Vous êtes sur la page 1sur 33

Discours Royal

-Réactions au Maroc-

Réactions du gouvernement

Le Premier ministre: Le discours de SM le Roi acte fondateur d'une nouvelle étape


qualitative dans le processus historique Maroc

Rabat, 10 mars- (MAP)- Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi sous la présidence du


Premier ministre, M. Abbas El Fassi, a souligné que le discours royal adressé, mercredi, à la
nation est fondateur d'une nouvelle étape qualitative dans le processus historique du Maroc,
sous l'impulsion réformatrice de SM le Roi Mohammed VI.

Dans un point de presse à l'issue de ce conseil, M. Khalid Naciri, ministre de la


communication, porte-parole du gouvernement, a indiqué que cette dynamique réformatrice
se décline aujourd'hui à travers l'approche renouvelée et ambitieuse de la question de la
régionalisation avancée et celle de la réforme globale de la Constitution.

Au cours de ce conseil, a dit M. Naciri, il a été procédé à la mise en lumière du contenu et des
significations de ce discours historique, à travers les interventions du Premier ministre et des
ministres qui ont unanimement exprimé leur grande fierté pour le contenu de ce discours à
forte charge réformatrice, qui dénote l'interaction sincère du Souverain avec les aspirations
des Marocains, de l'ensemble des partis politiques sérieux et des institutions de la société
civile, pour l'entame d'une nouvelle étape de "modernisation et de mise à niveau des structures
de l'Etat".

Ils ont de même souligné qu'il s'agit d'une nouvelle révolution du Roi et du peuple, propre à
consacrer la position pionnière du Maroc en matière des réformes ambitieuses qu'il entreprend
grâce à la symbiose profonde entre le Roi et le peuple.

Les membres du gouvernement ont également dit ressentir la lourde responsabilité qui
incombe à toutes les institutions dont le gouvernement, afin d'accompagner ce vaste chantier
de réforme initié par SM le Roi, au mieux des intérêts de la nation.

Les réformes annoncées par SM le Roi, "un nouveau pas historique", affirme M. Fassi-
Fihri

Londres, 10 mars. (MAP)- Les réformes annoncées par SM le Roi Mohammed VI, dans le
discours adressé mercredi soir à la Nation, représentent "un nouveau pas aussi important
qu'historique", a affirmé jeudi le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, M.
Taieb Fassi-Fihri.

M. Fassi-Fihri, qui était l'invité du journal de 12h30 du BBC World Service (diffusé sur 200
pays et touchant une audience de plus de 200 millions de téléspectateurs), a rappelé les pas
franchis par le Maroc depuis son indépendance, soulignant notamment que le Royaume avait
interdit le parti unique dès son indépendance.

Cinq Constitutions ont été adoptées par le Maroc depuis son indépendance, a rappelé le
ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, soulignant que le discours de SM le Roi
marque "un nouveau pas dans le cadre de cet itinéraire spécifique au Maroc".

La vision Royale d'avenir accorde à la jeunesse la chance d'une vie meilleure, d'un emploi
meilleur et d'une représentation meilleure au parlement, a encore dit le ministre, relevant qu'à
l'instar de la Turquie, "le Maroc représente un réel modèle".

C'est sur cette base que l'Union européenne a accordé au Maroc un statut avancé, "qui signifie
que nous partageons avec l'Europe les mêmes valeurs au niveaux politique, démocratique,
économique et social".

Et le ministre de souligner la grande diversité notamment politique qui caractérise le Maroc,


notant que la commission mise en place mercredi travaillera étroitement avec tous les partis
politiques, les syndicats et la société civile, "car, a-t-il dit, il est important de démontrer que le
Roi et le peuple, représenté par les partis politiques, œuvre pour réaliser le même objectif".

Le Maroc poursuit son processus de réforme dans la continuité et sans rupture, affirme
M. Taib Fassi-Fihri

Londres, 11 Mar. (MAP)- Le Maroc, conforté par ses choix initiaux, poursuit son processus
de réforme dans la continuité et sans rupture, a affirmé jeudi soir à Londres le ministre des
Affaires étrangères et de la Coopération, M. Taib Fassi-Fihri.

"La réforme, qui n'a jamais été un sujet tabou au Maroc, émane d'une vision claire, à la fois
forte et audacieuse", a souligné le ministre, qui donnait une conférence au siège du prestigieux
Institut Royal des Affaires Internationales (Chatham House, basé à Londres), en présence de
l'ambassadeur du Maroc en Grande-Bretagne, Chrifa Lalla Joumala, et de l'ambassadeur
britannique au Maroc, M. Tim Morris.

M. Fassi-Fihri a expliqué devant un parterre de diplomates, de politiciens et de chercheurs, les


choix judicieux opérés par le Maroc depuis son indépendance en 1956, citant notamment
l'interdiction du parti unique et l'adoption du pluralisme.

Depuis 1962, la Constitution marocaine a été amendée à cinq reprises, a rappelé le ministre
lors de cette conférence, tenue sur le thème "un Maroc émergent dans un environnement
régional en changement" et qui a été animée par Mme Claire Spencer, Directeur du
département Moyen-Orient/Afrique du nord au sein de Chatham House.

"Nous sommes un pays dont les choix s'inscrivent dans le cadre de la continuité tout en
prenant en compte régulièrement l'évolution de notre société et ses aspirations", a encore fait
observer le ministre.

Les réformes annoncées mercredi par SM le Roi Mohammed VI dans un discours à la Nation
"marquent un nouveau pas à la fois important et historique", a-t-il souligné, expliquant que
ces réformes sont le fruit d'un processus qui ne date pas d'hier.
Il a, dans ce sens, noté que le Royaume dispose de la capacité de gérer la régionalisation
avancée en tant que choix nouveau et immédiat.

"Mais au-delà de ce processus prometteur de régionalisation significative, la réforme


constitutionnelle touchera à tous les secteurs", a enchainé le ministre, relevant que l'annonce
de ces réformes a été applaudie par tous les partis politiques et les forces vives de la Nation
ainsi que par sa jeunesse.

Le processus sera conduit dans le cadre du dialogue et de la consultation avec les partis
politiques, les syndicats et la société civile, a-t-il encore dit, soulignant qu'il s'agit-là de
"réformes audacieuses mais sereines", qui vont permettre aux citoyens de contribuer et
participer au progrès démocratique et économique de leur pays.

M. Fassi-Fihri a mis l'accent, dans ce sens, sur la nécessité d'assurer une large participation
dans ce processus de réforme institutionnelle, fondé sur le dialogue et l'appropriation loin de
toute exclusion, avant de mettre en avant l'importance de la consécration constitutionnelle de
l'amazighité comme composante essentielle de l'identité marocaine.

Le Maroc, conforté par ses choix initiaux, poursuit son processus de réforme dans la
continuité et sans rupture, a affirmé jeudi soir à Londres le ministre des Affaires étrangères et
de la Coopération, M. Taib Fassi-Fihri.

"La réforme, qui n'a jamais été un sujet tabou au Maroc, émane d'une vision claire, à la fois
forte et audacieuse", a souligné le ministre, qui donnait une conférence au siège du prestigieux
Institut Royal des Affaires Internationales (Chatham House, basé à Londres), en présence de
l'ambassadeur du Maroc en Grande-Bretagne, Chrifa Lalla Joumala, et de l'ambassadeur
britannique au Maroc, M. Tim Morris.

M. Fassi-Fihri a expliqué devant un parterre de diplomates, de politiciens et de chercheurs, les


choix judicieux opérés par le Maroc depuis son indépendance en 1956, citant notamment
l'interdiction du parti unique et l'adoption du pluralisme.

Depuis 1962, la Constitution marocaine a été amendée à cinq reprises, a rappelé le ministre
lors de cette conférence, tenue sur le thème "un Maroc émergent dans un environnement
régional en changement" et qui a été animée par Mme Claire Spencer, Directeur du
département Moyen-Orient/Afrique du nord au sein de Chatham House.

"Nous sommes un pays dont les choix s'inscrivent dans le cadre de la continuité tout en
prenant en compte régulièrement l'évolution de notre société et ses aspirations", a encore fait
observer le ministre.

Les réformes annoncées mercredi par SM le Roi Mohammed VI dans un discours à la Nation
"marquent un nouveau pas à la fois important et historique", a-t-il souligné, expliquant que
ces réformes sont le fruit d'un processus qui ne date pas d'hier.

Il a, dans ce sens, noté que le Royaume dispose de la capacité de gérer la régionalisation


avancée en tant que choix nouveau et immédiat.

"Mais au-delà de ce processus prometteur de régionalisation significative, la réforme


constitutionnelle touchera à tous les secteurs", a enchainé le ministre, relevant que l'annonce
de ces réformes a été applaudie par tous les partis politiques et les forces vives de la Nation
ainsi que par sa jeunesse.

Le processus sera conduit dans le cadre du dialogue et de la consultation avec les partis
politiques, les syndicats et la société civile, a-t-il encore dit, soulignant qu'il s'agit-là de
"réformes audacieuses mais sereines", qui vont permettre aux citoyens de contribuer et
participer au progrès démocratique et économique de leur pays.

M. Fassi-Fihri a mis l'accent, dans ce sens, sur la nécessité d'assurer une large participation
dans ce processus de réforme institutionnelle, fondé sur le dialogue et l'appropriation loin de
toute exclusion, avant de mettre en avant l'importance de la consécration constitutionnelle de
l'amazighité comme composante essentielle de l'identité marocaine.

Réactions des Partis Politiques

Le discours de SM le Roi Mohammed VI est en phase avec les exigences de l'évolution


démocratique au Maroc (PI)

Rabat, 10 mars-(MAP)- Le parti Istiqlal (PI) a souligné avoir accueilli "avec fierté et estime"
le discours royal, adressé mercredi à la nation par SM le Roi Mohammed VI, relevant que ce
discours répond aux exigences du développement démocratique auquel aspire le Royaume en
tant qu'Etat qui a toujours occupé une place pionnière dans le monde arabe et en Afrique.

Un communiqué du comité exécutif du parti, parvenu jeudi à la MAP, a qualifié le discours


royal d'historique en ce sens qu'il "jette les bases d'une nouvelle étape dans l'histoire de la
nation marocaine, incarne une nouvelle révolution du Roi et du peuple et ouvre de larges
perspectives en matière de renforcement de l'Etat de la primauté de la loi et du pouvoir des
institutions garantes de la réalisation du progrès, du bien-être social, de la liberté et de la
dignité pour tous les citoyens".

Dans ce communiqué, le comité exécutif du parti a exprimé sa grande satisfaction et sa fierté


du contenu du discours royal "qui constitue un évènement historique éminent en ce sens qu'il
comporte une réforme constitutionnelle intégrée visant à moderniser et à mettre à niveau les
structures de l'Etat et qui intervient dans le sillage des réformes profondes réalisées jusqu'à
présent".

La même source a souligné que le discours royal favorise l'adoption d'un mode participatif de
sorte à relever les défis, en invitant la commission ad hoc à suivre une approche d'écoute et de
concertation avec les organisations partisanes et syndicales et avec les organisations des
jeunes, les acteurs associatifs, les intellectuels et la communauté scientifiques qualifiée et à
faire preuve d'ingéniosité et de créativité pour proposer un système constitutionnel développé
du Maroc du présent et de l'avenir.

Le communiqué a signalé que le lancement du chantier de réforme constitutionnelle, comme


il a été signalé dans le discours royal, constitue "un pas essentiel sur la voie de la consécration
de notre modèle démocratique distingué que nous nous emploierons à renforcer par la
poursuite de la réforme globale, politique, économique et de développement social et culturel,
tout en viellant à ce que tous les établissement et les instances jouent le rô le qui leur
incombe, en demeurant attaché à la bonne gouvernance, à la consécration de la justice sociale
et à la consolidation des fondements de la citoyenneté.
Le communiqué a cité, à cet égard, une série de questions érigées en priorité à l'instar de la
consécration constitutionnelle de la pluralité de l'identité marocaine unie et riche de la
diversité de ses affluents, et au cœur de laquelle figure l'amazighité, l'élargissement du
champs des libertés individuelles et collectives, la consolidation du système des droits de
l'homme, la constitutionnalisation des recommandations de l'instance équité et réconciliation
et l'érection de la justice en une autorité indépendante.

Il a aussi évoqué la consolidation du principe de séparation des pouvoirs et leur équilibre,


l'approfondissement de la démocratisation et de la modernisation des institutions à travers
l'introduction d'une série de réformes et d'amendements, à l'instar du cas du gouvernement
élu, la consécration du principe de la nomination du Premier ministre au sein du parti
politique arrivé en tête des élections à la Chambre des représentants, le renforcement du statut
du Premier ministre, la constitutionnalisation de l'institution du Conseil de gouvernement, la
consolidation du rôle des partis politiques, la consolidation des mécanismes de moralisation
de la vie publique, la constitutionnalisation des instances en charge de la bonne gouvernance,
des droits de l'Homme et de la protection des libertés et l'affermissement du statut de
l'opposition parlementaire.

Il s'agit, selon le PI, "d'un moment décisif dans l'histoire du Maroc moderne qui constitue une
continuité effective de la contractualisation du 11 janvier 1944, de la Révolution du Roi et du
peuple du 20 août 1953 de la glorieuse Marche verte du 6 novembre 1975, de manière à
renforcer la communion entre le Trône et le peuple".

Après avoir exprimé son soutien total au lancement de ce chantier constitutionnel important,
le parti a réitéré son engagement et celui de tous ses militants d'adhérer pleinement à la
réalisation de tous les objectifs de la réforme globale escomptée.

Il a appelé, dans ce sens, toutes les composantes de la société et des acteurs politiques,
économiques, sociaux et culturels et les intervenants dans le domaine des droits de l'homme à
y contribuer de manière efficiente et à se mobiliser pour relever le pari de cette étape décisive
de l'histoire du peuple marocain.

Le PAM: Le discours royal du 9 mars, un changement radical dans le processus de


l'édification de l'Etat moderne

Rabat, 10 mars (MAP) -Le discours royal du 9 mars 2011 marque un changement radical dans
le processus de l'édification de l'Etat moderne et une consécration irréversible des options du
projet démocratique et moderniste du Royaume, affirme le Bureau national du Parti
Authenticité et Modernité (PAM).

SM le Roi Mohammed VI a, de nouveau, réaffirmé qu"'Il mène une révolution renouvelée


avec Son peuple et ses forces vives", en continuant à s'engager activement dans les
dynamiques de l'époque moderne et à relever ses défis, souligne le Bureau national du PAM,
dans un communiqué parvenu, jeudi, à la MAP.

"Ce discours historique a fait triompher les principes et les valeurs universels de la
démocratie, des droits de l'Homme, de la bonne gouvernance et du développement durable,
ainsi que les fondements de la Nation et les composantes de l'identité nationale, de même qu'il
a tracé une feuille de route claire pour que le modèle créatif marocain puisse prospecter de
nouveaux horizons dans l'édification de l'Etat démocratique moderne, en plaçant le citoyen au
coeur de cette dynamique", ajoute le communiqué.
Le Bureau politique du PAM a réitéré "son engagement conscient dans cette révolution
démocratique", en exhortant tous ses militants et militantes à adhérer au débat public national
engagé autour de l'ensemble des questions cruciales de la Patrie et du citoyen définies dans le
discours royal, de nature à consolider la confiance, l'espoir et la détermination chez tous les
Marocains.

Le communiqué indique que le Bureau national du parti se penchera, dans un proche délai, sur
l'élaboration d'un programme national en vue de contribuer au large débat national sur les
réformes constitutionnelles profondes et globales.

Le Bureau national du PAM a appelé de même toutes les forces politiques, syndicales,
culturelles et civiles, ainsi que les différentes potentialités de la jeunesse et féminines, à être
"tous à l'heure avec cette étape historique initiée par le discours royal, à s'inspirer de son
esprit, de ses contenus et de ses perspectives et à élaborer les initiatives et les mécanismes
appropriés".

Le discours royal du 9 mars établit une feuille de route d'un Maroc nouveau
(Benkirane)

Rabat, 10 mars (MAP) - Le discours royal du 9 mars a établi une feuille de route d'un Maroc
nouveau, a indiqué, jeudi, le secrétaire général du Parti de la Justice et du Développement
(PJD), Abdelilah Benkirane.

"Nous avons procédé, au secrétariat général du parti, à l'évaluation du discours royal, en tant
que discours historique qui établit une feuille de route d'un Maroc nouveau, fort de son
identité et ouvert sur un avenir démocratique", a souligné M. Benkirane dans une déclaration
à la MAP.

Pour le secrétaire général du PJD, le discours de SM le Roi rétablit l'équilibre aux


mécanismes de la gestion de la chose publique, et réhabilite les principes de la bonne
gouvernance, de façon à favoriser l'émergence d'une nouvelle élite capable de hisser le Maroc
à la place qui lui échoit dans le concert des nations.

Et d'affirmer que le discours royal répond aux exigences de l'heure et aux aspirations de
l'ensemble des composantes du peuple marocain et prémunira le pays contre le risque de
devenir une matière aux mains des médias à l'instar de certains pays voisins.

Le PPS prend note avec fierté de l'annonce par SM le Roi de la nouvelle génération des
réformes

Rabat, 10 mars (MAP)-Le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) a pris note, avec fierté, de
la profonde et forte interaction de SM le Roi Mohammed VI avec la principale revendication
du parti et des différentes forces démocratiques, à travers l'annonce de la nouvelle génération
des réformes dans le cadre d'une réforme constitutionnelle globale.

Cette réforme constitutionnelle, souligne le PPS, et qui sera soumise à un référendum


populaire, consacre le système de la régionalisation élargie, reconnait la constitutionnalisation
de l'amazighité et l'indépendance de la justice, apporte un nouvel équilibre entre les pouvoirs
garantissant l'émergence d'un gouvernement politique représentant la volonté exprimée par le
peuple et jouissant d'un pouvoir et d'attributions à même de lui permettre d'assurer la gestion
de la chose publique dans sa globalité et favorise l'émergence d'instances élues nationales et
régionales, compétentes, honnêtes et capables de promouvoir l'expérience démocratique
marocaine.

Dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion consacrée à l'examen du contenu du


discours royal, le bureau politique du parti a expliqué que cette réforme consacre également
l'adoption du référentiel universel des droits de l'Homme dans son concept global (politique,
civil, économique, social, culturel et environnemental).

Le PPS a également souligné avec satisfaction la grande convergence entre les principes
fondateurs de la réforme constitutionnelle annoncée dans le discours royal en vue de tracer les
contours de l'Etat moderne et démocratique, soulignant par la même occasion l'interaction
positive avec l'appel à la réforme, exprimé dernièrement par la jeunesse marocaine.

Le PPS a également appelé les différents acteurs politiques, avec à leur tête les forces de
changement démocratiques et progressistes, à adhérer à ce chantier réformateur et prometteur
en vue de doter le Royaume d'une nouvelle constitution et partant réaliser un saut qualitatif
dans le processus de la transition démocratique.

Et de poursuivre que l'élaboration de ce cadre de réformes avancées nécessite la moralisation


de la vie politique et partisane, la rupture avec les dérapages et les dysfonctionnements ayant
marqué la scène politique dernièrement, l'approfondissement de la nouvelle génération des
réformes dans les domaines de la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption et
l'édification d'une économie nationale susceptible de garantir la dignité et la justice sociale.

Le bureau politique du PPS a également appelé ses différentes instances et ses militants à
poursuivre leur mobilisation et à renforcer la communication avec les jeunes, les femmes et
les différentes composantes du peuple marocain pour détailler le contenu de ces réformes et
mieux exploiter les nouvelles opportunités qu'elles offrent en vue de faire face aux défis de la
nouvelle ère et partant avancer sûrement sur la voie de l'édification du Maroc moderne, un
Maroc de démocratie, de liberté et de justice sociale.

Le discours royal, tournant historique sur la voie des réformes constitutionnelles et


institutionnelles (FFD)

Rabat, 10 mars (MAP)-Le Front des forces démocratiques (FFD) a considéré que le discours
adressé par SM le Roi Mohammed VI à la Nation, mercredi soir, constitue une "révolution
effective et sereine et un tournant historique sur la voie des réformes constitutionnelles et
institutionnelles au Maroc".

Le parti a souligné, dans un communiqué, que ce discours, qui répond aux attentes de toutes
les composantes de la Nation a, par sa forte teneur, consacré " l'exception marocaine, qui est
en mesure d'apporter des réponses marocaines créatrices aux grandes questions du pays, de
manière propre à confirmer la situation du Maroc en tant que pays pionnier, par son bon état
de santé politique, sa cohésion sociale, sa diversité culturelle et sa capacité d'aller
constamment de l'avant dans sa démarche de développement vers l'édification de l'Etat
moderne et démocratique, basé sur des institutions aux compétences bien définies, sur la
séparation des pouvoirs, les valeurs des droits de l'Homme universellement reconnues ainsi
que sur la garantie des valeurs de la citoyenneté et leur exercice.
Le FFD a salué hautement les fondements auxquels sa réfère la vision royale concernant les
réformes constitutionnelles et qui font appel aux constantes qui font l'unanimité nationale.

Le parti a tenu à réaffirmer la pertinence du discours royal qui répond parfaitement aux
fondements essentiels de la régionalisation, à travers l'édification régionale aux réformes
constitutionnelles, la consécration constitutionnelle de la pluralité de l'identité marocaine unie
et riche de la diversité de ses affluents, la consolidation de l'Etat de droit et des institutions,
l'élargissement du champ des libertés individuelles et collectives et la garantie de leur
exercice, ainsi que le renforcement du système des droits de l'Homme dans toutes leurs
dimensions outre la volonté d'ériger la Justice au rang de pouvoir indépendant et de renforcer
les prérogatives du Conseil constitutionnel.

Il a également réaffirmé la consolidation du principe de séparation et d'équilibre des pouvoirs


et l'approfondissement de la démocratisation, la modernisation et la rationalisation des
institutions, le renforcement des outils constitutionnels d'encadrement des citoyens à travers
notamment la consolidation du rô le des partis politiques, dans le cadre du pluralisme
effectif, et l'affermissement du statut de l'opposition parlementaire et de la société civile, le
renforcement des mécanismes de moralisation de la vie publique, ainsi que la
constitutionnalisation des instances en charge de bonne gouvernance et des droits de l'Homme
et l'institutionnalisation de la participation de la femme à la gestion des affaires régionales et
dans la vie politique.

Le FFD a réitéré son entière disposition à contribuer avec efficacité à la mise en Âœuvre de la
régionalisation élargie, dans le cadre de la préservation de l'unité nationale et de la
souveraineté entière du Royaume sur l'ensemble du territoire nationale, en tenant compte de la
nécessité du respect de la complémentarité entre les différentes régions et du renforcement des
fondements de l'unité nationale.

Il a réaffirmé par la même occasion son entière disposition à coopérer avec la Commission
consultative de la révision de la Constitution, répondant ainsi à sa foi en l'efficacité de
l'approche participative au sujet des grandes reformes.

Le discours royal comporte des signaux forts pour le renforcement de la régionalisation


et l'ancrage de la démocratie (UC)

Rabat, 10 mars (MAP)- Le discours adressé mercredi soir par SM le Roi Mohammed VI à la
Nation a comporté nombre de signaux forts pour le renforcement de la régionalisation et
l'ancrage de la démocratie au Maroc, a affirmé le secrétaire général du parti de l'Union
Constitutionnelle (UC), Mohamed Abyad.

Le discours royal vient couronner les réformes politiques entamées par le Royaume depuis
des années, a-t-il ajouté dans une déclaration à la MAP, soulignant que ce discours donne une
forte impulsion à la bonne gouvernance et trace une méthodologie de travail basée sur la
transparence et de larges consultations avec les parties concernées et l'opinion publique.

Une consultation avec toutes les composantes du peuple est de nature à renforcer les bases de
ce projet ainsi que l'unanimité faite autour de cette question, a-t-il estimé, relevant que le
discours royal répond aussi aux aspirations de réforme pour avoir traité de toutes les questions
relatives à la réforme institutionnelle.
SM le Roi, le peuple marocain et les partis politiques sont tous animés de la même volonté de
voir le Maroc se doter d'institutions fortes, une aspiration qui fait l'objet d'unanimité, a affirmé
le dirigeant de l'UC.

Le discours royal du 9 mars, "une révolution en douceur " dans l'histoire du pays
(Thami Khyari)

Rabat, 10 mars (MAP)- Le discours adressé, mercredi, par SM le Roi Mohammed VI à la


Nation constitue "une révolution en douceur dans l'histoire du pays", a affirmé le Secrétaire
national du Front des Forces démocratiques (FFD), M. Thami Khyari.

Dans une déclaration à la MAP, M. Khyari a qualifié d'"historique" le discours royal,


indiquant que "cela démontre que Maroc a ses spécificités par rapport aux autres pays de la
région et que le Royaume a la capacité de franchir les étapes avec sérénité.

Pour le FFD, il s'agit d'une nouvelle Constitution et non pas d'amendements constitutionnels
qui mettra le Maroc au diapason des régimes démocratiques occidentaux, a-t-il poursuivi.

M. Khyari a, par ailleurs, souligné la pertinence du choix de Abdeltif Mennouni, en tant que
président de la commission ad hoc pour la révision de la Constitution, relevant que M.
Mennouni est une personnalité notoirement connue pour son professionnalisme et son
engagement en faveur des causes de la nation et du peuple, ouvert et attentif aux autres
opinions.

Dans ce cadre, M. Khyari a exprimé la disposition du FFD à travailler avec ladite commission
pour aboutir à une Constitution en phase avec le Maroc du 21ème siècle.

Le discours royal est allé au-delà des revendications de réforme (Zhor Chekkafi)

Rabat, 10 mars (MAP)- Le discours prononcé mercredi soir par SM le Roi Mohammed VI est
allé au-delà des revendications de réforme, a affirmé la secrétaire générale du Parti Socialiste
Démocratique, Mme Zhor Chekkafi.

Le discours royal, qui a porté sur l'ensemble des aspects de la réforme, constitue un
programme d'action clair et détaillé en ce qui a trait à la Commission consultative de la
régionalisation et aux réformes constitutionnelles, a-t-elle ajouté, notant que ce discours a été
plus audacieux que les revendications de réforme exprimées par l'ensemble des sensibilités
nationales.

La révision constitutionnelle annoncée par le Souverain sera suivie par une série de lois visant
le renforcement de l'Etat de droit, la promotion de la représentativité de la femme et
l'affermissement de la participation féminine en matière de gestion des affaires publiques et
régionales, le renforcement du rôle des régions et la lutte contre les disparités interrégionales,
a souligné Mme Chekkafi.

Elle a en outre appelé les partis politiques à respecter la démocratie au sein de leurs structures
et à accorder un plus grand intérêt aux femmes et aux jeunes, qui ont exprimé lors des
manifestations du 20 février des revendications de réforme globale.
Le discours Royal, un moment fort qui jette les bases d'une nouvelle ère dans notre pays
(M. Laenser)

Rabat, 10 mars (MAP)- Le secrétaire général du parti Mouvement populaire, M. Mohand


Laenser, a affirmé que son parti "a accueilli avec satisfaction" la teneur du discours prononcé
mercredi par SM le Roi Mohammed, soulignant que ce discours "constitue véritablement un
moment fort et fondateur d'une nouvelle ère dans notre pays".

M. Laenser a estimé, dans une déclaration à la MAP, que les réformes annoncées par le
Souverain se recoupent dans leur essence avec plusieurs propositions présentées par le MP,
particulièrement celles relatives à la consécration constitutionnelle de l'amazighité, le
réexamen des équilibres et des attributions, la séparation des pouvoirs et la consolidation du
rôle de la Chambre des représentants, ainsi que la consécration constitutionnelle de la région à
qui les amendements annoncées accordent des attributions renforcées et une indépendance
dans la prise de décision.

Cette réforme "courageuse et globale, qui est allée au delà des attentes, va consacrer la
pluralité qui caractérise le Maroc et confirmer sa primauté à l'échelle du monde arabe et celle
du continent africain", a encore dit M. Laenser, qualifiant le discours royal de "feuille de route
de l'action qui nous attend".

Il a par ailleurs noté que les réformes ont concerné des questions décisives et ont assorties de
délais précis de mise en application, ce qui ne laisse aucun doute quant à la forte volonté
royale de démocratisation et d'édification de l'Etat d'institutions et coupe la route à toute
suspicion ou manoeuvre visant le Maroc.

"Les Marocains sont en droit de garder la tête haute parmi les nations et les Etats à la tradition
démocratique bien ancrée, au regard des réformes annoncées par le Souverain", a conclu M.
Laenser.

M. Mezouar: le discours royal, une révolution douce dans le processus de démocratie et


de développement au Maroc

Rabat, 10 mars. (MAP)- Le discours adressé, mercredi soir, par SM le Roi Mohammed VI à la
nation est "historique" et constitue "une révolution douce" dans le processus démocratique et
de développement" au Maroc, a souligné M. Salaheddine Mezouar, président du
Rassemblement national des indépendants (RNI).

Dans une déclaration, jeudi, à la MAP, M. Mezouar a indiqué que ce discours traduit la
volonté de SM le Roi de voir le Maroc franchir une nouvelle étape pour passer de la transition
vers l'édification sociétale, institutionnelle et démocratique.

La force et la profondeur qui ont caractérisé ce discours obligent l'ensemble des acteurs
politiques et sociaux à saisir ce moment historique et jouer entièrement leur rôle dans le
processus d'édification démocratique, a dit le président du RNI.

Et d'ajouter que l'édification institutionnelle et les changements auxquels appelle SM le Roi


supposent l'existence de partis capables d'assurer leur mission dans la mise en oeuvre du
contenu du discours royal et la mobilisation des citoyens pour bâtir un Maroc de dignité, de
démocratie, d'ouverture et de justice.
La réforme constitutionnelle "nécessite l'ouverture d'un dialogue national" (SG du
PSU)

Rabat, 10 mars (MAP)- Le secrétaire général du Parti socialiste unifié (PSU), Mohamed
Moujahid, a souligné que la réforme constitutionnelle et politique, annoncée par SM le Roi
Mohammed VI, "nécessite l'ouverture d'un dialogue national élargi avec la participation de
toutes les composantes nationales dont les jeunes du mouvement du 20 février".

Dans une déclaration jeudi à la MAP, M. Moujahid a assuré que le PSU "a relevé l'importance
du discours royal qui contenait plusieurs points relatifs à la réforme constitutionnelle et
politique".

Le PSU tiendra une réunion urgente de son bureau politique ainsi qu'une session ouverte de
son conseil national, en fin de semaine, "afin d'analyser d'une manière profonde le contenu du
discours royal car il y a des éléments qui nécessitent une analyse profonde et nous les
traiterons avec sérieux et responsabilité", a-t-il annoncé.

M. Moujahid a mis l'accent sur la disponibilité du parti "à présenter ses propositions et
perceptions et d'agir dans le cadre de ce dialogue national", rappelant que le PSU avait
préparé dès 2006 un document de référence pour les réformes constitutionnelles et politiques.

Le discours royal jette les bases d'une "phase historique" de la vie politique au Maroc
(MP)

Rabat, 10 mars (MAP)- Le Mouvement populaire (MP) a considéré que le discours royal sur
la réforme constitutionnelle a jeté les bases "d'une phase historique" de la vie politique au
Maroc.

Le MP s'est félicité, dans un communiqué, de la réforme constitutionnelle globale annoncée


par SM le Roi, dans le cadre des constantes de la Nation, à savoir l'Islam en tant que religion
de l'Etat garant de la liberté du culte, ainsi que la commanderie des croyants, le régime
monarchique, l'unité nationale, l'intégrité territoriale et le choix démocratique.

Le discours a contenu des "idées audacieuses" qui répondent aux aspirations et attentes du
peuple marocain, a souligné le bureau politique du parti dans ce communiqué.

Aux yeux du MP, la consécration constitutionnelle de la régionalisation confère à la région


une place importante, dans le cadre de l'unité de la nation et l'élection des conseils régionaux
au suffrage universel direct, au même titre que l'attribution aux présidents des conseils
régionaux le pouvoir d'exécution des programmes constitue un saut qualitatif sur la voie de
l'émanation d'une régionalisation avancée de la volonté populaire.

Le Mouvement Populaire fait part de sa mobilisation pour contribuer au succès de ce chantier


et de sa disposition à "participer à l'élaboration d'une constitution démocratique qui répond
aux ambitions du peuple marocain", incitant l'ensemble des forces vives et des citoyens à
adhérer à ce projet.
M. Oualalou: le discours royal assimile l'étape historique actuelle

Rabat, 10 mars (MAP) - Le discours adressé par SM le Roi Mohammed VI à la nation,


mercredi soir, a assimilé l'étape historique actuelle et permettra au Maroc de jouer le rôle de
pionnier dans la région.

Dans une déclaration à la MAP, M. Oualalou a souligné que "le discours royal répond aux
aspirations de la jeunesse marocaine et des partis démocratiques, tout comme il répond aux
exigences de cette phase historique de développement dans la région".

Le Maroc qui a connu un développement remarquable pendant la dernière décennie


s'impliquera désormais dans un nouveau souffle réformateur, a-t-il ajouté.

Le Souverain a également assuré que de larges concertations auront lieu avec les partis au
sujet des amendements de la Constitution, a-t-il souligné, rappelant, dans ce sens, le
mémorandum de réformes soulevé auparavant par l'Union socialiste des forces populaires.

M. Oualalou a également salué le choix de M. Abdellatif Mennouni à la tête de la commission


ad hoc chargée de la révision constitutionnelle, estimant qu'il s'agit d'un éminent
constitutionnaliste reconnu pour son honnêteté intellectuelle et son ouverture à toutes les idées
démocratiques.

Et de poursuivre que le discours royal a de nouveau insisté sur l'importance de continuer


d'aller de l'avant dans le chantier de régionalisation avancée, lequel crée un lien direct entre
l'évolution démocratique et la cause nationale.

Ce vaste chantier est également de nature à renforcer la position du Maroc sur le plan
international, a-t-il dit.

Réactions des personnalités et autres


M. Abdeltif Mennouni: La réforme constitutionnelle portera sur des domaines aussi
larges que variés

Rabat, 10 mars (MAP)- M. Abdeltif Mennouni, auquel SM le Roi Mohammed VI a confié la


présidence de la commission ad hoc pour la révision de la Constitution a affirmé, jeudi à
Rabat, que la réforme constitutionnelle à laquelle a appelé le Souverain portera sur plusieurs
domaines aussi larges que variés.

"Cette réforme se fera en concertation avec les partis politiques, les syndicats, les
organisations de la société civile et de la jeunesse, les acteurs associatifs et scientifiques", a
indiqué M. Mennouni, également membre de la Commission consultative pour la
régionalisation (CCR), lors d'un point de presse conjoint avec le président de la CCR, M.
Omar Azziman.

La commission ad hoc pour la révision de la Constitution ne se contentera pas de l'écoute de


ces composantes mais se concertera avec elles pour parvenir à des solutions que tout le monde
attend.

M. Mennouni a indiqué que la réforme constitutionnelle prévue satisfait les revendications


essentielles, telles la constitutionnalisation des recommandations de l'Instance Equité et
Réconciliation (IER), la concrétisation d'une justice indépendante et d'un gouvernement
démocrate et responsable, ainsi que la consécration de la régionalisation.

La réforme constitutionnelle prendra la forme d'amendements qui seront introduits à la


constitution actuelle, a-t-il dit, insistant sur le fait que cette révision touchera des domaines
variés, "une réforme sans précédent dans l'histoire du Maroc indépendant".

Il a ajouté que SM le Roi a défini les domaines susceptibles de faire l'objet d'amendements
constitutionnels, selon sa propre approche pour déterminer les points qui seront touchés par la
révision.

M. Mennouni a toutefois indiqué que ladite commission est habilitée à fixer d'autres domaines
devant être touchés par cette révision.

Evoquant la méthodologie de travail de la commission, M. Mennouni a souligné que l'action


de la commission, qui se penchera sur le contenu du Discours Royal, ne peut être définie au
préalable sachant que cette action sera le fruit d'un travail collectif empreint de démocratie.

SM le Roi avait annoncé mercredi dans un Discours à la Nation la mise en place d'une
commission ad hoc pour la révision de la Constitution et la nomination de M. Abdeltif
Mennouni à sa présidence.
Le Souverain a invité cette commission à être à l'écoute et à se concerter avec les partis
politiques, les syndicats, les organisations de jeunes et les acteurs associatifs, culturels et
scientifiques qualifiés, en vue de recueillir leurs conceptions et points de vue à ce sujet.

La commission se doit de soumettre les résultats de ses travaux à la Haute appréciation royale
dans le courant du mois de juin prochain, avait souligné SM le Roi, avant d'appeler ladite
commission à faire preuve d'imagination et de créativité pour proposer un dispositif
constitutionnel avancé pour le Maroc d'aujourd'hui et de demain.

Le discours royal annonce avec "audace et clarté" une nouvelle génération de réformes
(Noureddine Ayouch)

Rabat, 10 mars (MAP)- Le discours adressé par SM le Roi à la Nation, mercredi soir, annonce
avec "audace et clarté" une nouvelle génération de réformes constitutionnelles, a affirmé M.
Noureddine Ayouch, acteur économique et associatif.

Dans une déclaration, jeudi, à la MAP, M. Ayouch a indiqué qu'à travers les réformes qu'il
annonce, "une première", le discours royal traduit la forte volonté de consolider la démocratie
et l'Etat de Droit, en consécration du modèle marocain.

Mettant en avant l'importance de ces réformes, il a appelé les jeunes, les femmes et la société
civile à assumer pleinement leur rôle dans cette dynamique de réforme et d'avenir.

SM le Roi a répondu aux aspirations du peuple marocain dans un laps de temps réduit ce qui
témoigne de "Sa forte volonté d'ancrer davantage la démocratie".
M. Hilale expose devant le Conseil des droits de l'homme la réforme constitutionnelle
lancée par SM le Roi

Genève, 10 mars (MAP)- L'ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l'Office


des Nations unies à Genève, M. Omar Hilale a présenté, jeudi, devant le Conseil des droits de
l'homme (CDH) de l'ONU, la réforme constitutionnelle globale annoncée la veille, dans un
discours à la Nation, par SM le Roi Mohammed VI.

L'engagement irréversible du Maroc en faveur des droits de l'Homme et sa détermination à


assurer leur pleine jouissance par tous les Marocains ont été réaffirmés, hier soir, par SM le
Roi Mohammed VI, dans son discours à la Nation, a souligné M. Hilale, qui s'exprimait lors
du débat interactif avec les Rapporteurs spéciaux sur la situation des défenseurs des droits de
l'Homme et sur la liberté de religion ou de conviction, dans le cadre de la 16ème session du
CDH.

Le diplomate marocain a précisé que le Souverain a confirmé la place qu'occupent les droits
de l'Homme dans la politique de l'Etat en annonçant, dans ce discours, le lancement d'un
chantier de réforme constitutionnelle globale dont les fondamentaux seront "la consolidation
de l'Etat de droit et des institutions, l'élargissement du champ des libertés individuelles et
collectives et la garantie de leur exercice, ainsi que le renforcement du système des droits de
l'Homme dans toutes leurs dimensions, politique, économique, sociale, culturelle,
environnementale et de développement".

Il a ajouté qu'au cœur de cette réforme se trouvent les sept fondements majeurs, à savoir la
consécration de la pluralité de l'identité marocaine unie et riche de la diversité de ses
affluents, la constitutionnalisation des recommandations judicieuses de l'Instance Equité et
Réconciliation, ainsi que des engagements internationaux du Maroc en la matière, le
renforcement de l'indépendance du pouvoir judiciaire, la prééminence de la Constitution, la
suprématie de la loi et l'égalité de tous le Marocains devant elle, la consolidation du principe
de séparation et d'équilibre des pouvoirs et l'approfondissement de la démocratisation, de la
modernisation et la rationalisation des institutions.

Il s'agit également, a-t-il poursuivi, du renforcement des organes et outils constitutionnels


d'encadrement des citoyens, de la consolidation des mécanismes de moralisation de la vie
publique et la nécessité de lier l'exercice de l'autorité et de toute responsabilité ou mandat
publics aux impératifs de contrôle et de reddition des comptes et de la constitutionnalisation
des instances en charge de la bonne gouvernance, des droits de l'Homme et de la protection
des libertés.

L'ambassadeur marocain a indiqué que ce gigantesque chantier de réforme constitutionnelle


consacrera également le projet de régionalisation avancée lancée par SM le Roi en janvier
2010, et conférera à la région la place qui lui échoit dans la Constitution, parmi les
collectivités territoriales, et ce, dans le cadre de l'unité de l'Etat, de la Nation et du territoire et
conformément aux exigences d'équilibre et de solidarité nationale entre et avec les régions
dans un Maroc moderne et démocratique.

Il a fait remarquer, à ce propos, que l'engagement irréversible du Maroc en faveur des droits
de l'Homme et sa détermination à assurer leur pleine jouissance par tous les Marocains
découlent de ses choix stratégiques et de son engagement irréfragable pour la consolidation de
la démocratie et de l'Etat de droit.
Abordant le point à l'ordre du jour de ce débat interactif, M. Hilale a signalé que le Maroc a
toujours défendu le rôle des défenseurs des droits de l'Homme dans la promotion et la
protection de tous les droits de l'Homme et pour tous, notamment lorsqu'ils agissent loin de
toute politisation ou instrumentalisation de leur mandat. Le Maroc, a-t-il dit, a également, tenu
à répondre promptement à toutes les communications reçues de la Rapporteur spéciale.

Il a souligné que la protection des défenseurs des droits de l'Homme doit être garantie pour
tous, sans exception ni distinction de sexe, de race ou de religion, faisant observer que les
défenseurs des droits de l'homme ont aussi des devoirs et des obligations et sont comptables
devant la loi et la législation de leur pays, comme tout citoyen. C'est pourquoi, a-t-il insisté,
ils doivent agir dans le plein respect du cadre juridique régissant leur action, à savoir la
Déclaration de 1998 sur le droit et la responsabilité des individus, groupes et organes de la
société de promouvoir et protéger les droits de l'homme et les libertés fondamentales
universellement reconnus .

Les défenseurs des droits de l'homme ne sont pas des acteurs sans statut et ne doivent pas se
laisser instrumentaliser, notamment par des étrangers, a-t-il souligné.

Le discours royal du 9 mars, une "révolution" pour la démocratie locale (maire de Fès)

Fès, 10 mars (MAP)- Le discours royal du 9 mars constitue une "révolution" pour la
démocratie locale, a affirmé le maire de la ville de Fès, M. Hamid Chabat.

"Le discours royal constitue une + révolution+ pour la démocratie locale, à travers la
préservation de l'identité nationale et la consécration constitutionnelle de la régionalisation,
dans le cadre de l'unité de l'Etat, de la Nation et du territoire et conformément aux exigences
d'équilibre et de solidarité nationale entre les régions", a dit M. Chabat, dans une déclaration à
la MAP.

Notant que les réformes lancées par SM le Roi Mohamed VI sont de nature à poser les jalons
d'une régionalisation maroco-marocaine dans l'ensemble du territoire national, il a salué, à cet
égard, l'élargissement des prérogatives des présidents des régions.

Ces réformes contribueront par ailleurs à consolider le rôle du Maroc sur la scène régionale et
internationale, notamment dans le cadre de son statut avancé avec l'Union européenne, a-t-il
poursuivi.

M. Chabat, qui est aussi le secrétaire général de l'Union générale des travailleurs du Maroc
(UGTM), a salué la mise en place de la commission de révision de la Constitution, qui mènera
des concertations avec les partis politiques, les syndicats, les organisations de jeunes et les
acteurs associatifs, culturels et scientifiques.

Le maire de la ville de Fès n'a pas manqué d'appeler les partis politiques à Âœuvrer, avec
sérieux et sérénité, à la consécration du modèle démocratique marocain érigé par le Souverain
et à l'organisation des structures de leurs formations politiques respectives.

Dans une déclaration similaire, M. M'hamed Douiri, président de la région Fès-Boulemane a


qualifié le discours royal de "la plus importante révolution dans toute l'histoire du royaume".
Avec une nouvelle constitution, qui sera aussi développée que celles de pays enracinés dans la
démocratie, le Maroc entrera de plain-pied dans l'étape la plus importante de son histoire, a
souligné M. Douiri.

Revenant sur le processus de régionalisation, M. Douiri s'est félicité de l'élargissement des


prérogatives des présidents des régions, qui leur permettront d'accomplir leurs missions avec
efficacité.

Le discours royal apporte des réformes profondes à la gouvernance territoriale (maire


de Tanger)

Tanger, 10 mars (MAP)- Le discours adressé par SM le Roi Mohammed VI à la Nation


apporte des réformes profondes qui vont permettre de jeter les bases d'une nouvelle étape dans
la gouvernance territoriale axée sur la régionalisation avancée, a relevé le maire de Tanger, M.
Fouad El Omari.

Dans une déclaration à la MAP, M. El Omari a affirmé que ce discours historique annonce
des réformes profondes ouvrant la voie à la consécration de la participation active des élites
locales et régionale dans la gestion des régions.

"La régionalisation avancée renforcera le processus démocratique en cours au Maroc, en


apportant une panoplie de réformes politiques, économiques et sociales", a-t-il ajouté.

Le discours vient affirmer un nouveau concept de la régionalisation basé sur la volonté du


peuple et accordant de larges compétences aux régions, ce qui est à même d'installer une
concurrence positive entre les régions et faire émerger des élites locales contribuant
efficacement au développement local, a estimé M. El Omari.

Les institutions et formations politiques et syndicales, au niveau local et national, sont


appelées à s'inspirer du contenu du discours royal et à engager des réformes internes pour
encourager les jeunes à participer à cette dynamique de réforme, a-t-il noté.

Le discours royal, "tournant décisif " dans la vie de la nation (acteurs politiques et
universitaires de Tétouan)

Tétouan, 10 mars (MAP)-Des acteurs associatifs, universitaires et élus, dans la ville de


Tétouan, ont qualifié "d'historique et de tournant décisif " le discours adressé à la nation par
SM le Roi Mohammed VI, mercredi soir.

"C'est un discours historique" a déclaré à la MAP le bâtonnier de l'ordre des avocats à


Tétouan Hassan El Kharraz selon lequel, SM le roi, a répondu aux aspirations de Son peuple
dans toutes ses composantes.

Ce discours, a-t-il ajouté, ouvre de nouvelles perspectives en matière de régionalisation


avancée, des droits de l'Homme, en particulier en matière d'indépendance de la justice, une
des principales revendications du corps des avocats dans le royaume.

C'est un "discours courageux" note pour sa part le vice-président de l'Université Abdlemalek


Essadi (UAE), Hassan Ezbakh, soulignant que le Maroc sera désormais doté d'une
Constitution moderne qui va le propulser au rang des Etats les plus démocratiques dans le
monde, grâce à la consécration constitutionnelle de la pluralité, la consolidation de l'Etat de
droit, la séparation des pouvoirs, et l'élection d'un parlement issu d'un scrutin libre et
transparent.

"Le Maroc entier va sortir gagnant de cette nouvelle étape", a encore souligné M. Ezbakh
émettant l'espoir que les hommes politiques, la société civile et les autres composantes de la
nation soient à la hauteur d'un Maroc nouveau conformément au souhait et à la volonté du
Souverain.

Pour sa part, le vice-président de la commune urbaine de Tétouan, Abdelouahed Asrihane,


membre du secrétait provincial de l'USFP, s'est réjoui de ce " tournant décisif" qui répond aux
aspirations du peuple et de la classe politique dans la mesure où il consacre davantage l'Etat
de droit. Selon lui, il s'agit la d'une véritable transformation politique et constitutionnelle.

Le discours royal jette les bases d'un nouveau mode de gouvernance au Maroc (élu)

Nador, 11 mars (MAP) - Le président du Conseil provincial de Nador, M. Said Rahmouni, a


affirmé que le discours royal du 9 mars, portant une réforme constitutionnelle profonde, jette
les bases d'un nouveau mode de gouvernance au Maroc.

L'un des socles de cette réforme majeure est la consolidation des fondements de la
régionalisation avancée dans les différentes régions du Royaume, avec, en tête, les provinces
du Sahara marocain, a-t-il souligné dans une déclaration à la MAP.

M. Rahmouni, également Président de l'Association méditerranéenne pour le développement


durable, a indiqué que ce discours "historique" constitue une "véritable révolution" qui érigera
le modèle démocratique marocain en cas d'école pour les pays en développement.

Les réformes contenues dans le discours royal répondent aux attentes populaires par des
réformes constitutionnelles ambitieuses visant à renforcer la démocratie et l'Etat de droit à
travers l'élargissement du champ des libertés et la promotion des droits de l'Homme dans
toutes ses dimensions sociale, politique, économique et culturelle, a-t-il dit.

Ces réformes constitueront un tournant décisif dans l'histoire du Royaume d'autant plus
qu'elles portent également sur le renforcement de l'indépendance de la justice et la
consécration constitutionnelle de la pluralité de l'identité marocaine riche de la diversité de
ses affluents, y compris l'amazighité.

Les réformes annoncées par SM le Roi ouvrent la voie au développement durable


(acteurs politiques et associatifs d'Essaouira)

Essaouira, 10 Mars (MAP)-Des élus et acteurs associatifs d'Essaouira ont été unanimes à
souligner que les réformes annoncées dans le discours adressé, mercredi, par SM le Roi
Mohammed VI à la Nation, tracent le chemin pour l'édification d'une société bien impliquée
dans les chantiers de développement durable.

Dans des déclarations à la MAP, ces acteurs ont estimé que le discours royal ouvre également
la voie devant un développement humain durable basé sur e modèle de régionalisation
avancée.
Pour le président du Conseil municipal, M. Mohammed El Farah, le discours Royal inaugure
une nouvelle ère de réformes politiques et socio-économique et marque une nouvelle étape
dans le processus de consolidation de la démocratie, et des droits de l'Homme.

De son côté, M. Abdelkader Adlaoui, l'Inspecteur provincial du Parti de l'Istiqlal à Essaouira,


a indiqué que le discours royal a annoncé des réformes constitutionnelles et politiques qui
répondent largement à toutes les attentes du peuple marocain, soulignant que ces réformes
constitueront une nouvelle étape dans le processus de développement politique et socio-
économique du Maroc moderne et démocratique.

Le Trésorier du secrétariat provincial du Parti de l'Union socialiste des Forces Populaires, M.


Abdelali Khallad, a relevé, pour sa part, que le discours royal, est un projet sociétal
prometteur et équitable, qui consolide davantage les liens entre le Trône et le peuple.

Quant au président de la Chambre du Commerce, d'Industrie et des Services à Essaouira, M.


El Jouhari Abdelkébir, il a qualifié le discours de tournant historique, notant que cette
dynamique nécessite l'implication de l'ensemble des acteurs pour en tirer profit et réussir tous
les chantiers de développement durable.

Pour sa part, le président de l'Association Essaouira Mogador, M. Radouane Khan, a noté que
ce discours est une étape historique qui ouvrira de nouvelles perspectives pour consolidation
de l'édifice du Maroc moderne et démocratique, ajoutant que la régionalisation avancée sera
un atout pour le développement territorial et la bonne gouvernance au Maroc.

La présidente de la section locale de l'Union Nationale des Femmes Marocaines à Essaouira,


Mme Amatoullah Ait Mohamad, a de son côté déclaré que le discours royal est porteur d'un
projet prometteur qui réponde à toutes les préoccupations politiques et socio-économiques
notamment celles des femmes et des jeunes.

Idem pour le président de la section locale de l'Association Marocaine des Droits de l'Homme,
M. Abdellatif Didouch qui a indiqué le discours royal trace le cadre d'une véritable
transformation constitutionnelle, politique et institutionnelle à laquelle la société civile doit
également participer.

Le Coordinateur du Réseau Associatif " Espace Mogador " pour le développement durable et
la gouvernance participative, M. Rachid Jaidi, a, pour sa part, affirmé que le discours de 9
mars est une meilleure réponse aux attentes du peuple marocain notamment les jeunes.

M. Azziman: La CCR a œuvré à l'élaboration d'un modèle de régionalisation


spécifiquement marocain

Rabat, 10 mars (MAP)- La Commission consultative pour la régionalisation (CCR) a œuvré à


l'élaboration d'un modèle de régionalisation spécifiquement marocain qui tient compte des
réalités marocaines et répond aux attentes de la société et à la phase historique que traverse le
Maroc, a affirmé, jeudi à Rabat, M. Omar Azziman, président de la CCR.

Lors d'un point de presse conjoint avec M. Abdeltif Mennouni, auquel SM le Roi Mohammed
VI a confié la présidence de la commission ad hoc pour la révision de la Constitution, M.
Azziman a indiqué que la commission a travaillé d'une manière soutenue pendant une année
en vue d'élaborer des conclusions relatives au projet de régionalisation initié par le Souverain.
Il a ajouté que la commission s'est intéressée aux expériences étrangères pilotes, tout en
veillant à élaborer un modèle marocain qui répond dans son essence aux attentes de la société
et tient compte des réalités géographiques et économiques du Royaume.

M. Azziman a relevé que la commission a réalisé que la Constitution actuelle ne se prête pas à
la mise en place de la régionalisation avancée, d'où la nécessité de proposer des amendements
constitutionnels qui touchent certains points relatifs essentiellement au thème de la
régionalisation, notamment l'article 101, qui confère au wali ou au gouverneur le pouvoir
d'exécution des décisions des conseils régionaux.

La commission a considéré que la consécration d'une régionalisation avancée requiert d'abord


l'élection au suffrage direct du conseil régional et la dévolution du pouvoir exécutif au
président dudit conseil, a-t-il ajouté, soulignant que la commission a également recommandé
le renforcement de la présence de la femme dans les conseils régionaux à travers l'ajout d'un
alinéa à l'article sur l'égalité entre hommes et femmes, de sorte à encourager l'accès de la
femme aux postes de direction.

Le projet de régionalisation avancée vient s'ajouter au chantier plus vaste de la révision de la


Constitution, a dit M. Azziman, qualifiant ce chantier ouvert de tournant historique et crucial
pour le Maroc, du fait que la vocation de la Constitution est de garantir les libertés
individuelles et collectives ainsi que les droits de l'Homme.

La commission a voulu que la région soit un levier du développement économique, social et


culturel, a ajouté M. Azziman, soulignant que la première des priorités de cette commission
est d'éradiquer les disparités régionales et de mettre en place des mécanises susceptibles de
réaliser cet objectif.

Le discours royal ouvre de nouvelles perspectives dans l'édification d'un Maroc fort de
ses Institutions (président de l'IMRI)

Casablanca, 10 mars (MAP)- Le discours adressé par SM le Roi Mohammed VI à la nation,


mercredi soir, ouvre de nouvelles perspectives qui contribueront, sans nul doute, à
l'édification d'un Maroc fort de ses institutions, a affirmé le président de l'institut marocain
des relations internationales (IMRI), M. Jawad Kerdoudi.

Dans une déclaration à la MAP, le Pr Kerdoudi a indiqué que le discours royal revêt une
grande importance dans la mesure où il répond à l'ensemble des revendications de la société
civile particulièrement après la marche du 20 février et à la lumière de ce qui se passe dans
certains pays arabes.

La réforme constitutionnelle constitue un pilier dans la modernisation des structures de l'Etat,


a-t-il ajouté, soulignant l'importance du renforcement du statut du premier Ministre afin qu'il
soit doté d'un pouvoir exécutif effectif à l'instar des pays démocratiques, en plus de conférer à
la Chambre des représentants de nouvelles compétences.

Le Pr Kerdoudi a également mis en relief la consécration constitutionnelle de la


régionalisation avancée, rappelant que l'IMRI a mené plusieurs travaux sur ce sujet.
Le discours royal inaugure une nouvelle ère pour le Maroc (Pr. A.Tazi)

Rabat, 10 mars (MAP)- Le discours adressé, mercredi, par SM le Roi Mohammed VI à la


Nation, inaugure une nouvelle ère pour un Maroc nouveau, a affirmé le professeur Abdelhadi
Tazi, membre de l'Académie du Royaume.

Dans une déclaration, jeudi, à la MAP, le Pr.Tazi a ajouté que le discours royal marque
l'amorce d'une nouvelle ère porteuse d'espoirs, de sorte que "chaque citoyen ressent qu'il vit
aujourd'hui une phase différente de celle d'hier ".

M. Tazi a appelé les juristes "à déboucher sur des choses concrètes qui répondent aux
aspirations de ces générations qui attendaient ce genre de discours", félicitant, à cette
occasion, le peuple marocain pour cette nouvelle ère de réformes.

La constitutionnalisation des recommandations de l'IER, une "révolution" en matière


de droits de l'Homme (acteur de la société)

Tanger, 10 mars (MAP)-La constitutionnalisation des recommandations de l'Instance équité et


réconciliation (IER) constitue une "révolution" en matière de droits de l'Homme au Maroc, a
estimé M. Abdellah Zaydi, acteur de la société civile et des droits de l'Homme dans la ville de
Tanger.

Dans une déclaration à la MAP, M. Zaydi, membre de l'Association marocaine des droits
humains (AMDH), a relevé que cette constitutionnalisation, annoncée dans le discours adressé
par SM le Roi à la Nation, permettra la consécration claire et sans équivoque des principes de
droits de l'Homme tels que reconnus universellement.

"L'intégration des recommandations de l'IER dans la constitution garantira le respect des


droits de l'Homme", a-t-il noté, soulignant que la réforme constitutionnelle annoncée par SM
le Roi répond aux aspirations du peuple marocain et de ses élites politiques.

Le discours Royal est intervenu au moment opportun pour couronner un chantier continu dans
le temps, qui a porté sur des réformes politiques, économiques et sociales ayant permis de
préparer le terrain à une constitution ouverte et démocratique, a ajouté M. Zaydi.

Le contenu du discours Royal est un "pas géant" allant plus loin que les revendications d'un
ensemble de formations politiques et de jeunes mouvements, en incluant les questions de la
régionalisation, de la réforme constitutionnelle, de l'identité plurielle du Maroc et des
compétences des instances élues, a-t-il dit.

Le discours royal illustre la volonté d'asseoir le leadership du Maroc aux plans arabe et
africain (universitaire)

Casablanca, 10 mars (MAP)- Le discours royal sur les réformes constitutionnelles reflète une
ouverture et une volonté de booster le développement du Maroc, aux fins de lui assurer un
leadership aux plans arabe et africain, a affirmé jeudi Ahmed Essalmi Idrissi, doyen de la
Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales-Hassan II à Casablanca.

Dans une déclaration à la MAP, M. Essalmi Idrissi a ajouté que le discours royal prône une
nouvelle vision politique et constitutionnelle pour le Maroc, faisant remarquer que les
fondamentaux soulignés dans le discours royal ont été auparavant au centre d'un débat
national.

En constitutionnaliste, il a expliqué que cette nouvelle vision porte essentiellement sur une
refondation de l'Etat et son édification sur une nouvelle donne territoriale conformément au
projet de régionalisation qui constitue le socle de la nouvelle constitution annoncée.

Et du coup, a-t-il indiqué, les régions auront une meilleure représentativité et seront une des
composantes du Conseil Constitutionnel.

Mieux encore, le discours royal accorde, selon lui, une place prépondérante aux droits, aux
libertés, à l'identité nationale, au rôle du Parlement et du gouvernement ainsi qu'aux
prérogatives du Premier ministre.

M. Essalmi Idrissi n'a pas manqué de plaider pour une réelle synergie de l'ensemble des
acteurs politiques et composantes de la société et ce, aux fins de participer ensemble à ce
vaste chantier de réforme ouvert par SM le Roi Mohammed VI.

Le discours Royal vient couronner les acquis et les réformes globales (universitaire)

Tanger, 10 mars (MAP)- Le discours adressé mercredi par SM le Roi à la Nation constitue le
couronnement d'un ensemble d'acquis importants et de réformes globales engagées au Maroc
durant la dernière décennie, a affirmé Mohamed Amrani Boukhobza, professeur et chercheur
à l'université Abdemalek Essaadi de Tanger.

Dans une déclaration à la MAP, le chercheur, spécialisé dans la régionalisation et la


gouvernance locale, a noté que la dynamique de réforme a démarré avec l'annonce du
"nouveau concept de l'autorité" et a été marquée par le lancement de grands chantiers de
réformes sur les plans économiques, politiques et sociaux.

"Grâce à ces grands chantiers, le Maroc est aujourd'hui prêt pour cette réforme
constitutionnelle, loin de toutes pressions internes ou externes", a-t-il estimé, ajoutant que
cette réforme répond aux attentes de plusieurs formations politiques et parties de la société
civile.

Le discours royal a également jeté des bases claires pour la régionalisation avancée à laquelle
aspire le Maroc, en optant pour l'élection directe des conseils régionaux et en mettant l'accent
sur la solidarité et l'équilibre entre les différentes régions, a poursuivi M. Amrani.

M. Hourani : le discours royal, une réponse globale à toutes les questions

Casablanca, 10 mars. (MAP)- Le discours adressé par SM le Roi Mohammed VI à la nation,


mercredi soir, marque l'histoire du Maroc nouveau et donne une réponse globale à toutes les
questions posées dans les sphères politiques, économiques et sociales au Maroc, a souligné M.
Mohamed Hourani, président de la Confédération générale des entreprises du Maroc
(CGEM).

Dans une déclaration, jeudi, à la MAP, M. Hourani a indiqué que ce discours s'inscrit dans la
continuité du processus de réforme déjà entamé au Royaume et donne forme aux aspirations
de SM le Roi et de son peuple.
Ce discours illustre d'une manière édifiante la confiance que SM le roi Mohammed VI porte
pour le peuple marocain, a-t-il affirmé, ajoutant que ce pas historique incite à la mobilisation
de tous les acteurs politiques et socio-économiques et ce, pour réussir ce grand projet
structurant de notre pays.

"La nouvelle constitution va révolutionner la gouvernance dans le pays et contribuera de


manière capitale à l'amélioration du climat d'affaires et à l'augmentation de l'activité
économique à travers l'encouragement de l'action des investisseurs marocains et étrangers", a
souligné le président de la CGEM avant de mettre en avant la signification profonde de cette
nouvelle constitution qui permettra à chaque région de contribuer de manière optimale a
l'effort de développement local et national.

Le discours royal évoque en profondeur les dossiers ouverts sur le plan politique depuis
la fin des années 90 (Khrouz)

Rabat, 10 mars -(MAP)- Le discours royal du 9 mars a évoqué en profondeur les grands
dossiers ouverts sur le plan politique au Maroc, depuis la fin des années 90, a indiqué, jeudi à
Rabat, le directeur de la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc (BNRM), M. Driss
Khrouz.

"Le discours royal a ouvert de nouveau ce chantier", a déclaré M. Khrouz à la MAP, ajoutant
que l'importance du discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI repose sur trois niveaux.

En premier lieu, a-t-il dit, toutes les réformes annoncées se situent au niveau constitutionnel et
non technique, formel ou périodique, elles sont au cœur de la gouvernance et de la politique
du pays.

En deuxième lieu, ces réformes ont évoqué les grandes institutions qui joueront un rôle
pionnier pour une réforme de fond au Maroc, a-t-il estimé.

Quant au troisième volet, il consiste en la création de la Commission consultative de révision


de la Constitution dont la présidence a été confiée à M. Abdeltif Mennouni, connu pour sa
compétence, sa probité et sa défense de la démocratie et de la modernité, a-t-il poursuivi.

M. Khrouz a estimé également que le contenu du discours royal constitue une feuille de route
pour les réformes et un agenda qui confie aux acteurs politiques, gouvernement, partis et
société civile, la responsabilité pour la modernisation du pays, le renforcement de la
démocratie, la lutte contre la corruption, la consolidation de la transparence dans la gestion et
l'organisation de l'économie nationale.

Il a affirmé aussi que le discours royal intervient dans un cadre responsable marqué par un
climat paisible et l'aspiration à l'ouverture de perspectives d'avenir.

Les conditions sont réunies au Maroc pour consacrer la démocratie dans son acception
universelle (M. Saaf)

Rabat, 10 mars (MAP) - Les conditions sont réunies aujourd'hui au Maroc pour consacrer la
démocratie dans son acception universelle, a souligné jeudi M. Abdellah Saaf, membre de la
commission consultative de révision de la Constitution dont la cérémonie d'installation s'est
tenue jeudi sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI.
La création de cette commission "est un rendez-vous important et un événement historique
très significatif pour l'avenir du Maroc", a déclaré M. Saaf à la MAP à l'issue de cette
cérémonie.

Pour cet universitaire, l'installation de cette commission est "le point de départ pour des
réformes profondes de nature à ouvrir de nouvelles perspectives pour notre société et notre
Etat, et à conforter sa position régionale".

Le Professeur Abdellah Saaf est directeur du Centre des études et recherches en sciences
sociales.
La réforme de la Constitution, un chantier qui vient compléter le processus de réformes
engagé au Maroc (Mme Rajae Mekkaoui)

Rabat, 10 mars -(MAP)- La réforme de la Constitution est un chantier d'envergure qui vient
compléter le processus de réformes engagé par SM le Roi Mohammed VI au Maroc, a
souligné, jeudi à Rabat, Mme Rajae Mekkaoui, membre de la Commission consultative de
révision de la Constitution.

SM le Roi a engagé un long processus de réformes entamé par le projet de régionalisation et


qui sera parachevé par la réforme de la loi fondamentale du pays, a ajouté Mme Mekkaoui
dans une déclaration à la presse à l'issue de la cérémonie d'installation de la Commission
consultative de révision de la Constitution.

"C'est un grand chantier qui demande la contribution de tous", a-t-elle estimé, soulignant que
la révision de la Constitution se fera de concert avec les différentes forces politiques du pays.

Le discours royal a fait une place importante aux femmes (Forum)

Tanger, 10 mars (MAP)- Le discours adressé par SM le Roi Mohammed VI à la nation,


mercredi soir, a fait une place importante aux femmes, ont souligné, jeudi à Tanger, les
participantes au 1-er Forum des femmes élues locales d'Afrique, qui se tient du 8 au 11 mars
dans la ville de détroit.

Lors de la séance consacrée au lancement du Réseau des femmes élues locales, les
participantes ont indiqué que le discours royal a souligné l'importance d'assurer la légalité
entre les hommes et les femmes et d'en faire une réalité institutionnelle.

Le Souverain a rappelé dans le discours royal que le renforcement de la participation de la


femme à la gestion des affaires régionales et à l'exercice des droits politiques figure parmi les
orientations fondamentales du Royaume.

Les Marocains d'Afrique du Sud saluent les réformes "déterminantes" contenues dans
le discours royal

Pretoria, 10 mars (MAP)- L'association des Marocains d'Afrique du Sud a salué jeudi les
réformes "profondes et déterminantes" contenues dans le discours royal, qu'elle a qualifié
"d'historique et d'innovant".

"Le discours historique et innovant adressé par SM le Roi Mohammed VI à la Nation a


répondu aux attentes et aspirations du peuple et a apporté les réformes profondes et
déterminantes tant attendues par l'ensemble de la Nation", a souligné dans une déclaration à la
MAP le président de l'Association, M. Abdeslam Habiballah, au nom de l'ensemble des
Marocains établis en Afrique du Sud.

"Ce discours donne la preuve que SM le Roi Mohammed VI a toujours été à l'écoute des
aspirations et attentes du peuple", a ajouté M. Habiballah, qui a exprimé la détermination de
l'ensembles des Marocains d'Afrique du Sud a se mobiliser pour mener à bien toutes les
réformes "courageuses" annoncées par SM le Roi.

"Le Maroc qui reste un modèle à suivre a toujours su franchir les obstacles avec sérénité et
détermination", a-t-il soutenu.

Le Réseau sahraoui en Afrique pour le soutien à l'autonomie se félicite de la teneur du


discours royal

Dakar, 10 mars -(MAP)- Le Réseau des sahraouis établis en Afrique pour le soutien à la
proposition d'autonomie au Sahara s'est félicité de la teneur du discours royal historique du 9
mars, qui consolide les acquis des réformes démocratiques et augure d'une nouvelle ère au
Maroc.

"Le Réseau des sahraoui établis en Afrique pour le soutien au projet d'autonomie exprime sa
profonde satisfaction du contenu du discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI, le 9
mars. Un discours courageux et audacieux qui marque un tournant historique et offre une
véritable feuille de route pour l'édification d'un Maroc moderne et démocratique", souligne le
coordonnateur du Réseau, Naji Moulay Lahcen.

"Les membres du réseau considèrent que les reformes annoncées dans le discours royal
viennent couronner celles entamées par Sa Majesté le Roi depuis son accession au Trô ne, et
inaugurent une nouvelle ère pour le peuple marocain", a-t-il affirmé dans une déclaration à la
MAP.

"Les membres du Réseau s'engagent à adhérer avec responsabilité et volonté, en tant que
société civile, à l'aboutissement ce chantier de réformes et comptent se mobiliser avec
dynamisme dans les pays d'accueil pour donner la vraie image de notre pays qui constitue une
exception dans notre région", a-t-il affirmé.

Le Réseau des sahraouis en Afrique a été crée, récemment à Dakar, afin de mobiliser la
diaspora sahraouie établie dans différents pays de l'Afrique subsaharienne en faveur de la
proposition marocaine d'autonomie et de témoigner, auprès des pays d'accueil, de
l'attachement des sahraouis à cette proposition, qui constitue la voie la plus crédible pour
régler définitivement le conflit fictif autour de la question du Sahara marocain.

Le Club des investisseurs marocains au Sénégal se réjouit des décisions annoncées par
SM le Roi

Dakar, 11 mars -(MAP)- Le Club des Investisseurs marocains au Sénégal (CIMAS) s'est
réjoui des décisions annoncées dans le discours historique de SM le Roi Mohammed VI, le 9
mars, et exprimé sa totale adhésion à cet élan de réformes pour le parachèvement de
l'édification d'un Maroc moderne et démocratique.

"Depuis l'avènement de SM le Roi Mohammed VI au trô ne de Ses glorieux ancêtres, le


Maroc ne cesse d'évoluer dans le bon sens, et le discours royal du 9 mars atteste de cette
évolution émanant d'un grand esprit éclairé", indique dans une déclaration à la MAP, le
président du Club, M. Lahlou Sidi Mohamed.

Il a exprimé le souhait des marocains résidant à l'étranger "d'être associés à cette dynamique
et d'être impliqués dans les assises nationales" autour de ce chantier d'édification lancé par le
Souverain. "Nous souhaitons être associés à des assises nationales dirigées par des personnes
objectives ayant le courage et la sincérité de traiter les questions concernant toutes les couches
sociales. Une volonté qui émane de notre disposition d'accompagner l'élan de SM le Roi pour
la démocratie et l'ouverture", a dit M. Lahlou qui est également secrétaire général du Cercle
Sénégal-Maroc d'amitié et de fraternité (CESEMAF).

Dans Son discours à la Nation, SM le Roi a annoncé une révision constitutionnelle profonde,
vouée à la consolidation de la démocratie et de l'Etat de droit.

Visionnaire, SM le Roi est allé "au-delà des attentes de son peuple"

Dakar, 11 mars (MAP) - En annonçant dans son discours des réformes constitutionnelles
profondes, SM le Roi Mohammed VI, un "visionnaire", est allé "au-delà des attentes de son
peuple", indique l'agence de presse africaine (APA).

Dans un commentaire sur ce discours, l'agence, basée à Dakar, relève que la monarchie
marocaine "n'a pas perdu son sens légendaire d'anticiper les événements à travers une lecture
lucide du moment" et l'engagement à mettre en Âœuvre les réformes "souhaitées par les
populations".

L'agence ajoute que le Maroc "n'a rien à voir avec ses pairs arabes" en ce sens que le
Royaume a bien réussi, depuis déjà longtemps, "à s'amarrer aux exigences des temps
modernes", ajoutant que le Maroc "accorde beaucoup de libertés à ses citoyens".

"Jeune et dynamique, son Roi, Mohammed VI qui fait du développement tout court et de celui
des services de base son principal cheval de bataille, jouit de beaucoup de respect et d'une
grande sympathie au sein des couches sociales marocaines", relève APA.

"Sa manière de gouverner suscite l'intérêt de plus d'un observateur parce qu'il s'impose
l'obligation de faire des réalisations et d'être toujours prêt de ses sujets", poursuit la même
source précisant que le Souverain, fort de cette volonté et de cette manière de faire toute
particulière, "est resté très proche de son opinion dont il est attentif à ses moindres besoins et
à ses demandes".

L'agence africaine fait remarquer que SM le Roi "n'a pas attendu que les gens descendent dans
les rues, manifestent et exigent des changements comme c'est le cas dans d'autres pays arabes
pour se pencher sur la réforme des institutions marocaines afin de les adapter aux exigences
du moment".

"Il a été perspicace en décidant d'anticiper et de prévoir. Et c'est dans ce contexte marqué par
de véritables révolutions dans le monde arabe qu'est intervenue l'adresse du Roi au peuple
marocain. Il a mis sur la table deux grandes reformes : la régionalisation et les modifications
constitutionnelles, note l'auteur de la dépêche.
Par rapport au premier thème, explique-t-il, il s'agit d'accorder une large autonomie aux
régions marocaines afin qu'elles puissent s'autogérer, loin de l'autorité des gouverneurs
nommés, par des présidents élus par les populations.

"Au moment où les pouvoirs dans l'espace arabo-musulman s'acharnent à concentrer toutes
les prérogatives entre leurs mains, cette idée de décentralisation entière menée au Maroc
constitue quand même une exception qui reflète bien une volonté réelle de modernisme et une
vision qui va dans le sens de l'histoire avec un grand H", relève encore l'agence.

Par rapport au second volet du discours du Roi, les réformes constitutionnelles, il s'agit d'une
approche d'autant plus "positive" qu'elle permettra de "passer en douceur d'un modèle
politique vers un autre".

Le chantier de la réforme constitutionnelle annoncé par SM le Roi repose notamment sur la


consécration constitutionnelle de l'Amazighe, l'approfondissement de l'Etat de droit, la
constitutionnalisation des recommandations de l'IER, la promotion de la participation
politique féminine et le raffermissement de la séparation des pouvoirs.

La réforme consacre la régionalisation avancée, élève la justice au rang de pouvoir


indépendant, renforce les attributions du Parlement et consacre le principe de la nomination
du Premier ministre au sein du parti politique arrivé en tête des élections.

Le discours de SM le Roi a pris en compte les attentes des citoyens (acteur associatif)

Marrakech, 11 mars (MAP)- Le discours de SM le Roi Mohammed VI a été très positif dans
la mesure où il a pris en compte toutes les attentes et les aspirations du peuple marocain, a
souligné Ahmed Chahbouni, président du Centre de Développement de la Région de
Marrakech-Tensift-Al Haouz (CDRT).

Le discours royal a établi un diagnostic clair et précis des problèmes auxquels fait face le
citoyen dans son vécu quotidien, a-t-il ajouté vendredi dans une déclaration à la MAP.

M. Chahbouni, également professeur à l'université Cadi Ayyad de Marrakech (UCAM), a fait


savoir que le discours de SM le Roi a souligné la nécessité de mettre fin à l'interférence
existante entre le pouvoir de l'argent et la politique, de consacrer l'autonomie du pouvoir
judiciaire par rapport aux pouvoirs législatif et exécutif et de veiller à la mise en place
d'institutions fortes.

L'aboutissement de toutes ces réformes passe nécessairement par une forte mobilisation en
vue de mettre fin à des phénomènes sociaux, tels la corruption et le favoritisme, mettre en
place des mécanismes à même de réduire les abus d'influence et de permettre aux jeunes de
participer effectivement à la gestion de la chose publique locale.

Le discours royal jette les bases d'un nouveau mode de gouvernance au Maroc (élu)

Nador, 11 mars (MAP) - Le président du Conseil provincial de Nador, M. Said Rahmouni, a


affirmé que le discours royal du 9 mars, portant une réforme constitutionnelle profonde, jette
les bases d'un nouveau mode de gouvernance au Maroc.
L'un des socles de cette réforme majeure est la consolidation des fondements de la
régionalisation avancée dans les différentes régions du Royaume, avec, en tête, les provinces
du Sahara marocain, a-t-il souligné dans une déclaration à la MAP.

M. Rahmouni, également Président de l'Association méditerranéenne pour le développement


durable, a indiqué que ce discours "historique" constitue une "véritable révolution" qui érigera
le modèle démocratique marocain en cas d'école pour les pays en développement.

Les réformes contenues dans le discours royal répondent aux attentes populaires par des
réformes constitutionnelles ambitieuses visant à renforcer la démocratie et l'Etat de droit à
travers l'élargissement du champ des libertés et la promotion des droits de l'Homme dans
toutes ses dimensions sociale, politique, économique et culturelle, a-t-il dit.

Ces réformes constitueront un tournant décisif dans l'histoire du Royaume d'autant plus
qu'elles portent également sur le renforcement de l'indépendance de la justice et la
consécration constitutionnelle de la pluralité de l'identité marocaine riche de la diversité de
ses affluents, y compris l'amazighité.

Le discours royal a apporté des réformes constructives répondant aux revendications de


la classe ouvrière (Moukharik)

Casablanca, 11 mars (MAP)- Le discours adressé par SM le Roi Mohammed VI à la nation, a


apporté des réformes constructives et pratiques qui répondent aux revendications de la classe
ouvrière et aux aspirations du peuple marocain en général, a affirmé jeudi à Casablanca M.
Miloudi Moukharik, secrétaire général de l'Union Marocaine du Travail (UMT).

Dans une déclaration à la MAP, M. Moukharik a souligné que ces réformes politiques à
différents niveaux, en particulier la régionalisation élargie, la séparation des pouvoirs, la
réforme de la justice et le renforcement de l'institution du Premier Ministre visent à consolider
la démocratie et édifier une société solidaire, et répondent aux revendications de la classe
ouvrière.

L'UMT estime que les problèmes sociaux et économiques dont souffrent la classe ouvrière ont
des causes politiques, a-t-il ajouté, soulignant que les structures de la centrale syndicale se
réuniront pour étudier le contenu du discours royal et élaborer des propositions concrètes à
soumettre à la commission ad Hoc pour la révision de la constitution.

Le discours royal, une deuxième révolution du Roi et du peuple et une avancée


historique (président de la région du Grand Casablanca)

Casablanca, 11 mars-(MAP)- Le discours prononcé mercredi par SM le Roi Mohammed VI


constitue une deuxième révolution du Roi et du peuple et une avancée historique d'avant-
garde, a souligné le président de la région du Grand Casablanca, M. Chafiq Benkiran.

Le discours royal participera au renforcement des acquis du pays, à la modernisation des


structures de l'Etat, à la consolidation du processus démocratique et de développement où la
région aura une place particulière, a-t-il fait remarquer lors de la tenue de la session ordinaire
de janvier du conseil de la région.
Le discours royal constitue une feuille de route pour le présent et le futur du pays posant les
bases pour des institutions constitutionnelles fortes ouvrant la voie à une nouvelle étape
répondant aux aspirations et attentes du peuple, a-t-il poursuivi.

Ce changement historique constitue un véritable chantier constitutionnel orienté vers la


réforme profonde de l'organisation politique actuelle à même de faire émerger des élites
capables de gérer les affaires locales avec une plus grande efficacité, une bonne gouvernance
et une approche participative d'une nouvelle génération conformément aux Hautes
orientations royales, a-t-il fait remarquer.

La détermination de SM le Roi à consacrer la régionalisation avancée au niveau de la


constitution comme un choix émanant de la volonté populaire exprimée par référendum, met
les élus, les acteurs politiques et syndicaux devant une responsabilité grande celle de
l'adhésion positive et forte dans le processus de réforme globale, a-t-il dit.

Les marocains sont devant un nouveau processus de réforme qui s'ajoute aux grands chantiers
lancés par SM le Roi depuis son intronisation, a-t-il fait remarquer ajoutant que le Souverain a
posé les bases de l'édification démocratique avancée pour le Maroc d'aujourd'hui et de
demain.

Cette construction nécessite la mobilisation de toutes les énergies, la conjugaison des efforts
de tous et la mobilisation de toutes les potentialités pour s'impliquer objectivement et avec
responsabilité dans ce chantier constitutionnel et politique national.

Il s'est dit convaincu que l'ensemble des composantes du conseil de la région dispose d'idées
et de volonté à même de les qualifier pour réunir les conditions de succès de cette étape
historique conduite par SM le Roi avec sagesse et courage et qui doit être inscrite dans
l'histoire.

Le discours royal augure d'une étape marquée par le renforcement de la démocratie


(RNI)

Rabat, 11 mars (MAP)- Le discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI augure d'une
nouvelle étape marquée par le renforcement de la démocratie et le parachèvement de
l'édification de l'Etat de droit, souligne le Rassemblement national des indépendants (RNI).

Le cadre général de la réforme constitutionnelle (tracée par le discours royal, ndlr) se hisse au
niveau des principes universels de la démocratie, souligne un communiqué du RNI, rendu
public à l'issue d'une réunion du bureau exécutif du parti, tenue jeudi soir.

Le communiqué souligne que le RNI aspire à ce que la Commission consultative chargée de


la révision de la Constitution agisse dans le respect de la profondeur et des dimensions
historiques des orientations royales et fasse preuve d'audace pour concrétiser les aspirations
du peuple et du Roi concernant la construction du Maroc de la démocratie, de la dignité, de la
justice sociale et du progrès.

Le parti souligne l'importance pour les forces vives nationales (politiques, syndicales, de
jeunes et culturelles) de contribuer à ce vaste projet, notant que la prochaine réforme
constitutionnelle constituera la pierre angulaire du Maroc à l'avenir.
Le RNI appelle le gouvernement à permettre à l'ensemble des voix au Maroc de s'exprimer à
travers les médias publics dans le cadre d'un dialogue qui refléterait la diversité de la société
marocaine afin d'élaborer une nouvelle charte entre le peuple et le trône.

Le bureau exécutif du RNI avait décidé de tenir une session exceptionnelle de son comité
central dimanche prochain pour prendre les mesures adéquates afin de contribuer à ce vaste
projet.

Le conseil de la région du Gharb salue hautement le contenu du discours royal

Kénitra, 11 mars (MAP)- Le Conseil de la région du Gharb-Chrarda-Beni-Hssen, réuni, jeudi,


en session ordinaire du mois de janvier, a salué hautement, le contenu du discours prononcé
par SM le Roi Mohammed VI, annonçant une réforme constitutionnelle profonde.

Le discours royal, a souligné le président du conseil, M. Mekki Zizi, est "historique" et pose
les fondements d'une véritable démocratie moderne au Maroc.

M. Zizi, qui intervenait à l'ouverture des travaux du conseil, a ajouté que le discours du
Souverain, a été accueilli très positivement par toutes les tendances politiques au niveau
régional et local vu son impact sur la consolidation de la pratique démocratique au Maroc,
l'élargissement des libertés publiques, l'indépendance de la justice et la moralisation de la vie
publique.

Au cours de la réunion du conseil, qui s'est tenue en présence du wali de la région du Gharb-
chrarda-Beni-Hssen, gouverneur de la province de Kénitra, M. Ahmed Moussaoui, et des
gouverneurs des provinces de Sidi Kacem et de Sidi Slimane, MM. Chakib Bourkia et
Lahoucine Amzal, le conseil a approuvé le compte administratif pour l'année fiscale 2010
dont les recettes ont atteint 61.494.572.53 dh , et le surplus réel fixé à 11.762.576.02 dh.

Le conseil a, en outre, approuvé la création d'une " Maison de l'élu " qui servira à la formation
des élus locaux à la gestion locale et de lieu de réunion pour l'échange d'expériences avec les
élus des autres régions du Maroc.

Les membres du conseil ont également suivi un exposé sur le programme de décollage
touristique dans la région à l'horizon 2020, qui propose la création d'une certains nombre de
structures destinées à promouvoir le tourisme dans la région, notamment une délégation
régionale du tourisme, un conseil régional du tourisme et une association régionale des
professionnels du tourisme.

L'exposé a aussi insisté sur un recensement des terrains immobiliers réservés à


l'investissement touristique, la mise en place d'une coopération décentralisée dans le cadre
d'une nouvelle stratégie régionale pour le développement touristique dans la région qui met à
contribution l'université Ibn Tofail de Kénitra, la société civile et les Marocains résidant à
l'étranger.

Un exposé a également été fait sur le bilan du plan quadriennal de mise à niveau des villes et
centres de la région qui vise à créer un environnement favorable aux investissements dans la
région et à son développement économique.
Le discours Royal, tournant historique dans l'évolution du système politique,
institutionnel et démocratique (Président USMBA)

Fès, 11 mars (MAP)- Le discours Royal du 9 mars constitue un tournant historique dans
l'évolution du système politique, institutionnel et démocratique de notre pays, a affirmé M.
Farissi Serghini, président de l'université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès.

Ce discours consacre, à maints égards, les grandes avancées du Maroc en matière de


régionalisation, de séparation et d'équilibre des pouvoirs entre l'exécutif et le législatif, du
renforcement du rôle du Premier Ministre et de consolidation de l'Etat de droit sous toutes ses
formes, a souligné M. Farissi, dans une déclaration à la MAP.

Il s'agit là, selon le responsable universitaire, d'une " vraie révolution tranquille qui met notre
pays au rang des pays avant-gardiste ", se félicitant, dans ce sens, des décisions royales d' "
hisser l'identité amazigh comme fondement majeur de notre constitution et de rendre la justice
indépendante, avec des élections libres et transparentes et partant un gouvernement issu des
urnes".

Parmi les " progrès considérables " annoncés, M. Farissi a relevé " la constitutionnalisation du
Conseil de gouvernement, la mise à niveau des partis politiques dans l'encadrement des
citoyens, le renforcement du rô le de la société civile ainsi que l'importance donnée
désormais à la moralisation de la vie publique et à la culture des droits de l'homme".

"Tout en préservant et en sauvegardant nos principes fondamentaux, à savoir l'Islam comme


religion de l'Etat et son corollaire la commanderie des croyants, le régime monarchique garant
de l'unité, de la diversité nationale et de l'intégrité territoriale, le Maroc rentre aujourd'hui de
plain-pied dans le concert des grandes nations ", a-t-il poursuivi.

Le président de l'université de Fès estime, toutefois, que " si la voie est balisée, il n'en
demeure pas moins que le grand défi à relever réside désormais dans la réalisation de ces
objectifs". C'est là, selon lui, " l'affaire de tous les marocains et leur vrai chalenge".

Le discours royal, un discours historique qui répond aux attentes du peuple marocain
(président d'Université)

Settat, 11 mars-(MAP)- Le discours adressé par SM le Roi Mohammed VI à la nation, le 9


mars, est un discours historique qui répond aux attentes du peuple marocain et qui marque un
changement décisif dans le processus de la démocratisation et de la consolidation de l'Etat
moderne, affirme le président de l'Université Hassan 1-er de Settat, M. Ahmed Nejmeddine.

M. Nejmeddine a, dans une déclaration à la MAP, souligné qu'à travers Son discours fort,
ambitieux et surtout proactif, Sa Majesté le Roi, que Dieu L'assiste, trace une feuille de route
qui situe l'action dans la durée, à travers le lancement d'un ensemble de projets de réformes
qui " vont beaucoup plus loin " que ce qui était attendu, des réformes fondées sur sept
principaux piliers, marquant une véritable transformation politique et institutionnelle du
Maroc.

La régionalisation avancée, la consécration de la pluralité de l'identité marocaine, la


séparation et l'équilibre des pouvoirs, l'indépendance de la justice, le renforcement
constitutionnel du statut du Premier ministre, la consolidation du rô le des institutions et des
partis politiques et la bonne gouvernance, sont des axes majeurs dans la réforme
constitutionnelle lancée par Sa Majesté le Roi, voués à la modernisation et qui témoignent de
la volonté sans faille du Souverain de consolider l'édifice de la démocratie et de l'Etat de droit
et des institutions, l'élargissement du champ des libertés individuelles et collectives, ainsi que
la garantie de leur exercice, a-t-il relevé.

C'est donc une volonté royale de changement qui sera, à jamais, gravée dans le marbre de
l'histoire du Maroc et qui trace l'image du Maroc futur, un Maroc ambitieux développé et
surtout uni, a-t-il souligné.

M. Nejmeddine a fait remarquer que face à un tel moment important dans l'histoire du
Royaume, " on ne peut qu'exprimer notre adhésion totale à ce grand chantier politique".

Et d'ajouter qu'une telle dynamique vertueuse nécessite qu'on soit tous à la hauteur des
réformes lancées par SM le Roi et nous demande de l'implication et de la vigilance pour leur
mise en œuvre et leur réussite.

L'ADFM accueille "avec optimisme" le discours royal

Rabat, 11 mars (MAP)- L'Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM) a


affirmé, vendredi, avoir accueilli "avec optimisme" le discours de SM le Roi Mohammed VI,
annonçant une réforme constitutionnelle globale.

Dans un communiqué, l'ADFM a considéré que la concrétisation des orientations royales dans
un projet de réforme de la Constitution soumis à un référendum "contribuera au renforcement
de la démocratie de l'Etat de droit et des libertés au Maroc".

L'ADFM a fait part de sa volonté "de joindre ses efforts à ceux du mouvement des femmes
pour présenter des propositions d'intégration dans le corps de la constitution, de mécanismes
permettant la mise en œuvre effective de l'égalité entre les hommes et les femmes dans tous
les domaines".

Le discours royal prometteur d'une une ère nouvelle de plus de démocratie et d'égalité
(Marocains de France)

Paris, 11 mars. (MAP)- Plusieurs militants de la société civile marocaine en France ont salué
le discours historique qui inaugure une nouvelle étape dans l'édification du Maroc
démocratique plus respectueux des libertés, de la séparation des pouvoirs et des identités
plurielles et régionales.

Pour le Dr. Lahcen Mahraoui, universitaire et porte-parole de l'Association des tribus


sahraouies en Europe (ATSME), les réformes annoncées visent à "hisser le Maroc de manière
irréversible au stade des pays les plus démocratiques".

Ce membre du Corcas a notamment salué la décision du Souverain de faire de la


régionalisation un "choix stratégique de démocratie locale fondamentale et un levier
indispensable" à la réalisation de tout développement économique et social.

Pour ce chercheur établi en France, une "nouvelle page de l'histoire du Maroc est en train de
s'écrire. C'est une nouvelle révolution du Roi et du peuple".
De son côté, le Dr Mohamed Mraizika, président du Collectif associatif international Al-
Mohajir, le discours royal "historique et révolutionnaire" marquera l'entrée du Maroc dans une
ère nouvelle, celle de la construction d'un Etat de droit respectueux des libertés publiques, des
spécificités du territoire et des cultures nationales et soucieux du développement social et
humain de ses citoyens.

Ce spécialiste du droit humanitaire international relève "l'ampleur" des réformes politiques et


institutionnelles qui seront mises en oeuvre de "manière pragmatique, méthodique et décisive"
pour atteindre divers objectifs: équilibre des pouvoirs, solidarité entre les régions, égalité et
parité, rationalisation et moralisation du jeu politique.

Ce discours, a-t-il dit à la MAP, s'inscrit dans la lignée des "grandes épopées nationales", à
leur tête la révolution du Roi et du peuple et la Marche Verte qui permirent au Maroc de
recouvrer sa liberté et son indépendance (1955) et parachever son intégrité territoriale (1975).

"Encore une fois, SM le Roi fait preuve d'esprit d'initiative, d'une faculté d'anticipation et
d'une volonté de changement réelle et réaliste qui suscitent le respect et l'admiration" des
dirigeants des grandes démocraties occidentales, comment l'attestent les premières réactions
de Washington, Paris et Madrid.

Le discours de SM le Roi ouvre au peuple marocain, "ce peuple fier et fidèle qui aspire à plus
de progrès et de démocratie, un chapitre exaltant et passionnant de son histoire politique et
institutionnelle".

Il est donc du "devoir de toutes les forces vives qui le composent d'oeuvrer pour la
consolidation des acquis démocratiques et se mobiliser pour faire de ce processus de
construction de l'édifice institutionnel du Maroc leur affaire et leur raison première", a estimé
le Pr. Mraizika.

A son tour, M. Adil Belgaid, ancien champion d'Afrique de judo, membre du "collectif
marocain pour le droit de savoir en France" s'est réjoui de "l'ère nouvelle" qui commence pour
le Royaume grâce à la feuille de route royale pour une réforme constitutionnelle profonde.

Cet adjoint au Maire de Woippy (est de la France) a salué une "avancée courageuse et
prometteuse" qui permettra au Maroc de s'engager dans une "étape importante de
consolidation de son modèle de démocratie et de développement".

Fort de son expérience de conseiller municipal en France et de sa sensibilité à la démocratie


locale, M. Belgaid salue la consécration annoncée d'une régionalisation avancée, gage d'un
développement intégré avec une nouvelle répartition des moyens et des attributions entre le
centre et les régions, des conseils régionaux aux compétences élargies, d'un pouvoir exécutif
régional confié aux présidents des conseils régionaux "comme en France".

Il a également mis l'accent sur l'attachement aux principes de la bonne gouvernance qui
implique contrôle et obligation pour les responsables de rendre compte de leur exercice de
l'autorité et des mandats publics.

"Le but primordial et final de la démocratie est d'inculquer la bonne gouvernance


institutionnelle et la citoyenneté intègre et digne", a conclu M. Belgaid.
Le discours royal "ouvre de nouvelles perspectives devant l'action politique et
associative" (acteurs associatifs)

Khénifra, 11 mars (MAP) - Le discours royal du 9 mars "ouvre de nouvelles perspectives


devant l'action politique et associative" dans le Royaume, ont indiqué des acteurs associatifs
actifs dans la ville de Khénifra.

Dans une déclaration à la MAP, le président de l'association des administrateurs relevant du


ministère de l'Intérieur dans les provinces de Khénifra et Midelt, M. Mohamed Simila a
expliqué que les nouvelles réformes annoncées par SM le Roi sont à même de consolider les
institutions et de renforcer l'action associative.

Il a appelé l'élite et les différentes composantes de la société à entrer en interaction avec ces
acquis et invité la jeunesse à adhérer à ce chantier ambitieux pour mener à bien cette réforme,
soulignant la nécessité de la mise à niveau de la scène politique et de la société civile pour
accompagner ce changement.

Pour sa part, le président de l'association "Al Amal" pour le développement, la culture et le


sport, M. Mohamed Maliki a qualifié d'"historique" le discours royal, estimant que les
nouvelles réformes annoncées par le Souverain constituent "un saut qualitatif" dans la gestion
de la chose publique.

Il a ajouté que la constitutionnalisation de la régionalisation est susceptible de favoriser


l'émergence d'unités territoriales qui seront un véritable levier pour le développement local,
soulignant, par la même occasion, l'importance de la constitutionnalisation des
recommandations de l'Instance Equité et Réconciliation.