Vous êtes sur la page 1sur 5

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

dans ce problème. » Selon le socialiste, Lactalis « n’a


pas voulu » retirer les produits incriminés ou « n’a pas
Lactalis et ses fautes face aux salmonelles
PAR KARL LASKE
mis les moyens pour le faire », a-t-il déploré, avant de
ARTICLE PUBLIÉ LE DIMANCHE 14 JANVIER 2018 dénoncer la passivité des services de l’État.
Le PDG du géant laitier Emmanuel Besnier a
discrètement rencontré Bruno Le Maire, vendredi. Il
s’est engagé à réaliser les investissements nécessaires
dans l’usine contaminée aux salmonelles à Craon. En
juin 2016, le tribunal administratif de Nantes avait
annulé l’autorisation préfectorale d’exploiter le site où
d’importants travaux avaient été engagés sans attendre
L'une des rares photos d'Emmanuel Besnier, le
l’enquête publique. PDG de Lactalis, prise dans les années 2000. © DR

Cette fois, Emmanuel Besnier est sorti de l'ombre Vendredi, Bruno Le Maire avait, dit-on, « convoqué »
bravement. Le PDG de Lactalis, l'industriel le moins Emmanuel Besnier. Mais lors de son point presse, le
photographié, le plus silencieux, véritable homme ministre s’est finalement montré conciliant : « J’ai
invisible, et pourtant 8e fortune française selon la revue demandé à M. Besnier de faire preuve de davantage
Forbes, a ouvert la porte de son bureau au Journal du de transparence, car c’est un gage de confiance pour
dimanche, comme Liliane Bettencourt en son temps, les consommateurs… », a-t-il résumé, songeant peut-
pour un acte de contrition complètement inattendu. être déjà aux avantages d’une interview au JDD. En
Vendredi encore, il s'était rendu à Bercy pour tout cas, pas de sanction ni d’enquête administrative
s’entretenir avec Bruno Le Maire de la contamination en vue pour le groupe. Justifiant l’absence du PDG
des laits maternisés de sa laiterie de Craon. Mais si à ses côtés, le ministre a aussi annoncé que « le
discrètement qu’on ne l’avait pas vu. Ni avant, ni président de Lactalis communiquerait publiquement
pendant le point presse du ministre. Alors que son sur les causes de la contamination dès qu’elles
groupe a tardé à prendre la mesure de l’une des pires seront établies » et que le groupe ferait « tous les
crises sanitaires qu’il ait eu à gérer, Emmanuel Besnier investissements nécessaires sur le site de Craon pour
explique au JDD qu'il veut désormais « comprendre garantir la sécurité sanitaire du site et éviter que ne se
ce qui s’est passé » : « C'est mon obsession », reproduisent de telles contaminations ». En présentant
expose-t-il gravement. Il soutient qu'il n'y a « pas ses « plus sincères excuses aux familles », le groupe a
eu de manquements » de la part du groupe « sur annoncé, sur son site, avoir décidé du retrait de tous les
les procédures », mais il reconnaît une déclaration produits sortis de Craon depuis le 15 février dernier.
fautive : « Il manquait cinq lots dans le premier fichier Sur le front judiciaire, une enquête préliminaire pour
transmis à Bercy. » « mise en danger de la vie d’autrui, tromperie
Déjà secoué par des scandales sanitaires et judiciaires aggravée et inexécution d’une procédure de retrait ou
ou des tempêtes sociales, le numéro un mondial de rappel d’un produit préjudiciable à la santé » a
du secteur laitier ne s’est jamais incliné. L’ancien été ouverte fin décembre par le parquet de Paris, à
ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll a témoigné la suite des plaintes déposées par certains parents des
n’avoir « jamais vu » Emmanuel Besnier en cinq ans, nourrissons tombés malades, 36 enfants à ce jour, dont
et ne même pas avoir son numéro de portable… « Une 16 ont été hospitalisés.
entreprise d’abord a failli, a dénoncé le député de la Le groupe familial, et non coté en Bourse, a déjà
Sarthe, sur France Inter. Dès la fin août, l’entreprise, connu ce type de crise. Lactalis s'appelait encore
sur des contrôles internes, découvre des problèmes Besnier SA (BSA). En mars 1999, il avait rappelé
de salmonelle, et au mois de janvier on est toujours la totalité de ses camemberts Lepetit – un million

1/5
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

de fromages – après la découverte de germes de France ont confirmé la contamination d’un bébé ayant
Listeria sur un lot commercialisé en Belgique. consommé un lait maternisé Lactalis en Espagne, ainsi
Parallèlement, une vaste enquête judiciaire ouverte qu’une suspicion en Grèce.
pour « falsification de denrées alimentaires » mettait
au jour un système sophistiqué de « mouillage » du
lait dans plusieurs usines du groupe – par l’ajout
de perméat, un liquide à faible teneur en protéine
obtenu par microfiltration du lait, ou d’eaux blanches
issues du rinçage des appareils. Ce dossier a valu une
condamnation en première instance et en appel à six
mois d’emprisonnement avec sursis à l’ancien DG du
groupe, Marcel Urion, peine confirmée en cassation Publicité de la marque Celia, la laiterie rachetée par Lactalis en 2006. © DR

en novembre 2008. Mais Lactalis a contesté les faits, Dès son rachat, le site de Craon s’avère problématique.
jusqu’au bout. L’installation, qui dispose déjà d’une tour de séchage
S’il a admis avoir détecté des salmonelles à Craon, de lait, sort tout juste d’un épisode sérieux de
le géant laitier a initialement minimisé les risques contamination à la salmonelle survenu entre mars et
de contamination. Le 9 décembre, après un rappel juin 2005. « Fièvre et diarrhée (parfois sanglante) ont
volontaire d’une douzaine de lots, un arrêté ministériel été observées chez au moins 141 nourrissons âgés de
lui avait imposé le rappel de 600 lots produits à Craon, moins de 12 mois », relève un rapport de l’Agence
représentant 11 000 tonnes, dont 7 000 sur le marché française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa)
national. Le 21 décembre, Lactalis a rappelé 720 lots, en mars 2008. L’épidémie provoquée par la bactérie
portant le total du rappel sur le marché français à Salmonella agona est « liée à la consommation de
12 millions de boîtes environ. « Nous avons fermé poudres de lait de deux marques différentes mais
le site dès le 7 décembre, souligne Michel Nalet, produites sur une même chaîne ».
le porte-parole du groupe, joint par Mediapart, qui Le comité d’experts mandaté avance l’hypothèse
certifie n’avoir rien minimisé. Et nous avons proposé d’une « faible contamination des lots » ou de
au ministre, vendredi, de procéder au retrait de tous « l’inefficacité des systèmes de détection employés »
les produits. On ne sait pas encore quelle quantité va pour justifier l’échec de l’autocontrôle des produits.
nous être retournée, et ce qui a été consommé, mais Les scientifiques soulignent que la contamination peut
nous avons mis en place un centre logistique dédié, qui trouver son origine lors de l’incorporation d’éléments
devra gérer la destruction de ces stocks. » divers – sucres et amidon, vitamines et minéraux
En rachetant, en 2006, la laiterie Celia propriétaire matières grasses végétales, protéines de soja, ferments
du site de Craon – qui produit aussi le fameux et enzymes – inhérents à la fabrication de la poudre ;
« Chaussée aux moines » –, Lactalis cherchait un outil ces ingrédients étant susceptibles d'être contaminés.
qui le propulse sur le marché mondial de la poudre Le rapport de l’Afssa souligne aussi le « risque certain
de lait. L’incident sanitaire l’oblige à rapatrier en de recontamination du produit du fait de l’ouverture
France ses produits dispersés dans quarante pays. Des des contenants et du système de production (bac de
scientifiques de l’institut Pasteur et de Santé publique réception et de mélange) ». « Cette contamination
environnementale doit être considérée de manière
globale : contamination de l’air dans une ambiance
asséchée, personnel, présence de vecteurs animaux
indésirables (rongeurs, insectes, etc.) », précise encore
l’agence.

2/5
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

« Nous n'avons pas accepté que M. Besnier produire 45 000 tonnes par an au lieu de 15 000, et
s’estime au-dessus des lois » permettre ainsi à sa filiale Celia de se hisser du 10e au
Diverses recommandations techniques en découlent, 5e rang mondial de la nutrition infantile.
en particulier sur les contrôles. Dès 2005, l'Institut
de veille sanitaire estimait important de renforcer
l'autocontrôle en doublant le nombre d’échantillons
tests. L'Afssa recommande de multiplier les
prélèvements environnementaux « en complément
des prélèvements de produits en cours ou en fin
de production ». Le responsable scientifique du
groupe Lactalis, Jean-Luc Arrouy, est auditionné. Le site de Craon à l'origine de la contamination des laits maternisés de Lactalis. © DR
Les exploitants étaient incités à mettre en œuvre les Mais ces travaux posent de nombreux problèmes. Le
recommandations de l’Afssa. L’enquête judiciaire dira commissaire chargé de l’enquête publique, Francis
si Lactalis s’est exécuté. Malle, juge que l’étude des dangers par Lactalis
Mais l’objectif de Lactalis est surtout d’augmenter la s’avère insuffisante, et « n’identifie pas les scénarios
production. Et vite. Tellement que l’agrandissement d’accidents ». Il relève aussi deux déversements
de l’usine de Craon devient prioritaire. Ainsi, la intempestifs par la laiterie dans la rivière voisine,
construction d’une station d’épuration et d’une l’Oudon, entre mai et juillet 2012. D’abord, « une
seconde tour de séchage haute de 42 mètres sur le fuite d’ammoniac s’est produite le 14 mai 2012 dans
site sont lancés en 2012, avant même la remise du un élément du circuit de refroidissement de l’eau ».
rapport d’enquête publique. « Nous devons faire vite, Les eaux polluées sont vidangées dans un bassin de
se justifie le directeur de la laiterie, Éric Dussous, à stockage… relié à la rivière. « La quantité d’eau
Ouest-France. Notre progression en nutrition infantile ammoniaquée déversée dans l’Oudon fut estimée par
est telle que notre équipement a atteint ses limites. La l’entreprise à 30 mètres cubes et entraîna une forte
nouvelle tour de séchage nous permettra d'augmenter mortalité des poissons (près de quatre tonnes de gros
la production et de nous imposer rapidement sur poissons récupérés) », relève le commissaire. Moins
le marché mondial. Notamment en Chine qui a des grave, un second incident provoque deux mois plus
besoins supérieurs à ce qu'elle fabrique. » tard le déversement de 70 000 litres d’un mélange
La tour de séchage de lait incarne le rêve industriel d’eau de vache et de lait dans la rivière.
de toute la filière. Outre Lactalis, une dizaine Questionné sur « le commencement des travaux avant
d’industriels ont investi massivement dans ce type la fin de l’enquête publique », Lactalis soutient
d’équipement, ces cinq dernières années, galvanisés qu’il a agi « pour des raisons de compétitivité
par la fin des quotas laitiers qui encadraient les droits économique » et « pour garantir le développement
à produire. du site sur le marché international »… Pour le
Lactalis annonce que la nouvelle tour va lui permettre commissaire enquêteur, « le comportement de Celia
de sécher 6 tonnes supplémentaires à l’heure, contre place les autorités administratives devant le fait
3 tonnes à l’heure pour la tour existante, et à terme de accompli ». « Je constate qu’en enfreignant la
loi, l’entreprise a agi avec beaucoup de légèreté
en prenant non seulement pour elle-même, mais
encore pour les architectes, les entrepreneurs et
autres responsables de l’exécution, le risque d’une
condamnation pénale. Cette infraction est en effet
réprimée par les dispositions de l’article L. 480-4 du

3/5
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

code de l’urbanisme. Au surplus, ce comportement de l’institut Pasteur, questionné par la Revue de


laisse à penser au public qu’une grande entreprise l’industrie agroalimentaire (RIA) : « Tout semble
peut s’affranchir de la loi. » Une plainte est d’ailleurs concorder pour dire que la souche de salmonelle
déposée par France nature environnement (FNE) Agona de 2017 dériverait de celle de 2005. » Selon
en juin 2012. Au terme de l’enquête publique, le Lactalis, « une contamination dispersée se serait
commissaire émet un avis défavorable à la demande installée dans l’usine suite à des travaux réalisés
d’exploiter une installation classée présentée par au premier semestre 2017 ». La bactérie aurait pu
Lactalis. Mais le préfet passe outre et autorise se maintenir dans l’environnement et se trouver à
l’installation, en janvier 2013. nouveau dispersée à cause des travaux. En décembre,
Cependant la procédure engagée par les organisations Lactalis a confirmé les travaux engagés sur la tour de
environnementales suit son cours et, en juin 2016, le séchage n° 1 de l’usine au printemps, ainsi qu’un arrêt
tribunal administratif de Nantes condamne le géant technique du 1er au 6 mai, émettant l’hypothèse d’une
du lait et annule l’autorisation préfectorale d’exploiter corrélation.
le site de Craon. Les juges évoquent le démarrage Aujourd’hui, les distributeurs sont à leur tour
prématuré de la construction et l’insuffisance de interrogés car le rappel n’a pas été mis en
l’étude d’impact. « Nous avons gagné sur l’illégalité œuvre complètement. La Direction générale de la
de la construction et la pollution, explique Jean- concurrence, de la consommation et de la répression
Christophe Gavallet, de FNE. Nous n’avons pas des fraudes (DGCCRF) a réalisé 2 500 contrôles qui
contesté l’opportunité de l’installation, mais nous ont fait apparaître que les enseignes Leclerc, Auchan,
n'avons pas accepté que M. Besnier s’estime au-dessus Carrefour, Système U et Cora avaient continué de
des lois. » vendre les produits rappelés – près de 2 000 –
Cette décision contraint Lactalis à déposer une sur 91 points de vente et 30 supermarchés. Michel-
nouvelle demande d’autorisation et à compléter son Édouard Leclerc dit avoir été alerté par le témoignage
dossier. En octobre 2016, la préfecture accorde d'une cliente dans la Voix du Nord. « L’information
la poursuite de l’activité dans l’attente de la sanitaire de retrait nous est bien parvenue, a-t-il
régularisation de l’exploitant du site, par la mise en expliqué. Les données qui nous parviennent sur les
œuvre d’une série de « mesures conservatoires » et lots incriminés sont répertoriés par des codes-barres.
le rappel des règles de ce type d’installations classées Cela requiert un travail méticuleux de repérage en
dans la gestion des risques. Ce document, axé sur magasin. Mais la gestion humaine n’a pas suivi. C’est
les mesures environnementales, évoque toutefois « la très rare qu’un magasin reçoive trois ou quatre mails
prévention de la légionellose » et le nettoyage des de rappel de produits surtout en période de Noël. Il y a
tours de séchage – à l’eau sous pression au moins une eu une sursaturation d’informations, un problème de
fois par mois. Mais il est silencieux sur les risques tri et d’interprétation. »
sanitaires liés à la contamination de 2005 et sur les L’ONG Foodwatch a dénoncé « l'impunité » dont
recommandations de l’Afssa en 2008. jouissent les distributeurs, alors qu'ils doivent eux
Or selon les premières études, la contamination aussi « s’assurer que les produits alimentaires
récente aux salmonelles est à rapprocher du précédent qu’ils commercialisent ne mettent pas la santé des
de 2005. C’est l’hypothèse avancée par un chercheur consommateurs en péril ».

4/5
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
5

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Directeur éditorial : François Bonnet Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, Thierry Wilhelm. Actionnaires peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
directs et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Marie-Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Société des Amis de Mediapart. Paris.

5/5