 1 fy= 500 N/mm2 ; M= 1.15
M= 1.5 Vérification l’aptitude au service à court terme
armature position des armatures à

300
(du aux actions variables) :

L
50 mm de la fibre inférieure

HEA 220 (
g, q 5 q L4 L

5 g L4

3
300 5 g L
Valeur de calcul de la charge : w 2,to w 2,lim

384 E
à long terme

384 E
w 384 E 350
L=8m qd G g Q q 1.35 5 1.5 6 15.75 kN / m 3
350 5 q L 350 5 6 (8 103 )3
b) Variante bois 66.7 106 mm 4
384 E 384 210 103

w1,t
+ qd L2 Valeur de calcul du moment de flexion :
Vérification de la sécurité structurale à la flexion : Md 77.6 106 mm 4 )
8 qd L2 15.75 82 HEA 240 (
f Md 126 kNm
Md MRd W fmd W w m 8 8
M
c) Variante béton armé

h=400 mm
Vérification l’aptitude au service à long terme :
Md Md 126 106
W 7875 103 mm 3 5 g L4 L d
fmd fm 1 24 1.5 w1,t (1 ) w1,t0 3 b h3 2 4 Vérification de la sécurité structurale à la flexion :
w M
384 E 300 et a

27 mm
12 3 50
b h 2
a (2a ) 2
2 3 Md MRd As fyd 0.9 d
W a a 228 mm b=200 mm Vérification de l’aptitude au service à long terme :
6 6 3 300 3 5 g L3 300 3 5 5 (8 103 )3 Md Md 126 106
2727 10 6 mm 4 As 920 mm 2
5 g L4

8000
384 E 384 11 103 fyd 0.9 d fy M 0.9 d
500 1.15 0.9 (400 50) L

300
3 3
230 x 460 mm ( W 8111 10 mm ) w1,t 5 w1,t0 5
384 E 300
6 4
3 20 ( As= 942 mm2 )
Vérification l’aptitude au service à court terme : 230 x 460 mm INSUFFISANT ( 1866 10 mm )

300
avec 1067 106 mm 4

L
5 q L4 L b h3 2 4 Vérification l’aptitude au service à court terme :
w 2,t 0 w 2,lim et a 260 x 520 mm OK ( 3047 106 mm 4 ) 5 g L4 5 5 (8 103 )4
384 E 350 12 3 5 q L4 L w1,t 5 5 42 mm
w 2,to w 2,lim 384 E 384 30 103 1067 10 6
350 5 q L3 350 5 6 (8 103 )3 384 E 350
1273 10 6 mm 4 L’aptitude au service à long terme est déterminante. 3 3
L’aptitude au service à long terme n’est pas vérifiée.
384 E 384 11 103 b h 200 400
avec 1067 106 mm 4
12 12
230 x 460 mm OK ( 1866 106 mm 4 ) 5 q L4 5 6 (8 103 )4 L 8000
w 2,to 10.0 mm 23 mm
384 E 384 30 103 1067 10 6 350 350
L’aptitude au service à long terme n’est pas vérifiée. Plusieurs alternatives sont
possibles afin de réduire les flèches à long terme :
L 1. Mode et longueur de flambage
réaliser une contreflèche de manière à ce que : w1,t w0 w0 15 20 mm
300 N N N N N N traverse traverse
N très rigide N N peu rigide N N N
augmenter les dimensions de la section, de préférence la hauteur puisqu’elle
LK
intervient en puissance 3 dans le calcul de l’inertie.
L
L
par exemple une section : 200 x 470 mm
LK LK
b h3 200 4703
1730 106 mm 4 LK LK = L 2L LK LK = L LK = 2L L LK 2L
12 12
5 g L4 5 5 (8 103 )4 N N N N N N
w1,t 5 5 26 mm
384 E 384 30 103 1730 10 6
L 8000 LK 3. Mode de flambage, élancement et charge critique
27 mm L A
300 300 Élancement : LK
N K

LK 5380
précontraindre la poutre afin de réduire le nombre et l’ouverture des fissures. HEA 200 selon axe fort : K ,y 8000
36.9 106
97
Un tracé de câble parabolique permettrait de réduire les moments de flexion et LK = 2L LK = 0.7L 0.7L LK L

L=8m
5380
donc la traction dans le béton. HEA 200 selon axe faible : K ,z 8000 160 déterminant
13.4 106
2
E
4. Vérification de la sécurité structurale des montants de cadre au flambage Charge critique de flambage élastique (Euler) : Ncr
LK = L L2K
Section A yx 106 zx 106 K,y K,z Ncr Npl Ncr/Npl 2
210 13.4 106
Flambage selon l’axe fort HEA 200 selon axe faible : Ncr 434 kN
y [mm2] [mm4] [mm4] [-] [-] [kN] [kN] [%] 80002
A 4530 HEA 200 5380 36.9 13.4 97 160 434 1264 34
- Élancement : LK ,y 6000 81 Effort normal plastique de la section : N pl A fy
K ,y
25.1 106 RHS 200.200.6.3 4860 30.33 101 982 1142 86
y
ROR 193.7.10 5770 24.42 123 791 1356 58 HEA 200 : N pl 5380 235 1264 103 N 1264 kN
LK,y = 6000 mm 3

A = 4530 mm2
fy - Résistance à l’effort normal de compression de calcul :
NRd A fyd A
y = 25.1.106 mm4 K K
Flambage selon l’axe faible fy
M z NRd ,z K , z A fyd K ,z A
et K ,z 0.94
M
Les filières constituent des appuis intermédiaires fixes, 235
- Résistance à l’effort normal de compression de calcul : ce qui n’est le cas que si elles sont fixées à un 0.94 4530 953 kN K
1.05 K

fy contreventement. 1.0
NRd , y K , y A fyd K ,y A
et K ,y 0.72 0.94
- Vérification à l’effort normal de compression :
M

235 A 4530 Nd 640 kN N Rd , z 953 kN


0.72

0.72 4530 730 kN


Système statique - Élancement : K ,z LK ,z 1500 33
9.25 106
0.5
1.05 LK,z = 1500 mm z
N N

- Vérification à l’effort normal de compression : A = 4530 mm2 0


l=6m

00 20 100 200 K
0 2033 81 100 200 K

Nd 640 kN NRd , y 730 kN z = 9.25.106 mm4

a) Variante acier (S 235) b) Variante bois (BLC GL24h constitué de résineux)


Étude 1 . Poutres Valeur de calcul de la charge Vérification de la sécurité structurale à la flexion : Vérification de la sécurité structurale à la flexion :
1. Dimensionnement
qd ( G g Q q) H Md MRd W fyd Md MRd W fmd
Système statique
- toiture : qd (1.35 6.5 1.5 1) 6 62 kN/m Md Md 405 106 Md Md 405 106 b h2
W 1810 103 mm 3 HEA 360 (W 1890 103 mm 3 ) W 25313 103 mm 3 et W
g, q fyd fy M 235 1.05 fmd w fm M 1 24 1.5 6
- étage : qd (1.35 5.5 1.5 5) 6 90 kN/m Vérification de l’aptitude au service à court terme (du aux actions variables) :
300 x 720 mm (W 25920 103 mm 3)
L=e=6m
Les poutres de l’étage sont plus sollicitées que charge de service : q ' q H 5 6 30 kN / m Vérification de l’aptitude au service à court terme :
poutre simple celles en toiture. 5 q ' L4 L
w 2,to w 2,lim 5 q ' L4 L
Valeur de calcul du moment de flexion 384 E 350 w 2,to w lim avec q' 30 kN / m
Diagramme des M 384 E 350
qd L2 90 62
Md 405 kNm 350 5 q ' L3 350 5 30 (6 103 )3
8 8 141 106 mm 4 350 5 q ' L3 350 5 30 (6 103 )3 b h3
+ qd L2 384 E 384 210 103 2685 106 mm 4 et
Md 384 E 384 11 103 12
8 HEA 300 ( 182.6 106 mm 4)
c) Variante béton armé 300 x 480 mm ( 2764.8 106 mm 4 )
Vérification de la sécurité structurale à la flexion : 2. Questions complémentaires.
Md MRd As fyd 0.9 d Récapitulatif a) Comment réduire les dimensions des sections des poutres ?
Md Md HEA 360 S 235 BLC GL24h C25/30
As réduire la portée de la poutre : rapprocher les treillis (non envisageable en pratique)
fyd 0.9 d fy M 0.9 d
600

remplacer les poutres simples par des poutres continues sur au minimum 4 appuis
d

350

405 106
1882 mm 2
720

600

500 1.15 0.9 (600 50) changer la qualité du matériau :


As
300 300 - acier : utiliser un acier S 355 au lieu de l’acier S 235
3 30 (As= 2120 mm2) ou 3 30 ou
4 26 (As= 2120 mm2) 300 300 4 26 - bois lamellé collé : utiliser un bois de meilleur qualité (résistance et module d’élasticité)
- béton armé : utiliser un béton de meilleur qualité (module d’élasticité) ou précontraindre
Vérification de l’aptitude au service à court terme : acier : S 235 : fy = 235 N/mm2, E = 210 kN/mm2
b) Comment estimer les flèches à long terme ?
5 q ' L4 b h3 300 6003
w 2,to avec q' 30 kN / m et 5400 106 mm 4 bois lamellé collé BLC constitué de résineux :
384 E 12 12 acier : w1,t w1,to béton armé : w1,t 4 5 w1,to
BLC GL24h : fm = 24 N/mm2, E = 11 kN/mm2
5 q ' L4 5 3 0 ( 6 1 0 3 )4 L 6 0 00
w 2,to 3 mm w lim 17 mm
384 E 384 30 103 5400 10 6 350 350 bois : w1,t 2 3 w1,to avec w : flèche instantanée due aux actions permanentes
béton armé : béton C25/30 : E = 30 kN/mm2
300 x 600 mm OK acier d’armature B500B : fy = 500 N/mm2
Cours 1
2. Analyse structurale Système statique
Cadres – sollicitations horizontales
q
Cadres – sollicitations verticales F F F
q q q

H
H Déformée
L
L Déformée
Déformée
1M

1H/3 2H/3
Moments 1/2M
3/4M
1/4M

1/4M
1M 3/4M 1/2M

qL2 Moments
qL2
Moments Rx H 8 8 Forme
qL2

1H/3 2H/3
8

Rx
Cadres – influence des porte-à-faux Poutres Vierendeel – sollicitations verticales
Cadres – influence de la rigidité relative de la traverse et des montants q q
déformée
q
H H
traverse
très rigide qL2
+ M M
8 l L l l L l
forme Déformée
q

1H/3 2H/3
H équilibre du noeud V
q
M3 A M1
L traverse 2 2 2 2
qL ql qL ql
peu rigide Moments
M - -
qL2 8 2 M2 8 2
+ 8 A

1H/3 2H/3
M MA=-M1-M2+M3=0 N -
M 2 M
M3=M1+M2 y
+
forme
Poutres Vierendeel – sollicitations horizontales
Systèmes statiques, moments et armatures
déformée
Cours 2 4. Cadres en bois q q
Portique à trois articulations

q 2H/3
H
f
M 1H/3
H
Ax Bx L

Ay By y Moments M
L +
2H/3
V x
H : hauteur poteaux
Moment déterminant au niveau 1H/3
f : flèche arbalétriers de l’angle de cadre :
qL
Réactions d’appui : Ay By qL2 H
2 M
- 8 (H f )
N qL2
Ax Bx 2H/3
8 (H f)
+ 1H/3
Assemblages – pied de montant
Cours 3 Les treillis plans sont chargés dans leur plan et les dispositions
constructives doivent empêcher tout déplacement hors plan. joint de
bétonnage fondation en fondation en
2H/3
Poutre en treillis Disposition des diagonales et des montants
Triangulation simple béton armé béton armé
1H/3
en V

en N Pied de montant articulé Pied de montant encastré


L’isostacité globale du treillis (b+r=2n dans le plan) comprend : Inconnues : r réactions d’appui
b efforts normaux dans les barres
Fermes
en K
l’isostaticité extérieure : nombre de blocages = nombre possible de déplacements Équations d’équilibre : 2n dans le plan avec n nœuds (3n dans l’espace)
Q = nombre d’équations d’équilibre b + r = 2n : treillis isostatique
en losange r = 3 dans le plan toutes les inconnues peuvent être calculées par les seules équations d’équilibre

r = 6 dans l’espace b + r > 2n : treillis hyperstatique


Triangulation double R3
il y a trop d’inconnues
croix de R 1 , R2 , R 3 Fx = 0 , Fy = 0 , M= 0
R1 R2 b + r < 2n : treillis instable, mécanisme
St-André il manque des liaisons et/ou des appuis
l’isostaticité intérieure : tous les efforts dans les barres peuvent être déterminés
Équilibre d’un fragment avec l’aide des conditions d’équilibre.
2a Cas de triangulation simple : b = 11
b + 3 = 2n dans le plan r=3
Q1 1 Q3 Q5 Q1 N1 n=7
b + 6 = 3n dans l’espace
Ax 2 h Ax N2 b + r =11+3 = 2n = 2.7 : treillis isostatique
y
2 2 Modèle simplifié (pour treillis longs): poutre chargée uniformément
Q2
3
Q4 Q2 N3 Approximation flèche : w = wM+ wV Aptitude au service - flèche
+ Q Membrures
x Ay By Ay Nsup
3a due aux diagonales et montants
h Mmax
h Nsup,max Ninf,max due aux membrures
L h
4. formuler des conditions d’équilibre pour le fragment (placer les centres de rotation wM : déterminée à l’aide des formules établies pour les poutres fléchies (voir Cours 6)
aux points d’intersection des axes de deux barres avec efforts inconnus) Ninf en considérant une inertie équivalente Ieq

Diagonale Asup : aire membrure supérieure


M2 = 0 : – N1. h – Ay. a + Q1 . a/2 = 0 N1 Q Nsup
q Vmax Ieq 2
Ainf hinf 2
Asup hsup
L hsup
Ndiag, max Ndiag ,max
Fy = 0 : N2 . sin + Ay – Q1 – Q2 = 0 N2 cos axe neutre poutre équivalente
hinf
Fx = 0 : N1 + N2 . cos + N3 + Ax = 0 N3 L Ninf
Vmax
M Ainf : aire membrure inférieure
Cours 4 4. Treillis en acier
+ Q L
Formes et prédimensionnement Montant Estimation rigidité : poutre en treillis considérée comme une poutre équivalente en double té
Mmax Nmont,max
8
Nmont ,max Vmax 1
h V + wV : non négligeable contrairement au cas des poutres, wV wM
h 3
- Q Ninf = 0
Vmax Vmax
L L 2
Assemblages des barres (nœuds)

Hauteur constante h
L L L L Types de soudures – membrure unique
Forme parabolique h
12 15 5 6 complètement partiellement
ou triangulaire (ferme)
pénétrée pénétrée cordon d’angle
écartement a = 5 - 7 m
Estimation poids propre du treillis par m2 de surface de halle :
L Moyens d’assemblage : Assemblages des barres (nœuds) – membrure moisée
ga 0.85 [kN/m2]
100 Diagonale (ou montant) assemblée par des
pour fermes à treillis espacées de 5 - 6 m supportant une toiture légère soumises à plaques métalliques et des broches
une charge de neige de 1.5 kN/m2.
5. Treillis en bois Formes et prédimensionnement Diagonales de traction soudées à profil
Triangulaire (ferme) métallique en T, liaison de la ferrure à la
membrure par plaques de serrage et boulons
L = 5 - 30 m = 12 - 30°
L L Traditionnels Mécaniques Collés
h a = 4 - 10 m Membrures clouées ou brochées aux
L 8 10 diagonale et montant
(a : écartement)
Tronquée
Diagonale de traction en fer rond, assemblée
= 3 - 8° par un boulon, montant comprimé
L = 5 - 35 m Goussets en contre-plaqué cloués ou
L connecteurs métalliques de surface
h a = 4 - 10 m
L 12

À hauteur constante bois équarri : L = 5 - 25 m BLC : L = 20 - 80 m


a = 2.5 - 6 m a = 10 - 20 m Diagonale et montant en tubes
L L L L métalliques aplatis aux extrémités pour
h h Courbe charge – déformation pour différents moyens d’assemblages une liaison articulée
L 10 12 12 16
Plaque métallique noyée et clouée
Cours 5 2. Murs et parois porteuses en béton armé et précontraint zone d’influence zone d’influence
d’une colonne du mur j
Murs – descente des charges verticales Murs – descente des charges horizontales : modèles de treillis
zone d’influence zone d’influence Résultante des charges (ou réaction
d’une colonne du mur j
d’appui) de la dalle Nij :
Effort normal agissant dans une section
droite définie par sa cote z d’un élément Nij j A j qi
porteur vertical j :
: coefficient de correction en fonction
de la position du porteur vertical
N j (z) N ij Ng
A : aire de la zone d’influence associée
Nij : s’étend à toutes les dalles situées à l’élément porteur vertical j
au-dessus de la section droite
considérée
qi : charge totale uniformément répartie
sur la dalle i
Ng : contribution du poids propre du
tronçon de porteur vertical j situé Système porteur Position du mur Valeur de j
au dessus de la section droite Dalle unidirectionnelle sur murs intérieur 1.0
considérée Q Q
1ère rangée depuis la façade 1.15
Mur j Descente des charges pour un mur en façade 0.8

Parois porteuses Parois porteuses


Q
– modèles
Q
bielles-tirants
bielles
h
Poutre h 1
l 4 h

h
h 1 Arcs
l 3 h tirant Q Q
Q Q Q1 Q2
h

Paroi porteuse
(Poutre-cloison) h 1
h
h 1 l 2
l 3
h
q
Q Q Q
Consoles
h

h 1
l 1.5
q h

q q
h Sur plusieurs étages Appui en
traction
l
Voiles sur plusieurs étages Q1 Q2
pour couvrir une grande
Appui en
portée au rez-de-chaussée
traction

Sur plusieurs étages q

Voile percé dans lequel peut


position
être inscrit un treillis en V ouvertures
sous charges réparties sur
plusieurs étages
Structure avec porte-à-faux,
réduction au minimum des
éléments du voile

Parois porteuses – dimensionnement

Vérifier la traction dans le tirant : Zd As fyd b1

b1
avec As : aire d’armature
Ancrage tirants
fyd : valeur de calcul de la limite b1
d’élasticité de l’acier Plaque d’ancrage
fy
fyd et fy = 500 N/mm2
M
M = 1.15

Vérifier la compression dans les bielles en béton : Did bi t fcd


R
avec bi : largeur de la bielle Longueur d’ancrage

Modèle de treillis d’une poutre cloison t : épaisseur de la paroi, tmin 15 - 20 cm


fcd : valeur de calcul de la résistance à la compression du béton
Bielles de béton sollicitées en compression par : D1 et D2 fc
fcd et fc = 30 N/mm2 en première approximation
Tirant sollicité en traction par : Z M
M = 1.5

Cours 6 l
Transmission des charges dans la dalle : comportement bidirectionnel
Influence de la longueur des côtés sur
lx
bord libre
1/18 P bord appuyé
la répartition des charges selon les l
L
q : fonction de x
2 directions ly 1 1 ql
doit assurer la q my
P=1
compatibilité des flèches
2 2 8
q
1/4 P 8/18 P
dans les 2 directions 1
P=1 L 8/18 P wy my q
l

(1- ) q 2
ly

flèche identique lx
1/4 P pour les 2 poutres = 1.0 = 0.5
1/4 P l y

1/4 P 1/18 P 1.5 0.7


L L bandes d’1 m 2.0 0.8
2 poutres identiques reprennent A section identique, la plus courte des poutres de largeur
chacune la moitié de la charge. est la plus sollicitée. 3.0 0.9 bandes
(1- ) q
sur appuis
Comportement unidirectionnel Comportement bidirectionnel
wx
bords encastrés
bords encastrés
m 1 1 ql 2
Réactions sur les appuis
x linéaires 4
Q mx
Appuis
bord libre 45°
2 8
linéaires 45° 60°
l l l
1 1 1 1
bord simplement appuyé Q Q Q Q
2 2 4 4 0.2ql 2 0.45ql 2 0.45ql 2 0.2ql 2
bords simplement appuyés
l

45° 60°
bord appuyé 45°
dalle continue dalle continue 1 0.45ql 2 1.2ql 2 1.2ql 2 0.45ql 2
bord libre Q
4
bord encastré
Appuis 45° 45°
l

45° 60°
bord libre bord libre
ponctuels 0.45ql 2 1.2ql 2 1.2ql 2 0.45ql 2
l

45° 45° 45° 60° 0.2ql 2 0.45ql 2 0.45ql 2 0.2ql 2


Réactions sur les appuis ponctuels
l l l l Q : charge totale, Q = q x surface de la dalle
1 1 Descente de charges Flèches q : charge uniformément répartie
q l2 q l2 q l2 q l2 q l2 q l2 Réactions d’appui de la dalle :
4 4 0.4 1.1 1.1 0.4
2 2 2 2 E : module d’élasticité du matériau
Rj j Aj q 5 q l4
w c bh3 h
: coefficient de correction en fonction 384 E : inertie d’une section rectangulaire,
j
de la position du porteur vertical 12 b=1m
l

Aj : aire de la zone d’influence associée


l

à l’élément porteur vertical j

q : charge totale uniformément répartie


sur la dalle
q l2 q l2 q l2 q l2
1 1 0.4 1.1 1.1 0.4
q l2 q l2 2 2 2 2
4 4
Similitude avec la poutre Prédimensionnement des dalles en béton armé dalle infiniment longue dalle infiniment longue
Système de dalle Portée typique L Élancement recommandé h/L
q q c =1.00 c =0.20 c =0.31
(économique)

1 1 Dalle sur murs 8m 1/25 à 1/35


ql ql 0.4ql 1.1ql 1.1ql 0.4ql
2 2 Plancher-dalle* 6-9m 1/20 à 1/30
l l l l
Plancher-dalle avec 7 - 12 m 1/25 à 1/35
champignons ou surépaisseurs*
Dalle sur sommiers 6 - 15 m 1/25 à 1/35
Système porteur Position de l’élément porteur vertical Valeur de j Dalle nervurée totale : 1/20 à 1/35
Dalle unidirectionnelle intérieur 1.0 - nervure standard 7 - 12 m espace entre nervures 2h dalle infinie
sur murs 1ère rangée depuis la façade 1.15 - nervure préfabriquée et 18 m nervures : hnervure 500 à 800 mm
en façade 0.8 c =0.10 c =2.25 c =0.45
précontrainte
Dalle sur colonnes intérieur 1.0
(plancher-dalle) 1ère rangée depuis la façade 1.1 (1.2 près d’un angle) Dalle cassette 12 - 20 m nervures : 1/15 à 1/20
en façade 0.9
dans l’angle 0.8
dalle : hmin = 120 mm
Dalle en porte-à-faux 2-3m 1/10
* Plancher-dalle : hmin =200 mm
Structure non mixte
Cours 7 Méthodes de construction
5.1 Dalles mixtes acier – béton q

Structure mixte
Catégorie Mode de réalisation Schéma de principe

(avec liaison)
(sans liaison)
Coulée Coffrages traditionnels Comportement d’une dalle mixte

Comportement d’une poutre mixte (illustration sans tôle profilée)


surplace en bois modulables
L L

poutres en acier
Coffrages métalliques m
-
Semi- Prédalles Dalle coulée en place + +
Flexion en travée ( m ) m m
préfabriquée préfabriquées et dalle Prédalle
fuc

dalle en béton
BA
uc
de compression coulée Fc
surplace
Etaiement
partiel Dalle coulée en place
axe m -
-
d+ neutre
z+ m Ft z
Planchers mixtes h
y
tôles en acier et dalle Tôle nervurée en acier + +
coulée surplace
Etaiement
Ft Ft Atôle fy
Atôle fy
Préfabriquée Dalles alvéolaires
précontraintes Flexion sur appui ( m )
As fy Ft
+ y
axe m +
h d- neutre z- m Ft z
- -
fuc Fc Ft As fy
uc

1. Étude de cas b : Siège de l’UNESCO, salle de conférences, arch. Breuer et Zehrfuss, ing.
Étude 2. Cadres et poutres Vierendeel a) Déformée et diagrammes des moments des systèmes statiques suivants.
Nervi, Paris, 1958
1. Étude de cas a: Centre sportif Buchholz, Camenzind Gräfensteiner, Uster, 1999 Système statique
Q Q

Déformations et zones fissurées

1
3

Diagramme des moments

A
B
A
B

b) Déformée et les diagrammes des moments des poutres Vierendeel suivantes.


Étude 3. Treillis et parois porteuses Q Q Q
Poutre en porte-à-faux à 2 cellules Poutre simple à trois cellules
1. Analyse structurale de systèmes de treillis c) d)
Q/2 Q Q/2 Q/2 Q Q Q/2
Q Q h
a) b)
h
3h Q Q Q
3h
Q Q Q
Q Q

Q Q Q

Q Q Q
Q Q 3Q 2Q Q 3Q Q 3Q Q
2Q Q
Q/2 Q Q Q/2 3 2 3 2
2Q 2Q 2Q 2Q 2Q 2Q 2Q 2Q 2Q
2Q

2Q
2Q

e)
Q Q Q Q Q Q 3Q 2Q 2Q
h Q Q
3Q 2Q Q 2Q Q 6Q 3Q Q 6Q 3Q Q
Q/2 Q Q Q/2 Q Q Q
3h 2. Projet d’étude : une construction en porte-à-faux
Efforts intérieurs des treillis intérieurs
2.1 Variante en treillis - dimensionnement
Q/2 Q Q Q/2 Q1 Q1 Q1
Valeur de calcul de la charge agissant sur les poutres du milieu 2 1 2
Q1 Q2
2
- toiture : q1d ( g qk ) H qd (g,qk)
G Q

(1.35 6.5 1.5 1) 6 62 kN / m q e qd e 3 2


Q/2 Q Q Q/2 d Q1 Q2
2 3Q1 Q2
2 2
e=6m 2 2
- étage : q2 d (1.35 5.5 1.5 5) 6 90 kN / m Q1d 372 kN
Q/2 Q Q Q/2
4Q Q 2 Q1 Q2 Q2d 540 kN
5 3 Charges de dimensionnement des treillis intérieurs = 2 x réactions d’appui des poutres Q2 Q2
2Q 2Q 2Q
Q1 Q2
q1d e Q1 Q1 2 2
Q/2 4Q 2Q Q/2 - toiture : Q1d 2 372 kN
2 2 2 1 3Q1d Q2d
9Q 4Q Q Nd,sup = Q1d Q2d = 456 kN Nd,mont = = -828 kN
Q/2 Q Q Q/2 q2 d e 2 2 2
- étage : Q2d 2 540 kN
2
3 2
Nd,inf = 2 Q1d Q2d = -1824 kN Nd,diag = Q1d Q2d = 1934 kN
Efforts intérieurs des treillis intérieurs 2
Q2 Q2 Q2
2 2
a) Système statique et modèle bielles-tirants (treillis)
Diagonale Nd,diag = 1934 kN Q1 Q1 Q1 Q1 Q1 Q1
Membrure supérieure Nd,sup = 456 kN
2 2 2 2

fy fy
Nd ,sup NRd A fyd A Nd ,diag NRd A fyd A
M M

Nd ,sup 456 103 Nd ,diag 1934 103


A 2'037 mm 2 A 8' 641 mm 2
fy 235 1.05 fy M 235 1.05
M

HEA 100 (A=2’120 mm2) HEA 260 (A=8’680 mm2) Q2 Q2 Q2 Q2


Q2 Q2
2 2 2 2
Tirants horizontaux et en diagonale Tirants horizontaux et verticaux
ou RHS 150.100.5,0 (A=2’390 mm2) ou RHS 250.150.12,5 (A=9’300 mm2)
Disposition des armatures
2x3 30 2x3 16

Membrure inférieure Nd,inf = -1824 kN Montant Nd,mont = -828 kN


2x2 16
fy fy
Nd ,inf NRd K A fyd K A Nd ,mont NRd K A fyd K A 2x3 26
M M 2x3 30
2 x 10 s=150 mm
Nd ,inf 1824 103 Nd ,mont 828 103
A 11' 643 mm 2 A 5' 285 mm 2 armature minimale

fy 0.7 235 1.05 K fy M 0.7 235 1.05 ou constructive


K M

HEA 320 (A=12’400 mm2) HEA 200 (A=5’380 mm2)


2 x 10 s=150 mm
ou RHS 250.150.16,0 (A=11’700 mm2) ou RHS 150.100.12,5 (A=5’550 mm2) armature minimale
ou constructive
Exercice 5 – Cadres et poutres Vierendeel b) Cadre à 2 articulations appuyé sur les porte-à-faux d’un cadre à 3 articulations
2. Cadres en béton : déformée, diagramme
1. Analyse structurale : système statique, déformée et diagramme des moments des moments et disposition des armatures
a) c)
a) Cadre à 2 articulations appuyé sur les porte-à-faux d’un cadre à 2 articulations
q q

3. Cadres en bois : système statique, déformée et diagramme des moments


b)

Exercice 6 – Treillis
1. Isostaticité
q

b+3 = 11+3 > 2n = 2.6 :


hyperstatique intérieurement

Le treillis hyperstatique peut devenir isostatique


lorsqu’on enlève 2 barres ( b+3 = 9+3 = 2n = 2.6), il
faut toutefois vérifier la stabilité de toutes les parties.

b+3 = 9+3 = 2n = 2.6 :


isostatique intérieurement (toutes les parties
sont stables)

b+3 = 9+3 = 2n = 2.6 :


mécanisme intérieurement, malgré que l’égalité
soit remplie, la partie de droite du treillis est
instable (quadrilatère articulé)

2. Barres à effort normal nul, barres tendues et barres comprimées


3. Calcul des efforts intérieurs des barres les plus sollicitées en réalisant les coupes de Ritter.
Q S3 S5 S6 Q
S1 Q Q Q Q Q Q=10 kN

y Réactions d’appuis
S2 S4 Ax h
+ Fx = 0 : Ax = 0 kN
S3 S5 x
S1 S2 Ay By Fy = 0 : Ay - 5Q + By = 0
5Q 5Q 5 10
4h Ay 5Q By 5Q 25 kN
2 2 2
S4 10Q 10 10
MA = 0 : By 4h Q 4h Q 3h Q 2h Q h 0 By 25 kN
Ax , Ay , By : réactions d’appuis 4 4
Q S6 Q
N1 – N17 : efforts normaux dans les barres
b+r = 17+3 = 2n = 2.10 : isostaticité global Efforts déterminants :
Q Q Q Q Q Q Q Q Q Q=10 kN
N4 -20
Q Q Q Q Q
N4 N5 21
.2
-25

N6
N5 Barres les plus sollicitées :
Barres les plus sollicitées : N6
S1 S2 N2 S 15
3
N2 S y
S1 S2 3 Ay By
y +
Coupe S1 : N5 Ay By x x
S1
+
Fy = 0 : Ay+ N5 = 0 Q Q M2 = 0 : - Ay.h + Q.h + N2.h = 0
Coupe S3 : N4
2
N1 N2 Ay Q 25 10 15 kN
Coupe S2 : Q Ay N5 = - Ay= -25 kN
N8
N3
Fy = 0 : Ay - Q - N6 . sin = 0
N6 S3 N 3 M3 = 0 : - Ay.2h + Q.2h + Q.h - N4.h = 0
2
Ay Q 25 10
N1 N6 21.2 kN Ay
S2 sin sin 45 N4 2 Ay 2Q Q 2 25 3 10 20 kN
Ay S1
Q/2 Q Q
5. Dimensionnement d’un treillis en acier Nsup
4. Dessin en élévation d’un treillis à hauteur constante et d’un treillis triangulaire en acier et en
bois BLC. à hauteur constante forme triangulaire C Ndiag1
h
y RA
(coupe S3)

+ D
h

Ninf
x
h

L/6 L/6 L/6 RA = 3Q


3020 mm 2

Membrure inférieure
acier
L6 3
MC 0: Nd ,inf 4Qd 4 150 900 kN (coupe S1 )
L L L L h 2
h=1.7 m h h=4.0 m h
12 15 5 6 fy Nd ,inf 900 103
Nd ,inf NRd A fyd A A 4021 mm 2
235 1.05

L=20 m L=20 m fy 235 1.05


3
676 10

M M
676 kN

HEA 180 (A=4530 mm2)

Membrure supérieure
450 75

Nd ,diag
M
sin33.7

9 L6 9 3
bois MD 0: Nd ,sup Qd 150 1013 kN (coupe S1 )
fy
2 x UNP 120 (A=2.1700=3400 mm2)

2 h 2 2
A

L L L L fy Nd ,sup 1013 103


h=1.7 m h h=2.5 m h A 6466 mm 2
Nd ,sup NRd A fyd A
Qd 2

12 16 8 10 K K
fy 0.7 235 1.05
M K M

HEA 240 (A=7680 mm2)


sin
RA,d

M
fy
A
Nd ,diag

Q/2 S2 Montant
A fyd

y Nsup Q/2 S3 h 2
Nsup tan
Qd 5Qd 5 150
+ Nmont L/6 3 Fy 0: Nd ,mont RA,d 375 kN (coupe S2 )
x Ndiag 2 2 2
NRd

=33.7 °
0:

RA RA fy Nd ,mont 375 103


2394 mm 2
Diagonale

Nd ,mont NRd K A fyd K A A


Ninf K fy 0.7 235 1.05
Nd ,diag
Fy

M M

2 x UNP 100 (A=2.1350=2700 mm2)


Exercice 7 – Murs et parois porteuses
1. Modèles bielles-tirants
Q b) Q
a) H
Fx 0 Ax = 0

a MA 0 By = 2Q
y a a
+ Fy 0 Ay= Q y
H
A B x +
Q 2Q A B x
H H
Q 2Q 3Q
a a a Fx 0 Ax = H
a
MA 0 By = H a 2a

Q Fy 0 Ay= H
Q
Q H H

2. Modèle bielles-tirants
Exercice 8 – Grilles de poutres et dalles
q Système statique 1. Comportement unidirectionnel ou bidirectionnel des dalles
Modèle de reprise des charges verticales de toiture et du plancher
a) b) c)

Modèle de reprise des charges de toiture


q1
Disposition des armatures sollicitées en traction
q armature horizontale
supérieure d) e) f)

Modèle de reprise des charges du plancher armature verticale


charges suspendues

armature horizontale
q2 inférieure

2. Comparaison de systèmes de dalles en béton armé 3. Étude d’un plancher-dalle


Système Flexibilité dans Simplicité Résistance au Grandeur de l l l l
de dalle affectation de coffrage poinçonnement portée
A B C D E
Dalle pleine X XXX - X 1 0.2ql 2 0.45ql 2 0.45ql 2 0.45ql 2 0.2ql 2
sur murs
l

Dalle pleine XX XXX X X


sur colonnes 1.2ql 2 1.1ql 2 1.2ql 2 0.45ql 2
0.45ql 2
Dalle avec XX XX XXX XX 2
champignons
ou
l

surépaisseurs
Dalle XXX X - XX 0.45ql 2 1.1ql 2 ql 2 1.1ql 2 0.45ql 2
nervurée 3
Dalle XXX X - XXX
l

cassette
3 niveaux : X, XX, XXX 0.45ql 2 1.2ql 2 1.1ql 2 1.2ql 2 0.45ql 2
4
l

0.2ql 2 0.45ql 2 0.45ql 2 0.45ql 2 0.2ql 2


5

a) Travées les plus déformées : AB12, AB45, DE12, DE45 (voir Cours 6 et 7 dia 24 )
b) Colonnes les plus sollicitées : B2, B4, D2, D4 (voir Cours 6 et 7 dia 31 )
c) On peut uniformiser les efforts dans les travées en réalisant des porte-à-faux en périphérie,
d’environ 0.3 l, ou en réduisant les dimensions des travées de bord à environ 0.7 l