Vous êtes sur la page 1sur 92

Etude d’Impact sur l’environnement

Projet d’exploitation et d’extension de la


roselière de Drâa Tammar

Elaborée par : Juin 2012

- Prestation : Etude
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

- Réalisée par : TESCO


- Pour le compte : ICL Tunisie
de

Présentation de la société TESCO :

- Raison sociale : TESCO


- Directeur Général : Mourad KAABI
- Domaine d’activité : Etudes, conseil et assistance technique dans les domaines
industriel et environnemental
- Adresse : 11, rue du Lac Ichkeul
1053 Les Berges du Lac. Tunis
- Téléphone : +216 71 960 055 / +216 71 960 077 / +216 71 965 232
- Fax : +216 71 962 717
- Site web : www.tesco.com.tn
- Email : info@tesco.com.tn

Cette étude ne doit en aucun cas faire l’objet d’une reproduction sans l’autorisation de TESCO. Les données
contenues dans cette étude ne doivent être divulguées à personne sauf au client pour lequel elle a été
élaborée. TESCO s’engage donc à respecter les règles de confidentialité et n’assume aucune responsabilité
envers quiconque dans le cas où cette étude a été reproduite sans son autorisation.

Copyright © by TESCO

2
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Table des matières

PREAMBULE 9

I. INTRODUCTION 10

II. IDENTIFICATION ET PRESENTATION GENERALE DES INTERVENANTS 12


II.1. Identification du promoteur 12
II.2. Identification du bureau conseil 13

III. JUSTIFICATION DU PROJET 14


III.1. Facteurs socio-économiques 14
III.2. Facteurs techniques : 15
III.3. Facteurs environnementaux 15

IV. CADRE REGLEMENTAIRE ET INSTITUTIONNEL 17


IV.1. En ce qui concerne l’activité du projet 17
IV.2. En ce qui concerne la procédure de l’EIE 18

V. SITE D’IMPLANTATION, PERIMETRE D’ETUDE ET HORIZON TEMPOREL 21


V.1. Site d’implantation 21
V.2. Périmètre de l’étude 23
V.3 Horizon temporel 23

VI. DESCRIPTION DETAILLEE DU PROJET 24


VI.1. Phase d’aménagement 24
VI.1.1 Aménagement du Oeud pour le drainage des EUT 24
VI.1.2 Construction des infrastructures et mise en place des équipements 24
VI.2. Phase d’exploitation 28
VI.2.1. Caractéristiques des roseaux (arundo donax) 28
VI.2.2. Opérations liées au procédé 29
VI.2.3. Ressources utilisées 31
VI.2.4. Manipulation des matières premières, des sous produits et des produits 34
VI.2.5. Besoin en matière de transport 34
VI.2.5. Bilan matière du projet : intrants, extrants, effluents et rejets ; normes applicables au projet 34
VI.2.6. Accidents/risques – Systèmes de suivi-surveillance 34
VI.3. Phase d’abandon du site 35

VII. ANALYSE DE L’ETAT INITIAL DU SITE D’IMPLANTATION ET DE SON


ENVIRONNEMENT 36
VII.1. Description de l’état actuel 36
VII.2. Situation géographique et foncière 37

3
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

VII.3. Conditions climatiques locales 38


VII.3.1. Pluviométrie 38
VII.3.2. Températures 39
VII.3.3. Le vent 39
VII.3.4. Évapotranspiration potentielle (ETP) 39
VII.4. Description géomorphologique 40
VII.4.1. Pédologie 40
VII.4.2. Les ressources en eau 43
VII.4.3. Exploitation actuelle des roseaux 47

IIX. ANALYSE DES CONSEQUENCES PREVISIBLES DIRECTES ET INDIRECTES DU


PROJET SUR L’ENVIRONNEMENT 49
IIX.1. Impacts potentiels lors de la phase d’aménagement 49
IIX.1.1. Impacts sur les ressources en eau 49
IIX.1.2. Impacts sur les sols 49
IIX.1.3. Impacts sur la faune et la flore 49
IIX.1.4. Impacts socio-économiques 49
IIX.1.5. Impacts sur l’infrastructure 49
IIX.2. Impact potentiel lors de la phase d’exploitation 50
IIX.2.1. Impacts sur les ressources en eau 50
IIX.2.2. Impacts sur les sols 50
IIX.2.3. Autres impacts environnementaux positifs 51
IIX.2.4. Impacts économiques et sociaux 54
IIX.2.5. Réduction de la superficie des parcours pour le cheptel et perte des unités 55
Fourragères 55
IIX.3. Phase d’abandon du site 55
IIX.4. Evaluations des impacts 55
IIX.4.1 L'importance de l'impact 55
IIX.4.2 La certitude de l’impact 56
IIX.4.3 La durée de l’impact 57
IIX.4.4 Le type d’impact 57
IIX.4.5 Le niveau d’impact 58
IIX.4.6 Le degré d’atténuation de l’impact 58

IX. MESURES ENVISAGEES POUR ELIMINER, REDUIRE OU COMPENSER LES


CONSEQUENCES DOMMAGEABLES DU PROJET SUR L’ENVIRONNEMENT 60
IX.1. Conclusions sur les impacts du projet et nécessité de mesures d’atténuation 60
IX.2. Mesures à prendre pour la protection du périmètre 61
IX.2.1. Mesures relatives au réseau d’irrigation 61
IX.2.2. Mesures en matière de la production agricole 63
IX.2.3. Recommandations en matière de la protection du sol 63
IX.2.4. Mesures pour la protection de l’écosystème et de la santé animale 63
IX.2.5. Mesures pour la phase ‘’Chantier’’ 63

4
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

X. PLAN DETAILLE DE GESTION ENVIRONNEMENTALE 65


X.1. Récapitulatifs des impacts potentiels et des mesures d’atténuation environnementale 65
X.2. Estimation des coûts des mesures environnementales 68
X.3. Rapport du suivi des mesures environnementales 69

XI. ANNEXES 71

5
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Liste des tableaux

Tableau 1 : Présentation de l’entreprise .............................................................................. 12


Tableau 3 : Personnel nécessaire pour la gestion du site.................................................... 31
Tableau 4 : Personnel nécessaire pour le siège social ........................................................ 31
Tableau 5 : Répartition de la production de la STEP et de la consommation du CRDA pour
2010 ..................................................................................................................................... 33
Tableau 6 : Répartition de la production de la STEP et de la consommation du CRDA pour
2011 ..................................................................................................................................... 33
Tableau 7 : Pluviométrie moyenne mensuelle ..................................................................... 38
Tableau 8 : Température moyenne annuelle ....................................................................... 39
Tableau 9 : Vitesse des vents violents ................................................................................. 39
Tableau 10 : Pluviométrie et évapotranspiration potentielle................................................. 40
Tableau 11 : Evaluation des impacts du projet pendant la phase d’exploitation .................. 59
Tableau 12 : Plan de gestion environnementale .................................................................. 65
Tableau 13 : Détails du coût estimatif du PGE .................................................................... 68

6
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Liste des figures

Figure 1 : Localisation du projet et périmètre des roselières................................................ 22


Figure 2 : Plantation d’Arundo Donax .................................................................................. 28
Figure 3 : Plan d’implantation des ouvrages ........................................................................ 25
Figure 4 : Plan de masse ..................................................................................................... 26
Figure 5 : Google Earth du site d’implantation du projet ...................................................... 36
Figure 6 : Localisation du projet dans la carte administrative de Kairouan .......................... 37
Figure 7 : Carte pédologique de la zone du projet ............................................................... 41
Figure 8 : Carte des ressources en eaux phréatiques ......................................................... 45
Figure 9 : Vu de la STEP de Draa Thammar de Kairouan ................................................... 47
Figure 10 : Vu de l’état actuel de la roselière de Draa Thammar/Metbasta de Kairouan ..... 48

7
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Abréviations

ANGed Agence Nationale de Gestion des Déchets


ANPE Agence Nationale de Protection de l’Environnement
CRDA Commissariat Régional au Développement Agricole
CE Communauté Européenne
DPE Domaines publics de l’état
MARH Ministère de l'Agriculture et des Ressources Hydrauliques
MEDD Ministère de l'Environnement et du Développement Durable
ONAS Office National de l’Assainissement
SONEDE Société Nationale d'Exploitation et de Distribution des Eaux

STEG Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz

8
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Préambule

Dans le cadre de la stratégie nationale pour la valorisation des ressources naturelles,


pour le développement du secteur agricole et de l’épuration et valorisation des eaux usées
traitées ainsi que l’exploitation des ressources naturelles pour le développement du secteur
industriel, la société ICL Tunisie a entrepris l’aménagement d’un périmètre de plantation
des roseaux dans la zone de Metbasta (délégation du Kairouan nord – Gouvernorat de
Kairouan) irrigué à l’eau usée traitée à partir de la station de traitement de Draa Thammar,
permettant ainsi la phyto-épuration de l’eau et sa valorisation ainsi l’exploitation de terrains
marginalisés, dans l’objectif de produire ultérieurement des biocarburants à partir de
ressources naturelles renouvelables.

Le site considéré présente une topographie et un milieu édaphique favorable à la


présence et au développement des roseaux, en effet nous avons déjà une roselière
existante qui s’étend sur une superficie de 450 ha bénéficiant des eaux traitées issues de la
STEP de Dhraa Tammar. Une deuxième de 1050 ha fera l’objet d’un aménagement dont
l’objectif d’exploiter à 900 ha conformément à l’accord de principe du CRDA de Kairouan et
en se basant sur les quantités d’eaux que peut fournir la STEP pour répondre aux besoins
en irrigation des roseaux.

La délimitation de la roselière a pris en considération plusieurs paramètres :


 Eloignement des habitants et des voies de communication publiques (Art.13 du cahier des
charges fixant les modalités et les conditions particulières d’utilisation des eaux usées
traitées à des fins agro-industriels).
 Eloignement du cours d’eau de plus de 200 m conformément à l’Art. 19 du même cahier.
S’agissant d’un projet utilisant les eaux usées afin de produire de la matière première
pour industrie, touchant en même temps à l’environnement, aux ressources naturelles et à
la qualité de vie, l’Agence Nationale de Protection de l’Environnement (ANPE) a exigé au
préalable une étude d’évaluation des impacts du projet sur l’environnement.
L’objectif de cette étude d’impact est d’améliorer le processus de décision et de faire en
sorte que les actions de création de la roselière en irrigué prévues par l’étude de faisabilité
soient socialement favorables, économiquement intéressantes et écologiquement saines et
durables.

Cette évaluation environnementale permettra de définir les moyens d’améliorer l’impact


sur l’environnement et d’en limiter, atténuer et compenser les effets indésirables.

9
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

I. Introduction

1. Objet de l’étude

La roselière existant actuellement à la localité de Metbassta du gouvernorat de Kairouan est


à l’état sauvage et n’est pas convenablement exploitée, la création de ce projet permettra
l’exploitation et l’extension de la roselière implantée dans le gouvernorat de Kairouan (à la
localité de Metbassta), dans le cadre de ce projet cette étude permettra de/d’ :
Evaluer les différents impacts possibles du projet sur l’environnement.
Analyser les conséquences prévisibles directes et indirectes du projet sur son
environnement et ce pendant les différents phases de ce projet à savoir : la phase de
construction, d’exploitation et de démantèlement.
Définir les mesures envisagées pour éliminer, réduire ou compenser les
conséquences dommageables du projet sur l’environnement.
Etablir un plan de gestion environnementale.

Les intérêts à protéger concernent :


Les personnes travaillant dans l’établissement,
L’environnement autour de la roselière de la localité de Metbasta (Kairouan Nord),
Les activités autour de la roselière, notamment celle du pâturage.

2. Contenu du rapport
Conformément à la réglementation en matière d’Études d’impact sur l’environnement, ce
rapport s’articule autour de huit (8) grands chapitres :

 L’identification et la présentation générale du maître d’ouvrage


 L’identification du bureau de conseil
 Le cadre réglementaire et institutionnel
 La description du site : Cette partie est consacrée à la description du cadre physique et
socio-économique de la zone du projet.
 La description détaillée du projet : Dans cette partie on essaiera dans un premier temps
de situer le projet dans son contexte mondial et local (Tunisie), puis on présentera les
ressources, équipements, procédés et autres besoins nécessaires dans ce projet.
 La justification du projet : Dans ce chapitre, nous nous intéressons à sa justification
socio-économique, technique et environnementale à l’échelle nationale et régionale.

10
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

 L’analyse et la quantification des impacts : La partie qui suit du rapport portera sur
l’analyse et la quantification des impacts prévisionnels du projet, en tenant compte en
particulier du cadre juridique et institutionnel se rapportant à ce type de projet.
 Les mesures d’atténuation : Ce chapitre sera consacré aux mesures d’atténuation et
recommandations à mettre en œuvre en vue d’assurer l’intégration du projet dans son
environnement, et de réduire l’impact des nuisances prévisibles.

11
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

II. Identification et présentation générale des intervenants


II.1. Identification du promoteur

Tableau 1 : Présentation de l’entreprise

Raison sociale ICL Tunisie

Forme juridique Sarl

Secteur d’activité Industriel- environnemental

- Roseaux destinés à la
production de bioéthanol
Produits
- Eaux du Oued traitées par
phyto-épuration

Capacités nominale de production prévue 70 tonne/ hectar/ an

Durée de vie estimée du projet 50 ans

Date prévue de début de construction Avril 2012

Date prévu d’entrée en production Septembre- Octobre 2012

Premier responsable Licia Galbiati


Rue du lac de Constance,
Adresse du siège social Immeuble Carthage Centre, Les
Berges Du Lac 1053 Tunis TN
zone de Metbasta
Adresse des plantations (délégation du Kairouan nord –
Gouvernorat de Kairouan)

Téléphone

Fax du siège social


- Eaux usées traitées de la STEP
Matières premières
- Roseaux sauvages

Nombre du personnel prévu 80

12
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

II.2. Identification du bureau conseil


TESCO est une société de conseil et d’ingénierie qui a été contactée par ICL Tunisie afin
d’élaborer la présente étude d’impact sur l’environnement.

TESCO, fondée en 2005, a réalisé des études d’impact sur l’environnement pour des
sociétés de renommée nationale et internationale.

- Raison sociale : TESCO

- Adresse : 11, rue du Lac Ichkeul

1053 Les Berges du Lac. Tunis

- Nom du premier responsable : M.Mourad KAABI

- Composition de l'équipe : Mohamed Maarref : Chef du Projet

chargée de l'étude Ines Wada : Ingénieur en Génie des

Procédés

Olfa Ben Rayes : Responsable Qualité

13
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

III. Justification du projet


Avec l’urbanisation croissante et le développement touristique et industriel, la menace de
pollution du milieu naturel par les rejets des eaux usées commençait à peser.
Ainsi, en Tunisie, des stations d’épuration ont été créées autour des principales
agglomérations, opération qui s’est développée depuis 1974 date de création de l’Office
National de l’Assainissement (ONAS).

Par ailleurs, vu l’aridité du climat et l’irrégularité des apports pluviométriques et sachant que
les besoins en eau sont toujours en augmentation, les rejets des eaux traitées des stations
d’épuration constituent donc un apport supplémentaire considérable qui s’ajouterait aux
ressources en eau conventionnelles (eaux de surface et eaux souterraines).

Le niveau de traitement accompli par ces stations d’épuration permettra le recyclage de


leurs effluents en agriculture (irrigation, recharge de nappes etc…), il en résulte ainsi d’une
part une rentabilisation d’une eau qui serait autrement perdue et d’autre part une
préservation de l’environnement vu que les quantités rejetées dans la nature s’en trouvent
réduites. Il existe déjà une législation Tunisienne (NT 106-03 de 1989) qui règle cette
utilisation des eaux usées au titre de la protection de l’environnement. Cette norme
Tunisienne fixe les paramètres, les concentrations maximales et les méthodes de dosage
des éléments physico-chimiques et biologiques retenus.
La réutilisation des eaux usées traitées en agriculture n’est plus à prouver en Tunisie
sachant que des superficies importantes ont été déjà équipées. En outre, une stratégie a
été mise en place par le Ministère de l’Agriculture et des ressources en eau pour la
réalisation du maximum de surface possible à irriguer avec les ressources en eau qui
seront disponibles d’ici l’an 2016.

C’est dans ce cadre que s’inscrit ce projet de création/extension de la roselière en irrigué de


Metbasta à partir des eaux usées traitées de la station d’épuration de Drâa Thammar.

Les principaux facteurs justifiant se projet peuvent être résumés dans les facteurs suivant
(développés dans les paragraphes suivants)
Facteurs socio-économiques
Facteurs techniques
Facteurs environnementaux

III.1. Facteurs socio-économiques


Le principal souci du gouvernorat de Kairouan est le renforcement du tissu industriel, car il
s’agit d’une zone classée zone de développement régional prioritaire
En effet ce projet permettra de créer plus de 80 postes d’emploi dans la phase pilote et près
de 450 poste dans la phase d’extension.
14
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Le développement d’une matière première pour la production de biocarburant, permet


l’allègement de la pression sur les ressources fortement sollicitées et peu abondantes
(pétrole), ce qui permet la bonne gestion des ressources disponibles, la lutte contre leur
dégradation et la maîtrise des coûts de production. Les projets adoptant les ressources
propres sont également favorisés par leur contribution substantielle à la préservation de
l’environnement.
La matière première développée pour ce biocarburant ne rentre pas en compétition avec la
chaîne alimentaire.

III.2. Facteurs techniques :


Sur le plan technique les facteurs majeurs justifiant ce projet sont :

- La situation actuelle du parc énergétique en Tunisie et la nécessité de développer de


nouvelle ressource d’énergie, à savoir les biocarburants 2éme génération dans le cas de
cette étude.
- La situation mondiale marquée par l’augmentation excessive du prix du pétrole, par les
chocs pétroliers successifs et par la rude concurrence dans le domaine des énergies.
- L’utilité du recours à des méthodes naturelles et peu coûteuse pour la dépollution des
eaux : phyto-épuration moyennant les roseaux.
- Le secteur agricole étant le domaine d’usage des EUT le plus important, un certain
nombre de conditions doivent être réunies pour réussir les projets y afférents.
Il y a lieu de citer notamment :
 la conformité des EUT aux normes de réutilisation à des fins agricoles afin d’éviter
les retombées négatives sur l’environnement (eau, sols…) et sur la santé
humaine,
 un contexte édaphique du périmètre permettant une meilleure valorisation de
EUT,
 Le choix d'une zone à irriguer aussi proche que possible et topographiquement
favorable pour des raisons économiques,
 l’inexistence d’une ressource alternative pouvant dévier l’intérêt des agriculteurs
de l’utilisation des EUT,
 la possibilité d'un grand stockage permettant à la fois l’extension de la valorisation
des EUT et la réduction des rejets dans le milieu récepteur pendant les périodes
hors irrigation,

III.3. Facteurs environnementaux


Le projet s’inscrit dans une politique de développement durable, il permettra de réaliser
plusieurs acquis, dont on peut citer :

15
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

- La dépollution des eaux usée


- L’amélioration de la qualité de l’air par l’augmentation du taux d’oxygène dans l’air
- La réduction des émissions en CO2
- La réduction de l’effet de serre
- La valorisation des terrains marginalisés
- La valorisation des eaux usées

16
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

IV. Cadre réglementaire et institutionnel


Les principaux textes réglementaires régissant l'environnement et le secteur industriel en
Tunisie et qui seront intégralement respectés dans le présent projet sont les suivants:
IV.1. En ce qui concerne l’activité du projet
Les cadres sectoriels :
La loi n° 75-16 du 31 mars 1975, portant promulgation du code des eaux, fixe les
diverses dispositions qui régissent la sauvegarde et la valorisation du domaine
public hydraulique.

L’ancien code forestier dont la réforme a été décidée par la loi n° 88-20 du 10 avril
1988 précise, dans son article 208 que tout le projet d’aménagement pouvant porter
préjudice à l’équilibre écologique d‘un milieu naturel ne peut être autorisé qu’après
étude de ses impacts prévisibles sur les composantes du milieu.

La loi n° 95-70 du 17 juillet 1995, relative à la conservation des eaux et du sol vient
combler une lacune en matière de lutte contre la dégradation des terres agricoles.
Quatre décrets du 16/10/95 viennent préciser les modes d’application, soit au
niveau du Conseil National de la CES, soit au niveau des Associations de CES et
des groupements régionaux de CES.
La réglementation sur les terres :
La loi n° 83-87 du 11/10/83, relative à la protection des terres agricoles précise le
changement de vocation d’une terre agricole. L’article 3 définit trois catégories de terres :
Zone d’interdiction :
Terres destinées à demeurer comme telles et comprennent les périmètres publics irrigués
crées en application de la loi n° 58/63 du 11/06/58 modifiée par la loi n° 60-6 du 26/07/60 et
la loi n° 63-18 du 27/05/63 modifiée par la loi n° 71-9 du 16/02/71, ainsi que les terres
relevant du domaine forestier de l’Etat et les terres soumises au régime forestier, à
l’exception des terres de parcours.
Zone de sauvegarde :
Terres dont la vocation agricole doit être protégée en raison de leur impact sur la production
agricole nationale. Les zones de sauvegarde sont fixées pour chaque gouvernorat par
décret sur proposition du Ministère de l’Agriculture et après avis de la Commission
Technique Consultative Régionale des terres agricoles prévues à l’article 7 de la loi n° 83-
87 du 11/10/83.

17
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Zone soumise à autorisation ministérielle :


Terres agricoles non comprises dans les zones d’interdiction et de sauvegarde prévues aux
articles 4, 5 et 6 de la loi n° 83/87 du 11/10/83. Tout changement de vocation de ces terres
est soumis à l’autorisation préalable du Ministère de l’Agriculture délivrée par arrêté.
IV.2. En ce qui concerne la procédure de l’EIE
 Loi n° 75-16 du 31 Mars 1975 portant promulgation du Code des Eaux qui contient
diverses dispositions qui régissent, sauvegardent et valorisent le domaine public
hydraulique. Selon les termes de l'article 109 de ce code, il est interdit de laisser écouler, de
déverser ou de jeter dans les eaux du domaine public hydraulique, concédées ou non, des
eaux résiduelles ainsi que des déchets ou substances susceptibles de nuire à la salubrité
publique ou à la bonne utilisation de ces eaux pour tous usages éventuels.
 Décret N° 85-56 du 2 Janvier 1985 portant organisation des rejets des déchets dans
le milieu récepteur (mer, lacs, sebkhas, cours d'eau, nappes souterraines, etc.). Les eaux
usées ne peuvent être déversées dans le milieu récepteur qu'après avoir subi un traitement
conforme aux normes régissant la matière.
 Loi N° 88-91 du 2 Août 1988 portant création de l'Agence Nationale de Protection de
l'Environnement (ANPE) telle qu'elle a été modifiée par la loi N° 92-115 du 30 Novembre
1992. Selon les termes de l’article 8 de cette loi, les établissements industriels qui
endommagent l'environnement ou dont l'activité cause une pollution de l'environnement par
des rejets solides, liquides, gazeux ou autres sont tenus à l'élimination, à la réduction et
éventuellement à la récupération des matières rejetées ainsi qu'à la réparation des
dommages qui en résultent. L'Agence Nationale de Protection de l'Environnement est
habilitée à intenter, devant les tribunaux, toute action visant à obtenir la réparation des
atteintes aux intérêts collectifs qu'elle a pour mission de défendre.
 Arrêté du Ministre de l'Economie Nationale du 20 juillet 1989 portant homologation
de la Norme Tunisienne NT 106.002 qui fixe les conditions auxquelles sont subordonnés les
rejets d'effluents dans le milieu hydrique (domaine public maritime, domaine public
hydraulique et canalisations publiques).
 Arrêté du Ministre de l'Economie Nationale du 28 Mai 1990 portant homologation de
la norme tunisienne NT 106.03 relative à l'utilisation des eaux usées à des fins agricoles.
 Décret N° 90-2273 du 25 Décembre 1990 définissant le règlement intérieur des
contrôleurs de l'ANPE.
 Loi N° 96-41 du 10 Juin 1996, relative aux déchets et au contrôle de leur gestion et
de leur élimination. Les déchets sont classés selon leur origine en déchets ménagers et
déchets industriels et selon leurs caractéristiques en déchets dangereux, déchets non
18
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

dangereux et déchets inertes. Le mode de gestion des déchets dangereux est réglementé.
La liste des déchets dangereux est fixée par le Décret n° 2000-2339 du 10 Octobre 2000.
 Loi N° 97-37 du 2 Juin 1997, fixant les règles organisant le transport par route des
matières dangereuses afin d'éviter les risques et les dommages susceptibles d'atteindre les
personnes, les biens et l'environnement. Les matières dangereuses sont divisées en 9
classes. La liste et la définition des matières, de chaque classe, autorisées au transport par
route, sont fixées par décret.
 Loi n° 2001-14 du 30 Janvier 2001, portant simplification des procédures
administratives relatives aux autorisations délivrées par le Ministère de l'Environnement et
de l'Aménagement du Territoire dans les domaines de sa compétence.
 Décret N° 2002-335 du 14 Février 2002, fixant le seuil à partir duquel la
consommation des eaux est soumise à un diagnostic technique, périodique et obligatoire
des équipements, des travaux et des modes de production liés à l'utilisation des eaux, les
conditions de désignation des experts, la nature des diagnostics et leur périodicité.
 Décret N° 2002-693 du 1er Avril 2002, fixant les conditions et les modalités de
reprise des huiles lubrifiantes et des filtres usagés en vue de garantir leur gestion
rationnelle et d'éviter leur rejet dans l'environnement.
 Décret N° 2005-3395 du 26 décembre 2005, fixant les conditions et les modalités de
collecte des accumulateurs et piles usagées.
 Arrêté du ministre de l'agriculture et des ressources hydrauliques du 19 juillet 2006
fixant la liste de la faune et de la flore sauvages rares et menacées d'extinction.

La législation tunisienne s'étend aux conventions internationales suivantes :


 Convention de Vienne pour la protection de la couche d'ozone, Vienne le 22 mars
1985 (adhésion par la Loi n° 89-54 du 14 mars 1989).
 Protocole de Montréal relatif aux substances qui appauvrissent la couche d'ozone,
Montréal le 16 septembre 1987 (adhésion par la Loi N° 89-55 du 14 mars 1989).
 Convention des Nations Unies sur la Diversité Biologique, Rio De Janeiro le 5 juin
1992 (ratifiée par la Tunisie par la Loi N° 93-45 du 3 mai 1993).
 Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques signée en
1992, lors du sommet de la Terre, à Rio. La Tunisie, qui a ratifié cette Convention le 15
Juillet 1993, a l'obligation de communiquer à la Conférence des Parties, des informations
relatives à l'inventaire national des gaz à effet de serre (GES) et un plan d'action
d'atténuation des GES et d'adaptation contre les Impacts négatifs du changement
climatique.

19
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

 Protocole de Kyoto, annexé à la Convention Cadre des Nations Unies sur les
Changements Climatiques, adopté à Kyoto le 10 décembre 1997 (adhésion de la Tunisie
par la Loi N° 2002-55 du 19 juin 2002).
 Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants, adoptée à
Stockholm le 22 mai 2001, signée par la Tunisie le 23 mai 2001 (approuvée par la Loi 2004-
18 du 15 mars 2004).

20
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

V. Site d’implantation, périmètre d’étude et horizon temporel


V.1. Site d’implantation
Administrativement, le périmètre fait partie de l’Imadat du même nom de la délégation de
Kairouan Nord du gouvernorat de Kairouan. Il est composé de deux parties : une roselière
existante tout le long d’Oued El Baghla et puis Oued Ataf sur une superficie d’environ 450
ha et une deuxième partie de la plaine de Metbasta ou Bled Msaadia couvrant une
superficie de 1050 ha. Les limites du périmètre sont indiquées sur la carte de localisation ci-
jointe.

21
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Figure 1 : Localisation du projet et périmètre des roselières

22
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Sur le plan foncier, la roselière existante appartient au domaine public hydraulique


(DPH) dont la gestion est attribuée à l’Arrondissement des Ressources en eau du CRDA de
Kairouan et la zone d’extension fait partie des terres du Domaine Privé de l’Etat, dont les
titres sont les suivants : 9796, 33767 et 9295.
L’emplacement exact du projet sur ces parcelles n’est pas encore définitif, la partie
hachurée représentant la roselière projetée sur la carte en amont est une suggestion tenant
compte des contraintes telles que la conduite de transfert des EUT, les limites du DPP,
l’accès à la route, la zone de pâturage est également un élément majeur à prendre en
considération lors du choix de l’emplacement de la roselière. L’emplacement ne doit pas se
faire au dépend de la zone de pâturage…
La validation du choix de la localisation définitive de l’extension dépendra du contrat qui
sera signé avec les services concernés du ministère de l’agriculture et du ministère des
domaines de l’état.
V.2. Périmètre de l’étude
En tenant compte de la nature et de l’envergure socio-économique du projet, la zone
d’étude et celle d’influence couvrent l’ensemble du gouvernorat de Kairouan et s’étendront
même aux délégations avoisinantes, si on prend en considération la deuxième phase de ce
projet à savoir la production du bioéthanol. Quant au périmètre dans lequel se font sentir les
impacts des rejets ou autres (qui notons le sont très limités), il sera limité au voisinage
immédiat du périmètre de culture.

V.3 Horizon temporel


L’horizon temporel de l’étude d’impact concerne les deux premières phases du projet qui
sont la phase d’aménagement des terrains et la phase d’exploitation.
La phase d’abandon fera l’objet d’une étude d’impact à la fin de la période d’exploitation.

V.3.1. Phase d’aménagement


La phase d’aménagement englobe la phase d’étude ainsi que la mise en place des bassins,
installations et autres équipements nécessaires à l’irrigation, ainsi que les tests d’essai et
de mise en service. La durée prévisionnelle de cette phase est estimée à 3 mois à partir du
mois d’avril 2012

V.3.2 Phase d’exploitation


La durée prévisionnelle de l’exploitation des périmètres irrigués de la roselière d’Oued
Dharaâ tammar est estimée à une cinquantaine d’années.

23
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

VI. Description détaillée du projet

Lors de ce chapitre on tâchera de présenter et de décrire :


1-Pour la phase d’aménagement
- Les différentes opérations qui seront mises en place
- Les infrastructures et les équipements du projet
2-Pour la phase d’exploitation
- Les plantes qui seront cultivées et leurs caractéristiques
- Les opérations ainsi que les ressources liées au procédé
- Le flux des matières premières, produits semi-finis et produits finis
- Les besoins en matière de transport
- Le Bilan matière du projet : intrants, extrants, effluents et rejets, ainsi que les normes
applicables au projet
- Les risques et accidents ainsi que le système de surveillance à mettre en place
3-La phase d’abandon du projet

VI.1. Phase d’aménagement


VI.1.1 Aménagement du Oeud pour le drainage des EUT

De la STEP jusqu’au niveau des plantations les terrains présentent une pente de 2%, les
EUT seront drainées de manière gravitaire. Des travaux d’aménagement et de recalibrage
du lit de l’Oued seront effectués de la façon suivante :
- Levé topographique tout au long du parcourt du lit de l’Oued :
- Profilage des deux rives de l’Oeud dans augmentation excessive de la largeur et ce pour
stabiliser l’érosion d’une part et faciliter le transit de l’eau.
- En fonction du levé topographique le lit de l’oued devrait être réajusté pour diminuer le
taux d’infiltration.
- Protection du parcourt après les travaux de réaménagement avec installation de siège à
fils barbelés.
- L’aménagement des endroits au niveau desquels, l’érosion par l’eau est prononcée, par
réglage au niveau du parcourt (méandres).

VI.1.2 Construction des infrastructures et mise en place des équipements


Les principales infrastructures relatives à ce projet, comme décrit sur le plan de la figure 3,
sont :
- un canal pour la collecte des EUT,
- la station de pompage,
- le bassin de stockage d’une capacité de 15000 m3,
- la conduite de transfert des EUT de la STEP jusqu’à la roselière,
- un deuxième bassin de stockage,
- un pont bascule pour assurer l’alimentation en eau des roto-irrigateurs,
- Le périmètre de la roselière existante ainsi et de l’extension.

24
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Figure 2 : Plan d’implantation des ouvrages

25
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Figure 3 : Plan de masse

Sur le périmètre de l’extension, en plus des plantations, se tiendra un espace technique et


administratif qui abritera deux bureaux, un local pour la pesée, le pont bascule, un parking,
un magasin, un atelier, un hangar, ainsi que le quai de déchargement.

a. Conduite de transfert des EUT jusqu’aux plantations


Les EUT seront drainées gravitairement sans dénaturer ni le court ni les dimensions de
l’oued (les travaux d’aménagement de l’oued sont décrits plus loin), du point de rejet de la
conduite de la STEP jusqu’au premier bassin de stockage, au niveau de la route le passage
de l’eau se fera par fonçage l’eau sera par la suite transférée jusqu’à la station de pompage
via une conduite en béton à ciel ouvert.

26
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

b. 1er Bassin de stockage de l’eau


Les eaux collectées à-partir de la STEP et qui seront utilisées pour l’irrigation, ne peuvent
pas être directement pompées dans le processus d’irrigation, pour ce faire on a prévu un
bassin tampon d’une capacité de 15000 m3 (Voir Annexe n°8).
c. 2éme bassin de stockage et unité de pompage
Ce deuxième bassin sera alimenté au fur et à mesure en fonction des besoins en irrigation
à partir du premier bassin. IL servira à alimenter les moto-pompes connectées aux roto-
irrigateurs.
d. Roto-irrigateurs
On adoptera une irrigation par aspersion qui sera assurée grâce à un système de roto-
irrigateur, chaque roto-irrigateur assurera l’irrigation d’une ligne, la motopompe délivrant
une pression de 10 Bar, permettra à la fois l’irrigation en pluie et le replis-déplit du tuyau.
Le roto-irrigateur permettra l’irrigation sur un diamètre de 120 mètre.
e. Plantations
L’espace de plantation est composé de deux parties : une roselière qui s’étend tout au long
d’Oued El Baghla et puis Oued Ataf sur une superficie d’environ 450 ha et une deuxième
partie de la plaine de Metbasta ou Bled Msaadia couvrant une superficie de 1050 ha. La
surface nette à planter se limitera à 900 ha. Ce choix a été dicté par le besoin de trouver un
juste compromis entre les quantités d’eaux que fournie la STEP et les besoins en eaux de
l’Arundo Donax. Voir la lettre adressée du CRDA de Kairouan au gouverneur de Kairouan
en annexe 9.
f. Surface Tampon
Sur l’espace de plantation une partie sera qualifiée d’espace tampon, en cas de
pluviométrie élevée cette surface sera cultivée et les récoltes seront comptabilisées dans le
total final. En cas de faible pluviométrie cette surface ne sera pas prise en considération,
elle ne rentre pas dans le périmètre des plantations à irriguer.
g. Magasin et entrepôts
Le magasin permettra d’abriter les équipements d’agricultures, les roto-irrigateurs au cas ou
on aura besoin de les abriter pour maintenance ou autres, les tuyaux, les outillages
utilisables pour la maintenance ainsi que tout autre consommable.
L’entrepôt servira au stockage des roseaux moissonnés avant leur exportation et traitement
final.

27
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

VI.2. Phase d’exploitation


VI.2.1. Caractéristiques des roseaux (arundo donax)

Figure 4 : Plantation d’Arundo Donax

a. Description
-Nom scientifique : Arundo donax L.
-Nom vernaculaire : Canne de Provence
-Famille : Poaceae
C'est une graminée caractéristique des lieux aquatiques des régions méditerranéennes.
Elle a de grandes feuilles effilées, retombantes, glauques, et des panicules terminales
d'épillets de couleur vert pâle à violacé.
Elle ressemble à un roseau ou à un bambou, notamment avant l'apparition des épillets. Sa
hauteur est de 1 m à 6 m selon les variétés. Avec l'hiver elle prend un aspect desséché.
La variété Arundo donax var. versicolor, par son côté panaché, est plus attractive.

b. Caractéristiques

organes végétatifs :
 Type de ramification : rhizome à croissance sympodiale
organes reproducteurs :
 Type d'inflorescence : panicule d'épillets
 répartition des sexes : hermaphrodite (possède étamines et pistil)
 Type de pollinisation : anémogame (par le vent)
 Période de floraison : septembre à octobre
graine :

28
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

 Type de fruit : caryopse (fruit sec type des graminées)


 Mode de dissémination : anémochore (par le vent)
Habitat et répartition :
 Habitat type : roselières méditerranéennes
 Aire de répartition: cosmopolite (thermo)
c. Culture

Arundo Donax requiert les conditions suivantes : lumière, soleil


La canne de Provence s’accommode de nombreux types de sols, mais elle
apprécie cependant un bon drainage et est donc peu à l’aise dans les sols
argileux. Elle supporte une relative sécheresse.
La canne de Provence est très résistante à un grand nombre de maladies et
de parasites.
d. Production

-1ère année : 3 à 5 t de MS/ha/an


-2ère année : 10 è 15 t de MS/ha/an
-3ère année : 20 t de MS/ha/an
-Ensuite : environ 25 t de MS/ha/an

VI.2.2. Opérations liées au procédé


Les roseaux arundo donax étant une plante sauvage, le procède lié à leur culture est assez
simple et se résume dans les deux étapes d’irrigation puis de récolte.

a. Irrigation
L’irrigation sera effectuée comme nous l’avons déjà cité à partir des eaux débitées par la
STEP, le procédé adopté sera l’irrigation par aspersion (technique qui consiste à reproduire
la pluie). Ceci sera assuré par les roto-irrigateurs. Les quantités varieront de 1 à 2mm,
ajustables suivant la pluviométrie naturelle.

Les EUT, selon le niveau de traitement actuel, ne permet pas l'introduction des techniques
modernes d'irrigation (telles que l'irrigation localisée). Des entretiens fréquents des
équipements sont nécessaires, ce qui rend l'activité d'irrigation coûteuse et contraignante
au niveau de l'agriculteur. D'autre part l'irrigation par aspersion tributaire d'une forte charge,
augmente encore plus le coût de l'eau. L'irrigation par aspersion demeurera néanmoins la
technique optimale pour l'irrigation des céréales et du fourrage. Ainsi le choix des sites de
stockage et de la zone à irriguer doit être judicieux de façon à minimiser les coûts d'énergie

29
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

au niveau des périmètres. L'utilisation de l'énergie renouvelable pour le pompage des EUT
au niveau du transfert devra être une option prioritaire.
b. Culture et Moisson
-Travail du sol : Labour profond en hiver. Disquage et hersage au printemps. Ouverture de
sillons ensuite.
-L’espèce produit des graines stériles. Le mode le plus adéquat de multiplication est la voie
asexuée c'est-à-dire par micro-rhizomes ou éclats de souches.
-Interlignes de 2 à 2,5 m.
-Profondeur des sillons d’environ 15 cm.
-Fermeture des sillons suivie d’un roulage.
-Densité de plantation de 3 micro-rhizomes/m linéaire, soit environ 15 000 microrhisome/ha.
-Le pouvoir de colonisation des rhizomes est assez important de l’ordre de 25 cm/an.
-La croissance des roseaux étant assez rapide, on pourra atteindre les tailles préconisées
dans une période de 5 à 6 mois environs. La moisson pourra donc être effectuée deux fois
par an.
Vu l’étendu des surfaces des plantations cette étape sera totalement mécanique, la récolte
sera effectuée moyennant des moissonneuses (similaires à celles utilisées dans la récolte
des céréales et des plantes à grain).

c. Stockage et transport
Les roseaux moissonnés et empaquetés seront stockés dans les entrepôts puis chargés
dans des camions qui les mèneront jusqu’au port en vue de leur exportation vers la
raffinerie en Italie. (En attendant de mettre en place une raffinerie en Tunisie à proximité
des plantations).
Notons bien que le transport se fera jusqu’au quai dans la première phase (export vers une
distillerie en Italie) et que dans un deuxième temps les récoltes seront acheminées vers la
distillerie qui sera à priori installée dans la zone industrielle de Kairouan.

30
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

VI.2.3. Ressources utilisées


a. Ressources humaines
Le projet emploiera 80 personnes + 200 personnes pour chaque 1.500 H, répartis entre
personnel au siège social et personnel nécessaire pour la gestion du site. Le tableau ci-
après permet de présenter la répartition du personnel, les différentes fonctions ainsi que le
nombre :

Tableau 2 : Personnel nécessaire pour la gestion du site


Fonction Nombre
Chefs d'équipe pour l'installation des
4
irrigateurs
Mécanicien et chauffeur chariot
1
élévateur
Chauffeurs tracteurs 8
Pointeur personnel et magasinier 1
Ouvrier ordinaire pour la mise en balle 2
Gardien de nuit 3
Ouvrier ordinaire pour le chargement de
20
la récolte
Chef d'équipe pour la récolte 2
Ouvrier ordinaire pour la plantation 30
Chef d'équipe pour la plantation 3
Total 74

Tableau 3 : Personnel nécessaire pour le siège social


Fonction Nombre
Directeur général 1
Comptable 1
Secrétaire 1
Gardien 1
Assistant Direction 1
Chauffeur 1
Total 6

b. Eau utilisée pour l’irrigation


Les besoins journaliers en eau du périmètre irrigué varient selon les mois et la pluviométrie
naturelle entre 1 mm et 2 mm, i.e. pour 900 ha, un besoin journalier total entre 9000 et
18 000 m3, les quantités d’eau restant après que le CRDA n’est prélevé les quantités
nécessaires, couvrent bien les besoins en irrigation du projet.

Notons bien que :


31
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

- Les prélèvements du CRDA ne sont pas réguliers, par exemple en 2011 le CRDA n’a
prélevé de l’eau que 3 mois sur 12 et en 2010 les prélèvements ont touché 6 mois.

- Le pourcentage d’eau prélevé par le CRDA n’a pas dépassé les 19% pour les deux
dernières années, les quantités qui restent couvrent donc largement les besoins
minimaux (1 mm) des roseaux.

- La pluviométrie de la région est de 300 mm/an

32
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Tableau 4 : Répartition de la production de la STEP et de la consommation du CRDA pour 2010


Total produit
par la STEP Quantités prélevées
(m3) max/jour par le CRDA (m3)
jan 399 465 13 008 129 347
fév 365 003 17 456 235 490
mar 397 381 18 902 139 196
avr 381 351 17 810 167 470
mai 416 975 19 060 148 081
jui 391 758 14 600 -
jul 431 552 14 978 -
Aout 439 631 15 890 144 170
sept 428 114 18 986 -
oct 446 389 20 127 -
nov 419 052 18 931 -
dec 431 007 13 987 -

Total 4 947 678 13 555 963 754


% prélevé par
le CRDA 19,48%

Tableau 5 : Répartition de la production de la STEP et de la consommation du CRDA pour 2011

Total produit Quantités


par la STEP prélevées par le
(m3) max/jour CRDA (m3)
jan 436 783 16 425 -
fév 408 526 16 997 242 697
mar 446 940 17 127 270 983
avr 431 668 18 763 259 322
mai 483 057 20 563 -
jui 447 699 19 443 -
jul 444 027 18 125 -
Aout 493 958 18 530 -
sept 467 948 16 168 -
oct - - -
nov - - -
dec - - -

Total 4 060 606 14 874 773 002


% prélevé
par le
CRDA 19,04%

33
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

c. Besoins énergétiques
Les deux sources d’énergies utilisées seraient l’électricité pour le fonctionnement des
diverses machines et le carburant pour les semi-remorques, chariots, trax,
moissonneuses...

VI.2.4. Manipulation des matières premières, des sous produits et des produits
L’eau sera acheminée de la STEP vers les périmètres à irriguer et stockée dans un bassin
tampon, avant d’être pompée vers les roto-irrigateurs.
Les roseaux arrivés à maturité seront moissonnés et empaquetées par les moissonneuses,
puis stockés dans un entrepôt avant leur transport pour la production du bioéthanol (export
vers une distillerie en Italie dans un premier temps, puis vers une distillerie qui sera
implantée dans la zone industrielle à proximité dans un deuxième temps).

VI.2.5. Besoin en matière de transport


Il est à noter que deux phases seront prises en considération lors de ce projet :
- La première phase où les roseaux cultivés seront exportés vers une distillerie en Italie.
- La deuxième phase où les roseaux seront transportés vers la distillerie qui sera implantée
en Tunisie à priori dans la zone industrielle de Kairouan.
Des tracteurs assureraient le transport des roseaux jusqu’à l’entrepôt.
Puis des semi-remorques avec centenaires assureraient le transport de la matière première
jusqu’au port dans un premier temps, puis jusqu’à l’unité de production de bioéthanol
implantée à proximité dans un second temps. La matière subira une fumigation avant son
export, pour ce qui est de la phase 1 (export).

VI.2.5. Bilan matière du projet : intrants, extrants, effluents et rejets ; normes


applicables au projet
-Matières premières : 950 ha de terrains et les eaux de la STEP (entre 1 et 2
mm/ha/an),
-Produit finis : 66 500 tonne de roseaux /an

VI.2.6. Accidents/risques – Systèmes de suivi-surveillance


Les accidents et les risques qui peuvent être générés par cette activité sont :

 Faute d’inattention pendant la manipulation des équipements agricole et produits


finis,
 Les pannes et l’arrêt brusque des machines.
Pour faire face à ces problèmes professionnels, un système de suivi du personnel sera
programmé pour la sensibilisation et la formation en matière de sécurité et de gestion. Ainsi,
l’entretien périodique et la réparation des machines si nécessaire entraine le bon
fonctionnement de ces dernières et évite par conséquent les arrêts et la perturbation du
travail.

34
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

VI.3. Phase d’abandon du site


La durée de l’exploitation du site est estimée à 50 ans, l’abandon du site fera l’objet d’une
étude d’impact supplémentaire dans laquelle la société proposera un programme de
réaménagement adéquat et qui sera déposée à l’avance pour approbation.

35
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

VII. Analyse de l’état initial du site d’implantation et de son environnement


VII.1. Description de l’état actuel
L’état actuel du site peut être décrit comme étant une plaine partiellement couverte par les
roseaux.

L’image Google Earth ci-dessus permet d’avoir une vue d’ensemble du site d’implantation.

Figure 5 : Google Earth du site d’implantation du projet

Le périmètre se trouve à une distance de cinq kilomètres environ de la ville de Kairouan en


direction de Tunis, il est actuellement équipé d’un réseau d’irrigation desservi à partir de la
station d’épuration (de l’ONAS) de la ville de Kairouan.

Le périmètre ne présente pas activité industrielle, mais quelques activités d’agriculture et de


pâturage. En effet les roseaux sont actuellement exploités par la population avoisinante
(environ 9 familles) pour la fabrication artisanale et périodiques des produits et divers
articles (parasols à base de roseaux pour des fins touristiques, clôture pour les bergeries,
autres articles, etc….).

36
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

VII.2. Situation géographique et foncière


Administrativement, le périmètre fait partie de l’Imadat du même nom de la délégation de
Kairouan Nord du gouvernorat de Kairouan. Il est composé de deux parties : une roselière
existante tout le long d’Oued El Baghla et puis Oued Ataf sur une superficie d’environ 450
ha et une deuxième partie de la plaine de Metbasta ou Bled Msaadia couvrant une
superficie de 1050 ha. Les limites du périmètre sont indiquées sur la carte de localisation ci-
jointe.

Figure 6 : Localisation du projet dans la carte administrative de Kairouan

37
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Sur le plan foncier, la roselière existante appartient au domaine public hydraulique (DPH)
dont la gestion est attribuée à l’Arrondissement des Ressources en eau du CRDA de
Kairouan et la zone d’extension fait partie des terres du Domaine Privé de l’Etat, gérées
dont les titres sont les suivants : 9796, 33767 et 9295. La mise en place du projet nécessite
une délimitation de ces deux lots pour le dimensionnement des composantes du projet
(infrastructures et équipements). Toutefois, il est à signaler que les terres du domaine privé
de l’Etat sont soumises au régime forestier d’après la décision de la commission régionale
de délimitation de parcours du gouvernorat de Kairouan dans le PV du 6 juin 1979 publiées
par le Journal officiel le 15 Janvier 1980. Cette décision comprend les parcelles suivantes :

· Une première parcelle formée de 2104 ha du titre foncier n°9796 et 2107 ha du titre
foncier n°9295
· Une deuxième parcelle formée par 2722 ha du titre foncier n°9796 et 678 ha du titre
foncier 9295.
· Une troisième parcelle non immatriculée d’une superficie de 590 ha.
Les terres, l’objet de la décision de soumission au régime forestier, se chevauche avec les
terres prévues pour l’extension du projet et dont le statut foncier fait du domaine privé de
l’Etat (DPE). A cet effet, des autorisations doivent disposées auprès du CRDA de Kairouan
pour annuler la soumission au régime forestier et une autre pour la direction régionale des
affaires foncières et du domaine de l’Etat pour mettre à la disposition du projet les terres
nécessaires pour l’implantation des composantes du projet (superficie, durée et modalités).

Comme indiqué sur la carte de la figure 8, il sera question dans ce projet de deux
parcelles :
- Une parcelle existante qui couvre une superficie de 450 ha.
- Une parcelle qui s’étend sur 1050 ha et qui abritera l’extension.

VII.3. Conditions climatiques locales


Les données climatiques se réfèrent à la station de Kairouan qui est la plus proche du futur
projet de la roselière.

VII.3.1. Pluviométrie
La pluviométrie moyenne annuelle correspond à 304.8 mm/an. Les pluies s’étalent de mois
de septembre jusqu’au mois de Mai. Le dépouillement des relevés de plus de 50 ans pour
la station de Kairouan fait apparaitre les données suivantes :
Tableau 6 : Pluviométrie moyenne mensuelle
mois S O N D J F M A M J Jt A Total
Pluviométrie 42,2 45,5 27,3 32,7 25 23,5 32,1 28,6 21,6 9,9 3,9 12,5 304,8
(mm)

38
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

La répartition inter-saisonnière des pluies est inégale avec un automne relativement


pluvieux, un hiver et un printemps moyennement pluvieux et un été sec. La pluviométrie
moyenne minimale peut atteindre 45% et de la pluviométrie moyenne (environ 138 mm) et
celle maximale environ 208%. Le coefficient de variabilité atteint 4.6.

Toutefois, les pluies peuvent se produire sous forme d’averses brusques et de courtes
durées dans une zone où l’évaporation prend des grandes proportions. Les orages de
l’automne sont bénéfiques pour le lessivage des sels surtout des sols légers.

VII.3.2. Températures
Les températures moyennes annuelles mesurées dans les deux statuions d’El Alem et de
Kairouan se présentent comme suit :
Tableau 7 : Température moyenne annuelle
Station Kairouan El Alem
Température moyenne annuelle 19,7 19,3
°C

Le maximum de température est atteint en été et le minimum est en hiver. A la station de


Kairouan, la moyenne des maximas du mois le plus chaud (juillet) est égale à 37 °C et la
moyenne des minimas du mois le plus frais (janvier) est de 6.2°C.

VII.3.3. Le vent
Le nombre de jours ventés sont 29. La région est soumise à l’influence de deux vents
dominants du Nord-Ouest et du Sud Est. Les vents au printemps sont orientés Nord-Nord
Est suivis des vents du Sud-Ouest. En automne, les vents du Sud-Ouest dominent. Les
fréquences des vents enregistrées à la station de Kairouan sont données dans le tableau
suivant :
Tableau 8 : Vitesse des vents violents
Mois S O N D J F M A M J Jt A Moyen
Vitesse 33 40 27 40 27 26 26 28 29 39 25 25 28
m/s

Le sirocco vent chaud et desséchant de direction Sud et Sud-Ouest, d’origine saharienne


relativement fréquent, se fait sentir surtout en été. Il intervient 10 jours par an durant la
période de mois de Mai à Septembre.

VII.3.4. Évapotranspiration potentielle (ETP)


L’évaporation potentielle mensuelle mesurée à l’échelle mensuelle dans la région de
Kairouan, ainsi que la pluviométrie mensuelle sont données dans le tableau suivant :

39
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Tableau 9 : Pluviométrie et évapotranspiration potentielle


Mois S O N D J F M A M J Jt A Total
Pluviométrie 42,2 45,5 27,3 32,7 25 23,5 32,1 28,6 21,6 2,9 3,9 12,5 304,6
Moyenne
(mm)
ETP (mm) 175 124 79 60 57 61 87 108 158 207 243 230 1588
Déficit (mm) 130,8 78,5 51,7 27 ,3 32 37,5 34,9 79,4 134,4 197,1 239,1 217,5 1282,2

L’ETP, calculée par la formule de Balley-Criddle est de 1588 mm. Elle est très élevé entre le
mois de d’Avril à Octobre avec un maximum de 243 mm au mois de juin. Le déficit
hydrique, calculé d’un rapprochement entre l’ETP et les pluies moyennes annuelles, est de
1282 mm. Ce déficit est notamment estival où l’irrigation est nécessaire pour assurer une
production végétale. Toutefois, l’allocation des potentialités hydriques de la STEP peuvent
être affectée pour l’irrigation des roseaux puisque cette période ne chevauche pas avec les
fourrages d’hiver pratiquées par les agriculteurs du périmètre irrigué de Dhraa Tammar.

VII.4. Description géomorphologique


La zone du projet fait partie de la plaine appelée « Kairouanais » dont la formation
géologique dominante est le quaternaire et drainant tous les oueds qui proviennent de la
dorsale et de la haute steppe (Zeroud et Merguellil). La zone du projet fait partie de la
dépression occupée par une sebkha de Kalbia. Les sols sont formés sur des alluvions de la
plaine de texture hétérogène sous forme de lentille superposées et juxtaposées mais à
dominance fine. La zone du projet est constituée par une plaine à pente faible et joue le rôle
d’une zone d’épandage des oueds qui drainent la dorsale vers le sud (Zéroud, Merguellil et
Nebhana) sous forme d’une confluence entre ces trois systèmes hydrologiques. Ces trois
grands oueds sont contrôlés par trois grands barrages (Sidi Saad, El Houareb et Nebhana).

VII.4.1. Pédologie
a. Typologie des sols
La zone d’étude s’étend sur deux unités désignées zone du projet et zone d’extension. La
pédogenèse qui y est marquante est de type calcimorphe conditionnée par une lithologie
sédimentaire, un climat aride avec assèchement estival sans oublier le facteur humain
considéré comme primordial dans le processus d’évolution des sols.

La prospection de terrain ainsi que l’étude morphologique à travers l’observation de profils


pédologiques naturel a révélé que la couverture pédologique au niveau de la zone d’étude
est formée principalement par deux types de sols : sols halomorphes occupant la totalité de
la zone d’extension et la partie Nord de la zone du projet ; sols peu évolués d’apport alluvial
occupant une petite étendue au Sud de la zone du projet.

40
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Figure 7 : Carte pédologique de la zone du projet

41
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

- Sols holomorphes
Ces sols sont peu profonds, de texture fine à moyenne (argilo-limoneuse à argileuse) et de
structure toujours prismatique. Ces sols sont caractérisés par une forte salinité au niveau de
tout le profil. La salure s’accentue en profondeur sous l’effet de lessivage des sels à partir
des horizons de surface et la présence d’une nappe peu profonde très salée. Lors de notre
diagnostic de terrain nous avons pu observer des florescences salines à la surface du sol
indiquant une salinité excessive dans ces endroits. Néanmoins, la salinité du sol n’est pas
uniforme dans toute la zone d’étude. Elle présente un gradient croissant dans la direction
Ouest-Est tout en s’approchant des zones basses.
Les contraintes liées à une salure élevée, une hydromorphie en profondeur surtout dans les
zones basses déclassent ces sols de point de vue aptitude culturale.
- Sols peu évolué d’apport alluvial
Ces sols sont de type non climatiques, profonds et à caractère salin. Leur texture est
sableuse à sablo-limoneuse en surface, sablo-limoneuse ou sablo-argileuse en profondeur.
Leur structure est peu apparente ou même peut être fondue. Leur compacité est faible ou
moyenne. Ces sols évoluent au dépend d’alluvions détachées des zones amont,
transportées sur de courtes distances et déposées tout le long des lignes d’écoulement des
eaux de ruissellement traversant la zone d’étude. Ces alluvions sont constituées
principalement par du sable, argile et des matériaux meubles calcaires. Ces sols sont riches
en calcaire total et leur évolution n’est généralement pas complète. Une grande partie des
sols peu évolués d’apport alluvial occupant la zone du projet est inondée par les rejets de la
station d’épuration de Kairouan ce qui a favorisé le phénomène d’hydromorphie dans ces
zones. Ajoutant à ce phénomène la salinité relativement élevée, les sols dans ces zones se
trouvent ainsi déclassés de point de vue aptitude culturale aux cultures conventionnelles.
Par contre, ces sols présentent une bonne aptitude pour le roseau, espèce tolérant la
salinité et se développant dans les milieux inondés.
b. Aptitudes culturales des sols
Les sols occupant la zone d’étude présentent des contraintes liées à la salinité et
l’hydromorphie. Ces contraintes ne constituent pas un obstacle pour le roseau étant donné
que cette espèce, hélophyte par excellence, accepte pratiquement tous les types de sols
inondés à condition qu’ils ne soient ni trop acides et ni trop à l’ombre ce qui n’est pas le cas
dans notre zone d’étude. Néanmoins, c’est dans les substrats riches en éléments nutritifs
que le développement de la plante est à son maximum. Ainsi, l’amélioration de la fertilité
des sols de la zone d’étude (pauvres chimiquement) est nécessaire pour une meilleure
production. Dans ce cadre, l’épandage des boues d’épuration urbaines produites par la
station d’épuration s’avère un moyen intéressant pour l’amélioration des sols dans la zone
d’étude. En effet, les boues d’épuration urbaine sont utilisées depuis des années comme
moyen de bonification des sols agricoles. Ces boues ont l’avantage d’être riche en azote,
phosphore, matières organiques, oligoéléments et calcium (quand chaulées). Cependant,
42
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

elles contiennent aussi des éléments traces potentiellement toxiques (Cd, Cr, Cu, Hg, Ni,
Pb, Zn, etc.), des micropolluants organiques (PCB, antibiotiques, pesticides, etc.) et des
organismes pathogènes (bactéries, virus, etc.). De ce fait, plusieurs pays ont adopté des
normes d’utilisation des boues d’épuration en agriculture afin de limiter la dissémination
dans l’environnement des substances potentiellement polluantes. Ainsi, lors de l’utilisation
des boues d’épuration il est indispensable d’évaluer l’impact des épandages sur la qualité
des sols et de l’eau. Pour ce faire il est recommandé de :
- Suivre au cours du temps l'évolution des teneurs totales en éléments traces métalliques
(ETM) dans les sols et dans la nappe phréatique pour vérifier s’il y a augmentations des
stocks.
- Réaliser des extractions partielles sur échantillons de sols (sels neutres, agents
complexes) pour tenter d'évaluer la mobilité et la phyto-disponibilité des ETM. Ceci permet
de savoir sous quelles formes chimiques (échangeables, liées aux MO, aux oxydes) et en
quelles proportions les ETM se trouvent-ils dans le sol.

VII.4.2. Les ressources en eau


a. Les ressources en eau des nappes phréatiques et profondes
L’oued Merguellil, en raison de son profil caractéristique d’oued, est alimenté selon un
régime pluvial irrégulier engendré par des influences climatiques conflictuelles : un climat
frais, humide et subhumide au nord et un climat aride et désertique au sud. Cette situation
conduit à des fluctuations marquées par d’importantes irrégularités pluviométriques (en
moyenne de l’ordre de 300 millimètres par an) et de grandes amplitudes thermiques ; les
pluies sont par ailleurs plus fortes en amont qu’en aval. La pluviométrie réduite conduit à
une quasi-absence d’eau en été mais engendre parfois des crues importantes en automne,
lorsque la pluie tombe en un court laps de temps.
La région a connu plusieurs épisodes documentés de crues au cours du XXe siècle. Ainsi,
entre le 7 et le 13 décembre 1931, d’importantes précipitations de l’ordre de 100 à 200
millimètres touchent le bassin amont, occasionnant des inondations, la sebkha El Kelbia
débordant et coupant la route à la hauteur de Sidi Bou Ali. Toutefois, celles-ci sont sans
commune mesure avec celles touchant presque toute la Tunisie à l’automne 1969 et qui ont
eu des débordements qui ont conduit à des modifications du lit de l’oued et à d’importants
phénomènes d’érosion et de sédimentation occasionnant des dégâts importants et des
stagnations importantes d’eau.
Les ressources en eaux de surface de la basse steppe sont importantes et, ce grâce à
l’épandage des eaux des grands oueds drainant la dorsale et la haute steppe. Les
ressources en eau mobilisables et mobilisées des ouvrages de Sidi Saâd, d’El Houereb et
de Nabhana sont récapitulées au tableau suivant. Dans le kairouan, les ressources en eau
mobilisées à l’amont de la plaine dans les retenues sur Oued Marguellil et Oued Zéroud
(Barrage El Houareb, Sidi Saâd) sont importantes et elles servent essentiellement pour la
recharge de nappe.
43
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

La nappe phréatique de la plaine de Kairouan plus grand bassin sédimentaire de la


Tunisie centrale (3 000 km 2) est comprise dans les formations détritiques alluviales du
Plioquaternaire. Cet aquifère d’une grande importance régionale pour l’agriculture irriguée
(céréales, cucurbitacées) subit, depuis plusieurs décennies, une forte pression anthropique
due à une surexploitation locale des ressources, et à la construction de barrages de
protection contre les crues à son amont dans les années 1980. Les analyses chimiques et
isotopiques indiquent que la recharge naturelle de cet aquifère était tributaire des anciennes
crues des oueds Zeroud et Merguellil en période avant barrages. Le nombre total des puits
exploitant cette nappe est de l’ordre de 4800 puits. L’exploitation de la nappe est de 28,80
Mm3/an pour des ressources de 26 Mm3/an, soit un taux d’exploitation de 111 %. Cette
surexploitation est surtout enregistrée de puits de surface, particulièrement :
- El khadhra, el Argoub, Abida et Zaafrana sur le Zéroud
- El Grine, Chebika, Sidi Ali Ben Salem et El Aouamria sur le Merguellil.

44
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Figure 8 : Carte des ressources en eaux phréatiques

45
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

b. Ressources en eau usée traités de la station d’épuration de Kairouan

Description de la STEP de Kairouan


Vu la proximité de la STEP de Kairouan de la zone du projet et dans l’objectif de résoudre
le problème de stagnation d’eau dans la zone de rejet et de valoriser les eaux usées
traitées en excès du PPI Dhraa Tammar La station d’épuration de Kairouan est située à
côté de la route vers Tunis (RN 2) à environ 4km au Nord-ouest de la ville de Kairouan.
Cette station est nouvellement crée. Elle est mise en service en Septembre 2008, est
dimensionnée pour un volume d’eau journalier de 19943 m3/jour. Selon les prévisions de
l’ONAS, ce volume d’eau serait atteint à l’année 2016. La station de Kairouan traite les eaux
usées provenant de la ville de Kairouan. La nature des eaux collectées se présente comme
suit (volume correspondant à l’année de saturation): Eaux domestiques: 74,2%, eaux
collectives: 13%, eaux industrielles : 6,3%, eaux touristiques: 1,3% et eaux parasites :
5,2%. Il est à remarquer que la proportion des eaux industrielles est faible, ce qui constitue
un avantage pour La qualité des eaux traitées. La station fonctionne selon le procédé de
l’aération prolongée (Chenal d’oxydation). Les eaux usées passent par les principales
étapes suivantes: Une station de recyclage à l’entrée de la STEP et un prétraitement
comportant: une étape de dégrillage assurée par 2 dégrilleurs à gradin à nettoyage
automatique et un dessablage — déshuilage à l’aide de 2 bassins de 190 m3 chacun. Le
traitement secondaire comprend deux chenaux d’oxydation de volume 15300 m3 équipés
chacun de 3 aérateurs et 8 agitateurs, deux décanteurs secondaires de volume 7500 m3
chacun et deux épaississeurs cylindriques de volume 190 m3 chacun en plus de 10 lits de
séchage de capacité 300 m3 chacun. En revanche, les eaux à exploiter en irrigation
subissent un traitement complémentaire par rayonnement UV permettant une
décontamination et une amélioration de la qualité des eaux usées traitées. La station UV
précède une station de filtration comportant 6 filtres à sable pour réduire la concentration en
matières en suspension. L’unité de traitement complémentaire est dimensionnée pour un
débit de 230 Vs correspondant au besoin du périmètre existant et de l’extension projetée. A
la sortie de l’installation UV, les eaux destinées à l’irrigation sont refoulées vers le périmètre
irrigué de Dhrâa Tammar par une infrastructure hydraulique appartenant à I’ONAS et
composée: d’une station de pompage comportant 4 groupes électropompes (3 groupes en
fonctionnement et un groupe de secours) permettant de refouler un débit total de 2301/s
sous une HMT de 18 m et une conduite de refoulement en polyéthylène DN 630 mm de
longueur qui amène les eaux à un réservoir de stockage placé à l’amont du périmètre. Le
fonctionnement des pompes est réglé automatiquement en fonction du ni réservoir de
stockage avec une transmission par ligne pilote. Les volumes 4 irrigations sont
comptabilisés moyennant un débitmètre installé au niveau pompage. A la sortie de la STEP,
les eaux traitées et non refoulées vers le périmètre irrigué sont évacuées dans un oued qui
passe à proximité de la station.

46
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Figure 9 : Vu de la STEP de Draa Thammar de Kairouan

VII.4.3. Exploitation actuelle des roseaux


Etat de la roselière Existante :
La roselière de Draa Tammar s’est formé suite à la mise en service de la STEP, en effet le
rejet des eaux traitées dans l’oued et leur stagnation dans quelques compartiment de l’oued
d’El Bagla a permis le développement de la roselière.
 La superficie actuelle de la roselière est estimé à 450 ha, elle est exploitée
partiellement par quelque habitants…..
 Les 1050 ha, vue la qualité du sol et la nature de la végétation existante (végétation
allomorphe), elles ne présentent pas un intérêt agricole ni même pour le paturage.
 L’exploitation de la roselière ne constitue pas la première source de revenue, leurs
activités principales sont l’élevage et l’agriculture ;
 La zone n’est pas utilisée par le pâturage vue la stagnation des eaux et la densité
des végétations (les roseaux) qui rend la zone non accessible.
 La forte densité des roseaux a crée un environnement favorable pour le
développement sangliers qui constitue un danger pour les habitants ;
 L’exploitation actuelle est très minime par rapport au potentiel disponible ;
 Ceci est due l’utilisation de ce produit est très limité et ce fait d’une façon périodique
 Les roseaux sont actuellement exploités par la population avoisinante (environ 9
familles) pour la fabrication artisanale et périodiques des produits et divers articles
(parasols à base de roseaux pour des fins touristiques, clôture pour les bergeries,
autres articles, etc….).

47
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Figure 10 : Vu de l’état actuel de la roselière de Draa Thammar/Metbasta de Kairouan

48
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

IIX. Analyse des conséquences prévisibles directes et indirectes du projet sur


l’environnement
IIX.1. Impacts potentiels lors de la phase d’aménagement

A titre de rappel sur les différentes phases de l’aménagement sont :


 Délimitation du site d’implantation des 1.900 ha en consultation avec toutes
les parties prenantes (CRDA, Gouvernorat, Domaine de l’état …).
 Aménagement du lit de l’oued ;
 Implantation des ouvrages hydrauliques (bassins de stockage,…) ;
 Aménagement de la Roselière Existante (préparation d’accès, délimitation
des parcelles…) ;
 Aménagement des 1. 900 ha.

IIX.1.1. Impacts sur les ressources en eau


Pas d’impact négatif, par contre l’aménagement du lit de l’oued favorisera l’écoulement des
eaux et stoppera la stagnation des eaux dans les différents compartiments.

IIX.1.2. Impacts sur les sols


Pas d’impact négatif vue qu’il s’agit d’un sol de faible de rentabilité agricole que les travaux
de préparation ne contienne des opérations d’excavation.

IIX.1.3. Impacts sur la faune et la flore


Absence d’une faune ou flore particulière qui risque d’être détériorée ou affectée par le
projet.
Les travaux de préparation vont stopper le développement des sangliers qui constituent un
danger et une menace pour les habitants de la zone.

IIX.1.4. Impacts socio-économiques


Les roseaux excavés du lit de l’oued lors des travaux d’aménagement et de préparation
d’accès seront à la porté des habitants en cas de besoin.
Les travaux vont générer des postes de travail pour les habitants.

IIX.1.5. Impacts sur l’infrastructure


Lors des travaux d’aménagement il n’y aura pas d’impact sur l’infrastructure existante.

49
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

IIX.2. Impact potentiel lors de la phase d’exploitation

IIX.2.1. Impacts sur les ressources en eau


a. Eau superficielle
Dans le périmètre Draa Thammar et Metbesta, avec des sols perméables, il ne peut pas y
avoir de stagnation prolongée des eaux dans les dépressions des parcelles. Ainsi le risque
de contamination des eaux superficielle par les eaux usées traitées est très faible voire
négligeable, sauf en cas d’orages pluvieux longs pendant ou juste après la période
d’irrigation.

b. Eau souterraine
Compte tenu du fait l’irrigation se fait par épandage sur une grande surface dans le
périmètre et compte tenu de la capacité épuratrice du sol, le risque de contamination de la
nappe est faible.

Notons aussi qu’avec les quantités considérées pour l’irrigation (entre 1 et 2 mm), l’eau ne
risque pas de s’infiltrer jusqu’aux eaux souterraines.

Les eaux issues de la STEP sont d’ores et déjà utilisées par le CRDA pour l’irrigation
du périmètre de Dhraa Tammar, Ces eaux respectent bien les exigences de la Normes
106.03. Il n’y aura aucun impact sur les eaux souterraines.

IIX.2.2. Impacts sur les sols

Il s’agit des sols allomorphes de faible rentabilité agricole, leur irrigation par des eaux usées
traitées n’engendrera pas des perturbations sur leur potentialité agricole (déjà faible).
Au niveau du périmètre de la roselière de Kairouan, les métaux lourds et les éléments
traces ne devraient pas être considérés comme un problème extrême pour deux raisons
principales :
- la concentration des métaux lourds dans l’eau usée urbaine est faible à cause de la
faible activité industrielle lourde. Les concentrations en métaux lourds sont largement
inférieures aux plafonds fixés par les normes ;
- les sols du périmètre Draa Thammar ont la plupart du temps une teneur moyenne
en CaCO3 et un pH supérieur à 7, ce qui inactive les métaux lourds et diminue leur mobilité
et leur disponibilité pour les cultures. Dans ces conditions, les métaux ont un impact
négligeable.

50
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Il reste toujours important de prendre les précautions nécessaires telles que le contrôle de
la qualité bactériologique de l’eau à la sortie de la station d’épuration et la maîtrise de l’eau
d’irrigation.

L’INGREF a effectué des essais au niveau des stations expérimentales pour


déterminer l’importance et l’évolution de la contamination de la surface du sol après
l’irrigation par les eaux usées traitées. Ces essais ont pu faire dégager les
conclusions suivantes.

- Les sols ayant subi une irrigation avec les eaux usées traitées sont un peu plus
contaminés, mais les différences par rapport aux sols irrigués par les eaux de la nappe ou
non irrigués ne sont jamais significatifs.
- En été, on assiste à un dessèchement et les germes apportés au sol par une
irrigation avec les eaux usées traitées disparaissent rapidement. En Automne, le processus
de destruction des germes se ralentie mais ne dépasse pas 48 à 72 heures pour un sol
léger (cas du sol du projet). Pour un sol lourd, la décontamination naturelle peut s’effectuer
au bout d’une semaine.

IIX.2.3. Autres impacts environnementaux positifs


L’étude d’impact d’un projet sur l’environnement ne doit pas se limiter à la description des
impacts négatifs et l’identification des mesures d’atténuation mais doit également mettre en
évidence les impacts positifs. Ceci permettra de mieux juger et évaluer le projet de point de
vue environnemental et de montrer en particulier que la non-réalisation du projet pose elle-
même des problèmes pour l’environnement. En effet, le diagnostic sur les impacts du projet
a révélé certains avantages environnementaux :

a. Minimiser les rejets d’eaux usées dans les oueds et Sebkhat El Kalbia;

b. Valorisation d’un potentiel d’eau actuellement perdu dans la nature ;

c. Meilleure valorisation des terres et apport d’une eau d’irrigation riche en matières
organique et minérale ;

d. Amélioration des revenus des bénéficiaires ;

e. Augmentation de la production des roseaux déjà existants.

f. Assainissement des Oueds El Baghla et Atef : Pour accéder à l’exploitation à la roselière


existante, des travaux d’assainissement sont nécessaires à travers le curage et le calibrage
des oueds sur une longueur de 9 km à partir de la station d’épuration jusqu’à Oued El Ataf.
51
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Ces opérations permettront d’évacuer les eaux stagnées qui constituent un problème
sanitaire accrue pour la région et spécifiquement pour la population limitrophe de douar
Ghabet et même la ville de Kairouan et l’agglomération de Metbassata. La stagnation d’eau
a provoqué la prolifération des moustiques et des odeurs désagréables à pour la population
riveraine. En plus, l’augmentation du niveau de l’eau a engendré une contamination des
terres agricoles limitrophes et a privé certains exploitants de la possibilité de cultiver leurs
terres. Ainsi, les travaux d’assainissement prévus par le projet permettront d’améliorer les
conditions de vie des populations limitrophes aux cours d’eau, d’éviter la stagnation d’eau
sources d’odeurs, de maladies et la prolifération des moustiques et la récupération des
terres inondées par l’élévation du niveau d’eau dans les lits des oueds. Le problème
d’assainissement des deux cours d’eau est une préoccupation exprimée par les autorités
locales et régionales à la suite d’une demande des habitants d’El Ghabet et le projet peut
contribuer à alléger la pression sur le budget de l’Etat.
g. Réduction de la pollution des eaux de surface : Le roseau fait l’objet de nombreux projets
de recherche et développement sur ses capacités de filtre végétal pour le traitement des
eaux usées. Il apparaît en effet séduisant de combiner la production d’énergie renouvelable
avec le recyclage d’une ressource considérable en éléments minéraux. Un système sol –
roseau possède à priori de bons atouts pour constituer un filtre végétal efficace : une affinité
de la plante pour l’eau, une période de croissance longue, une grande évapotranspiration.
L’irrigation d’eau usée ou dans notre cas la « fertigation » remplace des fertilisants
chimiques et augmente la productivité de la culture ; tout bénéfice pour l’environnement
(meilleurs bilans énergétique et CO2). De plus, cette culture non alimentaire évite la
contamination de la chaîne alimentaire humaine ou animale. Mais, ce système d’épuration
doit tenir compte de facteurs importants tels que les caractéristiques du sol ou du type de
système d’irrigation. L’efficacité du filtre dépendra aussi de sa gestion, d’une part au niveau
de la composition de l’eau usée et d’autre part au niveau de la manière d’irriguer. Les
principaux avantages de création d’une roselière sont les suivants:
- L'absorption des éléments nutritifs est efficace.
- La période de croissance est relativement longue (dès que la température moyenne
journalière dépasse 5°C).
- L'évapotranspiration du roseau est plus élevée que l'évapotranspiration potentielle d'un
couvert de ray-grass (ETP de référence de Penman). De grands volumes d'eau peuvent
ainsi être traités ; jusqu'à 200 m3/ha par jour en plein été.
- Le retour de l'eau vers la nappe phréatique perturbe moins le cycle naturel de l'eau que le
traitement traditionnel avec évacuation vers les eaux de surface. Le système participe donc
à limiter l'eutrophisation des eaux de surface.
h. Impacts de l’irrigation avec des eaux usées traitées sur les sols : dépollution du sol : La
réutilisation de l’eau usée traitée en agriculture, au-delà de ses effets positifs sur les sols
étant donné qu’elle constitue une source de fertilisation azotée, phosphatée et potassique,
peut également avoir des impacts défavorables sur cette ressource naturelle. En effet,
52
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

l’utilisation des eaux usées traitées pour l’irrigation soulève en général différents problèmes
au niveau du sol. Il s'agit notamment des risques de dégradation de cette ressource à long
terme, dus à des modifications de ses caractéristiques physico-chimiques et à la pollution
par les métaux lourds. Ces risques sont liés aux qualités physico-chimiques et
microbiologiques des eaux usées épurées qui sont variables selon leur origine et le mode
d'épuration. Les problèmes qui peuvent survenir éventuellement au niveau du sol sont
principalement la salinisation, l’alcalisation, la réduction de la perméabilité, l’accumulation
de nutriments, la contamination bactériologique et la pollution par les métaux lourds.
Concernant la pollution par les métaux lourds, les sols de la zone d’étude ont l’avantage
d’avoir la plupart du temps une teneur moyenne en CaCO3 et un pH supérieur à 7, ce qui
inactive les métaux lourds et diminue leur mobilité et leur disponibilité pour les cultures.
Dans ces conditions, les métaux sont rendus indisponibles. Toutefois, il est indispensable
de mener un programme de suivi de l'évolution des teneurs totales en éléments traces
métalliques (ETM) dans les sols et dans la nappe phréatique pour évaluer le taux
d’augmentations des stocks et régler par la suite les apports.
De plus l’utilisation du Roseau, plante à caractère épuratoire, dans le présent projet favorise
la dépollution du sol. En effet, le roseau est la plante filtrante la plus utilisée au monde pour
dépolluer les eaux usées, que cela soit sous forme de filtre alluvionnaire végétalisé ou sous
forme de bassins plantés. Transportant de l’oxygène pur dans ses rhizomes, elle est très
performante pour traiter les charges organiques : pollutions chimiques (DCO), pollutions
organiques (DBO5), matières en suspension…Elle est aussi désormais utilisée en phyto-
rémédiation pour dépolluer les boues d’épuration. Plusieurs espèces peuvent être utilisées
mais les roseaux, par leur résistance aux conditions écologiques du site (longue période
submergée, périodes sèches, taux élevé de matières organiques), et la rapide croissance
du chevelu des racines et rhizomes, sont les plus souvent utilisés.
i. Réduction de l’effet serre : La photosynthèse équilibre rigoureusement la production de
dioxyde de carbone par la combustion, laquelle production devient neutre pour l’effet de
serre. Cet avantage sera d’autant plus accentué que le bilan énergétique de la filière sera
meilleur et que les consommations intermédiaires seront faibles. D’après Castel (2006),
bien que le méthane soit rejeté en plus grande quantité dans l’air, celui-ci participe
beaucoup moins à l’effet de serre que le dioxyde de carbone Convenablement mené, le
développement des filières de biocarburants réduit de façon spectaculaire les émissions de
gaz à effet de serre.
j. Un élément d’amélioration de la qualité de l’air : La qualité de l’air est devenue une
préoccupation majeure, notamment dans les villes. La création d’un champ de roseau pour
produire des biocarburants qui permettent de diminuer certaines des émissions polluantes
des véhicules (disparition des fumées noires et des particules cancérigènes). Indirectement,
le projet contribue à augmenter le taux d’oxygène dissous avec l’amélioration de sa
combustion et entraîne un moindre rejet d’hydrocarbures imbrûlés et de monoxyde de
carbone.
53
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

k. Part d’énergie renouvelable et non renouvelable : A court et à long terme, l’intérêt des
biocarburants s’observe dans la grande part d’énergie renouvelable utilisée lors de leur
production. Par exemple, l’énergie renouvelable fournie par combustion du diester est
environ deux fois supérieure à l’énergie fossile nécessaire à sa fabrication. Même si les
filières de biocarburants nécessitent globalement une plus grande consommation d’énergie,
une grande partie de celle-ci provient d’une matière première renouvelable, tandis que
l’énergie utilisée pour la production des carburants traditionnels est uniquement d’origine
fossile.
Il est certain que la production de biocarburants aujourd’hui a un impact non négligeable sur
les ressources d’énergie fossiles mais l’épuisement de celles-ci est énormément réduit,
jusqu’à 95% si l’on produit du diester plutôt que du gazole. La filière biocarburants présente
donc de nombreux avantages sur la filière des carburants fossiles. On relève notamment la
nette réduction des rejets des gaz à effet de serre, la meilleure valorisation des déchets et
surtout la réduction importante de la part d’énergie fossile utilisée pour la production de
carburant. La culture des plantes à vocation énergétique sur des terres marginales diminue
aussi le lessivage des nitrates vers les nappes d’eau souterraines. Cependant ces
améliorations ne peuvent exister que si un réel effort est fait au niveau de l’optimisation des
infrastructures de production, du retraitement amélioré des eaux usées et de l’utilisation
raisonnable des engrais et phytosanitaires. Il est nécessaire que la production des
biocarburants soit bien gérée dans son ensemble, si l’on ne souhaite pas annuler les effets
bénéfiques de leur utilisation sur l’environnement.

IIX.2.4. Impacts économiques et sociaux


- Le projet aura d'importants impacts spécifiques et points forts qui se déclinent par la
création de 80 postes de travail (ouvriers et techniciens), la création d’une plateforme du
projet qui arbitrera un ensemble d’activités de services (commerce, communication,
transport, etc.). Cette plateforme constituera également un foyer urbain qui permettra la
création d’un nombre important d’emplois indirects des populations riveraines notamment
celles de Metbasta, Msaadia et de Kairouan.
- Les emplois qui seront créés cibleront en particulier les jeunes diplômés des universités
tunisiennes (Bac + 3, et plus), les cadres moyens, les ouvriers spécialisés et les ouvriers
ordinaires. On estime que, outre les emplois directs permanents qui seront créés par le
projet, un nombre très important d’emplois directs occasionnels sera généré par le projet.
- Par ailleurs, ce projet est pilote et novateur dans le domaine énergétique qui est en étroite
relation avec l’emploi et par conséquent l'accroissement des revenus des ménages dans
les zones limitrophes.
Les 9 familles qui exploitent actuellement la zone pour pâturage seront intégrées au projet
et feront partie des employés embauchés par ECT pour l’exploitation du périmètre irrigué.
- Le projet aurait également des effets d’entraînements économiques très importants qui
permettront le développement des secteurs de services, de commerce, transport, de
54
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

tourisme saharien et plusieurs autres activités économiques complémentaires. En effet,


cette dynamique que le projet catalysera tout autour aura des impacts positifs en termes de
création d’emplois directs et indirects, de création de richesses économiques qui
permettront à leur tour un meilleur développement régional.
- Le projet contribuera à apporter des solutions technologiques à des problèmes de
développement de la région. A cet égard, la région profitera des apports technologiques et
biologiques issus de la recherche pour améliorer ou / et introduire du matériel végétal plus
performant (espèces plus productives et moins consommatrices d'eau) qui s'adaptera
davantage aux conditions édapho-climatiques de la région de Kairouan et des innovations
technologiques permettant de mieux valoriser les potentialités de ce milieu (les procédés de
traitement des eaux usées, les systèmes d’irrigation et les techniques d’économie d’eau, les
équipements électromécaniques pour l’adduction et le refoulement de l’eau et techniques
de plantation et de mécanisation).

IIX.2.5. Réduction de la superficie des parcours pour le cheptel et perte des unités
Fourragères
Le projet s’étendra sur deux parcelles :
- La première parcelle d’une superficie de 450 ha n’est pas praticable pour le pâturage, car
il s’agit d’une zone lagunaire, les EUT de la STEP peuvent atteindre de manière gravitaire
cette zone, bien avant la mise en place du projet, elle n’est donc pas très accessible pour le
cheptel et son exploitation dans le cadre de la roselière n’affectera pas les ressources
dédiées au paturage.
- Quand à la deuxième parcelle sont emplacement exact n’est pas fixé mais elle sera choisit
de manière à ne pas interférer avec l’espace de pâturage.

IIX.3. Phase d’abandon du site


Cette phase du projet fera l’objet d’une étude d’impact ultérieurement qui sera déposée à
l’ANPE.

IIX.4. Evaluations des impacts


L’évaluation des impacts sur l’environnement s’appuie essentiellement sur les sources
d’impacts potentielles inhérentes aux deux phases qualifiant la vie du projet, soit

- la phase de construction ;

- la phase d’entretien et d’exploitation.

L’évaluation de l’impact consiste à déterminer :

IIX.4.1 L'importance de l'impact

55
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

C'est un indicateur de synthèse permettant de porter un jugement global sur l’impact que
pourrait subir un élément environnemental suites aux différentes activités d’un projet.
L’importance de l’impact est déterminée par trois variables, à savoir:

 La résistance de l’élément environnemental: La résistance de l’élément


environnemental exprime les difficultés posées à la réalisation du projet en
fonction des inconvénients que le projet cause à cet élément

 Sa perturbation : La perturbation de l’élément est un qualificatif qui permet


d’évaluer l’intensité de l’impact. Cette intensité est évaluée sur la base du
degré de perturbation de l’élément touché par le projet

 Et l’étendue de l’impact: il permet d’évaluer la proportion de la population ou le


domaine touché par l’impact

La corrélation établie entre chacun de ces indicateurs permet de déterminer


l’importance des différents impacts et de les regrouper en quatre catégories, soient :

 Les impacts majeurs qui correspondent de façon générale à une altération


profonde de la nature ou de l’utilisation d’un élément environnemental doté
d’une résistance élevée et intéressant l’ensemble de la population ou une
proportion importante de la population de la région du projet.

 Les impacts moyens qui correspondent à une altération partielle de la nature


ou de l’utilisation d’un élément environnemental doté de résistance moyenne
et intéressant une proportion limitée de la population de région du projet.

 Les impacts mineurs qui correspondent à une altération mineure de la


nature ou de l’utilisation d’un élément environnemental doté d’une résistance
moyenne ou faible et intéressant un groupe restreint d’individus.

 Les impacts mineurs à nuls qui correspondent à une altération mineure de


la nature ou de l’utilisation d’un élément environnemental doté d’une
résistance très faible et intéressant un groupe restreint d’individus.

IIX.4.2 La certitude de l’impact

56
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

A ce niveau, il y a lieu d’apprécier le degré de certitude d’un impact. On distingue


trois degrés de certitudes :

 Un impact est certain lorsque suite à son analyse, on est sûr qu’il y aura lieu.

 Un impact est probable lorsque suite à son analyse, on est peu sûr qu’il y
aura lieu.

 Un impact est peu probable lorsque suite à son analyse, on n’est pas sûr
qu’il y ait lieu.

IIX.4.3 La durée de l’impact


L’impact est aussi qualifié par un facteur de durée. La durée de l’impact réfère à la période
pendant laquelle l’impact se fait sentir. Il est important de ne pas confondre la durée de
l’impact avec la durée de la source d’impact. Par exemple une activité de construction de
quelques mois peut avoir un impact dont l’effet se fait sentir pendant plusieurs années.

Bien que la durée ne soit pas inclue dans la grille de détermination de l’importance de
l’impact, la durée concourt néanmoins à accorder un poids supplémentaire à certains
impacts par rapport à d’autres. Ainsi, un impact majeur de longue durée sera en définitive
plus significatif qu’un impact majeur de courte durée. On distingue trois niveaux de durée :

 Longue durée pour l’impact dont l’effet est ressenti de façon continue
pendant la durée de vie du projet et même au-delà. A titre d’exemple la perte d’une surface
cultivée suite à l’implantation d’un ouvrage tel que station de traitement ou réservoir.

 Moyenne durée pour l’impact dont l’effet est ressenti de façon continue mais
pour une période de temps inférieur à la durée de vie du projet.

 Courte durée pour l’impact dont l’effet est ressenti à un moment donné et
pour une période généralement inférieure à une année.

IIX.4.4 Le type d’impact


L’impact peut être soit :

 Positif lorsqu’il apporte un bien à une ou plusieurs composantes de


l’environnement concerné par le projet.

57
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

 Négatif lorsqu’il apporte un préjudice à une ou plusieurs composantes de


l’environnement concerné par le projet.
IIX.4.5 Le niveau d’impact
Dans cette méthode d’évaluation, l’on distingue trois niveaux d’impacts potentiels qui
se définissent comme suit :

 Un impact est fort lorsqu’un élément environnemental est détruit ou


fortement modifié par l’implantation du projet.

 Un impact est moyen lorsqu’un élément environnemental est altéré par


l’implantation du projet. cette altération diminue la qualité de l’élément sans
pour autant mettre en cause son existence.

 Un impact est faible lorsqu’un élément environnemental est quelque peu


modifié par l’implantation du projet.

IIX.4.6 Le degré d’atténuation de l’impact


A ce niveau, on peut définir la notion de l’impact résiduel qui est déterminé par un
classement de l’impact selon sa capacité d’être atténué complètement, en majeure partie
ou partiellement par une mesure d’atténuation.

L’appréciation de l’impact résiduel consiste à l’évaluation ex-post de l’effet des


mesures d’atténuation sur les différents impacts négatifs. Ainsi, un impact peut être :

 Incorrigible lorsqu’on ne peut pas envisager des mesures d’atténuation


pouvant diminuer son effet négatif.

 Corrigible lorsqu’on peut envisager des mesures d’atténuation pouvant


atténuer son effet négatif. A ce niveau, l’impact peut être neutralisé
complètement, atténué en majeure partie ou atténué partiellement.

La phase d’aménagement et celle d’exploitation peuvent être confondues en une seule


phase, vu que l’aménagement se résumera à la mise en place des circuits d’irrigation et à la
construction d’un entrepôt et d’un magasin. Il n’y aura aucun aménagement particulier du
sol avant plantation et sa morphologie sera respectée.

On résumera donc le tableau qui suit, uniquement les impacts du projet pendant la phase
d’exploitation.

58
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Tableau 10 : Evaluation des impacts du projet pendant la phase d’exploitation

Evaluation
Milieux de Composantes des
Impacts potentiels
l’environnement du milieu impacts
I C D T A
Réduction de la superficie des parcours
Occupation des
pour le cheptel et perte des unités 2 P 3 - O
sols
fourragères
Le paysage Plus de verdure et moins de lagunage 2 C 3 +
La qualité de l’air Augmentation du taux d’oxygène dans l’air 2 E 1 +
Les bruits et Quelques bruits seront générés par les
1 E 1 - O
vibrations engins,
Milieu physique La géologie Pas d'impact
La morphologie Pas d'impact
L’hydrogéologie Pas d'impact
La qualité des
nappes Pas d'impact
phréatiques
Effet de serre Réduction de l’effet de serre 1 P 3 +
Les ressources Assainissement des oueds El Baghla et
2 C 3 +
Ressources nat en eaux Atef
urelles Les ressources Production de matière première pour
3 C 3 +
énergétiques développement des énergies propres
Création des nouveaux emplois directs et
L’emploi 2 C 1 +
indirects
La population Pas d’impacts
L’urbanisation Pas d'impact
Milieu humain L’agriculture Pas d’impacts
et socio- Le pâturage Pas d’impacts
économique
Le commerce et
Pas d’impacts
l’industrie
Apport de nouvelles solutions
Transfert
technologiques aux problèmes de 2 P 2 +
technologique
développement de la région
Légende :
I : Importance C : Certitude D : Durée T : Type impact A : degrés d’Atténuation
1 : mineur C : certain 1 : courte + : positif O : impact corrigible
2 : moyenne P : probable 2 : moyenne - : négatif N : impact non corrigible
3: majeur E : peu probable 3: longue

Tous les critères d’évaluation de l’impact précités sont présentés sous forme matricielle. La
matrice d’impacts fait intervenir les sources d’impacts liées à chacune des phases du projet
(réalisation et exploitation) et les ressources de l’environnement du projet, susceptibles de
subir un impact.

59
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

IX. Mesures envisagées pour éliminer, réduire ou compenser les conséquences


dommageables du projet sur l’environnement
IX.1. Conclusions sur les impacts du projet et nécessité de mesures d’atténuation
L’étude d’impact du projet sur l’environnement montre que le projet n’a aucun impact
négatif.

Dans l’ensemble on peut conclure que les éventuels impacts négatifs du projet sont liés
surtout à la qualité des eaux traitées. Ainsi, il y a lieu de donner une importance à la qualité
bactériologique des eaux et à prendre toute les mesures nécessaires et possible pour
garantir une qualité d’eau présentant le minimum de risques. Par la suite, des
recommandations sont à respecter sur le terrain agricole et à travers le réseau d’irrigation
(écoulement) en vue d’éviter toute nuisance possible sur le milieu naturel et la santé
humaine et animale.

Dans ce qui suit, seront mis en évidence l’ensemble des mesures d’atténuations et les
recommandations à respecter par divers organismes.

L’étude des impacts du projet sur l’environnement dégage les principales conclusions
suivantes :

Dans ce qui suit, sera mis en évidence l’ensemble des mesures d’atténuation et les
mesures à respecter par les divers organismes (Plan détaillé de Gestion Environnementale
du projet).

La prospection pédologique de la zone d’étude montre que les sols y sont principalement
de halomorphes et/ou peu évolués d’apport alluvial. Ces sols ne présentent pas de
contraintes pour le Roseau, espèce acceptant pratiquement tout type de sol. Néanmoins,
considérant les caractéristiques morphologiques et hydrodynamiques des sols d’une part et
l’utilisation des eaux usées traitées pour l’irrigation d’autre part, il est nécessaire d’apporter
certains aménagements susceptibles d'entraîner une amélioration substantielle des
potentialités des sols et favoriser la protection des ressources en sol et en eau. Dans ce
cadre, il est conseillé de:
_ Apporter de la matière organique permettant l'enrichissement du sol et l'amélioration de
sa structure surtout que les sols de la zone d’étude sont faiblement humifère (matière
organique à l’état de traces). Dans ce cadre, l’apport raisonné des boues d’épuration peut
être très bénéfique.

60
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

_ Effectuer un labour profond afin d’homogénéiser le contraste textural entre les horizons
en surface et en profondeur et pour éviter la formation de semelles de labour
imperméables.
_ Préconiser le suivi de l’évolution des propriétés physiques, chimiques et biologiques du
sol sous l’effet de l’irrigation avec les eaux usées traitées.
_ Procéder par une analyse régulière de l’eau d’irrigation et une détermination annuelle du
pH et des métaux lourds dans les sols et la nappe de la zone d’étude afin d’éviter
d’éventuels effets adverses potentiels de ces éléments sur le milieu vivant et la santé
humaine.

IX.2. Mesures à prendre pour la protection du périmètre


Compte tenu de la nature des eaux à exploiter et des caractéristiques du milieu, diverses
mesures sont à prendre pour protéger le périmètre de la roselière contre tout éventuel
effet indésirable. Il s’agit notamment de protéger :
- Les ouvriers qui auront à manipuler le réseau d’irrigation (ouverture des bornes et des
vannes de sectionnement, entretien des ouvrages, etc…) ;
- Le sol ;
On distingue principalement trois types de mesures :
- Mesures relatives à l’installation et à l’exploitation du réseau d’irrigation ;
- Mesures en matière de production des roseaux et de leur conduite ;
- Mesures pour la protection du sol.

IX.2.1. Mesures relatives au réseau d’irrigation


- Mesures lors de l’aménagement de la roselière
Les recommandations en matière d’aménagement concernant toutes les actions
environnementales qui doivent être réalisées sur le réseau de desserte lors de l’exécution
des travaux. Elles seront réalisées par ICL Tunisie par le biais de ses services techniques
ou à travers l’entreprise qui sera chargée de l’exécution des travaux.
Outres les précautions déjà prises dans la conception du réseau, ayant pour avantage la
protection de l’environnement et de la santé humaine, d’autres mesures sont à prendre en
considération telles que :
- Les vannes/prises d’eau (les sillons, les ouvertures d’eau, etc…) doivent être du type
à passage direct qui présentent une meilleure étanchéité ;
- Chaque ouvrage d’épandage d’eau doit porter un panneau ou une écriture bien
visible indiquant la mention ‘’ Eau non potable par les animaux’’ et strictement interdit de
mener les animaux paître dans la roselière;

61
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

- Mesures lors de l’exploitation de la roselière :


Pendant l’exploitation de la roselière la société ICL Tunisie devrait veiller à respecter
diverses mesures pour garantir une exploitation rationnelle et environnementale. Ces
mesures consistent notamment à :
- Effectuer les examens médicaux et les vaccinations nécessaires, qui seront définies
par le Service sanitaire. Un examen médical est indispensable au moins une fois par an et
en cas d’apparition de toute maladie pouvant être rattachée à l’irrigation par l’eau usée
traitée ;
- L’irrigation par les eaux usées traitées est conditionnée d’une tenue de travail
spéciale et l’emploi de gants et de bottes ;
- Pour la manipulation des vannes/ouvertures d’irrigation par le personnel de
distribution, il faut utiliser des tiges de manœuvre ;
- Pour éviter le gaspillage et la stagnation de l’eau sur les parcelles et minimiser les
pertes par percolation vers la nappe, la distribution d’eau devra obéir à un calendrier
d’irrigation stricte basé sur un calcul précis des besoins en eau de la roselière. Les doses
d’irrigation à donner doivent être modulées selon le cycle végétatif des roseaux et les
quantités d’eau assurées par la pluie. En prenant ces précautions, la maîtrise de l’eau sera
facilitée grâce au système d’irrigation à appliquer (gravitaire /épandage).

- Contrôle et entretien périodique du réseau d’irrigation :


Les conduites et les ouvrages du réseau pourraient engendrer des fuites d’eau et une
stagnation temporaire d’eau traitée ce qui pourrait favoriser la prolifération d’insectes et
entraîner le dégagement d’odeurs désagréable. Pour éviter cette mauvaise situation, ICL
Tunisie est tenu de prendre les précautions suivantes :

- Assurer un curage périodique des ouvrages et des bornes/ouvertures d’irrigation et


rassembler les produits de curage et les déchets dans un lieu protégé ;
- Faire l’entretien préventif des ouvrages et des équipements du réseau de distribution
d’eau : entretien des couvercles, peinture entretien et nettoyage des ventouses, des vannes
et des filtres, nettoyage des bornes et des ouvrages particuliers, curage et des réservoirs :
cet entretien doit être fait en dehors des périodes d’irrigation (en hiver où les demandes en
eau sont moins importantes) ;
- Intervenir d’urgence pour réparer toute anomalie constatée sur le réseau et notamment
en cas des fuites de stagnation d’eau. En cas de fuite au niveau d’un joint du réseau ou
d’une casse de conduite, ICL Tunisie doit intervenir d’urgence pour minimiser les fuites
(par la fermeture de la vanne de sectionnement correspondante) et réparer la casse ou le
joint détérioré dans des brefs délais ;
- Prévoir un agent de contrôle permanent qui s’occupera notamment de :
o Vérification du bon fonctionnement du réseau.

62
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

IX.2.2. Mesures en matière de la production agricole


En matière de la production agricole, la société ICL Tunisie doit veiller à un respect parfait
des réglementations en vigueur et des recommandations suivantes :
- Éviter et interdire le pâturage direct des animaux dans la roselière;
- Prélèvement des échantillons de feuillage (au moins 1 fois par campagne agricole) des
cultures pratiquées et effectuer les analyses physico- chimiques nécessaires pour
déterminer surtout les teneurs en Chlore et en Sodium. Si les teneurs de ces éléments
toxiques prennent des valeurs excessives, à cause d’une forte absorption engendrée par
l’irrigation, on risque le phénomène de brûlure du feuillage des cultures et par conséquent
des chutes de rendement. Il faut prendre dans ce cas des précautions telles que :
o Pratiquer exclusivement l’irrigation gravitaire;
o Vérifier la qualité de l’eau d’irrigation (à travers des analyses).

IX.2.3. Recommandations en matière de la protection du sol


Dans l’objectif de garantir des bons rendements agricoles, il est recommandé de contrôler
et suivre la salinité du sol. Pour ce faire, prélever, au moins 2 fois par an, des échantillons
de sol et effectuer des analyses de la CE, la révision et la correction des doses d’irrigation,
etc… ;

IX.2.4. Mesures pour la protection de l’écosystème et de la santé animale


Pour protéger les parcelles avoisinantes contre l’accès des agents extérieurs et éviter le
risque de pâturage direct de leurs animaux sur les cultures fourragères du périmètre, on
recommande à la société ICL Tunisie d’installer autour de la roselière un rideau de brise-
vent. Il est également nécessaire de mettre le long des limites de la roselière des écriteaux
portant la mention « Pâturage direct interdit ».
En cas d’une grande fuite d’eau à partir des conduites de transfert et faute d’une réparation
rapide et/ou d’un retard de la coupure de l’eau, la présence d’une personne responsable sur
le lieu de fuite est espérée pour avertir les gens contre tout risque de boisson de l’eau usée
par les animaux et ce jusqu’à disparition du risque…

IX.2.5. Mesures pour la phase ‘’Chantier’’


Pour éviter des nuisances à l’environnement pendant l’exécution des travaux, l’entreprise
qui sera chargé des travaux doit respecter, les obligations et mesures suivantes :
- Lors de la pose des conduites de distribution, prendre toute précaution nécessaire pour
éviter des dégâts pour l’infrastructure existante, respecter les différents réseaux existants et
éviter toute mauvaise connexion. Les panneaux de signalisation nécessaires et les voyants
lumineux. La présence de gardes routiers est recommandée ;

63
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

- Les conduites de distribution doivent être effectuées avec soin en faisant attention de ne
pas endommager les ouvrages existants et/ou des plantations etc… ;
- Le remblai des fouilles doit être effectué soigneusement et les déblais excédentaires
doivent être bien étalés sur le sol sans causer des dommages pour la terre arable ni pour
les constructions ou transportés à la décharge publique ;
- Préparer une piste selon une pente adéquate en vue de faciliter l’accès des engins
roulants. Protéger le chantier par des balises et des barrières en madriers ;
- Les déchets du chantier doivent être rassemblés à un endroit spécial et doivent être
transportés par la suite bruler ;
- Conserver le cadre paysager du site et l’équilibre écologique lors de l’exécution du
projet ;
- La réception des travaux ne devrait se faire qu’après avoir vérifié le respect des
recommandations environnementales et leur conformité aux normes ;
- Tout dégât ou problème environnementale causé par l’exécution des travaux devrait être
réparé ou résolu par l’entrepreneur à sa charge.

64
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

X. Plan détaillé de gestion environnementale


X.1. Récapitulatifs des impacts potentiels et des mesures d’atténuation environnementale

Tableau 11 : Plan de gestion environnementale

Composante Impacts Responsable Coût


Mesures d’atténuation Fréquence
du projet Nuisances Potentiels de la composante (TND)
d’intervention
sur l’environnement (qui sera chargé ?)

Phase d’aménagement

Risque de Les eaux seront - Les eaux seront déviées dans un bassin de ECT se chargera de la construction des Pendant la Inclut dans le
perturbation de déviées dans un stockage afin d’être valorisées dans le périmètre. bassins et de veiller à ce que leur phase de coût du projet
Aménagement
l’écoulement de bassin de stockage dimensionnement respecte le débit construction
de l’Oued
l’oued. afin d’être valoriser d’écoulement du Oued des bassins
dans le périmètre. de stockage.

Phase d’exploitation

Risque de -Prolifération - Les bassins seront dimensionnés de manière à se -ICL Tunisie. prendra en considération Chaque jour 100
stagnation de bactérienne conformer aux besoins en irrigation, sans surplus, cette composante lors de la (par mois)
l’eau, -Dégagement de c'est-à-dire que les quantités d’eaux prélevés et construction des bassins
mauvaises odeurs stockées seront utilisées dans les 24 heures, afin (dimensionnement) et lors de la phase
Stockage des d’éviter tout problème de stagnation d’exploitation (quantité d’eau à prélever)
eaux - Des traitements de désinfection de l’eau sont - Un technicien qualifié de ICL Tunisie.,
néanmoins prévus en cas de besoin responsable de la station de pompage
se chargera également de surveiller la
qualité de l’eau et de sa désinfection en
cas de besoin.
Modification de Les espèces Des études préalables ont été menées et ont prouvé ICL Tunisie. a mené les études Pendant la Inclut dans le
la diversité de la présentent ne ni un que cette zone présente une diversité biologique très nécessaires sur la nature du sol et la phase étude. coût des
flore intérêt économique ni réduite et que la nature des sols (typologie et aptitude pédologie de la zone afin de justifier ses études faites
biologique donc la culturale) font que l’arundo donax est l’espèce la choix en termes de plantation.
Plantation et disparition de mieux adaptée pour ces sols.
exploitation certaines espèces au
profit des roseaux
(arundo donax) n’a
aucun impact négatif
sur l’environnement.
65
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Interférences Contaminations des - Le choix de l’emplacement des plantations se fera ICL Tunisie. en collaboration avec les Lors du choix 2000 DT
avec les zones animaux ou des de manière à ne pas interférer avec les zones de définitif du site
services concernés du ministère de
de pâturage personnes. pâturages. et au
l’agriculture et du ministère des
avoisinantes - Équipements des ouvrages par des écriteaux et/ou démarrage du
panaux indiquant la mention : ‘’pâturage direct domaines de l’état, s’engage à choisir le projet
interdit’’, ‘’eau non potable’’ site d’implantation du projet de manière
- Les plantations seront délimitées par un siège de à ne pas interférer avec les zones de
manière à ce que les animaux ne peuvent pas y pâturages.
accéder
ICL Tunisie. se charge de mettre en
place tout les écriteaux et les sièges
nécessaires.
Contamination Les matières Les eaux de rejets utilisées pour l’irrigation sont des - L’ONAS est le garant de la qualité des - Analyse des _
des sols. résiduelles contenues eaux traitées par l’ONAS et conforme à la norme eaux et de leur conformité aux normes eaux
dans les eaux usées 106.03, le risque de contamination et donc très faible. 106.02 et 106.03. hebdomadaire
risquent de s’infiltrer Ceci dit, ce risque ne peut être négligé si on prend en par l’ONAS.
- ICL Tunisie. se charge d’effectuer une
dans les sols. considération l’effet cumulatif, raison pour laquelle
analyse annuelle des sols afin de
une analyse des sols est prévue une fois par an et - Analyse des 5000 DT (an)
détecter toute trace d’éventuelle
dans le cas de constat d’anomalies les mesures de contamination. eaux
décontamination nécessaires seront entreprises. annuelles par
ECT
Problème Le personnel en - Organisation des séances de sensibilisation pour ICL Tunisie. se charge d’organiser les Des séances 2000
d’hygiène du contact avec les EUT les agriculteurs, les manipulateurs du réseau séances de sensibilisations et de intensives au
personnel par peut manipuler de la d’irrigation. formation nécessaires au personnel et démarrage du
Irrigation de fournir les gants nécessaires pour projet et des
manipulation nourriture avec ses
tout le personnel en contact avec les
mains et court le - Port de gant séances de
EUT.
risque de «refresh»
contamination
Contamination Les EUT, pourraient -On se contentera de 2 mm uniquement pour ICL Tunisie. se charge d’opérer et de Durant la -Inclut dans le
des eaux s’infiltrer aux eaux l’irrigation et en prendra en considération la choisir les quantités utilisées pour phase étude et coût du projet
souterraines souterraines. pluviométrie naturelle, tenant compte de la l’irrigation de manière à éviter tout au court du
consommation de l’arundo donax et du phénomène risque d’infiltration des EUT jusqu’aux projet.
eaux souterraines.
d’évaporation, le risque de contamination est
éliminer. - 2000 DT
-Implantation de 2 piézomètres de suivis de la qualité pour les
des eaux souterraines piézomètres

66
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

Composante Impacts Responsable Coût


Mesures d’atténuation Fréquence
du projet Nuisances Potentiels de la composante (TND)
d’intervention
sur l’environnement (qui sera chargé ?)

Accidents
Des tenues
sont fournies
Risque
au démarrage
d’accident pour Risque de blessures, Achat des tenues de travail spéciales, de bottes et ICL Tunisie. se charge de fournir à son
du projet et un
le personnel coupures, personnel des tenues de travail 9000 DT
de gants pour l’irrigation stock sera
opérant sur le accidents… spéciales, des bottes, gants..
prévu, pour
perimétre
Autres répondre à
opérations du tout besoin
projet Rejets hydriques
Huiles usagées Risque de fuite Lavage et entretien des voitures, camions, Le responsable environnement de la Pendant la
-Moisson accidentelle, moissonneuses, irrigateurs et des camions de la société « ICL Tunisie.» durée de vie 300
 Pollution et société dans des stations services et lavage agrées du projet
(Récolte) contamination du sol (par mois)
en dehors du site de l’unité
 Pollution de la nappe
phréatique,
- Maintenance  altération de la santé
publique,
 altération du cadre
-Transport à de vie, etc
l’intérieur du Déchets solides
périmètre irrigué  Déchets  Pollution et  la collecte des déchets ménagers dans des sacs Le responsable environnement de la Chaque jour 100
ménagers contamination du sol poubelles et leur transport journellement à la société « ICL Tunisie. » (par mois)
 Altération de la santé décharge contrôlée par les services compétents de
- livraison publique, la municipalité
 Altération du cadre

 Déchets de vie,  Le stockage de ces déchets issus des opérations


(plastique,  Diminution des de tri, de coupe dans des caisses afin de les
carton, …) vendre à des sociétés de recyclage et de Chaque
espaces et des aires valorisation semaine 300 (par
de manutention mois)
 Déchets
dangereux  Perturbation du Chaque 100 (chaque
 Livrés à des sociétés mères, valorisation par des
(quasi nul) roulement de travail sociétés opératrices dans le domaine semaine semaine)

 etc.

67
Etude d’impact sur l’environnement TESCO

X.2. Estimation des coûts des mesures environnementales

Ces investissements sont estimés à environ 25 000 dinars, sachant que certains
éléments (tels que les bassins, les traitements et autres…) sont inclut au coût du
projet.

Tableau 12 : Détails du coût estimatif du PGE

Unité Coût
Mise en place du plan de gestion 1 4000 DT
environnementale
Mise en place d’un programme de 1 6000 DT
suivi
Formation de sensibilisation 1/trimestre 2000 DT
continue
Travaux lié à l’infrastructure 1 4000 DT
(signalisations, piézomètres…)
Tenues et équipements de 2/ an 9000 DT
sécurité pour le personnel
TOTAL 25 000 DT

68
X.3. Rapport du suivi des mesures environnementales
Un rapport de suivi sera élaboré tous les mois par le service Génie Rural lors de l’exécution
du projet et par le service Périmètre Irrigué lors de l’exploitation du périmètre.

Ces services vont jouer le rôle de chefs de file et vont coordonner entre les différents
intervenants :

Les données et résultats à collecter et à interpréter émanent des services suivants :

 Phase exécution :

Service Génie Rural


Lors de la phase exécution à l’entreprise des travaux, les responsables du GR doivent :
- Veiller à la bonne exécution des travaux de pose des conduites et des ouvrages d’arts
d’où un contrôle continu du chantier s’impose ;
- Elaborer un rapport mensuel de suivi où seront mentionnés :
o L’état d’avancement des travaux ;
o Les anomalies constatées s’il y a lieu ;
o Les actions réalisées d’ordre environnemental.

 Phase exploitation :

a. Service de Ressources en Eau


 Les données à collecter concernant les analyses physico-chimiques détaillées de l’eau
permettant de connaître la salinité et le SAR de l’eau d’irrigation ;

b. Service de Ressources en sol


Les données à collecter concernent :
 Les mesures de la conductivité électriques des sols irrigués
 Suivie de l’alcalinité des sols.

c. Service des périmètres irrigués


Le suivi de l’exploitation du périmètre irrigué
 Respect de la dose d’irrigation ;
 Contrôle du fonctionnement et de l’état du système hydraulique ;
 Respect des règles sanitaires pour l’utilisation des eaux usées traitées en coopération
avec le service hygiène qui a une influence considérable sur la population ;
 Réalisation des analyses physico-chimiques des eaux usées traitées à la sortie de la
station et au sein du périmètre irrigué.

69
d. Service de l’ONAS
Les résultats mensuels des analyses effectuées par l’ONAS doivent être enregistrés puis
interprétés par les techniciens du service « Périmètre irrigué ». Ces analyses concernent :
 Les analyses physico-chimiques des EUT à la sortie de la STEP ;
 Les analyses bactériologiques des EUT à la sortie de la STEP.

e. Service de la production végétale


Ce service doit s’assurer :
 De l’arrêt de l’irrigation avant 10 à 15 jours de la récolte ;
 Du stockage des fourrages pendant une semaine pour décontamination : fanage ;
 Qu’il n’y a pas de pâturage direct et doit aviser le CRDA en cas de fraude ;
 De faire des analyses physico-chimiques sur les feuilles (chlore, Sodium) par le service
d’hygiène en cas de constatation du phénomène.

f. Service de la production animale


Le service de la production animale doit s’assurer de :
 Respect des réglementations d’hygiène pour le lait ;
 Contrôle rigoureux des bâtiments d’élevage (présence des fosses à purin, à fumier,
etc.…) ;
 De la qualité du fourrage utilisé pour l’alimentation du cheptel.

g. Service hygiène
Ce service prendra en charge (par convention avec le CRDA) la réalisation des analyses
physico-chimiques et bactériologiques des échantillons d’eau prélevé à la sortie de la STEP
et au niveau du PPI (réservoir de régulation ou prises d’irrigation au choix, etc…).

70
XI. Annexes

Annexe 1 : Courrier du 20.01.2012 pour le gouverneur de Kairouan


Annexe 2 : Courrier du 01.03.2012 pour le gouverneur de Kairouan
Annexe 3 : Courrier du 23.11.2011 pour le gouverneur de Kairouan
Annexe 4 : Courrier du gouverneur de Kairouan adressé au ministre des domaines
de l’état et des affaires foncières
Annexe 5 : PV
Annexe 6 : Analyses des eaux issues de la STEP
Annexe 7 : Plan de situation
Annexe 8 : Plan d’implantation des ouvrages
Annexe 9 : Courrier du 13.12.2011pour le gouverneur de Kairouan

71
Annexe 1

72
73
Annexe 2

74
75
76
Annexe 3

77
78
79
Annexe 4

80
81
Annexe 5

82
83
84
85
Annexe 6

86
Annexe 7

87
Annexe 8

88
Annexe 9

89
90
91
92