Vous êtes sur la page 1sur 115

M O M É N T O T E C H N I Q U E

ZINOUN ZAKARIA

LA RÉHABILITATION
DU BÂTI ANCIEN
Cas de la Médina de Fes
 Contexte général
 Pathologies des dégradations
 Techniques de restauration
 Perspectives du long terme
 Exemples de dimensionnement
La réhabilitation du bâti ancien - Zakaria Zinoun – 2 ème édition

Prière de respecter les droits d’auteur


Avant-propos

Est-ce qu’il vous est arrivé un jour d’entamer une recherche sans obtenir un résultat consistant ?
surtout quand il s’agit du célèbre internet, qui normalement devrait être ; et par unanimité, un moteur
de recherche infaillible… ! Je suis d’accord avec vous ; Cela reflète un oxymore très prononcé qui
diverge de la logique des choses. C’était bel et bien le cas où je me suis retrouvé à l’époque de mes
premiers débuts dans le domaine de la réhabilitation médinale. La pénurie flagrante d’ouvrages
marocains traitant ce thème était une entrave très agaçante.

Endossé alors par une solide volonté de contribuer dans la panoplie de recherches de mon pays, j’ai
décidé de convertir toute mon expérience acquise en un ouvrage visant à s’ouvrir sur les techniques
de la réhabilitation, en relevant leurs particularités qui attribuent à ce champ son aspect défiant et
challenger.

En effet, au contraire des constructions neuves, la réhabilitation se distingue par son attrait empirique
qui fait appel à une grande capacité attentionnelle et décisionnelle. La qualité d’observation reste ainsi
un élément majeur indissociable de toute pratique de restauration.

Le cas des bâtisses vétustes de la médina de Fès est un exemple réel sur lequel cet ouvrage s’est basé.
Le contexte de la réhabilitation a été convenablement structuré afin de pouvoir former une vision
étalée à propos des caractéristiques majeurs de la construction traditionnelle. La finalité est d’acquérir
un sens d’analyse structurelle qui reste valable même dans les situations les plus défavorables.

L’incapacité de cerner les contraintes camouflées et les conditions initiales, rendent la technique de
rénovation de la bâtisse traditionnelle une traduction de l’ingéniosité d’esprit. Les solutions
d’intervention sont toujours délimitées dans un intervalle réduit qui ne doit guère admettre de signes
d’erreur.

Enfin, et avec toute modestie, Il est amplement espéré que le présent ouvrage puisse susciter un réel
intérêt envers le champ de la réhabilitation. La rédaction a été scrupuleusement soignée pour rendre
cet ouvrage une référence suffisamment basique à quiconque voulant pénétrer le monde du génie civil
traditionnel.

1
Sommaire

CHAPITRE I « LA MÉDINA DE FÈS : UN PATRIMOINE OPULENT » ------------------------------------ 4

A. Une architecture démarquée ----------------------------------------------------------------------------------------------------- 5


a. Une identité authentique : ---------------------------------------------------------------------------------------------------- 5
b. Caractéristiques architecturales de la bâtisse médinale : ------------------------------------------------------------ 6
c. Évolution de la l’architecture des bâtisses : ------------------------------------------------------------------------------ 8

B. La préservation est imminente -------------------------------------------------------------------------------------------------- 9


a. Une dégradation perceptible : ----------------------------------------------------------------------------------------------- 9
b. Une Mobilisation pour la préservation : --------------------------------------------------------------------------------- 10

CHAPITRE II « L’ARCHITECTURE ANCIENNE : UNE SIMPLICITÉ PÉRENNE » ------------------------ 11

A. Particularités d’exploitation des matériaux dans la construction médinale -------------------------------------- 12


a. Le bois : ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 12
b. La terre :---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 12
1) La terre crue brute : --------------------------------------------------------------------------------------------------------- 12
2) Les roches naturelles :------------------------------------------------------------------------------------------------------ 13
3) Les roches transformées : ------------------------------------------------------------------------------------------------- 13
4) La terre crue transformée : ----------------------------------------------------------------------------------------------- 14
5) La terre cuite : ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 15

B. Spécificités de l’architecture médinale --------------------------------------------------------------------------------------- 16


a. Aspects structuraux : ----------------------------------------------------------------------------------------------------------- 16
1) Le plancher :------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 16
(1) Partie inférieur du plancher : ------------------------------------------------------------------------------------- 16
(2) Partie supérieur du plancher : ------------------------------------------------------------------------------------ 19
2) Les escaliers :------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 20
3) Les murs : ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 22
(1) Mur pisé : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 22
(2) Mur à moellon : ------------------------------------------------------------------------------------------------------- 24
(3) Mur en briques pleines : -------------------------------------------------------------------------------------------- 25
4) Les piliers : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 26
5) Les Voûtes --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 27
b. Aspects esthétiques :----------------------------------------------------------------------------------------------------------- 27
1) Le bois : ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 27
2) Le zellij : ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 28
3) Le plâtre : ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 29
4) L’enduit traditionnel : ------------------------------------------------------------------------------------------------------ 30
Illustration : ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 31
c. Aspects hydrauliques : --------------------------------------------------------------------------------------------------------- 33
1) Le réseau des eaux des rivières propres : ---------------------------------------------------------------------------- 33
2) Le réseau d’eau de source : ----------------------------------------------------------------------------------------------- 34
3) Le réseau d’assainissement : --------------------------------------------------------------------------------------------- 34

CHAPITRE III « LA RÉHABILITATION : UN SECOND SOUFFLE » ------------------------------------- 36

A. Pathologies structurales de la bâtisse ---------------------------------------------------------------------------------------- 37


a. Facteurs de dégradations ----------------------------------------------------------------------------------------------------- 37
b. Diagnostiques des dégradations : ------------------------------------------------------------------------------------------ 38
2
1) Problèmes d’humidité : ---------------------------------------------------------------------------------------------------- 38
2) Fissuration de la structure verticale : ---------------------------------------------------------------------------------- 40
3) Déplacement de la structure verticale :------------------------------------------------------------------------------- 42
4) Déformation et rupture de la structure horizontale :------------------------------------------------------------- 43

B. Procédés de réhabilitation ------------------------------------------------------------------------------------------------------- 46


a. Recours aux matériaux modernes : ---------------------------------------------------------------------------------------- 46
b. Prescriptions de pré-travaux : ----------------------------------------------------------------------------------------------- 47
c. Illustration des travaux types de réhabilitation : ---------------------------------------------------------------------- 48
1) Modèle type de Réfection en fer à T d’un plancher dégradé : ------------------------------------------------- 49
2) Réfection du plancher d’une coursive en fer à T : ----------------------------------------------------------------- 54
3) Modèle type de réfection traditionnelle d’un plancher dégradé : -------------------------------------------- 55
4) Cas particulier : Réfection d’un plancher en Deblar neuf -------------------------------------------------------- 57
5) Cas particulier : Contrainte majeure lors de la réfection d’un plancher------------------------------------- 58
6) Modèle type de réfection des fissurations : ------------------------------------------------------------------------- 60
7) Modèle type de réfection d’un mur en brique pleine : ----------------------------------------------------------- 62
d. Remarques complémentaires ----------------------------------------------------------------------------------------------- 66

PERSPECTIVES ET PROSPECTIVES :--------------------------------------------------------------------------- 69

ANNEXE : EXEMPLE DE DIMENSIONNEMENT D’UN PLANCHER SUIVANT LES MÉTHODES DE


RÉHABILITATION USUELLES. ---------------------------------------------------------------------------------- 72

BIBLIOGRAPHIE -------------------------------------------------------------------------------------------------112

3
CHAPITRE I
« La médina de Fès :
un patrimoine opulent »

Objectif :
 Appréhender le contexte général de la réhabilitation.

4
Chapitre I

Chapitre I « La médina de Fès : un patrimoine opulent »


A. Une architecture démarquée
a. Une identité authentique :
Érigée par les Idrissides en 789 ap. J.-C. sur un terrain (au pied du Moyen Atlas) où abondent les eaux de
plusieurs sources et d’affluents d’une rivière régulière (oued al Jawahir), la médina de Fès est considérée
comme un trésor à valeurs universelles qui a pu conserver son identité culturelle et spirituelle au fil des
temps. Cette ville d'art et d’histoire se distingue principalement par son architecture sans égale
nettement influencée par l’art hispano-mauresque, auteur d’un héritage monumental épatant qui
continue à éblouir malgré les 12 siècles passés, que ce soit par ses bâtisses traditionnelles, ses murailles
ou ses ruelles pittoresques.

Figure 1 : Vue panoramique de la médina

Le tissu urbain de la médina se caractérise par une population de densité relativement importante,
cohabitant dans un réseau de bâtisses et de rues tortueuses non carrossable. Les espaces et les places
collectifs (souks – mosquées - Zawya …) sont desservis par des rues dites principales. Ces dernières
comportent également des voies secondaires ou impasses, relativement plus étroites, menant vers un
groupement de bâtisses (îlots) qui sont généralement bien isolés de toute activité commerciale.
La Medina ne reflète pas seulement un patrimoine architectural et urbain exceptionnel, mais véhicule
aussi un mode de vie, des savoir-faire qui persistent face aux divers effets des mutations des sociétés
modernes. Cette résistance perpétuelle est le reflet d’un raffinement structural et esthétique éminent,
qui a profité d’une fusion entre les connaissances locales et les inspirations extérieures diverses
(andalouses, orientales, et africaines).

5
Chapitre I

Figure 2 : Un aspect architectural de la médina – Ruelle-

b. Caractéristiques architecturales de la bâtisse médinale :


La bâtisse traditionnelleFigure 3 : Plan typique de la bâtisse traditionnelle - Vue de RdcFigure 4 : Un
médinale est axée autour d’un espace quadrilatère (cour) « dit patio », ouvert
aspect architectural de la médina – Ruelle-
au sommet formant une source de base pour la ventilation et la luminosité de la maison. Cette espace
délimite au niveau de Figure
son 5périmètre un certain nombre de pièces, généralement plus larges que
: Plan typique de la bâtisse traditionnelle - Vue de RdcFigure 6 : Un
aspect architectural de la médina – Ruelle-
profondes, disposées vis-à-vis l’une de l’autre. Le sol de la bâtisse est généralement en pierres, reposant
soit sur un substratum continu solide, soit sur des écoulements souterrains (discontinuité).
Figure 7 : Plan typique de la bâtisse traditionnelle - Vue de RdcFigure 8 : Un
aspect architectural de la médina – Ruelle-

Figure 3 : Plan typique de la bâtisse traditionnelle - Vue de RdcFigure 9 : Un


aspect architectural de la médina – Ruelle-

Figure 10 : Plan typique de la bâtisse traditionnelle - Vue de RdcFigure 11 :


Un aspect architectural de la médina – Ruelle-

Figure 12 : Plan typique de la bâtisse traditionnelle - Vue de RdcFigure 13 :


Un aspect architectural de la médina – Ruelle-

Figure 14 : Plan typique de la bâtisse traditionnelle - Vue de RdcFigure 15 :


Un aspect architectural de la médina – Ruelle-
Figure 3 : Plan typique de la bâtisse traditionnelle - Vue de Rdc

La structure verticale portante peut varier entre murs porteurs et colonnade. Elle forme une sorte de
Figure 16 : Plancher en encorbellement sur une ruelleFigure 17 :
bordure au patio et se prolonge au-delà
Plan typique de ce traditionnelle
de la bâtisse dernier dans - Vueles
de trois
Rdc sens de l’espace. Ce prolongement,

attelé à une structure horizontale jouant le rôle de planchers, définit des portiques et des surfaces en
Figure 18 : Plancher en encorbellement sur une ruelleFigure 19 :
Plan typique de la bâtisse traditionnelle - Vue de Rdc
6

Figure 20 : Plancher en encorbellement sur une ruelleFigure 21 :


Chapitre I

élévation (étages) comportant la coursive (galerie sur patio) et d’autres pièces obéissant à la même
forme de celles du rez-de-chaussée. La desserte aux étages est assurée par des escaliers étroits
généralement continus sans paliers de repos.
Dans la plupart du temps, la maison peut comprendre des entre-niveaux se situant entre les étages
principaux. Ils sont exploités comme des pièces de rangement ou de conservation d’aliments.
Au niveau de la façade extérieure, on remarque qu’il existe peu d’ouvertures à part le cas des petites
bâtisses qui ne disposent pas de patio. Les planchers en encorbellement recouvrant les voies de
circulations (rues ; ruelles) sont une coutume qui ne s’avère pas d’être exceptionnelle, chose qui donne
l’impression de marcher dans des corridors.

Figure 4 : Plancher en encorbellement sur une ruelle

Pour les monuments sacrés à l’instar des mosquées et des zawiya, l’architecture reprend les mêmes
Figure
bases décoratives et 28 : Illustrationde
constructives salle
lahypostyle
maison- d’habitation,
Mosquée El KarawiyinFigure
et excelle29de
: loin dans leur incarnation
Plancher en encorbellement sur une ruelle
par le biais de salles hypostyles.

Figure 30 : Illustration salle hypostyle - Mosquée El KarawiyinFigure 31 :


Plancher en encorbellement sur une ruelle

Figure 32 : Illustration salle hypostyle - Mosquée El KarawiyinFigure 33 :


Plancher en encorbellement sur une ruelle

Figure 5 : Illustration salle hypostyle - Mosquée El KarawiyinFigure 4 :


Plancher en encorbellement sur une ruelle

Figure 34 : Illustration salle hypostyle - Mosquée El KarawiyinFigure 35 :


Plancher
Figure en encorbellement
5 : Illustration sur une- ruelle
salle hypostyle Mosquée El Karawiyin

Figure 36 : Illustration
Figure 40 :salle hypostyle
Palais - Mosquée
Glaoui signe El KarawiyinFigure
de bourgeoisie 37 :
citadine – 19ème
Plancher
siècleFigure 41en encorbellement
: Illustration sur une ruelle
salle hypostyle - Mosquée El Karawiyin 7

Figure 38 : Illustration
Figure 42 :salle hypostyle
Palais - Mosquée
Glaoui signe El KarawiyinFigure
de bourgeoisie 39 :
citadine – 19ème
Chapitre I

c. Évolution de la l’architecture des bâtisses :

La maison traditionnelle médinale a connu plusieurs changements au fils des temps, influencée en
grande partie par les particularités architecturales et sociales qui caractérisait chaque ère. On peut donc
tracer cette évolution selon trois époques marquantes : (référencement approximative)
Jusqu’au 15ème siècle :

 Absence de coursive (galeries) et d’étages


 Étage limité pour l’accueil des hôtes avec accès Independent
 Façade en mur aveugles.
Jusqu’au 17ème siècle :

 Étage avec balustrade au-dessus du patio


 Apparition des coursives
Jusqu’au 19ème siècle :
 Architecture influencé par la bourgeoisie citadine
 Ouverture sur l’extérieure de la maison
 Coursive circulaire à deux niveaux
 Jardin intérieur avec fontaine.
 Raffinement des décorations artisanales

Figure 53 : Palais Glaoui signe de bourgeoisie citadine – 19ème siècle

À partir des années 60 et 70, la périphérie de la médina a connu un déclic urbain phénoménale, stimulé
essentiellement par les vagues d’exode rurales. Des nouvelles bâtisses ont fait leur apparition avec une
architecture moins imposante, et des structures qui éprouvait de l’anarchie du au manque de maitrise
flagrant des sciences de la construction. ( ex : quartier Bab El hamra , Sidi Boujida , Derb Twizi ...).

8
Chapitre I

B. La préservation est imminente


a. Une dégradation perceptible :
Au cours du 20eme siècle, la médina a connu un bouleversement radicale causée essentiellement par
des facteurs socio-économiques. Cette transformation a complétement changé le statut de la ville,
désormais considérée comme un milieu légèrement dégradé.
On peut citer trois facteurs majeurs qui ont enclenché la mutation de la médina :
 Les modestes frais des locaux et commerces ont encouragé l’implantation de fabriques et
entreprises modernes spécialisées dans diverses activités.
 L’immigration des médinois natifs vers la ville nouvelle, perçu comme signe de modernité.
 L’émergence du phénomène d’exode rurale principalement motivé par le taux de pauvreté élevé
et la diminution de la productivité agricole de la terre.

La mutation de la médina est ressentie essentiellement sur les plans environnemental, organisationnel
et démographique. La dégradation a mis une énorme pression sur l’ossature de la bâtisse et sur son
système d’assainissement. Ainsi, La médina qui jadis était un point névralgique, s’est progressivement
transformée en quartier marginalisé, insalubre, abritant une forte densité avec plus de 150.000
habitants sur une surface frôlant les 300 hectares.
Le tableau suivant présente les aspects de dégradation pour chaque champ mentionné ci-dessus.
Tableau 1 :Aspects de dégradation de la médina

Aspects de dégradations
-La permutation de la population d’origine par une population de provenance
Aspect
rurale a causé une régression flagrante de la propreté et des traditions
environnemental
d’entretien.

Aspect -Subdivision et transformation des bâtisses en logements collectifs afin de

démographique contenir le surpeuplement.

-Détérioration de l’architecture de la bâtisse par les surélévations clandestines.


Aspect -l’industrialisation des bâtisses a déséquilibré leur structure portante, ainsi que
organisationnel le schéma traditionnel de la médina qui subdivisait le tissu urbain en plusieurs
sous-espaces dont chacun remplissait une fonction bien définie.

9
Chapitre I

b. Une Mobilisation pour la préservation :

La médina de Fès est depuis 1981 enregistrée dans le patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette
homologation a engendré de nombreuse compagnes de préservations dont la première a vu le jour en
1975 dans le cadre du schéma directeur de l’urbanisme. Cependant, vu la cadence élevée de la
dégradation, une politique plus poussé devait voir le jour afin d’assurer une préservation inhérente qui
répond aux exigences du moyen terme. Le gouvernement marocain a donc créé en 1989 l'Agence pour
la Dédensification et la Réhabilitation de la Médina de Fès (ADER-Fès), une agence d'exécution qui agit
en tant que structure dédiée à la préservation du patrimoine urbanistique de l’ancienne médina.
L’agence a accumulé depuis sa création une expertise profonde avec laquelle elle a pu surmonter les
nombreuses contraintes liées à la gestion des chantiers de restauration.

La patrimonialisation de la médina en tant que bien universel a engendré un changement de son statut.
Elle est devenue un « patrimoine collectif » caractérisé par une nouvelle dimension à échelle mondiale
dans laquelle plusieurs parties interviennent. Ce changement a promu la ville antique sur le plan
touristique, chose qui l’a instrumentalisé en tant qu’un monument de grand apport économique. Face
à cette réalité, il a été jugé impératif par les autorités compétentes d’inaugurer plusieurs projets de
réhabilitation du bâti ancien. Cette compagne a suscité également l’attention des organisations
indépendantes. L’Ader a piloté plusieurs programmes financés sous formes de prêts et de dons inscrits
dans le cadre de la coopération étrangère avec, notamment, la banque mondiale et le Millennium
Challenge Account (MCC).

Aujourd’hui, l’Ader de Fès gère un projet de réhabilitation grandiose, annoncée en 2014 pour un coût
avoisinant les 300 millions de dirhams. Le projet, rendu publique à l'occasion du 25e anniversaire de sa
création, concerne près de 4000 logements menaçant ruine ainsi que plusieurs édifices et monuments
historiques. Pour les habitations, l’Ader s’engage à financer les travaux tout en fixant une somme limite
ne pouvant dépasser les 80 000 Dh, et au-delà de laquelle le propriétaire intervient par ses propres
fonds. Les travaux consistent prioritairement à supprimer le risque d’effondrement et à traiter toute
défaillance relative à la structure portante.

Cependant, le programme rencontre un grand retard au niveau de son échéancier, imputé


généralement à la complexité des procédures administratives (pour les particuliers voulant rénover
leurs bâtisses) et la difficulté d’accès aux sites concernés.

10
Chapitre II

CHAPITRE II
« L’architecture ancienne : une
simplicité pérenne »

Objectifs :
 Recueillir les matériaux de base de la construction traditionnelle
 Assimiler les spécificités structurales et esthétiques de la bâtisse
ancienne.

« Notez bien que ce chapitre reflète les particularités des bâtisses


anciennes depuis une perspective descriptive. L’absence de normes
unifiées à l’époque concernant les dimensions et les dosages des
différents matériaux, a exigé que certaines données soient omises
d’être mentionnées (ex : dosage du mortier), et que d’autres soient
délimiter dans des intervalles (ex : dimensions des poutres en bois). »
11
Chapitre II

Chapitre II « L’architecture ancienne : une simplicité pérenne »


La médina se caractérise ; d’ailleurs comme tout autre architecture ancienne, par la simplicité
des matériaux employés dans sa construction. Le bois et la terre sont des éléments
prédominants dans ses lieux et sont la source de son identité sereine, offrant à la fois un
esthétique attrayant et une solidité impressionnante.
En effet, La particularité de l’architecture de la médina réside dans l’usage efficient des
matériaux (terre – bois). Ceci permet d’exploiter entièrement leurs propriétés (physiques ou
esthétiques) suivant leur adaptation à chaque partie de l’ossature de la bâtisse.

A. Particularités d’exploitation des matériaux dans la construction médinale


a. Le bois :
Le bois utilisé dans la structure et les autres
travaux de menuiseries, est généralement un
bois de cèdre. Ce type se distingue par un fil droit
et une structure nervurée fine, ce qui le rend
durable, léger, très stable et facile à travailler.
Outre ses propriétés d'imputrescibilité et son
odeur particulière, ce type bois a la qualité de
repousser les insectes et les vers.
Figure 7 : Rondelle de Bois de cèdre
b. La terre :
Ce terme reflète les éléments issus de la terre qui rentre dans des usages de la construction.
Figure 54 Terre crueFigure 55 Rondelle de Bois de cèdre
Ils peuvent faire l’objet de transformation en forme pâteuse ou de façonnement en un solide.
Le critère de choix varie selon la finalité de l’utilisation. On peut distinguer de ces matériaux :
Figure 56 Terre crueFigure 57 Rondelle de Bois de cèdre

1) La terre crue brute :


On désigne par la terre crue tout matériau à base Figure 58 Terre crueFigure 59 Rondelle de Bois de cèdre

d’argile ou de limons. Sa composition renferme


des matières solides (cailloux, graviers, sables, Figure 60 Terre crueFigure 61 Rondelle de Bois de cèdre

argiles…), liquides (eau et minéraux dissous …) et


gazeuses (Oxygène, Azote…). On remarque bien Figure 62 Terre crueFigure 63 Rondelle de Bois de cèdre

dans la figure ci-dessus qu’il s’agit d’un matériau


Figure 64 Terre crueFigure 65 Rondelle de Bois de cèdre
de granulométrie hétérogène, ce qui reflète
Figure 8 : Terre crue
clairement son aspect brut.
Figure 66 Terre crueFigure 67 Rondelle de Bois de cèdre
12
Figure 68 : Roches calcairesFigure 69 Terre crue
Chapitre II

2) Les roches naturelles :


Ce sont des pierres généralement tendres, à
l’instar du calcaire qui est une roche purement
sédimentaire, utilisée depuis les anciens temps
en tant qu’élément structural dans les
constructions traditionnelles, sous forme de
moellons ou de pierres de taille. Son abondance
sur le territoire contigu à la médina a fait en
sorte que cette roche soit parmi les principaux
Figure 9 : Roches calcaires
matériaux de construction qui y est présent.

3) Les roches transformées :


Figure 82 :Mortier de chaux traditionnellement
fabriquéFigure 83 : Roches calcaires
-La chaux : la chaux est un liant extrait des roches de calcaire contenant majoritairement le
minéral de calcite, ayant la formule chimique CaCO3.
Figure 84 :Mortier de chaux traditionnellement
Le procédé d’extraction s’étale sur les étapes suivantes : fabriquéFigure 85 : Roches calcaires

Figure 86 :Mortier de chaux traditionnellement


fabriquéFigure 87 : Roches calcaires

Figure 88 :Mortier de chaux traditionnellement


fabriquéFigure 89 : Roches calcaires

Figure 90 :Mortier de chaux traditionnellement


fabriquéFigure 91 : Roches calcaires

Figure 92 :Mortier de chaux traditionnellement


fabriquéFigure 93 : Roches calcaires

Figure 94 :Mortier de chaux traditionnellement


fabriquéFigure 95 : Roches calcaires
Figure 10 : Procédés de fabrication de la chaux

Remarque 1 :
Il est certainement sous-entendu qu’à l’époque de construction de la médina, l’extraction et le
concassage et le broyage se faisaient manuellement et délicatement. De plus, la notion de la
chaux hydraulique et aérienne n’était pas encore perçue.

13
Chapitre II

Remarque 2 :
Pour les constructions anciennes, la chaux présente de nombreuses qualités : antibactérienne,
laissant respirer le mur (imperméable à l’eau – perméable a sa vapeur) permettant ainsi
d’éviter les remontés humides.

-Le plâtre : Le plâtre est un liant hydraulique connu depuis l'antiquité. Il est fabriqué à partir
d'une roche blanche et tendre : le gypse, un sulfate de calcium hydraté (CaSO4. 2H2O). L'eau
représente à peu près 20 % de cette pierre, et c'est par sa déshydratation partielle lors d'une
cuisson à 120 C° qu'on obtient le plâtre. Le gâchage consiste à réhydrater la poudre de plâtre,
ce qui entraîne une prise rapide (en quelques minutes).

Remarque 3 :
Le plâtre possède presque les mêmes qualités de la chaux. Cependant, il reste une matière très
corrosive et se dégrade facilement dans les milieux humides

4) La terre crue transformée :


En présence d’eau et en additionnant d’autres matériaux, les propriétés chimiques de la terre
crue (tamisée si nécessaire) changent, donnant naissance à des substances qui peuvent être
utilisées selon la nature et la finalité d’exploitation.
 Mortier de chaux (sable, chaux, eau) : De teinture brune, il est utilisé dans la dalle et la
maçonnerie traditionnelle.
 Enduit de chaux : Couches de mortiers de chaux appliquées pour la finition des murs
intérieurs et extérieurs.

Figure 11 : Mortier de chaux traditionnellement fabriqué

14
Chapitre II

Remarque 1 :
Le mortier chaux doit être fermenté pour une durée minimum de 30 jours, tout en assurant
une imbibition journalière. La finalité de ce procédé est d’obtenir un mortier de haute qualité.

5) La terre cuite :
La terre cuite est obtenue par cuisson d’argile à haute température. Elle est utilisée pour la
fabrication des matériaux de construction : briques pleines et carreaux de revêtement.
La terre cuite a sur la terre crue l’avantage d’être plus adaptée à l’humidité. Cependant, elle
reste moins performante en termes d’isolation thermique.
On dénombre 5 stades qui se succèdent pour la fabrication d’un matériau en terre cuite :
 L’extraction de la terre (argile ou limon)
 La préparation de la pâte
 Le façonnage
 Le séchage
 La cuisson.

Figure 12 : Briques pleines récupérés d’un ancien mur

Remarque 1 : Figure 102 Photo du plancher en bois sur appuiFigure 103 :


Briques pleines récupérés d’un ancien mur
La préparation de la pâte se fait par un mélange d'une ou plusieurs terres argileuses avec de
l'eau et des éléments dits "dégraissants", comme le sable, (indispensables lorsque les
Figure 104 Photo du plancher en bois sur appuiFigure 105 :
Briques pleines
particules sont trop fines). À l’époque, récupérés se
l’opération d’unfaisait
ancien mur
manuellement ou avec l'aide d'un
manège animal.
Figure 106 Photo du plancher en bois sur appuiFigure 107 :
Briques pleines récupérés d’un ancien mur

Figure 108 Photo du plancher en bois sur appuiFigure 109 :


Briques pleines récupérés d’un ancien mur
15

Figure 110 Photo du plancher en bois sur appuiFigure 111 :


Briques pleines récupérés d’un ancien mur
Chapitre II

B. Spécificités de l’architecture médinale


a. Aspects structuraux :
1) Le plancher :
(1) Partie inférieur du plancher :
L’intrados d’un plancher traditionnel typique est constitué de :
 Poutrelles en bois, appelées solives ou Gayza, d’une dimension (l*h) de 5 à 8 cm x 9 à
12 cm, et espacées d’environ 9 à 12 cm.
 Des planches en bois (Takfif) (épaisseur ≈ 2 cm) répartis longitudinalement ; agissant
comme jonction entre les solives et le mur porteur.
 Voligeage (Warka) constitué de planches de bois rectangulaires de ≈ 1,5 cm
d’épaisseur, servant à combler les vides et assurer la continuité entre les solives.
 Rarement : Lattes en bois pour le recouvrement des joints de voligeages.

Illustrations :
Illustration schématique 1 : Vue de dessous du plancher en bois (voligeage – solives) :

Takfif A

5 à 8 cm
Mur porteur (Coupe) Solive

Lattes en bois 9 à 12 cm
; Joints entre planches
de voligeage Voligeage

Mechta

Longueur de scellement A

Remarque 1 :
À noter que La coupe a été faite au niveau du Takfif ; Les tirets indiquent que les objets en
question se trouve dans l’arrière-plan.

Remarque 2 :
Les solives doivent être suffisamment ancrées dans le mur porteur pour éviter toute
défaillance au niveaux des appuis. La longueur de scellement peut atteindre les 15 cm.

16
Chapitre II

Remarque 3 :
Les bois du voligeage peuvent comporter des légers débordements longitudinaux permettant
de se chevaucher l’un sur l’autre. Dans ce cas les lattes en bois sont alors omises.

Illustration schématique 2 : Vue transversale en coupe A-A :

Lattes en bois (ep ≈ 1cm) Voligeage

1,5 cm Solive
9 à 12 cm

9 à 12cm 5 à 8 cm

Illustration réelle : les différents éléments de l’intrados du plancher :

Figure 13 : Photo du plancher en bois sur appui

Légende :
: Voligeage en116
Figure bois de cèdre.
: Illustration réelle de la KentraFigure 117 Photo du plancher en bois sur appui

: Solive en bois de cèdre.


: Mechta. (Voir
Figure 118paragraphe : b-aspect
: Illustration réelle esthétique)
de la KentraFigure 119 Photo du plancher en bois sur appui

: Jointure entre mur porteur et solive : Takfif.


: Mur porteur en: Illustration
Figure 120 brique pleine.
réelle de la KentraFigure 121 Photo du plancher en bois sur appui

Dans certains cas, on a recours à des poutres maitresses en bois de grande épaisseur, dites
Figure 122 : Illustration réelle de la KentraFigure 123 Photo du plancher en bois sur appui
(Kentra). Cette solution architecturale est justifiée par deux motifs :

Figure 124 : Illustration réelle de la KentraFigure 125 Photo du plancher en bois sur appui
17

Figure 126 : Illustration réelle de la KentraFigure 127 Photo du plancher en bois sur appui
Chapitre II

 1- La distance entre les nus des murs porteurs risque d’engendrer une flèche excessive
ou une rupture au niveau de la structure horizontale (solives). La Kentra (s’appuyant à
son tour sur deux murs porteur) permet donc de réduire la portée des poutrelles
(solives), tout en garantissant une bonne résistance à la déformation.
 2- La structure porteuse verticale est formée par des piliers. Dans ce cas La Kentra joue
le rôle d’un appui mutuel pour les solives (poutrelles), et permet de transmettre leur
chargement vers les piliers en question.

Illustrations schématiques :
(Vue de dessus – Cas 1)
Kentra
Murs porteurs

Solive

(Vue réelle – Cas 1)

Figure 14 : Illustration réelle de la Kentra

(Vue latérale – Cas 2)


Solive (Gayza)
Figure 130 : Vue latérale de l'escalierFigure 131 : Illustration réelle
Pilier de la Kentra Kentra

Figure 132 : Vue latérale de l'escalierFigure 133 : Illustration réelle


de la Kentra

Figure 134 : Vue latérale de l'escalierFigure 135 : Illustration réelle 18


de la Kentra
Chapitre II

Remarque 4 :
L’application de l’huile de lin sur toute la surface du bois permet d’éviter le pourrissement et
l’effritement. Le bois devient alors hydrofuge mais demeure perméable à la vapeur d’eau.

(2) Partie supérieur du plancher :


Après la mise en place du bois (solives et voligeage), plusieurs couches de terres fortement
damées interviennent par la suite :

 Une couche de pré-revêtement (Tajlid) (≈ 2 cm d’épaisseur), posée directement sur


le voligeage, constituée de mortier de chaux dont Le sable doit être bien criblée afin
d’éviter toute rugosité pouvant altérer le bois (voligeages en principe).
 Le tajlid est suivi par une couche de remblais de sable (Mbelbel) (≈5 cm d’épaisseur),
bien damée et compactée.
 Un tout venant en matériaux légers (Markouz) intervient par la suite avec une mise
en place par paliers successifs, sans pouvoir dépasser ≈ 10 cm d’épaisseur (par palier).
L’application de cette couche permet de limiter les déformations du sol tout en
amortissant le chargement appliqué.
 Une forme de pente en mortier de chaux vient s’étaler sur le Markouz. (Seulement si
un dispositif de drainage est à prévoir - obligatoire pour la terrasse)
 Cas particulier pour la terrasse : Pose de briques pleines (Dfira) sur le Markouz avec
emploi du mortier chaux pour les joints et la chape de pose.
 Par la suite, un revêtement en zellij traditionnel (carreaux en terre cuite) est appliqué
sur l’ensemble du plancher. Le zellij est posé sur une couche de mortier supporté par
la Dfira (cas terrasse) ou le Markouz (cas étages inférieurs).
 Parfois la terrasse est omise du zellij et on se contente seulement d’une chape de
lissage (dite aussi chape de finition) à base de la chaux badigeonnée en blanc.

19
Chapitre II

Illustration schématique des composants du plancher :

Zellij
Forme de pente Dfira (Pour terrasse)
Markouz
Mbelbel
Tajlid Voligeages
Solive
Figure 15 : Coupe transversale du plancher traditionnelle

2) Les escaliers :
Figure 144 : Illustration réelle du Deblar d'escalierFigure 145
Les escaliers de la médina setransversale
: Coupe distinguent par une
du plancher forme bien optimisée
traditionnelle dans l’espace, se
caractérisant par une largeur étroite et une hauteur de contre marche importante, qui peut
frôler les 30 cm dans certains cas.
La structure des escaliers se compose
Figure de : de l'escalierFigure 147 : Coupe
146 : Vue latérale
transversale du plancher traditionnelle
 Une dalle porteuse inclinée (volée) ou horizontal (palier) en planches de bois (épaisseur
≈ 3 à 5 cm) dites Deblar reposant sur des murs porteurs.
 Un corps d’escalier constitué en rangées de briques pleines liées par un mortier chaux,
Figure 148 : Illustration réelle du Deblar d'escalierFigure 149
se chevauchant les: Coupe
unestransversale
sur les autres. (Mortier
du plancher de pose sous-entendu)
traditionnelle

 Le revêtement est assuré soit par :


 Une chape de pose (mortier chaux) sur lequel on étale le zellij traditionnel.
 Une chape de lissage sans carrelage.
 Nez de marche en bois (jusqu’à 5 cm de largeur). Son rôle réside dans la protection des
bords du carrelage et l’augmentation de l’appui de marche.

Remarque 1 :
L’inclinaison du Deblar impose que les briques pleines soient aussi inclinées. Cependant leur
disposition redevient plane au niveau des marches et contre marches. Tout vide éventuel est
alors corrigé par le mortier chaux.

Remarque 2 :
Dans le cas où le vide sous l’escalier est contingent, les briques pleines remplacent le Deblar
et reprenne son rôle comme élément porteur. (Valable uniquement pour la première rangée de
l’escalier). Cependant, une telle manœuvre reste peu économique aux briques.

20
Chapitre II

Illustration schématique : (vue latérale)

Support 2 (palier ou dalle d’étage)

Nez de marche en bois

Briques pleines

Carrelage (zellij)

Deblar

Cas d’espace sous escalier Support 1 (sol RDC ou étage)

Figure 16 : Vue latérale de l'escalier

Figure 150 : mur ancien en piséFigure 151 : Vue latérale


Illustration réelle : (vue latérale)
de l'escalier

Figure 152 : mur ancien en piséFigure 153 : Vue latérale


de l'escalier

Figure 154 : mur ancien en piséFigure 155 : Vue latérale


de l'escalier

Figure 156 : Illustration réelle du Deblar d'escalierFigure


157 : Vue latérale de l'escalier

Figure 158 : mur ancien en piséFigure 159 : Vue latérale


de l'escalier

Figure 160 : mur ancien en piséFigure 161 : Vue latérale


de l'escalier

Figure 162 : mur ancien en piséFigure 163 : Vue latérale


de l'escalier
Figure 17 : Illustration réelle du Deblar d'escalier

21
Figure 164 : Fin de la réfection du murFigure 165 : Illustration réelle du Deblar
d'escalier
Chapitre II

3) Les murs :
L’acheminement des forces issues des structures horizontales se concrétise par le biais des
murs porteurs travaillant en compression. Ces derniers présentent une épaisseur importante
(pouvant atteindre 50 cm) et s’enracine dans le sol à une profondeur qui peut atteindre 1,5m.

Généralement, l’élancement des murs reste proportionnel à la hauteur de la bâtisse,


néanmoins L’accrochage aux planchers est jugé primordial dans la majorité des cas, leur
assurant ainsi plus de stabilité, surtout qu’il s’agit d’ouvrages massifs ou le caractère
monolithique de l’ossature s’impose.

Remarque :
Les murs traditionnels sont un système porteur à double fonction jouant en même temps le
rôle de fondations filantes.

Généralement, les murs de la médina de Fes se répartissent en 3 catégories :


(1) Mur pisé :
Le pisé est un ancien procédé de construction monolithique d’après lequel on dresse les murs
avec de la terre crue (généralement de granulométrie ≈ 0-45 mm).
Il consiste à battre, lit par lit, entre des planches en bois, de la terre préparée à cet effet. Après
le battage, elle se lie, prend de la consistance, et forme une masse homogène qui peut être
élevée selon la hauteur voulue de la bâtisse.

Figure 18 : mur ancien en pisé

On peut résumer le mode opératoire du pisé en les étapes suivantes :


Figure 170 : Agglos en terre
 cruepar
La stabilité du mur est assurée – Quartier
un mur Bab de
El soubassement (fondation généralement
HamraFigure 171 : mur ancien
en pierres liées par du en pisé
mortier chaux), Ce dernier doit être suffisamment haut afin de
protéger le pisé contre les remontés d’humidité, considérées comme dévastatrice.
Figure 172 : Agglos en terre 22
crue – Quartier Bab El
HamraFigure 173 : mur ancien
en pisé
Chapitre II

 Délimitation du pisé par des branches en bois à l’intérieur desquels on procède au


coulage de la terre crue légèrement humidifiée pour la ramener à la bonne
consistance.
 La terre est déversée à la pelle par lits (≈ 25 cm d’épaisseur), puis tassée solidement à
l’aide d’un pisoir (d’où vient le mot « pisé »).
 Au sommet de chaque rangée, des madriers sont noyés dans l’argile pour stabiliser
l’élévation, et assurer sa cohésion avec les parois adjacentes. Des poteaux (en briques
pleines) sont généralement placés aux angles en guise de chaînage vertical.
 Battue ainsi couche par couche ; la terre forme une masse homogenèse de forte
densité dont la résistance à la compression peut frôler les 20 bars (2 MPA).
 Le mur en pisé doit sécher correctement afin d’éviter toute rupture liée au retrait
(Séchage trop rapide).

Remarque 1 :
La composition idéal d’un pisé traditionnel peut s’estimer à :
• limon : 20 à 35 %
• argile : 15 à 25 %
• sable : 40 à 50 %
• graviers : 0 à 15 %

Remarque 2 :
La construction traditionnelle ancienne ne relevait pas une maitrise parfaite concernant le
dosage ou la pureté des agrégats entrant dans la constitution de ce type d’ouvrage. Au fil du
temps, il était possible de voir apparaître des fissures ainsi que du salpêtre sur un mur en pisé.

Remarque 3 :
Le concept du pisé a été exploité anarchiquement
par la suite pour la fabrication d’agglos
préfabriqués (moulés et battus préalablement) en
terre crue (sable, galets, argile, graviers …).
Profitant de Leur simplicité de mise en œuvre, ces
agglos dites « Messous » était une tendance de
construction pendant l’exode rural qu’a connu la
médina au 20ème siècle.
Figure 19 : Agglos en terre crue – Quartier Bab El Hamra

Figure 184 : Mur à moellon ( bâtisse menaçant


ruine)Figure 185 : Agglos en terre crue – Quartier Bab23
El
Hamra
Chapitre II

Remarque 4 :
Il n’est guère recommandé d’appliquer de l’enduit étanche sur un mur en pisé. En effet ce type
de revêtement bloque toute évacuation d’humidité du mur, ce qui engendre un soufflage
(décollement) de l’enduit.

(2) Mur à moellon :


Le mur à moellon est constitué de plusieurs pierres tendres, équarries ou brutes,
généralement d’origines calcaire et liées par du mortier traditionnel (mortier de chaux). Ces
pierres sont suffisamment petites et légères pour être manier sans difficultés par un seul
maçon.

Figure 20 : Mur à moellon ( bâtisse menaçant ruine) Figure 21 : Mur de clôture à moellon (Quartier Oued Zhoun)

Figure 198 : Mur de clôture à moellon ( Quartier Oued Figure 212 : Anciens murs en briques pleines (Quartier Achabine)Figure
Spécificités de mise en œuvre :
Zhoun)Figure 199 : Mur à moellon ( bâtisse menaçant 213 : Mur de clôture à moellon ( Quartier Oued Zhoun)
ruine)
 Les moellons sont posés sur un lit de mortier (bain soufflant), bien serrés, de façon à
ce que le mortier reflue en surface.
Figure 214 : Anciens murs en briques pleines (Quartier Achabine)Figure
 200Les
Figure : Mur de clôturesont
moellons à moellon ( Quartier Oued
convenablement
Zhoun)Figure 201 : Mur à moellon ( bâtisse menaçant
215 : Muravant
humidifiés de clôture à moellon
l’emploi ( Quartier
(pour Oueddessécher
ne pas Zhoun)

trop vite), maisruine) non ruisselants.

 Les moellons sont enrobés afin qu’il n’y ait aucun


Figure contact
216 : Anciens direct
murs entre
en briques eux(Quartier
pleines ; Les petits
Achabine)Figure
intervalles sont remplis de mortier, et les 217
plus: Mur de clôture àsont
importants moellon ( Quartier
garnis Oued Zhoun)
de cales de même
Figure 202 : Mur de clôture à moellon ( Quartier Oued
nature
Zhoun)Figure 203 :que
Mur àles moellons,
moellon ( bâtissede manière
à obtenir une maçonnerie bien pleine.
menaçant
ruine)
 Les pierres sont taillées manuellement deFigure
manière à harmoniser
218 : Anciens les jonctions.
murs en briques pleines (Quartier Achabine)Figure
219 : Mur de clôture à moellon ( Quartier Oued Zhoun)
 Les joints verticaux sont décalés, autant que possible, et ne se prolongent jamais au-
Figure 204 : Mur de clôture à moellon ( Quartier Oued
delà de deux hauteurs de moellons.
Zhoun)Figure 205 : Mur à moellon ( bâtisse menaçant
ruine) Figure 220 : Anciens murs en briques pleines (Quartier Achabine)Figure
221 : Mur de clôture à moellon ( Quartier Oued Zhoun)

Figure 206 : Mur de clôture à moellon ( Quartier Oued 24


Zhoun)Figure 207 : Mur à moellon ( bâtisse menaçant Figure 222 : Anciens murs en briques pleines (Quartier Achabine)Figure
ruine) 223 : Mur de clôture à moellon ( Quartier Oued Zhoun)
Chapitre II

Remarque 1 :
Le mur à moellon est souvent en calcaire mais peut être réalisé avec toutes sortes de pierres
à l’instar des galets. La qualité de la maçonnerie dépend beaucoup de la pose et de la qualité
du liant.

Remarque 2 :
Contrairement au pisé, La fondation du moellon est de même nature que le reste de mur.

Remarque 3 :
Le mur à moellon est formé souvent de pierres poreuses ce qui signifie qu’il y a un risque de
fissuration en période de gel.

(3) Mur en briques pleines :


Ce type de mur porteur est réputé par sa régularité et sa grande résistance à la compression.
Il s’agit en effet d’agglomération de briques pleines traditionnelles (cuites), de format et poids
compatibles pour une manipulation aisée avec une main. Ces éléments en terre sont associés
à un mortier composé de sable et d'un liant plus ou moins hydraulique (La chaux).
Le mur en briques pleines de la médina se démarque par une surface de joints importante.
Dans certains cas, L’épaisseur de la couche du mortier utilisée entre deux rangées horizontales
de briques peut atteindre le double de celle d’une rangée.
La disposition des briques traditionnelles est élaborée suivant un appareillage bien particulier
de façon à rigidifier la structure et cerner les plans de fissurations.

Remarque 1 :
Les anciennes briques pleines éprouvaient deux inconvénients majeurs :
 Une géométrie non unifiée vu le manque d’outillage précis.
 Un degré de cuisson non contrôlée donnant naissance parfois à des briques de mauvaise
qualité.

Remarque 2 :
Les maçons traditionnels avaient coutume de bien mouiller Les briques pleines avant leur
pose, Ceci a été avéré une bonne pratique pour que le mortier puisse absorber un minimum
d'eau et se stabiliser correctement et ne pas sécher rapidement.

25
Chapitre II

Figure 22 : Anciens murs en briques pleines (Quartier Achabine)

4) Les piliers : Figure 226 : colonnade (Alignement de Piliers) travaillant en


compression dans une bâtisse traditionnelleFigure 227 : Anciens
murs en briques pleines (Quartier Achabine)
Dans certains cas, et à l’époque de la construction d’une bâtisse, le recours à des piliers était
un choix architectural imminent, surtout quand le critère visio-spatial s’imposait. En effet les
Figure 228 : colonnade (Alignement de Piliers) travaillant en
compression
colonnes (piliers) permettent dedans une bâtisse
remplir les traditionnelleFigure
mêmes fonctions 229 : qu’un
Anciens mur porteur tout en
murs en briques pleines (Quartier Achabine)
octroyant l’avantage de gagner de l’espace supplémentaire entre les nus des appuis. En outre,
La disposition symétrique des piliers (colonnade) entraine un apport visuel remarquable.
Figure 230 : colonnade (Alignement de Piliers) travaillant en
compression dans une bâtisse traditionnelleFigure 231 : Anciens
Les piliers sont de nature en brique
murs enpleines et se(Quartier
briques pleines caractérise par une section
Achabine) importante. Ces
briques permettent d’assurer un dressement adéquat favorisant ainsi un bon acheminement
des charges en compression
Figuresimple.
232 : colonnade (Alignement de Piliers) travaillant en
compression dans une bâtisse traditionnelleFigure 233 : Anciens
murs en briques pleines (Quartier Achabine)

Figure 234 : colonnade (Alignement de Piliers) travaillant en


compression dans une bâtisse traditionnelleFigure 235 : Anciens
murs en briques pleines (Quartier Achabine)

Figure 236 : colonnade (Alignement de Piliers) travaillant en


compression dans une bâtisse traditionnelleFigure 237 : Anciens
murs en briques pleines (Quartier Achabine)

Figure 238 : colonnade (Alignement de Piliers) travaillant en


compression dans une bâtisse traditionnelleFigure 239 : Anciens
Figure 23 : colonnade (Alignement de Piliers)
murs en briques travaillant
pleines (QuartierenAchabine)
compression dans une bâtisse
traditionnelle
Remarque 1 :
Les piliers se prolongent au-dessous du sol à une profondeur suffisante pour maintenir la
Figure 240 : Voute ancienne en plein cintreFigure 241 : colonnade (Alignement de Piliers)
stabilité globale de la structure.
travaillantLeurs sections
en compression diminuent
dans en fonction de la hauteur (nombres
une bâtisse traditionnelle

d’étages) réduisant ainsi la charge acheminée.


Figure 242 : Voute ancienne en plein cintreFigure 243 : colonnade (Alignement de Piliers) 26
travaillant en compression dans une bâtisse traditionnelle
Chapitre II

5) Les Voûtes
Les voutes sont un aspect architectural qui est
bien présent dans la médina de Fès, jouant le
rôle de planchers (passages voutés) ou de
linteaux au niveau des portails et entrées.

Les voutes de la médina sont de types « arc


plein-cintre ». Les voussoirs travaillent en
compression grâce à un appareillage
particulier faisant appel à une résistance par
la forme. (Voir image ci-contre).
Figure 24 : Voute ancienne en plein cintre

Remarque 1 :
Figure 254 : Plafond d'une Zawya en bois avec gravures
Les voussoirs sont les éléments qui forment décorativesFigure
l’appareillage de la255voûte,
: Voute et
ancienne
sont en plein cintre
généralement
en briques pleines.
Figure 256 : Plafond d'une Zawya en bois avec gravures
Remarque 2 : décorativesFigure 257 : Voute ancienne en plein cintre

La configuration perpendiculaire des voussoirs avec l’axe de l’arc permet de transformer


l’effort de cisaillement (Brique-Mortier) en un effort de258
Figure compression
: Plafond d'une agissant directement
Zawya en bois avec gravuressur
décorativesFigure 259 : Voute ancienne en plein cintre
les appuis.

Figure 260 : Plafond d'une Zawya en bois avec gravures


décorativesFigure 261 : Voute ancienne en plein cintre

b. Aspects esthétiques :
Figure 262 : Plafond d'une Zawya en bois avec gravures
1) Le bois : décorativesFigure 263 : Voute ancienne en plein cintre
Que ce soit un plancher, une porte, une fenêtre ou un auvent, un élément en bois est toujours
soumis à un contact visuelle permanent. Sa qualité de finition, sa forme et les légères gravures
Figure 264 : Plafond d'une Zawya en bois avec gravures
décorativesFigure 265 : Voute ancienne en plein cintre
sur sa surface, permettent de conserver l’identité traditionnel et artisanale de la bâtisse et
rajoute une touche purement artistique.
Figure 266 : Plafond d'une Zawya en bois avec gravures
Pour les planchers, et à part les solives et le voligeage qui ont une
décorativesFigure 267 finalité structurale,
: Voute ancienne on note
en plein cintre
la présence également de pièces en bois dites Mechta (≈ 7 à 8 cm de largeur) dont l’intérêt
est purement décoratif.

27
Chapitre II

Figure 25 : Ancienne porte d'entrée avec auvent et Figure 26 : Plafond d'une Zawya en bois avec gravures
gravures décoratives décoratives

Figure 282 : exemple de Variation des motifs du zellij (


2) Le zellij : Figure 268 : Ancienne porte d'entrée avec auvent et gravures
mur - entrée bâtisse - patio)Figure 283 : Ancienne porte
d'entrée avec auvent et gravures décoratives
À l’instar du bois, l’utilisation du zellij artisanaledécorativesFigure
permettait 269 : Plafond d'une Zawya en bois avec
d’harmoniser
gravures décoratives
et d’embellir
davantage l’ambiance intérieur (bâtisses) et extérieur(fontaines) de la médina renforçant ainsi
Figure 284 : exemple de Variation des motifs du zellij (
mur - entrée
son bâtisse - patio)Figure
positionnement 285 et
serein : Ancienne porte
emblématique.
d'entrée avec auvent et gravures décoratives Figure 270 : Ancienne porte d'entrée avec auvent et gravures
décorativesFigure 271 : Plafond d'une Zawya en bois avec
À l’époque de sa mise en place, le choix des motifs restait tributaire de la zone d’application.
gravures décoratives
Figure 286 : exemple
Illustration : de Variation des motifs du zellij (
mur - entrée bâtisse - patio)Figure 287 : Ancienne porte
d'entrée avec auvent et gravures décoratives
Figure 272 : Ancienne porte d'entrée avec auvent et gravures
décorativesFigure 273 : Plafond d'une Zawya en bois avec
Figure 288 : exemple de Variation des motifs du zellij ( gravures décoratives
mur - entrée bâtisse - patio)Figure 289 : Ancienne porte
d'entrée avec auvent et gravures décoratives

Figure 274 : Ancienne porte d'entrée avec auvent et gravures


Figure 290 : exemple de Variation des motifs du zellij ( décorativesFigure 275 : Plafond d'une Zawya en bois avec
mur - entrée bâtisse - patio)Figure 291 : Ancienne porte gravures décoratives
d'entrée avec auvent et gravures décoratives

Figure 276 : Ancienne porte d'entrée avec auvent et gravures


Figure 292 : exemple de Variation des motifs du zellij (
décorativesFigure 277 : Plafond d'une Zawya en bois avec
mur - entrée bâtisse - patio)Figure 293 : Ancienne porte
gravures décoratives
d'entrée avec auvent et gravures décoratives

Figure 294 : exemple de Variation des motifs du zellij (


Figure 278 : Ancienne porte d'entrée avec auvent et gravures
mur - entrée bâtisse - patio)Figure 295 : Ancienne
Figure 27 : exemple porte des motifs du zellij ( mur - entrée bâtisse - patio)
de Variation décorativesFigure 279 : Plafond d'une Zawya en bois avec
d'entrée avec auvent et gravures décoratives
gravures décoratives
Motif pour mur.
Motif pour patio.
Figure 296 : Décoration d'un pilier avec du plâtre coloréFigure 297 : exemple de
Motif pour l’entrée.
Variation des motifs du zellij ( mur - entrée bâtisse
Figure- patio)
280 : Ancienne porte d'entrée avec auvent et gravures
décorativesFigure 281 : Plafond d'une Zawya en bois avec
gravures décoratives
28
Figure 298 : Décoration d'un pilier avec du plâtre coloréFigure 299 : exemple de
Variation des motifs du zellij ( mur - entrée bâtisse - patio)
Chapitre II

3) Le plâtre :

Le plâtre est présent presque dans tous les bâtisses de la médina. Couplé avec des couleurs
adéquates, Les anciens artisans embellissaient les piliers et les murs de façon à couronner tout
un champs d’arts en le faufilant parfaitement entre la beauté du zellij et l’originalité du bois,
offrant par conséquent, une ambiance intégrale qui reflète la créativité et l’histoire du
patrimoine médinale.

Figure 28 : Décoration d'un pilier avec du plâtre coloré


Remarque :
L’authenticité esthétiqueFigure
de la
310médina
: Mariageest d’autant
artistique pluszellij
entre bois, perçue lorsque le bois, le zellij et le
et plâtre
dans une bâtisse traditionnelleFigure 311 : Décoration
plâtre sont tous cernés par
d'unlepilier
champ visuel
avec du plâtre de l’observateur. (Fig. ci-dessous)
coloré

Figure 312 : Mariage artistique entre bois, zellij et plâtre


dans une bâtisse traditionnelleFigure 313 : Décoration
d'un pilier avec du plâtre coloré

Figure 314 : Mariage artistique entre bois, zellij et plâtre


dans une bâtisse traditionnelleFigure 315 : Décoration
d'un pilier avec du plâtre coloré

Figure 316 : Mariage artistique entre bois, zellij et plâtre


dans une bâtisse traditionnelleFigure 317 : Décoration
d'un pilier avec du plâtre coloré

Figure 318 : Mariage artistique entre bois, zellij et plâtre


dans une bâtisse traditionnelleFigure 319 : Décoration
d'un pilier avec du plâtre coloré

Figure 29 : Mariage artistique entre bois, zellij et plâtre dans une bâtisse
traditionnelle
Figure 320 : Mariage artistique entre bois, zellij et plâtre
dans une bâtisse traditionnelleFigure 321 : Décoration
29
d'un pilier avec du plâtre coloré
Figure 324 : Texture du MchouekFigure 325 : Mariage artistique entre bois,
zellij et plâtre dans une bâtisse traditionnelle
Chapitre II

4) L’enduit traditionnel :
L’enduit traditionnel est présent dans la médina sous plusieurs formes. La différence est
généralement liée à la qualité et nature de la finition qui varient selon l’importance de la
bâtisse et son degré d’exposition (ex : Mur de façade). On peut voir des endroits où on s’est
contenté seulement d’une seule couche d’enduit (Gobetis).
Toutefois, la consistance de l’enduit reste dépendante principalement de la chaux et du sable
quel que soit la zone d’application.
Généralement l’enduit traditionnelle est constitué de trois couches.
Première couche : Gobetis
Le gobetis est une couche rugueuse qui assure l’adhérence de l’enduit au support (ex : mur)
et rattrape ses éventuelles irrégularités. Elle permet non seulement de combler les joints de
la maçonnerie mais aussi de créer une accroche de qualité. Le mortier est projeté par la truelle
en une couche de ≈ 5 mm d’épaisseur et doit être assez gras.
Deuxième couche : Corps d’enduit
Le Corps d’enduit sert à imperméabiliser et à redresser le support. La couche donne la forme
définitive à l’enduit et constitue un complément d’imperméabilisation. Elle ne devra être
exécutée que lorsque la première couche aura fait une partie de son retrait (dans un délai de
3 jours minimum). Cette couche est dressée à la règle (sans talocher) et doit être appliquée
sur un gobetis humide mais non ruisselant et son application doit se faire en deux passages.
Remarque 1 :
L’appellation traditionnelle des deux premières couches est Lehrech.

Remarque 2 :
L’épaisseur cumulée des deux premières couches est comprise entre 15 et 20 mm.

Troisième couche : Couche de finition


Le rôle de La couche de finition est principalement décoratif, et peut être exécutée selon
plusieurs passes, selon l’aspect esthétique recherché. Son épaisseur varie entre 5 à 7 mm.
Il existe trois sortes de finitions présentes dans la médina :
 Le Mchouek : Se caractérise par une surface rugueuse vu l’emploi de gravier fin.
 Le Martoub : Se caractérise par une surface lisse vu l’emploi de sable fin.
 Le Madlouk : Complémentaire au Martoub, et se différencie par l’emploi de sable très
fin et du savon traditionnelle (Savon traditionnelle). Son mode opératoire peut se
résumer en les étapes suivantes :
30
Chapitre II

-La couche du mortier (chaux et sable fin ; Martoub) est frottée par une pierre à
grain pour l’essorer. Par la suite, La couche est frottée à nouveau par un chiffon
imbibé de savon traditionnel (Savon traditionnel) qui apporte un aspect très lisse
avec un léger effet de miroir. Avant séchage, Des stries de décoration (Mcherret)
peuvent être appliquées sur le long du mur.
Remarque 3 :
Hormis le Madlouk, toutes les couches de finition peuvent être badigeonnées selon la
couleur désirée.

Le tableau suivant récapitule les différents aspects de l’enduit traditionnel :


Caractère de l’enduit Granulométrie
Enduit Couche Nécessité
Surface Composition d’autres Sable gravier
couches
Lehrech Gobetis Rugueuse Mortier Finition Grossier -
(chaux+Sable) optionnel

Martoub finition Lisse Mortier Gobetis Fin -


(chaux+Sable) Obligatoire
Très Gobetis
Mchouek finition Mortier Grossier Fin
rugueuse (chaux+Sable) Obligatoire

Madlouk finition Très lisse Mortier + Gobetis Très Fin -


Savon trad. Obligatoire

Badigeon Peinture lisse Eau + chaux Couche de - -


+ pigments finition

Illustration :

Figure 30 : Texture du Mchouek

Figure 338 : Texture du MartoubFigure 339 : Texture du 31


Mchouek
Chapitre II

Figure 31 : Texture du Martoub

Figure 352 : Texture du MertoubFigure 353 : Texture du Martoub


Figure 366 : Texture du Mertoub

Figure 354 : Texture du MertoubFigure 355 : Texture du Martoub


Figure 367 : Texture du MadloukFigure 368 : Texture du Mertoub

Figure 356 : Texture du MertoubFigure 357 : Texture du Martoub


Figure 369 : Texture du MadloukFigure 370 : Texture du Mertoub

Figure 358 : Texture du MertoubFigure 359 : Texture du Martoub


Figure 371 : Texture du MadloukFigure 372 : Texture du Mertoub

Figure 360 : Texture du MertoubFigure 361 : Texture du Martoub


Figure 373 : Texture du MadloukFigure 374 : Texture du Mertoub
Figure 32 : Texture de Lehrech

Figure 362 : Texture du MertoubFigure 363 : Texture du Martoub


Figure 375 : Texture du MadloukFigure 376 : Texture du Mertoub
Figure 381 : Le grand répartiteur de BoujloudFigure 382 : Texture de Lehrech

Figure 364 : Texture du MertoubFigure 365 : Texture du Martoub


Figure 377 : Texture du MadloukFigure 378 : Texture du Mertoub
Figure 383 : Le grand répartiteur de BoujloudFigure 384 : Texture de Lehrech

Figure 379 : Texture du MadloukFigure 380 : Texture du Mertoub


Figure 385 : Le grand répartiteur de BoujloudFigure 386 : Texture de Lehrech

Figure 387 : Le grand répartiteur de BoujloudFigure 388 : Texture de Lehrech

Figure 389 : Le grand répartiteur de BoujloudFigure 390 : Texture de Lehrech

Figure 33 : Texture du Madlouk


Figure 391 : Le grand répartiteur de BoujloudFigure 392 : Texture de Lehrech
32

Figure 393 : Le grand répartiteur de BoujloudFigure 394 : Texture de Lehrech


Chapitre II

c. Aspects hydrauliques :
En plus de l’authenticité de son architecture, La médina de Fès disposait d’un réseau
hydraulique ingénieux dont une partie importante est encore opérationnelle. Ce réseau
favorisait une bonne gestion du patrimoine « eau », plaçant ainsi la médina nettement en
avance par rapport à son ère. Les branches principales de ce réseau de distribution étaient de
véritables cours d’eau artificiels tantôt souterrains, tantôt à ciel ouvert, passant sous les
maisons, les moulins, les mosquées et les rues.

1) Le réseau des eaux des rivières propres :


Ce réseau est alimenté principalement par la rivière d’Oued Fès pénétrant par l’ouest de la
médina. Il servait à des fins domestique (sauf la boisson) et artisanales (industrielles de
l’époque), à savoir : l’irrigation des jardins et le lavage de la laine.
Les eaux étaient reparties ingénieusement à l’amont (à proximité de Bab Boujloud) grâce à un
grand répartiteur urbain daté du 11ème siècle. Ces eaux étaient acheminées par la suite dans
des voutes souterraines profondes (pouvant atteindre 3m), rayonnant sous la médina.
Le débit important du réseau à l’époque (vu l’absence de barrages et des canaux de
contournement à l’amont) a favorisé l’établissement d’ouvrages hydrauliques, à l’instar de la
grande noria de Fès El Jadid (1286) qui avait la fonction de desservir l’eau à travers un aqueduc
construit sur le haut de la muraille de Bab El Makina. Cet ouvrage était destiné à alimenter en
eau, les palais, les bains et les parterres situés au-dessous du niveau normal d’écoulement.

Figure 34 : Le grand répartiteur de Boujloud

Figure 395 : Maâda combléFigure 396 : Le grand répartiteur 33


de Boujloud
Chapitre II

2) Le réseau d’eau de source :


La médina dispose de plusieurs sources d’eau douce réparties dans ses différents quartiers.
Profitant de leur abondance à l’époque, ces eaux étaient acheminées dans des conduites en
poterie dites Fekhti. À l’amont de ces canalisations et tout comme le cas du grand répartiteur
de Boujloud, il existe des petits ouvrages de distribution en maçonnerie traditionnelle prenant
la forme de jarres dites Maâda. Ces dispositifs hydrauliques se compose d’une ouverture
principale d’alimentation et plusieurs orifices de sortie. Le diamètre des orifices était
dimensionné de manière à garantir une répartition adéquate des eaux en tenant compte du
débit minimal à garantir en aval.
Preuve d’une bonne gestion du patrimoine eau, l’ingéniosité des concepteurs a fait en sorte
que plusieurs fontaines soient alimentées par plusieurs sources. Cela explique pourquoi
beaucoup de fontaines jaillissent toujours malgré le rabattement de la nappe phréatique et la
saturation de plusieurs sources.

Figure 35 : Fontaine d'eau douce - l'aspect esthétique est aussi présent Figure 36 : Maâda comblé

Figure 423 : Entrée du Oued Boukhrareb par le Sud-Ouest de la Figure 409 : Fontaine d'eau douce - l'aspect esthétique est
médinaFigure 424 : Fontaine d'eau douce - l'aspect esthétique est aussi aussi présentFigure 410 : Maâda comblé
3) Le réseau d’assainissement :
présent
La médina dispose de son propre réseau d’assainissement des eaux vannes et ménagères. Ces
Figure 411 : Fontaine d'eau douce - l'aspect esthétique est
eaux sont déversées dans des conduites souterraines en maçonneries
Figure 425 : Entrée du Oued Boukhrareb par le Sud-Ouest de la
de section carrée ou
aussi présentFigure 412 : Maâda comblé
médinaFigure 426 : Fontaine d'eau douce - l'aspect esthétique est aussi
cylindrique, dénommées présent
Sloukia , passant sous les maisons. Ces Sloukia déversent dans des
émissaires primaires, à savoir : Oued Zhoun et Oued Figure
Boukhrareb.
413 : Fontaine d'eau douce - l'aspect esthétique est
aussi présentFigure 414 : Maâda comblé
Figure 427 : Entrée du Oued Boukhrareb par le Sud-Ouest de la
médinaFigure 428 : Fontaine d'eau douce - l'aspect esthétique est aussi 34
présent
Figure 415 : Fontaine d'eau douce - l'aspect esthétique est
aussi présentFigure 416 : Maâda comblé
Chapitre II

À l’époque, l’eau était par la suite acheminée directement vers la rivière de Sebou se trouvant
à l’extérieur de la ville. Le réseau transportait même des ordures ménagères. Cette opération
s’avérait peu polluante pour la rivière vue qu’il s’agissait principalement de matière facilement
biodégradable. L’impact sur l’environnement n’a commencé à être ressenti qu’à partir du
20ème siècle avec la mutation socio-industrielle de la ville de Fès, chose qui a imposé par la
suite le recours à la construction de la station d’épuration de Fès (STEP).

Figure 37 : Entrée du Oued Boukhrareb par le Sud-Ouest de la médina

Figure 437 : Taches noires dues aux moisissure ; Milieu favorable : humide et obscureFigure 438 : Entrée du Oued
Boukhrareb par le Sud-Ouest de la médina

Figure 439 : Taches noires dues aux moisissure ; Milieu favorable : humide et obscureFigure 440 : Entrée du Oued
Boukhrareb par le Sud-Ouest de la médina

Figure 441 : Taches noires dues aux moisissure ; Milieu favorable : humide et obscureFigure 442 : Entrée du Oued
Boukhrareb par le Sud-Ouest de la médina

35
Chapitre III

CHAPITRE III
« La réhabilitation : un second
souffle »

Objectifs :
 Mettre l’accent sur les pathologies structurales du bâti ancien
 Assimiler les techniques et les moyens d’intervention.

36
Chapitre III

Chapitre III « La réhabilitation : un second souffle »

A. Pathologies structurales de la bâtisse


Le danger le plus grave auquel la médina est confrontée est l’effondrement des constructions
vétustes. La plupart de ces constructions éprouvent un état de dégradation avancé, stimulé
essentiellement par un cumul de sollicitations intérieurs et extérieurs intenses.
Bien que la réhabilitation reste un moyen important d’atténuation du risque, la subsistance
des facteurs de dégradations (intérieurs et extérieurs) amortit l’impact des travaux sur une
perspective de long terme. Le problème réside principalement sur l’inhérence de ces facteurs
dans le contexte médinale, ce qui fait que la réhabilitation soit un cycle interminable qui
mobilise un financement énorme.
À cette effet, il est impératif d’instaurer une approche efficiente dont le but est d’inventorier
en un premier temps, l’ensemble des facteurs de dégradations agissant sur la bâtisse
traditionnelle, puis faire en sorte de les désassocier avec le contexte médinale en mettant
l’accent sur la promotion du patrimoine bâti en dehors de toute influence anthropique.

a. Facteurs de dégradations
Les facteurs de dégradations se répartissent en des facteurs à caractère courant et d’autres
à caractère exceptionnel.
-Les facteurs courants sont considérés comme une partie intégrante de l’environnement de
la bâtisse, et reflète un déroulement répétitif. On peut citer les facteurs ci-dessous :

 Déséquilibre des conditions mécaniques et hydrogéologiques initiales au niveau de


l’interaction sol- fondation. (Tassement)
 Remontées de capillarité dans la structure verticale.
 Obturation et fuite des canalisations d’assainissement.
 Action des surcharges d’exploitation et du poids propre de la bâtisse.
 Emploi à l’origine de matériaux de construction de basse qualité.
 Poussées des bâtisses contiguës causées par un échec de leur système de fondation.
 Comportement dynamique différent entre deux bâtisses adjacentes.
 Vibration dues aux actions liés aux activités industrielles.
 Étanchéité fragile.
 Perte de résistance mécanique des éléments d’ossature soit par le vieillissement ou
l’action du gradient thermique.
37
Chapitre III

 Humidification des éléments d’ossature à origine organique (ex : pourrissement du


bois)

-Les facteurs exceptionnels concernent principalement les sollicitations qui se produisent


dans une période très délimitée dans le temps, ou bien qui sont liée à des cas particuliers. On
cite :

 Action des travaux de réaménagement engendrant une modification de l’architecture


de la bâtisse, soit par suppression ou ajout d’éléments d’ossature.
 Action des travaux de réhabilitations des bâtisses adjacentes.
 Vol et cambriolage des éléments porteurs (ex : solives de la structure horizontale)
 Transformation des bâtisses en décharges d’ordures industrielles et ménagères.
 Présence de matériaux inflammable et risque de propagation de l’incendie (le bois).

b. Diagnostiques des dégradations :

1) Problèmes d’humidité :
Pour l’intrados du plancher (en bois), le problème est manifesté par des taches dues
essentiellement à l’infiltration d’eau causée par une étanchéité défectueuse. Elles se
distinguent par une couleur blanchâtre qui vient orner la surface du bois.
En effet, la partie supérieure du plancher est constituée de matériaux en terre brute riche en
sels minéraux. En absence d’étanchéité efficace et sous l’effet de gravité, l’eau s’infiltre et
véhicule ces substances jusqu’à l’intrados du plancher en bois. Au contact avec l’air ambiant,
l’eau s’évapore causant une déshumidification des sels minéraux qui se concentrent et
forment un dépôt cristallin de couleur blanchâtre.
Dans le cas des structures verticales (mur ou poteau), le phénomène est inversé. On parle
alors de remontées capillaires. L’absence de chapes d’étanchéités (arase étanche) au niveau
des fondations favorise la remontée d’eau jusqu’à 1.5 m de hauteur. L’évaporation d’eau
entraine, en plus de l’amas de sels minéraux, un gonflement d’enduit sous l’effet de la pression
de la vapeur, ce qui résulte à des fissurations et des effritements au niveau de la surface de la
structure verticale.
Les remontées capillaires restent strictement liées aux structures porteuses se trouvant au
rez-de-chaussée. Pour les étages supérieurs, la dégradation est imputée à l’infiltration d’eau
causée par d’autre facteurs, comme l’exposition aux intempéries.

38
Chapitre III

Si le milieu ambiant est très humide (ex : cas mur de façade) et peu aéré (ex : cas de plancher
d’une pièce aveugle), Il y a un potentiel risque de développement de mérule, de mousses et
d’autres champignons de moisissure au niveau de la surface du matériau. Cela peut s’avérer
esthétiquement et structuralement destructif sur le moyen terme vu l’érosion qui en résulte,
surtout pour un matériau aussi sensible que le bois.

Illustrations :

Figure 38 : Taches blanches dues aux dépôts de sels minéraux Figure 39 : Taches noires dues aux moisissure ; Milieu favorable :
humide et obscure

Figure 457 : Gonflement de l'enduitFigure 458 : Taches blanches


dues aux dépôts de sels minéraux Figure 443 : Taches blanches dues aux dépôts de sels
minérauxFigure 444 : Taches noires dues aux moisissure ; Milieu
favorable : humide et obscure

Figure 459 : Gonflement de l'enduitFigure 460 : Taches blanches


dues aux dépôts de sels minéraux
Figure 445 : Taches blanches dues aux dépôts de sels
minérauxFigure 446 : Taches noires dues aux moisissure ; Milieu
favorable : humide et obscure
Figure 461 : Gonflement de l'enduitFigure 462 : Taches blanches
dues aux dépôts de sels minéraux

Figure 447 : Taches blanches dues aux dépôts de sels


minérauxFigure 448 : Taches noires dues aux moisissure ; Milieu
Figure 463 : Gonflement de l'enduitFigure 464 : Taches blanches favorable : humide et obscure
dues aux dépôts de sels minéraux

Figure 449 : Taches blanches dues aux dépôts de sels


Figure 465 : Gonflement de l'enduitFigure 466 : Taches blanches minérauxFigure 450 : Taches noires dues aux moisissure ; Milieu
dues aux dépôts de sels minéraux favorable : humide et obscure

Figure 40 : Développement de mousses sur un mur de façade Figure 41 : Gonflement de l'enduit

Figure 467 : Gonflement de l'enduitFigure 468 : Taches blanches 39


Figure 451 : Taches blanches dues aux dépôts de sels
dues aux dépôts de sels minéraux minérauxFigure 452 : Taches noires dues aux moisissure ; Milieu
Figure 485 : Propagation de la lézarde jusqu'à l'intrados de la Figure 471 favorable : humidedeetmousses
: Développement obscure sur un mur de
façadeFigure 486 : Développement de mousses sur un mur de façadeFigure 472 : Gonflement de l'enduit
Chapitre III

2) Fissuration de la structure verticale :

Lorsqu’un matériau est sollicité au-delà de sa résistance à la rupture, une énergie est libérée
sous forme de fissurations pouvant s’étaler sur toute la structure, et dont l’ampleur dépend
du degré de sollicitations subies.
Généralement, Plusieurs paramètres sont à l’origine du désordre observé. Le tableau suivant
résume les principales caractéristiques des fissurations rencontrées au niveau de la structure
verticale de la bâtisse traditionnelle.
Manifestation sur la Causes Forme
structure verticale
Partiellement Tassement différentiel Par paliers ; oblique ;
Continue verticale
Comportement incohérent de la
Ponctuel éparpillé maçonnerie ; Problème de montage Par paliers ; vertical
ou de qualité du matériaux.
Dilatation des appuis avec une
Angles d’appuis de
faible résistance de la maçonnerie Verticale ; oblique
baie
aux angles d’ouverture.
Absence de joints de dilatation entre
Jonction de deux
les deux ossatures ; comportement Verticale
bâtisses adjacentes
dynamique différent l’un de l’autre

Clé de voute Surcharges verticales importantes Verticale au droit de la clé

La faible résistance à la traction de la maçonnerie traditionnelle et l’absence de raidisseurs


horizontaux (chainage raide), accélèrent la dégradation de l’élément porteur en question.
Généralement, le désordre prend un aspect graduel. Dans un premier lieu, sous l’effet des
contraintes, des petites ouvertures commencent à se manifester dites « microfissures », par
la suite leur profondeur et leur largeur s’accroissent, et deviennent des fissures bien visibles.
En absence de solutions de contreventement, la fissure se développe en lézarde de dimension
importante (jusqu’à 50mm d’épaisseur) concernant toute l’épaisseur de la structure porteuse.
Toutefois, dans le cadre de mesures anticipatives, il est essentiel d’investiguer davantage sur
l’origine des fissurations qui peuvent ne pas toujours refléter un désordre structural (ex : les
fissures de la couche d’enduit).

40
Chapitre III

En effet, le phénomène du retrait sous l’action du gradient thermique contribue dans


l’apparition des fissures surfaciques au niveau de l’enduit. La propagation est favorisée par
l’emploi d’éléments de mortier ayant chacun un comportement hygrothermique différent.
Illustrations :

Figure 42 : lézardes dues au tassement différentiel observées au niveau Figure 43 : Propagation de la lézarde jusqu'à l'intrados de la façade
d'une façade

Figure 499 : lézardes dues au tassement différentiel observées au niveau d'une


Figure 513 : Fissuration au niveau de l'enduit d'un mur porteurFigure 514 : façadeFigure 500 : Propagation de la lézarde jusqu'à l'intrados de la façade
lézardes dues au tassement différentiel observées au niveau d'une façade

Figure 501 : lézardes dues au tassement différentiel observées au niveau d'une


Figure 515 : Fissuration au niveau de l'enduit d'un mur porteurFigure 516 : façadeFigure 502 : Propagation de la lézarde jusqu'à l'intrados de la façade
lézardes dues au tassement différentiel observées au niveau d'une façade

Figure 503 : lézardes dues au tassement différentiel observées au niveau d'une


Figure 517 : Fissuration au niveau de l'enduit d'un mur porteurFigure 518 : façadeFigure 504 : Propagation de la lézarde jusqu'à l'intrados de la façade
lézardes dues au tassement différentiel observées au niveau d'une façade

Figure 505 : lézardes dues au tassement différentiel observées au niveau d'une


Figure 519 : Fissuration au niveau de l'enduit d'un mur porteurFigure 520 : façadeFigure 506 : Propagation de la lézarde jusqu'à l'intrados de la façade
lézardes dues au tassement différentiel observées au niveau d'une façade

Figure 507 : lézardes dues au tassement différentiel observées au niveau d'une


Figure 521 : Fissuration au niveau de l'enduit d'un mur porteurFigure 522 : façadeFigure 508 : Propagation de la lézarde jusqu'à l'intrados de la façade
lézardes dues au tassement différentiel observées au niveau d'une façade
Figure 44 : Fissuration au niveau de l'enduit d'un mur porteur Figure 45 : fissuration au droit de la clé de voute d’une Zawya
(Désordre non structural)
Figure 509 : lézardes dues au tassement différentiel observées au niveau d'une
Figure 523 : Fissuration au niveau de l'enduit d'un mur porteurFigure 524 : façadeFigure 510 : Propagation de la lézarde jusqu'à l'intrados
41 de la façade
lézardes dues au tassement différentiel observées au niveau d'une façade Figure 541 :enflure au niveau du mur (cause pas encore
Figure 527 : fissuration au droit de la clé de voute d’une évidente)Figure 542 : fissuration au droit de la clé de voute d’une
ZawyaFigure 528 : Fissuration au niveau de l'enduit d'un mur Zawya
Figure 511 : lézardes dues au tassement différentiel observées au niveau d'une
Chapitre III

3) Déplacement de la structure verticale :

Il s’agit d’un déséquilibre de forme qui se traduit par une légère rotation autour de l’axe
horizontale parallèle à la section porteuse de la structure verticale.
En général, la déformation observée est due à trois raisons principales :
 Actions horizontales causées par les poussées des structures adjacentes.
 Flambement dues aux actions verticales massives ou excentrées par rapport au centre
de gravité de la section de l’élément porteur.
 Système de contreventement horizontale défaillant (accrochage au plancher), ce qui
favorise la désintégration de la structure verticale.

Les poteaux sont plus sensibles aux déformations puisqu’ils possèdent un moment
quadratique bien moins important que celui des murs porteurs. Ceci est vérifié quel que soit
l’axe de rotation.
Pour les murs porteurs, la déformation peut parfois surgir que partiellement. Dans ce cas, on
assiste à des enflures développant d’importantes contraintes de traction. Le palier plastique
réduit de la maçonnerie, favorise une apparition brutale des fissurations dues à la rupture du
matériau.
Il n’est pas conseillé de se contenter que d’un examen visuel pour trancher sur la stabilité de
forme de l’élément porteur vertical. En effet, le gonflement d’enduit dû à la pression de la
vapeur d’eau, prend presque la même allure de déformation qu’un désordre structural.
En cas d’incertitude, Il est impératif de procéder à un sondage scrupuleux afin de bien déceler
l’origine du désordre observé.
Illustrations :

Figure 46 : Enflure au niveau du mur (cause pas encore évidente)


42

Figure 555 : deuxième prise de l'enflure du mur ( il est clair qu'il s'agit d'un problème structurel vu l'absence de
l'enduit ; hypothèse de gonflement d’enduit à écarter)Figure 556 :enflure au niveau du mur (cause pas encore
Chapitre III

Figure 47 : deuxième prise de l'enflure du Figure 48 : Déformation du pilier sous l'effet Figure 49 : Légère déformation d'un mur de
mur (il est clair qu'il s'agit d'un problème de poussée horizontale façade ; contreventement défaillant.
structural vu l'absence de l'enduit -
hypothèse de gonflement d’enduit à écarter) .

4) Déformation et rupture deFigure


la structure horizontale
575 : Légère : mur de
déformation d'un Figure 569 : Compression de la Helka et
façade ; contreventement défaillant.Figure fissuration de la poutre maitresse causées par
Figure 581 : Déformation du pilier sous l'effetd’une576 : Déformation du pilier sous l'effet de les poussées horizontales de part et
Une fissuration au niveau structure horizontale est jugée absolument inadmissible et
d'autreFigure 570 : Légère déformation d'un
de poussée horizontaleFigure 582 : deuxième poussée horizontale
prise de l'enflure du mur ( il est clair qu'il plancher est le premier anneau dans la chaine mur de façade ; contreventement défaillant.
intolérable, surtout qu’un d’acheminement des
s'agit d'un problème structurel vu l'absence
de l'enduit ; hypothèse de gonflement .
charges.
d’enduit à écarter)
Toute défaillance alors, doit être urgemment réfectionner afin d’éviter tout accident pouvant
Figure 577 : deuxième prise de l'enflure du
mur ( il est clair qu'il s'agit d'un problème Figure 571 : Déformation du pilier sous l'effet
même engendrer une ruine complète de la bâtisse, sachant qu’un plancher joue
de poussée le rôle aussi572 : Légère
horizontaleFigure
structurel vu l'absence de l'enduit ;
hypothèse de gonflement d’enduit à déformation d'un mur de façade ;
d’un raidisseur horizontal, et contribue de façon directe dans l’équilibre da la structure
contreventement défaillant.
Figure 583 : Rupture des solives à cause écarter)Figure 578 : Déformation du pilier
d'importants effortsélancée.
de flexionFigure 584 : sous l'effet de poussée horizontale
verticale .
deuxième prise de l'enflure du mur ( il est
clair qu'il
Las'agit d'un problème
dégradation sestructurel
manifestevu d’abord par une flèche légèrement visible. L’élasticité du de la
l'absence de l'enduit ; hypothèse de
gonflement d’enduit à écarter)
partie inférieure du plancher (ex : Solives ; Gayza) permet dans un premier Figure temps de contrer
573 : Compression de la Helka et
Figure 579 : Légère déformation d'un mur de fissuration de la poutre maitresse causées par
l’effort de flexion. Sous une sollicitation ultime continue, le palier plastique
façade ; contreventement défaillant.Figure
est atteint,
les poussées ce qui
horizontales de part et
580 : Déformation du pilier sous l'effet de d'autreFigure 574 : Légère déformation d'un
en résulte une rupture du matériau en poussée travée.horizontale
Au niveau des appuis, muren plus de
de façade l’effort de défaillant.
; contreventement
Figure 585 : Déformation du pilier sous l'effet
compression, la déformation du plancher crée un effort de rotation qui se traduit. par un
de poussée horizontaleFigure 586 : deuxième
prise de l'enflure du mur ( il est clair qu'il
étirement (moment négatif) des Gayza sur les appuis en question, provoquant par
s'agit d'un problème structurel vu l'absence
de l'enduit ; hypothèse de gonflement
conséquence, une sérieuse dégradation qui augmente largement la déformation du plancher.
d’enduit à écarter)
43
Chapitre III

Remarque : Pour les dalles armées des bâtisses relativement modernes (années 60-70), la
dégradation est manifestée par une défaillance interne de la dalle qui fléchit même sous
l’action de son poids propre seul.
En général, les sollicitations auteurs du désordre observé sont issue de cinq causes majeurs :
 Des surcharges d’exploitation intenses.
 Un scellement insuffisant dans la structure verticale.
 Mauvais dimensionnement du matériau.
 Actions dues aux poussées horizontales.
 Un incendie (situation accidentelle)

Parfois, un affaissement du plancher visible de son extrados (partie sup.) n’est pas toujours
synonyme d’une dégradation structurale alarmante. En effet, Comme il a été mentionné
précédemment, la partie supérieure du plancher est formée de plusieurs couches de tout
venant. Un mauvais compactage ou une étanchéité défaillante entrainera une déformation
surfacique du plancher, sans pour autant affecter la stabilité de la structure porteuse en bois.

Illustrations des dégradations :

Figure 50 : Rupture des solives à cause d'importants efforts de flexion Figure 51 : Compression de la Helka et fissuration de la poutre
maitresse causées par les poussées horizontales de part et d'autre

44

Figure 587 : Effritement du plancher (Gayza et Kentra) due à un


Chapitre III

Figure 52 : Rotation du plancher du balcon causé par un mauvais Figure 53 : Effritement du plancher (Gayza et Kentra) dû à un incendie
scellement des poutres porteuses en bois

Figure 589 : photo d’affaissement du plancher de la dalle armé prise de


la terrasseFigure 590 : Effritement du plancher (Gayza et Kentra) due à
un incendie
Figure 603 : Effritement du plancher (Gayza et Kentra) due à un
incendieFigure 604 : Rotation du plancher du balcon causée par un
mauvais scellement des poutre porteuses en bois
Figure 591 : photo d’affaissement du plancher de la dalle armé prise de
la terrasseFigure 592 : Effritement du plancher (Gayza et Kentra) due à
un incendie

Figure 605 : Flèche excessive et effritement d’acier de la dalle armé


causée par un sous dimensionnement et l'utilisation d'un liant Figure 593 : photo d’affaissement du plancher de la dalle armé prise de
inadéquat (Messous).Figure 606 : Rotation du plancher du balcon la terrasseFigure 594 : Effritement du plancher (Gayza et Kentra) due à
causée par un mauvais scellement des poutre porteuses en bois un incendie

Figure 595 : Rotation du plancher du balcon causée par un mauvais


scellement des poutre porteuses en boisFigure 596 : Effritement du
Figure 607 : Effritement du plancher (Gayza et Kentra) due à un plancher (Gayza et Kentra) due à un incendie
incendieFigure 608 : Rotation du plancher du balcon causée par un
mauvais scellement des poutre porteuses en bois

Figure 597 : photo d’affaissement du plancher de la dalle armé prise de


la terrasseFigure 598 : Effritement du plancher (Gayza et Kentra) due à
Figure 54 : Flèche excessive et effritement d’acier de la dalle armé causée Figure 55 : photo d’affaissementunduincendie
plancher de la dalle armé prise de la
par un sous dimensionnement et l'utilisation d'un liant inadéquat terrasse
(Messous).

Figure 599 : photo d’affaissement du plancher de la dalle armé prise de


la terrasseFigure 600 : Effritement du plancher (Gayza et Kentra) due à
un incendie

Figure 609 : photo d’affaissement du plancher de la dalle armé prise de


la terrasseFigure 610 : Flèche excessive et effritement d’acier de la dalle
45
armé causée par un sous dimensionnement et l'utilisation d'un liant Figure 601 : photo d’affaissement du plancher de la dalle armé prise de
inadéquat (Messous). Figure 611 : Illustration
la terrasseFigure d'une dalle
602 : Effritement en fer à TFigure
du plancher 612
(Gayza et : photodue à
Kentra)
d’affaissement du plancherun deincendie
la dalle armé prise de la terrasse
Chapitre III

B. Procédés de réhabilitation
a. Recours aux matériaux modernes :
La réhabilitation des bâtisses anciennes n’est pas un champ exclusif qu’aux matériaux avec
lesquels la structure a été dressée. Le recours à des matériaux dits modernes, s’avère un choix
favorable, surtout si le matériau en question permet de remplir les mêmes critères exigés tout
en restant léger, de résistance suffisante et moins couteux.
Les principaux matériaux modernes qui s’ajoute à la panoplie de la réhabilitation
traditionnelle sont :
Les briques creuses* et les parpaings : l’avantage de ces matériaux de construction est qu’ils
sont moins couteux que les briques pleines traditionnelles. Mais, leur utilisation reste
généralement exclusive qu’au murs de séparation ou de cloison non porteurs. Ces matériaux
sont alors inappropriés pour :
 Les murs de façade, surtout si l’aspect esthétique de la bâtisse est à valoir.
 La structure verticale porteuse, vu que les briques pleines présentent des
caractéristiques plus performantes en matière de résistance à la compression.

Les poutrelles en I et T à profil normal : Désignent un produit sidérurgique en acier laminé à


chaud ayant une forme de « I ou T » standardisé. Il est employé dans les cas suivants :
-Profilé en T :
 * Utilisé comme appui des briques creuses dans le cas de dalle de type fer à T.
-Profilé en I :
 Pour l’étayage horizontale permanent de la structure verticale déformée.
 Pour l’étayage horizontale permanent de la structure horizontale dégradé (plancher)
lorsqu’il est difficile de la réfectionner.
 Pour les linteaux en cas de surcharges importantes.
 * Pour l’appui des poutrelles en T.

Le ciment : Un liant hydraulique issue de la cuisson et le broyage clinker (mélange d’argile et


de calcaire). Il a l’avantage d’être plus résistant que la chaux. Il est utilisé principalement pour
la fabrication des carreaux (carrelage), du béton (mélange de gravier, eau, sable et ciment)
pour la dalle du fer à T* et du mortier pour le parpaing.

* Dalle en fer à T (terme de chantier) : Dalle de béton au-dessous de laquelle on retrouve un


système poutrelle-hourdis composé de :

46
Chapitre III

 Briques creuses jouant le rôle d’hourdis.


 Profilé en T jouant le rôle de poutrelle
secondaire.
 Profilé en I jouant le rôle de poutrelle Poutrelle en I
principale.
 Afin de réduire la portée, et comme le Hourdis en brique
cas de la Kentra en bois, on prévoit
une poutre maitresse de profilé en I de Poutrelle en T
dimension importante.
Poutre maitresse en I
Figure 56 : Illustration d'une dalle en fer à T

Chainage en béton armé (Rarement) :


Dans le cas où les murs porteurs sont incapables
Figure 613de reprendre
: Plancher partiellement
effritéFigure le chargement
614 : Illustration d'une dalle en fer à T

issu du plancher à cause d’une hétérogénéité de leur surface, d’une mauvaise résistance ou
d’une faible épaisseur, on met en place un Figure
chainage en béton
615 : Plancher armé jouant
effritéFigure le rôle d'une
616 : Illustration de surfaces
dalle en fer à T

d’appui pour la structure horizontale (Hourdis en béton et poutrelles en B.A). Cette technique
permet de raidir le plancher tout en optimisant
Figure ses
617 :déformations partielles.
Plancher effritéFigure 618 : Illustration d'une dalle en fer à T

C’est un cas relativement rare, puisque le recours à une poutrelle en acier permet de remplir
la même fonction avec une mise en place plus
Figuresimple. Cependant,
619 : Plancher effritéFigurelorsque le critère
620 : Illustration d'unedu
dallecoût
en fer à T

s’impose, le choix de la solution la moins économique reste imminent.


Figure 621 : Plancher effritéFigure 622 : Illustration d'une dalle en fer à T
b. Prescriptions de pré-travaux :
Il s’agit de quelques dispositions, plus qu’empiriques que techniques, à tenir compte dans
Figure 623 : Plancher effritéFigure 624 : Illustration d'une dalle en fer à T
les chantiers de réhabilitations de la médina. On en cite :
 Dosage du mortier chaux (Volumes approximatifs) :
Figure 625 : Plancher effritéFigure 626 : Illustration d'une dalle en fer à T
Volumes
Sable Liant

Mortier des joints 2/3 1/3


Mortier de forme de pente 2/3 1/3
Chape étanche 1/2 1/2
Tajlid 1/2 1/2
gobetis 2/3 ( sable grossier ) 1/3
Couche de finition 1/2 ( sable fin ) 1/2

47
Chapitre III

Remarque : Le dosage est approximatif vu qu’il dépend de plusieurs paramètres à l’instar


de la teneur en eau.
 La chaux doit être bien fermentée pendant au moins 30 jours avant son utilisation.
 Il est recommandé d’opter pour la chaux hydraulique même aux endroits peu exposés
aux intempéries.
 En cas de nécessité d’emploi, le mortier de ciment constitue une couche imperméable à
l’eau et à sa vapeur qui ne laisse absolument pas respirer le mur. Le recours au mortier
bâtard (mélange ciment-chaux) permet de coupler le caractère perméable de la chaux
avec le caractère résistant du ciment.
 Les Gayza doivent être équidistants et leur dimension adaptée à la portée pour ne pas
déformer le voligeage en encorbellement.
 Il faut tenir compte que le bois est peu résistant lorsqu’un effort est appliqué
perpendiculairement au fil. (Ex : compression des solives sur appuis).
 Tout élément structural en bois ne doit pas figurer une trace de duramen au niveau des
arrêts parallèles à l’axe porteur.
 Le tout-venant du plancher doit être bien damé afin d’éviter tout affaissement à l’avenir.
 En cas de dégradation, La surface du mur doit être nettoyer et imbiber afin de recevoir le
nouvel enduit.
 La maçonnerie doit être bien humidifiée afin d’éviter l’assèchement du mortier.
 Si une démolition est imminente, une série de mesures doivent être prises en compte de
façon à maitriser les chutes des gravats.
 Un étayage est impératif avant tout début de travaux de réhabilitation.
 Pour des raisons de sécurité, la bâtisse doit être évacuer de ces habitants.
 Un sondage anticipe toute restauration d’un plancher en bois neuf.
 Le coût d’une dalle en fer à T est bien moins cher qu’un plancher en bois.
 En cas de restauration d’un plancher en bois par du fer à T, le bois sain (bois récupéré) est
utilisé pour la réhabilitation d’autres planchers.
 Les poutrelles métalliques sont toutes peintes de couleur rouge avant leur mise en place.
 Généralement, les solives en bois neuf se caractérisent par : H x L ≈ 7 cm x 12 cm.

c. Illustration des travaux types de réhabilitation :


On détaillera dans ce paragraphe les modèles de réhabilitation type par le biais de séries
d’exemples d’intervention.
48
Chapitre III

1) Modèle type de Réfection en fer à T d’un plancher dégradé :


État initial :

Figure 57 : Plancher effrité

Diagnostique :
-Il s’agit d’une bâtisse abandonnée après avoir
Figure 627 été ravagé
: Enlèvement par un
du plancher incendie 628
existantFigure de :grand ampleur.
Plancher effrité
L’intrados en bois du plancher de la terrasse est en état critique (brulé et effrité). La pièce du
premier étage est un dépositoire d’ordure et de débris.
Figure 629 : Enlèvement du plancher existantFigure 630 :
Plancher effrité
Consistance des travaux :
La pièce est libérée des déchets, et Le plancher est décapé totalement. On procède d’abord à
Figure 631 : Enlèvement du plancher existantFigure 632 :
l’évacuation de l’extrados constitué Plancher effrité Le voligeage, les Gayza et les Kentra sont par
de remblais.
la suite enlevés par ordre afin de réduire tout risque d’effondrement à l’improviste.
Figure 633 : Enlèvement du plancher existantFigure 634 :
Plancher effrité

Figure 635 : Enlèvement du plancher existantFigure 636 :


Plancher effrité

Figure 637 : Enlèvement du plancher existantFigure 638 :


Plancher effrité

Figure 639 : Enlèvement du plancher existantFigure 640 :


Plancher effrité

Figure 58 : Enlèvement du plancher existant


49

Figure 641 : Plancher complétement enlevéFigure 642 :


Enlèvement du plancher existant
Chapitre III

Figure 59 : Plancher complétement enlevé

Les poutres et les poutrelles en I sont d’abord mises en place, suivies par les poutrelles
Figure 655 : Mise en place du Fer à TFigure 656 : Plancher complétement enlevé
secondaires en T. Par la suite, les briques sont déposées soigneusement sur la surface vide
délimitée par le squelette en acier.
Figure 657 : Mise en place du Fer à TFigure 658 : Plancher complétement enlevé

Figure 659 : Mise en place du Fer à TFigure 660 : Plancher complétement enlevé

Figure 661 : Mise en place du Fer à TFigure 662 : Plancher complétement enlevé

Figure 663 : Mise en place du Fer à TFigure 664 : Plancher complétement enlevé

Figure 665 : Mise en place du Fer à TFigure 666 : Plancher complétement enlevé

Figure 667 : Mise en place du Fer à TFigure 668 : Plancher complétement enlevé

Figure 60 : Mise en place du Fer à T

L’appui des poutres principales en I est assuré par des pièces en aciers. Cela est expliqué par
Figure 669 : Pièce en acier pour l'appui de la poutre principaleFigure 670 : Mise en place du Fer à T
le fait que cette solution permet une bonne répartition des charges sans qu’il y ait un effet de
poinçonnement. En effet, Un contact direct entre la poutre massivement chargé et le mur en
Figure 671 : Pièce en acier pour l'appui de la poutre principaleFigure 672 : Mise en place du Fer à T
briques, moins résistant que l’acier, causerait une rupture du matériau due à la concentration
des charges, et par conséquent, un déséquilibre de l’horizontalité de la poutre.
Figure 673 : Pièce en acier pour l'appui de la poutre principaleFigure 674 : Mise en place du Fer à T

50
Figure 675 : Pièce en acier pour l'appui de la poutre principaleFigure 676 : Mise en place du Fer à T
Chapitre III

Figure 61 : Pièce en acier pour l'appui de la poutre principale

À la périphérie du mur, les poutrelles en T s’appuis simplement sur les briques du mur. Il n’est
Figure 683 : vide entre poutres rempli en briquesFigure 684 : Pièce en acier pour l'appui de la poutre principale
pas nécessaire d’introduire des pièces d’appuis intermédiaire vu que le chargement n’est pas
aussi important que celui acheminé par les poutres en I.
Figure 685 : vide entre poutres rempli en briquesFigure 686 : Pièce en acier pour l'appui de la poutre principale
Le linteau des baies est assuré par une poutre en I adapté à l’ouverture, avec un bon
scellement de part et d’autre.
Figure 687 : vide entre poutres rempli en briquesFigure 688 : Pièce en acier pour l'appui de la poutre principale
Il est préférable de remplir le vide situé entre deux poutres adjacentes par des briques. Le
recours à cette manœuvre permettra un bon accrochage du mortier lors de l’enduisage de
Figure 689 : vide entre poutres rempli en briquesFigure 690 : Pièce en acier pour l'appui de la poutre principale
l’intrados du plancher.

Figure 691 : vide entre poutres rempli en briquesFigure 692 : Pièce en acier pour l'appui de la poutre principale

Figure 693 : vide entre poutres rempli en briquesFigure 694 : Pièce en acier pour l'appui de la poutre principale

Figure 695 : vide entre poutres rempli en briquesFigure 696 : Pièce en acier pour l'appui de la poutre principale

Figure 62 : vide entre poutres rempli en briques

51

Figure 697 : Coulage du bétonFigure 698 : vide entre poutres rempli en briques
Chapitre III

On procède par la suite à la réalisation d’une dalle de compression de 5 cm d’épaisseur,


constituée du béton et d’un treillis soudé de 6 mm de diamètre. Le rôle de la dalle est de
reprendre les efforts de compression exercée sur les fibres supérieures à l’axe neutre.

Figure 63 : Coulage du béton

L’étanchéité du plancher est assurée par un carrelage formé de carreaux et de plinthes rouges.
Figure 711 : Mise en place du carrelage sur le mortier de poseFigure 712 : Coulage du béton
La forme de pente (≈ 1,5 %) et le support du carrelage sont réalisés par le biais d’un mortier
de pose.
Figure 713 : Mise en place du carrelage sur le mortier de poseFigure 714 : Coulage du béton

Figure 715 : Mise en place du carrelage sur le mortier de poseFigure 716 : Coulage du béton

Figure 717 : Mise en place du carrelage sur le mortier de poseFigure 718 : Coulage du béton

Figure 719 : Mise en place du carrelage sur le mortier de poseFigure 720 : Coulage du béton

Figure 721 : Mise en place du carrelage sur le mortier de poseFigure 722 : Coulage du béton

Figure 723 : Mise en place du carrelage sur le mortier de poseFigure 724 : Coulage du béton

Figure 64 : Mise en place du carrelage sur le mortier de pose

52
Chapitre III

État finale :
Les joints du carrelage sont bouchés par un mélange aqueux du ciment et de la chaux.
Les murs sont débarrassés de l’enduit ancien souffrant de gonflements apparents puis enduis
en mortier chaux.

Figure 65 : Carrelage mis en place et joints remplis

Figure 725 : État final de la pièce après enduitFigure 726 : Carrelage mis en place et joints remplis

Figure 727 : État final de la pièce après enduitFigure 728 : Carrelage mis en place et joints remplis

Figure 729 : État final de la pièce après enduitFigure 730 : Carrelage mis en place et joints remplis

Figure 66 : État final de la pièce après enduit

Figure 731 : Coursive dégradéeFigure 732 : État final de la pièce après enduit

53
Chapitre III

2) Réfection du plancher d’une coursive en fer à T :


État initial :

Figure 67 : Coursive dégradée


La réfection d’une gallérie dégradée en fer à T suit les mêmes principes qu’un plancher
ordinaire. Cependant, il faut
Figuretenir comptedeque
737 : Réfection la saille
la coursive n’est pas738
en coursFigure bi-appuyée,
: et que l’appui de
Coursive dégradée
la poutre d’extrémité doit être soutenu à son tour par une deuxième poutre en I bien scellée
dans le mur, et de dimension suffisante pour éviter tout effet de rotation.
Figure 739 : Réfection de la coursive en coursFigure 740 :
Coursive dégradée

Figure 741 : Réfection de la coursive en coursFigure 742 :


Coursive dégradée

Figure 743 : Réfection de la coursive en coursFigure 744 :


Coursive dégradée

Figure 745 : Réfection de la coursive en coursFigure 746 :


Coursive dégradée

Figure 747 : Réfection de la coursive en coursFigure 748 :


Coursive dégradée

Figure 68 : Réfection de la coursive en cours


Figure 749 : Réfection de la coursive en coursFigure 750 :
P : Poutre porteuse d’extrémité de la saillie (profilé en I).
Coursive dégradée
: Deuxième poutre (profilé I) porteuse agissant comme support de la première poutre.
Figure 751 : État du plancher avant
l'interventionFigure 752 : Réfection de la
Après la mise en place de la dalle,
coursiveun carrelage sera posé et la surface d’intrados sera enduite
en cours

en mortier de ciment ou de chaux.


Figure 753 : État du plancher avant 54
l'interventionFigure 754 : Réfection de la
coursive en cours
Chapitre III

3) Modèle type de réfection traditionnelle d’un plancher dégradé :


État initiale :

Figure 69 : État du plancher avant l'intervention

Diagnostique :
Figure 765 : État du plancher avant l'intervention
-Les solives manifestent des flèches dues à un effort de flexion important.
-Présence de trace d’humidité due à l’infiltration d’eau de la terrasse.
Figure 766 : État du plancher avant l'intervention

Consistance des travaux :


Figure 767 : État du plancher avant l'intervention
Travaux en cours

Figure
Figure 772 :768 : Étatde
examen dul'état
plancher avant l'intervention
du scellementTravaux en cours

Figure 773 : examen de l'état du scellementTravaux en cours


Figure 769 : État du plancher avant l'intervention

Figure 774 : examen de l'état du scellementTravaux en cours


Figure 770 : État du plancher avant l'intervention
Figure 775 : examen de l'état du scellementTravaux en cours

Figure 771 : État du plancher avant l'intervention


Figure 776 : examen de l'état du scellementTravaux en cours

Figure 777 : examen de l'état du scellementTravaux en cours

Figure 778 : examen de l'état du scellementTravaux en cours

Figure 70 : décapage de la partie supérieur du plancher Figure 71 : examen de l'état du scellement

Figure 793 : décapage de la partie supérieur du plancher Figure 779 : décapage de la partie supérieur du plancherFigure
780 : examen de l'état du scellement 55

Figure 794 : décapage de la partie supérieur du plancher


Figure 781 : décapage de la partie supérieur du plancherFigure
Chapitre III

Figure 72 : mise en place du tajlid ( ep ≈ 2 cm ) Figure 73 : Mise en place du remblais


Travaux en cours
Commentaires
Figure 821: Fin L’ancienne couche
des travauxFigure de enremblais
822 : mise a été
place du tajlid ( epdécapée complétement
Figure 807 : mise en placeafin de ( vérifier
du tajlid ep ≈ 2 cm l'état du : Mise en
)Figure 808
≈ 2 cm ) Figure 800 : Mise en place du remblaisTravaux en cours
plancher en bois (solives et voligeages) ainsi que ses scellements. place du remblais

 Les solives dégradées ont été remplacé par un bois neuf.


Figureen801
Figure 823 : Fin des travauxFigure 824 : mise : Mise
place en place
du tajlid ( ep du remblaisTravaux en place du tajlid ( ep ≈ 2 cm )Figure 810 : Mise en
en cours
Figure 809 : mise
 Les solives≈intactes2 cm ) ont été conservées. place du remblais

 Le voligeage, le Takfif et la Mechta ont été complètement remplacés.


Figure 802 : Mise en place du remblaisTravaux en cours
Figure 825: Fin Remblayage du826plancher
des travauxFigure en bois
: mise en place selon
du tajlid ( ep les prescriptions traditionnelles
Figure 811 : mise en place du tajlid ((Voir
ep ≈ 2 chapitre II). : Mise en
cm )Figure 812
≈ 2 cm ) place du remblais
 Mise en place de carreaux et plinthes pour assurer l’étanchéité de la terrasse.
Figure 803 : Mise en place du remblaisTravaux en cours
État finale :
Figure 827 : Fin des travauxFigure 828 : mise en place du tajlid ( ep Figure 813 : mise en place du tajlid ( ep ≈ 2 cm )Figure 814 : Mise en
≈ 2 cm ) place du remblais
Figure 804 : Mise en place du remblaisTravaux en cours

Figure 829 : Fin des travauxFigure 830 : mise en place du tajlid ( ep Figure 815 : mise en place du tajlid ( ep ≈ 2 cm )Figure 816 : Mise en
≈ 2 cm ) Figure 805 : Mise en place du remblaisTravaux en cours place du remblais

Figureen806
Figure 831 : Fin des travauxFigure 832 : mise : Mise
place en place
du tajlid ( ep du remblaisTravaux en place du tajlid ( ep ≈ 2 cm )Figure 818 : Mise en
en cours
Figure 817 : mise
≈ 2 cm ) place du remblais

Figure 833 : Fin des travauxFigure 834 : mise en place du tajlid ( ep Figure 819 : mise en place du tajlid ( ep ≈ 2 cm )Figure 820 : Mise en
≈ 2 cm ) place du remblais

Figure 74 : Fin des travaux


56

Figure 835 : Travaux en cours ; Remplacement par un Deblar


neufFigure 836 : Fin des travaux
Chapitre III

4) Cas particulier : Réfection d’un plancher en Deblar neuf

Diagnostique :

Même si la portée n’est pas si importante, la dégradation d’un plancher en Deblar est souvent
liée à un mauvais dimensionnement des planches de bois, causant des flèches apparentes.

Consistance des travaux :


Le remplacement du Deblar ne reflète aucune complexité, la couche de remblais est moins
épaisse que celle d’un plancher en bois courant et les planches sont facilement détachables.
Il reste à indiquer que l’épaisseur du Deblar doit être suffisamment grande (≈ 5cm) pour ne
pas se retrouver avec des désordres liés à la flèche ou au poinçonnement.

Figure 75 : État initial ; Deblar fléchi Figure 76 : Travaux en cours ; Remplacement Figure 77 : État final ; Deblar mis en place
par un Deblar neuf

57
Chapitre III

5) Cas particulier : Contrainte majeure lors de la réfection d’un plancher

Parfois, un plancher dégradé ne peut être restaurer à cause de contraintes majeurs


empêchant toute intervention. Ces contraintes sont souvent liées à une modification de la
portance de l’élément concerné, causé essentiellement par des ajouts clandestins afin de
créer des logements de plus et contenir le surpeuplement.
Le cas le plus concret est celui de l’entre niveau d’une bâtisse dégradée. Le plancher en bois a
été exploité comme support d’une dalle armé au-dessus de laquelle des pièces ont été
instauré avec des murs de cloison.

État initial :

Figure 78 : Plancher très fléchi

Diagnostique : Figure 849 : Mise en place des poutrelles d'acierFigure 850 : Plancher
très fléchi
Les Gayza existantes ne sont pas dimensionnées pour reprendre les surcharges importantes.
Comme résultat le plancher présente une flèche excessive.
Figure 851 : Mise en place des poutrelles d'acierFigure 852 : Plancher
très fléchi

Il est vraiment difficile de remplacer le bois


Figure 853 : dégradé pardesdu
Mise en place bois neuf.
poutrelles En effet,
d'acierFigure 854toute opération
: Plancher
très fléchi
d’enlèvement des solives peut nuire à la stabilité du plancher et ainsi causer un effondrement
fatal.
Figure 855 : Mise en place des poutrelles d'acierFigure 856 : Plancher
très fléchi
58

Figure 857 : Mise en place des poutrelles d'acierFigure 858 : Plancher


très fléchi
Chapitre III

L’étayage peut s’avérer utile pour contrer les efforts verticaux pendant la réfection du
plancher, mais le problème réside dans la façon avec laquelle on procèdera au remplacement
des solives, sachant qu’il s’agit d’une grande surcharge englobant des charges réparties et
d’autres concentrées. Le problème aurait été résolu si la démolition concernait même le
logement se trouvant en dessus.
En raison alors de difficulté et du risque de ruine, on opte pour un système porteur en
poutrelles d’acier qui sera fixé au mur, et empêchera toute évolution de la déformation au
niveau des solives.

État finale :
Figure 79 : Mise en place des poutrelles d'acier

Figure 863 : Lézardes apparentes sur la


façadeFigure 864 : Mise en place des poutrelles
d'acier

Figure 865 : Lézardes apparentes sur la


façadeFigure 866 : Mise en place des poutrelles
d'acier

Figure 867 : Lézardes apparentes sur la


façadeFigure 868 : Mise en place des poutrelles
d'acier

Figure 869 : Lézardes apparentes sur la


façadeFigure 870 : Mise en place des poutrelles
d'acier

Figure 871 : Lézardes apparentes sur la


façadeFigure 872 : Mise en place des poutrelles
d'acier

Figure 873 : Lézardes apparentes sur la


façadeFigure 874 : Mise en place des poutrelles
d'acier

Figure 875 : Lézardes apparentes sur la


façadeFigure 876 : Mise en place des poutrelles
d'acier

59
Chapitre III

6) Modèle type de réfection des fissurations :


État initiale :

Figure 80 : Lézardes apparentes sur la façade

Diagnostique :
Figure
Deux lézardes dues au 877 : Couture
tassement du mur en coursFigure
différentiel traversent878verticalement
: Lézardes apparentes
la façade de la
sur la façade
bâtisse.

Consistance des travaux :


Figure 879 : Couture du mur en coursFigure 880 : Lézardes apparentes
La première étape consiste à désolidariser sur
dulamur
façade
la maçonnerie avoisinant de part et d’autre
des fissurations. L’opération doit se dérouler par phase en commençant par la base du mur.
Figure 881 : Couture du mur en coursFigure 882 : Lézardes apparentes
La couture des lézardes et du vide dû à l’enlèvement
sur la façade
de la maçonnerie existant se fait par le
biais de briques pleines jointé par du mortier chaux.

Figure 883 : Couture du mur en coursFigure 884 : Lézardes apparentes


sur la façade

Figure 885 : Couture du mur en coursFigure 886 : Lézardes apparentes


sur la façade

Figure 887 : Couture du mur en coursFigure 888 : Lézardes apparentes


sur la façade

Figure 889 : Couture du mur en coursFigure 890 : Lézardes apparentes


sur la façade

Figure 81 : Couture du mur en cours


60

Figure 891 : État finale des travaux ; le symbole reflète les barres en
boisFigure 892 : Couture du mur en cours
Chapitre III

L’ancrage de barres en bois appelés Mtan, accompagne la réfection du mur au fur et à mesure
que les briques pleines sont mises en place. Ces barres sont scellées aux nus de la maçonnerie
délimitant la zone de réfection de façon à réaliser une couture horizontale qui reprend l’effort
verticale des briques insérées, et qui atténue le risque de futures fissurations.

État final :

Figure 82 : État finale des travaux ; le symbole reflète les barres en bois

Figure 905 : Dégradation visible au niveau de la baieFigure 906 : État finale


des travaux ; le symbole reflète les barres en bois

61
Chapitre III

7) Modèle type de réfection d’un mur en brique pleine :

État initial :

Figure 83 : Mur de façade déformé Figure 84 : Dégradation visible au niveau de la baie

Figure 913 : Désintégration de la maçonnerieFigure 914 : Mur de Figure 907 : Mur de façade déforméFigure 908 : Dégradation visible
façade déformé au niveau de la baie

Figure 915 :Décollement d'enduitFigure 916 : Mur de façade Figure 909 : Mur de façade déforméFigure 910 : Dégradation visible
déformé au niveau de la baie

Figure 917 : Désintégration de la maçonnerieFigure 918 : Mur de Figure 911 : Mur de façade déforméFigure 912 : Dégradation visible
façade déformé au niveau de la baie

Figure 85 : Désintégration de la maçonnerie Figure 86 : Décollement d'enduit

Diagnostique :
Figure 933 : Attachement avec la maçonnerie existanteFigure 934 : Figure 919 : Dégradation visible au niveau de la baieFigure 920
Sous l’effet des divers
Désintégration actions verticales et horizontales, la partie supérieure
de la maçonnerie du d'enduit
:Décollement mur de façade
de la bâtisse soufre de déformations et enflures apparentes. On note également la
désintégration
Figure 935 : Attachement avecde la maçonnerie
la maçonnerie sur une
existanteFigure 936partie
: du mur due
Figure 921essentiellement
: Dégradation visibleàaulaniveau
dégradation
de la baieFigure 922
Désintégration de la maçonnerie :Décollement d'enduit
du liant.
62
Figure 937 : Attachement avec la maçonnerie existanteFigure 938 : Figure 923 : Dégradation visible au niveau de la baieFigure 924
Désintégration de la maçonnerie :Décollement d'enduit
Chapitre III

Consistance des travaux :


On procède à la démolition de la partie supérieur du mur tout en s’assurant que l’opération
se fait du haut vers le bas de manière à attenuer progressivement la portance du mur.
Un étayage est ensuite mis en place afin de rigidifier le comportement des parois des murs
qui avoisinait l’élément démoli.

Figure 87: Démolition de la partie supérieure du mur de façade

Figure 953 : Démolition prise d'un autre angleFigure 954 : Démolition de la partie supérieur du mur de façade

Figure 955 : Attachement avec la maçonnerie existanteFigure 956 : Démolition de la partie supérieur du mur de façade

Figure 957 : Démolition prise d'un autre angleFigure 958 : Démolition de la partie supérieur du mur de façade

Figure 88 : Démolition prise d'un autre angle

63
Figure 947 : Coupe transversale du plancher traditionnelleFigure 948 : Démolition prise d'un autre angle
Chapitre III

L’opération de démolition se prolonge à quelques centimètres aux angles dans le mur


adjacent. Cela permet de bien raccommoder la nouvelle maçonnerie de briques pleines avec
celle déjà existante. La plateforme de la maçonnerie doit être corrigée de façon à garantir une
uniformité des niveaux des rangées de briques. La maçonnerie est par la suite montée lit par
lit selon un appareil en panneresse avec l’emploi du mortier chaux comme élément de
jointure.
Le mur est établi en deux rangées de briques espacées par un vide. Cependant pour plus de
stabilité on recourt à un appareillage entrecroisé (style anglais) pour relier les deux rangées.

Figure 89 : Mur démoli Figure 90 : Attachement avec la maçonnerie existante

Figure 965 : Vide entre deux rangées de briquesFigure 966 : Figure 959 : Mur démoliFigure 960 : Attachement avec la
Mur démoli maçonnerie existante

Figure 967 : Appareillage entrecroiséeFigure 968 : Mur démoli Figure 961 : Mur démoliFigure 962 : Attachement avec la
maçonnerie existante

Figure 969 : Vide entre deux rangées de briquesFigure 970 :


Mur démoli Figure 963 : Mur démoliFigure 964 : Attachement avec la
maçonnerie existante

Figure 91 : Appareillage entrecroisée Figure 92 : Vide entre deux rangées de briques

64
Figure 971 : Construction du mur de briques pleines en Figure 985 : Appareillage entrecroiséeFigure 986 : Vide
coursFigure 972 : Appareillage entrecroisée entre deux rangées de briques
Chapitre III

Les baies sont dessinées soigneusement par un agencement propre de maçonneries. Les
linteaux de baies sont soit formés de poutrelles d’acier, soit de barres en bois de 5 cm
d’épaisseur.

L’appui du plancher sur le nouveau mur doit être complètement garni au mortier chaux. Une
fois les travaux structuraux terminés, toute la surface du mur est enduite. La couche de finition
peut alors varier selon l’effet esthétique désiré.

Figure 93 : Construction du mur de briques pleines en cours

État finale :
Figure 999 : Poutre en acier reposant sur des poteaux en briques pleinesFigure 1000 : Construction du mur de
briques pleines en cours

Figure 1001 : Poutre en acier reposant sur des poteaux en briques pleinesFigure 1002 : Construction du mur de
briques pleines en cours

Figure 1003 : Poutre en acier reposant sur des poteaux en briques pleinesFigure 1004 : Construction du mur de
briques pleines en cours

Figure 1005 : Fin de la réfection du murFigure 1006 : Construction du mur de briques pleines en cours

Figure 1007 : Poutre en acier reposant sur des poteaux en briques pleinesFigure 1008 : Construction du mur de
briques pleines en cours

Figure
Figure 1009 : Poutre en acier reposant 94 poteaux
sur des : Fin de laenréfection du mur
briques pleinesFigure 1010 : Construction du mur de
briques pleines en cours

65

Figure 1011 : Poutre en acier reposant sur des poteaux en briques pleinesFigure 1012 : Construction du mur de
briques pleines en cours
Chapitre III

d. Remarques complémentaires

-Remarque 1 :
Le recours à des poutres porteuses (type IPN ou en bois) permet de réduire les surfaces
d’appuis, et de bénéficier de la résistance des briques pleines pour dresser des poteaux
reprenant l’effort vertical. Ceci permet également d’économiser l’usage du matériau résistant
(briques pleines) entre les nus des poteaux.
Illustration : La partie enduite est composée de parpaing non participant à la portance
(économie de briques pleines)

Figure 95: Poutre en acier reposant sur des poteaux en briques pleines

Figure 1013 : Fissuration à l'angle d'une baieFigure 1014 : Poutre en acier reposant sur des poteaux en
-Remarque 2 : briques pleines

Dans certains cas, les travaux de réhabilitation


peuventFigure
engendrer des dégradations
1015 : Fissuration au niveau
à l'angle d'une baieFigure 1016 : Poutre en acier reposant sur des poteaux en
briques pleines
des structures saines mettant en péril tout le
processus de restauration. Il est essentiel de
Figure 1017 : Fissuration à l'angle d'une baieFigure 1018 : Poutre en acier reposant sur des poteaux en
vérifier la cohérence des solutions d’intervention
briques pleines

avec la structure existante.


L’illustration ci-contre
Figure 1019 reflète
: Fissuration une
à l'angle d'unenaissance de: Poutre en acier reposant sur des poteaux en
baieFigure 1020
briques pleines
fissuration à l’angle de la baie. Ceci est dû à un
effort de rotation causé par le chargement issu de
Figure 1021 : Fissuration à l'angle d'une baieFigure 1022 : Poutre en acier reposant sur des poteaux en
la poutre contiguë (effet du trébuchet). briques pleines
Figure 96 : Fissuration à l'angle d'une baie
Cette poutre a été mise en place dans le cadre des travaux de réhabilitation et a fait en sorte
que la maçonnerie en dessous
Figure 1023 : Fissuration soitd'une
à l'angle sollicitée en1024
baieFigure compression permanente.
: Poutre en acier reposant sur des poteaux en
Figure 1027 : Exemple ; Mise en place en cours des
briques pleines
étaisFigure 1028 : Fissuration à l'angle d'une baie66

Figure 1025 : Fissuration à l'angle d'une baieFigure 1026 : Poutre en acier reposant sur des poteaux en
Figure 1029 : Exemple ; Mise en place en cours des
Chapitre III

-Remarque 3 :
Il est clair que pour qu’une bâtisse bénéficie des travaux de réhabilitation offert par l’ADER, il
y a une certaine procédure à suivre. Cependant lorsque la dégradation présente un risque
majeur pour les citoyens, les formalités administratives sont écartées de l’ordre de priorité, et
des interventions d’urgences sont mises au premier plan, avec la finalité de limiter les dégâts
par le biais de solutions provisoires.
Cela est perçu généralement dans le cas des murs de façade présentant une grande
déformation et qui risque d’être renversés. L’intervention d’urgence réside dans la mise en
place d’un étayage solide pour contrer les efforts horizontaux.
Les étais sont généralement en bois et se caractérise par la disposition suivant :
 Étayage verticale : joue le rôle de support pour tout le système d’étayage
 Étayage horizontale : reprend les efforts issus de l’étayage oblique et participe aussi
dans le contreventement du mur.
 Étayage oblique (à 45 degré) : Son rôle majeur et de contrer les efforts de rotation du
mur. En effet, sous l’effet du moment issu des poussées horizontaux, le mur tend à se
déformer en dessinant un arc de cercle. Ce dernier peut être assimilé à une droite
disposé à 45 dégrée, ce qui explique l’inclinaison des étais.
Illustration :

Figure 97 : Exemple ; Mise en place en cours des étais Figure 98 : Exemple 2 ; Disposition finale des étais

67
Figure 1047 : Exemple 2 ; Disposition finale des étaisFigure 1048 : Figure 1041 : Poutrelles en I couvert de plaques en boisFigure 1042 :
Exemple ; Mise en place en cours des étais Exemple 2 ; Disposition finale des étais
Chapitre III

-Remarque 4 :
L’aspect esthétique de la réhabilitation doit être toujours pris en considération, ce qui signifie
que les interventions de restauration doivent être en concordance avec la particularité de la
ville, surtout pour les zones nettement exposées au public. On peut opter alors, pour des
solutions ingénieuses afin d’être en conformité avec ce principe.
L’exemple est donné dans ce cas par les toitures des ruelles du fameux souk du quartier Rcif.
Pour des fins économiques, on a eu recours à des poutrelles en I qui ont été couvertes par des
plaques en bois, donnant ainsi l’impression qu’il s’agit d’un matériau de construction
traditionnel courant.

Figure 99: Poutrelles en I couvert de plaques en bois

68
Conclusion

Perspectives et prospectives :

Il est incontestablement vrai que le programme de réhabilitation de la médina de Fès a pu lui


attribuer un second souffle après de longues années de détresse. Cette politique de
rénovation est la concrétisation d’une intention particulière motivée par le grand apport
culturel et historique qu’apporte ce patrimoine à l’image du pays.
Cependant, malgré le budget colossal réservé à la médina, les projets de réhabilitation sont
loin d’assurer une durabilité au bâti ancien. Le nombre des bâtisses dégradées, le
surpeuplement et le manque de principe de citoyenneté, sont à l’origine de nombreuses
contraintes qui émergent et attenue l’efficacité de la réhabilitation.
Effectivement, La contribution de l’ADER (80.000 Dh pour chaque bâtisse) dans les travaux de
restauration est jugée insuffisante et ne permet d’intervenir que partiellement dans la
structure dégradée et suivant un ordre prioritaire basé sur le risque de ruine. À cela s’ajoute
les altercations qui se produisent dans les bâtisses contenant de nombreux habitants ; les
travaux de réhabilitation stimulent une réelle course de mérite. Le manque de conscience de
la population est un facteur de plus qui accentue la dégradation de l’environnement médinale,
que ce soit par les conditions d’hygiène méprisantes ou par les modifications architecturales
clandestines.
Il est alors tout à fait légitime de conclure que le programme de réhabilitation reflète une
claire inefficience. La stratégie abordée par les autorités est dépourvue de visibilité
suffisamment perçante et tenant compte des préoccupations du développement durable.
Face à ce constat, deux approches se présentent pour revaloriser le programme de
réhabilitation de la médina.

-Première approche : L’idée est de lancer des programmes de restauration complètes, un par
un pour chaque secteur de la médina de manière à réhabiliter l’ensemble des bâtisses sur les
plans structural et esthétique. L’avantage de cette approche est que ça permettra de focaliser
tous les ressources sur un seul secteur. En contrepartie, la stratégie prendra plus de temps
pour englober les autres secteur vu l’indisponibilité de fond immédiats.
-Deuxième approche : La deuxième perspective - plutôt utopique - consiste à alléger la médina
de tout aspect de surpeuplement, et interdire l’arrivée de nouveaux habitants. Bien sûr cela
sera accompagné d’une stratégie de relocalisation de la population démunie existante en
dehors des murailles. La médina deviendra par la suite une zone préservé et l’allure des

69
Conclusion

dégradations diminueront, ce qui supprimera un grand nombre de contraintes empêchant le


bon déroulement des travaux de réhabilitation.

70
Annexe

Annexe

71
Annexe

Annexe : Exemple de dimensionnement d’un plancher suivant les méthodes de


réhabilitation usuelles.

Dans ce chapitre, on entamera le dimensionnement du plancher terrasse d’une bâtisse qui a


été ravagée par un incendie, et dont les images de dégradations sont présentes dans les
chapitres précédents.

Le plancher de la bâtisse en question possède les dimensions suivantes :

Figure 1053 : Figure 1 : Plan planchers terrasse


Avec :
 Lx = 2.87 m
 Ly = 4.63 m

Hypothèses générales :

- L’acheminement du chargement horizontal et assuré par des murs porteurs de 25


d’épaisseur en maçonnerie traditionnelle, à savoir : briques pleines et moellons.

- La structure verticale est supposée capable de reprendre le chargement du plancher.

- Le dimensionnement du plancher se fera par trois solutions différentes :


 Dimensionnement en profilés métalliques standardisés avec entrevous en briques
creuses et dalle de compression.
 Dimensionnement en solives en bois de cèdre supportant un voligeage et un tout-
venant compacté.
 Dimensionnement en dalle de béton armé avec un chainage horizontal.
- Les références de calcul exploités sont : le BAEL 92, l’EC3 et l’EC5

72
Annexe

I -Dimensionnement d’un plancher en profilés métalliques :


A- Hypothèses de calcul :

Référence :

Les justifications liées aux éléments métalliques et en béton armé seront respectivement
régies par l’Euro code 3 et le BAEL 92 révisé 99.

Type de profilés :

On optera pour des profilés standardisés laminés à chaud de type S235. Les sections adoptées
sont des profilés IPN et TEAE.

Classification des profilés :


Les profilés de type IPN rentre dans la classe 1 ce qui signifie que les sections transversales
peuvent atteindre leur résistance plastique sans risque de voilement local, et possédant une
capacité de rotation importante pour former une rotule plastique. Ainsi, le dimensionnement
doit être justifié principalement dans le domaine plastique.

Les profilés TEAE ont un aspect mono symétrique. L’euro codé 3 indique que de telles sections
sont classées dans la classe 3 dans laquelle les calculs sont plutôt orientés vers le domaine
élastique.

Par ailleurs pour des mesures de sécurité, on choisira de faire toutes les justifications des
barres (IPN + TEAE) dans le pallier élastique.

Constitution du plancher :
Le plancher se compose de 4 éléments :

 Une dalle de compression en béton armé de 4 cm d’épaisseur composée d’un treillis


soudé de type HA6 avec st= 10 cm.
 Des briques creuses jouant le rôle d’entrevous.
 Un system d’acheminement des charges de premier niveau, constitué de poutrelles
de type TEAE.
 Un système d’acheminement des charges de deuxième niveau, constitué de barres
secondaires de type IPN.
 Un système d’acheminement de troisième niveaux constitué de barres principales de
type IPN.

73
Annexe

Caractéristiques des entrevous :


On adoptera des briques de 8 trous de dimensions suivantes :

25 cm
7 cm

20 cm

Sections de profilés adoptés :

Type du profilé Section adopté

Barres - poutrelles HEAE TEAE 40

Barres secondaires IPN IPN 100

Barre principales IPN IPN 120

Illustration des sections transversales des barres :

z z

z z

74
Annexe

Paramètres des sections des barres :

Air de la Moment
Module
b h s section d’inertie
Barres de flexion
(cm) (cm) (cm) transversale de flexion
Wz (cm3)
(cm2) Iz (cm4)

HEAE 40 4 4 0.5 3.77 1.84 5.28

IPN 100 5 10 0.45 10.6 34.2 171

IPN 120 5.8 12 0.51 14.2 54.7 328

Poids propre des éléments :


 Dalle :
-Dalle de compression en béton armé de 4 cm d’épaisseur : G1 = 25 x 0.04 = 1 KN / m2
 Revêtement :
-Carrelage en carreaux rouges : g1’ = 0.4 KN/ m2
-Forme de pente avec mortier de scellement d’épaisseur totale moyenne de 5cm :
g1’’ = 20 x 0.05 = 1 KN / m2
 Brique creuses (Entrevous) :
-Poids unitaire : G2 = 0.027 KN
 Profilés :
-TEAE 40 : g3 = 0.030 KN/ m
-IPN 100 : g4 = 0.085 KN/ m
-IPN 120 : g5 = 0.114 KN/ m

Remarque complémentaires :

 La totalité des charges issues du plancher vont être repris par des murs porteurs
traditionnelles d’épaisseur allant jusqu’à 25 cm.

 Un coefficient de sécurité pour l’acier sera affecté à la classe de résistance des profilés (S235).
Sa valeur sera pris égal à 1.

75
Annexe

 Les entrevous en briques creuses seront posés longitudinalement (axe longitudinale


perpendiculaire avec l’axe du profilé) sur les poutrelles TEAE.

 On admettra que toute les liaisons entre les profilés sont des liaisons simples. Cependant, on
considèrera que les poutres principales sont encastrées aux parois verticales (murs porteurs).

 La justification des sections des profilés sera exécutée tout en positionnant les charges de
manière à créer l’effet le plus défavorable pour l’élément en question. Ainsi vérifiée, toutes
les dispositions de poses (TEAE => IPN 100 => IPN 120) seront permises vu que la capacité de
résistance maximum sera assurée. À noter que tous les barres de même types auront le même
dimensionnement suivant l’élément le plus sollicité.

B- Justification des poutrelles TEAE :

a- Délimitation de la zone d’influence :

Les briques reposants sur les poutrelles forment une charge répartie. En se basant sur une
coupe transversale, on peut déduire que chaque poutrelle reprend la charge d’une demie
brique de part et d’autres. La largeur de la surface d’influence sera alors la somme de largeur
d’une brique et l’épaisseur de l’âme de la poutrelle.

Afin de tenir compte des imperfections de pose on ajoutera 4 mm supplémentaire. Cette


valeur est introduite pour souligner les écarts éventuels de l’interaction brique-poutrelle.

L/2 = 12.5 cm s + 0.4 = 0.8 cm L/2 = 12.5 cm

Dalle

½ Brique ½ Brique

33 cm

76
Annexe

b- Calcul des charges réparties soutenues par la poutrelle :


1- Charges permanentes :
 Dalle : g1 = 25 x 0.04 x 0.33 = 0.33 KN/m
 Carrelage : g1’ = 0.4 x 0.33 = 0.45 KN/m
 Mortier de pose + forme de pente : g1’’ = 20 x 0.05 x 0.33 = 0.33 KN/m
 Brique : g2 = 0.027 / 0.2 = 0.135 KN/m
 Poutrelle en T : g3 = 0.030 KN/m

2- Charges d’exploitations :
Conformément aux règle du BAEL les charges d’exploitation seront pris égales à 1.5 KN/m2.
On peut déduire ainsi la charge répartie : p = 1.5 x 0.33 = 0.5 KN/m

3- Combinaisons de calcul :
 État limite de service :
g + q = 0.33 + 0.45 + 0.33 + 0.135 + 0.030 + 0.5 = 1.77 KN/m

 État limite ultime :


1.35g + 1.5 p = 1.35 x (0.33 + 0.45 + 0.33 + 0.135 + 0.030) + 1.5 x 0.5 = 2.47 KN/m

c- Détermination de la portée à prendre en compte :


Pour une barre reposant simplement sur ses appuis et subissant une charge répartie, la valeur
de la flèche est donnée par :
𝟓 𝒑𝑳𝟒
f= .
𝟑𝟖𝟒 𝑬𝑰
Tel que :
 p : charge de service répartie le long de la poutrelle. q = 1.77 x 10-3 MN/m
 E : Module de Young de l’acier. E = 210 000 MPA
 I : moment quadratique de la section (suivant l’axe x). Ix = 5.28 x 10-8 m4
 L : la portée de la poutrelle.

La limite adoptée de la flèche par l’euro code 3 est de l’ordre de L / 250. Dès lors le critère
suivant doit être vérifié :
𝟓 𝒒𝑳𝟒 ≤ 𝑳
.
𝟑𝟖𝟒 𝑬𝑰 𝟐𝟓𝟎

77
Annexe

Ce qui implique que la portée doit vérifier :

𝟑 𝑬𝑰
L ≤ √𝟎, 𝟑𝟖𝟕.
𝒒

On remplace les paramètres par leurs valeurs, ce qui limite la portée à la valeur suivante :

L ≤ 1,34 m

On adoptera par la suite une portée des poutrelles de valeur : L = 1.1 m.

d- Vérification de la section des poutrelles :

1- Vérification à la flexion :

-Valeur du moment ultime :


𝑝𝐿2
Med = = 3.73 x 10-4 MN.m
8
-Valeur du moment résistant :
𝑊𝑧.𝑓𝑦
Mcrd = = 4.27 x 10-4 MN.m
𝛶𝑀0

Tel que :
-pu : la charge répartie ultime. pu = 2.47 x 10-3 MN/m
-L : La portée de la travée. L = 1.1 m
-fy : la classe de résistance du profilé. fy = 235 MPA.
-ꙋM0 : Coefficient de sécurité de l’acier pris égal à 1.
-Wz : le module de flexion par rapport à l’axe passant par le centre de gravité.
Wz = 1.84 cm3

La section est vérifié à la flexion puisque on a bien Med ≤ Mcrd .

2- Vérification au cisaillement :
-Valeur du cisaillement ultime :
𝑉𝑒𝑑 . 𝑊𝑥
ꞇed = = 10.31 MPA
𝐼𝑥 . 𝑠

Tel que :
-Ved : l’effort tranchant ultime. Ved = pu.L/2 = 1.36 x 10-3 MN
-Wz: le module de flexion de la surface au-dessus du point considéré. Dans le cas du profilé
en T, le point du cisaillement maximal est le centre de gravité. Wx = 1.84 x 10-6 m3
-Iz : le moment quadratique de la section. Ix = 5.28 x 10-8 m4
-s : l’épaisseur de la section au niveau du point considéré. s= 0.005 m

78
Annexe

-Valeur du cisaillement limite :


𝑓𝑦
ꞇy = = 136 MPA
√3

La vérification au cisaillement est vérifiée puisque ꞇ ≤ ꞇy.

3- Vérification de l’interaction flexion-cisaillement.

Puisque dans la même section transversale, il existe simultanément un effort tranchant et un


moment fléchissant, il faut prendre en compte l’interaction des deux éléments en superposant
les contraintes normales et tangentielles selon le critère de Von Mises. La vérification
consistera alors à limiter la contrainte de comparaison obtenue au point le plus critique à la
valeur de calcul de la résistance de l’acier :

𝟐𝟑𝟓
σc,ed = √𝛔𝟐𝒆𝒅 + 𝟑. ꞇ𝟐𝒆𝒅 ≤
𝜰𝑴𝟎

ꞇed et σed sont respectivement la contrainte de cisaillement et la contrainte normale agissant


sur le même point critique.
Il reste à mentionner qu’afin de déterminer la contrainte de comparaison maximale, il est
impératif de connaitre deux paramètres : l’abscisse de la section (suivant x) et l’ordonné du
point critique (suivant y).

Les formules de la contrainte normal et de cisaillement sont comme suit :

𝑽𝒆𝒅 . 𝑾𝒙 𝑴𝒆𝒅 . 𝒚
ꞇed = & σed =
𝑰𝒛 . 𝒔 𝑰𝒛

Avec :
 Ved : l’effort tranchant ultime au niveau de la section (En fonction de x).
 Med : Valeur du moment fléchissant au niveau de la section (En fonction de x).
 Wz : Module de flexion (par rapport à l’axe passant par G) de l’aire en dessous/en
dessus (suivant l’orientation) du point considéré de la section (en fonction de y).
 Iz : Moment quadrature de la section.
 s : Épaisseur (largeur) de la section au niveau du point critique considéré.
 y : ordonnée du point critique considéré (En fonction de y).

79
Annexe

Détermination du point critique :


Afin de déterminer le point critique, il est essentiel de connaitre la distribution des contraintes
pour une section en T quelconque.
La distribution de la contrainte du cisaillement suit approximativement l’allure suivante :

Pour la contrainte normale de flexion, la distribution est comme suit :

En se basant sur les deux schémas, on peut déduire que le point critique se trouve à la jonction
âme-semelle.
Cependant, l’épaisseur de la section au point considéré implique deux résultats différents. La

divergence est clair sur le schéma de distribution de ꞇ puisque on remarque bien qu’il y a une
discontinuité de la valeur de la contrainte au niveau de la jonction âme-semelle. Ceci est due
principalement à l’épaisseur de la section en ce point vu qu’il peut s’agir à la fois de celle de la
semelle ou de celle de l’âme.
Ainsi, afin d’obtenir une valeur importante, c’est l’épaisseur de l’âme qui sera adopté dans le
calcul (en négligeant la variation de l’épaisseur au niveau de la jonction pour le profilé TEAE).
Par ailleurs, l’aire considéré sera celui de la semelle.

80
Annexe

Calcul du moment statique


On calcule le moment statique au point de jonction âme-semelle (Point C). (À noter que l’aire
considérée a été calculé en négligeant les arrondissements au niveau des angles de la semelle).

Wx,c = 40 x 5 x ( 11.2 – 2.5 ) = 1740 mm3

On réécrit les expressions de la contrainte de cisaillement et celle normale en remplaçant les


paramètres avec leurs valeurs connus.

𝑽𝒆𝒅 . 𝟏𝟕𝟏𝟎 .𝟏𝟎−𝟗


ꞇed = = 6477,27 Ved
𝟓.𝟐𝟖 . 𝟏𝟎−𝟖 . 𝟎,𝟎𝟎𝟓

𝑴𝒆𝒅 .( −𝟎.𝟎𝟎𝟔𝟐)
σed = = -117424,24 Med
𝟓.𝟐𝟖 . 𝟏𝟎−𝟖

Détermination de la section critique :

Afin de déterminer la section critique il suffit de remplacer Ved et Med en fonction de l’abscisse
x et chercher l’extremum de la fonction : σc,ed = √𝛔𝟐𝒆𝒅 + 𝟑. ꞇ𝟐𝒆𝒅
Comme la fonction racine (x) est une fonction croissant on se limitera de vérifier la fonction :

f(x) = 𝛔𝟐𝒆𝒅 + 𝟑. ꞇ𝟐𝒆𝒅

Expression de V(x) et M(x) :

Comme il s’agit d’une charge répartie l’expression des éléments de réductions est comme
suit :
q.L
Ved(x) = – q.x = 1,36 . 10-3 - 2,47 . 10-3 x
2

81
Annexe

q.L.x q.𝑥 2
Med(x) = – = 1,36 . 10-3 x - 1,23 . 10-3 x2
2 2

Simplification de f(x) :

f(x) = [117424,24 . (1,36 . 10-3 x - 1,23 . 10-3 x2)]2 + [19431,81 . (1,36 . 10-3 - 2,47 . 10-3 x)2]

f(x) = ( 160x – 144,43 x2)2 + (26,43 – 48x)2


f(x) = 1002 [(1.59x – 1.44 x2)2 + (0.26 – 0.48x)2]
Expression finale de f(x) :
On peut se permettre de réduire la fonction x à la fonction ci-dessus vu qu’on l’a factorisé
avec un nombre positif : 1002.
f(x) = (1.6x – 1.44 x2)2 + (0.26 – 0.48x)2

À l’aide du programme Géogebra on peut déduire extremum de la courbe (illustration ci-


dessous.)

Sur la courbe on s’aperçoit très bien que l’extremum est atteint en x = 0,55 m. Ceci signifie
que l’effort tranchant est nul (charge répartie) et que la contrainte de comparaison dépend
que de la contrainte normale. Cependant, la vérification à la flexion a été précédemment
aboutie au paragraphe 1 et on s’est assuré que le moment de calcul est bien inférieur au
moment résistant.

82
Annexe

C- Vérification de la section des barres secondaires IPN 100 :

a- Charges soutenues par la barre IPN 100 :


1- Acheminement des charges :
Les profilés TEAH acheminent les charges vers l’IPN de manière ponctuelle, ce qui fait que la
formule de flèche indiquée dans le paragraphe de justification des poutrelles ne sera plus
valable.

Cependant, vu l’entraxe faible des poutrelles et vu que la portée est inconnue, on peut se
permettre de considérer le chargement issu des poutrelles comme répartie, ceci permettra de
calculer la portée L qui, ainsi connu, permettra de vérifier le calcul du chargement ponctuel
d’origine à l’aide d’un programme de RDM (ex : RDM 6).

2- Détermination de la charge répartie :


Les charges ponctuelles provenant des TEAE seront converties vers des charges réparties en
divisant leurs valeurs par l’entraxe des poutrelles.
En prenant une portion de l’IPN 100 et en procédant à une coupe transversale au niveau des
poutrelles TEAE, on peut déduire le schéma suivant :

Entraxe = 0.33 m

TEAE 40 IPN 100

Portée de l’IPN 100 = X

Transversalement pour chaque IPN 100, on peut considérer que la barre reprend le
chargement d’une seule poutrelle (0.6 m de part et d’autre). Le schéma ci-dessus illustre
ceci (échelle non respecté).
Remarques concernant la figure :
 La dalle et les entrevous ne sont pas représenté pour des fins de simplification
 L’échelle n’est pas respectée
 On prendra en compte les imperfections de poses des poutrelles sur l’IPN. L’écart
adopté sera de l’ordre de 4 mm. (2 mm de part et d’autre)

83
Annexe

s + 4mm ≈ 8mm
IPN 100

TEAE 40 TEAE 40

0.6 m 0.6 m

À première vue il est clair que l’IPN reprend une partie du chargement de la dalle vu qu’elle
est en contact directe avec la semelle supérieure de la barre. Par ailleurs, vu l’insignifiance du
cas on admettra que les poutrelles reprennent tout le chargement.

Calcul des charges réparties :


-Charges réparties issues des TEAE 40 :
 p1ELS = (1.77 x 1.1) / 0.33 = 5.9 KN/m
 p1ELU = (2.47 x 1.1) / 0.33 = 8.23 KN/m
-Poids propre de l’IPN 100 :
 g2 = 0.085 KN/m

Combinaison de calcul :

 État limite de service :


p1ELS + g2 = 5.9 + 0.085 = 6 KN/m

 État limite ultime :


p1ELU + 1.35 g2 = 9 + 1.35 x 0.085= 8.35 KN/m

b- Détermination de la portée à prendre en compte :


On adopte la même formule de la flèche du paragraphe précèdent vu que les IPN 100 reposent
simplement sur leurs appuis (IPN 120).
𝟓 𝒑𝑳𝟒
f= .
𝟑𝟖𝟒 𝑬𝑰
Tel que :
 p : charge de service répartie le long de la poutrelle (ELS). p = 6 x 10-3 MN/m
 E : Module de Young de l’acier. E = 210 000 MPA
 I : moment quadratique de la section (suivant l’axe x). Iz = 171 x 10-8 m4
 L : la portée de la poutrelle.

84
Annexe

La limite adoptée de la flèche par l’euro code 3 est de l’ordre de L / 250. Dès lors le critère
suivant doit être vérifié :
𝟓 𝒑𝑳𝟒 ≤ 𝑳
.
𝟑𝟖𝟒 𝑬𝑰 𝟐𝟓𝟎

Ce qui implique que la portée doit vérifier :

𝟑 𝑬𝑰
L ≤ √𝟎, 𝟑𝟖𝟕.
𝒑

On remplace les paramètres par leurs valeurs, ce qui limite la portée à la valeur suivante :

L ≤ 2.85 m

On adoptera par la suite une portée des poutrelles de valeur : L = 2.30

c- Vérification de la flèche avec RDM6 :

Comme La portée est désormais connu on vérifiera la validité de notre hypothèse en calculant
la flèche de la poutre à l’aide de RDM 6. Le chargement pris en compte sera la charge répartie
issu du poids propre de l’IPN 100et les charges ponctuelles issues des poutrelles TEAE (entraxe
de 0,33m).

 La valeur d’un chargement ponctuel est : PELS = 1.77 x 1.1 = 1.95 KN/m
 Le poids propre de l’IPN 100 est : 0.085 KN/m

-On procède à la vérification de la flèche par le biais du programme tout en disposant les
charges ponctuelles de manière à créer l’effet le plus défavorable.

-En divisant la portée de l’IPN par l’entraxe des poutrelles, on peut déterminer leur nombre :
N= {2.3 / 0.33} + 1 = 7 poutrelles
-On dispose ainsi les charges ponctuelles tout en laisse un écart de 0.16 m entre les poutrelles
de rives et l’appuis (voir schéma suivant).

85
Annexe

Calcul de la flèche :
RDM 6 donne le résultat suivant :

-La flèche calculé est de l’ordre de f = 6.68 x 10-3 m


-La flèche limite admissible est égale à : fadm = 2.3 / 250 = 9.2 x 10-3 m
On déduit ainsi que la flèche calculée est largement inférieure à celle admissible.

d- Vérification de la section des IPN 100 :

1- Vérification à la flexion :
Valeur du moment ultime est calculée par RDM 6, avec :
La valeur de la charge ponctuelle est : P1ELU = 2.47 x 1.1 = 2.72 KN
La valeur de la charge répartie est : p2ELU = 0.085 x 1.35 = 0.115 KN/m

La figure ci-dessus illustre le résultat obtenu.

86
Annexe

La valeur trouvée est de l’ordre de : Med = 6.13 KN.m

-Valeur du moment résistant :


𝑊𝑧.𝑓𝑦
Mcrd = = 8.04 KN.m
𝛶𝑀0

Tel que :
-fy : la classe de résistance du profilé. fy = 235 MPA.
-ꙋM0 : Coefficient de sécurité de l’acier pris égal à 1.
-Wz : le module de flexion par rapport à l’axe passant par le centre de gravité.
Wz = 34.2 cm3

On déduit ainsi que la section est vérifié à la flexion puisque on a bien Med ≤ Mcrd .

2- Vérification au cisaillement :
-Valeur du cisaillement ultime :
𝑉𝑒𝑑 . 𝑊𝑧
ꞇed = = 43 MPA
𝐼𝑧 . 𝑠

Tel que :
 Ved : l’effort tranchant ultime. Ved = (7 x 2.72 + 0.115 x 2.3) /2 = 9.65 x 10-3 MN
 Wz: le module de flexion de la surface au-dessus du point considéré. Dans le cas du
profilé IPN, le point du cisaillement maximal est le centre de gravité.
Wz = 34.2 x 10-6 m3
 Iz : le moment quadratique de la section. Iz = 171 x 10-8 m4
 s : l’épaisseur de la section au niveau du point considéré. s= 0.0045 m

-Valeur du cisaillement limite :


𝑓𝑦
ꞇy = = 136 MPA
√3

La vérification au cisaillement est assurée puisque ꞇ ≤ ꞇy.

3- Vérification de l’interaction flexion-cisaillement.


On se basera sur la même formule du paragraphe (d-3) pour le calcul de la contrainte de
comparaison :
𝟐𝟑𝟓
σc,ed = √𝛔𝟐𝒆𝒅 + 𝟑. ꞇ𝟐𝒆𝒅 ≤
𝜰𝑴𝟎

ꞇed et σed sont respectivement la contrainte de cisaillement et la contrainte normale agissant


sur le même point critique.

87
Annexe

Comparé au cas des TEAE, le calcul reste moins compliqué vu que l’abscisse de la section et
l’ordonnée du point critiques sont connues.
 Pour les IPN le point critique de cisaillement se trouve à la jonction âme-semelle.
 En tenant compte du résultat de la contrainte de comparaison du cas précédent, et
avec l’introduction du chargement ponctuel, on peut conclure que la section critique
se trouve à la moitié de la portée.

Les formules de la contrainte normal et de cisaillement sont comme suit :

𝑽𝒆𝒅 . 𝑾𝒛 𝑴𝒆𝒅 . 𝒚
ꞇed = & σed =
𝑰𝒛 . 𝒔 𝑰𝒛

Avec :
 Ved : l’effort tranchant ultime en L/2 : Ved = 1.48 x 10-3 MN/m calculé par RDM 6
 Med : Valeur du moment fléchissant en L/2 : Med = 6.13 x 10-3 MN.m
 Wz : Module de flexion de l’aire en dessus du point de la jonction âme semelle
 Iz : Moment quadrature de la section. Iz = 171 x 10-8 m4
 s : Épaisseur de l’âme s = 0.0045 m
 y : ordonnée du point critique. y = d / 2 = 0.038 m

b = 50 mm

t = 6.8 mm

y
h = 100 mm d = 75.7 mm

88
Annexe

Détermination de l’ordonnée du module de flexion


(À noter que le calcul se fera d’une manière approximative sans prendre en compte les
arrondissements de la section. Pour cette effet, on ajoutera 2 mm de plus à l’épaisseur de la
semelle tout en adoptant une section rectangulaire).
Wzp = 8.8x 50 x (4.4 + 37.85) = 18 590 mm3 ≈ 18.6 cm3
Calcul des contraintes
𝑴𝒆𝒅 . 𝒚 𝟔.𝟏𝟑 𝐱 𝟏𝟎−𝟑 𝐱 𝟎.𝟎𝟑𝟖
 σed = = = 136 MPA.
𝑰𝒛 𝟏𝟕𝟏 𝐱 𝟏𝟎−𝟖

𝑽𝒆𝒅 . 𝑾𝒛 𝟏.𝟒𝟖 𝐱 𝟏𝟎−𝟑 𝐱 𝟏𝟖.𝟔 𝐱 𝟏𝟎−𝟔


 ꞇed = = = 3.58 MPA
𝑰𝒛 . 𝒔 𝟏𝟕𝟏 𝐱 𝟏𝟎−𝟖 𝐱 𝟎.𝟎𝟎𝟒𝟓

Déduction de la contrainte de comparaison :

σc,ed = √𝛔𝟐𝒆𝒅 + 𝟑. ꞇ𝟐𝒆𝒅 = √𝟏𝟑𝟔𝟐 + 𝟑 𝒙 𝟑. 𝟓𝟖𝟐 = 136.14 MPA

L’impact du cisaillement est peu ressenti au niveau de la section. On conclut que la contrainte
de comparaison est largement inférieure à la limite de résistance admissible 235 MPA.

D- Vérification de la section des barres secondaires IPN 120 :

La barre principale en IPN 120 a pour objectif de transmettre les charges vers les murs
porteurs (25 cm d’épaisseur). La portée de la poutre sera pris égal à : L=2.87 m. À noter que la
poutre repose sur une pièce métallique qui joue un rôle intermédiaire entre la barre et le mur
porteur.

a- Détermination des charges soutenues par la barre principale :


L’IPN 120 soutient principalement deux types de charges :

 Des charges ponctuelles provenant des barres secondaires (IPN 100).


 Une charge répartie qui représente le poids propre de la barre.

Remarque :
L’encastrement de l’IPN sur le mur porteur se fera sur une longueur égale à 1.5 la hauteur du
profilé : e = 21 cm.
On admet que transversalement pour une section donnée la barre principale reprend la
charge d’un seul IPN 100.

89
Annexe

Connaissant la distance entre les nus d’appuis (2.87 m) et l’entraxe des IPN 100 ( E ≈ 1.21 m
voir paragraphe c-2), on peut déterminer le nombre de barres secondaires reposant sur l’IPN
120 : N= {2.87 / 1.21} + 1 = 3 barres IPN 100

Cependant pour optimiser l’utilisation de l’acier, on peut opter pour seulement deux barres
d’IPN 100 distancées de 0.88 m de part et d’autre des nus d’appuis. Dans ce cas, une partie
des TEAE de rives seront soutenues également par le mur porteur.
Afin de justifier la section, Les IPN 100 seront alors disposées de façon à créer l’effet le plus
défavorable pour l’IPN 120. Ainsi en procédant à une coupe longitudinale du plancher au
voisinage d’une barre principale, on peut conclure le schéma suivant :

0.21 m 0.88 m 1.11 m 0.88 m 0.21 m

IPN 120

2.87 m

0.25 m 0.25 m

À noter que pour des fins de simplification, les entrevous ainsi que la dalle ne sont pas
représentés sur la figure.

Calcul des charges :


Pour simplifier le calcul, on considéra que les barres secondaire (IPN 100) reçoivent le même
chargement de part et d’autre. Cette hypothèse reste valable tant que le phénomène de
renversement est omis.

-Charges concentrées issues des IPN 100 :


 P1ELS = (1.77 x 1.1 x 7) + 0.085 x 2.3 = 13.82 KN
 P1ELU = (2.47 x 1.1 x 7) + 0.085 x 1.35 x 2.3 = 19.28 KN
-Poids propre de l’IPN 120 :
 g2ELS = 0.114 KN/m
 g2ELU = 0.146 x 1.35 = 0.153 KN/m

90
Annexe

Calcul de la flèche :
On procède au calcul de la flèche par le biais de RDM 6 tout en adoptant les charges à l’ELS.
On obtient le résultat suivant :

-La valeur de la flèche calculé est de l’ordre de : f = 3.33 x 10-3 mm


-La flèche admissible égale à : fadm = 2.87/250 = 11.5 x 10-3 mm

On déduit alors que le critère de la flèche est vérifié pour section en IPN 120.

b- Vérification de la section des IPN 120 :


1- Vérification à la flexion :

On calcule le moment fléchissant maximal de la section en se basant sur le chargement en


ELU. La figure ci-dessus illustre le résultat obtenu par le biais de RDM 6.

La valeur trouvée est de l’ordre de : Med = 5.25 KN.m

91
Annexe

-Valeur du moment résistant :


𝑊𝑧.𝑓𝑦
Mcrd = = 12.8 KN.m
𝛶𝑀0

Tel que :
-fy : la classe de résistance du profilé. fy = 235 MPA.
-ꙋM0 : Coefficient de sécurité de l’acier pris égal à 1.
-Wz : le module de flexion par rapport à l’axe passant par le centre de gravité.
Wz = 54.7 cm3

On déduit ainsi que la section est vérifié à la flexion puisque on a bien Med ≤ Mcrd .

2- Vérification au cisaillement :
-Valeur du cisaillement ultime :
𝑉𝑒𝑑 . 𝑊𝑧
ꞇed = = 63.76 MPA
𝐼𝑧 . 𝑠

Tel que :
 Ved : l’effort tranchant ultime. Ved = (2 x 19.28 + 0.153 x 2.87) /2 = 19.5 x 10-3 MN
 Wz: le module de flexion de la surface au-dessus du point considéré. Dans le cas du
profilé IPN, le point du cisaillement maximal est le centre de gravité.
Wz = 54.7 x 10-6 m3
 Iz : le moment quadratique de la section. Iz = 328 x 10-8 m4
 s : l’épaisseur de la section au niveau du point considéré. s= 0.0051 m

-Valeur du cisaillement limite :


𝑓𝑦
ꞇy = = 136 MPA
√3

La vérification au cisaillement est assurée puisque ꞇ ≤ ꞇy.

3- Vérification de l’interaction flexion-cisaillement.


La contrainte de comparaison s’exprime par :

σc,ed = √𝛔𝟐𝒆𝒅 + 𝟑. ꞇ𝟐𝒆𝒅

ꞇed et σed sont respectivement la contrainte de cisaillement et la contrainte normale agissant


sur le même point critique (Valeurs à l’ELU).
 S’agissant aussi d’un IPN, le point critique de cisaillement se trouve à la jonction âme-
semelle.

92
Annexe

 En tenant compte du diagramme du moment fléchissant, on peut conclure que la


section critique se trouve au droit du chargement ponctuel.

Les formules de la contrainte normal et de cisaillement sont comme suit :

𝑽𝒆𝒅 . 𝑾𝒛 𝑴𝒆𝒅 . 𝒚
ꞇed = & σed =
𝑰𝒛 . 𝒔 𝑰𝒛

Avec :
 Ved : l’effort tranchant ultime en x = 0.88 m :
Ved = 19.28 + 0.153 x (2.87 - 0.88) /2 = 19.58 x 10-3 MN/m
 Med : Valeur du moment fléchissant en L/2 : Med = 5.25 x 10-3 MN.m
 Wz : Module de flexion de l’aire en dessus du point de la jonction âme semelle.
 Iz : Moment quadrature de la section. Iz = 328 x 10-8 m4
 s : Épaisseur de l’âme. s = 0.0051 m
 y : ordonnée du point critique. y = d / 2 = 0.046 m

Détermination de l’ordonnée du module de flexion

b = 58 mm

t = 7.7 mm

y
h = 120 mm d = 92.4 mm

(À noter que le calcul se fera d’une manière approximative sans prendre en compte les
arrondissements de la section. Pour cette effet, on ajoutera 2 mm de plus à l’épaisseur de la
semelle tout en adoptant une section rectangulaire).
Wzp = 9.7x 58 x (4.85 + 46) = 28608 mm3 ≈ 28.61 cm3

93
Annexe

Calcul des contraintes


𝑴𝒆𝒅 . 𝒚 𝟓.𝟐𝟓 𝐱 𝟏𝟎−𝟑 𝐱 𝟎.𝟎𝟒𝟔
 σed = = = 73.63 MPA.
𝑰𝒛 𝟑𝟐𝟖 𝐱 𝟏𝟎−𝟖

𝑽𝒆𝒅 . 𝑾𝒛 𝟏𝟗.𝟓𝟖 𝐱 𝟏𝟎−𝟑 𝐱 𝟐𝟖.𝟔𝟏 𝐱 𝟏𝟎−𝟔


 ꞇed = = = 33.49 MPA
𝑰𝒛 . 𝒔 𝟑𝟐𝟖 𝐱 𝟏𝟎−𝟖 𝐱 𝟎.𝟎𝟎𝟓𝟏

Déduction de la contrainte de comparaison :

σc,ed = √𝛔𝟐𝒆𝒅 + 𝟑. ꞇ𝟐𝒆𝒅 = √𝟕𝟑. 𝟔𝟑𝟐 + 𝟑 𝒙 𝟑𝟑. 𝟒𝟗𝟐 = 91.91 MPA

L’impact du cisaillement est peu ressenti au niveau de la section. On conclut que la contrainte
de comparaison est largement inférieure à la limite de résistance admissible 235 MPA.

94
Annexe

II -Dimensionnement d’un plancher en bois :


A- Hypothèses de calcul :
Référence :
Les justifications liées aux éléments en bois seront régies par l’Euro code 5.

Nature de la structure en bois :


La structure en bois est constituée d’une essence résineuse de type cèdre de l’atlas. Ce type
de bois présente un grand intérêt pour les ouvrage où une bonne durabilité est recherchée,
en même temps qu’une faible densité.

Classification du bois :

Durabilité naturel et imprégnabilité du bois

On se contentera du duramen seul vu que l’aubier possède une performance bien moins
importante.

Champignons Classe 1-2 : Très durable à durable

Insectes de bois sec durable

Termites Classe M : moyennement durable

Imprégnabilité Classe 3 : peu imprégnable

Classe d’emploi Classe 3 : hors contact du sol, peut être


utilisé à l’extérieur

Propriétés caractéristiques :
Les propriétés suivant sont valables pour une humidité frôlant les 12%.

Contrainte de rupture en Contrainte de rupture en Module d’élasticité


compression flexion statique longitudinal

42 MPA 82 MPA 10100 MPA

95
Annexe

Constitution du plancher :
La structure portante du plancher se compose de 3 éléments :
 Une partie supérieure constitué de remblais d’éléments en terre. Cette partie vise à
amortir et unifier le chargement
 Une partie intermédiaire constitué de voligeages en bois de cèdre agissant comme un
système d’entrevous.
 Une partie inférieure constitué de poutrelles en bois (Solives). Elles jouent le rôle de
raidisseurs horizontaux, assurant l’acheminement du chargement à la structure
verticale (mur porteur)

Dimensions des éléments structuraux :


Remblais : Vu qu’il s’agit d’un plancher terrasse, la Dfira doit être prévu. On peut considérer
alors que l’épaisseur total du remblai avec les briques pleines frôle les 30 cm

Voligeage : On optera pour des planches en bois de cèdre avec une épaisseur de 1.5 cm

Solives : les poutrelles en bois de cèdre, auront les dimensions suivantes :

 L = 287 cm (portée) + 15 cm (ancrage) = 302 cm


 l = 7 cm
 H = 10 cm

Poids propre des éléments :

 Remblais + dfira : vu qu’il s’agit d’un ensemble d’éléments en terre, on considèrera que le
poids propre moyen est de l’ordre de : g1 = 17 KN/m3
 Revêtement :
-Carrelage en carreaux rouges : g1’ = 0.4 KN/ m2
-Forme de pente avec mortier de scellement d’épaisseur totale moyenne de 5cm :
g1’’ = 20 x 0.05 = 1 KN / m2

 Bois de cèdre (voligeage-solives) : g2 = 4.9 KN/m3

96
Annexe

Disposition des éléments structuraux :


La figure suivant représente une coupe transversale d’une portion du plancher. À noter que
seuls les éléments structuraux sont illustrés.

Remblais

Voligeage

Solive
Entraxe = 11 + 7 cm

 Les solives seront disposées suivant la plus petite portée du plancher.


 Les voliges seront disposées de façon à ce que leur axe longitudinal soit
perpendiculaire avec celui des solives.
 Les dimensions du voligeage peuvent diminuer au voisinage des murs porteurs.
 L’entraxe des solives est de l’ordre de 18cm.

Remarques complémentaires :

 La justification des éléments en bois sera appliqués seulement pour les solives. Le
voligeage sera considéré comme un élément rigide de faible déformation. D’ailleurs, la
faible portée des planches (11 cm) soutient cette hypothèse.
 L’appui du voligeage est considéré comme simple, tandis que les solives sont
considérées encastrées au mur porteur. La longueur de scellement des solives sera prise
égal à 15 cm de chaque coté.
 La portée des solives est considérée égale à la distance entre les nus d’appuis.
 Toutes les pièces utilisées sont considérées purgé de l’aubier.

Nombre des solives :

On peut trouver le nombre de solives à mettre en place en divisant la plus longue portée du
plancher (4.63 m) par la somme la largeur et l’entraxe des solives :
N = {463 / 18} = 25 solives

On disposera ainsi 25 solives de façon à laisser 5.5 cm de part et d’autre des nus des murs
porteurs longitudinaux (Avec 5.5 cm est le résultat de (463 – 26 x 17) /2).

97
Annexe

B- Justification de la section des solives

a- Délimitation de la zone d’influence :

Comme l’entraxe des solives est égal à 18 cm, on peut en déduire la largeur de la surface
d’influence. Ceci permettra d’obtenir le chargement réparti agissant sur la poutrelle en bois
La figure ci-dessous reflète une coupe transversale au niveau d’une solive (échelle non
respecté).

18 cm

30 cm
Remblais

Voligeage e = 1.5 cm

Solive

Cette simplification permet d’obtenir un modèle de RDM simple composé d’un poutre
soumise ç un chargement réparti et encastrée a ses extrémités.

b- Calcul des charges réparties soutenues par la poutrelle :


1-Charges permanentes :
 Remblais + Dfira : g1 = 17 x 0.3 x 0.18 = 0.92 KN/m
 Carrelage : g1’ = 0.4 x 0.18 = 0.072 KN/m
 Mortier de pose + forme de pente : g1’’ = 20 x 0.05 x 0.18 = 0.18 KN/m
 Voligeage : g2 = 4.9 x 0.015 x 0.18 = 0.013 KN/m
 Solive: g2 = 4.9 x 0.07 x 0.1 = 0.034 KN/m

98
Annexe

2-Charges d’exploitations :
Conformément aux règles de l’EC 5 les charges d’exploitation seront pris égales à 1.5 KN/m2.
On peut déduire ainsi la charge répartie : p = 1.5 x 0.18 = 0.27 KN/m

3-Combinaisons de calcul :
 État limite de service :
g + q = 0.92 + 0.072 + 0.18 + 0.013 + 0.034 + 0.27 = 1.5 KN/m

 État limite ultime :


1.35g + 1.5 q = 1.35 x (0.92 + 0.072 + 0.18 + 0.013 + 0.034) + 1.5 x 0.27 = 2.05 KN/m

c- Vérification de la section des poutrelles :

1-Vérification à la flexion :

-Valeur de la contrainte ultime :


𝑝𝐿2
On calcul d’abord le moment fléchissant maximal : Med = = 2.11 x 10-3 MN.m
8
La contrainte maximale est alors égal à :
𝑴𝒆𝒅
ed= = 14.95 MPA
𝑾𝒛

-Valeur de la contrainte admissible :


𝒌𝒎𝒐𝒅
m,d = m,k . . k sys . kh = 40.11 MPA
𝜰𝑴

Tel que :
-p : la charge répartie ultime. p = 2.05 x 10-3 MN/m
-L : La portée de la travée. L=2.87 m
-Wz : le module de flexion par rapport à l’axe passant par le centre de gravité.
Wz = b.h2 / 6 = 141.17 x 10-6 m3
-m,k : contrainte caractéristique de résistance en flexion. m,k = 82 MPA
-ꙋM : coefficient partiel qui tient compte de la dispersion du matériau : 1.3 pour le bois.
-kmod : coefficient modificatif en fonction de la durée de chargement et de la classe de
service : kmod = 0.6 (classe de service 1 , humidité bois 12% )
-ksys : coefficient d'effet système. ksys = 1

99
Annexe

-kh = coefficient de hauteur qui permet de majorer les résistances pour les hauteurs
inférieures à 150mm pour bois massif : Kh = min (1,3 ; (150/h)0.2) = 1,06.

Conclusion : La section est vérifié à la flexion puisque on a bien ed ≤ m,d .

2- Vérification au cisaillement :
-Valeur de la contrainte ultime :
𝑝𝐿
On calcul d’abord l’effort tranchant maximal : Ved = = 2.94 x 10-3 MN.m
2
La contrainte maximale est alors égal à :
𝒌𝒇 . 𝑽𝒆𝒅
ed= = 0.63 MPA
𝑏 . 𝒉𝒆𝒇𝒇

-Valeur de la contrainte admissible :


𝒌𝒎𝒐𝒅
v,d = v,k . = 19.38 MPA
𝜰𝑴

Tel que :
-p : la charge répartie ultime. p = 2.05 x 10-3 MN/m
-L : La portée de la travée. L=2.87 m
-kf : coefficient de forme de la section valant 3/2 pour une section rectangulaire
-heff : hauteur de la solive (h = heff absence d’entaille) h = 0.10 m
-b : épaisseur de la solive b = 0.07 m
-m,k : contrainte caractéristique de résistance au cisaillement. m,k = 42 MPA
-ꙋM : coefficient partiel qui tient compte de la dispersion du matériau : 1.3 pour le bois.
-kmod : coefficient modificatif en fonction de la durée de chargement et de la classe de
service : kmod = 0.6 (classe de service 1 , humidité bois 12% )

Conclusion : La section est vérifié au cisaillement puisque on a bien ed ≤ v,d .

100
Annexe

3- Vérification de la flèche :
On distingue deux types de flèches pour les solives :
 la flèche instantanée finst provoquée par le chargement au moment de son application
 la flèche de fluage ffl

Il est plus simple de calculer la flèche nette finale à partir de la flèche instantanée provoquée
par les charges variables. La formule de la flèche nette est exprimée comme suit :
𝒌𝒅𝒆𝒇 .( 𝒈 + 𝝍𝟐 . 𝒒 ) + 𝒈 .
f tot = finst,q . ( 1 + )
𝒒

Tel que :

- finst,q : flèche causé par le chargement d’exploitation (variable)


- g : la charge permanente g = 1.23 KN/ m
- q : la charge variable q= 0.27 KN/m
- k deff : coefficient de fluage pris égal à 0.6 ( bois massif + non exposé)
- 𝝍𝟐 : coefficient de simultanéité pris égal à 0.3 (habitation résidentielle)

Calcul de la flèche instantané causé par le chargement variable :


Pour une barre encastrée subissant une charge répartie, la valeur de la flèche est donnée par :
𝟏 𝒒𝑳𝟒
f= . = 8.1 x 10-4 m
𝟑𝟖𝟒 𝑬𝑰

Tel que :
 q : charge variable de service répartie le long de la poutrelle. q = 0.27 x 10-3 MN/m
 E : Module de Young de l’acier. E = 10 100 MPA
 I : moment quadratique de la section (suivant l’axe fort). I = b.h3 / 12 = 5.83 x 10-6 m4
 L : la portée de la poutrelle. L = 2.87 m

Déduction de la flèche totale :

0,6 .( 1.23 .10−3 + 0,3 . 0,27 .10−3 ) + 1,23.10−3


f tot = 8.1 x 10-4. ( 1 + ) = 6.85 x 10-3 m
0,27 . 10−3

Valeur de la flèche admissible :


La flèche admissible est exprimée par : f = L / 250 = 10.52 x 10-3 m
Conclusion : La déformation de la solive (flèche totale) reste inférieure à la flèche admissible.

101
Annexe

III -Dimensionnement d’un plancher en béton armé :


A- Hypothèses de calcul :
a- Référence :

Les justifications liées aux éléments en bois seront régies par le BAEL 92 révisé 99 .
b- Matériaux :
On optera pour :
 Un béton de 25 MPA (fc28) de résistance.
 Des aciers d’armatures de haute adhérence type HA500
c- Dispositions concernant la dalle :
 Les fissurations sont considérées comme peu préjudiciables.
 La portée à prendre en compte est celle délimité par les nus d’appuis des structures
verticales porteuses.
 La dalle sera considérée comme un panneau isolé et sera cernée par un chainage qui se
posera sur le mur porteur.
 La liaison de la dalle armée avec la structure verticale est considérée comme
encastrement.
 Le bétonnage se fera sans reprise dans l’épaisseur de la dalle.

d- Poids propre des éléments :


 Béton armé : g1 = 25 KN/m3
 Revêtement :
-Carrelage en carreaux rouges : g1’ = 0.4 KN/ m2
-Forme de pente avec mortier de scellement d’épaisseur totale moyenne de 5cm :

g1’’ = 20 x 0.05 = 1 KN / m2

e- Coefficient 
Ce coefficient est calculé en divisant la petite portée Lx par Ly, ce qui donne :
𝑳𝒙 𝟐.𝟖𝟕
= = = 0.62
𝑳𝒚 𝟒.𝟔𝟑

La valeur de  est supérieure à 0.4, ce qui signifie que la dalle porte sur ces deux côtés.

102
Annexe

f- Épaisseur de la dalle :
𝑳𝒙
Pour ≥ 0.4, L’épaisseur de la dalle doit vérifier l’expression suivant : ho ≥
𝟑𝟎
2.87
On déduit : ho ≥ = 10 cm
30

On prendra alors une épaisseur ho = 12 cm

B- Dimensionnement de la dalle armé :


e- Calcul des charges :
1- Charges permanentes :

 Dalle en béton armé : g1 = 25 x 0.12 = 3 KN/m2


 Carrelage : g1’ = 0.4 KN/m2
 Mortier de pose + forme de pente : g1’’ = 20 x 0.05 = 1 KN/m2

2- Charges d’exploitations :
Conformément aux règles du BAEL les charges d’exploitation seront pris égales à 1.5 KN/m2.

3- Combinaisons de calcul :
 État limite de service :
g + q = 3 + 0.4 + 1 + 1.5= 5.9 KN/m2

 État limite ultime :


1.35g + 1.5 q = 1.35 x (3 + 0.4 + 1) + 1.5 x 1.5= 8.19 KN/m2

b- Calcul des moments :

1- Moments isostatique :
Le calcul se fera pour une bande de largeur unité.
L’expression des moments pour un panneau articulé (isostatique) est:

 Mox = xp Lx2


 Moy = y . Mox

Tel que :

- Lx : la plus petite portée Lx = 2,87 m


- p : la charge total ultime agissante sur la dalle p = 8,19 KN/m2
-  : un coefficient qui s’exprime comme suit :

103
Annexe

 x = 1 / (8.(1 + 2,43)) = 0,0795


 y = 3 (1,9 – 0,9) = 0,319

On peut déduire la valeur des moments isostatiques :

 Mox = xp Lx2 = 0,0795 . 8,19 . 2,872 = 5.35 KN.m/m


 Moy = y . Mox = 0,0319 . 5,35 = 1.7 KN.m/m

2- Calcul des moments hyperstatiques :

La valeur des moments hyperstatiques sont déterminés par le biais des expressions ci-
dessous :
 Mtx = 0,85 . Mox = 4.55 KN.m/m
 Mty = 0,85 . Moy = 1.45 KN.m/m
 Maxg = Maxd = 0,3 .Mox = 1.6 KN.m/m
 Mayg = Mayd = 0,3 .Moy = 0.43 KN.m/m

À noter que Les coefficient 0,85 et 0,3 appliqués aux moments isostatiques sont réservés
strictement au cas où le panneau n’est pas continu au-delà de ces appuis.
3- Moments minimums :
 En travée :
La valeur du moment Mty doit être supérieur ou égal au quart de Mtx .
On a : Mtx / 4 = 1.14 < 1.45

Ce qui implique qu’on gardera la valeur de Mty= 1.45 KN.m/m

 Sur appui :
Moment d'encastrement sur le petit côté doit être du même ordre de grandeur que sur le
grand côté. Ce qui implique qu’on devra avoir : May = Max = 1.6 KN.m/m

104
Annexe

c- Détermination des armatures :


1- Moment réduit limite :
Le moment ultime est obtenu par la formule ci-dessous :
𝒇𝒄𝟐𝟖
 lu . 104 = 3220 .+ 51 . – 3100
𝚹

Tel que

- Coefficient qui dépend de la durée du chargement. = 1


𝒑𝒖 𝟖.𝟏𝟗
- : le rapport du chargement ultime sur le chargement de service. = = = 1.39
𝒑𝒔 𝟓.𝟗
- fc28 : résistance du béton à 28 jours. fc28 = 25 MPA

On déduit alors la valeur du moment réduit :

lu = (3220 . 1,39 + 51.25 – 3100) . 10-4 =0.265

2- Section d’acier :

 En travée (sens Lx) :

Valeur du moment réduit de calcul : bu = Mtx / (fbu .b .d2)


Tel que :
- Mtx : Moment hyperstatique en travée. Mtx = 4.55 x 10-3 MN.m/m
- b : largeur de la bande. b = 1m
- d: la distance entre la fibre la plus comprimé et le point G de l’acier. d = 0.9h = 0,1 m
- fbu : résistance ultime du béton. Fbu = 0,85 . fc28 / 1.5 = 14.2 MPA

La valeur obtenue du moment réduit égal ainsi à : bu = 0.032


On remarque bien que le moment réduit de clacul est largement inférieur a celui limite. On a
aura pas besoin d’armatures comprimées.

La section d’acier sera alors calculée par la méthode simplifiée.


Atx = Mtx / (zb.fed)
Tel que :

- zb: le bras de levier. zb = d.(1 - 0,6 bu ) = 0,098 m


- fed : résistance ultime de l’acier. Fed = fe / 1.15 = 435 MPA

On déduit alors que : Atx = 1.1 cm2/m

105
Annexe

 En travée (sens Ly) :

Valeur du moment réduit de calcul : bu = Mty / (fbu .b .d2)


Tel que :
- Mty : Moment hyperstatique en travée. Mty = 1.45x 10-3 MN.m/m
- b : largeur de la bande. b = 1m
- d: la distance entre la fibre la plus comprimé et le point G de l’acier. d = 0.9h- = 0,09 m
À noter que le diamètre a été forfaitairement pris égal à 10 mm.
- fbu : résistance ultime du béton. Fbu = 0,85 . fc28 / 1.5 = 14.2 MPA

La valeur obtenue du moment réduit égal ainsi à : bu = 0.012

Comme on a bu<< lu, la section d’acier sera alors calculée par la méthode simplifiée.
Aty = Mty / (zb.fed)
Tel que :

- zb: le bras de levier. zb = d.(1 - 0,6 bu ) = 0,089 m


- fed : résistance ultime de l’acier. Fed = fe / 1.15 = 435 MPA

On déduit la section d’acier : Aty = 0.3 cm2/m

 Sur appuis :

Valeur du moment réduit de calcul : bu = Ma / (fbu .b .d2)


Tel que :
- Ma : Moment hyperstatique sur appuis. Ma = 1.6 x 10-3 MN.m/m
- b : largeur de la bande. b = 1m
- d: la distance entre la fibre la plus comprimé et le point G de l’acier. d = 0.9h = 0,1 m
- fbu : résistance ultime du béton. Fbu = 0,85 . fc28 / 1.5 = 14.2 MPA

La valeur obtenue du moment réduit égal ainsi à : bu = 0.011

Comme on a bu<< lu, la section d’acier sera calculée par la méthode simplifiée.
Aty = Ma / (zb.fed)
Tel que :

- zb: le bras de levier. zb = d.(1 - 0,6 bu ) = 0,099 m


- fed : résistance ultime de l’acier. Fed = fe / 1.15 = 435 MPA

On déduit la section d’acier sur appuis : Aa= 0.37 cm2/m

106
Annexe

3- Sections minimales des aciers :


 Sens ly :
La section Aty doit être supérieur ou égal à 6 fois la hauteur de la dalle.
On a : 6 . h = 0.72 > 0.3
Ce qui implique qu’on va prendre : Aty = 0.72 cm2/m
 Sens lx (en travée et appui) :
Les sections Atx et Aa doivent être supérieur à la valeur suivante :

Amin = (3 - )/2.Aymin = 0.86 cm2/m


Comme Amin est supérieure à la section d’acier sur appuis, on prendra : Aa = 0.86 cm2/m

4- Choix des aciers :


Le diamètre maximal d’armature à utiliser doit vérifier l’expression suivant :

≤h / 10 = 12 mm
Les armatures auront ainsi un diamètre au plus égal à 12 mm.

5- Section réel des aciers :


 Atx = 1.1 cm2/m : on optera pour 4HA8.
 Aty = 0.72 cm2/m : on optera pour 4HA6.
 Aa = 0.86 cm2/m : on optera également pour 4HA6.

6- Espacement des aciers :


L’espacement des armatures sur le sens Lx et Ly doit respecter une certaine limite.
- Stx ≤ Min { 3.h , 33 cm} = 33 cm
- Sty ≤ Min { 4.h , 45 cm} = 45 cm

Puisque pour 1 m de largeur on a respectivement 4HA8 au sens Lx, 4HA6 sur appuis et 4HA6
au sens Ly, on peut opter pour un espacement égal à :

 Stx = Sa = 100/4 = 25 cm
 Sty = 100/4 = 25 cm

107
Annexe

d- Vérification liée à l’effort tranchant :


La valeur de l’effort tranchant ultime au sens Lx et Ly est égal à :
𝒑𝒖 .𝑳𝒙
Vux = = 8.97 x 10-3 MN/m
𝟐+ 𝜶
𝒑𝒖 .𝑳𝒙
Vuy = = 7.83 x 10-3 MN/m
𝟑

Tel que :

- Lx : la plus petite portée. Lx = 2,87 m


- pu : la charge total ultime agissante sur la dalle. pu = 8,19 x 10-3 MN/m2
-  : coefficient du rapport pu/ps . = 0.62

La contrainte de cisaillement maximal ultime est égal à :

u = Vux / (b.d) = 8.97 x 10-3 / 0.1 = 0.09 MPA


La valeur de la contrainte de cisaillement admissible est :

ulim = 0,07 . fc28 / b = 1.15 MPA

Avec b = 1.5

Conclusion : On déduit que les armatures d’âme ne sont pas nécessaires puisque u < ulim

e- Arrêts des barres :


Le calcul des arrêts des barres se basera sur le schéma suivant :

108
Annexe

1- Application :
 Arrêts des barres sur appuis
Calcul de l1 :
l1 = Max { ls ; lx (0,05 + 0,3 Ma/Mox }
Tel que :

- ls : la longueur de scellement calculé par ls = ( / 4 ). Fe / ( 0,6 s2 . ft28 ) ≈ 27 cm


Avec :
 ft28 : la résistance au cisaillement du béton. ft28 = 0.06 fc28 + 0.6 = 2.1 MPA
 s : coefficient égal à 1.5 pour les armatures HA.
 : diamètre des armatures de chapeau = 6 mm.
On déduit la valeur de l1 :
l1 = Max { 27 ; 2,87 (0,05 + 0,3 . 0,35} = Max { 27 ; 45 } = 45 cm
Calcul de l2 :
l2 = Max { ls ; l1/2 } = Max { 27 cm ; 22,5 } = 27 cm

 Arrêts des barres en travée


Les barres arrêtées seront éloignées du nus d’appuis d’une distance maximal de l’ordre de :
lx/10 = 28.7 cm
On prendra une distance de 27 cm.

2- Disposition finale :
Les armatures seront alternées pour 1 mètre en 2 filants et deux arrêtés (disposées 1 par 1)
tel que :
 En travée :
- Au sens lx : 2HA8 filants
2HA8 Arrêtées à 27 cm

- Au sens ly : 2HA6 filants


2HA6 arrêtées à 27 cm
 Sur appuis :
2HA6 filants en avance de 45 cm
2HA6 arrêtés en avance de 27 cm

109
Annexe

IV- Chaînage horizontale :


Les murs en maçonnerie porteuse doivent être ceinturés au niveau du plancher par un
chaînage horizontal en béton armé continu et fermé.
En général, pour le béton armé, la hauteur d'un chaînage est celle du plancher qui lui est
associée. Dans le cas de planchers autres que les planchers en béton armé (par exemple,
planchers à solivages en bois…) des chaînages plats peuvent être réalisés.
Dans le cas de planchers-terrasses, la section minimale des armatures longitudinales des
chaînages indiquée par le DTU 20-1-P4 est de : 3,08. 500 /fe
Pour un HA 500 on trouve ainsi une section minimale de 3.08 cm2 .La section réelle
équivalente sera assurée alors par 4HA 10.
Les armatures transversales doivent avoir un espacement au plus égal à 25 cm.

Chaînage normal (dalle en B.A) Chaînage plat (plancher en métal ou en bois)

110
Annexe

111
Bibliographie

 Arbaoui, L. (s.d.). 30 million Euros for the renovation of the old Medina of Fez. Récupéré sur
moroccoworldnew.com.

 Atif, S. (s.d.). Typologie de Logements Marocains.

 Bakhella, W. J. (s.d.). Sauvegarde et patrimonialisation de la médina de Fès : Une politique


qui bat au rythme de la touristification.

 BennanI, Z. (2010). Les matériaux de construction traditionnels.

 Boufenara, K. (s.d.). LA REHABILITATION COMME PROCESSUS DU PROJET URBAIN.

 Connaitre et comprendre les fissures en façade. (s.d.). Récupéré sur weber.fr.

 Conseil Expertise Fissure ( CEF ). (s.d.). Rapport de visite type.

 Direction de l'Architecture et du patrimoine (France). (2006). Manuel de sensibilisation à la


restuaration de la maçonnerie.

 Hassouni, O. (s.d.). Technique de construction de le bati traditionnel.

 L’HYDRAULIQUE MEDIÉVALE DE FÈS. (s.d.).

 Ministère de la culture. (s.d.). Médina de Fès. Récupéré sur www.minculture.gov.ma.

 Ministere des Habous et des Affaires Islamique. (2015). Travaux de refection, consolidation
et d’evacuation des ruines de la Zaouia Sidi Al Kounti - Meknes . Appel d'offre.

 Serghini, F. (s.d.). L’eau a Fes, Symbole d’une Civilisation Urbaine.

 Technique de préparation du mortier traditionnel. (s.d.). Récupéré sur architectures.over-


blog.org.

 UNESCO World Heritage Centre. (s.d.). Médina de Fès. Récupéré sur whc.unesco.org .

 wikipidia. (s.d.). béton de terre.

 Wikipidia. (s.d.). La chaux.

 Wikipidia. (s.d.). Terre crue.

112
Auteur : ZINOUN Zakaria
- Ingénieur en Génie Civil
- Master en administration des entreprises