Vous êtes sur la page 1sur 33

Programme de Formation et Certification

des Formateurs d’Adultes


FFA 1er Niveau (25 heures) AIPS : Train the Trainer
www.aips.us
www.aips.us

Manuel du participant à la session FDF°1

Par :
www.aips.us

Présentation de la session :
Le Formateur d’Adultes identifie, conçoit, anime et évalue les actions de formation. Il
analyse des besoins de formation, élabore et met en œuvre les dispositifs et les
programmes. Il conçoit les contenus et les supports pédagogiques, anime les
actions et évalue les acquis de la formation.

Cette session se focalise sur l’animation d’une séance de formation qui ne dépasse pas
les « 3 heures ».

C’est le niveau « 1er Degré ».

Objectifs :
A la fin de cette session, le participant sera capable de:

• Réussir sa prise de parole

• Argumenter solidement son discours

• Illustrer les propos par des supports visuels

• Adapter son comportement à l’auditoire

• Ecouter

• Comprendre le fonctionnement des émotions

• Préparer une séance de formation « d’une durée maximale de 3 heures »

• Appliquer et adapter les techniques d’apprentissages de l’adulte

• Assumer le rôle du formateur

• Gérer la dynamique du groupe

• Evaluer une séance de formation

La prise de parole en public


Les techniques de gestion de trac
Le trac est un état de peur qui se manifeste lorsque l’on est exposé aux regards et
observations d’un public. ®
www.aips.us

Signes Physiques
Les divers troubles rapportés sont les suivants :

• Augmentation du rythme cardiaque et de la pression artérielle : les muscles


sont davantage irrigués et bénéficient d’un apport important en glucose, ce
qui est important pour fournir un effort musculaire
• Sècheresse de la bouche
• Sudation (mains)
• Refroidissement des extrémités (mains, pieds, nez, etc.), et pâleur dus à une
vasoconstriction périphérique
• Respiration rapide, souffle court
• Tremblements, fourmillements, crispations, crampes musculaires
• Estomac noué, avec ou sans problèmes digestifs (manque d’appétit,
vomissements, diarrhées, etc.)
• Envie d’uriner.

Une étude réalisée aux Etats Unis auprès de deux orchestres symphoniques mettait en
évidence que ces signes surviennent, dans la majorité des cas, juste avant la
performance, et disparaissent dans 83% des cas dès que la performance a
commencé.

Signes psychologiques
Les signes psychologiques du trac sont les suivants :

• Attention et veille accrues


• Impression de ne pas être l’acteur de ce que l’on fait, de ne pas être là
présence d’injonctions négatives, de pensées catastrophiques (« je ne vais
jamais y arriver », « je vais m’effondrer», « j’ai tout oublié »)
• Jugement critique exacerbé
• Problèmes de mémoire, oublis, absences, trou, etc.
• Inhibition de la volonté ou difficulté à passer à l’action
• Pensées non cohérentes, difficultés à « rassembler ses idées »
• Etc.

Les stratégies à très court terme :

Avouer son trac à l’auditoire

Le fait d’avouer qu’on a le trac le réduit presque instantanément. Mais avant tout, il
faut être conscient qu’on a le trac et que toutes les techniques que nous allons
lister et détailler ci-après n’ont pas donné de résultats.
www.aips.us

Cette technique est l’ultime solution pour pouvoir entamer sa performance


convenablement.

Stratégies à court terme

Les stratégies psychocorporelles


• La relaxation
Une technique de relaxation dynamique permet de se concentrer en étant
“désencombré” de tout élément inutile et de se trouver ainsi en harmonie
avec lui-même, avec le lieu où il se trouve ainsi qu’avec le public ou le jury qui
l’écoute. Cela inclut des exercices respiratoires qui aident à se détendre,
avant et pendant qu’il est sur scène, afin d’être totalement en alerte et
disponible pour sa prestation.
• La pensée positive
Il s’agit de détailler, concrètement, le mécanisme de la “mentalisation”
positive avant une performance en public et de le reproduire “sur
commande”. Cette visualisation positive inclut la représentation corporelle,
cette dernière jouant un rôle très important sur la conscience. Placement et
déplacements: avant même qu’on n’entame la performance, son arrivée sur
scène ou devant un jury conditionne déjà l’écoute de ce dernier. Il s’agit donc
d’apprendre à entrer sur scène, à entamer son morceau, à le jouer, l’achever
et… à sortir de scène !

Stratégies à moyen terme

La préparation mentale

Elle représente 70 % de la gestion du trac et de la réussite d'une situation", estime


Jean-Pierre Léglise. Analyser à qui l'on va s'adresser et comment leur parler,
préparer son sujet très en détail... tout cela contribue à se sentir sécurisé.

S'il arrive un imprévu, par exemple une question que l'on n'a pas préparée, la
reformuler puis la recadrer permettra de mieux gérer la situation. Et si la question
provient de quelqu'un qui cherche visiblement à vous déstabiliser, pas la peine de
chercher à être parfait. Il faut répondre très simplement : "J'ai besoin de chercher,
je vous apporte la réponse d'ici une demi-heure." Gérer son trac, c'est aussi
développer ses capacités d'improvisation.

Stratégies sur le long terme


www.aips.us

Il est important d'analyser les causes de son trac et de comprendre ce qui provoque un
déficit de confiance en soi. Ensuite, comme le note Jean-Pierre Léglise, "c'est en
s'appuyant sur ses points forts que l'on améliorera ses faiblesses en
communication."

Pratique régulière
« Il faut sans cesse se mettre en situation. Pratiquer, pratiquer et pratiquer encore."
Jean-Pierre Léglise

Une bonne façon de se débarrasser de son trac de façon pérenne est de s'inscrire dans
des associations ou des clubs spécialisés. "On y apprend à déployer son schéma
corporel avec aisance et on gagne en fluidité mentale", explique-t-il. D'autant qu'en
pratiquant dans un contexte non professionnel, éventuellement avec des amis, on y
prend plus facilement du plaisir. L'objectif : améliorer sa confiance en soi. "Ce qui
est d'autant plus rapide en associations que l'on se rend vite compte que tout le
monde est logé à la même enseigne !".

Il faut enfin essayer de ne pas repousser ses prises de parole. Dans le cas d'une réunion
où chacun s'exprime tour à tour, il ne faut pas attendre d'être le dernier. Ce
qu'auront pourtant tendance à faire les victimes du trac. Une seule règle : se lancer.
L'attente ne ferait qu'augmenter l'anxiété, alors qu'il vaut mieux en finir
rapidement. Et se convaincre que les échecs ne sont pas des voies sans issue, mais
bien des occasions d'apprendre.
www.aips.us

La prise de parole en public

Techniques fondamentales du présentateur


Le Non-Verbal : Voix et sons

Rythme
Le rythme ou le débit vocal change :

Exemple Rythme Finalité

Raconter une histoire (cadre Accéléré Expliquer le cadre de


spatio-temporel) l’histoire

Donner des exemples Accéléré Insister sur l’abondance et la


spécifiques successifs multitude d’exemples pour
appuyer le discours

Poser des questions, raconter Normal Relater clairement et insister


des faits, expliquer le sur une suite logique des
déroulement d’un process, .. idées exposées

Une conclusion, moralité d’une Décélérée Laisser le temps à l’auditoire


histoire, décrire des émotions, d’imaginer, de sentir ou de
description de situations vécues, faire appel à la mémoire.
..

Tons
Ton Effet

Grave Mettre en valeur

Normal Situation normale et ordinaire

Aigu Banaliser ou s’exlamer

Volume
Le volume ne change pas au cours d’une prise de parole en public, sauf au besoin :

• De préférence : Jamais en hausse


• En baisse (chuchoter) : pour attirer l’attention et marquer l’auditoire
www.aips.us

Cadence
La cadence au cours d’une prise de parole en public ne doit jamais changer de peur que
cela aie un effet indésirable sur l’auditoire qui sentira que le discours manque
d’harmonie.

En effet, c’est la cadence qui fait que le discours soit équilibré et harmonieux de point
de vue débit vocal.

Le silence
Avant Au milieu Après

Suspens et mettre en valeur ce Insister sur les idées exprimées Le silence après une description
qui suivra. d’émotions ou de faits permet à
Exemple : l’auditoire d’imaginer, de faire
Exemple : appel à la mémoire pour
« Nous .. devons .. être ..
« La solution est .. » so..li..daires !! » ressentir ou avoir une idée
claire de ce que nous venons de
dire.

Rappelez-vous toujours l’exemple de la bougie.


www.aips.us

Le Non-Verbal : Body Langage / Language corporel

Visage
Expressif : Nous devons exagérer un peu les expressions du visage de peur que nous
soyons mal compris ou carrément incompris.

En effet, tout personne, essaie de se concentrer sur les expressions du visage pour bien
comprendre le discours allant avec.

Torse/Buste
www.aips.us

Contrairement à la règle populaire, ce n’est pas le fait d’être bien droit qui montre
notre confiance en nous, mais le fait d’être bien à l’aise, debout devant l’auditoire.
Alors la meilleure posture à adopter : C’est notre posture quotidienne.

Bras
Ecartés du corps.

Mais, cet écart change selon le nombre de personnes. Plus il y’en a, plus on écarte les
bras.

Mains
Notre gestuelle accompagne notre discours et sert de support visuel. Alors, il faut faire
attention à quelques gestes qui ne peuvent véhiculer des messages contraires à ce
que nous disons.

Surtout, éliminons le doigt qui pointe.

Jambes
Un peu écarté au niveau des épaules. Ce qui nous procurera une posture stable et
confiante.

Le Non-Verbal : Eye contact / Contact visuel


Les 2 conseils à éviter :

• S’adresser à une personne avec un visage familier


• Regarder au dessus des têtes

Il faut aller au contact visuel et chercher le feedback directement dans les yeux des
participants. Ceci nous permettra de se rattraper et d’affiner notre discours par
rapport à l’auditoire.

Appliquons la technique du « phare rythmé », en balayant de droite à gauche et vis-


versa selon le débit vocal employé.

Intro-Outro
Intro

La brise de glace :
Son rôle est de préparer l’auditoire au discours et le rendre perméable aux idées qui
seront expliquées après.
www.aips.us

Le mot d’ordre est « suspens ».

3 techniques simples :

• Statistiques
Donner des exemples concrets sans oublier de préciser leurs sources
• Exagération
Ou le scénario catastrophe, une situation dramatique à laquelle nous pouvons
s’attendre si le cours des choses ne change pas
• Faits
Relater tout simplement les faits sous forme d’une histoire.

Outro
Les conclusions sont faites pour conclure des accords.

5 étapes
• Résumer et clarifier : Vérification des objectifs de la session et des techniques
apprises
• Elever l’intérêt
• Etablir l’humeur
• Inviter à l’action
• Proposer l’acceptation ou l’approbation

Modes de communication
En effet, nous ne communiquons pas de la même manière :

• Visuel : La personne au profil préférentiel visuel apprend mieux en utilisant


ses yeux et ses oreilles ensemble.
• Auditif : La personne au profil préférentiel auditif apprend mieux en utilisant
ses oreilles et en analysant chaque mot à part.
• Kinesthésique : La personne au profil préférentiel kinesthésique apprend
mieux lorsqu’elle touche à ce qu’elle étudie et lorsqu’elle est impliquée dans
un genre de mouvement.
Et pour pouvoir s’adapter à tous les profils existant dans l’auditoire, nous diversifions
les supports utilisés :

Visuel :
Photos, Vidéos, Graphes, Courbes, …

Auditif :
Comparaisons, Témoignages, Discours cohérent, Explications, Définitions, Narrations, ..
www.aips.us

Kinesthésique :
Proposer des modèles, prototypes, faire vivre une expérience..

Processus de création
1. Fixer l’objectif
Spécifiques (Quelles connaissances/compétences/attitudes – KSA - plus
spécifiquement)

Mesurables (Pouvons nous mesurer le degré de progression)

Atteignable / Accessibles (Pouvons l’atteindre avec une stratégie)

Réalistes / Réalisable (Avons-nous les ressources, le temps et les compétences


nécessaires)

Temps (Durée de la formation)

2. L’auditoire
L’analyse de l’auditoire nous permet d’ajuster la prestation selon 2 caractéristiques :

Démographie
• Age
• Genre
• Famille
• Culture
• Professions

Degré de connaissances
• Sans connaissances
o Idée générale
• Quelques
connaissances
o Plus de détails
• Experts
o Faits nouveaux

3. Mind Mapping
Nous utilisons la technique du « Mind-Mapping » pour collecter toutes les idées et les
informations concernant la formation et les structurer de façon à ce quelles
deviennent plus claires et faciles à retrouver et/ou à classer.
www.aips.us

4. Quantité d’informations

Il faut faire attention à la quantité d’informations transmises :

En effet, plus la quantité d’information est importante, moins l’auditoire en retiendra.

L’analyse de l’auditoire au préalable et l’objectif bien élaboré nous permettent de bien


quantifier la quantité d’information à transmettre.

5. Le StoryBoard ou le Scénarimage
Cette technique consiste à imaginer la formation et/ou présentation et à la dessiner
sous forme de bande dessinée en y rajoutant les remarques concernant la manière
ou les expressions à employer.
www.aips.us

Cette technique nous permet de visualiser toute la formation sur des plans et de nous
faciliter la détection d’anomalie.

Le Storyboard, une fois préparé, peut être confié à une personne ayant les
compétences nécessaire pour concevoir le support PowerPoint® par exemple.

6. Des diapos percutantes

Texte :
• Police lisible : « Arial, Tahoma, Calibri »
• Gras « pour mettre en valeur »
• Italic « pour une citation ou reprise d’un texte intégral »
• Couleurs « Rouge, Vert, .. »
• Taille « 40 de préférence »
• 5 lignes au maximum par diapo

Graphiques
• Simples
• Parlants
www.aips.us

• Avec un minimum de détails


• Animés si possible
• Avec des couleurs contrastées

Quelques règles générales

1 diapo= 1 image = 1 idée

La règle des 3S

Chaque élément inséré :


• A un Sens
• Doit être le plus Simple possible
• A une Structure logique

On utilise toujours des mots-clés sauf pour les énoncés des activités et les définitions

Les mécanismes de l'apprentissage chez l'adulte


Selon David Kolb d’après une recherche publié en 1984 : Il y a 4 profils et 4 modes
d’apprentissages.

Les recherches de Kolb indiquent que les personnes préfèrent un des quatre styles pour
effectuer de nouveaux apprentissages. Toutefois, il n’y a pas de bon ou de mauvais
style d’apprentissage. Les formateurs qui ciblent les quatre styles ont plus de
chance de maximiser l’apprentissage. De leur côté, les apprenants bénéficient
d’être exposés à d’autres styles.

LES MODES D’APPRENTISSAGE


EC - Expérience concrète Le Formateur est perçu Apprend par intuition
comme un coach/un aide
• De ses expériences et
d’exemples dans lesquelles
il peut éventuellement
s’impliquer

• Ses jugements sont basés


sur ses émotions

• Davantage axé vers les


www.aips.us

pairs que vers l’autorité

OR - Observation Réflexive Le Formateur est perçu Apprend par perception


comme un guide/un maître
• De ses observations et de
ses réflexions

• Sont des individus


introvertis

CA - Conceptualisation abstraite Le Formateur est perçu Apprend en pensant


comme un communicateur
d’information • En créant des concepts et
en y intégrant ses
observations

• Est orienté davantage vers


les choses et les symboles et
moins vers les gens

• Apprend mieux dans une


situation qui repose sur
l’autorité

EA - Expérimentation active Le formateur est perçu Apprend en faisant


comme un modèle à imiter
• Vérifie ses hypothèses

• Utilise ses nouvelles


connaissances à des fins de
résolution de problème

• Sont des individus


extrovertis
www.aips.us
www.aips.us
Activités
Styles Questions d’apprentissage Offrir un défi en lui
d’apprentissage Caractéristiques demandées préférées demandant de :

Accommodateur • Apprend par essais et erreurs - Si je change cela, - Activités qui • Assimiler, analyser, réfléchir au
• Aime prendre des risques qu’est-ce qui va se impliquent d’autres lieu de s’impliquer
Une combinaison des • Aime apprendre dans le feu de produire ? personnes telles que : immédiatement
l’action sans réfléchir projet de groupe,
modes Expérience - Comment cela est-il
• Habileté à faire avancer les choses • Répéter la même activité à
concrète et laboratoire, étude de
• Aime participer à des expériences, relié à…? plusieurs reprises pour lui faire
Expérimentation active cas, milieu clinique,
de nouveaux projets avec la pratiquer une technique
- Puis-je avoir un pratique et rétroaction,
collaboration de plusieurs personnes
exemple concret ? résolution de particulière
• S’adapte sur le champ à diverses
circonstances - Comment vais-je m’y problèmes
• Établir des objectifs et des
• Se fie aux autres pour obtenir prendre ? - Besoin d’échéanciers étapes de travail
l’information sans prendre le temps
d’analyser lui-même - Attitude qui découle de - Déteste les exercices • Écouter avec un esprit ouvert
• Tend à résoudre les problèmes de ce style : Essayons d’une de routine
manière intuitive au lieu d’essayer autre manière ! • Activités pour développer
de comprendre le pourquoi - Peut manquer
d’autres habiletés
• Se sent à l’aise avec les personnes d’organisation
• Extroverti, peut influencer les gens • Relaxation, observation de
- Efforts dispersés et
et les événements
manque de vue démonstrations
• Prend part activement à son
apprentissage d’ensemble
• Orienté vers l’animation
• Sensible aux réactions et aux
opinions des autres
www.aips.us
Activités
Styles Questions d’apprentissage Offrir un défi en lui
d’apprentissage Caractéristiques demandées préférées demandant de :

Divergeur • Est un visionnaire - Si je faisais cela, - Activités qui présentent • Faire une réflexion avant de donner
• Apprends par des expériences qu’est-ce qui se des défis et qui stimulent son opinion
Une combinaison des spécifiques produirait ? son imagination :
• Se débrouille mieux dans des • Déterminer un but et préparer un
modes Expériences
situations qui sollicitent des idées - Quelles autres • remue-méninges plan d’action correspondant
concrètes et Observation
• S’intéresse aux personnes et aux possibilités puis-je
réfléchie éléments affectifs • jeu de rôle • Mettre ses idées par écrit
considérer ?
• Aime observer au lieu de le faire
• Reçoit l’information en utilisant tous - Faut-il suivre les • simulations • Activités pour développer d’autres
ses sens étapes ? habiletés
• Penseur par déduction • discussions de groupe
• A une imagination fertile et des - À qui ça sert de faire • Pratiques, exercices, devoirs
intérêts variés • présentations
cela ?
• Paralysé par les alternatives
• Beaucoup d’idées, peu d’action - Qu’est-ce qui ferait
• Ne vérifie pas ses théories que je serais intéressé à
• Manque de profondeur cela ?

- À quoi est-ce que cela


peut me servir ?

Attitude qui découle de


ce style : Convainquez-
moi d’écouter !
www.aips.us
Activités
Styles Questions d’apprentissage Offrir un défi en lui
d’apprentissage Caractéristiques demandées préférées demandant de :

Convergeur • Prend le temps d’observer et de réfléchir - On commence par - Activités qui requièrent - En l’impliquant dans des activités :
• Compare les expériences avec les quoi ? des étapes de routine
connaissances bien déterminées • sans ligne de conduite ou directive
Une combinaison des
• Met les idées en pratique - Quelles sont les étapes (exercice, pratiques en claire
modes Expérimentation
• Préfère composer avec des choses du travail ?
active et laboratoire, journal de
qu’avec des personnes • où il doit considérer plus la théorie
Conceptualisation - Qu’est-ce qu’il faut bord, simulations, milieu
• Pratique et réaliste et les principes généraux
abstraite • Entreprend de nouvelles expériences en faire ? clinique, discussions de
suivant les étapes une à une groupe, jeu de rôle, • où il doit considérer plusieurs
• Apprend par mémorisation plutôt que - Est-ce que je peux visualisation, études de options ou interventions en même
par raisonnement essayer ? cas, études non dirigées temps
• Très bon à regarder différentes
perspectives pour résoudre des - Aime la routine, est • où il doit bâtir des modèles
problèmes déséquilibré si un conceptuels à partir d’observations
• dont la solution est unique Attitude qui découle de
changement ou un ou de lectures
• Évalue les plans et les programmes ce style : Laissez-moi le
problème survient
faire ! - Activités pour développer d’autres
habiletés

- Formulation de résultats
d’apprentissage

- Résolution de problèmes à solution


multiples
www.aips.us
Activités
Styles Questions d’apprentissage Offrir un défi en lui
d’apprentissage Caractéristiques demandées préférées demandant de :

Assimilateur • S’intéresse plus aux concepts abstraits - Pourquoi faut-il Études de cas, cours - s’impliquer dans le feu de l’action
qu’aux personnes ajouter cela ? théoriques, exercices
• Est déterminé et a besoin de l’emporter faisant appel à la - donner son opinion ou partager ses
Une combinaison des
sur les choses et les événements - Ce que vous dites, va- réflexion, présentations, idées sans préavis
modes Conceptualisation
• Prend des décisions impersonnelles sans t-il avec … ?
abstraite et Observation jeux-questionnaire, - participer à des activités courtes qui
tenir compte des désirs de son
réfléchie entourage et bien souvent, offense les - Quel est le lien avec le résolution de problèmes, se succèdent rapidement
autres sans s’en rendre compte concept que nous avons projets de recherche
• Capable de prendre beaucoup Activités pour développer d’autres
vu la semaine dernière ?
d’information et de la mettre dans un habiletés
ordre précis et logique - Qu’est-ce que je
• Accorde plus d’importance aux concepts devrais savoir ? • Simulations
abstraits et peu aux aspects pratiques
• Habile à créer des modèles théoriques • Imagerie mentale
• Définis les problèmes
• Formule des hypothèses Attitude qui découle de • Faire des démonstrations
• Compare les alternatives ce style : Donnez-moi
• Penseur par induction l’information !
www.aips.us

D’une manière générale :

Sauf si la compétence est compliquée ; dans ce cas, on la divise en sous parties et donc,
en plusieurs cycles.

Les méthodes de transfert de connaissances


7 types d’intelligences selon Howard Gardner

• Linguistique
c'est la capacité de jongler avec les mots : ces individus aiment lire, écrire et
raconter des histoires; ils ont généralement de la facilité à jouer à des jeux de
vocabulaire de type Scrabble ou encore à des jeux-questionnaires.
• Logico-mathématique
c'est la capacité de penser de façon abstraite et logique : ces individus
apprécient les casse-tête et les échecs; les ordinateurs cadrent bien avec ce
type «dominant» d'intelligence.
• Spatial
c'est la capacité de visualiser : ces individus aiment concevoir des plans,
inventer des choses. Beaucoup d'entre eux finissent par développer un intérêt
pour la machinerie ou les systèmes, les réseaux.
• Musical
c'est la capacité de «saisir» le rythme et les sons de la musique : ces individus
ont l'oreille musicale, ils ont du rythme, ils aiment chanter ou jouer d'un
www.aips.us

instrument. En général, ils seront les premiers à vous faire chanter ou encore
à vous faire apprécier le chant des oiseaux.
• Kinesthésique
c'est la capacité de pratiquer des sports : ces individus sont très portés sur le
sport. Ils ont du cran et en général, une excellente coordination.
• Interpersonnel
c'est la capacité d'interagir avec les gens : ces individus sont très sociables et
ont tendance à être d'excellents organisateurs au sein de leur communauté.
Cependant, ils peuvent être à la fois très manipulateurs tout en étant de bons
médiateurs lors de conflits. Ils apprécient le travail d'équipe.
• Intrapersonnel
c'est la capacité de se sentir assuré et d'être à l'aise de travailler seul. Ces
individus préfèrent donc le travail individuel au travail d'équipe.

Par exemple pour apprendre à danser du Tango, les différents types d’intelligence se
comporteront ainsi :

• Le style linguistique va peut-être en parler à quelqu'un qui sait valser afin que
ce dernier le lui explique.
• Le style logico-mathématique voudra peut-être voir un diagramme
démontrant les différentes successions de pas.
• Le style spatial prendra sûrement plaisir à observer puis à essayer les
différents pas de base.
• Le style musical voudra probablement d'abord écouter la musique, puis
imaginer les pas avant de s'attaquer aux explications écrites.
• Le style kinesthésique se trouvera un partenaire qui le lui enseignera.
• Le style interpersonnel risque d'aller s'inscrire à un cours de danse sociale.
• Le style intrapersonnel va probablement étudier les différents pas puis les
pratiquer seul devant son miroir.

Dis-le-moi et je l'oublierai.

Montre-le-moi et je m'en souviendrai peut-être.

Implique-moi et je comprendrai.
www.aips.us

Animer une séquence de formation


Selon le dictionnaire Robert

«Animer : Donner une âme au groupe et faire en sorte qu’il devienne comme vivant. »

Une séquence d’animations est essentielle pour réussir la dynamique du groupe :

Au lancement

• LE CONTACT
C’est la phase d’accueil. On est là pour accueillir les personnes.
• LA RECONNAISSANCE
www.aips.us

o L’objectif est de se faire admettre par sa compétence, ses


connaissances, son intérêt.
o Identifier les autres personnes ressources.
• LE CONSENSUS
On formule son accord pour travailler ensemble.
• LES OBJECTIFS
Le formateur présente les objectifs a atteindre et les grandes étapes de la
formation.
• L’ACCORD
Le formateur favorise l’expression des vrais accords et donne la possibilité de
formuler les désaccords.
• LE CONTRAT
Le formateur et le formé formulent leur intention de mettre en pratique ce
qui vient d’être dit.
• LE PLAN D’ACTION
On précise qui fait quoi, quand et comment. En particulier quels savoirs faire
seront évalués, par qui, comment.

Pendant le déroulement de la formation

LES ECHANGES D’INFORMATIONS :

Le formateur facilite l’échange d’informations, fait parler la personne, lui fait dire ce qui
est facile, difficile, crée le lien.

L’ARGUMENTATION :

On explique les raisons pour lesquelles on demande ou on impose tel ou tel


comportement ou pratique. On invite ceux qui s’expriment à le faire très
complètement afin qu’ils se fassent bien comprendre.

LA REFORMULATION :

Un des rôles les plus importants de l’animateur est de reformuler les idées ou étapes
importantes de manière à ce que le groupe s’approprie ce qui est dit.

L’INDIVIDUALISATION :

On favorise (et on valide) tant que possible les choix propres a chaque formé(e). On est
exigent sur les résultats, souple sur les moyens d’y parvenir.
www.aips.us

LE FRACTIONNEMENT :

Il s’agit de fractionner le groupe en sous-groupes pour permettre un travail plus


complet ou la gestion d’un conflit.

L’OBJECTIVATION :

Plutôt que de laisser les individus s’opposer dans un groupe, l’animateur reformule en
l’objectivant la position de chacun des deux antagonistes et demande au groupe de
se prononcer sur chacune des positions, d’en analyser les avantages et les
inconvénients par exemple.

LA RELANCE :

Le groupe se fatigue ou perd le fil… L’animateur va relancer le débat, la discussion, la


réflexion en reformulant l’essentiel et relancer le travail du groupe.

LE RECENTRAGE :

Après des digressions ou du tumulte, l’animateur rappelle l’attention des participants


et les recentre sur l’objectif.

LE TOUR DE TABLE :

Chacun des participants est invité à prendre successivement la parole. L’inconvénient


de cette technique est qu’elle peut être ennuyeuse si le groupe est important.

Le rôle du formateur

LA REGLE DE LA RELATION ANDRAGOGIQUE


• Permission
o Droit de ne pas comprendre,
o Droit de ne pas faire,
o Droit de poser des questions,
o Droit d’émettre des critiques, des suggestions,
o Droit à l’erreur.
• Protection
o Pas de jugement de la personne,
o Pas de risques de représailles,
o Garantie de réserve et de discrétion,
www.aips.us

o Critiques constructives uniquement.


• Puissance
o Pouvoir d’essayer,
o Pouvoir de réussir,
o Pouvoir de changer.

LES SUPPORTS ET LES RENFORTS VISUELS


• Support pédagogique
• Support de formation
• Tableau blanc
• Tableau de papier
• PowerPoint ®
• Photocopies
• Bibliographie
• Sites internet
• Films
• Autres outils
www.aips.us

Prise de parole d’un Formateur


Disposition de salle en « Demi Cercle » :
favorisant l’interaction entre tous les participants et le formateur

Disposition de salle en « îlots »


On l’appelle aussi « En buffet ou en Cabaret » favorisant le travail en équipe
www.aips.us

L’EVALUATION

Qu’évalue-t-on ?
L’évaluation est la mesure et la validation du progrès réalisé par la personne en
formation, du résultat produit, des capacités ou de la compétence nouvellement
acquise. C’est aussi la mesure d’un écart entre une situation souhaitée et une
situation vécue.

ON EVALUE DES COMPETENCES (SAVOIRS ? SAVOIR-FAIRE ?) ET DES CAPACITES.

ON NE JUGE PAS DES PERSONNES.

Pourquoi évalue-t-on ?
On évalue pour constater un progrès, l’atteinte d’un objectif : il est donc important, et
c’est le rôle du formateur, de formuler clairement, d’ancrer le progrès accompli et
de partager la joie du stagiaire ou du groupe.

Qui évalue ?
www.aips.us

Plusieurs personnes sont concernées : le formateur, la personne elle-même, la


hiérarchie, etc.

Comment évalue-t-on ?
Les principales techniques d’évaluation :

• L’entretien individuel,
• Les questions et réponses de l’apprenant,
• L’observation,
• Les listes,
• Les questionnaires, quiz,
• Les tests de réussite,
• Les tests de performances,
• Les enregistrements,
• Les commentaires, tours de table,
• L’analyse des thèmes de formation et les aptitudes enseignées.
• L’audit (comparaison avec une norme),
• On évalue en continu ou à des moments-clés : contrôles, examens, tout au
long de la formation, etc…

Evaluation de la session de formation

Evaluer vos pratiques vous permet de progresser.

Un moyen simple d’obtenir du retour sur nos pratiques est de poser ces questions au
groupe et d’engager ensuite avec eux un échange honnête (et non masochiste) en
rappelant toujours les objectifs de la formation :

• Etes-vous satisfait de cette formation ? (oui/non/ne sait pas).


• Avez-vous atteint vos objectifs ? (oui/non/ne sait pas).
• Quels sont les points forts de cette formation ?
• Quels sont les axes d’amélioration ?
www.aips.us

Notes Bibliographiques :
CONCEVOIR ET ANIMER UN DISPOSITIF DE FORMATION

Françoise ADAM - Ingénieur de formation, Conseil e n Management

Experiential Learning: experience as the source of learning and development.

Kolb, David. (1984). N.J : Englewood Cliffs,Toronto : Prentice Hall.

Dictionnaire actuel de l'éducation.

Legendre, Renald et al. (1993). Montréal : Guérin, Éditeur limité. [ISBN 2-7601-337-0]

Frames of mind: the theory of multiple intelligences.

Gardner, Howard. (1983). New York : Basic Books.

In their own way

Armstrong, Thomas. (1987). Los Angeles : Jeremy P. Tarcher Inc.

Le trac : le comprendre pour mieux l’apprivoiser

Arcier André-François, Collection Médecine des Arts, 1998

Vaincre le trac grâce à une meilleure connaissance du fonctionnement mental

Ricquier Michel, Guy Trédaniel éditeur, 2000


www.aips.us

Conçu et animé par :


Aymen Ben Othman
Coach Consultant en Développement des Capacités Managériales et des Techniques de
Leadership

Contact :

Facebook : www.facebook.com/coach.aymenbenothman

Linkedin : www.linkedin.com/in/aymenbenothman

Twitter : www.twitter.com/aymenbenothman

Courriel :

contact@coachaymen.com / aymen.b.othman@gmail.com

Site Web : www.coachaymen.com