Vous êtes sur la page 1sur 149

GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE

GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU


GAZ BUTANE ET PROPANE

2007
FÉDÉRATION BUTANE PROPANE
FeBuPro
ASSESTEENWEG 117
B-1740 TERNAT
Tel.: 02/581.09.32
Fax: 02/581.09.33
E-mail: febupro@febupro.be
www.febupro.be

-I-
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE

INSTALLATIONS INTÉRIEURES ALIMENTÉES EN BUTANE OU PROPANE


COMMERCIAL EN PHASE GAZEUSE À UNE PRESSION MAXIMALE DE SERVICE DE
5 BAR ET PLACEMENT DES APPAREILS D’UTILISATION – DISPOSITIONS
GÉNÉRALES

Ce guide contient le texte de la norme NBN D51-006 complété par des commentaires FEBUPRO et
précédé d’informations de produit sur le butane et le propane commercial

IMPORTANT

Ce document ne remplace pas la norme NBN D51-006.


La norme NBN D51-006 est le seul document de référence officiel.

-II-
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE

Avant-propos

La norme NBN D51-006 a été rédigée par le comité technique B 443 "Installations alimentées en
gaz butane ou propane" du IBN (Institut belge de normalisation).

Ce guide est composé du:


- Chapitre 1: Informations de produit sur le butane et le propane commercial;
- Chapitre 2: la première partie de la norme NBN D51-006 concernant la terminologie;
- Chapitre 3: la deuxième partie de la norme NBN D51-006 concernant les installations
intérieures;
- Chapitre 4: la troisième partie de la norme NBN D51-006 concernant le placement des
appareils d'utilisation.

Là où c'est nécessaire on a complété le texte de la norme par des photos, des figures et des
commentaires.

-III-
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 1

CHAPITRE 1
INFORMATIONS DE PRODUIT SUR LE BUTANE ET PROPANE
COMMERCIAL

Sommaire

1. Origine du butane et propane ................................................................................................... 2


2. Composition du propane commercial et du butane commercial.............................................. 2
3. Stockage du butane commercial et du propane commercial.................................................... 3
3.1. Bouteilles ...................................................................................................................... 3
3.2. Citernes ......................................................................................................................... 3
3.3. Autorisation et législation............................................................................................. 4
4. Le butane et le propane commercial en phase gazeuse............................................................ 5
5. Soutirage de gaz d'un récipient ................................................................................................ 7
6. Caractéristiques du butane et du propane ................................................................................ 8
Annexe 1/1 Règles d'or pour la manipulation de bouteilles de gaz.................................................. 10
Annexe 1/2 Attestation des tuyauteries ............................................................................................ 12
Annexe 1/3 Certificat de conformité ................................................................................................ 16

(1) 1 / 16
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 1

1. Origine du butane et propane

Il y a peu de temps le butane et le propane étaient extraits presque exclusivement du pétrole brut par
distillation et par cracking.
Aujourd'hui on n’extrait que 40% de cette manière.
Cette méthode de travail est à la base de la dénomination “GAZ DE PÉTROLE LIQUÉFIÉES” ou
LPG.

Soixante pour cent du butane et propane est aujourd'hui extrait conjointement avec le gaz naturel
d’un gisement de pétrole ou de gaz naturel.

Cependant, il faut, dans tous les cas, séparer le butane et le propane des autres produits, puis les
liquéfier pour faciliter leur transport et leur distribution dans des conditions économiques
satisfaisantes.

2. Composition du propane commercial et du butane commercial

Les molécules de butane et de propane sont composées uniquement de carbone (symbole C) et


d'hydrogène (symbole H). C'est pour cela que le butane et le propane sont classés comme des
hydrocarbures. Ils sont saturés c.-à-d. qu'ils sont stables en état normal.

Les formules sont (conforme à la formule générale des hydrocarbures gazeux CnH2n+2):
BUTANE: C4H10 (4 atomes de carbone et 10 atomes d’hydrogène font 1 molécule de butane)
PROPANE: C3H8 (3 atomes de carbones et 8 atomes d’hydrogène font 1 molécule de propane)

Les gaz qui sont commercialisés comme combustible sont composés généralement de plusieurs
éléments gazeux. Un gaz à 100% pur est rarement utilisé comme combustible.
C'est pour cela que dans ce guide on utilise le mot "propane" comme dénomination simplifiée pour
le "propane commercial" et d'une façon analogue le mot "butane" pour le "butane commercial".
On peut déterminer pour chacun d'eux leur concentration en volume dans un gaz composé.

Ainsi la composition du propane commercial est:


éthane (C2H6) : 2,5 % du poids (d'une quantité de propane commercial l'éthane représente
2,5 % du poids);
propane : 96 % du poids;
iso-butane : 1,5 % du poids.

Note: l'iso-butane a la même composition chimique, à savoir C4H10, que le butane normale (qu'on appelle
communément aussi n-butane) mais la construction de la molécule est différente.

La composition du butane commercial est:


n-butane : 70 % du poids;
iso-butane : 30 % du poids.

(1) 2 / 16
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 1

3. Stockage du butane commercial et du propane commercial

Le butane et le propane sont stockés et transportés à l'état liquide dans des bouteilles ou des
citernes.
Le butane à une pression de ± 1,7 bar à 15°C et le propane à ± 6,5 bar à 15°C.

3.1. Bouteilles

Le butane et le propane sont livrés dans des bouteilles métalliques (entre autres en acier et en
aluminium) ou des bouteilles en matériaux composites.
Ceci est nécessaire afin de tenir compte des nombreuses manipulations dont elles font l'objet:
transport, stockage, utilisation, réexpédition vers les centres de remplissage, et cela pendant de
nombreuses années.
Les bouteilles doivent répondre aux exigences de l'Arrêté Royal du 12 juin 19891 et de la norme
NBN EN 1442 concernant leur construction et de l'Arrêté Royal du 7 décembre 1999 en ce qui
concerne le remplissage, la distribution et l'étiquetage.

Leur couleur diffère suivant les gaz et les marques des sociétés distributrices.
Elles sont munies d'un robinet de service2 et le contenu de produit varie:
- pour le propane: de 5 kg à 46,5 kg;
- pour le butane: de 6 kg à 20 kg.

NOTE: Les bouteilles de type "campinggaz" ne font pas partie de la norme NBN D51-006.

ATTENTION:
Il existe des bouteilles de propane spéciales de 10,5 kg et de 18 kg utilisées pour les moteurs de
véhicules de petite vitesse comme les chariots élévateurs et les nettoyeurs.
Ils sont équipés d'un robinet de service avec un tube plongeur Î "bouteilles tubes plongeurs",
utilisant le LPG directement à l'état liquide. Ce type de bouteilles n’est JAMAIS autorisé pour
usage domestique.

3.2. Citernes

Dans ce guide nous ne traitons que les installations comprenant des citernes fixes non réfrigérées et
contenant du gaz propane liquéfié commercial.

Elles existent en fabrication enterrées et aériennes.

1
Arrêté royal du 12 juin 1989 portant exécution des directives du Conseil des Communautés européennes relatives
aux bouteilles à gaz en acier sans soudure, aux bouteilles à gaz sans soudure en aluminium non allié et en alliage
d'aluminium et aux bouteilles à gaz soudées en acier non allié, Moniteur belge du 16 septembre 1989.

Arrêté royal du 7 décembre 1999 relatif au remplissage, à la distribution et à l'étiquetage des bouteilles de gaz de
pétrole liquéfié, Moniteur belge du 29 décembre 1999.

2
Robinet de service: robinet placé sur la sortie du récipient de stockage.

(1) 3 / 16
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 1

Leur construction et leur équipement doit répondre à l'Arrêté Royal du 21 octobre 1968 et du
directive PED et TPED3.

1. capot de protection 2. soupape de sécurité 3. ROBINET DE SERVICE,


externe jauge max. 85%
4. jauge 5. clapet de remplissage 6. détendeur de première détente
7. (check-lock) prise en 8. prise de terre 9. clapet porte-soupape
phase liquide

Figure 1/1 - Citerne et équipement

3.3. Autorisation et législation

Pour le placement et le stockage des citernes, il faut respecter certaines restrictions et distances de
sécurité dépendant de la région où se fait le placement et du contenu total des bouteilles ou du type
de citernes.
Pour cela prenez contact avec le fournisseur de gaz.

3
Arrêté royal du 21 octobre 1968 concernant les dépôts, en réservoirs fixes non réfrigérés, de gaz propane et de gaz
butane liquéfiés commerciaux ou de leurs mélanges, Moniteur belge du 17 janvier 1969.

Directive PED (Pressure Equipment Directive), texte adoptée par le Parlement et le Conseil Européen (mai 1997),
transposée en droit Belge par l'A.R. du 13-06-99 2003 (publié au Moniteur le 08-10-99), entrée en vigueur le 29-11-99,
obligatoire à partir du 29-05-2002.

Directive TPED (Transport Pressure Equipment Directive), texte adoptée par le Parlement et le Conseil Européen (29-
04-199), transposée en droit Belge par l'A.R. du 14-03-2002 (publié au Moniteur le 14-03-2002), obligatoire à partir du
01-07-2003.

(1) 4 / 16
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 1

4. Le butane et le propane commercial en phase gazeuse

Le butane et le propane commercial dans des bouteilles ou des citernes (parfois nommés aussi
récipients) sont partiellement en état liquide et partiellement en état gazeux – ce qu’on appelle
respectivement la phase liquide et la phase gazeuse.

La phase gazeuse est, comme tous les gaz, fortement compressible, pour la phase liquide c’est peu
important.

PHASE
GAZEUSE

PHASE LIQUIDE

Un liquide se transforme en gaz ou vapeur à partir du moment où la température de ce liquide est


supérieure à son point d’ébullition, le liquide se met à “bouillir”. On peut réaliser ça en augmentant
la chaleur fournie au liquide et de ce fait le mettre à une température supérieure au point
d’ébullition.

La transformation de phase liquide en phase gazeuse se passe en même temps qu'une


augmentation de volume importante (259 fois pour le propane et 223 fois pour le butane).

Le point d'ébullition à la pression atmosphérique (1013 mbar) est atteint à une température de:
– 0,5 °C pour le BUTANE pur;
– 42 °C pour le PROPANE pur.

NOTE: Le point d'ébullition varie en fonction de la composition réelle du butane ou du propane

Le butane liquéfié se trouvant dans la bouteille, peut se transformer en gaz de butane à partir du
moment où la température du produit est supérieure à – 0,5°C. Dès ce moment on a du butane dans
la phase liquide et dans la phase gazeuse dans la bouteille.
Pour le propane liquéfié, cette température est de – 42°C.

Les particules de gaz se rassemblent au dessus du liquide. La pression exercée sur les parois
intérieures de la bouteille augmente en fonction de la quantité de particules formées – la tension de
vapeur augmente. Dans l'industrie gazière la pression est exprimée généralement en bar avec la
subdivision mbar (millibar), avec : 1 bar = 1.000 mbar

Si le gaz ne peut pas s'échapper (p.ex. en fermant le robinet de la bouteille), la tension de vapeur
augmentera jusqu'à une valeur maximale, la tension de vapeur maximale. A ce moment la

(1) 5 / 16
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 1

quantité de liquide qui s'évapore est égale à la quantité de gaz qui se liquéfie, un état d'équilibre se
produit.

Une augmentation de la température du liquide à ce moment (en ajoutant plus d'énergie) a comme
résultat: une dilatation du liquide (méthode empirique: une augmentation de 10°C provoque une
augmentation de 3% de volume) et une vaporisation supplémentaire;
La tension de vapeur augmentera vite à une valeur maximale supérieure. Ce phénomène explique
l’exigence de ne jamais remplir une bouteille de plus que 85% de liquide.

Si on parle de la tension de vapeur ou de la pression dans une bouteille, p.ex. 1,7 bar, on veut dire:
que la pression dans la bouteille est de 1,7 bar plus élevée que “la pression atmosphérique” autour
de la bouteille. La pression de 1,7 bar est dite pression effective, ou encore parfois pression
relative ou surpression. Un raisonnement analogue est valable pour la pression dans une conduite
de gaz.

La "pression atmosphérique" est la pression atmosphérique réelle de l'ambiance de la bouteille ou


de la citerne. La pression atmosphérique “dans les conditions normales” est la pression équilibrée
par une colonne de mercure de 760 mm à 0 °C – elle est de 1013 mbar. On compare toujours avec
cette valeur de référence.

Quelques exemples:
- à la température de 15 °C, la pression de gaz dans une bouteille de butane fermée, se situe
aux environs de 1,7 bar – comparable à la pression d'air dans un pneu de voiture;
- à la température de 15 °C, la pression de gaz dans une bouteille de propane fermée, se situe
aux environs de 6,5 bar – comparable à la pression d'air dans un pneu de camion;
- aux environs de 0 °C la pression de gaz effective dans une bouteille de butane est très faible
et que p.ex. à – 5 °C, il n'y a plus de transformation de liquide en gaz;
- à la température de – 5 °C la pression effective du propane est d'environ 3,4 bar – la
bouteille peut donc être utilisée.

Î LA PRESSION À L'INTÉRIEUR DES RÉCIPIENTS (BOUTEILLES – CITERNES) EST


UNIQUEMENT FONCTION DE LA TEMPÉRATURE DU LIQUIDE

Î À UNE TEMPÉRATURE CONSTANTE, LA PRESSION À L'INTÉRIEUR D'UN


RÉCIPIENT DEMEURE CONSTANTE (= LA TENSION DE VAPEUR MAXIMALE À
CETTE TEMPÉRATURE) QUELLE QUE SOIT LA QUANTITÉ DE LIQUIDE
CONTENUE DANS LE RÉCIPIENT

La conséquence pratique en est, qu'une bouteille de butane ne peut fournir du gaz que si la
température ambiante est supérieure à – 0,5 °C (de préférence le mettre à l'intérieur) et une bouteille
de propane si la température est supérieure à – 42 °C (de préférence le mettre en dehors).

(1) 6 / 16
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 1

5. Soutirage de gaz d'un récipient

Á l'ouverture du robinet de service de p.ex. une bouteille de gaz, le gaz sort de cette bouteille parce
que la pression dans le récipient est normalement supérieure à la pression atmosphérique autour du
récipient. Le débit (symbole Q) avec lequel le gaz s'écoule est définit comme la quantité de gaz qui
passe par une section donnée pendant une unité de temps déterminée, exprimée en litre par heure
(l/h), mètre cube par heure (m³/h) ou kilogramme par heure (kg/h).

Suite à l'écoulement du gaz de la bouteille, la tension de vapeur du gaz dans la bouteille diminue et
le gaz est remplacé au fur et à mesure par du nouveau gaz produit par le liquide qui s'évapore.

Comme nous savons déjà cette vaporisation exige de la chaleur – la chaleur de vaporisation.
La chaleur de vaporisation à 15 °C est:
- pour le butane: 362 kJ par kg;
- pour le propane: 356 kJ par kg.

Plus la vitesse du gaz qui s'écoule s'élève plus le débit augmente et plus la quantité de liquide qui
doit être évaporé s'élève afin de restituer l’équilibre et plus la quantité de chaleur de vaporisation
augmente.

L'évaporation va d'abord chercher sa chaleur dans la masse même du liquide. De ce fait la


température de ce liquide baisse automatiquement.

Si le débit est peu important, et si la température ambiante de l'air à l'extérieur de la bouteille est
élevée, la différence de température entre l'extérieur et l'intérieur permettra un apport suffisant vite
de chaleur à travers les parois mouillées intérieurement par le liquide pour équilibrer son
abaissement de température et de continuer l'évaporation. La tension de vapeur dans la bouteille est
stabilisé.

Si le débit est important et/ou la température ambiante à l'extérieur de la bouteille faible, l'apport de
chaleur est peut être insuffisant ou ce ne se passe pas suffisamment vite, pour équilibrer la
diminution de température du liquide et remplacer le gaz écoulé. La tension de vapeur dans la
bouteille baissera progressivement.
La température dans la masse liquide baissera en même temps, jusqu'à atteindre – 0,5 °C pour le
butane et – 42 °C pour le propane. A ces températures il n'y a plus d'évaporation, les bouteilles
deviennent humides à l'extérieur et se couvrent d'une couche de givre – ILS SEMBLENT
QU'ELLES SOIENT VIDE.

Rien n'est moins vrai. À condition qu’on ferme le robinet de service et qu’on ajoute la chaleur de
vaporisation nécessaire, le liquide restant peut évaporer et la bouteille peut de nouveau être utilisée.
Attention, pour une bouteille en acier avec une épaisseur de paroi de 2 mm ça peut durer 2 heures.

Î SÉCURITÉ
FERMER TOUJOURS LE ROBINET DE SERVICE D'UNE BOUTEILLE (PRÉSUMÉE
"VIDE" OU NON)

(1) 7 / 16
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 1

6. Caractéristiques du butane et du propane

6.1 Le butane et le propane ne sont pas toxiques

Le butane et le propane ne contiennent pas d'oxyde de carbone (CO: très toxique) et de ce fait ils ne
sont PAS toxiques. Aucun danger d'empoisonnement n'est à craindre par inhalation. À condition
toutefois que l'air de l'espace dans lequel se trouve le gaz contienne assez d'oxygène.

6.2 Le butane et le propane sont PLUS LOURDS que l’air

La densité relative d’un gaz est le quotient de la masse d’un certain volume de ce gaz par celle du
même volume d’air sec dans d’égales conditions de pression et de température (contrairement au
liquides, cette condition est essentielle pour les gaz).

La densité relative du gaz propane est de 1,56 et celui du gaz butane est de 2,07 (la densité est un
nombre sans unité).
Î Le butane et le propane sont plus lourds que l’air, 2,07 fois plus lourd pour le butane et 1,56 fois
plus lourd pour le propane.
Pour cette raison une bouteille de gaz ne peut JAMAIS être placée dans une cave ou dans une cage
d'escalier de cave, ni près d'un soupirail ou dans un autre creux souterrain (p.ex. un égout).

6.3 Le butane et le propane à l'état liquide peuvent provoquer des brûlures

Au moment ou le gaz GPL en état liquide est en contact avec la peau, la vaporisation rapide du
produit liquide extrait de la chaleur de la peau avec pour conséquence des brûlures de celle-ci.

6.4 Le butane et le propane sont des gaz combustibles

Pour nous la caractéristique la plus importante pour le butane et le propane est q’un mélange
homogène de ces gaz avec de l’air, en proportions convenables, est inflammable.

Les unités pour l'énergie/la quantité de chaleur sont le Joule (symbole J) et le kilowatt-heure
(symbole kWh).
Note: La calorie – symbole cal – est une unité ancienne qui est utilisée de moins en moins.
1 kWh = 3,6 MJ (1 Megajoule = 1 million de J)
1 MJ = 0,2778 kWh

Comme le volume d’un gaz dépend fort de sa pression et de sa température, il faut les mêmes
conditions de pression et de température pour les comparer.

CONVENTION:
1 m³ normal (symbole mn³) a
- un volume de 1 m³;
- à une pression absolue de 1013 mbar (1 atmosphère);
- à une température de 0°C (ou 273,15 K).

(1) 8 / 16
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 1

La quantité d’énergie (chaleur) stockée dans le butane et le propane est exprimée en MJ ou kWh.
L’unité pour leurs pouvoirs calorifiques est donc MJ/mn3 ou kWh/mn3.

Comme tous les combustibles fossiles le butane et le propane ont deux pouvoirs calorifiques.
Suivant qu’on tient compte, oui ou non, de la chaleur latente qui est contenue dans la vapeur d’eau
des produits de combustion, on parle du pouvoir calorifique supérieur (Hs) et du pouvoir
calorifique inférieur (Hi).

Pouvoirs calorifiques supérieur et inférieur de butane, propane et gaz naturel

BUTANE PROPANE GAZ NATUREL


MJ KWh MJ kWh MJ kWh
Hs par mn3 de gaz 133,7 37,14 101,2 28,11 40,77 11,33
Hi par mn3 de gaz 123,6 34,34 93,6 26,00 36,70 10,20

(1) 9 / 16
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 1

Annexe 1/1 Règles d'or pour la manipulation de bouteilles de gaz

Le gaz en bouteille est inflammable et plus lourd que


l'air.
Ne placez donc JAMAIS une bouteille à un niveau
plus bas que le sol environnant adjacent.
Î PAS dans une cave
Î PAS dans un creux ni à proximité d'un soupirail
ou d'un égout.
Ne placez JAMAIS une bouteille à proximité d'une
source de chaleur.

Installez toute bouteille, pleine ou vide, debout et de


manière stable dans un lieu bien aéré – en contact
direct avec l'extérieur par un orifice situé plus haut
que le sol environnant adjacent qui se trouve au
point le plus bas de l'espace d'installation.

Une bouteille de BUTANE doit être utilisée dans un


lieu où la température est supérieure à 5 °C.
En d'autres cas utilisez une bouteille de PROPANE,
placée à l'extérieur.

Toute installation de gaz en bouteille(s) doit être


équipée AU MINIMUM D'UN DÉTENDEUR.
Celui-ci est placé au plus près de la bouteille et il
est muni d'un raccord approprié – filet(s)
compatibles!!

(1) 10 / 16
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 1

Lorsque votre installation est équipée de


raccordements souples, utilisez uniquement des
flexibles agréés pour le butane et le propane –
choisissez le type correct (type pour "le gaz détendu"
ou type pour "le gaz non détendu").
Pour "le gaz détendu" les extrémités doivent être
munies de colliers de serrage appropriés pour des
tétines de type agréé.

Le ROBINET de toute bouteille non utilisée – pleine


ou vide – doit TOUJOURS être fermé.

LE SCELLÉ DU ROBINET EST VOTRE GARANTIE D'UN REMPLISSAGE CORRECT,


VÉRIFIEZ LE À L'ACHAT

Lors de la mise en service d'une bouteille:

- NE FUMEZ jamais;

- Éloignez –vous de toute flamme nue ou source de chaleur;

- Ouvrez le robinet de la bouteille à la main, sans JAMAIS utiliser d'outils;

- Contrôlez l'absence de fuites à l'aide d'eau savonneuse ou d'un produit moussant, JAMAIS à
l'aide d'une flamme;

- En cas de fuite, fermez immédiatement le robinet de service de la (des) bouteille(s).

- JAMAIS dévisser le chapeau de protection avec un outil non approprié.

(1) 11 / 16
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 1

Annexe 1/2 Attestation des tuyauteries

Mise en service

Après le placement et le contrôle de l'installation, l'installateur délivre à l'exploitant de l'installation


une "attestation des tuyauteries". Dans ce document il déclare qu'il a réalisé l'installation selon la
présente norme.

Le schéma des canalisations, raccordements et appareils placés par ses soins, prévu par l'attestation,
est obligatoire.

L'attestation est signée par l'installateur et par l'exploitant. L'exploitant s'engage, en signant
l'attestation, de demander pour toute extension une nouvelle attestation.

Attestation des tuyauteries

L'exemple ci-après du texte et de l'arrangement est indicatif pour l'imprimé utilisé.

L’imprimé est réalisé avec au maximum 4 copies. L'exemplaire blanc est pour l'exploitant, le rose
pour l'installateur, le vert pour le fournisseur de gaz et le jaune pour l'organisme de contrôle.

(1) 12 / 16
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 1

Première page de l'attestation

PIJPLEIDINGENATTEST

voor installaties gevoed met commercieel butaan of propaan volgens de norm NBN D51-006

ATTESTATION DES TUYAUTERIES

pour des installations alimentées en butane ou propane commercial selon la norme NBN D51-006

(1) 13 / 16
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 1

Deuxième page (verso première) de l'attestation


SCHETS VAN DE INSTALLATIE - SCHÉMA DE L'INSTALLATION

- Maak een schema van de installatie (in isometrisch perspectief).


- Duid de plaats en de identificatie van elk door u geplaatst toestel aan.
- Duid de werkelijke lengte (L) aan van elk leidingdeel en de gebruikte toebehoren.

- Schématisation de l'installation (en perspective isométrique).


- Indication de l'emplacement et de l'identification de chaque appareil placé par vous.
- Indication de la longueur réelle (L) de chaque tronçon et des accessoires.

isometrisch perspectief / perspective isométrique

(1) 14 / 16
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 1

Troisième page de l'attestation

Réservé à l'installateur de l'installation de gaz: Voorbehouden aan de Installateur van de gasinstallatie:


N° Registre de Commerce: Nr Handelsregister:

N° TVA: Nr BTW:

Réf. de Facturation: Ref. Factuur:

Concerne des installations alimentées en butane ou Betreft installaties gevoed met commercieel butaan
propane commercial of propaan

Attestation des tuyauteries Pijpleidingenattest


(selon la norme belge NBN D51-006) (volgens de belgische norm NBND 51-006)

Date : ……………….. Datum :…………….

Je soussigné, (nom) ……………………………….. Ik ondergetekende, (naam) ………………………..

(prénom) …………………………………………... (voornaam) ………………………………………..

Habitant à …………………………………………. Wonende te ………………………………………..

rue ………………………………………n°………. ……………………………………..straat, nr……..

agissant en tant qu'installateur déclare que handelend als installateur, verklaar dat de installatie,
l'installation dont schéma ci-contre que j'ai réalisée et waarvan schema hiernaast, die ik uitgevoerd heb en
située dans la propriété sise: die gelegen is te:

rue ………………………………………n°………. ……………………………………………………..

à …………………………………………………… ……………………………………...straat, nr…….


exploitée par (nom ou société) uitgebaat door (naam of firma)
……………………………………………………… ……………………………………………………..

est conforme aux dispositions décrites dans la norme overeenstemt met de bepalingen opgenomen in de
belge NBN D51-006. belgische norm NBN D51-006.

Signature de l'installateur: Handtekening van de installateur:

Signature de l'exploitant4 pour la bonne gestion de Handtekening van de exploitant4² voor het goede
l'installation. Il s'engage à demander une nouvelle beheer van de installatie. Hij verbindt er zich toe
attestation pour toute extension future de voor een eventuele latere uitbreiding een nieuw
l'installation. attest aan te vragen.

Ci-contre: Schéma (obligatoire) de l'installation Hiernaast: Schets (verplicht) van de installatie

4
"exploitant": Celui qui en bon père de famille assure l'installation à gaz - Diegene die als een goede huisvader de
installatie bewaart.

(1) 15 / 16
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 1

Annexe 1/3 Certificat de conformité


Un fabricant peut obtenir un certificat de conformité pour des produits qu'il fabrique à condition de
présenter les attestations concernant:

- les matières premières et les matériaux utilisés;

- les résultats des tests et des épreuves réalisées conformément à la norme utilisée comme base
pour le certificat.

Les tests et les épreuves sont réalisés par un laboratoire ou un organisme compétent. Ils doivent
être répétés au moins tous les 5 ans ou réalisés chaque fois que les matériaux ou matières premières
changent ou que la méthode de production est modifiée.

Le fabricant peut délivrer ce certificat de conformité dans le cadre d'un système qualité certifiée
ISO 9001:2000.

EXEMPLE

Organisme de contrôle - Certificateur

CERTIFICAT DE CONFORMITÉ

Client

Désignation

Nous attestons que la marchandise portant les références ci-dessus est conforme à nos spécifications
de fabrication et de contrôle et répond à la norme …….

Service Assurance Qualité

(1) 16 / 16
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

CHAPITRE 2
TERMINOLOGIE

Sommaire

1 Domaine d'application 2
2 Références normatives 2
3 Termes et définitions 2
3.1 Termes et définitions à caractère général 2
3.2 Appareils d'utilisation – types 13
3.3 Appareils d'utilisation – catégories 19
3.4 Symboles 20

(2) 1 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

1 Domaine d'application

La première partie de la norme belge NBN D51-006 précise la terminologie utilisée pour les
installations intérieures alimentées en butane ou propane commercial en phase gazeuse à une
pression maximale de service de 5 bar et le placement des appareils d'utilisation.

La présente partie de la norme belge n'est pas applicable:

- aux outillages mobiles utilisant le gaz de pétrole liquéfié;

- aux appareils utilisant le gaz de pétrole liquéfié stocké dans une cartouche1);

- aux récipients de stockage, bouteilles ou citernes dont les règles d'installation


(notamment celles concernant l'emplacement, les distances par rapport à d'autres
installations, les autorisations) relèvent des dispositions légales en vigueur.

2 Références normatives

La présente partie de norme belge comporte par référence, datée ou non datée, des dispositions
d'autres publications. Ces références normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte
et les publications sont énumérées ci-après. Pour les références datées, les amendements ou
révisions ultérieurs de l'une quelconque de ces publications ne s'appliquent à cette partie de
norme belge que s'ils y ont été incorporés par amendement ou révision. Pour les références non
datées, la dernière édition de la publication à laquelle il est fait référence s'applique (y compris
les amendements).

NBN EN 437, Gaz d'essais – Pressions d'essais – Catégories d'appareils.

NBN T 52-706, Produits pétroliers – Combustibles (classe F) – Gaz de pétrole liquéfiés –


Spécifications.

3 Termes et définitions

Pour les besoins de la présente norme, les termes et définitions suivants s'appliquent.

3.1 Termes et définitions à caractère général

3.1.1
air comburant
air nécessaire à la combustion (air comburant stoechiométrique et excès d'air comburant)

1)
Les "cartouches" répondent aux prescriptions de la norme NBN EN 417.

(2) 2 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

3.1.2
appareil à circuit de combustion étanche
appareil à combustion dont le circuit de combustion (amenée de l'air comburant, combustion
même et évacuation des produits de combustion) est complètement isolé de l'espace
d'installation

3.1.3
appareil à circuit de combustion non étanche
appareil à combustion qui reçoit directement son air comburant de l'espace d'installation et dont
les produits de combustion sont soit amenés à l'extérieur par un conduit d'évacuation, soit rendus
dans l'espace d'installation

3.1.4
appareil d'utilisation
appareil alimenté en gaz et raccordé à l'installation intérieure

NOTE Les appareils sont classés:

- en types, suivant la conception de l'évacuation des produits de combustion et de l'admission en air comburant;
- en catégories, suivant le ou les gaz utilisés.

3.1.5
bouteille à gaz
récipient équipé d'un robinet de service et destiné à contenir du gaz de pétrole liquéfié

NOTE Les expressions "bouteille à gaz" et "bouteille" sont synonymes.

3.1.6
bouteilles en batterie
deux ou plusieurs bouteilles ou au moins deux groupes de bouteilles reliées entre elles

3.1.7
brasage
opération consistant à assembler des pièces métalliques à l'aide d'un métal d'apport agissant par
capillarité, à l'état liquide, ayant une température de fusion inférieure à celle des pièces à
assembler et mouillant le(s) métal(métaux) de base, qui ne participe(nt) pas à la fusion

3.1.8
brasage fort
brasage à l'aide d'un métal d'apport dont la température de fusion est supérieure à 450°C

3.1.9
cartouche
récipient non rechargeable qui contient un gaz ou un mélange de gaz destiné à alimenter des
appareils portatifs qui brûlent le(s) gaz lors de leur fonctionnement

3.1.10
circuit des produits de combustion d'un appareil
circuit comprenant la chambre de combustion, l'échangeur de chaleur et le circuit d'évacuation
des produits de combustion, conduit d'évacuation inclus

(2) 3 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

3.1.11
citerne à gaz
réservoir fixe non réfrigéré de gaz propane liquéfié commercial

NOTE Il existe deux types de citernes, aériennes et enterrées.

3.1.12
clapet stabilisateur de tirage
dispositif statique ou mobile, réglable ou non, qui limite le tirage d'un conduit en permettant, à
un niveau déterminé du conduit, l'entrée d'un débit variable d'air de dilution

3.1.13
col de cygne
raccordement prémonté de deux bouteilles de gaz composé de deux tuyaux en cuivre, chacun
étant muni d'une courbe de dilatation; il est raccordé d'un côté au robinet de service et de l'autre,
à un té qui, à son troisième point de raccordement, est raccordé au détendeur

3.1.14
compteur de passage
compteur inséré par l'utilisateur dans l'installation intérieure

NOTE Le compteur de passage est également appelé “compteur divisionnaire”.

3.1.15
conduit d'amenée d'air
conduit assurant l'arrivée d'air nécessaire à la ventilation des espaces/espaces d'installation et/ou
l'amenée d'air comburant

3.1.16
conduit de raccordement
conduit qui raccorde le bord externe du conduit de sortie ou du coupe-tirage de l'appareil
d'utilisation au conduit d'évacuation des produits de combustion

3.1.17
conduit d'évacuation
conduit qui mène les produits de combustion à l'extérieur du bâtiment

3.1.18
conduit d'évacuation autonome
conduit d'évacuation qui est indépendant de la construction du bâtiment

(2) 4 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

3.1.19 3.1.20
conduit conduit
d'évacuation d'évacuation
autonome collectif autonome collectif
combiné
conduit d'évacuation
autonome auquel
sont raccordés conduit d'évacuation
plusieurs appareils autonome collectif,
utilisant le même unique et continu
combustible combiné avec des
tronçons individuels
autonomes en
parallèle, chacun
étant mis en
communication avec
le conduit commun

Figure 2/1 – Conduit d'évacuation autonome collectif et conduit d'évacuation autonome


collectif combiné

3.1.21
conduit d'évacuation autonome individuel
conduit d'évacuation autonome auquel n'est raccordé qu'un seul appareil

3.1.22
conduit d'évacuation collectif polyvalent (intégré ou autonome)
conduit d'évacuation collectif auquel sont raccordés des appareils utilisant des combustibles
différents

3.1.23
conduit d'évacuation intégré
conduit d'évacuation qui fait partie de la construction du bâtiment

(2) 5 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

3.1.24 3.1.25
conduit conduit d'évacuation
d'évacuation intégré collectif
intégré collectif unique
multiple
conduit d'évacuation
conduit d'évacuation intégré unique auquel
intégré auquel sont sont raccordés
raccordés plusieurs plusieurs appareils
appareils utilisant le utilisant le même
même combustible combustible
comportant un
conduit commun et
continu dans lequel
sont incorporés en
parallèle des
tronçons individuels,
chacun étant mis en
communication avec
le conduit commun

NOTE 1 Ce type de
conduit est également
appelé "shunt".

Figure 2/2 – Conduit d'évacuation intégré collectif multiple et conduit d'évacuation intégré
collectif unique

3.1.26
conduit d'évacuation intégré individuel
conduit d'évacuation intégré auquel n'est raccordé qu'un seul appareil

3.1.27
conduit de ventilation haute
conduit destiné à l'évacuation de l'air vicié d'un espace par mise en communication directe de la
partie supérieure de cet espace avec l'ambiance extérieure

3.1.28
coupleur-inverseur
dispositif automatique ou manuel permettant le couplage de plusieurs bouteilles de gaz et
l'inversion de l'amenée de gaz d'une bouteille ou batterie de bouteilles à l'autre

NOTE Un prédétendeur de type fixe est intégré dans le coupleur-inverseur automatique.

(2) 6 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

3.1.29
détendeur
dispositif permettant d'obtenir en aval une pression de gaz sensiblement constante, lorsque la
pression en amont varie entre des limites définies

NOTE Si la pression aval est réglable, le détendeur est dit "de type réglable"; dans le cas contraire, il est dit "de
type fixe".

3.1.30
détendeur de bouteille
détendeur placé directement sur la bouteille dont la pression nominale de sortie est la pression
de service de l'appareil d'utilisation comme indiquée par le fabricant sur la plaque signalétique

3.1.31
détendeur de deuxième détente
détendeur qui ramène la pression de sortie du détendeur de première détente à la pression de
service des appareils d'utilisation
NOTE Les expressions "détendeur de deuxième détente" et "détendeur secondaire" sont synonymes.

3.1.32
détendeur de première détente
détendeur qui ramène la pression du gaz du récipient de stockage à un maximum de 1,5 bar pour
les installations domestiques et de 5 bar pour les autres installations

NOTE Les expressions "détendeur de première détente" et "prédétendeur" sont synonymes.

3.1.33
détendeur unique
détendeur qui ramène en une opération la pression de la bouteille ou de la batterie de bouteilles à
la pression nominale de service de l’appareil d'utilisation comme indiquée par le fabricant sur la
plaque signalétique

3.1.34
détente
diminution de la pression d'entrée à la pression de sortie limitée à l'aide d'un détendeur

3.1.35
deuxième détente
diminution de la pression de sortie du détendeur de première détente à la pression de service des
appareils d'utilisation à l'aide d'un détendeur de deuxième détente

NOTE La deuxième détente est appelée communément "détente secondaire".

3.1.36
espace d'installation
espace dans un bâtiment dans lequel est installé un appareil d'utilisation

(2) 7 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

3.1.37
évacuation mécanique
évacuation des produits de combustion d'un appareil d'utilisation par un conduit d'évacuation à
tirage mécanique assurée par une force motrice extérieure à l'appareil

3.1.38
extension
tout prolongement de la tuyauterie d'une installation existante

3.1.39
fourreau
pièce scellée dans la traversée d'une paroi pour assurer le passage de la (des) tuyauterie(s)

3.1.40
gaine technique
dans une construction, espace réservé au passage de tuyauteries et dans lequel on pose
éventuellement des compteurs et des robinets de sectionnement

3.1.41
gaz de pétrole liquéfié (GPL)
gaz combustible plus lourd que l'air appartenant à la troisième famille

NOTE 1 Les familles de gaz sont définies dans la norme NBN EN 437.

NOTE 2 Les gaz de pétrole liquéfiés ont une composition conforme à la norme NBN T 52-706.

NOTE 3 Les acronymes "GPL" et "LPG" sont synonymes.

EXEMPLE Le butane commercial et le propane commercial.

3.1.42
gaz détendu
gaz dont la pression maximale après détente est de 5 bar

3.1.43
générateur de chaleur
appareil à combustion qui produit de la chaleur pour le chauffage de bâtiments et/ou la
production de l' eau chaude sanitaire

NOTE Les fluides produits par le générateur sont: l'air chaud, l'eau chaude ou tout autre fluide porteur de la
chaleur.

3.1.44
installation intérieure
tuyauterie qui relie la sortie du robinet de service au raccord d'entrée du ou des appareils
d'utilisation

NOTE Une partie de l'installation intérieure peut se trouver à l'extérieur du bâtiment.

(2) 8 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

3.1.45
installation de gaz
ensemble de l'installation intérieure et des appareils d'utilisation raccordés y compris les
approvisionnements nécessaires pour le bon fonctionnement et la sécurité de ces appareils,
notamment l'amenée d'air comburant, la ventilation et l'évacuation des produits de combustion

3.1.46
limiteur de pression
dispositif de sécurité dont la pression de sortie est limitée à la valeur nominale de 1,75 bar

3.1.47
local de chauffe
tout espace d'installation comprenant un ou plusieurs générateurs de chaleur

3.1.48
local technique
local de chauffe contenant des installations fixes liées au bâtiment ou des appareils dont la
puissance nominale est supérieure à 30 kW et inférieure à 70 kW et où ne peuvent pénétrer que
les personnes chargées de la manœuvre, de la surveillance, de l'entretien ou de la réparation de
ces appareils ou installations

3.1.49
LPG
acronyme anglais de "liquified petroleum gas", gaz de pétrole liquéfié

3.1.50
mise en service
ensemble des opérations à réaliser avant l'utilisation d'une installation ou d'un appareil pour
s'assurer de son bon fonctionnement

3.1.51
niveau du sol environnant
la partie supérieure du terrain qui entoure un bâtiment
NOTE En fonction de l'implantation du bâtiment, le niveau du sol environnant peut être différent suivant le côté
du bâtiment.

3.1.52
ouverture de transfert
orifice non obturable permanent permettant le passage libre d'air d'un espace intérieur vers un
autre espace intérieur, sans dispositif de fermeture

NOTE L'ouverture de transfert est prévue exclusivement soit dans les parois intérieures soit dans les portes
intérieures ou autour d'elles. Une ouverture de transfert est à la fois une ouverture d'alimentation en air pour un
espace et ouverture de passage d'air pour l'espace voisin.

3.1.53
perte de charge
diminution de pression entre deux points de l'installation lorsque le gaz y circule à un débit fixé

(2) 9 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

3.1.54
première détente
diminution de la pression de sortie du récipient de stockage à l'aide d'un détendeur de première
détente
NOTE La première détente est appelée communément "prédétente".

3.1.55
pression
pression effective, c'est-à-dire comptée au-dessus de la pression atmosphérique, si le terme
"pression" n'est pas précisé autrement

3.1.56
pression d'essai en usine
pression à laquelle sont effectivement éprouvés en usine les tubes, appareils accessoires et
éléments de raccordement

3.1.57
pression d'essai sur chantier
pression à laquelle sont effectués sur chantier l'essai de résistance et l'essai d'étanchéité de
l'installation de gaz

3.1.58
pression maximale de service
(MOP – Maximum Operating Pressure)
pression maximale dans une tuyauterie exploitée conformément aux dispositions légales

3.1.59
pression nominale (PN)
pression que tout élément de l'installation peut supporter, annoncée par un fabricant ou un
importateur

3.1.60
pression nominale de service d'un appareil
pression du gaz d'alimentation reprise sur la plaque signalétique de l'appareil et garantissant la
combustion stoechiométrique pour la catégorie d'appareil considérée

3.1.61
puissance nominale (Pn)
puissance utile indiquée par le fabricant et renseignée sur la plaque signalétique

3.1.62
raccord et accessoire à compression
raccord ou accessoire dans lequel l'assemblage est réalisé par la compression d'une bague de
sertissage métallique sur la paroi extérieure du tube à l'aide d'un écrou mobile approprié

NOTE: Les raccords et accessoires à compression sont appelés communément "raccords à bicône".
L'expression "raccord et accessoire à comprimer" est équivalente.

(2) 10 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

3.1.63
raccord et accessoire à sertissage
raccord ou accessoire en cuivre équipé d'un joint torique élastomère qui est assemblé sur la paroi
extérieure du tube en cuivre de manière indémontable par sertissage réalisé à l'aide d'une presse
électro-hydraulique ou électromécanique dont la mâchoire est adaptée au profil du raccord ou
accessoire à sertir

NOTE L'expression "raccord et accessoire à sertir" est équivalente.

3.1.64
récipient de stockage
terme générique comprenant les bouteilles à gaz, les batteries de bouteilles et les citernes à gaz

3.1.65
robinet d'arrêt
robinet de l'installation intérieure situé directement en amont d'un appareil d'utilisation
NOTE Le robinet d'arrêt peut être intégré dans le détendeur.

3.1.66
robinet de sectionnement
robinet permettant d'isoler une partie de l'installation intérieure

3.1.67
robinet de service
robinet placé sur la sortie du récipient de stockage

3.1.68
section
surface libre d'un orifice ou d'un conduit

3.1.69
terminal
dispositif des appareils de types B et C disposé à l'extérieur du bâtiment, sur lequel est raccordé
le conduit d'évacuation des produits de combustion et/ou le conduit d'amenée d'air comburant

3.1.70
tracé des tuyauteries
indication du parcours des tuyauteries

3.1.71
tubage
tuyaux introduits dans un conduit d'évacuation existant

3.1.72
tuyauterie
ensemble de tubes et d'accessoires

NOTE Les accessoires comprennent les raccords, la robinetterie, les détendeurs et les appareils de contrôle. Les
termes "tuyauterie" et "canalisation" sont synonymes.

(2) 11 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

3.1.73
usage intermittent d'un chauffe-eau de type A
usage d'une durée ne dépassant pas 10 minutes par demi-heure en fonctionnement continu ou
non

3.1.74
ventilation
apport et évacuation d'air voulus par conception vers l'intérieur et l'extérieur d'un espace

3.1.75
ventilation mécanique
ventilation réalisée à l'aide de composants motorisés assurant la circulation de l'air
NOTE 1 Une ventilation mécanique peut être assurée par un seul ventilateur central ou par plusieurs ventilateurs.

NOTE 2 La ventilation mécanique peut être subdivisée en plusieurs catégories:

- ventilation à double flux;

- ventilation mécanique par extraction;

- ventilation mécanique par insufflation.

3.1.76
ventilation mécanique à double flux
ventilation utilisant des composants motorisés pour assurer la circulation de l'air tant du côté de
l'air fourni que du côté de l'air rejeté

3.1.77
ventilation mécanique contrôlée (VMC)
ventilation mécanique réalisée par extraction à l'aide d'un système de conduits collectifs dont le
débit de ventilation est contrôlé

3.1.78
ventilation mécanique contrôlée-gaz (VMC-gaz)
ventilation mécanique contrôlée dont le conduit d'évacuation de l'air vicié peut servir également
de conduit d'évacuation des produits de la combustion des appareils d'utilisation qui y sont
raccordés

3.1.79
ventilation mécanique par extraction
ventilation utilisant des composants motorisés pour assurer la circulation de l'air uniquement du
côté de l'air rejeté

3.1.80
ventilation mécanique par insufflation
ventilation utilisant des composants motorisés pour assurer la circulation de l'air uniquement du
côté de l'air fourni

(2) 12 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

3.1.81
ventilation naturelle
ventilation résultant de différences de pression sans l'aide de composants motorisés assurant la
circulation de l'air

3.1.82
vide technique
espace entre le sol et le bas du plancher, continu et ventilé, d'au moins 0,20 m de hauteur

3.1.83
vide technique accessible
vide technique d'accès aisé présentant une hauteur libre supérieure ou égale à 0,60 m et ventilé
efficacement par au moins deux orifices pratiqués dans des parois opposées

3.2 Appareils d'utilisation – types

3.2.1
appareil de type A
appareil qui n'est pas destiné à être raccordé à un conduit ou à un dispositif d'évacuation des
produits de combustion vers l'extérieur de l'espace d'installation

3.2.1.1
appareil de type A1
appareil de typeA sans ventilateur

3.2.1.2
appareil de type A2
appareil de type A avec un ventilateur en aval de la chambre de combustion / de l'échangeur de
chaleur

3.2.1.3
appareil de type A3
appareil de type A avec un ventilateur en amont de la chambre de combustion / de l'échangeur
de chaleur

3.2.1.4
appareil de type AAS
appareil de type A muni d'un dispositif de sécurité d'atmosphère

EXEMPLE Appareil de type A1AS.

3.2.2
appareil de type B
appareil qui est destiné à être raccordé à un conduit d'évacuation des produits de combustion
vers l'extérieur de l'espace d'installation, l'air comburant étant prélevé directement dans cet
espace

(2) 13 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

3.2.2.1
appareil de type B1
appareil de type B comprenant un coupe-tirage

3.2.2.2
appareil de type B11
appareil de type B1 fonctionnant en tirage naturel

3.2.2.3
appareil de type B12
appareil de type B1 destiné à être raccordé à un conduit d'évacuation des produits de combustion
fonctionnant en tirage naturel et comprenant un ventilateur en aval de la chambre de combustion
/ de l'échangeur de chaleur mais en amont du coupe-tirage

3.2.2.4
appareil de type B13
appareil de type B1 destiné à être raccordé à un conduit d'évacuation des produits de combustion
fonctionnant en tirage naturel et comprenant un ventilateur en amont de la chambre de
combustion / de l'échangeur de chaleur

3.2.2.5
appareil de type B14
appareil de type B1 comprenant un ventilateur intégré en aval à la fois de la chambre de
combustion / de l'échangeur de chaleur et du coupe-tirage

3.2.2.6
appareil de type B2
appareil de type B sans coupe-tirage

3.2.2.7
appareil de type B21
appareil de type B2 fonctionnant en tirage naturel

3.2.2.8
appareil de type B22
appareil de type B2 comprenant un ventilateur en aval de la chambre de combustion / de
l'échangeur de chaleur

3.2.2.9
appareil de type B23
appareil de type B2 comprenant un ventilateur en amont de la chambre de combustion / de
l'échangeur de chaleur

3.2.2.10
appareil de type B3
appareil de type B sans coupe-tirage qui est conçu pour être raccordé à un système de conduit
collectif; ce système de conduit collectif consiste en un conduit unique d'évacuation des produits
de combustion fonctionnant en tirage naturel; toutes les parties sous pression de l'appareil
contenant des produits de combustion sont entièrement entourées par les parties de l'appareil

(2) 14 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

l'alimentant en air comburant; l'air comburant est prélevé directement de l'espace d'installation
au moyen d'un conduit concentrique qui entoure le conduit d'évacuation; l'air entre par des
orifices spécifiques situés sur la surface du conduit

Commentaire FEBUPRO

En Belgique un appareil de type B3 doit être raccordé à un conduit d’évacuation individuel


étanche.

3.2.2.11
appareil de type B31
appareil de type B3 fonctionnant en tirage naturel

3.2.2.12
appareil de type B32
appareil de type B3 comprenant un ventilateur en aval de la chambre de combustion / de
l'échangeur de chaleur

3.2.2.13
appareil de type B33
appareil de type B3 comprenant un ventilateur en amont de la chambre de combustion / de
l'échangeur de chaleur

3.2.2.14
appareil de type B4
appareil de type B, comprenant un coupe-tirage, qui est destiné à être raccordé au travers de son
conduit d'évacuation des produits de combustion à son terminal d'évacuation des produits de
combustion

3.2.2.15
appareil de type B41
appareil de type B4 fonctionnant en tirage naturel

3.2.2.16
appareil de type B42
appareil de type B4 destiné à être raccordé à un conduit d'évacuation des produits de combustion
fonctionnant en tirage naturel et comprenant un ventilateur en aval de la chambre de combustion
/ de l'échangeur de chaleur mais en amont du coupe-tirage

3.2.2.17
appareil de type B43
appareil de type B4 destiné à être raccordé à un conduit d'évacuation des produits de combustion
fonctionnant en tirage naturel et comprenant un ventilateur en amont de la chambre de
combustion / de l'échangeur de chaleur

3.2.2.18
appareil de type B44
appareil de type B4 comprenant un ventilateur intégré en aval à la fois de la chambre de
combustion / de l'échangeur de chaleur et du coupe-tirage

(2) 15 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

3.2.2.19
appareil de type B5
appareil de type B sans coupe-tirage, qui est destiné à être raccordé au travers de son conduit
d'évacuation des produits de combustion à son terminal d'évacuation des produits de combustion

3.2.2.20
appareil de type B51
appareil de type B5 fonctionnant en tirage naturel

3.2.2.21
appareil de type B52
appareil de type B5 comprenant un ventilateur en aval de la chambre de combustion / de
l'échangeur de chaleur

3.2.2.22
appareil de type B53
appareil de type B5 comprenant un ventilateur en amont de la chambre de combustion / de
l'échangeur de chaleur

3.2.2.23
appareil de type BAS
appareil de type B muni d'un dispositif de sécurité d'atmosphère

EXEMPLE Appareil de type B11AS.

3.2.2.24
appareil de type BBS
appareil de type B muni d'un dispositif de contrôle de vacuité

EXEMPLE Appareil de type B11BS.

3.2.2.25
appareil de type BCS
appareil de type B destiné à être raccordé à une installation à ventilation mécanique contrôlée
gaz et muni d'un dispositif de sécurité adéquat de contrôle de l'évacuation des produits de
combustion

EXEMPLE Appareil de type B11CS.

3.2.2.26
appareil de type BP
appareil de type B sans coupe-tirage destiné à être raccordé à un système d'évacuation des
produits de combustion qui est conçu pour fonctionner en pression positive

NOTE L'indice P est uniquement utilisé lorsque l'installation de l'appareil, réalisée conformément aux
instructions du fabricant de l'appareil avec un conduit d'évacuation des produits de combustion spécifié par
ce fabricant, induit que ledit conduit fonctionne en pression positive.

(2) 16 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

3.2.2.27
appareil de type B22P
appareil de type B22 destiné à être raccordé à un système d'évacuation des produits de
combustion qui est conçu pour fonctionner en pression positive

3.2.2.28
appareil de type B23P
appareil de type B23 destiné à être raccordé à un système d'évacuation des produits de
combustion qui est conçu pour fonctionner en pression positive

3.2.2.29
appareil de type B52P
appareil de type B52 destiné à être raccordé à un système d'évacuation des produits de
combustion qui est conçu pour fonctionner en pression positive

3.2.2.30
appareil de type B53P
appareil de type B53 destiné à être raccordé à un système d'évacuation des produits de
combustion qui est conçu pour fonctionner en pression positive

3.2.3
appareil de type C
appareil pour lequel le circuit de combustion (alimentation en air, chambre de combustion,
échangeur de chaleur et évacuation des produits de combustion) est étanche par rapport à
l'espace d'installation

3.2.3.1
appareil de type C1
appareil de type C destiné à être raccordé au travers de ses conduits à un terminal horizontal qui
simultanément admet l'air comburant pour le brûleur et rejette les produits de combustion vers
l'extérieur par des orifices soit concentriques soit suffisamment proches pour être soumis à des
conditions de vent similaires

3.2.3.2
appareil de type C2
appareil de type C raccordé par deux conduits à un système de conduit collectif desservant plus
d'un appareil; ce système consiste en un conduit unique qui fournit l'air comburant et rejette les
produits de combustion

3.2.3.3
appareil de type C3
appareil de type C destiné à être raccordé au travers de ses conduits à un terminal vertical qui
simultanément admet l'air frais pour le brûleur et rejette les produits de combustion vers
l'extérieur par des orifices soit concentriques soit suffisamment proches pour être soumis à des
conditions de vent similaires

(2) 17 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

3.2.3.4
appareil de type C3*S
appareil de type C destiné à être raccordé à un système individuel dont le conduit d'évacuation
des produits de combustion est installé dans un conduit d'évacuation faisant partie du bâtiment;
l'appareil, le conduit d'évacuation et le terminal sont certifiés comme un ensemble indissociable

3.2.3.5
appareil de type C4
appareil de type C raccordé par deux conduits à un système de conduit collectif desservant plus
d'un appareil; ce système de conduit collectif comporte deux conduits raccordés à un terminal
qui simultanément admet l'air frais pour le brûleur et rejette les produits de combustion vers
l'extérieur par des orifices soit concentriques soit suffisamment proches pour être soumis à des
conditions de vent similaires

3.2.3.6
appareil de type C5
appareil de type C raccordé à des conduits séparés pour l'alimentation en air comburant et pour
l'évacuation des produits de combustion; ces conduits peuvent aboutir dans des zones de
pressions différentes

3.2.3.7
appareil de type C6
appareil de type C destiné à être raccordé à un système d'amenée d'air comburant et d'évacuation
des produits de combustion approuvé et vendu séparément

3.2.3.8
appareil de type C7
appareil de type C comportant des conduits verticaux d'alimentation en air et d'évacuation des
produits de combustion; l'air comburant est prélevé d'un espace sous les toits et les produits de
combustion sont rejetés au-dessus du toit; un coupe-tirage est incorporé dans le conduit
d'évacuation des produits de combustion à un emplacement situé au-dessus de(s) orifice(s)
d'admission de l'air comburant

3.2.3.9
appareil de type C8
appareil de type C raccordé par un conduit à un système de conduit collectif; ce système de
conduit collectif consiste en un conduit unique, fonctionnant en tirage naturel (c'est-à-dire ne
comportant pas de ventilateur) qui évacue les produits de combustion; l'appareil est raccordé par
un second conduit à un terminal qui alimente l'appareil en air provenant de l'extérieur du
bâtiment

3.2.3.10
appareil de type C*12
appareil de type C fonctionnant en tirage naturel

2
Par convention l'astérisque représente un indice quelconque (de 1 à 8).

(2) 18 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

3.2.3.11
appareil de type C*22)
appareil de type C comprenant un ventilateur en aval de la chambre de combustion / de
l'échangeur de chaleur

3.2.3.12
appareil de type C*32)
appareil de type C comprenant un ventilateur en amont de la chambre de combustion / de
l'échangeur de chaleur

3.3 Appareils d'utilisation – catégories3)

3.3.1
appareil de catégorie I
appareil conçu exclusivement pour l'utilisation de gaz d'une seule famille ou d'un seul groupe

3.3.1.1
appareil de catégorie I3+
appareil susceptible d'utiliser les gaz de la troisième famille (propane et butane) et fonctionnant
sans intervention sur l'appareil avec un couple de pressions; toutefois, pour certains types
d'appareils spécifiés dans les normes particulières, un réglage d'air primaire peut être autorisé
pour le passage du butane au propane et inversement; aucun dispositif de régulation de pression
de gaz n'est admis dans l'appareil

Commentaire FEBUPRO
COUPLE DE PRESSIONS
Le couple de pressions mentionné au catégorie I3+ est de 28 mbar pour le butane et 37 mbar pour
le propane.

3.3.1.2
appareil de catégorie I3B
appareil utilisant uniquement les gaz du groupe B de la troisième famille (le butane) à la
pression d'alimentation fixée

3.3.1.3
appareil de catégorie I3P
appareil utilisant uniquement les gaz du groupe P de la troisième famille (propane) à la pression
d'alimentation fixée

3.3.2
appareil de catégorie II
appareil conçu pour l'utilisation de gaz de deux familles

2)
Par convention l'astérisque représente un indice quelconque (de 1 à 8).
3)
Définitions conformes à la norme NBN EN 437.

(2) 19 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 2

3.3.2.1
appareil de catégorie II2E+3+
appareil susceptible d'utiliser les gaz du groupe E de la deuxième famille et les gaz de la
troisième famille; l'utilisation des gaz de la deuxième famille se fait dans les mêmes conditions
que pour la catégorie I2E+; l'utilisation des gaz de la troisième famille se fait dans les mêmes
conditions que pour la catégorie I3+

3.3.2.2
appareil de catégorie II2E+3B
appareil susceptible d'utiliser les gaz du groupe E de la deuxième famille et les gaz du groupe B de
la troisième famille (butane); l'utilisation des gaz de la deuxième famille se fait dans les mêmes
conditions que pour la catégorie I 2E+; l'utilisation des gaz du groupe B de la troisième famille se fait
dans les mêmes conditions que pour la catégorie I 3B

3.3.2.3
appareil de catégorie II2E+3P
appareil susceptible d'utiliser les gaz du groupe E de la deuxième famille et les gaz du groupe P de
la troisième famille (propane); l'utilisation des gaz de la deuxième famille se fait dans les mêmes
conditions que pour la catégorie I 2E+; l'utilisation des gaz du groupe P de la troisième famille se fait
dans les mêmes conditions que pour la catégorie I 3P

Commentaire FEBUPRO

RECONVERSION DES APPAREILS D'UTILISATION


- seuls les cuisinières, réchauds et radiateurs de la double catégorie II2E+3+ peuvent être
reconvertis du gaz naturel au gaz butane ou propane ou inversement par l'installateur à
condition que:
* on utilise un ensemble de reconversion fourni par le fabricant de l'appareil;
* la catégorie de l'appareil soit changée sur la plaque signalétique;
- tous les autres appareils doivent être reconvertis par le fabricant ou par son représentant.l

3.4 Symboles

Les symboles utilisés dans la présente norme sont décrits au Tableau 2/1.

Tableau 2/1 – Descriptions des symboles et unités

Symbole Unité Description

DN mm Diamètre nominal

PN bar Pression nominale

Pn kW Puissance nominale

(2) 20 / 20
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

CHAPITRE 3
INSTALLATIONS INTÉRIEURES

Sommaire

1 Domaine d'application..............................................................................................................2
2 Références normatives .............................................................................................................3
3 Termes et définitions ................................................................................................................5
4 Tuyauteries reliant le récipient de stockage au point de la première détente...........................5
5 Matériaux .................................................................................................................................5
5.1. Tuyauteries....................................................................................................................5
5.2. Raccords et accessoires de tuyauterie ...........................................................................8
5.3. Robinets d'arrêt et de sectionnement.............................................................................9
5.4. Détendeurs ..................................................................................................................10
5.5. Limiteur de pression ...................................................................................................14
5.6. Résistance thermique, mécanique et chimique ...........................................................16
6 Parcours et accessibilité des tuyauteries.................................................................................16
6.1. Généralités ..................................................................................................................16
6.2. Configurations.............................................................................................................17
6.3. Zones à risque spécifique............................................................................................22
6.4. Continuité électrique ...................................................................................................22
7 Mise en œuvre ........................................................................................................................23
7.1. Généralités ..................................................................................................................23
7.2. Installation de tuyauteries ...........................................................................................23
7.3. Conditions particulières aux colonnes montantes.......................................................24
7.4. Conditions particulières à la mise en œuvre du flexible métallique ...........................24
7.5. Exécution d'assemblages.............................................................................................25
7.6. Installations intérieures à détente unique ....................................................................31
7.7. Installations intérieures à double détente ....................................................................34
8 Protection extérieure des tuyauteries......................................................................................44
8.1. Généralités ..................................................................................................................44
8.2. Tuyauteries en acier ....................................................................................................45
8.3. Tuyauteries en cuivre ..................................................................................................45
8.4. Fourreaux ....................................................................................................................46
8.5. Identification des tuyauteries ......................................................................................46
9 Contrôle de l'installation intérieure ........................................................................................46
9.1. Généralités ..................................................................................................................46
9.2. Contrôle de la tuyauterie et du raccordement des appareils d'utilisation....................47
9.3. Purge ...........................................................................................................................48
9.4. Extensions, modifications et remplacements ..............................................................48
Annexe C Détermination des dimensions d'une installation .............................................................49
Annexe E Raccordements d'appareils d'utilisation alimentées en gaz de la troisième famille
admis en Belgique .............................................................................................................58

Annexe A – Bibliographie: est incorporée dans les informations de produit (Chapitre 1)


Annexe B – Attestation des tuyauteries: est ajoutée comme annexe aux informations de produit
(Chapitre 1)
Annexe D – Les dessins de cette annexe sont incorporés dans le texte du Chapitre 3
Annexe F – Certificat de conformité: est ajouté comme annexe aux informations de produit
(Chapitre 1)

(3) 1 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

1 Domaine d'application

La deuxième partie de la norme belge NBN D51-006 fixe les conditions générales techniques et de
sécurité applicables aux installations intérieures neuves ou parties neuves d'installations intérieures
alimentées en butane commercial ou propane commercial en phase gazeuse à une pression
maximale de service (MOP) de 5 bar.

Commentaire FEBUPRO

INSTALLATIONS INTÉRIEURES NEUVES ET PARTIES NEUVES D'INSTALLA-TIONS


INTÉRIEURES

On considère comme partie neuve d'une installation intérieure entre autres:


- une nouvelle canalisation placée pour alimenter un appareil supplémentaire;
- une partie de la canalisation remplacée p.ex. parce qu'elle se trouve en mauvais état;
- l'adaptation de la canalisation lorsqu'on déplace un appareil dans un autre local.
L'adaptation éventuelle nécessaire à la canalisation lorsqu'on remplace l'appareil existant par un
appareil neuf n'est pas considérée comme une partie neuve de l'installation. Ceci n'empêche pas
que les matériaux, les assemblages et les accessoires utilisés (p.ex. les raccords à compression et les
raccords à sertissage) doivent répondre aux exigences de cette norme.

La présente partie de norme belge est applicable à l'installation intérieure, c'est-à-dire à la tuyauterie
qui relie la sortie du robinet de service au raccord d'entrée du ou des appareils d'utilisation.

Commentaire FEBUPRO

La norme européenne EN 1775 (Alimentation en gaz – Tuyauteries de gaz pour les bâtiments –
Pression maximale de service inférieure ou égale à 5 bar – Recommandations fonctionnelles) traite
aussi bien les installations pour le gaz naturel que ceux pour le butane et le propane.
Ces recommandations ont été convertis dans la norme belge NBN EN 1775 et ils font la base de la
norme NBN D51-003 et de la présente norme NBN D51-006.
D’après cette norme l’installation intérieure pour le gaz naturel commence à la sortie du compteur
et pour les installations au butane et propane à la sortie du robinet de service du récipient (la
bouteille ou la citerne).

NOTE Une partie de l'installation intérieure peut se trouver à l'extérieur du bâtiment.

Cette partie de la norme belge n'est pas applicable:

- aux outillages mobiles utilisant le gaz de pétrole liquéfié;

- aux appareils utilisant le gaz de pétrole liquéfié stocké dans une cartouche1);

- aux récipients de stockage, bouteilles ou citernes dont les règles d'installation (notamment
celles concernant l'emplacement, les distances par rapport à d'autres installations, les
autorisations) relèvent des dispositions légales en vigueur.

1)
Les cartouches répondent aux prescriptions de la norme NBN EN 417.

(3) 2 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Pour les installations intérieures comportant des tuyaux d'un diamètre nominal supérieur à
DN 25 et/ou d'une MOP supérieure à 0,5 bar, il y a lieu de se conformer à la directive 97/23/CE
relative aux équipements sous pression.

Commentaire FEBUPRO

Cette directive est également appelée “Directive PED” (Pressure Equipment Directive).

2 Références normatives

La présente partie de norme belge comporte par référence, datée ou non datée, des dispositions
d'autres publications. Ces références normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et
les publications sont énumérées ci-après. Pour les références datées, les amendements ou révisions
ultérieures de l'une quelconque de ces publications ne s'appliquent à cette partie de norme belge que
s'ils y ont été incorporés par amendement ou révision. Pour les références non datées, la dernière
édition de la publication à laquelle il est fait référence s'applique (y compris les amendements).

ISO 7-1, Filetage de tuyauterie pour raccordement avec étanchéité dans le filet – Partie 1:
Dimensions, tolérances et désignation.

ISO 68-1, Filetages ISO pour usage généraux – Profil de base – Partie1: Filetages métriques.

NBN A 25-103, Tubes en acier d'usage courant – Tubes filetables.

NBN A 25-104, Tubes en acier d'usage courant – Tubes à extrémités lisses, non filetables.

NBN E 29-002, Tuyauteries - Diamètre nominal, pression et températures - Définitions et


symboles.

NBN EN 331, Robinets à tournant sphérique et robinets à tournant conique à fond plat destinés à
être manoeuvrés manuellement et à être utilisés pour les installations de gaz des bâtiments.

NBN EN 417, Cartouches métalliques pour gaz de pétrole liquéfiés, non rechargeables, avec ou
sans valve, destinées à alimenter des appareils portatifs - Construction, contrôle, essais et
marquage.

NBN EN 751-1, Matériaux d'étanchéité pour raccords filetés en contact des gaz de la 1ère, 2ème et
3ème famille et de l'eau chaude - Partie 1: Composition d'étanchéité anaérobie.

NBN EN 751-2, Matériaux d'étanchéité pour raccords filetés en contact des gaz de la 1ère, 2ème et
3ème famille et de l'eau chaude - Partie 2: Composition d'étanchéité non durcissante.

NBN EN 751-3, Matériaux d'étanchéité pour raccords filetés en contact des gaz de la 1ère, 2ème et
3ème famille et de l'eau chaude - Partie 3: Bandes en PTFE non fritté.

NBN EN 1057, Cuivre et alliages de cuivre – Tubes ronds sans soudure en cuivre pour l'eau et le
gaz dans les applications sanitaires et de chauffage.

NBN EN 1254-1, Cuivre et alliages de cuivre – Raccords – Partie 1: Raccords à braser par
capillarité pour tubes en cuivre.

(3) 3 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

NBN EN 1254-2, Cuivre et alliages de cuivre – Raccords – Partie 2: Raccords à compression pour
tubes en cuivre.

NBN EN 1254-4, Cuivre et alliages de cuivre – Raccords – Partie 4: Raccords combinant des
assemblages par capillarité ou par compression à d'autres types d'assemblages.

NBN EN 1762, Tuyaux et flexibles en caoutchouc pour le gaz de pétrole liquéfié GPL (en phase
liquide ou gazeuse) et le gaz naturel jusqu'à 25 bar (2,5 Mpa) – Spécification.

NBN EN 1763-1, Tubes, tuyaux et flexibles en caoutchouc et en plastique pour le propane


commercial, le butane commercial et leurs mélanges en phase vapeur – Partie 1: Exigences
relatives aux tubes et tuyaux en caoutchouc et en plastique.

prNBN EN 1763-2, Tuyaux, tubes et flexibles utilisables avec le butane et le propane en phase
vapeur – Partie 2: Exigences relatives aux abouts, raccords et flexibles.

NBN EN 10208-1, Tubes en acier pour conduites de fluides combustibles – Conditions techniques
de livraison – Partie 1: Tubes de la classe de prescription A.

NBN EN 10216-1, Tubes sans soudure en acier pour service sous pression – Conditions techniques
de livraison – Partie 1: Tubes en acier non allié avec caractéristiques spécifiées à température
ambiante.

NBN EN 10240, Revêtements intérieur et/ou extérieur des tubes en acier – Spécifications pour
revêtements de galvanisation à chaud sur des lignes automatiques.

NBN EN 10242, Raccords de tuyauterie filetés en fonte malléable.

NBN EN 12068, Protection cathodique - Revêtements organiques extérieurs pour la protection


contre la corrosion de tubes en acier enterrés ou immergés en conjonction avec la protection
cathodique - Bandes et matériaux rétractables.

NBN EN 12864, Détendeurs à réglage fixe, à pression de détente maximale inférieure ou égale à
200 mbar, de débit inférieur ou égal à 4 kg/h, et leurs dispositifs de sécurité associés pour butane,
propane ou leurs mélanges.

NBN EN ISO 228-1, Filetage de tuyauterie pour raccordement sans étanchéité dans le filet -
Partie 1: Dimensions, tolérances et désignation.

NBN F 31-001, Electrodes enrobées pour le soudage manuel à l'arc – Symbolisation pour
l'identification – Méthodes d'essais – Spécification.

NBN F 31-002, Electrodes enrobées – Détermination des divers rendements et du coefficient de


dépôt.

NBN F 31-004, Soudure – Métaux d'apport non tréfilés – Longueurs et tolérances.

NBN F 31-005, Soudage – Métaux d'apport tréfilés, livrés en longueurs droites – Longueurs et
tolérances.

(3) 4 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

NBN F 31-006, Soudage – Électrodes pour le soudage des aciers doux et des aciers faiblement
alliés à haute résistance – Longueurs et tolérances.

NBN F 31-010, Soudage – Fils utilisés dans le soudage à l'arc de l'acier doux, avec fil-électrode nu
sous protection gazeuse – Dimensions des fils, bobines, jantes et couronnes.

NBN F 31-011, Soudage – Électrodes enrobées pour le soudage manuel à l'arc des fontes –
Symbolisation.

NBN F 31-012, Soudage – Électrodes enrobées pour le soudage manuel à l'arc des aciers résistant
au fluage – Code de symbolisation pour l'identification.

NBN F 31-013, Soudage – Électrodes enrobées pour le soudage manuel à l'arc des aciers
inoxydables et autres aciers similaires fortement alliés – Code de symbolisation pour
l'identification.

NBN T 42-106, Tubes en polyéthylène pour la distribution de gaz naturel.

NBN T 52-706, Produits pétroliers – Combustibles (classe F) – Gaz de pétrole liquéfiés –


Spécifications.

prEN 1775, Alimentation en gaz – Tuyauteries de gaz pour les bâtiments – Pression maximale de
service inférieure ou égale 5 bar – Recommandations fonctionnelles.

prEN 14291, Solutions moussantes pour détection de fuites sur les installations de gaz.

3 Termes et définitions

Pour les besoins de la présente partie de norme belge, les termes et définitions donnés dans le
chapitre 2, "Terminologie", s'appliquent.

4 Tuyauteries reliant le récipient de stockage au point de la première détente

Comme énoncé au § 1, la présente partie de norme belge s'applique à la partie de l'installation


intérieure dont la pression maximale de service est de 5 bar et à la partie de la tuyauterie reliant
cette installation au récipient de stockage.

La tuyauterie reliant le récipient de stockage au point de la première détente a une pression de


service qui peut être supérieure à 5 bar. Cette partie sera aussi courte que possible.

5 Matériaux

5.1. Tuyauteries

5.1.1 Flexibles

5.1.1.1 Les flexibles sont conçus pour les gaz de pétrole liquéfiés en phase gazeuse.

(3) 5 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

En fonction de ses caractéristiques propres et conformément à l’article 7, un flexible ne peut être


utilisé que dans les situations suivantes:

- flexible de type "flexible pour gaz détendu": entre un détendeur secondaire ou un détendeur
de bouteille et un appareil d'utilisation;

- flexible de type "flexible pour gaz non détendu": comme raccord entre des bouteilles.

5.1.1.2 Les flexibles ne peuvent pas être placés en série.

5.1.1.3 Les flexibles non-métalliques sont conformes à la norme NBN EN 1763-1 pour les
flexibles de diamètres inférieurs ou égaux à DN 12 et à la norme NBN EN 1762 pour les flexibles
de diamètres supérieurs à DN 12. Leur couleur est orange pour l'usage du gaz détendu.

Les raccords sont exécutés comme suit:

- pour le gaz non détendu: raccords prémontés par le fabricant suivant l'attestation modèle (cf.
Annexe 1/3 – chapitre 1) conformément à la norme NBN EN 1763-2 ou à la norme ISO 68-1
(pour les assemblages filetés M 20 x 1,5);

Figure 3/1 – Flexibles pour le gaz non détendu

- pour le gaz détendu: raccords identiques à ceux du gaz non détendu ou au moyen de colliers
de serrage sur des tétines; les colliers sont adaptés au diamètre extérieur du flexible et ne
peuvent l'inciser ou l'endommager en aucune façon lors des opérations de montage et de
sertissage; les tétines sont du type de celles qui sont admises en Belgique (cf. Annexe E).

Commentaire FEBUPRO

- Une “Attestation modèle” est également appelée “Certificat de conformité” et elle est
délivrée par un labo agréé pour cela.
- Les assemblages filetés M20x1,5 doivent être placés avec un joint plat.
- “Le gaz détendu” est le gaz qui est détendu au moins une fois; cette pression est au
maximum 1,5 bar pour les installations domestiques et 5 bar pour les installations non-
domestiques.
- “Le gaz non détendu” a la pression du gaz dans le récipient de stockage (la bouteille ou la
citerne).

(3) 6 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

5.1.1.4 Les flexibles métalliques sont conformes à la spécification concernant les flexibles
métalliques pour des gaz combustibles2) Ils ont des embouts mécaniques intégrés non détachables.

Commentaire FEBUPRO

Les flexibles métalliques ont une longueur maximale de 2 m.

Les flexibles dont la longueur s'écarte de la spécification peuvent être utilisés dans des
circonstances particulières (p. ex. pendant une foire, avec le récipient de stockage à l'extérieur) à
condition qu'ils soient conformes en ce qui concerne toutes les autres exigences et que cela soit
confirmé dans une attestation modèle (cf Annexe 1/3 – chapitre 1).

5.1.2 Tubes

5.1.2.1 Gaz non détendu

Pour le raccordement à une citerne, des tubes en acier sans soudure sont utilisés conformément à la
norme NBN EN 10216-1.
Pour le raccordement à une bouteille les matériaux utilisés sont:

- l'acier: les tubes en acier sans soudure sont conformes à la norme NBN EN 10216-1;

- le cuivre:

- ces tubes sont conformes à la norme NBN EN 1057; ils sont de qualité R 220 à l'état
recuit, R 250 à l'état demi-écroui et R 290 à l'état écroui;

- le diamètre est conventionnellement le diamètre extérieur réel des tubes;

- la limite inférieure de l'épaisseur nominale de paroi selon le diamètre extérieur à mettre


en oeuvre est fonction du mode d'assemblage et est donnée au tableau 3/1; l'utilisation
de tubes de diamètres autres que ceux mentionnés au tableau 3/1 est interdite;

- les tubes à l'état recuit sont disponibles en rouleau pour certains diamètres;

- les tubes sont marqués.


EXEMPLE CU – EN 1057 – R 220 – 12 x 1,0.

5.1.2.2 Gaz détendu

Tubes en acier: en plus des tubes mentionnés en 5.1.2.1, des tubes soudés en acier3) peuvent être
utilisés conformément aux normes NBN EN 10208-1 et NBN A 25-103 ou NBN A 25-104.

Tubes en cuivre: les tubes sont conformes à 5.1.2.1.

2)
En attendant la publication de la norme relative aux flexibles métalliques, la spécification de l'ARGB 91/01 –
"Flexibles métalliques RHT pour des gaz combustibles" peut servir à définir les qualités de ces flexibles.
3)
Les tubes galvanisés répondant à la norme NBN EN 10240 sont autorisés, la galvanisation ne constituant qu'un
mode de protection contre la corrosion du tube dont les caractéristiques répondent aux normes citées.

(3) 7 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Tableau 3/1 – Limite inférieure de l'épaisseur nominale de paroi des tubes en cuivre selon le
diamètre extérieur

Raccord à
Brasage fort Raccord à sertissage
compression

Diamètre extérieur Limite inférieure de l'épaisseur nominale de paroi

mm mm

12 – 15 – 18 – 22 1 1 1

28 1 1 1,5

35 – 42 1 Interdit Interdit

54 1,2 Interdit Interdit

5.1.3 Tubes en polyéthylène (PE)

Pour les tuyauteries enterrées, des tubes en PE conformes à la norme NBN T 42-106, peuvent être
utilisés en plus des tubes décrits en 5.1.2.2, pour autant que la pression de service n'excède pas 5
bar et que les prescriptions 7.7.4.2.2 soient respectées. Les tubes en PE comportent des marquages
jaunes "GAS-GAZ".

5.2. Raccords et accessoires de tuyauterie

Les raccords et accessoires de tuyauterie de gaz butane ou propane sont conçus pour une pression
de service d'au moins 5 bar.

Les raccords et accessoires de tuyauterie sont en cuivre, en alliage de cuivre, en acier ou en fonte
malléable.

Pour les tuyauteries en contact avec des gaz non détendus, les raccords et accessoires sont en acier.

Les raccords en fonte malléable sont de type renforcé (à bourrelet) et répondent aux prescriptions
de la norme NBN EN 10242.

Les raccords en cuivre, en alliage de cuivre ou en acier ont une résistance mécanique compatible
avec les sollicitations auxquelles ils sont soumis, notamment de par leur mode d'assemblage.

(3) 8 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Les raccords et accessoires à compression répondent aux spécifications de la norme


NBN EN 1254-2. Ils sont de type PN 5 (c'est-à-dire qu'ils peuvent supporter une pression de
5 bar). Ils sont entièrement en cuivre ou alliage de cuivre et la bague de sertissage n'est pas fendue.

Les raccords et accessoires à sertissage4) comportent les marquages suivants sur leur paroi extérieure:

- le nom du fabricant et /ou la marque déposée;


- la pression nominale en bar précédée de PN d'une valeur minimale de 5 bar;
- le diamètre extérieur en millimètres du tube en cuivre sur lequel le raccord est monté;
- les indications suivantes, à la fois indélébiles et permanentes (même après sertissage et essai
RHT):
- les lettres “GT” pour indiquer qu’ils sont du type RHT;
- la barre de division “/” suivi de la pression (en bar) utilisée lors de l’essai RHT.

Le marquage est indélébile et comporte des caractères suffisamment lisibles pour permettre un
contrôle aisé des raccords après assemblage. Afin d'éviter toute confusion avec des raccords analogues,
un raccord conçu pour le gaz comporte sur les deux côtés un rectangle de couleur jaune.

Commentaire FEBUPRO

- Le joint torique interne doit avoir la couleur jaune ou grise (l'eau = couleur noire) – figure
3/2.
- Les raccords à sertissage utilisés dans des installations de butane et de propane sont les
mêmes que pour les installations de gaz naturel.

Figure 3/2 – Des raccords à sertissage

5.3. Robinets d'arrêt et de sectionnement

Les matériaux pour les robinets d'arrêt et de sectionnement sont les alliages de cuivre, la fonte et
l'acier.

4)
En attendant la publication d'une norme générale relative aux assemblages, la spécification de l'ARGB 2001/2
"Spécification pour les raccords et accessoires à sertissage pour installations au gaz" peut servir à définir les
qualités de ces raccords.

(3) 9 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Les robinets d'arrêt et de sectionnement répondent aux prescriptions de la norme NBN EN 331.

Ils sont conçus pour les gaz de pétrole liquéfiés en phase gazeuse. Ils sont utilisés aussi bien après la
première qu'après la deuxième détente.

Les robinets d'arrêt sont de classe PN 5 pour les installations qui ont une pression de service en amont
de maximum 5 bar et de classe PN 0,2 pour les installations qui ont une pression de service en amont
de maximum 37 ou 50 mbar.

Les robinets de sectionnement sont de classe PN 5.

Les robinets d'arrêt et de sectionnement sont de type "quart de tour" et leur organe de manœuvre
indique sans équivoque s'ils sont ouverts ou fermés.

L'emploi de clefs amovibles est interdit.

Commentaire FEBUPRO

Les robinets doivent donc répondre à la norme NBN EN 331. L’organisme qui contrôle la
conformité des robinets avec cette norme ou certains de ses aspects (p.ex. la résistance à haute
température) y mettent un estampillage, p.ex. BGV ou DIN-DVGW. Un robinet marqué p.ex.
BGV n’est donc PAS uniquement utilisé dans des installations de gaz naturel.
La classe du robinet est PLUS important parce qu’elle indique la pression maximale valable pour
ce robinet à laquelle entre autres il ne montre pas de fuite de gaz.
Les robinets sans marquage sont accompagnés d’un certificat de conformité.

5.4. Détendeurs

5.4.1 Marquage et notice d'emploi

Chaque détendeur faisant partie de l'installation comporte les marquages suivants:

- le nom ou sigle du fabricant;


- le modèle ou l'identification du détendeur (en lettres et/ou chiffres);
- le nature du gaz (butane, propane ou LPG);
- la date de fabrication dénuée de toute ambiguïté;

(3) 10 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

- la pression nominale de détente / de sortie exprimée en bar ou mbar;


- le débit garanti (Q) en kg/h ou g/h;
- une flèche précisant le sens du courant gazeux.

Le marquage de la pression d'entrée est facultatif.

Le détendeur est accompagné d'une notice d'emploi.

5.4.2 Caractéristiques des différents types de détendeurs

5.4.2.1 Généralités

Tous les détendeurs utilisés sont conçus pour garantir un débit de 1,5 fois le débit nominal de
l'appareil ou de l'ensemble des appareils desservis.

EN PARTICULIER IL FAUT CHOISIR UN DÉTENDEUR SECONDAIRE, À PLACER EN


AMONT D’UN APPAREIL D’UTILISATION INDIVIDUEL, AVEC DES
CARACTÉRISTIQUES DÉBIT-PRESSION APPROPRIÉES.
CES CARACTÉRISTIQUES DOIVENT ÊTRE CONFORMES À CELLES INDIQUÉES
PAR LE FABRICANT DE L’APPAREIL D’UTILISATION.
5.4.2.2 Détendeur de bouteille

Le détendeur de bouteille répond aux conditions suivantes:

- il est placé directement sur la sortie du robinet de service de la bouteille;

- il est conçu pour l'alimentation d'un seul appareil d'utilisation;

- la pression d'entrée maximale admissible est au moins égale à la pression maximale du gaz
dans la bouteille (16 bar pour le propane, 7,5 bar pour le butane);

- la pression de sortie correspond à la pression nominale de service de l'appareil indiquée par


le fabricant (37 mbar/50 mbar pour le propane ou 28 mbar pour le butane);

- il est de type fixe;

- l'écrou libre de montage sur le robinet de service fait partie du détendeur et la sortie du
détendeur est munie d'une tétine, les deux conformément à la norme NBN EN 12864; la
tétine est conforme au modèle repris à l'Annexe E.

(3) 11 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Commentaire FEBUPRO

Si la pression de sortie est réglable, le détendeur est dit “de type réglable”, dans le cas contraire, il
est dit “de type fixe”. Un détendeur est appelé “ajustable” s’il est réglable au moyen d’outils
appropriés par un professionnel, après quoi la pression établie est contrôlée et le réglage est scellé.

5.4.2.3 Détendeur unique

Le détendeur unique répond aux conditions suivantes:

- il est placé directement sur la sortie du robinet de service de la bouteille ou à la sortie du


coupleur-inverseur manuel d'une batterie de bouteilles;

- il est conçu pour l'alimentation d'un seul appareil d'utilisation;

- la pression d'entrée maximale admissible est au moins égale à la pression maximale du gaz
dans la bouteille (16 bar pour le propane, 7,5 bar pour le butane);

- la pression de sortie correspond à la pression nominale de service de l'appareil indiquée par


le fabricant;

- il est de type fixe;

- les deux extrémités sont munies d'un filetage intérieur conforme à la norme ISO 7-1;

- il est conforme à la norme NBN EN 12864.

(3) 12 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

5.4.2.4 Détendeur de première détente (prédétendeur)

Le détendeur de première détente répond aux conditions suivantes:

- il est placé à la sortie du robinet de service du récipient de stockage (la bouteille ou la


citerne) ou du coupleur-inverseur manuel ou col de cygne d'une batterie de bouteilles; un
prédétendeur est intégré dans le coupleur-inverseur automatique;

- il est conçu pour l'alimentation d'un ou de plusieurs appareils d'utilisation;

- la pression d'entrée maximale admissible est au moins égale à la pression du gaz dans le
récipient de stockage;

- la pression maximale de sortie est 1,5 bar pour des installations domestiques situées à
l'intérieur de bâtiments; une pression maximale de 5 bar est admise pour les autres
installations;

- il est de type fixe ou réglable;

- le détendeur réglable est obligatoirement muni d'un manomètre;

- les deux extrémités sont munies de l'un des filetages suivants:

- le filetage intérieur est conforme à la norme ISO 7-1;

- le filetage extérieur est conforme à la norme ISO 7-1 ou à la norme ISO 68-1
(filet M 20 x 1,5).

5.4.2.5 Détendeur de deuxième détente (détendeur secondaire)

Le détendeur de deuxième détente répond aux conditions suivantes:

- il est placé en aval du détendeur de première détente;

(3) 13 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

- il est utilisé pour réaliser soit la détente secondaire unique commune à plusieurs appareils
d'utilisation à la même pression nominale de service, soit la détente secondaire relative à un
appareil d'utilisation individuel; dans ce dernier cas il est placé le plus près possible de
l'appareil correspondant;

- la pression d'entrée maximale admissible est au moins égale à la pression de sortie maximale
du prédétendeur;

- la pression de sortie correspond à la pression nominale de service de l'appareil ou des


appareils d'utilisation, comme indiquée par le fabricant;

- pour un débit inférieur ou égal à 4 kg/h il est de type fixe; pour des débits supérieurs à
4 kg/h il est de type fixe ou ajustable et scellé;

- les deux extrémités sont munies de l'un des filetages suivants:

- le filetage intérieur est conforme à la norme ISO 7-1;

- le filetage extérieur est conforme à la norme ISO 7-1 ou à la norme ISO 68-1
(filet M 20 x 1,5).

5.5. Limiteur de pression

Le limiteur de pression répond aux conditions suivantes:

- pour des installations alimentées par une citerne, il fonctionne comme sécurité
supplémentaire pour la partie de l'installation en aval du détendeur de première détente;

- il est directement raccordé à la sortie du détendeur de première détente et de cette manière


fait partie de la combinaison "détendeur de première détente – limiteur de pression";

- il est conçu pour l'alimentation d'un ou de plusieurs appareils d'utilisation;

- dans les conditions normales d'exploitation, la pression d'entrée est égale à la pression de
sortie du détendeur de première détente; afin de protéger la partie en aval de l'installation en
cas de défaillance du prédétendeur, la pression d'entrée maximale admissible est au moins
égale à la pression de sortie maximale de la citerne;

- la pression de sortie est limitée à la valeur nominale de 1,75 bar;

- les deux extrémités sont munies de l'un des filetages suivants:

(3) 14 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

- le filetage intérieur est conforme à la norme ISO 7-1;

- le filetage extérieur est conforme à la norme ISO 7-1 ou à la norme ISO 68-1
(filet M 20 x 1,5).

Chaque limiteur de pression comporte les marquages suivants:

- le nom ou sigle du fabricant;


- le modèle ou l'identification du limiteur de pression (en lettres et/ou chiffres);
- le nature du gaz (butane, propane ou LPG);
- la date de fabrication dénuée de toute ambiguïté;
- la pression nominale de sortie exprimée en bar;
- une flèche précisant le sens du courant gazeux.

Le limiteur de pression est accompagné d'une notice d'emploi.

Commentaire FEBUPRO

Le détendeur de première détente ou, le cas échéant, le limiteur de pression, permet d’obtenir une
pression entre 1,5 bar et 250 mbar à l’entrée du détendeur de deuxième détente, ce qui provoque les
circonstances les plus favorables pour une détente secondaire idéale.

(3) 15 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Les symboles suivants sont utilisés pour indiquer les différents types de détendeurs:

DÉTENDEUR DE BOUTEILLE

DÉTENDEUR UNIQUE

DÉTENDEUR DE PREMIÈRE DÉTENTE POUR DES BOUTEILLES

DÉTENDEUR DE PREMIÈRE DÉTENTE POUR DES CITERNES

DÉTENDEUR DE DEUXIÈME DÉTENTE PRÉCÉDÉ D'UN ROBINET


D'ARRÊT

LIMITEUR DE PRESSION

5.6. Résistance thermique, mécanique et chimique

L'ensemble des éléments de l'installation intérieure (les tuyauteries, les accessoires et les
assemblages, robinets et détendeur(s) compris) présente une résistance thermique, mécanique et
chimique suffisante et adaptée aux sollicitations auxquelles il peut être soumis en fonctionnement
normal.

Commentaire FEBUPRO

Les clapets de sécurité thermiques et les clapets de sécurité de surdébit (intégrés ou non à un
robinet de sectionnement) et les raccords rapides (en combinaison ou non avec un flexible
métallique RHT) doivent répondre à une norme européenne. La perte de charge maximale admise
est celle des robinets d'arrêts de la norme NBN EN 331 avec le même diamètre nominal.
La plupart de ces matériaux commercialisés actuellement ne répondent pas à cette exigence dans
une installation de 28 mbar ou 37 mbar à cause d'une perte de charge trop importante.

6 Parcours et accessibilité des tuyauteries

6.1. Généralités

Le parcours des tuyauteries est indiqué sur les plans.

Le tracé des tuyauteries est fait suivant des lignes droites - horizontales, verticales ou selon les
arrêtes des parois de l'espace où elles sont placées – avec le moins de changements de direction
possible, partout où la disposition des lieux le permet.

(3) 16 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Pour les changements de direction à l'aide d'accessoires, les courbes sont préférées aux coudes (cf.
NBN E 29-002).

Les changements de direction des tubes en cuivre peuvent être obtenus comme suit:

- par application de courbes préfabriquées: l'assemblage est réalisé au moyen de brasure forte,
par raccord à compression ou par raccord à sertissage (diamètre nominal inférieur ou égal à
DN 28);

- pour les tubes en cuivre à l'état demi-écroui (R 250) et les tubes à l'état recuit (R 220): par
pliage à froid à l'aide d'une cintreuse ou d'un outil approprié; pour les tubes en cuivre à l'état
recuit (R 220): par pliage à la main; le rayon de courbure est au moins 5 fois le diamètre
extérieur du tube; le cintrage sur des bords tranchant est interdit; après le pliage, aucune
déformation du tube aux extrémités de la courbe (p.ex. brisure, écrasement) n'est admise.

Les tuyauteries horizontales apparentes sont au moins à 5 cm au-dessus du niveau fini des
planchers.

Le nombre de raccords ou de soudures est réduit au minimum en tenant compte du tracé envisagé et
des longueurs de tubes disponibles dans le commerce.

6.2. Configurations

Les tuyauteries sont placées de façon qu'elles soient protégées contre la corrosion et qu'une
concentration de gaz soit évitée dans les volumes non ventilés de l'installation.

Les configurations suivantes sont admises sous certaines conditions.

Configuration 1. Parcours des tuyauteries: apparent.

Les tuyauteries, y compris les flexibles, sont apparentes et accessibles sur toute leur longueur.

Configuration 2. Parcours des tuyauteries: gaine technique sans risque spécifique.

Les tuyauteries sont placées dans une gaine technique continue sans risque spécifique (cf. 6.3) aérée
à son extrémité inférieure et dépourvue d'équipement susceptible de provoquer une inflammation
de gaz.
L'orifice d'aération se situe au point le plus bas du volume de la gaine et se fait par une ouverture
non obturable de minimum 150 cm². Cet orifice d'aération communique (éventuellement au moyen
d'un conduit descendant):

- soit directement avec l'extérieur;


- soit avec un espace contigu situé en contrebas et dans lequel se trouve un orifice d'aération
semblable situé plus haut que le sol environnant.

Des trappes de visite permettent d'accéder aux tuyauteries pour l'entretien et les réparations.

(3) 17 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Configuration 3. Parcours des tuyauteries: volume creux ventilé sans risque spécifique.

Les tuyauteries sont accessibles et placées dans un volume creux sans risque spécifique entre deux
parois horizontales (p.ex. un faux plafond) ou verticales (p.ex. un caisson) communiquant
directement avec l'extérieur ou avec un espace dans lequel se trouve un orifice d'aération au point le
plus bas situé plus haut que le sol environnant, semblable à l'orifice d'aération de la configuration 2,
éventuellement au moyen d'un conduit descendant.

EXEMPLE Tuyauteries recouvertes pour des raisons esthétiques de panneaux amovibles, ajourés ou pleins, formant
un volume en communication avec l’espace dans lequel elles sont placées.

Par exception, les tuyauteries placées dans un vide technique accessible ou dans une cave sont
soumises aux prescriptions des configurations 1 et 4.

Configuration 4. Parcours des tuyauteries: volume creux non ventilé sans risque spécifique.

Les tuyauteries dont le tracé est rectiligne sont placées dans un volume creux non ventilé ne
présentant aucun risque spécifique entre deux parois horizontales (p.ex. un faux plafond, un vide
technique) ou verticales (p. ex. un caisson) à condition qu'elles soient protégées contre la corrosion
sur toute leur longueur au moyen d'un revêtement synthétique conforme aux spécifications 8.1 et
qu'elles répondent à une des exigences suivantes:

- les tuyaux sont d'une seule pièce et réalisés en cuivre recuit;


- les tuyaux sont en cuivre demi-écroui et les raccords sont réalisés par brasage fort;
- les tuyaux sont en acier soudable et les raccords sont réalisés par soudage.

Légende
1. Alimentation de gaz en aval du récipient de
stockage + robinet de sectionnement
2. Appareil d’utilisation – robinet d’arrêt et
détendeur secondaire à prévoir
3. Tube en acier soudé ou en cuivre avec brasage
fort
4. Vide technique non accessible
5. Gaine non aérée
6. Caisson non aéré
7. Volume creux non aéré
8. Faux plafond en plaques de plâtre

Figure 3/3 – Exemple de tuyauteries dans un volume creux non aéré sans risque spécifique

(3) 18 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Configuration 5. Parcours des tuyauteries: encastrement dans un mur ou sous chape.

Les tuyauteries sont encastrées dans les murs ou posées sous chape à condition qu'elles soient
protégées contre la corrosion et qu'elles ne soient pas en contact avec l'ossature ou toute autre
tuyauterie de l'immeuble.

En toutes circonstances, il est tenu compte des dilatations possibles. Des précautions adéquates sont
prises pour permettre un léger mouvement longitudinal, notamment aux changements de diamètre,
aux raccords filetés et aux protubérances de soudures.

Légende
1. Béton de structure
2. Chape en béton
3. Tube en acier protégé contre
la corrosion
4. Profil en acier min. 2 mm
d’épaisseur
5. Tube en cuivre enrobé en
usine
6. Couche d’isolation

Figure 3/4 – Exemple de tuyauteries posées sous chape

Légende
1. Fondations
2. Tube en acier protégé contre
la corrosion, mis dans la
couche d’isolation
3. Couche d’isolation
4. Tube en cuivre enrobé en
usine
5. Profil en acier min. 2 mm
d’épaisseur
6. Couche d’achèvement

Figure 3/5 – Exemple de tuyauteries posées sous chape

(3) 19 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Figure 3/6 – Exemple de tuyau de gaz derrière un paroi en plaques de plâtre

(3) 20 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Tableau 3/2 – Résumé des raccordements admis pour les différentes configurations

Raccordements

Raccordements
Configu- mécaniques
Parcours des tuyauteries Soudage /
rations
Compression brasage fort
Filetage Sertissage
Trois pièces

Tuyauteries accessibles
1 Apparent OUI OUI OUI
Gaine technique sans risque
2 OUI OUI OUI
spécifique
Volume creux ventilé sans risque
3 OUI OUI OUI
spécifique
1+4 Vide technique accessible NON NON OUI
Tuyauteries non accessibles
Volume creux non ventilé
4 NON NON OUI
sans risque spécifique
Encastrement dans un mur ou
5 OUI NON OUI
sous chape

Les assemblages de type mécanique suivants sont toujours accessibles (par l'utilisation éventuelle
d'une gaine technique):

- raccords et accessoires à compression;


- raccords et accessoires à sertissage;
- raccords trois pièces.

Commentaire FEBUPRO

Les assemblages filetés avec étanchéité dans le filet font partie du groupe des raccords mécaniques
comme les raccords à compression, les raccords à sertissage et les raccords trois pièces.
Toutefois ils font partie d’un sous-groupe particulier et ils sont souvent admis là ou ce n’est pas le cas
pour les raccords à compression, les raccords à sertissage et les raccords trois pièces.
Par assemblage fileté sans plus on entend toujours “assemblage fileté avec étanchéité dans le filet” –
parfois on dit “suivant ISO 7-1”
Pour “les assemblages filetés sans étanchéité dans le filet” on le mentionne explicitement – dans ce cas
on utilise un joint plat. Parfois on dit “suivant NBN EN ISO 228-1”.
Dans la classification des assemblages on pourrait poser, en ordre d’utilité descendant dans des
circonstances à risque:
- le soudage et le brasage;
- les assemblages filetés avec étanchéité dans le filet;
- les raccords à compression, les raccords à sertissage et les raccords trois pièces.

(3) 21 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

6.3. Zones à risque spécifique

Il est interdit de placer les tuyauteries dans des volumes tels que:

- les gaines d'ascenseur;


- les conduits d'évacuation de produits de combustion;
- les conduits de ventilation et de conditionnement d'air;
- les caniveaux d'eau;
- les regards d'égouts;
- les gaines de chute (notamment pour ordures ménagères, linge et papier);
- les éléments creux de construction (notamment en briques, hourdis, boisseaux et terres
cuites alvéolées).

Commentaire FEBUPRO

PLACEMENT DE TUYAUTERIES AU-DESSUS DU SOL À L’EXTÉRIEUR D’UN


BÂTIMENT

Les matériaux admis pour les tubes, les assemblages et les accessoires sont les mêmes que ceux
mentionnés au § 5 et §7.5.

Protection contre la corrosion

L’ensemble des tuyaux, des assemblages et des accessoires est protégé contre la corrosion de
préférence par:
- une peinture anti-corrosion résistant aux rayons ultraviolets (p.ex. coating epoxy);
- un revêtement en matière synthétique résistant aux rayons ultraviolets (revêtement epoxy ou
polyester);
- des bandes anti-corrosion résistant aux rayons ultraviolets conformes à la norme
EN 12068;
- des tuyaux revêtus en usine (revêtement ne résistant pas aux rayons ultraviolets) avec un
caisson en panneaux métalliques ou synthétiques pour protéger les tuyauteries des rayons
ultraviolets.

Dilatations thermiques

Les dilatations thermiques de longues canalisations soumises à des variations de température


importantes doivent être compensées par:

- le placement de boucles de dilatation ou de compensateurs en inox, judicieusement placés;


- le placement de colliers de fixation; pour toute partie droite un collier doit être fixe, les
autres doivent permettre une dilatation thermique axiale.

6.4. Continuité électrique

Les tuyauteries ne peuvent jamais servir de prise de terre pour une installation ou un appareil
électrique.

(3) 22 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Commentaire FEBUPRO

La continuité électrique de l’installation intérieure métallique doit être assurée. Les tuyauteries
doivent être reliées à la liaison équipotentielle du bâtiment, à l’exclusion de celles qui sont
protégées électriquement ou qui sont isolées électriquement.

7 Mise en œuvre

7.1. Généralités

Lorsqu'un récipient de stockage dessert les installations de plusieurs unités d'occupation


(appartement, bureau) chaque unité est pourvue de son propre robinet de sectionnement dès l'entrée
de la tuyauterie dans l'unité d'occupation.

7.2. Installation de tuyauteries

Le diamètre intérieur des tubes permet un débit en gaz suffisant au bon fonctionnement des
appareils d'utilisation.

Les tuyauteries sont posées de manière à ne pas être exposées aux chocs ou à toute autre source de
détérioration.

Entre une tuyauterie de gaz et un câble électrique non enterrés, il convient de maintenir une
distance d'au moins 0,05 m, à l'intérieur comme à l'extérieur du bâtiment. Il en est de même pour
l'écartement par rapport à une canalisation de distribution d'autres fluides (notamment l'eau, le
fuel). Si tel n'est pas le cas, il y a lieu de placer le câble électrique ou l'autre canalisation dans un
fourreau en matière plastique.

Il est prévu un nombre suffisant de raccords permettant le nettoyage de l'installation, en particulier


à son point accessible le plus bas se trouvant dans un espace dont le sol est situé plus haut que le sol
environnant.

Il est recommandé de prévoir quelques tés bouchonnés dans l'installation en vue d'éventuelles
extensions ou de futur raccordement d'appareils.

Chaque tuyauterie ou robinet en attente de raccordement d'un appareil est efficacement obturé au
moyen d'un bouchon ou d'un bonnet, métallique et vissé, même si le robinet de service est fermé.

Lorsque les tubes sont fixés au moyen de colliers, ceux-ci sont appropriés au diamètre et au poids des
tubes. Il est prévu de placer un collier à proximité immédiate de chaque robinet, changement de
direction ou té. La distance entre deux colliers ne peut excéder 1,20 m pour les tubes en cuivre et
2 m pour les tubes en acier. La tuyauterie est isolée électriquement de ses éléments de fixation si ceux-
ci sont constitués d'un matériau métallique différent.

Tout compteur de passage de l'installation est précédé d'un robinet de sectionnement.

(3) 23 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Commentaire FEBUPRO

Pour assurer une pression suffisante à l’entrée de l’appareil d’utilisation il est important de limiter
la perte de charge du compteur de passage. Ceci peut être réalisé par un surdimensionnement de ce
compteur.

7.3. Conditions particulières aux colonnes montantes

Lorsque les installations sont groupés dans un local technique, les tuyauteries situées entre le local
technique et les différents logements forment une nappe unique pour chaque ensemble d'espaces
superposés à desservir.

Les tuyauteries ne peuvent être posées en nappes que si chaque tuyauterie reste accessible.

7.4. Conditions particulières à la mise en œuvre du flexible métallique

Le flexible métallique ne peut être posé qu’exceptionnellement dans les parties d'installations à gaz
détendu que si les conditions suivantes sont simultanément remplies:

- la mise en oeuvre d'un tuyau rigide s'avère difficile;


- le flexible métallique est conforme à 5.1.1.4;
- le raccordement est conforme à 7.5;
- l'ensemble du flexible et des raccords est apparent sur toute la longueur n'est ni encastré ni noyé
dans la chape;
- le flexible métallique est placé de telle sorte qu'il ne subisse ni écrasement, ni traction, ni
torsion;
- le rayon de courbure du flexible métallique n’est pas inférieur à celui prescrit par le fabricant.
Le placement de flexibles en série est interdit.

Commentaire FEBUPRO

UTILISATION DE FLEXIBLES MÉTALLIQUES

L'utilisation de flexibles métalliques RHT dans une installation intérieure doit être limitée au stricte
minimum.
La longueur maximale du flexible RHT est limitée à 2,00 m. Le flexible ne peut pas être placé à
travers un mur.

Quelques applications possibles du flexible métallique RHT sont:


- raccordement d'appareils encastrés tels que taques encastrées, foyers encastrées, inserts /
cassettes, cuisinières encastrées;
- raccordement d'appareils qui présentent une dilatation thermique, p.ex. des appareils
rayonnants;
- raccordement d'appareils qui présentent des vibrations mécaniques, p.ex. des brûleurs à air
soufflé;
- raccordement de canalisations qui se trouvent dans deux parties d'un bâtiment qui peuvent se
déplacer l'un par rapport à l'autre, p.ex. en cas de tassement d'une partie d'un bâtiment;
- raccordement de deux canalisations rigides difficile à réaliser en rigide, p.ex. plusieurs
coudes successifs dans un endroit difficilement accessible.

(3) 24 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

7.5. Exécution d'assemblages

7.5.1 Généralités

Avant assemblage des tubes, leur propreté intérieure et l'absence de bavure sont vérifiées.

Les tuyauteries, organes d'assemblage, appareils et compteurs sont montés de façon telle qu'ils ne
subissent aucun effort mécanique permanent nuisible.

Les précautions sont prises pour éviter les effets nuisibles de couples galvaniques à la liaison entre
métaux de nature différente, notamment en milieu humide.

Commentaire FEBUPRO

ÉVITER LES COUPLES GALVANIQUES


L'assemblage de pièces en cuivre (ou laiton ou bronze) et de pièces en acier provoque un couple
galvanique en cas de contact avec de l'humidité (p.ex. par le mur ou le sol) qui peut provoquer une
corrosion. Il est donc recommandé d'isoler ces assemblages avec des bandes de protection ou des
manchons thermo-rétractables (voir commentaire au § 8.1) pour empêcher des contacts avec
l'humidité.

Dans le cas de tuyauteries en contact avec des gaz non détendus, sauf pour le raccordement à une
ou des bouteilles, les raccords sont en acier.

7.5.2 Assemblages mécaniques

Les assemblages mécaniques sont de type spécialement conçu pour le gaz de pétrole liquéfié.

7.5.2.1 Assemblages filetés

Seuls les tubes en acier filetables qui répondent aux normes NBN A 25-103 et
NBN EN 10208-1 peuvent être utilisés.

Sauf spécification contraire dans la présente norme, les filetages des assemblages de tubes,
raccords, accessoires, robinets et pièces spéciales sont conformes à la norme ISO 7-1.
Le filetage extérieur est conique et le filetage intérieur, cylindrique.

Les assemblages à filetage cylindrique long, ainsi que les mamelons à filetage cylindrique, sont
interdits.

Les raccords à joint plat ne peuvent être utilisés que pour raccorder les appareils d'utilisation et les
accessoires (p.ex. le détendeur). Le filet est de type ISO 228-1. Ce type de raccordement est interdit
pour raccorder deux tubes.

7.5.2.2 Assemblage par brides

Les joints d'étanchéité sont choisis en fonction de la localisation de l'installation.

(3) 25 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

7.5.2.3 Assemblages par raccords ou accessoires à compression

Dans un assemblage par raccord ou accessoire à compression de tubes en cuivre, la bague de


sertissage possède deux épaulements qui empêchent un écrasement excessif du tube et permettent à
cette bague de se centrer sur le tube en fin de serrage.

Dans un assemblage par raccord à compression de tubes en cuivre de qualité R 220 (recuit) il
convient d'utiliser un renfort interne tubulaire (dit "buselure").

L'écrou de serrage réalise le soutien du tube en dehors de la bague de compression, sur une
longueur utile au moins égale à 0,7 fois le diamètre extérieur du tube.

Les raccords à compression ne sont admis que sur les tubes en cuivre et jusqu'au diamètre extérieur
DN 28 compris, la dimension nominale de l'accessoire étant identique à celui du tube sur lequel il
est utilisé.

Type "gaz": long Î admis

Type "eau": court Î interdit pour les gaz

Figure 3/7 – Raccords à compression

(3) 26 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

7.5.2.4 Assemblages par raccords ou accessoires à sertissage

7.5.2.4.1 Généralités

Lors de l'opération de sertissage, il ne peut y avoir écrasement excessif du tube de cuivre.

Le sertissage est néanmoins suffisant pour garantir la tenue mécanique de l'assemblage lorsqu'il est
soumis aux sollicitations statiques et dynamiques qui peuvent s'exercer sur l'installation en utilisation
normale: flexion, torsion, traction et vibrations.

L'opération de sertissage doit:

a) assure la déformation contrôlée et permanente des éléments en cours de sertissage; l'état final du
sertissage doit être conforme aux prescriptions du fabricant du raccord à sertir

b) être réalisée selon un cycle de fermeture ne pouvant pas être interrompu avant son terme, sauf
arrêt d'urgence éventuel.

7.5.2.4.2 Limites d'utilisation

Les raccords et accessoires sont utilisés conformément aux instructions d’utilisation qui leur sont
obligatoirement jointes et uniquement:

- pour réaliser l'assemblage de tubes en cuivre conformes à la norme NBN EN 1057 et dont le
diamètre extérieur est inférieur ou égal à DN 28, la dimension nominale de l'accessoire étant
identique à celui du tube sur lequel il est utilisé; le raccordement entre un tube en acier et un
tube en cuivre à l'aide d'un raccord comprenant ce mode d'assemblage est interdit;

- dans les parties de l'installation à gaz détendu.

7.5.2.5 Assemblages par raccords à trois pièces

Figure 3/8 – Raccords trois pièces

(3) 27 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Ces assemblages sont réalisés par des raccords à trois pièces métalliques (dit "raccord Union") à
joint conique dont l'étanchéité est assurée principalement par un contact métal sur métal constitué
par des surfaces coniques ou sphéroconiques (c'est le cas par exemple lors de l'interposition d'un
joint torique placé dans un logement fermé après serrage).

Les raccords à trois pièces en fonte malléable répondent aux spécifications de la norme
NBN EN 10242.

Le type avec joint plat est interdit.

7.5.3 Assemblages soudés pour le gaz détendu

7.5.3.1 Assemblages soudés de tubes et accessoires en acier

Les assemblages sont réalisés par soudage bout à bout.

Les accessoires et robinets en acier sont de qualité soudable, appropriée au procédé mis en oeuvre
et ayant des caractéristiques de soudabilité comparables à celles des tubes en acier.

Le métal d'apport est approprié au procédé de soudage (au chalumeau ou à l'arc électrique), aux
matériaux de base et à la méthode de soudage utilisée (notamment montante et descendante).

Le métal d'apport pour le soudage au chalumeau ou à l'arc électrique répond aux normes de la série
NBN F 31.

Les tubes en acier galvanisé ne peuvent pas être assemblés par soudage.

Le soudeur doit avoir des connaissances suffisantes concernant le matériel et les techniques de
soudage utilisés et avoir une formation pratique des différentes techniques utilisées dans
l'assemblage des tuyauteries5.

Commentaire FEBUPRO

Il y a lieu en particulier de contrôler que la soudure ne se situe pas "sur" la zone de raccordement
mais qu'elle pénètre sur toute l'épaisseur de la paroi du tuyau.

7.5.3.2 Assemblages brasés de tubes et accessoires en cuivre ou alliage de cuivre

Les assemblages brasés de la tuyauterie sont réalisés par brasage fort.

Le métal d'apport est approprié au brasage fort.

Seuls les accessoires à braser par capillarité selon la norme NBN EN 1254-1 ou
NBN EN 1254-4 sont utilisés.

5
Le projet de norme prEN 1775 (annexe B1 et B2) peut servir à définir les qualités des soudeurs chargés de réaliser des
assemblages sur des installations basse pression.

(3) 28 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Commentaires FEBUPRO

- Brasage fort aussi bien pour les tuyaux en cuivre recuit que demi-écroui et écroui.
- Il n’est pas admis d’évaser un tube pour réaliser un assemblage brasé.
- Les assemblage sans raccord sont interdit.

ÉVASER INTERDIT ASSEMBLAGE SANS RACCORD INTERDIT


Figure 3/9 – Techniques d’assemblage interdit

Le braseur doit avoir des connaissances suffisantes concernant le matériel et la technique de


brasage utilisés et avoir une formation pratique de la technique utilisée dans l'assemblage des
tuyauteries6.

Commentaire FEBUPRO

Il y a lieu de bien contrôler que la brasure forte a été réalisée sur toute la circonférence du tube –
contrôler en particulier la partie du tube qui se trouve contre le mur ou le plafond.

7.5.4 Produits d'étanchéité utilisés dans les assemblages

7.5.4.1 Généralités

Seuls les produits conçus pour l'utilisation en présence de gaz de pétrole liquéfié sont admis.

Les matériaux utilisables pour les joints, raccords, lubrifiants et flexibles sont notamment: le
graphite, le perbunan, le néoprène, le viton, le PTFE, la klingérite et les pâtes à joints spéciales pour
les hydrocarbures.

L'utilisation de caoutchouc naturel est interdite.

Les raccords à joint plat, les joints d'étanchéité pour les brides et les joints toriques utilisés pour les
raccords à trois pièces et les raccords à sertissage sont constitués des matériaux précités.

6
Le projet de norme prEN 1775 (annexe B1 et B3) peut servir à définir les qualités des braseurs chargés de réaliser des
assemblages sur des installations basse pression.

(3) 29 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

7.5.4.2 Produits d'étanchéité pour les assemblages filetés

L’étanchéité du filetage est obtenue par l’utilisation d’un produit d’étanchéité.

Ce produit répond à une des normes suivantes:

- composition d’étanchéité anaérobie: NBN EN 751-1;

- composition d’étanchéité non durcissante: NBN EN 751-2 en combinaison éventuelle avec de


la laine d’acrylique;

L’EMPLOI DE FILASSE HYGROSCOPIQUE, PAR EXEMPLE LE CHANVRE


NATUREL, EST INTERDIT.

- bandes en PTFE non fritté et de la classe GRp: NBN EN 751-3.

Commentaire FEBUPRO

Un exemple d’un produit d’étanchéité anaérobe: "Loctite"; d'un produit non durcissant: "Kolmat";
de bandes PTFE de la classe GRp: "bande teflon avec une épaisseur minimale de
0,10 mm.

Les pâtes hermétiques et les bandes synthétiques (p.ex. en PTFE) ne sont tolérées que dans les
assemblages à filet conique pour autant que la température ambiante reste comprise entre – 20°C et
+ 135°C.

7.5.4.3 Produits d'étanchéité pour les assemblages par raccords à sertissage

L'étanchéité de l'assemblage est obtenue de manière durable par les effets conjugués du sertissage,
métal sur métal, du raccord dans le tube en cuivre et de la compression du joint torique présent dans la
goulotte du raccord.

(3) 30 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

7.6. Installations intérieures à détente unique

Ce type d'installation est alimentée par une seule bouteille ou une batterie de bouteilles et est
composée d'un seul détendeur, un tuyau et un robinet d'arrêt placé à l'entrée de l'appareil
d'utilisation.

7.6.1 Raccordement à une seule bouteille ou à une batterie de bouteilles

7.6.1.1 Raccordement à une seule bouteille

Pour ce type d'installation il y a toujours lieu de placer un détendeur de bouteille. La pression de


sortie de ce détendeur correspond à la pression nominale de service de l'appareil d'utilisation,
comme indiquée par le fabricant sur la plaque signalétique.

7.6.1.2 Raccordement à une batterie de bouteilles

Il y a toujours lieu de placer un détendeur unique à la sortie du raccordement entre les bouteilles ou
au coupleur-inverseur manuel. La pression de sortie de ce détendeur correspond à la pression
nominale de service de l'appareil d'utilisation, comme indiquée par le fabricant sur la plaque
signalétique.

Il convient de placer des robinets permettant d'éviter la vidange des tuyauteries pendant la
manipulation des bouteilles. Soit ces robinets sont prévus sur le raccordement entre les bouteilles,
soit ils font partie du coupleur-inverseur manuel (vanne à trois voies) et ils sont, de cette façon,
placés en amont du détendeur.

NOTE Le raccordement entre les bouteilles est le plus court possible et est réalisé au moyen de:

- soit un col de cygne en cuivre ou un collecteur en acier;


- soit des flexibles pour l'utilisation des gaz de pétrole liquéfiés de type "flexible pour gaz non détendu".

Commentaire FEBUPRO

Dans des installations équipées d’un détendeur unique la formation de condensats est possible dans
la partie de l’installation entre la sortie du détendeur unique et le robinet d’arrêt de l’appareil par la
chute de pression importante (de la pression du récipient – p.ex. 6,5 bar – à p.ex 37 mbar).
Des gouttes minuscules de butane ou de propane qui dans ce cas peuvent se produire, deviennent
gazeuses au moment du démarrage du brûleur en prenant un volume qui est multiplié par 250 et une
formation de flamme anormale.

(3) 31 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Détendeur
Robinet d'arrêt Inverseur manuel
unique
Raccordement entre
Flexible pour
2 bouteilles avec Tube en cuivre
gaz non détendu
robinets

Figure 3/10 – Exemple d’une détente unique pour une application unique au propane

(3) 32 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

7.6.1.3 Filet de raccordement à la bouteille

Le filet intérieur ou extérieur du robinet de service de la bouteille est un filet à pas gauche et il est
adapté au filet des accessoires qui y sont raccordés.

Cette remarque vaut également pour le raccordement du détendeur au raccord ou au coupleur-


inverseur d'une batterie de bouteilles.

7.6.2 Tuyauterie de raccordement de l'appareil d'utilisation

7.6.2.1 Appareils d'utilisation destinés à être fixés à demeure

La tuyauterie d'alimentation de ces appareils est réalisée à l'aide d'une tuyauterie rigide appropriée
au gaz détendu conformément à 5.1.2.2 ou d'un flexible métallique conformément à 5.1.1.4. Les
raccordements sont exécutés conformément à 7.5.
Le diamètre de cette tuyauterie est approprié au débit et à la distance séparant l'appareil du
détendeur (cf. Annexe C).

Par exception à ce qui précède, si l'on n'utilise qu'une seule bouteille, un flexible placé de façon
apparente, de type "flexible pour gaz détendu" et de maximum 0,50 m de longueur peut réunir le
détendeur de bouteille et l'extrémité du tuyau rigide. Les extrémités du flexible sont fixées au
moyen de colliers de serrage conformément à 5.1.1.3.

Figure 3/11 – Exemple d’une détente de bouteille "butane" pour une application fixe

7.6.2.2 Appareils d'utilisation mobiles par destination

Ces appareils peuvent être raccordés au moyen d'un flexible en élastomère de type "flexible pour
gaz détendu" conformément à 5.1.1.3.

Ce flexible a une longueur maximale de 2 m et est contrôlable visuellement sur toute sa longueur. Il
est remplacé dès l'apparition de fissures, crevasses ou tout autre déformation anormale et en tout
cas au moins tous les 5 ans.

(3) 33 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Figure 3/12 – Exemple d’une détente de bouteille "butane" pour une application mobile

Figure 3/13 – Exemples d’une détente de bouteille “propane” pour des applications mobiles

7.6.3 Robinet d'arrêt

Chaque appareil d'utilisation est immédiatement précédé d'un robinet d'arrêt monté sur la
tuyauterie.

Si on utilise un flexible pour le raccordement d'appareils d'utilisation mobiles par destination, le


robinet de service de la bouteille peut servir comme robinet d'arrêt.

7.7. Installations intérieures à double détente

7.7.1 Généralités

Ce type d'installation est toujours alimenté par des récipients de stockage – bouteille, batterie de
bouteilles ou citerne – se trouvant à l'extérieur. Les installations alimentant plus d'un appareil
d'utilisation sont pourvues d'une double détente.

(3) 34 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

7.7.2 Principe de la double détente

Le principe de la double détente est de ramener la pression du gaz du récipient de stockage à la


pression prescrite de l'appareil d'utilisation en deux étapes.

7.7.3 Installations à double détente alimentées par une seule bouteille ou par une
batterie de bouteilles

7.7.3.1 Détendeur de première détente

Le prédétendeur est placé à l'extérieur à la sortie du robinet de service du récipient de stockage. Il


ramène la pression du gaz à 1,5 bar, qui est la pression maximale autorisée pour pénétrer dans un
bâtiment, excepté pour les installations spécifiques non domestiques où la pression peut être 5 bar
au maximum.

Dans le cas d'une batterie de bouteilles, le prédétendeur est toujours placé à la sortie du
raccordement entre les bouteilles ou à la sortie du coupleur-inverseur manuel.

Des robinets permettant d'éviter la vidange des tuyauteries pendant la manipulation des bouteilles
sont placés en amont du détendeur. Ils sont prévus sur le raccordement entre les bouteilles ou ils
font partie du coupleur-inverseur.

Figure 3/14 – Coupleur-inverseur automatique avec VISTOMATIC

(3) 35 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Raccordement de deux bouteilles


Col de cygne en cuivre ou pièce de
raccordement en acier – avec deux robinets
permettant d’éviter la vidange des tuyauteries
pendant la manipulation des bouteilles et un
prédétendeur de type pour bouteilles.

Raccordement de deux bouteilles


Flexible pour "le gaz non détendu" – avec
un coupleur-inverseur manuel – vanne trois
voies – et un prédétendeur de type pour
bouteilles.

Raccordement d'une batterie de bouteilles


Flexible pour "le gaz non détendu" avec
coupleur-inverseur automatique (les
robinets et le prédétendeur y sont intégrés)
avec vistomatic incorporé (voyant de
contrôle pour l'écoulement du gaz qui indique
le groupe de bouteilles qui est éventuellement
vide et doit être remplacé).

Raccordement d'une batterie de bouteilles


Flexible pour "le gaz non détendu" – avec
coupleur-inverseur automatique SANS
vistomatic incorporé – le vistomatic est à la
proximité de l'entrée du bâtiment.

VISTOMATIC

Figure 3/15 – Exécution de raccordements entre des bouteilles et des batteries de bouteilles

7.7.3.2 Tuyauterie située entre le détendeur de première détente et les robinets d'arrêt
des appareils d'utilisation

Cette tuyauterie est réalisée en matériaux conformes à 5.1.2.2 pour le gaz détendu. Les
raccordements sont exécutés conformément à 7.5.

La tuyauterie d'alimentation est raccordée au prédétendeur à l'aide d'un raccord mécanique en


cuivre, alliage de cuivre, acier ou fonte malléable.

Le diamètre intérieur des tuyauteries de l'installation est déterminé en fonction de la pression, du


débit et de la longueur des tuyauteries (cf. Annexe C).

(3) 36 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

7.7.3.3 Robinet d'arrêt et détendeur secondaire

Chaque appareil est précédé d'un détendeur secondaire et d'un robinet d'arrêt. Le détendeur
secondaire ramène la pression de sortie du prédétendeur à la pression nominale de service de
l'appareil d'utilisation, comme indiquée par le fabricant.

Ceci est réalisé de manière à respecter l'une des deux conditions suivantes:

a) chaque appareil d'utilisation est immédiatement précédé d'un détendeur secondaire


individuel placé à un endroit accessible et précédé d'un robinet d'arrêt;

Détendeur
secondaire Détendeur avec Flexible pour
précédé d'un sécurité "gaz détendu" Tube en cuivre
robinet d'arrêt

Figure 3/16 – Propane – double détente avec détendeur individuel par appareil d’utilisation

(3) 37 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

b) un seul détendeur secondaire commun est utilisé pour plusieurs appareils; ce détendeur est
placé à l'extérieur du bâtiment et est précédé d'un robinet de sectionnement.

Robinet d'arrêt Flexible pour Tube en cuivre Coffret de protection


"gaz détendu"

Figure 3/17 – Propane – double détente avec détendeur commun

Dans ce dernier cas, le détendeur secondaire et le robinet sont placés dans un coffret de protection
uniquement destiné à cet usage et présentant les caractéristiques suivantes:

(3) 38 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

- il est facilement accessible pour la manœuvre du robinet;

- il est placé de façon que l'espace dans lequel se trouve l'ensemble détendeur et robinet se
situe au dessus du sol environnant;

- il a un orifice d'aération d'au moins 100 cm² au point le plus bas de l'espace susmentionné;
cet orifice d'aération se trouve à une distance d'au moins 0,50 m de chaque ouverture
adjacente (p.ex. porte, fenêtre, orifice d'aération, raccordement à l'égout);

- il est pourvu de l'indication visible "GAS/GAZ" sur la face extérieure de la porte.

On distingue deux types de coffret de protection selon leur mode de placement:

- le coffret fixé à un mur extérieur;

- le coffret comportant un socle enterré; dans ce cas tous les passages de tuyaux dans le bas du
coffret sont étanches au gaz.

Dans le cas où plusieurs appareils sont alimentés par un seul détendeur secondaire commun, le
diamètre de la tuyauterie est tel que tous les appareils soient alimentés à leur pression nominale (cf.
Annexe C). Le débit total de ce détendeur secondaire commun est conforme à 5.4.2.1.
De plus, chaque appareil d'utilisation est directement précédé d'un robinet d'arrêt individuel.

7.7.3.4 Tuyauterie de raccordement des appareils d'utilisation

La tuyauterie de raccordement des appareils d'utilisation est située entre ces appareils et:

- soit leur combinaison individuelle de robinet d'arrêt/détendeur secondaire;


- soit le robinet d'arrêt individuel – si l'on utilise un détendeur secondaire commun.

Commentaire FEBUPRO

Détendeur avec sécurité: détendeur secondaire avec robinet d’arrêt intégré et sécurité contre une
augmentation de débit brusque. Ces détendeurs de combinaison ne peuvent être utilisés que pour
des appareils avec un débit faible (p.ex. un petit radiateur ou une cuisinière). Autrement le
démarrage de l’appareil peut provoquer une augmentation brusque de débit et l’appareil est mis en
sécurité.

7.7.3.4.1 Appareils d'utilisation destinés à être fixés à demeure

La tuyauterie d'alimentation est réalisée soit au moyen de tubes conformément à 5.1.2.2, soit au
moyen d'un flexible métallique conformément à 5.1.1.4. Les assemblages sont réalisés
conformément à 7.5.

7.7.3.4.2 Appareils d'utilisation mobiles par destination

Ces appareils peuvent être raccordés au moyen d'un flexible en élastomère, de type "flexible pour
gaz détendu" et conforme à 5.1.1.3.

(3) 39 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Ce flexible a une longueur maximale de 2 m et est contrôlable visuellement sur toute sa longueur. Il
est remplacé dès l'apparition de fissures, crevasses ou toute autre déformation anormale et en tout
cas tous les 5 ans.

7.7.4 Installations à double détente alimentées par une citerne de propane

7.7.4.1 Combinaison prédétendeur-limiteur de pression

Le principe de double détente est analogue à celui de 7.7.2.

En principe la combinaison prédétendeur-limiteur de pression est placée directement sur la sortie du


robinet de service de la citerne de propane.

Figure 3/18 – Combinaison prédétendeur-limiteur de pression – Modèle classique

S'il n'y a pas moyen de placer la combinaison prédétendeur-limiteur de pression directement sur la
sortie du robinet de service de la citerne, le raccordement entre le robinet de service de la citerne et
cette combinaison est aussi court que possible et exécuté avec des tubes en acier sans soudure
conformément à la norme NBN EN 10216-1.

Un nouveau modèle de cette combinaison est introduit récemment sur le marché ce qui permet
d'utiliser encore le capot de protection.

(3) 40 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Figure 3/19 – Combinaison prédétendeur-limiteur de pression – Nouveau modèle

Commentaire FEBUPRO

Le raccordement d'une citerne à l'installation intérieure est réalisé par le robinet de service de la
citerne + un prédétendeur pour une citerne + un limiteur de pression avec un manomètre de
contrôle en option (*).

(*)

Figure 3/20 – Raccordement d'une citerne à l'installation intérieure

7.7.4.2 Tuyauterie située entre la combinaison prédétendeur-limiteur de pression et les


robinets d'arrêt des appareils d'utilisation

7.7.4.2.1 Généralités

Le diamètre intérieur des tuyauteries de l'installation est déterminé en fonction de la pression, du


débit et de la longueur (cf. Annexe C).

(3) 41 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

La tuyauterie située entre la combinaison prédétendeur-limiteur de pression et les robinets d'arrêt


des appareils d'utilisation est réalisée conformément à 5.1.2.2 pour le gaz détendu. Les
raccordements sont exécutés conformément à 7.5.

Si une partie de la tuyauterie extérieure n'est pas enfouie dans le sol, le tracé, l'exécution et le mode
de fixation sont choisis de manière à éliminer ou limiter les effets de variations de température.

Pour les tubes en cuivre, il y a lieu d'utiliser une courbe de dilatation à la sortie du limiteur de
pression. Pour les tubes en acier il y a lieu d'intégrer, si nécessaire, des compensateurs de dilatation.

7.7.4.2.2 Tuyauteries enterrées

Les tuyauteries enterrées7) sont de préférence en acier ou en cuivre et il y a lieu de les protéger
contre la corrosion. Elles sont éventuellement protégées cathodiquement. A l'extérieur des
bâtiments, les tuyauteries sont enterrées de telle manière que leur génératrice supérieure se trouve à
une profondeur d'au moins 0,60 m sous le niveau du sol.

La distance entre deux tuyauteries enterrées de quelque nature qu'elles soient (notamment gaz, eau
et électricité) est au moins égale à:

- 0,10 m aux points de croisement;


- 0,20 m en parcours parallèle.

Lorsque les distances minimales ne peuvent pas être respectées, des précautions complémentaires
sont prises. Ces mesures préventives comprennent en tout cas l'interposition d'un écran isolant
imputrescible. Cet écran peut par exemple être constitué d'une double nappe en élastomère de 5 mm
d'épaisseur fixée efficacement à la conduite, de façon à éviter tout glissement ultérieur. En cas de
croisement, l'écran a une largeur minimale de 0,50 m.

Il est interdit:

- d'enterrer sans fourreau les tuyauteries de gaz sous des bâtiments; dans ce cas l'ensemble
fourreau/tuyau a une résistance mécanique au moins équivalente à celle d'une canalisation
en acier;

- de poser les tuyauteries de gaz dans un réseau d'égouts ou dans d'autres canalisations;

- de placer une tuyauterie de gaz en dessous d'une tuyauterie véhiculant un liquide.

Une tuyauterie enterrée ne peut comporter aucun assemblage mécanique. Elle repose sur un fond de
fouille stable et solide constitué d'éléments fins et homogènes. Elle est protégée mécaniquement.

7)
Il s'agit des tuyauteries enterrées non comprises dans l'article 17 de l'A.R. du 21 octobre 1968 (cf. Annexe A).

(3) 42 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Commentaire FEBUPRO

Nous traitons ici les tuyaux enterrés réalisés en acier ou en cuivre.


Quand on dit que les assemblages mécaniques ne peuvent être utilisés, on entend qu’on ne peut pas
utiliser des raccords à compression ou des raccords à sertissage. L’usage d’assemblages filetés
pour les tubes en acier est bien autorisé. Les raccords trois pièces ne sont pas autorisés.
Le fait que les tuyaux enterrés doivent être protégés mécaniquement implique que les tuyaux en
cuivre soient protégés p.ex. par une bande plate ou par un profil en acier (rigide ou "flexible")
protégé contre la corrosion.
Un tuyau en acier est estimé être protégé mécaniquement de lui-même.

En cas de traversée d'un mur extérieur sous le niveau du sol, les espaces entre la traversée du mur et
le fourreau et entre le fourreau et le tuyau, sont remplis d'un matériau non corrosif suffisamment
élastique pour assurer l'étanchéité à l'eau et au gaz.

Une tuyauterie émergeant du sol et placée contre un mur est protégée mécaniquement contre
l'écrasement sur une distance d'au moins 0,20 m au-dessus et au-dessous du sol.

Commentaire FEBUPRO

S'il y a un risque d'endommagement mécanique (p.ex. dans un atelier, sur un parking de véhicules)
il y a lieu de prévoir une protection mécanique appropriée jusqu'à une hauteur de minimum 2,50 m.

Pour les tuyauteries enterrées, en plus des matériaux susmentionnés, des tubes en PE conformes à
5.1.3 peuvent être utilisés pour autant que chacune des conditions suivantes soit remplie:

- les dispositions sont prises afin que la pression dans la tuyauterie n'excède jamais 5 bar;

- les assemblages dans le sol sont étanches au gaz et la qualité des soudures – réalisées par
électrosoudage (avec des matériaux appropriés au gaz) ou par soudage bout à bout – est
contrôlée;

- la tuyauterie repose sur un lit de sable exempt de pierrailles et de matériaux tranchants; elle
est recouverte sur toute sa longueur d'une protection mécanique;

- un ruban synthétique, suffisamment large et comportant des inscriptions à intervalles


réguliers, est enterré à 0,20 m au-dessus de la protection mécanique pour indiquer la
présence d'une tuyauterie de gaz;

Commentaire FEBUPRO

Le placement d’un ruban d’avertissement au-dessus de la tuyauterie, le cas échéant la protection


mécanique, est un avis pour tous les tuyauteries enterrées.

- les tubes en PE ne peuvent être utilisés que dans la partie enterrée de l'installation qui se
trouve à l'extérieur du bâtiment; le raccordement PE/métal est réalisé par des raccords de
transition PE/métal résistant à la traction.

(3) 43 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

7.7.4.3 Robinet d'arrêt et détendeur secondaire

Les prescriptions de 7.7.3.3 s'appliquent.

7.7.4.4 Tuyauterie de raccordement des appareils d'utilisation

Les prescriptions de 7.7.3.4 s'appliquent.

8 Protection extérieure des tuyauteries

8.1. Généralités

Les tuyauteries sont réalisées en matériaux résistant à la corrosion ou sont protégées contre celle-ci.

Cette protection présente les qualités suivantes:

- elle n'a pas d'effet nuisible sur les matériaux qui sont en contact avec elle;

- elle résiste au milieu dans lequel elle est utilisée ainsi qu’à l'effet éventuel des matériaux avec
lesquels elle est en contact.

Ne peuvent être encastrées ou posées sous chape que les tuyauteries protégées par un revêtement de
nature synthétique. Ce revêtement est exempt de pores, durable et compatible avec les matériaux
au contact desquels il se trouve. Il est:
- soit réalisé en usine;

- soit appliqué lors de la pose de la tuyauterie; conformément à la norme


NBN EN 12068 et le niveau de protection est de classe A30 ou supérieure.

Commentaire FEBUPRO

Niveau de protection classe A30: conformément à la norme NBN EN 12068, il s'agit d'une bande
de protection à faible résistance mécanique utilisable jusqu'à une température de 30°C.

Commentaire FEBUPRO

Pour le "revêtement avec un matériel synthétique" on peut, pour les tuyauteries encastrées dans
une paroi ou une chape, les tuyauteries posés dans des endroits humides, des raccords en
cuivre ou en acier ou des tuyauteries enterrées, faire usage du:

- système "butyl": la première couche est constituée d'un primer butyl, la deuxième d'une
bande butyl appliquée avec un recouvrement de 50% et la troisième d'une bande de
protection mécanique en PE ou en PVC, également avec un recouvrement de 50%;

(3) 44 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

- système "bandes grasses": la première couche de bande grasse est appliquée avec un
recouvrement de 50% et la deuxième bande est une bande de protection mécanique en PE ou
en PVC appliquée avec un recouvrement de 50%;

- système "thermo-rétractable": un manchon thermo-rétractable est appliqué à l'aide d'un


canon à air chaud ou d'un brûleur "roofing".

Si le revêtement réalisé en usine est endommagé ou enlevé, il doit être réparé.

Avant d'appliquer le revêtement conformément aux instructions du fabricant, la tuyauterie est


nettoyée, de manière à éliminer toute trace d’humidité et de corps étrangers pouvant nuire à son
adhérence ou à ses propriétés.

8.2. Tuyauteries en acier

Les tuyauteries en acier galvanisé installées dans une ambiance où une condensation importante est
à prévoir sont en outre protégées contre la corrosion par un revêtement conforme à 8.1.

L'enveloppe de protection des tuyauteries et accessoires en acier enterrés, a une tension de perçage
de 10 kV. Les tuyauteries sont éventuellement munies d'une protection cathodique.

Commentaire FEBUPRO

Les tuyauteries en acier dans un bâtiment et dans un endroit sec sont protégées simplement au
moyen d'une peinture antirouille.

8.3. Tuyauteries en cuivre

Les tuyauteries en cuivre encastrées ou posées sous chape sont toujours enrobées en usine.

Elles sont en outre protégées mécaniquement contre l'écrasement et la perforation accidentelle par
une protection en acier d’au minimum 2 mm d'épaisseur.

(3) 45 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

8.4. Fourreaux

Les fourreaux sont en métal ou en matière plastique inattaquable par les rongeurs. Ils sont d'une
pièce et ont une résistance mécanique suffisante. L'utilisation de fourreaux fendus
longitudinalement est interdite. Les extrémités sont ébarbées afin de ne pas détériorer la tuyauterie.

L'utilisation d'un fourreau de protection est obligatoire:

- dans la traversée d'un plafond ou d'un plancher; le fourreau dépasse de 0,005 m au moins le
plafond et de 0,05 m au moins le plancher;

- dans la traversée d'un mur d'une épaisseur supérieure à 0,20 m; le fourreau affleure au
niveau du parement du mur.

L'espace annulaire entre le tuyau et le fourreau est rempli d'un matériau non corrosif suffisamment
élastique pour assurer l'étanchéité à l'eau et au gaz.

Tout contact de la tuyauterie avec la paroi intérieure du fourreau est interdit.

Aucun câble électrique ni aucune autre canalisation ne peuvent être placées dans le même fourreau
que celui destiné à la tuyauterie de gaz.

Les raccordements mécaniques de tuyaux placés à l'intérieur d'un fourreau sont interdits.

8.5. Identification des tuyauteries

Lorsqu’il y a risque de confusion, soit entre tuyauteries, soit sur la nature du fluide véhiculé, les
tuyauteries de gaz sont identifiées par un marquage de couleur jaune.

Commentaire FEBUPRO

L'identification en couleur jaune peut être réalisé par:


- la couleur jaune de l'enrobage en matière synthétique de la canalisation de gaz;
- la peinture jaune sur la canalisation;
- des bandes autocollantes jaunes à distance régulière (p.ex. tous les 2 m) et à tout passage de
parois.

9 Contrôle de l'installation intérieure

9.1. Généralités

Avant l'application des revêtements ou peintures, l'installation neuve est soumise aux contrôles
successifs suivants.

(3) 46 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

9.2. Contrôle de la tuyauterie et du raccordement des appareils d'utilisation

Commentaire FEBUPRO

Préalablement à l’essai de résistance mécanique et l’essai d’étanchéité, il est recommandé de


nettoyer les tuyaux.
Le nettoyage a pour objectif de libérer l’intérieur de la tuyauterie de toute particule non adhérente.
En nettoyant l'installation avant le raccordement des appareils d'utilisation et avant l'essai
d'étanchéité, on évite que des particules de la tuyauterie soient aspirées dans les appareils
d’utilisation, les robinets et les détendeurs.
Le nettoyage est assuré par soufflage d'air ou de gaz inerte, tel l’azote, l’emploi d’oxygène ou d'un
gaz combustible est interdit.

9.2.1 Essai de résistance mécanique

Avant de commencer l'essai de résistance mécanique, les détendeurs, les compteurs éventuels et
tous les autres accessoires dont la pression de service est inférieure à la pression d'essai de
résistance mécanique, sont mis hors circuit ou déconnectés et toutes les tuyauteries sont obturées.
Les appareils d'utilisation sont déconnectés et leurs robinets d'arrêt sont fermés ou enlevés.

La tuyauterie est soumise à une pression d'essai indiquée au Tableau 3/3 pendant 15 minutes après
que la pression d’essai soit stabilisée.

Tableau 3/3 – Pression d'essai de résistance mécanique en fonction de la pression maximale


de service (MOP)

MOP Pression d'essai de résistance mécanique


bar bar

2 < MOP ≤ 5 > 1,40 x MOP

0,1 < MOP ≤ 2 > 1,75 x MOP

MOP ≤ 0,1 ≥ 2,5 x MOP

Commentaire FEBUPRO

Pour les pressions de service inférieures à 40 mbar la pression d’essai de l’essai de résistance
mécanique est donc, suivant le tableau, plus petit que 100 mbar. Dans ces cas, il suffit d’exécuter
l’essai d’étanchéité à 100 mbar.
Pour une pression de service de p.ex. 50 mbar, on doit successivement exécuter un essai de
résistance mécanique à 200 mbar et un essai d’étanchéité à 100 mbar.

(3) 47 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

9.2.2 Essai d'étanchéité

Après la remise en place des accessoires enlevés et l'ouverture des robinets d'arrêt de tous les
appareils d'utilisation raccordés, l’installation est éprouvée à l'aide d'air ou de gaz inerte
(p. ex. azote) sous une pression de 100 mbar ± 10 mbar. L’étanchéité8 est établie sur la base des
observations conjointes suivantes:

- l’absence de formation de bulles sur toutes les parties accessibles lors du badigeonnage aux
produits moussants:

- après une période d’attente d'au moins 10 minutes permettant la stabilisation à une pression
proche de la pression initiale, le maintien pendant au moins 20 minutes d’une pression stable
indiquée au manomètre de contrôle.
Pour cet essai, il est formellement interdit d'utiliser des gaz combustibles (tels que les gaz de pétrole
liquéfiés, le butane ou le propane) ou de l'oxygène.

Toute fuite est réparée et l'installation est soumise à un nouvel essai d'étanchéité.

9.3. Purge

Il n'est procédé à la mise en service d'une installation intérieure qu'après l’avoir purgée.

Cette purge s'exécute soit au moyen d'un tuyau débouchant à l'air libre, soit par le brûleur
facilement accessible d'un appareil, en ayant soin de maintenir une flamme d'allumage à proximité
de celui-ci et en ventilant l'espace dans lequel l'appareil est installé. Le brûleur reste allumé pendant
un temps suffisant pour garantir que l'installation soit complètement purgée (risque de poches d'air).

Lorsque le diamètre nominal des tuyauteries est supérieur à DN 50, un dispositif de purge est placé,
soit à l'extrémité de la tuyauterie, soit à proximité de chaque appareil d'utilisation. Ainsi, le
démontage de l'appareil d'utilisation est inutile. L'extrémité du dispositif de purge en attente
d'utilisation est obturé au moyen d'un bouchon ou d'un bonnet métallique vissé.

NOTE Le mélange air-gaz devient progressivement plus lourd que l'air, forme des nappes aux endroits les plus bas
et ne se dilue que lentement.

9.4. Extensions, modifications et remplacements

Toute extension de la tuyauterie est considérée comme une partie neuve de l'installation intérieure.
Un robinet de sectionnement est placé au début de cette extension. Cette partie est soumise au
même contrôle qu'une installation neuve.

La mise sous gaz est faite à la pression de service. L'étanchéité du raccordement de la partie neuve
à la partie ancienne, de même que tous les raccordements d'appareils d'utilisation, sont contrôlés par
badigeonnage aux produits moussants.

Toute fuite est réparée et l'installation est soumise à un nouvel essai d'étanchéité.

En aucun cas le raccordement ne peut produire de tensions mécaniques nuisibles dans l'installation.

8
Pour le produit moussant utilisé pour détecter les fuites, il convient de se référer au projet de norm prEN 14291.

(3) 48 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Annexe C
Détermination des dimensions d'une installation

C.1 Débits

C.1.1 Appareils d'utilisation standard

Tableau 3/C.1 - Débit moyen des appareils d'utilisation standard

APPAREIL D'UTILISATION DÉBIT DURÉE MAXIMALE


g/h D'UTILISATION9
Réchaud plat 400 1 heure
Cuisinière 2 brûleurs et petit four 800 1 heure
Cuisinière 4 brûleurs et grand four 1 400 1 heure

Chauffe-eau 8,7 kW (125 kcal/min.) 680 15 minutes


Chauffe-bain 17,4 kW (250 kcal/min.) 1 386 15 minutes
Chauffe-bain 22,7 kW (325 kcal/min.) 1 760 15 minutes
Chauffe-bain 27,9 kW (400 kcal/min.) 2 170 15 minutes

Accumulateur d'eau chaude d'une capacité de


8 litres 110 15 minutes
15 litres 190 30 minutes
30 litres 260 30 minutes
50 litres 340 1 heure
75 litres 410 1 heure
100 litres 525 2 heures
150 litres 600 2 heures
200 litres 825 2 heures
Appareils de chauffage individuels
Radiateurs – Convecteurs durée continue sans
4,6 kW (4 000 kcal/h) 365 thermostat
7,0 kW (6 000 kcal/h) 545 ou
11,6 kW (10 000 kcal/h) 910 2 heures avec thermostat

Chaudières de chauffage central Générateurs d'air


chaud
10,5 kW (9 000 kcal/h) 815
14,0 kW (12 000 kcal/h) 1 085 durée continue sans
17,5 kW (15 000 kcal/h) 1 360 thermostat
21,0 kW (18 000 kcal/h) 1 630 ou
24,5 kW (21 000 kcal/h) 1 900 2 heures avec thermostat
32,5 kW (28 000 kcal/h) 2 540
42,0 kW (36 000 kcal/h) 3 260
Brûleur intensif 600

9
Durée maximale ininterrompue d'utilisation normale de ce type d'appareil.

(3) 49 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

C.1.2 Débits (Q) d'une bouteille en cours d'utilisation

On admet pour chaque bouteille les possibilités de débit mentionnées dans les tableaux ci-dessous,
pour autant que la bouteille contienne au moins 25% de sa charge liquide nominale.

Tableau 3/C.2 – Débit d'une bouteille de butane de 300mm de diamètre - 13 kg

TEMPÉRATURE DÉBIT MOYEN POSSIBLE EN FONCTION


AMBIANTE DE LA DURÉE D'UTILISATION
g/h
15 min. 30 min. 1 heure 2 uren CONTINU

+ 5°C 1 600 1 100 600 400 200


+ 15°C 1 900 1 250 800 650 400

Tableau 3/C.3 – Débit d'une bouteille de butane de 375mm de diamètre - 20 kg

TEMPÉRATURE DÉBIT MOYEN POSSIBLE EN FONCTION


AMBIANTE DE LA DURÉE D'UTILISATION
g/h
15 min. 30 min. 1 heure 2 heures CONTINU

+ 5°C 2 200 1 500 840 560 280


+ 15°C 2 700 1 750 1 100 900 560

Tableau 3/C.4 – Débit d'une bouteille de propane de 300mm de diamètre - 10,5 kg

TEMPÉRATURE DÉBIT MOYEN POSSIBLE EN FONCTION


AMBIANTE DE LA DURÉE D'UTILISATION
g/h
15 min. 30 min. 1 heure 2 heures CONTINU

- 15°C 2 200 1 650 1 200 850 400


- 5°C 2 900 2 000 1 400 1 100 600
+ 5°C 4 400 2 800 1 850 1 300 800

Tableau 3/C.5 – Débit d'une bouteille de propane de 375mm de diamètre - 18 kg ou 47 kg

TEMPÉRATURE DÉBIT MOYEN POSSIBLE EN FONCTION


AMBIANTE DE LA DURÉE D'UTILISATION
g/h
15 min. 30 min. 1 heure 2 heures CONTINU

- 15°C 2 800 2 300 1 650 1 200 550


- 5°C 4 000 2 800 1 950 1 500 800
+ 5°C 6 100 3 900 2 600 1 800 1 100

(3) 50 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

C.1.3 Débits (Q) des citernes aériennes

Débit de soutirage continu en kg/h en fonction de la prédétente, de la température et du niveau


liquide ± 85% au niveau liquide ±25%.

Tableau 3/C.6 – Débit de soutirage continu d'une citerne aérienne

DÉBIT DE SOUTIRAGE CONTINU


kg/h
PRÉDÉ- CITERNES TEMPÉRATURE AMBIANTE
TENTE CAPACITÉ DIAMÈTRE - 20°C - 10°C 0°C + 10°C
bar dm³ cm

1,5 495 80 1,0 2,0 2,9


1 000 80 1,7 3,3 5,0
1 600 80 non 2,5 4,9 7,5
1 600 100 défini 2,2 4,2 6,5
3 000 100 3,7 7,4 11,0
4 840 125 5,2 10,3 15,5

1,0 495 80 0,6 1,5 2,5 3,5


1 000 80 1,0 2,7 4,3 6,0
1 600 80 1,4 3,9 6,3 8,8
1 600 100 1,3 3,4 5,5 7,8
3 000 100 2,2 5,9 9,6 13,3
4 840 125 3,1 8,3 13,4 18,5

0,5 495 80 1,25 2,2 3,2 4,2


1 000 80 2,1 3,8 5,5 7,0
1 600 80 3,2 5,6 8,0 10,5
1 600 100 2,8 4,9 7,0 9,0
3 000 100 4,7 8,5 12,2 16,0
4 840 125 6,7 11,9 17,0 22,0

0,25 495 80 1,6 2,6 3,6 4,5


1 000 80 2,7 4,4 6,1 7,8
1 600 80 4,2 6,6 9,0 11,5
1 600 100 3,7 5,8 8,0 11,0
3 000 100 6,2 9,9 13,5 17,5
4 840 125 8,7 13,9 19,0 24,0

NOTE Pouvoir calorifique inférieur de propane : 46.258 MJ/kg


1000 kcal = 1,163 kWh = 4,190 MJ
Pour les autres modèles, veuillez prendre contact avec une sociéte distributrice de GPL.

(3) 51 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

C.1.4 Exemple de calcul de débit d'une installation / choix du stockage

C.1.4.1 Calcul de débit

Cuisinière + grand four 1,4 kg/h 1 heure

Chauffe-eau 8,7 kW 0,68 kg/h 15 minutes

Accumulateur 150 liter 0,6 kg/h 2 heures

Trois radiateurs gaz de 7,0 kW: 3 x 0,545 kg/h 1,635 kg/h 2 heures avec
thermostat
Un radiateur gaz de 11,6 kW 0,910 kg/h 2 heures avec
_________ thermostat
Consommation simultanée maximale 5,225 kg/h

Partagée comme suit: 15 min. : 5,225 kg/h

1 heure : 4,545 kg/h

2 heures: 3,145 kg/h

C.1.4.2 Choix du stockage de gaz

• Bouteilles gaz propane placées à l'extérieur

2 x grande bouteille gaz propane diamètre 375 mm – à l'extérieur – pour autant que
la température reste au dessus de – 5°C

• Citerne gaz propane

1 x 1600 litres citerne gaz – diamètre 80 cm – à une pression de 1,5 bar pour une
température ambiante entre 0°C et – 5°C.

(3) 52 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

C.2 Diamètres des canalisations

C.2.1 Diamètre intérieurs minima, en mm / pouces, des canalisations en fonction


de leur longueur et du débit de gaz

Tableau 3/C.7 – Diamètres pour le propane (à 37 mbar) / butane (à 28 mbar)


NOTE Les tableaux ci-dessous indiquent le diamètre intérieur minimum.
DIAMÈTRE INTÉRIEUR
LONGUEUR mm
DE LA DÉBIT
CANALISA-
g/h
TION
100 200 400 600 800 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 4500 5000
m
1m 4 4 6 6 6 6 8 8 8 10 10 10 10 10
2m 4 4 6 6 8 8 8 10 10 10 12 12 12 12
4m 4 6 6 8 8 8 10 10 12 12 13 13 13 13
6m 4 6 8 8 8 10 10 12 12 13 13 13 16 16
8m 4 6 8 8 10 10 12 12 13 13 16 16 16 16
10 m 4 6 8 8 10 10 12 13 13 16 16 16 18 18
15 m 6 6 8 10 10 12 12 13 16 16 18 18 18 20
20 m 6 6 8 10 10 12 13 16 16 18 18 18 20 20
25 m 6 8 8 10 12 12 13 16 18 18 20 20 20 22
30 m 6 8 10 10 12 13 13 16 18 20 20 20 22 22
40 m 6 8 10 12 12 13 16 16 18 20 20 22 22 24
50 m 6 8 10 12 12 13 16 16 18 20 22 22 24 24

Tableau 3/C.8 – Diamètres pour le propane (à 0,5 bar)

DIAMÈTRE INTÉRIEUR
LONGUEUR mm / pouces
DE LA DÉBIT
CANALISA-
kg/h
TION
1 2 4 6 8 10 15 20 30 40 50 60 80 100
m
10 m 12 12 13 13 18 20 3/4" 3/4" 3/4" 1" 5/4" 5/4" 6/4" 2"
20 m 12 13 18 18 20 3/4" 3/4" 3/4" 1" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4" 2"
30 m 13 18 18 20 20 3/4" 3/4" 1" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4" 6/4" 2"
40 m 13 18 20 20 3/4" 3/4" 1" 1" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4" 6/4" 2"
50 m 18 18 20 20 3/4" 3/4" 1" 1" 5/4" 6/4" 6/4" 6/4" 2" 2"
60 m 18 18 20 3/4" 3/4" 3/4" 1" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4" 6/4" 2" 2"
70 m 18 20 20 3/4" 3/4" 3/4" 1" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4" 2" 2" 2"
80 m 18 20 20 3/4" 3/4" 3/4" 1" 5/4" 6/4" 6/4" 6/4" 2" 2" 2"
90 m 18 20 20 3/4" 3/4" 3/4" 1" 5/4" 6/4" 6/4" 6/4" 2" 2" 2 1/2"

100 m 18 20 3/4" 3/4" 1" 1" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4" 6/4" 2" 2" 2 1/2"
150 m 20 20 3/4" 1" 1" 1" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4" 2" 2" 2 1/2" 2 1/2"
200 m 20 20 3/4" 1" 1" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4" 2" 2" 2" 2 1/2" 2 1/2"

(3) 53 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Tableau 3/C.9 – Diamètres pour le propane (à 1 bar)

DIAMÈTRE INTÉRIEUR
LONGUEUR mm / pouces
DE LA DÉBIT
CANALISA-
kg/h
TION
1 2 4 6 8 10 1615 20 30 40 50 60 80 100
m
10 m 6 8 10 12 12 13 16 18 20 1" 5/4" 5/4" 6/4" 2"
20 m 6 8 10 12 12 13 16 18 20 1" 5/4" 5/4" 6/4" 2"
30 m 6 10 12 13 13 16 18 20 1" 1" 5/4" 5/4" 6/4" 2"
40 m 8 10 12 13 13 16 20 20 1" 5/4" 5/4" 5/4" 6/4" 2"
50 m 8 10 12 13 13 16 20 1" 1" 5/4" 5/4" 5/4" 6/4" 2"
60 m 8 10 12 13 16 18 20 1" 5/4" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4" 2"
70 m 10 10 12 13 16 18 20 1" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4" 6/4" 2"
80 m 10 12 13 13 16 18 1" 1" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4" 6/4" 2"
90 m 10 12 13 16 18 18 1" 1" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4" 2" 2"
100 m 12 12 13 16 18 20 1" 1" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4" 2" 2"
150 m 12 13 16 18 18 20 1" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4" 6/4" 2" 2"
200 m 13 13 16 18 20 1" 1" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4" 2" 2" 2"

Tableau 3/C.10 – Diamètres pour le propane (à 1,5 bar)

DIAMÈTRE INTÉRIEUR
LONGUEUR mm / pouces
DE LA DÉBIT
CANALISA-
kg/h
TION
1 2 4 6 8 10 15 20 30 40 50 60 80 100
m
10 m 6 6 8 8 10 12 16 18 18 20 1" 5/4" 5/4" 6/4"
20 m 6 6 8 10 10 12 16 18 18 20 1" 5/4" 5/4" 6/4"
30 m 6 8 10 10 12 12 16 18 20 1" 1" 5/4" 5/4" 6/4"
40 m 6 8 10 12 12 12 16 18 20 1" 1" 5/4" 5/4" 6/4"
50 m 6 8 10 12 13 13 16 18 20 1" 1" 5/4" 5/4" 6/4"
60 m 6 10 10 12 13 13 18 20 1" 1" 5/4" 5/4" 5/4" 6/4"
70 m 8 10 12 12 13 16 18 20 1" 1" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4"
80 m 8 10 12 13 13 16 18 20 1" 5/4" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4"
90 m 8 10 12 13 16 16 18 20 1" 5/4" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4"
100 m 8 10 12 13 16 16 20 20 1" 5/4" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4"
150 m 8 12 12 13 16 18 20 1" 5/4" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4" 2"
200 m 10 12 13 16 18 20 1" 1" 5/4" 5/4" 6/4" 6/4" 2" 2"

(3) 54 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

C.2.2 Dimensions tubes en acier – sans soudure – d'usage courant

Tableau 3/C.11 – Dimensions des tubes en acier

FILETABLES NON FILETABLES


DIAMÈTRE NBN A 25-103 – SÉRIE FORTE TUBES LISSES
NOMINAL NBN A 25-104
SÉRIE NORMALE
DIAMÈTRE ÉPAISSEUR DE DIAMÈTRE ÉPAISSEUR DE
EXTÉRIEUR PAROI EXTÉRIEUR PAROI
pouces mm mm mm mm
1/8" 10,2 2,65 10,2 1,60
1/4" 13,5 2,90 13,5 2,00
3/8" 17,2 2,90 17,2 2,00
1/2" 21,3 3,25 21,3 2,00
3/4" 26,9 3,25 26,9 2,00
1" 33,7 4,05 33,7 2,30
5/4" 42,4 4,05 42,4 2,60
6/4" 48,3 4,05 48,3 2,60
2" 60,3 4,50 60,3 2,90
2 1/2" 76,1 4,50 76,1 2,90
3" 88,9 4,85 88,9 3,20

C.2.3 Dimensions tubes en cuivre – série métrique – de section circulaire

Tableau 3/C.12 – Dimensions des tubes en cuivre conformes à la norme NBN EN 1057

DIAMÈTRE INTÉRIEUR
DIAMÈTRE mm
EXTÉRIEUR ÉPAISSEUR DE PAROI
mm
mm 1,0 1,5 2,0
6 4
8 6
10 8
12 10
15 13
18 16
22 20 19
28 26 25
35 33 32
42 40 39
54 52 51 50

(3) 55 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

C.3 Exemple de calcul pour une installation propane

C.3.1 Schéma de distribution d'une nouvelle installation

D
17 kW

H
23 kW
G
A C 12 kW F
10 kW

B E

Légende
A citerne D chauffe-bain
F chauffe-eau G cuisinière
H chaudière de chauffage central

Figure 3/C.1 – Schéma de l'installation

C.3.2 Calcul

La procédure à suivre est la suivante :

a) détermination du debit de gaz nominal de chaque appareil et les longueurs des conduites ;
b) détermination du débit dans chaque tronçon ;
c) détermination du diamètre de chaque conduite ;

1 kW= 860 kcal/h


1 kg propane = 11040 kcal (PCI)
10 kW = 0,78 kg/gaz propane (PCI)

C.3.2.1 Détermination du débit nominal

Nous avons :

une chaudière à propane H Qv = 23 kW = 1,79kg/h


un chauffe-bain D Qv = 17 kW = 1,32 kg/h
une cuisinière G Qv = 12 kW = 0,95 kg/h
un chauffe-eau F Qv = 10 kW = 0,78 kg/h

(3) 56 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

C.3.2.2 Détermination du débit de gaz dans chaque tronçon

AB = 20 m Qv = 4,84 kg/h
BC = 4 m Qv = 3,11 kg/h
CH = 1,5 m Qv = 1,79 kg/h
CD = 15 m Qv = 1,32 kg/h
BE = 12 m Qv = 1,73 kg/h
EG = 1,5 m Qv = 0,95 kg/h
EF = 4 m Qv = 0,78 kg/h

C.3.2.3 Calcul du diamètre minimum de la conduite

NOTE:
• Les tableaux ci-dessus tiennent compte d’une perte de charge de max 5 % sur la longueur totale de la conduite.
p.ex. pression de service = 1,5 bar Æ chute de pression maximale de 75 mbar
• Pression de service après la combinaison prédétendeur / limiteur de pression = 1,5 bar fixe
• Pression de service des appareils d’utilisation = 37 mbar gaz propane.

La tuyauterie est réalisée en cuivre Æ nous avons besoin du tableau de 3/C.10 -pression propane =
1,5 bar.

Conduite tronçon AB débit arrondi vers le haut = 6 kg/h


longueur de la conduite = 20 m
diamètre intérieur min 10 mm

Conduite tronçon BC débit arrondi vers le haut = 4 kg/h


longueur de la conduite arrondi vers le haut = 10 m
diamètre intérieur min 8 mm

Conduite tronçon CH débit arrondi vers le haut = 2 kg/h


longueur de la conduite arrondi vers le haut = 10 m
diamètre intérieur min 6 mm

Conduite tronçon CD débit arrondi vers le haut = 2 kg/h


longueur de la conduite arrondi vers le haut = 20 m
diamètre intérieur min 6 mm

Conduite tronçon BE débit arrondi vers le haut = 2 kg/h


longueur de la conduite arrondi vers le haut = 20 m
diamètre intérieur min 6 mm

Conduite tronçon EG débit arrondi vers le haut = 1 kg/h


longueur de la conduite arrondi vers le haut = 10 m
diamètre intérieur min 6 mm

Conduite tronçon EF débit arrondi vers le haut = 1 kg/h


longueur de la conduite arrondi vers le haut = 10 m
diamètre intérieur min 6 mm

Pratiquement: l’installation décrite sera réalisée en conduite cuivre avec un diameter intérieur de 10
mm ou de13 mm donc le cuivre 10/12 ou 13/15.

(3) 57 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Annexe E
Raccordements d'appareils d'utilisation alimentées en gaz de la troisième
famille admis en Belgique

Assemblages
Assemblages plats Assemblages
Assemblages filetés par Autres
(tétine) par brides
compression

Fig Fig Fig ISO


ISO 7-1 ISO 228-1
E.1 E.2 E.3 7005

Admis Interdit Admis Admis Admis Interdit

Figure 3/E.1

Figure 3/E.2

(3) 58 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 3

Figure 3/E.3

(3) 59 / 59
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

CHAPITRE 4
PLACEMENT DES APPAREILS D’UTILISATION

Sommaire

1 Domaine d'application 2
2 Références normatives 3
3 Termes et définitions 3
4 Évacuation des produits de combustion, amenée d'air comburant et ventilation
des espaces d'installation pourvus d'appareils à gaz 3
4.1 Généralités 3
4.2 Amenée d'air comburant et ventilation des espaces d'installation pourvus
d'appareils à circuit de combustion non étanche 4
4.3 Évacuation des produits de combustion 11
5 Conditions d'utilisation, placement et raccordement des appareils 26
5.1 Conditions d'utilisation 26
5.2 Placement des appareils d'utilisation 27
5.3 Raccordement des appareils d'utilisation à une installation GPL 29
5.4 Robinet d'arrêt de gaz 29
5.5 Mise en service 29
Annexe A Modèle européen pour la classification des appareils à gaz (types) 30
Annexe C Appareils d'utilisation à gaz admis en Belgique 44
Annexe D Emplacement du débouché des conduits d'évacuation à tirage naturel 47

Les dessins de "l'annexe B" sont incorporés dans le texte du chapitre 4.


"L'annexe E" n'est pas repris dans ce chapitre. En ce qui concerne la nuisance provoquée par
les produits de combustion des appareils de type B et type C, on conseille de calculer le
facteur de dilution par la méthode reprise à l'annexe G de la norme NBN B61-002.

(4) 1 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

1 Domaine d'application

La troisième partie de la norme belge NBN D51-006 fixe les conditions générales techniques
et de sécurité applicables au placement et à la mise en service des appareils d'utilisation dans
les installations gaz neuves ou parties neuves d'installations alimentées en butane commercial
ou propane commercial en phase gazeuse distribué par des récipients de stockage à une
pression maximale de service admissible (MOP) de 5 bar.

Commentaire FEBUPRO

Par placement d’un appareil on entend l'installation d'un nouvel appareil dans une nouvelle
installation intérieure.
De plus il est possible de placer un appareil supplémentaire ou de remplacer un appareil
existant par un nouvel appareil, de même sorte ou non. Pour ces cas, cette norme reprend
également des prescriptions mais chaque fois ce sera indiqué explicitement.

Seul le placement d'appareils de type A, B ou C cités dans l'annexe C est admis.

Le placement des appareils d'utilisation comprend:

- la vérification de la conformité de l'appareil d'utilisation;


- la vérification de l'aménagement et de l'équipement des espaces d'installation;
- la réalisation et/ou la vérification de l'amenée d'air comburant;
- la réalisation et/ou la vérification de l'évacuation des produits de combustion;
- le raccordement à l'installation intérieure.

Commentaire FEBUPRO

Cette partie de la norme NBN D51-006 correspond largement aux prescriptions valables pour
le placement des appareils d’utilisation alimentés en gaz naturel, repris dans la norme
NBN D51-003.
Uniquement là où il y a des prescriptions influencées par le fait que le gaz butane et le gaz
propane sont plus lourd que le gaz naturel, les deux normes s’écartent l’un de l’autre.

La présente partie de norme belge n'est pas applicable:

- aux outillages mobiles utilisant le gaz de pétrole liquéfié;

- aux appareils utilisant le gaz de pétrole liquéfié stocké dans une cartouche1);

- aux récipients de stockage, bouteilles ou citernes dont les règles d'installation


(notamment celles concernant l'emplacement, les distances par rapport à d'autres
installations, les autorisations ) relèvent des dispositions légales en vigueur.

1)
Les cartouches répondent aux prescriptions de la norme NBN EN 417.

(4) 2 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

2 Références normatives

La présente partie de norme belge comporte par référence, datée ou non datée, des
dispositions d'autres publications. Ces références normatives sont citées aux endroits
appropriés dans le texte et les publications sont énumérées ci-après. Pour les références
datées, les amendements ou révisions ultérieures de l'une quelconque de ces publications ne
s'appliquent à cette partie de norme belge que s'ils y ont été incorporés par amendement ou
révision. Pour les références non datées, la dernière édition de la publication à la laquelle il est
fait référence s'applique (y compris les amendements).

NBN B61-001, Chaufferies et cheminées.

NBN B61-002, Chaudières de chauffage central dont la puissance nominale est inférieure à
70 kW – Prescriptions concernant leur espace d'installation, leur amenée d'air et leur
évacuation de fumée.

NBN CR 1749, Modèle européen pour la classification des appareils utilisant les
combustibles gazeux selon le mode d'évacuation des produits de combustion (types).

NBN EN 437, Gaz d'essais – Pressions d'essais – Catégories d'appareils.

NBN EN 676, Brûleurs automatiques à air soufflé pour combustibles gazeux.

NBN EN 1443, Conduits de fumée - Exigences générales.

3 Termes et définitions

Pour les besoins de la présente partie de norme belge, les termes et définitions donnés dans le
chapitre 2, "Terminologie", s'appliquent.

4 Évacuation des produits de combustion, amenée d'air comburant et


ventilation des espaces d'installation pourvus d'appareils à gaz

4.1 Généralités

Le présent article traite de l'évacuation des produits de combustion des appareils alimentés en
gaz butane ou propane, ainsi que de l'alimentation en air nécessaire au bon fonctionnement de
tels appareils installés dans des bâtiments neufs, des bâtiments rénovés avec modification de
l’installation de gaz et/ou du système d’évacuation des produits de combustion et des
bâtiments existants et ce, lors du placement d’un appareil additionnel ou du remplacement
d’un appareil existant.

Il a pour but de préciser:

- les conditions à observer pour assurer une alimentation correcte en air comburant;

(4) 3 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

- la manière dont les produits de combustion doivent être évacués suivant le type
d'appareil utilisé;

- les règles à respecter pour le raccordement des appareils aux conduits d'évacuation des
produits de combustion;

- le mode de réalisation d'un conduit d'évacuation autonome lorsque aucune cheminée


n'est disponible.

Par ailleurs, certaines règles sont à respecter lors de l'emploi de conduits collectifs afin
d'éviter des perturbations dans l'évacuation des produits de combustion d'un ou de plusieurs
des appareils qui y sont raccordés.

Lorsque la puissance nominale du ou des générateur(s) de chaleur qui est (sont) installé(s)
dans un local de chauffe est égale ou supérieure à 70 kW, ce local de chauffe doit répondre
aux prescriptions de la norme NBN B61-001 sauf si ce(s) générateur(s) est (sont) destiné(s)
uniquement à chauffer cet espace.

Toutefois, dans les espaces contenant un ou des appareils étanches dont la puissance nominale
totale est égale ou supérieure à 70 kW, il y a lieu de prévoir:

- une ventilation haute par une section au moins égale au quart de la section totale des
conduits d'évacuation avec un minimum de 200 cm2;

- une ventilation basse par une section au moins égale à la moitié de la section de la
ventilation haute avec un minimum de 200 cm2 – cf 4.2.1.

Lorsque la puissance nominale du ou des générateur(s) de chaleur qui est (sont) installé(s)
dans un local de chauffe est plus petite que 70 kW mais plus grande que 30 kW, ce local
de chauffe est considéré comme un local technique sauf si:

- soit ce(s) générateur(s) est (sont) destiné(s) uniquement à chauffer cet espace;
- soit tous les appareils sont de type C;
- soit il s'agit d'une maison unifamiliale.

4.2 Amenée d'air comburant et ventilation des espaces d'installation pourvus


d'appareils à circuit de combustion non étanche

4.2.1 Orifice d'aération

Un orifice d'aération est prévu dans chaque espace d'installation d'un appareil à circuit de
combustion non étanche.

Le plancher de l'espace d'installation se trouve au-dessus du niveau du sol environnant sur au


moins un de ses côtés. L'orifice d'aération est prévu sur le côté le plus bas et communique au
point le plus bas de ce même côté (éventuellement au moyen d'un conduit descendant):

- soit directement avec l'extérieur;

(4) 4 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

- soit avec un espace contigu situé en contrebas et dans lequel se trouve un orifice
d'aération semblable situé plus haut que le sol environnant, cette solution n'étant
admise que s'il s'agit d'un bâtiment existant.

Ces orifices sont inobturables et disposés de manière à éviter toute gêne pour les occupants.
Leurs sections sont conformes au Tableau 4/1.

Commentaire FEBUPRO

Il faut bien faire une différence explicite entre un orifice d’aération et un orifice d’amenée
d’air comburant ou d’air de ventilation – appelé tout court “orifice d’amenée d’air”.
Voir aussi les conditions générales en rapport avec l'emplacement des orifices d'aération
dans les différentes configurations pour les tuyauteries (chapitre 3 - § 6.2), qui naturellement
sont aussi valable pour l'espace d'installation de tous les appareils (étanche tant que non
étanche).

4.2.2 Amenée d'air comburant

4.2.2.1 Espaces d'installation à pourvoir d'un orifice d'amenée d'air

Un orifice d'amenée d'air extérieur est prévu dans chaque espace d'installation d'un appareil à
circuit de combustion non étanche.

L'orifice d'amenée d'air peut être une ouverture de transfert si par cet orifice l'espace
d'installation est mis en communication avec un espace pourvu d'un orifice d'amenée d'air
capté directement à l'extérieur et aux conditions simultanées suivantes:
- la puissance nominale installée est au maximum de 30 kW;
- il s'agit d'un bâtiment existant;
- il s'agit d'un des cas suivants:
- un appareil de type A est remplacé par un appareil de type A ou B;
- un appareil de type B est remplacé par un appareil de même type;
- un appareil additionnel autre qu'une chaudière de chauffage central est installé
dans un espace qui n'est ni une chambre à coucher, ni une salle de bain, ni une
salle de douche, ni un cabinet de toilette.

NOTE Pour le calcul de la puissance nominale installée, il est tenu compte de chacun des appareils installés
dans l'espace d'installation et dans l'espace muni d'une ouverture de transfert, à l'exclusion des appareils de
cuisson.

Donc, entre l'espace d'installation de l'appareil et l'espace qui a un orifice d'arrivée d'air
directement de l'extérieur, on ne peut avoir qu'un autre espace.

(4) 5 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

L'orifice d'aération peut servir pour l'amenée d'air comburant et l'air de ventilation.

Commentaire FEBUPRO

L’INVERSE n’est pas toujours vrai.


SI LES ORIFICES D’AMENÉE D’AIR SONT EN MÊME TEMPS UTILISÉS
COMME AÉRATION, les orifices d’amenée “1” et l’ ouverture de transfert “2” dans le
dessin ci-dessus, doivent être prévues AU NIVEAU LE PLUS BAS DES ESPACES
RESPECTIFS “B” ET “A”.
En plus l’ouverture de transfert “2” doit être située plus haut que le sol du local “B” et
l’orifice d’amenée “1” plus haut que le sol environnant adjacent.

4.2.2.2 Emplacement des orifices d'amenée d'air

Les orifices d'amenée d'air doivent déboucher à la partie inférieure de l'espace d'installation.
Ils ne peuvent être obturés. Ils sont disposés et calculés de manière à éviter toute gêne pour les
occupants.

Lorsque l'amenée d'air comburant est réalisée au moyen d'un conduit vertical, l'air est toujours
prélevé à sa partie inférieure.

Commentaire FEBUPRO

Ce conduit doit évidemment prendre l’air et déboucher à un niveau PLUS HAUT que le sol
environnant si l'orifice d'amenée d'air est située au niveau du plancher de l'espace
d'installation.

Le débouché de ce conduit à l'air libre est situé dans la même zone de pression que le
débouché de l'évacuation des produits de combustion.

Commentaire FEBUPRO

“Déboucher dans la même zone de pression” signifie que l'orifice d'amenée d'air doit être
situé dans un pan de façade adjacent au pan de toiture dans lequel débouche le conduit
d'évacuation des produits de combustion correspondant.

La section du conduit est déterminée de manière à limiter à 3 Pa la perte de charge dans ce


conduit.

NOTE La section minimale est fonction de la puissance nominale installée et est calculée conformément à la
norme NBN B61-001 (pour les installations de puissance nominale ≥ 70 kW) ou la norme NBN B61-002 (pour
les installations de puissance nominale < 70 kW).

Ce conduit d'amenée d'air ne peut déboucher à la partie supérieure de l'espace d'installation


que si l'évacuation des produits de combustion se fait par un conduit d'évacuation.

(4) 6 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

4.2.2.3 Section minimale des orifices d'amenée d'air et des ouvertures de transfert

La section nette de l'amenée d'air prélevé directement à l'extérieur est identique à celle de
l'ouverture de transfert éventuelle. Elle est déterminée sur la base du Tableau 4/1 et est dans
tous les cas d'au minimum 50 cm2. En cas d'amenée d'air via une ouverture de transfert,
l'orifice d'amenée d'air et l'ouverture de transfert présentent la section minimale de la colonne
correspondante du Tableau 4/1.

Si l'espace d’installation est à usage industriel et a un volume d’au moins 1000 m³, l’amenée
d’air comburant peut être assuré par des orifices permanents d’une section équivalente à 6 cm²
par kW de puissance nominale installée, tant dans des bâtiments neufs que dans des bâtiments
existants.

Tableau 4/1 - Section minimale des orifices d'amenée d'air et des ouvertures de transfert

Section de chaque orifice par type d'amenée d'air


cm²/kW

Bâtiment neuf
Bâtiment existanta
ou rénovéa
Type
d'appareil Orifice d'amenée d'air Orifice d'amenée d'air et Orifice
provenant directement une ouverture de d'amenée d'air
de l'extérieur transfert (soit au total provenant
deux ouvertures) directement de
l'extérieur

A* 13 18 13

B1* 6 8 6

B2* 3 4 3
a
Les conditions supplémentaires pour que l'amenée d'air puisse être une ouverture de transfert sont
indiquées en 4.2.2.1.

A défaut d'orifice non obturable, l'air peut être amené par une découpe permanente pratiquée
au bas d'une porte d'accès à condition que cette découpe ait une hauteur d'au moins 2,5 cm et
une section d'au moins 150 cm2 .

L'orifice d'amenée d'air présente une section d'au moins 150 cm2 dans les deux cas suivants:

- il s'agit d'un appareil de type A1AS ;

- il s'agit d'un appareil de type B installé dans une chambre à coucher, une salle de bain,
une salle de douche ou un cabinet de toilette et remplacé par un appareil de même type.

(4) 7 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

4.2.3 Ventilation des espaces d'installation des appareils d'utilisation

Tout espace dans lequel est installé un appareil d'utilisation doit être ventilé sauf s’il s’agit
d’un des appareils suivants:

- un appareil de type C autre qu’une chaudière de chauffage central;


- une cuisinière;
- une taque de cuisson;
- un four domestique ou artisanal;
- un réchaud ou un brûleur artisanal, notamment un bec Bunsen.

4.2.3.1. Ventilation naturelle

Pour les appareils à circuit de combustion non étanche un orifice d’amenée d’air comburant
doit toujours être prévu. Cet orifice peut servir pour l’arrivée d’air de ventilation; dans ce cas,
il ne faut pas d’orifice supplémentaire.

L'évacuation de l’air vicié doit répondre aux exigences suivantes:

- lorsque l'évacuation de l'air ambiant est assurée par un orifice, celui-ci se trouve dans
la partie la plus élevée possible de l'espace d'installation et débouche directement à
l'extérieur; cet orifice doit toujours être situé plus haut que le niveau de sortie des
appareils de type A;
- lorsque l'évacuation est assurée par un conduit de ventilation haute, le départ de ce
conduit se trouve toujours dans la partie la plus élevée possible de l'espace
d'installation et en tout cas au-dessus du niveau de sortie des appareils de type A.

Le parcours du conduit est le plus vertical et rectiligne possible.


La section de passage minimale du conduit est déterminée comme indiqué en 4.2.2.3.
Le débouché du conduit ne peut se trouver dans une zone en surpression statique
(cf. Annexe D).

Commentaire FEBUPRO

Le débouché du conduit de ventilation haute doit aussi se trouver plus bas que le débouché du
conduit d’évacuation des produits de combustion.
L’orifice d’amenée d'air de ventilation doit être situé dans un pan de façade adjacent au pan
de toiture dans lequel débouchent le conduit de ventilation haute et le conduit d'évacuation
des produits de combustion.

(4) 8 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Les matériaux utilisés et leurs modes d’assemblage sont tels que l'étanchéité est assurée et
qu'ils résistent à la corrosion.

Le conduit d’évacuation des produits de combustion d’appareils de type B1*BS ne peut servir
comme conduit de ventilation haute qu'aux deux conditions suivantes:

- seuls des appareils de même type y sont raccordés;


- le conduit a été conçu à cet effet.

4.2.3.2 Ventilation mécanique

La ventilation de l'espace d'installation peut aussi être réalisée mécaniquement avec un débit
de ventilation d'au minimum 7 litres par seconde (25,2 m³/h).

4.2.4 Dispositions permettant d'éviter des interactions entre les dispositifs de


ventilation mécanique et les appareils d'utilisation à circuit de combustion
non étanche

4.2.4.1 Généralités

Un appareil de type C peut être installé dans un bâtiment ventilé mécaniquement.

Un appareil de type B sans ventilateur peut être placé dans un local de chauffe pour autant
qu'il n'existe pas de communication directe entre cet espace d'installation et la partie du
bâtiment qui est ventilé mécaniquement.

Après l'installation de l'appareil, son bon fonctionnement doit être vérifié, le système de
ventilation étant utilisé dans les conditions les plus défavorables.

Dans le cas où le bâtiment est ventilé mécaniquement, il y a lieu de respecter les exigences
particulières des paragraphes 4.2.4.2 et 4.2.4.3.

4.2.4.2 Appareils de types A ou B dans un bâtiment ventilé mécaniquement

4.2.4.2.1 Ventilation mécanique par insufflation

Les deux types d'appareils peuvent être installés.

4.2.4.2.2 Ventilations mécaniques par extraction et à double flux

Seuls les quatre cas suivants sont admis.

4.2.4.2.2.1 Appareils de type A

L'installation doit être conforme à 4.3.2.

4.2.4.2.2.2 Appareils de types B14BS, B22P ou B23P

(4) 9 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

L'installation doit être conforme à 4.3.1.1.1.5 (pour les appareils B14BS) ou 4.3.1.1.1.6 (pour
les appareils B22P ou B23P).

4.2.4.2.2.3 Évacuation mécanique des produits de combustion dans un immeuble sans


ventilation mécanique contrôlée

L'installation doit être conforme à 4.3.3.1.

4.2.4.2.2.4 Évacuation des produits de combustion combinée à la ventilation collective


mécanique du bâtiment (VMC – gaz)

L'installation doit être conforme à 4.3.3.2.

4.2.4.3 Hottes de cuisine, sèche-linge et autres dispositifs comportant des systèmes


d'extraction similaires vers l'extérieur

En cas de possibilité de mise en dépression des espaces d'installation suite à la mise en œuvre
de hottes de cuisine, sèche-linge ou autres dispositifs comportant des systèmes d'extraction
similaires vers l'extérieur, seuls les quatre cas sous 4.2.4.2.2 sont admis à la condition
supplémentaire d'aménagement d'une ouverture d'amenée d'air extérieur présentant une
section libre de 160 cm² par 100 m³/h d'extraction d'air.

Figure 4/1 – Interaction entre une hotte de cuisine et l’évacuation d’un appareil
d'utilisation à circuit de combustion non étanche

(4) 10 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

4.3 Évacuation des produits de combustion

Tous les appareils sont obligatoirement raccordés à un conduit d'évacuation des produits de
combustion, à l'exception des suivants:

a) appareil de type C;

b) cuisinière, taque de cuisson, four domestique et artisanal, réchaud et brûleur artisanal,


notamment bec Bunsen;

c) chauffe-eau de type A1AS installé en vue d'un usage intermittent;

d) machine à laver et sèche-linge domestique de type A1AS d'une puissance nominale


maximale de 10 kW;

e) réfrigérateur d'une puissance nominale maximale de 10 kW.

L'évacuation des produits de combustion des appareils repris aux points b à e doit satisfaire
aux prescriptions 4.3.2.

4.3.1 Évacuation par tirage naturel des produits de combustion des appareils de
type B

4.3.1.1 Conditions de raccordement

4.3.1.1.1 Conditions générales

4.3.1.1.1.1 Chaque appareil est raccordé à un conduit d'évacuation intégré ou autonome


individuel.

4.3.1.1.1.2 Un appareil alimenté en gaz butane ou propane peut être raccordé au même
conduit d'évacuation collectif polyvalent qu'un appareil utilisant un autre combustible, si et
seulement si, leur fonctionnement simultané est rendu impossible.

4.3.1.1.1.3 Un ensemble composé d'appareils montés en batterie peut être assimilé à un


appareil unique si les différents appareils font partie d'un ensemble spécialement conçu pour
fonctionner comme une seule unité et que cet ensemble est équipé:

- soit d'un collecteur des produits de combustion spécialement conçu par le fabricant
pour assurer dans n'importe quelle condition (utilisation totale ou partielle de la
puissance installée) une évacuation correcte des produits de combustion, la combustion
des appareils restant en toute circonstance optimale;

- soit d'une évacuation unique assurant les mêmes fonctions.

La puissance minimale de démarrage à froid est au moins égale à 25 % de la puissance


nominale totale de l'ensemble des générateurs de chaleur.

(4) 11 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

4.3.1.1.1.4 Les appareils de type B11 marqués CE doivent être de types B11AS, B11BS ou B11CS
à l'exception des appareils installés en plein air qui peuvent être de type B11.

4.3.1.1.1.5 Les appareils de type B14BS doivent être raccordés à un conduit d'évacuation
individuel qui répond simultanément aux exigences suivantes:

- le conduit de raccordement est de type étanche (cf. 4.3.1.2.3);


- le conduit d'évacuation individuel est du type étanche (cf. 4.3.1.1.4).

A défaut, il y a lieu de prévoir un tubage étanche (cf. 4.3.1.1.4) de la sortie de l’appareil


jusqu’au débouché en toiture.

Il est interdit de raccorder des appareils de type B14BS à un conduit d'évacuation collectif.

4.3.1.1.1.6 Les appareils de types B22 et B23 qui présentent au bord externe de leur conduit
de sortie:

- une surpression, doivent être de types B22P / B23P et installés comme tels;
- une dépression, doivent être installés comme des appareils de type B11BS.

Il est interdit de raccorder des appareils de type B22P et B23P à un conduit d'évacuation
collectif.

4.3.1.1.1.7 Les appareils de type B3 doivent être installés comme des appareils B11BS.

4.3.1.1.1.8 Les appareils de type B4 doivent être installés comme des appareils B1 mais
avec un système d'évacuation2) conforme à celui décrit par le fabricant dans les notices
techniques d'installation.

4.3.1.1.2 Appareils équipés de brûleurs atmosphériques dont la puissance nominale


totale est inférieure à 70 kW par espace d'installation

Si les dispositions locales ne permettent pas de raccorder chaque appareil à un conduit


d'évacuation individuel, il peut être fait usage d'un conduit d'évacuation collectif, à condition
de respecter les prescriptions 4.3.1.4.

4.3.1.1.3 Section du conduit d'évacuation

La section doit être telle que le tirage s'amorce naturellement quel que soit le régime de
fonctionnement de l'appareil raccordé. Pour le calcul de la section on peut se référer à la
norme NBN B 61-002.

2)
Le système d'évacuation pour appareils de types B4 est l'ensemble du conduit d'évacuation des produits de
combustion et du terminal. Cet ensemble est à installer conformément aux instructions du fabricant telles
qu'indiquées dans la notice technique d'installation faisant partie du marquage CE.

(4) 12 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

4.3.1.1.4 Étanchéité du conduit d'évacuation

L'étanchéité est telle qu'aucun dégagement des produits de combustion ne puisse se produire
si ce n'est par l'orifice prévu à cet effet.

L'étanchéité est obtenue par l'utilisation de conduits d'évacuation présentant un débit de fuite
d'air inférieur à 2 ℓ/ѕ.m2 lors d'un essai sous une pression de 40 Pa. La méthode d'essai est
conforme à la norme NBN EN 1443 (Classe N1 – norme NBN B61-002).

4.3.1.1.5 Parcours du conduit d'évacuation

Le parcours suivi se rapproche autant que possible de la verticale à partir de la sortie de


l'appareil. Les changements brusques de direction et de section sont à éviter.

4.3.1.1.6 Débouché du conduit d'évacuation

Le débouché du conduit d'évacuation des produits de combustion ne peut se trouver dans une
zone en surpression statique (cf. Annexe D). Ce débouché se trouve toujours à au moins
2,50 m au-dessus de la sortie de l'appareil.

4.3.1.1.7 Protection pluie

Au cas où il faut s'attendre à des entrées pluviales, il est nécessaire de prévoir le raccordement
du bas du conduit d’évacuation des produits de combustion aux égouts au moyen d'un coupe-
air.

Lorsqu’une protection pluie est utilisée, la section libre entre cette protection et le débouché
du conduit d’évacuation doit au moins être égale à deux fois la section de ce conduit et ne
peut pas comporter des parties mobiles ni présenter des ouvertures réglables.

4.3.1.1.8 Aspirateur statique sur le conduit d'évacuation

Le placement de tout aspirateur statique sur le conduit d'évacuation doit favoriser le tirage
quelles que soient les conditions climatiques (on peut se référer à la norme NBN B 61-002).

Lorsque la cheminée comporte plusieurs conduits, chaque conduit doit être muni d'un
aspirateur. L’aspirateur statique ne peut comporter ni parties mobiles ni ouvertures réglables.

(4) 13 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Figure 4/2 – Aspirateur statique

4.3.1.1.9 Isolation du conduit d'évacuation

Les matériaux sont choisis et mis en oeuvre de manière à garantir le tirage quelles que soient
les conditions climatiques.

Les produits isolants en vrac susceptibles de tassement sont interdits.

4.3.1.1.10 Vacuité du conduit d'évacuation

Avant le raccordement d'un appareil, le conduit d'évacuation doit être propre et libre de toute
obstruction.

Tout conduit ayant été utilisé pour d'autres combustibles doit être ramoné avant la mise en
service de l’installation au gaz butane ou propane.

4.3.1.1.11 Collecteur de dépôts

Tout parcours vertical comporte un collecteur de dépôts des produits de combustion doté en
son point bas d’un tampon de nettoyage facilement accessible.

4.3.1.1.12 Matériaux du conduit d'évacuation

Les matériaux utilisés sont indiqués dans la norme NBN B61-001 (pour une puissance
nominale supérieure ou égale à 70 kW) et dans la norme NBN B61-002 (pour une puissance
nominale inférieure à 70 kW).

4.3.1.1.13 Conduit d'évacuation autonome

4.3.1.1.13.1 Fixation

Le conduit d'évacuation autonome réalisé en éléments emboîtés est doté de supports adéquats.

(4) 14 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

4.3.1.1.13.2 Emboîtement

L'emboîtement des différents conduits est réalisé de façon qu'ils ne peuvent se déboîter
spontanément. La partie femelle emboîtante des conduits est toujours tournée vers le haut.

Lorsque des tuyaux agrafés, soudés par points ou rivés sont utilisés, le joint longitudinal n'est
jamais placé à la partie inférieure du tuyau.

4.3.1.1.13.3 Matériaux

Les matériaux utilisés sont indiqués dans la norme NBN B61-001 (pour une puissance
nominale supérieure ou égale à 70 kW) et la norme NBN B61-002 (pour une puissance
nominale inférieure à 70 kW).

4.3.1.1.13.4 Protection des matériaux environnants

Lorsque les matériaux environnants l'exigent, une protection efficace de l'environnement du


conduit d'évacuation autonome est réalisée en vue d'éviter tout risque d'incendie.

Aucun matériau combustible non protégé ne peut être utilisé à moins de 0,15 m du conduit
d'évacuation autonome.

4.3.1.1.13.5 Placement

Le conduit d'évacuation présente un minimum de résistance au passage des produits de


combustion.

Les changements de direction sont à éviter. Lorsqu'il est impossible de les éviter, ceux-ci sont
réalisés au moyen de courbes.

Le conduit d'évacuation autonome est réalisé de façon qu'aucun dépôt ne puisse l'obstruer.

4.3.1.1.13.6 Isolation thermique

Le conduit d'évacuation autonome est protégé contre tout refroidissement néfaste à son bon
fonctionnement.

4.3.1.2 Conduit de raccordement des appareils de type B

4.3.1.2.1 Assemblage

Le conduit de raccordement est de construction homogène. Si celui-ci est en tôle métallique


agrafé, soudé par points ou rivé longitudinalement, le joint n'est pas placé à la génératrice
inférieure du raccordement.

La partie femelle emboîtante des conduits est toujours dirigée dans le sens de l'évacuation des
gaz de combustion.

(4) 15 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

4.3.1.2.2 Matériaux

Les matériaux utilisés sont indiqués dans la norme NBN B61-001 (pour une puissance
nominale supérieure ou égale à 70 kW) et la norme NBN B61-002 (pour une puissance
nominale inférieure à 70 kW).

4.3.1.2.3 Étanchéité du conduit de raccordement

L'étanchéité est obtenue par l'utilisation de conduits de raccordement présentant un débit de


fuite d'air inférieur à:

- 2 ℓ/ѕ.m2 lors d'un essai sous une pression de 40 Pa, pour un conduit d'évacuation en
dépression (Classe N1 – norme NBN B61-002);

- 0,006 ℓ/ѕ.m2 lors d'un essai sous une pression de 200 Pa, pour un conduit d'évacuation
en surpression (Classe P1 – norme NBN B61-002).

La méthode d'essai est conforme à la norme NBN EN 1443.

4.3.1.2.4 Protection des matériaux environnants

Lorsque les matériaux environnants l'exigent, une protection efficace de l'environnement du


conduit de raccordement est réalisé en vue d'éviter tout risque d'incendie.

Aucun matériau combustible non protégé ne peut être utilisé à moins de 0,15 m du conduit de
raccordement.

4.3.1.2.5 Placement

4.3.1.2.5.1 Généralités

Le conduit de raccordement est aussi court que possible, ne peut jamais présenter de contre-
pente et, si sa longueur excède 0,50 m, doit au contraire présenter une pente montante vers le
conduit d'évacuation.

Il présente un minimum de résistance au passage des produits de combustion.

Les changements de direction sont à éviter. Lorsqu'il est impossible de les éviter, ceux-ci sont
réalisés au moyen de courbes.

Le conduit de raccordement métallique pénètre à l'intérieur du conduit d'évacuation sur une


distance de 5 à 20 mm de façon à empêcher les dépôts du conduit d'évacuation d'entrer dans le
conduit de raccordement.

(4) 16 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Figure 4/3 – Réalisation d’un conduit de raccordement métallique sur un conduit


d’évacuation en maçonnerie

Le conduit de raccordement ne peut comporter d'autre dispositif coupe-tirage que celui qui est
prévu d'origine sur l'appareil.

4.3.1.2.5.2 Appareils équipés d'un conduit de sortie vertical

Les appareils de ce type qui ont une puissance nominale inférieure à 70 kW, ont un conduit de
raccordement qui présente un tronçon vertical d'au moins 0,50 m.
Au-delà, du tronçon vertical, le raccordement au conduit d'évacuation est effectué par un
coude d'au moins 90°.
Lorsqu'un tronçon supplémentaire est nécessaire entre ce coude et le conduit d'évacuation, la
longueur totale du conduit de raccordement ne peut excéder le quart de la hauteur de tirage du
conduit d'évacuation.
Si la hauteur de tirage est inférieure à 8 m la longueur totale peut quand même atteindre un
maximum de 2 m.

(4) 17 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Figure 4/4 – Raccordement d'un appareil équipé d'un conduit de sortie vertical

La longueur totale du conduit de raccordement est mesurée entre le bord externe du conduit
de sortie ou du coupe-tirage de l'appareil et l'entrée du conduit d'évacuation; un coude
supplémentaire est compté pour une longueur de 0,50 m.

4.3.1.2.6 Section du conduit de raccordement

La section du conduit de raccordement est au moins équivalente à celle de la sortie de


l'appareil. Elle est régulière et constante.

En cas de tirage naturel elle ne peut, sauf le cas prévu sous 4.3.1.2.7, être modifiée par un
dispositif fixe ou mobile.

4.3.1.2.7 Clapet stabilisateur de tirage

Le clapet stabilisateur de tirage par admission d'air dans le conduit de raccordement ou


d'évacuation n'est admissible que si l'appareil est de type B22/B23 ou B52/B53; dans ce cas, le
clapet est installé dans le même espace d'installation que l'appareil.

(4) 18 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Figure 4/5 – Réalisation d'un clapet stabilisateur de tirage

4.3.1.3 Tubage

Avant de procéder au tubage, il y a lieu de ramoner le conduit d'évacuation.

Le matériau utilisé pour le tubage doit résister aux sollicitations mécaniques, thermiques et
chimiques auxquelles il peut être soumis dans les conditions normales d'utilisation.

La section nette du tubage est telle que l'évacuation correcte des produits de combustion soit
garantie.

La stabilité de ce type d'évacuation est assurée par des supports adéquats.

4.3.1.4 Raccordement de plusieurs appareils de type B11BS à un conduit


d'évacuation collectif

Seuls les appareils type B11BS peuvent être raccordés à un conduit d'évacuation collectif pour
autant que toutes les conditions suivantes soient respectées:

a) le fonctionnement d'un appareil ne peut gêner celui des autres;

b) lorsque les appareils sont mis simultanément en fonctionnement, aucune perturbation


de tirage ne peut apparaître;

c) lorsqu'un appareil est à l'arrêt, aucun refoulement des produits de combustion ne peut
être provoqué au coupe-tirage antirefouleur par suite du fonctionnement des autres.

(4) 19 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

4.3.1.4.1 Appareils placés au même niveau du bâtiment

Deux appareils placés au même niveau du bâtiment peuvent être raccordés à un conduit
d'évacuation collectif pour autant qu'ils soient placés dans le même espace d'installation.

Le raccordement est réalisé:

- soit directement: la différence de hauteur entre les centres des conduits de


raccordement doit alors être égale ou supérieure à deux fois le plus grand diamètre mis
en oeuvre avec un minimum de 0,50 m;

Figure 4/6 – Raccordement direct à un conduit d'évacuation collectif

- soit par l'intermédiaire d'un raccordement collecteur dont la section est au moins égale
à 80 % de la somme des sections des raccordements mis en oeuvre.

(4) 20 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Figure 4/7 – Raccordement à un conduit d'évacuation par l'intermédiaire d'un


collecteur

Un raccordement par l'intermédiaire d'un collecteur n'est admis que si aucun des deux
appareils est une chaudière de chauffage central.
Un "raccordement collecteur" ne peut être utilisé pour des chaudières de chauffage central que
si ces appareils font partie d'un ensemble spécialement conçu pour fonctionner comme une
seule unité.

4.3.1.4.2 Appareils placés à des niveaux différents du bâtiment

Plusieurs appareils placés à des niveaux différents du bâtiment peuvent être raccordés à un
conduit d'évacuation collectif lorsque le raccordement est réalisé de manière à respecter l'une
des deux conditions suivantes:

- soit le raccordement est réalisé sur un conduit d'évacuation collectif intégré ou


autonome unique: dans ce cas les raccordements ne peuvent s'exécuter qu'à trois
niveaux différents et la dénivellation entre l'axe du conduit de raccordement le plus
élevé et le débouché du conduit d'évacuation est de 4 m au moins;

- soit le raccordement est réalisé sur un conduit d'évacuation collectif intégré multiple,
soit sur un conduit d'évacuation autonome collectif combiné: dans ce cas, chaque
tronçon individuel présente une hauteur minimale de 2,50 m et la dénivellation entre
l'axe du conduit de raccordement le plus élevé et le débouché du conduit d'évacuation
est de 4 m au moins; de plus, le nombre d'appareils raccordés au conduit d'évacuation
collectif principal de construction neuve est limité à trois et à cinq s'il s'agit d'un
conduit existant.

(4) 21 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Conduit Conduit Conduit Conduit


d’évacuation d’évacuation d’évacuation intégré d’évacuation
intégré collectif autonome collectif multiple - autonome collectif
unique collectif shunt combiné

Figure 4/8 – Raccordements sur un conduit d’évacuation collectif

Commentaire FEBUPRO

Si dans un bâtiment existant, trois appareils sont déjà raccordés à un conduit d'évacuation
collectif, il est possible éventuellement de placer un quatrième appareil en faisant passer le
conduit d'évacuation de l'appareil le plus élevé dans le conduit commun collectif. Ceci
n'est possible que si la section restante dans le conduit collectif est suffisante pour
l'évacuation des trois autres appareils.

(4) 22 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

4.3.1.5 Evacuation de l'eau par le conduit d'évacuation

Si l'appareil d'utilisation est à condensation, le conduit d'évacuation est pourvu d'un tuyau
résistant à la corrosion des condensats raccordé à la cavité se trouvant au point bas du conduit
d'évacuation. Ce tuyau comporte un coupe-odeur et l'écoulement des condensats est visible.

4.3.2 Évacuation des produits de combustion des appareils de type A

Les prescriptions 4.2.3 s'appliquent.

Un orifice ou un conduit de ventilation haute en contact direct avec l’extérieur est prévu dans
l'espace d'installation d'un chauffe-eau de type AAS à usage intermittent. L’orifice ou le
conduit de ventilation haute a une section nette d’au moins 150 cm².

Aucun obstacle ne doit empêcher la vision en ligne directe entre l'orifice d'évacuation de
l'appareil et l'orifice d'évacuation ou le conduit de ventilation haute de l'espace d'installation.

4.3.3 Évacuation mécanique des produits de combustion des appareils


de type B

Commentaire FEBUPRO

Si une évacuation mécanique des produits de combustion s'avère nécessaire, p.ex. parce
que le tirage naturel du conduit est insuffisant, il est toujours recommandé de placer un
appareil de type C.

4.3.3.1 Immeubles sans ventilation mécanique contrôlée

Commentaire FEBUPRO

L'utilisation d'un extracteur sur un conduit d'évacuation auquel sont raccordés des appareils
avec brûleur atmosphérique est en principe inappropriée. Cette solution n'est admise que pour
résoudre des problèmes d'évacuation dans des immeubles existants et ne doit pas être utilisée
dans une construction neuve.

Il est tout à fait indispensable de placer, dans chaque conduit de raccordement des appareils
aux différents étages, un diaphragme approprié pour assurer au niveau de chaque
raccordement le même débit d'extraction.

Lorsque l'évacuation des produits de combustion est réalisée au moyen d'un dispositif à tirage
mécanique externe à l'appareil qui met le conduit d'évacuation en dépression sur toute sa
longueur, le fonctionnement de l'appareil doit être subordonné à ce tirage.

Un appareil de type B11CS répond à cette exigence.

Un appareil de type B11BS répond à cette exigence à condition qu'il soit muni d'un dispositif de
contrôle de tirage thermique et d'un diaphragme monté sur le conduit de sortie de l'appareil ou
sur le conduit de raccordement et commandant la mise en sécurité de l'appareil par la mesure
de la différence de pression sur ce diaphragme.

(4) 23 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Commentaire FEBUPRO

Le commande peut être réalisé aussi par un pressostat différentiel ou un contacteur à drapeau
placé juste avant l’extracteur; le contact de cet interrupteur est doublé par un relais et chaque
appareil est verrouillé individuellement par un contact différent de ce relais.

Le verrouillage peut être réalisé à une des façons suivantes:


- par le circuit du thermostat d'ambiance pour une chaudière de chauffage central;
- par interruption de l'alimentation électrique de l'appareil à gaz;
- par interruption de l'alimentation de gaz de l'appareil à gaz au moyen d'une vanne
électro-magnétique placée en aval du robinet d'arrêt de l'appareil.

Il est interdit de réaliser le verrouillage par une interruption du circuit électrique interne de
l'appareil, p. ex. en plaçant le contact en série avec le dispositif de contrôle de l'évacuation
(TTB) ou le thermocouple. Ceci modifie l'appareil de base et la garantie du fabricant de
l'appareil tomberait.

Le tirage mécanique ne peut ni perturber le bon fonctionnement des appareils ni être source de
nuisance acoustique ou vibratoire.

4.3.3.2 Immeubles avec ventilation mécanique contrôlée

Dans un immeuble équipé d'une ventilation mécanique contrôlée (VMC) on privilégie les
appareils de type C. A défaut, les appareils de type B11CS peuvent être utilisés aux conditions
suivantes:

a) la VMC a été conçue (sections, débits, pressions, arrivée d'air) pour évacuer également
les produits de combustion des appareils d'utilisation raccordés (VMC-gaz)3): dans ce
cas le raccordement des appareils au conduit d'évacuation collectif peut être direct, le
nombre maximum d'appareils pouvant être raccordés au même conduit d'évacuation
collectif dépendant du calcul;

b) la VMC-gaz doit comporter un dispositif de sécurité collective détectant une


insuffisance de l'extraction et provoquant la mise à l'arrêt de tous les appareils
d'utilisation raccordés par l'intermédiaire d'un relais électrique propre à chaque
appareil;

c) les matériaux du conduit d'évacuation des systèmes VMC-gaz doivent répondre aux
mêmes exigences que ceux admis pour les conduits d'évacuation des produits de
combustion.

Si dans des circonstances locales particulières il n'est pas possible d'assurer la dépression du
conduit, le conduit d'évacuation doit être de type étanche.

Lorsque le conduit d'évacuation collectif de l'immeuble est équipé d'un extracteur mécanique
externe destiné à évacuer les produits de combustion, les appareils d'utilisation peuvent être
3)
Les notes d'information technique du CSTC "Code de bonne pratique –ventilation mécanique contrôlée"
NIT 106 et 109 peuvent servir pour le calcul des installations VMC-gaz.

(4) 24 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

raccordés au conduit d'évacuation collectif, à condition de respecter les prescriptions de


sécurité susmentionnées pour la VMC-gaz, le débit d'extraction étant calculé pour évacuer
uniquement les produits de combustion des appareils d'utilisation raccordés.

4.3.4 Évacuation des produits de combustion des appareils de type C

4.3.4.1 Généralités

Les conduits d'amenée d'air comburant et d'évacuation des produits de combustion, les
dispositifs de raccordement de l'appareil à ces conduits et le terminal des appareils de type C
doivent être réalisés avec du matériel prescrit par le fabricant de l'appareil et installés
conformément aux instructions indiquées dans la notice technique d'installation qui fait partie
du marquage CE de l'ensemble.

Seuls les appareils de type C8 peuvent être raccordés à un conduit d'évacuation intégré
collectif; le raccordement est conforme à 4.3.1.4.

Le système doit être installé de façon à ne pas altérer le degré de résistance au feu exigé pour
le bâtiment.

Un volume libre suffisant est aménagé devant et à proximité du débouché du terminal de telle
sorte que les produits de combustion puissent se disperser dans l'atmosphère sans entrer en
contact avec une paroi ou un obstacle et sans qu'ils pénètrent dans une construction
quelconque.

Les distances minimales entre le débouché et une ouverture dans une paroi (p.ex. porte,
fenêtre) ou un orifice de ventilation se calculent suivant la norme NBN B61-002.

4.3.4.2 Système individuel - appareils de types C1, C3 et C5

Pour les appareils, dont les conduits d'amenée d'air et/ou d'évacuation des produits de
combustion sont horizontaux, ces conduits seront perpendiculaires à la paroi verticale qu'ils
traversent.

Commentaire FEBUPRO

Les conduits d'amenée d'air comburant et d'évacuation des produits de combustion des
appareils C52 et C53 peuvent déboucher dans des zones en pression différentes.
Les conduits ne peuvent cependant pas déboucher dans des parois face-à-face.
L'orientation admise est donc →↑ ou ↑← mais jamais ← → .

Le conduit d'évacuation des produits de combustion d'un appareil de type C3*S est installé
dans un conduit d'évacuation qui fait partie du bâtiment. L'air comburant est aspiré par
l'espace autour du conduit d'évacuation.

4.3.4.3 Système commun - appareils de type C4

Seuls les appareils type C42 et C43 peuvent être raccordés à un système commun vertical
débouchant en toiture.

(4) 25 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Ce système commun pour appareils étanches doit être agréé en Belgique ou dans un État
membre de l'Union européenne.

Commentaire FEBUPRO

Les systèmes actuellement les plus utilisés sont:

- CLV: Combinatie Luchttoevoer Verbrandingsproducten


Ce système comprend deux conduits concentrique en métal.
Les appareils sont raccordés à chaque étage au moyen de deux conduits parallèles
dont le diamètre et la distance entre les conduits est normalisée.

- 3CE : Conduit Collectif Chaudières Étanches


Ce système comprend, comme le système CLV, deux conduits concentriques en
métal.
Le raccordement des appareils est réalisé au moyen de deux conduits de
raccordement concentriques dont le diamètre est normalisé.

- LAS: Luft Abgas Schornstein


Ce système n'utilise pas des conduits en métal mais en matériel de construction
traditionnel comme p.ex. le béton.
Le système fait partie de la construction du bâtiment et est agréé pour chaque cas
spécifique – marque de l'appareil, puissance, modèle (HR+ , à condensation,…),
nombre d'appareils.

Le système commun doit être installé conformément aux instructions du fabricant de ce


système.

Il convient de s'assurer que seuls des appareils spécialement adaptés et conçus pour être
montés sur ce système de conduits communs (type et caractéristiques de l'appareil, appareils à
condensation ou non, diamètre des conduits d'amenée d'air et d'évacuation des produits de
combustion, conduits de raccordement concentrique ou séparés, nombre total d'appareils
admis à être raccordés) soient installés.

Le raccordement de chaque appareil avec le système commun doit être étanche à l'air et ne
peut pas présenter de réduction de section.

4.3.4.4 Implantation

Les appareils de type C peuvent être installés dans tous les types d'espaces quelque soit le
volume, sans nécessiter un apport d'air comburant complémentaire dans l'espace d'installation.

5 Conditions d'utilisation, placement et raccordement des appareils

5.1 Conditions d'utilisation

Les appareils de type B ne peuvent pas être installés dans une chambre à coucher, une salle de
bains, une salle de douche ou un cabinet de toilette, sauf dans le cas du remplacement d'un

(4) 26 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

appareil existant autre qu'une chaudières de chauffage central installée dans une chambre à
coucher.

Un chauffe-eau de type A1AS est destiné à un usage intermittent. Il ne peut être utilisé pour
alimenter une douche, une baignoire, une baignoire sabot ou un appareil destiné à une
utilisation équivalente, même installé dans une salle de bains, une salle de douche ou un
cabinet de toilette.

Lors du remplacement d’un appareil de type A, même sans modification ou extension de


l’installation intérieure, il convient de respecter les conditions d’utilisation qui prévalent lors
du placement d’un appareil.

Lorsqu'un appareil d'utilisation est installé dans une armoire, un placard, un débarras ou un
espace équivalent, cet espace ainsi que celui dans lequel il se trouve doivent être conformes à
toutes les règles relatives à l'aménagement des locaux découlant de l'installation des appareils
d'utilisation.

Les espaces d'installation doivent répondre aux prescriptions de l'article 4.

5.2 Placement des appareils d'utilisation

Le placement de l'appareil comprend:

- le raccordement à l'installation intérieure;


- le raccordement au conduit d'évacuation des produits de combustion lorsque celui-ci
est exigé;
- la réalisation de l'amenée d'air comburant.

L'installation doit être réalisée conformément aux notices d'installation et d'emploi


obligatoirement fournies avec l'appareil.

Lors du placement ou du remplacement d'un appareil, même sans modification ou extension


de l'installation intérieure, les règles concernant les arrivées d'air comburant et l'évacuation
des produits de combustion, relatives aux installations neuves (en particulier les prescriptions
4.2 et 4.3) sont d'application.

Commentaire FEBUPRO

Le tableau ci-dessous donne les dispositions qui doivent être respectées lors du remplacement
ou du placement d'un chauffe-eau, chauffe-bain, chauffage individuel ou chaudière de
chauffage central supplémentaire dans un bâtiment existant.

Les dispositions à prendre ne sont valable que pour des installations avec une puissance
nominale ≤ 30 kW – cf. les conditions d'application d'ouvertures de transfert en §.4.2.2.1.

(4) 27 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Bâtiment existant
Nature de l'espace
Application (maison unifamiliale, appartement, studio, …)
d'installation
Appareil additionnel Remplacement d'appareil
Salle de bain, salle de
Alimentation douche, cabinet de type C
type C
en eau toilette ou chambre à type B – dispositions: (1)
chaude pour coucher
bain, sabot Autres espaces type C type C
d'installation type B – dispositions: (2) type B – dispositions: (2)
Salle de bain, salle de
type C
douche, cabinet de
Alimentation type C type B – dispositions: (1)
toilette ou chambre à
en eau (*)type A1AS – dispositions: (3)
coucher
chaude pour
type C
douche Autres espaces type C
type B – dispositions: (2)
d'installation type B – dispositions: (2)
(*)type A1AS – dispositions: (3)
Salle de bain, salle de
type C
douche, cabinet de
Alimentation type C type B – dispositions: (1)
toilette ou chambre à
en eau (*)type A1AS – dispositions: (3)
coucher
chaude pour type C type C
lavabo, évier Autres espaces type B – dispositions: (2) type B – dispositions: (2)
d'installation type A1AS – dispositions: (3) type A1AS – dispositions: (3)
Salle de bain, salle de
douche, cabinet de type C
type C
Chauffage toilette ou chambre à type B – dispositions: (1)
individuel coucher
Autres espaces type C type C
d'installation type B – dispositions: (2) type B – dispositions: (2)
Chambre à coucher type C type C
Chaudière de Salle de bain, salle de
type C
chauffage douche, cabinet de type C
type B – dispositions (1)
central toilette
Autres espaces type C
type C
d'installation type B – dispositions (2)
(1): amenée d'air: maximum 1 orifice de transfert – minimum 150 cm²
évacuation des produits de combustion: conduit d'évacuation qui fonctionne correctement
(2): amenée d'air: maximum 1 orifice de transfert
évacuation des produits de combustion: conduit d'évacuation qui fonctionne correctement
(3): amenée d'air: maximum 1 orifice de transfert – minimum 150 cm²
évacuation des produits de combustion: orifice ou conduit de ventilation haute - minimum 150 cm² -
direct à l’extérieur
(*): dispositions transitoires:
en dérogation, jusqu'au 31 décembre 2008, le remplacement d'un chauffe-eau de type A alimentant
une douche, par un chauffe-eau de type A1AS peut être exceptionnellement toléré pour autant que les
deux conditions suivantes soient remplies:
- l'usage de l'appareil est intermittent;
- la mise en œuvre d'autres solutions comme le remplacement par un chauffe-bain de type B ou
C, ne s'avère pas raisonnablement réalisable.

(4) 28 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

5.3 Raccordement des appareils d'utilisation à une installation GPL

Tout appareil nouvellement installé est destiné au marché belge (c'est-à-dire porter
l'indication "Pays de destination: BE" sur la plaquette signalétique), est porteur du marquage
CE et est approprié:

- au gaz distribué et à la pression correspondante, c'est à dire que l'appareil est conçu
pour l'utilisation des gaz de la troisième famille (les gaz GPL) admis en Belgique
(cf. Annexe C);
- à l'arrivée d'air comburant;
- au conduit d'évacuation des produits de combustion.

5.4 Robinet d'arrêt de gaz

Chaque appareil est précédé d'un robinet d'arrêt avec un raccord placé en aval du robinet et
permettant de le déconnecter de l'installation en toute sécurité.

Ce robinet est placé le plus près possible de l'appareil; il est accessible et manoeuvrable.

5.5 Mise en service

La première mise en service de chaque appareil comporte:

- la vérification de l'étanchéité du raccordement de l'appareil par badigeonnage, à la


pression de fonctionnement;

- la vérification de l'exécution correcte de l'installation, notamment l'amenée d'air et


l'évacuation des produits de combustion;

- la vérification du fonctionnement de l'appareil;

- l'explication du fonctionnement et la remise de la notice d'emploi et d'entretien à


l'usager.

Commentaire FEBUPRO

Si une non-conformité à la norme ou une inétanchéité de l'installation intérieure est constatée


et que cette infraction implique un danger immédiat, il y a lieu de prendre sur place les
dispositions nécessaires pour assurer une situation sûre et d'en avertir immédiatement
l'utilisateur de l'installation.

(4) 29 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Annexe A

Modèle européen pour la classification des appareils à gaz (types)

(suivant la méthode de l'évacuation des produits de combustion – NBN CR1749)

Pour rappel, conformément aux dispositions de l'article 1, seul le placement d’appareils de


type A, B ou C cités dans l’annexe C est admis.

L’objectif de la présente annexe est de fournir une aide à l'identification des différents types
d'appareils. En aucun cas elle n’est destinée à se substituer au guide d'installation de ces
appareils. Pour toutes les questions concernant l'installation, il est essentiel de se référer aux
règles d'installation en vigueur dans le pays membre du CEN dans lequel les appareils doivent
être installés.

Pour des motifs d’ordre pratique, les figures pour les types C4 et C8 présentent le système de
conduit collectif raccordé à chacune des variations spécifiques de type. Pour les raisons
susmentionnées, ceci ne doit pas être considéré comme une pratique admise d'installation.

(4) 30 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

(4) 31 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

(4) 32 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

(4) 33 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Type B3

(4) 34 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

(4) 35 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

(4) 36 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

(4) 37 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

(4) 38 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

(4) 39 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Type C3*S

(4) 40 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

(4) 41 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

(4) 42 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

(4) 43 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Annexe C

Appareils d'utilisation à gaz admis en Belgique

1. Catégories d'appareil et pressions de service Commentaires

1.1. Catégories simples

1.1.1. Gaz de la deuxième famille (gaz naturel)


(conformément à NBN EN 437)
1.1.1.1 Cat. I2 E + (20/25 mbar) Tous les appareils.
Les organes de pré-réglage du gaz
doivent être scellés.
1.1.1.2 Qi ≤ 70 kW
1.1.1.2.1 Cat. I2 E (S) B (20 mbar)4 Les appareils munis d'un brûleur à pré-
mélange total.
Le dispositif de réglage du rapport
air/gaz doit être scellé.

1.1.1.2.2 Cat. I2 E (R) B (20/25 mbar) Les appareils munis d'un brûleur à air
soufflé (cf. NBN EN 676).
Les appareils suivants munis d'un
brûleur à induction atmosphérique
destinés à un usage non domestique
professionnel:
- tubes rayonnants sombres;
- rôtissoires;
- grills;
- machines à laver, sèche-linge,
machines à repasser.
1.1.1.3 Qi > 70 kW
Cat. I2 E (S) B (20 mbar) ou
Cat. I2 E (R) B (20/25 mbar) Tous les appareils.

4
La plaque signalétique des appareils de catégorie I2 E (S) B indique les deux débits calorifiques nominaux: pour
le gaz G 20 à 20 mbar et pour le gaz G 25 à 25 mbar.

(4) 44 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

1.1.2. Gaz de la troisième famille (butane / propane)


(conformément à NBN EN 437)

1.1.2.1. Cat. I3+ (28-30/37 mbar), Tous les appareils sans compartiment
Cat. I3P (37 mbar) pour le stockage d'une bouteille de
LPG mobile réutilisable et
rechargeable ou destinés uniquement à
un usage de plein air.
1.1.2.2. Cat. I3P (50 mbar) Uniquement pour les appareils
destinés à l'usage dans des installations
professionnelles.
Si les appareils ont un compartiment
pour une bouteille de LPG mobile
réutilisable et rechargeable, ils ne
peuvent être utilisés qu'en plein air.
1.1.2.3. Cat. I3B (28-30 mbar) Tous les appareils avec un
compartiment pour le stockage d'une
bouteille de LPG mobile réutilisable et
rechargeable et qui peuvent être
installés dans un local.
1.2. Doubles catégories (réservées pour certains
groupes d'appareils)5
(conformément à NBN EN 437)
1.2.1. Cat. II2E+3+ (20/25, 28-30/37 mbar), Tous les appareils sans compartiment
pour le stockage d'une bouteille de
Cat. II2E+3P (20/25, 37 mbar)
LPG mobile réutilisable et
rechargeable ou destinés uniquement à
un usage de plein air.
1.2.2. Cat. II2E+3P (20/25, 50 mbar) Uniquement pour les appareils
destinés à un usage dans des
installations professionnelles.
Si les appareils ont un compartiment
pour une bouteille de LPG mobile
réutilisable et rechargeable, ils ne
peuvent être utilisés qu'en plein air.
1.2.3. Cat. II2E+3B (20/25, 28-30 mbar) Tous les appareils avec un
compartiment pour le stockage d'une
bouteille de LPG mobile réutilisable et
rechargeable et qui peuvent être
installés dans un local.

5
Seul les groupes d'appareils suivants sont admis en double catégorie:
- appareils de cuisson;
- radiateurs, appareils de chauffage indépendants, feux encastrés;
- appareils à rayonnement clair.

(4) 45 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

2. Types6 d'appareils admis Commentaires


(conformément à NBN CR 1749)

2.1. Type A :

A1AS Ce type correspond à l'ancienne


dénomination AAS.
2.2. Type B :

B11 Si B11BS , B11AS ou B11CS (VMC).


B12 Si B12BS , B12AS ou B12CS (VMC).
B13 Si B13BS , B13AS ou B13CS (VMC).
B14 Si B14BS et raccordé à un conduit
d'évacuation individuel étanche.

B22 Si raccordé à un conduit d'évacuation


individuel étanche.
B23 Si raccordé à un conduit d'évacuation
individuel étanche.

B32 Si raccordé à un conduit d'évacuation


individuel étanche.
B33 Si raccordé à un conduit d'évacuation
individuel étanche.

B41 Si B41BS , B41AS ou B41CS.


2.3. Type C :
(6)
C11
(6)
C12
(6)
C13
(6)
C31
(6)
C32
(6)
C33

C31S
C32S
C33S

C42 Si le système collectif est étanche et agréé.


C43 Si le système collectif est étanche et agréé.

C52
C53

C82 Si le conduit d'évacuation est étanche.


C83 Si le conduit d'évacuation est étanche.

6
Système parallèle (non-concentrique, "nicht Luftumspühlt") uniquement si le conduit d'évacuation des produits
de combustion est étanche.

(4) 46 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Annexe D

Emplacement du débouché des conduits d'évacuation à tirage naturel

D.1 Dispositions à prendre en raison des effets du vent sur le toit où débouche
le conduit

Pour les toitures ayant une pente supérieure ou égale à 23°, le débouché doit se situer le plus
près possible du faîte de la toiture et au moins 1 m au-dessus de celle-ci.

Dans tous les autres cas et si l'exigence ci-dessus ne peut être respectée, il convient de définir les
trois zones d'influence du vent suivantes:

- ZONE I : dans cette zone, le vent n'a aucune influence négative sur le fonctionnement du
conduit d'évacuation qui peut y déboucher sans dispositif supplémentaire;

- ZONE II : dans cette zone, il y a lieu de tenir compte de vents plongeants nécessitant un
dispositif antirefouleur (p.ex. un aspirateur statique);

- ZONE III : dans cette zone, il convient de tenir compte de surpressions par rapport aux
espaces situés à l'intérieur du bâtiment; en conséquence, aucun conduit d'évacuation ne
peut y déboucher.

D.1.1 Toiture ayant une pente supérieure ou égale à 23° - Toiture en pente

Les limites des zones se déterminent comme suit:

- tracer deux parallèles à la pente du toit à respectivement 0,50 m et 1 m à la


perpendiculaire de la pente du toit;

- limiter ces parallèles à 0,50 m et 1 m au droit du faîte du toit;

- tracer une parallèle à 0,50 m des façades verticales; ceci fournit deux points d'intersection
avec les deux parallèles tracées au-dessus de la toiture;

- à partir du point d'intersection le plus bas, tracer une droite avec un angle de – 45° par
rapport à l'horizontale;

- à partir du point d'intersection le plus élevé, tracer une droite avec un angle de – 20° par
rapport à l'horizontale.

(4) 47 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Figure 4/D.1 – Débouchés au-dessus d'une toiture en pente

D.1.2 Toiture ayant une pente inférieure à 23° - Toiture plate

Les limites des zones se déterminent comme suit:

- à partir des points les plus élevés du toit plat, tracer l'horizontale de référence;

- à partir de l'intersection de l'horizontale de référence et des verticales prolongeant la


façade, dessiner une ligne d'amorce sous un angle de + 20° par rapport au toit plat (vers le
haut); en limiter la montée à 1,50 m au dessus de l'horizontale de référence; ceci constitue
le toit fictif (équivalent au toit en pente);

- dessiner deux parallèles, l'une à 0,50 m et l'autre à 1 m au-dessus de cette toiture fictive
(parallèles à la partie horizontale fictive et à la partie oblique fictive à + 20°);

- tracer une verticale à 0,50 m des façades verticales; ceci fournit deux points d'intersection
avec les deux parallèles tracées au-dessus de la toiture fictive;

- à partir du point d'intersection le plus bas, tracer une droite avec un angle de – 45° par
rapport à l'horizontale;

- à partir du point d'intersection le plus élevé, tracer une droite avec un angle de – 20° par
rapport à l'horizontale.

(4) 48 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Figure 4/D.2 – Débouchés au-dessus d'une toiture plate

D.2 Dispositions à prendre en raison des effets du vent sur les obstacles
avoisinants

Les zones d'influence susmentionnées déterminent l'emplacement provisoire du débouché du


conduit d'évacuation. Les obstacles avoisinants se qualifient comme suit (cf. Figure 4/D.3):

- à partir de l'emplacement provisoire du débouché du conduit, examiner tous les obstacles


avoisinants situés dans un rayon de 15 mètres:

- lorsque ces obstacles sont situés, dans un plan horizontal perpendiculaire au conduit
d'évacuation, à l'intérieur d'un angle égal ou supérieur à 30° et lorsque la partie
supérieure de l'obstacle se trouve dans un angle d'élévation de plus de 10° par
rapport au plan horizontal, considérer ces obstacles comme effectifs; lorsque l'angle
d'élévation est inférieur ou égal à 10°, considérer ces obstacles comme négligeables;

- lorsque l'angle horizontal est inférieur à 30°, considérer ces obstacles comme
négligeables;

- lorsque la distance est supérieure à 15 m, considérer ces obstacles comme négligeables.

(4) 49 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Pour chacun des obstacles effectifs, déterminer les trois zones d'influence du vent, comme pour
les toitures ayant une pente inférieure à 23° (cf. Figure 4/D.4). L'emplacement provisoire du
débouché devient définitif lorsqu'il se trouve en dehors de chaque zone III des obstacles effectifs.
Sinon, il convient de modifier l'emplacement du débouché ou d'installer une évacuation
mécanique.

NOTE Un angle d'élévation de 10° correspond à une élévation de 0,176 m par mètre courant mesuré dans le
plan horizontal du débouché du conduit d'évacuation.
Un angle de 15° dans le plan horizontal du débouché du conduit d'évacuation correspond à une longueur
horizontale de 2,68 m à 10 m du débouché.

Figure 4/D.3 – Qualification d'un obstacle

(4) 50 / 51
GUIDE POUR DES INSTALLATIONS AU GAZ BUTANE ET PROPANE – CHAPITRE 4

Figure 4/D.4 – Influence d'un obstacle sur un bâtiment avoisinant

Si le bâtiment bas est tourné de 90° par rapport au dessin de la figure 4/D.4, le profil du toit en
pente est remplacé par un toit plat virtuel dont le plan se situe au niveau du faîte du toit en
pente.

(4) 51 / 51