Vous êtes sur la page 1sur 29

SOMMAIRE :

L'Édito du JNA
Alex Anfruns

Stella Calloni : « Il existe un projet de recolonisation


régionale en Amérique latine » (½)
Alex Anfruns

Le combat des communautés afro-colombiennes :


entretien avec Luis Armando Ortiz
Ricardo Vaz & Raffaele Morgantini

Honduras : La CIA et la disparition forcée


Reporteros de investigacion

Argentine : répression brutale pour la réforme des retraites


(reportage photo)
Majo Malvares

Perspectives d’avenir pour la Révolution cubaine en 2018


TeleSUR, Arnold August

Au Venezuela, « l’information c’est comme l’eau : un bien public »


Geraldina Colotti

2
L'Edito

Au Honduras et en Argentine, l'année 2017 s'est terminée sous le signe de la


répression militaire. Au cours de cette année, des images qui font froid dans le dos se sont
également incrustées dans nos rétines au Honduras, au Brésil et en Colombie.
Dans la mémoire des peuples de Notre Amérique, cette répression à l'échelle régionale
évoque la sombre période des dictatures militaires et le déroulement du Plan Condor.

Dans ces pays, la droite s'appuie sur les militaires pour faire taire l'opposition et
continuer leur politique de démantèlement des acquis sociaux. Ainsi, au Brésil la réforme
de la Constitution a inscrit sur le marbre le gel des investissements dans le secteur public
pour une durée de 20 ans. Les effets de cette politique sont si pervers que désormais les
gouvernements Macri et Temer s'attaquent en priorité aux droits des retraités.

À Buenos Aires, le 18 décembre 2017, le vote d'une réforme de la loi sur les
retraites a provoqué le déferlement de 150.000 personnes dans la rue. Les jeunes
manifestants ne se sont pas laissés berner par le culte de l'individualisme et de l'argent.
Insensibles aux coups de matraque et aux tirs des policiers, leur réponse à Macri a été
intraitable : « pas ça, on ne fait pas ça à nos aînés ». Pas moins de 9 journalistes couvrant
la mobilisation ont subi le même traitement par la police. À cause des balles en
caoutchouc, trois militants ont perdu un œil.

L'augmentation du budget militaire de défense et le contrôle des médias sont une


tendance généralisée, face à laquelle les peuples s'organisent comme ils peuvent. La
démocratisation de l'accès aux médias, l'organisation des communautés en résistance, le
combat contre la corruption, contre l'impunité des multinationales, ainsi que la défense
d'un modèle de développement humain restent des enjeux fondamentaux pour cette année
2018.

Pour les acteurs de ces luttes sociales, les nombreuses échéances électorales seront
un terrain semé d'embûches, comme on a pu le constater dans la fraude au Honduras.
L'intelligence collective et la capacité des peuples à s'unir pour la défense de leurs droits
détermineront les choix et les chances de réussir. Meilleurs vœux de résistance !

Alex Anfruns

3
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018
Stella Calloni : « Il existe un projet de
recolonisation régionale en Amérique latine » (đ)
Après la « décennie d'or » des gouvernements Je considère ce gouvernement comme illégitime
progressistes qui ont pour la première fois mis depuis le début, depuis sa prise de pouvoir. Pour la
en place des politiques sociales fortes et travaillé première fois dans l’histoire de l’Argentine, nous
pour l'unité latino-américaine, le retour au avons un président qui arrive au pouvoir alors que
pouvoir de la droite en Argentine et au Brésil est deux procès à son encontre sont en cours, ce qui est
marqué par la destruction des services publics et anticonstitutionnel : l’un le met en cause pour des
une répression brutale qui rappelle les années écoutes illégales, lorsqu’il était le chef du
sombres des dictatures des années 1970. Pour gouvernement de la ville de Buenos Aires et
Stella Calloni, experte en histoire des relations pratiquait un espionnage des syndicats, de
entre les pays du cône sud et les États-Unis, c'est particuliers, de propres membres de sa famille,
loin d'être un hasard : aux dictatures marquées d’organisations, etc. Cet espionnage a été
par la doctrine de « sécurité nationale » made in découvert, et son procès était encore ouvert à ce
USA, ont succédé des « démocraties de sécurité moment-là. L’autre a été ouvert car lorsqu’il était
nationale ». L'année 2018 offre une perspective chef du gouvernement, il a mandaté des groupes de
décisive, avec des élections dans des pays aussi civils pour qu’ils aillent agresser avec une violence
stratégiques que le Mexique, la Colombie, le extrême des familles qui vivaient dans les rues de
Venezuela, le Brésil ou le Paraguay. Le moment Buenos Aires. C’est un procès qui est toujours en
est-il venu pour les peuples de Notre Amérique ? cours à l’heure actuelle.

D’autre part, il faut se rappeler qu’avant les


élections, il y a eu un vif débat qui date du
gouvernement précédent de Cristina Fernández de
Kirchner sur les fonds vautours. C’est quelque
chose de totalement illégal au niveau mondial, et ils
sont intervenus de manière tragiques dans de
nombreux pays d’Amérique latine qu’ils ont
escroqué au moyen d’une dette monétaire à
rembourser par la suite.

Alex Anfruns : Les deux premières années du


gouvernement Macri viennent de s’achever.
Quel bilan feriez-vous de cette période ?
Stella Calloni : Depuis le 10 décembre 2015, date
à laquelle Macri a été investi, on a assisté à un
gouvernement dont le président et les ministres font
tous partie d’organisations étasuniennes, comme
Heritage Foundation, la National Endowment for
Democracy (NED) et d’autres. Les USA les ont
créées comme « face sociale de la CIA ». C’est à Cristina Kirchner explique le mécanisme de la
dire qu’elles effectuent un travail autrefois mené dette des fonds vautours.
par la CIA depuis l’ambassade : elles reçoivent de
l’argent et des financements qui ??? des En conséquence, la présidente avait lancé des
organisations gouvernementales dans tout le pays. initiatives avec des organisations mondiales, il y
avait un rejet général et elle était en train de gagner

4
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

la bataille contre les fonds vautours, lorsque l’un Tout ceci a été détruit pour pouvoir mettre en place
des dirigeants de ces fonds vautours, Paul Singer, a des réformes d’ajustement. Toutes les lois qui ont
publiquement admis qu’il avait installé un groupe été adoptées par le Congrès pour la défense des
de travail (task force) en Argentine, en 2010-2011, droits sociaux (comme lorsque les syndicats ont
qui répondait à une autre task force installée à demandé une loi d’urgence sociale, par exemple, se
Washington… sont vu opposer le veto de ce gouvernement.

...quel en était l’objectif ? Depuis le début du mandat de ce dernier, on a


uniquement assisté à un esprit de revanche,
Travailler au renversement de Cristina Kirchner,
d’appropriation de la justice, de corruption d’un
que ça soit de manière électorale ou par n’importe
maximum de députés possible afin de pouvoir
quel autre moyen. Y ont travaillé l’actuelle ministre
mettre le congrès dans sa poche, même si cela s’est
de la sécurité, Patricia Bullrich, l’actuel chef du
mal passé dans un premier temps. Ce
bureau anti-corruption de Macri, le président Macri
gouvernement contrôle 98% de la presse. Comme
lui-même ainsi que la fondation qu’il dirigeait, qui
vous pouvez l’imaginer, nous sommes dans une
dépendait de l’Heritage Foundation étasunienne…
situation assez complexe.
Toutes ces personnes recevaient ouvertement de
l’argent d’un fonds vautour de Paul Singer pour
Ces réformes d’ajustement ont par la suite été
qu’ils influencent les élections.
approuvées, de même que la loi de réforme
prévisionnelle, qui n’est qu’un vol éhonté à
Le peuple argentin ne s’est pas rendu compte du
l’encontre des retraités du pays, et à l’encontre
danger qui le guettait ?
également des bénéficiaires de la prestation
La dynamique de la situation a été tellement rapide universelle par enfant et d’autres problèmes
qu’elle demandait une prise de conscience sur sociaux de grande envergure sont également à
quelle sorte de gouvernement était en train attendre.
d’arriver au pouvoir. Immédiatement, la première
chose que ce gouvernement a détruit après
seulement dix jours a été la loi sur les
médias.audiovisuels. Le gouvernement de Cristina
Fernández de Kirchner avait réussi à la faire
adopter au congrès de manière très démocratique.
Cette loi démocratique pour annuler les monopoles
médiatiques avait été étudiée pendant des années
par des universitaires, des associations et des
syndicats. Eh bien immédiatement après avoir été
investi président, l’un des coups réalisés par Macri
l’a été à l’encontre de cette loi.

Alors Macri a commencé à recourir aux décrets de


nécessité et d’urgence afin de détruire une quantité
d’organismes qui fonctionnaient de manière
démocratique. Il a nommé deux juges à la Cour
suprême, laquelle est aujourd’hui intégralement
Manifestation contre la réforme prévisionnelle,
dépendante du pouvoir gouvernemental. Il a
Buenos Aires, 18 décembre 2017
commencé à détruire une quantité d’organismes qui
avaient vu le jour lors du gouvernement précédent
pour lutter contre les inégalités sociales.

5
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

Comment a réagi Macri face à la grogne impossible de signer un accord de paix afin de
sociale ? retrouver une souveraineté si sept bases
étasuniennes sont encore sur le sol de ce pays. Une
Ces deux années de gouvernement Macri ont vu la
seule base étasunienne dans l’un de nos pays et
mise en application d’un modèle de militarisation
c’est toute notre souveraineté nationale qui est en
au niveau des organes de sécurité tels que la
danger.
gendarmerie, la préfecture, les polices fédérale et
provinciale, la police de la ville Buenos Aires, cette
À l’heure actuelle en Amérique latine, une guerre
dernière recevant des conseils et une instruction
de contre-insurrection est en train d’être menée par
venant à la fois des États-Unis et d’Israël qui a
les USA et leurs partenaires. Ce que nous avons en
entraîné la police de la ville de Buenos Aires dans
Argentine n’est pas une démocratie. C’est ce que
les territoires palestiniens occupés.
j’appelle une démocratie de sécurité nationale.
Autrement dit, une dictature dissimulée. Le
Cette militarisation du pays nous permet de
Congrès, de même que les manifestations et la
comprendre la répression brutale à laquelle nous
volonté populaire, n’ont plus de valeur. Ce
avons assisté en décembre dernier, qui a résulté
gouvernement a été élu sur un programme de
d’une action coordonnée de ces forces de sécurité,
pauvreté zéro, déclarant que rien de tout ce qui était
toutes armées des équipements dernier cri dont le
en faveur du peuple ne devait être modifié… Il est
coût se chiffre à plusieurs millions de dollars. Cela
en train de faire exactement le contraire de cela.
ne concerne pas seulement les équipements… il y a
aussi des camions, des armes nouvelles afin de
Il a ainsi trahi son propre programme. Par
réprimer les manifestations sociales.
conséquent, nous devrions vite imposer dans toute
Notre Amérique, qu’un gouvernement qui est élu
L’année 2017 s’est terminée avec 2 morts et
grâce à un programme pour lequel la population a
plusieurs disparus mapuches en Patagonie indigène,
voté, mais qui non seulement le piétine absolument,
de nombreux blessés, des incarcérations… Tout
mais finit par réprimer et terroriser sa population…
cela dans le cadre d’une répression qui concerne
ce gouvernement doit cesser de se qualifier de «
tout le pays. Elle n’était pas uniquement dirigée
démocratique ».
contre Buenos Aires, comme on a pu le voir.
Cependant, l’Argentine ainsi que d’autres pays
Une telle situation n’avait jamais été vue dans ce
de Notre Amérique sont déjà passés par cette
pays, à savoir un Congrès encerclé et totalement
période de contraintes imposées par le FMI,
militarisé lorsqu’une loi s’apprête à être votée. Plus
avec des gouvernements obéissant à des intérêts
de 2 000 hommes des forces armées ont été
étrangers et non nationaux…
déployés afin d’affronter les manifestations
pacifiques. Ce qui est en train de se mettre en place en
Amérique latine à l’heure actuelle, c’est un projet
Il est curieux que ces gouvernements latino- géostratégique de recolonisation régionale. Les
américains de droite soient encore présentés États-Unis ont déclaré avoir besoin de contrôler
comme « démocratiques »… tout cette région, car cela signifierait avoir le
contrôle sur toutes les ressources de cette région,
Je pense qu’aux dictatures de sécurité nationale des
qui sont inestimables. La guerre qu’ils mènent
années 70 ont succédé les démocraties de sécurité
contre le Venezuela est typique d’une guerre
nationale d’aujourd’hui, pilotées par les États-Unis.
contre-insurrectionnelle, avec une guerre
Le meilleur exemple est la Colombie, où le
psychologique, une guerre de quatrième
gouvernement a ratifié un accord de paix, alors que
génération… Il en est de même pour la guerre
les paramilitaires sont toujours présents, de même
qu’ils mènent au Brésil, où ils ont installé une
que les bases militaires étasuniennes. Dans un pays
dictature.
qui a connu cette violence extrême, il est
6
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

Rappelons-nous que pendant toute cette période où


l’Amérique latine était en train de s’unir, elle avait D’un côté il y a eu une manipulation totale de la
atteint son plus haut degré d’unité avec la justice, puisqu’ils ont commencé à infiltrer les
constitution de la Communauté d'États latino- structures judiciaires de tous nos pays. D’un autre
américains et caraïbes (CELAC), le Marché côté, ils ont le contrôle sur les parlements grâce à la
commun du Sud (MERCOSUR) et l’Union des corruption.
nations sud-américaines (UNASUR). Pour la
première fois dans l’histoire de la région, tout cela Aujourd’hui au Honduras, nous avons une dictature
avait pu se concrétiser fin 2011 avec la CELAC. qui a conservé une continuité. De la même manière
qu’ils ont fomenté le coup en 2009 contre Zelaya
Face à tous ces succès, les États-Unis vont agir au Honduras, ils ont tramé un coup d’État contre
rapidement dans la région, non pas grâce à une Fernando Lugo au Paraguay, en 2012. Ainsi, nous
espèce de guerre coloniale, comme la tragédie que avons désormais ces gouvernements où la dictature
les pays du Moyen-Orient sont en train de vivre, connaît une continuité.
mais en essayant d’y arriver par d’autres moyens.
Première partie de l’entretien avec Stella Calloni
(à suivre)

Sommet de la CELAC, République dominicaine, janvier 2017

7
Le combat des communautés afro-colombiennes :
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

entretien avec Luis Armando Ortiz

menée par quelques personnes majeures, nos


ancêtres qui ont fui à partir d’un processus connu
sous le nom de marronnage des groupes
minoritaires. Ces personnes se trouvaient dans les
forêts les plus reculées à cette époque, et il
constituaient alors ce qu’on appelait des quilombos,
qui étaient une espèce de « nation » dans la nation à
l’époque coloniale et plus tard républicaine, afin de
se protéger des chasseurs d’esclaves qui
souhaitaient les capturer et les emmener à nouveau
dans des zones minières. C’étaient des espaces
construits par nos ancêtres comme stratégie de
Marche du PCN au cours de leur cinquième défense avec des barricades faites de bâtons de bois
assemblée (Photo: Renacientes.net) (palos en espagnol, d’où le nom de palenque
désignant les quilombos des pays hispanophones de
L’histoire des communautés afro-colombiennes la région), afin de se protéger de ceux qui faisaient
est une succession de persécutions, de peser cette menace.
déplacements forcés, de violations des droits de
l’homme et de lutte permanente pour la dignité. Ensuite, le processus d’abolition de l’esclavage a
Pour mieux comprendre cette lutte, en débuté en 1851, processus qui ne prévoyait pas de
particulier dans ce contexte de (non) application conditions minimales de dignité pour les
des accords de paix en Colombie, nous avons émancipés, mais ces communautés se sont
échangé avec Luis Armando Ortiz, un des leaders principalement installées sur les rives des bassins
du Processus des Communautés Noires (PCN). du littoral pacifique colombien et dans d’autres
régions aux conditions similaires de la côte
Ricardo Vaz et Raffaele Morgantini atlantique et caribéenne.

Qu’est-ce que le Processus des Communautés La Colombie est donc un pays qui compte une
Noires ? grande population d’afro-descendants ou de
Le Processus des Communautés Noires est communautés noires qui sont installées en majorité
l’organisation nationale qui regroupe la majorité sur ces territoires et dans les chefs-lieux des
des organisations des communautés noires en communes de cette région et dans les capitales de
Colombie. Il en existe d’autres, mais le PCN est leur département, comme : Cali (Valle del Cauca),
celle qui est la plus importante et la plus pertinente Medellín (Antioquia), Quibdó (Chocó). Elles sont
sur la scène nationale et internationale. également installées à Bogotá, suite à un processus
de migration et de déplacements, où il y a une
Pouvez-vous nous dresser une perspective plus grande colonie de communautés noires. Nous
historique de la lutte des communautés afro- représentons en Colombie 20% de la population
colombiennes dans votre pays ? totale recensée.

Eh bien, la lutte est historique depuis le processus


de colonisation, dans une recherche de liberté
8
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

L’élargissement de la frontière portuaire dans des


villes comme Buenaventura est un autre exemple
d’événement ayant provoqué des déplacements
forcés, des tortures, des assassinats, des
disparitions, des violences sexuelles, le recrutement
forcé d’adolescents et de jeunes, et celui de leaders,
dont les enfants n’ont pas été épargnés dans le
cadre du conflit armé.

Donc les processus de déplacement forcé ont


augmenté en corrélation avec l’adoption des
fameux traités de libre-échange…
Grève civique en Colombie, octobre 2017
(Photo: jjcaicedo96) Exactement, autour de tout ce qui signifie en
première instance le modèle économique qu’on a
Et ces déplacements de population, ces voulu implanter en Colombie avec l’ouverture
migrations, justement, à quelle époques se sont- économique qui a ensuite provoqué ce que sont les
ils réalisés et pour quelles raisons ? traités de libre-échange. Ceux-ci ont généré toute
une dynamique agressive contre les territoires
Il y a eu une migration historique qui a
ancestraux. D’un côté, l’agrandissement des ports,
principalement trouvé ses causes dans l’offre de
en gardant à l’esprit que Buenaventura, par exemple,
travail des haciendas de la Valle del Cauca en
voit transiter plus de 60% du commerce extérieur de
particulier. Beaucoup d’habitants du Pacifique sont
la Colombie. D’un autre côté, les terres du Pacifique
partis travailler comme salariés dans ces haciendas
sont très riches en or et en argent. On y a découvert
qui exploitaient la canne pour la production de
de nombreux gisements de coltan, de pétrole, une
sucre. D’autres sont également partis avec l’essor
biodiversité de faune et de flore très riche, et c’est
du développement des grandes capitales, en tant
vers là-bas que se dirigent les tentacules de
que main d’œuvre non-qualifiée pour la
l’économie libérale dans nos territoires.
construction de voies routières et ferrées ainsi que
de ports. Disons que la main d’œuvre a émigré
De notre point de vue, une économie qui détruit les
avant que ces processus d’offre de travail ne
territoires et la nature devrait être une considérée
s’enclenchent, développant en partie
comme illégale. Cependant, cette économie a été
l’infrastructure qui nous a historiquement manqué
légalisée par le gouvernement national, et elle
dans nos territoires. Ces premiers processus
s’instille aujourd’hui de manière violente et
migratoires ont principalement émergé entre le
agressive, provoquant un impact en matière de
début et le milieu du XXè siècle.
violation des droits de l’homme, violant notre droit
légitime à posséder une économie propre, le droit de
Mais quand bien même, ce n’était pas un problème
pouvoir choisir un modèle de développement qui
majeur. Les problèmes ont vu le jour avec les
correspond à la vision ethnique des communautés
déplacements forcés des habitants de nos
qui se trouvent ici. Nous appelons cela des plans «
communautés, et ce principalement autour de
d’ethno-développement » ou des plans de vie, qui
quelques pratiques productives très négatives qui
sont le nom que certains communautés utilisent, ou
avaient à voir avec les projets de ce soi-disant «
PEDRIN pour plan de développement rural intégral.
développement » ou avec l’implantation des
Ces propositions s’opposent aux plans de
cultures de coca qui sont arrivées en majorité au
développement du gouvernement national qui
milieu des années 90 dans le Pacifique colombien.
obéissent simplement à ce plan hégémonique de
Ces processus ont également emmené avec eux
l’économie néolibérale dans le monde.
l’entrée du grand capital sur le territoire pour
l’exploitation des minéraux (or, argent, etc.).

9
Alors il y a cette espèce de contrepoint, comme plus sources de déplacement de nos territoires.
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

nous le disons en langage très populaire, à savoir Dans certains cas, les communautés ne sont pas
que nous luttons pour notre modèle de déplacées, mais vivent dans des exploitations dont
développement tandis qu’on voit un intérêt massif à les impacts sont très nocifs en matière de santé.
arracher nos populations de leur territoire par tous
les moyens. D’un côté, à travers la violence au En réunissant toutes ces revendications des
milieu du conflit armé, une lutte pour le contrôle populations afro-colombiennes, quel est
territorial d’une économie illicite autour de la coca. l’objectif de votre visite, de votre tournée
De l’autre côté, au moyen des mégaprojets qui sont européenne ?
en train d’être développés sur la côté pacifique.
Le but de la visite est principalement de dénoncer
devant la communauté internationale la forme
systémique dans laquelle le gouvernement, à
travers différentes stratégies, a provoqué le chaos
dans notre population, les protagonistes armés dans
ces territoires, en marge de la loi et qui de la même
manière assassinent de manière continue et
systématique nos leaders et des membres de leur
famille, pour s’être justement opposés à ce type
d’attaques venant des acteurs armés en marge de la
loi, mais aussi des mêmes institutions du
gouvernement national. Nos membres se font
assassiner, nos jeunes sont recrutés afin de servir
des structures illégales, le narcotrafic et le
Grues dans le port de Buenaventura (Photo: paramilitarisme, qui interviennent sur le territoire
Agence Nationale de l’Infrastructure ) dans l’exercice d’une économie illégale.

Il y a peu, un incident à Tumaco a également mis


Quelle est la position de l’État face aux en évidence des responsabilités imputables au
déplacements forcés de vos communautés ? gouvernement, à la police plus précisément, dans
l’assassinat de sept leaders paysans, cultivateurs de
Les victimes de déplacements sont reconnues
coca dans l’Alto Mira. Il existe un contexte de
comme telles lorsqu’elles se trouvent dans des
terreur, d’expulsion et de déplacement dans lequel
zones d’affrontements ou dans des zones
le gouvernement a des responsabilités que nous
économiques où se développent les mégaprojets
souhaitons dénoncer. Beaucoup n’ont pas le
forçant les habitants à fuir ou les obligeant à s’en
courage de le dire, nous savons les risques que nous
aller. Nous dénonçons cela auprès de l’Ombudsman
encourons, mais quelqu’un se doit de porter cela à
colombien afin que de telles situations soient
l’attention de la communauté internationale.
constatées puisque celles-ci sont souvent occultées
par les registres officiels. Nous avons progressé sur
Nous appelons la communauté internationale, les
ce plan, grâce à la diffusion d’une documentation
médias alternatifs, les mouvements sociaux de
sur ce problème. 94% des déplacés en Colombie
gauche, les mouvements politiques alternatifs à se
sont noirs, paysans et indigènes. Parmi eux, les
joindre à notre lutte, à attirer l’attention des
noirs sont en grande majorité.
citoyens du monde, dans les lieux où ils se
rencontrent par différents moyens, pour que cette
Aujourd’hui, la locomotive du développement, les
réalité soit connue.
barrages hydroélectriques, les exploitations prévues
en matière d’hydrocarbure, les infrastructures
portuaires, les projets miniers, etc. sont toujours
10
Comment se positionne le PCN face au
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

processus de paix et à sa mise en place ? Et dans


quelle mesure ce processus affecte (de manière
positive ou négative) les conditions de vie des
communautés afro-colombiennes ?
Premièrement, il faut dire que la communauté noire
s’est positionnée en faveur de cet accord,
précisément car nous avons été victimes de
nombreux abus, et nous avons soutenu le oui avec
confiance, comme tous les Colombiens, et avec
Juan Manuel Santos recevant le Prix Nobel de la l’espoir d’avoir un pays en paix. Nous avons
Paix (Photo: TeleSur / EFE) beaucoup de défis et c’est précisément pour faire
face à la manière féroce dont le gouvernement
Comment définissez-vous le contraste entre ce
s’oppose à nos intérêts, démantelant nos droits.
message et l’image que le gouvernement
colombien souhaite véhiculer à l’étranger ?
Nous sommes en train de programmer une
Le gouvernement national n’a pas donné à mobilisation nationale, pour d’une part exiger
connaître cette réalité qui se déroule dans cette l’application de nombreux accords car nous avons
autre Colombie, cette Colombie oubliée, dépassé la barre des 100 accords historiques avec le
marginalisée et exclue, cette Colombie qui possède gouvernement national qui n’ont jamais été
les taux de pauvreté et de misère les plus élevés, respectés. Et c’est cela qui justifie notre
cette Colombie n’est jamais évoquée. Cependant, le scepticisme face à ce qui sera le nouvel accord
président Santos ne cesse de diffuser une conclu entre le gouvernement et les FARC.
propagande selon laquelle la Colombie, à la suite
de l’accord de paix et de l’arrêt des affrontements De la même manière, nous sommes en train
avec les FARC, est un pays en paix. Il a en plus de d’élaborer des propositions comme celles que nous
cela demandé aux Nations Unies la reconnaissance avons toujours faites, alternatives, afin de
d’une certification en matière de droits de l’homme surmonter la crise sociale, économique, culturelle,
pour le mois de mai. La visite a aussi pour objectif environnementale de notre territoire. Nous ne
croyons pas que la répression ou la force soit la
de démentir la version officielle de monsieur le solution aux problèmes conflictuels qui existent sur
président de la république, qui est un mensonge le territoire, mais nous croyons que les plans
intégral. d’ethno-développement sont la meilleure formule
afin de pouvoir résoudre un problème ancré dans
Nous sommes confrontés à un ennemi qui nie nos un territoire, caractérisé historiquement comme
droits, qui nie les conquêtes du peuple noir dans le territoire pacifique d’où nous venons, nous les noirs
cadre de la loi 70, dans le cadre des accords qui se de Colombie, en majorité. Et ce travail est relié aux
sont conclus avec le gouvernement national et les appels que nous lançons à la communauté
FARC à La Havane avec la table des victimes, à internationale, pour qu’elle prenne conscience que
les problèmes survenant dans ces lieux si lointains,
laquelle étaient aussi présentes les communautés
d’où nous venons, auront un impact ailleurs
noires. L’inclusion du chapitre ethnique avait été également.
proposée et il est toujours présent. Nous avons très
peur car dans le cadre de tous ces chapitres,
justement, nous voyons se produire des rabotages
systématiques menés par le gouvernement national,
il y a une attaque systématique contre les droits du
peuple noir.

11
Il y a quelques mois, il y a eu une grande grève à
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

Buenaventura, et en novembre une grève


nationale a eu lieu. Comment évaluez-vous ce
type de mobilisations et comment pensez-vous
que celles-ci peuvent évoluer dans le futur, non
seulement comme instrument pour défendre vos
droits, mais aussi comme instrument pour exiger
de la part du gouvernement une véritable
application des accords de paix ?

Marche du PCN pour la défense des droits de Disons que la grève est l’outil le plus positif que
l’homme (Photo: Renacientes.net) nous avons trouvé pour exiger du gouvernement son
attention pour répondre aux besoins de base non
Nous avons pu voir qu’après l’accord de paix et satisfaits que nous connaissons, pour diminuer
l’abandon des armes de la part des FARC, des l’écart des inégalités. Nous nous définissons comme
groupes paramilitaires s’agrandissent. Comment des personnes de paix. La mobilisation comme
se positionne le PCN face à cette problématique ? moyen d’action, c’est l’outil auquel nous avons fait
appel et c’est à partir de ce scénario que nous
Et quelle va être la réponse du gouvernement ?
pouvons ouvrir les dialogues, qui sont des dialogues
Les paramilitaires se rendent dans nos territoires afin de sourds, dans la mesure où ces stratégies et ces
de contrôler le trafic de drogue. Depuis que les situations sont connues au niveau national et c’est
FARC ont déposé les armes, de nouveaux groupes et pour obtenir le soutien et la solidarité à
structures sont effectivement en train d’apparaître l’international que nous nous mobilisons.
sur nos territoires. Il existe des dizaines
d’organisations qui opèrent dans les zones rurales du
Pacifique et dans la périphérie urbaine. Il y a
quelques semaines, ils ont assassiné une dirigeante,
une femme qui faisait un travail social auprès des
jeunes pour qu’ils ne tombent pas dans la
délinquance. Hier, j’ai appris que le fils d’une
dirigeante d’un conseil communautaire avait été
assassiné pour avoir refusé de rejoindre un groupe
paramilitaire. Les mouvements sociaux sont attaqués
de manière incessante.

Sur ces faits, le gouvernement ne se manifeste pas.


Ses responsabilités se bornent simplement à les
éluder. De manière indéniable, il existe une
complicité entre le gouvernement et ces groupes. Actions de protestation à Buenaventura (Photo:
Ces derniers n’attaquent pas les forces du PopularResistance.org)
gouvernement et la question est : qui fournit la
matière première (les armes) à ces groupes ? Selon
les résultats des enquêtes menées en Colombie, il a Nous nous manifestons surtout contre la guerre
été prouvé que les armes des paramilitaires venaient économique qui est en train de se mener contre nos
de la police, des forces armées ou des services de territoires, laquelle est dirigée par le système de
renseignement (Département Administratif de commerce international capitaliste dont les agents
Sécurité, DAS). La police, l’armée, les juges, et entrent dans une compétition pour s’emparer des
même le parquet, ne nous protègent pas. Nous
richesses naturelles de notre pays à travers des
devons faire appel à d’autres instances pour nous
protéger, pour que des enquêtes efficaces sur les méga projets d'extraction. Cette situation aggrave la
violations contre nos communautés soient menées. crise politique et sociale du pays. Ces mégaprojets
ont un impact sur le climat, ils détruisent des forêts,

12
des champs, des sources d’eau. Ces projets font comme le Pôle Démocratique, par exemple, qui
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

partie du plan du gouvernement Santos, de la « nous soutient dans la lutte pour la défense des
locomotive du développement » qui rase tout ce droits ancestraux des communautés afro-
qu’il trouve sur son passage. Nos communautés se colombiennes. Avec les communautés paysannes et
voient expulsées de leurs territoires ancestraux vers
indigènes également, bien sûr, dans le cadre de la
des territoires urbains où ils rencontrent une Minga. Cette dernière a été un espace où toutes les
pauvreté aiguë, de la délinquance, de la victimes de ce système, le vrai peuple, se sont
prostitution. Ce sont des zones où il n’existe pas réunies pour rassembler leurs forces et construire
d’infrastructure nécessaire à une intégration. une unité plus forte, afin de contre attaquer à partir
d’une perspective sociale les injustices du système
Quels types de convergences ou d’alliances qui nous opprime.
stratégiques existe-t-il entre le PCN et d’autres
mouvements ou organisations, ou partis Luis Armando Ortiz est le représentant légal du
politiques progressistes ? conseil communautaire ACAPA (Tumaco, Nariño)
et un des dirigeants de la PCN, une organisation
En ce qui concerne la mobilisation, par exemple, il
nationale pour la défense des droits des
existe des convergences, bien sûr. Avec des partis
communautés noires en Colombie.

Fresque illustrant les déplacements forcés de communautés afro-colombiennes


à cause de l’action des groupes paramilitaires

13
Honduras : La CIA et la disparition forcée
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

    

Le rapport « Recherche de la Vérité qu'on nous la guérilla PRTC, le Dr. José María Reyes Mata,
cache » de l'ex-commissaire National pour les venait directement du Général Gustavo Alvarez
Droits de l'Homme au Honduras, Leo Martínez. Caballero a signalé que le personnel des
Valladares, révèle des documents qui mettent en Etats-Unis et même un agent de la CIA connu sous
évidence le soutien militaire des Etats-Unis aux le nom de “Mister Mike” étaient présents quand ils
forces militaires honduriennes dans les années ont reçu l'ordre du Général Alvarez. Ce témoignage
80 et le rôle de la CIA au Honduras. contredit les déclarations officielles disant que le
personnel des Etats-Unis n'était pas informé de
Le sergent à la retraite des Forces Armées l'implication de Carney dans le PRTC jusqu'à ce
honduriennes, Florencio Caballero Bonilla, a été que « l'Opération Patuca » soit mise en place.
l'une des sources d'information essentielles dans
l'affaire Carney et d'autres affaires d'abus Caballero, qui était assigné à Nueva Palestina, a dit
concernant les droits de l'homme. que personnellement, il n'avait pas vu le Père
Carney. Cependant, il a déclaré qu'il avait entendu
Caballero a déserté les services de renseignement dire, de seconde main, que le Père Carney avait été
militaire honduriens 3-16 en juin 1986 et plus tard, capturé et conduit à El Aguacate, un camp proche
il a partagé des informations dans divers forums, de Catacamas, département d'Olancho, qui avait été
certains publics et d'autres confidentiels. Cette installé par la CIA pour les “Contras”
section examine le témoignage de Caballero et la nicaraguayens.
réponse du Gouvernement des Etats-Unis
concernant l'affaire Carney. Caballero a soutenu que des instructeurs de la CIA
et du Pentagone qui entraînaient les “Contras”
En 1987, des membres de la famille Carney ont pris étaient présents à El Aguacate pendant la détention
contact avec Caballero pour le rencontrer au du Père Carney. Il a informé la famille que Carney
Canada où l'ex-militaire avait obtenu l'asile a été ensuite torturé puis jeté « vivant d'un
politique. Caballero a dit à la famille Carney que hélicoptère » au-dessus de la forêt hondurienne.
l'ordre d'exécuter le Père Carney et le dirigeant de

14
Caballero a dit, de plus, qu'il avait vu le journal et changer de température. Quand je suis rentré au
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

certains objets religieux ayant appartenu au Père Honduras, des Etasuniens, des Chiliens et des
Carney. Il a indiqué que ce journal a été plus tard Argentins m'ont entraîné à l'assaut, à l'utilisation
remis au Capitaine Chávez Hernández, qui était le des bombes et des explosifs » selon ce dont il se
second dans le commandement du Bataillon 3-16 souvient.
après le Major Alexander Hernández.
« Ensuite, on m'a intégré à une unité de
En janvier 1988, Caballero témoigna devant la renseignement comme interrogateur. Nous, nous
Cour Inter-américaine des Droits de l'Homme à San capturons et nos enquêtons sur des subversifs. »
José, Costa Rica, au procès de l'affaire historique Caballero a affirmé « qu’occasionnellement, un
de la famille d'Angel Manfredo Velásquez agent étasunien de la CIA se rendait secrètement
Rodríguez contre l'Etat du Honduras. Caballero dans la prison où il travaillait et lui donnait des
partagea aussi son témoignage avec le journaliste rapports écrits d'interrogatoires de prisonniers. »
James Le Moyne, qui le cita intégralement dans son
article intitulé « En témoignant sur la torture » dans Les allégations de Caballero concernant les
le New York Times Magazine du 5 juin l988. En ce activités criminelles de la CIA, dans l'article de Le
qui concerne l'affaire Carney, l'article de Le Moyne Moyne, ont causé une grande agitation
dit : d'investigations de la part du Gouvernement
étasunien. Le 9 juin 1988, l'Inspecteur Général de
« Florencio Caballero a dit qu'il avait interrogé un la CIA a ordonné une enquête sur les déclarations
prêtre étasunien, le Père James Carney, qui a contenues dans cet article. Le Comité de
soutenu un groupe de guérilléros et a été capturé Renseignement du Sénat a convoqué le Directeur
avec un groupe de 96 rebelles qui s'étaient infiltrés Adjoint pour les Opérations de la CIA, Richard
du Nicaragua au Honduras après avoir été entraînés Stolz, à une audience à huis-clos sur la formation
à Cuba. Caballero a signalé que le Père Carney et des interrogateurs honduriens et sur les manuels
presque 70 des guérilléros capturés ont été d'entraînement de la CIA. Après cette audience et
exécutés. » deux sessions de plus à huis-clos avec des
employés de la SSCI, les 14 et 17 juin 1988, le
Caballero a-t-il vu et interrogé le Père Carney ou Comité a décidé de suspendre les interrogatoires
non ? Cette divergence demande à être clarifiée. jusqu'à la fin de l'enquête de l'Inspecteur Général.
L'article de la revue donne des détails concernant Bien que la date exacte soit encore secrète, pendant
ce que dit Caballero sur son entraînement par la ce processus, des employés de la SSCI ont
CIA: rencontré Caballero.

« J'ai été amené au Texas avec 24 autres pour 6 Bien que des fragments importants d'information
mois entre 1979 et 1980, » c'est ce que m'a dit soient encore rayés, une partie des transcriptions de
Caballero. « Là, il y avait un capitaine de l'armée l'audience du Comité de Renseignement et de la
étasunienne et des hommes de la CIA. L'instructeur rencontre entre les membres du Comité et
en chef de la CIA était Mr.. Bill.…» Caballero a Caballero a été remise au Baltimore Sun en mars
ajouté qu'au Texas, les Etasuniens « m'ont enseigné 1995, en réponse à une demande FOIA. Des parties
l'interrogatoire pour en finir avec la torture séparées d'un memorandum du 24 août 1988
physique au Honduras. Ils nous ont enseigné des destiné à l'Inspecteur Général de la CIA au sujet de
méthodes psychologiques – pour étudier les peurs « l'Investigation sur les Allégations de l'Article du
et les faiblesses d'un prisonnier. Le laisser New York Times concernant l'implication de la
immobile, ne pas le laisser dormir, le laisser nu et CIA avec des Officiers Honduriens Accusés d'Abus
isolé, mettre des rats et des cafards dans sa cellule, concernant les Droits de l'Homme » ont été remises
lui donner de la mauvaise nourriture, lui servir des en août 1997.
animaux morts, lui jeter de l’eau froide dessus,
15
Un memorandum déclassifié indique qu'au moins morts. Mais je ne sais rien de plus... s'il a été
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

un membre du Congrès a rencontré des officiers de assassiné par les autorités honduriennes.
la CIA dont les noms ne sont pas mentionnés parce Simplement, nous ne savons pas... »
qu'ils connaissaient les causes éventuelles de la
mort du Père Carney. Le représentant William S. La transcription de l'audience indique qu'on n'a pas
Broomfield a été avisé que : demandé à Stolz de préciser ses réponses vagues et
confuses.
« (rayé) pouvait assurer à Mr. Broomfield que la
CIA n'avait rien à voir avec le décès du prêtre. » Un résumé de quatre pages que la CIA a préparé
pour accompagner sa remise de documents
Malgré ces déclarations « sincères » faites au concernant Carney en mars 1997 ébauche trois
congressiste, la famille de Carney n'a reçu de possibilités. La première « version communément
réponse officielle de la CIA concernant le destin du acceptée » est « que le Père Carney n'a pas été
religieux que 4 mois plus tard. Le 7 avril 1988, le capturé mais est mort de dénutrition sévère. » Cette
directeur de la CIA de l'époque, William Webster, version est basée sur les interrogatoires des
écrit : guérilléros et sur ce qui apparaît dans le journal de
Reyes Mata.
« Je suis satisfait que la CIA ne soit pas impliquée
dans la disparition et la mort évidente du Père Le résumé signale qu'une « seconde version est que
James Carney au Honduras. Selon les informations le Père Carney a été capturé et ensuite exécuté par
que j'ai, il semble que le plus probable est que le des militaires honduriens, une version qui ne peut
Père Carney ait péri dans la forêt hondurienne de pas être écartée si on considère les rapports récents
faim et d'exposition aux intempéries. Bien que qui indiquent que des unités militaires
nous, nous ne sachions pas exactement ce qui s'est honduriennes ont capturé et exécuté un certain
passé avec le Père Carney, je peux vous assurer que nombre d'insurgés. » Cette version est basée en
nous n'avons ni information ni preuve qu'il ait été partie sur le témoignage de Florencio Caballero.
torturé ou exécuté. »
La troisième version présentée par la CIA est la
Deux mois plus tard, le 16 juin 1988, le Comité de plus immorale et inquiétante et suppose que Carney
Renseignement du Sénat, l'autorité qui contrôle les « a été exécuté par des militaires honduriens mais
activités de la CIA au Honduras, a eu des audiences ajoute qu'il a été torturé et ensuite démembré. » La
à huis-clos à propos du manuel utilisé au Honduras CIA assure que cette version « n'est pas
pour les interrogatoires. La seule question sur corroborée » et est « basée sur des informations de
l'affaire Carney a été posée par William Cohen, seconde main d'un activiste de gauche avec un
maintenant Secrétaire à la Défense, au Directeur ordre du jour politique particulier. »
des Opérations de la CIA Suppléant Richard Stolz:
Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos
« Sénateur Cohen: … la CIA peut-elle confirmer la
façon dont est mort le Père Carney ? Source : Reporteros de investigacion

Mr. Stolz: Non, Monsieur... Nous, nous


comprenons (pause) nous, nous ne connaissons pas
la réponse à cette question. J'ai parlé brièvement
avec l'ambassadeur Negroponte mardi et à nouveau
hier, et la meilleure information qu'il semble que
nous ayons tous est qu'il soit mort de (pause) qu'un
certain nombre d'entre eux aient été libérés et qu'ils
étaient dans la forêt quelque part et qu'ils sont
16
Argentine : répression brutale pour la
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

réforme des retraites (reportage photo)

Le 18 décembre dernier, la Confédération Générale des Travailleurs (CGT) a appelé à une grève de
24 heures pour protester contre la réforme des retraites. Celle-ci a donné lieu à une répression
policière brutale contre les manifestants. La reporter photo Majo Malvares était sur place, et nous
offre un témoignage visuel précieux d’un des moments les plus critiques de la démocratie en
Argentine au cours des dernières années.

17
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

18
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

19
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

20
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

21
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

22
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018
Perspectives d’avenir pour la
Révolution cubaine en 2018
l’ALBA, la résistance vénézuélienne et la décision
de Trump de reconnaître Jérusalem.
Pendant que Juventud Rebelde, le quotidien de la
jeunesse communiste, saluait la participation de 70!
000 jeunes à des travaux bénévoles ainsi qu’au
Festival mondial de la jeunesse et des étudiants à
Sotchi, il abordait également le sujet de 2018. Le
quotidien s’engageait alors à mettre l’accent sur le
90e anniversaire de naissance du Che, le 14 juin.
La jeunesse révolutionnaire, par l’intermédiaire de
sa prestigieuse collaboratrice régulière Graziella
TeleSur s’entretient avec le spécialiste de Cuba, Pogolotti, écrivait que l’un des points culminants
Arnold August, à propos de la retraite de 2018 serait le 150e anniversaire de la révolte du
imminente de Raúl Castro et des relations 10 octobre 1868 contre l’Espagne, à titre
Cuba–États-Unis. d’événement précurseur du triomphe de 1959. Cet
Par TeleSur, Arnold August article a été repris par CubaDebate.
L’hebdomadaire des travailleurs, Trabajadores,
publiait en première page une collaboration
Cinquante-neuf (59) ans après le triomphe de la spéciale du président de l’Institut d’histoire de
Révolution, pensez-vous que la célébration revêt Cuba, René González Barrientos. Celui-ci dressait
un caractère particulier cette année, étant donné un portrait des principaux thèmes de 1868, tout en
les élections prochaines et la retraite imminente laissant entendre que le point culminant de 2018
de Raúl Castro? serait la commémoration de la rébellion de 1868
Si je me fie aux publications de la presse cubaine menée par Carlos Manuel de Céspedes pour
des derniers jours de décembre jusqu’aux l’indépendance et la fin éventuelle de l’esclavage.
L’historien présentait aux lecteurs plusieurs
célébrations du 1 er janvier, ainsi qu’aux p a r t i c u l a r i t é s m é m o r a b l e s d e l a G u e r r e
conversations que j’ai eues avec des collègues d’indépendance. Lors de mes conversations
cubains, on ne fait nullement mention de l’élection téléphoniques avec des amis cubains le
de la nouvelle présidente ou du nouveau président
le 19 avril 2018. 31 décembre et le 1er janvier à propos de
l’année 2018, ils ont manifesté le désir de maintenir
Quels sont alors les thèmes qui ont marqué le la tradition révolutionnaire.
passage de 2017 à 2018? Par conséquent, en considérant 2018 du point de
vue de la Révolution cubaine, l’élection de la
Les Cubains, comme partout ailleurs dans le nouvelle présidente ou du nouveau président par la
monde, ont souligné d’abord et avant tout les nouvelle législature du 19 avril constituera
événements de l’année qui s’achève. simplement un événement de plus dans sa longue
Par exemple, le quotidien officiel Granma passait histoire remontant à 1868 et, depuis lors, à 1959.
en revue les principaux événements et réalisations Cette affirmation signifie-t-elle que je sousestime la
de 2017. À l’échelle du pays, on y soulignait les portée historique du 19 avril 2018? Non. Toutefois,
réussites dans le domaine de la santé. À cette position nous permet de nous préparer à une
l’international, on mentionnait, entre autres, les nouvelle offensive idéologique et politique contre
efforts continus en faveur de l’intégration et de la la Révolution cubaine.
coopération latino-américaine/caraïbéenne tels que

23
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

À quoi pouvons-nous nous attendre? démocratisation et d’ouverture! » et composer avec


l’utilisation accrue des médias sociaux à Cuba.
Nous en avons eu un avantgoût en décembre
dernier. Raúl Castro, dans son discours habituel de
Les articles s’opposent souvent aux mystérieux «"
fin de session de l’actuelle législature, avisait de
partisans de la ligne dure" » à Cuba. Mais qui
manière presque fortuite que la convocation de la
sont ces «"partisans de la ligne dure"»?
nouvelle législature, et par conséquent l’élection de
la prochaine présidente ou du prochain président, Il semble qu’il s’agisse d’une habile diversion
avait été reportée au 19 avril, date où Raúl luimême servant de prétexte pour créer des dissensions et
ne solliciterait pas de nouveau mandat. Il a presser Cuba de «!changer!» en réponse aux désirs
toutefois abordé de façon détaillée (la durée variant des ÉtatsUnis. Alors, mon souhait du Nouvel An
selon le thème) plusieurs sujets qui suscitent serait qu’ils identifient qui sont ces «!partisans de la
généralement la curiosité des principaux médias ligne dure! ». Ce souhait ne sera de toute évidence
internationaux : les succès et défis du jamais réalisé, car la liste serait beaucoup trop
rétablissement après l’ouragan Irma, les résultats de longue à établir.
la participation populaire aux élections Il semble que pour certains, la demande de «!
municipales, le paiement de la dette extérieure, la démocratisation! » consiste en une revendication
double circulation des monnaies, les relations innocente. Cependant, cette orientation politique
Cuba–ÉtatsUnis, les attaques «! soniques! », le est semblable à celle que les médias ont concoctée
secteur non étatisé ou privé, les nouvelles immédiatement après le décès de Fidel Castro le
réglementations du secteur d’État, le blocus des 25 novembre 2016 : Castro, le «! dictateur! » n’est
ÉtatsUnis, la coopération et les échanges entre plus; il n’y a donc plus de «!prétexte!» au maintien
Cuba et les ÉtatsUnis, le soutien total et organisé à d’une soi-disant économie socialiste fermée, au
la Révolution bolivarienne, en faveur de Cristina et système de parti unique et à l’entière indépendance
Lula respectivement en Argentine et au Brésil, la devant les demandes des ÉtatsUnis qui souhaitent
CELAC, les changements climatiques et la position plus de flexibilité dans les relations Cuba–
des ÉtatsUnis sur l’Accord de Paris, l’appui à la ÉtatsUnis. Bien sûr, rien ne pourra jamais se
Palestine et l’opposition à la reconnaissance par comparer aux attaques éclair entreprises par les
Washington de Jérusalem comme capitale d’Israël. médias en novembre et décembre 2016 contre
Fidel. Néanmoins, le contenu est semblable et
Néanmoins, Raúl était à peine descendu du podium poursuit le même objectif impérialiste américain
que les médias des conglomérats internationaux «! sur le thème du chaos et du changement de régime.
rapportaient! », pratiquement en chœur, un seul Toutefois, il y a deux ans, les forces à l’intérieur et
thème : le 19 avril. à l’extérieur de Cuba ont complètement sous-
estimé la conscience politique des dirigeants
Quel contenu portant sur ce sujet a alors comblé cubains et de la majorité du peuple. La Révolution
le vide pour remplacer la totalité ou une partie cubaine était, et est, en train de se consolider. Elle
des sujets controversés élucidés par Raúl, et qui gagnait la bataille, sans un tir.
avaient déjà alimenté la fabrique internationale
de rumeurs et de désinformation? Que se passera-t-il dans les premiers mois de
cette année alors que la Révolution cubaine
Divers topos ont fait la manchette, dont celui
progressera vers avril?
insinuant que Raúl tentait de «! s’accrocher au
pouvoir! », entre autres choses. Toutefois, de façon Cette situation est sans précédent. Pour la première
générale, le dénominateur commun était celui-ci : «! fois depuis la Révolution cubaine, un non-Castro
l’ère Castro! » qui prendra fin le 19 avril. La sera la personnalité politique la plus en vue du
nouvelle présidente ou le nouveau président devra système politique cubain officiel.
alors faire face aux «! demandes croissantes de

24
Voilà donc, comme vous me l’avez demandé, ce autres secteurs de la société et par la prochaine
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

qu’il y a de particulier cette année à Cuba. Ce n’est présidente ou le prochain président.


certes pas le bouleversement auquel les médias
monopolistiques internationaux voudraient nous À quoi vous attendez-vous des relations Cuba–
faire croire. La session d’avril 2018 de l’Assemblée États-Unis pour 2018?
nationale du pouvoir populaire ne figure pas à
Je vais me risquer à prédire que Trump assouplira
l’ordre du jour des principaux événements qui se
quelque peu sa position sur Cuba.
dérouleront en 2018, comme nous l’avons vu
Le 17 décembre 2017, selon la transcription
précédemment. Au contraire, le point culminant de
officielle de la Maison-Blanche, c’est ce qu’il
2018 sera atteint le 10 octobre, jour de
déclarait lors d’une réunion impromptue avec des
commémoration des 150 ans de la révolution
journalistes. À l’un d’eux, qui lui demandait son
cubaine. Cette dernière est en mesure de faire face
avis sur le troisième anniversaire des déclarations
à l’inévitable changement générationnel comme
communes de Barack Obama et Raúl Castro
l’un des nombreux défis qu’elle a dû relever au fil
annonçant la nouvelle reconnaissance bilatérale et
des décennies. En réalité, ses détracteurs sont
la réouverture de l’ambassade, il a répondu :
insensibles au fait qu’il en est ainsi depuis que
«! Oui. Oui, c’est exact. C’est l’anniversaire, et
Fidel Castro a cédé son poste officiel à son frère
j’espère que tout se normalisera avec Cuba. Mais
une décennie auparavant, lequel, à son tour, a
en ce moment, ils ne font pas ce qu’il faut, et tant
composé avec les autres «! históricos! » et la
qu’ils ne font pas ce qu’il faut, nous ne ferons pas
prochaine génération.
ce qu’il faut. C’est tout ce que j’ai à dire.!»
À cet effet, cette transformation ne se manifeste pas
Concernant le caractère imprévisible de Trump, les
seulement dans le système politique. À titre
visiteurs de TeleSur peuvent se risquer à tirer leurs
d’exemple, en décembre 2017, pour la première
propres conclusions.
fois, une jeune femme (âgée de 34 ans à l’époque),
Yailan Orta, était nommée rédactrice en chef du
«"Espérons que tout se normalisera avec Cuba."»
journal Granma. C’était exceptionnel. Tout comme
Pensons-y. Est-ce vraiment son intention?
l’ancien rédacteur du Juventud Rebelde, Yailan est
également devenue en 2016 et 2017 une tête Même si Trump a fait cette remarque à côté de
d’affiche de la résistance des jeunes du peuple à l’hélicoptère présidentiel de la Marine, sa
l’égard du Programme mondial d’apprentissage déclaration n’est pas tombée du ciel. Depuis son
(World Learning Program) mis de l’avant par la élection en novembre 2016 et jusqu’à maintenant,
CIA ainsi que du blocus. De plus, la nouvelle les forces de mobilisation aux ÉtatsUnis ont doublé
directrice de Granma est très active dans les médias leurs exigences en matière d’ouverture
sociaux, une caractéristique du leadership commerciale et de déplacements à Cuba. Cette
médiatique dont on n’avait jamais entendu parler vague d’opposition aux restrictions qui vont des
auparavant pour des raisons générationnelles et demandes sectorielles telles que l’exportation de
techniques. Elle maintient donc un contact direct produits agricoles des États du Midwest et du Texas
avec les 40 % (en croissance) de la population qui qui soutiennent Trump, à l’industrie du voyage, à la
ont accès à l’Internet, dont beaucoup sont fabrication de machines agricoles, aux villes
évidemment des jeunes. La tentative des médias portuaires de la Floride et du Texas près du port de
internationaux de créer de la dissension et du chaos La Havane et du port à conteneurs de Mariel, à
à Cuba dans la foulée du 19 avril sera fermement l’appui bipartisan républicains et démocrates à
repoussée à court et à long terme. Les opposants à l’échelle nationale, des États et des municipalités,
la Révolution cubaine, affirmés ou cachés, ne Trump est peut-être naïf, mais pas au point
correspondent pas aux nouvelles générations d’ignorer l’évidence relative à 2020.
représentées par les nombreux jeunes et moins
jeunes journalistes révolutionnaires, par tous les

25
C’est pourquoi, comme 2017 a été l’année où Arnold August
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

Trump a imposé des restrictions à Cuba tout en


maintenant avec lui des relations diplomatiques, L’ a u t e u r m o n t r é a l a i s , j o u r n a l i s t e e t
2018 pourrait être l’année où il reculera de conférencier, a écrit Democracy in Cuba and the
quelques pas, dans une certaine mesure. 1997–98 Elections (Editorial José Martí, La
Havane, 1999). En 2013, son second livre, Cuba
Du côté cubain, 2017 a été l’année où la Révolution and Its Neighbours: Democracy in Motion
cubaine a vaillamment pris position contre Trump, (Fernwood Publishing) a été publié. En 2014, la
l’intimidateur impérialiste des ÉtatsUnis, tout en version espagnole a été publiée à Cuba par
gardant son sang-froid à la table des négociations Ciencias Sociales. Une version coréenne est
quant au maintien de la porte ouverte. Cuba, parue en 2015 chez un éditeur sud-coréen.
comme il le fait depuis 1959, n’a aucunement
renoncé aux principes de défense de sa Son troisième livre, publié par Fernwood
souveraineté et de son indépendance. C’est aussi Publishing, s’intitule Cuba–U.S. Relations:
l’année où, malgré la rhétorique, une série de Obama and Beyond (mai 2017). Il paraîtra dans
réunions bilatérales fructueuses ont eu lieu à La une version espagnole cubaine en avril 2018 sous
Havane et à Washington sur des sujets d’intérêt le titre Relaciones Cuba-EE.UU: ¿Que ha
commun. cambiado?
Twitter FaceBook
En 2018, les nouvelles générations qui prendront le
pouvoir seront peut-être davantage, et certainement
pas moins, enclines à défendre la souveraineté et la Source : TeleSur
dignité de Cuba, et à poursuivre la progression de
la Révolution cubaine malgré toutes les tentatives
des États-Unis et de ses alliés (avoués et masqués)
de la renverser.

26
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018
Au Venezuela, « l’information c’est comme
l’eau : un bien public »
libres et alternatifs, l’un des réseaux créés pour
défendre les intérêts de l’information du bas vers le
haut. D’autres télévisions communautaires qui en
font partie ont progressivement élargi leur champ
d’action des quartiers de la capitale à d’autres
régions du pays. C’est le cas de Catia TV, dont la
devise est «Ne regarde pas la télévision, fais-la», et
celui d’Ávila TV.
Les bureaux d’Ávila resplendissent de luminaires,
de grands miroirs et de jolies femmes comme
Vanessa Delgado, médiactiviste de la première
heure : «Ávila, explique-t-elle, est née de l’idée de
donner en priorité de l’espace aux femmes et aux
Negro Primero fait battre le cœur du quartier : très jeunes. Même si on dit cameraman, ici il n’y a
la radio accueille les débats des conseils que des femmes derrière la caméra, tout comme à
communaux, promeut les formations autogérées, la production ou à la présentation des émissions.
la lutte pour venir à bout du narcotrafic, et Ces années de révolution ont été pénibles, mais
produit un petit journal créé dans le même nous avons beaucoup obtenu. Et nous avons de très
esprit communautaire. «Notre travail est nombreuses lois pour nous protéger».
journalistique, mais aucun d’entre nous n’est Le directeur, par contre, est un homme, Vladimir
journaliste, explique-t-on ici. Nous sommes issus Sosa. La structure existe depuis 2005, propose
des luttes sociales, nous apprenons à gérer ces trente-huit programmes et offre du travail à environ
moyens de communication et à démocratiser quatre cents personnes. Vanessa, qui n’est pas
leur utilisation, nous les concevons comme un journaliste professionnelle, touche trois mille deux
instrument de transformation de la société». cents bolívars (un peu plus du double du salaire
minimum qui, jusqu’en mai 2012, s’élevait à mille
Investig’Action vous fait découvrir un passage cinq cent quarante-huit bolívars), d’autres gagnent
du livre-enquête de Geraldina Colotti « Des un peu plus.
Taupes à Caracas » (Editions du Cerisier) «Nous avons commencé sous le signe de la guérilla
communicative, pour que les gens apprennent à
Une jeune femme arrive pour le cours de transmettre leur propre réalité avec leurs propres
panification : le collectif radiophonique fait aussi moyens, explique la médiactiviste; c’était notre
du pain. «Dans ce pays, commente Ilaria, il y a “pourquoi”, et il fallait simplement savoir “où”,
aussi une révolution alimentaire en cours, quoique “comment”, “quand”, et l’exprimer. Nous ne
bien plus lente. Le proceso a permis aux classes voulions pas faire de journalisme en costume-
populaires de consommer de la viande, mais ce cravate».
n’est pas bon d’en manger trop, ce n’est pas une C’est dans cet esprit que Vanessa a choisi de
alimentation saine, il y a donc une volonté de s’occuper principalement de sujets peu commodes,
fournir à tous une bonne orientation nutritionnelle». comme la prison. Elle a organisé des cours de
Negro Primero existe depuis neuf ans, c’est l’une médiactivisme dans les prisons et conçu un
des radios libres (ici on les appelle radios programme très suivi intitulé Cambiando bicha per
communautaires) qui donnent vie au changement cámara (la caméra plutôt qu’une arme). Son visage
vénézuélien et font office d’amplificateur sur le s’éclaire quand elle parle de ses amis malandros
territoire. Le collectif est membre de l’ANMCLA, (les malandrins) : «Si tu savais combien de gens
l’Association nationale de médias communautaires,

27
s’en sont sortis ces dernières années, dit-elle, grâce Il raconte qu’il a commencé à faire de la politique
Le journal de Notre Amérique n° 32 - Janvier 2018

à ce type de contact et aux formations!» pendant les consultations populaires relatives à la


Et pourtant, selon Vanessa, avec le temps et le flux nouvelle Constitution, juste après l’arrivée au
des financements, Ávila «a perdu un peu de son pouvoir de Chávez. Il se rappelle avec fierté les
esprit initial». Pour sortir de la crise, «il faut moments où les habitants sont venus défendre la
retourner faire du bruit dans les quartiers. La droite radio «contre les agressions fascistes», les
est agressive et sournoise, elle cherche à imiter, à sabotages nocturnes «qui nous avaient mis en
d’autres fins, nos modalités de travail. Nous devons danger de mort». Une fois, en période électorale,
nous protéger des comportements bureaucrates et «l’opposition avait décidé d’occuper la radio, mais
ministériels, rester proches du peuple et innover». des jeunes qui travaillent en mototaxi l’ont su et ont
Pour cela, un groupe de médiactivistes membre de prévenu tout le monde. En quelques minutes,
l’ANMCLA encourage un autre média de quartier, quarante personnes avaient accouru. Nous avons
Barrio TV. «L’information bourgeoise tend à la une grande capacité de riposte. L’information,
concentration et au monopole, affirme Vanessa, conclut-il, c’est comme l’eau : un bien public».
tandis que nous favorisons la pluralité et la En descendant la colline en voiture, nous nous
multiplication des projets alternatifs». perdons sur une route secondaire. Deux jeunes en
À Barquisimeto, dans l’État de Lara, en haut d’une mototaxi nous rattrapent à toute vitesse et arrivent à
colline verdoyante, se trouve le siège de Rádio notre hauteur. En l’échange de quelques pièces, ils
Ondas de El Cercado. Une pièce d’une résidence acceptent de nous mener à destination.
privée a été mise à disposition par un habitant du
quartier. À l’entrée, des prospectus, livres, affiches Source : extrait de l’ouvrage de Geraldina Colotti
et calendriers, un tableau indiquant les horaires des “Des taupes à Caracas”, Editions du Cerisier
formations.
À l’intérieur, Rider Molina, le directeur de
quarante-cinq ans, s’affaire entre son clavier et les
micros.
«Chez ANMCLA, ce sont des amis, on travaille sur
le même projet, mais ils sont un peu anarchistes,
dit-il, ils soutiennent le proceso, mais ne sont pas
avares de critiques. Moi je crois à la
communication militante. Si l’on me dit que
l’information doit être neutre, je réponds que c’est
un mensonge. Si l’on me demande si je suis
chaviste, je réponds : oui, profondément. Mais je
suis pour la confrontation avec l’opposition, sinon
on ne grandit pas. Il faut ouvrir des espaces de
dialogue, on ne peut pas réitérer les erreurs qu’ils
ont commises avec nous».
Cette structure fait partie d’un autre réseau, le
Circuit des médias communautaires de l’État de
Lara. Elle est née du cercle bolivarien Ana Soto et
s’est constituée après le coup d’État de 2002.
Molina, de religion évangélique, explique que ce
sont surtout des hommes qui travaillent à la radio et
que la structure est «encore trop verticale, mais
[qu’]elle va bientôt changer, grâce à une direction
collective».

28
N°32, année 4, janvier 2018

Rédacteur en chef : Alex Anfruns


Comité de rédaction : Alex Anfruns, Ricardo Vaz,
Raffaele Morgantini
Remerciements: Arnold August, Majo Malvares,
Françoise Lopez
Traducteurs : Rémi Gromelle
Correcteur : Rémi Gromelle, Benoît Bourcey
Graphisme & Mise en page : BAF.F! & Michèle Janss
Directeur de la publication: Michel Collon
Graphisme & mise en page : Baf.f. !, Michèle Janss

----Diffusion gratuite----

INVESTIG' ACTION

29