Vous êtes sur la page 1sur 100

Le traitement numérique de

l’information
1CPA : Computer Architecture

SUPINFO Official Document

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le traitement numérique de l’information

Objectifs de ce chapitre
En suivant ce chapitre vous allez :

 Connaître l’évolution de l’électronique


numérique sur un siècle.
 Comprendre la place du numérique dans les
systèmes électroniques.
 Apprendre quelques notions de base de la
théorie du signal.
 Etudier comment passer du monde non-
numérique au monde numérique et
inversement.
 Découvrir les erreurs qui entachent le
fonctionnement des systèmes électroniques.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le traitement numérique de l’information

Plan du chapitre
Voici les parties que nous allons aborder :

 L’évolution au cours d’un siècle


 Le bilan du numérique.
 Quelques notions théoriques.
 La mise en œuvre pratique.
 Le cours d’architecture.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le traitement numérique de l’information

L’évolution au
cours d’un siècle

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

Plan de la partie
Voici les parties que nous allons aborder :

 La 1ère génération d’ordinateurs.


 La 2ème génération d’ordinateurs.
 La 3ème génération d’ordinateurs.
 La 4ème génération d’ordinateurs.
 Le numérique d’aujourd’hui.
 Le numérique de demain.
 Synthèse.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

La première génération d’ordinateurs


Le tube à vide (valve)

 John Ambrose FLEMING invente le tube à vide en 1904.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

La première génération d’ordinateurs


La triode (audion)

 Lee DE FOREST met au point la triode en 1906.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

La première génération d’ordinateurs


L’ENIAC (Electronic Numerical Integrator And Computer)
 L’ordinateur le plus emblématique de cette période est l’ENIAC
qui comportait 18000 triodes.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

La deuxième génération d’ordinateurs


Le transistor bipolaire (transfert resistor)

 John BARDEEN, William Bradford SHOCKLEY et Walter Houser


BRATTAIN invente le transistor en 1947.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

La deuxième génération d’ordinateurs


L’IBM 7094

 L’IBM 7094 est l’équivalent « transistorisée » de l’IBM 704.


 Nous passons de 5 kFLOPS (Floating-point Operations Per
Second) à 200 kFLOPS.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

La troisième génération d’ordinateurs


Le circuit intégré (Integrated Circuit, IC, chip)
 Jack KILBY invente le circuit intégré en 1958.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

La troisième génération d’ordinateurs


L’IBM 360

 IBM lance le 360 en 1964.


 Cette machine est une des première à utiliser les circuits intégrés
et elle introduit également un nouveau concept : la compatibilité
entre les familles d’ordinateurs.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

La troisième génération d’ordinateurs


Le PDP-1 (Programmed Data Processor)
 Digital Equipment Corporation commercialise le premier mini-
ordinateur, dont le prix « abordable » (125000 $) permet une
plus large diffusion de l’informatique dans la société.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

La quatrième génération d’ordinateurs


Le microprocesseur
 Ted HOFF met au point le premier microprocesseur, baptisé
4004, en 1971, pour le compte de la start-up Intel.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

La quatrième génération d’ordinateurs


Le Micral-N de la société R2E

 André TRUONG et François GERNELLE construisent le premier


micro-ordinateur (le Micral N) en 1973.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

La quatrième génération d’ordinateurs


L’Apple I voit le jour dans un garage
 Steve WOZNIAK construit l’Apple I et Steve JOBS propose de le
commercialiser en 1976 pour 666,66 $.
 Création en 1977 d’Apple Computer, Inc qui connaît des succès
commerciaux avec l’Apple II et le macintosh.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

La quatrième génération d’ordinateurs


La contre-attaque d’IBM avec le Personale Computer
 IBM ne croit pas trop au marché des micro-ordinateurs. mais elle
décide cependant de construire un ordinateur "bas de gamme"
pour être présent sur le marché
 IBM commercialise le PC en 1981 tout en rendant publique les
spécifications de cette machine, ce qui permet le développement
des clones et du marché des PC.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

La quatrième génération d’ordinateurs


Les ordinateurs entrent dans les foyers
 L’ordinateur s’invite dans les foyers grâce aux jeux vidéo avec les
consoles d’Atari et de Nintendo, et plus tard avec des ordinateurs
comme l’Amiga …

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

La quatrième génération d’ordinateurs


Les ordinateurs dans le monde
« Dans la course aux performances des supercalculateurs, la
Chine a vraisemblablement détrôné, 28 octobre 2010, les Etats-
Unis. Conçu par deux cents ingénieurs, le Tianhe-1A ("voix lactée")
est un superordinateur hébergé au National Center for
Supercomputing, dans la ville de Tianjin, dans le nord-est de la
Chine. …. »Lire la suite :

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2010/10/28/la-chine-
revendique-la-premiere-place-du-classement-des-
superordinateurs_1432656_651865.html#xtor=AL-32280184

Maintenant, le Tianhe-2:
http://www.top500.org/blog/lists/2013/06/press-release/
http://blog.newegg.com/chinas-tianhe-2-worlds-powerful-computer/
© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com
L’évolution au cours d’un siècle

Le numérique d’aujourd’hui
Le numérique envahit les foyers
 Plus généralement, le numérique envahit les appareils du
quotidien (de la machine à laver au magnétoscope en passant
par la cafetière programmable).
 Nous commençons à parler de domotique (du latin domus
signifiant maison) et de maison intelligente.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

Le numérique d’aujourd’hui
Amélioration des moyens de stockage
 Depuis 1982, le Compact Disc a progressivement remplacé les
disques vinyles et les cassettes audio.
 Le Digital Video Disc, introduit en 1995 supplante peu à peu les
cassettes vidéo (par la suite, ce support est devenu polyvalent,
nous parlons de Digital Versatil Disc 1999).
 2004 début technologique du Blu-Ray Disc
 Le HD DVD de Toshiba en soutien avec Microsoft abandonné en
Février 2008.
 La Blu-ray Disc Association livre en fin 2009 un standard
Blu-ray 3D, pour visionner des films en trois dimensions.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

Le numérique d’aujourd’hui
Amélioration des moyens de transmission

 Vers 2002, les offres « triple play » ont démocratisé l’accès à


Internet ce qui a permis une utilisation plus massive de la « voix
sur IP » (Voice Over IP ou VOIP) en concurrence avec le
téléphone traditionnel.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

Le numérique d’aujourd’hui
Amélioration des moyens médicaux
 Les prothèses se sont améliorées au point de pouvoir
« remplacer » certaines fonctions du corps humain.
 Jesse Sullivan (2005) et Claudia MITCHELL (2006) sont munis de
bras bioniques pour « remplacer » leur membres perdus dans des
accidents.

 Décembre 2013 et Août 2014, le cœur artificiel.


© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com
L’évolution au cours d’un siècle

Le numérique de demain
L’avenir du numérique dans les nanotechnologies

 Richard FEYNMAN prédisait en 1959 qu’il serait possible de


stocker les 24 volumes de l’encyclopédie Britanica dans une tête
d’épingle.
 Ce fut chose faite dans les années 80.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

Le numérique de demain
La course à la miniaturisation – Le projet Millipède d’IBM
 Stocker 20 fois plus de données par millimètre carré que sur les
supports magnétiques actuels grâce à des minuscules aiguilles
qui déforme temporairement une plaque de molécules
préalablement chauffée.
 500 Mo de données sur une puce carrée de 3 mm de côté.
 Des densités de stockage plusieurs milliers de fois supérieures à
celles d'aujourd'hui seraient envisageables.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

Le numérique de demain
La course à la miniaturisation – Les FPGA et FPNI
 8 fois plus denses que les circuit actuels car la matrice de
routage (crossbar switch), placée au-dessus des blocs logiques
(contrairement aux FPGA actuels).
 Moins gourmands en énergie car utilisation de nano-câble pour
conduire l’électricité.
 La technologie FPNI (Field Programmable Nanowire
Interconnect), (http://www.01net.com/editorial/349608/les-
alternatives-aux-processeurs-multic-and-%23339-urs/).

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

Le numérique de demain
La course à la miniaturisation – Les FPGA de HP
 IBM implante des portes logiques OU et ET 260000 fois plus
petits que ceux des puces à semi-conducteur actuelles les plus
perfectionnées en utilisant le déplacement en cascade des
molécules comme dans un jeu de domino (
http://www.research.ibm.com/)

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

Le numérique de demain
La course à la miniaturisation – Les qubit du CEA
 Le CEA travaille à la mise au point d'un « qubit », l'équivalent
quantique d'un bit, permettant de stocker simultanément une
"superposition" de 0 et de 1.
 Ce qubit devrait permettre de concevoir des processeurs
plusieurs milliers de fois plus rapides dans 15 ou 20 ans
(http://oxfordquantum.org/)

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


L’évolution au cours d’un siècle

Synthèse
Quelques points de repère historiques
1ère génération 2ème génération 3ème génération 4ème génération
1941 - 1956 1956 - 1963 1963 - 1971 1971 – aujourd’hui

1904 : Le tube à vide 1947 : Le 1958 : Le 1971 : Le


1906 : La triode transistor circuit intégré microprocesseur

1941 : Atanassof 1953 : Transistor


Berry Computer computer 1981 : IBM PC

1946 : ENIAC 1960 : PDP-1 1964 : IBM 360 1976 : Apple I

1962 : IBM 7090 1970 : PDP-11 1973 : Micral-N


© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com
Le traitement numérique de l’information

Le bilan du numérique

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

Plan de la partie
Voici les chapitres que nous allons aborder :

 Les 5 fonctions d’un système.


 L’acquisition des données.
 Le traitement des données.
 Le stockage des données.
 La transmission des données.
 La restitution des données.
 Synthèse.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

Les 5 fonctions d’un système


Acquérir, traiter, stocker, transmettre et restituer
 Lorsque nous analysons un système informatique, nous
constatons que celui-ci est amené à accomplir 5 grandes
fonctions pour réaliser son travail :
 acquérir des données (mesures physiques, saisies
informatiques par des utilisateur …).
 traiter des données.
 stocker des données.
 transmettre des données vers un autre système.
 restituer des données au monde extérieur sous forme de
commandes pour des machines, d’affichages sur un écran
pour des utilisateur …

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

Les 5 fonctions d’un système


Utilisation du numérique pour ces 5 fonctions

 Pour chacune des ces 5 fonctions, nous allons quelques


exemple de systèmes électriques ou électroniques qui
remplissent ces fonctions.

 Nous pourrons alors déterminer quels sont les domaines qui


appartiennent plutôt au monde numérique et quels sont ceux
qui se trouvent plutôt en dehors.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

L’acquisition des données


Les capteurs
 L’acquisition est faite par des capteurs
 les capteurs de températures (thermistances).
 les capteurs de pression (cristaux piézoélectriques).
 les microphones (déplacements d’air qui font bouger une
membrane solidaire d’un aimant dans le micro).
 les capteurs de lumières (capteurs CCD) …

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

L’acquisition des données


Ajout d’un CAN aux capteurs non-numériques

 Ces capteurs convertissent une grandeur physique (température,


pression …) en une grandeur électrique (tension, intensité) qui
peut prendre une infinité de valeurs.
 Les capteurs ont un fonctionnement non-numérique par
construction mais nous pouvons leur ajouter un convertisseur
analogique-numérique (CAN).
 Les capteurs se situent donc à la frontière entre le monde
numérique et le monde non-numérique.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

L’acquisition des données


Les capteurs fonctionnant en "tout ou rien"
 Certains capteurs ont un fonctionnement en "tout ou rien" et
peuvent donc être considérés comme des capteurs numériques :
 les capteurs de fin de course.
 le clavier (une touche est enfoncée ou non).

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

Le traitement des données


Les traitements complexes sont numériques
 Les données acquises sont traitées la plupart du temps de
manière numérique par :
 des microprocesseurs.
 des microcontrôleurs.
 des DSP (Digital Signal Processing) …

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

Le traitement des données


Les traitements plus simples peuvent être non-numériques

 Cependant, lorsque le traitement est simple, il peut être réalisé de


façon non-numérique par des systèmes de régulation (des
boucles de régulation) :
 régulateur de vitesse.
 régulateur de température (le thermostat) …

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

Le stockage des données


Les anciens systèmes de stockage étaient non-numériques
 La plupart des anciens systèmes de stockage conservait les
informations sous forme non-numérique (analogique) :
 les disques vinyles (l’oscillation des microsillons dépendaient
de la fréquence et de l’amplitude du signal sonore à
enregistrer).
 les cassettes audio ou vidéo (le signal électrique modifie le
champ électromagnétique auquel sont soumis les particules
de ferrite sur les bandes) …

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

Le stockage des données


Le stockage des données informatiques faisant intervenir
des procédés analogiques
 D’autres systèmes se basent sur des procédés non-numériques
en ne considérant que deux états extrêmes :
 les lamettes du Z1 (1937) où les lamettes prennent une
position pour stocker un 0 et une position perpendiculaire
pour stocker un 1).
 les tubes de mercure de l’UNIVAC (1951) où une onde
sonore correspond à un 0 et une autre à un 1.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

Le stockage des données


Le stockage des données informatiques faisant intervenir
des procédés analogiques

 les bandes magnétiques et les disques durs où les particules de


ferrites sont orientés dans un sens pour stocker un 0 et dans un
sens perpendiculaire pour stocker un 1.
 les dispositifs électroniques qui se basent sur l’utilisation de
transistors en mode commuté (passage du courant ou non).

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

Le stockage des données


Le stockage des données purement numériques

 Certains systèmes ont un fonctionnement par essence en "tout


ou rien" (nous faisons des trous) :
 les cartes perforées ;
 les CDROM, DVD, les Blu-Ray ;
 Le système de stockage millipede.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

La transmission des données


La transmission des données sur des courtes distances

 Sur de courtes distances, la résistance des conducteurs peut


être négligé (la tension de part et d’autre du conducteur est
sensiblement la même).
 Nous transmettons donc l’information en utilisant deux niveaux
de tension :
 bus dans les cartes mères.
 câble RS232 ....

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

La transmission des données


La transmission des informations à longue distance

 Sur des distances plus importantes, la résistance des


conducteurs ne peut plus être négligé.
 Si nous appliquons une tension correspondant à un 1, celle-ci
sera beaucoup plus faible de l’autre côté du conducteur et sera
alors interprété comme un 0.
Tension

Tension au dessus de laquelle


nous considérons que c’est un
1

Tension en dessous de laquelle


nous considérons que c’est un
0
Distance

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

La transmission des données


La transmission des informations à longue distance

 La transmission sur de longue distance nécessite de moduler


(en amplitude, en phase, en fréquence) un signal non-numérique
qui porte l’information.
 Cela implique d’utiliser :
 Un modulateur qui prend l’information numérique pour la
transformer en signal non-numérique.
 Un démodulateur qui interprète le signal non-numérique
pour extraire l’information numérique.

Numérique Non-numérique Numérique


Modulateur Démodulateur

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

La transmission des données


La transmission des informations à longue distance

 Nous pouvons utiliser différents médium de communication pour


transmettre des signaux modulés :
 Modulation du signal électrique dans les câbles de cuivre.
 Modulation du signal lumineux dans les fibres optiques.
 Modulation du signal hertzien dans l’air et dans l’espace...

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

La restitution des données


La restitution des informations

 Lorsque les traitements sont effectués, les informations sont


restitués sous diverses formes selon que le destinataire est un
homme ou une machine :
 Image, son (pour l’homme).
 Ordre de démarrage … (pour les machines).

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

La restitution des données


La restitution des informations

 L’image ou le son est naturellement non-numérique (il y a une


infinité de couleurs et de sons).
 Cependant, les récepteurs humains ne peuvent pas distinguer
des couleurs ou des sons trop proches, nous pouvons donc
utiliser un ensemble fini de couleurs ou de sons pour obtenir un
résultat satisfaisant : pour cela, nous ajoutons un CNA
(convertisseur numérique analogique).
 Le périphérique de restitution est donc à la frontière entre le
monde numérique et le monde non-numérique.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

La restitution des données


La restitution des informations

 La restitution d’information peut être simple et fonctionner en tout


ou rien (allumage et extinction d’un système). Le périphérique de
restitution peut alors être considéré comme appartenant au
monde numérique.

 Cela peut être par exemple un transistor que nous faisons


fonctionner en mode commuté pour contrôler le passage d’un
courant dans une machine pour en contrôler l’allumage ou
l’extinction.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

La restitution des données


L’électronique de puissance

 La fourniture de la puissance électrique n’est pas traitée à part


(elle n’est considérée comme une des grandes fonctions d’un
système) car elle fait plutôt partie du sous-système de restitution
des données.
 L’ordre provenant du sous-système de contrôle doit être
amplifié pour pouvoir mouvoir des moteurs …
 La fourniture de puissance électrique fait donc partie du monde
non numérique.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

La restitution des données


L’électronique de puissance

 La fourniture de puissance électrique intervient pour :


 l’alimentation en énergie des moteurs électriques.
 l’alimentation en énergie des électrovannes.
 les transformateurs.
 les amplificateurs …

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le bilan du numérique

Synthèse
Numérique Non-numérique
Capteur + CAN
Acquisition Capteur tout ou rien
Capteur seul

Traitement simple
Traitement Traitement complexe
comme la régulation
Grande majorité des
Stockage supports actuels
Anciens supports

Longue distance par


Transmission Courte distance modulation
Fonctionnement en
tout ou rien Transducteur seul
Restitution (allumage – extinction) Partie puissance des
éléments contrôlés
Transducteur + CNA

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le traitement numérique de l’information

Quelques notions théoriques

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Quelques notions théoriques

Plan de la partie
Voici les parties que nous allons aborder :

 Données continues et données discrètes.


 D’un point de vue électronique.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Quelques notions théoriques

Données continues et données discrètes


Temps continu et temps discret

 Le temps s’écoule de façon


continue et notre milieu évolue
lentement au cours de ce temps.
 Des limitations techniques et
intellectuelles existent.
 A des dates précises, des mesures
caractérisant le milieu sont
effectuées : cela implique que le
temps soit discrétisé.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Quelques notions théoriques

Données continues et données discrètes

Temps continu :

Si nous notons t, une date marquée sur l’échelle du


temps, nous avons :

t  R.
Autrement dit, l’échelle du temps est assimilable à
l’ensemble des réels.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Quelques notions théoriques

Données continues

Temps discret :

Par opposition au temps continu, nous


définissons un temps discret où l’échelle du temps
n’est constituée que de dates réelles isolées t0, t1, t2
…ti.

La date tn est telle que n  N et tn  R.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Quelques notions théoriques

Données continues et données discrètes

Période :

Si les dates t0 … tn définissent une suite arithmétique,


nous avons la relation :

tn = t0 + T  n avec T  R.

T est la raison de cette suite et elle correspond


également à la période.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Quelques notions théoriques

Données continues et données discrètes


Temps, mesures physiques et signal

 L’ensemble des mesures prises au


cours du temps constitue un signal.
 Il existe deux types de signaux :
 en temps continu.
 en temps discret.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Quelques notions théoriques

Données continues et données discrètes

Signal :

Un signal est une fonction s qui associe une quantité


physique (température, volume, pression…) à une date t.
La quantité physique est une grandeur réelle.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Quelques notions théoriques

Données continues et données discrètes

Signal en temps continu :

Un signal s en temps continu est tel que la date t


appartient à R. Nous avons :

s: R → R
t → s(t)

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Quelques notions théoriques

Données continues et données discrètes

Signal en temps discret :

Un signal s en temps discret est tel que la date t


appartient à un ensemble de réels isolés. Nous avons :

s: {t0, t1 … tn} → N
t → s(t)

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Quelques notions théoriques

Données continues et données discrètes

Signal échantillonné :

Si les dates t0, t1 … tn forment une suite arithmétique de


raison T, nous disons alors que le signal est échantillonné
avec une période T. Nous avons :

s: N → R
n → s(t0+nT)

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Quelques notions théoriques

Données continues et données discrètes


Données continues, discrètes et quantifiées

 La date et la mesure sont des


valeurs réelles mais des contraintes
techniques et intellectuelles ne
permettent pas leur traitement.
 Utilisation de valeurs avec une
précision moindre mais acceptable :
approximation ou quantification.
 Après avoir traité les données
discrètes, nous faisons une
interpolation de ces dernières pour
obtenir des données continues.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Quelques notions théoriques

Données continues et données discrètes

Donnée continue :

Une donnée continue (une date, une température, un


volume …) est une information ayant une valeur
appartenant à l’ensemble R.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Quelques notions théoriques

Données continues et données discrètes

Donnée discrète :

Une donnée discrète (une date, une température, un volume


…) est une information ayant une valeur appartenant à un
ensemble contenant des valeurs isolées de R.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Quelques notions théoriques

Données continues et données discrètes

Quantification :

La quantification est le processus qui vise à associer une


représentation numérique (sous forme de données discrètes)
à une grandeur physique (sous forme de données continues).
D’un point de vue formel, il s’agit d’une injection car plusieurs
données continues peuvent être représentées par la même
donnée discrète.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Quelques notions théoriques

Données continues et données discrètes

Interpolation :

C’est le processus qui vise à construire une donnée


continue en créant les informations manquantes à partir de
quelques données discrètes. Pour cela, des valeurs
cohérentes sont construites entre deux valeurs discrètes ou
à la suite de ces valeurs.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Quelques notions théoriques

D’un point de vue électronique


Signal analogique, signal numérique, CAN et CNA

 En électronique, nous avons l’habitude d’utiliser d’autres termes :


 Un signal analogique est un signal de nature électrique qui
peut prendre théoriquement une infinité de valeur.
 Un signal numérique est un signal de nature électrique qui ne
peut prendre que des valeurs prédéterminées.
 CAN (ADC) est l’acronyme de Convertisseur Analogique
Numérique, il s’agit d’un boîtier qui effectue la quantification
d’un signal analogique. Le résultat est une valeur numérique.
 CNA (DAC) est l’acronyme de Convertisseur Numérique
Analogique, il s’agit d’un autre boîtier qui transforme une suite
de valeurs numériques en un signal analogique.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Quelques notions théoriques

D’un point de vue électronique

Transduction :

C’est le processus qui vise à transformer un signal


électrique en un signal d’une autre nature (luminosité sur
un écran, rotation d’un moteur …) ou l’inverse.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le traitement numérique de l’information

La mise en œuvre pratique

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


La mise en œuvre pratique

Plan de la partie
Voici les chapitres que nous allons aborder :

 Passage du continu au discret.


 Passage du discret au continu.
 La notion d’erreur.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


La mise en œuvre pratique

Passage du continu au discret


Exemple de la mesure de la température – Le principe
Température
Capteur
Tension
Filtre
 La température est une donnée continue Signal filtré
qui évolue en temps continu. Echantillonneur
Signal échantillonné
 Pour être traité ou enregistré, ce signal Bloqueur
doit passer par plusieurs blocs pour être Signal bloqué
transformé en un signal numérique
Quantificateur
exploitable. (CAN)
Signal numérique
Enregistrement
Signal numérique
exploitable
© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com
La mise en œuvre pratique

Passage du continu au discret


Mesure de la température – Création du signal continu
 Utilisation d’un capteur basé sur une résistance variant en
fonction de la température.
 Variation continue de température traduit en variation continue
de la tension.
Température Tension
(donnée continue) (donnée continue)

Temps Temps
continu continu

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


La mise en œuvre pratique

Passage du continu au discret


Mesure de la température – Filtrage du signal continu
 La variation de tension a potentiellement une largeur de bande
infinie et elle est imparfaite (bruitée).
 Utilisation d’un filtre pour limiter la largeur du signal et diminuer
le bruit.
Tension Tension
(donnée continue) (donnée continue)

Temps Temps
continu continu

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


La mise en œuvre pratique

Passage du continu au discret


Mesure de la température – Echantillonnage du signal

 Nous regardons de façon périodique l’état du signal (T étant la


période d’échantillonnage) : nous ne gardons donc le signal qu’à
certains instants t0+nT et nous supprimons le reste.
Tension Tension
(donnée continue) (donnée continue)

Temps Temps
continu discret

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


La mise en œuvre pratique

Passage du continu au discret


Mesure de la température – Blocage du signal
 Pour des raisons électriques, le CAN ne peut pas traiter
directement le signal échantillonné (le signal n’a une valeur que
pendant un court instant).
 Nous bloquons la valeur du signal à chaque période.
Tension Tension
(donnée continue) (donnée continue)

Temps Temps
discret discret

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


La mise en œuvre pratique

Passage du continu au discret


Mesure de la température – Quantification du signal

 Pour chaque instant t0+nT, nous arrondissons la valeur du signal


à des valeurs quantifiées.
 Il y a une perte de précision acceptable au vue du traitement à
effectuer.
Tension Tension
(donnée continue) (donnée discrète)

Temps Temps
discret discret

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


La mise en œuvre pratique

Passage du continu au discret


Mesure de la température – Obtention du signal numérique

 Nous enregistrons, dans une mémoire, la valeur quantifiée du


signal à chaque instant t0+nT pour effectuer un traitement
ultérieur.
Tension Donnée numérique
(donnée discrète) (donnée discrète)

Temps Temps
discret discret

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


La mise en œuvre pratique

Passage du discret au continu


Exemple de l’affichage de la température – Le principe

Signal numérique
Interpolateur
 La température a été mesurée puis (CNA)
traitée (par exemple, conversion des Signal analogique
degrés Celsius en degrés Fahrenheit Filtre
…). Signal filtré

 Si nous souhaitons afficher cette Amplificateur


information sur un cadran, il faut convertir Signal amplifié

le signal numérique en un signal Transducteur


analogique (une tension) qui va Signal « physique »

provoquer la rotation de l’aiguille.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


La mise en œuvre pratique

Passage du discret au continu


L’affichage de la température – L’interpolation par le CNA
 Nous disposons d’un ensemble de données discrètes issues d’un
traitement numérique.
 Nous reconstruisons une courbe continue en interpolant (en
reliant) ces points.
Donnée numérique Tension
(donnée discrète) (donnée continue)

Temps Temps
discret continu

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


La mise en œuvre pratique

Passage du discret au continu


L’affichage de la température – Le filtrage

 Le signal interpolé n’est pas "lisse" ce qui peut provoquer


quelques problèmes d’un point de vue électrique.
 Nous lissons le signal en le faisant passer dans un filtre.
Tension Tension
(donnée continu) (donnée continu)

Temps Temps
continu continu

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


La mise en œuvre pratique

Passage du discret au continu


L’affichage de la température – L’amplification

 Le signal filtré a généralement une faible puissance (petite


tension et petite intensité).
 Pour pouvoir déplacer l’aiguille du cadran, nous construisons une
copie amplifiée du signal filtré.
Tension Tension
(donnée continu) (donnée continu)

Temps Temps
continu continu

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


La mise en œuvre pratique

Passage du discret au continu


L’affichage de la température – La transduction

 Le signal amplifié est utilisé pour faire tourner une aiguille.


 Nous repassons du monde électrique au monde physique : le
signal physique obtenu est l’angle de rotation de l’aiguille.
Tension Rotation
(donnée continu) (donnée continu)

Temps Temps
continu continu

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


La mise en œuvre pratique

La notion d’erreur
Le traitement de la température
 Le passage du signal par un bloc de traitement introduit toujours
des erreurs : le rendu n’est donc pas fidèle à l’information
enregistrée.
 Il est donc souvent nécessaire d’étalonner les appareils.
Température Rotation
(donnée continue) (donnée continu)

Temps Temps
continu continu

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


La mise en œuvre pratique

La notion d’erreur
Le traitement de la température – Le capteur

 Le capteur assure la traduction d’un signal physique en un signal


électrique par une fonction de transfert qui lui est propre. Cette
dernière n’est pas nécessairement linéaire et est associée à un
domaine d’utilisation précis (gamme de température, de mesure
…).

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


La mise en œuvre pratique

La notion d’erreur
Le traitement de la température – L’échantillonneur

 Lorsque nous échantillonnons, nous supprimons de l’information.


 La fréquence d’échantillonnage est un compromis entre la quantité
de données à traiter et la conservation de « l’allure du signal » : c’est
l’erreur d’échantillonnage.
Tension Tension
(donnée continue) (donnée continue)

Temps Temps
continu discret

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


La mise en œuvre pratique

La notion d’erreur
Le traitement de la température – L’échantillonneur
 Phénomène étudié par Harry Nyquist et Claude Shannon.
 Si le signal physique est périodique alors il faut une période
d’échantillonnage au moins deux fois plus petite pour
conserver l’allure du signal.

Harry Nyquist Claude Shannon


© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com
La mise en œuvre pratique

La notion d’erreur
Le traitement de la température – Le CAN

 Le CAN introduit par construction une erreur puisqu’il vise à


approximer un signal : c’est l’erreur de quantification.
 Le CAN est caractérisé par un pas de quantification.

Sortie numérique

S4
S3
S2
S1
S0
Entrée
analogique

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


La mise en œuvre pratique

La notion d’erreur
Le traitement de la température – Le traitement numérique

 Nous verrons plus tard dans ce cours que les ordinateurs


peuvent commettre des erreurs d’arrondis qui sont dûes à leur
manière de coder et de traiter les nombres.
Division
1 par 3

0.333
Multiplication
0.999 par 3
© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com
La mise en œuvre pratique

La notion d’erreur
Le traitement de la température – Le CNA

 A l’instar du CAN, le CNA introduit également un erreur car il


reconstruit de manière approximative un signal continu à partir
de données discrètes : nous parlons alors d’erreurs de linéarité.
Courbe théorique Courbe réelle

Sortie analogique Sortie analogique

S4
S4
S3
S3
S2 S2
S1
S1
S0 S0
E0 E1 E2 E3 E4 Entrée E0 E1 E2 E3 E4 Entrée
numérique numérique

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


La mise en œuvre pratique

La notion d’erreur
Le traitement de la température – La transduction
 A l’instar du capteur, le transducteur traduit un signal électrique
en un signal physique selon une courbe de transfert qui n’est pas
parfaite (pas linéaire).
 Dans notre exemple, si l’aiguille est relié à un moteur pas-à-pas,
l’erreur est introduite par le pas du moteur qui ne peut se
positionner qu’à certains angles.

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le traitement numérique de l’information

Le cours d’architecture des


ordinateurs

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le cours d’architecture des ordinateurs

Plan du cours
Chapitres de cours
 Chapitre 1 du cours d’CPA : Le codage des binaires
 Chapitre 2 du cours d’CPA : Les codage autres codage des numériques
 Chapitre 3 du cours d’CPA : Le codage des réels
 Chapitre 4 HISTORIQUE: Le codage des textes (à ne pas faire en cours)
 Chapitre 4 du cours d’CPA : Le codage des caractères
 Chapitre 5 PRESENTATION – Termes et Définitions (à ne pas faire en cours)
 Chapitre 5 du cours d’CPA :La construction des portes logiques
 Chapitre 6 du cours d’CPA :L’interconnexion des portes logiques
 Chapitre 7 du cours d’CPA : La construction des mémoires
 Chapitre 8 du cours d’CPA : Le micro-processeur et son environnement
 Chapitre 9 du cours d’CPA : L’assembleur 8086
 Chapitre 10 COMPLEMENT: L’assembleur 8086
© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com
Le cours d’architecture des ordinateurs
References : HTTP://library.supinfo.com

TITLE Hardware and Introduction to Embedded Embedded


Computer Microprocessors Media Systems
Organization : and Processing and
The Software Microcontrollers Computer
Perspective 2nd edition Architecture

AUTOR Berger, Arnold S. Crisp, John Katz, David J. Wilson,


Gentile, Rick Graham R

EDIT Elsevier Science Elsevier Science & Elsevier Science Elsevier


& Technology Technology Books & Technology Science &
Books Books Technology
Books

YEAR 2005 2004 2005 2002

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le cours d’architecture ordinateurs

Pour aller plus loin…


Si vous voulez approfondir vos connaissances:

Publications

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le cours d’architecture des ordinateurs

Votre Full Professor

 Cyril-Alexandre PACHON
 57682@supinfo.com

 Docteur en informatique : systèmes et communications.


 Grade de maître de conférences.
 Enseignant-chercheur en tests et vérifications de programmes
(Universités : Savoie, Joseph Fourier, Pierre Mendès France).

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le cours d’architecture des ordinateurs

Planning

 Nombre d’heures : 16 + 24 = 40h


 Chapitre 1 – 6 heures
 Chapitre 2 – 4 heures
 Chapitre 3 – 4 heures
 Chapitre 4 – 2 heures
 Chapitre 5 – 1 heure
 Chapitre 6 – 9 heures
 Chapitre 7 – 2 heures
 Chapitre 8 – 4 heures
 Chapitre 9 – 8 heures

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le cours d’architecture des ordinateurs

Planning

 Evaluation numéro 1 le 27 Novembre 2014 (TP – 2 heures)

 Evaluation numéro 2 le 10 Février 2015 (TP – 2 heures)

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com


Le traitement numérique de l’information

Fin du module

© SUPINFO International University – http://www.supinfo.com