Vous êtes sur la page 1sur 56

Construire en métal, un art, notre métier

N° 2-2016 Le magazine d’informations de la construction métallique

Actualité
Nouveau logiciel Z4
Dimensionnement des sections à
parois élancées
Sur le terrain
Centre aquatique de Courchevel
Une surface topographique
Rencontre
Valérie Prudor,
Secrétaire Générale de L’Enveloppe
métallique du bâtiment

DOSSIER
Écoconstruction et performance environnementale
ÉDITORIAL
L’édito par Patrick Le Chaffotec
Directeur général adjoint - CTICM

©CTICM
Vers la performance globale des ouvrages
Dans un contexte fortement concurrentiel, l’optimisation constante de la performance
intrinsèque des structures métalliques reste un objectif majeur de la profession et de son
accompagnement par le CTICM. Cette performance de capacité portante au meilleur
coût, dans le respect des exigences réglementaires et contractuelles, résulte de la maîtrise
de la conception et du dimensionnement de la structure suivant le référentiel Eurocodes,
et de son exécution suivant le référentiel EN 1090.

L’association de la structure métallique avec d’autres produits de construction constitue


également un axe de cette optimisation : association avec le béton, avec le bois, avec les
produits d’enveloppe.

Il apparaît cependant que les succès à venir passent aussi par la performance environ-
nementale du produit « structure métallique » mesurée par l’impact de sa réalisation,
puis par une plus forte main mise, notamment dans le domaine du bâtiment, sur la
performance globale du bâtiment.

L’écoconception des ouvrages, leur capacité à répondre aux objectifs du développement


durable, permettent de passer de la performance technique à la performance globale en
y adjoignant les performances dites « environnementales, sociales et économiques », les
trois piliers du développement durable. Le créneau social vise notamment l’accessibilité,
l’adaptabilité, le confort et la sécurité des usagers, l’impact sur le voisinage…

Un corpus normatif européen est en œuvre pour l’évaluation de ces performances, fondée
sur les scénarios de cycle de vie de l’ouvrage.

Le dossier technique de ce numéro de CMI fait le point sur ces questions. Je vous invite
à vous y reporter.

S’organiser pour offrir des solutions globales de construction éco-conçues dans lesquelles
la structure métallique joue un rôle prépondérant, et pour pouvoir en gérer la mise en
œuvre complète, y compris par l’usage de la maquette numérique, est très probablement
un des challenges de développement de la profession.

Bonne lecture.

CMI 2-2016
3
SOMMAIRE
éditeur :

CTICM - Centre
Technique Industriel de la
Construction Métallique

Directeur

© Aldo Amoretti
de la publication :
Christophe Mathieu
directeur général du
CTICM

Rédactrice en chef :
Isabelle Pharisier, chef du
service publications
Tél. : 01 60 13 83 00
ipharisier@cticm.com

Imprimé en France
Fabrication et réalisation :
Desbouis Grésil Imprimeur
Tél. : 01 69 83 44 66
CTICM
Espace technologique
L’Orme des Merisiers
Bâtiment Apollo
91193 Saint-Aubin
Tél. : 01 60 13 83 00
Fax : 01 60 13 13 03

CMI est diffusé


gracieusement
à 8 500 exemplaires. P. 26
CMI, dans un souci EN COUVERTURE
de préservation de Centre aquatique de Courchevel
l’environnement,
est imprimé sur
papier recyclable. La
reproduction même
partielle de tout matériel
publié dans CMI est
Actualités techniques 6 Sur le terrain 26
strictement interdite. Les Dimensionnement parasismique Centre aquatique de Courchevel
annonceurs prennent
l’entière responsabilité
selon l’Eurocode 8 6 Une surface topographique
des informations qu’ils Les journées de l’association de
insèrent et déclarent être
autorisés à les utiliser.
l’ingénierie du vent (AIV) 8 Rencontre 34
Nouveau logiciel Z4 9
Pour vous abonner Rencontre avec Valérie Prudor,
gracieusement : Concours Acier 2016 Secrétaire Générale de L’Enveloppe
Un premier prix, un prix spécial et métallique du bâtiment
une mention 12
Euro 2016, l’acier à tous les stades 12 Vos formations au CTICM 42

Dossier 14 Publications 46
Écoconstruction et performance
environnementale Assistance technique 48

CMI 2-2016
5
ACTUALITÉS
Revue construction métallique
Dimensionnement parasismique selon
l’Eurocode 8
L’Eurocode 8 est maintenant la norme de construction parasismique imposée par la réglementation française
(arrêté modifié du 22 octobre 2010). Comme toute nouvelle norme, il faut un certain temps d’adaptation
avant de retrouver ses marques et de comprendre toutes les subtilités du texte. Pour aider le praticien,
plusieurs articles ont été publiés ces dernières années dans la Revue construction métallique (RCM).

Pierre-Olivier Martin, directeur de projets de recherche, CTICM

Une première liste portant sur les numéros publiés de la structure, ce qui dans certains cas particuliers
de 2011 à 2013 a déjà été proposée dans le cadre (sol de classe A) peut s’avérer pénalisant pour les
du « dossier séisme » paru dans CMI 5-2013. Il charpentes métalliques, relativement souples. Cet
est proposé ici un aperçu des contenus des articles article explique l’origine de la limitation et propose
publiés entre 2014 et 2015. une solution pratique pour contourner la difficulté
le cas échéant.
Considérations sur la méthode
simplifiée des forces latérales de l’EN Déplacements relatifs des appuis d’un
1998-1 - RCM 2-2014 bâtiment courant sous séisme - RCM
Pour les bâtiments courants à trame simple, l’Euro- 3-2014
code 8 propose une méthode de calcul simplifiée Lors d’un séisme, le comportement du sol entre
des charges sismiques basée sur un champ de force points d’appuis de la structure peut se traduire par
statique équivalent, permettant ainsi d’échapper au des déplacements différentiels. L’Eurocode 8 pré-
calcul dynamique complet, parfois fastidieux, selon voit deux façons de compenser ce risque affectant
la méthode de l’analyse modale réponse spectrale. la stabilité de la structure. Soit explicitement par
Le champ d’application de la méthode simplifiée est l’adjonction de longrines ou d’un radier reliant
cependant limité en ce qui concerne la période propre les différents points d’appuis, ce qui peut s’avérer
pénalisant d’un point de vue économique pour les
portiques métalliques des bâtiments industriels. De
manière plus absconse, l’Eurocode 8 permet aussi
de traiter ces déplacements différentiels en prenant
en compte leurs effets lors du calcul.

Une fiche a déjà été publiée dans CMI 3-2012, résu-


mant sur deux pages les formules de calcul devant
être appliquées. Un article a depuis lors été publié
dans la Revue construction métallique, qui permet
d’aborder le problème de manière plus complète.
Dans un premier temps, une méthode simplifiée est
Exemple de portique
proposée qui permet de déterminer directement les
traité dans l’article situations pour lesquelles l’effet des déplacements
différentiels peut être négligé. Dans un second temps,
un exemple de calcul détaillé est proposé pour le
cas contraire d’un portique multi-travée de grande
dimension (126 m).

CMI 2-2016
6
Actualités
Recommandations pour la Assemblages de diagonales de
détermination des classes d’exécution contreventement dissipatives en classe
selon la NF EN 1090-2 pour les de ductilité DCM/DCH - RCM 4-2015
structures en acier de bâtiment - RCM La conception et le dimensionnement des assem-
1-2015 blages de diagonales de contreventement d’un bâti-
La bonne tenue d’une structure métallique lors d’un ment à structure métallique dissipative sont une
séisme dépend en partie de la qualité d’exécution de des parties les plus complexes lors de la phase de
celle-ci. Il est par exemple bien connu que de nom- conception. C’est pourquoi ce sujet fait l’objet d’un
breuses soudures de portiques métalliques ont subi article spécifique, permettant d’une part d’exposer
des fissures lors du séisme de Northridge en 1994. les principes généraux et d’autre part de proposer
De ce fait, les exigences constructives dépendent de un exemple détaillé au cas du bâtiment à 5 niveaux
la fonction de l’élément considéré, de l’importance mentionné auparavant.
du bâtiment ainsi que du niveau de sollicitations
voire de plastification cyclique subie au cours d’un
tremblement de terre. La relation entre la conception
parasismique choisie, par application de l’Euro-
code 8-1, avec le choix des classes d’exécution de
l’EN 1090-2 ou avec les catégories d’importance
des bâtiments (définies réglementairement), souf-
frait jusqu’à présent d’un manque certain de clarté
dans les textes normatifs. Rédigées sous l’égide du
BNCM (Bureau de normalisation de la construction
métallique), les recommandations publiées dans la
Revue construction métallique permettent de lever
toutes les ambiguïtés sur cette question.

Vérification selon l’Eurocode 8


d’une palée de contreventement à Assemblage de diagonale dissipative
triangulation centrée en classe de
ductilité DCM - RCM 2-2015
La conception parasismique dissipative d’un bâti-
ment à ossature métallique est un des défis les plus
exigeants pour les bureaux d’études. En effet, la résis-
tance de la structure n’est plus apportée seulement
Exemple de bâtiment
par sa capacité à transmettre les efforts mais aussi par à structure dissipative traité
la possibilité offerte de se déformer dans le domaine
plastique sous l’effet d’actions cycliques. Ce type de
conception, qui permet par le biais du coefficient
de comportement q de réduire potentiellement les
forces et la descente de charges engendrées par un
séisme, exige en contrepartie des études beaucoup
plus complexes et repose en particulier sur la notion
de dimensionnement en capacité. Il est particuliè-
rement approprié pour les zones les plus sismiques
comme les Antilles françaises.

L’article publié dans le numéro 2-2015 propose une


application complète et détaillée (hors assemblages)
pour la conception dissipative en classe de ductilité
DCM d’un bâtiment de bureaux à 5 niveaux contre-
ventés par diagonales centrées.

CMI 2-2016
7
ACTUALITÉS
Les journées de l’association de l’ingénierie
du vent (AIV)
L’AIV, qui fête ses 10 ans cette année, regroupe différents types d’acteurs de la communauté francophone,
comme le CTICM, actifs dans le domaine de l’ingénierie du vent. Son objectif est de développer et pro-
mouvoir l’ingénierie du vent au sein de la communauté francophone en Belgique, en France et en Suisse.
Les adhérents - industriels, personnels des bureaux d’études, universitaires – partagent au sein de cette
plateforme leurs expériences et leurs recherches.

Lætitia Molina, ingénieur de recherche construction métallique, CTICM

Chaque année, l’AIV organise des journées d’études ••Dimensionnement statique, présenté par Xavier
ayant pour objectif de mettre en contact les différents Amandolèse du CNAM et de Polytechnique ;
acteurs du domaine. Les journées se déroulent en ••Réponse au vent turbulent, présenté par Olivier
deux temps : le premier jour est consacré à un mini- Flamand du CSTB ;
colloque et/ou des cours sur différentes disciplines ••Vibrations induites par vortex, présenté Vincent
de l’ingénierie du vent, ouvert à tous ; le deuxième de Ville de Goyet du bureau Greish ;
jour est, lui, réservé uniquement aux membres de ••Le galop, présenté par Thomas Andrianne de
l’association. l’université de Liège ;
La session 2016, organisée en partenariat avec le ••Le flottement, présenté par Pascal Hémon de
LadHyX - laboratoire d’hydrodynamique de l’École l’École polytechnique.
polytechnique - s’est tenue à Palaiseau les 18 et 19 L’AIV est membre de l’International Association
avril, et avait pour thème la normalisation des effets of Wind Engineering. Ce sont sous les auspices de
du vent sur les structures, au travers de la norme cette dernière que depuis 1993, tous les 4 ans, se
Eurocode EN-1991-1. Les participants ont ainsi pu déroulent les conférences Europe Afrique de l’ingé-
aborder à travers les différentes contributions, les nierie du vent. La 7e édition, organisée par l’AIV, se
sujets suivants : tiendra à Liège (Belgique) du 3 au 6 juin 2017. Pour
••Couche limite atmosphérique, présenté par toute information complémentaire, n’hésitez pas
Vincent Denoël de l’université de Liège ; à consulter le site de l’association www.aiv.asso.fr
Actualités

Nouveau logiciel Z4
Dimensionnement des sections
à parois élancées
La méthode de l’Eurocode 3 permettant le calcul des propriétés efficaces des sections élancées peut vite
s’avérer longue et fastidieuse. Pour vous faciliter ces calculs, Le CTICM publie un nouveau logiciel : Z4

Pierre-Olivier Martin, directeur de projets de recherche, CTICM


Tien Minh N’Guyen, ingénieur recherche construction métallique, CTICM

Pour le dimensionnement de sections reconstituées


par soudage à partir des tôles élancées (parois de classe
4), la prise en compte des phénomènes de voilements
de plaque s’impose. Dans le corpus des Eurocodes, c’est
la Partie 1-5 de l’Eurocode 3 qui permet au praticien
de calculer et de valider sa conception. Les critères
de résistance de section dans cette norme reposent
sur la définition des largeurs efficaces puis des pro-
priétés efficaces de la section (inertie, aire, modules
élastiques de flexion) à partir desquelles les calculs
de vérification peuvent être conduits.
Cette méthode reste cependant fastidieuse et rela-
tivement complexe. C’est pourquoi le CTICM a
développé un nouvel outil informatique, le logiciel
Z4, permettant l’application directe de l’Eurocode
3 Partie 1-5 pour le calcul des propriétés efficaces ••calcul des propriétés efficaces soit par la méthode
des sections métalliques à parois élancées. directe (section sous compression pure et sous
flexion pure) soit par la méthode itérative (sec-
Le logiciel Z4 présente les particularités suivantes : tion sous l’effet combiné de l’effort normal et des
••définition des sections par leurs dimensions à moments de flexion).
partir d’un catalogue de sections : section en I
mono ou bi-symétrique, caisson fermé, caisson Le logiciel dispose d’une interface multilingue (livré
fermé à âmes débordantes, caisson ouvert en U, dans la version 1.00 avec les langues française et
profil rectangulaire creux ; anglaise). Les résultats détaillés, synthétiques ou
••chargement en compression pure, flexion pure, personnalisés peuvent être édités dans une note de
flexion composée ou flexion composée bi-axiale ; calcul (également multilingue) et éventuellement
••prise en compte possible de la présence d’une dalle sauvegardés sous un format pdf. Ils peuvent aussi
béton (section mixte) : dans ce cas, les propriétés être directement visualisés dans l’interface graphique.
efficaces sont déterminées en flexion positive Il est enfin possible de traiter plusieurs sections au
ou négative ; sein d’un seul projet.
••possibilité de raidir les âmes et les fonds de caisson
à partir d’une bibliothèque de profilés raidisseurs : Le logiciel a été conçu pour les systèmes d’exploitation
simples plats, cornières, tés, augets (bibliothèque Windows Vista, 7 et 8.
modifiable par l’utilisateur) ;
••traitement du traînage de cisaillement (chapitre La première version 1.00 du logiciel peut être télé-
3 de l’EN 1993-1-5), du voilement local des sous- chargée gratuitement depuis le site internet du cticm :
panneaux (chapitre 4.4) et du voilement global www.cticm.com, rubrique « Outils / Logiciels ».
des parois raidies (chapitre 4.5) ;

CMI 2-2016
9
ACTUALITÉS
Concours Acier 2016
Un premier prix, un prix spécial et une mention
Réuni le 26 mai dernier dans les locaux de ConstruirAcier, le jury du concours Acier 2016 s’est prononcé
sur les 12 projets des candidats sélectionnés. Le transport aérien par câble, sujet de cette nouvelle
édition, a véritablement inspiré les étudiants si bien que les échanges entre membres du jury ont été très
particulièrement fructueux…

Un premier prix, un prix spécial et une mention… : l’utilisation de l’acier. Rendez-vous à la Steel.in 2016,
voilà pour les distinctions ! Sous la houlette de sa cérémonie de remise des prix de l’architecture acier,
présidente Dominique Jakob, architecte, urbaniste et le mercredi 5 octobre prochain…
designer, le jury composé d’architectes, d’experts acier
et de spécialistes des transports aériens par câble, a Composition du jury
voté. Un choix pourtant peu évidant tant les projets, Dominique Jakob, architecte, urbaniste et designer
tous intéressants, ont le plus souvent porté sur des Margaux Darrieus, journaliste AMC
problématiques particulières. Certains candidats sont Jérémy Germe, architecte, ancien lauréat
ainsi allés très loin dans le questionnement autour Cyril Ladier, chef de projet DGAPI, SMTC Tisséo
des technologies de cabines tandis que d’autres se Marc Landowski, architecte spécialisé dans la
sont attachés au réalisme structurel, à l’intermodalité, construction acier
à l’environnement ou encore au désenclavement. Marc Malinowski, ingénieur – BE Structure
Délicat dans ces conditions de distinguer un projet Nicolas Moronval, responsable du pôle développement
réunissant toutes les qualités… Autre signe particulier à la DDD du groupe Eiffage
de cette édition : la remise d’un prix spécial quasi Nicolas Tulloue, architecte, designer, Mdp
équivalent au premier prix. Mais quels que soient les Consulting
projets primés, tous ont mis en avant sur des points Laure Delaporte, ingénieur, directrice technique
très précis, l’intérêt du transport aérien par câble et de ConstruirAcier

Euro 2016, l’acier à tous les stades


Pour célébrer à sa façon l’Euro 2016, l’architecture acier chausse les crampons. Pendant toute la durée du
Championnat d’Europe des Nations du football, ConstruirAcier expose dans les maisons d’architecture de
Paris, Lille, Marseille et Toulouse les 10 stades français qui vont se répartir les 51 matchs prévus.
Tout à sa ferveur, le spectateur assis dans les gradins ••Parc des Princes, Parc Olympique Lyonnais,
ou devant son écran, peut-il imaginer ce qu’il faut Stade Allianz Riviera, Stade de France, Stadium
de science, de calculs et d’art pour bâtir l’enceinte de Toulouse, Stade Felix Bollaert-Delelis, Stade
à échelle monumentale qu’est le stade sportif ? Geoffroy-Guichard, Stade Matmut Atlantique,
Durant tout l’Euro 2016, du 10 juin au 10 juillet Stade Pierre Mauroy, Stade Vélodrome
2016, ConstruirAcier rend hommage à ces cathé- ••Du 10 juin au 10 juillet, à la Maison de l’architecture
Toulouse
drales du sport en exposant dix stades mythiques en I-d-F : 148 rue du Fbg Saint-Martin, Paris 10
accueillant le Championnat d’Europe des Nations ••Du 9 juin au 1er juillet, à la MAV Paca : 12 bou-
de football 2016. Un bouquet d’enceintes sportives, levard Théodore Thurner, Marseille 06
acier, verre et porte-à-faux colossaux qui contribuent ••Du 8 juin au 8 juillet à la Maison de l’architecture
à marquer les villes, la société et l’histoire. Midi-Pyrénées : L’îlot 45 - 45 rue J. Gamelin, Toulouse
À Paris comme à Lille, Marseille et Toulouse, venez ••Du 10 juin au 31 août, à la Maison de l’architec-
contempler ces 10 stades placés sous les feux de ture du Nord-Pas-de-Calais : Place F. Mitterrand,
Lille l’actualité durant tout l’Euro 2016. Euralille

CMI 2-2016
12
DOSSIER
Dossier rédigé par le
service écoconstruction :
Stéphane Herbin,
chef du service
écoconstruction, CTICM
Thibault Maquenhem,
ingénieur service
écoconstruction, CTICM
Olivier Mouatt,
ingénieur service
écoconstruction, CTICM

En quelques années, d’importantes évolutions ont amené à définir des standards de


plus en plus élevés de performance énergétique pour les bâtiments, nous amenant
aujourd’hui aux « bâtiments passifs » ou encore aux « bâtiments à énergie positive ».
La prochaine étape vers des bâtiments toujours plus performants est celle de la
performance environnementale. Mais de quoi s’agit-il véritablement ? Devrons-nous
juste ajouter les impacts environnementaux des produits de construction composant le
bâtiment à l’énergie ? Et, si oui de quelle façon ?

CMI 2-2016
14
Écoconstruction et performance
environnementale

© Fotolia

CMI 2-2016
15
DOSSIER
Le développement durable et ses enjeux concernent timent (acoustique, visuel), la qualité environne-
tous les types d’activités anthropiques et plus parti- mentale et sanitaire des produits de construction.
culièrement depuis plus de vingt ans le secteur de la Comme l’indique le site du Ministère de l’environ-
construction. Souvent centré sur le volet environne- nement, de l’énergie et de la mer, « l’écoconstruc-
mental, ce domaine s’est progressivement structuré tion équivaut aujourd’hui à atteindre une haute
jusqu’à devenir une nouvelle composante dans de performance sur une ou plusieurs de ces cibles ».
nombreux projets.
Fondé sur ses trois piliers historiques (environne- Un dispositif normatif organisé
ment, social et économie), le développement du- Les acteurs de la construction disposent aujour-
rable peut parfois sembler protéiforme. Appliqué d’hui de normes pour les aider dans leurs pro-
à la construction, plusieurs cibles sont en effet vi- jets et pour évaluer les performances relatives au
sées : l’environnement, la maîtrise de l’énergie et la développement durable atteintes par les bâtiments.
préservation des ressources (matières premières, Établies au niveau européen par un comité technique
eau), la lutte contre le changement climatique, la dédié, au sein duquel la France occupe un rôle
réduction des déchets et de la pollution, la qualité très actif, les normes reprennent les trois thèmes
de l’air intérieur, le confort des occupants d’un bâ- piliers (environnemental, social et économique)

EN 15643-1, évaluation intégrée de la performance des bâtiments


- cadre méthodologique général => vigueur déc. 2010

EN 15643-2 EN 15643-3 EN 15643-4


Niveau Cadre cadre méthodologique pour cadre méthodologique pour cadre méthodologique pour
méthodologique l'évaluation des performances l'évaluation des performances l'évaluation des performances
environnementales sociales économiques

Statut NF vig. mai 2011 vig. avr.2012 vig. juin2012

EN 15978 EN 16627
EN 16309 (+A1)
évaluation des performances évaluation des performances
niveau Bâtiment évaluation des performances
environnementales - économiques - methode de
sociales - methode de calcul
methode de calcul calcul

Statut NF vig. mai 2012 nov.2014 nov. 2015

EN 15804 (+A1)
declarations
Niveau Produit voir Note ci-dessous voir Note ci-dessous
environnementales sur les
produits

Statut NF vig. Avril 2014

+ mi-2016 : complément national


pour application

EN 15942 Pour le moment, les informations techniques en rapport avec certains


Format de communication aspects des performances sociales et économiques sont incluses dans
inter-entreprises les dispositions de l'EN 15804 pour faire partie d'une FDES / EPD.

Statut vig. Déc 2011

CMI 2-2016
16
Dossier

et les déclinent selon une organisation d’ensemble des déchets ou sont susceptibles de générer des
simple et claire qui comprend : pollutions dans l’air ou dans l’eau
• un cadre méthodologique qui précise les Normalisée et adoptée dans la pratique par de
principes à suivre et les exigences en vue de nombreux secteurs d’activité, l’analyse de cycle de
l’évaluation de l’une des trois performances ; vie (ACV) est la méthode générique la plus aboutie
• une méthode de calcul qui définit de façon en termes d’évaluation globale et multicritère
détaillée l’ensemble des paramètres et des des impacts environnementaux. Elle permet de
hypothèses à considérer ; recenser et quantifier les flux de matière et
• les règles pour l’établissement des déclarations d’énergie associés tout au long de la vie des
environnementales au niveau du produit ; produits visés. Les résultats d’une ACV s’expriment
• les formats indiquant le type et la nature des sous forme d’une série d’indicateurs environne-
informations à échanger entre professionnels. mentaux, présentant à la fois des impacts poten-
tiels (par exemple : X kg d’équivalents CO2 pour
L’ensemble de ce corpus normatif européen a été l’effet de serre) et des flux physiques (par exemple
élaboré en seulement quelques années pour X kg de déchets dangereux).
permettre l’évaluation de bâtiments. Les textes
ont ensuite été rapidement intégrés aux normes Dans le cas de la construction et de ses produits,
françaises, moyennant pour certaines la rédaction le périmètre d’une analyse de cycle de vie s’étend
de compléments nationaux permettant de prendre ainsi depuis l’extraction des matières premières
en compte les éventuelles spécificités telles que le jusqu’aux divers parcours en fin de vie, en res-
volet sanitaire. Dans le prolongement, un travail pectant un découpage en modules précis. Pour
est en cours aux niveaux français et européen pour chacun des modules représentés dans la figure
rédiger une série de normes fondée sur cette même ci-dessous, il convient d’évaluer les impacts du
structuration puis ainsi appliquer une approche produit à l’aide de données et de scénarios qui
identique au domaine du génie civil. doivent toujours être explicités.
Membre de la commission de normalisation
consacrée à ces sujets, le CTICM prend une part Décomposition en modules de l’analyse de
active à la représentation de la construction métal- cycle de vie d’un bâtiment
lique dans la rédaction de ces textes de référence. Enfouissement, valorisation (matière ou énergie),
réutilisation ou recyclage sont les destinations
L’analyse de cycle de vie, clé de l’évaluation courantes des produits de construction en fin
Tous les produits de construction ont des impacts de vie. L’acier s’illustre par ses capacités au recy-
sur l’environnement liés à leur fabrication, leur clage à l’infini ! Recyclable à 100 %, il est très
transformation et leur utilisation qui nécessitent majoritairement récupéré après la destruction de
des consommations d’énergie, d’eau, produisent l’ouvrage pour être ensuite réinséré dans une

Décomposition en modules de l’analyse de cycle de vie d’un bâtiment

CMI 2-2016
17
DOSSIER
nouvelle production. Les avantages procurés par Depuis le 23 décembre 2013, un arrêté et le décret
cette « boucle fermée » peuvent être quantifiés et n° 2013-1264 stipulent que « le responsable de la
apparaissent alors dans le module D d’une ana- mise sur le marché de produits comportant des allé-
lyse de cycle de vie. Toutefois, pour des raisons gations à caractère environnemental ou utilisant les
techniques mais aussi par crainte du manque de termes de développement durable ou ses synonymes
robustesse des données sources, certains acteurs (…) établit une déclaration environnementale de
de l’évaluation environnementale en France consi- l’ensemble des aspects environnementaux du pro-
dèrent peu fiable et donc peu pertinent d’inclure duit ». Ainsi, en conformité avec les normes et les
le module D dans les ACV, en dépit des principes méthodes de calcul en vigueur, une FDES décrit
mentionnés dans les normes internationales. les impacts environnementaux d’un produit donné
à travers 26 indicateurs environnementaux, dont :
Aussi, associé aux autres métaux, le CTICM a --le réchauffement climatique (en kg éq. CO2) ;
lancé un projet permettant de démontrer la fai- --la consommation d’énergie (en MJ PCI) ;
sabilité pratique du calcul du module D. Cette --la pollution de l’eau (en m3) ;
étude a permis notamment d’observer sa prise en --la production de déchets (en kg) ...
compte dans les ACV chez nos voisins européens De plus, la vérification du respect des modalités
et surtout de montrer que les données aujourd’hui de mise en œuvre de la déclaration environne-
disponibles permettent bel et bien de calculer ce mentale et des obligations qui s’y rapportent est
module. Un outil d’intégration (au format Excel) déjà prévue par l’arrêté du 31 août 2015. Confiée à
a même été développé pour inciter les acteurs à la une tierce partie indépendante habilitée, elle per-
prise en compte de cette partie des calculs d’ana- met de s’assurer du respect et de la conformité de
lyse de cycle de vie. la démarche : cette vérification sera obligatoire à
compter du 1er juillet 2017.
La déclaration environnementale Les FDES sont essentielles pour :
d’un produit de construction --évaluer la performance environnementale des
Une fiche de déclaration environnementale et bâtiments, et aider les professionnels dans leurs
sanitaire (FDES) est la version française de la choix pour rendre un bâtiment plus durable, avec
déclaration environnementale d’un produit de des impacts limités sur l’environnement tout
construction. Établie conformément à la norme en créant une ambiance saine pour les futurs
NF EN 15804 + A1, elle présente les impacts envi- utilisateurs ;
ronnementaux issus de l’analyse de cycle de vie et, --communiquer sur le caractère environnemental
pour la France, s’accompagne d’un volet d’infor- des produits de construction, en vue de leur
mations sanitaires. À l’image d’une chaîne, les commercialisation (cf. décret n° 2013-1264 et
étapes du cycle de vie d’un produit de construction arrêté du 23 décembre 2013) ;
en acier, fabriqué par un constructeur métallique, --obtenir des labels environnementaux de bâti-
sont rappelées sur le schéma synoptique suivant : ments : les FDES servent d’éléments de réponse

Cycle de vie des produits de construction métallique

CMI 2-2016
18
Dossier

à des exigences de labels tels que HQE®, Leed ou professions représentatives. Des constructeurs
Breeam. métalliques ont apporté leur concours à la réali-
sation de ces fiches en fournissant des données
Elles peuvent être individuelles (portant sur un pro- sources liées à leur activité. À l’aide de ces infor-
duit fabriqué par un industriel précis) ou bien col- mations, de nouveaux calculs sont menés et les
lectives (portant sur un même produit fabriqué résultats sont présentés selon les nouvelles dispo-
par plusieurs industriels), comme c’est le cas des sitions normatives.
dix-huit FDES établies pour les produits en acier. Concernant les éléments utilisés en structure,
Joignant leurs efforts afin de démontrer l’engagement le CTICM s’occupe plus particulièrement des
et l’implication de la profession dans le domaine produits suivants : la poutrelle, la cornière, le tube,
environnemental, le syndicat de l’enveloppe le PRS et la poutre en éléments minces. Dispo-
métallique du bâtiment et le CTICM ont produit nibles pour l’été 2016, ces FDES seront accessibles
ces dix-huit FDES et ainsi apporter de nouveaux sur la base de données INIES. Et les deux orga-
arguments pour défendre et promouvoir la filière acier. nismes ont fait le choix de ne pas attendre juillet
2017, en les soumettant dès maintenant à une
Actuellement, le CTICM et son partenaire ont vérification par tierce partie indépendante.
entamé l’actualisation de ces FDES collectives de
produits de construction en acier. Cette opération Save-construction.com : le configurateur de
consiste à collecter les données les plus récentes FDES « acier »
pour chacun des modules d’une analyse de cycle Les FDES des produits en acier présentes dans
de vie (voir précédemment) auprès des diverses INIES sont établies pour un produit bien défini,

CMI 2-2016
19
DOSSIER
représentatif d’une gamme. Mais à l’occasion d’un •l’association judicieuse de ces produits de
projet, il est nécessaire de pouvoir s’ajuster aux construction ;
produits qui seront effectivement mis en œuvre • une procédure de mise en œuvre adaptée et
(par exemple, pouvoir prendre en compte les de qualité ;
impacts environnementaux d’un HEA 200 lorsque • les modalités d’exploitation et de maintenance
que la FDES est celle du IPE 360) : c’est tout des composants.
l’intérêt d’un « configurateur de FDES ». Ainsi, même si le renforcement de l’isolation d’un
Aujourd’hui, seules deux filières proposent bâtiment augmente directement les émissions des
un accès public et gratuit à un outil internet modules d’ACV « fabrication » et « construction »
de ce type ; l’acier est l’une d’elles avec par l’ajout de matériaux, la réduction des consom-
www.save-construction.com mations énergétiques lors de la vie de l’ouvrage
va probablement conduire à des diminutions
Développé par le CTICM avec l’enveloppe d’impacts qui seront significatives au regard de
métallique du bâtiment et ConstruirAcier, save- l’ensemble des phases du cycle de vie du bâtiment.
construction.com permet d’éditer un profil Indispensables à la réalisation d’une étude envi-
environnemental en trois clics : désignation du ronnementale de bâtiment, les FDES des produits
produit, personnalisation du taux d’accessoires de construction constituent les données d’entrée
et de la distance au chantier, lancement du calcul du modèle qui sera élaboré avec un logiciel
pour l’obtention des fichiers de résultats. d’évaluation de la performance environnementale.
Cet outil en ligne (www.save-construction.com) De telles études permettent, pour un bâtiment
offre la possibilité de générer des profils environne- répondant aux besoins d’un programme précis,
mentaux pour plus de 5 000 références de produits d’évaluer des systèmes constructifs différents et de
en acier. choisir ceux à faibles impacts sur l’environnement.
En la matière, le CTICM a pris part à plusieurs
Des travaux sont d’ores et déjà en cours pour études et revues critiques. Dans ce dernier type
adapter l’outil aux nouvelles FDES et offrir aux d’intervention, le rôle du CTICM est alors de
utilisateurs de nouvelles fonctionnalités : procéder contrôler que l’étude est menée en conformité avec
à l’édition en ligne de FDES dès la fin de l’année les référentiels normatifs en vigueur, mais aussi
2016 ! que les cas d’étude sont réalistes. L’une des plus in-
téressantes illustrations est certainement l’analyse
La performance environnementale comparative de qualité environnementale de
des bâtiments bâtiments tertiaires, menée par ArcelorMittal
Un produit de construction est par définition et confiée au cabinet BioIS, dont le cas d’étude
un «produit intermédiaire» qui a vocation à être reposait sur un bâtiment R +8 d’environ 9 000 m²,
incorporé à un bâtiment en association avec livré « en blanc » et conforme à la RT, et pour
d’autres produits, pour contribuer ensemble lequel les superstructures variaient comme suit :
aux performances globales de l’ouvrage. Par • une structure mixte (avec une superstructure
conséquent l’objectif principal est bien d’évaluer en acier et un noyau en béton) ;
les performances environnementales à l’échelle • une structure en béton (avec une superstructure
de la construction, pour vérifier si le niveau visé et un noyau en béton) ;
initialement est atteint ou non. Dès les premières • une structure mixte optimisée (avec une supers-
étapes de la conception, il est important d’avoir tructure et un noyau en acier), résultant d’une
une vision globale sur le cycle de vie du bâti- démarche d’écoconception de la structure mixte.
ment projeté, afin de procéder à des choix ou des
arbitrages pertinents, en considérant : L’étude portait sur deux approches : calcul des im-
• les produits de construction (propriétés pacts avec et sans prise en compte du Module D.
techniques et environnementales) ; Les tendances observées ont pu montrer à la fois

CMI 2-2016
20
Dossier

Comparaison des impacts environnementaux des superstructures avec prise en compte du module D - extrait du rapport d’étude Bio IS pour Arcelor Mittal

les apports du module D (et donc la prise en en France. À la suite, six cas d’étude représentatifs
compte des bénéfices du recyclage) et les avan- de ce découpage ont été sélectionnés pour faire
tages de l’écoconception en une sélection affinée l’objet d’une évaluation de leurs performances
des composants et des systèmes constructifs. environnementales.
• Lign2Toit est inspiré par les enjeux sociétaux en
En outre, la mise en perspective des impacts envi- corrélation avec le besoin de logements, évalué à 500
ronnementaux de la superstructure et du noyau 000 unités par an, et les difficultés rencontrées pour
avec les impacts environnementaux globaux l’assouvir (prix de l’immobilier, rareté du foncier dans
des bâtiments a montré que la superstructure et les centres urbains,…). Il s’agit ici de développer une
le noyau ne représentent qu’une faible part des méthode d’analyse pour la faisabilité technico-éco-
impacts environnementaux des bâtiments, au nomique d’une surélévation de bâtiments urbains
regard de ceux liés à l’exploitation et à l’activité exploitant les procédés industrialisés disponibles
des bâtiments. En effet, pour tous les indicateurs à dans le domaine de la construction.
l’exception des déchets inertes, la contribution de Menés par le CTICM en partenariat avec les
la superstructure et du noyau aux impacts totaux autres centres techniques de la construction et
du bâtiment était inférieure à 4 % du total obtenu des représentants de la maîtrise d’œuvre, ces deux
sur le cycle de vie. projets font appel à la mixité des matériaux pour
D’autres projets de recherche sur les impacts envi- l’établissement d’approches constructives inno-
ronnementaux des constructions sont toujours en vantes. Ils sont en cours et doivent prendre fin
cours au CTICM, dont deux qui bénéficient d’un avant la fin de l’année 2016.
accompagnement financier de l’Adème : le projet
Batindus et le projet Lign2Toit. Les labels et les certifications
• Batindus s’intéresse aux bâtiments industriels et a environnementales
pour but d’évaluer les impacts environnementaux Les référentiels de certification environnemen-
du bâtiment lui-même, hors le process qu’il abrite. tale applicables à la construction constituent
Pour ce faire, une méthodologie de description et une voie alternative d’évaluation. L’association
de repérage d’un bâtiment donné a été conçue à HQE en France a ainsi développé une série de
partir d’une série de critères tels que la surface, les référentiels adaptés à différentes destinations de
matériaux de construction, son mode d’exploitation bâtiments qui prend en compte la performance
énergétique,… et a été mise en correspondance avec environnementale (en cohérence avec les outils
les données statistiques disponibles pour parvenir à présentés plus haut) autant que le système de
un premier schéma représentatif du parc construit management de l’opération. Les certifications

CMI 2-2016
21
DOSSIER
HQE sont des démarches volontaires. Membre La maîtrise des déchets et la prise en
de l’association, le CTICM a contribué à la rédac- compte de la démontabilité
tion d’un guide d’aide à l’analyse de cycle de vie En construction métallique, les déchets sont
qui a pour but de faciliter l’échange d’informa- presque un atout ! Produits en faible proportion
tions entre les données du projet communiquées lors des étapes de transformation et de mise en
par les professionnels de la construction et les œuvre (le plus souvent inférieur à 10 % de la masse
indications nécessaires à la modélisation en vue initiale), ils sont toujours collectés et réinsérés
d’un calcul d’ACV, effectuée par des spécialistes dans un circuit de valorisation qui va recycler la
de l’environnement, mais pas nécessairement de matière. Ce processus constitue donc un atout
la construction. Ce guide présente les terminolo- environnemental essentiel pour l’économie de res-
gies couramment utilisées, les explicite et établit sources.
le lien vers les FDES présentes sur la base INIES. Cependant, au titre de l’économie circulaire, il
Aujourd’hui, le CTICM accompagne les travaux reste encore des freins au réemploi des matériaux
menés au sein de l’association sur le domaine de de construction. Même si les tuiles à l’ancienne
l’existant et de la réhabilitation. ou les vieilles poutres en bois peuvent avoir une
seconde vie, le marché du « produit d’occasion »
Vers une étiquette environnementale n’a pas d’existence structurée dans le domaine
des bâtiments de la construction. Cette perspective peut certes
Des travaux sont en cours depuis 2014 sur le sujet apparaître inquiétante en première approche, mais
aux ministères de l’écologie et du logement avec aussi constituer une alternative intéressante pour un
l’ambition d’une expérimentation en 2016. Pilotés certain nombre de constructions, à condition que le
par les représentants de la Direction de l’habitat, dispositif soit convenablement organisé. Or, les ma-
de l’urbanisme et du paysage, ces travaux sont sur tériaux métalliques savent conserver leurs propriétés
le point d’aboutir. et sont aisément démontables dans un ouvrage.
Fondée sur l’ensemble du cycle de vie du bâtiment,
cette étiquette pourrait afficher des informa- À l’occasion du projet Demodulor, soutenu par
tions ou des valeurs pour les indicateurs envi- l’Adème, ces qualités de démontabilité ont pu être
ronnementaux retenus, tels que les émissions de éprouvées et mises en valeur par le CTICM et ses
gaz à effet de serre, la production de déchets et partenaires, les trois autres centres techniques
la consommation d’eau, en précisant la contri- des matériaux de la construction. Ensemble, dans
bution de chacun dans les grandes étapes du une démarche résolument orientée vers la mixité,
cycle de vie. Les quatre principaux modules de l’objectif était de sélectionner des solutions
l’ACV seraient donc ici considérés, y compris constructives de gros œuvre et d’envisager une
le module D. L’étiquette environnementale évolution de ces procédés pour faciliter :
intégrerait également des données relatives --la séparation des systèmes et composants sur
à la consommation énergétique directement chantier ;
tirées des études RT, en plus d’indicateurs de --la séparation des matériaux en vue d’un recyclage
performance énergétique en phase d’exploi- ou d’une élimination optimisée ;
tation. Si connaître ces informations ouvre la --la réutilisation ou le réemploi des matériaux et
porte à des choix constructifs mieux étayés, il composants.
semble que l’objectif soit d’abord de pouvoir affi- Après une revue du parc construit, des techniques
cher et échanger des informations à caractère de déconstruction sur site et de la capacité à
environnemental entre les acteurs. L’apparition la valorisation des produits et matériaux, le projet
attendue de cette étiquette et le lancement de a permis d’établir une sélection de procédés
la phase d’expérimentation devraient logiquement constructifs susceptibles d’être améliorés pour
constituer le préambule d’une prochaine « régle- les rendre démontables, en considérant autant la
mentation environnementale ». faisabilité technique que le potentiel de gains.

CMI 2-2016
22
Dossier

Parmi les solutions retenues (deux en façade et d’adaptation et de simplification dans le domaine
deux en plancher) pour les essais d’expérimen- de la prévention et de la gestion des déchets,
tation, toutes comportaient un ou plusieurs apportent un début de réponse en résonance avec
composants en acier. L’évolution du principe de les hypothèses envisagées par les partenaires du
connexion du plancher mixte acier-béton et les projet quant à l’implication possible des distribu-
assemblages mécaniques entre les éléments du teurs de matériaux et de produits dans la mise en
mur terre cuite et du plancher sec acier-bois- place d’un dispositif de collecte locale, favorisant le
béton ont permis non seulement d’atteindre réemploi. Cependant, par manque peut-être d’élé-
les performances attendues lors des essais mé- ments incitatifs, les dispositions contraignantes
caniques, mais aussi de procéder aisément au de cette initiative innovante visant les acteurs du
démontage des composants. négoce soulèvent la réaction de ces professionnels.
Complétée par une analyse des gains poten-
tiels sur les aspects environnementaux et écono- La durabilité et les protections
miques dans l’étude, la prise en compte réaliste anticorrosion
du réemploi a permis de souligner la pertinence La pérennité des éléments de construction est un
de l’approche de la déconstruction, même si plu- aspect logique lorsqu’on évoque le développement
sieurs freins restent à lever, comme la collecte des durable. En construction métallique, la longévité
déchets issus d’un chantier en vue de les stocker des composants est souvent liée aux traitements de
provisoirement. surface et aux modes de protection anticorrosion
Certains éléments du décret n° 2016-288, en date qui sont appliqués. Les intervenants de ce domaine
du 10 mars 2016 et portant diverses dispositions complexe qui nécessite de maîtriser des informations

Le nouveau label bâtiment bas carbone (BBCA)

En écho aux objectifs de la loi de transition énergétique pour la croissance verte et à l’Accord de Paris sur le climat, adopté lors
de la COP21, le label BBCA lancé en mars 2016 poursuit un double objectif :
• faire prendre conscience de l’urgence à diminuer l’empreinte carbone des bâtiments,
• valoriser les bonnes pratiques « bas carbone »,et contribuer au développement des bâtiments bas carbone.
Ce label permet donc de mesurer l’empreinte carbone des bâtiments tout au long de leur cycle de vie. Il a pour ambition de
couvrir toutes les destinations de bâtiments, mais n’est pour l’instant applicable qu’au logement collectif et aux bâtiments de
bureaux. Référentiel monocritère, il s’appuie sur quatre indicateurs :
• « Construction raisonnée » qui concerne les émissions de gaz à effet de serre du bâti et des systèmes liés à la construction,
l’entretien, le remplacement et le démantèlement ;
• « Exploitation maîtrisée » qui porte sur les émissions de GES issues des consommations d’énergie des usages de la RT durant
l’exploitation ;
• « Stockage carbone » illustre les bénéfices liés à la séquestration temporaire du carbone dans le bâtiment pendant la durée de vie ;
• « économie circulaire » qui s’intéresse aux bénéfices liés au recyclage des matériaux et composants après leur fin de vie
Selon l’Association BBCA, « l’empreinte carbone d’un bâtiment construit selon les standards BBCA serait deux fois inférieure
à celle d’un bâtiment traditionnel ». Mesurer uniquement et simplement les émissions de CO2 générées par la construction
et l’exploitation d’un bâtiment est l’un des arguments de présentation de ce nouveau label. Toutefois, il convient de remarquer
que les calculs nécessitent de procéder à une analyse de cycle de vie (qui traite aussi directement d’autres indicateurs),
étude par définition élaborée, pour ici n’en exploiter qu’une seule information. Il est également aisé de démontrer les
aspects réducteurs, et parfois déformants, d’une observation à l’aide d’un critère unique. Enfin, le « stockage carbone »
reposant sur la quantité de matériaux biosourcés, il est sans doute pertinent de s’interroger sur le sort réservé aux autres matériaux
avec une telle approche.

CMI 2-2016
23
DOSSIER
techniques et des notions de gestion des risques entrepreneurs peuvent agir au sein même de leurs
pour la santé et l’environnement sont fortement établissements sur leurs activités.
engagés dans des processus de prise en compte des L’un des rôles essentiels du CTICM est alors
pré-occupations du développement durable. d’apporter un soutien à ces initiatives par divers
Les fabricants de systèmes de peinture et les accompagnements :
professionnels de la galvanisation ont mis en place • aide à la mise en place d’une démarche de res-
des études d’impact environnemental, mais aussi ponsabilité sociétale et environnementale (RSE) ;
des FDES de produits ou encore des outils destinés • réalisation d’une étude d’émissions de gaz à effet
aux professionnels. de serre ou d’un bilan carbone de leur activité ;
• contribution à la démarche inter-entreprises « Code
Impliqué en permanence dans la constitution de CM » pour la collecte de données représentatives
réponses concrètes et avec le souci de maintenir la des activités de construction métallique.
compétitivité des solutions métalliques, le CTICM
prolonge ces initiatives par des démarches de Outre ces exemples précis, le CTICM collecte
diffusion des connaissances et de mise en et organise une partie de données nécessaires à
pratique de ces sujets par l’ensemble des acteurs une bonne évaluation de l’analyse de cycle de vie,
de la filière construction : de la maîtrise d’ou- informe et forme les professionnels de la
vrage jusqu’aux entreprises. Le guide « atelier de construction des qualités environnementales de
peinture », soutenu par la fédération française du nos matériaux et produits, conduit des projets
bâtiment et publié en 2014, évoque les aspects de de recherche et intervient sur des opérations de
santé et de protection des personnels avec autant construction qui lui permettent de porter un
d’importance que les aspects environnementaux. regard du matériau au produit, puis du produit
Le parcours des déchets dangereux, les modalités à l’ouvrage.
d’application des procédés, les techniques de déca-
page sur site ou encore la maîtrise des émissions L’implication constante sur l’éventail des enjeux
de solvants sont autant de sujets qui nécessitent du développement durable permettra également
d’allier compétences techniques et enjeux envi- de se préparer à l’arrivée d’une « réglementation
ronnementaux. Grâce à sa participation active sur environnementale » déjà en perspective. Attendue
des ouvrages de construction, en neuf comme sur à l’horizon 2020, cette future réglementation abor-
existant, le CTICM peut établir les liens entre la derait à la fois les nouvelles exigences thermiques
théorie et la pratique. pour faire des bâtiments des bâtiments à énergie
positive (BEPOS), les seuils d’émissions de gaz à
L’accompagnement des entreprises de effet de serre tant au moment de la construction
construction métallique que lors de l’exploitation et les critères relatifs au
Faciliter la prise en compte du développement bien-être des occupants (confort d’été, qualité de
durable par les entreprises de construction mé- l’air intérieur, isolation phonique) renforcés.
tallique fait partie intégrante des missions du Mêlant production d’énergie (donc le recours
CTICM. Encore jeune et, pour certains aspects, aux énergies renouvelables) et prise en compte
soumis à une démarche volontaire, le dévelop- de l’empreinte environnementale du bâtiment,
pement durable est aussi un sujet transverse aux cette réglementation devrait s’intéresser dans une
facettes multiples, rendant peu aisée son appro- échéance proche au cycle de vie des matériaux,
priation par les entreprises. En plus des produits et du bâtiment et aux conditions de fabrications des
ouvrages qu’ils fabriquent et mettent en œuvre, les équipements.

CMI 2-2016
24
TERRAIN
Centre aquatique de Courchevel
Une surface topographique
Plus de quarante-cinq millions d’euros ont disparu sous la neige de cette vallée des
Alpes. À peine distingue-t-on des sortes de coques émergeant du sol blanc, trois ou
quatre peut-être, elles sont revêtues de bois et sont orientées vers le sud, à la recherche
du soleil.
Il faut descendre de la montagne, arriver à l’altitude 1 500 pour enfin comprendre
que cette grande ondulation topographique que l’on apercevait d’en haut est en réalité
une toiture gigantesque, abritant le dernier équipement de la commune de Saint-Bon-
Courchevel : Aquamotion, un nouveau centre aquatique.

Vincent Rey

CMI 2-2016
26
Réglementation parasismique
Construire en métal, un art, notre métier

pour les installations classées

Cette fiche annule et remplace la fiche n°13 parue dans le n° CMI 3-2011.
Fiche Technique n°25
• pour les équipements « à risque spécial » (ERS)
Les textes officiels de l’installation, pouvant conduire en cas de
Arrêté du 24 janvier 2011 fixant les règles parasis- séisme à des effets létaux hors du site et iden-
miques applicables à certaines installations classées. tifiés comme tels par une étude de danger pré-
Publication au JO du 31 Mars 2011 et rectificatif alable, études spécifiques et protection para-
au JO du 9 avril 2011. Arrêtés modificatifs du 13 sismique appropriée pour garantir un niveau de
septembre 2013 et du 19 mai 2015. sécurité adapté vis-à-vis d’un séisme majeur,
défini par les paramètres indiqués ci-après. Les
ouvrages agresseurs potentiels (OAP) ainsi que
Les installations concernées les barrières de prévention, d’atténuation ou de
Installations classées pour la protection de l’envi- protection (BPAP) sont aussi incluses dans le
ronnement (ICPE) soumises à autorisation (Seveso périmètre de l’étude.
seuils haut et bas).
Application
Installations nouvelles :
Principes • études sur le comportement sismique des
• Les installations classées soumises à autori- ERS, OAP et BPAP avec le dossier de demande
sation doivent respecter les exigences de la d’autorisation ;
réglementation parasismique pour les bâtiments, •protection parasismique en service en même
équipements et installations à « risque normal », temps que l’installation.
c’est-à-dire celles définies par l’arrêté du 22 Installations existantes (échéances modifiées
octobre 2010 ; par l’arrêté du 19 mai 2015) :

éCHéANCES POUR LES INSTALLATIONS EXISTANTES

Zones de sismicité Zones 1 à 4 Zone 5


Identification et études des
fin 2019 fin 2016
équipements à risque
échéancier de travaux fin 2020 fin 2017
Fin de travaux éventuels
fin 2022 fin 2025
Juin 2016 - CMI 2-2016

de mise à niveau
Spectres de calcul pour les équipements à risque
Spectres de l’EN 1998-1 chapitre 3, avec les paramètres suivants (accélérations verticales modifiées
par l’arrêté du 13 septembre 2013) :
Cette fiche annule et remplace la fiche n°13 parue dans le n° CMI 3-2011.

ACCéLéRATIONS DE CALCUL
Fiche Technique n°25

Installations nouvelles Installations existantes


Zone de sismicité Accélération Accélération Accélération Accélération
horizontale (m/s2) verticale (m/s2) horizontale (m/s2) verticale (m/s2)
Zone 1 0,88 0,79 0,74 0,67
Zone 2 1,54 1,39 1,30 1,17

Zone 3 2,42 2,18 2,04 1,84


Zone 4 3,52 2,82 2,96 2,37
Zone 5 6,60 5,28 5,55 4,44

PARAMèTRE DE SOL S
Zones de sismicité 1 à 3 Zones de sismicité 4 et 5
Classe de sol
S S
A 1,00 1,00
B 1,35 1,20
C 1,50 1,15
D 1,60 1,35
E 1,80 1,40

PéRIODES POUR LES DIRECTIONS HORIZONTALES

Classe Zones de sismicité 1 à 3 Zones de sismicité 4 à 5


de sol TB (s) TC (s) TD (s) TB (s) TC (s) T (s)
A 0,03 0,2 2,5 0,15 0,4 2
B 0,05 0,25 2,5 0,15 0,5 2

C 0,06 0,4 2 0,2 0,6 2


Juin 2016 - CMI 2-2016

D 0,1 0,6 1,5 0,2 0,8 2


E 0,08 0,45 1,25 0,15 0,5 2

PéRIODES POUR LES DIRECTIONS verticales VERTICALES


Zone de sismicité TB (s) TC (s) TD (s)
Zones 1 à 3 0,03 0,20 2,5
Zones 4 à 5 0,15 0,40 2,0
Juin 2016 - CMI 2-2016
Construire en métal, un art, notre métier

Fiche Technique n°25


Cette fiche annule et remplace la fiche n°13 parue dans le n° CMI 3-2011.
Sur le terrain

© Aldo Amoretti

CMI 2-2016
27
TERRAIN
Une forme intégrée au site Les premières études sont réalisées à partir de
Le site est exceptionnel : une vallée des Alpes, à maquettes à grande échelle. « Nous ne sommes
mi-chemin entre Courchevel 1 650 et Courchevel pas partis sur une logique structurelle ou sur une
1 850. À cet endroit précis, la topographie tour- logique technique, mais plutôt sur une forme que
mentée de la montagne prend une pause, comme l’on a travaillée, sculptée pour déterminer une
une respiration : une légère plateforme entre deux géométrie qui permettait de se lier avec le terrain,
flancs montagneux, parcourue par le petit ruis- de faire corps avec le site » précise Till Kamp.
seau des Gravelles. Elle s’ouvre côté vallée sur un Pour parfaire cette idée de continuité du sol,
paysage mo-numental offrant une vue panora- l’ensemble du toit est recouvert d’une végétation
mique exceptionnelle. C’est sur ce lieu qu’a été extensive locale. En été, ses teintes rappellent celles
pro-grammé le futur centre aquatique de Saint- de la montagne environnante et l’hiver, l’illusion
Bon-Courchevel, un équipement prestigieux asso- est quasi parfaite : le manteau neigeux recouvre
ciant plusieurs bassins et des espaces commerciaux dans un même mouve-ment les reliefs du terrain
et ludiques. existant et la grande ondulation de la toiture.
Cinq équipes d’architectes sont retenues pour Afin d’assurer un éclairage naturel au projet,
concourir : Kengo Kuma (avec Mikan et l’agence Auer Weber imagine des sortes de de-
Dollé-Labbé), Marc Mimram, Jacques Rougerie, mi-coques revêtues de bois qui émergent de la
DHA et l’agence allemande Auer Weber associée couverture. Au nombre de quatre, elles ont toutes
aux français de SudioArch. La compétition est des dimensions différentes et semblent venir se
difficile, et c’est finalement Auer Webber qui poser de façon aléatoire sur le sol.
emporte le concours avec un projet d’apparence Le concept du projet participe donc de l’idée d’un
plus sage que les autres : « l’idée première du projet effacement du bâtiment, d’une architec-ture que
a été de rehausser le sol et de glisser l’ensemble du l’on pourrait presque qualifier de topographique.
programme en dessous ; côté vallée, la toiture est L’ouvrage ne présente que 2 façades côté vallée.
surélevée pour dégager toute la vue sur le grand Elles sont la conséquence du « soulèvement » de la
paysage et côté montagne, cette toiture redescend toiture, et leur trai-tement est minimal : de grands
pour établir comme une continuité avec le terrain panneaux vitrés tramés verticalement. Cette trans-
existant » déclare Till Kamp, chef de projet. parence des façades accentue la fluidité de la forme
© Aldo Amoretti

CMI 2-2016
28
Sur le terrain

du toit, dont on ne perçoit qu’une épaisse rive


blanche semblant s’élever dans le ciel des Alpes. AQUAMOTION - Centre aquatique de Courchevel

© Aldo Amoretti
Mais l’apparente simplicité formelle du projet
masque une véritable prouesse technique rendue
possible par l’utilisation d’une structure métallique
sophistiquée, qui aura nécessité de nombreuses
études et mises au point.

Une optimisation de la toiture


Si certaines architectures participent directement
d’une idée ou d’un principe constructif, tel n’est
pas le cas de l’Aquamotion. L’esquisse réalisée par
l’agence Auer Weber s’est d’abord inspirée du site,
d’une intrication formelle entre un lieu et le bâti-
ment devant y prendre corps. Tout à la fois façade
principale et enveloppe du projet, le design de la
Interieur du centre aquatique
toi-ture s’est affranchi au stade de l’esquisse des
contraintes techniques inhérentes à un tel ouvrage.
De plus, les exigences du programme et la volonté Programme
des architectes impliquaient une disposition En façade du bâtiment, côté est, l’accueil s’ouvre sur l’espace de piscine destiné
souple des points d’appuis de cette couverture, qu’il aux activités grand public. Cet ensemble comprend un pentaglisse, un large
convenait de limiter autant que possible. La mise courant d’eau de plus de 100 mètres, un bassin de sauts, une lagune, un bassin
au point de l’ouvrage s’annonçait donc complexe. de nage et un bassin extérieur. Au centre une pataugeoire colorée accueille
Le bureau d’études Bollinger Grohmann est appelé les jeunes enfants. Cet espace aqualudique est relié par un escalier à une zone
au stade APS, avec pour objectif l’optimisation de la plus calme vouée à la relaxation et au bien-être. Celle-ci gravite autour d’une
structure. Une des premières réflexions du bureau lagune qui se prolonge à l’extérieur. Autour de cette dernière, de nombreuses
d’études porte sur la définition géométrique de la fonctions complètent cet espace de relaxation : une grotte sombre abrite un
bassin d’eau salée, un centre de massage et plus loin une autre cavité ouvre sur
forme de la toiture : « la couverture initialement
des saunas et des hammams ainsi qu’un bassin froid extérieur. Chaque lieu
dessinée au concours était une portion de tore ;
est identifié par un design spécifique. Au nord toujours au même niveau, un
un tore possède des rayons de courbures variables, snack s’ouvre sur un bassin de surf. En-fin, au dernier niveau, un restaurant de
ce qui impliquait une surface de toiture non dé- 300 couverts offre aux convives la vue sur les montagnes au nord.
veloppable, rendant l’ensemble très complexe »
explique Gabriel Auger, chef de projet chez Bollinger Fiche technique
Grohmann. Maître d’ouvrage : Ville de Saint-Bon-Courchevel
Une solution alternative est donc étudiée par le Architecte mandataire : Auer Weber, Munich
bureau d’études. « Nous avons cherché la géomé- Architecte associé : Studio Arch, Chambery
trie de charpente qui se rapprochait le plus de Paysage : Axe Saône, Lyon
la surface d’origine, et notre choix s’est porté sur BET structure béton : Tractebel ingénieurs, Lyon
BET structure métallique : Bollinger + Grohmann ingénieurs, Paris
une surface translatée composée de 2 rayons de
BET fluides et technique piscine : Brière Réseaux, Annecy
courbures principaux, un premier de 1 500 m et
BET HQE : Inddigo, Toulouse
un second, perpendiculaire au premier, de 300 m. OPC : Arpège Ingénierie, Caluire
En comparant les deux formes, nous obtenions DET : JML International, Albertville
des écarts minimes de l’ordre de 5 cm. » La sur- Signalétique : Intégral Ruedi Baur, Paris
face translatée est donc retenue : elle est dévelop- Économie : Vanguard, Paris
pable et permet une pose facilitée des supports de Acoustique : Acson, Lyon
couverture. Scénographie : Gérard Frisque ; Les murs ont des plumes, Valenciennes
Si l’ensemble de l’ouvrage impressionne par ses Éclairagiste : Ing. Bamberger, Pfünz
dimensions, 120 m par 80 m avec des porte-à-faux Entreprises : Spie Batignolles (entreprise générale), Clapot (charpentier
atteignant 17 m, la seconde grande difficulté inhé- métallique)
rente à cette construction résidait dans le nombre études : 2010-2012
Réalisation : 2012-2015
de points porteurs : seulement 25 colonnes,
Surfaces : 17 000 m2 SHOB (10 000 m2 SHON)
2 murs et 3 culées, avec des appuis espacés en
Altitude : 1 500 m
certains endroits de 29 m. « Il fallait avoir le Coût charpente : 2 880 000 € HT
Coût global : 45 M€ HT

CMI 2-2016
29
TERRAIN minimum de points d’appuis avec une grande avis technique, ce qui a permis d’alléger considé-
flexibilité dans leurs positions, la structure devait rablement l’ensemble de la toiture : le poids global
pou-voir s’adapter à ces changements d’appuis, du complexe de couverture a ainsi été divisé par
mais surtout nous devions optimiser le poids de quatre !
la charpente. »
Un travail important a donc été mené par Bollinger Un assemblage complexe
Grohmann sur la problématique des charges. Le choix d’une charpente métallique s’est imposé
Gabriel Auger nous décrit cette phase d’étude : « dès le départ pour répondre aux défis des grandes
Il y avait des charges perma-nentes importantes dimensions, des charges élevées et de la sismicité
qui contribuent au dimensionnement de la char- du lieu. « En toute première phase, nous avions
pente et sur lesquelles nous pouvions influer, tan- étudié l’option poutres pleines » explique Gabriel
dis que sur les charges variables, on ne pouvait Auger. « Mais très vite, nous nous sommes rendu
rien faire. Pour ce projet, la charge principale était compte qu’en rapport aux dimensionnements
l’enneigement avec des contraintes très élevées, et aux portées, réaliser des poutres à âme pleine
de l’ordre de 650 kg/m2 dans cette région. Donc, n’était absolument pas économique ; nous avons
nous avons essentiellement travaillé sur l’optimisa- donc fait le choix de poutres treillis, ce qui nous
tion du poids propre de la couverture qui, dans les permettait de gagner de la masse ».
premières phases, comprenait une dalle mixte La charpente supportant la couverture est une
acier béton ». résille de poutres treillis croisées, espacées tous les
En effet, en climat de montagne, le DTU impose 4,40 m et d’une hauteur statique de 2 m. En phase
un support d’étanchéité maçonné pour les toitures d’étude, le bureau d’études conçoit l’ensemble de la
végétalisées. Le bureau d’études a donc commen- structure en tubes mais l’entreprise retenue pour
cé son étude de structure avec un complexe de ce lot avance un problème lié au traitement de la
couverture intégrant des bacs collaborants. Jusqu’à charpente.
la phase de consultation des entreprises, cette En effet, l’atmosphère d’un centre aquatique
hypothèse a été maintenue dans le respect des est extrêmement agressive pour le métal. Pour
règles de l’art, mais après réception des offres, le prévenir les problèmes de corrosion, un double
budget restait encore tendu. système a été prévu : d’une part mettre en surpression
Dans les variantes proposées aux entreprises, l’intégralité du plénum afin de limiter la présence
Bollinger Grohmann suggérait d’utiliser une de chlorure, et d’autre part traiter l’ensemble des
solution sèche (sans béton), tout en essayant de éléments de structure par une galvanisation à
convaincre les industriels d’appliquer une garantie chaud afin d’assurer une durabilité maximale à
décennale à cette proposition. Au final, un fabricant l’ouvrage. Galvaniser des tubes est cependant une
s’est engagé avec sa techno-logie de bacs secs sous procédure complexe : il est nécessaire de les percer
afin que le traitement soit complet, et cela implique
une quantité plus importante de zinc à déposer.
Axonométrie de L’entreprise Clapot (voir encadré) a donc proposé
l’ouvrage de modifier la nature des éléments de structure
et d’utiliser des profils minces pour reconstituer
© Bollinger - Grohmann

les poutres treillis. Au final, c’est cette dernière


solution qui sera retenue pour le chantier. Si
elle implique un poids global de charpente plus
important, elle a permis de gagner du temps dans
la commande et la réalisation des éléments.
La géométrie spécifique de la toiture avec sa
double courbure imposait une précision de fabri-
cation et de mise en œuvre extrême. Des éclisses
boulonnées avaient été prévues ini-tialement pour
reprendre les efforts très importants de la char-
pente, de l’ordre de 200 t de traction. Cependant,
cette option avait le désavantage de présenter un
peu de « jeu » dans les réglages, avec le risque

CMI 2-2016
30
Sur le terrain

Le point de vue du charpentier métallique


« Sur cette opération, tout le monde a fait preuve d’une cohésion et d’une solidarité exemplaires » relate
Dominique Arlaud, directeur d’activité de l’entreprise Clapot*, dont les équipes ont réalisé la charpente
métallique du projet Aquamotion. Un travail remarquable qui a suscité l’enthousiasme de tous :
architectes, bureau d’études, entreprises !

Comment êtes-vous intervenu sur ce chantier ? correction était ensuite appliquée aux poutres avant de passer
Sur cette opération, nous étions sous-traitant de l’entreprise Spie en phase soudure pour réaliser l’assemblage définitif.
Batignolles en charge du lot structure métallique. Nous avons Ces poutres treillis mesuraient 12 mètres environ. Cette dimen-
tout d’abord répondu au premier appel d’offres sur la base de sion correspondait à une addition de plusieurs contraintes : la
l’étude établie par le bureau Bollinger Grohmann : une structure taille des bains de galvanisation, le transport mais également
poutres treillis conçue en tubes. Après plusieurs allers-retours, le poids. Il fallait pouvoir soulever ces éléments avec la seule
nous avons suggéré une variante en pro-posant des fermes treillis grue qui était en place sur le chantier, ce qui nous imposait des
réalisées avec des profils traditionnels. charges maximales. Les poutres étaient en-suite assemblées sur
site par nos articulations en peignes. Ce système nous a permis
Pourquoi avoir proposé cette variante ? une mise en œuvre beaucoup plus rapide, et ainsi nous pouvions
Il y avait tout d’abord une première difficulté liée à la galvanisation libérer la grue plus vite.
de la structure : quand on travaille avec des profils creux, carrés et
rectangulaires pour ce projet, il y a des disposi-tions spécifiques Quelles ont été les principales contraintes sur le chantier ?
à prévoir, plus complexes qu’avec des profils classiques. L’autre La principale difficulté sur le chantier a été un temps d’interven-
problé-matique était inhérente à la forme particulière de la toi- tion très limité. En raison des conditions climatiques particulières
ture : la charpente du projet est en-tièrement cintrée selon deux en montagne, le chantier se déroulait sur des pé-riodes courtes,
rayons de courbure. Nous devions donc gérer techniquement environ 5-6 mois. Il nous fallait donc réaliser la charpente le
le cintrage des tubes. plus rapide-ment possible pour permettre aux autres corps
Dans notre variante, ces cintrages ont été reconstitués par des d’état d’intervenir et ainsi mettre le bâti-ment hors d’eau. Pour
facettes. Tous les 4 mètres, nos fermes treillis présentent des mon- respecter les délais, nous avions mis en place un montage en
tants verticaux et la facette est exécutée à ce niveau-là. Réaliser équipe de 2/8 puisque l’on n’avait qu’une seule grue : le travail
un tel assemblage avec des tubes eut été extrêmement complexe se déroulait ainsi de 5 heures du matin à 23 heures.
: il aurait fallu réaliser des doubles coupes biaises sur les tubes. L’assemblage total de la charpente aura duré 4 mois, ce qui a
Nous avons également proposé des modifications relatives aux permis au couvreur de dis-poser de suffisamment de temps
liaisons entre poutres. Ini-tialement, le bureau d’études avait derrière nous pour réaliser sa couverture, l’étanchéité et la végé-
prévu des platines boulonnées, mais nous éprouvions d’impor- talisation du toit.
tantes difficultés sur les assemblages pour faire passer les efforts
au niveau des boulons. J’ai donc proposé un système de liaison Et au final… ?
par peigne avec un axe. Nous avons en-suite développé cette Ce projet a été une très grande expérience humaine. Tout notre
solution au niveau des études. personnel, que ce soit en production atelier ou en phase de
montage, s’est totalement impliqué dans le projet.
La forme de la toiture était un véritable challenge ? Si le chantier s’est aussi bien déroulé, c’est également grâce aux
Il est certain que cela a été un chantier d’une très grande com- excellents rapports que nous avons entretenus avec l’entreprise
plexité : nous avions déjà des doubles rayons de courbure, nous Spie Batignolles.
avions également une facétisation à respecter, c’était véritablement C’est un point à souligner : les entreprises générales sont souvent
un projet spatial ! décriées, mais sur cette opération, tout le monde a fait preuve
Nous avons dû ainsi inventer des procédures spécifiques : toutes d’une cohésion et d’une solidarité exemplaires pour arriver à
les poutres étaient pré-assemblées en pointeuse, puis elles étaient réaliser cette structure hors normes !
passées au scanner 3D. Une entreprise informa-tique a développé
un logiciel spécifique pour cette opération. À partir du relevé
numé-rique, ils ressortaient un fichier 3D qui était superposé *Depuis, l’entreprise Clapot a cessé son activité pour des raisons
aux plans d’origine afin de mesurer les écarts éventuels. Une indépendantes de ce chantier

CMI 2-2016
31
TERRAIN d’une accumulation de ces écarts d’un assemblage discussions, une dérogation a finalement été
à l’autre. Une solution alternative est alors étudiée obtenue : moyennant un compartimentage limité
par Clapot : l’utilisation de peignes de liaison fixés à certaines zones de la structure, l’ensemble de la
entre eux par un seul axe d’articulation. Ce détail charpente a été équipé d’un système de détection
d’assemblage a permis une mise en œuvre plus incendie.
rapide et plus précise des poutres, mais a nécessité La réalisation d’un tel projet présente en soi de
un travail préparatoire spécifique : chaque peigne multiples difficultés techniques, mais elles ont
étant unique en relation à sa position particulière ici été amplifiées par sa localisation. Un chantier
dans la struc-ture, tous les éléments de la charpente de montagne implique en effet de nombreuses
ont été scannés en phase d’assemblage et comparés contraintes : une accessibilité au site complexe,
à leur jumeau théorique du modèle 3D avant mise mais surtout des durées d‘intervention limitées à
en œuvre. environ une demi-année. Indépendamment des
problèmes d’enneigement, la ville de Saint-Bon-
Courchevel ne souhaitait pas que les touristes
puis-sent être dérangés par le chantier et le trafic
des camions.
Le chantier a commencé durant l’été 2012 et aura,
au final, duré trois ans avec une ferme-ture du site
en hiver pendant cinq mois environ. Ce n’est que
lors de la dernière année, quand le clos-couvert a
été achevé, qu’il a été possible d’intervenir sur les
lots intérieurs durant la période hivernale.
Exemple de peigne
Autres grands ouvrages intégrés à la charpente de Conserver l’esprit du projet
couverture : quatre coques disposées sur la toiture Tout au long des études, le bâtiment aura beaucoup
permettant d’amener un éclairage naturel dans évolué. Le programme initial comprenait une salle
les différentes parties du bâ-timent. Elles sont de sport supplémentaire et un petit centre de congrès,
composées d’arcs cintrés à forme parabolique mais au fur et à mesure de la mise au point du projet,
espacés tous les 3,80m avec des portées pouvant des contraintes budgétaires ont amené à réviser le
atteindre 27 m. Ces coques ne possèdent pas de programme pour ne garder que les équipements
dispositifs d’appuis classiques, elles reposent sur la essentiels. La mise au point technique des ouvrages
charpente qui présente une certaine « souplesse » a été également un véritable challenge, nécessitant de
horizontale et verticale. Une modélisation globale nombreux allers-retours entre le bureau d’études
de l’ouvrage a donc été nécessaire en phase concep- Bollinger Grohmann et les entreprises retenues.
tion, mais également durant les études d’exécution. Des solutions innovantes ont été étudiées, des
Le traitement des rives a fait l’objet d’une atten- dérogations ou aménagements de règles obtenus
tion particulière : en effet, dès le concours, les en relation aux caractéristiques uniques de cet
architectes souhaitaient qu’elles soient le plus ouvrage.
fines possibles afin d’alléger l’aspect général de ces Mais au final, l’architecte Till Kamp ne cache pas sa
ouvertures. L’épaisseur totale des coques structu- fierté d’avoir réussi à préserver le con-cept du projet.
relles étant de 0,60 m, la solu-tion développée a « Le point le plus intéressant pour nous a été de
été de mettre en place des poutres en porte-à-faux conserver l’idée initiale de l’esquisse du concours.
posées sur les deux premiers arcs. Pour résumer ce bâtiment, c’est un grand triangle
avec deux courbes coupées à l’intérieur et une toiture
De multiples contraintes émergeant du sol dans un geste très fluide ».
Une autre difficulté inhérente à cet ERP (établis- Les surfaces ont été réduites, la géométrie de sa toiture
sement recevant du public) était la protection au optimisée, mais l’identité du projet est restée la même :
feu. Dans le cas d’une structure non visible, la « si maintenant on superposait les plans du concours
réglementation impose une protec-tion au feu de avec ceux du bâtiment achevé, on verrait tous
type flocage ou peinture intumescente pour les les changements qui sont intervenus, mais on
éléments métalliques. Mais floquer l’ensemble de constaterait surtout que l’esprit du projet est resté
la charpente représentait un coût énorme. Après le même. »

CMI 2-2016
32
RENCONTRE
Rencontre avec Valérie Prudor,
Secrétaire générale de L’Enveloppe Métallique du Bâtiment
« En France, la culture de la construction est
moins métallique que béton ».
Valérie Prudor, Secrétaire générale de L’Enveloppe Métallique du Bâtiment, travaille
quotidiennement à contredire ce constat ! Son syndicat est extrêmement dynamique
et multiplie les actions dans les domaines de la recherche, de la réglementation, de la
formation, ou encore dans la promotion de solutions techniques innovantes et durables.

Propos recueillis par Vincent Rey

CMI - De quand date la création de métier mais aussi des solutions qu’ils apportent dans le
L’Enveloppe métallique du bâtiment ? monde du bâtiment. Le second point, c’est le rôle très
Valérie Prudor  : Notre organisation professionnelle important que l’on joue dans la rédaction des règles
est née il y a presque 60 ans, en 1957 exactement, et de l’art : nous participons à la rédaction et à la mise
s’appelait initialement le SNPPA : Syndicat national à jour de DTU, nous avons beaucoup contribué à la
du profilage des produits plats en acier. À l’origine, conception du nouveau référentiel Recommandations
nous ne nous occupions donc que de l’acier et nous professionnelles RAGE. Enfin, troisième point, nous
regroupions essentiellement les fabricants de bar- avons pour fonction de représenter nos adhérents
dages et de couvertures. Progressivement, notre auprès des pouvoirs publics français ou européens.
champ d’activité s’est étendu à tous les métaux ferreux Ce sont les trois missions assez classiques de beau-
et non ferreux, et nous avons intégré à nos produc- coup de syndicats, avec néanmoins une spécificité :
tions les planchers collaborants mais également les nous sommes une organisation professionnelle très
pannes, lisses et solives, c’est à dire les structures en technique et les sujets que nous traitons exigent
éléments minces. un haut niveau de compétence de la part de notre
En 2015, nous avons changé de nom et nous sommes direction technique, David Izabel, directeur et Anna
devenus L’Enveloppe métallique du bâtiment. Cette Palisson, son adjointe.
décision correspondait à des modifications de nos
activités et de la struc-ture de notre organisation. Nous avons été ainsi amenés à traiter de missions
Notre nouvelle appellation n’a donc qu’un an d’exis- plus spécifiques : nous dirigeons des essais et des
tence, mais je me suis aperçue que déjà, mes différents études d’intérêt collectif sur les produits et systèmes
interlocuteurs et partenaires avaient tendance à tout de nos adhérents. Par exemple, nous avons réalisé
Valérie Prudor, simplement nous appeler L’Enveloppe Métallique. de grandes campagnes d’essais sismiques et récem-
secrétaire générale de
L’Enveloppe Métallique
Je trouve cela plutôt formidable : nous sommes ment, nous venons de terminer, en collaboration
du Bâtiment identifiés de façon immédiate et tout le monde comprend avec nos partenaires du CTICM et du SCMF, un
l’objet de notre activité ! pro-gramme d’essais extrêmement important sur
les écrans thermiques (voir encadré). Nous sommes
CMI - Quelles sont vos principales missions ? ainsi en mesure de proposer une solution totalement
Valérie Prudor  : Nous sommes une organisation innovante pour les bâti-ments logistiques soumis à
professionnelle, nous exerçons donc avant tout les la réglementation ICPE (Installations classées pour
activi-tés « traditionnelles » de ce type de structure. la protection de l’environnement). C’est l’une de nos
En premier lieu, nous avons pour mission de faire la particularités, tous les syndicats ne réalisent pas des
promotion de nos adhérents, la promotion de leur études et des recherches de ce type-là.

CMI 2-2016
34
Rencontre

Nous participons également, et parfois nous pour l’Institut de l’Enveloppe métallique. En effet,
dirigeons, des programmes de recherche et dévelop- l’expertise technique qu’ils ont développée est utile
pement, notamment dans le cadre de conventions aux deux structures.
avec la Commission euro-péenne. Actuellement,
nous assurons la direction d’un programme Nos adhérents sont tous des fabricants, mais
intitulé GRISPE et por-tant sur une certaine catégorie certains peuvent avoir en plus une activité de mise
de profils, très couramment utilisés et cependant en œuvre. Nous sommes une profession extrê-
absents des Eurocodes. Le programme GRISPE, après mement concentrée, il n’y a en tout que douze
présentation de ses résultats au comité d’experts du entreprises adhérentes mais elles couvrent la
CEN TC 250, va pallier ce manque. Plus d’un millier quasi-totalité du marché français. Nous regroupons
d’essais vont être ainsi réalisés pendant la durée du ainsi des entreprises de grande taille, des ETI et des
programme. Des méthodes de calcul seront ensuite PME. Mais ce qui est remarquable, c’est que tout le
dispo-nibles et faciliteront à terme le quotidien des monde travaille ensemble dans l’intérêt commun
industriels de notre branche d’activité. de notre profession.

Depuis 2010, nous organisons des formations Mon rôle en tant que secrétaire générale est de
professionnelles. Nous disposons aujourd’hui d’une rechercher constamment des actions d’intérêt collec-
soixantaine de programmes. Jusqu’à cette année, tif qui permettront à toute la profession d’accroître
une filiale du syndicat appelée S3P2A gérait cette ses parts de marché dans le bâtiment. J’ai une vue
activité, mais également nos différents programmes d’ensemble sur notre secteur qui est très concurren-
d’essais et d’études. tiel. Avec mes collaborateurs, nous nous efforçons
Nous avons décidé de changer complètement de donc de proposer constamment au bureau de nou-
philosophie : cela sera désormais une nouvelle entité, velles idées favorisant les solutions techniques de
l’Institut de l’Enveloppe métallique, qui s’occupera nos adhérents, nous cherchons à réaliser des actions
de l’ensemble des acti-vités de formations, d’essais, qui peuvent créer une différentiation sur le marché.
d’études, et de recherche et développement. Ce
sont toutes des missions d’intérêt collectif et il est CMI - Pouvez-vous nous parler de votre rôle
beaucoup plus cohérent de les regrouper sous la dans l’élaboration des « référentiels » ?
forme d’une association loi 1901 à but non lucratif, Valérie Prudor  : Quand nous travaillons sur un
l’Institut, plutôt que de conserver notre ancienne référentiel, c’est à la demande des acteurs du marché.
filiale, la S3P2A, qui était une SARL. Par exemple, des fabricants ou des entreprises de
mise en œuvre considèrent qu’il est important de
L’Institut est une association indépendante, une reprendre les documents existants parce qu’ils sont
structure ouverte à tous les acteurs du marché trop anciens, ou inadaptés aux innovations récentes.
soucieux de développer l’expertise en enveloppe
métallique : fabricants, entre-prises de mise en œuvre, Dans notre secteur d’activités, il existait des règles
organisations professionnelles, centres de recherche, professionnelles relatives aux bardages en acier et en
laboratoires, contrôleurs, alors que L’Enveloppe aluminium qui dataient de 1981. Depuis, les progrès,
métallique du bâtiment reste une organisation notamment en termes d’isolation thermique, ont été
professionnelle regroupant exclusivement les gigantesques. Il a donc été proposé de rédiger de
fabricants. nouvelles règles afin d’intégrer toutes les innovations
apparues ces dernières années.
CMI - Comment fonctionne votre structure, À côté des DTU (Documents techniques unifiés)
L’Enveloppe métallique du bâtiment ? que tout le monde connaît, un nouveau référentiel a
Valérie Prudor  : Nous possédons un conseil d’admi- été créé récemment. Il s’intitule Recommandations
nistration, un « bureau », qui prend les décisions et professionnelles RAGE. L’objectif de RAGE est de
les orientations stratégiques en collaboration avec proposer des règles de l’art performantes, prenant
l’assemblée générale. Au niveau des finan-cements, en compte toutes les améliorations qui ont été
une partie provient des cotisations et une autre partie accomplies pour augmenter l’efficacité énergétique.
de revenus propres liés à nos activités de recherche Généralement ces nouvelles Recommandations
et de formation. Professionnelles sont apparues dans des domaines
Certains de nos collaborateurs travaillent à la ou les règles étaient périmées ou inexistantes. L’idée
fois pour L’Enveloppe métallique du bâti-ment et avec RAGE, c’est de produire rapidement de nouvelles

CMI 2-2016
35
RENCONTRE règles innovantes et performantes, devant servir de continuellement des approches,des thèmes qui
point de départ à la création de DTU. vont être utiles à tous nos adhérents, qui vont
favoriser l’innovation ou le développement de
Avec le CTICM, nous avons pris part à la rédaction nouveaux produits, qui vont augmenter l’implan-
de trois Recommandations profession-nelles RAGE tation de nos solutions.
en nous attachant à y associer à chaque fois l‘ensemble
des acteurs concernés. Nous avons dû ainsi gérer Actuellement, nous menons un travail de recherche
près d’un millier de commentaires, ce qui est un sur l’Eurocodes 3 et nous achevons un programme
travail conséquent. sur les écrans thermiques.
Au final, si nos Recommandations sont reconnues Dans le cadre de ce programme, nous avons conçu
comme étant de qualité, c’est en raison de ce travail un nouveau système constructif, particulièrement
collégial : la rédaction des règles de l’art est un efficace, pour les écrans thermiques et les murs
exercice collaboratif impliquant tous les acteurs. coupe-feu séparatifs des ICPE (voir encadré). Pour
Certaines discussions sont parfois difficiles parce certaines catégories d’entrepôts, une réglementation
que chaque pro-fession défend ses propres intérêts, s’applique et fixe une valeur limite au rayonnement
il est important alors de trouver les dénominateurs thermique en cas d’incendie. Jusqu’à une période
communs permettant de rédiger des documents ré-cente, cette contrainte impliquait la prise en
acceptables pour tous. Un syndicat seul de son côté compte autour du projet d’une distance minimale
ne peut pas concevoir des règles de l’art, une bonne par rapport aux bâtiments alentours, et donc l’acqui-
règle doit être partagée par tous ! sition d’un foncier plus important.
Nous proposons aujourd’hui une solution totalement
CMI - Quels sont les programmes de innovante développée avec nos partenaires du
recherche sur lesquels vous travaillez ? CTICM et du SCMF : des poteaux encoffrés par
Valérie Prudor  : Nous travaillons toujours sur des des panneaux sandwich à âme lainent de roche.
programmes d’intérêt collectif : nous recherchons Le rayonnement thermique est ainsi réduit de
manière spectaculaire grâce à une performance
ICPE : nouveau système constructif pour les écrans au feu tout à fait exceptionnelle. Cette étude vient
thermiques et les murs coupe-feu séparatifs de s’achever et le CTICM a organisé le 30 juin
dernier une journée sur la sécurité incendie au
Dans le cadre d’un programme de développement, l’Enveloppe métallique cours de laquelle cette nouvelle solution a été l’un
du bâtiment a conçu, en partenariat avec le CTICM et le SCMF, un nouveau des grands sujets abordés.
système constructif, particulièrement efficace, pour les écrans thermiques et
les murs coupe-feu séparatifs des ICPE. L’histoire de ce programme de recherche est
Ce nouveau système constructif, testé en septembre dernier dans le laboratoire intéressante : il est né d’une réflexion que l’on a
d’Efectis France, a démontré des performances excellentes en termes de eue dans notre association ConstruirAcier qui
résistance au feu, bien au-delà de 120 mn d’exposition au feu normalisé regroupe notamment le SCMF, les constructeurs
(supérieures à 180 mn).
métalliques, et le CTICM. Au fil de nos discus-
Le nouveau dispositif est composé de panneaux sandwich ayant un classement sions, nous avons constaté que nous perdions
EI120 as-semblés sur des poteaux métalliques porteurs et encoffrés sur toute des marchés en raison de cette problématique
leur hauteur par le même type de panneaux EI120.
de rayonnement thermique et donc ensemble,
nous avons décidé de construire un programme
de développement pour essayer de trouver
une solution innovante à même de résoudre
ce handicap. Cette solution a été testée dans le
laboratoire feu d’Efectis France avec des résultats
Schéma CTICM: solution de paroi métallique pour écrans thermiques et murs CF bien supérieurs à ceux que l’on pouvait attendre.
ConstruirAcier est un lieu d’échanges, d’expertises,
Efectis France a délivré une APL (Appréciation de laboratoire) qui valide le et c’est dans ce cadre que nous nous sommes dit : il
classement REI120 du nouveau système constructif. y a cette problématique, réfléchissons ensemble et
Pour plus d’information, voir le dossier Sécurité incendie paru dans CMI trouvons une solution à proposer au marché.
1-2016 page 19.

CMI 2-2016
36
Rencontre

CMI - Une des vocations importantes d’excellentes performances thermiques et l’utilisa-


du syndicat est de favoriser le partage des tion de solutions métalliques permet une grande
connaissances, de communiquer autour souplesse dans les opérations de réhabilitations,
de vos solutions… modifications ou extensions.
Valérie Prudor  : Nous adhérons à l’association
PPA Europe (European Association for Panels and L’année dernière, nous avons publié un livre s’inti-
Profiles) qui regroupe l’ensemble des fabricants de tulant « Façades et couvertures » qui illustre bien toute
profils et de panneaux sandwich en Europe. Chaque la richesse des solutions d’enveloppe en acier. Nous
année, elle organise un congrès rassemblant non voulons montrer que l’utilisation de nos produits
seulement les fabricants mais également maîtres permet d’obtenir de beaux rendus esthétiques, de
d’œuvre, les architectes, et tous les acteurs du marché magni-fiques bâtiments. Avec le métal, tout est
au niveau euro-péen. Nous sommes également possible, il y a une liberté architecturale assez impres-
associés à de nombreux comités européens dans sionnante avec nos solutions !
le cadre de la rédaction des règles de l’art, dans les
révisions des Eurocodes. CMI - Quelle est votre vision des prochaines
mutations dans le monde du bâtiment ?
En France, notre cible n’est pas tant nos adhérents Valérie Prudor  : Il y a deux sujets majeurs qui vont
que les autres acteurs du marché, ceux qui pourraient profondément modifier le monde de la construction.
prescrire ou acheter nos produits et les mettre en Le premier, c’est le développement durable.
œuvre. Nous avons diffé-rents outils : une lettre que Cette problématique déjà bien connue va encore
nous distribuions traditionnellement sous le logo profondément s’accentuer. Elle touche l’ensemble
SNPPA et que nous retravaillons actuellement, mais des industriels, dans tous les secteurs d’activités,
également des conférences que nous organisons. elle constitue un sujet essentiel pour l’avenir et un
Nous allons ainsi proposer le 29 septembre prochain axe de travail prioritaire pour nous. Nous sommes
une journée technique sur l’Enveloppe métallique très soucieux de construire de façon durable et pour
du bâtiment où nous expliquerons et proposerons cela, nous nous efforçons toujours d’améliorer les
nos solutions d’enveloppe en relation aux types de performances de nos produits. Cela se traduit par
performance que l’on recherche. des actions extrêmement concrètes et pratiques.

Quand on parle du bâtiment, il y a deux grands Je vais donner un exemple qui illustre assez
secteurs, le résidentiel et le non-résidentiel. Notre bien cela. Nos produits en acier présentent un
profession intervient essentiellement dans le secteur avantage énorme : c’est une matière recyclable à
du non-résidentiel. Nous avons pris l’habitude de le l’infini, tout en conservant ses propriétés.
diviser en 8 catégories : l’industrie, le commerce, la Cependant, dans certaines solutions que nous
logis-tique, les bureaux, le secteur agricole, la santé, proposons, nous utilisons d’autres matériaux
l’enseignement et les bâtiments à vocation culturelle comme du polyuréthane en isolation de panneaux
ou sportive. Nous avons d’excellentes parts de marché sandwich. Dans le cadre d’un programme de
dans la plupart de ces catégories. En industriel et en recherche, financé en partie par la FFB, et en
logistique, nous sommes largement majoritaires avec partenariat avec le SRBTP (Syndicat des recycleurs
80 à 90 % du marché. En commerce, nous réalisons du BTP), nous travaillons sur la création d’une
environ 60 % des éléments de façade, en agricole filière de recyclage du polyuréthane. Des tests sont
nous sommes presque à 50 % et en bureaux, nous actuellement conduits pour traiter l’âme en poly-
avons environ un tiers du marché. uréthane des panneaux sandwich en vue de sa
valorisation énergétique. Ensuite, l’objectif est
Nous sommes moins bien implantés en logements de créer tout un réseau de partenaires en France
alors que nous proposons des solutions intéressantes. qui collecteront les panneaux sandwich à âme
Nous avons donc de fortes possibilités de développe- polyuréthane, afin de pouvoir ensuite les recycler.
ment sur ce marché, et en particulier sur le collectif. Nous avons commencé sur le sujet des panneaux de
Dans le cadre de l’association ConstruirAcier, une bardage ou de couverture, mais l’idée pourra être
journée technique sur les logements collectifs a étendue à d’autres solutions.
été organisée et nos solutions d’enveloppe ont eu
un vrai succès, cela signifie qu’il existe vraiment Toujours dans cette thématique du développement
un potentiel important. Nos produits présentent durable. nous avons créé avec Cons-truirAcier et le

CMI 2-2016
37
RENCONTRE
CTICM un site www.save-construction.com : c’est travailler tous ensemble, de manière collaborative,
un outil d’analyse des cycles de vie des produits qui, avec de nouveaux outils.
prochainement, permettra d’obtenir une FDES/EPD
au format 15804 (fiche de déclaration environne- C’est dans cet esprit que nous avons été l’une des
mentale et sanitaire) pour un chantier donné, pour toutes premières organisations professionnelles
un produit donné. Nous avons un bel avantage grâce à proposer un catalogue complet d’objets BIM
à la recyclabilité de nos produits. génériques. Aujourd’hui, nous mettons ainsi à
disposition de tous 58 objets génériques représen-
Nous travaillons également beaucoup sur les ques- tatifs de 58 solutions courantes de notre
tions d’isolation et les nouvelles solutions proposées profession. Ce sont des objets de systèmes (par
par nos industriels en façade et couverture présentent exemple, un plateau avec des lits d’isolant et des
des performances thermiques assez exceptionnelles. écarteurs et un parement extérieur) et non pas de
Il suffit d’aller visiter notre catalogue générique produits (comme le plateau seul). Chaque objet est
d’objets BIM pour voir que nos systèmes ont une accompagné d’une base de données complète avec toutes
efficacité énergétique de très haut niveau. les performances du système. Les détails techno-
logiques de principe des points singuliers sont
Ce qui m’amène au second thème qui va modifier également donnés.
profondément le monde de la construction : la
maquette numérique. L’ensemble des informa- Dès la conception de son projet, grâce à ce catalogue
tions techniques d’un ouvrage seront désormais très complet, un prescripteur peut facilement essayer
concentrées dans un fichier unique, avec pour objectif une solution métallique, sans être engagé avec aucun
une plus grande maîtrise des délais et des coûts. fabricant. Il lui est possible de rapidement tester nos
L’arrivée de la maquette numérique constitue un réel produits, d’en mesurer les performances et compte
changement culturel dans nos pratiques de projet. tenu des caractéristiques de nos systèmes, de trouver
Cette évolution implique que nous allons devoir nos solutions intéressantes.
Rencontre

CMI - Quelle est l’actualité de l’Enveloppe et vous aurez accès à une liste de programmes
métallique du bâtiment ? téléchargeables.
Valérie Prudor  : En ce moment, nous sommes en
train de « digérer » notre catalogue BIM : conce- Notre spécificité est de ne réaliser que des formations
voir plus de 50 objets génériques, cela constitue un en « intra », avec des participants issus de la même entre-
énorme travail ! En septembre, nous déposerons prise ou entité. Dans les formations en « inter », vous
deux nouveaux projets de recherche mais c’est trop regroupez des salariés de différentes entr prises, cela peut
tôt pour que je puisse vous en parler. nous arriver d’en faire. Nous avons en effet la capacité
de faire des stages adaptables, du sur-mesure, avec de
Actuellement, nous travaillons sur nos programmes très petits groupes. Deux ingénieurs d’une entreprise,
de formation. Depuis 2010, l’année de création de d’un bureau d’études, peuvent réserver une formation.
nos modules, nous nous sommes surtout concentrés
sur la formation des ingénieurs salariés de nos adhé- Dans les domaines très techniques, par exemple les
rents. Nous avons maintenant quasiment terminé problématiques de dimensionnement, la qualité du
cette phase et nous allons proposer nos formations stage est directement liée au nombre de participants.
à l’extérieur, principalement aux bureaux d’études C’est une question d’harmonisation des niveaux,
mais également aux architectes, aux prescripteurs, et notre expérience nous a montré que dans nos
aux bureaux de contrôle. formations, les participants ont rarement le même
niveau. Nous préférons donc prendre peu de
Jusqu’alors, nous disposions de 60 programmes personnes, 2 ou 3, et ainsi s’assurer qu’elles repartent
mais ils n’étaient visibles sur aucun site, ils étaient toutes avec un véritable acquis. Avec la création de
uniquement destinés à nos adhérents. À partir de l’Institut de l’Enveloppe Métallique, nous ouvrons
cet été, nous allons mettre toutes nos formations cette année nos formations à tous les acteurs
en ligne selon dix rubriques : vous cliquerez sur un du marché. C’est une nouvelle étape pour notre
sujet, par exemple « Justifications aux Eurocodes », organisation !

Recyclage des panneaux à âme polyuréthane

Projet de recherche (2015-2016) visant à créer une filière de recyclage des panneaux sandwich
à 2 parements acier et à âme polyuréthane.

Les partenaires du projet


Dans le cadre d’un projet de recherche soutenu par la FFB et dirigé par le SRBTP (Syndicat des
recycleurs du BTP), L’Enveloppe métallique du bâtiment participe, aux côtés du SNED, du SNI, de
l’UNCP et de la CSFE, à la création d’une filière de recyclage des panneaux sandwich à 2 parements
acier et à âme polyuréthane. Les tests de recyclage sont effectués dans l’usine de Terecoval, en Haute
Savoie. Ils ont commencé le 17 novembre 2015.

Valorisation énergétique
Le polyuréthane dépollué est récupéré sous forme de briquettes. Elles feront ensuite l’objet d’une
valorisation énergétique.

Les livrables attendus


Plusieurs livrables sont attendus. On peut citer notamment :
-u  n bilan matière des entrants et des sortants (briquettes + ferraille, plastique, aluminium...) ;
- le taux de dépollution, et quantités de polluants récupérés (CFC, HCFC...) ;
- les quantités d’énergie nécessaires pour (a) séparer le PU des parties en acier puis pour (b) broyer
le PU ;
-u  n bilan carbone (évitement carbone avec traitement en installation GEM F) ;
- un bilan économique.

CMI 2-2016
39
FORMATION
Vos formations
au CTICM
F ON 02 Bases de résistance des Pédagogie :
matériaux – 13 au 15 septembre 2016 --Les stagiaires sont « mis en situation » devant
Déterminer les efforts internes et les déformations des exercices concrets d’application ; ils disposent
dans les structures métalliques courantes par la d’un temps de réflexion pour résoudre chaque
résistance des matériaux (RDM). problème posé,
Objectifs --Correction individualisée (accompagnement
--Acquérir les bases de RDM indispensables à du stagiaire dans sa réflexion) et correction
l’étude des structures métalliques, « magistrale»,
--Maîtriser les notions de comportement --Une note de calculs pédagogique est remise aux
mécanique des éléments de construction, stagiaires en fin de session,
Ces stages sont --Maîtriser les notions de base de l’équilibre des --Effectif limité compte tenu de la pédagogie.
issus des cycles ossatures, Public :
--Déterminer la distribution des efforts dans une Calculateurs ou ingénieurs expérimentés chargés
 cquérir les
A ossature métallique. du dimensionnement ou de la rédaction de notes
fondamentaux Ce module n’a pas pour objectif la vérification des de calculs de structures de bâtiments.
nécessaires sections en résistance et en stabilité (voir BAS 04 Pré-requis :
au calcul ou à ou PER04) Il n’est pas prévu de rappels théoriques des notions
la conception Pédagogie : abordées,
générale des
--Exposés et applications pratiques. Connaissance préalable des Eurocodes équivalente
ossatures
--Public: aux modules BAS 01, PER 03, PER 04 et BAS 05,
L es modules --Projeteurs ou dessinateurs de bureaux d’études Malgré la présence de ponts roulants, aucune
bâtiment chargés de la rédaction de notes de calculs connaissance particulière de l’EN 1993-6 n’est requise.
simples sous la direction d’un ingénieur ou d’un
Information sur projeteur-calculateur qualifié. P
 AN 02 Découverte des technologies
le contexte Pré-requis : du soudage (en partenariat avec le
normatif et
--Formation initiale en mathématiques (niveau Cetim)– 27 septembre 2016 à Nantes
réglementaire
terminale de l’enseignement secondaire), Appropriez-vous les connaissances essentielles en
 pprofondir et
A --Connaissances générales en bâtiment. soudage des matériaux métalliques
maîtriser Objectifs :
le calcul B
 AT 05 a Calcul des bâtiments --Se repérer parmi les différents procédés et
d’ouvrages ou industriels courants avec l’Eurocode 3 - technologies en soudage,
de composants Module 1 – 20 au 22 septembre 2016 --Appréhender la soudabilité des matériaux
spécifiques Réaliser, au travers d’un enchaînement d’exercices, métalliques et les défauts possibles,
d’ossature
la note de calculs d’un projet de bâtiment industriel, --Apprécier les enjeux et risques liés à la mise en
 ujet
S à base quadrangulaire de type portique à une nef oeuvre du soudage,
transversaux et en PRS de classe 4, avec ponts roulants, présentant --Intégrer les notions économiques,
connexes à certaines particularités. --Dialoguer efficacement autour d’une probléma-
la conception Pour les besoins des modules, le bâtiment retenu tique en soudage.
et au calcul comporte des ponts roulants ; ceux-ci ne sont Pédagogie :
utilisés que pour les aspects liés à la définition des Stage d’initiation.
combinaisons et à l’analyse globale de la structure. Public :
Pour toutes Ce stage en 2 modules est conçu comme un tout --Manageurs,
informations indissociable. --Technico-commerciaux,
contactez le Objectifs : --Acheteurs,
service formation : --Réaliser les calculs justificatifs des éléments --Chefs de projets,
01 60 13 83 07 constitutifs de bâtiments courants, --Chargés d’affaires,
--Pouvoir faire les choix pour s’adapter aux « écueils » --Personnes en contact avec des clients,
du calcul (par exemple : présence d’un assemblage fournisseurs ou experts du domaine.
semi-rigide). Pré-requis : aucun

CMI 2-2016
42
FORMATION F ON 03 Bien appréhender
la conception des structures
Public :
--Maîtres d’ouvrage, AMO, architectes, économistes,
métalliques – 27 au 29 --Entreprises, OPC, bureaux de contrôle, miroi-
septembre 2016 tiers, façadiers.
Les questions à se poser pour élaborer la conception Pré-requis :
la mieux adaptée pour répondre à des exigences de --Connaissances de base des principes de
résistance, de déformabilité, de coût et de délais construction.
Objectifs :
--Présenter les paramètres à considérer qui ont un O
 UV 11 b Les systèmes de façades
impact significatif sur la conception structurelle, (en partenariat avec Oger Institut) –
--Comprendre le rôle et le comportement des 5 octobre 2016
éléments principaux et secondaires, Des façades classiques aux façades actives : systèmes,
--Analyser le cheminement des efforts dans la technologies, réglementation et points critiques
structure, Objectifs :
--Permettre au concepteur d’appréhender sans --Connaître les systèmes de façades et les techno-
calcul (ou très peu) le meilleur choix de logies de façades actives,
conception en fonction de ce qui précède, --Identifier la réglementation applicable et les
--Présenter les pièges à éviter qui peuvent être points critiques.
à l’origine de surcoûts significatifs ou peuvent Pédagogie :
entraîner des désordres importants. --Alternance d’exposés théoriques et de retours
Pédagogie : d’expérience,
--Les principes de conception sont présentés de --Diffusion de vidéos et d’échantillons,
manière simple en faisant appel au bon sens, --Évaluation des acquis en fin de session. Remise
--Des photos et extraits de plans permettent de du livret du participant.
visualiser comment les aspects de conception Public :
évoqués sont traités en pratique -- Maîtres d’ouvrage, AMO, architectes,
--La participation et la perspicacité des stagiaires économistes,
sont sollicitées lors d’études de cas. -- Entreprises, OPC, bureaux de contrôle.
Public : Pré-requis :
--Ingénieurs structure débutants ou ingénieurs -- Connaissances de base des principes de
intervenant dans d’autres disciplines, construction.
--Techniciens de bureaux d’études, bureaux de
contrôle, C
 NX 11 Appréhender le BIM (en
--Architectes, prescripteurs, maîtres d’œuvre, partenariat avec Oger Institut) –
maîtres d’ouvrage. 11 octobre 2016
Pré-requis : Appréhender le BIM, son impact et sa valeur ajoutée
--Notions de résistance des matériaux. pour une intégration réussie
Objectifs :
O
 UV 11 a Connaissance et choix --Appréhender le BIM dans toutes ses dimensions,
des produits verriers (en partenariat --Comprendre le changement généré par le BIM,
avec Oger Institut) – 4 octobre 2016 --Définir sa stratégie d’intégration.
Pour tout savoir des produits traditionnels aux Pédagogie :
produits innovants --Alternance d’exposés théoriques et de retours
Objectifs : d’expérience,
--Comprendre le matériau verre et les technologies --Démonstrations et vidéos,
du verre plat, --Évaluation des acquis en fin de session. Remise
--Identifier les différents produits verriers du du livret du participant.
bâtiment et en particulier les vitrages. Public :
Pédagogie : --Maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, BET,
--Alternance d’exposés théoriques et de retours entreprises.
d’expérience, Pré-requis :
--Diffusion de vidéos et d’échantillons, --Connaître le process d’un projet de construction.
--Évaluation des acquis en fin de session. Remise
du livret du participant.

CMI 2-2016
44
PUBLICATIONS
Votre bibliothèque
Best of ATQR

L’assistance technique sous forme de questions et


réponses constitue l’une des activités importantes
Nous prévoyons d’actualiser régulièrement ce recueil,
par ajout de nouvelles fiches et si besoin mise à jour
du CTICM dans le cadre de sa mission de trans- de certaines autres. Chaque nouvelle fiche publiée
fert des connaissances. Ce sont ainsi, bon an mal durant l’année calendaire suivant votre achat, vous
an, de l’ordre de 1 500 questions qui reçoivent une sera envoyée gracieusement.
réponse de la part de nos ingénieurs (chiffre en fait
en augmentation régulière depuis plusieurs années). L’ouvrage est disponible au format PDF
Il a donc paru utile de rassembler en un recueil les uniquement.
réponses à certaines questions récurrentes sous Isbn : 978-2-902720-45-3
formes de fiches regroupées par grands thèmes : Auteurs : experts CTICM
Actions (neige et vent) ; Assemblages ; Situations Éditeur : CTICM
accidentelles (incendie et séisme) ; Calcul EC 3 ; Nombre de pages :
Normes ; Thermique ; Divers (poutres mixtes, choix 116 pages (41 fiches)
des aciers, marquage CE, etc.). Prix : 35 € TTC
L’ouvrage est conçu de façon à ce que vous puissiez
imprimer les fiches une à une au gré de vos besoins.

Sécurite incendie et construction métallique


Une entrée en matière pour la compréhension et la connaissance des calculs incendie

Cet ouvrage fournit des informations en appuyant soit sur une approche descriptive, soit
détaillées permettant de se familiariser sur une approche performantielle, dans laquelle
avec les principales notions, approches l’ingénierie du comportement au feu s’inscrit.
et méthodes de calcul disponibles pour Plusieurs chapitres sont ensuite consacrés aux
justifier la performance au feu des solu- différentes étapes de calcul incendie, en traitant
tions constructives métalliques. Signalons, successivement le calcul des actions s’exerçant sur
qu’en termes de méthodes de calcul, les les ouvrages en situation d’incendie (sollicitations
seuls référentiels normatifs actuellement thermiques et charges mécaniques), les propriétés
valables en France sont les parties « feu » aux températures élevées des aciers de construction,
des Eurocodes. le calcul de l’échauffement, puis le calcul de la tenue
Après avoir rappelé certaines générali- mécanique des structures métalliques exposées au
tés sur les incendies de bâtiment et leurs feu. Une méthode de calcul simple à appliquer pour
effets sur les personnes et les structures, vérifier la résistance au feu des éléments de structure
l’ouvrage présente de manière succincte métalliques, utilisant le concept de la température
le contexte réglementaire français dans le critique de l’EN 1993-1-2 (Eurocode 3 partie 1-2),
domaine de la sécurité incendie. Il s’attache à donner est donnée.
notamment, par type d’ouvrage, les exigences en Ensuite, un chapitre exposant les différentes solutions
matière de résistance au feu imposées aux struc- techniques permettant aux structures métalliques
tures des bâtiments ainsi qu’une vue d’ensemble des d’offrir le niveau de performance au feu requis.
différents moyens réglementaires que le concep- Grâce à des mesures constructives appropriées
teur peut utiliser pour répondre à ces exigences, (construction mixte, structure extérieure, utilisation

CMI 2-2016
46
Publications

de l’effet de membrane), il est possible de concevoir Isbn : 978-2-902720-42-2


des bâtiments à ossature métallique en grande partie Auteur : Christophe Renaud
non-protégée. Éditeur : CTICM
Enfin, est donnée une liste non exhaustive de guides Nombre de pages :
de recommandations et d’outils informatiques 116 pages
permettant de justifier facilement les niveaux de Prix : 
performance au feu requis pour les bâtiments à - 45 € TTC
structure métallique ou mixte acier-béton. La maî- pour la version papier
trise de ces notions de conception et de calcul à - 31,50 € TTC
l’incendie est souvent essentielle pour aboutir à des pour la version
constructions sûres et économiques. numérique

Conception parasismique des bâtiments industriels


à ossature métallique

La réglementation parasismique française a récem- charges sismiques engendrées par un pont roulant
ment connu des évolutions importantes, qui se et son chemin de roulement. Dans la mesure où
traduisent par un nouveau zonage, accroissant nota- une part importante de la bonne conception para-
blement le nombre de communes concernées par le sismique repose, pour la charpente métallique, sur
risque sismique et l’obligation d’utiliser l’Eurocode celle des assemblages et des pieds de poteaux, un
8 comme norme de construction parasismique. exposé détaillé des principes de conception, de
dimensionnement et de calculs de ces éléments est
Or pour obtenir une structure parasismique à un disponible dans ce document. Enfin, le guide met
coût raisonnable, il est essentiel de prendre en à disposition des praticiens une méthode simplifiée
compte dès le début de la conception des notions de calcul des actions sismiques, permettant d’éviter
importantes, sur lesquelles s’appuie l’Eurocode 8. le recours à des modélisations complexes, applicable
En outre, de nombreux acteurs de la construction aux bâtiments simples y compris ceux avec ponts
n’ayant pas l’habitude de la conception parasismique roulants pouvant générer une irrégularité en plan.
sont maintenant concernés par l’extension des zones
sismiques sur le territoire français. Isbn 978-2-902720-44-6
Auteur : Pierre-Olivier Martin
Le présent guide est un ouvrage de vulgarisation pour Éditeur : CTICM
la conception parasismique des bâtiments indus- Nombre de pages : 180 pages
triels à ossature métallique, structures relativement Prix : 
simples et très courantes en France. Il commence par - 60 € TTC
un point complet sur la réglementation en vigueur pour la version papier
ainsi qu’une explication des fondements de l’Euro- - 42 € TTC
code 8, concernant en particulier le choix d’une pour la version
conception dissipative et de toutes les conséquences numérique
qui en découlent. Un chapitre complet est ensuite
consacré aux dispositions et détails constructifs
spécifiques nécessaires pour assurer la reprise des

CMI 2-2016
47
ASSISTANCE
Assistance téléphonique
L’assistance technique contribue à faciliter et encourager le choix des solutions métalliques, et permet aux praticiens d’obtenir des
réponses concrètes à leurs interrogations au quotidien. Elle est délivrée aux constructeurs métalliques mais également à l’ensemble
des acteurs du secteur de la construction métallique.
Il s’agit généralement de conseils ou renseignements ne nécessitant pas d’études approfondies, et qui sont donc donnés à titre gratuit.
Dans le cas où la demande d’assistance nécessite une étude particulière de plus longue durée, un devis est alors proposé dans le cadre
des prestations d’ingénierie et de conseil.

Thèmes Contacts Téléphone Courriel


RÉGLEMENTATION ET NORMALISATION
Eurocodes : statut, avancement Valérie Lemaire 01 60 13 83 37 vlemaire@cticm.com
Réglementation et normalisation française Valérie Lemaire 01 60 13 83 37 vlemaire@cticm.com
Réglementation « sécurité incendie » pour bâtiments et ICPE Patrice Russo 01 60 13 83 30 prusso@cticm.com
CONSTRUCTION MÉTALLIQUE - GÉNÉRALITÉS
Analyse globale des structures Alain Bureau 01 60 13 83 56 abureau@cticm.com
Assemblages boulonnés Anthony Rodier 01 60 13 83 66 arodier@cticm.com
Assemblages soudés Dominique Semin 01 60 13 83 43 dsemin@cticm.com
Dynamique des structures - Vibrations Mladen Luki 01 60 13 83 68 mlukic@cticm.com
Comportement des structures soumises au séisme PS92,
Pierre-Olivier Martin 01 60 13 83 69 pomartin@cticm.com
EC8 PS-MI
Exécution des structures métalliques : fabrication,
Dominique Semin 01 60 13 83 43 dsemin@cticm.com
montage, tolérances
Fatigue Mladen Luki 01 60 13 83 68 mlukic@cticm.com
Justification du comportement (à froid) des structures
Alain Bureau 01 60 13 83 56 abureau@cticm.com
par l’expérimentation
Logiciels utilisés en CM Jean-Claude Delongueville 01 60 13 83 42 jcdelongueville@cticm.com
Rupture fragile Mladen Luki 01 60 13 83 68 mlukic@cticm.com
Vérification des sections et des éléments.
Alain Bureau 01 60 13 83 56 abureau@cticm.com
Flambement, déversement, voilement local
Voilement des plaques et EC3-1-5 Pierre-Olivier Martin 01 60 13 83 69 pomartin@cticm.com
Calcul des coques et EC3-1-6 Tien Minh Nguyen 01 60 13 83 67 tnguyen@cticm.com
CONSTRUCTION MIXTE
Bâtiments mixtes acier-béton (planchers, poteaux,...) Philippe Beguin 01 60 13 83 59 pbeguin@cticm.com
MATÉRIAUX
Aciers inoxydables et EC3-1-4 Alain Bureau 01 60 13 83 56 abureau@cticm.com
Boulonnerie – Fixations Anthony Rodier 01 60 13 83 66 arodier@cticm.com
Soudage Dominique Semin 01 60 13 83 43 dsemin@cticm.com
Produits d’enveloppe en acier Stéphane Herbin 01 60 13 83 63 sherbin@cticm.com
ÉLÉMENTS DE STRUCTURE ET OUVRAGES PARTICULIERS
Cheminées et EC3-3-2 Patrick Le Chaffotec 01 60 13 83 40 plechaffotec@cticm.com
Chemins de roulement et EC1-3/EC3-6 Dominique Semin 01 60 13 83 43 dsemin@cticm.com
Conception des structures de bâtiment Philippe Beguin 01 60 13 83 59 pbeguin@cticm.com

CMI 2-2016
48
ASSISTANCE
Thèmes Contacts Téléphone Courriel

ÉLÉMENTS DE STRUCTURE ET OUVRAGES PARTICULIERS (suite)

Éléments minces formés à froid et EC3-1.3 Dominique Semin 01 60 13 83 43 dsemin@cticm.com

Ponts métalliques et mixtes EC3-2 et EC4-2 Daniel Bitar 01 60 13 83 38 dbitar@cticm.com

Poutres alvéolaires Alain Bureau 01 60 13 83 56 abureau@cticm.com

Pylônes et pylônes haubanés et EC3-3.1 Patrick Le Chaffotec 01 60 13 83 40 plechaffotec@cticm.com

Silos et réservoirs et EC1-4/EC3-4 Patrick Le Chaffotec 01 60 13 83 40 plechaffotec@cticm.com

Stabilisation d’un bâtiment par les parois - Effet diaphragme Mladen Luki 01 60 13 83 68 mlukic@cticm.com

Escaliers et garde-corps Anthony Rodier 01 60 13 83 66 arodier@cticm.com

Structures en aluminum Mladen Luki 01 60 13 83 68 mlukic@cticm.com

ACTIONS

Actions climatiques : neige et vent - Règles NV et EC1 Laëtitia Molina 01 60 13 83 72 lmolina@cticm.com

Actions d’exploitation (charges) Laëtitia Molina 01 60 13 83 72 lmolina@cticm.com

Combinaisons d’actions Laëtitia Molina 01 60 13 83 72 lmolina@cticm.com

Actions sismiques PS92 et EC8 Pierre-Olivier Martin 01 60 13 83 69 pomartin@cticm.com

Actions en cas d’incendie EC 1-1.2 Christophe Thauvoye 01 60 13 83 21 cthauvoye@cticm.com

États limites de service - Flèches admissibles Alain Bureau 01 60 13 83 56 abureau@cticm.com

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Construction métallique et développement durable Stéphane Herbin 01 60 13 83 63 sherbin@cticm.com

Protection anticorrosion des structures métalliques Olivier Mouatt 01 60 13 83 64 omouatt@cticm.com

PHYSIQUE DU BÂTIMENT
Performances thermiques et énergétiques de bâtiments à ossature
Amor Ben Larbi 01 60 13 83 61 abenlarbi@cticm.com
métallique
Performances acoustiques de bâtiments à ossature métallique Amor Ben Larbi 01 60 13 83 61 abenlarbi@cticm.com

Étanchéité à l’air de bâtiments à ossature métallique Amor Ben Larbi 01 60 13 83 61 abenlarbi@cticm.com

INCENDIE

Comportement au feu des parcs de stationnement Bin Zhao 01 60 13 83 16 bzhao@cticm.com

Flux thermique émis par un feu d’entrepôt (Flumilog) Christophe Thauvoye 01 60 13 83 21 cthauvoye@cticm.com

Produits de protection des structures contre l’incendie Christophe Renaud 01 60 13 83 27 crenaud@cticm.com

Ingenierie de la sécurité incendie - Méthodologie Patrice Russo 01 60 13 83 30 prusso@cticm.com

CERTIFICATION

Marquage CE des produits de construction métalliques Frédérique Algranti 01 60 13 83 15 falgranti@cticm.com

CMI 2-2016
50