Vous êtes sur la page 1sur 6

Article de recherche

Sécheresse 2009 ; 20 (2) : 217-22

Hydrochimie et caractérisation qualitative


des ressources en eaux d’un système
aquifère multicouche en zone aride :
application au bassin de Maknassy
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un utilisateur anonyme le 30/10/2017.

(Tunisie centrale)
Ismail Chenini Résumé
Abdallah Ben Mammou L’évaluation qualitative des ressources en eau d’un système aquifère exige la
Laboratoire des ressources minérales connaissance préalable de ses caractéristiques géométriques et hydrodynamiques.
et environnement Le système multicouche de Maknassy est formé de trois unités : la nappe phréatique
Département de géologie logée dans des terrains détritiques du Mioplioquaternaire, la nappe profonde à
Faculté des sciences de Tunis
deux niveaux constituée par les réservoirs carbonatés du Crétacé supérieur (forma-
2092 Tunis El-Manar
Tunisie tions Zebbag supérieur et Zebbag inférieur d’âge albien inférieur-turonien inférieur).
<chenini_ismail@yahoo.fr> L’hydrochimie permet la caractérisation de ces aquifères et montre un faciès sulfaté
<Abdallah.benmammou@fst.rnu.tn> pour la nappe phréatique, sulfaté calcique et chloruré sodique pour la nappe pro-
fonde. Par ailleurs, cette analyse met en évidence l’intercommunication entre les
niveaux aquifères du réservoir de la formation Zebbag supérieur et celle de la
nappe phréatique. L’étude a révélé une variété des processus d’acquisition de la
minéralisation. L’effet de la dissolution de la croûte gypseuse est appréciable pour
la nappe phréatique. La variation des concentrations des ions majeurs des eaux
des différents niveaux aquifères est observée de l’amont vers l’aval. Cette variabilité
de la minéralisation est fonction des caractéristiques lithologiques des aquifères, des
réactions d’échange, de la dissolution et du temps de séjours.
Mots clés : bassin de Maknassy, Tunisie, géométrie des réservoirs, hydrochimie,
ressource en eau, zone aride.

Abstract
Contribution of hydrochemistry to the characterization and assessment of the water
resources of a multilayered aquiferous system in an arid region (Maknassy basin, central
Tunisia)
Assessment of the water resources of an aquiferous system requires the knowledge
of geometric and hydrodynamic features. Hydrochemistry, a method of prospecting
in hydrogeology, makes aquiferous characterization possible. The Maknassy basin
aquiferous system survey, founded on hydrochemistry, proves that phreatic aquifer
doi: 10.1684/sec.2009.0180

water is sulphated. Deep aquifer waters are a mixture of sulphate, chloride, Na


and Mg. An identical hydrochemical signature suggests intercommunication bet-
ween the aquiferous levels of the upper cretaceous reservoir and the phreatic aqui-
fer. A variety of mineralization processes are known. The effect of the gypseous dis-
solution crust is substantial for the phreatic aquifer water. Major ion anomalies for
the waters of different aquiferous levels is observed from upstream to downstream.
Tirés à part : I. Chenini

Sécheresse vol. 20, n° 2, avril-mai-juin 2009 217


This mineralization variability depends on the aquiferous reservoirs’ lithological cha-
racteristics, exchange reactions and the time during which the water remains in
place.
Key words: aquiferous system, hydrochemistry, Maknassy basin, Tunisia, water
resources.

L
es systèmes aquifères étudiés font par- Une bonne connaissance du fonctionne- totalité du bassin et intéressant les trois
tie de la Tunisie centrale où règne un ment et des caractéristiques géométriques aquifères. La chimie des eaux apporte
climat aride (figure 1). Dans cette du système aquifère ainsi que la caractéri- des éléments nouveaux et permet de com-
région, les eaux souterraines constituent sation de l’origine des eaux souterraines, prendre la structure aquifère.
la part essentielle de la ressource en eau fondée sur l’étude hydrochimique, aident à L’objectif de la présente étude englobe la
potable et d’irrigation. À ce titre, elle est l’évaluation de la ressource en eaux sou- caractérisation hydrochimique du système
confrontée à des contraintes quantitative et terraines. Elle permet d’orienter la stratégie aquifère du bassin de Maknassy, l’identifi-
qualitative comme toute région soumise à de mobilisation et de la gestion de cette cation de l’origine de la minéralisation,
un climat aride. ressource. ainsi qu’une évaluation de la ressource
Les travaux hydrogéologiques antérieurs en eaux souterraines.
Les ressources en eaux souterraines du [1-4] n’ont pas pu mettre en évidence une
bassin étudié sont contenues dans trois relation entre les aquifères, ni l’origine et
réservoirs principaux (figure 2) : l’évolution du faciès chimique des eaux à
– une nappe phréatique logée dans un Contexte hydrogéologique
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un utilisateur anonyme le 30/10/2017.

l’échelle de la totalité du bassin de


niveau gréseux sableux du Mioplioquater- Maknassy.
naire, captée par plus de 500 puits de La zone étudiée est soumise à un climat
Plusieurs auteurs [5-8] ont essayé, par les
surface ; méditerranéen de type aride. Les précipita-
analyses hydrochimiques, de caractériser
– une nappe profonde à deux niveaux, la tions sont irrégulières avec une moyenne
le fonctionnement d’un système aquifère,
première est logée dans les calcaires dolo- annuelle de l’ordre de 207 mm. Le bassin
de préciser l’origine de la minéralisation
mitiques de la formation Zebbag supérieur hydrogéologique abrite un système
et les interactions entre eaux-roches qui
d’âge turonien inférieur. Elle est la plus aquifère multicouche (figure 2).
se produisent le long de l’écoulement.
exploitée. La formation Zebbag inférieur La nappe phréatique est logée dans les
La démarche consiste à définir les modali- assises sableuses et les graviers du Mio-
(albien inférieur-cénomanien inférieur) car- tés de fonctionnement des unités aquifères plioquaternaire continental (figure 2).
bonatée constitue le second niveau de la à partir de la caractérisation hydrochi- Les eaux de cette nappe convergent vers
nappe profonde. Elle est partiellement mique du système à travers un nombre suf- l’oued Leben qui constitue un axe de drai-
exploitée en raison de la profondeur. fisant d’analyses d’eaux prises dans la nage principal dans la partie amont et
l’exutoire de la nappe dans la partie
avale. La forte exploitation de cette
nappe, estimée actuellement à 95 % de
N
la ressource disponible, entraîne un abais-
sement du niveau piézométrique de 1 m au
a
argu

O
.S
niveau de la plaine de Maknassy.
La nappe profonde est constituée de deux
E1M

O ab
Jebel Jebs

s i .E
us zz ra
elo ed réservoirs aquifères (figure 2). L’étude litho-
erg

M di
ne
logique et structurale, basée sur une syn-
O.S

O.Es Smad thèse des travaux antérieurs et complétée


ra
ou

par les coupes géologiques des forages,


aj

O.C

our
M

adh n
eba
O.N O.L permet d’identifier les entités hydrogéolo-
ussa

hrita

e m
all
nS giques suivantes :
E1 Go

Be
aou

O.E1 Hammam

O. MAKNASSY – la formation Zebbag supérieur constitue


Boudou

SENED O.
Ou
le réservoir le plus important du point de
ad
ra
vue ressource (niveau supérieur) ;
Bouhedm
a ne
– la formation Zebbag inférieur (niveau
O
.Z

inférieur).
ito
un
a

O.K
N elba
Tunis

Analyse et méthodologie
Méditerranée
ALGERIE

Kairouan
Kasserine
Sidi Bouzid
Gafsa
Une campagne d’échantillonnage (septem-
Limite du bassin-versant total de l'oued Leben-Ouadrane
bre 2005) a intéressé 53 puits et forages
Limite du bassin de Maknassy répartis de façon homogène sur la zone
Cours d'eau temproraire d’étude.
AFRIQUE Cours d'eau permanent
0 10 20 km La conductivité électrique, le pH et la tem-
IE

Secteur d'étude
B

pérature ont été mesurés sur le terrain.


LY

Les analyses chimiques des éléments


majeurs ainsi que la détermination du
Figure 1. Carte de localisation de la zone d’étude. résidu sec ont été effectuées au laboratoire.

218 Sécheresse vol. 20, n° 2, avril-mai-juin 2009


NW
Majouna Kef Oum EL Ahbab SE
Jebel Boukadi 19372/5 Koudiat El Bllda Jebel Et Taghli
500 m Kroumet El Garaa
250 m
0m

A 500 m
E
W 19980/5 19501/5 Sidi Abbes
Koumet El Garaa Koudlat Oulad Amara Faille
500 m Sidi Abid
250 m
0m

B 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

1. Berriasien-Valanginien supérieur (Formation Sidi Khalif), 2. Valanginien supérieur(Formation Meloussi), 3. Hauterivien inférieur
(Formation Boundinar), 4. Hauterivien supérieur (Formation Bouhedma), 5. Barrémien (Formation Sidi Aich), 6. Bédouulien-Albien
(Formation Orbata), 7. Albien inférieur-Cénomanien inférieur (Formation Zebbag inférieur), 8. Cénomanien (Formation Zebbag moyen),
9. Turonien inférieur (Formation Zebbag supérieur), 10.Mioplioquaternaire.

Figure 2. Coupes géologiques montrant la structure du système aquifère du bassin de Maknassy.

La mesure des concentrations du calcium, de 5 390 μs/cm. Elle augmente vers l’aval L’examen des teneurs en éléments majeurs
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un utilisateur anonyme le 30/10/2017.

du potassium, du sodium et du magnésium du système aquifère, ce qui indique une montre que la minéralisation est régie par
a été effectuée par photométrie de flamme. croissance de la minéralisation totale le calcium et le magnésium pour les cations
Le dosage des sulfates et des chlorures a dans le sens de l’écoulement. Les salinités et par les sulfates pour les anions.
été réalisé par titrimétrie. La détermination varient entre 1,2 et 4,1 g/L, avec une
du titre alcalimétrique a permis de détermi- moyenne de 2,6 g/L pour les eaux de la • Traitement statistique
ner la concentration en carbonate. L’inter- nappe phréatique. La majorité des échan- L’étude statistique, basée sur les analyses
prétation des données ainsi que le calcul tillons des nappes profondes ont une sali- en composantes principales (ACP) des
des forces ioniques sont effectuées par le nité variant entre 1,5 et 4,2 g/L. données chimiques, est un outil permettant
logiciel Diagramme [9].
Les faibles salinités sont enregistrées au de comparer simultanément tous les élé-
niveau des bordures des aquifères, alors ments analysés entre eux et de quantifier
que les fortes valeurs sont observées au les relations qui les lient.
Résultats et discussions centre du bassin. L’ACP a été réalisée sur neuf variables
(résidu sec et éléments majeurs) et 53
Hydrochimie • Faciès chimique des eaux observations.
La projection des résultats des analyses L’essentiel de la structure est expliqué par
• Caractéristiques physicochimiques
des eaux sur le diagramme de Piper les facteurs Fact. 1 et Fact. 2. Le facteur
Les températures des eaux du système (figure 3) révèle une variabilité de faciès Fact. 1 est défini par la majorité des
aquifère multicouche du bassin de Mak- chimique des eaux. Ce sont des eaux teneurs ioniques SO42– (0,91), Ca2+
nassy sont comprises entre 18,5 et essentiellement sulfatées pour la nappe (0,80), Na+ (0,82), Cl– (0,73) et en
23,8 °C pour la nappe phréatique. Elles phréatique, et sulfaté, sulfaté calcique et degré moins par Mg2+ (0,52). Le facteur
peuvent atteindre 51 °C pour la nappe chlorurés sodique pour la nappe profonde Fact. 2 est exprimé par HCO3– (0,78)
profonde. Les profondeurs des aquifères (figure 3A, B). (figure 4).
justifient cette large gamme de tempéra-
ture. D’après les données de température,
il possible de calculer la profondeur mini-
male (Pm) des aquifères du Zabbeg :
A 100
B 100
O3

O3
+N

+N
Ca

Ca
CL

CL

Pm ¼ ðTeau ½°C−Trégion ½°CÞ=


+M

+M
4+

4+

Nappe profonde niveau supérieur


SO

SO
g

Nappe profonde niveau inférieur


ðGradient thermique localÞ
0 0 0 0
10

10
0

0
0

0
10

10
0

D’après les coupes géologiques, la profon-


deur maximale des aquifères atteint
O3

O3
HC

HC
Na

Na

1 100 m. Cette légère différence de pro-


SO

SO
Mg

Mg
3+

3+
+K

+K
4

4
CO

CO

fondeur résulte des erreurs de mesure de la


température de l’eau.
Le pH des eaux souterraines sont homogè- 100 100
0

0
10

10
0

0
10

10
0

0
0

100 0 0 100 100 0 0 100


nes et oscillent entre 7,1 et 7,9, avec une Ca Cl+NO3 Ca Cl+NO3

moyenne de l’ordre de 7,5.


La conductivité des eaux varie entre un Figure 3. Faciès chimique des eaux souterraines du bassin de Maknassy (diagramme de Piper).
minimum de 1 500 μs/cm et un maximum A) nappe phréatique ; B) nappe profonde.

Sécheresse vol. 20, n° 2, avril-mai-juin 2009 219


d’échange de base avec les minéraux argi-
Fact. 2
leux au cours de l’écoulement souterrain
1.0 des eaux. Cet échange est confirmé par
_
HCO3 un excès en sodium mis en évidence par
le rapport Na/Ca.
0.6 La bonne corrélation entre les teneurs en
Mg2+ CL– ions Na+ et Cl– plaide en faveur d’une dis-
solution de l’halite au cours du transit des
0.2 eaux dans les formations aquifères
K+ Na+
RS (figure 7A, B). Le rapport Na/Cl est
proche de 1 indiquant que l’origine des
-0.2 _
SO4 ions sodium et chlorures est très probable-
ment liée à la dissolution de l’halite.
Ca2+ Les fortes teneurs en calcium et en magné-
-0.6 sium sont variables. Le rapport
Ca2+/HCO3– montre un excès de Ca2+.
Ainsi, le taux d’ions Ca2+ provenant de
-1.0 la dissolution du gypse est d’autant plus
0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 1.2
fort que ne peuvent être consommées la
Fact. 1 précipitation de la calcite et l’adsorption
du calcium par les argiles.
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un utilisateur anonyme le 30/10/2017.

Figure 4. Espace des variables de l’analyse en composante principale. Les teneurs en sodium sont élevées. Le dia-
gramme de corrélation entre le calcium et
• Relation entre les éléments chimiques magnésium pour les cations et par les sul- le sodium (figure 7C) montre deux origines
majeurs et origine de la minéralisation fates pour les anions. possibles de ces deux éléments :
L’étude des équilibres chimiques des eaux La minéralisation des eaux souterraines est – les points situés au-dessous de la droite
souterraines du bassin de Maknassy et leur dominée par les sulfates. Ces eaux sont de pente 1 caractérisent les eaux présen-
saturation vis-à-vis des minéraux sont fon- sous-saturées vis-à-vis du gypse (figure 5). tant un excès en Ca2+ accompagné d’un
dées sur le calcul des activités ioniques. Ainsi, le faciès sulfaté de ces eaux pourrait déficit en Na+, ce qui montre que le cal-
Ces eaux sont sursaturées vis-à-vis de la être lié à la dissolution et/ou lessivage du cium provient de la dissolution du gypse et
calcite, de l’aragonite et de la dolomite et gypse abondant dans le sol et les forma- de la calcite ;
sous-saturées vis-à-vis du gypse et de tions géologiques de la plaine de Mak- – les points situés sur la droite de pente 1
l’anhydrite (figure 5). Ainsi, la minéralisa- nassy. La corrélation entre les teneurs en correspondent aux points d’eaux prélevés
tion des eaux est acquise en grande partie calcium et celles en sulfate montre un ali- dans les aquifères de la formation Zeb-
par l’échange ionique avec les roches gnement des points au-dessous de la droite bag. La bonne corrélation de ces deux élé-
encaissantes. de dissolution du gypse (figure 6). Le déficit ments est due à la dissolution des minéraux
Les relations entre la salinité et les teneurs du calcium exprimé par un rapport carbonatés constituant l’essentiel des for-
en éléments majeurs montrent que la miné- Ca/SO4 inférieur à 1 est lié à la participa- mations aquifères.
ralisation est régie par le calcium et le tion de cet ion dans les processus La représentation graphique de HCO3– +
SO42– en fonction de Ca2+ + Mg2+ montre
que les points sont dispersés de part et
2
2 d’autre de la droite de pente 1 pour les
1 trois niveaux aquifères, ce qui confirme
Is (Anhydrite)

1
l’excès de Ca2+ (figure 7D).
Is (Gypse)

0 0 L’analyse chimique des éléments majeurs


-1
montre une signature géochimique presque
-1
identique des aquifères du Zebbag supé-
-2 -2 rieur et de la nappe phréatique, ce qui
2 2 confirme la communication entre les deux
1
niveaux aquifères facilitée par le contact
1
des deux réservoirs et l’absence de niveau
Is (Calcite)
Is (Aragonite)

0
0 étanche.
-2
-1
Évaluation
-2
-2
0 0.01 0.02 0.03 0.04 0.05 0.06 0.07 0.08 0.09 0.1 de la ressource en eaux souterraine
2 Force ionique
La communication éventuelle de la nappe
1 phréatique et celle du Zebbag supérieur
Is (Dolomite)

0
Nappe phréatique sont confirmées par l’étude hydrochi-
Nappe profonde niveau supérieur mique. Ainsi, nous devons tenir compte
-1 de la contribution du réservoir de la forma-
Nappe profonde niveau inférieur tion Zebbag supérieur à l’alimentation de
-2
0 0.01 0.02 0.03 0.04 0.05 0.06 0.07 0.08 0.09 0.1 la nappe libre lors de l’évaluation de la
Force ionique ressource. Cette évaluation se base sur le
calcul des ressources renouvelables prove-
Figure 5. Indice de saturation vis-à-vis des principaux minéraux. nant de l’infiltration des eaux pluviales et

220 Sécheresse vol. 20, n° 2, avril-mai-juin 2009


A Ca = f(SO4) B Ca = f(SO4)

Zebbag inférieur
Zebbag supérieur Nappe phréatique

Ca (meq/L)

Ca (meq/L)
10 10

1 1
1 10 100 1 10 100 1 000
SO4 (meq/L) SO4 (meq/L)
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un utilisateur anonyme le 30/10/2017.

Figure 6. Relation entre les éléments majeurs Ca et SO4.


A) nappe profonde ; B) nappe phréatique.

A Na = f(Cl (meq/L)) B Na = f(Cl (meq/L))

Nappe phréatique Zebbag inférieur


Zebbag supérieur
Na (meq/L)

Na (meq/L)

10 10

1 1
1 10 100 1 070 1 10 100
Cl (meq/L) Cl (meq/L)
C D
100 60,00

50,00
HCO3- + SO4= (meq/L)

40,00

30,00
Ca (meq/L)

10
20,00

10,00

0,00
0 10 20 30 40 50 60
Ca2+ + Mg2+ (meq/L)
Nappe phréatique
1
Nappe profonde niveau 1
1 10 100
Na (meq/L) Nappe profonde niveau 2

Figure 7. Relation entre quelques éléments majeurs : origine de la minéralisation des eaux du bassin de Maknassy.

Sécheresse vol. 20, n° 2, avril-mai-juin 2009 221


Tableau I. Caractéristiques hydrogéologiques du système multicouche de Maknassy.

Compartiment Formation géologique Hydrodynamique Hydrochimie Alimentation (entrée) Sortie Bilan


aquifère
Nappe phréatique Sables et grès du Variabilité spatiale du Faciès chimique sulfaté – Infiltration des eaux – Sources (0,15 Mm3) Le bilan est excédentaire,
Mioplioquaternaire gradient hydraulique Température relativement précipitées (44,5 Mm3) – Exploitation (4,5 Mm3) mais la dégradation de la
Faible transmissivité de basse (< 24 ˚C) – Infiltration des eaux au en 2004-2005 qualité de la ressource est
l’ordre de 3 10–3 m2/s niveau des lits des oueds appréciableau niveau dela
Leben et Ben Sallem plaine de Maknassy la plus
(1,57 Mm3) exploitée
– Contribution par
drainage du réservoir de la
formation Zebbag
supérieur (0,1 Mm3)
Nappe profonde (crétacé Calcaire fracturé de la Faible transmissivité Faciès chimique chloruré, – Infiltration au niveau des Exploitation (3,28 Mm3) en Bilan excédentaire
supérieur) formation Zebbag (2,5 10–3 m2/s) calcique et sulfaté affleurements (36,2 Mm3) 2004-2005
supérieur Gradient hydraulique
variable
Calcaire fracturé de la Transmissivité faible Faciès chimique sulfaté, – Alimentation par Exploitation (2,5 Mm3) en Bilan excédentaire
formation Zebbag inférieur chloruré et calcique infiltration au niveau des 2004-2005
affleurements (35,3 Mm3)
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un utilisateur anonyme le 30/10/2017.

de la contribution des aquifères qui sont en plexe le long du parcours de l’eau depuis 5. Fedrigoni L, Krimissa M, Zouari K, Maliki A,
contact et en communication. son point d’infiltration [12]. Ainsi, chaque Zuppi GM. Origine de la minéralisation et com-
Le bilan global de chaque nappe montre réservoir de l’aquifère peut être caractérisé portement hydrogéochimique d’une nappe
que les entrées excèdent les sorties, il s’agit par un type d’eau. phréatique soumise à des contraintes naturelles
donc d’un bilan excédentaire. Le rythme de L’étude hydrochimique des eaux du système et anthropiques sévères : exemple de la nappe
l’exploitation croît avec une concentration multicouche de Maknassy nous a permis de de Djebeniana (Tunisie). C R Acad Sci Paris,
des puits de surface au niveau de la plaine préciser l’origine de la minéralisation et de (Science de la terre et des planètes) 2001 ; 332 :
(secteur NE du bassin de Maknassy) où la confirmer la communication entre la nappe 665-71.
nappe phréatique est accessible. libre et la nappe de la formation Zebbag 6. Jalal M, Blavoux B, Bhir M, et al. Étude du fonc-
L’ensemble des caractéristiques hydrogéo- supérieur. Une évaluation de la ressource tionnement du système aquifère karstique céno-
logiques ainsi que l’identification des en eaux de ces niveaux aquifères a été manoturonien de l’oued Igrounzar, bassin d’Es-
entrées (alimentation) et des sorties de entamée. Concrètement, nous avons montré saouira, Maroc. Afr J Earth Sci 2001 ; 32 :
chaque niveau aquifère sont récapitulées que l’état du système aquifère, encore en 803-17.
dans le tableau 1. équilibre, atteint un état d’exploitation de
7. Ouda B. Sédimentologie et géochimie des
Ce bassin hydrogéologique constitue une 95 % des ressources renouvelables pour la dépôts continentaux de la partie aval de l’oued
nappe d’importance régionale dont la res- nappe phréatique. Il faut mettre en place Leben pendant le Quaternaire récent : essai
source en eau souterraine est principale- une politique de gestion durable de cette d’interprétation paléoclimatique. DEA, université
ment destinée pour le domaine agricole. ressource orientée vers la valorisation et la de Tunis II, faculté de science de Tunis, 1994.
L’intensification de l’irrigation et les activi- mobilisation de la ressource en eaux de sur-
tés entropiques, au niveau de la plaine de face évaluée à 11 Mm3/an à travers l’amé- 8. Chenini I. Hydrologie et hydrogéologie du bas-
Maknassy, engendrent une dégradation lioration de la recharge de ces nappes à sin de Maknassy, possibilités de recharge des
de la qualité des eaux souterraines. Sou- partir des eaux de ruissellement. ■ nappes. Mémoire de mastère, université de
Tunis El Manar, DEA faculté de science de Tunis,
mis à la pression des besoins en eau crois- 2004.
sante et la faible mobilisation des eaux de Références
surface, ce système hydrogéologique 9. Smiler R. Diagramme computer program –
nécessite une intervention pour réorienter Version 2.00. Avignon (France) : Laboratoire
1. Farhat H. Contribution à l’étude hydrogéolo- d’hydrogéologie d’Avignon, 2004.
la politique de l’exploitation et de la ges- gique de la cuvette de Maknassy (Tunisie). Thèse
tion des ressources en eau. Dans telle de doctorat en science de la terre, université de 10. Mennani A, Blavoux B, Bahir M, Bellion Y,
région, soumise à un climat aride, la ges- Bordeaux, 1978. Jalal M, Daniel M. Apport des analyses chimiques
tion durable et intégrée de la ressource 2. Ouda B. Paléohydrologie isotopique du bassin et isotopiques à la connaissance du fonctionne-
disponible permet de conserver l’équilibre de Maknassy (Tunisie centrale) pendant le quater- ment des aquifères plioquaternaire et turonien
du système aquifère et participe réellement naire récent. Thèse de doctorat géologie, univer- de la zone synclinale d’Essaouira, Maroc occi-
au développement durable qui repose sur sité de Tunis II, faculté de science de Tunis, 2000. dental. Afr J Earth Sci 2001 ; 32 : 819-35.
la bonne gestion des ressources naturelles. 3. Dindane K, Bouchaou L, Hsissou Y, Krimissa M. 11. Grassi S, Cortecci G. Hydrogeology and geo-
Hydrochemical and isotopic characteristics in the
chemistry of the multilayered confined aquifer of
Sousse Upstream Basin, south western Morocco.
the Pisa plain (Tuscany_central Italy). Applied
Afr J Earth Sci 2003 ; 36 : 315-27.
Conclusion 4. Raoult Y, Boulègue J, Lauverjat J, Olive P.
Geochemestry 2005 ; 20 : 41-54.

Contribution de la géochimie à la compréhension 12. Bennetts DA, Webb JA, Stone DJM, Hill DM.
L’hydrochimie de la nappe enregistre les de l’hydrodynamisme de l’aquifère de l’Albien Understanding the salinisation process for
interactions eaux-roches qui se produisent dans le bassin de Paris. C R Acad Sci Paris, groundwater in an area of southeastern Australia,
lors de l’écoulement [10, 11]. La charge (Science de la terre et des planètes) 1997 ; 325 : using hydrochemical and isotopic evidence. J Hy-
minérale est le résultat d’un processus com- 419-25. drol 2005 ; 304 : 1-15.

222 Sécheresse vol. 20, n° 2, avril-mai-juin 2009

Vous aimerez peut-être aussi