Vous êtes sur la page 1sur 29

Liste des figures :

Liste des figures : ....................................................................................................................... 1


Liste des figures : ....................................................................................................................... 2
Liste des Tables .......................................................................................................................... 2
Introduction générale .................................................................................................................. 3
Chpitre1 : centre de construction de lignes ................................................................................ 4
I. Introduction ..................................................................................................................... 4
II. Organisation de CCL ....................................................................................................... 4
IV. Description de la composition .......................................................................................... 5
V. Principaux documents du CCL .......................................................................................... 6
Chapitre 2 : Le réseau local d’abonné : RLA ............................................................................. 8
I. Présentation du RLA : ..................................................................................................... 8
II. Le répartiteur général ou d’entrée ................................................................................... 8
III. Sous répartiteur ............................................................................................................... 10
IV. Le point de concentration (PC) ...................................................................................... 11
V. Raccordement .................................................................................................................. 11
VI. Les câbles du réseau téléphonique ................................................................................. 12
VII. Structure des câbles multi-paires : ................................................................................ 13
VIII. Repérage des conducteurs dans les câbles : ................................................................. 13
IX. Raccordement et protection des câbles .......................................................................... 14
X. La fibre optique................................................................................................................ 15
Chapitre 3 : exploitation de réseau et maintenance .................................................................. 17
I. Installation d’une nouvelle ligne : ..................................................................................... 17
Chapitre 4 : Généralités sur les transmissions numériques ...................................................... 20
I. Introduction ....................................................................................................................... 20
II. Principe ............................................................................................................................ 20
III. Les supports de transmissions ........................................................................................ 21
VI. La technique de transmissions ........................................................................................ 21
Chapitre 5 : activité et tache que j’ai effectué durant mon stage ............................................. 26
I. Taches effectué .................................................................................................................. 26
II. L’observation ................................................................................................................... 28
Conclusion ................................................................................................................................ 29

1
Liste des figures :
Figure 1 : organigramme ............................................................................................................ 4
Figure 2 : structure de réseau ..................................................................................................... 8
Figure 3 : Armoire de sous-répartiteur ....................................................................................... 9
Figures 4: sous-répartiteur ........................................................................................................ 11
Figure 5 : point de concentration.............................................................................................. 12
Table 4 : Les amorces ............................................................................................................... 14
Figure 5 : la fibre optique ......................................................................................................... 15
Figure 6 : Fiche technique ........................................................................................................ 17
Figure 7 : Relevé de dérangement ............................................................................................ 18
Figure 8 : principe de transmission .......................................................................................... 20
Figure 9: Ethernet SDH ............................................................................................................ 23
Figure 10: Multiplexeur TDM.................................................................................................. 24
Figure 11: Switch Métro Ethernet ............................................................................................ 25

Liste des Tables


Table 1 : Câble aérienne ........................................................................................................... 13
Table 2 : Câble aérienne ........................................................................................................... 13
Table 3 : le repérage d’un câble. .............................................................................................. 14
Table 5 : les différents types de dérangement .......................................................................... 18
Table 6 : type SDH ................................................................................................................... 22

2
Introduction générale
L’histoire de la communication est aussi ancienne que l’histoire de l’humanité suite à
son immense importance dans la vie des hommes. Ainsi, ils mirent au point des codes, des
alphabets et des langages, parole, gestes de la main, signaux de fumée, tam-tam, document
écrit … tout était bon pour véhiculer le message.

Mais, depuis toujours, les hommes ont cherché à s’affranchir des barrières du temps et
de l’espace ; pour cela, ils se sont efforcés d’améliorer leur moyens de communication et plus
particulièrement, la vitesse de transmission des informations à distance.

Dans ce cadre, l’histoire des télécommunications modernes est relativement récente.


Elle ne commence, en réalité, qu’il y a un siècle et demi. En l’espace d’un demi-siècle, le
développement des technologies de communication s’est considérablement accélérer au point
même que les télécommunications sont aujourd’hui omniprésentes dans notre quotidien ; la
radio, la télévision, le fax, le téléphone mobile et d’autre technologie de communications
telles que la radiomessagerie, le téléphone mobile et les réseaux de fibre optique et enfin
l’internet.

Cependant, l’ensemble de ces réseaux évolues utilise a la base un réseau très important
pour acheminer les donnes indépendamment du codage et de la nature des signaux : le réseau
informatique commuté ou RTC ‘réseau d’abonné) ainsi depuis la création de l’entreprise
Tunisie Telecom, le nombre de demandes d’abonnement téléphoniques ne cesse de sur
croitre, plusieurs cellules de production exercent un travail convenable et spécifique pour
accomplir une tache bien précise. Cela afin de satisfaire les exigences de sa clientèle. Parmi
ces cellules on distingue le centre de construction des lignes reconnu par l’abréviation CCL.

Il s’agit donc d’un stage ouvrier dont le but est de découvrir en premier lieu le
mécanisme générale de fonctionnement des entreprises ; puis de s’approcher de monde de
travail, de contacter en proximité les ouvriers pendant leurs taches journalières et de voir les
sections de base et les fonctions essentielles de cette entreprise . Le but de ce stage d’ouvrier
consiste en l’acquisition d’un maximum de connaissances générales portant sur les outils des
travaux, la stratégie à appliquer, les notions ou les termes de base et enfin l’esprit d’équipe.

Le choix s’est mis sur TUNISIE TELECOM – CCL BEN AROUS dont le service et
de faciliter et d’assurer pour ces clients ou abonnées leurs télécommunications sous ses
différentes formes (téléphonique, fax, etc…)

3
Chpitre1 : centre de construction de lignes

I. Introduction
Le CCL est un centre spécialisé qui procède au raccordement des abonnes, au réseau
téléphonique ; il est ainsi chargé de la mise en place des lignes pour ces abonnés, l’entretien et
la maintenance du RLA.

C’est la partie câblée du réseau téléphonique qui se trouve entre la centrale et


l’abonnée en localisant et réparant les éventuels dérangements intervenant sur le réseau ainsi
que la réalisation des extensions du RLA. Une collaboration avec d’autres organismes et
services est requise tel que l’ACTEL, le centre de communication, SOTETEL.

Son rôle administratif se focalise essentiellement dans l’étude des nouvelles études de
raccordement au réseau ainsi que la gestion des ressources matérielles humaines à la
disposition du centre.

II. Organisation de CCL


Le CCL est organisé selon pyramide. Au sommet de cette pyramide on trouve le chef
de CCL au-dessous duquel se trouvent les différents fonctionnaires s’éparpillant sur plusieurs
taches.
III. Organigramme de CCL

Figure 1 : organigramme

4
IV. Description de la composition
Chef ccl :

Il oriente et cordonne le travail des différentes sections. Son rôle est à la fois
administratif et technique : prise de décision, contrôle et gestion du personnel.

Le chef de CCL intervient aussi avec les équipes lorsqu’il s’agit d’un dérangement
difficile à réparer.

Bureau d’ordre et de statistique :

Son rôle est essentiellement administratif plutôt que technique, il consiste à :

 Gérer et superviser les affaires du personnel telles que


 La gestion des primes (déplacements, heures supplémentaires…)
 Enregistrer tous les entrants et sortants de CCL en particulier la collection des
renseignements concernant les dérangements.
 .Contrôler les entrées et sorties du matériel ainsi que la gestion des véhicules (bon
pour gas-oil, bon pour réparation, les clés des SR…)
 Etablir la statistique journalière, mensuelles et annuelles des nouvelles constructions
(nombre d’installations…) et dérangements.

Bureau de gestion et d’approvisionnement :

Il est chargé de faire la gestion du matériel, des mobiliers nécessaires dans chaque
chantier ainsi que le suivi des travaux des entrepreneurs. Il s’occupe de la surveillance des
chantiers et des sociétés privées (SOTETEL…)

Le Magasin

C’est un local destiné au stockage d’un lot de matériel très important nécessaire à
l’accomplissement des travaux du ccl. Ce matériel est bien rangé, pour faciliter l’extraction
quand c’est nécessaire.

A l’intérieur du magasin, on trouve les équipements de faibles dimensions (postes


téléphoniques, connecteurs, jarretière,...), a l’extérieur on trouve les câbles.

Les équipements des bureaux et le matériel de nettoyage sont aussi stockés à


l’intérieur du local du magasin dans un coin spécifique.

5
Bureau de production et de maintenance :

Les attributions notamment à :

 L’acquisition des ordres des nouvelles constructions ou de transfert fournis par


l’ACTEL, la préparation des avis de construction et enfin l’orientation des équipes
d’installation.
 L’acquisition des positions et des natures des dérangements et d’autres informations
fournis par la table d’essai (adresse de l’abonné, numéros du poste…)

Ces renseignements leurs permettons de remplir l’avis de dérangement.

 L’orientation des équipes de relève de dérangement suivant leurs spécialités.


 L’enregistrement des travaux effectués par chaque équipe en remplissant des bilans
journaliers pour superviser le bon déroulement des travaux.

Les différentes équipes :

 Equipes d’installation : elles s’occupent de l’établissement des nouvelles constructions


des lignes. Ces équipes sont formées essentiellement des entrepreneurs et non pas des
employées fixes de Tunisie Telecom.
 Equipes de maintenance et de relève des dérangements : elles prennent en charge le
maintien des lignes d’abonnés par la relève et réparation des dérangements tout en
référant sur l’ensemble des renseignements indiqués aux avis de dérangement.
 Equipes mixte : leur rôle est mixte, elles assurent à la fois le raccordement et la
réparation des dérangements dans les zones où elles sont affectées.
 Les équipes d’installation ou de relève des dérangements passent, chaque fois que c’est
nécessaire, pour extraire le matériel nécessaire.

V. Principaux documents du CCL


La Bonne exécution de la différente tâche du centre ne peut être menée à bien sans la
présence d’une documentation permettant de connaitre la nature précise de chaque
installation, le nombre, la fréquence et le motif de dérangement.

Pour cette raison le centre est prévu essentiellement de :

 Registre portant les inscriptions des installations.


 Registre sur lequel sont enregistrées tous les abonnées de dérangements.

6
 Registre comportant la liste de toutes les installations, dont l’utilisation permet
d’établir dans un ordre convenable l’entretien préventif.
 Registre des clés des SR : Registre portant l’inscription des clés SR utilisés par les
agents, on note : nom de l’agent, date et heure de remise de la clé, signature de l’agent.
 Registre de véhicules : on note la date, N° d’ordre, nom du chauffeur, N° de véhicule,
N° de kilométrage a chaque premier départ de jour.
 Des ordinateurs sur lequel sont enregistrées toutes les informations de réclamations, des
informations sur les abonnées.

7
Chapitre 2 : Le réseau local d’abonné : RLA

I. Présentation du RLA :
Le réseau local d’abonné comporte l’ensemble des structures physiques mises en
œuvre pour recorder un abonné au central local qui dessert sa zone et lui permettre
d’échanger den information avec d’autres abonnés quel que soit leurs lieux.
Le RLA assure donc la connexion entre le terminal de l’abonné et le répartiteur
général qui est directement connecter au commutateur. Tous les deux sont situés au
niveau de central téléphonique.
Structure du réseau

Figure 2 : structure de réseau

 Il est noté que ce schéma ne représente pas le cas direct ou l’abonné est loin de moins de
500 mètres (<500m). Dans ce cas la liaison et directe entre le RG et le PC sans le SR.

II. Le répartiteur général ou d’entrée

Définition : Le répartiteur est un organe accessible en permanence agissant comme


connecteur entre autocommutateurs et le réseau téléphonique. Il est principalement par des
réglettes verticales et autres horizontale reliées par l’intermédiaire de fils jarretière.

Rôle :

8
Assurer la liaison des organes accessible en permanence agissant comme connecteur ente les
autocommutateurs et le réseau téléphoniques. Localiser un défaut soit coté commutateur soit
coté ligne.

Il permet la coupure d’une ou plusieurs lignes pour les diverses raison : suspension provisoire,
transfert, réalisation, etc.

Composition :

Sur le plan pratique et par constatation ; le répartiteur général est composé essentiellement de
deux parties principale :

 Les réglettes verticales où sont raccordées les lignes du réseau téléphonique. Chaque
réglette se compose 16 lignes dont chaque ligne est dite amorce. Ce qui donne que
pour une réglette aboutit 112 paires.
 Les réglettes horizontales reliées à la centrale de communication où aboutissent les
câbles de raccordement des équipements individuels, chacune des réglettes ayant
 plusieurs modules formés par des branches métallin qu’es en disposition matricielle 8*
16.

Figure 3 : Armoire de sous-répartiteur

9
Remarque :
 L’autocommutateur est un ensemble d’équipement permettant la mise en relation des
abonnés au service du téléphone grâce a une série de chiffres que l’appelant compose
mécaniquement avec un clavier ou un cadran (pour les modelés les plus anciens) et que
l’autocommutateur décode comme un numéro de téléphone.
 L’autocommutateur fait partie du répartiteur, il est un nœud du réseau téléphonique. Il
permet d’établir une liaison temporelle entre deux lignes : l’une sortante.
 Il y a beaucoup de types ou ¨marques ¨ d’autocommutateurs fabriqués par des entreprises
étrangères (DMS, E10B, EWSD…)

Il est constitué par : -Un réseau de connexion -Des organes de commande

-Des unités de raccordement -Les organes annexes

III. Sous répartiteur


Définition :

Le sous répartiteurs est une armoire implantée sur la voie publique, situé entre câble de
distribution et câbles de transport ou entre deux câbles de distribution ; c’est un organe de
raccordement qui relie le répartiteur aux PC, c’est à l’intérieur de celui-ci que seront éclatés
les câbles de transport en câble de distribution ou autrement dit des câbles de capacité
inferieur grâce au fils jarretières.

Rôle :

Le sous répartiteur a pour rôle :

 Optimisation des investissements


 Utilisation maximale du câble de transport.
 Diviser les extensions en distribution et transport.

C’est le point de coupure pour la localisation des défauts, coté distribution donc c’est un point
d’essai.

10
Figures 4: sous-répartiteur

IV. Le point de concentration (PC)


Définition : Les points de concentration (PC) sont des boites installées sur les poteaux ou sur
façade ou comme réglettes a l’intérieur du locale. C’est aussi l’endroit où viennent se
raccorder les câbles de branchement d’abonnés.

On distingue deux types de PC selon la capacité :

 PC a 7 paires : utilisés pour les quartiers de logement normal.


 PC a 14 paires : utilisés pour les grandes bâtiments ; immeuble ; hôtels….
 Un PC comporte 8 paires mais au moment de leur utilisation on laisse toujours une de ces
paires non branchée pour l’utiliser comme réserve pour le cas urgent.

Rôle :

Le principe rôle de PC est de relier les câbles de distribution avec les câbles de
branchement en divisant les paires des câbles et les envoyant chacune a un abonné, elle
permet aussi de localiser les défauts soit coté abonné soit coté sous répartiteur SR.

V. Raccordement
La boite de distribution comprend a sa partie inferieur un orifice conçu pour la
présentation du câble de distribution.

Une réglette inferieur la divise en deux parties la première permet sur sa face arrière de
raccorder sur les broches à vis des conducteurs du câble de distribution et la deuxième sur sa
face avant, qui permet le raccordement sous ces bornes à vis câble a paires (5/9) desservant
les abonnés.

11
Figure 5 : point de concentration

VI. Les câbles du réseau téléphonique


Introduction :

Une communication téléphonique n’est autre qu’un courant électrique, d’où la


nécessite d’assurer une liaison entre les différents point constituants le réseau téléphonique.
Pour ce besoin, on fait appel à des câbles spéciaux.

Contenance des câbles :

La contenance des câbles est le nombre nominal de paires. Il existe deux types de
câbles : le câble à une paire (uni-paire) et les câbles a plusieurs paires (multi-paire).

Câble uni-paire : sont utilisés généralement à partir du point de concentration jusqu’au poste
téléphonique de l’abonné, appelés aussi câbles de branchement et sont divisés en deux types :

 Câble 5/9 conçu pour l’installation externe, de diamètre de conducteur 0.74 cm et de


couleur noire avec un affaiblissement de 0.56 dB/km et 80 /km de résistance de
boucle.
 Câble de couleur grise conçu à l’installation interne chez l’abonné.

Câble multi-paires : ces câbles se divisent en deux groupes, chaque groupe est conçu pour
une usure bien déterminé.

12
 Câble aérienne : conçu pour l’installation aérienne, tir sur deux poteaux. Appelé aussi
câble auto porté. Sa contenance varie entre 8 et 56 paires pour le réseau de Ben Arous.

Calibre 0.4 0.6 0.8


Résistance de ligne 316 140 79
(/XX)
Affaiblissement 1.74 1.04 0.78
(dB/XX)
Table 1 : Câble aérienne

 Câble souterrains : peut aller de 8 à 2688 paires de contenance, mais pour le réseau
tunisien on se limite à 1792 paires (ce câble est appelé câble 1800 pour les ouvrier).

Calibre 0.4 0.6 0.8


Résistance de ligne (/XX) 316 140 79
Affaiblissement (dB/XX) 1.62 1.0 0.85
Table 2 : Câble aérienne

Remarque :

A partir de la numérotation inscrite sur le câble on peut identifier la capacité, le calibre et la


série du câble.

Un numéro d’un câble est lu de grande à droite dont les deux premiers chiffres indiquent la
série : rien (98) ou souterrain (88), deux chiffres donnent indication sur la contenance :
capacité en paires et un chiffre indiquant le calibre ou diamètre des fils conducteurs.

 Exemple 98 14 4

Câbles multi-paires (Aérien porté) à 14 paires et de diamètre 4/10

VII. Structure des câbles multi-pair :


Dans les câbles multi paires, les conducteurs sont assemblés en quart (deux paires).
Les quarts à leur tour sont associés en torons (28 paires—14quarts). Un filin coloré
permet de distinguer chaque toron.

VIII. Repérage des conducteurs dans les câbles :


Pour repérer les conducteurs, on utilise un code a 7 couleurs qu’on appelle aussi
gamme de couleurs : Blanc(Ba), Bleu(Be), Jaune(J), Marron(M), Noir(N), Rouge(R),
Vert(V).

Cette gamme de couleur est associée avec 4 couleurs :


13
Gris(G), Incolore (I), Orangé(O), Violet(Vi).

Les 14 premiers paires sont obtenues par la combinaison des 7 couleurs de base avec les
couleurs accompagnant le gris (G) et le incolore (I) par l’orangé (O) et le violet (V). Le
tableau ci-joint résume le repérage d’un câble.

Quarte Q1 Q2 Q3 Q4 Q5 Q6 Q7 Q8 Q9 Q10 Q11 Q12 Q13 Q14


Paire1 Fil1 G G G G G G G O O O O O O O
Fil2 Ba J N V Be M R Ba J N V Be M R
Paire2 Fil1 I I I I I I I VI VI VI VI VI VI VI
Fil2 Be M R Ba j N V Be M R Ba J N V
Table 3 : le repérage d’un câble.

1ere amorce 2eme amorce 3eme amorce 4eme amorce


G-Ba IN-Ba Oba V-Ba
IN-Be G-Be V-Be O-Be
G-j IN-j O-j V-j
IN-M G-M V-M O-M
G-N IN-N O-N V-N
IN-R G-R V-R O-R
G-V IN-V O-V V-V
Table 4 : Les amorces

IX. Raccordement et protection des câbles


Pour les connecteurs :

Le raccordement des conducteurs se fait grâce à des connecteurs.

Il s’effectue par des quarts :

Torsader le quart

Couper les 8 connecteurs à fond.

Sertissage à l’aide d’une pièce de connexion et vérification de cette opération.

Pour les manchons :

. Après le raccordement des câbles, il est indispensable de les protéger contre la pluie,
l’humidité et les effets mécaniques. Cette protection est assurée par des manchons. On
distingue deux types de manchons : les manchons tubaires et les manchons thermo-
rétractables.

14
Les manchons tubaires sont utilisés lors du raccordement pour la première fois. Il varie
selon le type de câble utilisé.

Les manchons thermo-rétractables sont utilisés pratiquement en cas de dérangement,


on enlevé le 1er manchon tubaire ensuite au lieu de répéter tous le raccordement on enlevé le
dérangement puis on utilise le manchon thermo-rétractables.

X. La fibre optique
Définition :

La fibre optique désigne une technique et une technologie pour transmettre de


l’information sur les réseaux informatique.

La fibre optique désigne un câble qui contient un fil en verre ou en plastique capable
de conduire la lumière. C’est cette lumière qui va être transportée dans le réseau et interprétée
a sa réception. La fibre optique possède aussi l’avantage d’être naturellement insensible à des
perturbations électriques extérieures. On peut ainsi établir une liaison en fibre optique sur des
milliers de kilomètres.

Figure 5 : la fibre optique

15
Débit :

Aujourd’hui, le déploiement de la fibre optique va plus loin puisque les FAI essaient
de l’utiliser pour relier les foyers à internet.

La fibre optique est évolutive : les débits montent déjà jusqu’à 1Gbits/s.

Les avantages de la fibre :

 La perte de signal sur une longue distance est très faible.


 Les débits sont très élevés.
 La fibre optique est insensible aux perturbations radioélectriques. Vous ne risquez
donc pas, par exemple, de voir votre image TV brouillée par temps de pluie.
 L’entretien de la fibre est moins couteux que certains autres types de câblages.
 La rentabilité de la fibre est un autre avantage : le réseau fibre optique a un cycle de
vie de 20 ans. Le seuil de rentabilité moyen est de 2 à 5 ans.

Les inconvénients de la fibre optique :

 La fibre optique ne peut pas être courbée car ses composants sont fragiles. De plus, son
cœur, fait de silice casse facilement du fait de la corrosion créée par l’humidité extérieure.
Il faut donc protéger le cœur de la fibre.
 Sur de longs trajets, l’atténuation du signal peut être importante, des courbures
peuvent entrainer des micros coupures. Cela réduit le débit délivré par la fibre.
 La fibre est vendue au kilomètre, il arrive souvent, pendant les travaux, le besoin de
souder deux fibres entre elles. Pour cela, il faut une soudeuse à fibre optique, un
appareil volumineux et qui demande une forte alimentation en électricité. C’est un
appareil nécessaire car si la soudure est mal faite, le risque de perte du signal est suite
amplifié.

16
Chapitre 3 : exploitation de réseau et maintenance

I. Installation d’une nouvelle ligne :


 Une installation d’une nouvelle ligne arrive de l’ACTEL au bureau d’étude et de
documentation. l’agent d’étude fait les études nécessaires pour cette ligne et les mets
à jours dans la documentation.si le résultat d’étude est réalisable, l’ACTEL demande
un contrat de redevance de consultation qui sera payer par l’abonné.
 Une fiche technique sera ensuite envoyée à une équipe de CCL qui contient l’adresse
de l’abonné, les coordonnées : la tête(T), la distribution (D), les amorces (A) et le
numéro de pair (code couleur)

Figure 6 : Fiche technique

Relève et réparation des dérangements :


Définition :
Un dérangement et tout défaut qui perturbe le fonctionnement normal des lignes
téléphoniques
Différents types de dérangement :

Type de défaut Définition Causes


Isolement Pas de tonalité, l’un ou les Coupure accidentelle du
deux fils de la paire de câble souterrain
l’abonné en question sont
coupés
Coupure Interruption de continuité câble sectionné dû à des
électrique travaux public
-jarretière coupée

17
-mauvaise continuité
Courant étranger Tension continue ou -contact entre deux fils
alternative qui s’ajoute au quelconques
courant de conversation -contact avec de l’énergie
Bruit Mauvaise audition Défaut physique
Boucle Courant-circuit entre les -défaut d’installation chez
deux fils de la paire l’abonné
-contact entre les deux fils
dans le manchon
Terre Un fils est relié à la terre Une rupture ou section du
câble ce qui fait que le câble
touche la terre
Table 5 : les différents types de dérangement

Relève de dérangement :

Cette opération fait partie de rôle d’entretien et de maintenance de réseau, effectuée par les
agents de CCL. Elle consiste à identifier le type de dérangement suite à une déclaration
effectuée par l’abonné au service de dérangement, l’agent de la table d’essai détermine la
nature du défaut à l’aide de quelques tests effectués sur la ligne dérange .une fois de
dérangement contenant le numéro de la ligne, l’adresse de l’abonné sa position de la nature du
défaut est reçu par l’orienteur grâce à un minitel. Les aves sont ensuite distribués aux équipes
selon la spécialité et région du travail.

Figure 7 : Relevé de dérangement

18
Localisation du dérangement :

Le principe de cette opération consiste à interconnecter l’appareil téléphonique d’essai aux


divers points de la coupure de la ligne et de détecter toute fois si le dérangement est dans la
direction avant ou après ce point de coupure

19
Chapitre 4 : Généralités sur les transmissions numériques

I. Introduction
Dans ce chapitre, nous allons voir trois parties essentielles dans les transmissions numériques
qui sont :

 Les supports de transmissions


 Les techniques de transmissions
 Les équipements des transmissions

II. Principe
La transmission numérique consiste à faire transiter l’information sur le support physique de
communication sous forme de signaux numérique. Ainsi des données analogiques devront
probablement être numérisées avant d’être transmise. Puis, on a un étage multiplexage qui
aide à augmenter le débit.

Ensuite, le signal a haute débit qu’on a récupéré doit passé par un étage d’adaptation pour le
support de transmission (réglage de la fréquence d’émission pour FHN et la conversion en
lumière monochromatique pour les fibres optiques.)

Enfin, on met le signal multiplexé et adapté sur le support de transmission.

A la réception, on aura la mémé étapes mais de façon inverse les mémés équipement de
multiplexage fonctionnent comme étant des démultiplexeurs.

Adaptation Adaptation
Multiplexage Support de Démultiplexage
de ligne de ligne
transmission

Figure 8 : principe de transmission

20
III. Les supports de transmissions
Un support de transmission est tout moyen par lequel on peut conduire un signal de
son lieu de production à sa destination sans déperdition, dispersion ou distorsions.

Paire symétrique

Ce support de transmission est utilisé pour les courte distance et caractérisé par un cout faible
et facilité de sa maintenance mais une bande passante limité.il est constitué de deux
conducteur parfaitement identique et isolés l’un par rapport à l’autre par un diélectrique et une
gaine blindé pour protection.

Câble coaxial

Un câble coaxial est composé de deux conducteur cylindrique de mémé axe, séparés par un
isolant. Ce principe permet d’isoler la transmission de toute perturbation due aux bruit
extérieure .les câble coaxiaux ne sont pas utilisé uniquement dans le cadre réseaux locaux
mais également pour transmission analogique.

Fibre optique

C’est le support de transmission le plus fiable puisqu’il permet de hautes Débit et un


minimum de perte .il nécessite a ses extrémités de terminaux de ligne de type convertisseur
(optique/électrique) et l’usage d’un répartiteur ne devient obligatoire qu’au-delà 50 km.il
s’avéré rentable pour les longue distance.

Faisceau hertzien

On appelle faisceau hertzien une liaison point à point utilisant la propagation des ondes
radioélectrique de fréquences élevée (hyperfréquence) en espace libre.

VI. La technique de transmissions


Les technique de multiplexage permettent de regrouper le plus de trafic possible sur le
support phsiquedisponible (paire cuivre, fibre optique…).

On distingue ainsi plusieurs types de technique de multiplexage dont on cite PDH et SDH.

Le système PDH

Le système PDH(plesiochronous Digital hieachy)réalise le multiplexage successif qui permet


d’obtenir des hauts débit :il consiste à multiplexer et de transporter des éléments binaires de

21
débit inferieur en les transmettant a des débit supérieurs.de l4information de contrôle étant
entrée à chaque niveau de multiplexage , le débit n’est pas exactement le débit nominal. C’est
pour cette raison que cette hiérarchie est appelée plesiochronous (lésion=presque).

Le système PDH assure un type de liaison point à point qui assure un débit maximal de 140
Mb/s.

Le système SDH

Le système SDH (Synchronous Digital hiearachy) s’appuie sur la technologie optique. En


SDH, les signaux sont composés de trames STM (Synchronous transport Module).

La trame de base est appelée le STM-1.Tous l’équipement des réseaux SDH sont pilotés par
la mémé signal d’horloge.

Lors du multiplexage SDH, les données sont encapsulées dans des trames qui seront
multiplexés pour donner des blocs de plus en plus gros.

Pour la norme SDH, les niveaux sont organisés hiérarchiquement en STM-n

SDH débit
STM-1 155 Mbits/s
STM-4 622 Mbits/s
STM-16 2.5 G bits/s
STM-64 10 G bits/s
STM-128 20 Gb ils/s
Table 6 : type SDH

Le système SDH Ethernet :

L’operateur Tunisie télécom a déjà dépensé une fortune pour la construction d’une
infrastructure de métro SDH.Il voulait donc profiter l’infrastructure existante pour fournir des
services Ethernet de nouvelle génération .Pour de tels déploiements, la gestion de la bande
passante sur le réseau est essentiel, en raison de la faible capacité des anneaux existants SDH
et le fait qu’ils peuvent être facilement sursouscrits lorsqu’ils sont utilisés pour les service de
données.

22
Traditionnellement, il y a une séparation claire et nette entre le transport et les données.la
partie règlementée de l’organisation s’occupe de matériel de transport uniquement, pas de
matériel informatique.

Avec Ethernet over SDH EOS, les fournisseurs d’équipement brisent cette séparation et
fondent une ligne entre les données et de transport, ce qui crée un problème pour adoption de
la nouvelle technologie. Donc, il vaut la peine de temps d’expliquer la technologie EOS lui-
même.

L’avantage de l’EOS est qu’il introduit ub service Ethernet tout en conservant tous les attribut
de l’infrastructure SDH,comme la restauration rapide SDH ,contrôle de la qualité des liens et
l’utilisation du réseau de gestion existant de SDH.Avec EOS ,la trame Ethernet complété est
encore prélevée et encapsulée à l’intérieur de la charge utile de SDH à l’entrée du réseau et
extraite à la sortie

Comme la montre la figure ci-dessous, toute la trame Ethernet est encapsulée entête EOS par
la fonction EOS du terminal a on entrée.

La trame Ethernet est ensuite transférée sur l’enveloppe de la charge utile SDH. La trame
Ethernet ensuite extraire par la fonction EOS dans l’autre côté.

Charge utile SDH

Trame EOS
Le système Ethernet :
Trame Ethernet Trame Ethernet
Trame Ethernet
À cause du mal exploitation de ressource via technologie EOS ,la migration vers le système
métro Ethernet était indispensable pour les nouveau réseau de données dans laquelle la
Figure
connectivité se fait via des liens gigabit et 9:
, leEthernet
Metro SDH
peut les offrir de très haut débit par des
applications gourmandes en bonde passante.l’doption d’Ethernet n’est pas limité à être une
technologie d’accès s’est propagé pour devenir un technologie de transport ou de
transmission .Depuis le début des années 200,les déploiement du métro Ethernet ont pris de
nombreuses formes, certains ont fait leurs preuves, et d’autres n’ont pas. Lorsque la

23
technologie Ethernet est utilisée comme une technologie de transport, le réseau d’accès peut
être construit soit en topologie en anneau, soit en topologie en étoile.

Attribut de l’interface physico de l’Ethernet

L’attribut de l’interface physico de l’Ethernet a les paramétré suivante :

 Le support physique : Définit le support physique par la norme IEEE 802.3.


Des exemples sont le système 10BASE-T et 1000Base-X
 La vitesse : Définit la vitesse Ethernet : 10Mbps, 100Mbps, 1Gbps ou 10Gbps.
 Mode : indique la prise en charge du mode « full duplex » ou du mode «hall duplex» et de
la négociation de la vitesse automatique entre les ports Ethernet.
 Couche MAC : indique quelque couche MAC est prise en charge comme l’a été spécifié
par la norme 802.3
Étude des équipements
Multiplexeur Time Diversion (TDM) :
Le multiplieur TDM consiste à découper la bande passante de la fibre optique en unités de
temps, que vont se partager la différente communication. Cela permet donc à un émetteur
plusieurs canaux numériques élémentaires à faible débit sur mémé support de
communication à plus haut débit.

Figure 10: Multiplexeur TDM

24
Switch Metro Ethernet :

Il permet d’interconnecter entre eux plusieurs sites distants de plusieurs Kilomètres au travers
de liaisons Ethernet.

Figure 11: Switch Métro Ethernet

25
Chapitre 5 : activité et tache que j’ai effectué durant mon stage

I. Taches effectué
Tout au long de ma période de stage j’ai appris comment effectuer quelque tache et travaux :

L’installation d’une nouvelle ligne :

Les étapes de raccordement sont les suivantes :

1. Allouer un compteur et une carte d’abonnée dans la centrale.

2. établir la liaison entre la centrale et le répartiteur

3. Choisir le PC le plus proche du local du nouvel abonné et ayant des paires disponibles.

4. Sélectionner une paire de fils (position sur la tété d’alimentation y comprend le numéro de
l’abonné) et une position sur la tête de distribution (position géographique de l’abonné).

5.établir la continuité de la paire choisie et ceci se fait par des fils jarretière entre les parties
alimentation et distribution (au niveau répartiteur général).

6. si entre le répartiteur général et l’abonné existe un sous répartiteur, on doit s’assurer aussi
de la continuité entre câble de transport et câble distribution.

7. Amener la câble de type 5/9 jusqu’à l’abonné.

8. Rallonger par un câble uni-paire gris jusqu’au point de l’installation, ce câble est relié au
poste téléphonique par l’intermédiaire d’un rosage.

9. A la fin, l’équipe du CCL effectue un appel à la table d’essai pour rétablir la tonalité

Réparation des dérangements :

La première étape de la réparation du dérangement, après avoir pris un avis de dérangement


(le n° de l’abonnée, le nom, le prénom, la position, la nature de dérangement..), est tout
d’abord sa localisation. Sur ce, on suit un ordre bien déterminé :

On commence en premier lieu par tester la ligne a partie de sous répartiteur ; on connecte
alors son appareil d’essai sur la paire de l’abonné en question.

26
→ Si la tonalité arrive jusqu’à son appareil, cela veut être dire qu’il n’Ya pas de problème du
côté du câble de transport. Dans le cas contraire, il s’agit donc d’un défaut souterrains qui se
suite entre le RG et le SR ou qui peut être au niveau du RG carrément.

Si la ligne est intacte, on passe à la vérification de la paire a partir du PC en connectant la


paire correspondante a l’abonné aux deux fils de l’appareil d’essai

Si la tonalité arrive, la panne est du côté de la partie branchement, sinon elle est entre le PC et
le SR donc au niveau du câble de distribution.

Arrivant à ce niveau, n’ayant pas encore localisé le défaut, on dispose de trois solutions
possible :

 Le défaut est au niveau de l’appareil de l’abonné.


 Le défaut est du à l installation intérieure de l’abonné
 Le défaut est dû au câble de branchement tel que le câble 5/1

Pour s’assurer, on doit remplacer l’appareil de l’abonné par l’appareil d’essai. S’il y a une
tonalité donc la panne est au poste, sinon on doit vérifier l’état câble l’installation de l’abonné
même.

Une fois on a repérée dérangement, on doit demander à la table d’essai d’appeler le numéro
de l’abonné pour s’assurer que la réparation est bien effectuée.

À la fin, on termine la tâche en remplissant l’avis de dérangement en mentionnant l’heure, la


date et la réparation effectuée.

Raccordement fibre optique de nouveaux abonnés:

Une note est tirée de l’application Workflow qui indique le nom du client, le numéro de port,
le numéro de la paire et l’emplacement du central automatique.

On raccorde la fibre entre la paire et le port du switch Metroethernet.

Installation de châssis multiplexeur :

27
Au niveau d’une armoire situé dans une salle de transmission, l’installation commence par
couper l’électricité suivie par la fixation du châssis et se termine par sa configuration via une
interface graphique.

Boucle

Elle représente la tâche la plus fréquente pour les interventions des agents du centre, elle est
de deux types :

Boucle local pour tester les équipements locaux

Boucle distante pour le test des équipements distants ainsi que le support.

II. L’observation
 Relation du chef avec les subordonnées : Généralement, j’ai remarqué une bonne
relation qui s’établie entre les employés et leurs supérieur hiérarchique.
 Travail organisé et deviser entre les personnes : chaque personne dans l’équipe a un
rôle bien déterminer et il responsable d’effectuer des taches bien précises.
 La plupart des agent sont généralement absent ou ne volent pas travailler.
 Manque de personnel au support technique de façon qu’un seul agent fasse de tout le
travail.
 Équipement installé en désordre ce qui provoque perte de temps et complexité de
travail

28
Conclusion
À travers ce stage au CCL, je me suis de l’importance de l’aspect pratique et de la
complexité de l’environnement professionnel.

Il faut mentionner ainsi que l’observation et l’analyse sur le plan opérationnel m’ont
été si bénéfique de point de vue compréhension de différentes dimensions de la vie
professionnelle.

Ce stage m’aussi permis de tester mes connaissances et mes acquis, de les mettre en
pratique et de développer l’esprit de synthèse.

Pour conclure, j’aimerais remercier une autre fois mon encadrant qui m’a contribué à
la réalisation de ce stage, qui était pour moi l’équivalent d’une expérience enrichissante et très
concluante qui a élargi et développé mes horizons.

Je tiens aussi à exprimer ma profonde gratitude pour le chaleureux accueil de tous les
personnels de CCL de ben Arous qui n’ont pas hésité à m’orienter en cas de besoin.

J’étais fière d’avoir fait partie de cette équipe ambitieuse et dynamique et j’espère avoir pu
contribuer, mémé de façon, à la réalisation de ses objectifs

29