Vous êtes sur la page 1sur 120

Besoin de respirer

1ère BSI
Contenu du cours

§1: les données théoriques concernant l’anatomie et physiologie du


système respiratoire et les principes de la ventilation pulmonaire.

§2: l’observation de la respiration et de ses signes pathologiques


pouvant mener à l’identification des problèmes de santé.

§3: les activités et interventions infirmières relatives à la respiration (1ère


BSI) et la manière de les faire apparaître dans le dossier (DI-RHM)
Trois techniques de soins seront abordées dans ce chapitre :
• la toux contrôlée,
• l’oxygénothérapie (y compris mise en place d’une sonde oro-nasopharyngienne)
• l’aérosolthérapie

• Exemple: Utilisation des classification NIC


dans la prise en charge d’un patient BPCO – identification des interventions infirmières.

thierry.veekman@galilee.be
Besoin de respirer
1ère BSI
Objectifs du cours

Les objectifs du cours sont repris dans le syllabus

Les objectifs seront détaillés pour chacun des


chapitres pendant les séances de cours
Besoin de respirer
1ère BSI
Méthode d’enseignement

• 12 heures de cours / 3 Chapitres


• Approche transmissive
• Illustration vidéo:
Observation d’un patient
Apprentissage des techniques de soin
• Exercices campus virtuel
http://www.issignet.be/claroline
• Examen écrit
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 1: physiologie de la ventilation
Objectifs spécifiques du §

Objectifs du chapitre 1:
Au terme de ce chapitre vous serez capables:
• de connaître et de définir les termes spécifiques au
besoin de respirer.
• de connaître et d’expliquer les fondements
physiologiques de la ventilation

Justification des objectifs: la compréhension des


fondements théoriques vous permet de justifier
professionnellement les interventions de soins
(vers les patients, vers les autres professionnels dans
un contexte scientifique … )
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 1: physiologie de la ventilation
Rappel physiologique

• narines
• fosses nasales
• pharynx
• larynx
• trachée
• bronches
• bronchioles
• alvéoles pulmonaires

Hématose

Hémoglobines captent l'oxygène


et le transportent vers toutes les
cellules du corps pour assurer la
respiration cellulaire.
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 1: physiologie de la ventilation
Rappel physiologique

• La ventilation assure l’échange de gaz entre


l'air ambiant et les alvéoles.

• La diffusion est le passage de ces gaz à


travers la membrane alvéolo-capillaire.

• La perfusion pulmonaire et circulation


sanguine assurent le transport de ces gaz
dans le sang pour rejoindre les cellules
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 1: physiologie de la ventilation
Rappel physiologique

La ventilation est un
phénomène mécanique ti/te = 0,8
Inspiration
• phénomène actif
• muscles de la respiration
diaphragme – intercostaux –scalène –
+ rôle de la plèvre pariétale, plèvre viscérale
• pression négative ou dépression intrathoracique

Expiration
• phénomène passif – retour élastique
• Si expiration forcée alors recours aux muscles abdominaux
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 1: physiologie de la ventilation
Rappel physiologique
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 1: physiologie de la ventilation
Rappel physiologique
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 1: physiologie de la ventilation
Rappel physiologique

Cœur gauche
Cœur droit

cellule
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 1: physiologie de la ventilation
Rappel physiologique

Le rapport Va/Q
1er cas de figure : le rapport VA/Q est équilibré, il
n’affectera pas les échanges gazeux.
2ème cas de figure : Le Q est diminué
espace mort
3ème cas de figure : La Va est diminuée
Shunt ou dérivation
4ème cas de figure : Le rapport VA/Q n’existe pas,
car Q et/ou Va n’existent pas. Cette situation est
appelée silence, elle est associée à l’absence de
ventilation et de perfusion pour une partie du
poumon.
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 1: physiologie de la ventilation
Rappel physiologique

• Gazométrie:
Pa02 - diffusion alvéolaire
PaCO2 – ventilation pulmonaire

• Oxymétrie Sat. O2
(Chap suivant)
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

Objectifs du chapitre 2:
Au terme de ce chapitre vous serez capables:
• d’identifier et de justifier les différents critères de l’observation
de la respiration. Identifier les indices de performances relatifs
au BF 1 dans l’exposé d’une situation clinique.
• de connaître les concepts diagnostics infirmiers se rapportant
au besoin (définitions, caractéristiques)
• de définir les termes spécifiques au BF1 et aux signes
pathologiques de la respiration.
Justification des objectifs: la connaissance (la reconnaissance) des
indices de performances permet de « systématiser » les
observations en chambre et l'écriture professionnelle. C’est ce qui
vous permet de décrire le problème de santé et de pouvoir
comprendre les causes. C’est une étape indispensable pour
identifier les interventions pertinentes et ciblées et donc assurer la
qualité des soins.
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

La fréquence respiratoire
Norme: 12-20/min
Comment mesurer la fréquence?
Ne pas prévenir / Ne pas toucher / Au repos ou à l’effort

Bradypnée (<12)
Tachypnée (polypnée >25 vers
hyperventilation)
Apnée
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

L’amplitude respiratoire
Hyperpnée
Respiration superficielle (diminution du Vc)
Position de décubitus/ D+ thoracique ou abdominale
/ obésité / PAG … favorise infection / atélectasie
Hypoventilation (<FR et <amplitude) (shunt)
Risque hypoxémie
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

L’amplitude respiratoire
Comment observer:
Enfant: respiration dite abdominale
Femme: thoracique
Homme: costo-abdominale
On observe aussi la symétrie…
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

Le rythme de la respiration

Ne pas confondre rythme et fréquence


On parlera de rythme régulier ou irrégulier
Cheynes-Stokes
Kussmaul
Apnée du sommeil
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

La saturation en oxygène Sat 02 / Sp 02


Le saturomètre ou oxymètre de pouls
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

La saturation en oxygène Sat 02 / Sp 02


Le saturomètre ou oxymètre de pouls
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

La saturation en oxygène Sat 02 / Sp 02


Les limites:
• Patient agité
• Parasite du signale par lux
• Signale trop faible (toutes les étiologies qui diminuent
la systole)
• Altération de l’absorption du signal: pigmentation de
la peau ? Vernis à ongle, anémie …
• Intoxication au CO: confusion et faux rassurant
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

Le caractère de la respiration

La respiration est aisée ou non


L’observation de l’un des indices dans le sens de la
dépendance nécessite l’observation systématique
de l’ensemble des indices.
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

La dyspnée
Eupnée = un patient eupnéique
Rythme régulier, amplitude attendue et
respiration silencieuse.

Dyspnée, difficulté respiratoire,


essoufflement, le patient ressent que
l’effort respiratoire est insuffisant
(subjectivité) mais qui s’accompagne
de signes objectifs.
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

La dyspnée
Aigue (subite, installation rapide ou
« inattendue » (pneumothorax,obstruction,
embolie pulmonaire, OAP, …)
ou chronique: essoufflement exacerbé
(insuffisance cardiaque, BPCO, anémie, …)
Orthopnée (dyspnée de décubitus)
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

La dyspnée
Interfère sur la fréquence respiratoire,
l’amplitude, le rythme, le caractère, la
saturation, la fréquence cardiaque …
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

La dyspnée et signes de gravité


• Signes d'insuffisance respiratoire aiguë
Cyanose
Sueurs (choc, hypercapnie)
Polypnée : F resp > 25/min
Tirage et mise en jeu des muscles respiratoires accessoires (intercostaux,
sterno-cleido-mastoïdiens), battement des ailes du nez
et asynchronisme thoraco-abdominal ou respiration abdominale
paradoxale, témoin d'un épuisement respiratoire

• Retentissement hémodynamique
Tachycardie > 110/min
Signes de choc (marbrures, oligurie, angoisse, extrémités froides ...)
Collapsus avec chute de la PAS < 80 mmHg

• Retentissement neurologique
agitation, torpeur, confusion, obnubilation
au maximum coma
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

La dyspnée
Détails des signes :
la position
• Faciès tiré –
commissures des lèvres
pincées – ailes du nez
pincées
• Posture: tendance à
s’asseoir penché vers
l’avant, une main sur
chaque genou –
bombe du thx vers
avant ( peep) Photo – http://www.delplanque-
formation.com/Files/bpco_obstruc_distensionv3.pdf
2008
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

La dyspnée
Détails des signes :
asynchronisme thoraco-abdominal
ou
respiration abdominale paradoxale

Photo – http://www.delplanque-
formation.com/Files/bpco_obstruc_distensionv3.pdf
2008
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

La dyspnée
Outre les signes qui accompagnent la
dyspnée, il vous faudra décrire les
circonstances de la dyspnée
Outre les observations de la fonction, il faut:
• Les circonstances d’apparition (effort, …)
• Sa durée, qu’est ce qui a soulagé le patient?
• Les signes d’accompagnement (douleur,
cyanose, toux, orthopnée …)
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

La toux
• Sèche ou grasse
• Avec ou sans expectorations ( toux
productive ou non) Coqa du mucus
• Circonstances de survenue
• Tonalité / forme ( horaire …)
• Signes d’accompagnement
• évolution
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

Les bruits respiratoires


Discontinus;
encombrements,
crépitants
Respirations sifflante
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

La cyanose

• La cyanose est la coloration bleue, violacée des


muqueuses et des téguments. Cyanose
périphérique / cyanose centrale
• Observation: ongles, lèvres, pointe du nez
(Black)
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

Description de la douleur
• Siège
• Irradiation
• Intensité – eva
• Rythme
• Durée
• Type – circonstances de survenue …
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

Indices de performance du BF1

• L’ensemble des signes (FR, rythme,


amplitude, bruits, type, toux – expectoration
(coqa), coloration, odorat…)
• Discours du patient – sentiment de
bien être respiratoire
• Habitudes (tabac, air,…)
Eupnéique: oui – non (dyspnée)
Dyspnée d’effort oui – non - quels indices – pour quel effort ?
FR: …. … / min au repos et FR …. Effort -
Effort et pulsations
rythme régulier – irrégulier -
Saturométrie: … % avec O2: …. L/min. (et / ou air ambiant : …. % )
Amplitude: Normale – hyperpnée – superficielle (hypoventilation – hyperventilation)
symétrique: hemi-thorax gauche / droit

Bruits - sibillants
Bruits – ronchi – encombrement -
Toux oui – non / sèche – grasse
Expectoration: oui – non – COQA - Encombrement après toux

Orthopnée: oui - non


Lèvres pincées oui – non - cyanose oui – non
Muscle respiratoires accessoires tirage: cou – épaule – abdomen
battement des ailes du nez: oui - non

Discours: sentiments / avis exercice ventilatoire? / caractéristique D+ ….


Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

Les facteurs pouvant influencer la qualité de


la respiration:

• L‘exercice physique
• La douleur
• L’obésité
• L’anxiété
• Le tabagisme
• La posture
• Les médicaments, …
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

Les sentinelles dans la CD minimale


• Les pathologies respiratoires - thoraciques
• Les médicaments agissant sur le système
respiratoire
• Les interventions chirurgicales thx ou
abdominales hautes – douleur
• BMI
• Immobilité …
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

Les interactions de respirer et des autres BF

• BF2: équilibre alimentaire hydrique –


oxygénothérapie et sécheresse de la
muqueuse buccale – atteinte à la
muqueuse buccale
• BF3: évaporation à l’expiration – effort à la
défécation (malaise vagal) – sueur
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

• BF4: Posture adéquate (amplitude)


Activité modérée – intolérance à l’activité
liée à la fatigue et à une oxygénation non
adaptée aux activités
• BF5: sommeil réparateur / douleur
• BF6: vêtements adaptés / corset
• BF7: t° - fièvre –
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

• BF8: atteinte à l’intégrité de la peau


matériel - oxygénothérapie
• BF9: salubrité de l’air ambiant – anxiété
dans dyspnée
• BF10: verbal demande maîtrise de la
respiration
• BF11 et 12: activités physiques adaptées
• BF14: Connaissance - techniques de toux
contrôlée – traitement – aérosol
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Observation de la respiration
et de ses signes pathologiques

• Pourquoi? Pour une intervention professionnelle


• Comment? Sur base d'une démarche
• Observer pour identifier un problème de santé
• Analyser pour trouver les causes du problème
• Se référer aux outils professionnels pour
sélectionner les interventions et activités de soins.
Risque d’altération de la fonction
respiratoire
• Dégagement inefficace des voies
respiratoires
• Mode de respiration inefficace
• Échange gazeux perturbés
• Respiration spontanée altérée

Lié(e) à …
• Définition
• Caractéristiques essentielles: dyspnée
• Caractéristiques secondaires: signes de
gravités de la dyspnée …
Exemple pour dégagement
inefficace des voies
respiratoires
• Qu’est ce qui fait que la toux est inefficace …?
(plusieurs réponses possibles) (recherche des causes)
- positon du malade
- obésité – douleur / amplitude
- manque de connaissance
- manque de force
- résistance culturelle
- coqa du mucus / humidification
-…
Interventions infirmières
Exemple de l’intervention NIC 3140
Soins des voies respiratoires –
Définition: mises en œuvre de moyens destinés
à maintenir les voies respiratoires libres
Faire choix pertinent sur analyse des activités
proposées
Listing des activités pour
l’intervention 3140
• Installer le patient en position qui favorise la ventilation
• Installer une sonde oro-nasopharyngienne si nécessaire
• Aspirer ou encourager à tousser
• Conseiller de respirer lentement et profondément, …
• Montrer au patient comment tousser efficacement
• Administrer des bronchodilatateurs si nécessaire
• Enseigner l’utilisation des inhalateurs
• Régulariser l’apport liquidien
• Evaluer l’état respiratoire et degré d’oxygénation
• Procéder à l’aérosolthérapie si nécessaire
• Administrer de l’oxygène (humidifié) si nécessaire
• …
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 3: La toux contrôlée

Patients épargnant le volume


courant - les « hypotussifs »

Exercice de ventilation et toux


contrôlée
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 3: La toux contrôlée

Le mucus - l’expectoration

Photo – Deplanque
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 3: La toux contrôlée

Le mucus est composé à 95%


d’eau sa structure superficielle
présente une viscosité importante.
Le mucus est mobilisé par les cils
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 3: La toux contrôlée

Fonction du mucus:
Protection des voies aériennes:
- Par la neutralisation des particules
inhalées et par l’évacuation de celles-ci.
- Par des propriétés anti-infectieuses …
- Protection contre les variations physiques
de l’air inspiré.
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 3: La toux contrôlée

Dégagement inefficace des voies


respiratoires liées à des secrétions
excessives et tenaces
et entrainant une diminution de la
perméabilité voies aériennes
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 3: La toux contrôlée

Hypersécrétion ne donne pas


systématiquement lieu à l’encombrement
bronchique ou au dégagement inefficace
des va. C'est l'incapacité a évacuer le
mucus qui donne lieu à la validation du DI.
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 3: La toux contrôlée

Éléments essentiels à évaluer


Capacité à se maintenir en position
adéquate
Efficacité de la toux – douleur? Productive?
Si productive – COQA des expectorations
Qualités rhéologiques du mucus?
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 3: La toux contrôlée

Activités infirmières
Enseigner les méthodes de toux contrôlée
Enseigner les méthodes pour réduire la
viscosité du mucus.
Ausculter les poumons avant et après la
toux.
Encourager le client ou se charger à
maintenir une hygiène buccale
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 3: La toux contrôlée

Méthode de contrôle de la toux


Respiration profonde et lente en position verticale /
assise selon le possible
Respiration diaphragmatique
Opérer une pause en fin d’inspiration et expirer par
la bouche le plus lentement possible
Prendre une seconde inspiration la retenir et
tousser avec la poitrine ( et pas avec gorge ou la
bouche) en deux toux brèves et puissantes.
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 3: La toux contrôlée

Fondements
Une toux incontrôlée est fatigante et
inefficace, elle est aussi source de
frustration.
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 3: La toux contrôlée

Pourquoi la position assise le dos


le plus vertical possible?
Permet une expansion pulmonaire plus
grande, ce qui permet d’augmenter le
volume courant
en éloignant les organes abdominaux.
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 3: La toux contrôlée

Pourquoi une respiration


diaphragmatique?
Augmente la ventilation alvéolaire – base
pulmonaire et réduit la fréquence
respiratoire
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 3: La toux contrôlée

Pourquoi prendre une inspiration


forcée?

L’augmentation du volume d’air dans les


poumons favorise l’expulsion, la force
d’expulsion doit venir de la base pulmonaire.
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 3: La toux contrôlée

Mesure à prendre pour réduire la


viscosité du mucus.
Maintenir une hydratation adéquate –
augmenter l’apport liquidien si pas de
contre-indication
Assurer l’humidification de l’air inspirée
Les secrétions épaisses et collantes peuvent
provoquer des obstruction bronchique –
atélectasie : absence d’expansion des alvéoles –
elles se collabent
Favoriser les expectorations
Agir sur la viscosité du mucus

1, Humidification des voies respiratoires.

Aérer la pièce
Humidificateur d’ambiance ! HH
Aérosol de sérum physiologique
-
(Si oxygénothérapie – humidificateur d’02)

2, Hydrater le patient si pas de c/i

3, Administration sous PM aérosol (bronchodilatateurs et mucolytiques)


Favoriser les expectorations
Agir sur la douleur

1, réaliser les exercices de toux contrôlée

Avec un coussin serré contre la zone du thorax douloureuse ou en


maintenant la plaie opératoire avec les mains.

Après l’administration des anti-d+


Favoriser l’amplitude ventilatoire et les expectorations
Agir sur la force musculaire – la capacité pulmonaire

1, réaliser les exercices de toux contrôlée

Pour améliorer graduellement le volume expiratoire du patient


Réaliser des exercices de ventilation et peakflow
PI – 3x/J exercices
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 3: La toux contrôlée

Pourquoi ausculter les bruits


respiratoires après et avant la
toux?
Avant: permet de localiser le mucus
Après: permet d’évaluer l’efficacité de la
toux.
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 3: La toux contrôlée

Pourquoi veiller à une hygiène


buccale correcte?

Favorise le sentiment de bien être


Diminue les odeurs désagréables
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 3: Oxygénothérapie

• Définition: administrer de l’02 par les voies


respiratoires à un taux supérieur à celui de l’air
ambiant. ( enrichir en 02 air inspiré mais pas de
stimulation artificielle pour assurer la ventilation
du patient – respiration spontanée (patient
conscient ) du patient différence ventilation
mécanique)
• But: assurer une hématose correcte
• Indications: anoxie / anoxémie et d’hypoxie/
hypoxémie (tissus/sang)
Besoin de respirer
1ère BSI
Chapitre 2: Oxygénothérapie

Indications de l’02
• Les troubles de la ventilation avec
hypoxémie
• Les troubles de la diffusion ( + intox CO)
• Les troubles de la circulation ( Angor,
chocs …)
• Les intoxications cyanure (absence d’hypoxémie mais
hypoxie)
Mode de distribution
• Obus ou bonbonnes ou bouteilles –
oxygène gazeux

• Système de canalisation –
oxygène liquide – oxygène gazeux

• Concentrateur d’02
Bouteilles d’02
• Nom du gaz
• N° d’identification
• Blanc plus identification comme
médicament
• Capacité en litre d’eau
• Tare
• Pression max. de remplissage ( bar)
• Photo - http://www.urgencyclopedie.info
Les manomètres - Indiquent la pression interne

Photo: http://www.urgency
Les manodétendeurs
• Assure un débit constant malgré chute de
la pression
• Réduction des pression pour une
utilisation
3 bars pour un respirateur
1,5 bar pour inhalation simple
Les débitmètres
• Indiquent le volume à administrer en litre
par minute (l/min)
Rotomètre – pour système de canalisation
et bonbonnes anciennes
ou cadran avec bobonnes récentes
Calcul de l’autonomie d’une
bonbonne
• V = volume de la bonbonne
• P = pression régnant dans la bonbonne
• Formule:
• VxP-((vxp)x0,1))/le débit administrer
Où (vxp)x0,1 représente les fuites
insensibles (10%)
Calcul de l’autonomie d’une
bonbonne
• Exemple administration de 3l/min d’02 –
bonbonne de 5 litres avec pression à 100
bars.
• 5 x 100 – 50 = 150 minutes d’autonomie.
3
Utilisation sécuritaire
• Pas toucher au manodétendeurs (si pression pas à zéro)
• Ne pas mettre en présence d’une source d’énergie
(cigarette patient)
• Chute des bouteilles
• Coup de feu (inflammation spontanée provoqué par corps
étrangers…)
• …
Mesure particulière
• Toujours ouvrir les robinets lentement pour protéger
les détendeurs.
• Bien fermer les robinets en fin d’utilisation et purger
les détendeurs pour ramener la pression à zéro.
• Administrer pendant quelques secondes l’O2 à l’air
ambiant avant de fixer l’interface au patient …
Les interfaces de l’oxygénothérapie en
ventilation spontanée

• Les lunettes
• Les sondes
• Les masques
Les lunettes nasales

Photo – http://www.delplanque-formation.com/Files/bpco_obstruc_distensionv3.pdf
2008
Les lunettes nasales
• Les lunettes nasales s'installent dans les narines (0,5 à 2 cm).

• Très utilisées à domicile et en milieu hospitalier car elles sont


d'utilisation simple par les malades qui peuvent facilement les mettre
et les enlever. (désavantage avec des patients non collaborant)

• La Fi02 réellement inhalée par le malade varie de 20 à 60 % selon le


volume minute (!la bouche ouverte – le sommeil...).

• L’02 reflue sur les parois si le débit est supérieur à 4 litres/min. De


plus 02 est admnistrer loin des alvéoles donc gaspillage au moment
de l’expiration
Justification professionnelle !

Administrer de l’02 via des lunettes nasales chez un patient


restant la bouche ouverte est une aberration

Administer plus de 4 litres minutes d’oxygène via des


lunettes nasales
est une autre aberration
Fixation des lunettes nasales
1. Après avoir moucher le patient + soin de nez
2. Régler le débit d’administration de l'oxygène
3. Placer les tuyaux derrières les pavillons des
oreilles.
4. Placer les embouts dans les narines
5. En maintenant les embouts, serrer le tuyau pour
assurer un maintien efficace des lunettes
• Justification professionnelle
• de la fiche technique oxygénothérapie
Les complications
• Sécheresse des muqueuses
• Lésions de la muqueuse nasale
• Lésions possibles au lobes des oreilles.
La sonde naso-pharingée
• A débit d’administration égal et dans les mêmes
conditions ventilatoires, elles apportent une Fi02 plus
importante que les lunettes, (réduction de l’espace mort
une partie de l'oxygène délivré est stockée dans les
fosses nasales durant la phase expiratoire. On considère
que le gain de Fi02 est de 3 % par litre/min d'O2
administré.
La sonde naso-pharyngée
• La sonde est plus inconfortable pour le
patient.
• Elle doit être changée tous les jours.
• Elle favorise les infections ORL (sinusite),
elle ne s’applique jamais à un patient
traumatisé de la face.
Mise en place de la sonde naso-
pharyngée
1. Moucher le patient
2. Prendre les repères sur la sonde (V. dia suivante)
3. Introduire vers le haut et sans forcer ( v. fiche technique)
4. Fixer la sonde ( sparadrap en cravate) de telle manière à éviter
de gêner le patient lors de ses repas et en modifier la zone de
fixation pour éviter escarre de la narine.
5. La sonde est changer quotidiennement / moucher.
6. Inspection et observations de la muqueuse et des ailes du nez.
Prendre les repères sur la sonde
• Pour mesurer la longueur de la sonde à
introduire:
• On mesure la distance séparant le tragus de la
narine.

Si sonde trop enfoncée risque de dilation gastrique.


Administrer plus de 5 litres minutes d’oxygène via la sonde
naso-pharyngée est une aberration et risque de provoquer
une dilatation gastrique.
Les masques

• Le masque simple
• Le masque avec ballon réservoir –
• Le masque de venturi
Le masque simple

• Débit 5 à 12 litres/min. 1l = +/- 3% de Fi02


• La position du masque
• Le risque d’atteinte à l’intégrité de la peau!
Le masque avec ballon réservoir

• Son indication est réservée pour les


besoins de Fi02 importante –
proche de 90 % exemple: intoxication au
monoxyde de carbone
Le masque de venturi

• C’est le seul masque qui permet


d’administrer une Fi02 précise
• Mélange air et 02
Complication
• Sécheresse des muqueuses
• quid de l'humidification?
humidification
• Indispensable avec des interfaces
invasives – à discuter avec interface non
invasives en dessous de 5l/min.
• Système stérile à usage unique et fermé
Bouillon de culture ! Aquapack°
Les aérosols
• La nébulisation par air comprimée
• Les aérosols doseurs
La nébulisation
• Consiste à provoquer un brouillard de
particules en suspensions
La taille des particules est déterminante
pour la pénétration dans les VA
Idéal = 3 à 5 microns (1/1000 du mm)
Plus gros se déposent sur la cavité buccale
Plus fin trop volatiles ne restent pas dans les
VA.
• Dégager – moucher
• Position assise
• Brancher sur air (6 à 8l/min)
• Inspiration buccale à grands volumes
• Pause
• Expiration par nez
• Encourager à expectorer si nécessaire
• Nettoyer matériel
venturi + nébuliseur
volume du
médicament pas supérieur à 2,5 ml si on veut que 80% des
particules entre 1 à 5 microns durée 7 minutes à 6L/min.
• Source air comprimée minimum 6L/min
• Le nébuliseur: type v. notice, intégrité
physique usure!
Soins particuliers /
techniques
• Hygiène
• Conseils respirations par bouche et
respiration lente , maintenir quelques
secondes avant expiration lente…fiche
technique
Médicaments
• Les bêta 2 mimétiques (c/ bronchospasme)
Ventolin°, bérotec°, Adrénaline

• Les anticholinergiques (c/bronchospasme action plus


lente) - Atrovent°

• Les corticoïdes – anti-inflamatoires


Pulmicort°

• Les mucolytiques
Lysomucil°- bisolvon°
Utilisation de l’aérosol doseur.
Première utilisation : Agiter et pulvériser 2 doses dans l’air. A faire également si l’inhalateur n’est pas
utilisé pendant 1 semaine ou plus. Parce que la dose s‘évapore partiellement.
• Bien agiter avant usage. Afin qu’une même quantité de médicament soit libérée à
chaque fois.
• Tenir l’inhalateur verticalement avec l’embout buccal vers le bas (réservoir vers le
haut).
• Expirer à fond hors de l’appareil.
• Tenir la tête droite et légèrement vers l’arrière.
• Tenir l’embout buccal entre les dents..
• COORDINATION MAIN-BOUCHE.
• Retirer l’inhalateur de la bouche et retenir la respiration en comptant jusqu’à 10.
• Replacer le capuchon de protection.
• Soin de bouche (corticoïdes)
• (nettoyer le matériel / sécher)
• Position du matériel
• Prise en début d’inspiration
• Inspiration longue
• Bloquer respiration 10 sec.
• Expirer lentement
La Broncho Pneumonie Chronique Obstructive.

La BPCO est caractérisée par la limitation persistante du flux d’air.

La BPCO reprend les termes d’emphysème (destruction du parenchyme


pulmonaire) et des bronchites chroniques (toux chroniques et production de
mucus).
Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease (GOLD). Global strategy for the diagnosis, management, and prevention of chronic obstructive
pulmonary disease. Updated 2007. www.goldcopd.com
En cas de dyspnée, d’exacerbation de BPCO

Favoriser une inspiration par le nez et une expiration lente par la bouche,
les lèvres pincées.
Utiliser la musculature abdominale pour expirer
Proposer au patient de mettre ses mains sur l’abdomen
Ralentir la fréquence respiratoire

Utiliser un médicament en inhalation / aérosol de courte durée d’action

Contrôler la saturation et la FR
Administrer de l’oxygène si nécessaire en fonction
de la saturation habituelle du patient pour corriger l’hypoxémie.

Prévenir le médecin.

Extrait, y compris page suivantes du dossier Asthme et BPCO, bonnes pratiques en officine, CDSP – CWOA, APB : Mme Myra Decramer,
Phn Isabelle De Wulf, Phn Nathalie Duquet et Phn Joris Maesschalck, février 2012.