Vous êtes sur la page 1sur 2

L'engagement de Fabian Dobles à travers ses romans:

les filtres de l'écriture

Fabian Dobles (1918-1997) est un des principaux membres de la génération de


1940 au Costa Rica, avec Carlos Luis Fallas et Joaquin Gutiérrez. Toutefois, il se
distingue de ces deux auteurs. D'une part, il n' est pas celui qui a été le plus étudié.
D'autre part, il est plus connu dans son pays pour ses contes et ses romans que pour ses
prises de position politiques. Pourtant, celles-ci sont lisibles dans son écriture, comprise
dans le sens donné par Barthes de "représentation du monde orientée par sa destination
sociale". Pour le démontrer, nous analysons les filtres qu'il met en œuvre aussi bien dans
le choix des référents réels ou dans la construction des personnages que dans le message
qu'il transmet.
La première partie détermine trois catégories de référents réels et traite, dans un
premier temps, des points d'ancrage géographiques et historiques. Elle aborde ensuite
les coutumes et les légendes telles qu'elles sont décrites dans le roman pour finir sur les
particularités linguistiques. Notre analyse a pour but de définir les fonctions de ces
référents, en l'occurrence authentifier la fiction, faciliter la lecture. L'auteur prête
notamment une grande attention à la cohérence, à la cohésion, aux redondances, à la
dénotation et à la connotation, à la surmotivation qui consiste à multiplier les
justifications à l'introduction d'un élément. Ces fonctions révèlent les prises de position
de Dobles face aux écrivains du début du :xxe siècle et au discours des élites
dirigeantes. Le narrateur incite le lecteur à exercer son esprit critique aussi bien à
1'égard de la fiction que de la société à laquelle il appartient.
La deuxième partie s'attarde sur les personnages en commençant par les
personnages centraux et leurs binômes. Dobles privilégie ceux qui sont en crise, il
insiste sur leur quête, leurs limites, leurs contradictions ; il freine les identifications du
lecteur à un personnage. Pour ce faire, il multiplie les interprétations, par le recours à
des constructions duelles, la confrontation des opinions des différents personnages et du
narrateur. Par ailleurs, tout élément qui n'est pas surdéterminé fonctionnellement est
écarté, dans une économie du discours. Il n'y a pas pour autant de simplification, sauf
dans le cas des opposants aux personnages centraux, pour lesquels le manichéisme est
évident. C' est ce que nous démontrons dans notre troisième point. À l'opposé, les
préjugés quant aux marginaux, que nous étudions dans le quatrième chapitre, sont
2

systématiquement dénoncés, ce qui révèle une volonté de modifier le regard du lecteur,


aussi bien sur certaines catégories sociales que sur les dysfonctionnements de la société.
Les dysfonctionnements de la société présentés dans les romans sont étudiés
dans la troisième partie selon trois axes : les structures économiques, les organismes
sociaux et les institutions. Un premier chapitre est consacré à la façon dont Dobles
interroge les fondements économiques de la société costaricienne, en particulier la
création des latifundia et la présence étrangère. Dans un second temps, nous voyons
comment le narrateur souligne l'inefficacité des organismes sociaux pour pallier les
conséquences de cette domination économique. Le troisième chapitre démontre
comment les institutions politiques, telles qu'elles sont présentées dans les romans de
notre corpus, permettent d'asseoir le pouvoir d'une élite, alors qu'une opposition de
gauche voit le jour. Le lecteur est forcé de réinterpréter le discours des classes
dirigeantes et de faire sa propre analyse, aiguillé par le narrateur et les personnages de
révolutionnaires. .
Dobles utilise donc les techniques propres du roman réaliste pour transmettre un
message politique à ses concitoyens, sans que ce message soit au détriment de la fiction.
La polyfocalisation, la polyphonie, les ambiguïtés, la dynamique des personnages,
éloignent son propos du texte pamphlétaire ou même du roman à thèse. Même si le
discours est clair, le lecteur est incité à se forger sa propre opinion et à définir sa propre
ligne d'action.
Les annexes qui suivent notre analyse ont pour objectif de faciliter la lecture de
la thèse. Elles se composent des résumés des romans, de cartes géographiques, d' une
chronologie, d'un lexique, des principaux textes publiés par des auteurs contemporains
de Dobles sur son œuvre. Nous y joignons des documents rédigés par lui, notamment
politiques, qui permettent de combler les lacunes des bibliographies existantes. Nous y
transcrivons l'entretien qu'il a bien voulu nous accorder en 1994 et ajoutons une lettre
qui nous était adressée en 1995.