Vous êtes sur la page 1sur 353

COLLECTION DE L'ECOLE FRANÇAISE DE ROME - 33

LA PAPAUTÉ ET LES MISSIONS D’ORIENT AU MOYEN ÂGE

(Xllle-XVe siècles)

JEAN RICHARD

Scanned by CamScanner

Jean Richard

LA PAPAUTÉ ET LES MISSIONS D OR1ENT AU MOYEN ÂGE (XI1I'-XV' SIÈCLES)

La présence des missionnaires de

1’ÉglÍse latine en Asie,

dòs

les pre-

mières décennies du XIIIc siècle, nest pas sculement la conséquence de la naissance dordres religieux mieux préparés que le clergé séculier à la prédication «aux nations» et de la inise en place par la papauté de hié- rarchies épiscopales assurant la vie des «nouvelles plantalions de la foi». Elle prend place dans un contexte qui ouvre les pavs orientaux à la pénétra- tion des Européens. La constitution de 1’empire mongol principal facteur de la transformation du monde dont Marco Polo fut le témoin, a favorisé les contacls et ouvert 1’accès aux pays dOrient et d’Extrême-Orient. Sa désagrégation et le développcment de puissances hostiles à la chrétienté occidentale nont pas permis à leffort missionnaire, qui avait connu des succès certains, de sy poursuivre au-delà du milieu du XVC siècle. Mais les religieux qui en furent les acteurs et qui vécurent cette extraordinaire aventure avaient su sadapter à un monde très différent du leur et qu’ils ont largement contribué à faire

connaltre.

 

;

í

ISSN 0223-5099

j

ISBN

2-7283-0519-6

bcanned by CamScanner

COLLECTION

DE

L Ê C O L E

33

FRANÇAISE

DE

ROME

Jean R1CHARD

LA PAPAUTÉ ET LES MISSIONS D'ORIENT AU MOYEN AGE

(XIIIe-XVe siècles)

Deuxième édition augmentée d'une postface

ÉCOLE FRANÇAISE DE ROME PALAIS FARNÈSE

1998

Scanned by CamScanner

École française de Rome - 1998 ISSN 0223-5099 ISBN 2-7283-0519-6

D iffusion ert France:

D1FFUS10N DE BOCCARD 11 RUE DE MÉDICIS 75006 PARIS

SCUOLA TIPOGRAFICA S. PIO X - VIA ETRUSCH1, 7-9 ROMA

Scanned"By CamScariner

AVANT-PROPOS

Nous avions orienté nos recherches vers les missionnaires latins de 1 Asie médiévale lorsque notre nomination en qualité de membro de 1'École française de Rome, en 1943, nous ouvrit la possibilité de travailler dans une perspective qui nous intéressait depuis longtemps: 1’histoire dos Occiden- taux qui s’enfoncèrent en Asie entre le XII* et le XVC siècle. à la favour do la fondation des Etats latins, puis de la conquète mongolo, quils fussont sol- dats, marchands, missionnaires, captifs, voire renégats. C'est seulomont 011 1947 qu'il nous fut possible de passer près d’une année dans la Villo Eter- nelle, et de compléter les recherches déjà effectuées par des dépouille- ments menés dans les Archives du Vatican, dans les bibliotheques romainos et dans dautres dépôts et collections. Cest surtout alors que, gràce aux R. P. Loenertz et Laurent, nous avons pu préciser le theme d'uno rechorche qui allait aboutir à la rédaction d’un mémoire consacré à la Papautc, aux missions dOrient et aux origines de l'épiscopat titulaire. Ce mémoire, qui avait reçu 1'approbation d'Albert Grenior et qui fut présenté a l Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1948, formait dans sa première partie une première rédaction du présent ouvrage. Mais il a dú être entiòrement repris; et les années ont passé, car une vie professionnelle chargée d’obliga- tions de toute sorte nous a empèché de le faire plus rapidement. On ne s’étonnera pas qu’une refonte ait été nécessaire, si lon songe à tous les travaux qui, au cours des derniéres décennies, ont renouvelé I his- toire de 1'Orient. Le domaine que nous devions parcourir en compagnie des missionnaires médiévaux forme le champ des études des islamisants, des bvzantinistes, des arménologues, des turcologues, des iranisants, des india- nistes, des mongolisants et de bien dautres; et chacune de ces disciplines a connu un développement considérable en ces derniéres années. Quant à 1’histoire des relations entre 1’Orient et 1’Occident, un peu dédaignée quand nous avons entrepris ce travail, elle a bénéficié elle aussi du labeur de nom- breux historiens, et nous serions bien ingrat de ne pas évoquer des ouvra- ges qui, comme ceux, tout récents, de M,,e von den Brincken ou de M. Bez-

Scanned by CamScanner

VI

AVANT PROPOS

zola sur 1’image que les Occidentaux se sont faite des chrétiens orientaux ou des Mongols, se sont ajoutés aux ceuvres posthumes de Pelliot, désor- mais accessibles, pour nous donner une vision plus précise de ces relations. Letude des missions médiévales nest pas chose nouvelle. Depuis quen 1741 Mosheim publa son Historia Tartarorum ecclesiastica qui utilisait large-

ment les documents d'origine pontificale déja mis en ceuvre par Rinaldi dans les Annales ecclesiastici, les efforts des religieux latins pour converlir les Mongols et les peuples qui leur étaient soumís ont retenu I attention. Ce chapitre de 1’histoire missionnaire figure aussí bien dans 1 Hisloire générale

des missions catholiques

depuis le X IH e siècle jusqua

nos jours (1846)

du

baron Henrion ou dans la Storia universale delle missioni francescune du

P. Marcellino da Civezza, dont la parution s étala de 1857 a 1883 que dans

YHistoire universelle des missions catholiques de iMgr S. Delacroix (1957) et

dans les ouvrages similaires. Quant aux monographies et articles scientifi-

ques, ils sont légion; ceux de Moule (Chrislians in China) ou

de

Pelliot

( Chrétiens d'Asie centrale et d'Extréme Orient) ont faít dale; mais la consulta*

tion de notre bibliographie, que nous avons cependant voulu succincte, dira aisément 1’abondance de tels travaux. C’est dans le cadre de chacun des deux grands ordres religieux qui ont assumé au Moyen-Age 1'essentiel de la táche missionnaire que se sont réali- sés la plupart de ces travaux. Deux noms, ceux du P. Girolamo Golubovich,

auteur de la monumentale Biblioteca bio-bibliografica

delia

Terra

Santa e

deliOriente francescano, et du P. Raymond-J. Loenertz auquel nous devons

La Société des Frères Pérégrinants. Elude sur 1'Orient dominicain, suffiraient

à attester que, du côté de chaque ordre, 1'enquéte a été menée pratiqiie* ment à son terme, s'il ne fallait y joindre celui du P. Van den Oudenrijn, incomparable connaisseur de l’Arménie au temps des Freres Uniteurs. II nous appartenait, nous a-t-il semblé, de prendre letude des missions par un autre aspect. Dominicains et Franciscains se sont partagé les efforts à accomplir dans le domaine de lapostolati mais derricre les deux grands ordres se discerne 1’action dun organisme fédérateur qui nest autre que la Papauté. L ’intervention de celle-ci se manifeste a chaque instant, de telle sorte que les registres de la chancellerie pontificale sont notre principale source documentaire; et c est la Papaulé qui. par la création d un épiscopal missionnaire comme par lenvoi dambassadeurs ou de commissaircs

s efforce de donner à la táche d évangclisation a permanence.

la

foi.s son

ampleur et sa

Que ce soit la Papauté du XIII- siècle, alfrontée au* redoutables pro-

blemes de

I Union des

Eglises -

dans le climat

propre au*

Etals nés des

Cro.sades - et de la menace mongole, puis mamelúke; la Papauté avignon-

Scanned by CamScanner

AVANT-PROPOS

VII

naise, qui passe outre à la «centralisation pontificale» pour essayer de doter les «nouvelles plantations de la foi» des moyens de mener une vie autonome; la Papauté du Grand Schisme qui, à Rome comme à Avignon, maintient tant bien que mal les efforts missionnaires terriblement gènés par les mutations de la fin du XIVC siècle; la Papauté redevenue romaine, préoccupée par la réalisation de l’Union des Eglises par voie conciliaire :

nous avons cru discerner chez tous ces pontifes la persistance du souci mis- sionnaire, et dans la Papauté le moteur des réalisations qui s'opèrent par 1 intermédiaire des deux ordres. En prenant la Papauté comme point de départ pour 1'étude des mis- sions, nous rencontrions un autre avantage: celui de pouvoir envisager 1 effort apostolique dans sa totalité, en prenant en considération à la fois les Frères Prêcheurs, les Frères Mineurs, les autres religieux, les séculiers, les laics mêlés à la tâche missionnaire. C'est ainsi que s’imposait dès l’abord un examen des théâtres de 1'apostolat, et qu’il nous est apparu qu'entre les pays «de 1’Aquilon», d'une part, ceux «de 1’Orient et du Midi», de 1'autre, d'autres différences que celles qui résultent d’un découpage géographique se faisaient jour. Ce qui nous a confirmé dans 1’adoption de cette optique. Si nous avons exclu de notre recherche le vaste domaine des relations entre 1'Eglise romaine et 1’Eglise byzantine, sauf à évoquer certains aspects des contacts entre les Latins et les Melkites de Syrie, les Géorgiens ou les Russes, c’est précisément parce que ce domaine était trop vaste et aussi parce que les relations en question ont été trop marquées par l interférence du temporel et du spirituel pour que nous ayions pu envisager de nous y aventurer. Les ouvriers, d ailleurs, sont ici nombreux et plus habiles que nous ne 1'aurions été à manier leurs instruments; nous souhaiterions avoir pu contribuer à leur tâche en leur fournissant des points de comparaison qui aideront à mieux apprécier la spécificité des rapports gréco-latins. Mais nous voudrions, d’emblée, marquer combien nous nous sentons, de notre côté, redevable à leur endroit pour tout ce qu ils ont apporté à notre tra- vail.

Les controverses portant sur les problèmes dogmatiques, rituels ou dis- ciplinaires auxquels 1'Eglise catholique et les Orientaux apportaient des solutions différentes appelaient sans nul doute des analyses plus détaillées que celles que nous avons esquissées; nous nous sommes en effet attaché davantage à 1’histoire de 1'organisation missionnaire qua celle de la théolo- gie, de la liturgie et du droit canon qui requièrent 1’intervention de spécia- listes. Nous devons incidemment préciser que nous avons conservé 1’usage des appellations de Nestoriens ou de Jacobites dans le sens qui leur était donné au Moyen-Age, c’est-à-dire de termes désignant des communautés à

Scanned by CamScanner

j

AVANT-PROPOS

la foto ri.uelles e. nationales,

sans

que

1'emploi de

ces termes postulà,

adhésion de ceux quils concemaien. aux hérés.es de Nestonus ou des

Monophysi.es. Recourir aux appella.ions de Chaldéens ou de Synens (ce dernier mo. designa longtemps les Melki.es) pourraU parfo.s apparaure

comme un anachronisme. Nous nous sommes. enfin, systéma.iquement abstenu de nous referer a un autre domaine de recherche, celui de la missiolologie. Les travaux menés depuis quelques décennies dans ce domaine, tendant a degager des perspectives de labeur missionaire fondées sur de nouvelles approches des contacts et des divergences entre les diverses religions et les différentes Eglises, sont sans doute riches de développements à venir, il nous a paru impossible d’en transposer les résultats, dans la mesure ou ceux-ci sont définitivement acquis, dans un passé vieux de plusieurs siècles. Le monde de pensée dans lequel ont évolué les missionnaires médiévaux n était sans doute guère différent de celui des évangélisateurs du haut Moyen-Age, ni de celui des grands missionnaires des XVIe, XVHe, XVIIIe siècles, ou des temps

contemporains. Et cest là ce qui importe à l'historien. Mais il est temps de nous acquitter d’une dette de reconnaissance envers tous ceux à qui nous sommes redevable d’un conseil, d’un éclaircis- sement ou d’un encouragement. La coopération entre chercheurs n'est pas, pour nous, un vain mot, et nous avons conscience d’en avoir été le bénéfi- ciaire; combien de tirés à part qui nous ont dispense de rechercher des publications parfois quasi-introuvables, de lettres qui sont venues résoudre une difficulté!

  • II nest, en effet, pas toujours facile de mener, sans disposer sur place

d'un éventail de bibliothèques spécialisées, des recherches telles que celles

dont ce volume est 1'aboutissement. Aussi notre gratitude est-elle grande à

1 égard

de

nos amis

des archives qui ont

ou collègues, des conservateurs des bibliothèques et

facilité notre tâche. Et il nest que justice de dire quel

concours nous avons trouvé dans notre entourage familial, en particulier auprès de notre femme, d’Hugues, de Francis et d’Hélène Richard.

Nous nc saurions oublier ceux qui nous ont aidé à définir ce travail:

Albert Grenier, Paul Pelliot, René Grousset, Marie-Hyacinthe Laurent, qui nous ont trop tót quittés. Le P. Mécérian, J. J. Saunders, N. V. Pigulevskaja, qui s’y étaient intéressés, ne sont plus là non plus. Mais ce nous est une joie de remercier ici, en nous excusant de le faire aussi succinctement, R. Bau-

 

lier

J A. Boyle, H. Bresc, E. Ccrulli. A.-L. Courlel, J. Darrouzès, J. Dauvillier,

C.

Dedeyan, G. Fedalio, J.-M. Fiey, J. Filliozat, L. Hambis, E.-R. Hambve,

K.Jahn.

P.Lemerle,

G. Moyse,

L. Pe.ech,

M. Roncaglia.

K. M. Setlon.

D.

Sinor.

D.

el

J. Sourdel,

B. Spuler,

W. R. Tyler,

A. Vauchez,

A.-D. von dcn

Scannecfby CamScanner

AVANTTROPOS

IX

Brincken, de 1’aide qu’ils nous ont apportée et de 1’intérêt qu’ils onl témoi- gné à ce travail. Et nous aurions aimé pouvoir apporter avec 1’hommagc dc ce livre notre gratitude au P. Loenertz, qui avait suivi nos recherches depuis le début en nous faisant profiter de sa grande connaissance de leur objct,

mais que la mort nous a enlevé le jour mème ou nous

remettions ce

volume en vue de son impression. Un grand merci aussi à notre ami Jean Glénisson et à 1'Institut de Recherche et d’Histoire des Textes qui ont tant facilité la réalisation de ce volume aux dernières heures de son élaboration. A l’Ecole française dc Rome et à son Directeur, M. Vallet, nous voudrions exprimer aussi toute notre gratitude. C’est grâce à notre séjour au Palais Farnèse, auprès des col- lections vaticanes, que nous avons pu entreprendre ce travail; c’est à 1 Ecole que nous avons trouvé un appui toujours très secourable; c’est dans les Mélanges d'archéologie et d'histoire qu'ont paru les premiers des élé- ments détachés qui se sont égrénés tout au long de la préparation de ce livre; c’est dans ses collections que 1’Ecole veut bien accueillir celui-ci après sa longue gestation. Puisse-t-il, en se révélant utile aux historiens, jus- tifier toute 1'aide que son auteur a rencontrée!

Scanned by CamScanner

SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

La documentation sur laquelle repose une enquête sur les missions orientales au Moyen-Age est constituée en premier lieu par la série des registres de la chancellerie pontificale. Si une tentative de réunir dans des volumes spécialisés les textes intéressant les questions missionnaires ne vit le jour que très tard et de façon éphémère, les lettres des Papes aux princes d’Asie et aux prélats orientaux, les recommandations ou les pouvoirs accor- dés aux missionnaires lors de leur départ, les décisions de toute sorte pri* ses par le Saint-Siège, les exhortations aux ordres religieux se rencontrent pratiquement dans chacun des registres conservés. Aussi le dépouillement de ceux-ci a-t-il été à la base de notre travail. Entrepris depuis longtemps par les auteurs des Bullaires, notamment ceux des ordres franciscain et dominicain, ce dépouillement a été rendu plus aisé grâce à 1’inestimable collection des Registres et Lettres des Papes des X I I I e et X ÍV e siècle. Mais, au cours des trente dernières années, sest éla- borée la série des Fontes de la commission pontificale pour la rédaction du Code de droit canonique oriental, qui a systématiquement rassemblé tout ce qui, dans les registres pontificaux, intéresse 1'Orient, y compris des sup- pliques et tout le dossier de la grande controverse sur la foi et la discipline de 1’Eglise arménienne. Ce recueil nous a fourni un instrument de controle et d'utiles compléments; il est désormais pour les travailleurs un excellent moyen d'accès à tous ces textes jusqu'ici dispersés - on s’en rend compte par La chiesa latina in Oriente de D. Giorgio Fedalto, excellent ouvrage qui se propose un objet parallèle au nôtre Nous avons cependant cru devoir conserver les références anciennes, en y joignant celles des Fontes, à la fois pour permettre de reconnaitre les textes habituellement cités et parce que la série des Fontes n a pas toujours trouvé dans les bibliothèques la diffu- sion qu'elle mérite. Viennent ensuite les documents émanant des ordres religieux - actes des chapitres, lettres des ministres et maitres généraux, avec les lettres et rapports des missionnaires que nous avons cru pouvoir comparer aux célè-

Scanned by CamScanner

  • XII SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE

bres « lettres édifiantes»'— lesquels apportent une contribution sans doute moins abondante que la précédente, mais fort importante. Ces documents s’apparentent aux récits de voyages, dont certains, comme les M irabilia de Jourdain de Séverac, sont eux aussi des excitatoriae, des invitations à concourir à la tâche missionnaire. II nest voyageur, füt-il laíc comme Schiltberger ou Marco Polo, qui n'apporte sa contribution à la connaissance des missions, qui figurent dans les perspectives de certains projets de croisade. Mais beaucoup d'auteurs des uns et des autres sont eux-mêmes des missionnaires ou des « pérégrinants ». Et de véritables rap- ports sur 1’état et les possibilités de 1’évangélisation sont sortis de la plume, par exemple, des archevêques Jean Icr et Jean III de Sultanieh. II est regrettable que 1’allégorie qui règne d’un bout à 1'autre du Songe du Vieil Pélerin nous empêche d’utiliser aussi le tableau du monde qu'esquissa Phi- lippe de Mézières! Bon nombre d'informations qui rentrent dans nos perspectives ont trouvé place dans l une ou l'autre chronique. Un Mathieu Paris, un Jean de Winterthur, un Jean Elemosyna, sont particulièrement bien informes; mais nous aurons d’autres chroniqueurs à citer épisodiquement parmi nos sour- ces.

Cette documentation multiforme, pour autant qu'elle concerne 1'ordre des Frères Mineurs, a été extraite et commodément rassemblée dans la pré- cieuse Biblioteca bio-bibliografica du P. Girolamo Golubovich, que nous avons abondamment utilisée dans nos références, comme constituant un véritable corpus des textes intéressant les missions franciscaines, tandis que le premier volume des Sinica franciscana a permis au P. Van den Wyngaert de foumir une édition scientifique des relations de voyages sorties de la plume des voyageurs du même ordre. Les textes de provenance domini- caine sont sans doute plus dispersés; mais les études du P. Loenertz en réu- nissent les références sous une forme très accessible. Nous avons cependant eu à compléter ces dépouillements douvrages imprimés en recourant aux documents darchives ou à des manuscrits, pour vérifier les indications données par nos prédécesseurs ou rétablir des textes tronqués, et aussi à la recherche dmformations nouvelles. Les archi- ves notariales de Gênes et les fonds de 1'Archivio segreto Vaticano (notam- ment les Instrumento miscellama et les archives de la Chambre apostoli- que) nous ont livré un nombre appréciable de documents inédits sans que nous puissions prétendre avoir fail mieux qu un glaneur qui retrouve quel- ques épis après le passage des moissoneurs. Une source feconde, mais quasi-désespérante par sa dispersion est const.tuee par les actes émanant d evêques affectés à des sièges orientaux

Scanned by CamScanner

SOURCES ET BIBUOGRAPHIE

XIII

et se trouvant plus ou moins durablement en Occident, qu’ils accomplis- sent certaines fonctions pontificales pour seconder des évêques diocésains, ou qu'ils s’associent pour enrichir certaines dévotions d'un nombre de jours d indulgence proportionnel à celui des évêques ainsi rassemblés. C est ainsi quune de ces lettres d’indulgence collectives, retrouvée par le P. M- H. Laurent, a livré le sceau du célèbre Rabban Çauma. Beaucoup de ces documents ont été recensés par le P. H. Delehaye, Les lettres d’indulgence collectives (dans Analecta Bollandiana, XLIV-XLVI, 1926-1928). Mais il en est d'autres, dispersés dans des Códices diplomatici, des Urkundenbücher, des Regestes, ou encore inédits, qui nous ont livré des mentions intéressant notre propos, au prix d'une prospection longue, et cependant certainement incomplète. La littérature historique relative aux missions médiévales est considé- rable; nous n'avons pas la prétention d'en avoir épuisé la liste dans la bibliographie qui suit. Nous n’avons pas cru, en effet, devoir recenser tous les ouvrages qui n’ont plus d’intérêt scientifique, quel que fut leur mérite à 1’époque ou ils ont été écrits - sauf lorsquon y trouve la démonstration de faits qui sont depuis considérés comme établis par les historiens. Pas davantage, tous ceux qui nous permettent daccéder à la connaissance du milieu dans lequel s'insère 1’histoire missionnaire, qu’il s'agisse de l’histoire des Eglises orientales, de 1’Orient aux temps mongols, des relations politi- ques ou économiques entre 1'Occident et 1’empire mongol ou les régions voisines. Nous avons en effet la bonne fortune de disposer depuis ces derniéres années d'ouvrages qui ont établi d’excellentes bibliographies auxquelles nous ne saurions faire mieux que de renvoyer nos lecteurs, qu'ils aient à utiliser YIntroduction à Vhistoire de 1'Eurasie centrale de D. Sinor, Das Mon- golische Weltreich de KJaus Lech, Die « Nationes christianorum orientalium» de M,le von den Brincken, Die Mongolen in Abendlandischer Sicht de G.- A. Bezzola, les deux livres classiques de B. Spuler, Die Goldene Horde et Die Mongolen in Iran, ou les pages consacrées aux missions et à 1'histoire des Eglises d'Orient par Hans-Eberhard Mayer dans sa Bibliographie zur Ges- chichte der Kreuzzüge. Et il est inutile de dire que nous avons eu recours bien des fois au Dictionnaire dHistoire et de Géographie ecclésiastiques, au Lexikon für Theologie und Kirche, ou à YEncyclopédie de 1'Islam, dont les notices nous ont rendu les plus grands services. On trouvera dans nos notes infrapaginales la référence à de nombreux ouvrages ou articles que nous n avons pas releves dans cette bibliographie liminaire. Celle-ci se veut consacrée, dune part, aux travaux consacrés à 1’histoire des missions elles-mèmes; dautre part, aux ouvrages que nous

Scanned by CamScanner

XIV

S0URCE8 HT IIIIII.KKJKAPHIE

avons plus d une fois cites et dont la description s’est trouvée de ce fait plus ou moins fortement raccourclc*. II nous laut dailleurs preciser qu'il nous est arrivé de renvoyer à des truvaux, ct notamment à des publications de textes, qui peuvent apparaitre comme dépassés par dautres, plus récents. Nous avons été ici handicapé non seulement par letalement de la gestation de ce travail sur presque trente ans, mais par l'é!oignement oú nous nous trouvions par rapport à des bibliothòqucs bien dotees en ouvrages de ce

genre1.

Cette liste bibliographique ne fail pas le départ entre les sources que nous avons utilisées - pour la plupart, nous l'avons dit, imprimées - et la littérature historique. Ce n’est pas que nous ayons fait nôtres les thèses de certains historiens qui récusenl cette distinction; mais c'est que, dans le domaine dont il s’agit, très nombreuses sont les publications qui associent

1 edition du n

texte ou d'un documcnl

à

une

étude

historique: que 1’on

pense à la Biblioteca biobibliofirafica de Golubovich! Et que bien des tra- vaux se présentent comme des éclaircissements apportés à des éditions de textes, à la façon des Recherches de Pelliot. II aurait faliu citer sous la rubri­

que «Sources» trop d’ceuvres que l'on aurait retrouvées sous la rubrique « Bibliographie». Aussi notre propos a été de facililer 1'identification des ouvrages cités, en espérant que le fait d’avoir mélé publications de textes et études consacrées soit à ces textes, soit aux questions soulevées par 1’his- toire des missions, ne rcndra pas plus malaiséc 1’orientation de ceux qui voudront utiliser cette liste pour dirigcr leurs propres dépouillements2.

1 Une question particulièrem ent dólicute ac pose à quiconque travaille à cheval sur plu- sieurs dom aines linguistiques relcvant de rorienlalism e : celle des transcriptions et de 1’usage des signes diacritiques. Nous uvons cherché à suivre 1'usage gònéralem ent suivi par les mon- golisants français en ce qui concerne les noms mongols, sauf à rem placer le y par gh; de m êm e en ce qui concerne les noms persans, laccenl circonflexe se subslitue au Lem ploi de form es traditionnellem ent reçues dans notre langue pour des noms géographiques, tel celui de Djagatai, ne devra pas surprendre. Mais nous plaidons à l avance coupable pour un parti-pris de sim plification.

2 En

ce

qui concerne

les le tires dindulgence colleclives, nous avons pu sim plifier nos

références, en raison de l'existence de lartlcle du P. Delahaye cité plus haut.

Scanned by CamScanner

LISTE DES OUVRAGES CITÉS

Abu 1 Faraj : voir Bar Hebraeus. Alishan (Léon), Sissouan ou 1'Arméno-Cilicie. Venise 1899. Altaner (Berthold), Die Domikanermissionen des 13. Jahrhunderts. Habelsch- werdt, 1924 (Breslauer Studien zur historischen Theologie, 3). Anaissi (T.), Bullarium Maronitarum. Rome 1911. Analecta sacri ordinis fratrum praedicatorum, Rome, 1839 et suiv. Archives de VOrient latin. Paris 1881-1884, 2 vol. Archivum franciscanum historicum. Quaracchi, 1908 et suiv. - Abrégé AF.H. Archivum fratrum praedicatorum Rome 1931 et suiv. - Abrégé AF.P. Armeno-Veneto (V). Compêndio storico e documenti delle relazioni degli Armeni coi Veneziani. Primo periodo, Venise 1893. Assemani (J. S.), Bibliotheca orientalis. Rome 1719-1728, 3 tomes en 4 vol. Atiya (Aziz Suryal), A history of Eastem christianity. Londres, 1968. Aubri de Trois-Fontaines. Chronicum (-1241) Alberici monachi Trium Fon- tium, ed. P. Scheffer-Boichorst, dans Monumenta Germaniae histórica, Scriptores, t. XXIII.

Bacon (Roger), The «opus majus» of Roger Bacon, ed. by J. H. Bridges. Lon­

dres,

1900, 3 vol.

 

Balard

(Michel), Gênes et iOutre-mer,

I,

Les

actes de Caffa

du

notaire

Lam-

berto

di

Sambuceto,

1289-1290.

Paris-La

Haye,

1973 (Documents

et

recherches sur l'économie des pays byzantins commerciales au Moyen-Age, XII).

...

et leurs relations

Les Génois en Asie centrale

et

en

Extrême Orient au X IV e siècle: un cas

exceptionnel, dans Economies et sociétés au Moyen-Age (Mélanges

Edouard Perroy), Paris 1973, p. 681-689.

Baluze : voir Vita Innocentii III, Vitae paparum Avinionensium

Banescu (N.), La domination byzantine à Matracha (

) , en Zichie, en Khaza-

. . . rie et en « Russie» à 1‘époque des Comnènes, dans Académie Roumaine. Bulletin de la section historique, XXII, 2, 1941.

Scanned by CamScanner

  • XVI LISTE DES OUVRAGES CITfcS

Bar Hebraeus, Gregorii Abulpharagii sive Bar Hebraei chronicon syriacum,

éd.

et trad.

Kirsch.

Lcipzig, 1739 (nous avons utilisé cctte cdition par

commodité

au

lieu

de

The

Chronography

of

Abu'l

..

Bar

Hebraeus,

éd. et trad.

E. A. Wallis

Budge, Oxford,

1932, 2 vol.).

G regorii Bar Hebraei chronicon ecclesiasticum, éd. et trad. Abbeloos ct

Lamy. Paris et Louvain,

1872-1877, 2 vol. en 3 tomes.

Barbaro (Josafa) et Contarini (Ambrogio), Traveis to Tana and Persia, transi, by W. Thomas and S. A. Roy, and ed. by Lord Stanley of Alderley. Lon­ dres 1873 (Hakluyt Society). Bautier (Robert), Les relations économiques des Occidentaux avec les pays d'Orient au Moyen Age. Points de vue et documents, dans Sociétés et com-

pagnies de commerce en Orient et dans l'Océan /ndien, Paris,

1970

(Bibliothèque générale de l'Ecole pratique des Hautes Etudes), p. 263­

331.

Bergeron (Pierre), Voyages faits principalement en Asie dans les X l l e, X III*,

X IV e et X Ve siècles. La Haye, 1735, 12 parties en 2 vol. Beumann : voir Heidenmissionen.

 

Bezzola (Gian-Andri), Die Mongolen in Abendlandischer Sicht (1220-1270). Ein Beitrag zur Frage der Võlkerbegegnungen. Berne et Munich, 1974.

Bihl (M.) et Moule (A.C.), De duabus epistolis Fratrum M inorum Tartariae

Aquilonaris,

dans Archivum franciscanum historicum,

XVI,

1923,

p. 89­

112.

-, Tria nova documenta de missionibus FF.MM. Tartariae Aquilonaris, Ibidem, XVII, 1924, p. 55-71. Blanke (Fritz), Die Mohammedanermission im Mittelalter, dans Missionspro- blem des Mittelalters und der Neuzeit, Zurich et Stuttgart, 1965, p. 77-88. Bongars (Jacques), Gesta Dei per Francos sive orientalium expeditionum et regni Francorum Hierosolymitani historia a variis sed illius aevi scripto- ribus litteris commendata. Hanovre 1611.

Boyle (J. A.), The ll-Khans of Persia and the princes of Europe, dans Central Asiatic Journal, XX, 1976, p. 25-40. Bratianu (Georges), Actes des notaires gênois de Péra et de Caffa. Bucarest,

1927.

La mer Noire des origines à la conquête ottomane. Munich, 1969 (Societas

acadêmica dacoromana. Acta histórica, IX).

Recherches sur le commerce gênois dans la M er Noire au X II I e siècle. Paris,

1929.

Bréhier (Louis), L'Eglise et 1'Orient au Moyen-Age. Les Croisades. 5C éd., Paris

1928.

Scanned by CamScanner

i

LISTE DES OUVRAGES C1TÊS

XVII

Bretschneider (E.), Mediaeval Researches from eastern asiatic sources. Lon­

dres,

1888, 2 vol.

Brewer : voir M onum enta franciscana. Brincken : voir Von den Brincken.

Brosset (M. F.), Histoire de la Géorgie depuis 1'antiquité jusquau X IX e siècle. Saint-Petersbourg, 1849-1858, 2 t. en 4 vol. Brun (C.), Die Franziskanermissionen und der Orient bei Johann von Winter- thur, dans Zeitschrift für schweizerische Geschichte, XVII, 1923, p. 29-37. Brunel (Clovis), David d’Ashby, auteur méconnu des « Faits des Tartares», dans Romania, LXXIX, 1958, p. 3946. Bryer (Anthony), Ludovico da Bologna and the Georgian and Anatolian embassy of 1460-1461, dans Bedi Kartlisa (Revue de Kartvélologie), XIX-

XX,

1965, p. 178-198.

B ullarium franciscanum : cette abréviation mes publiés sous ce titre par K. Eubel

renvoie normalement aux volu­ (t. V à VII de la première série),

ceux publiés par Sbaralea (début de cette série) ou par Hüntemann

(2e série) étant cités sous le nom de 1’éditeur.

Cahen (Claude), La Syrie du N ord à lepoque des Croisades et la principauté franque d‘Antioche. Paris, 1940. Canivez (Dom J.), Statuta capitulorum generalium ordinis Cisterciensis. Lou- vain, 1933 et suiv. (Bibliothèque de la Revue d’Histoire ecclésiastique). Cato (J. I.). G uillaum e du Pré et les Tartares, dans Archivum franciscanum

historicum , LX, 1967, Cerulli (Enrico), E tiop i in

p. 210-213.

Palestina. Storia delia com m unità etiopica di Geru-

salemme. Roma, 1943-1946, 2 vol.

Eu gên io

IV

e

g li

E tiop i

al con cilio

di Firenze nel 1441, dans Rendiconti

deliA ccadem ia dei Lin cei (classe di scienze morali, storiche e filologi-

che), ser. VI, vol. IX, 1933, p. 347-368.

Chabot

(J.-B.), Notes

sur les

relations du

roi Argoun

avec iOccident,

Revue de l'O rient latin,

II,

1894, p. 566-638. Abrégé : Chabot, Notes.

voir H istoire de M ar Jaballaha III.

dans

Chwolson

(D.),

Syrisch-nestorianische

Grabinschriften

aus

Semirjetschie,

dans

M ém oires

de

1'Académie

im périale

des

sciences

de

Saint-Peters­

bourg,

7C série, t. XX XV III,

n° 8,

1890.

Civezza

(P.

Marcellino

da),

Storia

universale

delle

m issioni

francescane.

Rome,

1857-1883, 7 vol.

et

app.

(trad. franç. par le P. Victor Bernardin

de Roucn, H istoire

universelle

des missions

franciscaines,

Paris,

1899,

4

vol.).

 

2

Scanned by CamScanner

  • XVIII LISTE DES OUVRAGES CITÊS

Cocquelines (C.), Bullarum , privilegioru m ac diplom atum R om anorum ponti-

ficum amplíssima collectio.

Rome,

Contarini: voir Barbaro.

1739-1740, 6 t. en

13

vol.

Cordier (H.), Le christianism e en Chine et en Asie centrale sous les Mongols,

dans

T o u n g

pao,

XVIII,

1917, p. 49-113.

voir Odoric.

 

Dauvillier (Jean), Les Arméniens en Chine et en Asie centrale au Moyen Age,

dans Mélanges de sinologie offerts à M. Paul D em iéville, II, Paris 1974, p. 1-17 (Bibliothèque de 1'Institut des Hautes Etudes chinoises, XX). -, Byzantins d'Asie centrale et d'Extrêm e-Orient, dans M élanges M artin Jugie

( Revue des Etudes byzantines, XI), 1953, p. 62-87.

-, Lexpansion de léglise syrienne en Asie centrale et en Extrêm e-O rient, dans

syrien,

I,

1956, p. 76-87.

 

L'O rient —, G uillaum e

de Rubrouck et les com m unautés

chaldéennes d ’Asie centrale au

Moyen-Age, dans L ’O rient syrien, II, 1957,

p. 223-242.

 

—, Les provinces chaldéennes «d e le x té rie u r» au Mo\en-Age, dans Mélanges

offerts au R. P. F. Cavallera, Toulouse

1948, p. 261-316.

 

Dawson

(Christopher). The M ongol Mission.

Narratives

and

letters

o f

the

Franciscan

missionaries in M ongolia and China,

translated by a nun

of

Stanbrook

Abbey, ed.

by

C. D.

Londres et

New

York,

1955 (Makers

of

Christendom series).

De m odo Saracenos extirp a n d i: voir Guillaume Adam.

Desimoni (C.) et Belgrano (L.T.), Atlante idrografico dei m edio evo posseduto

dal Prof. Tam m ar Luxoro, dans Atti delia deputazione di storia

la Liguria,

V,

1867, p. 67-168.

patria per

Desimom (C.), N u o v i studi suliA tlante L u xoro , dans Atti delia deputazione

per la Liguria,

V, fase. 2,

1869,

p. 272 et suiv

De Vries (W.). tnnozenz * chhche Studien, XII,

<1*3.1254) urrd der ch risd ich e Osten, dans O s ih r- 1963, p. 113-131.

D ie Püpste vou Avignor, tiana periódica, XX X,

und der chrisdiche Osien,

1964, p. 85-128.

dans O riem a tia

chris-

D irectoriu m ad passagium faciendum : voir Raymond Etienne

n « Cr

r

i

^

Rn CUer deS His,“

rie" s ?es Croisades. Documents Arméniens.

D o m e

(H ).

Dre,

Texle zur G esch,ch,e der U nga m

und

M o n g o le n :

die

Mis-

 

s,o,,sre.se des fr. íul.arm s O. P. ms Vralgebiet (1234/5) und nach Russland

N a c lr Z »

í

"

deSJ Erzbisch° f

über

die

Tartaren,

dans

N ach n chten

der A kadcm e

der W issem chaften

in

G om n g en

Philoloeis-

che-Historischc Klassc, 1956, p, 125-202.

Scanned by CamScanner

g

LISTE DES OlATUGES CITES

XIX

Dondaine (A.), Ricoldiana. Notes sur les ceuvres de Ricoldo da Montecrocc, dans Archivum fratrum praedicatorum, XXXVII. 1967, p. 119-179.

Douais (C.), Acta capitulorum provincialium louse, 1894.

fratrum

praedicatorum.

Tou-

Dupré-Theseider

(Eugênio),

Bonifácio

V III

e

lazione

missionaria,

dans

Glaube. Geist. Geschichte. Festschrift fiir Ernest Benz. Levde 1967, p. 506­

512.

Egami (Namio), Olon-siime et la découverte de leglise catholique romaine de Jean de Montcorvin, dans Journal Asiatique. CCXL, 1952, p. 155-168. Encyclopédie de ilslam . Nous avons utilisé la version en langue française,

.

tant dans sa première édition (1915-1938, 4 vol. et suppl.) que dans la seconde (en cours depuis 1960). Abrégé Enc. IsL Enoki (Kazuo), Nestorian christianity in China in the Medieval period, dans L'Oriente cristiano nella storia delia cixiltà, Rome, 1964, p. 45-77 (Accade-

mia

dei

n<> 62).

Lincei,

Problemi

attuali di

scienza

Eubel

(Conrad),

Bullarium

franciscanunu

V-VII.

e

di

cultura,

quaderno

Rome,

1898-1904, 3 vol.

Abrégé B u li franc. Die avignonesische Obedienz der Mendikantenorden sowie der Orden der Mercediarer und Trinitarier zur Zeit des Grossen Schismas, dans Quellen und Forschungen aus dem Gebiet der Geschichte, hggb. von der Gõrres- gesellschaft, I, 2, Paderbom 1900. -, Die wahrend des 14. Jhdts. in Missionsgebiet errichteten Bistümer, dans Ehses (St.), Festschrift zu elfhundertjahrigen Jübilãum des deutschen Campo Santo in Rom, Fribourg en Br., 1897, p. 170-185. -, Hierarchia catholica medii ae\n, I. \en éd., Miinster, 1898; 2e éd., Müns- ter, 1913.

Fedalto (Giorgio). La chiesa latina in Oriente. Verone, 1973-1976, 2 vol. (Studi religiosi, 3) (le second volume, traitant de la Hierarchia latina Orientis, paru trop tard pour que nous puissions 1’utiliser ici, reprend et complète la partie orientale de la Hierarchia d’Eubel). Fejer (G.), Codex diplomaticus Hungariae ecclesiasticus et civilis. Bude 1829­ 1844, 43 vol. Fiey (J.-M.), Chrétiens syriaques entre Croisés et Mongols, dans Orientalia christiana analecta, t. 97, 1974, p. 327-341. -, Chrétiens syriaques sous les Mongols (ll-Khanat de Perse, X I lI e-X IV e siè­ cles). Louvain, 1975 (Corpus scriptorum christianorum orientalium, vol. 362, Subsidia, t. 44).

Scanned by CamScanner

  • XX l is te

d e s

o u v r a g e s

c it ês

F on tes : voir Pontifícia commissio.

. Franke (H.), Die Gesandschaft des Johann von M arignola in Spiegel der chme-

,

.

,

.

,

sischen Literatur,

dans Asien. Tradition

und Fortschrist.

Festschrift fUr

Horst Hammitzsch, Wiesbaden, 1971, p. 117-134.

Gay (J.), Le pape Clément V I et les affaires dO rient (1342-1352). Paris, 1904.

Geraud

de Frachet, Vitae fratrum

ordinis

praedicatorum,

éd. B. Reichert,

dans M onw nenta o rd

praed

hist.,

I, 1896.

Gestes

des

C h ip rois :

éd.

dans

Recueil des Historiens

des Crotsades.

Docu-

ments Arméniens, II.

 

Golubovich

(Girolamo),

Biblioteca

bio-bibliografica

delia

Terra

Santa

e

dellO riente francescano. Quaracchi, 1906-1927, 5 vol. (constituam la pre-

mière série parue sous ce titre). Abrégé: Golubovich.

Epistola

syria Dyonisii episcopi Taurisiensis, dans Archiv.

franctsc.

XIX,

1926, p. 351-352.

,

,

_

hist.,

Grégoire d'Akanc, History of the nation of the archers, éd. Black et Frye, dans

Harvard Journal of Asiatic studies, XI, 1949, p. 269-399.

Grousset (René), LE m p ire des steppes. Paris, 1939. Histoire des Croisades et du royaume franc de Jérusalem. Pans, 1934-1

 

,

3 vol.

,

Guillaume

Adam,

De

modo

Saracenos

extirpandi,

éd.

Ch.

Kohler,

dans

R ecueil des Historiens des Croisades. Documents arméniens, II. Guillaume de Rubrouck : voir Van den Wyngaert, Sinica franciscana. Guillaume de Tripoli, Tractatus de statu Saracenorum et de M ahom eto pseu- dopropheta et de eorum lege et fide, éd. H. Prutz, dans Kulturgeschkhte

der Kreuzzüge, p. 573-598. Guillaume de Tyr, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum, dans R ecueil des Historiens des Croisades. Historiens occidentaux, I, 1 et 2. Guzman (Gregory G.), Sim on of Saint-Quentin and the D om inican mission to

the M on gol B a iju : a reappraisal, dans

Speculum, XLVI, 1971, p. 232-249.

Halecki (Oscar), Diplom atie pontificale et

activité m issionnaire en Asie aux

  • X IIIe-XrVe siècles, dans Comitê International des sciences historiques.

  • X IIe Congrès. Vienne 1965. Rapports, II, Histoire des continents, p. 5-32.

Sixte IV et la chrétienté orientale, dans Mélanges Eugène Tisserant, Cité du

Vatican,

1964, II, p. 245 et suiv. (Studi

e testi, 232).

Hallberg (Ivar),

L'Extrêm e-O rient

dans

la

littérature

et

la

cartographie

de

VOccident des X lI I e, X IV e et XV* siècles. Goteborg, 1907. Hambis (Louis), Les cimetières de la région de Zaiton, dans Comptes-rendus

de 1'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres,

1960, p. 213-221.

Scanned by CamScanner

LISTE DES OUVRAGES CITES

XXI

Jean de Plancarpin Histoire des Mongols (en collaboration avec Dom Jean Becquet). Paris, 1965.

Hamilton (James), Le texte turc en caractères syriaques du grand sceau cruci- forme de Mar Yahballaha III, dans Journal Asiatique, CCLX, 1972, p. 155­

170.

Haroldus (Fr. Franciscus, Hibemus), Beati Alberti a Sarthiano, O.M.

reg.

observ., vita et opera. Rome, 1688. Haython, La flor des estoires de la terre d'Orient, dans Recueil des Hist. des Croisades. Documents Arméniens, II. Heidenmissionen und Kreuzzugsgedanke in der deutschen Ostpolitik des Mit- telalters, hggb. H. Beumann. Darmstadt, 1963 (Wege der Forschung, 7).

Heyd (W.), Histoire du commerce du Levant, trad. Furcy Ravnaud. Leipzig, 1885-1886, 2 vol.

-, Studien über die Kolonien der Rõmischer Kirche in der Tartaren-lander im

13.

und

14.

Jhdt. . .

,

dans

XXVIII, 1858, p. 260-324.

Zeitschrift

für

die

historische

Theologie,

Hill (sir George), A history of Cyprus, t. II et III. Cambridge, 1948.

Histoire de Mar Jabalaha III, patriarche des Nestoriens (1281-1317), et du moine Rabban Çauma, ambassadeur du roi Argoun en Occident (1287), trad. J.-B. Chabot. Paris, 1895 (extrait de Revue de 1’Orient latin, I, 1893, p. 567-610 et II, 1894, p. 73-142, 235-304). En traduction anglaise: Wallis Budge (Sir E.A.), The Monks of Küblâi Khàn, Emperor of China, or the history of Rabban Sawmâ. Londres, 1928. En traduction russe: N.V. Pigu-

levskaja. Istorija Mar Iabalahi I I I i

Rabban Saumy. Moscou, 1958 (Aka-

demija Nauk SSSR. Institut Vostokovedenija).

Hofmann (G.), Die Einigung der armenischen Kirche mit der katholischen Kirche auf dem Konzil von Florenz, dans Orientalia christiana periódica, V, 1939, p. 151-185. Kopten und Aethiopen auf dem Konzil von Florenz, dans Orientalia chris­ tiana periódica, VIII, 1942, p. 5-39. -, Pàpstliche Gesandtschaften für die Nahosten. 1415-1453, dans Studia mis-

sionalia,

V,

1950, p. 47-71.

 

Papst Kalixt 111 und die Frage der Kircheneinheit im Osten, dans Miscella-

nea Giovanni Mercati,

III,

1946, p. 209-237 (Studi e Testi,

123).

Papst Pius II und die Kircheneinheit des Ostens, dans Orientalia christiana

periódica, XII, 1946, p. 217-237. Hryts’ak (Pavio), Halytsko-Volynska derzhava (The duchy of Halych-Volhy- nia). New-York, 1958 (Shevchenko Scientific society, Ukrainian studies, vol. 5).

Scanned by CamScanner

x x r v

LISTE DES OUVRAGES CITÊS

Die

Heidenmissionen

des

Spatmittelalters.

Festschrifí

zum

siebenhun-

dertjahrigen Jübiliàuni der Franziskanermissionen (1219-1919). Münster,

1919 (Franziskanische Studien, Beiheft 5). Le Quien (Michel), Oriens christiantis. Paris, 1740, 3 vol.

Livre (Le)

de

1'estat du grant kan : voir Jean

de

Cori.

Loenertz (Raymond-J.), Deus évéques dominicains de Caffa, dans Archivum

fratrum praedicatorum, V, 1935, p. 346-357. Evêques dominicains des deux Annénies, dans Arch.

et suiv.

F.P.,

X,

1940,

p. 258

  • - Frère Philippe de Bindon Incontris, O.P., du couvenl de Péra, inquisiteur en Orieni, dans Archivum F.P., XVIII, 1948, p. 265-280. -, Les missions dominicaines en Orient au X IV e siècle et la Société des Frères Pérégrinants pour le Christ, dans Archivum F.P., II, 1932, p. 1-83; III,

1933, p. 5-55; IV,

1934, p. 1-47.

-, La Société des Frères Pérégrinants. Etude sur VOrient dominicain, I, Rome,

1937 (Institutum historicum fratrum praedicatorum, Dissertationes his-

-,

toricae, fase. VII). Abrégé : La Société. La Société des Frères Pérégrinants de 1374 à 1475. Etude sur 1'Orient domi­

nicain. II, dans Archivum F.P

..

XLV,

1975, p. 107-145.

Lopez (Roberto S.), Nuove luci sugli Italiani in Estremo Oriente prima

di

Colombo,

dans Studi Colombiani,

Gênes,

1952, III,

p. 337-398. (Atti

dei

Convegno intemazionale di Studi colombiani, Genova, 1951). -, Venezia e le grandi linee dellespansione com m erciale nel secolo X I11, dans La civiltà veneziana dei secolo di Marco Polo, Florence, 1952, p. 39-82. Ludolf de Sudheim, De itinere Terre Sancte, éd. G.A. Neumann, dans Archi- ves de 1'Orient latin, II, p. 305-377.

Makrizi, Histoire des sultans mamlouks du Caire, trad. F. Quatremère, Paris, 1837-1845, 2 vol. Mansi (J. D.), Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio. Venise et Florence, 1759-1798, 31 vol. (réimpr. 1901-1927).

Marco Polo, The description of lhe world, éd. Sir P. David, A.C. Moule, P. Pel-

liot...

Londres, 1938 (voir aussi Pelliot, Notes on M.P.\ traduetion fran-

çaise par L. Hambis, Marco Polo, La description du monde, Paris, 1955). Marignolli : voir Jean.

Mas-Latrie (Louis de). Histoire de itle de Chypre sous le règne des rois de la dynastie de Lusignan. Paris, 1852-1874, 3 vol. Matanic (Athanasius). Bulla missionaria «Cum hora undecima« ejusque juri-

dicum

« Directorium

apparatus»,

dans Archivum francisc.

hist.,

L, 1957,

p. 364-378.

Scanned by CamScanner

LISTE DES OUVRAGES CITÊS

XXV

Mathieu Paris, Chronica tnajora, ed. Luard. Londres, 1872-1873, 7 vol. (le vol. VI comprenant les Additamenta) (Rerum britannicarum medii aevi scriptores). Abrégé : Matth. Paris. Mayer (Hans-Eb.), Bibliographie zur Geschichte der Kreuzziige. Hanovre,

  • 1960 (la partie consacrée plus spécialement à 1'histoire des missions:

p. 190-193).

Mecerian (Jean), Histoire et institutions de 1'Eglise arrnénienne. Bcyrouth,

  • 1965 (Recherches publiées sous la direction de l'Institut des Lettres

Orientales, XXX). Mercati (Angelo), Monumenta Vaticana veterem diocesim Colutnbensem (Qui-

lon) et ejusdem episcopum Jordanum Catalanum O. P. respicientia. Rome,

1923.

M.G.H.: Monumenta Germaniae histórica.

Michel le Syrien, Chronique, éd. et trad. J.-B. Chabot. Paris, 1899-1904, 4 vol.

en

5 fase.

Migne (J.-P.), Patrologiae cursus completus. Series latina.

Paris, 1841-1864,

221 vol.

Id. Series

Abrégé Patr. Lat.

graeca. Paris, 1857-1876, 167 vol. Abrégé Patr. Gr.

Miklosich

(Fr. v.) et Mueller (J.), Acta patriarchatus Constantinopolitani,

MCCCXV-MCCCCII. Vienne, 1860-1872, 2 vol. (Acta et diplomata graeca medii aevi sacra et profana, I-II).

Mollat, Jean

X X I I : voir

Registres et

Lettres des

Papes. Jean X X II.

Lettres

communes. Monneret de Villard (Ugo), Il libro delle peregritiazioni nelle parti d'Oriente di trate Ricoldo da Montecroce, Rome, 1948. (Institutum historicum FF.PP., Dissertationes historicae, XIII). Storia delia Nubia cristiana. Rome, 1938. La vita, le opere e le viaggi di frate Ricoldo da Montecroce, O.P., dans Orientalia christiana periódica, X, 1944, p. 227-274.

-

Monumenta franciscana, ed. J.S. Brewer, Londres, 1858 (Rerum britannica­ rum medii aevi scriptores). Monumenta Germaniae histórica. Epistolae saeculi X III e regestris pontificum romanorum, ed. C. Rodenberg. Berlin, 1893. Abrégé : MGH, Epist. Scriptores. Hanovre, 1826-1934, 32 vol. Abrégé : MGH, SS.

Monumenta ordinis praedicatorum histórica. Rome et Stuttgart, 1897, et suiv. Abrégé: M.O.P.H.

Moranvillé (H.).

M émoire

sur Tamerlan

et

sa cour,

dans Bibliothèque de

l'Ecole des Chartes, LV, 1894, p. 433-464. Mosheim (J.L.), Historia Tartarorum ecclesiastica. Helmstadt, 1741.

Scanned by CamScanner

  • XXVI LISTE DES OUVRAGES C1TÊS

Mostaert (A.) et Cleaves (F.W.), Trois documents m ongols des archives secrè-

tes vaticanes, dans Harvard Journal of Asialic studies, XV,

506.

1952,

p. 419­

Moule (A.C.), Christians in China before the year 1550. Londres, 1930.

-,

voir Marco Polo.

N.Z.M.W., Neue Zeitschrift für Missionswissenchaft.

1945 et suiv.

Schõneck-Beckenried,

Obertynski (Sdislaus). Die Florentiner Union der polnischen Arm enier und

ihr Bischofkatalog, dans Orientalia christiana periódica, XXXVI, 1, 1934,

p. 42 et suiv.

Odoric de Pordenone, Les voyages en Asie du bienheureux frère O doric de

Pordenone, éd. H. Cordier. Paris, 1891 (Recueil de voyages et de docu­

ments. .

., X).

Ohsson (C. Mouradgea d'), Histoire des Mongols. La Haye et Amsterdam,

1834, 4 vol.

Olivier de Paderbon, Die Schriften des

K õlner Domscholasticus

. .

. Oliverus,

éd. H. Hoogeweg. Tübingen, 1894 (Bibliothek des litterarischen Verein

in Stuttgart, 202).

'

Orientalia christiana periódica. Rome, 1935 et suiv. (Pontificium Institutum

Orientalium studiorum).

Papal Letters: Calendars of entries in the Papal Registers relating to Great Bri-

tain and Ireland

Papal Letter,

lo w ...

Londres, 1893 et suiv.

Patr. Gr.; Patr. Lat. : voir Migne.

éd. W.H. Bliss, C. Johnson, J.A. Twen-

Pellegrini (L.), Le missioni francescane sotto Alessandro IV (1254-1261), dans

Studi francescani, 64e année, 1967, p. 91-118.

Pelliot (Paul). A propos des Comans, dans Journal Asiatique, 1920, p. 125-185.

Chrétiens d’Asie centrale et d'Extrême-Orient,

  • p. 623-644.

dans T ou n g

pao,

XV,

1914,

Mélanges sur 1'histoire des Croisades, dans M ém oires de fAcadém ie des lns-

-.

cripúons e, Belles-Lettrcs,

XLIV,

1.

1960.

p. 1-97.

(tirage

à

part,

Les Mongols ei la Papauté,

dans Revue de lO rien t chrétien

XXIII

Paris,

1923

  • p. 3-33; XXIV, 1924, p. 225-325; XXVIII, 1931-1932, p. 3-84^

Notes on Marco Polo

publiées par L. Hambis, Paris, 1959-1973, 3 vol.

(CEuvres

T

"

d e ! \

H o:de

d '° r'

Publ

„ ILbuvres posthumes de Paul Pelliot, II).

L. Hambis. Paris,

1950

Scanned by CamScanner

LISTE DES OUVRAGES CITÊS

XXVII

Recherches sur les chréliens d’Asie cenírale et d'Extrême-Orient, publiées

par J. Dauvillier et L. Hambis. Paris, 1973 (CEuvres poslhumes de Paul

Pelliot).

Zacharie de Saint-Thaddée et Zacharie Séfêdinian, dans Revue de ihistoire

des religions, CXXI, 1942-1943, p. 151-154.

voir aussi: Marco Polo.

Petech (Luciano), Les marchands italiens dans lem pire mongol, dans Journal

Asiatique, CCL, 1962, p. 549-574.

Pfeiffer (N.)p Die ungarische Dominikanerprovinz von ihrer Griindung 1221

bis zur Tartarenverwüstung 1241-1242. Fribourg, 1913.

Pisanu (L.), Innocenzo IV e i Francescani. Rome, 1968 (Studi e testi frances-

cani, 41).

Pontificia commissio ad redigendum codicem juris canonici orientalis. Fon­

tes, series III. Nous avons utilisé les volumes suivants de cette collec-

tion (en y renvoyant lorsque les documents que nous citons figurent

dans des publications antérieures): II. - Acta Innocentii papae 111, éd.

T.

HaluSéynsckyi (1944); III. -

H onorii I I I

et Grego rii IX,

éd. A. L. Tautu

(1950);

IV.

 

-

Innocentii IV

(l 4rc partie),

-

Alexandri IV

(2C partie), éd.

T.

HaluScynskyi et M. M. Wojnar (1960-1966); V, 1. - Urbam IV, Clemen-

tis IV.

G regorii X,

éd. A. L. Tautu (1953); V, 2. -

ab Innocentio

V ad Bene-

dictum

X I,

 

éd. F. M. Delorme et A. L. Tautu (1954); VII, 1. -

Clementis

V,

éd. A. L. Tautu (1955); VII, 2. -

Joannis

X X II,

éd. A. L. Tautu (1952); VIII.

-

Benedicti X II,

éd. A. L. Tautu (1958); IX. -

Clementis VI,

ed. A. L. Tautu

(1960);

X.

-

Innocentii VI,

ed.

A. L. Tautu

(1961); XI. - Urbani V, ed.

A.

L. Tautu (1964); XII. -

Gregorii XI,

ed.

A. L. Tautu

(1966); le tome

XIII,

dont la

première partie (ed. A. L. Tautu, 1970), concerne les actes

 

des

papes de

la série romaine et la seconde (ed.

A. L. Tautu,

1971) ceux

des papes de la série avignonnaise, d’Alexandre V et Jean XXIII, com-

prend

essentiellement des analyses au lieu des textes intégraux.

Abrégé : Fontes.

 

Pressuti (P.), Regesta H onorii papae III.

Rome

1888, 2 vol. -

Abrégé: Pres-

suti. Prutz (H.), Kulturgeschichte der Kreuzzüge. Berlin, 1883.

Quetif (J.) et Echard (J.), Scriptores ordinis praedicatorum. Paris, 1719-1721,

2 vol.

Raschid el Din, Histoire des Mongols de la Perse,

Paris,

1836, tome I seul paru.

éd. et trad. E. Quatremère.

Scanned by CamScanner

  • XXVIII LISTE DES OUVRAGES CITÊS

(Raymond Etienne), D irectorium ad passagium faciendum, ed. Ch. Kohler,

dans Recueil des historiens des Croisades. Docum ents Arméniens, II.

Autrefois

attribué

à

Burchard

de

Mont-Sion,

appelé le Pseudo-Brocardus.

ce

texte

est

souvent

Raynaldus (O.), Annales ecclesiastici ab anno 1198, ed. J. D. Mansi, Lucques,

1747-1756, 15 vol.

Recueil des Historiens des Croisades, publié par 1 Académie des Inscriptions

et Belles-Lettres. Paris, 1841-1906. Les différentes séries citées sont

abrégées Doc. Arni. ( Documents Arméniens, 2 vol., 1869 et 1906), Hist.

Occ. (Historiens Occidentaux, 5 vol. en 6 tomes, 1872-1895).

Regestum Clementis papae V, édition des Bénédictins.

Rome,

1885-1892, 8

 

vol., et index, Rome,

1946.

Reg.

(avec

le nom

du

pape) renvoie soit aux Registres et Lettres des Papes,

quel que soit le titre du volume, soit à 1'ouvrage précédent, soit à celui

de Pressuti.

 

Registres et Lettres des Papes du X II I e siècle (Bibliothèque des Ecoles fran-

çaises d'Athènes et de R om e ): Les registres de G régoire

IX

(L. Auvray);

-

Innocent IV

(E. Berger);

-

Alexandre

TV (Bourel

de

la Roncière, de

Loye, de

Cenival, Coulon) -

Urbain

IV

(J. Guiraud

et

S. Clémencet); -

Clément IV

(E. Jordan);

-

Grégoire

X

et

Jean

X X I

(J. Guiraud et

L.

Cadier); -

Nicolas I I I

(J. Gay et S. Vitte); -

M artin IV (F. Olivier-Mar-

tin et al.); -

Honorius

IV

(M. Prou); -

Nicolas

IV

(E. Langlois); -

Boni-

 

face

V III

(G. Digard,

M. Faucon, A. Thomas,

R. Fawtier);

-

Benoit X I

(C. Grandjean).

Registres et Lettres des Papes du

X IV e siècle.

Nous avons eu recours dans

cette série, également publiée par l’École française de Rome, à : Jean

X X II. Lettres communes, éd. G. Mollat

et G. de Lesquen; Benoit X II.

Let­

tres communes, éd. J.-M. Vidal; Benoit X II. Lettres closes et patentes, éd.

J.-M. Vidal

et

G. Mollat;

Clément

VI.

Lettres

c lo s e s ...

intéressant les

pays autres que la France, éd. E. Déprez et

tres secrètes et curiales,

éd.

P. Gasnault et

G. Mollat; Innocent

VI.

Let­

M.-H. Laurent; Les

registres

dVrbain V,

éd.

M. Dubrulle;

Lettres

communes

d’. ..

Urbain

V,

éd.

Membres de l'Ecole et M.-H. Laurent, P. Gasnault et M. Hayez; Lettres

secrètes et curiales d e

...

Grégoire

X I

...

,

éd. G. Mollat.

Reichert (B.), Acta capitulorum generalium ordinis praedicatorum, 3 vol.

(Monumenta ordinis praed. hist., III, IV et VIII).

Litterae encyclicae magistrorum generalium

ordinis praedicatorum (1233­

1376). Stuttgart, 1900 (Monumenta ordinis praed. histórica, V).

Remusat (Abel), Mémoires sur les relations politiques des princes chrétiens, et

particuherement des rois de France, avec les empereurs mongols, dans

Scanned by CamScanner

LISTE DES OUVRAGES CITÊS

XXIX

M émoires de 1'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, VI, 1822, p. 396­

469. et VII,

1824, p. 335-438.

Richard (J.), About an accounl of the battle of Hattin referring to Frankish

mercenaries in Oriental Moslem states, dans Speculum, XXVII, 1952,

p. 168-177. - Cet article, comme plusieurs autres, a été reimprime dans

Orient et Occident au Moyen Age. Contacts et relations (X Il'-X V e s.). Lon­

dres, 1976 (Variorum reprints) que nous abrégerons ci-après OrOcc.

Les autres articles cités ci-après, dans la mesure oú ils ont paru avant

1977, doivent être réimprimés cette année mème dans un volume de la

même collection sous le titre Les relations entre Orient et Occident au

Moyen-Age : études et documents.

-, La conversion de Berke et les débuts de iislamisation de la Horde dOr, dans

Revus des Etudes islamiques, 1967, p. 173-184 (OrOcc).

Chrétiens et Mongols au Concile : la Papauté et les Mongols de Perse dans la

seconde moitiè du X II I e s., dans 1274. Année charniére, p. 31-44.

Le début des relations entre la Papauté et les Mongols de Perse, dans Jour­

nal Asiatique, C C X XXVII, 1949, p. 287-293.

Deux évêques dominicains,

agents de 1’Union annénienne au Moyen-Age,

dans Archivum fratrum praed, XIX, 1949, p. 255-265 (OrOcc).

Evéchés titulaires et missionnaires dans le « Provinciale

Romanae Eccle-

siae», dans Mélanges d'archéologie et dhistoire, LX, 1948, p. 227-236.

L'Extrêm e-Orient légendaire au Moyen-Age: Roi David et Prètre Jean, dans

Annales dEthiopie, II, 1957, p. 225-242 (OrOcc).

-, Isol le Pisan : un aventurier franc gouverneur d'une province mongole?,

dans Central Asiatic Journal, XIV, 1970, p. 186-194 (OrOcc).

La mission en Occident de Rabban Çauma et IVnion des Eghses, dans X I1°

Convegno Volta. Oriente e Occidente nel medio evo, Rome 1957, p. 162­

167 (Accademia dei Lincei) (OrOcc).

Les missionnaires latins dans

lin d e

au X IV e siècle,

dans Studi veneziani,

  • XII 1970 (Mélanges Loenertz), p. 231-242 (OrOcc).

The M ongols and the Franks, dans Journal of Asian

history,

III,

1969, p. 45­

57 (OrOcc).

  • - Les M ongols et VOccident: deux siècles de contacts.

dans

1274. p. 85-96.

Les navigations des Occidentaux sur lOcéan

Indien et la mer Caspxenne

 

(X I1‘ X V e S) dans Sociétés

et compagnies de commerce en Orient et dans

 

IVcéan Indien, Paris 1970, p. 353-363 (Bibliothèque de 1'Ecole pratique

des Hautes Etudes, VI- section) (O rO cc): et en traduction angla.se dans

Iran. Journal of Persian studies, VI. 1968, p. 45-52

  • - La oapauté et les missions catholiques en Orient au Moyen-Age, dans Melan-

'

ges d'archéologie et dhistoire, LVIII. 1941-1946. p. 248-266.

Scanned by CamScanner

  • XXX LISTE DES OUVRAGES CITfiS

Les prem iers missionnaires latins en Ethiopie (X II'-X IV r su\ le\), dans Atti

ciei Convegno intem azionale di studi ctiopici, Rome I9f»0, p. 121 129

(O rO cc).

Quelques textes sur les prem iers temps de 1'Eglise latine dc Jérusalem, dans

R ecueil

de

travaux offerts à

M. Clovis

Brunel,

Paris,

1955,

2 vol.,

t II.

  • p. 420-430 (O rO cc).

-, Le royaume latin de Jérusalem.

Paris, 1953.

-, Su r les pas de Plancarpin et de R u b rou ck : la lettre dc saint Ixmis à Sartaq,

dans Journal des Savants, 1977, p. 49-61.

-, Ultim atum s m ongols et lettres apocryphes: 1'Occident et les motifs dc guerre

des Tartares, dans Central Asiatic Journal, XVII, 1973, p. 18í>-1^4 (OrOcc).

Ricoldo de Montecroce, Lettres de R. de M. sur la prise d ’Acre (1291), ed

Rõhricht, dans Archives de VOrient latin, II, 1884. p. 258-29(v

-, Liber Peregrinationis, éd. Laurent, Peregrinatores medii aevi.

-, Voir Dondaine, Monneret de Villard.

Ripoll

(Th.)

et

Bremond

(A.),

Bullarium

ordinis fratrum praedicatoruin.

Rome, 1729-1740, 8 vol. - Abrégé Ripoll.

Roberg (B.), Die Tataren auf dem 2. Konzil von Lyon 1274, dans Annuarium

historiae conciliorum , V,

1973, p. 241-302.

Rõhricht (R.), Geschichte des Kõnigreichs Jerusalem. Innsbruck. 18^8.

-, Q uinti belli sacri scriptores minores. Genève, 1879

(Société de 1'Orienl

latin).

-. Regesta regni Hierosolymitani. Innsbruck, 1893; avec Additameutum, Imis-

bruck, 1904.

-, Testimonia m inora de quinto bello sacro. Genève. 1882 (Société de 1'Orienl

latin).

Roncaglia (Martiniano), Frère Laurent de Portugal, O.F.M., et sa légation en

Orient.

dans B olletino delia badia greca di Grottaferrata,

nov. ser,

VII,

1953, p. 33-44.

-, / Francescani in Oriente durante le Crociate. Le Caire, 1954 (Biblioteca bio-

bibliografica delia Terra Santa e dell’Oriente francescano, serie quarta.

Studi, 1.1, Storia delia provincia di Terra Santa, vol. 1). En version

anglaise : Saint Francis of Assisi and the Middle East, 3° ed., Le Caire,

1957.

Rubrouck : voir Guillaume.

Runciman (Sir Steven). A history o f the Crusades. Cambridge, 1951*1954,

3 vol.

Rymer (Th.), Foedera, conventiones, litterae et cujuscum que generis acta

publica inter reges Angliae et alios quosvis ...

10 vol.

3C éd., La Haye, 1739-1745,

Scanned by CamScanner

  • I IM I

IM.H (MA M Mil *< « III"»

XXXI

Sacv (Silvesliv doV

W»m»kmm* m o

une * <»» »•♦%/»«•»»•/<*/«« #* /##«*<///«* de

lam erlan

a w c Clutrlcs

\ 7.

•/«* / 1» iiifi'inn' des ln\rtifHitiny VI, 1822,

l>. 470 cl

sui\

 

Saint-Martin \.l V X

»»r»*\ hi\t\ni%ine\ rl f!tU>fitaphh/ne\ \w lA inienie. Paris,

18 W.

2

vol.

Sallaville

*S.V

I

n

fvnpfc

./*• mhv

J n h t/ a n M

<"<

X M

'

siècle:

les

Gvrtiitix, dans l\ fi»>>

 

lítnc, 10o,

I*>M.

1'M ci

hiiIv.

Salibi (Kamal S V lhe mmmum/i’ chutcJi in //#«• Míihlle

-l/M ' aml its thiion

wilh

Rome. dans OmVm> c/imaímíhiv,

\l

II,

l‘^8,

|».

IM,

Santoni O V n v V

4 / M i

./«' Nuxc.mo. obsenvnt ei hwnauiste. envoyé pontifi­

cai *) Jéiusalem

et

<!n

dails

d‘a,i heolo^ie et (I histoire.

\to\Yn~ \c<* et <’<*•*?;*> »»»►«/«•»m«*\ t. 8(\ IMM, i»

lf,k> 211.

Sbaralea

ll.H ,),

Hullam on

ftunct.stwtwn.

I IV.

Home,

17591768, 4

vol.

Abtvjsc: SKu aloa-

 

Schactci

\\X

lhe

Xn^aben

det

\po\tolÍMhen

Kannner

nnter

Johann

XXII. Padorhorn. l° U IíU íi‘ix'sh%'n*%IIni-1*«II. Viitiknnlschc Oucllen, II).

Pie

\usgaben def

Af^tolisehen

Kananet

untet

üenediki XI,

Klcniens VI

und /itihvvMv \ I |/„V5*rí<%-*> Piulcrbot».

1**14 (Vullkmilschc Oucllcn, III).

  • - Die G tM sfvn M '» t^pstliwhen Kmie untei Johann XXII ( 1*16.1334) filt

die oricntalische Christen, insbe^ondeie hlt das k tiniu» eich Annenien,

dans O ricns chti*tMHHs< IV. I^W . p, 183*187.

Schihbciver

/*»«' KVi>r»t des Johanne* Schiltbe^ei aus Münclien m kuropa.

Asicn und A fn k «

w n

I M

bis 14.'?. cd. Nciunann. Munich,

1859 -

dans

un aulrc icxtc. Hans Schiltbetçen Rei\ebueh, cd

Umuinuntcl. Tubin-

cen

1883

iHibliolhok des I itonu ischcii W ivlns in Sluil^ui(. 172)

Schlumboivc. l l U

Chalandon 0 ‘\> ct UlanduM (A ), S itflljra p h ie

de lO n en t

 

latm

Pa lis

l°4*

 

«uvltcolo^iquc ct hisloilquc du

 

haul

um

Rubruk.

dans

 

Studn n.

\\

 

.

.

|

*

d

Selton

(K.

N U

■»

ciIíum

 

K.M.S.,

 

I II.

2

cd.,

S

i c

a

^

- i d

 

^

^

 

I

. |j|v

a

I !\i \U >1IV

i l o s

^

n ,

\

llll>

 
 

(IK xu n ion

s

'

'

'

'

x

< Snnronis ab Hybemia ad Terra,n Sane-

anT

T

; C

mw-

 

.

',v>

 
 

*

,* ...........

 
 

à

5

í t

" T

* r z

-

Mongt>U net srx\>Jt \III \H < Milwn> *

.

Scanned by CamScanner

  • XXXII LISTE DES OUVRAGES CITÊS

Sinor (Denis), In trod u ction à letud e de 1’Eurasie centrale. Wiesbaden, 1963.

The M ongols and Western Europe,

t. III, Madison

1975, p. 513-544.

dans Setton, A history

o f the Crusades,

  • - Le M on g o l vu par 1'Occident, dans 1274. Année charnière. Les relations entre les M ongols et

VEurope jusqua la m ort

d'Arghoitn et de

Béla IV, dans Cahiers d ’histoire mondiale, III,

1956, p. 39-62.

Un voyageur du

XIIIe s iè cle : le D om in ica in Julien de Hongrie,

dans Bulle-

tin o f the school of O riental and Asiatic studies, XIV,

1952, p. 589-602.

Skriinskaja

(Elcna

C.), Storia

delia

Tana,

dans Studi

veneziani,

X,

1968,

p. 3-46.

Soranzo (Giovanni), II Papato,

1’Europa

cristiana

e

i

T a rta ri:

un

secolo di

penetrazione occidentale in Asia. Milan, 1930 (Pubblicazioni deli Univcr-

sità cattolica dei Sacro Cuore, 5a ser., t. XII).

Spuler (Bertold), Le christianisme chez les M ongols au

1274. Année charnière.

X

l l l e

siècle,

dans

D ie Goldene H ord e: die M ongolen in Russland, 1223-1502. 2C éd., Wiesba­

den, 1965.

-,

Die M ongolen

in

Iran

:

Politik,

Verwaltung und K u ltu r der Ilchanzeit.

3C

éd., Wiesbaden, 1968.

 

Streit

(Robert),

Bibliotheca

Missionum.

IV. Asiatisches Missionsliteratur,

1245-1599. Aix-la.Chapelle, 1928.

Sugranyes de

Franch (R.), Raymond Lulle,

docteur des missions,

avec un

choix de textes traduits et annotés. Préface de J. de Menasce. Schòneck-

Beckenried, 1954 (Neue Zeitschrift für Missionswissenschaft, Supple-

menta, V).

Suriano, II trattato di Terra Santa e deliO riente di frate Francesco Suriano,

ed. G. Golubovich. Milan, 1900.

Tamarati (M.), LEglise géorgienne des origines jusqu a nos jours. Rome, 1910.

Tekeyan (Pascal), Controverses christologiques en Arm éno-Cilicie dans la

seconde m oitié du XIIe siècle (1165-1198). Rome, 1939 (Orientalia chris-

tiana analecta, 124).

Throop (Palmer A.), Criticism o f the Crusade. A study o f public opinion and

crusade propaganda. Amsterdam, 1940.

Tisserant (card. Eugène), Eastern christianity in índia, adapted bv

E. R. Hambye,

S. J. Londres, New

York et Toronto, 1957.

-, La légation en Orient du franciscain Dorninique d’Aragon (1245-1247), dans

Revue de 1’Orient chrétien, XXIV, 1924, p. 336-355.

-

Eglise

Nestorienne,

col. 157-323.

dans

Dictionnaire

de

Théologie

catholique,

XI,

1.

Scanned by CamScanner

LISTE DES OUVRAGES CITÈS

XXXIII

Une lettre de l'Il-khan de Perse Abaga adressée en 126H au pape Clènu-m IV,

dans Mélanges Lefort ( Muséon, 1946, p. 547-556).

Tournebize (H.-Fr.), Arménie, dans Dictionnaire d'histoire et dr géogruphir

écclésiastiques, IV, col. 290-391.

Les Frères-Uniteurs, dans Revue de iO rient chrétien, XXII, 1921 1922,

p. 145-161 et 249-279.

-, Histoire politique et religieuse de iArménie, I (seul paru). Paus, 1900

Trasselli (Carmelo), Sugli Europei in Armênia. A proposito di un privilegio

trecentesco e di una novella dei Boccaccio, dans Archivio storico nahuno,

CXXII, 1964, p. 471-491.

Un italiano in Etiópia nel X Va secolo: Pietro Rombulo di Messma, dans

Rassegna di studi etiopici,

I, 2,

1941, p. 172-202.

Troll (Christian W.), Die Chinamission im Mittelalter, dans Franznkanisitu-

Studien, XLVII, 1966, p. 109-150, et XLIX, 1967,

p. 22-79

Van den Oudenrijn (M.-A.), Bishops and archbishops of Naxivan, dans Arihi

vum fratrum praed., VI, 1936, p. 161-216.

Les constitutions des Frères Arméniens de Saint Basile en Italie, Rorne,

1940 (Orientalia christiana analecta, 126).

L'évêque dominicain fr. Barthélemy, fondateur supposé dun couvent dans Ir

Tigré au 14e siècle, dans Rassegna di studi etiopici, V, 1946, p. 7-16

Linguae haicanae scriptores O.P. congregationis Fratrum Unitorum et I ra

trum Armenorum ordinis sancti Basilii citra mare consistentium, Bcrnc,

1960.

  • - The monastery of Aparan and the Armenian writer fra MxitariL, dans Arcln

vum fratrum praed, I, 1931, p. 265-308.

Le « Sour Petrosi», vade-mecum pour les missions asiatiques du

X IV e siècle,

dans Neue Zeitschrift filr Missionswissenschaft, I, 1945, p. 161-168.

  • - Uniteurs et D o m in ic a in s d'Arménie, dans Oriens christianus, XL,

1956,

p. 94-112; XLII, 1958, p. 110-133; XLIII, 1959, p. 110-119.

voir aussi p. 217, n. 199.

Van den Wyngaert (Anastase), Jean de Montcorvin, O.F M., premier archevé-

que de Khanbaliq. 1247-1328. Lille, 1924 (repris de I m France francis-

caine, VI,

1923, p. 135 et suiv.).

Méthode dapostolat des missionnaires du X I I I e au X VI e siècle en Chine,

dans La France franciscaine, XI, 1928, p. 163-178.

  • - Sinica franciscana, I, Itinera et relationes fratrum m inorum saec. XIII et

XIV. Quaracchi, 1929. Abrégé: Sinica franciscana.

Van der Vat (Odulphus), Die Anfange der Franziskanermissionen und ilire

Weiterentwicklung im nahen Orient und in den mohammedanischen iMn-

Scanned by CamScanner

XXXIV

LISTE nHS OlIVRACiHS CITfcS

dern wàhrend des 13. Jahrhunderts. Werl in Westf., 1934 (Missionswis-

senchaftlichc Studien, neuc Reihe, VI).

-, Expensae camerae apostolicae pro missionihus Fratrum M inorum inter Tar-

taros. 1318-1353, dans Archivum franc. hist., XXXI, 1938, p. 538-540.

Vasiliev

(A. A.),

The

Goths

in

the Crimea.

graphs,

n° 11).

Cnmbridge (Mass.),

1936 (Mono-

Vidal (J.-M.), Benoit XII. Lettres doses: voir Registres et Lettres des Papes.

Vigna (A.), Codice diplom ático dclle colonie Tauro-liguri (MCCCLVIII■

M CCCCLXXV). Gênes, 1868-1879 (Alli delia Società

ligure

di

storia

patria, VI, VII,

I et 2).

Vita In nocentii papae IV, scripta a fratre N icolao de C u rb io

..

., ed. E. Baluze,

Miscellanea, VII, Paris 1715, p. 353-405.

Vitae paparum Avenionensiutn, ed. E. Baluze, nouv. éd. par G. Mollat. Paris

1916-1927, 4 vol.

Voerzio (M.), Fra Gugticlm o da Tripoli, orientalista dom enicano nel secolo

XIII, dans M em orie domenicane, 71, 1954, p. 73-113, 141-170, 209-250, et

72,

1955, p. 127-148.

Von den Brincken (Anna-Dorothee), Die «Nationes christianorum orienta-

li u m » im Verstandnis der lateinischen Historiographie von der Mitte des

12. bis in die zweite Halfie des M.Jhdts. Cologne et Vienne, 1973 (Kòlner

historische Abhandlungen, 22). - Abrégé: Die «N ationes».

-, Le Nestorianisme vu par TOccident. Im sitiuuion générale de 1’Eglise nesto­

rienne au Moyen Age, dans 1274. Année charnière.

-, Die universaIhistorischen Vorstellungen des Johann von Marignola OFM,

dans Archiv für Kulturgescliiclite, IL, 1967, p. 297-339.

Wadding (L.), Annales Minorum. 2«' éd., Rome, 1731-1736, 16 vol.

Witte (C.-M. de). Une ambassade éthiopienne à Rome en 1450, dans Orientaha

christiana periódica, XXII, 1956, p. 286-298.

Yahballaha II I: voir Histoire.

Yule

(Sir Henry), Cathay and the way thither.

New edition revised

.

..

by

Henry Cordier. Londres, 1913-1916, 4 vol. (Works issued by the Hakluyt

Society, 2e sér., 33, 37, 38, 41).

Zarncke (F.), Der Priester Johannes, dans Abhandlungen der kgl. sa ch sisch en

Gesellschaft der Wissenschaften,

1030, et VIII,

1883, p. 1-186.

Philol.-Hist. Klasse, VII,

1879,

p. 827­

1274. Année charnière. Mutations et continuité, Paris 1978 (Colloques inter

nationaux CNRS, n° 588).

Scanned by CamScanner

INTRODUCTION

L CEUVRE MISSIONNAIRE AU XII* SIÈCLE ET LA DÉFINITION DUNE DOCTRINE DE LA MISSION

Scanned by CamScanner

La mission, c est-à-dire 1’évangélisation des peuples vivant en dehors de

la Chrétienté, était sans doute familière aux esprits des Occidentaux dês la

fin du XIC siècle. Mais elle se présentait surtout sous un aspect historique.

La conquête au christianisme de 1’Angleterre remontait au VIe siècle, celle

des pays frisons et saxons au VIIIe; aux Xc et XIe siècles, la Pologne, la

Bohème, la Hongrie, la Scandinavie, avaient à leur tour embrassé le chris­

tianisme. Le problème missionnaire du XIIe siècle se réduisait à peu près à

1 évangélisation des Slaves du bassin de 1'Elbe et de 1'Oder (pris entre

d autres Slaves déjà christianisés, ceux de la Bohême, des Carpathes et de

la Vistule, et les Germains arrêtés sur l’Elbe), des Suédois déjà touchés par

le christianisme, de leurs voisins finnois.

Au sud, les questions missionnaires se présentaient différemment. Le

bloc des pays soumis à l'influence byzantine, de la Russie à la Syrie du

Nord, relevait en principe de 1'Eglise grecque, qui était regardée par les

Latins comme une branche de leur propre Eglise, séparée de celle-ci par

des différends qui paraissaient pouvoir être aplanis par les voies diplomati-

ques - voire, comme on le vit lorsque le tsar des Valaques et des Bulgares,

Kalojean, envisagea de se soumettre à l’Eglise de Rome, par des manceuvres

politiques -. «Outre mer», les Latins avaient implanté à partir de 1097 leurs

colonies, 011 les éléments venus d'Occident coexistaient avec des éléments

chrétiens de divers rites, tout en bordant les états soumis aux «Sarrasins»,

les Musulmans, mais peuplés eux-aussi de nombreux chrétiens. Ici, il sagis-

sait pour une part de ressortissants de 1'Eglise grecque - ceux qu’on appe-

lait Melkites ou Syriens mais pour une autre part de chrétiens séparés à

la fois des Grecs et des Latins par leur refus d adhérer à la foi définie par le

concile de Chalcédoine1.

  • 1 Cf. Anna-Dorothee von den Brincken, Die • Nationes chrislianorum orientalium • im Ver-

stündnis der taleinischen

Historiographie,

von

der

Mitle des

14.

Jhdts ..

Kòln, 1973 (K ólner historische Abhandlungen, 22).

12.

bis

in

die

zweite

Halfte des

Scanned by CamScanner

4

INTKODircnON

Si nous laissons de còté 1’Eglise grecque, que l'on peut considércr

comme ne relevant pas de la mission proprement dite, deux grands domai-

nes se laissent donc dès lors definir. Au delà des frontières de la Chrétienté

latine, nous trouvons au Nord les peuples «paiens»; Slaves de Lusace, de

Brandebourg, de Poméranie; Baltes de Prusse, de Lithuanie, de Lettonie. dc

Courlande; Finnois, sur les rives de la Baltique, mais aussi disperses a tra-

vers le vaste territoire compris entre 1’Oural, les steppes, et les principautes

russes2; Lapons de 1'extrême Nord; Turcs Qipcaq (les Occidentaux les appe-

laient Comans) dans les steppes, au sud dc la Russie kièvienne et jusqu a la

basse vallée du Danube.

De ce còté, la Chrétienté du XII* siècle n'avait pas poussé bien loin ses

efforts d evangélisation; cest la nécessité de proteger les établissements

chrétiens - essentiellement allemands - qui avait décidé de I envoi d expe-

ditions, dont la principale fut la croisade lancée contre les Wendes en 1147

(l’expédition des Suédois en Finlande (1157) pouvant difficilement s identi-

fier à une «croisade»). Mais cest la conversion de certains princes wendes,

et notamment celle du prince de Brandebourg, qui permit au christianisme

d'enregistrer de ce côté ses principaux progrès3.

«Outre-mer», la situation était plus complexe. La croisade avait lait

découvrir aux Latins la diversité des rites et des croyanccs au sein de la

chrétienté orientale, de YEcclesia orientalis qui s'identifiait à peu près pour

eux avec 1'Eglise grecque. Les chefs de la croisade. écrivant d'Antioche á

Urbain II, avaient avoué au pape leur désarroi en face de tant áhaereses et

leur désir de recevoir des directives pour savoir comment les traiter4. Pour

les Grecs, un problème délicat résidait en ce quune Eglise partageant le

mcme foi, ne pouvait avoir qu une seule hiérarchie épiscopale : cette hié-

rarchie étant celle de la catégorie sociale dominante, des évèques latins

avaient pris place sur les sièges épiscopaux, et ce nest quassez tard quon

trouva la solution, en donnant aux évèques latins un vicaire grec pourvu de

la dignité épiscopale, mais au titre d'un autre siège, et de qui relevaient les

J Parmi les peuples finnois, les Esthoniens avaient reçu (très superficiellem ent) le chris tianismc des Danois à la fin du XI* siècle; les Tchoudes de Finlande. des Suédois, eux mêm officiellem ent convertis par saint Eric au milicu du XII* siecle.

,

 

J Heidenmissionem und Kreuzzugsgedanke in der deutschen Ostpolitik des Mittelallers.

gg

H.

Beumann, Darmstadt, 1963 (W ege der Forschung.

7); Ebcrhard Schmidt, Die Mcirk

'

denburg unter den Askaniem (1134-1320),

71).

Kóln,

1973, p. 28-37 (Mitteldeutsche Forschunge .

4 Ed. Hagenmeyer, dans Archives de 1'Orient latin, t I, p. 181-183.

Scanned by CamScanner

CEUVRE MISSIONNAIRE AU XII» S. ET DÊF1NITION D UNE DOCTRINE

5

prétrcs de rite grecs. Pour les autres Orientaux, la question ne se posait

pas : leurs Eglises gardaient leur autonomie. C’est donc des communautés

chrétiennes bien constituées et protégées par les princes latins, soucieux

d’avoir 1'appui de leurs sujets indigènes, que les prélats latins avaient en

face d'eux.

Et ces communautés - jusqu'aux Maronites de Liban qui avaient, selon

Ricoldo de Monte-Croce, des coreligionnaires en Mésopotamie, et aussi, dós

le XIIC siècle, dans 1’ile de Chypre* - débordaient largement le cadre des

Etats latins. L'Eglise grecque avait fondé des chrétientés pratiquement

autonomes en Russie, en Géorgie; les Alains, les Ziques (Tcherkesses), du

Caucase, les Goths de Crimée, les Melkites (que les Latins appelaient

Syriens) en pays arabe, et jusqu a certains éléments dispersés en Asie cen-

trale, partageaient la même foi. Les Arméniens et leurs voisins les Albaniens

(Aghouans)7 formaient un autre groupe; les Jacobites, de foi monophvsite

et de langue syriaque, étaient répandus au Levant, en Mésopotamie, en Asie

centrale, et leurs coreligionnaires de langue copte8 en Egypte, et d’autres

langues, mais de même rite, dans les royaumes chrétiens de Nubieg et

dEthiopie. Les Chaldéens, que les Latins appelaient Nestoriens par réfé-

rence à la doctrine dyophysite de Nestorius, étaient particulièrement nom-

breux en Mésopotamie mais aussi dans 1’Asie centrale, méridionale et

• Cette solution avait déjà été retenue au XII* siècle dans le rovaume de Jérusalem : elle

tut étendue a celui de Chypre en 1213 ( Fontes

ta/is,

t

III,

ad redigendum codicem juris canontct orien­

p.

622). Larchevêque de

. 108, p. 147; Mas-Latrie, Histoire de l'(le de Chypre, t. III,

. .

Gaza et Eleutheropolis, associé en 1173 au clergé grec du Saint-Sépulcre, netait-il pas le vicaire pour les Grecs du palriarche latin de Jérusalem (Delaville le Roulx, Archives de 1’Orient lalin I p 413)? Au X III* siècle, cette situation parait normale : cest seulement parce qu'il n'y a pas d evèque grec ou arménien pour son diocese que levèque de Valénie reçoit juridiction sur les églises greeques et arméniennes, en 1224 (Fontes. III, p. 178; Pressuti, n° 5388). Sur M a b ora tion de cette doctrine canonique, cf. J. A. Brundage, The decretalists and the Greek Church o f South tialy. dans La Chiesa greca in Italia d a llV U I al X V I secolo, Padoue, 1973,

  • p. 1077 ( Italia sacra. 20-22).

‘ Cf.

George

Hill. A history of Cyprus. I, Cambridge,

1949, p. 305.

7 G. Dumczil, Vne chrétienté disparue: les Albaniens du Caucase. dans Journal Asiatique.

CCXXXII,

1940, p. 125 et

suiv.

• Le copte, dailleurs, connait

un reeul

très

, net devant 1 arabe

. : le patnarche Gabriel

.

.

_

.

.

.

(1 131-1146) dut íaire traduire en arabe le rituel et les livres saints pour les rendre accessibles

aux fideles

(M ichel

le Syrien, Chronique, trad. Chabot,

III,

235).

Le reeul du syriaque

(ara-

méen) est parallèle. • Celui-ci devait survivre jusquau XIV« siècle; il disparait vers 1330 (Ugo Monneret de Villard Storia delia Nubia cristiana, Rome, 1938). Mais on sait que les découvertes archéolog.- que* récentcs ont révélé une survie de la chrétienté nubienne qui atteint le XVI« siècle.

Scanned by CamScanner

6

INTRODUCTION

orientale, et jusque dans les iles voisines de 1'Arabie (Socotora),0. II va de

soi que les connaissances géographiques des Latins ne leur permettaient

pas de se faire une idée précise des zones dans lesquelles se trouvaient ces

différentes communautés chrétiennes: 1’exemple de la figure du Prètre

Jean, peut-être née d’informations relatives à 1’Ethiopie, mais qui flotta pen-

dant trois siècles, de 1’Asie à 1’Afrique, selon quon lui attribuait tel ou tel

évènement, suffit à le démontrer11.

Néanmoins, du fait de leur installation aux Lieux Saints, les Latins ne

pouvaient manquer davoir des contacts avec les pélerins venus de tout

1’Orient: la réception de l’higoumène russe Daniel par le roi Baudouin suf­