Vous êtes sur la page 1sur 61

ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO- AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI - DE GABÈS II - ETUDE DE FAISABILITÉ

SOMMAIRE

RESUME ET CONCLUSION...........................................................................................................................................1
1. INTRODUCTION..........................................................................................................................................................4
2. ETUDE DU MILIEU PHYSIQUE................................................................................................................................5
2.1 LOCALISATION.............................................................................................................................................................5
2.2 CLIMAT........................................................................................................................................................................5
2.3 DÉLIMITATION DU PÉRIMÈTRE.....................................................................................................................................5
2.3.1 Critères techniques..............................................................................................................................................7
2.3.2 Critères socio-économiques................................................................................................................................7
2.3.3 Délimitation.........................................................................................................................................................7
2.4 RESSOURCES EN SOLS.................................................................................................................................................7
2.5 RESSOURCES EN EAUX................................................................................................................................................8
3. MILIEU SOCIO-ECONOMIQUE...............................................................................................................................9
3.1 MILIEU SOCIAL ET FONCIER........................................................................................................................................9
3.1.1 Population et paramètres démographiques........................................................................................................9
3.1.2 Situation foncière au niveau de la zone du projet.............................................................................................10
3.2 INFRASTRUCTURES ET ASPECTS INSTITUTIONNELS...................................................................................................10
3.2.1 Infrastructure et équipements socio-collectifs..................................................................................................10
3.2.2 Encadrement et vulgarisation...........................................................................................................................10
3.2.3 Institution de services agricoles........................................................................................................................11
3.2.4 Institutions bancaires et crédit..........................................................................................................................11
4. NIVEAU ACTUEL DE MISE EN VALEUR AGRICOLE.......................................................................................12
4.1 SYSTÈME ACTUEL DE CULTURES...............................................................................................................................12
4.1.1 Occupation actuelle du sol................................................................................................................................12
4.1.2 Techniques culturales actuelles.........................................................................................................................12
4.1.3 Production végétale...........................................................................................................................................13
4.2 SYSTÈME D'ÉLEVAGE.................................................................................................................................................13
4.2.1 Composition et effectifs des troupeaux..............................................................................................................13
4.2.2 Mode de conduite et production........................................................................................................................13
4.3 MODÉLISATION DES EXPLOITATIONS.........................................................................................................................14
4.4 POTENTIALITÉS ET CONTRAINTES DE DÉVELOPPEMENT............................................................................................14
4.4.1 Potentialités de développement.........................................................................................................................14
4.4.2 Contraintes de développement..........................................................................................................................14
5. PROJET DE DEVELOPPEMENT AGRICOLE......................................................................................................16
5.1 PRÉSENTATION ET OBJECTIFS....................................................................................................................................16
5.2 STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE..............................................................................................................16
5.3 DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME DE CULTURES..........................................................................................................17
5.3.1 Choix des cultures et système cultural..............................................................................................................17
5.3.2 Assolement proposé...........................................................................................................................................18
5.3.3 Occupation du sol et son évolution...................................................................................................................19
5.3.4 Itinéraires techniques et besoins en intrant......................................................................................................20
5.3.5 Rendements et productions................................................................................................................................20
5.4 DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME D’ÉLEVAGE..............................................................................................................21
5.4.1 Production fourragère prévisionnelle...............................................................................................................22
5.4.2 Taille du troupeau.............................................................................................................................................22
5.4.3 Production animale...........................................................................................................................................23
5.5 COMPOSANTES DES INVESTISSEMENTS DE MISE EN VALEUR AGRICOLE...................................................................23
5.6 MESURES D’ACCOMPAGENEMENT.............................................................................................................................24
6. SCHEMA D'AMENAGEMENT HYDRAULIQUE..................................................................................................25
6.1 DONNÉES DE BASE....................................................................................................................................................25
6.1.1 Superficie du périmètre.....................................................................................................................................25
6.1.2 Système de desserte...........................................................................................................................................25
6.1.3 Systèmes d'irrigation.........................................................................................................................................25

SAFI Sommaire

ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO- AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI - DE GABÈS II - ETUDE DE FAISABILITÉ

6.2 PARAMÈTRES DE DIMENSIONNEMENT.......................................................................................................................26
6.2.1 Débit de fonctionnement...................................................................................................................................26
6.2.2 Systèmes de fonctionnement du réseau et régulation........................................................................................26
6.2.3 Besoins en eau des cultures proposées..............................................................................................................26
6.2.4 Débit fictif continu.............................................................................................................................................28
6.2.5 Débit effectif de pointe......................................................................................................................................28
6.2.6 Débit d'équipement à la parcelle......................................................................................................................28
6.3 INFRASTRUCTURES HYDRAULIQUES PROJETÉES........................................................................................................29
6.3.1 Réseau de refoulement......................................................................................................................................29
6.3.2 Equipements et installations électriques...........................................................................................................31
6.3.3 Réseau de distribution.......................................................................................................................................32
6.3.4 Aménagements annexes.....................................................................................................................................38
6.3.5 Coûts des aménagements hydrauliques et annexes...........................................................................................38
7. ORGANISATION ET GESTION DU PROJET........................................................................................................40
7.1 EXÉCUTION DU PROJET.............................................................................................................................................40
7.2 ORGANES DE GESTION DU PÉRIMÈTRE......................................................................................................................40
7.3 FONCTIONNEMENT DU GIC.......................................................................................................................................40
7.3.1 Gestion administrative......................................................................................................................................40
7.3.2 Gestion économique et financière.....................................................................................................................40
7.3.3 Exploitation du périmètre..................................................................................................................................41
8. COUT ET EVALUATION DU PROJET....................................................................................................................42
8.1 HYPOTHÈSE ET PARAMÈTRE DE CALCUL...................................................................................................................42
8.1.1 Cadre général des prix et coûts.........................................................................................................................42
8.1.2 Prix financiers...................................................................................................................................................42
8.1.3 Prix économiques et conversion........................................................................................................................42
8.1.4 Hypothèses de calcul.........................................................................................................................................42
8.2 COÛTS ET FINANCEMENT DU PROJET........................................................................................................................43
8.3 EVALUATION FINANCIÈREDU PROJET.........................................................................................................................43
8.3.1 Résultats des comptes d'exploitation.................................................................................................................44
8.3.2 Viabilité et pérennité du projet du point de vue GIC.........................................................................................45
8.4 EVALUATION ÉCONOMIQUE ET ÉFFETS DU PROJET....................................................................................................47
8.4.1 8.4.1 Rentabilité économique............................................................................................................................47
8.4.2 8.4.2 Effets sur la production............................................................................................................................48
8.4.3 8.4.3 Effets sur l'emploi.....................................................................................................................................48

SAFI Sommaire

ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO- AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI - DE GABÈS II - ETUDE DE FAISABILITÉ

LISTE DES TABLEAUX

TABLEAU N° 1 : DONNÉES CLIMATIQUES DE LA ZONE DU PROJET ....................................................5
TABLEAU N° 2 : STRUCTURE DES EXPLOITATIONS À L'INTÉRIEUR DU PÉRIMÈTRE..........................10
TABLEAU N° 3 : OCCUPATION ACTUELLE DU SOL AU NIVEAU DU FUTUR PÉRIMÈTRE CULTURES...12
TABLEAU N° 4 : PRODUCTION VÉGÉTALE ACTUELLE AU NIVEAU DU PÉRIMÈTRE...........................13
TABLEAU N° 5 : CARACTÉRISTIQUES DES MODÈLES D'EXPLOITATION............................................14
TABLEAU N° 6 : EVOLUTION DE L'OCCUPATION FUTURE DU SOL....................................................20
TABLEAU N° 7 : PRODUCTION AGRICOLE DU PÉRIMÈTRE À L'ANNÉE DE CROISIÈRE.......................21
TABLEAU N° 8 : PRODUCTION FOURRAGÈRE PRÉVISIONNELLE.......................................................22
TABLEAU N° 9 : TAILLE DU TROUPEAU PAR MODÈLE D’EXPLOITATION..........................................23
TABLEAU N° 10 : BESOINS FOURRAGER DU TROUPEAU À INTRODUIRE..........................................23
TABLEAU N° 11 : PRODUCTION ANIMALE EN ANNÉE DE CROISIÈRE................................................23
TABLEAU N° 12 : BESOINS EN EAUX DU PÉRIMÈTRE.......................................................................28
TABLEAU N° 13 : DÉBIT D'ÉQUIPEMENT À LA PARCELLE EN FONCTION DE LA SUPERFICIE............29
TABLEAU N° 14 : DIAMÈTRES DES CONDUITES...............................................................................36
TABLEAU N° 15 : LINÉAIRES DES CONDUITES DE DISTRIBUTION....................................................37
TABLEAU N° 16 : COÛTS DES AMÉNAGEMENTS HYDRAULIQUES ET ANNEXES...............................38
TABLEAU N° 17 : COÛT ET ÉCHÉANCIER DE RÉALISATION DU PROJET............................................43
TABLEAU N° 18 : SCHÉMA DE FINANCEMENT DES COMPOSANTES DU PROJET................................43
TABLEAU N° 19 : EVOLUTION DE LA MARGE BRUTE PAR MODÈLE D'EXPLOITATION.......................44
TABLEAU N° 20 : TAUX DE RENTABILITÉ, VAN ET RB/C PAR MODÈLE D'EXPLOITATION...............44
TABLEAU N° 21 : ANALYSE DE LA SENSIBILITÉ PAR MODÈLE D’EXPLOITATION..............................45
TABLEAU N° 22 : CALCUL DU PRIX DE REVIENT DU M3 D'EAU.......................................................47
TABLEAU N° 23 : ANALYSE DE LA RENTABILITÉ DU PROJET...........................................................47
TABLEAU N° 24 : ANALYSE DE LA SENSIBILITÉ DU PROJET.............................................................48
TABLEAU N° 25 : EFFET DU PROJET SUR LA PRODUCTION..............................................................48
Tableau n° 26 : Effet du projet sur l'emploi....................................................................................48

SAFI Sommaire

ETUDE DE FAISABILITÉ SAFI 1 .DE GABÈS II . ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .

en regard de l’atteinte à la propriété privée. le gouvernorat de Médenine n’a pas bénéficié de l’installation d’infrastructures et d'un cadre incitatif spécifiquement conçu pour le développement de l'industrie Jusqu’à récemment. Le Décret 91- 362 du 13 mars 1993 a rendu obligatoire l’étude d’impact pour certains types de projets en Tunisie. INTRODUCTION Le déséquilibre régional est en réalité la conséquence du modèle de développement économique et social adopté par le pays depuis les années soixante-dix. Depuis une vingtaine d’années. malgré les progrès enregistrés par l’économie nationale. cette conception de l’utilité publique a été élargie à l’atteinte à l’environnement. et les implications sur l’environnement de telles activités. la libéralisation de l’économie tunisienne et son insertion dans la mondialisation à partir de cette époque a conduit progressivement à une concentration de l’activité économique. Compte tenu des besoins. conduisant ainsi à une véritable fracture territoriale en termes de développement économique et social A l’instar de la plupart des régions de l’intérieur du pays. comme nouvel instrument de conception des projets et d’aide à la décision pour l’autorité administrative.DE GABÈS II . ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. Cette évolution s’est traduite. l’utilité publique d’un aménagement était jugée. De ce fait. en zones industrielles d’une part. considéré comme un bien collectif.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . force est de constater que l’écart entre les régions n’a pas cessé d’augmenter.ETUDE DE FAISABILITÉ 1. notamment industrielle. Ainsi. sans cesse croissants. par l’institution de l’étude d’impact. les préoccupations d’environnement sont prises en compte dans la conception du projet dès le départ. La présente étude d’impact de l’aménagement de trois nouvelle zone industrielle dans la gouvernorat de Medenine est réalisée conformément aux prescriptions du Décret n° 2005- 1991 et aux termes de références sectorielles des EIE Cette étude comprend les chapitres suivants : • Site d’implantation et périmètre de l’étude SAFI 2 . plusieurs indicateurs le prouvent. et des richesses sur le littoral principalement dans les régions du nord-est et centre-est du pays. En effet. l’étude d’impact apparaît comme une approche indispensable pour identifier les effets des zones industrielles sur l’environnement. exclusivement.

7 1.6 23. ETUDE DU MILIEU PHYSIQUE 2.6 16.4 23. La carte de situation du périmètre est présentée par la figure donnée ci-après 2.3 24.5 8.3 19.2 CLIMAT La zone du projet se situe dans l’étage bioclimatique aride inférieur à hiver doux. Min 21.4 12.7 17.1 8.ETUDE DE FAISABILITÉ • Analyse de l’état initial du projet • Analyse et évaluation des impacts sur l’environnement • Mesures d’atténuation des impacts • Plan de gestion environnementale 2.9 20.8 3 0.1 31. Béni Khdej d’une superficie de 13 ha et Ksar Djdid d’une superficie de 25 ha L'accès au périmètre est très facile. il est assuré par la route reliant Mejel Bel Abbès à Nadhour.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .1 222. Moy.4 7.4 10. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. Cette zone fait partie de la région côtière de Gabès. (mm) 22.DE GABÈS II .9 Temp.7 6.5 15. moy.7 22. les trois zones fait partie du gouvernorat de Medenine sont réparties comme suite : les délégations de Sidi Makhlouf d’une superficie de 16 ha.3 (°C) SAFI 3 . Les caractéristiques climatiques de la zone du périmètre enregistrées au niveau de la station de Gabès sur une période d’observations de 27 ans (1978-2005) sont détaillées ci-après : Tableau 1 : Données climatiques de la zone du projet Station Désignations S O N D J F M A M J Jt A Année Gabès Pluv.4 13.2 12.1 LOCALISATION Administrativement.5 33.8 44.

5 26.7 21.8°C.0 12. L’amplitude thermique entre le mois le plus froid (Janvier) et celui le plus chaud (Août) est de 28. on enregistre en moyenne 28 jours de sirocco par an.3 30.7 °C. La région de Gabès se caractérise par un régime thermique chaud.1 19. Le sirocco est assez fréquent dans la région.0 21. alors que durant le mois le plus froid (janvier).DE GABÈS II .  Humidité relative L’humidité relative dans la zone du projet au moment de l’ouverture des fleurs et dans la période de la pollinisation favorise les maladies cryptogamiques qui sont à l’origine de la pourriture des inflorescences. (°C) 25. moy. froids et secs et parfois chargés de sables.8 24.8 13.3 °C . les vents sont forts et réguliers.5 17. SAFI 4 .7 (°C) Vitesse du vent (m/s) 8 8 8 9 9 9 9 10 9 9 8 8 9 ETP (mm) 136 88 67 49 55 69 100 90 156 166 188 201 1365 HR Min (%) 49 47 44 47 45 40 42 44 48 51 46 48 46 INM :(Station météorologique de Gabès)  Pluviométrie La pluviométrie moyenne annuelle dans la région de Gabès est de 223 mm/an et le nombre de jours de pluie est de 29 jours/an.  Température La température moyenne annuelle ainsi que les températures maximales moyennes et minimales moyennes sont détaillées comme suit :  La température moyenne : 19.6 21.  La moyenne des minima : 15.0 26.ETUDE DE FAISABILITÉ Temp. elle pourra s’abaisser à 4°C.5 Temp. durant le mois le plus chaud (Août).6 27.  Vents Le régime du vent est saisonnier : En été.5 16.0 13.3 15. les vents du Nord-Est et l’Est sont réguliers et faibles et ceux du Sud et du Sud-Est sont secs et fréquents. En hiver.3 23.6 31.7 20.6 27.7 16. En effet.8 24. L’humidité relative dans la région de Gabès varie entre 42 % (Mars) et 51% (Janvier). Ces valeurs sont dépassées par des extrêmes enregistrés. la température atteint 45 °C. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.5 °C .AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .1 17.5 18.  La moyenne des maxima : 23. Max 29.4 19. Moy.

AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . 2. SAFI 5 . . qualité et la vocation des sols. Le déficit hydrique annuel est de l’ordre de 1208 mm.3 DÉLIMITATION DU PÉRIMÈTRE Le futur périmètre à créer ainsi que sa consistance ont été déterminés en tenant compte des critères techniques (ressources en eau.) et critères socio- économiques et ce tout en visant un développement durable. . ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.ETUDE DE FAISABILITÉ  Evaporation L’évaporation moyenne mensuelle et annuelle mesurée au bac rond au niveau de la station climatologique de Gabès est donnée dans le tableau suivant : Tableau 2 : Evaporation à Gabes Evaporation S O N D J F M A M J Jt A Année en (mm) 192 141 102 87 84 111 141 182 207 249 255 237 1988 en (%) 10 7 5 4 4 6 7 9 10 13 13 12 100 L’évapotranspiration annuelle évaluée dans la région de Gabès est de 1365 mm.DE GABÈS II .

ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.DE GABÈS II .AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .ETUDE DE FAISABILITÉ Localisation SAFI 6 .

En effet.ETUDE DE FAISABILITÉ 2. En considérant des besoins moyens de 0. ii) Nature pédologique des sols L'étude pédologique. a permis de délimiter l'emplacement du futur périmètre irrigué.5 l/s par ha. Le débit du forage alloué à l'irrigation est estimé par les services techniques du CRDA à 20 l/s. les conditions d'approvisionnement en intrants et d'écoulement des produits agricoles ainsi que les échéances des différentes opérations et façons culturales sont étroitement liées à l'état des routes d'accès. 2. la superficie nette irrigable serait de 40 ha.3.3.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .1 Critères techniques i) Ressources en eau L'eau constitue le premier facteur limitant au développement agricole dans la zone du périmètre. Il s'agit d'une zone à sols moyen à assez profonds et présentant une pente faible permettant un bon drainage externe. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. Les critères de choix des bénéficiaires sont :  Lieu de résidence du bénéficiaire dans la zone du projet. Pour le choix des bénéficiaires les critères de lieu de résidence et la forme d’un périmètre d’un seul tenant sont déterminants SAFI 7 . Les terres recensées dans la zone du projet appartiennent à un seul lignage à savoir dont la totalité réside dans la zone du projet et dont la propriété est caractérisée par des parcelles de grandes tailles.2 Critères socio-économiques Il s'agit des critères les plus déterminants dans le choix du site du périmètre.DE GABÈS II . Le périmètre projeté sera situé à côté de la route goudronnée reliant Mejel bel Abbès à Nadhour avec un réseau interne de pistes carrossables ce qui facilite l'approvisionnement en intrants et l'écoulement des produits agricoles. iii) Accessibilité au futur périmètre et infrastructures existantes L'infrastructure routière joue un rôle important dans la réussite des projets de développement et de mise en valeur hydro-agricole.  Engagement du bénéficiaire à se libérer de toute autre activité pour le projet.

Ces terres se distinguent par des sols moyen à assez profonds.3 Délimitation Les critères cités plus haut ont permis de délimiter le futur périmètre irrigué dans les terres situées à droite de la route reliant Mejel Bel Abbès à Nadour et limitées au sud est par une colline.3. soit 41. de toucher le maximum de bénéficiaires. La fiche de réception du forage est donnée en annexe. le périmètre concernera ainsi 10 propriétaires avec une superficie totale brute de 44.24 ha. 2.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .5 RESSOURCES EN EAUX Les ressources en eau de la zone du périmètre sont représentées principalement par les eaux du forage Karachoun-Nassiria dont les caractéristiques sont :  Profondeur : 257 ml. alluvions et colluvions de texture légère et moyenne. SAFI 8 .  Niveau statique : 133 m  Débit d'exploitation est de 20 l/s. La structure agraire est caractérisée par une prédominance de moyennes à grandes exploitations dont la taille moyenne variable de 3. sains et à pente moyenne. 2. Afin de valoriser ces terres agricoles. Il est occupé par des dépôts quaternaires.ETUDE DE FAISABILITÉ 2. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.DE GABÈS II .0 ha net.4 RESSOURCES EN SOLS Le périmètre est situé sur un glacis.11 ha à 7.4 ha.

tous les exploitants ont accueilli favorablement l'idée de créer le périmètre irrigué. un grand nombre de personnes en âge de travailler.DE GABÈS II .  Le mode de conduite extensif qui caractérise la quasi-totalité des exploitations : monoculture et faible intégration de l'élevage donc faible besoin en main d’œuvre (travail à temps partiel).1 Population et paramètres démographiques 3.2 Emploi La main d’œuvre disponible dans la zone du projet n'a pas de qualifications particulières. Mais. Toutes les personnes en âge de travailler peuvent être considérées comme étant des ouvriers agricoles potentiels.1. Le système de peuplement actuel dans la zone du projet est du type traditionnel.1.agricoles dans les grandes villes. La taille moyenne est de 12 membres par ménage.3 Statut et rôle de la femme L'intervention de la femme dans les tâches agricoles est limitée. sans aucune assise technique.1.1.ETUDE DE FAISABILITÉ 3. partent à la recherche d'activités extra.1.1 MILIEU SOCIAL ET FONCIER 3. Ceci est lié à trois principaux facteurs :  Les traditions sociales voulant que la place « logique » de la femme soit le foyer .1. 3.1.1 Population de la zone du projet Les caractéristiques démographiques de la zone du projet ont été appréhendées à travers d'enquête agro-socio-économique conduite auprès des futurs bénéficiaires.1. 3. Cette force de travail non statique connaît une dynamique importante. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . En effet. il s'agit d'ouvriers. 3. L'agriculture constitue l'activité principale des chefs des ménages. .1. les propriétaires sont concentrés principalement sur la base de parenté. issus de familles agricoles traditionnelles.4 Motivation et attitudes de la population cible Lors de la mission de sensibilisation. La population bénéficiaire du projet de création du périmètre compte 120 habitants répartis en 10 grandes ménages. SAFI 9 . notamment les jeunes. MILIEU SOCIO-ECONOMIQUE 3.

la superficie moyenne par parcelle s'élève de son côté à 4. moy (ha) S < 5 ha 8 80 % 30.54 30 % 6. SAFI 10 . Les attentes du projet.11 à plus 7. soit des actes notaires. Certaines exploitations sont devenues également des propriétés privées par droit coutumier mais leur situation juridique est en cours de régularisation. les idées des bénéficiaires convergent vers une polyculture intensive axée sur :  Les cultures fourragères et l'intégration de l'élevage bovin laitier. Ces attentes se résument comme suit :  Amélioration des revenus agricoles et fixation des ménages sur leurs terres  Réduction du taux de chômage à travers la création d'emplois permanents Tous les bénéficiaires n'ont émis aucune réserve quant à l'adhésion au futur GIC qui sera chargé de gérer le périmètre. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.  L'arboriculture fruitière.86 S > 5 ha 2 20 % 13. 3.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .44 Sur le plan foncier.90 70 % 3.40 100 % 4.77 Total 10 100 % 44.  Et les cultures maraîchères d'hiver.24 ha . sont le résultat des suggestions faites par les personnes enquêtées et des déclarations recueillies durant les séances de sensibilisation.44 ha.DE GABÈS II . La structure des propriétés à l'intérieur du périmètre tel que identifiée par le plan parcellaire et par les listes fournies par les autorités locales et vérifiées avec les agriculteurs enquêtés se présente comme suit : Tableau n° 1 : Structure des exploitations à l'intérieur du périmètre Strate Nombre % Sup (ha) % Sup.ETUDE DE FAISABILITÉ En outre.1. présenté ci-après. Les documents d'appropriation sont soit des titres fonciers. toutes les personnes favorables à la création du périmètre irrigué se sont déclarés prêtes à équiper leurs parcelles en système d'irrigation permettant de réaliser des économies d'eau. toutes les terres agricoles de la zone du projet correspondent à des propriétés privées.2 Situation foncière au niveau de la zone du projet A l'intérieur des terres objet du futur périmètre la superficie brute des exploitations varie de 3. Quant aux orientations de développement agricole futur de leurs exploitations.

planifie les projets de développement et de mise en valeur à l'échelle locale et régionale.2. Ainsi. le taux de branchement au réseau de la STEG s'élève à 100% (tous les habitants sont branchés au réseau de la STEG). est très facilement accessible quelque soit les conditions climatiques par la route qui relie Mejel Bel Abbès à Nadhour. 3. De par le système d'exploitation actuellement extensif les autres modes de faire valoir sont très rares dans la zone.2.1 Infrastructure et équipements socio-collectifs La zone du futur périmètre. facilite et organise l'accès aux crédits de campagne.3 Institution de services agricoles Les prestations des services liés à l'agriculture sont assurées par des opérateurs publiques et privés dont on cite notamment : SAFI 11 .2.DE GABÈS II . mais surtout en quête d'aides. de par son implantation. mais le passage en agriculture irriguée intensive nécessite un encadrement et une assistance réguliers des agriculteurs. Par ailleurs.2 Encadrement et vulgarisation L'encadrement et l'assistance technique sont assurés par le CRDA du Kasserine et sa représentation locale (CTV de Mejel Bel Abbès et CRA El Mejel). le recourt des agriculteurs aux conseils n'est pas toujours dans le but rechercher des informations. 3.2 INFRASTRUCTURES ET ASPECTS INSTITUTIONNELS 3. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. La pratique d'une agriculture extensive n'a pas suscité chez les agricultures des besoins en encadrement technique. la CTV et CRA de Mejel bel Abbès nécessite à être renforcer des moyens matériels et humains pour accomplir ses tâches de vulgarisation.collectifs. intervient dans le montage financier des opérations ponctuelles. En effet. 3. Quant à l’alimentation en potable.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . Ces institutions ainsi que 1'UTAP assure en particulier la vulgarisation des techniques de production agricole. un projet est en cours d’étude et qui couvre toute la zone du projet.ETUDE DE FAISABILITÉ La totalité des bénéficiaires exploite directement ses terres. L'électrification des foyers constitue une condition positive dans le domaine des équipements socio.

DE GABÈS II . Lors de l'enquête socio-économique les futurs bénéficiaires ont demandé l'aide de la banque pour le financement des investissements liés aux systèmes d'économie d'eau. engrais et produits de traitement. les agriculteurs font recours à l'agence de la BNA à Fériana à environ 30 km. SAFI 12 .AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .4 Institutions bancaires et crédit Pour bénéficier des services bancaires. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.2.ETUDE DE FAISABILITÉ  L'Office des céréales à travers sa représentation de Mejel bel Abbès pour la collecte des céréales et l'approvisionnement en semences.  Huilerie installé à Mejel Bel Abbès (capacité de 24t/jour) 3. à l'élevage et à l'arboriculture.

 Les cultures céréalières associées à l'arboriculture couvrent une superficie de 8.2 Céréales associés à l’arboriculture Orge 4. à part quelques plantations arboricoles aucun autre investissement n'a été enregistré dans les terres du futur périmètre. d'apport d'engrais et des produits de traitement. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. est le résultat des contraintes suivantes :  La capacité d'autofinancement limitée de la plupart des agriculteurs et les difficultés d'accéder aux crédits à moyen et long terme. Ceci s'est matérialisé par le rythme ralenti sinon l'absence de nouveaux investissements.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . 4. l'occupation actuelle du sol du périmètre est dominée par les céréales et l'arboriculture.1. ainsi :  Les cultures céréalières en plein (Orge et blé dur) occupent environ 20 ha. Cette situation. En effet.0 ha. NIVEAU ACTUEL DE MISE EN VALEUR AGRICOLE Le niveau actuel de mise en valeur agricole a été influencé dans une large mesure par la multitude de contraintes socio-économiques.8 Blé dur 3.  L'arboriculture occupe 21.ETUDE DE FAISABILITÉ 4.DE GABÈS II .  L'adoption d'itinéraires techniques traditionnels marqués notamment par la limitation des façons culturales. Le tableau suivant présente l'occupation actuelle du sol. Tableau n° 1 : Occupation actuelle du sol au niveau du futur périmètre Cultures Désignations Superficie (ha) Arboricultures Olivier 18 Amandier 3.2 ha.1 SYSTÈME ACTUEL DE CULTURES 4.1 Occupation actuelle du sol D'après les enquêtes effectuées auprès des futurs bénéficiaires et sur la base des informations fournies par les services régionaux.2 Céréales en plein Orge 12 Blé dur 8 A l'image du paysage agricole de la délégation de Mejel Bel Abbès. Ceci a entraîné des manques à gagner non négligeables. techniques et institutionnelles. elle est axée sur l’amandier et l'olivier à huile SAFI 13 .

4. L'utilisation des engrais et des produits phytosanitaires est très rare.1. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.76 Blé dur 3.  taille réduites des plantations.DE GABÈS II . Les fiches technico-économiques fournies en annexe donnent une idée sur cette consommation.4 Blé dur 8 1. Le tableau suivant donne les rendements moyens et la volume de la production des différentes spéculations végétales: Tableau n° 1 : Production végétale actuelle au niveau du périmètre Superficie Rendement Production Désignations (ha) (T/ha) (T) Arboricultures Olivier 18 1 18 Amandier 3. la consommation actuelle en intrants et a été estimée à partir des résultats de l'enquête agro-socio-économique et sur la base des données et documents traitant de la zone du projet.0 3.3 Production végétale La production actuelle du périmètre est évaluée en se référant aux rendements estimés sur la base des résultats de l'enquête agro-socio-économique et sur la base des données et documents traitant de la zone du projet.0 8 SAFI 14 .2 Céréales en plein Orge 12 1.1.5 1. Ainsi les techniques pratiquées sont extensives et sont limitées aux :  travaux de sol sommaires (recroisement pour l'enfouissement des semences des céréales et binage manuel au pied des plantations)  utilisation des semences auto-produites pour les céréales.2 5.2 Techniques culturales actuelles Vue les conditions climatiques difficiles caractérisées par le régime aléatoire des précipitations.ETUDE DE FAISABILITÉ 4.2 14. les agriculteurs tendent à minimiser les dépenses dans la conduite des cultures.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .2 1.6 Céréales associés à l’arboriculture Orge 4.2 0. Pour les besoins de l'évaluation. à par l'utilisation pour l'arboriculture du fumier auto-produit.8 1.

 Le modèle 3 : représente les exploitation de petite taille (superficie inférieur à 5 ha) et dont l’occupation est caractérisée les grandes (blé dur et orge). Etant non intégré à l'exploitation la production du cheptel actuel n'est prise en compte dans l'évaluation du projet. trois (3) modèles d'exploitations ont été identifiées comme suit :  Le modèle 1 : représente les exploitations dont la superficie est supérieur à 5 ha dont l’occupation est caractérisée par l’association de l’arboriculture et les grandes (blé dur et orge).3 MODÉLISATION DES EXPLOITATIONS La modélisation des exploitations est basée sur un ensemble de critères ayant trait à la fois aux caractéristiques des exploitations et aux modes de conduite. 4. En appliquant ces deux critères et sur la base des résultats de l'enquête agro-socio- économique. Ce système concerne 2 exploitants qui totalisent 13 ha. dans certains cas. les résidus de récolte.  Le système de production notamment l'occupation actuelle des sols. L'alimentation est basée sur le pâturage direct.ETUDE DE FAISABILITÉ 4. achetés.2.1 Composition et effectifs des troupeaux L'élevage est une activité à laquelle s'adonne tous futurs bénéficiaires. La couverture sanitaire est limitée souvent aux visites effectuées par le vétérinaire des services agricoles régionaux.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . la paille et foin produits ou. On compte 420 têtes ovines et 20 têtes caprines.2 Mode de conduite et production La conduite des troupeaux est du type extensif faiblement intégré au système de cultures.2. Le troupeau actuel est composé par des caprins et ovins. Ce système concerne 2 exploitants qui totalisent 8 ha SAFI 15 . ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. 4. Les productions animales sont déterminées sur la base des rendements moyens enregistrés au niveau de la délégation de Mejel bel Abbès. la modélisation des exploitations a été basée sur :  La taille de l’exploitation. Ce système concerne 6 exploitants qui totalisent 20 ha. Les visites effectuées à la demande de l'éleveur sont très rares.DE GABÈS II .2 SYSTÈME D'ÉLEVAGE 4. En effet.  Le modèle 2 : représente les exploitation de petite taille (superficie inférieur à 5 ha) et dont l’occupation est caractérisée par l’association de l’arboriculture et les grandes (blé dur et orge).

2 4.1 Potentialités de développement Les potentialités de développement sont récapitulées comme suit :  Existence de vastes terres agricoles valables à l'irrigation. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.0 41.0 Céréales associés à l’arboriculture (ha) 1.  La faiblesse des moyens des structures de services agricoles dans la région SAFI 16 .4 POTENTIALITÉS ET CONTRAINTES DE DÉVELOPPEMENT Le diagnostic approfondi de la situation actuelle a permis de découvrir quelques potentialités de développement et dégager un ensemble de contraintes qu'il importe d'analyser en vue de les surmonter.2 .  La faiblesse de la capacité d'autofinancement.  Disponibilité de la main d’œuvre agricole et motivation des exploitants 4.0 8.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .0 20.0 20.2 Arboriculture en sec (ha) 4.2 4.4.6 0. 21.4 1.4.8 .0 Systèmes de production Céréales en plein (ha) 2.0 Nombre d’exploitation du modèle (U) 2 6 2 10 Superficie totale du modèle (ha) 13.DE GABÈS II .33 4.5 3.2 Contraintes de développement Les contraintes qui peuvent entraver la mise en valeur agricole à l'intérieur du périmètre ont trait aux aspects suivants :  Le manque de main d’œuvre qualifiée notamment en matière des techniques d'irrigation modernes. 3.0 41.ETUDE DE FAISABILITÉ Le tableau suivant donne les caractéristiques des différents modèles d’exploitation identifiés : Tableau n° 1 : Caractéristiques des modèles d'exploitation Désignations Modèle 1 Modèle 2 Modèle 3 Total Identification Taille du modèle (ha) 6. 4.0 2.

2 STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE La stratégie de développement agricole du périmètre doit tenir compte des considérations suivantes:  La spécificité de la région. Pour mieux rentabiliser le système d'élevage. La mise en valeur agricole du périmètre sera axée sur le développement de l'arboriculture en irrigué et les cultures fourragères. de réaliser les avantages suivants :  la fixation de la population sur place. le projet prévoit l'intégration du système d'élevage au système de cultures en tenant compte des contraintes socio-économiques caractérisant cette activité (choix des espèces et mode de conduite)..  Les activités actuelles et l'assise technique des exploitants  Les aptitudes culturales des sols. Le choix des cultures est déterminé en fonction des aptitudes culturales des sols et des ressources en eau mobilisables. l'acquisition de matériel de transport des produits. outre l'amélioration du revenu. SAFI 17 . la création de points d'approvisionnement en intrants agricoles et de bétail. les cultures retenues dans l'assolement projeté.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .1 PRÉSENTATION ET OBJECTIFS L'objectif principal du projet est d'exploiter d'une manière rationnelle toutes les ressources naturelles et humaines de la zone et de valoriser en particulier les ressources en eau mobilisées par le forage. 5. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. Le système d'exploitation et de mise en valeur ainsi recommandé permet. doivent permettre d'avoir des réserves fourragères (notamment de la verdure) durant toute l'année. En outre.DE GABÈS II . PROJET DE DEVELOPPEMENT AGRICOLE 5.. Cette valorisation se fera à travers la création d'un périmètre irrigué.  la création de projets de services liés à l'agriculture par effet d'entraînement : stimulation de l'initiative privée pour la promotion d'activités de services complémentaires comme la collecte de lait.  l'amélioration des conditions de vie des ménages.  la contribution à la résorption du chômage par les opportunités d'offres substantielles d'emplois.ETUDE DE FAISABILITÉ 5.  Les ressources en eaux mobilisables et les conditions climatiques.

5.DE GABÈS II .3. Ainsi.3 DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME DE CULTURES 5.  et le niveau de valorisation des facteurs de production par les cultures. et les produits maraîchers. cette stratégie doit favoriser et promouvoir les produits stratégiques à savoir : la viande rouge. l'objet du projet de développement et de mise en valeur du futur périmètre n'est pas de modifier radicalement le schéma actuel mais plutôt de l'intensifier. Les espèces fourragères choisies sont le foin d'avoine. Ainsi. Cet effort conduira également à l'adoption d'un assolement équilibré dans lequel la priorité sera accordée aux cultures d'hiver en vu d'éviter la surexploitation des eaux. SAFI 18 .ETUDE DE FAISABILITÉ En outre.  la technicité des exploitants. Le projet de création du périmètre irrigué sera à l'origine des améliorations techniques suivantes :  développement de l'arboriculture et des cultures maraîchères en assurant un niveau d'intensification appréciable et en valorisant les sous-produits de l'élevage.  création d'une surface fourragère principale dans l'assolement en vue d'une meilleure intégration de l'élevage au système de cultures.  les conditions de commercialisation: approvisionnement en intrants et écoulement des produits. les spéculations végétales suivantes ont été retenues : i) Développement des cultures fourragères L'intégration réussie de l'élevage au système de cultures et le développement de cette activité nécessitent l'extension des cultures fourragères en leur réservant une place permanente dans l'assolement.  les conditions pédo-climatiques de la région.1 Choix des cultures et système cultural Les cultures proposées ont été choisies en tenant compte de principaux critères suivants :  la stratégie et les orientations de développement agricole de la région.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . l'orge en vert et le sorgho en vert. les produits laitiers. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.  introduction des bovins laitiers dans les exploitations.  exploitation rationnelle des ressources naturelles et humaines pour une meilleure valorisation des investissements. L'effort d'intensification envisagé conduira cependant à introduire des cultures qui permettent une meilleure valorisation des ressources et l'accroissement du revenu et de l'emploi agricole de la population cible.

elles sont fortement recommandées pour les raisons supplémentaires suivantes: .Les charges d'exploitation sont faibles et ne lèsent pas trop la capacité d'autofinancement limitée des bénéficiaires. . iii) Développement des cultures maraîchères Le choix des cultures maraîchères est justifié par les considérations suivantes :  La superficie réduite de la plupart des exploitations favorisant ce genre de cultures.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . 5.  La forte rémunération générée par ces cultures et leur impact substantiel sur l'accroissement du revenu agricole. . Par ailleurs. étant donnée que le volume d'eau mobilisable est limité et afin d'irriguer toute la superficie identifiée on a accordé une place plus importante aux cultures d'hiver. L'espèce arboricole envisagée est l'amandier greffé qui de part son adoption aux conditions climatiques. SAFI 19 . elle est apte aux type de sol. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. Elles est combinées en fonction de l'importance de la superficie réservée à l'arboriculture. elle sera conduite après les fourrages d'hiver et de printemps.  Le cycle végétatif court de la plupart des espèces permettant de réaliser deux cultures par an sur la même sole et en conséquence de réaliser un taux d'intensification appréciable.  Le maraîchage d'été (Tomate): il s'agit de culture fortement demandée par les bénéficiaires.3.Leur conduite technique est mieux maîtrisée par les agriculteurs que les autres cultures.ETUDE DE FAISABILITÉ ii) Développement de l'arboriculture fruitière Compte tenu des conditions édaphiques. . et en plus du maintien des plantations existantes.Elles donnent des bons rendements et sont très rémunératrices (du fait que les charges d'exploitations sont faibles). Les principales espèces préconisées sont :  Les cultures maraîchères tardif et d'hiver (pomme de terre AS et oignon vert) : ces cultures sont peu exigeantes en eau (à cycle végétatif tardif et hivernal) .2 Assolement proposé Les cultures annuelles proposées seront conduites en plein champs et en association avec l'arboriculture. l'arboriculture est à envisager sur les sols aptes et au niveau des autres sols moyennant des améliorations et des fumures adéquats.DE GABÈS II .  La possibilité d'entraîner la création des projets de services liés à l'agriculture vue la forte demande en intrants et l'importance des productions provenant de ces cultures.  Les besoins élevés en main œuvre saisonnière ce qui permet de résorber le problème de chômage dans la région.

Soles Cultures d’hiver (ha) (Cultures d’été) (ha) Sole 1 Blé dur 2 Oignon en vert 1 Sole 2 Tomate 1 Pomme de terre AS 1 ii) Modèle 1 : Petites exploitations pratiquant les céréales associés à l’arboriculture : Sont en nombre de 6.5 SAFI 20 .8  Cultures annuelles en intercalaire : 6 ha soit 45 % de la superficie plantée comme suit : Sup. La répartition des espaces est comme suit :  Arboriculture existante : 2.2 Pomme de terre AS 1. Suivie de Sup.0 Oignon en vert 1. La répartition des espaces est comme suit :  Arboriculture existante: 4 ha par exploitant soit au tota1 8 ha dont 2 ha amandier et 6 ha olivier.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .5 Sole 2 Tomate 1. Soles Cultures d’hiver (ha) (Cultures d’été) (ha) Sole 1 Avoine foin 4.2 ha (Olivier à huile: 12 ha.ETUDE DE FAISABILITÉ i) Modèle 1 : Grandes exploitations pratiquant les céréales associés à l’arboriculture : Sont en nombre de 2.2 ha par exploitant soit au total 13. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.  Cultures annuelles en plein : 5 ha selon un assolement biennal fourrager suivant : Sup. Amandier: 1.5 ha par exploitant. ces exploitations détiennent 20 ha soit au moyenne de 3.8 ha selon un assolement biennal fourrager suivant : Sup. Suivie de Sup.2 Sole 2 Orge en vert 2. Soles Cultures d’hiver (ha) (Cultures d’été) (ha) Sole 1 Avoine foin 3 Sole 2 Orge en vert 2 Sorgho fourrager 1  Cultures annuelles en intercalaire : 4 ha soit 31 % de la superficie plantée comme suit: Sup.4 Sorgho fourrager 1. Suivie de Sup. Soles Cultures d’hiver (ha) (Cultures d’été) (ha) Sole 1 Blé dur 3.DE GABÈS II .33 ha par exploitant. ces exploitations détiennent 13 ha soit au moyenne de 6. Suivie de Sup.2 ha)  Cultures annuelles en plein : 6.

00 3.50 5.00 Avoine foin 6.00 18.3.80 3.90 Sorgho fourrager 1.5 Sorgho fourrager 0.00 18.70 9.20 7.00 18.50 3.3 Occupation du sol et son évolution La mise en place de l'occupation du sol proposée sera progressive pour permettre aux exploitants de s'adapter aux nouvelles cultures et techniques de production et améliorer leur capacité d'autofinancement et en conséquence procéder à une intensification de leurs exploitations.00 5.20 7. ces exploitations détiennent 8 ha soit au moyenne de 4 ha par exploitant.10 9.90 5.20 fruitières Olivier 18.00 3.00 3.00 5.70 Cultures fourragères Orge en vert 3.20 10.5 Pomme de terre AS 1.80 2.0 5.ETUDE DE FAISABILITÉ iii) Modèle 1 : Petites exploitations pratiquant les céréales épisodiques : Sont en nombre de 2.00 18.20 7.00 3.50 8.00 SAFI 21 .20 11.50 2.30 Pomme de terre AS 2. Vu la superficie réduite du périmètre le niveau de croisière pourra être atteint dès la quatrième année comme présenté dans le tableau suivant : Tableau n° 1 : Evolution de l'occupation future du sol Cultures Actuel A1 A2 A3 A4 A5 et + Arboricultures Amandier 3.0 Tomate 0. Soles Cultures d’hiver (ha) (Cultures d’été) (ha) Sole 1 Avoine foin 2. Suivie de Sup.5 Sole 2 Orge en vert 1.70 2.20 4. La répartition des espaces est comme suit :  Plantation arboricole sur 2 ha par exploitant soit au total 4 ha d’amandier greffée  Cultures annuelles en plein : 4 ha selon un assolement biennal fourrager suivant : Sup.5  Cultures annuelles en intercalaire : 2 ha soit 50 % de la superficie plantée comme suit : Sup.00 1.70 Grandes Blé dur 11. Suivie de Sup.50 3.50 Tomate 1.20 3.DE GABÈS II .20 7. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. Cultures d’hiver (ha) (Cultures d’été) (ha) Oignon en vert 1.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .00 6.30 3.00 18.50 Cultures maraîchères Oignon en vert 2.

20 49.3.00 41. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. Les itinéraires traditionnels.3. . plusieurs critères ont été pris en considération à savoir :  la qualité des eaux d'irrigation.00 41.00 41.20 51.4 Itinéraires techniques et besoins en intrant L'amélioration des rendements des différentes spéculations végétales passe nécessairement par l'adoption d'itinéraires techniques appropriés.10 58. caractérisés par une utilisation très rare des intrants doivent être remplacés progressivement par des techniques modernes basées sur l'économie d'eau et l'apport d'intrants en fonction des besoins des cultures.00 41. SAFI 22 .80 16.80 Superficie totale 41.00 41.  les rendements réalisés actuellement dans la zone du projet et les zones avoisinantes.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .80 58.80 Taux d'intensification 120% 120% 126% 132% 143% 143% 5. 5.ETUDE DE FAISABILITÉ cultures Orge 16.70 54.les conditions pédo-climatiques de la région.DE GABÈS II . Les choix futurs doivent s'inspirer des résultats des analyses pédologiques (aptitudes culturales des sols) et des estimations relatives aux besoins en eau des différentes cultures.  les aptitudes des bénéficiaires à assimiler les techniques de production moderne et leur encadrement par les services de vulgarisation. Concernant les équipements d'irrigation il est recommandé de généraliser le système goutte à goutte pour les cultures maraîchères surtout que la population cible a été unanime dans le choix de ce système. Le tableau qui suit récapitule les productions agricoles à l'année de croisière.5 Rendements et productions Dans l'estimation des rendements en situation avec projet. Les fiches techniques donnant l'évolution des rendements et des productions sont données en annexes.00 Superficie cultivée 49.

valoriser toute la production à l'intérieur de la zone.9 30 177. En effet. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.5 53.  les potentialités de développement de l'élevage sont réelles: il s'agit de renforcer la place accordée aux cultures fourragères.64 Olivier 18 4.DE GABÈS II .5 22. SAFI 23 .5 20 70 Tomate 2.2 8.0 Sorgho fourrager 3.2 1.7 5.  l'alimentation du cheptel est à la fois insuffisante et déséquilibrée: elle est basée sur le pâturage direct des parcours et les résidus de récolte.ETUDE DE FAISABILITÉ Tableau n° 1 : Production agricole du périmètre à l'année de croisière Superficie Rendements Production Cultures (ha) (T/ha) (T) Arboricultures fruitières Amandier 7. vu que le système d'exploitation actuel est basé sur les cultures fourragères conduites en extensif et l'arboriculture.3 40 132 Cultures maraîchères Pomme de terre AS 3.4 DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME D’ÉLEVAGE Le diagnostic de la situation actuelle de l'élevage dans la zone du projet montre que :  l'élevage caprin et ovin à viande constitue l'activité principale pour la majorité des exploitants et ce malgré son faible niveau d'intégration au système de cultures et la petite taille des troupeaux.5 Oignon en vert 3.35 Orge en vert 5.0 72 Cultures fourragères Avoine foin 9. De ce fait les rendements de croisière (optimales) des différentes cultures ne seront atteintes que 2 à 3 ans à partir de l'année de mise en eau (en fonction des cultures) : les fourrages ce niveau sera réalisé dès la 2ème année alors que pour les cultures maraîchères ce niveau sera réalisé à partir de la 3ème année.5 15 52.7 40 108 Grandes cultures Blé dur 5 4. Il est à signaler que les troupeaux ovins et caprins en place sont conduits en hors périmètre.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . 5.5 Il est évident que l'adoption d'un assolement intensif lié à l'introduction de l'irrigation ainsi que l'intensification en matière d'utilisation d'engrais et des produits phytosanitaires exigent une certaine adaptation. Ceci rend cette activité largement tributaire des aléas climatiques. il faut une période d'adaptation des exploitants aux nouvelles techniques.

tous les exploitants ont prouvé un grand intéressement au développement de l'élevage laitier. soit l'équivalent de 4300 UF.DE GABÈS II . choix d'animaux à hautes aptitudes pour l'engraissement.  Foin d'avoine: le cycle végétatif de cette culture s'étend entre le mi-septembre et fin mai. .  Sorgho fourrager: est une culture d'été dont le cycle végétatif s'étend entre début mai et roi.5 tonnes par ha soit 2500UF. 5.  l'amélioration de la productivité du troupeau à travers une conduite technique appropriée : alimentation rationnelle. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. le développement du système d'élevage nécessite :  la fixation de la taille du troupeau à introduire en fonction de la production fourragère du périmètre pour éviter sa dépendance alimentaire du marché. L'exploitation est répartie en 2 à 3 coupes. les apports fourragères produits par l'exploitation doivent être bien répartie le long de l'année (verdure et foin). En outre.9 ha aux cultures fourragères 46 % de la superficie totale nette.septembre dégageant ainsi le terrain pour les cultures d'hiver .  le choix d'espèces fourragères en mesure de satisfaire les besoins du troupeau tant sur le plan quantitatif que qualitatif. il s'agit d'une culture nettoyante pouvant servir comme bon précédent cultural à plusieurs espèces.1 Production fourragère prévisionnelle L'assolement retenu réserve 18.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .4. les cultures recommandées permettent d'échelonner la production sur toutes les saisons et d'avoir la verdure pratiquement en permanence. couverture sanitaire périodique. Le rendement moyen de cette culture peut atteindre : 5. il s'agit des cultures suivantes :  Orge en vert : le cycle végétatif de cette culture s'étend entre le mi-septembre et fin mars dégageant ainsi le terrain pour les cultures maraîchères d ' été. il est envisagé d'axer le développement de ce système d'élevage. En particulier. Le rendement moyen escompté peut atteindre 30 tonnes par ha. choix judicieux de l'âge à l'achat et à l'abattage. Compte tenu de ces considérations.Le rendement moyen du sorgho peut atteindre 40 tonnes par ha soit 6000 UF réparties en 2 à 3 coupes..ETUDE DE FAISABILITÉ Par ailleurs. En outre. Compte tenu de ce qui précède la production fourragère prévisionnelle à l'année de croisière s'élèvera à 69 951 UF et se ventile par modèle d’exploitation comme indiqué dans le tableau suivant : Tableau n° 1 : Production fourragère prévisionnelle Production fourragère Modèles (UF) Modèle 1 11 131 Modèle 2 5 307 SAFI 24 .

AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .0. Ainsi la production escomptée en année de croisière est de : SAFI 25 . Pour le lait la production escomptée par UZB est de 5000 L.18 génisses de remplacement.86 veaux ou vêles .6 5.0.ETUDE DE FAISABILITÉ Modèle 3 7 922 Total périmètre 69 951 5. la taille du troupeau à introduire sera par modèle d’exploitation comme suit : Tableau n° 1 : Taille du troupeau par modèle d’exploitation Production fourragère Taille du troupeau Modèles (UF) (UZB) Modèle 1 11 131 3 Modèle 2 5 307 2 Modèle 3 7 922 2 Total périmètre 69 951 22 Les besoins fourragères des UZB à introduire ainsi que le complément d'aliment concentré à prévoir sont donnés par le tableau suivant : Tableau n° 2 : Besoins fourrager du troupeau à introduire Taille Besoins Complément Complément Modèles du troupeau fourrager alimentaire alimentaire (UZB) (UF) (UF) (T) Modèle 1 3 15 000 3 869 4.0.8 Modèle 2 2 10 000 4 693 5. . .2 Taille du troupeau L'UZB est l'unité Zootechnique Bovine est composé de : .4.3 Production animale Le poids moyen à la vente étant est de 500 pour les vaches de reforme et 510 pour les taurillons engraissés.DE GABÈS II .1 vache laitière.4. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.42 taurillons d'engraissement.6 Total périmètre 22 110 000 40 049 49.8 Modèle 3 2 10 000 2 078 2. Compte tenu de la conduite technique du troupeau et notamment des besoins unitaires en fourrages grossiers (70 % des besoins totaux) et de la production fourragère escomptée.

i) Installation de l'arboriculture Dans le cadre de l'intensification des vergers au niveau de la région et dans le but d'assurer une diversification des revenus des exploitants et conformément en préférences des bénéficiaires et à la vocation des sols. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. la superficie des étables à construire est de 220 m2.54 Génisses de 2 ans T 2. Ces génisses seront introduites à la deuxième année du projet. Ces mesures ont trait principalement à l'appui aux bénéficiaires. La construction des étables doivent être conçue de manière à doter le cheptel des conditions favorables.50 Taurillons de 2 ans T 4. ii) Acquisition du cheptel et construction d'étable Dans le cadre de l'intégration de l'élevage dans les exploitations.71 5.DE GABÈS II . 5. il est prévu l'installation d'un verger arboricole. le projet propose l'installation de 4 ha d'amandier greffés pour 2 exploitants à raison de 2 ha par exploitant.5 COMPOSANTES DES INVESTISSEMENTS DE MISE EN VALEUR AGRICOLE Dans le cadre du programme de mise en valeur du périmètre. notamment au démarrage.6 MESURES D’ACCOMPAGENEMENT Pour garantir la réussite du projet. SAFI 26 . Sur la base 10 m2 par UZB. il est nécessaire de mettre en œuvre un certain nombre de mesures d'accompagnement. à la formation et la vulgarisation et à la création des structures de services agricoles.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .  Inciter les bénéficiaires à adopter les itinéraires techniques proposés. le projet propose l'acquisition des de 22 génisses pleines. i) Appui aux bénéficiaires Les services de vulgarisation sont appelés surtout à:  Aider les agriculteurs à mettre en place et respecter les assolements recommandés. l'acquisition des génisses et la construction des étables.ETUDE DE FAISABILITÉ Tableau n° 1 : Production animale en année de croisière Désignations Unité Quantité Lait L 99 000 Viande T 8.75 Vaches reformées T 1.

il est à envisager la création d'une coopérative de services agricoles (CSA) dans la région pour renforcer les circuits d'approvisionnement des agriculteurs en intrants et l'écoulement de la production.  Nature des activités: cultures en irrigué.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . les candidats au futur conseil d'administration du GIC à créer recevront une formation approfondie en gestion des institutions rurales et en exploitation des périmètres irrigués et des ressources humaines.DE GABÈS II . il serait peut être opportun de penser au renforcement de l'équipe locale de vulgarisation et. SAFI 27 . . notamment l'approvisionnement en intrants et l'écoulement de la production. iii) Création des structures de services agricoles. de l' équiper d'un moyen de déplacement pour faciliter le contact avec la population cible.  Préférences du bénéficiaire quant à la durée de formation : cycle accéléré. Par ailleurs.  Niveau d'instruction du bénéficiaire. La création de ce périmètre irrigué ainsi que d’autres prévus ou existants dans la délégation de Mejel bel nécessitent l'organisation et renforcement des activités de services agricoles.. ii) Formation des bénéficiaires Les agriculteurs devront bénéficier des séances de formation. formulation sur terrain (parcelle de démonstration). gestion des équipements. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. Ainsi.ETUDE DE FAISABILITÉ  Assurer la coordination avec les services vétérinaires pour garantir une couverture sanitaire satisfaisante  Intervenir auprès des institutions financières pour préparer les dossier de crédits au profit des agriculteurs nécessitant un financement sur crédits. Ainsi. formation en plusieurs cessions. Devant l'ampleur de l'intervention des structures de vulgarisation dans la zone. ils seront répartis en groupe homogène de formation en fonction de l' ensemble des critères suivants: .

La faible charge généralisée conditionne les systèmes d'irrigation à développer à l'intérieur du périmètre. La structure agraire est caractérisée par une prédominance de moyennes à grandes exploitations dont la taille moyenne variable de 3.4 ha. SAFI 28 . à cet endroit la charge hydraulique statique maximale dans le réseau serait ainsi de 22 m. La zone la plus basse du périmètre se situe à 605 m. Ces terres se distinguent par des sols plus ou moins profonds.1.1 Superficie du périmètre Le futur périmètre irrigué est envisagé dans les terres quasiment planes. SCHEMA D'AMENAGEMENT HYDRAULIQUE 6. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.1. sains et à pente presque nulle.0 ha net. de toucher le maximum de bénéficiaires. Afin de valoriser ces terres agricoles.3 Systèmes d'irrigation Le périmètre d’Ennaciria sera alimenté par un réservoir sur pilier de 20 m de hauteur implanté à proximité du forage soit à une coté de 607 m. Alors qu' en dynamique cette charge piézométrique est plus faible.24 ha.1.2 Système de desserte Tout réseau d'irrigation est dimensionné pour servir un mode particulier d'irrigation et subir par la suite un système déterminé de desserte. Le débit livré par une borne d'irrigation sera estimé en fonction de la taille de la parcelle pour permettre d'optimiser le coût du réseau de distribution et une bonne répartition des ressources en eau entre les exploitants. C'est un système rigide mais qui permet la meilleure répartition du débit total en des faibles débits aux bornes d'irrigation.ETUDE DE FAISABILITÉ 6. 6.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . 6.1 DONNÉES DE BASE 6. Pour le périmètre d’Ennaciria le système de desserte retenu est la desserte à la demande restreinte. Ainsi la hauteur d' eau minimale serait de 627 m. le périmètre concernera ainsi 10 propriétaires avec une superficie totale brute de 44. soit 41.DE GABÈS II .11 ha à 7.

DE GABÈS II . Elle nécessite un débit à la borne important par rapport aux autres systèmes. v) Irrigation localisée et aspersion L'irrigation localisée comme le goutte à goutte pour les cultures maraîchères et l'aspersion pour les grandes cultures nécessitent une pression en tête de la parcelle minimum de 25 m. Ce système est intermédiaire entre le goutte à goutte et l'irrigation gravitaire. pastèque. iii) Irrigation à la planche Ce système d'irrigation est généralement employé pour les cultures fourragères et arboricoles. elle présente la seule technique qui est bien maîtrisée par les exploitants quelque soit leur niveau de technicité.). Il est bien adopté pour ce type de cultures. Ce type d'irrigation n'est pas recommandé. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. . SAFI 29 . l'irrigation localisée (goutte à goutte) et l'aspersion à faible pression (pression de service de 1 à 1. Il fonctionne sous une charge faible en tête du parcelle de l'ordre de 10 m. Ces deux systèmes d'irrigation présentent des pertes d'eau le long des seguias très importantes. iv) Système de rampes perforées Le système de rampes perforées est un système d'irrigation localisé qui permet de minimiser les pertes d'eau. ii) Irrigation à la raie Ce système d'irrigation est particulièrement à retenir pour les cultures intercalaires (melon..ETUDE DE FAISABILITÉ Les systèmes d'irrigation à analyser pour le périmètre d’Ennaciria sont : i) Irrigation gravitaire C'est une technique très ancienne et très répandue d'une manière exclusive.5 bars)..AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . Le système d'irrigation avec faible pression (pression en tête de la parcelle supérieur à 20 mce) peut être pratiqué. Cette pression résiduelle est difficile à assurer directement à partir du réservoir. légumineuses. En tenant compte des éléments exposés ci-dessus les systèmes d'irrigation recommandés pour le futur périmètre seront l'irrigation par rampes perforées.

La durée d'irrigation pendant le mois de pointe sera portée à 16 heures par jour et ceci pour tenir compte des contraintes climatiques.DE GABÈS II . des plans de cultures retenus.2. des besoins des cultures. Ce coefficient par les différentes cultures retenues est donné en annexe. luminosité. Ce débit est le paramètre essentiel pour le dimensionnement des équipements hydrauliques de distribution d'eau d'irrigation..2. 6.1 Débit de fonctionnement Le débit fictif continu est le débit théorique qu'il faut apporter à la parcelle 24 heures sur 24 heures pendant le mois de pointe. SAFI 30 .2 Systèmes de fonctionnement du réseau et régulation Le système de fonctionnement du réseau d'irrigation du périmètre sera basé sur une mise en charge directe des réseaux à partir du réservoir sur piliers projeté.3 Besoins en eau des cultures proposées L'irrigation consiste à apporter l'eau au sol de façon à créer un milieu favorable à la croissance et au développement des plantes. Il résulte des expérimentations effectuées à l'échelle régionale. humidité atmosphérique. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. 6.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . température.. Le système de régulation adopté des débits sera assuré par un organe hydraulique type limiteur de débit.2. vent. et de pallier ainsi aux insuffisances de l'approvisionnement naturel assuré généralement par les précipitations. Le nombre de jours d'irrigation sera de 27 jours par mois.1 Bases de calcul des besoins en eau des cultures retenues Les besoins nets en eau de chaque culture sont déterminés par la formule suivante : B net = Kc ETP -Pe avec  Pe : pluviométrie efficace en mm est prise 70 % de la pluie totale  Kc : coefficient cultural caractéristique de l'espèce et de son stade de développement végétatif. 6.3. Les besoins en eau dépendent essentiellement de la nature des cultures et des conditions climatiques (pluviométrie. Le débit de fonctionnement d'un périmètre est celui transporté par le réseau d'adduction et de distribution.2.).2 PARAMÈTRES DE DIMENSIONNEMENT 6.ETUDE DE FAISABILITÉ 6.

 Efficience du réseau : Er L'efficience du réseau d'irrigation est le rapport des volumes d'eau au niveau des bornes d'irrigation aux volumes d'eau délivrés en tête du réseau. Le système proposé à l'intérieur des parcelles l'irrigation localisée.9.Ep : Efficience à la parcelle .Bn : besoins nets en mm . iii) Evapotranspiration L'évapotranspiration a été estimée par la méthode de Penman Modifiée moyennant le logiciel CROPW AT V7. Ce rapport traduit les pertes en eau.Bb : besoins bruts en mm .AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .Eg : efficience totale du réseau d'amenée et à la parcelle ii) Efficience des réseaux d'irrigation L'efficacité d'utilisation de l'eau est définie par le rapport entre la quantité d'eau réellement parvenue à la plante et la quantité d'eau délivrée à l'amont d'un système d'irrigation.arides.0. le SAFI 31 .DE GABÈS II .Er : Efficience du réseau  Efficience à la parcelle: Ep L'efficience de l'irrigation à la parcelle est définie par le rapport des quantités d'eau utilisées par les plantes aux volumes disponibles à la tête de la parcelle.80. L'efficience à la parcelle est estimée à 0. Elle est basée sur tous les paramètres climatiques à savoir la température.ETUDE DE FAISABILITÉ  ETP : évapotranspiration potentielle en mm. i) Besoins bruts en eau des cultures proposées Les besoins bruts des cultures ont été déterminés par la formule suivante : Bb = Bn / EG . Ce système permet d'améliorer et d'économiser les eaux perdues par percolation dans le système traditionnel.Er Avec : .Eg : Efficience globale . Ainsi l'efficience globale du système d'irrigation adopté pour le périmètre est de Eg = 0.9. Ce rapport est estimé à 0. Cette méthode empirique bien adaptée par les paramètres méditerranéens et sub. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. Eg = Ep.

. 2 772 3 231 8 131 10 310 17 001 18 988 16 063 81 376 Avoine foin 9.2.2.3.  Besoins bruts en eau du mois de pointe de l'ha moyen: 1 202 m3/ha moyen assolé.2.77 l/s/ha. cultures Blé dur 5. .30 3 221 . le débit effectif de pointe sera de 0. . 6.50 1 936 2 114 1 186 850 420 . 726 766 850 940 1 215 986 . .5 Débit effectif de pointe Sur la base des besoins bruts et pour une durée d'irrigation de 16 h/jour et de 27 j ours/mois.4 Débit fictif continu Les besoins bruts en eau du mois de pointe sont évalués à 1 202 m3/ha.00 4 880 .  Besoins annuels en eau bruts annuels: 7 306 m3/ha .DE GABÈS II . le débit d'équipement à la parcelle sont donnés en fonction de la superficie de la parcelle.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . .20 1 952 . . il ressort de ce tableau :  Besoins du mois de pointe (Juillet) : de 49 279 m3. . SAFI 32 . . Les résultats de calcul sont donnés en annexe. .ETUDE DE FAISABILITÉ pourcentage journalier d'insolation. .50 . . . 2 973 2 704 2 356 2 606 5 867 7 695 9 503 . 5 483 maraîchères Tomate 2. 1 037 1 932 3 388 4 689 5 778 3 966 23 045 G.2 Evaluation des besoins en eau du périmètre Les besoins bruts par hectare et par mois des différentes cultures retenues dans le cadre du programme de mise en valeur avancé antérieurement sont définis dans le tableau suivant : Tableau n° 1 : Besoins en eaux du périmètre Cultures Sup S O N D J F M A M J Jt A Total Amandier 7. 33 705 Cultures Orge en vert 5. . . .70 . . la vitesse du vent.70 2 255 . . 6. . . . . ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. . . Les débits proposés sont choisis en fonction des limiteurs de débit disponibles sur le marché.90 . . .  Besoins en eau bruts annuels pour la totalité du périmètre: 299 554 m3. 14 164 Besoins nets 14 243 10 414 7 803 6 704 6 940 13 517 21 774 31 398 22 577 32 914 39 423 31 937 239 643 besoins bruts (E = 80%) 17 804 13 017 9 754 8 380 8 675 16 896 27 217 39 248 28 221 41 142 49 279 39 921 299 554 besoins bruts par ha 434 317 238 204 212 412 664 957 688 1 003 1 202 974 7 306 En tenant compte de l'efficience d'irrigation. . 6.2. 6 506 Cultures Oignon en vert 3.6 Débit d'équipement à la parcelle Sur la base des besoins bruts et pour une durée d'irrigation de 16 heures par jour. . .45 l/s/ha. . . . 1 109 1 292 3 252 4 124 6 800 7 595 6 425 32 550 Arboriculture Olivier 18. 1 037 794 1 215 1 096 126 3 455 3 579 2 864 . . 3 564 2 353 1 433 1 878 2 428 4 077 5 001 . . . 20 735 fourragères Sorgho fourrager 3. 6. 1 890 4 424 7 062 5 482 22 079 Pomme de terre AS 3. soit un débit fictif continu de 0.00 . .

00 2.00 6 Tahar ben Brahim Mansouri 3. 6.00 3.00 3.09 3. L'aménagement hydraulique comprendra notamment :  L'électrification.08 4.00 6.09 3.00 2 Héritiers Mohamed Anani Mansouri 6.09 3.00 4.32 3. .des asperseurs de faibles portés.00 31.32 3.des tuyaux porte goutteurs et des rampes perforées.  Le réseau de refoulement vers le réservoir implanté à proximité du forage.36 3.3. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. Les débits d'équipement par parcelle sont donnés dans le tableau suivant : Tableau n° 1 : Débit d'équipement à la parcelle en fonction de la superficie Débit nécessaire Débit retenu N° Agriculteurs Sup brute Sup nette (l/s) (l/s) 1 Héritiers Boubaker Ben Mohamed Mansouri 3.64 6.00 7 Rabeh Ben Belgacem Mansouri 4.00 Total 44.00 3 Rabeh Ben Mahfoudh Mansouri 3.d'une porte rampe.00 3.80 4.41 41.00 2. . il a été décidé de considérer un débit de 3 l/s pour toutes les prises.40 4.3 INFRASTRUCTURES HYDRAULIQUES PROJETÉES Le schéma d'aménagement consiste à concevoir un réseau hydraulique permettant l'irrigation du futur périmètre à partir des eaux du forage.00 2.1 Réseau de refoulement Le forage d’Ennaciria sera équipé par un groupe électro-pompe immergé qui permettra le refoulement des eaux vers le réservoir projeté.09 3.00 4 Othman Ben Mahfoudh Mansouri 3.35 3. SAFI 33 .30 6.  Les équipements à la parcelle: Le réseau à la parcelle sera formé essentiellement : .DE GABÈS II .00 3.32 3.41 6.00 5 Héritiers Mohamed Abidi Mansouri 7.00 10 Hériteirs Mohamed Bayaa Mansouri 4.  Le réservoir projeté  Le réseau de distribution alimentant gravitairement à partir du réservoir les bornes d'irrigation.d'une rampe.11 3.32 3.69 36.00 8 Hédi ben Belgacem Mansouri 4.  Les aménagements annexes : pistes et brises vents. .27 3.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .00 9 Massaoud Ben Mohamed Mansouri 4.24 7.00 5.50 4.00 2. l'équipement et la construction de la station de pompage sur le forage. montés sur des traîneaux.ETUDE DE FAISABILITÉ Suite à la discussion avec l’Administration.

Q : débit de refoulement (lis) . La conduite de refoulement de longueur d’environ 10 mètre aura un diamètre de 150 mm afin d’uniformiser les pièces spéciales et les colonnes montantes d’alimentation du réservoir.1 Calage et volume du réservoir i) Type Un réservoir sera projeté et implanté au niveau d'un point central par rapport au réseau projeté.1. ii) Diamètre Le choix du diamètre économique de la conduite de refoulement est déterminé par la formule' de Bresse suivante : l/2 D = 47. La vitesse d'écoulement dans la conduite de refoulement est de 0.2 Conduite de refoulement i) Débit Le débit du forage serait de 20 l/s.ETUDE DE FAISABILITÉ 6.1. ii) Volume Le réservoir sera de 150 m3 de volume et sur piliers de 20 m de hauteur.56 m/s.D : diamètre intérieur (mm) .2. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.  La position choisie est centrale par rapport au réseau ce qui permettra de réduire les dimensions des conduites.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . La mise ne charge du réseau et la satisfaction d'une pression minimale de 20 m au niveau des bornes d'irrigation nécessitent la prévision d'un réservoir sur piliers de 20 m de hauteur et calé à la cote 607 situé à proximité du forage. . ce réservoir sera sur piliers de manière à permettre l'alimentation gravitaire de tous les points de distribution. 6. le calcul engendre un diamètre de l'ordre de 211. La hauteur de 20 m permet une dénivelée assez suffisante pour satisfaire les bornes d'irrigation. Ce choix a été dictée par :  La topographie plate de la zone exclue l'existence d'une colline à proximité.DE GABÈS II . Le diamètre le plus proche et qui sera adopté pour la conduite de refoulement est le 250/213. Etant donné la topographie de la zone ne présentant pas de collines.3.43 * Q Avec : . SAFI 34 .3. Pour un débit de refoulement de 20 l/s.

.  HMT calculée (m) : 179 .  Hauteur géométrique de refoulement (m) : 173 . .2.R (m) : Rabattement .  Pertes de charges linéaires (m/km) : 11.DE GABÈS II .NS (m) : Niveau statique .  HMT retenue: 180 m SAFI 35 . (5 m en plus de l’actuel pour sécurité)  Rabattement (m) : 10.  Débit de refoulement (l/s) : 20.  Pertes de charges totale : 5.ΔH2 (m) : Perte de charge dans la station (prise égale à 5 m) .  Longueur de la conduite (m) : 35.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .40 m (b) Calcul de la HMT  Débit d'exploitation (l/s) : 20 . . .  Côte arrivée au réservoir: 632 .  Vitesse d'écoulement (m/s) : 0. ii) Hauteur manométrique totale « HMT » La hauteur manométrique totale se calcule par la formule suivante : HMT = CAR.56.  Côte du forage (m) : 607 . ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.  Diamètre (mm) : 150.ΔH1 (m) : Perte de charge dans la conduite de refoulement .  Côte TN réservoir: 607.CAR (m) : Côte arrivée au réservoir . (a) Pertes de charge (colonne montante du réservoir)  Nature : Fonte.3 Station de pompage i) Débit Le débit de la station de pompage a été définit à 20 lis.1.CTNsp + NS + R + ΔH1 + ΔH2 Avec : .  Niveau statique (m) : 138.ETUDE DE FAISABILITÉ 6.CTNSP (m) : Côte TN station de pompage (forage) .3. .

ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO- AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI - DE GABÈS II - ETUDE DE FAISABILITÉ

6.3.2 Equipements et installations électriques

i) Calcul des puissances
Les caractéristiques générales de cette station de pompage sont détaillées comme suit :

La puissance du groupe à installer est calculée par la formule suivante :

gQH
P

-ㄴ Q : débit (l/s) = 20 l/s
-ㄷ H : hauteur manométrique totale = 180 m
-ㄹ : rendement du groupe,  = 1 x 2 où 1 et 2 sont respectivement les
rendements de la pompe et du moteur. (1=0,7 et 2 = 0,8)

Donc la puissance du moteur est égale à :

P = 63,06 KW

Le courant nominal calculé en triphasé 380 V, avec cos ρ = 0,80 est donné comme suit :

I (A) = P / (U * cos ρ * √3 )

Avec:

- P : puissance du moteur de l’électropompe en W ;
- I : Intensité de courant en ampère;
- U : tension prise égale à 380 v (ligne de courant triphasé) ;
I = 119,77 A

Soit une puissance apparente de :

P ap = P / Cos ρ = 78,83 KVA

La puissance apparente totale est égale à :

St = S1 + S2

Où :

S2 : Puissance auxiliaire (Eclairage...) = 2 KVA

St = 80,83 KVA

La puissance nécessaire du transformateur MT/BT est la puissance totale majorée de 20 %.

S = St x 1,2 = 97 KVA

Le transformateur normalisé à installer aurait une puissance minimale de 100 KVA.

SAFI 36

ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO- AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI - DE GABÈS II - ETUDE DE FAISABILITÉ

ii) Alimentation électrique
L'alimentation électrique sera assurée par le réseau STEG, existant à proximité du forage.

iii) Fonctionnement et régulation de la station
Le fonctionnement du groupe de pompage sera assuré par régulation automatique entre la
station et le réservoir projeté.

Le réservoir se situe à proximité de la station de pompage, le système de régulation par ligne
pilote sera adopté.

6.3.3 Réseau de distribution

6.3.3.1 Tracé du réseau
Le tracé du réseau a été choisi de manière à longer les pistes existantes et les limites des
parcelles afin de faciliter l'exécution et l'exploitation du réseau. Les bornes d'irrigation sont
implanté au niveau des points hauts des parcelles.

Le réseau d'irrigation de 2330 m de longueur, comprend 8 bornes d'irrigation dont 4 à simple
prise et 4 à double prise. Toutes les prises ont un débit de 3 l/s.

Le tracé du réseau est présenté par la figure donnée à la page ci-après.

SAFI 37

ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO- AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI - DE GABÈS II - ETUDE DE FAISABILITÉ

Tracé du réseau

SAFI 38

en moyenne.ETUDE DE FAISABILITÉ 6. Etant donné que le réseau fonctionnera à la demande par secteur. sera nettement inférieure à 24 heures par jour.3. i) Secteur 1: Ce secteur comprend quatre (4) parcelles de superficie totale de 19 ha. Le débit total en tête du réseau serait de 18 l/s. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. Le mode de fonctionnement du réseau serait la demande restreinte. Le débit disponible en tête est de 20 l/s. La durée de fonctionnement de ce secteur serait de 16 heures par jours durant le mois de pointe. 6.3. du nombre de prise par secteur ainsi que du réseau de conduites. les débits cumulés en tête de chaque secteur étant faible. Pour le périmètre d’Ennaciria deux secteurs hydrauliques ont été définis. Il alimente six (6) prise d’irrigation. En d'autres termes.3 Fonctionnement du réseau Les débits des prises ont été fixés pour chaque prise à 3 l/s. ainsi. chaque agriculteur n'utilisera effectivement sa prise que pendant une durée qui. Ainsi les débits des tronçon seront déterminés par le cumul des débits de prises en aval.3. ii) Secteur centre: Ce secteur comprend six (6) parcelles de superficie totale de 22 ha.3. le débit affecté à chaque prise sera supérieur au débit fictif continu qui lui est nécessaire. La durée de fonctionnement de ce secteur serait de 12 heures par jours durant le mois de pointe. Le débit en tête nécessaire est de 18 l/s alors que le débit disponible en tête du forage est de 20 l/s. Ce secteur sera contrôlé par une vanne de sectionnement installée en tête du secteur.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . Les résultats des calculs hydrauliques ainsi que la délimitation du secteur sont présentés en annexe.DE GABÈS II . Le périmètre sera découpé en deux secteurs hydrauliques en tenant compte de la superficie. SAFI 39 . le débit total en tête du réseau serait de 18 l/s. Le réseau de distribution est dimensionné de manière à pouvoir assurer les besoins du périmètre durant la période de pointe.2 Dimensionnement i) Méthodes de calcul des débits Etant donné que l'irrigation sera à la demande restreinte. soit une durée moyenne maximale d'irrigation de 6 heures par jour. ainsi le nombre de prise en fonctionnement doit être limité.

Les longueurs et les côtes sont déterminés à partir du plan parcellaire à l'échelle 1/2000. La configuration respectant toutes les conditions hydrauliques et présentant le coût minimum de réseau est celle adoptée pour le schéma retenu.25 mm. Les pertes de charges seront déterminées pour une rugosité de 0. le programme « LABYE » :  attribue à chaque tronçon du réseau une gamme de diamètres compatibles avec les vitesses minimales et maximales admissibles définies à l'avance.  change la configuration de répartition des diamètres ou demande de changer les limites de perte de charge unitaires si les différentes configurations possibles ne donnent pas satisfaction. A l’intérieur de chaque secteur l’irrigation est à la demande.  calcule le coût de la configuration valable hydrauliquement. Les longueurs des tronçons.ETUDE DE FAISABILITÉ Les résultats des calculs hydrauliques ainsi que la délimitation du secteur sont présentés en annexe. (b) Données du logiciel « LABYE » □ Données du réseau Les données du réseau dont a besoin le logiciel sont les numéros des tronçons et des nœuds de connexion amont et aval de chaque tronçon.DE GABÈS II . iii) Méthode d'optimisation du réseau (a) Principe Le dimensionnement du réseau est effectué sur la base de la méthode d'optimisation discontinue de « LABYE » dont le principe est le suivant : Partant d'une charge disponible en tête du réseau.  calcule dans le régime permanent d'écoulement les pertes de charges dans les conduites par la formule de LECHAPT et CALMON. Durant le mois de pointe le réseau fonctionnera à tour d’eau par secteur.La côte piézométrique disponible en tête du réseau.N de chaque nœud ainsi que le nombre et le type de prise par nœud de calcul. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.  vérifie les conditions de pression minimale admissible aux bornes extrémales et aux bornes intermédiaires précisées à l'avance si nécessité est. la côte des plus basses eaux au niveau du réservoir est de 927 m (cas le plus défavorable). Une solution par mixage du diamètre dans un même tronçon est possible. □ Contraintes de dimensionnement Les contraintes fixées pour le réseau sont : . les côtes T .AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . et reprend par processus itératif une nouvelle série de configurations de façon à minimiser le coût global du réseau. Cette SAFI 40 . Pour le présent cas. et évalue les pressions résiduelles à tous les nœuds du réseau.

dressé dans le cadre de ce projet.La vitesse minimale admise est de 0. si cette côte ne permet pas de satisfaire la charge nécessaire aux bornes sous les contraintes de vitesses et SAFI 41 . □ Résultats du logiciel « LABYE » Le logiciel « LABYE » fournit pour la configuration finale du réseau les résultats suivants: . ainsi que la côte piézométrique par borne et par nœud de calcul .un résumé du linéaire des conduites classées par diamètre avec le coût du réseau. toutefois. Ces valeurs correspondent aux limites qui évitent un écoulement lent sous pression favorisant des dépôts éventuels.Les côtes piézométriques de départ Le programme demande la valeur côte en tête si elle est fixée.la pression résiduelle. .le débit de dimensionnement. Les longueurs respectives des tronçons de conduites mentionnées dans la note de calcul sont mesurées à partir du tracé du réseau. sont présentés comme suit :  Les côtes piézométriques . Le logiciel fournira la côte piézométrique optimale nécessaire en tête du réseau. calculé à partir d'un bordereau de prix donné au programme. alors que la vitesse maximale serait de 1. □ Résultats des calculs hydrauliques Les calculs hydrauliques ont été menés à partir du plan côté à l'échelle 1/2000. . . Le programme détermine le prix du réseau en fonction de la côte piézométrique en tête de la courbe caractéristique du réseau et le métré des canalisations. . □ Base de calcul L'optimisation du réseau est faite à l'aide du programme et basé sur la méthode discontinue de LABYE.DE GABÈS II . la vitesse d'écoulement et les pertes de charges totales par tronçon de conduite le diamètre optimum. qui sont les paramètres hydrauliques.ETUDE DE FAISABILITÉ côte ne permet pas une charge nécessaire à toutes les bornes.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .Le couple de pertes de charges minimum correspondant aux vitesses minimum et maximum admissibles dans le réseau: c'est un couple de calage dont les valeurs dépendent de la charge en tête du réseau. Les éléments de calcul. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. et un écoulement rapide qui peut engendrer des coups de bélier importants lors des manœuvres sur les vannes.Les charges résiduelles minimales nécessaire au niveau des bornes sont prises égales à 20 mce. . .5 mis.les données géométriques et topographiques du réseau.La borne d'irrigation prise en compte dans le calcul hydraulique est celle la plus contraignante dans le réseau. du développement du réseau et des conditions de pression aux bornes.7 mis.

AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . Tableau n° 1 : Diamètres des conduites Nature PEHD PN 10 intér . La largeur de fouille doit être compatible avec une bonne pose des tuyaux. . □ Résultats de calcul SAFI 42 . (mm) 75 90 110 125 160 250 Les conduites seront enterrées à une profondeur égale au diamètre nominal (extérieur) des conduites majoré d'au moins 1 m afin d'éviter la déformation lors du passage de charges roulantes ou dans le cas de labour profond.6 136. . majorée de 0.DE GABÈS II . Zn) sont égales à : Zi = TNi + CR TNi : côte la plus élevée du terrain naturel sur l'îlot d'irrigation desservie par la borne Bi.8 106. les conduites sont toutes en PEHD PN 10.  Les diamètres de conduites possibles Les conduites choisies sont toutes en PEHD. La fixation des vitesses limites supérieures correspond en général au compromis entre la recherche d'économie sur le réseau et les risques entraînés éventuellement par les coups de bélier.5 m/s.5 m. La pression maximale de service pour le réseau de distribution est inférieures à 10 bars. les diamètres utilisés sont compris entre 75 mm et 250 mm. (mm) 64 76. Elle diminue le temps d'exécution du programme. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.Les côtes piézométriques à assurer aux bornes (Z 1. CR : égale à la charge résiduelle nécessaire à l'amont de la prise = 20 mce. ainsi. Elle sera égale au diamètre nominal des conduites. Z2.6  extér.8 93.ETUDE DE FAISABILITÉ donc de diamètres de canalisation. le programme fixe une nouvelle côte minimale nécessaire en tête du réseau. La vitesse limite supérieur est fixée à 1.4 170. vitesse suffisante pour éviter la décantation des dépôts solides dans les canalisations. La côte piézométrique nécessaire en tête du réseau sera déterminée par le programme.  Les vitesses limites Les vitesses limites inférieures sont fixées à 0. Les vitesses limites inférieures fixent le diamètre maximum à utiliser dans une conduite.7 m/s.

ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.. L’ouvrage de ventouse est constitué d'une enceinte parallélépipédique SAFI 43 . nous optons pour des équipements à faibles pression.4 Ouvrages spéciaux i) Ouvrages de tête Au départ des deux antennes principales du réseau. un ouvrage de sectionnement principal sera réalisé et qui permettra de contrôler l'aval du réseau. ii) Ouvrages de ventouses Des ouvrages de ventouses seront implantés aux points hauts du réseau pour permettre l'entrée et la sortie de l'air des canalisations en cas de nécessité (remplissage du réseau.3 mce. Le détail des calculs hydrauliques est donné en annexe hydraulique.5 et 19. Tableau n° 2 : Linéaires des conduites de distribution Diamètre Longueur en m Nature 75 PEHD 128 PEHD PN 10 90 PEHD 652 PEHD PN 10 110 PEHD 110 PEHD PN 10 125 PEHD 390 PEHD PN 10 160 PEHD 400 PEHD PN 10 200 PEHD 650 PEHD PN 10 Total 2 330 (c) Equipements à la parcelle Les systèmes d'irrigation retenus sont l'aspersion et le goutte à goutte.). (d) Charges hydrauliques au bornes Les charges hydrauliques au niveau des bornes d'irrigation varient en fonction de la côte de la borne. vidange. La parcelle d'irrigation sera équipée par :  Une conduite de distribution appelée porte rampe. lignes portes goutteurs. 6.  Les équipements nécessaires d'irrigation (asperseurs. Les linéaires ainsi que les diamètres des conduites de distribution projetées sont donnés par le tableau suivant.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . rampes perforées.3.  Une conduite mobile appelée rampe.3. Ainsi.).. Ces charges sont jugées à la limite de fonctionnement.DE GABÈS II .ETUDE DE FAISABILITÉ Le tableau ci-après donne les linéaires des conduites du réseau de distribution issus des calculs d'optimisation et relatifs aux deux variantes d'aménagements proposées. Les résultats de calcul hydraulique montrent que la charge disponible varie entre 14. sectionnement..

La vanne sera en fonte de type à cage ronde pour les conduites supérieur à 75 mm et à bille pour les diamètres inférieurs.du forage est de 20 l/s alors que celui nécessaire est de 18 l/s. Le temps d'irrigation nécessaire à chaque parcelle est donné en annexe.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . nous recommandons d'instaurer la demande restreinte entête du réseau. l'ouvrage est en béton armé sur un lit de béton de propreté. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. L'enceinte est surmontée par un capot métallique en tôle striée. Afin de permettre l'irrigation de toutes les parcelles. iv) Ouvrages de sectionnement Des ouvrages de sectionnement seront implantés en tête des conduites principales et secondaires au départ des antennes pour isoler une partie du réseau en cas de répartition et faciliter son exploitation. iii) Ouvrages de vidanges Des ouvrages de vidanges seront implantés en tête des conduites principales et secondaires ou canalisations en cas de réparation ou entretien.3. Ces bornes peuvent être double (deux prises dans le même compartiment de génie civil) si les parcelles sont limitrophes ou simples pour les parcelles d'extrémité.DE GABÈS II . v) Bornes d'irrigation La borne d'irrigation constitue l'organe à partir duquel s'effectue la commande de l'irrigation. Les bornes d'irrigation comportent essentiellement des robinets-vannes et des limiteurs de débit et des compteurs d'eau.1 Pistes L'aménagement d'un réseau de pistes permettra : SAFI 44 . Le réseau d'irrigation du périmètre Ennaciria comprend 8 bornes d'irrigation. Cet ouvrage est constitué d'une enceinte parallélépipédique en béton armé qui repose sur une couche en béton de propreté. Les diamètres nominaux (DN) des ventouses sont DN 60 pour toutes les conduites.3. Ainsi en mois de pointe l'organe de sectionnement sera manipuler de manière à limiter l'irrigation à une seule antenne.4 Aménagements annexes 6.ETUDE DE FAISABILITÉ enterrée de hauteur variable suivant l'emplacement sur la canalisation et d'une base variable en fonction des dimensions des pièces spéciales. vi) Fonctionnement du réseau Le débit disponible au niveau .4. 6.

il est prévu la construction et l'équipement d'un local pour le GIC (Groupement d'intérêt collectif) qui se chargera de la gestion du périmètre.429 DT/ha.  de réaliser une limite physique du périmètre.000 DT. 6. 6. En examinant le périmètre à aménager (topographie et terrain) et en tenant compte de la route et des pistes existantes.DE GABÈS II . 6. Sachant que le forage sera réalisé sur d'autres rubrique du PDRI. Ces coûts ont permis d'évaluer le coût total des aménagements hydrauliques (y compris le coût du forage) à 466895. soit 8791.4. Les coûts des aménagements hydro-agricoles et annexes sont détaillés par le tableau suivant : Tableau n° 1 : Coûts des aménagements hydrauliques et annexes Désignations Coût (DT) SAFI 45 .209 DT /ha.ETUDE DE FAISABILITÉ  un accès facile à tous les lots.2 Brise-vent L'installation de brise-vent autour des parcelles permettra la protection des cultures contre l'effet des vents et une bonne répartition de la pluviométrie des asperseurs quelque soit la direction du vent.4.5 Coûts des aménagements hydrauliques et annexes Les coûts des aménagements hydro-agricoles et annexes sont estimés d'après les offres de travaux les plus récents réalisés sous l'égide du Ministère de l'Agriculture et ses représentations régionales.3.3.  une facilité de passage des engins pour l'exécution et l'entretien des réseaux de canalisations  un meilleur écoulement des produits agricoles.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.3 Local GIC Dans le cadre du projet. soit 10261.000 DT TTC. le coût non compris ces actions s'élève à 400000.3. l'accès à l'intérieur du périmètre sera assurée à travers un réseau de piste de 2 km de longueur.

ETUDE DE FAISABILITÉ SAFI 46 .DE GABÈS II . ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .

7. ORGANISATION ET GESTION DU PROJET Pour assurer la réussite du projet il est primordial de mettre en place des structures de gestion et d'exploitation adaptées et de procéder à la formation de tout le personnel qui sera chargé d'une tâche avec ces structures. après consultation et offres.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .ETUDE DE FAISABILITÉ 7. cette intervention cessera de devenir obligatoire après une période de « rodage » au terme de laquelle l'administration juge que les bénéficiaires commencent à maîtriser les règles et mécanismes de base pour avoir une autonomie de gestion. 7. Le CA désigne parmi ses membre un président qui aura les pouvoirs réglementaires pour agir au nom du GIC et le représenter vis à vis des tiers. En particulier. l'administration (CRDA) doit jouer un rôle actif dans la gestion des projets. au démarrage du projet. Le suivi et le contrôle des travaux seront assurés par une unité de projet au sein du CRDA. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. 7. SAFI 47 . Il est souhaitable également de faire bénéficier la population cible de sessions de formation leur permettant de maîtriser les techniques de production et de gérer les équipements d'irrigation et les différents projets à créer. par le CRDA. le président peut nommer et recruter tout agent et ouvrier. La gestion du PPI sera assurée par un GIC.1 EXÉCUTION DU PROJET L'exécution du projet sera assurée sous la supervision du CRDA de Kasserine. Elle sera confiée à des entrepreneurs qualifiés choisis. la gestion des aménagements hydro-agricoles sera assurée par les bénéficiaires à travers les institutions rurales qu'ils sont invités à créer.1 Gestion administrative Conformément à la législation en vigueur le GIC sera géré par un conseil d'administration (CA) constitué de 3 membres au moins et 12 membres au plus.3. fixer les rémunérations et avantages du personnel.3 FONCTIONNEMENT DU GIC 7.DE GABÈS II . La constitution de cette institution est tributaire d'une décision du gouverneur de Kasserine et sera publiée au JORT.2 ORGANES DE GESTION DU PÉRIMÈTRE Basée sur l'approche participative. Toutefois.

2 Gestion économique et financière La gestion économique et financière sera assurée sous la responsabilité du Président du CA par le trésorier et le comptable. 7. Toutefois.DE GABÈS II . frais d'énergie. doit avoir une autonomie financière. frais d'énergie dans le cas de pompage. elle se rapporte aux recettes et dépenses du GIC et opérations annexes :  Relevés de consommation d'eau (selon le mode de tarification d'eau).. .  Etablissement des factures pour les agriculteurs. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.. 7. les dépenses du GIC sont celles définies au niveau de ses budgets de fonctionnement . elles comportent :  Les dépenses d'entretien et de maintenance.3 Exploitation du périmètre L'exploitation du futur périmètre sera assurée par le GIC.ETUDE DE FAISABILITÉ Tous les 3 ans l'assemblée générale (AG) des adhérents du GIC se réunit pour renouveler le tiers au moins des membres du CA. fournisseurs. SAFI 48 . frais de gestion. De ce fait.3. . matériel.  Les frais de gestion du GIC.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . pour assurer la viabilité financière du GIC.  Les frais de fonctionnement : salaires et indemnités.) Les recettes doivent permettre au GIC de couvrir toutes les charges fixes et variables (frais d'entretien. toutes les charges doivent être estimées correctement et prises en compte dans le calcul du prix du mètre cube d'eau.. Cette structure va assurer :  Le fonctionnement des ouvrages.  Recouvrement des redevances (cotisations et produits de vente) et règlement des dépenses (frais de gestion et d'exploitation). Etant donné que le GIC. à l'instar de toute institution rurale. .).3. En parallèle. la nomination du directeur reste subordonnée à l'autorisation de l'organisme de tutelle représenté à l'échelle régionale par le CRDA. En cas de besoin le CA du GIC peut recruter un directeur dont la principale attribution sera la gestion courante du GIC: il veille sur l'exécution des décisions prises par le CA.  Tenue des fichiers de gestion administrative (personnel. les recettes doivent couvrir toutes les dépenses ainsi définies et dégager un excédent à titre de réserves permettant de faire face aux pertes exceptionnelles ou aux frais des grosses réparations.

La gestion technique nécessite le recrutement d'un aiguadier.ETUDE DE FAISABILITÉ  L'entretien préventif (entretien courant.La police des eaux.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . les grandes réparations seront assurées par les entreprises spécialisées. périodes d'irrigation.  Les relevés de consommation d'eau (selon le mode de tarification). SAFI 49 . qui sera chargé en même temps de l'entretien et du gardiennage des différents ouvrages (étant donné la superficie réduite du périmètre et le nombre limité d'ouvrages). ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.. débits.. réparations faciles.DE GABÈS II . .  L'information des agriculteurs sur le mode d'exploitation d'eau (tour d'eau.  Le recouvrement des redevances.).). .

1 HYPOTHÈSE ET PARAMÈTRE DE CALCUL 8. le prix économique est assimilé au prix financier (prix du marché rendu ferme ).G. 8.DE GABÈS II .) sont estimés à sur la base données recueillies.2 Prix financiers Les prix financiers des produits agricoles sont les prix perçus par les exploitants.1. Les prélèvements (marges bénéficiaires des intermédiaires au M.1.3 Prix économiques et conversion Dans le cas de biens et services échangés sur les marchés internationaux. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. 8.  Les prix d'intrants sont ceux observés sur le marché local  Les prix des produits agricoles sont les prix de production à la ferme..  La taxe sur la valeur ajoutée pour les travaux d'entreprise = 18% du coût.1.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . Par ailleurs. Les prix financiers des différentes produits agricoles. calculés en compte tenu de ces hypothèses. COUT ET EVALUATION DU PROJET 8. taxes municipales. pour estimer les coûts nous avons tenu compte d'une provision pour augmentation de prix comportant les imprévus physiques et financiers de 15%. Pour les biens et services ne faisant pas l'objet d'échanges internationaux.. Les frais de transport sont estimés à 10 Dinars par tonne. les coûts sont estimés sur la base des prix constants de 2004.ETUDE DE FAISABILITÉ 8. . Ils sont déterminés en faisant appel aux prix en vigueur sur le marché local après déduction des différents prélèvements effectués au niveau du marché et des frais de transport.1 Cadre général des prix et coûts Le système des prix est déterminé en appliquant les hypothèses de travail suivantes :  Les prix d'intrants et des produits utilisés dans l'analyse financière et économique sont les prix constants de 2004. SAFI 50 . sont présentés en annexe. l'analyse économique se fait en déduisant les taxes et les transferts des coûts et en valorisant les bénéfices liés à l'augmentation de la production en tenant compte des prix de parité à l'importation et à l'exportation.  Concernant les investissements.

Cette marge est considérée comme la différence entre la valeur de la production commercialisée et auto-consommée et la valeur des charges variables des cultures et de l'élevage.1.2 COÛTS ET FINANCEMENT DU PROJET Le coût total du projet de création du périmètre irrigué s'élève à 854 468. La ventilation du coût du projet ainsi que l'échéancier de réalisation des investissements par composante sont présentés au tableau suivant : Tableau n° 1 : Coût et échéancier de réalisation du projet Le projet sera financé par l'Etat avec la participation des bénéficiaires pour les actions à la parcelle. Les coûts de fonctionnement et d'entretien sont exprimés sur la base des coûts en hors taxes et imprévus. Les charges variables et les bénéfices ont été exprimés en terme économique. se présentent comme suit :  Le calcul de la marge brute est basé sur l'occupation du sol établie par modèle d'exploitation et sur les fiches technico-économiques. 8.9 % La réalisation des investissements sera échelonnée sur une période 2 ans à compter de la date de démarrage des travaux.0 %  Imprévus et taxes: 186 468.1 %  Investissements au niveau des exploitations: 307 850.949 DT : 21.000 DT : 36. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. Le financement de l'Etat comprendra deux parties : SAFI 51 . 8.DE GABÈS II . Le coût du projet se repartie comme suit :  Aménagements hydrauliques: 359703.390 DT : 42.  Le calcul a été mené pour une durée de 20 ans.339 Dinars toutes taxes comprises y compris la provision pour imprévus physiques et financiers. La composante hydraulique et de génie civil se réalisera pendant la première année.4 Hypothèses de calcul Les hypothèses spécifiques au calcul des résultats du compte d'exploitation et des indicateurs d'évaluation financière et économique.  La rentabilité économique du projet a été estimée en se referant aux coûts économiques.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .ETUDE DE FAISABILITÉ Pour la main d 'œuvre rémunérée sur la base du SMAG nous avons adopté un coefficient de conversion de 80%.

AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . La comparaison la situation sans projet et celle avec projet fait ressortir l'exploitation type est donnée par le tableau suivant : Tableau n° 1 : Evolution de la marge brute par modèle d'exploitation SAFI 52 .1 Résultats des comptes d'exploitation 8.500 Dinars sous forme de crédits bancaires accordés aux agriculteurs (20. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.500 Dinars par les agriculteurs sous forme d’autofinancement Tableau n° 2 : Schéma de financement des composantes du projet Unité : Dinars 8.DE GABÈS II .ETUDE DE FAISABILITÉ  Le financement sur le budget d'équipement et des travaux et les subventions accordées par l'Etat aux bénéficiaires pour les investissements au niveau des exploitations.7%).0 %)  33 863.3. Le schéma de financement.073 Dinars pour le modèle 1. Elle porte sur la détermination de la tarification à adopter pour le recouvrement des frais et l'équilibre financier du GIC 8. va permettre une augmentation substantielle de la marge brute à l'année de croisière par rapport à la situation actuelle. illustré par le tableau ci-après donne la répartition suivante :  515833.1. Elle a porté sur l’évolution de la marge brute et du revenu par exploitation et sur la valeur actualisée nette ainsi que le ratio bénéfice/Coût (RBC)  l'analyse de la viabilité et la pérennité du projet du point de vue de l'organisme de gestion GIC.4 %).000 Dinars sous forme de subventions aux agriculteurs (15.339 Dinars sous forme de travaux sur budget de l'Etat (60.871 pour le modèle 3.870 DT pour le modèle 2 et 8 108.3 EVALUATION FINANCIÈREDU PROJET L’évaluation financière du projet a été faite à travers :  L’analyse des résultats du projet pour les différents modèles d’exploitation. de 6 171.1 Evolution de la marge brute par modèle d'exploitation La réalisation des différentes actions du projet qui visent le développement du potentiel de production tout en rationalisant le comportement de l'exploitant.  170 593. Cette augmentation est de 10 860.  134 178.  Le financement des agriculteurs intéresse les actions à l'intérieur de l'exploitation agricole le renforcement du matériel d'économie d'eau.3.

VAN et RB/C par modèle d'exploitation Modèle d’exploitation Taux de rentabilité Valeur actualisée Ratio Bénéfice/Coût interne (TRI) nette (VAN) (RBC) Modèle 1 37.873 10 860.  Le projet présente une sensibilité à la chute de la production comme présentée par les tableaux suivants : SAFI 53 .70% pour le modèle 1 et 2 et 160% pour le modèle 3 sans que le projet perde sa rentabilité à l'échelle de l'exploitation.6 % pour le modèle 3. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. de la V AN et du R/BC. 37.871 8.971 8 108. Le TRI est calculé en faisant appel aux prix financiers et aux investissements à engager par l'exploitant.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .6 Ce tableau ainsi que du tableau ci-après (Analyse de la sensibilité du modèle d'exploitation).8 % 27 141.699 2.870 Modèle 3 439.7 % 47 826. VAN et RB/C de l'exploitation La rentabilité financière est estimée sur la base du taux de rentabilité interne (TRI) et du ratio Bénéfices/coûts (RB/C) à 10% pour l’exploitation type. pour l'impact des aléas et imprévus sur la rentabilité du projet.391 2.6 % 33 356. Par ailleurs.710 6 171. des tests de sensibilité ont été effectués.ETUDE DE FAISABILITÉ Unité : Dinars Modèle Marge brute Marge brute Marge brute d’exploitation sans projet avec projet additionnelle Modèle 1 1 376.8 % pour le modèle 2 et 32.  Les résultats du calcul du ratio RB/C permet de conclure que les coûts peuvent augmenter de 1. Tableau n° 1 : Taux de rentabilité. D'où. Ce taux traduit les avantages procurés par les composantes du projet à l'échelle de l'exploitation c'est à dire la production additionnelle due à la réalisation du projet de périmètre irrigué et la réalisation des actions d ' accompagnement.DE GABÈS II . Ces taux montrent que la rentabilité des actions visant le développement à l'échelle des exploitations est garantie.100 8 547.7 Modèle 2 37.2 Rentabilité.7 Modèle 3 32. l'intérêt particulier à accorder à la vulgarisation des techniques modernes pour réaliser les rendements escomptés.073 Modèle 2 562. il ressort que :  Le taux de rentabilité est de 37.7 % pour le modèle 1.652 2.000 12 244.840 6 734.1.3. Le Ratio RB/C est obtenu en divisant le flux des avantages bruts actualisés à 10% par le flux des coûts actualisés à 10%" Le tableau suivant donne les valeurs de TRI.

les frais de gestion.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . 8.3. au m3.1% 30% 25. Cet équilibre dépendra de la tarification à adopter pour la couverture des charges et dépenses engagées par le GIC.7% 20.5% 22.8% 24.0% 30.0% 20.4% 20% 29.1% 10% 29.0% 20.8% 30.4% 18. Etant donné que la gestion du périmètre sera assurée par un GIC.7% 26.) qui reflète le principe de recouvrement approprié pour assurer un fonctionnement durable du système collectif d'exploitation et de gestion de l'eau.2% 31.0% Modèle 1 0% 37.7% 21.ETUDE DE FAISABILITÉ Tableau n° 2 : Analyse de la sensibilité par modèle d’exploitation Réduction des bénéfices Augmentation des coûts (par rapport à la variante de base) (par rapport à variante de base) 0% 10.5% 27.9% 24.9% 26. SAFI 54 .3% 20% 29..6% 10% 33.3% 25.6% Réduction des bénéfices Augmentation des coûts (par rapport à la variante de base) (par rapport à variante de base) 0% 10. les frais d'entretien et les provisions pour le renouvellement des équipements et infrastructures.2.9% 20.1% 28.2% 28. binôme.5% 18.8% 34.  La structure tarifaire (forfaitaire.5% Réduction des bénéfices Augmentation des coûts (par rapport à la variante de base) (par rapport à variante de base) 0% 10.1 Coût global du m3 d'eau consommé Dans le coût du m3 d'eau entrent quatre rubriques à savoir. .9% 30. La viabilité et la pérennité du projet sont recherchés dans l'équilibre du GIC qui assurera la gestion et l'exploitation du périmètre. Le système de tarification évoque deux notions :  Le niveau tarifaire qui est tributaire de l'importance du coût global de l'eau et spécifiquement des charges que le GIC est obligé de les supporter après prise en compte des subventions ou partage conclu avec l'administration.0% 30.1% 31.0% 30.6% 18.5% 10% 33.7% 8.3.DE GABÈS II .7% 34. le mode de tarification à adopter sera au m3 d'eau consommé à l'image de ce qui pratique actuellement dans le gouvernorat de Kasserine.7% 30% 22.2% 22.0% 30% 25.6% 27.0% 20.0% Modèle 2 0% 37.8% 27.8% 24.4% 16. les frais de mobilisation.3% 22.0% 20.2% 23. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.5% 20% 26.6% 29.7% 23.6% 22.8% 25.0% Modèle 3 0% 32.7% 25.5% 26.2 Viabilité et pérennité du projet du point de vue GIC.5% 19.

3.  Frais de gestion: Ils s'agit de tous les frais à engager par le GIC pour la répartition de l'eau (salaire d'un pompiste) et les frais de gestion du GIC. Ils estimés à 20098.333 DT par an- Pour un volume annuel pompé de 264476.DE GABÈS II . Ces frais sont estimés à 5 180.2. Le prix de vente de l'eau appliqué par les GIC aux agriculteurs devrait couvrir les charges d'exploitation et de gestion et doit prendre en compte des provisions pour le renouvellement des équipements. les provisions de renouvellement des équipements hydromécaniques sont estimés à 8008.2 Tarification d'équilibre du GIC En s'alignant à la politique de tarification pratiquée actuellement au niveau du pays.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . Le tableau suivant donne les résultats de calcul du coût du m3 d'eau pour les deux hypothèses : SAFI 55 . le coût global de revient du m3 d'eau est estimé à 145 millimes. Ainsi et pour le calcul du tarif d'équilibre du GIC. 8. Le montant total de ces frais est estimés à 2400.000 m3. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.000 DT par  Frais d'entretien : Ils concernent les frais nécessaire pour l'entretien et la maintenance des équipements et installations à mettre en place.  Hypothèse 1 : les agriculteur exploitent 80 % du volume . calculés sur la base de la durée de vie de chaque composante d'aménagement.333 DT.ETUDE DE FAISABILITÉ  Frais de mobilisation des eaux: Ils concernent les frais d'énergie nécessaires pour le pompage des eaux du forage.750 DT par an  Provision pour le renouvellement des aménagements: Ils s'agit des amortissements. Sachant que les ouvrages de Génie civil n'ont pas besoin d'être renouvelés surtout que l'entretien et correctement assuré par le GIC et/ou le CRDA. deux hypothèses ont été utilisées :  Hypothèse 1 : les agriculteur exploitent 100 % du volume . ils sont estimés à 10579. Ainsi par renouvellement on entant seulement le renouvellement des équipements hydromécaniques. Pour le cas du périmètre Henchir Taieb.040 DT par an.

tarif à choisir pour le m3 d'eau doit être comprise entre 99 et 114 millimes. 906 3 450 57 613 53 257 6 .4. calculé selon les mêmes principe.DE GABÈS II .1 8. 8.  Les coûts de fonctionnement et d'entretien sont exprimés en terme économique . 906 3 450 59 294 54 937 8 . 906 3 450 60 040 55 684 SAFI 56 .ETUDE DE FAISABILITÉ Tableau n° 1 : Calcul du prix de revient du m3 d'eau Unité : Dinars Désignations Coût global Hypothèse 1 Hypothèse 2 du m3 d’eau (100%) (80%) Frais de mobilisation (Energie) Frais d’entretien et réparation Frais d’exploitation et de gestion Frais totaux Volume d’eau Coût du m3 d’eau sans renouvellement Provisions pour renouvellement Charges totales avec renouvellement Prix de revient du m3 d’eau De ce tableau et selon le risque à supporter en matière d'équilibre budgétaire du GIC.1 Rentabilité économique L'analyse de la rentabilité a été effectuée sur une période 20 ans tout en adoptant les considérations suivantes :  Les montants des coûts d'investissement sont exprimés en terme économique . 906 3 450 3 787 . 906 3 450 43 017 38 660 5 .Les bénéfices et les charges variables sont exprimés en terme économique . Sur la base de ces considérations. Tableau n° 1 : Analyse de la rentabilité du projet Investissements et Entretien et Marge brute Marge brute Années Cash-flow renouvellement fonctionnement sans projet avec projet 1 144 280 906 3 450 279 . pourrait être instauré.5 %. En fonction des prédispositions du CRDA à subventionner le fonctionnement du périmètre notamment durant les premières années. le calcul de la rentabilité économique dégage un taux de rentabilité économique (TRE) de 21. le. 2 625 3 . un tarif incitatif. 906 3 450 58 430 54 074 7 .4 EVALUATION ÉCONOMIQUE ET ÉFFETS DU PROJET 8. 570 4 .AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .4. 906 3 450 1 731 . ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. .148 357 2 .

9% 18.6% 17. elle présente une certaine vulnérabilité à la diminution des bénéfices comme le montre le tableau ci-après.524 Ratio Bénéfices / Coûts : RBC (10%) 2.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI . 906 3 450 63 254 58 898 19 .7% 30% 15. 906 3 450 62 654 58 297 14 .DE GABÈS II .4.9% 16.0% 30. 906 3 450 63 207 58 851 18 .7% 20.0% 13.ETUDE DE FAISABILITÉ 9 . 906 3 450 63 301 58 945 20 .4.3 8. ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO. 906 3 450 60 787 56 430 10 .2 8.3% 16.3% 15.8% 15.6% 20% 17. Tableau n° 2 : Analyse de la sensibilité du projet TEST DE SENSIBILITE Augmentation des coûts (par rapport à la variante de base) Réduction des bénéfices (par 0% 10.0% 20. 906 3 450 63 114 58 757 16 10 000 906 3 450 63 161 48 804 17 .1 Taux de rentabilité Economique : TRE 21.9% 11.7% 14.0% rapport à variante de base) 0% 21.4.3 Effets sur l'emploi La réalisation du projet permettra à partir de la cinquième année environ 4238 jours de travail supplémentaires (activités végétales et animales en dehors des travaux) soit l'équivalent de SAFI 57 . 906 3 450 62 240 57 884 13 . 906 3 450 61 307 56 950 11 47 205 906 3 450 61 827 10 266 12 .7 % L'analyse de sensibilité montre que le TRE global du projet est assez peu affecté par des variations des coûts. 906 3 450 63 067 58 711 15 .7% 8. Tableau n° 1 : Effet du projet sur la production 8.2% 10% 19.2 Effets sur la production La réalisation du projet procurera une augmentation considérable de la production agricole comme indiqué dans le tableau suivant: .4. 906 3 450 63 348 58 991 Valeur actualisée nette : VAN à 10% 172 305.3% 12.0% 18. Toutefois.

ETUDE D’AMÉNAGEMENT HYDRO.ETUDE DE FAISABILITÉ 16.5 postes d' emploi permanent supplémentaires d' où l' effet certain sur l' amélioration du niveau d' emploi dans la région.DE GABÈS II . Tableau n° 1 : Effet du projet sur l'emploi SAFI 58 . Le tableau suivant donne la comparaison entre les' niveaux d'emploi actuel et futur dans les exploitations du futur périmètre.AGRICOLE DES PPI DANS LA ZONE DU PDAI .