Vous êtes sur la page 1sur 116

REALISATION DU POLE D’ACTIVITES MER

PORT TUDY - ILE DE GROIX

ETUDE D’IMPACT
JUILLET 2013

AM Environnement
Espace Crea
Parc Technologique de Soye
56270 Ploemeur
Tel : 02 97 83 44 13

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix
Etude d’impact

SOMMAIRE

SOMMAIRE 2

0 – OBJET ET CADRE REGLEMENTAIRE 5

0.1 – OBJET DE L’ETUDE 5
0.2– LE CADRE REGLEMENTAIRE 7
0.2.1 – AU TITRE DU CODE DE L’ENVIRONNEMENT 7
0.2.2 – AU TITRE DU CODE DES PORTS 8

1 – RESUME NON TECHNIQUE DE L’ETUDE D’IMPACT 9

1.1 – ANALYSE DE L’ETAT INITIAL DU SITE ET DE SON ENVIRONNEMENT 9
1.1.1 – PRESENTATION GENERALE DU SITE 9
1.1.2 – MILIEU PHYSIQUE 9
I.1.3 – QUALITE DU MILIEU 11
I.1.4 – LE MILIEU BIOLOGIQUE 12
I.1.5 - PATRIMOINE CULTUREL ET HISTORIQUE 13
I.1.6 – L’ENVIRONNEMENT HUMAIN 13
I.2 – JUSTIFICATION DU CHOIX DU PROJET RETENU 15
1.3 – ANALYSE DES IMPACTS DU PROJET SUR L’ENVIRONNEMENT 16
1.3.1 – PRESENTATION DES TRAVAUX, DU CHOIX CONSTRUCTIF ET DES MATERIAUX 16
1.3.2 – ANALYSE DES IMPACTS PENDANT LA PERIODE DE CHANTIER 16
1.3. – ANALYSE DES IMPACTS A L’ISSUE DES TRAVAUX, PENDANT LA PERIODE DE FONCTIONNEMENT 19
1.4 – MESURES DE REDUCTION ET DE COMPENSATION DES IMPACTS DEFAVORABLES 21
1.4.1 – MESURES PENDANT LA PERIODE DE CHANTIER 21
1.4.2 – MESURES PENDANT LA PERIODE DE FONCTIONNEMENT 23
1.5 – MOYENS DE SURVEILLANCE ET D’INTERVENTION 24
1.5.1 – MOYENS DE SURVEILLANCE ET D’INTERVENTION PENDANT LA PHASE DE CHANTIER 24
1.5.2 - MOYENS DE SURVEILLANCE ET D’INTERVENTION EN PHASE D’EXPLOITATION 24

2 – ANALYSE DE L’ETAT INITIAL DU SITE ET DE SON ENVIRONNEMENT 25

2.1 – PRESENTATION GENERALE DU SITE 25
2.2 – MILIEU PHYSIQUE 27
2.2.1 – DONNEES CLIMATIQUES 27
2.2.2 – GEOLOGIE ET NATURE DES FONDS ET DES SOLS 28
2.2.3 – RELIEF ET BATHYMETRIE 31
2.2.4 – CONDITIONS HYDRODYNAMIQUES 32
II.3 – QUALITE DU MILIEU 38
II.3.1 – QUALITE DES EAUX 38
Page 2

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix
Etude d’impact

II.3.2 – QUALITE DES SEDIMENTS 47
II.3.3 – QUALITE DES SOLS 48
II.4 – LE MILIEU BIOLOGIQUE 51
II.4.1 – LE MILIEU BIOLOGIQUE TERRESTRE 51
II.4.2 – LE MILIEU BIOLOGIQUE MARIN 51
II.5 – LE PATRIMOINE NATUREL 55
II.5.1 – LES ZNIEFF 55
II.5.2 – NATURA 2000 56
2.6 - PATRIMOINE CULTUREL ET HISTORIQUE 62
II.7 – L’ENVIRONNEMENT HUMAIN 63
2.7.1 – PRESENTATION DU PORT 63
II.7.2 – USAGES ET ACTIVITES 64
2.7.3 – URBANISME 67
2.7.4 – ACCES / CIRCULATION 68
2.7.5 – L’ENVIRONNEMENT SONORE 69
2.7.6 – POINT DE VUE - PAYSAGE 69

III – PRESENTATION DU PROJET 71

III.1 – GENESE ET OBJECTIFS DU PROJET 71
III.2 – LES GRANDS PRINCIPES D’AMENAGEMENT 71
III.3 – PRESENTATION DE L’AVANT-PROJET 73
III.3.1 – NOTE ARCHITECTURALE ET PAYSAGERE 73
III.3.2 – REPARTITION DES SURFACES A L’INTERIEUR DE L’OPERATION 75
III.3.3 – PLANNING 75
III.3.4 – MONTANT PREVISIONNEL DES TRAVAUX 76
III.4 – PRESENTATION DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES DU PAM 77
III.4.1 – LA PRODUCTION DE MOULES 77
III.4.2 – L’ECLOSERIE D’HUITRES 77
II.4.3 – LES VIVIERS DES PECHEURS 81
II.4.4 – LA PRODUCTION D’ORMEAUX / HALIOTIS 81
II.5 – GESTION DES EAUX 83
II.5.1 – LA PRISE D’EAU DE MER 83
II.5.2 – LE TRAITEMENT DES EAUX BRUTES 84
II.5.3 – LE TRAITEMENT DES EFFLUENTS 85

IV – JUSTIFICATION DU CHOIX DU PROJET RETENU 86

V – ANALYSE DES IMPACTS DU PROJET SUR L’ENVIRONNEMENT 87

V.0 – PRESENTATION DES TRAVAUX, DU CHOIX CONSTRUCTIF ET DES MATERIAUX 87
V.0.1 - PHASAGE 87
V.0.2 - CHOIX DU SYSTEME CONSTRUCTIF 87
V.0.3 - CHOIX DES MATERIAUX 87
V.1 – ANALYSE DES IMPACTS PENDANT LA PERIODE DE CHANTIER 88
V.1.1 – IMPACTS SUR LE MILIEU PHYSIQUE 88
V.1.2 – IMPACTS SUR LA QUALITE DES MILIEUX 88
V.1.3 – IMPACTS SUR LE MILIEU BIOLOGIQUE 90
Page 3

1 – IMPACTS SUR LE MILIEU PHYSIQUE 93 V.2 – MESURES PENDANT LA PERIODE DE FONCTIONNEMENT 107 VII – MOYENS DE SURVEILLANCE ET D’INTERVENTION 108 VII.1.2 .4 – COMPATIBILITE AVEC LE SCOT 112 IX – ESQUISSE DES SOLUTIONS DE SUBSTITUTION 114 X – DESCRIPTION DES METHODES D’EVALUATION UTILISEES ET DES DIFFICULTES RENCONTRES 115 XI – NOM ET QUALITE DE L’AUTEUR DE L’ETUDE 116 Page 4 .5 – IMPACTS SUR LE PATRIMOINE CULTUREL ET HISTORIQUE 91 V.4 – IMPACTS SUR NATURA 2000 91 V.2 – CONFORMITE AVEC LES ACTIONS DU DOCOB NATURA 2000 111 VIII.2 – IMPACTS SUR LA QUALITE DES MILIEUX 93 V.1.1 – MESURES PENDANT LA PERIODE DE CHANTIER 101 V.2.6 – IMPACTS SUR L’ENVIRONNEMENT HUMAIN 91 V.2.2.1.7 – RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE PUBLIQUE 92 V.2.2.2.MOYENS DE SURVEILLANCE ET D’INTERVENTION EN PHASE D’EXPLOITATION 108 VIII – CONFORMITE AVEC LE SDAGE ET LES AUTRES DOCUMENTS DE REFERENCE 110 VIII.6 – IMPACTS SUR L’ENVIRONNEMENT HUMAIN 96 V.2.1.2 – LES OBJECTIFS DE QUALITE DU SDAGE 110 VIII.7 – RISQUES POUR LA SANTE 99 VI – MESURES DE REDUCTION ET DE COMPENSATION DES IMPACTS DEFAVORABLES 101 VI. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact V.1 – CONFORMITE AVEC LE SDAGE LOIRE-BRETAGNE 110 IX.1 – MOYENS DE SURVEILLANCE ET D’INTERVENTION PENDANT LA PHASE DE CHANTIER 108 VII.1.1 – LES PRESCRIPTIONS DU SDAGE 110 IX.4 – IMPACTS SUR NATURA 2000 96 V.3 – COMPATIBILITE AVEC LE PLU 111 VIII.3– IMPACTS SUR LE MILIEU BIOLOGIQUE 96 V. A L’ISSUE DES TRAVAUX 93 V.1.5 – IMPACTS SUR LE PATRIMOINE CULTUREL ET HISTORIQUE 96 V.2 – LA PERIODE DE FONCTIONNEMENT.

Figure n°1 – Localisation du projet Port Tudy Port Tudy Page 5 . Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact 0 – OBJET ET CADRE REGLEMENTAIRE 0.1 – OBJET DE L’ETUDE .

Il s’agit ainsi réaliser un équipement en vue de maintenir et développer la pêche côtière et l’aquaculture. Figure n°2 – Emprise du projet Source : GEOPORTAIL Prise d’eau de mer projetée Emprise du projet Page 6 . qui constituent un volet de l’économie primaire de l’île. et de mutualiser des espaces et des moyens indispensables à ces professions.  Approvisionnement en continu d’eau de mer filtrée et désinfectée.  Réseau de distribution en eau de mer des différents ateliers  Réseau d’évacuation des eaux et traitement avant rejet dans le milieu naturel. plusieurs équipements spécifiques seront mis à disposition des professionnels :  Chambres froides. Dans le cadre de ce Pôle d’Activités Mer. machine à Glace …  Viviers communs de crustacés destinés aux pêcheurs  Une prise d’eau de mer. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact La commune de Groix envisage de réaliser un ensemble de bâtiments neufs dédiés aux activités existantes ou à créer des professionnels de la mer sur le Quai Suet dans Port Tudy à Groix.

font l'objet d'une évaluation de leurs incidences au regard des objectifs de conservation du site.2. soit sous le seuil du régime déclaratif. le projet n’est soumis ni à déclaration. Décret n° 93-742 du 29 mars 1993 (modifié par le Décret n°2006-881 du 17 juillet 2006) relatif à la nomenclature des opérations soumises à autorisation ou à déclaration en application de l'article 10 de la loi n°92-3 du 3 janvier 1992 sur l'eau.2.1 – AU TITRE DU CODE DE L’ENVIRONNEMENT 0. les travaux d’aménagement sont susceptibles d’impacter le site. » Aussi.0 1° D'un montant supérieur ou égal à 1 900 000 Euros A 2° D'un montant supérieur ou égal à 160 000 Euros mais inférieur à 1 900 000 Euros D Le montant des travaux relatifs à la réalisation de la prise d’eau de mer est estimé à 34 000 euros Hors Taxes. Ex. d'ouvrage ou d'aménagement soumis à un régime d'autorisation ou d'approbation administrative.1.211.0.et suivants du Code de l’Environnement.3– Au titre de Natura 2000 Conformément à l’article L 414-4 du code de l’environnement. Rubrique Intitulé Régime Travaux d'aménagement portuaires et autres ouvrages réalisés en contact avec le milieu marin et ayant une incidence directe sur ce milieu : 4.2.211.2. les dispositifs de prélèvements d’eau de mer (15 de l’annexe de l’article R. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact 0. 0.2. nous considérerons que le projet est soumis à la réalisation d’un dossier d’évaluation des incidences Natura 2000.1 – Au titre de la loi sur l’eau Les articles L.1. les travaux.122-2 du code de l’environnement.2.122-2) sont soumis à la procédure dites « au cas par cas ».122-2 du code de l’environnement. Au regard des travaux relatifs à la réalisation de prise d’eau de mer nécessaire à l’alimentation des professionnels en eau de mer. Par ailleurs.2 – Au titre des études d’impact Conformément à l’annexe (10d) à l’article R.1 et suivants. des opérations soumises à déclaration ou à autorisation au titre de la Loi sur l’Eau. ni à autorisation au titre des articles L. ouvrages et aménagements sur le domaine public maritime et notamment dans les ports de pêche sont soumis à la réalisation d’une étude d’impact.1. Loi n°92-3 du 3 janvier 1992 sur l’Eau. le projet d’aménagement du PAM est soumis à la réalisation d’une étude d’impact au titre de l’article R.2– LE CADRE REGLEMENTAIRE 0. Par conséquent. «les programmes ou projets de travaux. bien que le projet se situe stricto sensu en dehors des limites du site Natura 2000. De ce fait.1.1. 0. le projet est susceptible de rentrer dans le cadre des rubriques 4.1. Page 7 . Dans ces conditions. et dont la réalisation est de nature à affecter de façon notable un site Natura 2000.

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact 0.2 – AU TITRE DU CODE DES PORTS D’après l’article R611-2 du code des ports.122-4. les avant-projets de travaux de construction.2. Page 8 . Conformément à cet article le projet est soumis à la réalisation d’une étude d’impact au titre du code des ports. avant décision de la collectivité compétente. à une instruction comportant les mêmes formalités que celles prévues à l'article R. d'extension et de modernisation des infrastructures des ports départementaux et communaux sont soumis.

la gendarmerie. le projet se situe dans l’emprise du Quai SUET. l’administration portuaire ainsi que quelques équipements publics comme l’office de tourisme. En effet. 1.1. responsable du club de Plongée SUBAGREC (club qui sera intégré dans le PAM). la plaisance locale et touristique. Les fonds marins à l’Est du môle ont été relevés au cours d’une plongée de Jean-Michel Crouzet. Le Port est situé sur la côte nord de l’île de Groix. Devant l’actuelle glacière et Haliotis. Page 9 . la pêche professionnelle.1 – PRESENTATION GENERALE DU SITE Le projet se situe sur la façade Nord de l’Ile au niveau de Port-Tudy. Il constitue le « pôle d’échange » de l’île avec le continent et regroupe des activités multiples nécessaires à la vie insulaire comme le transport de passagers et de marchandises. le secteur de Port Tudy est constitué de roches sédimentaires de type mica schistes. l’aquaculture.1 – ANALYSE DE L’ETAT INITIAL DU SITE ET DE SON ENVIRONNEMENT 1. Port Tudy est un port départemental concédé à la commune de Groix. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact 1 – RESUME NON TECHNIQUE DE L’ETUDE D’IMPACT 1. écomusée. Le projet de Pôle Activités Mer se situe sur le quai Sud de Port Tudy (dit quai Suet).2 – MILIEU PHYSIQUE D’un point de vue géologique. Les sols dans l’emprise du projet de construction du PAM sont aujourd’hui totalement artificialisés. le terre-plein est constitué d’une dalle bétonné reposant sur des pieux en béton.1. des commerces et de l’artisanat.

Les fonds dans le port sont compris entre -1 et -2 sous le niveau des plus basses mers. les profondeurs sont d’environ 10 à 15 m. se dresse une falaise verticale haute de près de 20 mètres par rapport au terre-plein portuaire. à mi-marée pour un coefficient de 95. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Figure n°3 : nature des fonds au niveau du secteur d’étude Il convient de noter que les blocs de soutien de la digue à l’extrémité (référence Bs) de celle-ci sont des parallélépipèdes en béton présentant les dimensions suivantes : 0.00 m. Aux abords de Port-Tudy. Le Nord de l’Ile et plus particulièrement le secteur de Port-Tudy sont relativement bien abrités des houles du large.80 * 3. la hauteur de la houle à L’Ouest du Port peut atteindre près de 1.75 m. Lles champs de courant au niveau de Port Tudy sont faibles : moins de 1 nœud. Les lignes de courants sur la Côte Nord de Groix sont globalement parallèles à la côte. Page 10 . Les fonds marins au large de la côte Nord de l’Ile de Groix présentent une profondeur variant de 15 à 30 m de profondeur.00 m. Avec une houle au large de 5. Relief : Juste en arrière des parcelles constituant l’emprise du projet.00 * 2.

la DDTM du Morbihan assure un suivi de la qualité des sédiments portuaires dans Port-Tudy.) Dans le cadre de son activité d’élevage d’ormeaux. Par ailleurs IFREMER assure sur cette zone un suivi des espèces phytoplanctoniques productrices de toxines susceptibles de s'accumuler dans les produits marins de consommation ou de contribuer à d'autres formes d'exposition dangereuse pour la santé humaine.  Port Mélite. Qualité des sédiments portuaires : Dans le cadre du Réseau de surveillance des Ports Maritimes (REPOM). Tous les résultats des analyses sont conformes aux normes et montrent une eau d’excellente qualité bactériologique. moules.1. La qualité des sédiments portuaires est mauvaise et témoigne d’une forte contamination liée notamment aux activités de plaisance. Les analyses réalisées sur des échantillons de sols montrent une pollution par les hydrocarbures. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact I. Qualité des sols : Dans l’emprise du projet on recense une parcelle qui a accueilli dans le passé un garage et une station service. Le dépassement du seuil sanitaire de concentration en toxines est observé plusieurs semaines par an au printemps et en été obligeant à interdire toute consommation de coquillages filtreurs (huitres. Figure n°4 : Les zones de baignade dans le secteur d’étude Côte d’Heno Port Mélite PROJET La qualité des eaux sur ces deux points de baignade est la suivante : Tableau n°1 : Classement des zones de baignade dans le secteur d’étude BAIGNADE 2009 2010 2011 2012 Côte d’Héno A A A A Port Mélite A A A A A : Les eaux de bonne qualité B : Les eaux de qualité moyenne C : Les eaux pouvant être polluées momentanément D : les eaux de mauvaise qualité La qualité microbiologique des moules produites en pleine mer à quelques centaines de mètres à l’Ouest de Port-Tudy sont de très bonne qualité. l’établissement Haliotis qui dispose d’une prise d’eau de mer (à proximité de la future prise d’eau de mer projetée) réalise une fois par an une analyse de la qualité bactériologique de l’eau de mer pompée. etc. Page 11 .3 – QUALITE DU MILIEU Un suivi de la qualité sanitaire des eaux de baignade est assuré par l’ARS sur deux zones de baignade à proximité du projet :  Côte d’Héno.

Initiateur en biologie sous-marine au sein de la FFESSM. Vue de la falaise au niveau du projet Un relevé de la faune et de la flore marine a été réalisé en juin 2013 par Jean-Michel Crouzet1 au cours d’une plongée (cf figure n°4 : en bordure du Môle Nord-Est. Page 12 . Ce type de végétation est globalement très commun et est en phase d’expansion sur les zones littorales de l’Ile.4 – LE MILIEU BIOLOGIQUE Les falaises en arrière du futur Pole Mer sont recouvertes d’une végétation très dense de fourrés de pruneliers associée à des plantes de landes (ajoncs). membre du comité de pilotage Natura 2000 Groix. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Figure n°5 : Localisation des parcelles concernées par la pollution des sols Emprise du projet Parcelles concernées par la pollution des sols I.1. des ronces et des orties. membre de la commission régionale de biologie sous-marine de Bretagne Pays de Loire. membre du comité de pilotage du réseau RHIZOMA (réseau d’observateur sous-marin en collaboration avec les Aires Marines Protégées). du lierre. 1 Jean michel Crouzet est responsable du club de plongée SUBAGREC.

 Activités commerciales liées à l’activité touristique : loueurs. Page 13 . La capacité d’accueil touristique marchant est évaluée à 2203 personnes et la population des résidences secondaires est estimée à 3600 personnes.1.PATRIMOINE CULTUREL ET HISTORIQUE Les parcelles concernées par le projet ne sont situées à l’intérieur d’aucun périmètre de protection des monuments historiques inscrits ou classés. turbot. notamment beaucoup de juvéniles. La compagnie réalise entre 5 et 6 rotations par jour hors saison estivale et jusqu’à 10 rotations en saison. I. sont reconnus au niveau international et européen comme habitats remarquables en raison de leur grand intérêt écologique. Le transport de fret et de passagers : La Compagnie Océane effectue les navettes entre Lorient et l’île à l’aide de deux navires pouvant transporter 440 et 450 passagers ainsi que 20 et 24 voitures. est fréquenté par l’école de Plongée (école qui sera intégrée dans les locaux du PAM). Conchyliculture : On recense la présence d’un mytiliculteur qui exploite trois concessions en pleine mer. I. Dans l’emprise du projet du Pole mer. bars. le mytiliculteur a le projet de réaliser un bassin pour purifier les coquillages dans le cadre du projet Pole Mer. Dans le cadre de son activité. Il ne reste aujourd’hui à Port Tudy que 7 bateaux de pêche professionnelle.1.5 . économique. au large de Port Tudy représentant une superficie totale de 4. à l’Est du Môle Nord-Est. La traversée est réalisée en 50 minutes. patrimonial. Aujourd’hui. Plongée sous-marine : Le plan d’eau. 2011). ainsi que de leurs fonctions de zone de reproduction et de nurserie pour de nombreuses espèces marines. Les herbiers de zostères.  Le bâtiment de l’ancienne station service. La pêche professionnelle : Groix était autrefois réputée pour le nombre de ses thoniers. Les principales méthodes de pêche sont la palangre.6 – L’ENVIRONNEMENT HUMAIN Les activités présentes dans l’environnement du port peuvent se répartir en deux catégories :  Activités en lien avec le nautisme et le milieu maritime. on recense :  L’entreprise Haliotis spécialisé dans l’élevage d’ormeaux dont le bâtiment sera intégré dans le futur projet.  Le bâtiment de la glacière qui est utilisé par les pêcheurs. La zone du banc de sable (estran) est une zone où sont très fréquemment rencontrés des juvéniles de poissons plats (plie. la débarque de poissons se concentre sur les infrastructures du port de pêche de Lorient. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact La zone de l’herbier à Zostère est celle nécessitant une protection. Le tourisme constitue l’une des principales activités de l’Ile comme en témoigne la prolifération des maisons secondaires : 1165 résidences secondaires pour 1156 résidences principales (INSEE. sole).  Le bâtiment de l’ancien garage auto.. hôtels et divers commerces. Cette zone semble donc être une « nurserie » La zone des blocs d’enrochement au pied de la digue est une zone où se trouvent de nombreux ormeaux de toutes tailles. Sa production est d’environ 100 tonnes. le casier et les filets. restaurants.5 hectares.

Gare maritime Page 14 Planète Pêche (articles de pêche) Etude d’impact Figure n°6 : Les activités socio-économiques dans l’environnement du port Haliotis (élevage Bâtiment à d’ormeaux) détruire Réparation Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix entretien bateaux Ecomusée Gîtes Bar Hôtel .

les falaises laissent apparaître ici et là des maisons individuelles construites sur le plateau. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact L’environnement sonore : L’environnement sonore du secteur d’étude est caractérisé par les émissions sonores des activités portuaires (bateaux) et la circulation automobile. investissement dans la pêche et l’aquaculture.2 – JUSTIFICATION DU CHOIX DU PROJET RETENU La municipalité élue en 2001 a mis en oeuvre une stratégie de développement durable qui donne des résultats tangibles : arrêt de la décroissance démographique avec l’installation de jeunes actifs et la réouverture de classes. bâtiments d’avant-guerre dont l’état général est plutôt délabré. D’un point de vue paysager. Dans l’emprise du projet. reprise d’exploitations agricoles en mode biologique. La commune attentive à la diversification de l’économie insulaire. Plus à l’Ouest et toujours dans l’emprise du projet. agit effectivement depuis plusieurs années pour soutenir ce secteur économique : les pontons ont été réorganisés. locaux commerciaux aux couleurs vives et bars restaurants… Au second plan. le bâtiment de l’ancien garage est également très délabré avec une peinture jaunissante. à l’extrémité du port l’ambiance sonore est essentiellement caractérisée par les activités portuaires. des conteneurs Page 15 . Port-Tudy est relativement caractéristique des ports bretons avec une urbanisation hétéroclite en bord de quai constituée de hangars en plus ou moins en bon état. Vue du Quai Suet depuis la Cale Guyot Vue de la glacière Vue du bâtiment Haliotis I. une machine à glace. L’extrémité Est du quai SUET correspondant à l’emprise du projet de Pôle Mer est constituée de la glacière et du bâtiment Haliotis.

l’étude du Conseil Général a conclu à la nécessité de rationnaliser l’espace portuaire. 1. le Plan Aménagement et de Développement Durable (PADD du Plan local d’urbanisme a mis en évidence le cercle vertueux que constituent le développement des activités primaires et d’un tourisme respectueux d’un environnement fragile.2 – ANALYSE DES IMPACTS PENDANT LA PERIODE DE CHANTIER Impacts sur le milieu physique : Au-delà des travaux de démolition et de construction de nouveaux bâtiments. l’étude de faisabilité de Cap l’Orient agglomération a proposé une première ébauche du réaménagement du quai Suet.3. l’emplacement du local de vente et du local mutualisé sera réservé à la base de vie du chantier et stockage des matériaux. la commune a décidé de poursuivre son action en se faisant assister pour élaborer un programme de réalisation de son projet désormais désigné « Pôle Activités Mer » ou PAM. le chantier est susceptible de provoquer des éboulements de la falaise en raison des vibrations générées par les engins de chantier.1 – PRESENTATION DES TRAVAUX. (réalisation en simultané du local activités nautiques)  Construction du local de vente et du local mutualisé. Port Tudy. Les objectifs recherchés dans la réalisation de ce Pôle d’Activités Mers sont de :  réaliser un équipement en vue de maintenir et développer la pêche côtière et l’aquaculture. En 2009-2010. En 2007-2008. l’Assistant à maîtrise d’ouvrage (AMO) Territorial consultants –Aria Ingénierie a démarré sa mission.  La proximité du chantier avec le plan d’eau portuaire : déversement accidentel d’huile. Plus largement. Par ailleurs. d’hydrocarbure Page 16 . plancher et charpente en bois. 1. la commune a engagé une réflexion d’aménagement global de son port principal.  mutualiser des espaces et des moyens indispensables à ces professions.3. Impacts sur la qualité des eaux : La démolition des bâtiments existant générera  des déblais entreposés dans un premier temps sur site sur lesquels les eaux pluviales seront en mesure de percoler pouvant engendrer des rejets de matières en suspension vers les eaux du port. A partir de ces études. En mai 2011. Le Conseil Général du Morbihan et Cap l’Orient agglomération ont conduit plusieurs études afin de proposer un nouvel aménagement de Port Tudy et plus particulièrement du quai Suet en réponse aux besoins et attentes des professionnels de la mer tout en préservant la cohérence des activités portuaires. alliant réussite économique et préservation des finances publiques.  Des poussières pouvant ensuite retombées dans les eaux du port. Le système constructif retenu est le suivant : enveloppe extérieure en panneaux de bois préfabriqués. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact de rangements et une grue ont été mis à disposition des professionnels. qui constituent un volet de l’économie primaire de l’île.  définir un mode de gestion du « pôle Mer ».3 – ANALYSE DES IMPACTS DU PROJET SUR L’ENVIRONNEMENT 1. DU CHOIX CONSTRUCTIF ET DES MATERIAUX Le chantier sera réalisé en trois phases :  La première phase verra la démolition des bâtiments glacière et garage ainsi que la dépollution de l’ancienne station-service  Construction du nouveau pôle pêche et aquaculture. le chantier sera susceptible de provoquer des pollutions accidentelles liées à :  La présence de la barge pour la réalisation des travaux maritimes (prise d’eau de mer). En 2006.

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Impacts sur la qualité des sols : Vis-à-vis de la pollution des sols analysée par INNOVADIA dans l’emprise du projet. o Environ 10 m3 d’amiante ciment.  l’air du sol pouvant véhiculer les substances volatiles vers l’air ambiant au droit du site (à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments). o volatiles et non volatiles vers les eaux souterraines et les eaux superficielles en aval hydraulique. on estime à environ 5 tonnes les huisseries (portes. Au-delà de la destruction de cette végétation assez banale sur l’Ile. 16/04/2013 Page 17 . les HAP et les éléments traces métalliques. RAPPORT DE REPERAGE DE L'AMIANTE avant démolition d’un bâtiment. l’air du sol et l’air ambiant lors de l’ensemble des investigations sont les hydrocarbures C5 à C40. Par ailleurs. Les vecteurs potentiels des impacts présents au droit du site sont :  les sols de surface pouvant être en contact avec les usagers en cas d’absence de recouvrement de surface. Bâtiment la Glacière.  l’eau potable pouvant véhiculer les substances organiques (hydrocarbures) via le futur réseau de distribution d’eau potable s’il est en matière plastique. o 10 m3 de déchets de tuiles et de briques. fenêtres) recouvertes de peinture au plomb (concentration supérieure à 1 mg/cm² d’après le diagnostic Plomb réalisé DT Bâti4). le débroussaillage conduira à la destruction d’un habitat intéressant pour la faune avicole. Toutefois. Impacts sur le milieu biologique terrestre: Les travaux d’aménagement du PAM nécessiteront des travaux de confortement de la falaise pouvant se traduire par des opérations de débroussaillage. cette voie de transfert est secondaire et négligeable par rapport à l’inhalation d’air par les usagers du site (pêcheurs.  les eaux superficielles pouvant véhiculer les substances volatiles et non volatiles en aval hydraulique. » Gestion des déchets : Le volume des déchets produits par la démolition des bâtiments est estimé à 200 m3 se répartissant comme suit : o Environ 160 m3 des déchets de béton. 2 SOCOTEC. PRÉ-RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATÉRIAUX ET PRODUITS CONTENANT DE L’AMIANTE AVANT DÉMOLITION. plongeurs. Juin 2011 3 DT BATI. en cas de passage dans les zones impactées (transfert par perméation). les BTEX.  l’air ambiant à l’intérieur des bâtiments. le bureau d’études précise les impacts potentiels : « Les substances dangereuses mises en évidence dans les sols. pouvant véhiculer les substances volatiles vers les ormeaux et poissons élevés au droit du site et consommés par la population générale. Deux diagnostics Amiante ont été réalisés sur les bâtiments à détruire par SOCOTEC2 (Juin 2011) et DT BATI3 (Mars 2013) Le plan de gestion des sols pollués a également établi un volume de 90 m3 de sols pollués à extraire et à traiter hors site. Constat de Risque d’Exposition au PLOMB. Mars 2013 4 DT Bâti. o Environ 20 m3 de déchets de bois de charpente.…).  les eaux souterraines pouvant véhiculer les substances : o volatiles vers l’air ambiant à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments sur et hors site via le phénomène de dégazage de la nappe.

) Il convient de préciser qu’une zone d’herbier à zostère a été recensée à quelques mètres de la future prise d’eau de mer.  L’utilisation d’un « marteau piqueur »à air comprimé qui générera du bruit et des vibrations pendant quelques heures. Ce nivellement conduira à la destruction de la faune fixe et de flore sur une surface de 4 m². lesquels provoqueront une mortalité des animaux les plus proches et. etc. la fuite pour les espèces plus éloignées des travaux.  Le percement du môle Nord-Est afin de faire passer la conduite d’aspiration de la prise d’eau. Laquelle est susceptible de provoquer des pollutions accidentelles (fuites hydrauliques.20 * 1. Une attention particulière devra être apportée à sa préservation au cours des travaux. A l’issue des travaux. la buse béton (Ø1000 et hauteur de 1. Le relevé réalisé par JM CRUZET sur ce secteur n’a pas montré l’existence d’un habitat d’intérêt patrimonial. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Impacts sur le milieu biologique marin : Figure n°7 : Positionnement de la prise d’eau de mer et de la conduite d’aspiration : Prise d’eau de mer projetée : Conduite d’aspiration : Ancienne prise d’eau de mer (Haliotis) La réalisation des travaux d’aménagement de la nouvelle prise d’eau de mer nécessitera :  Un nivellement des fonds rocheux dans l’emprise de la future prise d’eau sur une surface de moins de 4 m² (2*2m) au moyen d’un marteau (BRH à air comprimé.  Le recours à une barge.20 ml) servira de support au développement d’une flore très certainement comparable à celle observée sur les blocs d’enrochements au pied du môle. Impacts sur l’environnement humain : Page 18 .00 ml) scellée sur le radier béton (1. d’une durée de quelques heures généreront également du bruit et des vibrations. Ces travaux.

poussière. des huîtres. Gestion des déchets : En période de fonctionnement. vibration. Risques pour la santé et la securite publique : Outre les nuisances engendrées par une dégradation de la qualité de l’air (poussière) et de l’ambiance sonore présentées dans les chapitres précédents. Les besoins en eau sont de 20 m3/semaine pour compenser les pertes du système (évaporation. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact La démolition des bâtiments existants ( au total 15 jours de démolition + 15 jours d’enlèvement des déblais). les besoins et les rejets en eau des activités présentes dans le PAM sont les suivants : Tableau n°2 : bilan des besoins et des rejets d’eau Besoins en eau Rejet maxi maxi en m3/j d'effluent m3/j Pêcheur 14 14 Mytiliculteur 96 96 Ostréiculteur (ecloserie d'huîtres) 15 15 Haliotis 10 Circuit fermé Il convient de rappeler que :  L’établissement HALIOTIS fonctionne en circuit fermé. nous reprendrons les conclusions d’une étude5 menée par la Section Régionale de Conchyliculture de Bretagne Nord sur la qualité des rejets du lotissement du Vauhariot à Cancale. Février 2005 . les terres les plus polluées auront été excavées et les terres souillées laissées en place seront isolées de telle manière qu’elle ne présente plus aucun impact sur l’environnement dans l’avenir. le chantier présente des risques de sécurité publique au regard de la fréquentation de Port Tudy.  La pollution dissoute générée n’affecte que faiblement le rejet bien que les mesures aient été réalisées dans une période où les activités génératrices de pollution dissoute sont importantes. Le site de Kerbus comporte une déchetterie ouverte aux artisans de l’Ile. – ANALYSE DES IMPACTS A L’ISSUE DES TRAVAUX.  Les eaux usées domestiques seront évacuées dans le réseau communal d’eaux usées. Afin d’étudier les impacts des rejets. 1. Par rapport à l’état actuel. Les nuisances générées (bruit. Impacts sur la qualité des sols : A l’issue des travaux de construction du PAM. 5 Section Régionale de Conchyliculture de Bretagne Nord. circulation) par le chantier seront ressenties par l’ensemble des activités présentes sur Port-Tudy ainsi que par les habitations situé au-dessus du projet sur la falaise. Les conclusions du bureau d’études étaient :  La pollution générée par les activités du lotissement du Vauhariot est principalement particulaire.  L’activité du lotissement du Vauhariot influence faiblement la bactériologie. l’impact global du projet sur la qualité des sols est globalement très positif.3. Page 19 . ainsi que le chantier de construction auront un impact sur les activités socio-économiques du Port pendant toute la durée du chantier soit plus d’une année.  Les établissements rejetteront les effluents dans le port. des crustacés. Le Vauhariot est constituée de 29 parcelles sur chacune desquelles a été aménagé un bâtiment et deux bassins d’une emprise au sol d’environ 300 m². des coquillages et des poissons. SCE. Lotissement du Vauhariot à Cancale Etude diagnostic des rejets. chaque professionnel aura la responsabilité de la gestion des déchets d’exploitation qu’ils produiront. PENDANT LA PERIODE DE FONCTIONNEMENT Impacts sur la qualité des eaux : En période de fonctionnement. éclaboussures). Les produits traités par ces établissements sont des moules.

Figure n°8 : Insertion paysagère du projet Source : MENGUY ARCHITECTES Page 20 . l’impact de la prise d’eau de mer sur le milieu biologique marin sera nul.) seront traités au niveau de la plateforme de compostage de Kerbus exploitée par Lorient Agglomération. etc.  mutualiser des espaces et des moyens indispensables à ces professions. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Les refus de dégrillage des filtres à sable (traitement de l’eau de mer brute) ainsi que les refus de dégrillage récupérées sur les tamis mis en œuvre pour traiter les eaux de mer « usées » seront récupérées par les professionnels et stockées dans des bacs. Dans ces conditions. Par comparaison avec aujourd’hui où les bâtiments présentent une architecture hétéroclite et un aspect extérieur très dégradé. puis collectés par les services techniques de la commune. la volonté des concepteurs était de s’inspirer des bâtiments des villages de pêcheurs de la côte atlantique. l’espace vente conduira à une légère augmentation du trafic sur les quais du Port. Pour l’ensemble des bâtiments à construire. le trafic induit par les professionnels de la mer sera sensiblement comparable à aujourd’hui. Il s’agit ici de créer un outil économique participant à l’arrêt de la décroissance démographique avec l’objectif d’installation de jeunes actifs. Impacts sur le milieu biologique : En période de fonctionnement. Ces déchets organiques (algues. Impacts sur l’environnement humain : Les objectifs recherchés dans la réalisation de ce Pôle d’Activités Mers sont de :  réaliser un équipement en vue de maintenir et développer la pêche côtière et l’aquaculture. le bardage vertical sera traité en douglas naturel. porte d’entrée de l’Ile. qui constituent un volet de l’économie primaire de l’île. Impacts sur la circulation : En termes de circulation. il apparaît que ce projet a un impact positif sur les activités socio-économiques. En revanche. Impacts sur les paysages : D’un point de vue architectural. les toitures seront en bac acier laqué couleur ardoise. les menuiseries extérieures sont aux couleurs des bateaux de pêche. le projet présente un impact paysager indiscutablement positif qui participera à la volonté de la commune d’améliorer les caractéristiques esthétiques de Port-Tudy.

0 et 0. au droit des sols impactés par des hydrocarbures C10-C40. Page 21 . » 1.  Pose d’un grillage. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Risques pour la santé : Vis-à-vis de la pollution des sols et la construction d’un bâtiment dans l’emprise du site pollué. INNOVADIA conclut : « Dans le cadre du réaménagement de la zone.8 m de profondeur au droit de l’ancien séparateur à hydrocarbures et jusqu’à 3.  Etc.  Réalisation d’escalier. à 0.  Interdiction de vidange des engins et véhicules de chantier. La réalisation des investigations complémentaires ont mis en évidence un impact faible par des hydrocarbures dans l’air du sol dans la zone du futur bâtiment induisant des risques acceptables pour les futurs usagers du site.4. des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et des éléments traces métalliques entre 0.  Bacs de rétention sous les fûts de carburant et autre produit dangereux ou polluant.  Débroussaillage et abattage. 2012 Projet Mesures à prendre vis-à-vis de la qualité de l’eau : Afin de limiter tout risque de pollution accidentelle liée notamment au fonctionnement des engins de chantier. Figure n°9 : Schéma d’implantation des différentes solutions techniques Source : GEOLITHE.4 – MESURES DE REDUCTION ET DE COMPENSATION DES IMPACTS DEFAVORABLES 1.0 m de profondeur à proximité du bras de chargement et de l’ancien réservoir semi-enterré. le Maître d’Ouvrage mettra en œuvre avant le début du chantier toutes les mesurées jugées nécessaires dans le rapport de GEOLITHE visant à réduire les éboulements et leurs effet vis-à-vis des usagers :  Limitation d’accès. un bâtiment sera construit dans la partie Sud-Ouest du site (zone non construite actuellement).1 – MESURES PENDANT LA PERIODE DE CHANTIER Mesures à prendre vis-à-vis des risques d’éboulement : Afin de réduire les risques d’éboulement de la falaise pendant les travaux. le Maître d’Ouvrage imposera aux entreprises les dispositions suivantes :  Dispositifs de récupération des eaux de lavage et de préparation des bétons et mortiers.4 m au droit des anciens réservoirs aériens.

Les déchets seront évacués vers le continent et traités sur celui-ci.8 m de profondeur au droit de l’ancien séparateur à hydrocarbures et jusqu’à 3. o Les 10 m3 de déchets de tuiles et de briques seront concassés à Kerbus 3 o Les 10 m d’amiante ciment seront traitées par une entreprise spécialisée après validation par les services de l’état du Plan de retrait. notamment par des bâches retenues au sol. afin de limiter les salissures de boue à l’extérieur du chantier. un bâtiment sera construit dans la partie Sud-Ouest du site (zone non construite actuellement). les extrémités des bras des pelles mécaniques seront équipés d’un dispositif pulvérisant de l’eau.  Les pompes d'avitaillement en carburant des engins de chantier devront être équipées d'un dispositif d'arrêt automatique. au droit des sols impactés par des hydrocarbures C10-C40. Cette solution technique couramment utilisée pendant les chantiers de démolition des bâtiments permet de réduire les émissions de poussières. et après lavage des roues.  Des produits absorbants (sciure. o Une rampe propre en sortie de chantier permettra le décrottage des roues de camions avant leur accès sur la voie publique. en particulier pour les conteneurs renfermant des matériaux légers tels que les emballages plastiques. Les déchets d’amiante seront évacués vers le continent et traités sur le continent. feuilles et boudins ayant la propriété d’absorber les hydrocarbures) seront stockés sur le chantier à terre et sur la barge assurant les travaux maritimes afin de pouvoir contenir toute pollution accidentelle de petite à moyenne importance Mesures à prendre vis-à-vis de la qualité de l’air :  Afin de réduire les poussières générées par les opérations de démolition / Déblaiement. pour concasser ces déchets afin de les réutiliser en remblai dans les travaux sur l’Ile. La commune projette de faire venir. La réalisation des investigations complémentaires ont mis en évidence un impact faible par des hydrocarbures dans l’air du sol dans la zone du futur bâtiment induisant des risques acceptables pour les futurs usagers du site. à l’issue des travaux de démolition. En outre.0 m de profondeur à proximité du bras de chargement et de l’ancien réservoir semi-enterré. …. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact  Certificats d’entretien des engins et véhicules de chantier. o L’arrosage des surfaces par temps sec sera régulièrement effectué pour éviter l’envol des poussières. Les matériaux entreposés sur le chantier susceptibles de s’envoler devront être confinés. o Le matériel de ponçage utilisé sera muni de dispositifs d’aspiration et de récupération des poussières. lesquels sont piégés par les fines particules d’eau pulvérisées dans l’atmosphère. o Les poubelles seront munies de couvercles ou de filets afin d’éviter tout envol de détritus.  Conformément à la Charte de « Chantier à Faibles Nuisances » : o Les voies pour les accès des véhicules de livraison seront maintenues en parfait état de propreté. un concasseur depuis le continent. dont notamment : « Dans le cadre du réaménagement de la zone. Mesures vis-à-vis de la gestion des déchets de démolition : Les déchets de démolition des bâtiments seront gérés comme suit : o Les 160 m3 de déchets de béton seront traités sur la déchetterie communale de Kerbus dédiée aux artisans.4 m au droit des anciens réservoirs aériens.0 et 0. à 0. o Les 5 m3 d’huisseries recouvertes de peinture au plomb seront traitée par une entreprise spécialisée. Mesures à prendre vis à vis de la gestion des sols pollués : L’ensemble des travaux projetés devra être conforme aux prescriptions du Plan de gestion établi par INOVADIA. des clôtures opaques délimitant le chantier limitera les « courants d’air » à l’intérieur du périmètre. o Les 20 m3 de déchets de bois de charpente seront également traités au niveau du site de Kerbus. Page 22 . des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et des éléments traces métalliques entre 0.

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Toutefois. Mesures vis-à-vis des émissions sonores : Conformément à la charte du chantier à faibles nuisances. 1. au préalable.  De 8h00 à 12h15 et 13h30 à 18h30.  la maîtrise des nuisances pouvant porter atteinte à la santé des travailleurs. substances et produits toxiques ou dangereux. En termes de nettoyage des installations à l’eau de mer. tels que l’acide peracétique couramment utilisé en aquaculture. » Soit un volume total de terre à excaver de 90 m3 et à envoyer dans un centre de traitement. etc. les travaux d’aménagement de la prise d’eau de mer devront faire l’objet. l’usage de produits de nettoyage comprenant des tensio-actifs sera formellement interdit.2 m de profondeur soit environ 50 m3. Mesures vis-à-vis des activités socio-économiques : La Mairie envisage de prêter des locaux sur le port dont elle est propriétaire aux professionnels de la mer (pêcheurs. la méthodologie recommande de traiter les sols dans les zones présentant les impacts les plus importants.  au droit de l’ancien séparateur à hydrocarbures et l’aire de stationnement en béton sur 1.  Une signalétique indiquera l’itinéraire pour le chantier et les accès livraison. le niveau acoustique maximum en limite de chantier ne devra pas dépasser 80 dB (A). conchyliculteur) utilisant aujourd’hui les bâtiments qui seront détruits pendant la période des travaux.  Un itinéraire privilégié sera réalisé par le SPS en collaboration avec le Maître d’œuvre et la collectivité pour l’évacuation des déblais vers le site de Kerbus.2 – MESURES PENDANT LA PERIODE DE FONCTIONNEMENT Mesures vis-à-vis des rejets d’eau de mer : L’eau de mer utilisée par les professionnels et les eaux de nettoyage des filtres à sable seront traités par des tamis présentant des mailles de 500 µm (0. d’un repérage de JM CROUZET (responsable de l’école de Plongée qui a réalisé le relevé la flore et de la faune marine au niveau de la future prise d’eau de mer) ou autre plongeur ayant des compétences en océanographie en compagnie de l’entreprise chargée des travaux maritimes et du maître d’œuvre.5 mm). Mesures vis-à-vis de la préservation du milieu biologique marin : Outre les mesures visant à réduire les risques de pollution accidentelles du port et du plan d’eau à l’Est du Môle Nord-Est. Mesures vis-à-vis de la gestion des déchets d’exploitation : Page 23 .  les conditions de stockage et d’élimination ou d’évacuation des déchets. Mesures vis-à-vis de la circulation :  La recherche d’emplacements de stationnement pour les véhicules de chantier et la gestion du trafic sera menés avec le coordinateur SPS avant le démarrage du chantier afin qu’il y ait le moins de perturbations possibles sur l’activité de la zone. Un tel niveau de filtration permettra ainsi de piéger l’essentiel des matières en suspension contenues dans les eaux. Les horaires de chantier seront limités aux périodes et tranches horaires suivantes :  Les jours de la semaine. Les professionnels devront utiliser des produits de désinfection et de nettoyage compatibles avec un rejet en mer. à savoir :  au droit des deux anciens réservoirs aériens localisés en bordure Nord-Ouest du site sur une épaisseur de 40 cm soit environ 40 m3 de terres. Mesures vis-à-vis de la sécurité du publique La mairie de Groix s’assurera les services d’un coordonnateur santé-sécurité qui coordonnera :  la mise en place de la circulation des véhicules et des personnes sur le chantier. émanations et poussières. club de plongée. telles que bruit.4.

puits.  les conditions de stockage et d’élimination ou d’évacuation des déchets. Les déchets organiques issus du traitement de l’eau brute et de « l’eau de mer usée » seront collectés par les services techniques de la commune et traités sur le site de Kerbus. réalisation de fondations.5. substances et produits toxiques ou dangereux. o lors de la construction de bâtiments sur le site : prévoir dans le projet de construction un vide sanitaire dont le taux de renouvellement d’air est de 0. forage. etc. l’architecte.  la maîtrise des nuisances pouvant porter atteinte à la santé des travailleurs.…) pour un quelconque usage des eaux souterraines au droit du site sans avoir vérifié au préalable la compatibilité entre la qualité des eaux et leur usage.MOYENS DE SURVEILLANCE ET D’INTERVENTION EN PHASE D’EXPLOITATION Moyens de surveillance vis-à-vis de la pollution des sols : Conformément aux recommandations du plan de gestion.…) et creusements de toutes sortes dans les zones polluées sauf si des mesures spécifiques de gestion sont prévues (information des travailleurs. L’ensemble de ces mesures pourra faire l’objet de restrictions d’usage conventionnelles au profit de l’état publiées à la conservation des hypothèques ou de servitudes d’utilité publique afin de garder en mémoire les contraintes précitées liées à la présence résiduelle des sols impactés. béton ou géotextile puis couche de terre végétale) dans les zones d’impact par des hydrocarbures C5 en surface afin de limiter le transfert des polluants via les eaux de ruissellement et d’empêcher le contact direct avec les sols de surface. Concernant la ressource en eaux souterraines : ne pas réaliser d’ouvrage (puits. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Les déchets d’exploitation des activités seront traités selon les règles en vigueur avec une obligation de réduction à la source et de valorisation des quantités produites. les bouteilles vides de produits chimiques devront être apportés à la déchetterie de Kerbus ouverte aux artisans de l’Ile. le maître d’ouvrage :  Mettra en place un « programme de surveillance des milieux » se caractérisant par un prélèvement semestriel des eaux du port en bordure de site pour analyses des hydrocarbures. o interdire les affouillements (tranchées. 1.  Mettra en œuvre les restrictions d’usages suivants : Concernant l’usage des sols : o proscrire les cultures de plantes ou de fruits destinés à l’alimentation humaine ou animale au droit du site. o mettre en place puis assurer le maintien d’un revêtement de surface (enrobé.5 – MOYENS DE SURVEILLANCE ET D’INTERVENTION 1. o mettre en place un fourreau étanche autour de toute canalisation d’eau potable traversant les zones d’impact par des hydrocarbures afin d’empêcher le transfert via cette canalisation. de traitement des eaux butes et de l’eau de mer usée. dans le cadre de sa mission de suivi des travaux. Exploitation des installations de traitement des eaux : Afin d’assurer le bon entretien des installations de pompage. 1. élimination des déchets en centre de traitement spécialisé ou stockage étanche et pérenne sur site). Les emballages. veillera au respect par les entreprises de la Charte de Chantier à Faibles Nuisances. émanations et poussières.5. le coordonnateur "SPS" coordonnera :  la mise en place de la circulation des véhicules et des personnes sur le chantier.1 – MOYENS DE SURVEILLANCE ET D’INTERVENTION PENDANT LA PHASE DE CHANTIER Conformément à la Loi 93-1418 du 31 décembre 1993 et au Décret d’application 94-1156 du 26 décembre 1994. il est envisagé que les professionnels se regroupent au sein d’une structure commune qui aura la responsabilité de la bonne exploitation des équipements.2 . Page 24 . équipements de protection adaptés. tri et contrôle des matériaux par une entreprise spécialisée en cas d’excavation. telles que bruit.25/h au minimum ou une dalle béton d’au moins 10 cm. Par ailleurs. à laquelle les entreprises se seront préalablement engagées.

orientée Est-Ouest  Largeur : 2. Page 25 . l’un vers l’ouest en direction du bourg St Tudy. L’Ile est distante de 5. aboutit à la mer. Les principales caractéristiques géographiques sont les suivantes :  Longueur : 7. Le projet de Pôle Activités Mer se situe sur le quai Sud de Port Tudy (dit quai Suet). Figure n°10 – Localisation du projet Source : GEOPORTAIL Port Tudy Le projet se situe sur la façade Nord de l’Ile au niveau de Port-Tudy. le second vers le sud (Locmaria). Il constitue le « pôle d’échange » de l’île avec le continent et regroupe des activités multiples nécessaires à la vie insulaire comme le transport de passagers et de marchandises. la plaisance locale et touristique. des commerces et de l’artisanat. écomusée. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact 2 – ANALYSE DE L’ETAT INITIAL DU SITE ET DE SON ENVIRONNEMENT 2. Le Port est situé sur la côte nord de l’île de Groix.1 – PRESENTATION GENERALE DU SITE L’Ile de Groix constitue un vaste plateau d’une hauteur moyenne de 30 à 40 mètres au-dessus de la mer.5 kilomètres. la pêche professionnelle. 8 kilomètres. Port Tudy est un port départemental concédé à la commune de Groix.2 kilomètres du point le plus proche du continent qui se situe à la pointe du Talud (entre Kerroc’h et Lomener sur le territoire de la commune de Ploemeur). l’aquaculture. De part et d’autre de ce vallon partent deux chemins très pentus. la gendarmerie. Il est aménagé dans une anse naturelle de la falaise où un vallon. l’administration portuaire ainsi que quelques équipements publics comme l’office de tourisme.8 kilomètres  Superficie : 1482 hectares  Linéaire côtier : 37. orienté nord sud.

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Figure n°11– Localisation du projet Source : GEOPORTAIL Port Tudy Figure n°12 – Vue aérienne de Port Tudy Source : GEOPORTAIL Page 26 .

Sur l’année.1.2 – MILIEU PHYSIQUE 2.6 7 2 .Les précipitations La hauteur annuelle moyenne des précipitations sur la région de Lorient est de 916.9 H en mm 80 6 6 .6 5 3 . Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact 2.2000 sont orientés Ouest-Sud-Ouest et Est-Nord-Est.7 5 6 .3 4 7 .3 8 5 .1 5 0 Janv Fev M ars Avr M ai Juin Juil A out Sept O ct Nov D ec II.2 9 6 .  Température maximale : 15.3 5 3 .2.1. Page 27 .1 1 2 0 1 0 4 .3 . les moyennes des températures moyennes mensuelles.2 8.2 .1.2.1 – Températures Les températures moyennes mensuelles à la station météorologique fluctuent entre 6.5 % des occurrences.2 8 1 . Précipitations moyennes mensuelles / Station de Lorient – Lann Bihoué 1 1 3 .8 %.9 6 6.5°C. Le mois de mai est également pluvieux et précède les deux mois les moins pluvieux. avec en particulier des mois de décembre et janvier très arrosés. tandis que les vents de Nord-Est (directions 20° à 80 °) représentent 24.4 17.Les vents Les vents dominants observés sur la période 1971 .3 mm. Les pluies sont réparties toute l’année.5 100 8 5 . Les vents Ouest-Sud-Ouest (directions 220° à 300°) représentent 42.9 12.6 15 9.2°C.4 15.2.2.4°C l’été.8 12.  Température moyenne : 11. avec une progression régulière au cours des mois d’automne.6 60 40 20 0 v ec t nv v s ai il in t r ct p u Av Fe Ju No ar M Ju Se O Ao D Ja M II. Températures moyennes mensuelles / Station de Lorient – Lann Bihoué 20 17.0°C l’hiver et 17.7 10 8.4 Température (°C) 15.4°C.1 7.1 – DONNEES CLIMATIQUES 2. minimales et maximales sont :  Température minimale : 7.

8 km/h) représentent 8 % du total.8 km/h).2 % des vents sont de vitesses inférieures à 4 m/s (soit 14. les tempêtes et situations de vent fort (>20 m/s) sont de plus en plus fréquentes et surtout de plus en plus rapprochées.2%. on observe une tendance générale au basculement du vent dans la direction Sud-Ouest depuis 1970. Ferrand Des observations récentes nous donnent quelques informations quant aux évolutions des vents ces dernières années :  Selon Lemasson et Regnauld (Norois.2.0 et 28. Par ailleurs. et particulièrement de secteur Sud depuis la fin des années 70.2 – GEOLOGIE ET NATURE DES FONDS ET DES SOLS 2.  Selon Audran (Méditerranée.6 % des vents sont compris entre 5 et 8 m/s (soit entre 18. et sont principalement rencontrés d'octobre à mars. d’après J. Les vents sont modérés puisque 48. 1997). 2. alors que cette direction n’apparaissait pas auparavant. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact La fréquence de vents dont la vitesse est inférieure à 2 m/s est de 8.1 – Géologie Figure n°14 : extrait de la carte géologique de Groix – (Source : BRGM) Projet Page 28 . Les vents supérieurs à 8 m/s (28. 1999) on observe une augmentation de la fréquence des vents forts (>20 m/s) de secteur Sud-Est à Sud-Ouest.2.2.P. Figure n°13 : rose des vents Source : Météo-France.4 km/h) et 35.

En effet. 2. le terre-plein est constitué d’une dalle bétonné reposant sur des pieux en béton. le secteur de Port Tudy est constitué de roches sédimentaires de type mica schistes. le projet se situe dans l’emprise du Quai SUET.2 – Nature des sols Les sols dans l’emprise du projet de construction du PAM sont aujourd’hui totalement artificialisés. au cours de laquelle elles auraient subit des modifications de pression et de température altérant leur composition minéralogique. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact D’un point de vue géologique. Devant l’actuelle glacière et Haliotis. Vue sur le quai SUET au niveau du projet Glacière Haliotis 2. En effet.2.2. A l’Est du Port.2. les roches de Groix se seraient formées par la rencontre de deux plaques (entre – 425 et –340 millions d’années).2. Cette alternance de micaschistes et d’amphibolites correspondrait à la fois à des superpositions sédimentaires originelles et à des répétitions d’origine tectonique. on note la présence d’amphibiolites vertes à amphibiole bleu vert dominant et de Glaucophanite à amphibole bleue.3 – Nature des fonds marins Figure n°15 : Extrait de la carte 7031G « Nature des fonds » du SHOM Projet conduite prise d’eau Page 29 .

Figure n°16 : vue aérienne du secteur d’étude Il convient de noter que les blocs de soutien de la digue à l’extrémité (référence Bs) de celle-ci sont des parallélépipèdes en béton présentant les dimensions suivantes : 0. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Les fonds marins à l’Est du môle ont été relevés au cours d’une plongée de Jean-Michel Crouzet.00 * 2. responsable du club de Plongée SUBAGREC (club qui sera intégré dans le PAM). Page 30 .80 * 3.00 m.

elle s’établit vers le Sud Sud-Est : de 40 mètres au Fort du Grognon. l’altitude décroît vers le Nord : de 48 mètres à Créhal.2.3.2. Figure n°17 : Extrait de la carte du SHOM Projet Page 31 .2.Relief A l’Ouest d’une ligne allant de Loqueltas à Port Tudy. La pente du plateau présente deux directions bien nettes :  à l’Ouest d’une ligne Quelhuit à Port St Nicolas.3 – RELIEF ET BATHYMETRIE 2. on passe à 30 mètres à la pointe St Nicolas. l’île ressemble à un plateau homogène mais qui l’est beaucoup moins lorsque l’on observe dans le détail. Juste en arrière des parcelles constituant l’emprise du projet.1 . se dresse une falaise verticale haute de près de 20 mètres par rapport au terre-plein portuaire. Aux abords de Port-Tudy.  à l’Est de cette limite. Vue de la falaise en arrière d’Haliotis 2. les falaises ne dépassent pas 20 mètres aux abords de Port Tudy. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact 2.3. les profondeurs sont d’environ 10 à 15 m. Les fonds dans le port sont compris entre -1 et -2 CM.2 – Bathymétrie Les fonds marins au large de la côte Nord de l’Ile de Groix présentent une profondeur variant de 15 à 30 m de profondeur.

Les flux sont plus forts au large qu'à la côte. 90) 5.4 m 1.1 nœud en ME.1 m 2.2.2 m Marées de morte eau moyenne (Coeff. l’onde de marée dans la région de Lorient entraîne les hauteurs d’eau suivantes : Tableau n°3 : Hauteur d’eau à Port-Tudy Pleine Mer Basse Mer Marnage Marées exceptionnelles de vives eaux (coeff. Ce type de marée est prépondérant en Atlantique. Les composantes diurnes sont négligeables devant les composantes semi-diurnes. la marée est de type semi-diurne. Il y a deux pleines mers et deux basses mers d'importances sensiblement égales par jour.3 m Marées moyennes (Coeff.2 nœud en ME.3 nœud en VE et de 0.0 m 2.2.  PM-2 : courants orientés globalement vers le NE avec une intensité d'environ 0. Les flux sont plus forts au large qu'à la côte.1 .7 m Marées de vive eau moyenne (Coeff. 45) 4. 20) 3.9 m 4.7 m 0.2 nœud en ME.  PM-4 : courants orientés globalement vers le Nord avec une intensité d'environ 0. 120) 5. 70) 4.4 – CONDITIONS HYDRODYNAMIQUES 2. Les flux sont plus forts et suivent une direction plus WNW au large qu'à la côte.0 m 5.  PM+4 : courants orientés globalement vers le SW avec une intensité d'environ 0.4 nœud en VE et de 0.3 nœud en VE et de 0.4 nœud en VE et de 0.2 nœud en ME.4. Les flux sont plus forts et suivent une direction plus NE au large qu'à la côte. Page 32 .  PM : courants orientés globalement vers le SE avec une intensité d'environ 0. Les flux sont plus forts et suivent une direction plus NW au large qu'à la côte.  PM+6 : courants orientés globalement vers l'Ouest avec une intensité d'environ 0.2 m 0.5 nœud en VE et de 0.4.2 nœud en ME.  PM+2 : courants orientés globalement vers le Sud avec une intensité d'environ 0. les orientations et les intensités des courants suivantes :  PM-6 : courants orientés globalement vers l'WNW avec une intensité d'environ 0.0 m 2.2 nœud en ME.2 nœud en ME.2 – Les courants L'Atlas des Courants de Marée de la côte Sud de Bretagne de Penmarc'h à Noirmoutier (SHOM.4 nœud en VE et de 0. 1990) indique pour le secteur maritime délimité par la pointe de Penmarc'h et par Belle-Ile.5 m 2.4 m 3. Les flux sont plus forts et suivent une direction plus NE au large qu'à la côte.5 nœud en VE et de 0. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact 2.2. D’après les instructions nautiques.0 m Marées exceptionnelles de morte eau (Coeff.6 m 1.La marée D'après les données du Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (SHOM).

Dans le cadre de l’étude d’impact relative à la conduite de rejet en mer de la station d’épuration de Ploemeur (Hydro-Assistance. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Figure n°18 : Courants de marée dans la zone d’étude PLEINE MER PM PM+3 BASSE MER PM-3 Les lignes de courants sur la Côte Nord de Groix sont globalement parallèles à la côte. 2005). 2005) PM-3 Coefficient de 95 Projet Page 33 . une modélisation des champs de courant entre Lorient et Groix a été réalisée : Figure n°19 : Champs de courant entre Lorient et Groix (source : Hydro-Assistance.

Hauteur des houles au large Les éléments présentés ci-dessous ont été développés dans l’étude de modélisation hydrosédimentaire réalisée par DHI en 2009. Figure n°20 : Localisation des points de données des houles au large (0701 et 0874) – Source : Cetmef Page 34 .Agitation 2.1 . pour le compte de Cap l’Orient agglomération.4.3 . à mi-marée pour un coefficient de 95. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact PM+3 Coefficient de 95 La figure ci-dessus montre que les champs de courant au niveau de Port Tudy sont faibles : moins de 1 nœud.3.2.4. Une série temporelle de 20 ans des principaux paramètres du climat de houle a été utilisée couvrant la période 01-01-1979 au 31-12-2000 au point ANEMOC 0701 et 0874. 2. Les données des houles sont issues de l’Atlas ANEMOC du CETMEF.2.

Page 35 .00 m. Cette modélisation montre que le Nord de l’Ile et plus particulièrement le secteur de Port-Tudy sont relativement bien abrités des houles du large. Les houles dominantes proviennent du secteur Ouest-Sud-Ouest autour de la direction 260°. Avec une houle au large de 5. Figure n°21 : Rose des houles au point ANEMOC 874 (source : Cetmef) Les figures qui suivent tirées d’une modélisation réalisée par DHI (2003) montrent la propagation d’une houle de 5. Ce secteur est par contre soumis aux clapots générés par des vents de Nord et Nord-Est (fetch de 5 à 7 km pour un vent de Nord et de 10 km pour un vent de Nord-Est). la hauteur de la houle à L’Ouest du Port peut atteindre près de 1.75 m. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact La rose de houle présentée ci-dessous est subdivisée en intervalles de 10 degrés. La taille des quartiers indique la fréquence d’occurrence des houles et la couleur indique la hauteur de houle.00 m sur le littoral Lorientais en fonction de la direction des houles du large.

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Figure n°22 : Modélisation de la propagation des houles à la côte sur le littoral du Pays de Lorient Source : IN VIVO. DHI (2003) Projet Page 36 .

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Page 37 .

respectivement) sont respectés dans au moins 95% des Au moins 95% des résultats en E. de phénols et de mousses dans au Au moins 90% des résultats en streptocoques fécaux sont inférieurs ou moins 95% des échantillons. moins une fois sur trois.3% des échantillons. en tout ou en partie vérifiés . Figure n°23 : Les zones de baignade dans le secteur d’étude Côte d’Heno Port Mélite PROJET La qualité des eaux sur ces deux points de baignade est la suivante : Tableau n°4 : Classement des zones de baignade dans le secteur d’étude BAIGNADE 2009 2010 2011 2012 Côte d’Héno A A A A Port Mélite A A A A A : Les eaux de bonne qualité B : Les eaux de qualité moyenne Pour ces eaux : L’eau est de qualité moyenne lorsque : Au moins 80% des résultats en E. sur trois. égaux au nombre guide (100/100 ml) .  Port Mélite.1 – La qualité sanitaire des eaux de baignade Un suivi de la qualité sanitaire des eaux de baignade est assuré par l’ARS sur deux zones de baignade à proximité du projet :  Côte d’Héno. de phénols et de mousses dans au moins 95% des échantillons.3% . ou que la présence d’huiles minérales. C : Les eaux pouvant être polluées momentanément D : les eaux de mauvaise qualité L’eau des points de surveillance pour lesquels : Lorsque. Absence d’huiles minérales.1. Coli et en coliformes totaux sont Les nombres impératifs fixés par la directive pour les E .1 – QUALITE DES EAUX II. Coli conditions relatives aux nombres impératifs sont dépassées au ou les coliformes totaux sont comprises entre 5% et 33. Il est important de noter que si moins de 20 prélèvements sont effectués pendant toute la saison sur un point. Ou la présence d’huiles minérales. un seul dépassement du nombre impératif suffit pour entraîner le classement de la plage en catégorie C. de phénols ou de mousses est de phénols ou de mousses est relevée dans plus d’un échantillon relevée dans 5 à 33. permettant d’améliorer définitivement la qualité de l’eau. les conditions relatives aux nombres-guides inférieurs ou égaux aux nombres impératifs (2000/100 ml et 10 n’étant pas. pour les paramètres E. Absence d’huiles minérales. 000/100 ml respectivement). les Les fréquences de dépassement des nombres impératifs pour E.3. coli et inférieurs ou égaux aux nombres guides (100/100 ml et 500/100 ml les coliformes totaux (2 000/100 ml et 10 000/100 ml respectivement).3. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact II. l’eau correspondante est considérée comme de mauvaise qualité. Cette pollution peut faire l’objet de mesures immédiates ou à moyen terme. coli ou coliformes totaux. Page 38 .3 – QUALITE DU MILIEU II. coli et en coliformes totaux sont prélèvements.

coli/100 g CLI. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact II. dysfonctionnement du réseau  Niveau 1 : contamination détectée  Niveau 2 : contamination persistante Les résultats du suivi microbiologique des moules à l’Ouest de Port-Tudy apparaissent dans le graphique suivant : Page 39 .coli/100 g CLI .  Qualité très mauvaise : dès qu’un résultat dépasse 46 000 E. Il existe un point REMI à l’Ouest de PORT TUDY : Le point dénommé « Groix Nord » est situé sur une zone de production d’élevage de moules.3. Les résultats sont présentés dans le graphique qui suit. le réseau de contrôle microbiologique des zones de production conchylicoles (REMI) a été mis en place par IFREMER en vue de préparer les propositions de classement des zones conchylicoles et d’effectuer la surveillance sanitaire des dites zones. coli/100 g CLI .2 – La qualité microbiologique (REMI) Créé en 1989.  Niveau 0 : risque de contamination par exemple événement météorologique.  Qualité moyenne : au moins 90 % des résultats sont inférieurs ou égaux à 4 600 et 100 % des résultats sont inférieurs ou égaux à 46 000 E.  Qualité mauvaise : 100 % des résultats sont inférieurs ou égaux à 46 000 E.1. Figure n°23 : Localisation du point de surveillance REMI L’estimation de la qualité microbiologique est faite suivant la règle suivante :  Qualité bonne : 100 % des résultats est inférieur ou égal à 230 E.coli/100 g CLI . Trois niveaux d'alerte sont définis correspondant chacun à un état de contamination.

les coquillages doivent subir une purification simple ou un reparcage de moyenne durée avant commercialisation. La zone est déclarée faiblement contaminée. Si globalement la majorité des résultats étant inférieure au seuil de détection. Coli dans les moules au niveau du point 049-P-001 GROIX NORD Source : Bulletin de la surveillance 2011 – LER Morbihan Pays de Loire . de chair sans qu’aucune des valeurs ne soit supérieure à 1000.  Classe C : au moins 90% des valeurs obtenues sont inférieures à 60 000 coliformes fécaux/100 g de chair.  Classe D : la zone est déclarée interdite et les coquillages ne peuvent être récoltés ni pour la consommation humaine directe. ce site en eau profonde est soumis à des incidents épisodiques qui remettent en cause le classement A de cette zone de production. IFREMER précise quant au point GROIX NORD : « Une alerte microbiologique de niveau 1 a été déclenchée suite à une contamination de 2 800 E. de chair. Page 40 .coli/100 g CLI observée le 12 avril. les coquillages doivent subir une purification intensive ou un reparcage de longue durée avant commercialisation. l’Arrêté ministériel du 21 juillet 1995. L’analyse statistique des données sur les dix dernières années met en évidence une dégradation de la qualité sanitaire.  Classe B : au moins 90% des valeurs obtenues sont inférieures à 6000 coliformes fécaux / 100 g. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Figure n°24 : Variations interannuelles des concentrations moyennes en E.IFREMER D’après le bulletin de surveillance de l’année 2011. ni pour le reparcage ou la purification. La zone est déclarée contaminée. consécutif à la nouvelle réglementation européenne définit pour les eaux conchylicoles les classes suivantes :  Classe A : où 90% des valeurs obtenues au cours des différentes analyses sont inférieures à 300 coliformes fécaux /100 g. » L’arrêté préfectoral du 17 février 2010 relatif au classement des zones de production de coquillages vivants reprend les résultats précédents et classe la zone de production à l’Ouest de Port-Tudy en catégorie A pour les bivalves non fouisseurs. Figure n°25 : – Classement sanitaire des zones de production de coquillages ( Groupe 3 : bivalve snon fouisseurs Projet A titre d’information. La zone est déclarée satisfaisante et les coquillages récoltés peuvent être consommés directement.

3. pouls rapide. Le point GROIX NORD présenté au chapitre précédent (REMI) est intégré au réseau REPHY. vomissements. Celles ci peuvent provoquer chez le consommateur de coquillages contaminés. vertiges et nausées. Les moules sont le principal vecteur des toxines diarrhéiques. Les toxines étant stables à la chaleur. picotements et engourdissements autour des lèvres. une intoxication dont les effets apparaissent en moins de trente minutes. mais les coques. Les symptômes en sont : en premier lieu des troubles digestifs (nausées. D’après le bulletin de surveillance 2011.IFREMER Pour information (source : IFREMER) : En France. en cas d'intoxication forte. clams. Les coquilles St Jacques et les moules sont le principal vecteur des toxines PSP. Celles ci provoquent chez le consommateur de coquillages contaminés. assurée par IFREMER. tellines et coquilles St Jacques peuvent également être toxiques. un certain nombre d'autres coquillages dont les huîtres. quoiqu'à moindre niveau. Dinophysis produit des toxines diarrhéiques (dites toxines DSP ou Diarrheic Shellfish Poison). en cas d'intoxication modérée. Alexandrium et Pseudo-nitzschia. convulsions et coma. De nombreux coquillages sont a priori vecteurs des toxines amnésiantes. palourdes. La surveillance du phytoplancton. Figure n°26 : Abondance du Phytoplancton toxique au point GROIX NORD Source : : Bulletin de la surveillance 2011 – LER Morbihan Pays de Loire . en cas d'intoxication faible. est organisée de sorte qu'elle puisse répondre aux questions relevant de ces deux problématiques environnementale et sanitaire. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact II. (III) paralysie et troubles respiratoires pouvant être mortels. une intoxication dont les effets apparaissent dans les 24 à 48 heures.  La détection et le suivi des espèces phytoplanctoniques productrices de toxines susceptibles de s'accumuler dans les produits marins de consommation ou de contribuer à d'autres formes d'exposition dangereuse pour la santé humaine. Les toxines étant stables à la chaleur. parfois nausées et vomissements. IFREMER précise quant au point de surveillance GROIX NORD correspondant à la filière d’élevage de moules à l’Ouest de Port-Tudy : Page 41 . de l'abondance et de la composition du phytoplancton marin des eaux côtières et lagunaires. éventuellement en moins d'une heure. et la recherche de ces toxines dans les mollusques bivalves présents dans les zones de production ou dans les gisements naturels. les risques pour la santé humaine sont actuellement associés au développement de trois groupes d'espèces phytoplanctoniques : Dinophysis. Plusieurs espèces d'Alexandrium produisent des toxines paralysantes (dites toxines PSP ou Paralytic Shellfish Poison). la cuisson des coquillages ne diminue pas leur toxicité. de façon plus ou moins importante.1. troubles de la mémoire). Les toxines étant stables à la chaleur. les toxines diarrhéiques ne s'accumulent pas dans les huîtres. mais également. (II) extension des picotements. le recensement des efflorescences exceptionnelles telles que les eaux colorées ou les développements d'espèces toxiques ou nuisibles susceptibles d'affecter l'écosystème. incoordination motrice. ainsi que du contexte hydrologique afférent . une intoxication dont les effets apparaissent moins de douze heures après ingestion. Les symptômes en sont (I) fourmillement des extrémités. puis des troubles neurologiques (céphalées. et dans les cas graves. la cuisson des coquillages ne diminue pas leur toxicité. douleurs abdominales. Celles ci provoquent chez le consommateur de coquillages contaminés. Les principaux symptômes en sont diarrhées. crampes abdominales). la cuisson des coquillages ne diminue pas leur toxicité. Plusieurs espèces de Pseudo-nitzschia produisent des toxines amnésiantes (dites toxines ASP ou Amnesic Shellfish Poison). Par contre.3 – Les résultats du REPHY Le réseau REPHY de surveillance du Phytoplancton et des phycotoxines a pour objectifs :  D’assurer la connaissance de la biomasse. qui recouvre notamment celle de la distribution spatio‐temporelle des différentes espèces phytoplanctoniques.

L’espèce dominante appartient au groupe des P. avant l'exportation). Les concentrations de Dinophysis n’ont pas dépassé 600 cellules /L. de l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments II. sur les marchés.3 mg fin novembre.13 <15 ABSENCE 12.08. Il est à noter que cette période de contamination correspond à l’une des plus brèves enregistrée à « Groix » depuis 2004. Pseudo‐nitzschia et Dinophysis. passant de 120 mg d’acide domoïque (AD) par kg de chair totale en janvier 2011 à 50. Cependant.03. à la mi‐avril. Les analyses sont effectuées par les laboratoires départementaux vétérinaires agréés. Malgré un niveau de concentration peu élevé. persistera encore durant toute l’année 2011.12. le suivi des toxines lipophiles dans les coquillages met en évidence un dépassement du seuil sanitaire sur le site d’élevage des filières de Groix durant 5 semaines (de mai à début juin).4 – Résultats de l’autosurveillance réalisé par l’établissement HALIOTIS Dans le cadre de son activité d’élevage d’ormeaux. Figure n°27 : Position de l’actuelle prise d’eau de mer de l’établissement HALIOTIS Future prise d’eau de mer) Prise d’eau de mer Haliotis) Tableau n°4 : Résultats des analyses bactériologique sur eau de mer (Laboratoire : LDA 56) Escherichia coli Salmonella Date de prélèvement n/100 ml n/5 litres 12. l’établissement Haliotis qui dispose d’une prise d’eau de mer (à proximité de la future prise d’eau de mer projetée) réalise une fois par an une analyse de la qualité bactériologique de l’eau de mer pompée. qui sont encadrés par le Laboratoire National de Référence.1. » A titre d’information : Pour les coquillages sortis du milieu marin (c'est à dire dans les établissements d'expédition conchylicoles. sans contamination des coquillages des zones d’élevage par des concentrations en acide domoïque dépassant le seuil sanitaire. Les concentrations maximales ont été atteintes mi‐juin. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact « On voit apparaître simultanément les deux principaux genres producteurs de toxine.12 <15 ABSENCE 17. est présent en avril et en mai.11 <15 ABSENCE Page 42 . dans de faibles concentrations.3. la contamination des coquilles St Jacques observée en 2010. Dinophysis n’est plus observé en rade de Lorient à partir de la mi‐juin à l’exception d’un prélèvement début octobre. des plans nationaux de surveillance et de contrôle sont organisés par la Direction Générale de l'Alimentation du ministère de l'Agriculture. Le genre Alexandrium spp. Le genre Pseudo‐nitzschia est régulièrement observé jusqu’en octobre. pseudodelicatissima (1 350 000 cel/L).

coli dans 100 ml  une absence de salmonelles dans 5 litres. l’eau de mer pompée est considérée comme propre à condition qu’elle présente :  une teneur inférieure à 15 E. sera mise en œuvre à quelques mètres d’actuelle prise d’eau d’Haliotis. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Tous les résultats des analyses sont conformes aux valeurs figurant dans la note DGAL/SDSSA/N 2003-8058 du 27 mars 2003 relative aux conditions pour la délivrance des agréments sanitaires aux centres conchylicoles. Page 43 . Il est important de noter que la future prise d’eau de mer qui alimentera les établissements du PAM ainsi qu’Haliotis. Selon cette note.

6 – Analyse de la vulnérabilité de la qualité de l’eau de mer au niveau de la future prise d’eau de mer Tout d’abord. Rappelons que la qualité des eaux brutes au niveau de cette prise d’eau de mer fait l’objet d’un suivi conformément à l’agrément sanitaire de l’établissement HALIOTIS (toutes les analyses ont montré une conformité de la qualité des eaux aux normes sanitaires). à quelques mètres de l’actuelle prise d’eau de mer de l’établissement HALIOTIS.3. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact II. L’état chimique et l’état écologique de cette masse d’eau sont jugés de bonne qualité et sont donc en adéquation avec l’objectif fixé par la Directive Cadre sur l’Eau d’atteindre le bon état des eaux.3. Tableau n°5 : Bilan de l’état de la masse d’eau FRGC34 Lorient-Groix Source : http://envlit.ifremer.1. côté océan. il convient de préciser que la future prise d’eau de mer du PAM sera située au pied du Môle Nord-Est. Page 44 .1.5 – Objectifs de qualité de la DCE La côte Nord de Groix appartient à masse d’eau FRGC34 Lorient-Groix.fr/surveillance/directive_cadre_sur_l_eau_dce/ II.

Le risque le plus probable reste une pollution microbiologique des eaux engendrée par les rejets d’eaux vannes (WC) d’un bateau entrant ou sortant du port dans des conditions de vent de Nord.  Aux pollutions accidentelles dans le port. reste en surface. d’autre part que la majorité des hydrocarbures. Concernant ce risque. ce chapitre a pour objet d’étudier la vulnérabilité de la qualité de l’eau de mer de la future prise d’eau de mer afin de concevoir une filière de traitement de l’eau de mer permettant la distribution d’une « eau de mer propre » vers les futures activités du PAM et d’HALIOTIS (l’ancienne prise d’eau de mer sera abandonnée par HALIOTIS au profit d’une alimentation depuis la prise d’eau réalisée dans le cadre du projet de PAM). Page 45 . plus légers que l’eau. On peut également noter une pollution par les hydrocarbures engendrée par des fuites de réservoirs de bateaux. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Figure n°28 : Positionnement de la prise d’eau de mer et de la conduite d’aspiration : Prise d’eau de mer projetée : Conduite d’aspiration : Ancienne prise d’eau de mer (Haliotis) Conformément à la note de service DGAI/SDSSA/N2003-8058 du 27 mars 2003. Outre les phénomènes de contamination des eaux par les phycotoxines présentés dans les chapitres précédents.  Au rejet des eaux de ruissellement dans le plan d’eau de Port-Tudy. il importe de préciser d’une part que la prise d’eau sera située à 50 cm sous le 0 des côtes marines et (la crépine d’aspiration sera donc en permanence sous l’eau). les risques de pollution accidentelle des eaux au niveau de la future prise d’eau (à l’Est du Môle Nord-Est) sont liés :  Au trafic d’entrée et de sortie des bateaux dans le port.

il convient de préciser que la station d’épuration intercommunale (L’assainissement est une compétence de Lorient Agglomération) du Gripp rejette ses eaux. lui-même. se jette dans la mer à près de 900 mètres à l’Ouest du projet. une fois traitées. vis-à-vis des pollutions liées aux rejets urbains. dans un ruisseau qui. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Par ailleurs. Figure n°29 : Situation de la station d’épuration communale du Gripp Projet Station d’épuration Ruisseau Page 46 .

5 0.120 2008 0.30 171.042 0.6 0.284 2006 0.5 0.400 2001 1.183 LEGENDE / Teneur supérieure au niveau N2 GEODE Teneur comprise entre les niveaux N1 et N2 GEODE Teneur inférieure au niveau N1 Il ressort de ce suivi une forte contamination (>N2) des sédiments portuaires par le cuivre (composé actif des antifoulings).6 0.400 100 276 90 37 / Ni veau N2 50 2.3.0 0.295 2010 <0.29 220 0.22 85 240 155 61 / 2006 14.441 2012 0. la DDTM du Morbihan assure un suivi de la qualité des sédiments portuaires dans Port-Tudy.22 76 267 109 43 12.144 2011 0.6 0.51 2008 20 0. Les résultats apparaissent dans les tableaux qui suivent : Tableau n°6 : Evolution des teneurs en métaux lourds (source : REPOM) As Cd Cu Hg Pb Zn Cr Ni Sn (mg/kg) (mg/kg) (mg/kg) (mg/kg) (mg/kg) (mg/kg) (mg/kg) (mg/kg) (mg/Kg) Ni veau N1 25 1.24 0. les HAP. Chrome et nickel sont globalement fortes et dépassent certaines années les niveaux GEODE N2. Les teneurs en TBT.0 0.68 243 81.26 70 258 127 50 4.0 0.0 0.61 50.9 Tableau n°7 :: Evolution des teneurs en HAP (source : REPOM) Benzo(b)fluor Benzo(K)fluor Indéno(123c Anthracène Benzo(a)anth Benzo(a)pyrè Benzo(ghi)pe Chrysène Fluoranthène Naphtalène anthène anthène d)pyrène Pyrène µgkg µgkg racène µgkg ne µgkg rylène µgkg µgkg µgkg µgkg µgkg µgkg µgkg Ni veau N1 85 260 430 400 1700 200 380 600 1700 160 500 Ni veau N2 590 930 1015 900 5650 400 1590 2850 5650 1130 1500 2001 2006 2008 2010 5 29 43 50 57 25 31 62 55 3 47 2011 305 2420 2780 2430 1860 1100 2370 4890 2230 189 3040 2012 285 1610 1960 1650 2160 1000 1460 2850 1500 101 2600 Tableau n°8 : Evolution des teneurs en PCB et HAP (source : REPOM) PCB tx (209 Paramètre congénères) TBT (mg/kg) (mg/kg) Ni veau N1 0. Page 47 .31 88 325 159 63 2010 19.100 Ni veau N2 1.2 45 0. Globalement la qualité des sédiments portuaires est mauvaise et témoigne d’une forte contamination liée notamment aux activités de plaisance.39 81 386 212 93 1.97 0.5 71.0 2011 13.8 176.20 150.4 90 0.1 0.2 – QUALITE DES SEDIMENTS Dans le cadre du Réseau de surveillance des Ports Maritimes (REPOM).25 124 0.03 212. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact II.4 2012 17.03 0.800 200 552 180 74 / 2001 16.

des piézairs et du prélèvement d’air ambiant Source : INNOVADIA Dans le cadre du démantèlement des installations (réalisé en 2010). d’air du sol et d’eau qui ont permis de montrer : Page 48 .3. le cabinet INNOVADIA a réalisé un diagnostic environnemental (2009) et des analyses de sols.3 – QUALITE DES SOLS Dans l’emprise du projet on recense une parcelle qui a accueilli dans le passé un garage et une station service. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact II. Figure n°30 : Localisation des parcelles concernées par la pollution des sols Emprise du projet Parcelles concernées par la pollution des sols Figure n°31 : Localisation des sondages de sols.

Concernant les eaux la présence d’hydrocarbures C10-C40 faible dans les eaux superficielles en aval hydraulique immédiat du site imputable probablement à l’activité portuaire. INNOVADIA précise dans son plan de gestion (octobre 2010) : « Dans le cadre du réaménagement de la zone. Tableau n°9 : Résultats des analyses de sols Hydrocarbures C10-C40 et BTEX Au regard de cette première série d’investigation.  un plan de gestion des terres polluées.8 m de profondeur au droit de l’ancien séparateur à hydrocarbures et jusqu’à 3. la méthodologie recommande de traiter les sols dans les zones présentant les impacts les plus importants. un bâtiment sera construit dans la partie Sud-Ouest du site (zone non construite actuellement). A l’égard du projet. au droit des sols impactés par des hydrocarbures C10-C40. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Concernant les sols la présence de deux sources de pollutions a été identifiée: o une zone impactée par des hydrocarbures C10-C40. des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et des éléments traces métalliques en partie extérieure entre 0.1 et 3. à 0.0 m de profondeur à proximité du bras de chargement et de l’ancien réservoir semi-enterré. INNOVADIA a réalisé dans un second temps :  une Evaluation Quantitative des risques Sanitaires (EQRS) pour s’assurer de l’absence de risques par inhalation d’air.0 m de profondeur sous le bâtiment.0 m de profondeur à proximité du bras de chargement et de l’ancien réservoir semi-enterré. à 0. à savoir : Page 49 . … Toutefois.0 et 0. des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et des éléments traces métalliques entre 0.4 m au droit des anciens réservoirs aériens.4 m de profondeur au droit des anciens réservoirs aériens.0 et 0. o une zone impactée par des hydrocarbures C10-C40. La réalisation des investigations complémentaires ont mis en évidence un impact faible par des hydrocarbures dans l’air du sol dans la zone du futur bâtiment induisant des risques acceptables pour les futurs usagers du site. des hydrocarbures aromatiques monocycliques (BTEX) et des éléments traces métalliques entre 0.8 m de profondeur au droit de l’ancien séparateur à hydrocarbures et jusqu’à 3.

une géomembrane certifiée ASQUAL en PEHD d’au moins 2 mm d’épaisseur couplée à des géotextiles anti-poinçonnants devra être mise en place (avec des soudures étanches) sur et sous les sols impactés excavés.2 m de profondeur soit environ 50 m3. une gestion spécifique devra être mise en place. Ainsi. Ces trois techniques de gestion envisageables sont présentées ci-après avec leurs coûts. si des matériaux de cette zone sont excavés. chargement et traitement des terres en centre de traitement agréé sur le continent. en bordure de falaise. avantages et inconvénients : Tableau n°10 : Les trois techniques de gestion des sols pollués Source : INNOVADIA Page 50 .  au droit de l’ancien séparateur à hydrocarbures et l’aire de stationnement en béton sur 1.  Traitement biologique des terres les plus impactées dans une alvéole étanche sur site.  Stockage des terres polluées excavées pour les besoins du réaménagement (sous réserve de petites quantités) dans un andain étanche et pérenne dans le temps. dans le cadre des aménagements nécessaires à la création du « pôle mer ». De plus. sur site. Pour cela. trois solutions sont envisageables pour gérer les terres impactées :  Excavation des terres les plus impactées. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact  au droit des deux anciens réservoirs aériens localisés en bordure Nord-Ouest du site sur une épaisseur de 40 cm soit environ 40 m3 de terres.

par l’Association pour la Découverte du Monde Sous-marin (L’Hardy-Halos et Castric-Fey) (Annexe IV).1 – LE MILIEU BIOLOGIQUE TERRESTRE Les falaises en arrière du futur Pole Mer sont recouvertes d’une végétation très dense. Cet état des lieux doit cependant être modulé : certains estrans du secteur Locmaria-Port Mélite présentent une mosaïque de milieux dont la complexité est propice à une forte diversité biologique (Canado. On a ainsi recensé au cours de nos investigations sur le terrain le 11 avril. Ces habitats sont intéressants pour les oiseaux. du lierre. Ce type de végétation est globalement très commun et est en phase d’expansion sur les zones littorales de l’Ile.2 – LE MILIEU BIOLOGIQUE MARIN II. d’intérêt patrimonial ou halieutique (Castric-Fey. la flore algale de l’île de Groix est moyennement diversifiée. notamment les passereaux qui y trouve refuge pour s’alimenter et nicher.4 – LE MILIEU BIOLOGIQUE II. Au niveau floristique : 12 espèces remarquables par leur rareté et quatre espèces d’introduction récente ont été observées. dans le cadre de la détermination de ZNIEFF marines. La faune marine est très favorisée par la nature schisteuse de la roche qui multiplie les surfaces de fixation et procure de multiples abris aux petites espèces mobiles. Les faciès rencontrés baignent dans des eaux stratifiées (à thermocline estivale) et sont soumis à des courants faibles comparés à ceux de la côte nord de Bretagne. Elle comporte bon nombre d’espèces de caractère méridional. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact II.4. Elle comporte 12 espèces remarquables par leur rareté (Castric-Fey. 2003). » « Un inventaire de la faune et de la flore sur les fonds rocheux de l’île de Groix a été réalisé en 2001.1 –Généralités sur l’environnement marin de l’Ile D’après le DOCOB du site Natura 2000 Ile de Groix.4.2. Il s’agit d’un mélange de végétation rudérale et de végétation de falaises. 2001). Hors périmètre Natura 2000. assez éloignés Page 51 . les habitats étant globalement peu intriqués. une végétation de fourrés de pruneliers associée à des plantes de landes (ajoncs). « la partie marine de l’île de Groix apparaît comme relativement peu diversifiée. deux biotopes riches sont présents : les fonds de maërl. des ronces et des orties. Vue de la falaise au niveau du projet II. 2001). Avec 107 espèces et variétés.4.

localisés dans les anses sableuses de Quelhuit. Vers polychètes. » II. Bryozoaires. Faune mobile…). Mollusques sédentaires. Echiuriens. membre du comité de pilotage du réseau RHIZOMA (réseau d’observateur sous-marin en collaboration avec les Aires Marines Protégées). couvertes d’algues Dilsea carnosa. Au niveau faunistique : un certains nombres d’espèces rares ou remarquables ont été observées (Spongiaires. membre du comité de pilotage Natura 2000 Groix. membre de la commission régionale de biologie sous-marine de Bretagne Pays de Loire. Page 52 . Hydraires. et les herbiers de Zostères.2.2 –Relevé de la faune et de la flore au pied du Mole Nord-Est 6 Un relevé de la faune et de la flore a été réalisé en juin 2013 par Jean-Michel Crouzet au cours d’une plongée en bordure du Môle Nord-Est. Sur les surfaces 6 Jean michel Crouzet est responsable du club de plongée SUBAGREC. Nous présenterons ici les résultats de ces investigations : Figure n°32 : Cartographie des fonds marins à l’Ets du Môle Nord-Est Source : JM Cruzet. elle est composée de roches primaires de petites tailles. Port Melin et Port Tudy.4. Anthozoaires. Dellesseria sanguinea. Initiateur en biologie sous-marine au sein de la FFESSM. Petit enrochement (Pr) Cette partie qui longe la digue sur une largeur de 2 mètres descend jusqu’à 3 mètres. Crustacés sédentaires. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact de la côte nord de Groix. Juin 2013.

Asterina gibbosa. comme les algues comme Himantalia elongata. Leuconia nivea. Vue des blocs (source : JM Crouzet) La partie supérieure est recouverte d’algues comme Fucus serratus. Aplysilla rosea . Mais aussi de nombreuses espèces sciaphiles sur les parois verticales plutôt orientées sud des roches et les nombreuses fissures qui les parcourent. Anémonia viridis. Porcellana platycheles. l’échinoderme Echinus esculentus. Sargassum muticum. Zeugopterus punctatus. Laminaria digitata. Parablennius gattorugine. les poissons Lepadogaster Candollei. Dilsea carnosa. incliné à 45 degré qui servent de brise lame et de support à la digue. des éponges comme Guancha lacunosa . Page 53 . des échinodermes comme Ophiotrix fragilis. des bryozoaires comme Plagiocea patina. Cet enchevêtrement de blocs sert de protection à des poisssons comme Dicentratus labrax. Galeomma turtoni. Halidrys siliquosa. Amphylectus furcorum . Caryophylla smithii. Caryophilla smithii. Amphipholis squamata. des algues encroûtantes comme Lithophyllum incrustans.5 mètres de la surface pour le rocher dit Er rouzenn. Haliotis tuberculata. Vue de la zone de petit enrochement (Pr) Source : JM Crouzet Roche primaire (R) : Sont présent à la fois les espèces photophile sur les grandes surfaces de développement peu profondes et en pente douce. les cnidaires Corynactis viridis. Eupolymnia nebulosa . des ascidies comme Aplidium elegans. Psammechinus miliaris. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact inférieures des roches se trouvent des éponges comme Dysidea fragilis. Limaria hians. Tripterygion delaisi. Palaemons serratus et le poisson Zeugopterus regius . Pododesmus patelliformis . On y trouve le cnidaire Isozoanthus sulcatus . Fucus serratus. Gastroclodium ovatum la partie inférieure et les côtés sont couverte par le bryozoaire Cellepora pumicosa. Clavelina lepadiformis . Blocs soutien digue (Bs ) : Ce sont de gros blocs de ciment de 80cm de haut sur de 2 mètres de large et 3 de long. Elles constituent des barrières naturelle allant du fond jusqu’à la surface pour la principale et jusqu’à 1. des vers comme Harmothoe extenuata. Gobius cruentatus. des cnidaires comme Anthopleura ballii . des crustacés comme Verruca stroemia. des vers comme Prostheceraeus vittatus. Schizoporella unicornis . Anemonia viridis . Taurulus bubalis. Thorogobius ephippiatus et des mugilidae. des mollusques comme Diodora graeca (patelle).

Scolanthus callimorphus . Callionymus lyra. les mollusques Sépia officinalis. économique. Conclusion quant à la valeur écologique du site : La zone de l’herbier à Zostère est celle nécessitant une protection. Entelurus aequoreus . Gibbula cineraria. les mollusques Ansates pellucida. notamment beaucoup de juvéniles. Champs laminaire : Cl Il recouvre une partie très incliné de la roche primaire principale et du début du petit enrochement côté sud de la digue. Solea solea et Scophthalmus maximus . ainsi que de leurs fonctions de zone de reproduction et de nurserie. L’herbier est dit fractionné car des taches de sable le parsème et il est entouré par des dépôts d’Ulves. Les crustacés Maja brachydactyla et Pisa armata y sont fréquents ainsi que le bryozoaire Membranipora membranacea. Les espèces les plus remarquables sont le poisson Syngnathus acus. turbot. le mollusque Sepia officinalis Cette zone de Zostere marine couvre la zone se trouvant entre les 2 roches primaire principale. Vue de la zone de cailloutis (source : JM Crouzet) Cailloutis : C Ces petites roches éparses ce rencontrent autour de la zone de l’herbier et au pied des roches primaires isolés. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Herbier de zostère : Effectuer une liste exhaustive des espèces s’y rencontrant serait impossible. sont reconnus au niveau international et européen comme habitats remarquables en raison de leur grand intérêt écologique. Page 54 . le cnidaire Pechia cylindrica. On y rencontre aussi les poissons Mullus surmulatus. La zone du banc de sable (estran) est une zone où sont très fréquemment rencontrés des juvéniles de poissons plats (plie. Electra pilosa ainsi que l’hydraire Aglaophenia plumosa et l’ascidie Diplosoma spongiforme . Cette zone semble donc être une « nurserie » La zone des blocs d’enrochement au pied de la digue est une zone où se trouvent de nombreux ormeaux de toutes tailles. patrimonial. Elles sont recouvertes d’algues calcaires Lithophyllum incrustans source : JM Crouzet Sable : S Ce banc de sable est une nurserie à poisson plat dont Pleuronectes platessa . Son assimilation aux herbiers de posidonie la protège par la Directive habitats. Calliostoma zizyphinum. sole). le mollusque Nassarius reticulatus. Les herbiers de zostères. ainsi que par la Directive Cadre Eaux et les herbiers sont répertorié par la Convention OSPAR. Pomatoschistus pictus. Sépiola atlantica.

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact II.5.  La ZNIEFF de type 2 « Côte Est et Nord-Est de Locmaria à Port-Tudy ».  La ZNIEFF de type 2 « Côte Est et Nord-Est de Locmaria à Port-Tudy » référencée 530007906 Figure n°33 : Les ZNIEFF sur l’Ile de Groix Figure n°34 : Les ZNIEFF de type 2 dans l’environnement du projet ZNIEFF 2 « Côte Nord de Ineveli à Port Tudy » ZNIEFF 2 « Côte Est et Nord-Est de Locmaria à Port-Tudy Projet Page 55 . II.  Le site NATURA 2000 « Ile de Groix ».5 – LE PATRIMOINE NATUREL On recense dans l’environnement du projet plusieurs zones d’intérêt patrimonial telles que :  La ZNIEFF de type 2 « Côte Nord de Ineveli à Port Tudy ».1 – LES ZNIEFF Le projet est situé entre deux ZNIEFF de type 2 :  La ZNIEFF de type 2 « Côte Nord de Ineveli à Port Tudy » référencée 530007909.

pelouses et prairies.  Des côtes rocheuses et des falaises maritimes. Eboulis rocheux. L'extension du périmètre du site en 2008 a ainsi permis de prendre en considération des zones intertidales sableuses et surtout rocheuses (1110. Falaises maritimes. La ZNIEFF de type 2 « Côte Nord de Ineveli à Port Tudy » référencée 530007909.2 – NATURA 2000 II. fruticés. Steppes 1% Rochers intérieurs. pelouses et prairies. Dunes intérieures. Broussailles.5. Neige ou glace permanente 1% Landes. présente une surface de 109 hectares et comprend les habitats suivants :  Des landes.  Des côtes rocheuses et des falaises maritimes. II. Cette extension représente une part importante du plus vaste complexe d’habitats rocheux représentatifs de Sud Bretagne et de bancs de sable avec notamment la présence de maërl et de zones de zostères. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Peu d’informations sont disponibles sur ces deux ZNIEFF. Bras de Mer 95% Pelouses sèches. Plages de sables.1 – Présentation générale du site Natura 2000.1140 et 1170) présentant des modes d'exposition différents et représentatifs. On recense également la présence de dunes perchées à l'est (nord et sud de la pointe de la Croix).  Des cultures. Le Site d’Intérêt Communautaire « Ile de Groix » FR5300031 présente une surface totale de 28 300 hectares se répartissant comme suit :  776 ha terrestre. Recrus. La ZNIEFF 530007906 –« Côte Est et Nord-Est de Locmaria à Port-Tudy » présente une surface de 198 hectares et regroupe :  Des landes.  24 types de plantes et 5 types d’oiseaux. Phrygana 1% Galets.  Des dunes.2.  28 300 ha marin. fruticés. Ilots 1% Dunes. Le DOCOB du site Natura 2000 "Ile de Groix" a été validé en comité de pilotage en juillet 2004 et approuvé par arrêté préfectoral du 11 avril 2006. Machair 1 Le site est caractérisé par un plateau de schistes cristallins (intérêt minéralogique exceptionnel : réserve naturelle) bordé de falaises couronnées de landes littorales. Page 56 . Maquis et Garrigues. Tableau n°9 : Répartition des habitats sur le site Natura 2000 « Ile de Groix » Habitat Répartition Mer.5.

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix
Etude d’impact

Figure n°35 : Délimitation du site Natura 2000 dans l’environnement du projet

Prise d’eau de mer

Projet

Vulnérabilité du site :
 Le piétinement (fréquentation touristique) des hauts de plage, dunes fixées, et des landes littorales
provoque une rudéralisation de la flore littorale type.
 Dans la partie marine étendue les menaces d'impacts directs sont faibles, que ce soit par la pêche ou
les plaisanciers. Pour la zone de clapage des boues de dragage des ports lorientais, au nord ouest de
l'île, le suivi fin des impacts permettra d'orienter les solutions ou modalités pour que la conservation
en bon état du milieu marin soit assurée. Pour la plaisance, le bassin de navigation de Lorient est assez
important avec plus de 18000 bateaux immatriculés. Groix est une destination de prédilection avec
plusieurs ports d'accueil très visités en été (Port Tudy, Port St Nicolas, Locamaria) même si la Côte
Sauvage est moins accessible. Pour la pêche, essentiellement côtière, les bateaux proviennent pour
leur majorité, soit de Lorient, soit de Port-Tudy.

II.5.2.2 – Le Domaine terrestre
II.5.2.2.1- Les habitats terrestres d’intérêt communautaire

D’après la carte des habitats sur l’Ile extraite du DOCOB, on ne recense aucun habitat terrestre d’intérêt
communautaire dans l’environnement du projet.

Page 57

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix
Etude d’impact

Figure n° 36 : Les habitats d’intérêt communautaire

Projet

Page 58

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix
Etude d’impact

En 2012, TBM a réalisé un nouvel inventaire des habitats pour le compte de Lorient Agglomération. Cette
nouvelle expertise démontre l’absence d’habitat terrestre d’intérêt européen dans l’environnement du projet

Figure n°37 : Cartographie des habitats terrestres
Source : TBM, 2012

Projet

D’après cet inventaire, il apparaît que les falaises en arrière du projet sont constituées d’un habitat de type
« Végétation des ourlets, manteaux et fourrés atlantiques ».

II.5.2.2.2- Les espèces terrestres d’intérêt communautaire

D’après le DOCOB, on ne recense qu’une seule espèce d’intérêt communautaire sur le site Natura 2000 :
Rumex rupestris (Oseille des rochers)

Figure n°38 : L’Oseille des rochers
Source : DOCOB Ile de Groix

Page 59

1 – Les Habitats marins d’intérêt communautaire Figure n°39 : Cartographie des habitats benthiques Source : TBM. érodant par piétinement les falaises.12). 2012 Projet D’après cet inventaire. Les habitats d’intérêt communautaire abritant l’espèce sur l’île sont les « Falaises avec végétation des côtes atlantiques et baltiques ». Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact D’après le DOCOB.5.3. Cette espèce rare ne se rencontre qu’en populations faibles et toujours très localisées dont l’existence est parfois mise en péril par la surfréquentation touristique. » Aucun spécimen de Rumex rupestris n’a été inventoriée dans l’environnement du projet II.2.2. Elle est inféodée aux pans rocheux suintants des parties inférieures des falaises maritimes. Page 60 .5.3 – Le Domaine maritime II. L’eutrophisation des eaux de suintements et l’artificialisation du trait de côte peuvent également lui être néfastes. Cet habitat correspond à l’habitat référencé EUR 1110 (« Bancs de sable à faible couverture permanente d’eau marine »). il apparaît que le secteur maritime à l’Est de Port Tudy (au niveau de la future prise d’eau de mer) est constitué d’un habitat benthique du type « Sables grossiers et graviers sublittoraux marins Infralittoraux » (Code EUNIS : A5. « Rumex rupestris est une espèce hygrophile à halo-nitrophile nécessitant au minimum une aspersion par les embruns.

Au niveau faunistique : un certains nombres d’espèces rares ou remarquables ont été observées (Spongiaires. Hors périmètre Natura 2000. Echiuriens. Aucune dégradation significative n’a été observée sur cet habitat sur le site.5. II. par l’Association pour la Découverte du Monde Sous-marin (L’Hardy-Halos et Castric-Fey) (Annexe IV). et les herbiers de Zostères. assez éloignés de la côte nord de Groix. Mollusques sédentaires. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact D’après le DOCOB.2. Anthozoaires. Hydraires. localisés dans les anses sableuses de Quelhuit. Faune mobile…). Port Melin et Port Tudy.2 – Les espèces marines d’intérêt communautaire D’après le DOCOB : « Un inventaire de la faune et de la flore sur les fonds rocheux de l’île de Groix a été réalisé en 2001. Crustacés sédentaires. deux biotopes riches sont présents : les fonds de maërl. Vers polychètes. Au niveau floristique : 12 espèces remarquables par leur rareté et quatre espèces d’introduction récente ont été observées. Bryozoaires. il s’agit d’un habitat assez commun localisé au niveau des étages infralittoraux des milieux ouverts soumis à un fort hydrodynamisme. » Page 61 .3. dans le cadre de la détermination de ZNIEFF marines.

On recense sur le secteur de Port-Tudy un site recensé au titre du patrimoine archéologique. aucun élément du petit patrimoine n’a été recensé par le PLU approuvé le 17 octobre 2006 dans l’environnement du projet.6 . Ce site présente un degré de protection 1. Page 62 . Il s’agit d’un gisement de surface datant du IIème siècle après JC sur la parcelle AD87. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact 2.PATRIMOINE CULTUREL ET HISTORIQUE Les parcelles concernées par le projet ne sont situées à l’intérieur d’aucun périmètre de protection des monuments historiques inscrits ou classés. Figure n°40 : Localisation du site recensé à l’inventaire du patrimoine archéologique Projet Site archéologique Enfin.

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix
Etude d’impact

II.7 – L’ENVIRONNEMENT HUMAIN
2.7.1 – PRESENTATION DU PORT
PORT-TUDY, Port départementale concédé à la commune de Groix constitue le « pôle d’échange » de l’île avec
le continent d’une part, et regroupe des fonctions et services nécessaires à la vie de l’autre part.

Port multifonctions, son domaine portuaire maritime et son environnement proche accueillent l’ensemble des
activités de :
 Transport de passagers (piétons, cycles, véhicules légers et poids lourds),
 Transport de marchandises (transbordeur de service public et caboteur privés),
 Pêche professionnelle, ostréiculture et conchyliculture et leurs équipements annexes,
 Plaisance de type pêche locale et plaisance de tourisme avec leurs équipements annexes,
 Bâtiments portuaires (gare maritime, capitainerie, sanitaires, etc.)
 Bâtiments d’activités commerciales, artisanales et touristiques (location de cycles et véhicules, hôtels,
cafés, restaurants),
 Bâtiments publics (office de tourisme, écomusée, gendarmerie).

Figure n°41 : Plan des installations portuaire et des limites de la concession

Limites de la concession
portuaire

Projet

Page 63

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix
Etude d’impact

Le plan d’eau du port de décompose en trois bassins :
 L’Avant-Port. Ce bassin en eau profonde constitue l’entrée du port orientée à l’Est ; sa partie la plus
proche de l’entrée est réservée aux liaisons maritimes : point d’accostage sur la cale Guyot et plan
d’eau technique de manœuvre des rouliers.
Sa partie Ouest est aménagée en zone de mouillages afin d’accueillir les unités de plaisance en escale,
soit 147 postes dont 100 réservés au passage.
 Le bassin Est. Ce bassin également en eau profonde est protégé par le môle Nord-Est, abrite différents
usages :
o Amarrages des professionnels (pêcheurs et ostréiculteurs) sur les pointons le long du môle
Nord-Est,
o Amarrage plaisance : résidents et visiteurs sur pontons et catways guidés sur pieux.
o Gril d’échouage pour entretien des navires ;
o Trafic frêt pondéreux sur la cale adossée.
Les fonds varient entre -3.00 CM et -1.00 CM puis estran en partie Sud où des mouillages à l’échouage
sont organisés. La plaisance occupe 110 places d’amarrage principalement sur ponton et catways
guidés sur pieux
 Le bassin à flot, le plus ancien est réservé à la plaisance résidente ; son accès est contraint par la marée
(porte mobile), trois pannées guidées sur chaînes assurent l’amarrage de 110 unités plaisances.

II.7.2 – USAGES ET ACTIVITES
II.7.2.1 - Les activités socio-économiques dans l’environnement du port

Les activités présentes dans l’environnement du port peuvent se répartir en deux catégories :
 Activités en lien avec le nautisme et le milieu maritime,
 Activités commerciales liées à l’activité touristique : loueurs, bars, restaurants, hôtels et divers
commerces.

Dans l’emprise du projet du Pole mer, on recense :
 L’entreprise Haliotis spécialisé dans l’élevage d’ormeaux dont le bâtiment sera intégré dans le futur
projet,
 Le bâtiment de la glacière qui est utilisé par les pêcheurs,
 Le bâtiment de l’ancien garage auto,
 Le bâtiment de l’ancienne station service.

Page 64

Gare maritime

Page 65
Planète Pêche
(articles de pêche)
Figure n°42 : Les activités socio-économiques dans l’environnement du port
Etude d’impact

Haliotis (élevage
Bâtiment à
d’ormeaux)
détruire

Réparation
Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix

entretien bateaux

Ecomusée
Gîtes
Bar Hôtel

3 campings et près de 135 location meublées.4 – Le transport de fret et de passagers La Compagnie Océane effectue les navettes entre Lorient et l’île à l’aide de deux navires pouvant transporter 440 et 450 passagers ainsi que 20 et 24 voitures.2. A l’étage. De plus. Lav fréquentation touristique concerne la quasi-totalité de l’Ile et se concentre plus particulièrement sur le bourg et les espaces littoraux. 2 hébergements collectifs. le Vivier des Côtiers et l’Ostréiculteur. La traversée est réalisée en 50 minutes.2. le bâtiment est utilisé par l’ostréiculteur de l’Ile. Celle-ci assure également une activité de mareyage de coquillages et crustacés. II. Giboire-ARIA Ingénierie.7. On recense 6 hôtels. II. 17 chambres d’hôtes.Les activités socio-économiques dans l’emprise du projet Figure n°43 : Les bâtiments dans l’état actuel dans l’emprise du projet Source : A. Une partie du bâtiment est également accueille également l’établissement des « Viviers des Côtiers » qui propose à la vente des produits de la pêche de l’Ile. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact II. 2011).7.3 – L’activité touristique Le tourisme constitue l’une des principales activités de l’Ile comme en témoigne la prolifération des maisons secondaires : 1165 résidences secondaires pour 1156 résidences principales (INSEE. 2011 Projet Dans l’emprise du projet.2. 2000 personnes viennent séjourner régulièrement sur l’Ile à la journée. le port constitue la porte d’entrée sur l’Ile. En ce qui concerne Port-Tudy.  Le local garage qui abritait une activité de réparation automobile.  Le terrain de l’ancienne station essence dont les installations ont été démantelées. La citerne béton de 50 m3 en arrière du bâtiment est aujourd’hui utilisée par Haliotis. La compagnie réalise entre 5 et 6 rotations par jour hors saison estivale et jusqu’à 10 rotations en saison. La capacité d’accueil touristique marchant est évaluée à 2203 personnes et la population des résidences secondaires est estimée à 3600 personnes. on recense :  La glacière abrite en rez de chaussée la zone de stockage des matériels des sept pêcheurs de Port- Tudy ainsi que la machine à glace utilisée par tous les professionnels. Les rotations commencent Page 66 .2.  Le Bâtiment des Ormeaux abrite les activités d’élevage d’ormeaux de l’entreprise Haliotis.7.

8 . II. le casier et les filets. le mytiliculteur a le projet de réaliser un bassin pour purifier les coquillages dans le cadre du projet Pole Mer. II.2. la débarque de poissons se concentre sur les infrastructures du port de pêche de Lorient. est fréquenté par l’école de Plongée (école qui sera intégrée dans les locaux du PAM). Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact à augmenter à partir de Pâques pour atteindre un maximum en juillet et août. Les principales méthodes de pêche sont la palangre.7.1 – Emprise foncière Figure n°44 : Emprise foncière du projet Les parcelles concernées par le projet sont :  000 AD 74 pour une contenance de793 mètres carrés  000 AD 75 pour une contenance de 404 mètres carrés  000 AD 76 pour une contenance de 166 mètres carrés Page 67 .2. Dans le cadre de son activité.7.7.2. au large de Port Tudy représentant une superficie totale de 4. Sa production est d’environ 100 tonnes.3.3 – URBANISME 2.Plongée sous-marine Le plan d’eau.6 – Conchyliculture On recense la présence d’un mytiliculteur qui exploite trois concessions en pleine mer.7.2. II.7. Les courriers débarquent leurs passagers et marchandises sur la cale Yves Guyot.5 – La pêche professionnelle Groix était autrefois réputée pour le nombre de ses thoniers. 2. II. Aujourd’hui. Il ne reste aujourd’hui à Port Tudy que 7 bateaux de pêche professionnelle.5 hectares.7 – Pêche à pied On ne recense aucune activité de pêche à pied dans l’environnement du projet. à l’Est du Môle Nord-Est.7.

4 – ACCES / CIRCULATION La configuration des lieux ne permet qu’un seul point d’accès au site portuaire : angle Sud Ouest du port.3. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact 2. le site sur lequel le Pole Mer sera aménagé est classé en zone Ue destinée aux « activités. L’ensemble du linéaire de quai du quai Suet relève du domaine public maritime. Page 68 . Figure n°45 : Extrait du PLU de Groix 2.7.2– Le Plan Local d’Urbanisme D’après le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de la commune de Groix approuvé par délibération municipale du 17 octobre 2006.7. La compatibilité du projet avec le SCOT est étudiée au chapitre IX. installations et équipements portuaires nécessaires au bon fonctionnement du port ».3.3 – Le SCOT du Pays de Lorient L’Ile de Groix se situe dans le périmètre du Schéma de Cohérence Territoriale du Pays de Lorient approuvé par le comité du 18 décembre 2006. 2. point de convergence de la rue Général de Gaulle et de la rue François Stephan.7. Le site portuaire forme ainsi un espace fermé pour cette partie du port.

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Figure n°46 : Schéma des accès/circulation dans l’emprise du projet Source : Territorial Consultants 2011 2. locaux commerciaux aux couleurs vives et bars restaurants… Au second plan.7.7. bâtiments d’avant-guerre dont l’état général est plutôt délabré. Le secteur du quai Suet sur lequel s’implantera le Pôle Mer est caractérisé par une succession de hangars. Port-Tudy est relativement caractéristique des ports bretons avec une urbanisation hétéroclite en bord de quai constituée de hangars en plus ou moins en bon état.6 – POINT DE VUE . PAYSAGE D’un point de vue paysager. Plus à l’Ouest et toujours Page 69 . Dans l’emprise du projet.5 – L’ENVIRONNEMENT SONORE L’environnement sonore du secteur d’étude est caractérisé par les émissions sonores des activités portuaires (bateaux) et la circulation automobile. L’extrémité Est du quai correspondant à l’emprise du projet de Pôle Mer est constituée de la glacière et du bâtiment Haliotis. à l’extrémité du port l’ambiance sonore est essentiellement caractérisée par les activités portuaires. les falaises laissent apparaître ici et là des maisons individuelles construites sur le plateau. 2.

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact dans l’emprise du projet. le bâtiment de l’ancien garage est également très délabré avec une peinture jaunissante. Vue du Quai Suet depuis la Cale Guyot Vue de la glacière Vue du bâtiment Haliotis Ancien garage AUTO Page 70 .

alliant réussite économique et préservation des finances publiques. et des équipements mutualisés tels que le local machine à glace. Le nouveau bâtiment permet en effet l’accueil des box des pêcheurs. A partir de ces études. de l’atelier de réparation de filets. locaux de stockage et de rangement…) ainsi qu’un espace de travail mutualisé. Les objectifs du projet sont multiples  réaliser un équipement en vue de maintenir et développer la pêche côtière et l’aquaculture. Les thèmes de la sécurité en mer. la commune a décidé de poursuivre son action en se faisant assister pour élaborer un programme de réalisation de son projet désormais désigné « Pôle Activités Mer » ou PAM.1 – GENESE ET OBJECTIFS DU PROJET Le Conseil Général du Morbihan et Lorient agglomération ont conduit plusieurs études afin de proposer un nouvel aménagement de Port Tudy et plus particulièrement du quai Suet en réponse aux besoins et attentes des professionnels de la mer tout en préservant la cohérence des activités portuaires. L’espace de ce nouveau bâtiment est modulable en fonction des besoins des pêcheurs et permettant leur adaptation pour l’extension des nouvelles activités. l’étude de faisabilité de Lorient agglomération a proposé une première ébauche du réaménagement du quai Suet. souhaite également mettre à disposition des professionnels les équipements spécifiques communs nécessaires aux activités :  Chambres froides.  définir un mode de gestion du « pôle Mer ». le Plan Aménagement et de Développement Durable (PADD du Plan local d’urbanisme a mis en évidence le cercle vertueux que constituent le développement des activités primaires et d’un tourisme respectueux d’un environnement fragile. fonctionnels permettant d’héberger les activités existantes et futures liées à ce secteur d’activité (atelier. La commune de Groix. l’étude du Conseil Général a conclu à la nécessité de rationnaliser l’espace portuaire. de la valorisation des produits de la mer y trouveront toute leur place. En 2007-2008.  mutualiser des espaces et des moyens indispensables à ces professions. qui constituent un volet de l’économie primaire de l’île. dans le cadre du PAM.  Réseau de distribution en eau de mer des différents ateliers  Réseau d’évacuation des eaux et traitement avant rejet dans le milieu naturel. En 2009-2010. de la pêche durable. Page 71 . la commune de Groix a décidé de mettre à disposition des professionnels de la pêche et de l’aquaculture de Groix. En 2006.2 – LES GRANDS PRINCIPES D’AMENAGEMENT En continuité des mesures prises au cours du précédent mandat municipal pour soutenir la profession. local d’exploitation et de formation équipés.  Approvisionnement en continu d’eau de mer filtrée et désinfectée. un ensemble de bâtiments neufs. III. la chambre froide et l’espace de travail mutualisé du groupement. La cohérence de l’aménagement du PAM résulte de la complémentarité de trois entités réunies : 1 – Pêche Le Centre Logistique de débarque regroupera les locaux nécessaires au développement de la pêche. machine à Glace …  Viviers communs de crustacés destinés aux pêcheurs  Une prise d’eau de mer. dans le cadre du PAM. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact III – PRESENTATION DU PROJET III.

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Un abri couvert pour espace de travail des engins de pêche viendra compléter ces installations pour permettre le stockage des apparaux de pêche. la construction neuve offre la possibilité d’accueillir les activités à terre de l’activité mytilicole. 2 – Aquaculture En lien avec l’actuel bâtiment d’élevage d’ormeaux. et les installations de la micro-nurserie ostréicole. La proximité d’aménagements et équipements dédiés renforce cet ensemble. Enfin. Figure n° 47 : Les grands principes d’aménagement du PAM Page 72 . L’espace de vente directe des produits de la mer est facilement accessible par les clients en entrée du PAM. le PAM accueillera les locaux du club de Plongée. 3 – Espace mutualisé Le Hall d’entrée. permettra au public de découvrir les produits et activités du PAM. Ce bâtiment « Espace mutualisé » pourra être utilisé pour la présentation d’opérations de communication particulières et s’étendre en extérieur en période estivale pour la présentation et la vente des produits de la pêche. Il est commun à l’ensemble des professionnels et directement relié au local dédié à l’accueil des viviers. Aménagé en espaces modulables. ce bâtiment pourra accueillir de nouveaux pêcheurs ou répondre au besoin de surfaces supplémentaires des pêcheurs de l’Ile.

LE PROJET : Après démolition des bâtiments « Glacière » et garage. Ces menuiseries sont aux couleurs des bateaux de pêche. Il n’y aura pas de plantations. Les aires de stationnements reprendront la disposition existante avec un nouveau marquage au sol. Prévu sur 2 niveaux il accueille le mytiliculteur au rez-de- chaussée et l’ostréiculteur à l’étage (élevage de naissains). un bâtiment regroupant un espace mutualisé pour les pêcheurs (salle de réunion. Page 73 .3. Pour l’ensemble de ces bâtiments le bardage vertical est traité en douglas naturel. par la simplicité des volumes et l’aspect rustique des vêtures.1 – NOTE ARCHITECTURALE ET PAYSAGERE PRESENTATION : Le projet regroupant les activités maritime du port Tudy à Groix est réparti sur 4 bâtiments regroupés autour du bâtiment Groix Haliotis à l’Est du port Tudy à proximité du môle Est utilisé principalement par les professionnels de la pêche.3 – PRESENTATION DE L’AVANT-PROJET La présentation de l’avant projet est tirée des études de l’équipe de Maîtrise d’œuvre du PAM (mandataire Maîtrise d’œuvre / Architecte : MENGUY ARCHITECTES). chaque bâtiment aura sa propre couleur. Cette allée est éclairée naturellement par un décroché dans la toiture à l’instar de la ventilation naturelle du bâtiment des ormeaux. les menuiseries extérieures sont en aluminium laqué. dans le prolongement du quai vers l’Ouest. Ces bâtiments. coquillages et crustacés) est à l’Est du site à proximité de l’accès au môle. Le bâtiment regroupant les activités de pêche (6-7 pêcheurs : poissons. À l’arrière. contenant étals. Ces matériaux sont sélectionnés pour leur pérennité dans le temps et le peu d’entretien nécessaire. les activités de pêche sont regroupées par type d’activités dans 3 bâtiments en ossature et vêture bois. une réserve de surface de bureaux à l’étage est prévue et le stockage de l’équipement de pêche prend place au rez-de-chaussée. cependant un marquage au sol par pavage et un cheminement marqué par des potelets permettra de canaliser et de protéger les flux piétonniers en saison estivale. Enfin. évoquent les villages de pêcheurs de la côte atlantique. La nouvelle réserve d’eau de mer prend place entre ce bâtiment et la falaise. d’exposition…) et un espace de vente directe pour les professionnels. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact III. à l’Ouest du bâtiment des ormeaux (HALIOTIS). Ce dernier bâtiment est de même gabarit que les commerces existants. III. Le bâtiment regroupant les activités d’aquaculture (mytiliculture et ostréiculture) est en jonction du bâtiment pêche et du bâtiment des ormeaux (HALIOTIS). les toitures sont en bac acier laqué couleur ardoise et prévus pour un milieu salin. viviers et chambre froide. Il est en simple rez-de-chaussée mais comporte une allée centrale permettant un passage de véhicule d’au moins 3 mètres de haut. Les espaces libres devant les bâtiments seront laissés auront une finition brute en raison de l’activité.

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Figure n°48 : Insertion paysagère du projet Source : MENGUY ARCHITECTES PECHE AQUACULTURE HALIOTIS ESPACE PLONGEE MUTUALISE Figure n°49 : Plan masse du PAM Page 74 .

AQUACULTURE 133 Vivier / expédition mytiliculture 84 Salle d'élevage larvaire 17 micro-nurserie 12 Salles algues + labo 15 salle de conditionnement des géniteurs 5 Circulations 30% 14 3 . Tableau n°10 : Répartition des surfaces à l’intérieur de l’opération Source : MENGUY ARCHITECTES SURFACE ACTIVITES FONCTIONS AVP 1 .5 stockage viviers 26 local technique pompage 9.2 – REPARTITION DES SURFACES A L’INTERIEUR DE L’OPERATION Les surfaces qui suivent correspondent aux surfaces des nouveaux bâtiments qui seront construits (hors HALIOTIS).3 – PLANNING Le planning de réalisation des travaux s’étend sur une durée de 14 mois :  De M0 à M+2 : Démolition des bâtiments y compris instruction du Plan de retrait de l’amiante.7 Vestiaires-Sanitaires 8.5 III.2 Viviers 42 Local d’exploitation 30 Espace de vente 10 Hall 4.  De M+2 à M+12 : construction des bâtiments Pêche.5 4 LOCAL CLUB PLONGEE  Local p TOTAL 4 87 TOTAL PAM + PLONGEE 752. La date de début du chantier dépendra de la durée des procédures administratives d’autorisation.PECHE Centre logistique de débarque 427.3. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact III.5 Circulations 30% 0 Total Général PAM (1+2+3) 655.3 Chambre froide 20 Espace de travail mutualisé 11 Réparation filets 18 Local pesée 6 Local Déchets 5 Tableau Général Basse Tension 3 Vestiaires-Sanitaires 13 Abri espace engins de pêche 70.ESPACE MUTUALISE 95.3.5 Circulations 30% 95 2 .3 Stockage (Box pêcheurs) 144 Local Machine à glace 6. Page 75 . Aquaculture et Club de Plongée.  De M+10 à M+14 : construction du Local mutualisé et de l’Espace de vente.

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact III. Ce coût intègre les travaux d’aménagement de la prise d’eau jusqu’à la distribution en passant par le traitement de l’eau de mer brut.3.4 – MONTANT PREVISIONNEL DES TRAVAUX Tableau n°11 : Montant prévisionnel des travaux Source : MENGUY ARCHITECTES Le poste 11 présente au final un coût de 147 000 € au lieu de 49 000 €. Page 76 .

4.4 – PRESENTATION DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES DU PAM III.2 – L’ECLOSERIE D’HUITRES Les espèces d’huitres qui seront élevées dans l’écloserie seront des espèces traditionnellement élevées dans la région : crassostrea gigas diploïdes et ostrea edulis.Une ensacheuse.1 – LA PRODUCTION DE MOULES Présentation de l’activité : Le mytiliculteur a une production de moules sur corde sur la concession située à l’Ouest de Port-Tudy d’environ 80 à 110 tonnes par an avec un potentiel de 150 tonnes. La biomasse animale maximale dans l’écloserie sera de 200 grammes (en matière sèche et hors poids des coquilles). par une succession de chocs thermiques.  A terre où les caisses palettes seront entreposées sous un système de douches permettant d’arroser les moules d’eau de mer filtrée et désinfectée. Brosseuse Débyssusseuse Ensacheuse III. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact III. Le conditionnement est assuré en caisse palette. . Ponte et élevage larvaire Les huîtres (géniteurs) qui seront utilisées pour la production des larves en écloseries seront nourries et maintenues à environ 20°C pendant une période de 4 à 8 semaines pour arriver à l’état de maturation nécessaire. soit des ovules Page 77 . Ce dispositif permettra d’une part de stocker les moules à terre avant leur commercialisation et. d’autre part d’assurer la purification (24 heures) de celles-ci en cas de déclassement de la zone de production de coquillages en catégorie B. La technique utilisée pour l'obtention des gamètes mâles et des gamètes femelles consiste à provoquer la ponte. Le traitement et le conditionnement des moules seront ensuite assurés par : 3 . Le dégrapage et le calibrage des moules sont ensuite réalisés à bord du bateau-atelier. Process de traitement : L’activité de production a lieu :  En mer où les moules grossissent sur les cordes. .4. Elles proviennent de stocks sauvages situés dans la région de l'éleveur final.Une brosseuse : 500 à 700 kg de moules par heure avec un besoin en eau de 12 m /h.Une Débyssusseuse qui permet d’enlever tout le byssus des moules sans les blesser : 500 à 700 kg/h avec un besoin en eau de 8 m3/h. Chaque géniteur est ainsi placé dans un récipient de manière à récupérer soit du sperme.

Lorsque la taille de la larve atteint 250 à 300 µm. La nourriture est constituée d'algues phytoplanctoniques ( Isochrysis sp. L’installation projetée comportera 36 tamis répartis en 4 raceways de 200 litres chacun. apparaît une larve trochophore dépourvue de coquille. Celle-ci est suffisamment fine (<300 µm) pour qu'une seule larve puisse s'y fixer. L’eau sera entièrement renouvelée toutes les heures. sont retenues sur un tamis de 250 µm. permet de limiter très sensiblement ces opérations. Page 78 . pouvant contenir chacun un million de larves Fixation et pré-grossissement Vers la 3ème semaine d'élevage larvaire. puis transférées dans des bacs en micronurserie. Elles sont placées dans des tamis au fond desquels a été déposée de la microbrisure de coquilles d'huîtres. Un contrôle quotidien au microscope permet de suivre l'état des larves. en flux ouvert. du sperme est ajouté aux ovules. prêtes à la métamorphose. La larve oeillée développe un "géotropisme positif" qui va l’inciter à rechercher un support sur le fond pour se fixer. La température de l'eau de mer est comprise entre 22 et 28°C.. les larves pédivéligères. Puis se forme en 24 heures environ une coquille composée de deux valves égales pour donner une larve appelée larve D. les embryons sont mis dans un ou plusieurs bacs d'élevage larvaire. puis 30 à 45 minutes après la fécondation. Figure n°50 : Vue de bacs larvaires de 10 litres.. L’installation projetée comportera 20 bacs larvaires de 10 litres. où de l’eau de mer enrichie en phytoplancton est apportée en continu. On parle alors de larve oeillée ou pédivéligère. Six à huit heures après la fécondation. La technique dite en flux ouvert. un pied se développe ainsi qu’un organe photosensible formant une tâche noire. Cette larve véligère va évoluer pendant environ 2 à 3 semaines selon la température d'élevage et la qualité et quantité de phytoplancton apporté : la charnière et le crochet apparaissent vers le huitième jour alors que la larve mesure en moyenne 130 à 160 µm. Skeletonema marinoï) cultivées à l'écloserie. en flux ouvert. dispose d’un velum qui lui permet de se déplacer et de se nourrir d’algues phytoplanctoniques de petite taille (3 à 4 µm). Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Après obtention des gamètes. Chaetoceros sp. Cette larve planctonique d’environ 60 µm.

Ces algues sont naturellement présentes dans le milieu marin. et enrichie en algues phytoplanctoniques ( Skelotenema marinoï ou un mélange Isochrysis sp + Chaetoceros sp). Il est précisé que durant toutes ces opérations il ne sera fait usage d'aucun antibiotique ou traitement pharmaceutique. Production de phytoplancton. Page 79 . Le naissain est généralement transféré en nurserie après une période de 3 à 4 semaines en micronurserie. L'eau de mer est renouvelée en continu et quelques jours après la mise en fixation. Une semaine avant le transfert du naissain en nurserie. la larve d'huître prend alors le nom de naissain. L'eau de mer des bacs de la micronurserie est chauffée (20-25°C). en petit volume et circulation rapide. Le naissain atteint alors une taille comprise entre 800 µm et 2 mm. Celui ci est alors transféré dans un système à flux ascendant. la température de l'eau de mer est progressivement abaissée pour atteindre celle de l'eau de mer extérieure. la microbrisure inutilisée est éliminée par tamisage afin de ne conserver que le naissain. naissains et géniteurs seront nourris avec des microalgues et plus précisément avec des flagellées (Isochrysis) et des diatomées (Chaetoceros gracili). Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Figure n°51 : Vue des tamis de fixation Cette phase de fixation dure environ 1 semaine . algues fourrage des bivalves : A toutes les étapes du processus les larves.

Rejet L’installation rejettera environ 10 à 15 m3/j d’eau de mer dans le bassin portuaire. Calcul de l'excrétion d'azote par crassostrea gigas (buzin. Ces contenants sont tous préalablement pasteurisés. D’après M. injecté avec l'air. Elle passera ensuite dans deux réacteurs successifs à UV. Production en continu en réacteur Production sen batch Traitement de l’eau entrante : En complément du traitement réalisé à l’aval de la prise d’eau. futur exploitant de l’installation : La biomasse animale totale présente dans l'écloserie est au maximum de 200 grammes de matière sèche. Corraza. La consommation de phytoplancton sera au maximum de 60 g de matière sèche par jour. dilué dans 15 m3. ainsi qu'une ultrafiltation. these de doctorat 2011 université de Nantes .8µmol /h/gr de ms . La consommation d'algues représente au maximum 60 g de matiere sèche .8*24=3840µmol d'azote. un traitement spécifique sera réalisé à l’entrée de l’installation. Pour une idée plus concrète.044*temperature-[0. L’eau sera ainsi filtrée sur des cartouches à 1 micron. afin d'obtenir une eau quasi stérile . Les milieux seront composés d’eau de mer. Il est envisagé par sécurité d'ajouter à ce système un filtre à charbon actif en cas de pollution due à des pesticides. Soit un total de 200*0. La source de carbone est le CO2. Désinfection et nettoyage des installations : Page 80 . Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Le phytoplancton sera produit en batch dans des cylindres de culture (6*220 l) ou en continu dans des réacteurs (4*100 l).207/(niveau d'alimentation exp0. rendant les UV inutiles.433)] (niv d'alimentation en mg de carbone par litre de milieu). Soit au maximum 0.Yuze Mao 2005) : azote total excrété en µmol/h/gr ms = 0. de solution de conway (sels minéraux et vitamines) et de silice (uniquement pour les diatomées). Les besoins en eau de mer seront de 10 à 15 m3/j. cela représente moins que les déjections d'un poisson de 1 kilogramme. en période de pluie.

 Désinfection par rampes à UV. Stockage et commercialisation d’huîtres et crustacés. Nous présenterons ici succinctement les installations et activités de l’entreprise. Il n’est pas prévu d’utiliser de produits chimiques pour assurer le nettoyage des viviers.  Traitement des MES et matières organiques par un écumeur (appelé également skimmer ou flottateur à eau pressurisée). bulots. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Les seuls produits utilisés pour le nettoyage et la désinfection des installations seront l'acide peracétique7 (vulgairement vinaigre blanc + eau oxygénée) et l'acide chlorhydrique. Les coquillages et crustacés pourront ainsi être stockés dans 14 caisses palettes (500 l) plastique faisant office de vivier.). Il s’agit de viviers destinés au stockage de crustacés (crabes. II. Les besoins en eaux de mer sont de deux renouvellements en eau par jour.4. l’activité restera inchangé par rapport à aujourd’hui. La seule différence réside dans la prise d’eau. Page 81 .4 – LA PRODUCTION D’ORMEAUX / HALIOTIS La société Haliotis aujourd’hui présente sur le site dispose d’un agrément de commercialisation des coquillages produits et stockés sur site. etc. Il est un excellent bactéricide et sporicide contre les bactéries. stockage et commercialisation d’ormeaux. mycobactéries. praires. araignées. Les eaux de nettoyage contenant de l’acide chlorhydrique seront neutralisées avant évacuation par du carbonate de sodium. L’actuelle prise d’eau dont se sert l’entreprise sera abandonnée. Production d’ormeaux : 7 L'acide peracétique ou acide peroxyacétique (formule chimique: C2H4O3) est un acide utilisé dans l'industrie agroalimentaire ou médicale comme désinfectant ou stérilisant à froid. le futur bâtiment abritera les viviers des 6 à 7 pêcheurs débarquant leur pêche sur l’île. Les eaux subissent le traitement suivant :  Filtration au moyen d’un filtre rotatif 60 µm. 2. soit 14 m3/jour. L'acide peracétique se décompose dans l’eau de mer en quelques heures en oxygène et carbonates. Demain. II.4. Cette installation est alimentée en eau par un circuit fermé. etc. homards) et de coquillages (palourdes. Haliotis a aujourd’hui deux activités : 1. au maximum. la réaction produisant du chlorure de sodium (le sel de mer). Stockage d’huîtres et de crustacés : La première activité est assurée par l’usage. champignons. Production. bigorneaux. La nouvelle prévue dans le présent projet alimentera également les installations de l’entreprise Haliotis.3 – LES VIVIERS DES PECHEURS Outre les activités de stockage du matériel de pêche. de 15 caisses palette plastique d’une contenance individuelle de 600 litres faisant office de vivier. Le nettoyage des viviers sera réalisé à la brosse et au nettoyeur à haute pression.

Page 82 . L’alimentation des ormeaux est constitué d’algues rouges (Palmeria palmeta) et d’algues brunes pêchées sur sur l’estran de l’île. Cette prise d’eau de mer est équipée d’une pompe immergé qui refoule l’eau de mer dans une fosse de stockage primaire de 50 m3 à l’intérieur de laquelle un dessablage est assuré. L’écume récupérée sur les écumeurs et les refus des filtres rotatifs sont envoyés dans une fosse de stockage réservée à cet usage et vidangée régulièrement (200 kg/an). L’eau est ensuite envoyée dans les bassins de production. : 100 kg/semaine. Le nettoyage des installations est réalisé par utilisation d’eau de javel et d’éthanol. L’eau est ensuite envoyée dans une cuve tampon de 10 m3. La vente d’ormeaux est de 5 tonnes par an alors que la mortalité est de 3 tonnes par an. Gestion des eaux : L’entreprise Haliotis dispose d’une prise d’eau située à quelques mètres de la future prise d’eau de mer du PAM. L’eau est ensuite filtrée (filtre rotatif 60 µm). soit un apport d’eau de 20 m3 par semaine. puis désinfectée au travers de rampes UV puis est envoyé dans un écrémeur (skimmer) qui piège les matières en suspension et la matière organique colloïdale. Les pertes en eau sont de 10% par semaine. Au total 200 m3 d’eau circule dans l’installation en circuit fermé. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact La production d’ormeaux commence par l’achat de jeunes ormeaux de 2 cm qui sont élevés dans 200 bassins d’une contenance de 700 litres jusqu’à atteindre l’âge de trois ans et une taille de 7 cm.

Les tuyauteries seront posées sous le quai.00 ml et hauteur 1.00ml à environ 2ml à l'est de la jetée. Le tampon de fermeture de la buse sera constitué d'une grille en fils inox ø2mm formant une maille de 10mm. contre le môle. ép 20cm) et muni d'anneaux de levage en inox pour permettre la mise en eau ou à l'air. côté port.5.20x1. Un pompage est effectué pour rincer le tube avant chaque mise en service Figure n°52 : Positionnement de la prise d’eau de mer et de la conduite d’aspiration : Prise d’eau de mer projetée : Conduite d’aspiration : Ancienne prise d’eau de mer (Haliotis) Page 83 .50. 2 tuyauteries sont nécessaires pour lutter contre l'envahissement par les micro- organismes et mollusques (la vitesse de l'eau dans le tube n'est pas suffisante pour les entraîner). Un tube est en service pendant que l'autre est isolé. La buse sera scellée sur un radier béton (dim 1. La mise en œuvre de ces tuyauteries sera réalisée depuis une barge pour la partie du parcours inaccessible à pied.1 – LA PRISE D’EAU DE MER La prise d’eau de mer sera mise en œuvre à deux mètres du pied du môle Nord-Est sur les fonds rocheux.5 – GESTION DES EAUX II.50 sous le 0 des côtes marines. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact II. les organismes sont détruits par anoxie. à une profondeur de -0. Des perforations latérales en partie basse permettront le remplissage progressif et la vidange de la buse  Pompage de l'eau de mer par 2 tuyauteries immergées dans la buse à la cote .20ml. les tuyauteries seront munies d'un clapet anti retour et d'un tamis inox (maille 5mm) de grande dimension  2 tuyauteries d'aspiration en tube PE ou PVC pression ø100mm traversant le môle dans un fourreau inox ø125mm puis fixé contre la jetée. selon les modalités suivantes :  Immersion d'une crépine inox ø 1.0.

Les contaminants chimiques ne sont pas réglementés. En conséquence et au regard des risques potentiels de pollution microbiologique8 des eaux sur le secteur concerné par le future pompage d’eau de mer. Une absence de Salmonelles dans 5 litres d’eau selon la méthode normalisée. permettant d’assurer la sécurité sanitaire des consommateurs de produits de la pêche dans les deux situations suivantes : a. 8 Cf Chapitre II. L’AFSSA recommande la mise en place d’un traitement de rétention et d’adsorption. » Les dangers à prendre en compte pour caractériser une eau de mer propre sont de trois catégories : 1. l’eau de mer brut fera l’objet avant distribution vers les professionnels du PAM (et d’Haliotis) des étapes de traitement suivantes :  Filtration primaire assurant la rétention des algues et autres macrodéchets. 3.1.5. si les résultats des analyses s’avèrent insuffisants (qualité chimique et bactériologique) un réacteur de Filtration sur charbon actif permettant de retenir les colloïdes et autres polluants organiques et inorganiques sera mis en œuvre entre les filtres à bille de verre et la désinfection UV. depuis le 1er janvier 2006. Pompage de l’eau de mer avec une turbidité > 1 NFU. L’eau de mer utilisée pour l’alimentation en eau des viviers ainsi que pour le lavage des produits de la pêche et de l’aquaculture ou pour le nettoyage des installations doit qualifiée « eau de mer propre ». b.6 – Analyse de la vulnérabilité de la qualité de l’eau de mer au niveau de la future prise d’eau de mer Page 84 . b.2 – LE TRAITEMENT DES EAUX BRUTES II. artificielle ou purifiée ne contenant pas de microorganismes. parasites). virus. Une teneur inférieure à 15 E. Une telle eau doit présenter les caractéristiques suivantes : a. par les règlements CE n°852/2004 (relatif à l’hygiène des denrées alimentaires) et 853/2004 (fixant les règles spécifiques d’hygiène applicables aux denrées alimentaires d’origine animale). Les contaminants chimiques (organiques et inorganiques). Les contaminations par les phycotoxines marines. La note de service DGAL/SDSSA /N2003-8058 du 27 mars 2003 relative aux conditions pour la délivrance des agréments sanitaires aux centres conchylicoles-approvisionnement et utilisation de l’eau de mer pompée en zone B introduit notamment les indicateurs de la conformité de l’eau de mer pompée.2. l’eau de mer propre est « une eau de mer ou saumâtre naturelle. Dans un second temps.3. 2.  Filtration sur des filtres à bille de verre concassé (comparable à un filtre à sable mais plus performant) afin de retenir les MES. Les contaminants microbiologiques (bactéries.1 – Contexte réglementaire L’utilisation de l’eau de mer propre pour la manipulation des produits de la pêche est encadrée. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact II. de substances nocives ou de plancton marin toxique en quantités susceptibles d’avoir une incidence directe ou indirecte sur la qualité sanitaire des denrées alimentaires. directement dans l’eau de mer. Coli dans 100 ml selon une méthode normalisée ou validée.5. Pompage d’eau de mer côtière.  Désinfection UV. Selon le règlement CE n°852/2004.

5mm) en aval du filtre dégrilleur et sur sortie de lavage des filtres à sable  Désinfection des eaux par 3 lampes UV placées en sortie des filtres. La finesse de filtration des filtres sera d'environ 15µm.5.5. Un compteur d'eau sera placé dans chaque bâtiment afin de comptabiliser les consommations II.3 – LE TRAITEMENT DES EFFLUENTS Les effluents seront collectés par collecteurs PVC en dallage raccordés des filtres fin (maille : . Les filtres seront placés à l'intérieur des bâtiments. fonctionnant en cascade.5mm) en sortie des réseaux d'évacuation d'eau de mer de chaque bâtiment. chacune dimensionnée pour 35% du débit max  distribution d'eau de mer en tubes PVC PN10. les pompes fonctionneront comme suit: o démarrage alterné des pompes pour équilibrer les temps de fonctionnement o permutation automatique sur défaut o 1 pompe en service permanent pour assurer le maintien à niveau du stockage o 2 pompes activées en fonction du niveau d'eau dans la cuve de stockage  le stockage primaire d'eau de mer sera réalisé dans une bâche tampon en béton scindée en 2 compartiments communicants. Chaque utilisateur aura à sa charge sa propre panoplie de pompage afin d'utiliser l'eau de mer à la pression et à la qualité souhaitées. chaque pompe permettra un débit de 25m3/h.60 à 1. ø 1. L'eau de mer sera mise à disposition dans chaque bâtiment à la pression moyenne de 0. en alternance (un filtre reste en mode filtration).5bar. L'eau de mer sera filtrée avant rejet au milieu naturel o 1 filtre dégrilleur (maille 5mm) sur le vidage de la cuve de décantation o 1 filtre fin (maille 0. Le haut de cette cloison sera constitué d'une grille inox à mailles fines pour permettre le transfert d'eau d'un compartiment à l'autre o 1 orifice de trop plein o 1 tube de remplissage avec diffusion à basse vitesse pour ne pas perturber la décantation o 1 orifice de vidange o 2 orifices d'aspiration côté compartiment distribution:  1 à mi hauteur pour le fonctionnement quotidien  1 en partie basse pour un soutirage d'urgence (lors d'une coupure de courant ou d'une défaillance d'équipement)  la panoplie d'aspiration sera composée de 3 pompes cellulaires fonctionnant en cascade.80ml dimensionnés chacun pour 100% du débit nominal. leur entretien sera assuré par les utilisateurs Page 85 . les pompes fonctionneront comme suit: o démarrage alterné des pompes pour équilibrer les temps de fonctionnement o permutation automatique sur défaut o 1 pompe en service permanent pour assurer la filtration et la distribution d'eau o 2 pompes activées en fonction de la pression d'eau dans la boucle de distribution o modulation des débits des pompes par variateur de fréquence  la filtration sera assurée par des filtres à sédimentation: o 1 préfiltre à panier sur chaque pompe o 2 ou 3 filtres à billes de verre concassé poli. chaque pompe permettra un débit de 30m3/h.2 – Filière de traitement La filière de traitement des eaux à l’intérieur du bâtiment sera constituée comme suit :  la panoplie de pompage sera composée de 3 pompes cellulaires à roue en bronze.0. l'étanchéité sera réalisée par Liner ou mortier d'étanchéité (cuve et étanchéité hors lot): la cuve sera composée de: o 1 compartiment de décantation de capacité env 30m3 o 1 compartiment de distribution de capacité env 30m3 o 1 cloison de séparation entre les 2 compartiments. o 1 bipasse de sécurité pour assurer la distribution gravitaire de l'eau en cas défaillance de l'installation o 1 surpresseur d'air pour décolmater les filtres lors des cycles de lavage  le lavage des filtres sera effectué à l'eau de mer à contre courant.2. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact II.

la commune a décidé de poursuivre son action en se faisant assister pour élaborer un programme de réalisation de son projet désormais désigné « Pôle Activités Mer » ou PAM. En 2007-2008. A partir de ces études. la commune a engagé une réflexion d’aménagement global de son port principal. En 2009-2010. En 2006. l’Assistant à maîtrise d’ouvrage (AMO) Territorial consultants –Aria Ingénierie a démarré sa mission. Page 86 . alliant réussite économique et préservation des finances publiques. Le Conseil Général du Morbihan et Cap l’Orient agglomération ont conduit plusieurs études afin de proposer un nouvel aménagement de Port Tudy et plus particulièrement du quai Suet en réponse aux besoins et attentes des professionnels de la mer tout en préservant la cohérence des activités portuaires. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact IV – JUSTIFICATION DU CHOIX DU PROJET RETENU La municipalité élue en 2001 a mis en oeuvre une stratégie de développement durable qui donne des résultats tangibles : arrêt de la décroissance démographique avec l’installation de jeunes actifs et la réouverture de classes. l’étude de faisabilité de Cap l’Orient agglomération a proposé une première ébauche du réaménagement du quai Suet. une machine à glace. le Plan Aménagement et de Développement Durable (PADD du Plan local d’urbanisme a mis en évidence le cercle vertueux que constituent le développement des activités primaires et d’un tourisme respectueux d’un environnement fragile. Port Tudy. Les objectifs recherchés dans la réalisation de ce Pôle d’Activités Mers sont de :  réaliser un équipement en vue de maintenir et développer la pêche côtière et l’aquaculture. investissement dans la pêche et l’aquaculture. qui constituent un volet de l’économie primaire de l’île.  définir un mode de gestion du « pôle Mer ».  mutualiser des espaces et des moyens indispensables à ces professions. l’étude du Conseil Général a conclu à la nécessité de rationnaliser l’espace portuaire. La commune attentive à la diversification de l’économie insulaire. Plus largement. des conteneurs de rangements et une grue ont été mis à disposition des professionnels. agit effectivement depuis plusieurs années pour soutenir ce secteur économique : les pontons ont été réorganisés. En mai 2011. reprise d’exploitations agricoles en mode biologique.

PHASAGE Le chantier sera réalisé en trois phases :  La première phase verra la démolition des bâtiments glacière et garage ainsi que la dépollution de l’ancienne station-service  Construction du nouveau pôle pêche et aquaculture. ce qui permet :  de pré-fabriquer directement les panneaux selon les caractéristiques du projet.0. les peintures sans COV seront privilégiées. Page 87 .CHOIX DU SYSTEME CONSTRUCTIF Le système constructif retenu est le suivant : enveloppe extérieure en panneaux de bois préfabriqués. La paille qui produite sur place pourra être utilisée dans l’isolation des toitures si elle est en quantité suffisante. plancher et toiture) consomme moins d’énergie à la production que de la laine de roche par exemple.  Les aménagements intérieurs sont retenus en tenant compte de leur aptitude à l’usage et des risques de dégagements de COV qu’ils peuvent produire pendant l’occupation des locaux. non émissif en COV. de la labellisation « NF- Environnement ». Les colles utilisées seront également sans solvant et limitées en COV.3 .0. Les panneaux bois sont préfabriqués.0. V. V. plancher et charpente en bois. la laine de bois et la ouate de cellulose ne formeront pas de déchets ultimes et peuvent notamment fournir de l'énergie par incinération avec récupération ou être recyclés. vernis et lasures disposeront.  d’accélérer la mise en œuvre (assemblage des panneaux à l’aide d’une petite grue). lors de leur mise en œuvre ou de leur entretien : les revêtements de sol sont assurés par du caoutchouc naturel. menuiseries) est une ressource renouvelable.1 . V.  Les matériaux sont aussi choisis en fonction de leur coût énergétique (énergie nécessaire pour les produire) lorsqu’ils ont la même aptitude à l’emploi : la fabrication de la ouate de cellulose utilisée pour l’isolation (murs extérieurs.CHOIX DES MATERIAUX Critères environnementaux pris en compte dans le choix des matériaux :  Les matériaux nécessitant un faible trajet de transport sont préférés pour limiter les dépenses énergétiques : les éléments en bois (panneaux bois. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact V – ANALYSE DES IMPACTS DU PROJET SUR L’ENVIRONNEMENT V. recyclables ou renouvelables sont privilégiés de façon à limiter les consommations « directes » de matières premières : le bois (structure.  Certains matériaux sont valorisables : le bois.  de faire face au problème d’accès.  de limiter la production de déchets sur le chantier en évitant les coupes sur le chantier.  de limiter et d’optimiser les transports.2 .  Le bois exotique est exclu sans certification et le bois local est privilégié : le bois utilisé est certifié PEFC. DU CHOIX CONSTRUCTIF ET DES MATERIAUX Ce paragraphe est tiré de la note « Chantier propre » établi par le cabinet d’Architectes Menguy en charge du projet. poutres pour plancher et charpente)  Les matériaux recyclés. Toutes les peintures. bardage. à minima. Pour les applications intérieures. l’emplacement du local de vente et du local mutualisé sera réservé à la base de vie du chantier et stockage des matériaux. (réalisation en simultané du local activités nautiques)  Construction du local de vente et du local mutualisé.0 – PRESENTATION DES TRAVAUX.

 La proximité du chantier avec le plan d’eau portuaire : déversement accidentel d’huile. Diagnostic-Faisabilité. le chantier est susceptible de provoquer des éboulements de la falaise en raison des vibrations générées par les engins de chantier. Dans le cadre du projet. Protection contre les éboulements rocheux. Mars 2012 Page 88 .  Les matériaux polluants (amiante.1 – IMPACTS SUR LE MILIEU PHYSIQUE Au-delà des travaux de démolition et de construction de nouveaux bâtiments. le chantier sera susceptible de provoquer des pollutions accidentelles liées à :  La présence de la barge pour la réalisation des travaux maritimes (prise d’eau de mer).  Des poussières pouvant ensuite retombées dans les eaux du port. Falaise en amont du projet Pôle Activité Mer – Ile de Groix. d’hydrocarbure 9 GEOLITHE. la commune a missionné le cabinet GEOLITHE a fin de réaliser un diagnostic des risques d’éboulements de la falaise et des solutions de protection contre les éboulements rocheux. blocs était important sur les falaises situées en arrière du projet.1. L’étude9 a montré que la probabilité d’éboulement de pierres.1 – ANALYSE DES IMPACTS PENDANT LA PERIODE DE CHANTIER V. 2012 V.1. vis-à-vis de la qualité des eaux. Figure n°53 : Profil au droit d’Haliotis Source : GEOLITHE. plomb. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact V.2. Ces éventuels impacts seront néanmoins limités pour les raisons suivantes :  Le chantier de démolition et de déblaiement aura lieu sur une période d’une durée maximale de 1 mois.1. Par ailleurs. sols pollués) feront l’objet de procédures de déblaiement et de démantèlement bien spécifiques.2 – IMPACTS SUR LA QUALITE DES MILIEUX V.1 – Qualité des eaux La démolition des bâtiments existant générera  des déblais entreposés dans un premier temps sur site sur lesquels les eaux pluviales seront en mesure de percoler pouvant engendrer des rejets de matières en suspension vers les eaux du port.

Toutefois.  les eaux superficielles pouvant véhiculer les substances volatiles et non volatiles en aval hydraulique. o Environ 20 m3 de déchets de bois de charpente. o Environ 10 m3 d’amiante ciment.  l’eau potable pouvant véhiculer les substances organiques (hydrocarbures) via le futur réseau de distribution d’eau potable s’il est en matière plastique.2. le bureau d’études précise les impacts potentiels : « Les substances dangereuses mises en évidence dans les sols. Mars 2013 12 DT Bâti. Bâtiment la Glacière.  l’air du sol pouvant véhiculer les substances volatiles vers l’air ambiant au droit du site (à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments).1.1. » V.1. Par ailleurs. on estime à environ 5 tonnes les huisseries (portes. les HAP et les éléments traces métalliques. PRÉ-RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATÉRIAUX ET PRODUITS CONTENANT DE L’AMIANTE AVANT DÉMOLITION.  les eaux souterraines pouvant véhiculer les substances : o volatiles vers l’air ambiant à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments sur et hors site via le phénomène de dégazage de la nappe. cette voie de transfert est secondaire et négligeable par rapport à l’inhalation d’air par les usagers du site (pêcheurs. Les vecteurs potentiels des impacts présents au droit du site sont :  les sols de surface pouvant être en contact avec les usagers en cas d’absence de recouvrement de surface.…).2 – Qualité des sols Vis-à-vis de la pollution des sols analysée par INNOVADIA dans l’emprise du projet.2. Juin 2011 11 DT BATI. plongeurs. RAPPORT DE REPERAGE DE L'AMIANTE avant démolition d’un bâtiment.3 – Qualité de l’air La démolition des bâtiments et les travaux d’excavation sont susceptibles de générer des poussières susceptibles de dégrader la qualité de l’air dans l’environnement portuaire.2. V. o volatiles et non volatiles vers les eaux souterraines et les eaux superficielles en aval hydraulique.  l’air ambiant à l’intérieur des bâtiments. o 10 m3 de déchets de tuiles et de briques. fenêtres) recouvertes de peinture au plomb 12 (concentration supérieure à 1 mg/cm² d’après le diagnostic Plomb réalisé DT Bâti ).4 – Gestion des déchets Le volume des déchets produits par la démolition des bâtiments est estimé à 200 m3 se répartissant comme suit : o Environ 160 m3 des déchets de béton. 16/04/2013 Page 89 . Deux diagnostics Amiante ont été réalisés sur les bâtiments à détruire par SOCOTEC10 (Juin 2011) et DT BATI11 (Mars 2013) Le plan de gestion des sols pollués a également établi un volume de 90 m3 de sols pollués à extraire et à traiter hors site. pouvant véhiculer les substances volatiles vers les ormeaux et poissons élevés au droit du site et consommés par la population générale. en cas de passage dans les zones impactées (transfert par perméation). les BTEX. Rappelons que la phase de démolition et celle d’évacuation des déblais dureront au maximum un mois. Constat de Risque d’Exposition au PLOMB. l’air du sol et l’air ambiant lors de l’ensemble des investigations sont les hydrocarbures C5 à C40. 10 SOCOTEC. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact V.

Le relevé réalisé par JM CRUZET sur ce secteur n’a pas montré l’existence d’un habitat d’intérêt patrimonial.20 * 1. A l’issue des travaux.2 – Impacts sur le milieu biologique marin Figure n°54 : Positionnement de la prise d’eau de mer et de la conduite d’aspiration : Prise d’eau de mer projetée : Conduite d’aspiration : Ancienne prise d’eau de mer (Haliotis) La réalisation des travaux d’aménagement de la nouvelle prise d’eau de mer nécessitera :  Un nivellement des fonds rocheux dans l’emprise de la future prise d’eau sur une surface de moins de 4 m² (2*2m) au moyen d’un marteau (BRH à air comprimé.3 – IMPACTS SUR LE MILIEU BIOLOGIQUE V. V. Ce nivellement conduira à la destruction de la faune fixe et de flore sur une surface de 4 m². il convient de préciser que cette végétation de fourrés de pruneliers ne présente pas d’intérêt écologique patrimonial particulier.3.1.1. Au-delà de la destruction de cette végétation assez banale sur l’Ile.1.1 – Impacts sur le milieu biologique terrestre Les travaux d’aménagement du PAM nécessiteront des travaux de confortement de la falaise pouvant se traduire par des opérations de débroussaillage. Il s’agit d’un habitat très commun sur l’Ile.00 ml) scellée sur le radier béton (1. Cependant. le débroussaillage conduira à la destruction d’un habitat intéressant pour la faune avicole. la buse béton (Ø1000 et hauteur de 1. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact V.3.20 ml) servira de support au Page 90 .

Les nuisances générées (bruit. etc. notamment par l’ancrage de la barge ou déversements accidentels. on recense à quelques mètres de la future implantation de la prise d’eau de mer.  Le percement du môle Nord-Est afin de faire passer la conduite d’aspiration de la prise d’eau.1.1.6.1. ainsi que le chantier de construction auront un impact sur les activités socio-économiques du Port pendant toute la durée du chantier soit plus d’une année. vibration. d’une durée de quelques heures généreront également du bruit et des vibrations. V.1. Ainsi.1. Ces travaux. Tel qu’il est précisé au chapitre précédent.  L’utilisation d’un « marteau piqueur »à air comprimé qui générera du bruit et des vibrations pendant quelques heures. Le bruit et les vibrations générés pendant cette période (au maximum durée de 2 à 3 jours) pourront provoquer des phénomènes de fuite pour les poissons fréquentant les habitats benthiques de sables et les zones à laminaires. V.  Le recours à une barge. Laquelle est susceptible de provoquer des pollutions accidentelles (fuites hydrauliques.5 – IMPACTS SUR LE PATRIMOINE CULTUREL ET HISTORIQUE Le projet n’aura aucun impact sur le patrimoine culturel et historique.4 – IMPACTS SUR NATURA 2000 Bien que le projet se situe en dehors des limites du site Natura 2000.) Il convient de préciser qu’une zone d’herbier à zostère a été recensée à quelques mètres de la future prise d’eau de mer. L’impact sera néanmoins limité dans le temps et ne devrait induire que des phénomènes de fuite. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact développement d’une flore très certainement comparable à celle observée sur les blocs d’enrochements au pied du môle.2 – Impacts sur les accès-circulation Le chantier ainsi que la circulation des camions assurant l’amenée et le repli des matériaux. des engins et des déchets généreront un trafic sur les quais du port ainsi que vers la déchetterie de Kerbus. habitat remarquable d’intérêt européen. Une attention particulière devra être apportée à sa préservation au cours des travaux. les déblais évacués vers la déchetterie de Kerbus nécessiteront entre 20 et 30 mouvements de camions.1 – Impacts sur les activités socio-économiques La démolition des bâtiments existants ( au total 15 jours de démolition + 15 jours d’enlèvement des déblais). la fuite pour les espèces plus éloignées des travaux. V.6. une zone d’herbier à zostère (à l’extérieur des limites de Natura 2000). pendant la période des travaux maritimes. lesquels provoqueront une mortalité des animaux les plus proches et. V. poussière. Page 91 .6 – IMPACTS SUR L’ENVIRONNEMENT HUMAIN V. Cette zone pourrait être impactée par les travaux maritimes. circulation) par le chantier seront ressenties par l’ensemble des activités présentes sur Port-Tudy ainsi que par les habitations situé au-dessus du projet sur la falaise. sa proximité avec celui-ci est en mesure de susciter des incidences.

1. Page 92 . Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Figure n°55 : Localisation de la déchetterie Projet Déchetterie de Kerbus V.7 – RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE PUBLIQUE Outre les nuisances engendrées par une dégradation de la qualité de l’air (poussière) et de l’ambiance sonore présentées dans les chapitres précédents. le chantier de construction constituent des sources de dégradation de l’environnement sonore sur le secteur de Port-Tudy ainsi que sur les hauteurs du Port:  Trafic de camions et d’engins de chantier  Utilisation d’engins de chantier et d’outillage bruyant. V. les opérations de déblaiement des déchets et des terres polluées.1.3 – Impacts sur l’environnement sonore Le chantier de démolition.  Etc.6. le chantier présente des risques de sécurité publique au regard de la fréquentation de Port Tudy.

2 – LA PERIODE DE FONCTIONNEMENT.  Conditionnement.2.1 – Rejet des eaux de process En période de fonctionnement.2.  Stockage.  Nettoyage du sol et des installations. éclaboussures). des crustacés. Les produits traités par ces établissements sont des moules.  Les établissements rejetteront les effluents dans le port. Février 2005 .  Lavage. Le Vauhariot est constituée de 29 parcelles sur chacune desquelles a été aménagé un bâtiment et deux bassins d’une emprise au sol d’environ 300 m².1 – IMPACTS SUR LE MILIEU PHYSIQUE A l’issue des travaux. Afin d’étudier les impacts des rejets. Le lotissement dispose d’une prise d’eau de mer qui alimente l’ensemble des établissements. Lotissement du Vauhariot à Cancale Etude diagnostic des rejets. 13 Section Régionale de Conchyliculture de Bretagne Nord.  Retrempage ou purification.2.2.2.2. les besoins et les rejets en eau des activités présentes dans le PAM sont les suivants : Tableau n°12 : bilan des besoins et des rejets d’eau Besoins en eau Rejet maxi maxi en m3/j d'effluent m3/j Pêcheur 14 14 Mytiliculteur 96 96 Ostréiculteur (ecloserie d'huîtres) 15 15 Haliotis 10 Circuit fermé Il convient de rappeler que :  L’établissement HALIOTIS fonctionne en circuit fermé. L’eau de mer est ensuite utilisée par chaque établissement pour les usages suivants :  Triage. des huîtres.  Les eaux usées domestiques seront évacuées dans le réseau communal d’eaux usées.1 – Qualité des eaux et des sédiments V. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact V. nous reprendrons les conclusions d’une étude13 menée par la Section Régionale de Conchyliculture de Bretagne Nord sur la qualité des rejets du lotissement du Vauhariot à Cancale. V. SCE.2 – IMPACTS SUR LA QUALITE DES MILIEUX V. des coquillages et des poissons. Les besoins en eau sont de 20 m3/semaine pour compenser les pertes du système (évaporation. Page 93 . A L’ISSUE DES TRAVAUX V. l’impact du projet sur le milieu physique sera nul.2.

 L’activité du lotissement du Vauhariot influence faiblement la bactériologie. hors période de nettoyage des installations). c'est-à-dire qu’ils filtrent l’eau pour piéger les particules. Par ailleurs. appelé « blanc »  Sur de l’eau rejetée par le lotissement dans la mer. etc. Les résultats apparaissent dans le tableau suivant : Tableau n°13 : concentration des eaux brutes et de l’eau de mer rejetée par le lotissement Les conclusions de SCE étaient :  La pollution générée par les activités du lotissement du Vauhariot est principalement particulaire. mycobactéries. Page 94 . Il convient de rappeler que les huîtres sont des filtreurs. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact La consommation moyenne journalière est de 700 à 800 m3/j (1500 m3/j en pointe à comparer au 125 m3/j dans le PAM). champignons. 14 L'acide peracétique ou acide peroxyacétique (formule chimique: C2H4O3) est un acide utilisé dans l'industrie agroalimentaire ou médicale comme désinfectant ou stérilisant à froid. les excrétions en azote des huîtres produites dans l’écloserie correspondent aux déjections d’un poisson de 1 kilogramme. Dans notre cas de figure. les matières en suspension piégées seront constituées uniquement de phytoplancton. La principale différence entre les activités de ce lotissement et celle du PAM sont l’écloserie d’huîtres et l’activité d’Haliotis (aucun rejet. des campagnes de mesures ont été réalisés en août 2002 :  Sur de l’eau de mer brute.  La pollution dissoute générée n’affecte que faiblement le rejet bien que les mesures aient été réalisées dans une période où les activités génératrices de pollution dissoute sont importantes. Au cours de cette étude. Concernant l’écloserie d’huîtres. les rejets se caractériseront par des effluents chargés en phytoplancton (espèce comparable à celle que l’on trouve sur les côtes d’atlantique) pouvant contenir des débris coquillers et un peu de matière organique (mortalité). Il est un excellent bactéricide et sporicide contre les bactéries. Les seuls produits utilisés pour le nettoyage et la désinfection des installations seront l'acide peracétique14 (vulgairement vinaigre blanc + eau oxygénée) et l'acide chlorhydrique.

2.3 – Impact lié au rejet des eaux de ruissellement Le projet prévoit une réorganisation des aires de stationnement (une quinzaine au total) sur le terre-plein devant les bâtiments du PAM.2. Concernant le mytiliculteur : L’eau utilisée aura les fonctions suivantes :  Trempage et purification des moules. Concernant les pêcheurs : L’eau utilisée permettra de :  Alimenter les viviers de crustacés et coquillages.  Les coûts d’investissement et d’exploitation d’un tel séparateur seraient globalement élevés pour un bénéfice environnemental très limité.  Nettoyage des installations à l’eau de mer. 15 Le byssus est un ensemble de fibres sécrétées par certains mollusques bivalves et qui leur permet d'adhérer au substrat Page 95 . Par rapport à aujourd’hui. Le caractère insulaire du site rendrait cette opération coûteuse. V. la réaction produisant du chlorure de sodium (le sel de mer).  La mise en œuvre d’un séparateur à hydrocarbures sur ce terre-plein reposant sur des fondations sur pilotis s’avérerait complexe et très coûteux. Concernant l’activité d’Haliotis : La production d’ormeaux est assuré en circuit fermé L’eau de mer qui est aujourd’hui rejetée correspond aux eaux de nettoyage des installations et à la vidange ponctuelle des bassins. il n’est pas prévu de dispositifs de traitement des eaux pluviales eu égard aux raisons suivantes :  La pollution générée par le ruissellement des eaux pluviales sur ces quelques aires de stationnement reste très limité. Il s’agit également d’une source de MES. la prise d’eau de mer projetée n’aura aucun impact sur la qualité des eaux marines.2. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Les eaux de nettoyage contenant de l’acide chlorhydrique seront neutralisées avant évacuation par du carbonate de sodium.  Nettoyer les viviers (uniquement à l’eau de mer sous pression et à la brosse). les capacités de stationnement resteront inchangées. Il convient de préciser que les rejets du PAM ne contribueront pas à une augmentation de la contamination des sédiments portuaires par les métaux lourds. Dans ces conditions.  Utilisation d’une brosseuse et d’une débyssusseuse (pour enlever le byssus15 des moules). L'acide peracétique se décompose dans l’eau de mer en quelques heures en oxygène et carbonates.2.  L’exploitation d’un séparateur à hydrocarbures nécessite un à deux curages par an par un camion spécialisée dans le pompage des déchets d’hydrocarbures.2. Rappelons que les moules sont également des organismes filtreurs.2 – Impact de la prise d’eau de mer sur la qualité des eaux marines En période de fonctionnement. Le nettoyage et la désinfection des installations est assurée par utilisation d’eau de javel et d’éthanol. Cette opération constitue la principale source de MES dans les effluents qui seront rejetés dans le Port. V.2. D’une manière générale le rejet des MES dans les eaux du port est de nature à accélérer les phénomènes d’envasement du port. hydrocarbures et autres micropolluants.

6.5 – IMPACTS SUR LE PATRIMOINE CULTUREL ET HISTORIQUE Le projet ne se situe pas à l’intérieur d’un périmètre de protection d’un monument historique inscrit ou classé. V. V.3 – Impacts sur la qualité des sols A l’issue des travaux de construction du PAM. puis collectés par les services techniques de la commune. un suivi de la qualité des teneurs en hydrocarbures dans les eaux du port à proximité du projet sera néanmoins proposé dans le chapitre VII. D’un point de vue culturel. V.2.Mesures de suivi. chaque professionnel aura la responsabilité de la gestion des déchets d’exploitation qu’ils produiront.2. V. les impacts du projet sur le site NATURA 2000 sont nuls. V.  mutualiser des espaces et des moyens indispensables à ces professions.2.3– IMPACTS SUR LE MILIEU BIOLOGIQUE En période de fonctionnement.2.6 – IMPACTS SUR L’ENVIRONNEMENT HUMAIN V.2.2. V. Ces déchets organiques (algues. qui constituent un volet de l’économie primaire de l’île. l’impact global du projet sur la qualité des sols est globalement très positif. etc. Page 96 . Par rapport à l’état actuel. Les refus de dégrillage des filtres à sable (traitement de l’eau de mer brute) ainsi que les refus de dégrillage récupérées sur les tamis mis en œuvre pour traiter les eaux de mer « usées » seront récupérées par les professionnels et stockées dans des bacs.4 – IMPACTS SUR NATURA 2000 En période de fonctionnement.2 – Impacts sur la qualité de l’air En période de fonctionnement.2.2. l’impact de la prise d’eau de mer sur le milieu biologique marin sera nul. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact V. Le site de Kerbus comporte une déchetterie ouverte aux artisans de l’Ile. Sur la partie terrestre. les terres les plus polluées auront été excavées et les terres souillées laissées en place seront isolées.) seront traités au niveau de la plateforme de compostage de Kerbus exploitée par Lorient Agglomération. le projet n’aura pas d’impact particulier sur la qualité de l’air de l’Ile de Groix. il convient de préciser que le cabinet d’Architecte Menguy s’est inspiré des bâtiments des villages de pêcheurs de la côte atlantique dans la conception du PAM.2. des travaux de débroussaillage de la végétation de la falaise en arrière des bâtiments devront être régulièrement entrepris pour réduire les risques d’éboulement. Par mesure de précaution.4 – Impacts sur la gestion des déchets En période de fonctionnement.2.1 – Impacts sur les activités socio-économiques Les objectifs recherchés dans la réalisation de ce Pôle d’Activités Mers sont de :  réaliser un équipement en vue de maintenir et développer la pêche côtière et l’aquaculture.2.

Page 97 .6. les toitures seront en bac acier laqué couleur ardoise. V.2.2. Pour l’ensemble des bâtiments à construire.4 – Impacts sur les paysages D’un point de vue architectural. le bardage vertical sera traité en douglas naturel. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Il s’agit ici de créer un outil économique participant à l’arrêt de la décroissance démographique avec l’objectif d’installation de jeunes actifs.6. Chaque bâtiment aura sa propre couleur. la volonté des concepteurs était de s’inspirer des bâtiments des villages de pêcheurs de la côte atlantique.2. le projet présente un impact paysager indiscutablement positif qui participera à la volonté de la commune d’améliorer les caractéristiques esthétiques de Port-Tudy.6. les menuiseries extérieures sont aux couleurs des bateaux de pêche. Dans ces conditions. V. le projet ne devrait pas modifier l’ambiance sonore du Port. Par comparaison avec aujourd’hui où les bâtiments présentent une architecture hétéroclite et un aspect extérieur très dégradé. Rappelons que l’extrémité du quai Suet est aujourd’hui exclusivement utilisée par les professionnels de la mer. V. l’espace vente conduira à une légère augmentation du trafic sur les quais du Port.2 – Impacts sur la circulation En termes de circulation.3 – Impacts sur l’environnement sonore En termes de nuisances sonores. porte d’entrée de l’Ile. il apparaît que ce projet a un impact positif sur les activités socio-économiques. le trafic induit par les professionnels de la mer sera sensiblement comparable à aujourd’hui. En revanche.

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Figure n°56 : Insertion paysagère du projet Source : MENGUY ARCHITECTES Page 98 .

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact V.8 m de profondeur au droit de l’ancien séparateur à hydrocarbures et jusqu’à 3.4 m au droit des anciens réservoirs aériens.0 m de profondeur à proximité du bras de chargement et de l’ancien réservoir semi-enterré. un bâtiment sera construit dans la partie Sud-Ouest du site (zone non construite actuellement). La réalisation des investigations complémentaires ont mis en évidence un impact faible par des hydrocarbures dans l’air du sol dans la zone du futur bâtiment induisant des risques acceptables pour les futurs usagers du site. INNOVADIA conclut : « Dans le cadre du réaménagement de la zone.2. au droit des sols impactés par des hydrocarbures C10-C40. le projet ne présente pas de risque particulier pour la santé. des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et des éléments traces métalliques entre 0. » Au-delà des risques sanitaires liés à la commercialisation des produits (risques étudiées dans le cadre des demandes d’agréments sanitaires des professionnels). à 0.7 – RISQUES POUR LA SANTE Vis-à-vis de la pollution des sols et la construction d’un bâtiment dans l’emprise du site pollué. Page 99 .0 et 0.

la réalisation de ce projet fera l’objet de travaux de sécurisation de la falaise avec la pose. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Vis à des risques d’éboulement de la falaise. Page 100 . notamment. de grillage permettant de réduire les effets de toute chute de pierre ou d’éboulement.

 Pose d’un grillage. signalétique. Un employé de l’entreprise responsable du lot gros œuvre sera ainsi nommé « Correspondant environnement chantier » au plus tard huit jours après la signature de son marché de travaux. une entreprise du second œuvre (lot électricité par exemple) désignera une personne qui prendre le relais en désignant à son tour un correspondant environnement. le Maître d’Ouvrage mettra en œuvre avant le début du chantier toutes les mesurées jugées nécessaires dans le rapport de GEOLITHE visant à réduire les éboulements et leurs effet vis-à-vis des usagers :  Limitation d’accès. Pour chaque entreprise :  Fournir à la maîtrise d’œuvre les coordonnées du « responsable environnement entreprise ». Pour le lot Gros-œuvre :  Respecter les exigences de la Charte.  Présenter les modalités du tri et du transport des déchets (plan d’installation de chantier.1 – MESURES PENDANT LA PERIODE DE CHANTIER Mesures générales vis-à-vis de l’organisation du chantier : Conformément à la charte Chantier Faibles Nuisances établi par le Cabinet d’Architectes. seront désignés :  Un responsable Environnement Chantier. Pour le lot Gros Œuvre :  Fournir à la maîtrise d’œuvre les coordonnées du « responsable environnement chantier ». big-bag). Page 101 . Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact VI – MESURES DE REDUCTION ET DE COMPENSATION DES IMPACTS DEFAVORABLES VI. Durant la Phase chantier : Pour chaque entreprise :  Respecter les exigences de la Charte. bordereaux de suivi des déchets.  Transmettre tous les mois un bilan des déchets évacués (type et quantité) et une copie des bordereaux de suivi des déchets à la maitrise d’œuvre.  Mettre en place une information des compagnons sur le tri des déchets sur chantier par affiche. type de bennes. Mesures à prendre vis-à-vis des risques d’éboulement : Afin de réduire les risques d’éboulement de la falaise pendant les travaux.  Fournir au lot Gros Œuvre et à la maîtrise d’œuvre la liste des déchets qui sera produite. les dispositions pour les collectes intermédiaires (petites bennes. Au départ du lot gros œuvre.…). l’organisation du chantier s’établira comme suit : Dans la phase de préparation de chantier : Pour que ce chantier puisse être mené de façon cohérente dans le respect des exigences de chantier à faibles nuisances.  Débroussaillage et abattage.  Un responsable environnement entreprise au sein de chaque entreprise.

En outre.  Des produits absorbants (sciure.  Interdiction de vidange des engins et véhicules de chantier. et après lavage des roues. le Maître d’Ouvrage imposera aux entreprises les dispositions suivantes :  Dispositifs de récupération des eaux de lavage et de préparation des bétons et mortiers. Cette solution technique couramment utilisée pendant les chantiers de démolition des bâtiments permet de réduire les émissions de poussières.  Les pompes d'avitaillement en carburant des engins de chantier devront être équipées d'un dispositif d'arrêt automatique. Figure n°57 : Schéma d’implantation des différentes parades Source : GEOLITHE. des clôtures opaques délimitant le chantier limitera les « courants d’air » à l’intérieur du périmètre.  Bacs de rétention sous les fûts de carburant et autre produit dangereux ou polluant. les extrémités des bras des pelles mécaniques seront équipés d’un dispositif pulvérisant de l’eau. lesquels sont piégés par les fines particules d’eau pulvérisées dans l’atmosphère. Page 102 .  Certificats d’entretien des engins et véhicules de chantier.  Conformément à la Charte de « Chantier à Faibles Nuisances » : o Les voies pour les accès des véhicules de livraison seront maintenues en parfait état de propreté. afin de limiter les salissures de boue à l’extérieur du chantier. o Une rampe propre en sortie de chantier permettra le décrottage des roues de camions avant leur accès sur la voie publique. o Le matériel de ponçage utilisé sera muni de dispositifs d’aspiration et de récupération des poussières. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact  Réalisation d’escalier. 2012 Projet Mesures à prendre vis-à-vis de la qualité de l’eau : Afin de limiter tout risque de pollution accidentelle liée notamment au fonctionnement des engins de chantier. feuilles et boudins ayant la propriété d’absorber les hydrocarbures) seront stockés sur le chantier à terre et sur la barge assurant les travaux maritimes afin de pouvoir contenir toute pollution accidentelle de petite à moyenne importance Mesures à prendre vis-à-vis de la qualité de l’air :  Afin de réduire les poussières générées par les opérations de démolition / Déblaiement.  Etc.

transporteur. 3 o Les 20 m de déchets de bois de charpente seront également traités au niveau du site de Kerbus. un concasseur depuis le continent. cerfa n°11861*01. Dans les deux cas. dalles de sol. clapets et volets coupe- feu…) doivent être éliminés en installations de stockage pour déchets ménagers et assimilés ou en décharges pour déchets inertes pourvues d’alvéoles spécifiques pour les déchets contenant de l’amiante lié. de leur remplacement et de leur destination géographique. type Grand Récipients pour Vrac (GRV) ou sur palettes filmées. Les déchets d’amiante seront évacués vers le continent et traités sur le continent. Mesures vis-à-vis de la gestion des déchets de démolition : Les déchets de démolition des bâtiments seront gérés comme suit : 3 o Les 160 m de déchets de béton seront traités sur la déchetterie communale de Kerbus dédiée aux artisans. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact o L’arrosage des surfaces par temps sec sera régulièrement effectué pour éviter l’envol des poussières. Les déchets seront évacués vers le continent et traités sur celui-ci. Ces déchets sont conditionnés en sacs étanches. le propriétaire ou son mandataire remplit le cadre lui étant destiné sur le bordereau de suivi des déchets d’amiante (BSDA). de leur désignation. fenêtres) recouvertes de peinture au plomb (concentration supérieure à 1 mg/cm² d’après le diagnostic Plomb réalisé DT Bâti16). calorifugeages et cartons d’amiante) et les matériaux dégradés doivent être éliminés dans une installation de stockage pour déchets dangereux ou être vitrifiés. pour concasser ces déchets afin de les réutiliser en remblai dans les travaux sur l’Ile. Elles comporteront les dispositions suivantes : . La commune projette de faire venir. Par ailleurs. o Les 5 m3 d’huisseries recouvertes de peinture au plomb seront traitée par une entreprise spécialisée.Une aire centrale de stockage comprenant des bennes distinctes pour les différents types de déchets. 16 DT Bâti. Les modalités de collecte des déchets seront précisées lors de la préparation de chantier. et reçoit l’original du bordereau rempli par les autres acteurs (entreprise de travaux. Les matériaux entreposés sur le chantier susceptibles de s’envoler devront être confinés. Pour information.Des aires décentralisées de collecte à proximité immédiate des zones de travail .Le transport depuis ces aires décentralisées jusqu’aux aires centrales de stockage. notamment par des bâches retenues au sol. l’entreprise de gros œuvre sera chargée de la gestion des déchets.  Les matériaux où l’amiante est fortement lié (amiante-ciment. c’est à dire du nombre de bennes. du retrait de ces bennes. les procédures d’élimination des déchets contenant de l’amiante. Constat de Risque d’Exposition au PLOMB. dépendent de la nature du matériau :  les matériaux à fort risque de libération de fibre d’amiante (comme les flocages. exploitant de l’installation de stockage ou du site de vitrification). à l’issue des travaux de démolition. o Les 10 m3 de déchets de tuiles et de briques seront concassés à Kerbus o Les 10 m3 d’amiante ciment seront traitées par une entreprise spécialisée après validation par les services de l’état du Plan de retrait. on estime à environ 5 tonnes les huisseries (portes. Ces déchets sont conditionnés en doubles sacs étanches scellés. o Les poubelles seront munies de couvercles ou de filets afin d’éviter tout envol de détritus. . Mesures vis-à-vis de la gestion des déchets en phase de construction : Conformément à la Charte de Chantier à faibles nuisances. en particulier pour les conteneurs renfermant des matériaux légers tels que les emballages plastiques. 16/04/2013 Page 103 .

de manière à ne pas polluer irrémédiablement les autres déchets. à savoir :  au droit des deux anciens réservoirs aériens localisés en bordure Nord-Ouest du site sur une épaisseur de 40 cm soit environ 40 m3 de terres. produits de jointoiement.déchets inertes (bétons. second œuvre.brûler les déchets sur le chantier (loi du 13 juillet 1992).).2 m de profondeur soit environ 50 m3. Nous rappelons qu’il est strictement interdit de : .déchets minéraux inertes (maçonnerie. maçonneries. et à fortiori. un premier degré de tri minimum est le suivant : .déchets dangereux (cartouches.Déchets Industriels Banals. huiles de décoffrage. dont notamment : « Dans le cadre du réaménagement de la zone.  Traitement biologique des terres les plus impactées dans une alvéole étanche sur site. .abandonner ou enfouir un déchet (même inerte) dans des zones non contrôlées administrativement. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Concernant le nombre de bennes (et la séparation des déchets par type). La réalisation des investigations complémentaires ont mis en évidence un impact faible par des hydrocarbures dans l’air du sol dans la zone du futur bâtiment induisant des risques acceptables pour les futurs usagers du site.bois (bois de coffrages et palettes) facilement valorisables. un bâtiment sera construit dans la partie Sud-Ouest du site (zone non construite actuellement). . au droit des sols impactés par des hydrocarbures C10-C40.. celui-ci pourra varier en fonction de l’avancement du chantier : gros œuvre. Toutefois. .. c'est à dire en phase solvant (aqueux ou non) doivent être gérés et éliminés séparément. . abandonner des substances souillées (vidanges d’huiles moteur.4 m au droit des anciens réservoirs aériens. Les déchets de peintures liquides. à 0. la méthodologie recommande de traiter les sols dans les zones présentant les impacts les plus importants. emballages souillés…) . comme par exemple des décharges sauvages.8 m de profondeur au droit de l’ancien séparateur à hydrocarbures et jusqu’à 3. …. carrelages.0 et 0.DIB.0 m de profondeur à proximité du bras de chargement et de l’ancien réservoir semi-enterré.…). .  au droit de l’ancien séparateur à hydrocarbures et l’aire de stationnement en béton sur 1. En phase de second œuvre. des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et des éléments traces métalliques entre 0. . 5 catégories de tri sont à envisager : . Page 104 . chargement et traitement des terres en centre de traitement agréé sur le continent..métaux (chutes d'armatures). Le plan de gestion a identifié trois solutions envisageables pour gérer les terres impactées :  Excavation des terres les plus impactées. faïences. » Soit un volume total de terre à excaver de 90 m3. Mesures à prendre vis à vis de la gestion des sols pollués : L’ensemble des travaux projetés devra être conforme aux prescriptions du Plan de gestion établi par INOVADIA. En phase de gros œuvre. terres cuites…) .Déchets Industriels Spéciaux.laisser des déchets spéciaux (pots de colle par exemple) sur le chantier ou les mettre dans les bennes de chantier non prévues à cet effet.

Pour cela. la troisième solution n’est pas retenue par la collectivité. soit les terres seront évacuées et traitées vers un centre spécialisé sur le continent pour le traitement de tels déchets dangereux.  la mise en place d’un géotextile sur l’ensemble des zones pour séparer les matériaux impactés des matériaux d’apports éventuels. sur site. la mise en place d’un fourreau étanche autour de cette canalisation. les terres seront traitées sous forme d’andains sur le site de Kerbus (avec autorisation nécessaire). Mesures vis-à-vis des émissions sonores : Conformément à la charte du chantier à faibles nuisances. avantages et inconvénients : Tableau n°14 : Les trois techniques de gestion des sols pollués Source : INNOVADIA A ce jour. Ces trois techniques de gestion envisageables sont présentées ci-après avec leurs coûts. ce qui correspond. des HAP ou des éléments traces en surface afin de limiter le transfert des polluants via les eaux de ruissellement et d’empêcher le contact direct avec les sols de surface. le niveau acoustique maximum en limite de chantier ne devra pas dépasser 80 dB (A). Soit.  interdiction de tout usage des eaux souterraines présentes au droit du site sans une vérification préalable de la compatibilité de cet usage avec leur qualité. Par ailleurs. une géomembrane certifiée ASQUAL en PEHD d’au moins 2 mm d’épaisseur couplée à des géotextiles anti-poinçonnants devra être mise en place (avec des soudures étanches) sur et sous les sols impactés excavés. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact  Stockage des terres polluées excavées pour les besoins du réaménagement (sous réserve de petites quantités) dans un andain étanche et pérenne dans le temps.  la mise en place puis le maintien d’un revêtement de surface (enrobé. en bordure de falaise. des BTEX. pour différentes distances de source. les entreprises utiliseront les moyens suivants : Page 105 . béton ou géotextile puis couche de terre végétale) dans les zones d’impact par des hydrocarbures C5 à C40. INNOVADIA précise dans son plan de gestion :  En cas de mise en place d’une canalisation d’eau potable dans les zones d’impact par des hydrocarbures et afin d’empêcher le transfert via cette canalisation. à des niveaux de puissance sonore limite de source de : distance à la source émettrice (m) 5 10 15 20 25 puissance sonore limite émise en dB(A) 100 106 109 112 114 Pour parvenir à cet objectif.

substances et produits toxiques ou dangereux. un repérage de 17 Un marteau piqueur insonorisé émet 100 dB(A) contre 130 dB(A) autrement.  la maîtrise des nuisances pouvant porter atteinte à la santé des travailleurs. émanations et poussières. le chantier sera entièrement clos au moyen de palissades opaques avec bordure béton. Coffrages vissés. Mesures vis-à-vis de la circulation :  La recherche d’emplacements de stationnement pour les véhicules de chantier et la gestion du trafic sera menés avec le coordinateur SPS avant le démarrage du chantier afin qu’il y ait le moins de perturbations possibles sur l’activité de la zone. Utilisation d’engins insonorisés . Par ailleurs. Les approvisionnements devront être planifiés sur la journée tout en respectant les contraintes liées à l’activité du site et définies au préalable par le maître d’ouvrage. Il coordonnera :  la mise en place de la circulation des véhicules et des personnes sur le chantier.  Une signalétique indiquera l’itinéraire pour le chantier et les accès livraison. . Choix judicieux de la position de la centrale à béton.  Amélioration des approvisionnements des matériaux et des équipements permettant de limiter les trafics d'engins sur le site. Mesures vis-à-vis de la préservation du milieu biologique marin : Outre les mesures visant à réduire les risques de pollution accidentelles du port et du plan d’eau à l’Est du Môle Nord-Est.  les conditions de stockage et d’élimination ou d’évacuation des déchets. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact . Cependant. Mesures vis-à-vis de Natura 2000 : Il convient de rappeler que la future prise d’eau de mer est située en dehors du périmètre du site Natura 2000.  Identification des interventions exceptionnellement bruyantes pour pouvoir les planifier. Afin de s’assurer de sa préservation. la mission du coordonnateur "SPS" intègre des préoccupations environnementales.…). Mesures vis-à-vis de la sécurité du publique La mairie de Groix s’assurera les services d’un coordonnateur santé-sécurité. etc. telles que bruit. les entreprises mettront ainsi en œuvre les actions suivantes :  Evaluation du niveau sonore des engins et matériels permettant d'intégrer ce paramètre sur le plan d'installation de chantier en les positionnant en fonction des points sensibles environnants (riverains. Matériel de chantier agréé CEE (mars 1986) et France (avril 1972). Utilisation de talkies-walkies pour communiquer avec le grutier afin d’éviter les cris et sifflements. à quelques mètres de la future prise d’eau de mer. d’un repérage de JM CROUZET (responsable de l’école de Plongée qui a réalisé le relevé la flore et de la faune marine au niveau de la future prise d’eau de mer) ou autre plongeur ayant des compétences en océanographie en compagnie de l’entreprise chargée des travaux maritimes et du maître d’œuvre. . Une signalisation adaptée informera les usagers du Port de la présence du chantier. L’objectif étant de positionner au mètre près la future prise d’eau de mer de manière à minimiser les impacts. au préalable. Dispositifs anti-vibratiles pour les outils et machines. on recense une zone d’herbier à zostère qui constitue un habitat remarquable d’intérêt européen. 17 . Définie par la Loi 93-1418 du 31 décembre 1993 et par le Décret d’application 94-1156 du 26 décembre 1994. les travaux d’aménagement de la prise d’eau de mer devront faire l’objet. Page 106 . . .  Un itinéraire privilégié sera réalisé par le SPS en collaboration avec le Maître d’œuvre et la collectivité pour l’évacuation des déblais vers le site de Kerbus. banches équipées d’écrous à serrer. Lors de la phase de préparation de chantier.

l’usage de produits de nettoyage comprenant des tensio-actifs sera formellement interdit. période où les juvéniles des ¾ des espèces commencent à se fixer sur les substrats pour s’y développer. Page 107 . Le bureau d’études a recommandé pour ce lotissement la mise en œuvre d’un débourbeur ou d’un décanteur lamellaire afin de récupérer les matières en suspension par décantation. tels que l’acide peracétique couramment utilisé en aquaculture. Un tel niveau de filtration aura une efficacité largement aussi bonne qu’un débourbeur ou un décanteur lamellaire et permettra ainsi de piéger l’essentiel des matières en suspension contenues dans les eaux. Mesures vis-à-vis des activités socio-économiques : La Mairie envisage de prêter des locaux sur le port dont elle est propriétaire aux professionnels de la mer (pêcheurs. Les horaires de chantier seront limités aux périodes et tranches horaires suivantes :  Les jours de la semaine. club de plongée. les bouteilles vides de produits chimiques devront être apportés à la déchetterie de Kerbus ouverte aux artisans de l’Ile. afin d’éviter tout impact sur les zones de nurserie à poisson plat dans les zones sableuses à proximité de la future prise d’eau de mer ainsi que sur le sites Natura 2000 à quelques dizaines de mètres. Les professionnels devront utiliser des produits de désinfection et de nettoyage compatibles avec un rejet en mer. dans la mesure des contraintes techniques et du planning. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact cette zone sensible sera réalisé avant le début des travaux afin d’éviter tout ancrage de la barge dans ce secteur. Mesures vis-à-vis de la gestion des déchets d’exploitation : Les déchets d’exploitation des activités seront traités selon les règles en vigueur avec une obligation de réduction à la source et de valorisation des quantités produites. nous recommandons. l’eau de mer utilisée par les professionnels et les eaux de nettoyage des filtres à sable seront traités par des tamis présentant des mailles de 500 µm.  De 8h00 à 12h15 et 13h30 à 18h30. conchyliculteur) utilisant aujourd’hui les bâtiments qui seront détruits pendant la période des travaux. V. Les déchets organiques issus du traitement de l’eau brute et de « l’eau de mer usée » seront collectés par les services techniques de la commune et traités sur le site de Kerbus. Les emballages. que les travaux maritimes soient réalisés en dehors de la période de mars à septembre. Dans notre cas de figure. Par ailleurs. En termes de nettoyage des installations à l’eau de mer.2 – MESURES PENDANT LA PERIODE DE FONCTIONNEMENT Mesures vis-à-vis des rejets d’eau de mer : L’étude réalisée par SCE sur le lotissement conchylicole de Cancale a montré que « La pollution générée par les activités du lotissement du Vauhariot est principalement particulaire ».

VII. Un échantillon témoin pourra être prélevé dans une zone n’étant pas en relation directe avec le site.…) et creusements de toutes sortes dans les zones polluées sauf si des mesures spécifiques de gestion sont prévues (information des travailleurs. veillera au respect par les entreprises de la Charte de Chantier à Faibles Nuisances. dans le cadre de sa mission de suivi des travaux. émanations et poussières. Page 108 . o mettre en place un fourreau étanche autour de toute canalisation d’eau potable traversant les zones d’impact par des hydrocarbures afin d’empêcher le transfert via cette canalisation. Par ailleurs. o interdire les affouillements (tranchées. tri et contrôle des matériaux par une entreprise spécialisée en cas d’excavation. telles que bruit. équipements de protection adaptés. De même. réalisation de fondations. Le Maître d’ouvrage veillera au respect des mesures de réduction et de compensation des impacts figurant au chapitre VI. à laquelle les entreprises se seront préalablement engagées. o mettre en place puis assurer le maintien d’un revêtement de surface (enrobé.2 . le coordonnateur "SPS" coordonnera :  la mise en place de la circulation des véhicules et des personnes sur le chantier. béton ou géotextile puis couche de terre végétale) dans les zones d’impact par des hydrocarbures C5 à C40.25/h au minimum ou une dalle béton d’au moins 10 cm. puits. des BTEX. etc. L’objectif de ce suivi est de d’assurer que le sol ne constitue plus une source d’impacts. le maître d’ouvrage :  Mettra en place un « programme de surveillance des milieux » se caractérisant par un prélèvement semestriel des eaux du port en bordure de site pour analyses des hydrocarbures C10-C40.1 – MOYENS DE SURVEILLANCE ET D’INTERVENTION PENDANT LA PHASE DE CHANTIER Conformément à la Loi 93-1418 du 31 décembre 1993 et au Décret d’application 94-1156 du 26 décembre 1994. des HAP ou des éléments traces en surface afin de limiter le transfert des polluants via les eaux de ruissellement et d’empêcher le contact direct avec les sols de surface.MOYENS DE SURVEILLANCE ET D’INTERVENTION EN PHASE D’EXPLOITATION Moyens de surveillance vis-à-vis de la pollution des sols : Conformément aux recommandations du plan de gestion. o lors de la construction de bâtiments sur le site : prévoir dans le projet de construction un vide sanitaire dont le taux de renouvellement d’air est de 0.  les conditions de stockage et d’élimination ou d’évacuation des déchets.  la maîtrise des nuisances pouvant porter atteinte à la santé des travailleurs.  Mettra en œuvre les restrictions d’usages suivants : Concernant l’usage des sols : o proscrire les cultures de plantes ou de fruits destinés à l’alimentation humaine ou animale au droit du site. une surveillance semestrielle de la qualité de l’air à l’intérieur du bâtiment. élimination des déchets en centre de traitement spécialisé ou stockage étanche et pérenne sur site). Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact VII – MOYENS DE SURVEILLANCE ET D’INTERVENTION VII. substances et produits toxiques ou dangereux. l’architecte.

L’ensemble de ces mesures pourra faire l’objet de restrictions d’usage conventionnelles au profit de l’état publiées à la conservation des hypothèques ou de servitudes d’utilité publique afin de garder en mémoire les contraintes précitées liées à la présence résiduelle des sols impactés.…) pour un quelconque usage des eaux souterraines au droit du site sans avoir vérifié au préalable la compatibilité entre la qualité des eaux et leur usage. il est envisagé que les professionnels se regroupent au sein d’une structure commune qui aura la responsabilité de la bonne exploitation des équipements. Page 109 . Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Concernant la ressource en eaux souterraines : ne pas réaliser d’ouvrage (puits. de traitement des eaux butes et de l’eau de mer usée. Exploitation des installations de traitement des eaux : Afin d’assurer le bon entretien des installations de pompage. forage.

2 – LES OBJECTIFS DE QUALITE DU SDAGE Au regard de la bonne qualité globale des eaux de l’estuaire de la Laïta. IX. Seul l’accroissement des teneurs en MES est significatif pour ce type d’activités (notamment mytiliculture et viviers).  Atteinte du bon état écologique : 2015. il importe de rappeler que les activités projetées ne conduisent pas à une réelle dégradation de la ressource. De ce point de vue. C’est pour limiter les flux de MES que l’ensemble des eaux évacuées dans le port feront l’objet d’une filtration à 500µm permettant de retenir l’essentiel des MES.  Atteinte du bon état global : 2015. On peut cependant préciser que l’objectif du SDAGE est d’améliorer la qualité des eaux littorales et de limiter les impacts des rejets industriels.1 – LES PRESCRIPTIONS DU SDAGE Le SDAGE Loire-Bretagne 2010-2015 ne fixe pas de prescriptions ni de dispositions pouvant s’appliquer au projet.1.ifremer. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact VIII – CONFORMITE AVEC LE SDAGE ET LES AUTRES DOCUMENTS DE REFERENCE VIII. Figure n°58 : Bilan provisoire sur les résultats de la masse d’eau de transition FRGT 18 acquis dans le cadre du programme de surveillance de la DCE 2000/60/CE Source : IFREMER / http://envlit.fr/surveillance/directive_cadre_sur_l_eau_dce/etat_chimique Page 110 . le SDAGE fixe les objectifs suivant sur cette masse d’eau :  Atteinte du bon état chimique : 2015.1.1 – CONFORMITE AVEC LE SDAGE LOIRE-BRETAGNE IX.

. . . D’après l’article Ue 1 du règlement du PLU.3 – COMPATIBILITE AVEC LE PLU D’après le document graphique du PLU. . . Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Dans ces conditions.La création de terrains aménagés pour l’accueil de tentes et de caravanes ainsi que les parcs résidentiels de loisirs. . .Le stationnement de caravane isolée quelle qu’en soit la durée.Les installations et travaux divers visés à l’article R 442-2-a du Code de l’Urbanisme. VIII. le site sur lequel le PAM sera aménagé est classé en zone Ue destinée aux « activités.Les constructions destinées à l’élevage ou à l’engraissement d’animaux.Les résidences mobiles et habitations légères de loisirs groupées ou isolées. VIII. Page 111 . reconstruction. changement de destination ou extension de bâtiment existant.Les constructions à usage de bureaux. si les travaux sont de nature à compromettre la vocation de la zone. installations et équipements portuaires nécessaires au bon fonctionnement du port ».Les constructions à usage hôtelier. il apparaît que le projet ne remet pas en causse les objectifs d’atteindre le bon état chimique et le bon état écologique de la masse d’eau.Les constructions à usage d’habitation autres que le cas visé à l’article Ui 2. les occupations et utilisations du sol soumises à conditions particulières sont − La loge de gardiennage destinée aux personnes dont la présence permanente est nécessaire pour assurer la surveillance.2 – CONFORMITE AVEC LES ACTIONS DU DOCOB NATURA 2000 On ne recense aucune action dans le DOCOB pouvant concerner notre projet.  Le projet de PAM ne rentre pas dans cette liste d’occupations et d’utilisations interdites. D’après l’article Ue 2 du règlement du PLU.Toute rénovation. de commerces et de services non directement liées et nécessaires aux activités et installations autorisées dans la zone. • qu’il soit intégré au bâtiment principal d’activité. . le gardiennage ou le fonctionnement des installations ou activités autorisées dans la zone et à condition : 2 • que la surface hors oeuvre nette ne dépasse pas 35 m . les occupations et utilisations du sol interdites en zone Ue sont : .

 par une organisation de l’implantation des activités qui tienne compte de leur besoin de proximité des espaces en bord de quai. sont à mettre en valeur. terre-pleins. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact − Les installations classées soumises à déclaration ou à autorisation. qui implique la mise en oeuvre des politiques foncières adaptées.  Le projet de PAM ne rentre pas dans cette liste d’occupations et d’utilisations interdites. Dans un souci d’économie d’espace sur des territoires restreints. Il s’agit en effet de retrouver l’ambiance des villages de pêcheur des ports de la côte atlantique. la mutation et la réorganisation des activités. de qualité du cadre de vie des habitants et de préservation de l’environnement. Sur la rade. appontements. en vue d’atténuer de manière substantielle les dangers ou les inconvénients que peut présenter leur exploitation. aires de stationnement. le port de pêche constitue aujourd’hui un des derniers points noirs en termes de flux de pollution organique. vitrines de l’économie locale et atout de l’image du territoire. ainsi que les ouvrages nécessaires au bon fonctionnement du port ou de chantier nautique tels que cales.  Un traitement de l’eau de mer utilisée dans les installations sera assuré par l’intermédiaire de filtres à 500 µm. les systèmes de collecte et de traitement des déchets. notamment dans le traitement des franges  Le traitement paysager du future PAM constitue un des points forts du projet. Les secteurs portuaires. eaux usées et eaux de carénage liés aux ports de plaisance sont également à améliorer.  Le projet conduit à rentabiliser l’espace portuaire en mutualisant les équipements pour l’ensemble des professionnels de la mer de l’Ile de Groix.4 – COMPATIBILITE AVEC LE SCOT Le SCOT du Pays de Lorient fixe plusieurs prescriptions et préconisation (Documents d’Orientations Générales) susceptibles de concerner le projet : Sur le littoral.  par la reconquête des espaces arrière portuaires. − Les constructions ou installations portuaires. le développement portuaire doit s’appuyer sur l’optimisation des espaces actuels :  par le redéploiement. VIII. qui pourraient connaître des mutations d’activités au cours de la mise en oeuvre du SCoT. Il importe aujourd’hui que cette pollution soit résorbée. − Les mouillages sur corps-morts. ⊚ Sur les sites maritimes à tirant d’eau important. sous réserve que des dispositions soient prévues. ⊚ Le développement portuaire doit être réalisé en garantissant des règles de sécurité. l’affectation à des activités portuaires est à étudier en priorité. Page 112 .

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact Page 113 .

L’idée était que chaque professionnel assure leur propre traitement de l’eau de mer brute en fonction de leurs besoins qualitatifs. nous pouvons présenter les différentes solutions étudiées notamment vis-à-vis du cycle de l’eau. L’objectif était de leur fournir une eau de mer brute. Cette solution moins onéreuse pour la collectivité impliquait cependant une multiplication de procédés de traitements des eaux. pour l’essentiels d’entre-eux identiques. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact IX – ESQUISSE DES SOLUTIONS DE SUBSTITUTION Nous ne présenterons pas dans ce chapitre les solutions de substitution du projet de PAM. Celui-ci étant un projet décidé par les élus de la collectivité. Seule la prise d’eau de mer était prise en charge dans le projet. La mutualisation du process de traitement des eaux est vite devenue une évidence eu égard à la technicité des process mis en œuvre et à l’économie d’échelle engendrée par un tel regroupement. Page 114 . Cette solution conduisait à accroître les risques de dysfonctionnement et les coûts de fonctionnement. L’une des hypothèses au cours de ce travail et de la collaboration avec le Maître d’Ouvrage et le Maître d’œuvre a été d’étudier un approvisionnement en eau de mer des professionnels sans mettre en œuvre de traitement collectif. En revanche.

l’Ostréiculteur. etc.  De rencontres avec l’ensemble des professionnels intéressés part le projet. Il n’a pas été rencontré de difficultés majeures au cours de cette étude.  De l’analyse des études réalisées sur l’emprise du projet : Diagnostic Pollution. L’objectif tout le long de cette collaboration était d’optimiser le projet en vu de minimiser les impacts de celui- ci sur l’environnement. La réalisation de cette étude d’impact a été le fruit d’une réelle et longue collaboration entre tous les acteurs intéressés par le projet :  Les professionnels : les pêcheurs.  De la plongée réalisée par JM CROUZET qui a permis de relever la nature des fonds ainsi que la faune et la flore au pied du Môle Nord-Est. notamment le bureau d’études Fluides pour la partie traitement des eaux. Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact X – DESCRIPTION DES METHODES D’EVALUATION UTILISEES ET DES DIFFICULTES RENCONTRES L’étude de l’état initial de l’environnement a été réalisée sur la base :  D’investigations sur le terrain : relevés faune flore. Le Document d’Objectifs (DOCOB) fournit une description très détaillée des habitats marins dans le secteur d’étude. Plan de gestion des terres polluées. L’évaluation des impacts sur la qualité des eaux a notamment été étudiée au travers de l’étude réalisée sur le lotissement du Vauhariot à Cancale.  Les services de Lorient-Agglomération. le directeur d’Haliotis. Page 115 . des sols.).  Les services de la Mairie de Groix. prise de vue. Evaluation des Risques Sanitaires. Ville de Groix. les impacts en période de fonctionnement ont été notamment étudiés au cours de cette dernière réunion. L’analyse de l’état initial a également été élaborée sur la base des travaux réalisés dans le cadre de Natura 2000. le mytiliculteur. Etude géotechnique relative au confortement de la falaise. etc.  De consultation des réseaux (Lorient Agglomération. réalisée par SCE en 2005 pour le compte de la section régionale conchylicole de Bretagne Nord. De même. les mesures de réduction et de compensation des impacts ont été étudiées avec la collaboration de l’équipe de maîtrise d’œuvre. En outre.  De consultation de la bibliographie.  L’équipe de maîtrise d’œuvre et plus particulièrement le Cabinet d’Architectes Menguy et le BET Fluides GUEGUEN PERENNOU. Par ailleurs. Diagnostic Plomb et Amiante. les impacts en phase travaux ont été étudiés au cours d’une réunion de travail avec l’équipe de Maîtrise d’œuvre et la Mairie de Groix.

Pôle d’Activités Mer / Port-Tudy / Groix Etude d’impact XI – NOM ET QUALITE DE L’AUTEUR DE L’ETUDE L’étude d’impact a été réalisée par Alexandre Mabille. Page 116 . Ingénieur de formation en Sciences et Technologies de l’Eau de Polytech Montpellier. Monsieur Mabille dirige le cabinet d’AM Environnement et dispose d’une expérience de près de 18 ans dans la gestion des enjeux environnemntaux.

Centres d'intérêt liés