Vous êtes sur la page 1sur 96

LES UTILITES

LES LUBRIFIANTS

MANUEL DE FORMATION
COURS EXP-PR-UT130
Révision 0.1
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

LES UTILITES

LES LUBRIFIANTS

SOMMAIRE

1. OBJECTIFS .....................................................................................................................5
2. LES FONCTIONS DES LUBRIFIANTS ...........................................................................6
3. LE RÔLE DU LUBRIFIANT..............................................................................................7
4. TERMINOLOGIE .............................................................................................................9
5. LES PRINCIPAUX TYPES DE LUBRIFICATION ..........................................................11
5.1. HYDRODYNAMIQUE OU VISQUEUX....................................................................12
5.2. LUBRIFICATION MIXTE .........................................................................................12
5.3. LUBRIFICATION LIMITE ........................................................................................12
6. LES METHODES DE LUBRIFICATION.........................................................................13
6.1. LUBRIFICATION PAR BARBOTAGE .....................................................................13
6.2. LUBRIFICATION PAR CIRCULATION ET PULVÉRISATION ................................14
6.3. LUBRIFICATION A LA GRAISSE ...........................................................................16
6.4. AVANTAGES ET INCONVENIENTS ......................................................................17
7. COMPOSITION DES LUBRIFIANTS.............................................................................19
7.1. COMPOSITION DES HUILES DE BASE ................................................................19
7.1.1. Les huiles minérales........................................................................................19
7.1.2. Les fluides synthétiques ..................................................................................20
7.1.3. Critères de choix des huiles de base...............................................................21
7.2. COMPOSITION DES GRAISSES .........................................................................22
7.2.1. L’agent gélifiant ...............................................................................................23
7.2.2. Le fluide lubrifiant ............................................................................................23
7.2.3. Essais réalisés pour classifier les graisses......................................................24
7.2.3.1. Compatibilité avec l’eau (WWO) ................................................................24
7.2.3.2. Essai de délavage (WSO) ..........................................................................24
7.2.3.3. Propriétés anti-usure..................................................................................25
7.2.3.4. Extrême Pression.......................................................................................25
7.2.4. Les caractéristiques des graisses ...................................................................26
7.3. LES ADDITIFS ........................................................................................................28
7.3.1. A quoi servent les additifs?..............................................................................29
7.3.2. Anti-oxydant ....................................................................................................30
7.3.3. Détergent.........................................................................................................30
7.3.4. Dispersant .......................................................................................................30
7.3.5. Anti-mousse ....................................................................................................31
7.3.6. Anti-corrosion ..................................................................................................31
7.3.7. Anti-usure ........................................................................................................31
7.3.8. Modificateur d’indice de viscosité ....................................................................31
7.3.9. Extrême pression ............................................................................................32
7.3.10. Récapitulatif des additifs................................................................................32
7.4. LES HUILES HYDRAULIQUE.................................................................................33
7.4.1. Les caractéristiques ........................................................................................33
7.4.2. Les familles d’huiles hydrauliques ...................................................................34
7.4.2.1. Les huiles minérales ..................................................................................34
Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR
Dernière Révision: 20/05/2007 Page 2 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

7.4.2.2. Huile minérale très haut VI .........................................................................35


7.4.2.3. Huiles minérales sans cendre ....................................................................35
8. LA CLASSIFICATION ....................................................................................................37
8.1. CLASSIFICATION DES HUILES.............................................................................37
8.2. CLASSIFICATION DES GRAISSES .......................................................................40
8.3. CLASSIFICATION DES HUILES HYDRAULIQUES ...............................................42
9. LES DIFFERENTES APPLICATIONS ...........................................................................44
9.1. LES HUILES ...........................................................................................................44
9.1.1. Les huiles pour moteurs thermique .................................................................44
9.1.2. Les huiles pour engrenages ............................................................................44
9.1.3. Les huiles pour moteurs 2 temps ....................................................................45
9.1.4. Les huiles pour transmissions .........................................................................45
9.1.5. Les huiles pour compresseurs d’air et pompes à vide.....................................48
9.1.6. Les huiles pour turbines ..................................................................................50
9.1.7. Les huiles hydrauliques ...................................................................................51
9.2. LES GRAISSES ......................................................................................................55
10. PRÉLÈVEMENT ET ANALYSE ...................................................................................60
10.1. SYSTÈME ANAC ..................................................................................................60
10.1.1. L’échantillon ..................................................................................................60
10.1.1.1. Le prélèvement ........................................................................................60
10.1.1.2. L’étiquette.................................................................................................61
10.1.1.3. La fiche de données .................................................................................61
10.1.1.4. L’expédition ..............................................................................................62
10.1.2. La fréquence de prélèvement........................................................................62
10.1.3. L’analyse .......................................................................................................63
10.1.3.1. Analyse de l’aspect ..................................................................................63
10.1.3.2. Analyse du teneur en eau ........................................................................64
10.1.3.3. Analyse des particules .............................................................................64
10.1.3.4. Spectrométrie d'émission .........................................................................65
10.1.3.5. Point d'éclair vase clos.............................................................................65
10.1.3.6. Viscosité et indice de viscosité.................................................................66
10.1.3.7. Indice d'acide ...........................................................................................66
10.1.3.8. Nitration des huiles pour moto-compresseurs a gaz ................................66
10.1.3.9. Le moussage............................................................................................67
10.1.3.10. La rigidité électrique ...............................................................................67
10.1.3.11. Essai a la tache (huiles moteurs) ...........................................................68
10.1.4. Résultats des analyses..................................................................................68
10.2. SYSTÈME LUBIANA.............................................................................................70
10.2.1. Description du système .................................................................................70
10.2.2. Mise en place d’un suivi analytique ...............................................................71
10.2.3. L’échantillon ..................................................................................................71
10.2.3.1. Le prélèvement ........................................................................................71
10.2.3.2. L’expédition ..............................................................................................72
10.2.3.3. Fréquence des analyses ..........................................................................72
10.2.4. L’analyse .......................................................................................................73
10.2.5. Les résultats ..................................................................................................73
11. LA SÉCURITÉ ET LE STOCKAGE..............................................................................74
11.1. LES RISQUES ......................................................................................................74

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 3 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

11.1.1. Toxicité ..........................................................................................................76


11.1.2. Précautions d'emploi .....................................................................................77
11.2. LE STOCKAGE .....................................................................................................78
11.3. LES HUILES USAGÉES .......................................................................................80
12. RETOUR D’EXPÉRIENCE ..........................................................................................81
12.1. HUILE....................................................................................................................81
12.2. GRAISSE ..............................................................................................................81
13. LA FABRICATION DES HUILES ET GRAISSES ........................................................82
13.1. ORIGINES DES HUILES ......................................................................................82
13.2. PAR DISTILLATION ATMOSPHÈRIQUE .............................................................83
13.3. PAR DISTILLATION SOUS VIDE .........................................................................84
13.4. DIFFÉRENCE DE FABRICATION ENTRE LES HUILES ET LES GRAISSES .....85
13.4.1. Les huiles ......................................................................................................85
13.4.2. Les graisses ..................................................................................................85
14. EXERCICES ................................................................................................................87
15. GLOSSAIRE ................................................................................................................90
16. SOMMAIRE DES FIGURES ........................................................................................91
17. SOMMAIRE DES TABLES ..........................................................................................93
18. CORRIGÉ DES EXERCICES ......................................................................................94

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 4 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

1. OBJECTIFS
Savoir reconnaître, différencier et utiliser les différents types d’huile et de graisses.

Connaître la dangerosité des huiles dans leur utilisation.

A l’issue de cette présentation, le participant devra être à même de :

Expliciter les fonctions et rôles des huiles de lubrification sur un site industriel

Expliciter les fonctions et rôles des graisses de lubrification sur un site industriel

Différencier les différents types d’huiles et graisses

Pouvoir choisir un type d’huile et graisse en fonction de son type d’utilisation

Lister les différentes caractéristiques physiques et chimiques des huiles et graisses

Énumérer les différentes méthodes de lubrification utilisées avec les huiles

Connaître les principaux ‘standards’ et normes des huiles et graisses

Reconnaître la qualité d’une huile ou graisse afin de déterminer l’éventualité de son


remplacement

Interpréter un résultat d’analyse d’huile ou graisse

Stocker et manipuler en toute sécurité les huiles et graisses

Développer un programme de suivi et de maintenance quant à la lubrification sur


site (en collaboration avec le service concerné)

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 5 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

2. LES FONCTIONS DES LUBRIFIANTS


Les lubrifiants (huiles et graisses) permettent de séparer 2 surfaces en mouvements
pour :

en réduire les frottements

faciliter leur déplacement

améliorer le fonctionnement des machines ou leur résistance à l'usure.

Figure 1: Fonctions de huiles et graisses

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 6 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

3. LE RÔLE DU LUBRIFIANT
Le rôle du lubrifiant est de :

Réduire l'usure

Absorber et évacuer les calories

Réduire le frottement

Assurer l'étanchéité

Évacuer les impuretés

Réduire l'usure :

Il existe trois types d'usures :

L'usure physique, qui relève de la constitution du métal et de sa fatigue, et pour


laquelle le rôle du lubrifiant est limité.

L'usure chimique, qui est essentiellement l'usure corrosive. Les lubrifiants ont
naturellement des propriétés anticorrosives qui peuvent être renforcées selon
l'utilisation envisagée.

L'usure mécanique, qui est :

l'usure par jonction intermétallique. Lorsque deux pièces métalliques


frottent l'une sur l'autre, il se produit localement des microsoudures.

l'usure par abrasion, qui résulte du frottement des pièces mobiles avec
interposition de particules solides entre ces pièces.

l'usure par érosion, provoquée par le choc des particules solides ou


fluides animées de grandes vitesses ou sous fortes pressions.

Absorber et évacuer les calories :

La plus grande partie du travail résultant des forces de frottement est transformée en
chaleur. Le lubrifiant, par sa présence, assure le refroidissement des organes
mécaniques:

En diminuant la quantité de calories produites

En contribuant à l'évacuation de la chaleur


Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR
Dernière Révision: 20/05/2007 Page 7 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Réduire le frottement :

L'interposition d'un lubrifiant entre des surfaces métalliques en mouvement entraîne des
diminutions plus ou moins sensibles, du coefficient de frottement. Ceci se traduit par une
économie d'énergie importante et une diminution très sensible de l'usure

Assurer l'étanchéité :

Interne (par exemple au niveau de la segmentation d'un moteur)

Externe (presse-étoupe, garniture mécanique)

Évacuer les impuretés :

Elles se forment en cours de fonctionnement dans les mécanismes (par exemple les suies
de combustion dans les moteurs Diesel). Généralement, ces impuretés sont ensuite
retenues par des filtres.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 8 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

4. TERMINOLOGIE

Film d’huile

C’est l’épaisseur d’huile aussi mince soit elle qui se trouve entre deux pièces en
mouvement et qui empêche celles-ci de se toucher.

Viscosité

C’est la résistance à l’écoulement d’un lubrifiant. La viscosité diminue lorsque la


température augmente.

Unité de mesure : Cst ou mm2/s

Indice de viscosité (VI)

Le VI (Viscosity Index) est important pour déterminer quelle sera la viscosité d’une huile à
basse ou haute température.

Forte variation avec la température le ‘VI’ sera bas

Faible variation avec la température le ‘VI’ sera haut

Point d’écoulement

C’est la température la plus basse à laquelle l’huile peut encore couler, elles peut
descendre jusqu'à – 50 °C

Point éclair

C’est la température la plus basse à laquelle les vapeur d’huile chauffé peuvent
s’enflammer spontanément au contact d’une flamme

Le point éclair d’huile se trouve entre 200 et 250 °C

Point de feu

C’est la température la plus basse à laquelle l’inflammation de l’huile est suivi de la


combustion de cette huile

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 9 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Détergence

C’est la faculté de préserver la propreté des surfaces exemptes de dépôts produits par les
réactions chimiques (boues, vernis)

Dispersion

C’est la capacité des lubrifiants à maintenir en suspension les contaminants insolubles


pour éviter de colmater les crépines ou obstruer les circuits de lubrification.

Point d'aniline

C'est la température la plus basse à laquelle peut s'observer, sous une forme homogène,
un mélange à parties égales d'aniline et d'huile étudiée. Le point d'aniline est une
caractéristique déterminante du comportement d'un lubrifiant vis-à-vis de certains joints.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 10 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

5. LES PRINCIPAUX TYPES DE LUBRIFICATION

CARACTERISTIQUES
RECHERCHEES DANS EXEMPLES
RÉGIME
LE D'APPLICATIONS
LUBRIFIANT

Pistons
Hydrodynamique Viscosité
Engrenages cylindriques
peu chargés

Engrenages
Elasto-hydrodynamique
Viscosité / Anti-usure
ou mixte
Roulements

Glissières

Engrenages à roue et
VIS
Onctueux ou limite Onctuosité / Anti-usure
Came/Poussoir

Pompe à palette

Transmissions des
véhicules
Extrême pression Extrême pression
Travail des métaux

Table 1: Tableau récapitulatif des principaux types de lubrification

Ces régimes de lubrifications, nous indiquent comment l’huile se comporte en fonction de


son utilisation, mais pas comment elle est amenée entre les surfaces en mouvement.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 11 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

5.1. HYDRODYNAMIQUE OU VISQUEUX

La lubrification est dite en régime Hydrodynamique quand les surfaces en mouvement


sont totalement séparées l’une de l’autre par le film d’huile.

C’est le cas du palier lisse


de moteur dans lequel le
film d’huile soulève l’arbre et
le centre au milieu. Ce film
d’huile est permanent.

Figure 2: Régime
hydrodynamique

La propriété utile de l’huile est dans ce cas la VISCOSITÉ.

5.2. LUBRIFICATION MIXTE

La lubrification est dite en régime mixte,


quand sous l’effet de la pression et de la
déformation des partie en mouvement le
film d’huile devient très mince .C’est le
cas des engrenages ou des roulements.

Figure 3: Régime mixte

5.3. LUBRIFICATION LIMITE

La lubrification est dite en


régime limite, quand sous l’effet
d’une forte pression et de
vitesse faible, les surfaces en
mouvements ne sont plus
séparées que par quelques
molécules d’huile.

Figure 4: Régime limite

La propriété utile de l’huile est l’ONCTUOSITÉ

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 12 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

6. LES METHODES DE LUBRIFICATION

6.1. LUBRIFICATION PAR BARBOTAGE

Le lubrifiant est amené


au niveau de
l’engrènement par la
denture des
engrenages qui
plongent dans le bain
d’huile.

Dans ce cas les paliers


et roulements sont
lubrifiés à la graisse.

Figure 5: Lubrification
par barbotage des
engrenages

Le carter est généralement muni de compartiments ou de déflecteurs pour éviter un


brassage excessif de l’huile et risquer une élévation de température.

Dans ce cas de lubrification par


barbotage, les roulements et
paliers sont lubrifiés par la
projection de l’huile sur les parois
et ensuite sur les paliers.

Figure 6: Lubrification par


barbotage des engrenages,
roulements et paliers

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 13 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

6.2. LUBRIFICATION PAR CIRCULATION ET PULVÉRISATION

Un circuit d’huile dédié à l’équipement, arrose les parties en contact afin de diminuer le
frottement.

Figure 7: Lubrification par circulation et pulvérisation

Ce système nécessite :

Crépine d’aspiration

Pompe à huile

Filtre

By-pass pour la maintenance du filtre

Les collecteurs d’amené d’huile

Régulateurs de débit.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 14 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Il est possible de monter un (des) échangeur(s) de température en plus afin de réguler la


température de l’huile et optimiser les qualités de l’huile utilisée.

Figure 8: Lubrification par circulation et pulvérisation avec échangeurs de température

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 15 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

6.3. LUBRIFICATION A LA GRAISSE

Enduction au pinceau Graissage par gravité (goutte à goutte)

Graisseur mécanique (compte-gouttes) Pulvérisation par bombe aérosol

Pulvérisation manuelle au pistolet Pulvérisation automatique

Figure 9: Différents lubrifications à la graisse

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 16 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

6.4. AVANTAGES ET INCONVENIENTS

Avantages Inconvénients

Simplicité de fonction Volume d’huile important


BARBOTAGE
Économique à l’entretien Carter volumineux

Filtration de l’huile

Volume d’huile minoré Circuit d’huile


CIRCULATION
Possibilité de régulation de température Coût d’installation

Carter d’huile moins encombrant

Table 2: Avantages et inconvénients des différents types de lubrification à l’huile

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 17 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Avantages Inconvénients

Système d’étanchéité et de graissage

Moins encombrant

Plus simple et plus efficace «Pompabilité» limitée (basse température,


étendue des circuits)
Moins cher (en particulier dans les
montages verticaux)

Refroidissement des pièces

Pas d’évacuation de calories

Lubrification

Usure souvent plus importante due aux


Supporte les charges élevées et les chocs
impuretés
Compatible avec les périodes d’arrêts
Sous forte charge, éjection possible du
prolongés
lubrifiant

Entretien du matériel

Réduction de l’entretien :
Renouvellement complet difficile
- Graissage facile
- Fréquence faible
Pas d’élimination des particules d’usure et
- Fonction d’étanchéité
des polluants
Graissage à vie possible pour les organes
Graisses parfois incompatibles
peu accessibles

Table 3: Avantages et inconvénients de la lubrification à la graisse

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 18 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

7. COMPOSITION DES LUBRIFIANTS

Figure 10: Composition d'un lubrifiant

7.1. COMPOSITION DES HUILES DE BASE

On distingue 2 catégories

Les huiles minérales

Les fluides synthétiques

7.1.1. Les huiles minérales

Il s’agit des huiles de base obtenues par distillation du pétrole, puis par raffinage et qui
répondent à trois grandes tendances de caractère spécifique.

Paraffinique

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 19 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Naphténique

Aromatique

PARAFFINIQUE

Reflet couleur verte

Masse volumique inférieure à 0.9KG/dm3

Indice de viscosité naturel voisin de 100

Point d’aniline de l’ordre de 100°C

Point d’écoulement naturel de -10°C

Principalement utilisées pour les huiles de graissage, et les huiles de transmission


hydraulique.

NAPHTÉNIQUE

Reflet bleu

Masse volumique supérieure à 0.9kg/dm3

Indice de viscosité de l’ordre de 40 à 60

Point d’aniline de l’ordre de 70°C

Point d’écoulement de -30 °C

Principalement utilisées dans les compresseurs frigorifiques et comme huile


isolante

AROMATIQUE

Leur instabilité ne permet pas de les utiliser comme lubrifiant. Grâce à leur grand
pouvoir solvant on les utilise en tant qu’additif dans la fabrication des caoutchoucs
et des encres

7.1.2. Les fluides synthétiques

Ils sont obtenus par synthèse chimique à partir de produits simples issus de la
pétrochimie. Ils sont de structure mieux définie que les bases minérales. Cela permet
d’ajuster certaines de leurs propriétés

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 20 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

On distingue

Polyalphaolefines (PAO)

Diester

Ester de polyols

Polybutene

Alkylaromatique

Polyglycols

Silicones

7.1.3. Critères de choix des huiles de base

Consistance Tenue à Aggressivité Résistance


Pouvoir Prix
à basse haute Volatilité sur joints à
lubrifiant moyen
température température standard l’oxydation

Bases Moyen à Moyen à


Bon Bon Bon Bon 1,2
naphténique mauvais mauvais

Bases Moyen à
Bon Bon Bon Bon Bon 1
parafiniques mauvais

Excellent à Bon à Bon à


Alkylats Moyen Bon Moyen 2,5
bon moyen moyen

Polyalfa
Bon Excellent Bon Excellent Bon Excellent 5 à 10
oléfines

Esters et di- Moyen à


Excellent Excellent Très bon Excellent Excellent 8 à 15
esters mauvais

Polyglycols Excellent Excellent Très bon Moyen Mauvais Bon 5

25 à
Silicones Excellent Excellent Excellent Excellent Bon Excellent
50

Table 4: Tableau récapitulatif des critères de choix des huiles de base

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 21 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

7.2. COMPOSITION DES GRAISSES

Les graisses sont des produits solides ou semi fluides obtenus par dispersion d'un agent
gélifiant dans un liquide.

Une graisse classique est une dispersion de savon dans une huile minérale; en d'autres
termes, une graisse est une éponge constituée par un savon imbibé d'huile. L'éponge
constitue une réserve à lubrifiant et maintient le lubrifiant sur le point à graisser.

Schématiquement on peut définir la constitution des graisses de la manière suivante :

AGENT GÉLIFIANT

HUILE DE BASE

ADDITIFS
Extrême pression
Anti-usure
Modificateur de frictions
Colorant
Anti-rouille
Adhésivité

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 22 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

7.2.1. L’agent gélifiant

L’agent gélifiant fonctionne comme une éponge, les espaces libres du réseau de fibres
sont remplis d’huile comme le seraient les pores d’une éponge :

Une faible pression ne fait sortir que peu de


liquide

Une forte pression se traduit par un


écoulement important de liquide

Figure 11: L’agent gélifiant

Origine de l’agent gélifiant :

Du savon préformé ou préparé in situ

Gélifiant minéraux

Gélifiant organique de synthèse

7.2.2. Le fluide lubrifiant

Origine du fluide lubrifiant

Huile minérale

Huile synthétique

Plusieurs huiles peuvent être mélangées pour constituer l’huile de base

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 23 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

7.2.3. Essais réalisés pour classifier les graisses

7.2.3.1. Compatibilité avec l’eau (WWO)

Un roulement garni de graisse est soumis à


l’action d’un jet d’eau dans des conditions
normalisées

Figure 12: Essai de la compatibilité avec


l'eau

Température : 40 °C ou 80 °C

Débit du jet : 5 ml/sec

Vitesse de rotation : 600 tr/min

Durée : 1 heure

7.2.3.2. Essai de délavage (WSO)

La graisse, appliquée en
couche mince sur une
plaque métallique, est
soumise à un jet d’eau
pulvérisé sous 276 KPa
(2,8 bars) à la température
de 38 ºC pendant 5
minutes. On pèse la graisse
restante. Le résultat
s’exprime en % de perte de
graisse.

Figure 13: Essai de


délavage

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 24 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

7.2.3.3. Propriétés anti-usure

Charge : 40 kg en général

Durée : 1 heure

Vitesse de la broche : Graisse d'essai Mandrin


1200 tr/min
Bille mobile
Système
Billes fixes
Température : ambiante de blocage
Coupelle
ou régulée de la coupelle

Résultats : diamètre Bras de levier

moyen des empreintes sur


les billes fixes

Figure 14: Essais des propriétés Charge

anti-usure

7.2.3.4. Extrême Pression

Vitesse de rotation du mandrin : ASTM » 1700 tr/min - DIN » 1400 tr/min

Augmentation de la charge appliquée par paliers jusqu’à la soudure

Durée des paliers : ASTM : 10 s / DIN : 60 s

Figure 15: Essais extrême pression

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 25 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

7.2.4. Les caractéristiques des graisses

Point de goutte :

Le point de goutte d'une graisse est la température à laquelle elle commence à


s'écouler, sous forme de goutte, sous l'action de son poids et de la température.

Cette caractéristique ne donne pas d'indication précise sur la température


maximale d'utilisation. Celle-ci est toujours notablement inférieure (de 50 à 60°C).

Adhérence :

Pour bien lubrifier, la graisse doit adhérer aux surfaces en mouvement, même à
très grandes vitesses.

Toutefois, cette adhérence ne doit pas être telle qu'elle conduise à des
échauffements et à une destruction du lubrifiant.

Stabilité physique :

Au repos, la graisse ne doit pas laisser exsuder une trop grande quantité d'huile, ce
qui l'appauvrirait et la durcirait.

La graisse doit lubrifier parfois pendant un temps très long; il est nécessaire qu'elle
conserve ses qualités en service (Essai d'oxydation en présence d'oxygène sous
pression à 100°C)

Stabilité mécanique

Sous l'action du travail mécanique, la graisse doit conserver sa structure et sa


consistance. Il ne doit pas y avoir séparation de l'huile et du savon.

En général, cette propriété est vérifiée par la mesure de la pénétration de la graisse


«travaillée» après un malaxage mécanique (appareil WORKER : test 100.000
coups)

Résistance a la charge :

Même sous fortes pressions les graisses doivent former un coussin élastique et
lubrifiant qui évite le contact métal sur métal. On ajoute des additifs «extrême-
pression», d'onctuosité, des lubrifiants solides.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 26 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Les propriétés antiusure ou extrême-pression d'une graisse sont mesurées sur des
machines du même type que celles utilisées pour les huiles.

Résistance a l'eau :

Un des rôles de la graisse est de protéger les organes qu'elle lubrifie contre la corrosion
due à la présence d'humidité ou même d'eau. Les propriétés antirouille sont vérifiées par
différentes méthodes, en particulier l'essai SKF EMCOR.

La pompabilité

Elle dépend de plusieurs facteurs :

Les caractéristiques de la graisse :

Texture,

Consistance,

Viscosité de l'huile de base.

Des conditions opératoires :

Température,

Débit.

Des caractéristiques du circuit :

Pression d'alimentation du circuit,

Longueur du circuit,

Diamètre des tuyauteries d'alimentation.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 27 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

7.3. LES ADDITIFS

Les huiles de base ont des propriétés naturelles plus ou moins développées. Le raffinage
ou les traitements qu'elles subissent, ont pour but de les améliorer.

Cependant, l'ensemble de ces propriétés naturelles est souvent insuffisant ou mal


équilibré pour l'élaboration de lubrifiants finis.

On est alors amené à adjoindre aux huiles de base des produits de natures chimiques
différentes qui ont pour but d'améliorer certaines des propriétés déjà existantes ou
d'octroyer des propriétés nouvelles.

Anti-usure

Détergents

Dispersants

Antioxydants

Anticorrosion

Abaisseur de point d’écoulement (ppd)

Améliorant de viscosité (multigrades)

Figure 16: Les additifs

On utilise :

Des produits chimiques, appelés «dopes» ou «additifs».

Des corps gras, de provenance végétale. Ce sont des produits à forte polarité qui
confèrent aux huiles minérales l'onctuosité nécessaire dans certains cas.

Des lubrifiants solides, notamment graphite et bisulfure de molybdène, qui


présentent les propriétés essentielles suivantes :

Une structure cristalline lamellaire, favorisant le glissement,

Des coefficients de frottement faibles,

Des températures limites de stabilité bien supérieures à celles des hydrocarbures.


Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR
Dernière Révision: 20/05/2007 Page 28 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Des produits pétroliers divers :

Brais,

Paraffines,

Cires,

Solvants.

Le choix et le dosage des additifs à incorporer pour réaliser le produit fini est fonction :

Des propriétés à obtenir,

De la susceptibilité du mélange des bases vis-à-vis de l'additif,

De l'interaction des différents additifs les uns sur les autres


.

7.3.1. A quoi servent les additifs?

A renforcer certaines propriétés des huiles de base

Point d’écoulement

Indice de viscosité

Anti oxydation

A apporter aux huiles de base des propriétés qu’elles ne possèdent pas


naturellement

Détergent

Dispersant

Anti rouille

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 29 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

7.3.2. Anti-oxydant

Il ne faut pas confondre la STABILITE A L'OXYDATION et la


STABILITE THERMIQUE.

L'oxydation est la réaction entre les composés (en général


l'huile de base) et l'oxygène (de l'air en général).

Pour évacuer les calories, l'huile s'échauffe dans toute sa


masse.

Dès que la température dépasse 50-60°C en continu en


présence d'air, la vitesse d'oxydation double tous les 10°C. Le recours aux additifs
antioxydants est alors indispensable.

En service l'oxydation se traduit par :

Une augmentation de la viscosité,

La formation de composés corrosifs,

La formation de dépôts insolubles: Résidus carbonés/vernis,

Une couleur brun rougeâtre et une odeur piquante.

7.3.3. Détergent

Limiter la formation de dépôts dans les parties chaudes. Dans les


moteurs, ils combattent de plus la corrosion acide générée par les
gaz de combustion grâce à l’apport d'une réserve alcaline (TBN).

Les détergents et les dispersants servent à maintenir le matériel


propre pour permettre aux différents organes mécaniques d'assurer
parfaitement leur fonction.

7.3.4. Dispersant

Maintenir en fine suspension les impuretés solides qui viennent


souiller l'huile en cours d'utilisation (suies, poussière, métaux
d'usure), pour éviter leur localisation dans des points morts du
circuit et donc permettre leur acheminement vers le filtre.

Les détergents et les dispersants servent à maintenir le matériel


propre pour permettre aux différents organes mécaniques d'assurer
parfaitement leur fonction.
Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR
Dernière Révision: 20/05/2007 Page 30 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

7.3.5. Anti-mousse

La majeure partie des problèmes de moussage sont dus à


une mauvaise conception du circuit. Le moussage conduit
à un débordement des bacs et à un risque de mauvaise
lubrification (apport d'air au lieu d'huile).

Les additifs anti-mousses évitent la formation de mousse.

Ils agissent en cassant les bulles de mousse grâce à leur


faible tension de surface. Il s'agit principalement de
silicones et de copolymères organiques, utilisés en très
faible quantité (quelques dizaines de ppm)

Les silicones ont un effet négatif sur la désaération de l'huile.

Les quantités doivent être ajustées, car un surdosage en additif peut conduire à l'effet
inverse, c'est à dire à une augmentation du moussage.

7.3.6. Anti-corrosion

Les additifs anti-corrosion agissent par adsorption sur le métal


en formant de multicouches "imperméables" qui protègent le
métal de l'action de l'eau, de l'air ou des composés corrosifs
formés par l'huile.

7.3.7. Anti-usure

On distingue les additifs anti-usure (pour les régimes de lubrification


mixte: alternance lubrification élastohydrodynamique/ lubrification
limite)

7.3.8. Modificateur d’indice de viscosité

Pour présenter une efficacité maximum, le lubrifiant doit être:

Suffisamment visqueux à température élevée pour prévenir tout contact entre les
pièces en mouvement

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 31 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Suffisamment fluide pour faciliter le démarrage à basse température

7.3.9. Extrême pression

Empêchent la casse du film d’huile quand les pièces


lubrifiées sont soumises à de fortes charges et de fortes
pressions.

Les additifs sont adsorbés sur les surfaces métalliques et


forment une couche protectrice à haute température.

7.3.10. Récapitulatif des additifs

Anti-
Indice
Point Détergent Anti- Anti- Dés corrosion Anti- Extrême Lubrifiants
Organes de
d’écoulement Dispersant oxydant mousse émulsion Anti- usure pression solides
viscosité
rouille

Moteur X (1) X X X X X X X (2)


Hydraulique X (3) X X X X X X X
Turbine X X X X
Engrenages X X X X X X (2)
Compresseur
(4) X X X X X

(1)
: Pour les huiles dites multigrades
(2)
: Dans certains types d’huiles
(3)
: Pour les huiles à haut indice de viscosité
(4)
: Les compresseurs étant de technologies très diverses, les caractéristiques des
lubrifiants peuvent être aussi très différentes

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 32 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

7.4. LES HUILES HYDRAULIQUE

7.4.1. Les caractéristiques

Les huiles hydrauliques sont constituée de la même manière que les huiles de
lubrification, seuls les caractéristiques changent.

Rôle d’un système hydraulique :

Meilleure précision des mouvements,

Contrôle de la variation de la vitesse par le débit d’huile (automatisme,


régulation…)

Déplacement facilement réversible

Puissance fournie importante vis à vis de la taille de l’équipement,

Plus grande souplesse des installations (nombre de récepteurs, distance par


rapport à l’émetteur d’énergie).

Applications : industrie, travaux publics…

Le fluide hydraulique doit répondre aux exigences suivantes :

Transmettre de l’énergie d’un point à un autre pour cela il faut que :

La viscosité soit adaptée au circuit pour garantir le rendement de


l’appareil (mauvais choix: cavitation, fuites …)

Le fluide doit être stable au cisaillement.

Sa compressibilité soit faible avec une présence d’air ou d’eau (bonne


séparation des composés dissous)

Lubrifier les organes mécaniques, il doit :

Réduire les frottements et l’usure, éviter le grippage : propriétés


lubrifiantes et anti-usure.

Protéger les matériaux du circuit :

Pollution extérieure : propriétés anti-corrosion et anti-rouille

Bon comportement du lubrifiant vis-à-vis des joints et des métaux


Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR
Dernière Révision: 20/05/2007 Page 33 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Fonctions et propriétés des huiles hydrauliques :

Refroidir les organes du circuit pour :

Absorber les calories dégagées par l’effort mécanique pour refroidir


tous les organes sollicités.

Être stable dans les conditions de service :

Capacité de travailler à haute température donc avoir une bonne


résistance à l’oxydation

Supporter de fortes variations de la température de fonctionnement :


bon indice de viscosité (VI)

Maintenir ses performances en présence de contamination liquide :


propriétés de desémulsion et bonne résistance à l’hydrolyse

Maintenir ses performances en présence de contamination gazeuse :


propriétés anti-mousse et bonne vitesse de désaération.

Conserver son aptitude à la filtration en présence de contamination


solide.

Être compatible avec les joints des organes hydrauliques

7.4.2. Les familles d’huiles hydrauliques

On distingue 3 familles d’huiles hydrauliques

Huiles Minérales

Fluides Résistants au feu

Huiles Biodégradables

7.4.2.1. Les huiles minérales

ISO 6743/4 HM/HV et DIN 51524 HLP/HVLP

AZOLLA ZS 10 à 150 : Systèmes hydrauliques non soumis à de basses températures (à


l'intérieur).

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 34 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

EQUIVIS ZS 15 à 100 : Systèmes hydrauliques soumis à de larges écarts de


températures. Huile hydraulique idéale pour les machines travaillant à l'extérieur et sujet
aux démarrage à froid (ISO HV)

7.4.2.2. Huile minérale très haut VI

EQUIVIS XV 32 & 46 : Huiles hydrauliques dont l'indice de viscosité très élevé (VI > 260)
et un point d'écoulement particulièrement faible permettant un fonctionnement à basse
température ambiante. Grande résistance au cisaillement. Idéale pour les chambres
froides (ISO HV).

7.4.2.3. Huiles minérales sans cendre

AZOLLA DZF 32 à 68 : Huile détergente HM sans CENDRE et sans SILICONE. Bon


comportement avec de fortes teneurs en eau.

AZOLLA AF 32 à 68 : Huile HM sans CENDRE et sans SILICONE. Excellente stabilité


thermique. Convient pour certaines presses à injecter. Compatible uniquement avec
AZOLLA AF

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 35 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

ISO VG 32-V.I. ISO VG 32-V.I. Lubrification


ISO VG 46 ISO VG 68 ISO VG 100 Monograde
100 150 sous pression
Température -40° C à -20° C -20° C à -00° C 00° C à 20° C 20° C à 40° C 40° C à 60° C
-15° C à +30° C -25° C à +40° C 0° C à 35° C
ambiante -40 to 4° F 4 to 32° F 32 to 68° F 68 to 104° F 104 to 140° F

AGIP OTE 46 OTE 68 OTE 100 OTE 32

ARAL Motanol HK 46 Motanol HK 68 Motanol HK 100 Motanol GM 32

Energol HP 15/32 Energol HP 32 Energol CS32


Energol HP 68
BP Energol SHF LT 15 HLP22 HP32/46 Energol CS68 Energol CS100 HL80 Energol SHF32
HLP 46
CS46 HLP32/46 HLP32

Perfecto T32
CASTROL Perfecto T46 Perfecto T68 Perfecto T100 Hyspin AWH32
Hyspin AWS32

Mechanism Mechanism Mechanism Mechanism


CHEVRON Mechanism LPS68
LPS46 LPS68 LPS100 LPS32

Polytelis H100
Aviation Hydraulic Elfona DS46 Elfona DS68 Misola 32
ELF Misola H100 Elfona 68 Elfona 100 Hydrelf DS32 Discal DM30 Elfona DS46
Oil Movixa 46 Movixa 46 Elfona 32
Barelf CH68

HP32
Univis N46
Teresso 100 Nuto32
ESSO Univis J13 Teresso 46 Essolub HDX Teresso 68 Univis HP 32
Nuray 100 Teresso 47
Essolub HDX
Teresso 32
Uriana SAE 30
FIAT
Uriana Turbo

Hydran 32
Hydran VT46
FINA Cirkan 100 Cirkan 68 Cirkan 100 Bakola 32 Hydran HV 32
Cirkan 46
Cirkan 32

GULF Harmony AW 32 Hydraulic 32

HYDROKOMOL U 32

DTE Light DTE Heavy Medium


DTE Medium
DTE13 DTE 16 DTE Vactra Heavy DTE 24
MOBIL DTE 11 DTE 15 DTE 25 DTE Medium DTE 13
DTE 24 DTE 26 DTE 27 DTE Light
Delvar 1320
Delvar 1320 SHC 626
Tellus 32 Tellus S32
Tellus C46 Tellus 68 Tellus T68 Tellus T100 Tellus C32
SHELL Tellus 10 Tellus 22 Tellus T37
Turbo T46 Rolexa X Tellus C68 Tellus C100 Turbo T32
Rotella X Ondina

Rando 46 Rando 68 Rando 100 Rando HD32


TEXACO
Régal R & O 46 Regal R&O68 Regal R&O100 Regal R & O 32

Azola 32 Azola 46 Azola 68


TOTAL Equivis 15 Azola ZS68 Azola ZS100 Azola ZS32
Azola 46 Azola 68 Azola 100 N

VALVOLINE Utramax 32

Table 5: Exemple de tableau des équivalences des huiles


Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR
Dernière Révision: 20/05/2007 Page 36 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

8. LA CLASSIFICATION

8.1. CLASSIFICATION DES HUILES

On utilise les classifications suivantes :

SAE J 300 pour les lubrifiants moteur

SAE J 306 pour les lubrifiants de transmission

ISO pour les huiles industrielles

Le grade : C’est lui qui défini la viscosité de l’huile à froid ou à chaud

Monograde

Elles sont définies par leur viscosité :

Soit dynamique à basse température (de –10 à –35 °C suivant les grades) et
cinématique à 100°C pour les grades SAE 0W, 5W, 10W, 15W, 20W, 25W.

Soit cinématique à 100°C uniquement pour les grades SAE 20, 30, 40, 50, 60.

Multigrade

Une huile peut avoir à froid une viscosité qui répond à la définition d’un grade SAE suivi de
la lettre W (par exemple SAE 10W) et à chaud, une viscosité qui figure dans la fourchette
d’un grade SAE sans lettre W (par exemple SAE 40).

Une telle huile est dite MULTIGRADE (dans l’exemple ci-dessus, on utilise une huile
multigrade SAE 15W-40).

Exemple :

SAE 15W - 40

Grade à froid
repéré par le « W » Grade à chaud
(Winter = hiver)

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 37 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Figure 17: Classification des lubrifiants moteur SAE J300

Figure 18: Classification des lubrifiants de transmission SAE J306


Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR
Dernière Révision: 20/05/2007 Page 38 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Figure 19: Les échelles de viscosité

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 39 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

8.2. CLASSIFICATION DES GRAISSES

On utilise la classification NLGI (National Lubricating Grease Institute)

PENETRATION
ISO 21 37 NLGI
TRAVAILLE

445- 475 000


Graisses très molles
400 – 430 00

355 – 385 0
Graisses molles
310 – 340 1

265 – 295 2

Graisses courantes 220 – 250 3

175 – 205 4

130 – 160 5
Graisses dures
85 – 115 6

Table 6: Classification des graisses

De la même manière que l’on classe les huiles à partir de leur viscosité (Grade ISO), on
classe les graisses à partir de leur consistance

La valeur de pénétration d’une graisse est


définie par le test suivant :

Figure 20: Test de pénétration

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 40 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Conditions de l’essai

Température de 25ºC

60 coups avant la mesure

Descente et pénétration du cône : 5 sec

Poids du cône instrumenté : 150 g

Les résultats sont exprimés en 1/10e de millimètre et correspondent à la profondeur de


l’enfoncement du cône.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 41 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

8.3. CLASSIFICATION DES HUILES HYDRAULIQUES

Classification des huiles hydrauliques : ISO 6743 / 4

HH Huile minérale pure

HL Huile minérale avec propriétés anti-oxydantes et anti-corrosion

HM Fluide de type HL avec propriétés anti-usures

HR Fluide de type HL avec propriétés de viscosité et de température améliorées

HV Fluide de type HM avec propriétés de viscosité et de température améliorées

HS Fluide de synthèse sans caractéristiques de résistance au feu

HG Fluide de type HM avec propriétés anti-broutement (glissières de machine outil)

HFAE Émulsion d'huile dans l'eau avec plus de 80% d'eau

HFAS Solution chimique aqueuse avec plus de 80% d'eau

HFB Émulsion d'eau dans l'huile

HFC Solution aqueuse de polymères avec moins de 80% d'eau

HFDR Fluide de synthèse sans eau constitué d'ester phosphorique

HFDS Fluide de synthèse sans eau constitué d'hydrocarbures chlorés

HFDT Fluide de synthèse sans eau constitué d'un mélange de fluides HFDR et HFDS

HFDU Fluide de synthèse sans eau constitué d'autres composants

Table 7: Tableau récapitulatif des huiles hydrauliques les plus fréquemment utilisés

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 42 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Valeur
Limites de la viscosité
moyenne de
HUILE cinématique à 40 °C
ISO VG viscosité
FLUIDE (Viscosity cinématique à
Grade) 40 °C
Valeur mini Valeur maxi
mm²/s ou cSt mm²/s mm²/s

2 2,2 1,98 2,42


3 3,2 2,88 3,52
5 4,6 4,14 5,06
7 6,8 6,12 7,48
10 10 9 11
15 15 13,5 16,5
22 22 19,8 24,2
32 32 28,8 35,2
46 46 41,4 50,6
68 68 61,2 74,8
100 100 90 110
150 150 135 165
220 220 198 242
320 320 288 352
460 460 414 506
680 680 612 748
1000 1000 900 1100
1500 1500 1350 1650
HUILE
2200 2200 1980 2420
EPAISSE
3200 3200 2880 3520

Table 8: Viscosité et indice de viscosité des huiles hydrauliques

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 43 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

9. LES DIFFERENTES APPLICATIONS

9.1. LES HUILES

9.1.1. Les huiles pour moteurs thermique

Le circuit de graissage des moteurs à pour


rôle de lubrifier les parties en mouvements, de
refroidir les parties chaudes et d’évacuer les
impuretés du moteur.

Figure 21: Moteur thermique

Exemple des huiles utilisé pour les moteurs


(marque TOTAL) :

ACTIVA ENERGY 9000 0W-30

ACTIVA FUTUR 9000 5W-30

ACTIVA 9000 5W-40

ACTIVA 7000 10W-40

ACTIVA 7000 DIESEL 10W-40

ACTIVA 5000 15W-40

ACTIVA 5000 DIESEL 15W-40

9.1.2. Les huiles pour engrenages

Les engrenage sont des organes mécaniques


constitués de roues à dentures qui servent à
transmettre les efforts à un arbre, à des vitesses plus
ou moins élevés.

L’huile à pour rôle de former sur le flancs de ces


engrenages un film d’huile résistant et qui réduira
l’usure.

Figure 22: Engrenages

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 44 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Les huiles sont classées dans des catégories de type CKx où « CK » montre que nous
avons a faire à une huile pour engrenages, et « x » est indicatif de l’huile citée.

Exemple : une huile ISO-L-CKS (ou L-CKS) est « une huile de lubrification pour
engrenages fonctionnant à une température stabilisée très basse, basse ou très élevée, et
dont la charge est modérée ».

Exemple des huiles utilisé pour les engrenages (marque TOTAL) :

CARTER EP

KASSILLA GMP

CARTER PLUS

CARTER SH

9.1.3. Les huiles pour moteurs 2 temps

Les moteurs deux temps ne sont pas équipés de carter d’huile


de graissage, la lubrification se fait donc directement dans
l’essence, cette huile spécifique est mélangée au carburant
pour assurer sa fonction.

Figure 23: Outillage avec moteur 2 temps

Exemple des huiles utilisé pour moteurs 2 temps (marque TOTAL) :

TOTAL Racing 2T

TOTAL Scooter 2T

TOTAL Sport 2T

TOTAL Aero DT

TOTAL Prosylva 2TSyn

TOTAL Prosylva 2TZ

9.1.4. Les huiles pour transmissions

De même que les carters sont remplis d’huile moteur, les boîtiers de transmissions ont
leur propre type d’huile

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 45 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Les classifications API « Transmissions » se caractérisent par

GL (Gear Lubricant) + UN CHIFFRE

Axes Axes

Cylindrique Conique Hypoïde Vis sans fin

Denture droite Denture inclinée


Roue tangente
ou spirale spirale

GL1
GL3 GL3 GL3
Faible
GL2 GL5 GL3
charge
GL4 GL4 GL4
GL3

GL4
Forte GL4
GL4 GL4 GL4 GL5
charge synthétique
GL4

Table 9: Classification des huiles de transmission

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 46 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Grade Anti Anti Extrême Anti


Onctuosité Anti usure
API oxydant mousse pression rouille

GL 1

GL 2

GL 3

GL 4

GL 5

Table 10: Type d'additifs dans les huiles de transmission

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 47 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

9.1.5. Les huiles pour compresseurs d’air et pompes à vide

HUILE Utilisation / Application

Huiles minérales pour compresseurs d’air alternatifs type pistons et


rotatifs (grade 46).
DACNIS P
Pas de problème de compatibilité avec l'ex-DACNIS P et les CORTUSA,
68 à 150
CORTUSA AC & RO.

DIN 51506 VDL.

Huiles minérales pour compresseurs d’air rotatifs type vis.

Espacement vidanges jusqu’à 4000 h.


DACNIS VS
32 à 150 Pas de problème de compatibilité avec l'ex-DACNIS VS et les CORTUSA,
CORTUSA AC & RO.

DIN 51506 VDL.

Huiles synthétiques (P.A.O.) pour compresseurs d’air rotatifs.

Espacement de vidange supérieurs à 8 000 h.


DACNIS SH
32 à 100 Pas de problème de compatibilité avec les huiles minérales, la CORTUSA
SP et BARELF SM.

ISO 6743-3A DAJ.

Huiles synthétiques di-ester pour compresseurs d’air (alternatifs haute


pression, rotatifs (Ingersoll Rand), turbo-compresseurs).

DACNIS SE Haute stabilité thermique. Attention compatibilité avec les joints.


46 à 100
Compatible avec la CORTUSA SE et BARELF CH.

DIN 51506 VDL.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 48 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Huile minérale pour pompe à vide (vide poussés jusqu’ à 10-3 mbar).
PV 100
Aspiration de gaz neutres.

Huile minérale pour pompe à vide (vide poussés jusqu’ à 10-3 mbar).
PV 100
PLUS
Aspiration d’air humide.

Huile semi-synthétique pour pompe à vide.


PV SH 100
Aspiration de gaz acides ou corrosifs.

Lubrifiants de qualité alimentaires NSF USDA H-1.

Convient pour la lubrification de compresseurs d'air (vis, pistons et


palettes).
NEVASTANE
AW / SS / SL Gamme AW (huiles minérales)

Gamme SS (huiles semi-synthétiques)

Gamme SL (huiles synthétiques - PAO)

Table 11: Huiles pour compresseurs d'air et pompes à vide

Figure 24: Compresseur

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 49 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

9.1.6. Les huiles pour turbines

Huile APPLICATIONS

ISO: TSA/TGA/TGB/TGE/TSE
PRESLIA
32 à 100 Huile minérale additivée pour la lubrification des turbines (vapeur gaz
hydraulique), de leur engrenages et système de contrôle.

ISO: TSA/TGA/TGB/TGE - General Electric GEK32.568E


PRESLIA GS
Huile minérale aux propriétés antioxydantes exceptionnelles,
32 et 46
destinées à la lubrification des turbines à vapeur et à gaz
fonctionnant à températures élevées

ISO: TSA/TGA/TGB/TGE/TSE - General Electric GEK101941A


PRESLIA GT
Huile minérale aux propriétés anti-oxydantes exceptionnelles,
32 et 46
lubrification des turbines à gaz et cycles combinés à températures
très élevées pour très longues durées de service.

MIL-L-23699E DERD 2499 grade OX27/OTAN O-156

PRESLIA SE JET Graissage des turbines à gaz aérodérivatives.


(25 cSt@40°C)
Huile synthétique destinée à la lubrification des turbines issues de la
technologie aéronautique.

Table 12: Huiles pour turbines

Figure 25: Turbine


Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR
Dernière Révision: 20/05/2007 Page 50 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

9.1.7. Les huiles hydrauliques

Figure 26: Système hydraulique

Un système hydraulique nécessite quelques équipements spécifiques comme :

Une pompe, pour transformer l’énergie mécanique fournie par une source (moteur
électrique, thermique) en énergie hydrostatique.

Des filtres, qui permettent de piéger toutes les particules de pollutions qui peuvent
s’introduirent dans le fluide hydraulique et causer des usures anormales. Ils sont
classés par la taille des particules retenus dans le filtre .Pour les fluides
hydrauliques le « diamètre du filtre » est de l’ordre de 3 à 15 µm.

Un distributeur, qui permet de répartir l’énergie dégagée par la pompe


hydraulique dans tous les organes récepteurs en faisant varier le débit du fluide
hydraulique.

Un réservoir, qui à comme rôle de stocker le fluide hydraulique et d’absorber les


variations de volume nécessaire dans le circuit. Sa capacité est 3 à 5 fois égale

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 51 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

au débit de la pompe en l/min (Ex: Pour une pompe de 50 l/min, le volume du


réservoir sera de 150 à 250 litres)

Les huiles hydrauliques sont utilisées dans le domaine des travaux public, pour la
puissance et la précision disponible

Figure 27: Engin de travaux public

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 52 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

H. minérales
ELASTOMERES Symbole Solutions Eau / Glycol Esters phosphates Esters organiques Hydrocarbures Température d'emploi
Paraffiniques
Marques commerciales ASTM (HFC) (HFDR) (HFDU) aromatiques (°C)
(HM, HV)

Butadiène Nitride Acrylique :


Perbunan N, Butacryl,
NBR -30 / +120
Krynac, Buna N, Hycar 1203,
Paracryl

Butadiène Styrène Isoprène :


SBR -30 / +100
Buna S, GRS

Chloroprène :
CR -40 / +120
Néoprène, Perbunan C

Isobutylène Isoprène :
HR -40 / +120
Butyl

Caoutchouc naturel :
NR / IR -30 / +100
Isoprène

Silicone :
SI -80 / +250
Silastic

Fluorosilicone : FSI -70 / +220

Elastomères fluorés :
FPM -30 / +250
Viton, FluoreI, Kel F

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 53 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Polyacrylate :
ACM -15 / +170
Rycar 4021

Polyéthylène chlorosulfoné :
CSM -50 / +120
Hypalon

Ethylène Propylène :
EPDM -50 / +130
Nordel

Polyuréthane :
Vulkolan, Adiprène, EU -40 / +100
Vibrathane

Polytétrafluoréthylène :
Téflon, Fluon, Hostaflon, PTFE -200 / +260
Agoflon

Polysulfure d'éthylène :
T
Thiokol

Table 13: Comptabilité entre type de joint et nature du fluide hydraulique

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 54 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

9.2. LES GRAISSES

Les graisses sont principalement employées dans :

Les roulements: la graisse restant dans le roulement n'a pas tendance à


s'échapper comme l'huile et contribue à l'étanchéité; la protection est assurée,
même en cas d'arrêts prolongés.

Les paliers lisses: les graisses sont préférées à l'huile quand les paliers travaillent
en présence de vibrations, de hautes températures, de charges excessives, de
vitesses très faibles.

Les engrenages: seuls les petits engrenages peuvent être lubrifiés à la graisse
par barbotage; on emploi des graisses fluides ou semi-fluides. Dans les petits
réducteurs graissés à vie on tend à utiliser des graisses synthétiques.

Autres applications: à chaque fois qu'un manque d'étanchéité interdit l'utilisation


d'une huile. Par exemple, le graissage par pulvérisation d'engrenages
d'entraînement de broyeurs et de fours de cimenteries.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 55 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Huile de
base
TOTAL Viscosité à APPLICATIONS
40°C
mm²/s (cSt)

Graisses multi usages à savon lithium/calcium

Lubrification générale des applications sans contrainte


de charge et dans des conditions normales.
MULTIS 2
Température de fonctionnement de -20 à +120°C.
120
MULTIS 3
MULTIS 2 : ISO L-XBCEA 2 & DIN 51502 K2K-25

MULTIS 3 : ISO L-XBCEA 3 & DIN 51502 K3K-20

Graisses multi usages Extrême-Pression à savon lithium/calcium

Applications industrielles chargées

Applications possibles dans le transport, l'agriculture &


le TP. (paliers, roulements de roues, cardans, châssis ...).
MULTIS EP 1
Température de fonctionnement de -25 à +120°C.
MULTIS EP 2 150
MULTIS EP 1 : ISO L-XBCEB 1 & DIN 51502 KP1K-25
MULTIS EP 3
MULTIS EP 2 : ISO L-XBCEB 2 & DIN 51502 KP2K-25

MULTIS EP 3 : ISO L-XBCEB 3 & DIN 51502 KP3K-20

Applications chargées soumises à des chocs ou


vibrations dans le transport, l'agriculture & le TP.

Température de fonctionnement -25 à +130°C.


MULTIS MS 2 150
Graisse à additif solide au bisulfure de molybdène (MoS2).

ISO 6743-9 L-XBCEB 2 & DIN 51502 MPF2K-25

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 56 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Applications industrielles chargées avec systèmes de


graissage centralisé.
MULTIS EP 0 185
Température de fonctionnement de -25 à +120°C.
MULTIS EP 00 150
MULTIS EP 00 : ISO L-XCBEB 00 & DIN 51502 GP00G-30

MULTIS EP 0 : ISO L-XBCEB 0 & DIN 51502 MP0K-25

Applications avec systèmes de graissage centralisé


(châssis de camions, véhicules tout terrain TP ...).

MULTIS ZS Température de fonctionnement de -45 à +120°C.


42
000
ISO L-XECFB 000 & DIN 51502 MP00/000K-45.

Homologations : Mercedes Benz & MAN.

Graisse multi usages Extrême-Pression hautes températures à savon lithium


complexe

Applications chargées avec une température de


fonctionnement élevée ne permettant pas l'emploi de
MULTIS graisses Lithium classiques.
COMPLEX EP 120
2 Température de fonctionnement de -20 à +160°C.

ISO L-XBEHB 2 & DIN 51502 KP2P-20.

Graisse multi usages Extrême-Pression hautes températures à savon


lithium/calcium complexe

Applications chargées avec une température de


fonctionnement élevée ne permettant pas l'emploi de
MULTIS graisses Lithium classiques.
COMPLEX HV 340
2 Température de fonctionnement de -20 à +160°C.

ISO L-XBEHB 2 & DIN 51502 KP2P-20.

Table 14: Récapitulatif de l'utilisation des graisses multifonctions

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 57 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Huile de base
Grade Viscosité à
TOTAL NLGI 40°C APPLICATIONS
mm²/s (ou cSt)

Roulements de moteurs et de générateurs


électriques, ventilateurs ou pompes.

Faibles charges.
ALTIS EM 2 2 110
Graissage à vie.

ISO L-XBEHB 2 & DIN 51502 KP2R-25.

Roulements de moteurs, ventilateurs ou


pompes.

Fortes charges.
ALTIS MV 2 2 160
Graissage à vie.

ISO L-XBECB 2 & DIN 51502 KP2P-25.

Roulements de moteurs et de générateurs


électriques, ventilateurs ou pompes.

Charges faibles à fortes.

Graissage à vie.
ALTIS SH 2 2 84
Graisse synthétique.

Produit phare en papeterie.

ISO L-XDFHB 2 & DIN 51502 KHCP2R-40.

Graisses multi usages (vitesses de rotation


modérées).

CERAN WR 1 Lubrification d'applications industrielles en milieu


1&2 180 humide (marine, off-shore …).
CERAN WR 2
CERAN WR1 : ISO L-XBFIB1 / DIN51502 KP1R-25.

CERAN WR2: ISO L-XBFIB 2/ DIN 51502 KP2R-25.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 58 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Câbles, chaînes et engrenages nus dans


l'industrie lourde et équipements portuaires.
CERAN AD 0 325
ISO L-XBDIB 0 & DIN 51502 OGP0N-25.

Roulements fortement chargés en sidérurgie.


CERAN HV 1/2 422
ISO L-XBFHB 1/2 & DIN 51502 KP1/2R-25

Roulements fortement chargés en sidérurgie


(meilleure résistance à la corrosion statique et à
CERAN HVA 2 422 l'oxydation).

ISO L-XBFHB 2 & DIN 51502 KP2R-25

Roulements fortement chargés des parties


sèches et humides de papeteries.

CERAN PM 1/2 325 Bonne résistance à la corrosion statique et à


l'oxydation.

ISO L-XBFIB 1/2 / DIN 51502 KP1/2R-25

Réducteurs et transmissions industrielles de


broyeurs et couronnes de fours de cimenteries.
CERAN GEP 0 695
Graisse avec additivation solide (graphite & MoS2).

ISO L-XBFHB 0 & DIN 51502 OGPF0R-25.

Table 15: Récapitulatif de l'utilisation des graisses de spécialités

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 59 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

10. PRÉLÈVEMENT ET ANALYSE


Il existe différents systèmes officiels pour le suivi des prélèvements et analyses
d’huile :

ANAC est un système diagnostic basé sur l’interprétation de l’analyse de l’huile


en service (huile usée) ce système s’adresse plutôt aux moteurs, boites de
vitesses, ….

LUBIANA est un système diagnostic développé par TOTAL LUBRIFIANT et qui


s’adresse aux secteurs industriels, avec pour objectif l’analyse préventive des
huiles, pour améliorer la maintenance

Les prélèvements et analyses d’huile permettent de suivre et de comprendre de quelle


façon l’équipement évolue.

Les huiles se dégradent au fur et à mesure des heures d’utilisation, des Km parcourus, ou
de l’usure prématuré d’une partie mécanique.

Afin de suivre les gros équipements notamment pétroliers (Turbine, moteur, pompe) on
prélève régulièrement un échantillon d’huile que l’on envoie dans un laboratoire pour
analyse.

Se prélèvement doit être réalisé suivant une procédure, afin d’être certain d’obtenir une
bonne analyse et d’en déduire les actions prédictive, préventives ou curatives à réaliser.

10.1. SYSTÈME ANAC


10.1.1. L’échantillon

10.1.1.1. Le prélèvement

A faire dans un flacon propre.

Si ce prélèvement est fait


directement à la sortie du bouchon
de vidange, laisser couler quelques
gouttes avant de remplir le flacon,
ceci afin d’éviter de mettre dans le
flacon une concentration
d’impuretés.

Figure 28: Prélèvement d’huile

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 60 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

L’échantillon est prélevé en un point représentatif du circuit et, de préférence, pendant le


fonctionnement de la machine - où sinon juste après son arrêt.

La quantité d’huile à prélever est comprise entre 150 et 500 ml, en fonction des mesures à
effectuer (150 ml pour la viscosité, les traces d'usure et l'indice d'acide; 500 ml pour
d'autres mesures telles que l'indice particulaire, le comptage HIAC, la drasticité, la rigidité
électrique

10.1.1.2. L’étiquette

Coller sur le flacon l’étiquette livré


avec le flacon, celle-ci permettra au
laboratoire de suivre l’échantillon
durant toute la phase d’analyse et
d’éviter une erreur de flacon.

Figure 29: Étiquetage du flacon

10.1.1.3. La fiche de données

Elle informe le laboratoire sur les


données de l’équipement date de la
dernière analyse, nombre de Km
parcourus, nombre d’heure de
fonctionnement, type d’équipement,
etc.

Figure 30: Exemple de fiche de


données

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 61 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

10.1.1.4. L’expédition

Mettre dans l’enveloppe fournie l’ensemble fiche + échantillon. Cette procédure assurera
un suivi convenable de l’échantillon.

10.1.2. La fréquence de prélèvement

Elle dépend bien entendu du type de machine, du lubrifiant, des conditions de service de
l'équipement, du coût économique relatif analyse/gain réalisé en entretien.

En l'absence de toute recommandation, on pourra suivre les conseils suivants :

Analyse à chaque vidange du circuit

Analyses entre vidanges :

Compresseurs d'air : toutes les 500 heures, puis espacer à 1000 heures
si tout paraît correct,

Compresseurs de gaz (industries chimiques) : idem

Circuits hydrauliques: 1000 heures ( circuits caloporteurs : idem )

Compresseurs frigorifiques: de 1000 à 2000 heures

Turbines: toutes les 2000 heures

Huiles réducteurs, engrenages: idem

Huiles mouvements : idem

Bains d'huiles de trempe: idem

Fluides isolants : chaque 5000 heures

Huiles moteurs: chaque 15 000 km ou 250 heures

Fluides de coupe :

Aqueux, suivant l'installation: 1 à 4 semaines

Entiers, suivant l'installation: 2 à 4 mois

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 62 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

10.1.3. L’analyse

Que cherche –t on dans une analyse ?

Les analyses varient suivant les types de lubrifiants et les types de matériels lubrifiés. Le
nombre des déterminations effectuées sur un fluide ne peut être réduit en dessous d'une
certaine limite, car, pour être complet, le diagnostic doit être correctement renseigné.

10.1.3.1. Analyse de l’aspect

Un simple examen visuel et une appréciation de l'odeur permettent parfois de déceler de


façon très simple des anomalies concernant tant la pollution que les évolutions propres du
lubrifiant. Pour guider la suite du diagnostic, voici quelques règles d'interprétation très
utiles qui peuvent être appliquées sur le site industriel lui-même :

Si le lubrifiant a un aspect trouble

On examinera l'hypothèse d'un mélange avec des produits non miscibles :


mélange d'un lubrifiant minéral et d'un lubrifiant synthétique, mélange du lubrifiant
avec un solvant.

Pour confirmer l'une de ces hypothèses, on poursuivra l'analyse en mesurant


d'autres caractéristiques: viscosité, point éclair (voir plus loin).

On retiendra également la possibilité de présence anormale d'eau : à confirmer


par le dosage d'eau (voir plus loin).

Si le lubrifiant a un aspect laiteux

Si l'aspect laiteux est permanent, on pensera à une présence d'eau qu'il


conviendra de confirmer par un dosage d'eau.

Si l'aspect laiteux est temporaire, on mesurera les propriétés de désaération de


l'huile afin de voir s'il s'agit bien d'un phénomène temporaire d'aération de l'huile.

Si le lubrifiant a un aspect brun/roux et une odeur «brûlé»,

On envisagera la possibilité d'une dégradation thermique du lubrifiant: à confirmer


par les mesures d'indice d'acide et de viscosité (voir plus loin).

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 63 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

10.1.3.2. Analyse du teneur en eau

L'eau est un mauvais lubrifiant, elle peut donc provoquer des incidents mécaniques. De
plus, elle favorise le vieillissement de l'huile et la corrosion des métaux.

Les possibilités d'entrée d'eau dans un circuit sont nombreuses: fuite de réfrigérant,
passage de vapeur dans une huile turbine, passage de fluide de coupe aqueux dans une
huile de graissage de machine-outil, etc...

La présence d'eau peut résulter tout simplement de la respiration du circuit d'huile.

Les teneurs en eau maximales varient d'un lubrifiant à l'autre. Quelques exemples :

Fluide hydraulique minéral, huile turbine : 0,2%

Huiles mouvements, réducteurs : 0,5%

Huiles pour compresseurs frigorifiques: 100 ppm

Huiles isolantes: 30 ppm

Huiles de trempe: 0,02%

10.1.3.3. Analyse des particules

Dans le cadre d'une politique de


maintenance prédictive, il est très
important de détecter les particules
présentes dans l'huile, et d'en connaître la
nature, car ces particules sont le signe
d'une pollution ou d’une dégradation du
matériel (poussières, sable, calamine,
particules métalliques d'usure ou de rouille,
écailles de peinture, débris de joints,
fibres...).

Figure 31: Exemple de particules retenues


dans un filtre

Par ailleurs, il est nécessaire de chercher à les éliminer car elles peuvent accroître la
vitesse d'usure du matériel.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 64 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

10.1.3.4. Spectrométrie d'émission

Avec la spectrométrie d’émission, on détecte des métaux d'usure, des éléments


d'additivation de l'huile et des contaminants. La spectrométrie d'émission avec torche à
plasma d'argon permet de mesurer les teneurs de nombreux éléments : traces
métalliques, éléments alcalino-terreux, silicium, c'est-à-dire des éléments représentatifs

soit de l'usure,

soit des additifs de l'huile,

soit d'éléments polluants.

Les six principaux métaux couramment représentatifs de l'usure sont:

l'étain (Sn),

le plomb (Pb),

le fer (Fe),

le chrome (Cr),

l'aluminium (Al),

le cuivre (Cu).

10.1.3.5. Point d'éclair vase clos

Le point d'éclair d'une huile est la température minimale à laquelle il faut la porter pour que
les vapeurs émises s'allument spontanément en présence d'une flamme.

L'intérêt essentiel du point d'éclair est qu'il renseigne sur un éventuel risque d'incendie et
sur la présence d'échauffements (anormalement) élevés sur le circuit d'huile.

Pour la mesure du point d'éclair, l'huile contenue dans un creuset est chauffée
progressivement et à une vitesse bien définie.

La norme NF T 60-103 décrit une méthode de détermination du point d'éclair –vase clos,
c'est-à-dire que le creuset est équipé d'un couvercle muni d'une cheminée au-dessus de
laquelle est présentée la flamme d'une veilleuse. Le point d'éclair est la température de
l'huile au moment où se produit un éclair provoqué par l'inflammation des vapeurs d'huile.

On peut dire globalement qu’un abaissement du point d'éclair peut signifier une pollution
par un gaz ou par un liquide plus volatil que l'huile.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 65 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Il peut aussi signifier un début de cracking, par exemple dans le cas d'un fluide caloporteur
ou d'un fluide de trempe.

10.1.3.6. Viscosité et indice de viscosité

La viscosité d'un lubrifiant est une caractéristique très importante car, outre l'importance
qu'elle revêt au moment de la préconisation, elle fournit de précieux renseignements sur
les lubrifiants en service.

La viscosité peut être influencée dans un sens ou dans l'autre par divers facteurs :

Elle peut être augmentée par l'oxydation, par un appoint d'huile plus visqueuse.

Elle peut être abaissée par des gaz solubles dans l'huile ou par un appoint d'huile
plus fluide.

Le cracking d'un fluide caloporteur, provoqué par un chauffage excessif, entraîne


également une chute de viscosité.

10.1.3.7. Indice d'acide

La mesure de l'indice d'acide a déjà été citée plusieurs fois comme une caractéristique
très importante des huiles en service.

L'indice d'acide est le nombre de milligrammes de potasse nécessaires pour neutraliser un


gramme d'huile.

Beaucoup d'huiles dopées présentent à l'état neuf un indic d'acide apparent qui provient
de la réaction de la potasse sur les additifs.

10.1.3.8. Nitration des huiles pour moto-compresseurs a gaz

Tous les moteurs à combustion interne, qu'ils soient à allumage commandé ou non,
fabriquent des oxydes d'azote (NOx) à partir de l'azote et l'oxygène de l'air sous l'effet des
pressions et températures élevées.

La teneur en NOx des gaz de combustion dépend énormément des réglages (avance à
l'allumage et richesse de la carburation dans le cas des moto-compresseurs à gaz).

Comme l'étanchéité de la segmentation ne peut être parfaite, des gaz de combustion (gaz
de blow-by) passent dans le carter et les oxydes d'azote contenus dans ces gaz peuvent
réagir avec des molécules d'huile. Ces produits de nitration accroissent la viscosité de
l'huile. D'autre part, des essais de laboratoire ont montré que la présence d'oxydes d'azote
catalyse l'oxydation.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 66 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

La nécessité de vidanger une huile moteur est dictée :

Par son vieillissement (oxydation, nitration, consommation d'une part importante


des additifs, etc...)

Par sa contamination (matières charbonneuses, sels de plomb, carburant, eau,


etc...)

Très souvent, c'est la contamination qui oblige à vidanger.

Mais dans le cas des moto-compresseurs à gaz c'est habituellement le vieillissement qui
l'emporte car ces moteurs brûlent un combustible très propre, la contamination est faible,
ce qui permet d'ailleurs des espacements de vidange de plusieurs milliers d'heures avec
de bonnes huiles.

10.1.3.9. Le moussage

Le moussage d'une huile est caractérisé par le volume de mousse et par sa persistance.

La mesure est effectuée selon la norme AFNOR NF T 60-129: un échantillon de 190 ml


contenu dans une éprouvette en verre graduée de 1000 ml, est soumis à un soufflage d'air
de 95 ml par minute à travers une sphère poreuse. Le soufflage d'air dure 5 minutes, puis
l'huile est laissée au repos.

Le volume de mousse après les 5 minutes de soufflage est la tendance au moussage.

Le volume de mousse après 10 minutes de repos est la stabilité ou persistance de la


mousse.

10.1.3.10. La rigidité électrique

La rigidité électrique ou tension de claquage est la propriété que possède une huile
isolante d'empêcher la formation d'un arc sous l'effet d'un champ électrique intense.

La méthode de mesure est la norme NF C 27-221. L'essai consiste à appliquer entre 2


électrodes distantes de 2.5 mm et immergées dans l'huile d'essai, une tension alternative
croissante, de fréquence 50 Hz, jusqu'à ce que se produise une décharge disruptive. Cette
caractéristique importante dépend essentiellement de la propreté de l'huile.

Elle est abaissée par la présence d'eau et de matières en suspension. Elle permet de
décider de l'opportunité d'un traitement de séchage et filtration.

Dans certains cas également, il conviendra de vidanger l'huile où l'oxydation du produit


dépasse un certain niveau (indice d'acide > 0,2).

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 67 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

10.1.3.11. Essai a la tache (huiles moteurs)

Cet essai est très spécifique des huiles moteurs, car il vise à qualifier les propriétés
suivantes :

Encrassement de l'huile en service par les particules d'imbrûlés (combustion


incomplète),

Pouvoir dispersant résiduel de l'huile et capacité à maintenir ces particules en


suspension.

Il peut également révéler une certaine oxydation de l'huile, et présence de carburant non
brûlé dans l'huile.

Cet essai est très simple et consiste à déposer une goutte de l'échantillon d'huile sur un
papier filtre et à examiner la tache après diffusion sur le papier, le plus souvent à
température ambiante et parfois aussi à température élevée (200 °C, pour connaître
notamment le pouvoir dispersant de l'huile dans les parties les plus chaudes du moteur).

L'examen de la tache révèle

Une tache centrale plus ou moins noire suivant l'encrassement de l'huile,

Une tache circulaire grise plus ou moins large suivant que la dispersion est
encore efficace ou non.

Il existe bien entendu encore une multitude de tests suivants les éléments recherchés.

10.1.4. Résultats des analyses

Ils sont renvoyés à l’utilisateur sous forme de code couleur :

VERT : tout est bon, l’huile ainsi que les éléments analysés restent dans les tolérances

ORANGE : un ou plusieurs éléments contrôlés deviennent critiques ou hors des


tolérances, il faut envisager un remplacement de l’huile ou bien une action corrective

ROUGE : Il y a danger pour la vie de l’équipement il faut IMPÉRATIVEMENT remplacer


l’huile et vérifier l’état de la machine.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 68 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Figure 32: Exemple de résultat d’analyses "Vert"

Figure 33: Exemple de résultat d'analyses "Orange"

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 69 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Figure 34: Exemple de résultat d'analyses "Rouge"

10.2. SYSTÈME LUBIANA

10.2.1. Description du système

Ce système est conçu comme un outil de maintenance, il a pour objectif :

Détection de problèmes éventuels => anticipation des pannes.

Optimisation des coûts de maintenance (choix du lubrifiant le plus adapté aux


conditions de fonctionnement).

Optimisation des fréquences de vidange (et programmation des opérations).

Suivi de l’évolution de l’état de l’huile.

Détermination de l’origine des éventuelles pollutions.

Intérêt du suivi des analyses

Évaluer les conditions de fonctionnement de la machine

Déterminer l’origine des pollutions éventuelles

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 70 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Apprécier l’évolution et le type d’usure de la machine

Optimiser les intervalles de vidange et travailler sur la consommation en lubrifiant


à l’aide d’analyses régulières.

10.2.2. Mise en place d’un suivi analytique

Le suivi ne peut être mis en place que sur des capacités d’huile d’un équipement
supérieure à 200 litres et sur des équipements sensibles tel que compresseur à gaz,
turbine, etc.

Pour un suivi précis il faut

Effectuer des analyses régulières

Comparer les résultats obtenus avec les prélèvements précédents (effectués


dans les mêmes conditions)

Renseigner le matériel,

Renseigner le lubrifiant.

10.2.3. L’échantillon

10.2.3.1. Le prélèvement

Toujours prendre l’échantillon dans les mêmes conditions et si possible

Recueillir directement le produit dans un flacon propre Lubiana, en évitant le premier


soutirage.

Identifier le plus rapidement possible le flacon à l’aide des stickers Lubiana

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 71 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

10.2.3.2. L’expédition

Figure 35: Expédition d'un échantillon "Lubiana"

10.2.3.3. Fréquence des analyses

Système hydraulique : 1000 h

Turbine : 500h /1000h

Compresseur d’air : 1000h

Pompe à vide : 500h/1000h

Compresseur froid : 500h/1000h

Compresseur à gaz : 500h/1000h

Réducteur : 1000h

Huiles de circulations : 1000h

Fluide caloporteur : Tous les ans ou 6 mois

Transformateur : Tous les ans ou 6 mois

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 72 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

10.2.4. L’analyse

Comme pour le système ANAC, LUBIANA réalise un certain nombre d’analyse en


fonction :

De la machine

Du degré de suivi souhaité,

De la famille d’huile (hydraulique, lubrifiant, graisse)

De l’historique de la machine

10.2.5. Les résultats

LUBIANA dispose d’un logiciel informatique permettant le suivi des machines et permet de
transférer directement ces résultats d’analyse aux clients.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 73 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

11. LA SÉCURITÉ ET LE STOCKAGE

11.1. LES RISQUES

Les lubrifiants ne sont en général pas des produits dangereux.

Cependant, des précautions doivent être prises lors de leur manipulation, stockage ou
distribution.

Inhalation, contact avec la peau, contact avec les yeux, ingestion et aspiration doivent être
évités.

Une Fiche de Données de Sécurité est disponible pour chaque produit. Elle fournit les
informations concernant les précautions à prendre au niveau de l’hygiène et de la sécurité
lors de la manipulation, du stockage ou de la distribution du lubrifiant.

Une information complète est disponible à partir des:

Étiquettes des fûts ou bidons

Fiches de Données de Sécurité

Fiches Techniques
Produits

Le Service Assistance
Technique ou le
département HQSE du
fournisseur

Figure 36: Exemple d’étiquette (1)

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 74 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Figure 37: Exemple d’étiquette (2)

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 75 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Figure 38: Exemple d’étiquette (3)

11.1.1. Toxicité

La plupart des lubrifiants ont un faible niveau de toxicité, mais les expositions auxquelles
les manipulateurs peuvent être soumis, sont très variées. Les principales zones de contact
avec les huiles et les graisses sont les yeux et les mains.

Quelques procédés peuvent aussi générer des brouillards d'huile dont la finesse leur
permet de pénétrer dans les voies respiratoires.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 76 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

11.1.2. Précautions d'emploi

Afin de minimiser et prévenir les accidents, les précautions suivantes doivent être prises :

Contact avec la peau :

Respecter des règles d'hygiène personnelles et industrielles strictes.

Pour éviter le contact avec le corps :

Utiliser des gants imperméables à l'huile,

Porter des vêtements présentant une bonne protection, -ne pas porter des
vêtements souillés par l'huile,

Les solvants, tels que pétrole, essence ne doivent pas être utilisés pour
éliminer l'huile de la peau,

Utiliser une crème protectrice.

Inhalation

Éviter d'inhaler les brouillards d'huile et les fumées.

Une bonne ventilation des locaux doit être installée.

La limite acceptable pour un brouillard d'huile est de 5 mg/ cm3, voire de 1 mg/cm3
comme le conseille l'I.N.R.S. (Institut National de Recherche pour la Sécurité).

Contact avec les yeux

Le port de lunettes est recommandé lorsque des projections d'huile dans les yeux
sont possibles.

En cas de contact accidentel, laver les yeux à l'eau pendant au moins 15 minutes et
consulter un médecin si l'irritation persiste.

Ingestion

Les lubrifiants présentent un faible niveau de toxicité orale.

En cas d'ingestion, ne pas provoquer de vomissement mais voir un médecin


immédiatement

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 77 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

11.2. LE STOCKAGE

Erreurs de stockage ou de manipulation par l’utilisateur peuvent entraîner :

Fuites ou contamination

Introduction de saletés, poussières ou eau

Introduction de contaminants dans les


lubrifiants ou les machines lors de la
distribution

Mélange de différents types de lubrifiants

Les bonnes méthodes de stockage sont:

Les produits doivent être sous abris

Figure 39: Stockage sous abri

Un magasin bien éclairé

Un magasin bien ventilé

Un magasin à l’abri des poussières, des


contaminants et de l’eau

Pour de long stockage, prévoir une garde au sol


pour les conteneurs

Figure 40: Garde au sol

Lorsque les fûts sont stockés


horizontalement, ils doivent être positionnés
de façon à ce que l’huile couvre les bondes

Les bondes doivent être à l’horizontale de


façon à empêcher toute pénétration d’air ou
d’eau de condensation dans les fûts

Figure 41: Les conditions de stockage

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 78 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Huile propre, telle que livrée L’huile et l’air se détendent L’eau est aspirée dans les
sous l’effet de la fûts quand la température se
température refroidit

Figure 42: Exemple de mauvais stockage

Ne pas faire tomber les fûts du camion : mauvais pour les joints

Figure 43: Exemple de mauvaise manutention

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 79 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

11.3. LES HUILES USAGÉES

Il existe 2 types d’huiles usagées :

les huiles claires, à savoir les huiles utilisées pour les systèmes hydrauliques,
pour les turbines et comme diélectriques minéraux dans les transformateurs.

les huiles noires, à savoir les huiles moteurs et certaines huiles industrielles
(laminage, trempe).

Le brûlage et le rejet dans les milieux naturels et réseaux d’assainissement sont interdits.

1 litre d’huile recouvre 10 000 m² d’eau

Il ne reste donc que la collecte pour évacuer les huiles de vidanges moteur ou autres.

Sur les sites pétroliers un soin particulier est réalisé à cette évacuation.

Pour ces raisons, il est important de garder en bonne état les fûts vides ou capacités, afin
de pouvoir les réutilisés pour le transport à terre.

ATTENTION IL EST IMPÉRATIF D’IDENTIFIER LE FUT COMME CONTENANT DES


HUILES POLLUÉES

Figure 44: Devenir des huiles usagées

Les huiles usagées claires sont principalement recyclées.

Les huiles usagées noires sont soit régénérées, soit incinérées en cimenterie ou en centre
spécialisé.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 80 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

12. RETOUR D’EXPÉRIENCE

12.1. HUILE

Pour chaque machine nécessitant une charge d’huile, les constructeurs donnent

Le type d’huile à utiliser

La quantité d’huile de remplissage

La fréquence des vidanges

Il est impératif de rester fidèle à ces données. Un remplissage trop important ne servira à
rien, il fait consommer de l’huile inutilement et pourrai endommager l’équipement par une
surpression dans le carter et affecter les joints d’étanchéité.

Changer le type d’huile risque de modifier le niveau de lubrification de la machine pour les
conditions d’utilisation et endommager les parties mécaniques de l’équipement.

Na pas respecter la fréquence des vidanges ou d’entretien des machines (remplacement


de la filtration) revient simplement à diminuer la vie de fonctionnement de l’équipement.

12.2. GRAISSE

La graisse est un élément très important dans la lubrification, mais il ne faut pas croire
qu’un surplus de graisse n’a pas de conséquence.

Le graissage régulier est une partie de la maintenance préventive, mais un surplus de


graisse sur un roulement risque d’engendrer un échauffement de celui-ci par accumulation
de graisse.

Il est préférable de contrôler les températures des paliers, des roulements avant de
rajouter de la graisse et de connaître la date du dernier graissage.

De manière préventive, il est nécessaire de remplacer la graisse d’un équipement tournant


peu avant qu’elle ne sèche dans son logement.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 81 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

13. LA FABRICATION DES HUILES ET GRAISSES


Ceci est à titre indicatif afin d’avoir un aperçu des installations nécessaire à la fabrication
des huiles et des graisses

13.1. ORIGINES DES HUILES

VEGETALE SYNTHETIQUE

Pin, colza ,arachide ,palme, ricin Esters de polyols, Poly Alkylène Glycols
(PAG), Poly Alpha Oléfines (PAO),
Polyisobutènes

PETROLIERE ANIMALE

Huiles minérales, Huiles hydrotraitées Graisse de poissons, pied de boeuf

Figure 45: Origines de huiles

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 82 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

13.2. PAR DISTILLATION ATMOSPHÈRIQUE

Figure 46: Distillation atmosphérique

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 83 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

13.3. PAR DISTILLATION SOUS VIDE

Figure 47: Distillation sous vide

Figure 48: Tour de distillation sous vide


Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR
Dernière Révision: 20/05/2007 Page 84 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

13.4. DIFFÉRENCE DE FABRICATION ENTRE LES HUILES ET LES


GRAISSES

13.4.1. Les huiles

Les huiles sont constituées d’un mélange d’huile de base et d’additifs

Figure 49: Fabrication des huiles

13.4.2. Les graisses

Les graisses suivent un procédé de 4 phases

Préparation du savon

Dilution et effet de trempe

Broyage

Homogénéisation

Le diagramme représente un exemple de processus de fabrication d’une graisse au


lithium, avec un procédé traditionnel, dit en cuve.

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 85 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

HOMOGE-
NEISATION
REGLAGE
CONSISTANCE
SAPONIFICATION
DESAERATION
DILUTION FILTRATION
FUSION CUISSON REFROIDIS- CONDITION-
SEMENT NEMENT
DOPAGE
DESHYDRATATION

BROYAGE

4e
1ére PHASE 2e PHASE 3e PHASE
PHA-
SE

Figure 50: Diagramme de fabrication d’une graisse

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 86 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

14. EXERCICES
1. A quoi sert la lubrification ?

2. Citez au moins 3 rôles de la lubrification ?

3. Qu’est-ce que la viscosité ?

4. Qu’est ce que le point éclair ?

5. Qu’est ce que la lubrification hydrodynamique ?

6. Citez les éléments nécéssaires à la lubrification par circulation ?

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 87 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

7. De quoi est constitué un lubrifiant

8. A quoi servent les additifs anti oxydant?

9. A quoi servent les additifs anti corrosion

10. A quoi servent les dispersant

11. Qu’est ce qu’une huile multigrade ?

12. Définir une huile SAE 20 W 50 ?

13. Le grade à chaud sert à protéger le moteur ?

‰ Pour son démarrage

‰ Pour son fonctionnement à chaud

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 88 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

14. Citez 3 éléments nécessaires pour classifier une graisse ?

15. Citez les deux systèmes de contrôle des analyses d’huiles ?

16. D’une manière générale comment les résultats d’analyse d’huile sont –ils fournis ?

17. Que fournit la fiche de sécurité ?

18. Peut –on verser les huiles polluées à la mer ou dans un caniveau

‰ Oui

‰ Non

19. Que deviennent les huiles noires ?

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 89 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

15. GLOSSAIRE
NLGI
National Lubricating Grease Institute

SAE
Society of Automotive Engineers

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 90 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

16. SOMMAIRE DES FIGURES


Figure 1: Fonctions de huiles et graisses.............................................................................6
Figure 2: Régime hydrodynamique....................................................................................12
Figure 3: Régime mixte......................................................................................................12
Figure 4: Régime limite ......................................................................................................12
Figure 5: Lubrification par barbotage des engrenages ......................................................13
Figure 6: Lubrification par barbotage des engrenages, roulements et paliers ...................13
Figure 7: Lubrification par circulation et pulvérisation ........................................................14
Figure 8: Lubrification par circulation et pulvérisation avec échangeurs de température...15
Figure 9: Différents lubrifications à la graisse ....................................................................16
Figure 10: Composition d'un lubrifiant................................................................................19
Figure 11: L’agent gélifiant.................................................................................................23
Figure 12: Essai de la compatibilité avec l'eau ..................................................................24
Figure 13: Essai de délavage ............................................................................................24
Figure 14: Essais des propriétés anti-usure.......................................................................25
Figure 15: Essais extrême pression...................................................................................25
Figure 16: Les additifs .......................................................................................................28
Figure 17: Classification des lubrifiants moteur SAE J300 ................................................38
Figure 18: Classification des lubrifiants de transmission SAE J306...................................38
Figure 19: Les échelles de viscosité ..................................................................................39
Figure 20: Test de pénétration...........................................................................................40
Figure 21: Moteur thermique..............................................................................................44
Figure 22: Engrenages ......................................................................................................44
Figure 23: Outillage avec moteur 2 temps .........................................................................45
Figure 24: Compresseur ....................................................................................................49
Figure 25: Turbine .............................................................................................................50
Figure 26: Système hydraulique ........................................................................................51
Figure 27: Engin de travaux public ....................................................................................52
Figure 28: Prélèvement d’huile ..........................................................................................60
Figure 29: Étiquetage du flacon .........................................................................................61
Figure 30: Exemple de fiche de données...........................................................................61
Figure 31: Exemple de particules retenues dans un filtre ..................................................64
Figure 32: Exemple de résultat d’analyses "Vert" ..............................................................69
Figure 33: Exemple de résultat d'analyses "Orange".........................................................69
Figure 34: Exemple de résultat d'analyses "Rouge" ..........................................................70
Figure 35: Expédition d'un échantillon "Lubiana" ...............................................................72
Figure 36: Exemple d’étiquette (1).....................................................................................74
Figure 37: Exemple d’étiquette (2).....................................................................................75
Figure 38: Exemple d’étiquette (3).....................................................................................76
Figure 39: Stockage sous abri ...........................................................................................78
Figure 40: Garde au sol .....................................................................................................78
Figure 41: Les conditions de stockage ..............................................................................78
Figure 42: Exemple de mauvais stockage .........................................................................79
Figure 43: Exemple de mauvaise manutention..................................................................79
Figure 44: Devenir des huiles usagées..............................................................................80
Figure 45: Origines de huiles .............................................................................................82
Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR
Dernière Révision: 20/05/2007 Page 91 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

Figure 46: Distillation atmosphérique.................................................................................83


Figure 47: Distillation sous vide .........................................................................................84
Figure 48: Tour de distillation sous vide.............................................................................84
Figure 49: Fabrication des huiles.......................................................................................85
Figure 50: Diagramme de fabrication d’une graisse ..........................................................86

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 92 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

17. SOMMAIRE DES TABLES


Table 1: Tableau récapitulatif des principaux types de lubrification ...................................11
Table 2: Avantages et inconvénients des différents types de lubrification à l’huile ............17
Table 3: Avantages et inconvénients de la lubrification à la graisse ..................................18
Table 4: Tableau récapitulatif des critères de choix des huiles de base ............................21
Table 5: Exemple de tableau des équivalences des huiles ...............................................36
Table 6: Classification des graisses...................................................................................40
Table 7: Tableau récapitulatif des huiles hydrauliques les plus fréquemment utilisés .......42
Table 8: Viscosité et indice de viscosité des huiles hydrauliques ......................................43
Table 9: Classification des huiles de transmission.............................................................46
Table 10: Type d'additifs dans les huiles de transmission .................................................47
Table 11: Huiles pour compresseurs d'air et pompes à vide .............................................49
Table 12: Huiles pour turbines ...........................................................................................50
Table 13: Comptabilité entre type de joint et nature du fluide hydraulique ........................54
Table 14: Récapitulatif de l'utilisation des graisses multifonctions .....................................57
Table 15: Récapitulatif de l'utilisation des graisses de spécialités .....................................59

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 93 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

18. CORRIGÉ DES EXERCICES


1. A quoi sert la lubrification ?

Les lubrifiants (huiles et graisse) permettent de séparer 2 surfaces en mouvements


pour en réduire les frottements, faciliter leur déplacement et améliorer le
fonctionnement des machines ou leur résistance à l'usure.

2. Citez au moins 3 rôles de la lubrification ?

Réduire l'usure
Absorber et évacuer les calories
Réduire le frottement
Assurer l'étanchéité
Évacuer les impuretés

3. Qu’est-ce que la viscosité ?

La viscosité est la résistance à l’écoulement d’un lubrifiant. La viscosité diminue


lorsque la température augmente. L’unité de mesure est le Cst ou mm²/s

4. Qu’est ce que le point éclair ?

Le point éclair est la température la plus basse à laquelle les vapeur d’huile chauffé
peuvent s’enflammer spontanément au contact d’une flamme. Le point éclair d’huile
se trouve entre 200 et 250 °C

5. Qu’est ce que la lubrification hydrodynamique ?

Dans une lubrification hydrodynamique, les surfaces en mouvement sont


totalement séparées l’une de l’autre par le film d’huile.

6. Citez les éléments nécessaires à la lubrification par circulation ?

Crépine d’aspiration
Pompe à huile
Filtre
By pass pour la maintenance du filtre
Les collecteurs d’amené d’huile
Régulateurs de débit.

7. De quoi est constitué un lubrifiant

Un lubrifiant est constitué d’une huile de base dans laquelle on ajoute entre 10 et
30% d’additifs

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 94 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

8. A quoi servent les additifs anti oxydant?

Les additifs anti oxydant servent à renforcer certaines propriétés des huiles de
base, comme le point d’écoulement, l’indice de viscosité et l’anti oxydation. Ils
apportent aussi aux huiles de base des propriétés qu’elles ne possèdent pas
naturellement (détergent, dispersant, anti rouille …)

9. A quoi servent les additifs anti corrosion

Les additifs anti-corrosion agissent par adsorption sur le métal en formant de


multicouches "imperméables" qui protègent le métal de l'action de l'eau, de l'air ou
des composés corrosifs formés par l'huile.

10. A quoi servent les dispersant

Les dispersants servent à maintenir en fine suspension les impuretés solides qui
viennent souiller l'huile en cours d'utilisation (suies, poussière, métaux d'usure),
pour éviter leur localisation dans des points morts du circuit et donc permettre leur
acheminement vers le filtre.

11. Qu’est ce qu’une huile multigrade ?

Une huile multigrade est une huile, qui à une viscosité dans une fourchette, limitée
par un grade SAE à froid, déterminé par la lettre W et un grade à chaud. Exemple
SAE 5W 30.

12. Définir une huile SAE 20 W 50 ?

20W : grade à froid


50 : grade à chaud
Cette huile peut être utilisé de -10 °C jusqu'à +50 °C

13. Le grade à chaud sert à protéger le moteur ?

; Pour son fonctionnement à chaud

14. Citez 3 éléments nécessaires pour classifier une graisse ?

Point de goutte
Adhérence
Stabilité physique
Stabilité mécanique
Résistance a la charge
Résistance a l'eau
La pompabilite

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 95 de 96
Exploration et Production
Les Utilités
Les Lubrifiants

15. Citez les deux systèmes de contrôle des analyses d’huiles ?

ANAC
LUBIANA

16. D’une manière générale comment les résultats d’analyse d’huile sont –ils fournis ?

Avec des codes couleurs

17. Que fournit la fiche de sécurité ?

Le fabricant

18. Peut –on verser les huiles polluées à la mer ou dans un caniveau

; Non

19. Que deviennent les huiles noires ?

Les huiles usagées noires sont soit régénérées, soit incinérées en cimenterie ou en
centre spécialisé

Support de Formation: EXP-PR-UT130-FR


Dernière Révision: 20/05/2007 Page 96 de 96