Vous êtes sur la page 1sur 20

Protocoles IPv4 et ICMP

Exercices

exercice 1

Quel est l'avantage d'une séparation entre l'adresse du sous - réseau et


l'adresse de la station attachée à ce sous - réseau, telle que celle mise en
place dans l'adressage Internet ?
réponse 1

rq : L'adresse identifie une connexion à un sous - réseau. Une passerelle


reliant N réseaux aura donc N adresses différentes . De même une station
reliée à M sous - réseaux différents, possédera M adresses différentes.

- Cette séparation entre l'adresse du sous - réseau et celle de la station


attachée à ce sous - réseau permet un routage effectif dans les passerelles
uniquement d'après l'adresse du sous - réseau. L'adresse complète n'est
utilisée qu'une fois le datagramme arrivé à la passerelle à laquelle est
connecté le sous - réseau destinataire.
Le fait de séparer l'adresse en deux parties permet ainsi de réduire la taille
mémoire des passerelles car elles ne conservent que L'adresse des sous -
réseaux (et celle des stations des sous - réseaux directement rattachées).

- Il est facile d'envoyer un paquet sur toutes les stations d'un sous - réseau.
Il suffit d'utiliser une adresses de station particulière qui signifie que le
paquet doit être diffusé sur tout le sous - réseau. On peut garder par
exemple l'adresse de station avec tous les bits à 1 pour envoyer un paquet
à toutes les stations d'un sous - réseau.
- décentralisation de la gestion des host id

- si un hôte change de réseau, son adresse doit changer (cas des portables)
- si un réseau de classe C passe au-delà de 255 hôtes, il doit changer pour la
classe B
- un hôte peut avoir plusieurs IP ; comme le routage utilise le net id, le
chemin suivi par les paquets vers un hôte possédant plusieurs adresse
dépend de l'adresse utilisée
bizarrerie: deux hôtes, A et B sont connectés à un réseau 1 et
communiquent usuellement via ce réseau 1: les utilisateurs sur A
utilisent généralement l'adresse 13 de B . Un chemin alternatif existe via
R et utilisé lorsque A spécifie l'adresse 15 . Si la connexion de B au
réseau 1 tombe en panne , les utilisateurs sur A qui utilisent 15 peuvent
atteindre B, ceux qui utilisent 13 ne le peuvent pas!
Exercice 2

Décoder les trames MAC Ethernet suivantes:

FF FF FF FF FF FF 08 00 20 02 45 9E 08 06 00 01 08 00 06 04 00
01 08 00 20 02 45 9E 81 68 FE 06 00 00 00 00 00 00 81 68 FE 05

08 00 20 02 45 9E 08 00 20 07 0B 94 08 06 00 01 08 00 06 04 00
02 08 00 20 07 0B 94 81 68 FE 05 08 00 20 02 45 9E 81 68 FE 06

réponse 2

Trame1

FF FF FF FF FF FF
@ Ethernet de destination: diffusion

08 00 20 02 45 9E
@ Ethernet de source
08 06
type Ethernet : la trame Ethernet encapsule un paquet ARP
---suivent les données Ethernet, i.e. le paquet ARP---
00 01
Hardware: le type d'interface pour laquelle l'émetteur cherche une réponse
est Ethernet
08 00
Protocol : l' @ logique est de type IP
06
Hlen: la longueur de l'@ physique = 6 octets pour Ethernet
04
Plen : la longueur de l' @ de protocole= 4 octets pour IP
00 01
Operation: le paquet est une requête ARP
08 00 20 02 45 9E
Sender HA: l'@ Eternet de l'émetteur
81 68 FE 06
Sender IA: l'@ Ip de l'émetteur
00 00 00 00 00 00

Target HA: mis à 0 dans la requête puisque c'est l'inconnue!

81 68 FE 05
Target IA : l'@ IP de la station pour laquelle l'émetteur souhaite obtenir l'@
Ethernet

Trame 2

08 00 20 02 45 9E
@ Ethernet de destination

08 00 20 07 0B 94
@ Ethernet de source

08 06
type Ethernet : la trame Ethernet encapsule un paquet ARP
---suivent les données Ethernet ,i.e. le paquet ARP---

00 01
Hardware : le type d'interface pour laquelle l'émetteur cherche une réponse
est Ethernet
08 00
Protocol:l'@ logique est de typeIP

06
Hlen : la longueur de l'@ physique = 6 octets pour Ethernet

04
Plen: la longueur de l'@ de protocole= 4 octets pour IP

00 02
Operation: le paquet est une réponse ARP

08 00 20 07 0B 94
Sender HA: l'@ Ethernet de l'émetteur

81 68 FE 05
Sender IA: l'@ Ip de l'émetteur

08 00 20 02 45 9E
Target HA: l'@ Ethernet du destinataire

81 68 FE 06
Target IA: l'@ IP du destinataire

La machine d'@ IP 129. 104.254.6(classe B) et d'@ Ethernet 08 00 20 02 45


9E demande l'@ Ethernet de la machine d'@ IP 129.104.254.5: c'est 08 00
20 07 0B 94.

Exercice 3

Comment une application qui désire communiquer avec une autre


application sur une station différente peut-elle connaître son numéro de
port?

réponse 3

Deux approches sont possibles (***) (je ne comprends pas):


- une liste de numéro de ports attribués est publiée et toutes les
applications
utilisent cette liste, soit chaque application décide de
son numéro de port.
- une application qui désire communiquer avec une autre se verra
attribuer un numéro de port par logiciel de gestion de réseau et pourra ainsi
demander à l'application destination de lui renvoyer son numéro de port.
Il est possible d'utiliser un mélange de ces deux approches, c'est -à- dire de
réserver certains numéros de ports et de permettre aux autres applications
de travailler avec les numéros restants. Ceci est le cas dans le réseau
Internet .

exercice4
Un analyseur de réseau est disposé sur un réseau local Ethernet afin de
permettre l'observation des trames circulant effectivement sur le support
physique de communication. La structure du dispositif de mesure est la
suivante :

On y voit deux réseaux Ethernet appartenant à la même organisation


interconnectés via une passerelle A ainsi qu'une connexion vers l'extérieur
réalisée via la passerelle . Une trace a été obtenue par l'analyseur :

TRACE
08 00 20 0A AC 96 08 00 20 0A 70 66 08 00 4F 00
00 7C CB C9 00 00 FF 01 B9 7F 84 E3 3D 05 C0 21
9F 06 07 27 04 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00
00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00
00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 08 00 A2 56 2F 00
00 00 29 36 8C 41 00 03 86 2B 08 09 0A 0B 0C 0D
0E 0F 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 1A 1B 1C 1D
1E 1F 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 2A 2B 2C 2D
2E 2F 30 31 32 33 34 35 36 37

08 00 20 0A 70 66 08 00 20 0A AC 96 08 00 4F 00
00 7C 3F 86 00 00 FB 01 49 AF C0 21 9F 06 84 E3
3D 05 07 27 28 84 E3 3C 20 C0 2C 41 12 C0 46 47
05 C0 21 9F 02 C0 21 9F 06 C0 46 47 06 C0 2C 41
1A 84 E3 3C 1A 84 E3 3D 87 00 00 00 AA 56 2F 00
00 00 29 36 8C 41 00 03 86 2B 08 09 0A 0B 0C 0D
0E 0F 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 1A 1B 1C 1D
1E 1F 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 2A 2B 2C 2D
2E 2F 30 31 32 33 34 35 36 37

TRACE 2

08 00 89 A2 32 97 08 00 20 0A AC 96 08 00 45 00
00 42 B1 D3 00 00 3C 11 48 26 84 E3 3D 87 84 E3
3D 64 04 00 00 A1 00 2E 00 00 30 24 02 01 00 04
06 70 75 62 6C 69 63 A1 17 02 01 00 02 01 00 02
01 00 30 0C 30 0A 06 06 2B 06 01 02 01 01 05 00

08 00 20 0A AC 96 08 00 89 A2 32 97 08 00 45 00
00 72 84 D1 00 00 3C 11 74 FB 84 E3 3D 64 84 E3
3D 87 00 A1 04 00 00 5E 00 00 30 54 02 01 00 04
06 70 75 62 6C 69 63 A2 47 02 01 00 02 01 00 02
01 00 30 3C 30 3A 06 08 2B 06 01 02 01 01 01 00
04 2E 53 68 69 76 61 20 46 61 73 74 50 61 74 68
34 2C 20 4B 2D 53 54 41 52 20 56 65 72 73 69 6F
6E 20 39 2E 31 2E 32 20 39 32 2F 31 32 2F 30 38

1/ La trace montre deux trames Ethernet portant l'une une requête ICMP et
l'autre la réponse à la requête . Décoder les deux trames et répondre aux
question suivantes:
a. A quoi sert le champ TOS de IP ?
b. Rappeler en quoi consiste le mécanisme de fragmentation de
IP.
c. A quoi sert le champ TTL de IP ?
d. Dans l'architecture TCP/IP, est-ce IP qui repose sur ICMP ou
l'inverse?
e. Quelles sont les classes d'adressage IP utilisées sur les
réseaux émetteur et destinataire ?
f. A quoi correspondent les différentes champs d'adresses
véhiculés dans les trames?
g. Combien y -a- il d'octets de bourrage(cadrage) dans la
première trame et à quoi servent-ils?
h. Peut-il y avoir eu, pour la deuxième trame, un débordement
du champ IP d'enregistrement de route?
i. Déduire un schéma symbolique des différentes réseaux et
passerelles empruntés par les datagrammes. Y représenter les
différentes adresses Ethernet et IP utilisées.
NB - Les champs préambule et CRC des trames Ethernet ne sont pas
représentés sur les traces.
- Dans l'option IP d'enregistrement de route, l'adresse enregistrée
correspond est celle de la connexion physique de sortie.
- La route enregistrée porte sur le chemin aller et le chemin retour.
- Le chemin retour est l'inverse du chemin aller.
- Dans le datagramme IP , le code de UDP est ( 11) H
- Le port destination associé à SNMP est (00A1) H

réponse 4

Trace1- Trame1
08 00 20 0a ac 96
adresse (de) destination (de la trame); c'est une @ physique(@ Ethernet) qui
n'est connue
que sur le réseau où est connectée la station émerttrice de la trame. Il s'agit
ici de l'@ Ethernet de la passerelle A.
08 00 20 0a 70 66
adresse(de la) source( de la trame);@ physique(Ethernet) de la station
émettrice de la trame Ethernet

08 00
type de contenu= DOD Internet; le champ données de la trame contient un
datagramme IP
4f
début du champ de données(et du datagrammeIP): version codé sur 4 bits:
c'est le numéro de version du protocole selon lequel a été structuré le
datagramme.Ce champ permet de guider le découpage et l'interprétation
correcte des autres éléments de l'en-tête.ici, version =4
IHL (Internet Header Length) codé sur 4 bits: longueur de l'en-tête, exprimée
en mots de 32 bits. Ici , 15 mots, soit 60 octets(l'en-tête se termine avec
l'avant-dernier octet à 00 de la suite de 00)

00
Tos ( Type of Service) sur 8 bits: permet de représenter ce que l'IOS appelle
QoS. On est en mode non connecté, ce champ figure dans la structure de
données de toutes les transmissions, pour que les passerelles puissent
prendre en charge ces demandes , chacune pour ce qui la concerne. Le ToS
est représenté par quatre paramètres indiquant les besoins de l'utilisateur:
precedence(priorité sur 3 bits), delay( 1 bit) , throughput(1bit) et
reliability(1bit). Ici, priorité la plus faible, delai, débit et fiabilité normaux .

00 7c
longueur totale du datagramme(en-tête et données):124 octets. Ce champ
étant codé sur 16 bits, la longueur maximale d'un datagramme est de
65535 octets.Par convention, chaque machine du réseau (virtuel) Internet
doit pouvoir traiter des datagrammes de 576 octets (512 octets de données
+ 64 octets d'en-t^te) et il ne faut envoyer des datagrammes de longueur
supérieure à 576 octets que si l'on est sûr que le destinataire est prêt à les
accepter.

cb c9 00 00
ces 323 bits servent à la segmentation
identification = cb c9 ; ce champ est positionné par l'émetteur du
datagramme pour l'indentifier de manière unique, et ce afin de faire un lien
entre tous les fragments d'un même datagramme après segmentation.
filags = 0 0 0 ; Don't Fragment = : fragmentation non interdite ; More
Fragment = 0: pas de fragment suivant
Fragment Offset = 0 0000 0000 : il s'agit donc d'un datagramme non
segmenté
ff
TTL = 255 ; le datagrtamme vient d'être émis; il s'agit donc du nombre de
passerelles qu'il est autorisé à trtaverser. Ce champ permet d'éviter à des
datagrammes de boucler indéfiniment à l'intérieur du réseau.
01
protocol = ICMP : le champ de données du datagramme IP véhicule un
message ICMP (01 est la valeur réservée pour ICMP)
b9 7f
total de contrôle sur l'en-tête
84 e3 3d 05

adress IP de l'émetteur du datagramme = 132.227.061.005, classe B


c0 21 9f 06
adresse IP du destinataire du datagrmme = 192.033.159.006, classe C
07
commence avec cet octet le champ d'options.

07 correspond à l'option enregistrement de route.


27
longueur de l'option= 39 octets
04
pointeur sur le premier octet utilisable (l'octet de type d'option est considéré
comme N° 1)
00 (36 fois)

ce sont les octets vides pour l'enregistrment des adresses le long de la route :
36 octets en tout
00
octet de cadrage pour avoir un nombre entier de mots de 32 bits dans l'en-
tête IP ; c'est le dernier octet de l'en-tête

08
c'est le début du champ de données IP : on sait qu'il véhicule un message
ICMP. Cet octet correspond donc à un type de message ICMP : code 08
pour une demande d'écho.
00
champ code toujours à 0 pour une demende d'écho
a2 56
total de contrôle ICMP
2f 00
identificateur : correspond à un numéro de requête
00 00
compteur
29 36 ... 36 37
champ de données ICMP

La première trame Ethernet contient un datagramme IP avec option


enregistrement de route qui véhicule lui-même une demande d'écho ICMP.

Trace 1 - Trame 2

08 00 20 0a 70 66
adresse (de ) destination (de la trame ) ; les adresses physiques ont été
interverties par rapport à la trame 1. . ici, on a l'adresse Ethernet de la
station X
08 00 20 0a ac 96
adresse (de la ) source ( de la trame); @ Ethernet de al passerelle A

08 00
type de contenu = DoD Internet; le champ données de la trame contient un
datagramme IP
4f
début du champ de données (et du datagramme IP)
version =4
IHL = 15 mots , soit 60 octets

00
TOS: priorité la plus faible , délai ,débit et fiabilité normaux.

00 7c
longueur totale du datagramme(en-tête et données)=124 octets.

3f 86 00 00
ces 32 bits servent à la segmentation
identification =3f 86; ce champ est positionné par l'émetteur du
datagramme pour l'identifier de manière unique , et ce afin de faire un lien
entre tous les fragements d'un même datagramme après segmentation .
flags= 000; Don't Fragment =0 : fragmentation non interdite; More Fragment
=0 : pas de fragment suivant
Fragment Offset= 0 0000 0000: il s'agit donc d'un datagrammme non
segmenté

fb
TTL=251; le datagramme peut franchir 251 passerelles IP(TTL a été initialisé
à 255 par Y, puis décrémenté de 1à chaque passage de passerelle( 4
passerelles en tout))

01
protocol= ICMP
49 af
total de contrôle sur l'en-tête

c0 21 9f 06
adresse IP de l'émetteur du datagramme = 192.033.159.006 classe C . Les
adresses IP ont été interverties par rapport au premier datagramme.

84 e3 3d 05
adresse IP du destinataire du datagramme = 132.227.061.005, classe B

07
commence avec cet octet le champ d'options.
07 correspond à l'option enregistrement de route.

27
longueur de l'option=39 octets

28
pointeur sur le premier octet utilisable(l'octet de type d'option est considéré
commeN°1):octet N°40, l'option est pleine. On a donc 36 octets, ce qui
correspond à 9 adresses de passerelles visitées::
84 e3 3c 20 132.227.60.32 classe B
c0 2c 41 12 192.44.65.18 classe C
c0 46 47 05 192.70 71. 5 classe C
c0 21 9f 02 192.33.159.2 classe C
c0 21 9f 0 192.33.159.6 classe C(c'est l'@ IP de la machine Y!)
c0 46 47 06 192.70.71.6 classe C
c0 2c 41 1a 192.44.65.26 classe C
84 e3 3c 1 e 132.227.60.30 classe B
84 e3 3d 87 132.227.61.135 classe B

00
octet de cadrage
00
message ICMP encapsulé : Echo Repty
00
le champ code est toujours à 0 pour un Echo

aa 56
checksum ICMP
2f 00

idenéficateur qui permet d'associer la reponse à la requête


00 00
compteur

29 36 . . . 36 37
champ de données ICMP
La seconde trame Ethernet contient un datagramme IP avec option
enresistrement de route, qui véhicule lui-même une réponse d'écho ICMP.

a. Le champ Tos d'IP donne une indication des paramètres


abstraits de la QoS désirée. Il est utilisé par les passerelles pour sélectinner
les paramètres de transmission réels d'un sous-réseau donné. le prochain
sous-réseau à emprunter ou la prochaine passerelle. En particulier, certains
sous-réseau offrent un service de proirité (généralement en n'acceptant
que du trafic de certaines proirités en cas de forte chanrge) . Ce champ sert
par exemple pour indiquer la priorité d'information de contrôle par rapport
aux données et donc de mettre en oeuvre des alogorithmes de contrôle de
flux dans des protocoles de couches de couches supérieurs dont les
informations de contrôle peuvent être transmises indépendamment des
restrictions de flux imposées.

P D T R 0 0

Champ Valeur
111 contrôle du réseau
Precedence (3 bits) 110 contrôle inter-réseaux
décrit la priorité, 101 CRITIC/ECP
100 flash prioritaire
011 flash
010 immédiat
001 prioritaire
000 Routine
Delay 0 normal
décrot le souhait en matière de 1 privilégier les chemins à temps de
temps de traversée. traversée faible

Throughput 0 normal
décrit le souhait en matière de 1 privilégier les chemins à débit élevé
débit
Reliability 0 normal
décrit le souhait en terme de 1 privilégier les chemins à fiabilité élevée
fiabilité

Il faut bien se rendre compte que ce champ n'a de signification que dans la
mesure où les unités d'interconnexion utilisée du réseau l'interprètent et le
respectent, ce qui est très rarement le cas.
Notons qu'il y a un compromis à faire: délai court/haute fiabilité/ débit
élevé.

b. La fragmentation d'un datagramme est nécessaire lorsqu'il provient d'un


sous-réseau ayant des longueurs de paquets et qu'il doit traverser un sous-
réseau qui limite les paquets à une longueur inférieure pour atteindre sa
destination. Un datagramme peut-être marqué Don't Fragment, auquel cas il
ne doit être fragmenté en aucune circonstance . S'il ne peut être délivré à sa
destination sans être fragmenté, il est détruit. Les trois champs d'en-tête
utilisés sont:
Identification : valeur fournie par l'émetteur aidant au réassemblage des
différents fragments du datagramme. Le seul usage de ce champ est donc de
permettre à une entité réceptrice de reconnaître les datagrammes qui
appartiennnent à une même datagramme initiall et qui doivent donc faire
l'objet d'un réassemblage. Une mauvaise gestion de ce champ peut entraîner
une confusion entre deux datagrammes initiaux ayant été fragmentés et
dont les fragments ont été mélangés.
Flags : champ composé de deux indicateurs: DF( Don't Fragment) pour
interdire la fragmentation et de MF(More Fragment) pour signifier des
fragments à suivre.

DF 0 = May Fragment
0 DF MF
1= D'ont Fragment
MF 0= Last Fragment
1= More Fragments

Fragment Offset: indique la position relative du fragment dans le


datagramme initial, le déplacement étant donné en unités de 64 bits. Seuls
un datagramme complet ou un premier fragment de datagramme peuvent
avoir ce champ à 0.

c. Le champ TTL représente une indication de la limite supérieure du


champs de vie d'un datagramme. Cette valeur est comprise entre 0 et 255
est inialisée par l'émetteur du datagramme, elle est décrémentée tout au long
de la route suivie par chaque passerelle traversée .Tout intermédiaire ou
destinataire qui détecte le passage de ce champ à la valeur 0 est supposé
écarter le datagramme et renvoyer un datagramme ICMP à l'émetteur
contenant notament l'en-tête du datagramme détruit.
Cette procédure est destinée à éviter les boucles ou les cheminements trop
anormaux, permettant ainsi de grandir une durée de vie maximale à un
datagramme.
En cours de réassemblage, une machine réceptrice est censée décrémenter
ce champ toutes les secondes environ pour les datagrammes composant le
datagramme initial, tant que tous les datagrammes"fragments" ne sont pas
arrivés. Dans ce cas , ce champ est considéré comme un délai d'expiration
de réassemblage.

d. ICMP est partie intégrante d'IP , puisque c'est sa partie contrôle. d'un
autre côté, les messages ICMP sont encapsulés dans des datagrammesIP.

e. Dans la trame 1, on a vu que:


adresse IP de l'émetteur du datagramme = 84 e3 3d 05
soit 132.227.061.005,@ de classe B( comprise entre 128.0.0.0.et
191.255.255.255)
adresse IP du destinataire du datagramme=c0 21 9f 06
soit 192.033.159.006.,@ de classe C( comprise entre 192.0.0.0 et
223.255.255.255)

f. On a deux types d'adresses:


- Les adresses Ethernet du réseau sur lequel est branché l'analyseur: il s'agit
des adresses Ethernet de la machine X et de la passerelle A
- les adresses IP de la machine X et de la machine Y.

g. On a seul octet de bourrage : il s'agit d'un octet de cadrage pour avoir un


nombre entier de mots de 32 bits dans l'en-tête IP; c'est le dernier octet de
l'en-tête

h. Il ne peut pas y avoir eu un débordement du champ IP d'enregistrement


de route: dans la trame2, la dernière@ enregistrée(132.227.61.135) est sur le
même sous-réseau que la machine destinataire du datagramme
(132.227.061.005).
La station X envoie un méssage ICMP echo request, le destinataire envoie un
message echo reply.Dans le champ option, il recopie le chemin aller pris. Le
champ est complete par les adresses IP rencontrées sur le chemin du
retour. On trouve donc dans l'option d'enregistrement de route du message
encho repty, le chemin de X vers le destinataire suivi du chemin du
destinataire vers X
i, 4 qui correspond à la valeur ff- fb du TTL
j. Schéma récapitulatif :
@ Ethemet : 08 00 20 0A 70 66

Les adresses 132. 227.60 et 132.227.61 apprtiennent au même réseau IP


(adresse de type B)
Les autres adresses sont des adresses de type C.
-Le réseau source est subnetté avec le masque 255.255.255.0 : il est
découpé en 255 spis -réseaux, le 3ième octet spécifiant le numéro de sous-
réseau.
Certaines organisations importantes trouvent intéressant de diviser leur
adresse de réseau en subnets. Par exemple, l'IBM s'est vu allouer une
adresse de classe B, 132.227. Le troisième octet de l'adresse IP est utlisé
pour indiquer sur lequel Ethernet se trouve une machine donnée(à l'origine,
l'adresse de réseau est sur 2 octets et l'adresse locale également sur 2
octets). Cette division n'est pas significative à l'extérieur . Une machine de
toute autre institution traite tous les datagrammes adressés à 132.227 de la
même manière : le troisième octet de l'adresse n'est pas traité . Ainsi, les
machines extérieures à l'IBP n'ont pas de routes différentes pour 132.227.60
et 132.227.61.Par contre, à l'intérieur de l'IBP,132.227.60 et 132.227.61
sont traités comme des réseaux différentes.En effet, les passerelles à
l'interieur de l'IBP ont des entrées séparées pour chaque subnet de l'institut,
alors que les passerelles à l'extérieur de l'IBP n'ont su'une entrée pour
132.227. On remarque que le même résultat aurait pu être obtenu avec une
adresse de classe C pour chaque Ethernet ; malheureusement ,cet espace
d'adressage est en passe de devenir complètement saturé.

remarque: subnetting(Comer 95)

. On considère un site (l'IBP) à qui une seule adresse de réseau de classe B


a été allouée (132.227.0.0), mais qui dispose de de plusieurs réseaux
physiques(Ehernet par exemple).
. Le site utilise le subnetting afin d'étiqueter ses différents réseaux
physiques avec une seule adresse réseau de classe B . Le routeur B accepte
tout le trafic à destination du réseau 132.227.0.0 et choisit un réseau
physique d'après le troisième octet de l'adresse. .Seuls les routeurs locaux
savent qu'il y a plusieurs réseaux physique et savent comment router le
trafic entre eux: les routeurs dans les autres systèmes autonomes routent le
trafic comme s'il n'y avait q'un seul réseau.
. Lorsqu'un datagramme atteint B, il doit être envoyé sur le réseau physique
adéquat à sa destination. Afin que le choix du réseau physique soit efficace ,
le site local a choisit d'utiliser le troisième octet de l'adresse pour faire la
dinstinction entre ses différents réseaux physiques.
. Conceptuellement, introduire des subnets ne modifie que très légèrement
l'interprétation des adresses IP. Au lieu de décomposer l'adresse IP de 32 bits
en un préfixe réseau et un suffixe hôte, le subbbnetting décompose l'adresse
en une portion réseau et une portion locale. L'interprétation de la portion
réseau reste la même , comme pour les réseaux ne faisant pas usage du
subnetting.Ainsi , l'accessibilité au réseau doit être comminuqueé aux
systèmes autonomes extérieurs; tout le trafic destiné au réseau suivra la
route communiquée.Pour résumer, l'adresse IP est vue comme aaynt une
portion réseau identifiant un site avec éventuellement plusieurs réseaux
physiques et une portion locale qui identifie un réseau physique et un hôte.
internet local
part part

En résultat , on a une forme d'adressage hiérarchique qui mène à du


routage hiérarchique:
- le niveau supérieur de la hiérarchie de routage( les autres systèmes
autonomes de l'internet) utilise les deux premiers octets pour le routage,
- le niveau intermédaire (le site local) utilise un octet suplémentaire,
- le niveau inférieur (la remise sur un réseau physique) utilise l'adresse dans
son intégralité.
. Choisir un shéma d'adressage de subnets revient à partitionner la portion
locale d'une adresse
IP en une partie réseau physique et une partie hôte.En fait, le standard
spécifie qu'un site faisant du
du subnetting doit choisir un masque de subnet de 32 bits:
- un bit dans le masque est mis à 1 si le réseau traite le bit correspondant
dans l'adresse IP comme faisant artie de l'adresse réseau .
-il est mis à 0 s'il traite le bit correspondant comme faisant partie de
l'indentifieur d'hôte.
ex : le masque 255.255.255.0 indique que es trois premiers octets , suivis
de un ou plusieurs 1 dans les deux derniers octets.
rq : il est possible d'avoir 255.255.0001 1000.01000000, mais ce n'est
guère recommandé, car cela ne facilite ni l'allocation des adresses hôte ni la
compréhension des tables de routage!
rappel: affection des codes de type UNIVERSAL et codage avec la syntaxe de
transfert X.209

type identificateur(hexa)
INTEGER 02
OCTET STRING 04
NULL 05
OBJECT IDENTIFIER 06
SEQUENCE (OF) 30

Trace2-Trame1

08 00 89 a2 32 97
adresse Ethernet de destination

08 00 20 0a ac 96
adresse Ethernet de source

08 00
le champ données de la trame contient un datagramme IP
---début des données Ethernet :datagramme IP---

45
IP version 4
IHL= 5mots, soit 20 octets

00
TOS: priorité la plus faible, delai débit et fiabilité normaux.

00 42
longueur totale du datagramme(en-tête et données)= 66 octets

b1 d3 00 00
identification = b1 d3
Dont' Fragment=0, More Fragment=0,Fragment Offset=0 0000 0000
:il s'agit donc d'un datagramme non segmenté

3c
TTL=60

11
protocol= UDP
48 26
total de contrôle sur l'en-tête IP

84 e3 3d 87
adresse IP de l'émetteur du datagramme=132.227.61.135(classeB)

84 e3 3d 64
adresse IP du destinataire du datagramm132.227.61.100(classeB)
----début des données IP: message UDP----

04 00
numéro de port destination: SNMP

00 2e
longueur totale du message UDP= 46 octets

00 00
cheksum UDP non utilisé
---début des données UDP: message SNMP---

30 24
SEQUENCE de longueur 36: Message

02 01 00
INTEGER de longueur 1 et valeur 0: version =version-1

04 06 70 75 62 6c 69 63
OCTETT STRING de longueur 6 et valeur public: community= public
suit data--> PDUS

a1 17
(1) de longueur23: la PDU est une GetNEXTRequest-PDU

02 01 00
INTEGER de longueur 1 et valeur0 : request-id= 0
02 01 00
INTEGER de longueur 1 et valeur 0 : error-status=noError

02 01 00
INTEGER de longueur 1 et valeur0: error-index=0
suit variable -bindings qui est une VarBindlist qui est une SRQUENCE OF
VARBINd

30 0c
SEQUENCE DE LONGUEUR 12: VARBINdList

30 0a
SEQUENCE de longueur 10: VARBind
06 06 2b 06 01 02 01 01
OBJECT IDENTIFIER de longueur 6: name = 2b 06 01 02 01 01
(1 3 6 1 2 1 1 )
soit internet (1361) mgmt(2) mib-2(1)system(1)

05 00
NULL de longueur 0 : value= NULL

trame Ethernet
de 08 00 20 0a ac 96(machineA)
à 08 00 8a a2 32 97(machineB)
datagramme IP
de 132.227.61.135(machineA)
message UDP
du port o4 00
au port 00 al
message SNMP
SNMP version-1
community public
CETNextRequest-PDU
request-id=0
error-status=noError
error-index=0
variable-bindings
name=internet mgmt mib-2 system
value=NULL
rq: la NextGetRequest-PDU demande la prochaine instance qui suit le type
ou l'instance de type désigné par name (on peut voir grossièrement la MIB
comme une liste chaînée)

Trace2-Trame2
08 00 20 20 0a ac 96
adresse Ethernet de destination

08 00 89 a2 32 97
adresse Ethernet de source

08 00
le champ donnée de la trame contient un datagramme IP
----début des données Ethernet: datagramme IP

45
IP version 4
IHL= 5 mots, soit 20 octets

00
TOS: priorité la plus fiable, delai, débit et fiabilité normaux.

00 72
longueur totale du datagramme(en-tête et donées)= 114 octets

84 d1 00 00
identification = 84 d1
Don't Fragment=0, More Fragment=0, Fragment Offset=0 0000 0000: il s'agit
donc d'un datagramme non segmenté

3c
TTL=60
11
protocol=UDP

74 f8
total de contrôle sur l'en-tête IP

84 e3 3d 64
adresse IP de l'émetteur du datagramme= 132.227.61.100(classeB)

84 e3 3d 87
adresse IP du destinataire du datagramme=132.227.61.135
(classeB)
---début des donnéesIP: message UDP---

00 a1
numéro de port source:SNMP

04 00
numéro de port destination

00 5e
longueur totale du message UDP= 94 octets

00 00
cheksum UDP non utilisé
---début des données UDP: message SNMP---

SEQUENCE de longueur 84: Message


02 01 00
INTEGER de longueur 1 et valeur 0: version=version-1

04 06 70 75 62 6c 69 63
OCTET STRING de longueur 6 et valeur'public': community= public
suit data -->PDUS

A2 47
(2) de longueur 71: la PDDU est une GetResponse-PDU

02 01 00
INTEGER de longueur 1 et valeur 0: request-id=0

02 01 00
INTEGER de longueur 1et valeur 0: error-status= noError

02 01 00
INTEGER de longueur 1 et valeur0: error-index=0
suit variable- bindings qui est une VarBindlist qui est une SEQUENCE of
Varbind

30 3c
SEQUENCE de longueur 60: VarBindlist

30 3a
SEQUENCE de longueur 58: Varbind

06 08 2b 06 01 02 01 01 01 00
OBJECT IDENTIFIER de longueur 8: name= 2b 06 01 02 01 01 01 00
soit internet( 1361) mgmt(2)mib-2(1)system(1)sysDescr(1) instance
SysDescr(1) instance SysDescr(0)

04 2e 53 68 69 76 61 20 46 61 73 74 50 61 74 68
34 2c 20 4b 2d 53 54 41 52 20 56 65 72 73 69 6f
6e 20 39 2e 31 2e 32 20 39 32 2f 31 32 2f 30 38

OCTET STRING de longueur 48


value=Shiva FastPath, K-STAR Vesion 9.1.2 92/12/08

trame Ethernet
de 08 00 8a a2 32 97(machineB)
à 08 00 20 0a ac 96(machine A)
datagramme IP
de 132.227..61.100(machineB)
à 132.227.61.135(machineA)
message UDP
du port 00 a1
au port 04 00
message SNMP
SNMP version-1
community public
GetResponse-PDU
request-id=0
error-status=noError
error-index=0
variable-bindings
name= internet mgmt mib-
2system SysDesDescr instance SysDescr
value=Shiva FastPath, K-
STAR Version 9.1.92/12/08