Vous êtes sur la page 1sur 14

Enseigner la prévention des risques professionnels

Éclairage et vision
Fiches exercices
EV 1

OBJECTIF : Identifier les caractéristiques physiques de la lumière

1. Douze erreurs se sont glissées dans le texte suivant.


Soulignez-les et corrigez-les.
J’ai suivi un cours sur la lumière. Intéressant. J’ai appris par exemple
que, dans le large spectre des rayonnements électromagnétiques, la
lumière est tout. Il suffit simplement de regarder autour de soi pour s’en
rendre compte.
Ainsi, chaque fois que la lumière excite ma rétine, elle va produire chez
moi une sensation visuelle. J’ai retenu qu’à chaque gamme de longueur
d’onde d’un rayonnement lumineux correspondait une sensation
visuelle particulière :
– à 770 nanomètres, je vois distinctement tous les objets,
– à 520 nanomètres, je vois rouge,
– à 470 nanomètres, la mer et le ciel par beau temps se révèlent à moi,
– à 670 nanomètres, j’apprécie enfin de m’allonger sur un vrai gazon.
On nous a appris les quelques grandeurs physiques qui permettent
d’évaluer les caractéristiques physiques de la lumière.
On mesure dans le flux lumineux la puissance lumineuse de la source
rapportée à la sensibilité de l’œil de façon à ne considérer qu’une
puissance qui puisse provoquer cette fameuse sensation visuelle (ici, on
mesure en lumen).
L’intensité lumineuse, ne cherche pas, c’est la même chose que le flux
lumineux.
L’éclairement caractérise, quant à lui, l’aspect lumineux d’une source
de lumière ou d’une surface éclairée. Autrement dit, il se réfère à
l’intensité lumineuse d’un point d’une surface donnée et dans une
direction donnée. L’unité de mesure est la candela/m2.
La luminance caractérise, comme son nom l’indique, la puissance
lumineuse qui atteint une surface donnée. On la mesure en lux.
En ce qui concerne les propriétés de réflexion des surfaces, sache
qu’une surface rugueuse va rendre une image exacte de la source
lumineuse ou des objets. On mesure le facteur de réflexion par le
rapport entre le flux lumineux reçu par la surface et le flux lumineux
réfléchi par cette surface.
Il ne faut pas oublier la température de la lumière qui permet de
caractériser la teinte dominante d’une source lumineuse. Personne
n’ignore que les couleurs chaudes se situent au-delà de
5 000 Kelvin. C’est normal, plus c’est chaud, plus on a de Kelvin. Pour
ton confort, je te conseille pour un éclairement de 5 000 lux, une
couleur de 2 500.
Enfin, il est possible de mesurer l’indice de rendu des couleurs qui
caractérise la capacité d’une lumière à restituer fidèlement la couleur
des objets qu’elle éclaire. L’unité de mesure en est le Kelvin divisé par
100.

1
2. Complétez le tableau.

vrai faux correction


(si nécessaire)
a. L’éclairement se mesure avec un fluxmètre.
b. Un lux est égal au flux lumineux pour 1 lm/m2.
c. Par temps nuageux, l’éclairement est de 1 000 lux.
d. En plein soleil, l’éclairement est de 100 000 lux.

3. Une surface de travail de 3 m2 reçoit un flux lumineux produit par


deux lampes de 1 200 lumen chacune.
Calculez l’éclairement de la surface de travail.

2
EV 2

OBJECTIF : Décrire la structure de l’œil et repérer quelques mécanismes


de la vision

1. Reliez chaque terme à sa définition.

Termes Définitions

Nerf optique • • Capacité de l’œil à assurer la netteté de l’image d’un objet situé à
moins de 5 ou 6 mètres pour la distance maximale et entre 0,07 m et 1
Rétine mètre pour la distance minimale.

• Transmet l’information visuelle au cerveau.
Cristallin • • Permettent la vision diurne, la vision centrale, la détection des détails
et la vision des couleurs. Sont au nombre de 6 millions environ.
• Comporte la détection, l’identification et l’interprétation des
Accommodation • messages transmis par la rétine au cerveau.
• Permet d’obtenir une image unique par synthèse des images reçues
Punctum proximum par les deux yeux ; améliore l’acuité visuelle ; contribue à la vision du
d’accommodation • relief et à l’agrandissement du champ visuel.
• Permettent la vision nocturne (détecteurs de lumière) et la vision
Cônes • périphérique. Image des objets plus floue, vision en noir et blanc. Sont
au nombre de 120 millions environ.
Bâtonnets • • Membrane sensorielle de l’œil qui comporte deux zones particulières
où la sensibilité est spécifique : la fovéa, petite dépression de 1,5 mm
de diamètre où la capacité de l’œil à distinguer les détails est maximale,
Réflexe de fixation • et la tâche aveugle qui est le point de départ du nerf optique où elle est
insensible à la lumière.
Vision binoculaire • • Lentille à courbure variable qui ajuste le pouvoir de réfraction de
l’œil et focalise l’image sur la rétine.
Perception visuelle • • Tout objet mobile ou point lumineux apparaissant dans
l’environnement visuel provoque un déplacement rapide du regard
dans sa direction afin que l’image de l’objet soit amenée sur la fovéa.
• Point le plus rapproché qui peut être vu nettement : il constitue
la distance minimale de vision nette. En le déterminant chez le sujet, on
mesure sa capacité d’accommodation.

2. Complétez le schéma.

3
EV 3

OBJECTIF : Repérer les caractéristiques visuelles de l’individu

1. Vrai ou faux ? Cochez la bonne réponse.


L’acuité visuelle augmente avec : vrai faux
le niveau d’éclairement ❏ ❏
l’absence de contraste objet/fond ❏ ❏
la netteté du détail ❏ ❏
l’hypermétropie ❏ ❏

2. En combien de temps, l’œil s’adapte-t-il complètement à l’obscurité ?


Cochez la bonne réponse.
En quelques secondes ❏ En quelques minutes ❏ En une heure ❏

3. Indiquez quelles sont les trois couleurs fondamentales.


................................. ................................. .................................

4. Indiquez quelles sont les modifications des capacités visuelles


qui apparaissent avec l’âge.
.................................................................................................................
.................................................................................................................
.................................................................................................................

5. Pour chaque profession, cochez les principales qualités visuelles


requises.

acuité visuelle acuité visuelle résistance à bonne vision


de loin de près l’éblouissement des couleurs
navigateur
soudeur
tapissier
typographe
conducteur de grue
à tour ou d’engin de chantier
fondeur
carrossier
horloger
illustrateur en dessin
assisté par ordinateur
brodeuse

4
EV 4

OBJECTIF : Repérer les caractéristiques de la vision au travail

1. Dans cette situation de travail, quels éléments pouvez-vous relever


concernant :
– les caractéristiques de l’environnement lumineux ?
– les caractéristiques de la tâche visuelle ?
– les caractéristiques visuelles de l’opération ?

2. À partir d’une situation d’apprentissage à l’atelier, décrivez


précisément la tâche visuelle requise pour l’activité.

5
EV 8

OBJECTIF : Appliquer la grille d’analyse du risque de la fiche principale


EV8 à des situations de travail

1. À partir de situations de travail rencontrées en entreprise,


renseignez la grille d’analyse du risque (identifier les phénomènes
dangereux, les situations dangereuses, les événements déclencheurs et
estimer les dommages potentiels).

2. Étude de cas
Dans un atelier, des opératrices sont chargées de contrôler de
l’électronique de précision. Un éclairage local très puissant est focalisé
sur la petite zone où s’exerce la tâche visuelle. Les opératrices, après
avoir contrôlé les pièces, doivent ensuite se tourner sur le côté pour les
évacuer sur un convoyeur. Le reste de l’atelier est plongé dans
l’obscurité. Un fort absentéisme est noté chez ces opératrices qui se
plaignent de fatigue visuelle et de dépression. Pourquoi ?
Identifiez le phénomène dangereux, la situation dangereuse,
l’événement déclencheur à l’origine de ce dommage.

6
EV 13

OBJECTIF : Appliquer la méthode de l’utilance et construire


une carte d’éclairement

1. Déterminez les besoins en éclairement d’un local administratif


(bureau) en tenant compte des recommandations de l’AFE (voir la fiche
EV 12), construisez sa carte d’éclairement et analysez les résultats.

2. Appliquez la méthode de l’utilance en déterminant le nombre


d’appareils requis pour une situation de travail et un local dont les
données sont les suivantes :
• activité : dactylo
dimensions du local
– longueur : 12 m
– largeur : 10 m
– hauteur : 3,5 m
• facteurs de réflexion des parois
– plafond : 5
– murs : 5
– plan utile : 1
• choix du luminaire : 0,6D + 0T
• choix d’un flux de tube de 58 W (# 5200 lm)
(se reporter au tableau des utilances de la fiche EV 13).

7
EV 14

OBJECTIF : Appliquer une méthode d’observation et d’analyse


d’une installation d’éclairage

À l’aide de la grille suivante, réalisez, dans un local donné, une étude


de l’installation d’éclairage afin de proposer d’éventuelles
améliorations.

FICHE PRATIQUE DE VÉRIFICATION D’UNE INSTALLATION D’ÉCLAIRAGE


Nom du vérificateur Nom et adresse du local contrôlé Date .....................
................................ ..................................................... Heure .....................

Type de local Dimensions du local (en m) Nombre de personnes Activités dans


❏ industriel hauteur : ……………. utilisant ce local ce local
❏ commercial longueur : ……………. ❏ + de 50 ............................
❏ tertiaire largeur : ……………. ❏ de 25 à 50 ............................
❏ habitation ❏ de 10 à 25 ............................
❏ autre Surface du local (en m2) : ❏ – de 10 ............................
…………………………
Local

Local aveugle Type d’ouverture Orientation des ouvertures Revêtements et finitions


géographique : N - S - E - O ❏ clair ❏ foncé
❏ oui ❏ baie vitrée autre : ❏ brillant
❏ non ❏ fenêtre de toit ❏ satiné
❏ latérales ❏ mat
❏ verrière ❏ supérieures facteur de réflexion :
...........................................

Type d’éclairage Appareils d’éclairage Éclairage Distribution Types


nombre : de luminaires
❏ incandescence nombre de lampes ❏ direct ❏ générale ❏ suspendus
❏ fluorescence par appareil : ❏ indirect ❏ localisée ❏ muraux
❏ à décharge ❏ mixte ❏ d’appoint ❏ sur pieds
❏ avec réflecteur
❏ mixte
❏ sans réflecteur

Mesures de l’éclairement Caractéristiques des lampes


Éclairage

lampes lampes marque : ………….............................


allumées éteintes puissance : ………….........................
au sol : ..………….. ………….. flux lumineux : …………..................
sur la table de travail IRC : ………….................................
direct : …………… ………….. ampoule : flux :
réfléchi : …………… ………….. ❏ opaque ❏ dirigé
zones adjacentes : …………… ………….. ❏ translucide ❏ non dirigé

Reporter les valeurs sur le schéma du local

8
Implantation Description du poste Type d’éclairage
Poste de travail dans le local ❏ bureau couleur : ........................ ❏ naturel
À dessiner sur ❏ établi forme : .......................... ❏ artificiel, lequel :
le schéma du local ❏ machine revêtement : .................. ❏ mixte
❏ autre ❏ localisé

Nature de l’activité Exigences de la tâche


❏ mécanique moyenne, ❏ circule à l’extérieur
dactylographie, travaux de bureau ❏ travaille temporairement
❏ travail de petites pièces, dessin,
mécanographie Exécute une tâche
❏ mécanique fine, dessins difficiles, ❏ avec exigences visuelles simples
industrie du vêtement ❏ avec exigences visuelles moyennes
❏ avec exigences visuelles élevées
❏ mécanique de précision, électronique
Activité de l’opérateur

❏ avec exigences visuelles difficiles


fine, contrôles divers
❏ avec exigences visuelles spéciales
❏ tâches très difficiles ❏ très méticuleuse
Niveau d’éclairement minimal : Niveau d’éclairement recommandé par la CIE :
...................................................................... ............................................................................

L’activité nécessite-t-elle Autres éléments caractéristiques Distance œil-tâche (en m)


un éclairage particulier ? de l’activité
❏ oui ……………………………….....… ………………................…
❏ non ……………………………….....…
si oui, pourquoi ? ……………………………….....…
............................................ ……………………………….....…
............................................ ……………………………….....…

Risques Le local Le poste de travail


d’éblouissement
❏ est insuffisamment éclairé ❏ est insuffisamment éclairé
❏ oui ❏ non ❏ est suffisamment éclairé ❏ est suffisamment éclairé
Estimation des risques

❏ a un éclairage mal adapté ❏ a un éclairage mal adapté


❏ direct ❏ indirect pourquoi ? pourquoi ?
……………………………… ………………………………
……………………………… ………………………………

Équilibre des luminances Remarques de l’opérateur Rapport d’éclairement


………………………………
❏ bon équilibre ……………………………… Zone de travail/
❏ déséquilibré surfaces adjacentes :
………………………………
❏ autres : ………………
……………………………… …………/ 1

Proposition de travaux ou de modifications Conclusion


Interprétation des résultats

……………………………………………………………… ………………………………
……………………………………………………………… ………………………………
……………………………………………………………… ………………………………
……………………………………………………………… ………………………………
……………………………………………………………… ………………………………
……………………………………………………………… ………………………………

9
Dessinez le local en indiquant le poste de travail, les ouvertures, la disposition des luminaires ainsi
Zone réservée au schéma du local que les résultats des mesures.

10
´
CORRIGES

EV 1 1. Erreurs
1. La lumière ne constitue qu’une partie infime du large spectre des rayonnements
magnétiques en occupant un intervalle de longueur d’ondes de 380 à 770 nanomètres. –
2. La longueur d’onde de 770 nanomètres correspond aux infrarouges et est donc
invisible. – 3. À 520 nanomètres correspond la sensation colorée du vert. – 4. À
670 nanomètres correspond la sensation colorée du rouge. – 5. L’intensité lumineuse
caractérise l’importance du flux lumineux émis dans une direction donnée. L’unité de
mesure est la candela (cd). – 6. L’éclairement caractérise la puissance lumineuse qui
atteint une surface donnée. – 7. La luminance est le flux lumineux émis ou réfléchi par
unité de surface dans une direction donnée. L’unité de mesure est la candela/m2. – 8. Ce
sont des surfaces polies ou brillantes qui peuvent rendre une image exacte de la source
lumineuse ou des objets, comme l’image réfléchie par un miroir. – 9. Le facteur de
réflexion caractérise la capacité d’une surface à réfléchir la lumière qu’elle reçoit. Il est
exprimé par le rapport entre le flux lumineux réfléchi par la surface et le flux lumineux
reçu par cette surface. – 10. Ce sont les couleurs froides qui se situent au-delà de
500 Kelvin. – 11. Un éclairement de 5 000 lux et une température de couleur de 2 500
ne font pas partie de la zone d’ambiance confortable du diagramme de Kruithoff. –
12. L’indice de rendu des couleurs est un chiffre compris entre 1 et 100 qui traduit le
degré de concordance entre l’aspect coloré d’un objet éclairé par une source donnée et
l’aspect coloré de ce même objet éclairé par une source de référence de même
température de couleur. L’indication de l’IRC d’une source doit toujours être
accompagnée de la température de couleur.
2. a. faux (luxmètre) ; b. vrai ; c. faux (l’éclairement par temps nuageux au sol est
compris entre 2 000 et 10 000 lux) ; d. vrai.
3. 800 lux.

EV 2 1. Nerf optique : transmet l’information visuelle au cerveau.


Rétine : membrane sensorielle de l’œil qui comporte deux zones particulières où la
sensibilité est spécifique : la fovéa, petite dépression de 1,5 mm de diamètre où la
capacité de l’œil à distinguer les détails est maximale, et la tâche aveugle qui est le point
de départ du nerf optique où elle est insensible à la lumière.
Cristallin : lentille à courbure variable qui ajuste le pouvoir de réfraction de l’œil et
focalise l’image sur la rétine.
Accommodation : capacité de l’œil à assurer la netteté de l’image d’un objet situé
à moins de 5 ou 6 mètres pour la distance maximale et entre 0,07 m et 1 mètre pour la
distance minimale.
Punctum proximum d’accommodation : point le plus rapproché qui peut être vu
nettement : il constitue la distance minimale de vision nette. En le déterminant chez le
sujet, on mesure sa capacité d’accommodation.
Cônes : permettent la vision diurne, la vision centrale, la détection des détails et la vision
des couleurs. Sont au nombre de 6 millions environ.
Bâtonnets : permettent la vision nocturne (détecteurs de lumière), la vision périphérique.
Image des objets plus floue, vision en noir et blanc. Sont au nombre de 120 millions environ.
Réflexe de fixation : tout objet mobile ou point lumineux apparaissant dans
l’environnement visuel provoque un déplacement rapide du regard dans sa direction afin
que l’image de l’objet soit amenée sur la fovéa.
Vision binoculaire : permet d’obtenir une image unique par synthèse des images reçues
par les deux yeux ; améliore l’acuité visuelle ; contribue à la vision du relief et à
l’agrandissement du champ visuel.
Perception visuelle : comporte la détection, l’identification et l’interprétation des
messages transmis par la rétine au cerveau.

11
´
CORRIGES

EV 2 2. Structure de l’œil
suite

EV 3 1. L’acuité visuelle augmente avec : vrai faux


le niveau d’éclairement ❏ ❏
l’absence de contraste objet/fond ❏ ❏
la netteté du détail ❏ ❏
l’hypermétropie ❏ ❏
2. L’œil s’adapte à l’obscurité :
en quelques secondes ❏ en quelques minutes ❏ en une heure ❏
3. Les trois couleurs fondamentales sont le rouge, le jaune et le bleu.
4. Les modifications des capacités visuelles apparaissant avec l’âge sont : la diminution
du pouvoir d’accommodation, la baisse de l’acuité visuelle, la diminution de la
résistance à l’éblouissement, le rétrécissement du champ visuel et la limitation de la
perception de l’espace (par ralentissement et limitation des mouvements des yeux et de
la tête).
5. Les principales qualités visuelles requises pour chaque profession sont :

acuité visuelle acuité visuelle résistance à bonne vision


de loin de près l’éblouissement des couleurs
navigateur X
soudeur X X
tapissier X X
typographe X
conducteur de grue X X
à tour ou d’engin
de chantier
fondeur X
carrossier X
horloger X
illustrateur en dessin X
assisté par ordinateur
brodeuse X X

12
´
CORRIGES

EV 8 2. Les phénomènes dangereux sont liés à l’environnement lumineux : excès de


luminance et insuffisance d’éclairement.
La situation dangereuse (voir la fiche EV12 sur les recommandations en matière de
rapports d’éclairement) est l’exposition des opératrices à la fois à un excès de luminance
et à une insuffisance d’éclairement.
Le phénomène déclencheur est la durée d’exposition.
Les dommages (fatigue visuelle et dépression) sont dus notamment à une sollicitation
excessive de l’iris qui doit s’adapter continuellement aux différences de niveaux
d’éclairement entre la zone de travail et la zone adjacente (le passage brusque de
l’obscurité à la lumière déclenche la constriction réflexe de l’iris ; la transition d’un
environnement éclairé à l’obscurité provoque une dilatation réflexe de l’iris).

EV 13 2. Pour une activité de bureau (dactylo), l’éclairement moyen à maintenir suivant les
recommandations de l’AFE est de 425 lux.
Nous pouvons calculer l’indice de local :
12 x 10
K=
2,65(12 + 10)
K#2
Sur le tableau des utilances
• pour un indice de local de 2,
• pour des luminaires au plafond (j = 0),
• avec des facteurs de réflexion des parois de 5.5.1,
• et des luminaires de classe photométrique D,
on lit : Ut # 0,82.

Comme le rendement de l’appareil η est de 60 % on a :


425 x 12 x 10 x 1,5
Ft =
0,82 x 0,6
Ft = 155487
Comme le flux d’un tube de 58 W est de # 5200 lm, nous avons :
155487/5200 # 30 tubes.

La hauteur utile étant égale à 2,65 et e maxi/hu (écartement maximum des lampes par
rapport à la hauteur utile) ≤ 1,2, nous avons :
e maxi = 2,65 x 1,2 = 3,18 m.
On pourra donc installer :
sur la longueur : 12/3,18 = 3,77 appareils arrondi à 4,
sur la largeur : 10/3,18 = 3,14 appareils arrondi à 4.

Pour respecter le facteur d’uniformité de 0,8, il faut donc installer au minimum :


4 x 4 = 16 appareils.

On choisira donc :
16 appareils à 3 x 58 W, soit 48 tubes,
Emoy serait alors de 682 lux.

13