Vous êtes sur la page 1sur 15

Revue de l'histoire des religions

L'expression du serment dans la Grèce ancienne


E. Benveniste

Citer ce document / Cite this document :

Benveniste E. L'expression du serment dans la Grèce ancienne. In: Revue de l'histoire des religions, tome 134, n°1-3,
1947. pp. 81-94.

doi : 10.3406/rhr.1947.5601

http://www.persee.fr/doc/rhr_0035-1423_1947_num_134_1_5601

Document généré le 19/10/2015


L'expression du serment

dans la Grèce ancienne

C'est un fait singulier qu'il n'y ait pas en indo-européen


d'expression unique pour « jurer » et « serment », alors que
l'usage du serment est mentionné dès les premiers monuments
littéraires. A une pratique aussi ancienne et constante on peut
s'étonner que ne réponde pas de terme consacré dans ce
vocabulaire religieux qui nous est attesté par tant de communes
survivances. En fait chaque langue use d'une expression
différente1 ; même deux langues aussi voisines que le latin et
l'osque divergent, l'osque employant deiua-, le latin, iurare. Et
quand on a établi que « jurer » se disait en hittite lingâi-, il a
fallu ajouter un verbe nouveau à une liste qui comprenait déjà
autant de termes qu'il y a de langues.
Mais ce désaccord même est instructif, plus peut-être que ne
le serait une dénomination unique. Il enseigne la diversité des
représentations auxquelles donnait lieu un phénomène dont
nous sommes plus enclins à dégager la signification constante
qu'à décrire les formes spécifiques. Ici peuvent se confronter
utilement les vues du théoricien moderne qui ramène des
manifestations distinctes à une structure d'ensemble, et les
conceptions toujours particulières inhérentes aux expressions
de chaque langue. Il y a à cette diversité une raison générale.
C'est qu'en dépit des apparences, le serment n'est pas une
institution définie par sa fin et son efficacité propres. C'est
une modalité particulière d'assertion, qui appuie, garantit,

1) On trouvera une revue des principales expressions chez Schrader-Nehring


Reallex., s. v. Eid. 4
82 REVUE DE L'HISTOIRE DES RELIGIONS

démontre, mais ne fonde rien. Individuel ou collectif, le


serment n'est que par ce qu'il renforce et solennise : pacte,
engagement, déclaration. Il prépare ou termine un acte de parole
qui seul possède un contenu signifiant, mais il n'énonce rien
par lui-même. C'est en vérité un rite oral, souvent complété par
un rite manuel de forme d'ailleurs variable. Sa fonction
consiste non dans l'affirmation qu'il produit, mais dans la
relation qu'il institue entre la parole prononcée et la puissance
invoquée, entre la personne du jurant et le domaine du sacré.
Quelle est cette relation et comment doit-elle s'interpréter ?
On ne peut l'inférer que d'une analyse comparée des
expressions et des usages. Ici les témoignages linguistiques, positifs
ou négatifs, prennent leur valeur.
La situation en iranien peut servir d'exemple. On serait en
peine de trouver en iranien ancien un mot propre pour «
serment ». Un terme'tel qu'avest. âstuiti- indique plutôt le fait de
se déclarer solennellement (â-slav-) pour un dieu, de se vouer
à lui. L'absence d'un mot aussi nécessaire peut surprendre.
Mais il faut observer qu'en fait le serment est implicite dans
l'engagement mutuel que le dieu Mithra, personnifie et qui est
appelé aussi mibra ; celui qui trompe Mithra est aussi celui qui
l'histoire,"
manque au serment, miftrô. drug-. Or, au cours de
les données du problème changent complètement. A partir du
moyen-iranien il s'instaure des expressions constantes qui
subsistent désormais en persan et ont été adoptées dans tous
les parlers actuels : pers. sowgand « serment », sowgand xordan
« jurer », litt. « manger (ou boire) le sowgand ». Le terme
sowgand, dont la signification propre est abolie en persan,
s'explique par la forme av. saokdnta- « soufre ». Pour
découvrir un coupable, on lui faisait, entre autres épreuves, « boire
l'eau soufrée ». Si cette expression ne signifie plus que «prêter
serment », c'est en vertu de la liaison de fait que l'usage
établissait entre la parole jurée et un certain rite, qui est un rite
d'ordalie. Il s'agit donc du serment judiciaire. Ainsi, d'une époque
à l'autre, ou le serment n'a pas de nom spécial, ou quand
il en reçoit un, il esi déterminé parades usages particuliers.

L'EXPRESSION DU SERMENT DANS LA GRÈCE ANCIENNE 83

L'observation vaut pour l'ensemble des langues


indo-européennes et rend compte de la diversité constatée. Selon les
langues, le serment tire en général son nom soit de l'acte social
qu'il appuie (ainsi si. rota « serment » : skr. vrata- « décision »),
soit du rite qui le consacre (osque deiua- « jurer » < « prendre
les dieux à témoin »)x. Quand nous ne connaissons pas les
formalités de prestation, le nom risque de demeurer obscur : c'est
le cas en germanique où got. aips (cf. angl. oath, all. Eid)
paraît indiquer une « marche »'dont on ne peut préciser
autrement la nature. De toute manière, le moyen le plus sûr et
souvent le seul que nous ayons de définir le concept de serment
dans une langue donnée est d'examiner dans toutes les
conditions de leur emploi les termes en usage. Il suffit parfois de
menus indices pour éclairer une préhistoire que rien autrement
ne révèle. Tel est le problème qui se pose pour le grec.
L'expression grecque2, consacrée -tlès le début et
maintenue jusqu'à la fin de la tradition, est Ôpxov ôfxviSvoa. On
n'emploie le verbe ni le nom en aucune autre circonstance et
réciproquement le fait de jurer n'a pas d'autre expression. Ce
que les textes par ailleurs nous apprennent sur les pratiques de
serment ne paraît aider en rien à interpréter ces termes.
Cependant tout n'est pas aboli de leur sens premier.
Pour établir la signification propre de ôjxvuvai, on
dispose d'un rapprochement signalé depuis longtemps3, mais
dont il reste à dégager toutes les conséquences. Le radical
grec 6\i- a un correspondant exact dans le verbe védique am-
qui se rapporte aussi au serment et dont plusieurs emplois
répondent à ceux du verbe grec. Notamment celui-ci. Soma a
épousé les 23 filles de Prajâpati, mais il n'en fréquente qu'une.
Prajâpati les reprend. Soma vient les réclamer. Prajâpati lui

1) La signification de lat. iusiurandum sera examinée ailleurs.


2) Dans l'abondante littérature consacrée au sujet, le livre de R. Hirzel, Der
Eid (1902), reste le plus complet. Cf. aussi l'article de G. Glotz, Jusjurandum du
Diet, des Antiqu., et M. P. Nilsson, Gesch. der griech. Relig., I (1941), p. 128 sq. qui
cite les travaux les plus utiles, notamment ceux de P. Stengel.
3) W. Neisser, Bezz. Beitr., XXX (1906), p. 299-304. A cet article sont pris les
exemples cités, que M. L. Renou a eu l'obligeance de me confirmer.
84 REVUE DE L'HISTOIRE DES RELIGIONS

enjoint alors de s'engager par serment à les fréquenter toutes


et lui dit : « Jure..., flám amïsva ». Et Sonia jura, rlàm âmïl
(TS., II, 3, 5, 1). La^locution [•tam am-, litt. « jurer le vrai »
énonce en « complément interne » la notion appelée à garantir
le serment. Plus fréquemment, am- actif ou moyen se compose
avec le préverbe sam- (cf. crov-o^vovou) pour souligner
l'engagement mutuel qui lie les contractants. Déjà dans le Rig
Veda (VIII, 53, 8) le fidèle dit à Indra : tvam id evá lám áme
sám « je me lie à toi par serment ». En valeur réciproque :
etád dha devâ sám âmira « les dieux convinrent par serment
que... » (SB., III, 4, 2, 13); yáu samamâte « quand deux
personnes ont contracté serment » (TS., II, 2, 6, 2) ; samvatsarâya
sámamyate « on s'engage par serment pour un an » (MS., II,
1,2) ; yas samântam abhidruhyet yo vâbhidudrukset « celui qui
trompe ou veut tromper son co-jurant... » (KS., I, 127, 3).
Or comme Neisser l'a déjà indiqué, le sens de am- est
« saisir fortement ». Cela ressort de l'équivalence entre am-
et grh- dans des phrases qui se répondent : « Celui qui viole le
serment, tam varuno grhnali, Varuna le saisit » (TS., II, 2, 6, 2)
et iâm abhyàmïii varunah. On a en outre, de am- les dérivés
ama-, av. ama~ « force" d'attaque », abhyánta-* « saisi (par la
maladie) » et amïva-, av. amayâvâ- « maladie », probablement
« attaque de maladie ».
On est donc fondé, sur la base de ce rapprochement avec
des formes qui sont indo-iraniennes et non pas seulement
indiennes, à présumer que gr. ofxvúvat a signifié aussi « saisir
fortement.». Ce n'est encore qu'une induction. Pour- qu'elle
prenne consistance, il faut qu'elle s'accorde avec le sens de
ôpxoç. Mais ce sens doit être retrouvé. Ici commence le second
problème, le plus difficile.
Pour interpréter ôpxoç, nous n'avons plus le secours de
l'étymologie. Tout au plus alléguerait-on une possibilité de
comparer, en grec même, opxoç « serment » à êpxoç n. «
barrière, enceinte ». Mais ce rapprochement, que les anciens don-t
naient déjà, ne convainc guère et il semble que personne
aujourd'hui ne lui accorde crédita : l'image de la clôture, de-
L'EXPRESSION DU SERMENT DANS LA GRÈCE ANCIENNE 85

l'espace enclos, paraît étrangère aux rites et à l'idéologie du


serment primitif en Grèce, et les emplois du mot ne l'évoquent
pas non plus. Par ailleurs, on chercherait en vain un indice
du sens premier dans les formes du serment. Le mot se dit
aussi bien du serment promissoire que du serment assertoire
ou judiciaire. Il désigne indifféremment dans l'Iliade le
serment que prononcent Achéens et Troyens concluant un pacte
(Г 73, 94) et celui d'Achille jurant qu'il n'a pas porté la main
sur Briseis (T 268 sq.) ou celui d'Antiloque jurant avoir gagné
loyalement une course (T 441, 585). Il ne reste donc qu'à
interroger les emplois du mot Ôpxoç en se délivrant autant que
possible du sens que la tradition impose.
ôpxoç montre, dans des locutions homériques qui ne sont
déjà que des formules, une curieuse particularité. Il ne désigne
pas le serment comme parole, mais bien l'objet sur lequel il est
proféré. Dans le serment solennel des dieux, qui a pour garant
Veau du Styx : Хаты .... то x<xts$Ó(A£vov Sxuyoç ôStop, ôç те
цАуьатос, ôpxoç ScivÓtoctÓc те 7iéXei [лахаресточ, Ôeotat (0 36, e 285,
h. Apoll., 85) « que soit 'témoin l'eau du Styx, qui est
pour les dieux le ôpxoç le plus grand et le plus redoutable ».
De même В 755 en parlant du Titareios qui découle du Styx :
ôpxou... Seivou £тоуос uSoctoç £<ttiv атсоррсо^ et h. Dem. 259
Хаты... 8e&v ôpxoç, áfjLsřXtxTov Етиубс uSwp. Dans ces locutions,
ôpxoç est mis en apposition à иоЧор. L'eau du Styx est le ôpxoç.
Ainsi l'entend également Hésiode dans deux passages de la
Théogonie : 400 ocUtyjv [zèv yàp еб^хе Oewv [Asyav l{X[xevat 6pxov
Styx),'
« (Zeus, pour honorer l'immortelle fit d'elle le grand
ôpxoç des dieux » ; — 784-7 Zsùç Se те TIpiv е'7ге{лфе 6e&v jjtiyav
ôpxov èvetxat | nrjXóOev ev XPUCTŤ) Kpoyjx? ^oXucóvu[xov uScop j фи/póv,
б t' ex 7тетрт](; хатаХеС^ета'. 7)Хфато1о | Щгр^с, « Zeus envoie Iris
rapporter de loin le grand ôpxoç des dieux dans une aiguière
d'or : eau renommée qui ruisselle, froide, d'un rocher abrupt
et haut ».
C'est donc bien l'eau du Styx qui constitue par elle-même
le ôpxoç. Il s'agit non d'une parole ni d'un acte, mais d'une
chose, d'une matière investie de puissance maléfique et qui
86 REVUE DE L'HISTOIRE DES RELIGIONS

donne à l'engagement son pouvoir contraignant. Telle est la


représentation impliquée dans ces formules archaïques. Il ne
s'ensuit pas que ôpxoç se limite à cette désignation
particulière de l'eau du Styx. Hors du monde des dieux, nous en
trouvons une seconde figuration, matérielle aussi.' Dans le
« grand serment » ((xéyaç Ôpxoç) d'Achille au premier chant de
Г Iliade (v. 233 sq.), le héros prend à témoin son « sceptre »,
insigne d'autorité et garant des Ъеуиатгс, de Zeus, et à l'appui
de son engagement, il prononce : ó Se toi (Asyaç èaosrca Ôpxoç, ce
qui doit être entendu littéralement : « ce (sceptre) sera pour toi
le grand Ôpxoç ». Nous avons là un nouvel exemple, où Ôpxoç,
non lié à è[jt,vuvoa, révèle son sens propre. On peut déduire une
autre preuve encore, indirecte celle-ci, du rituel archaïque que
décrit Eschine (Contre Tim., 114) : Xa(3wv eiç ttjv socutou yeïpa.
та îepà xal ôfAOaaç... Comme P. Stengel Га établi1, та íepá
s'applique ici aux а-кка-у/уа., aux viscères de l'animal sacrifié. S'il
faut les « prendre en main », c'est apparemment parce que les
anká^yytx. sont le Ôpxoç. Le rite subsiste à travers les termes
renouvelés. L'eau du Styx, le sceptre du héros, les entrailles
, de la victime, autant d'objets dépositaires de cette puissance
redoutable que le serment éveille, autant de ôpxot.
L'expression Ôpxov ofjivúvai se laisse alors interpréter
entièrement.' Ramenée à son sens premier, elle signifie : saisir
fortement P« objet-sacralisant ». C'est par le rite qui
l'accompagnait que l'acte de serment a été dénommé. Il comporte en
effet le geste de saisir un objet qui devient le garant de
l'engagement. Ce geste constitue le tout du ôpxoç.
On peut mettre à l'épreuve cette traduction. Si elle est
correcte, elle doit aider à comprendre l'adjectif s7uopxoç2 qui
qualifie le parjure (d'où èmopxeov «. se parjurer ») et dont le
sens littéral, malgré des tentatives répétées, demeure obscur.
Il se trouve employé dès Homère et Hésiode et donne lieu à
deux constructions : Tune pour désigner la personne du par-

1) P. Stengel, Hermes, XLIX (1914), p. 95 ; Nilsson, op. cit., p. 130.


2) Sur la forme phonétique du composé, cf. Sommer, Griech. LauMud., p. 47 sq.
L'EXPRESSION DU SERMENT DANS LA GRÈCE ANCIENNE 87

jure (Hés., Op., 804 ; Eur., El., 1355, etc.) et que nous tenons
avec tous les interprètes pour la plus ancienne ; l'autre comme
prédicat du serment, èîciopxov ô^ocrorai (Г 279, T 260 ; Hés.,
Op., 282, etc.).
Comment la composition de ôpxoç avec stu- produit-elle le
sens de « parjure » ? La plus récente explication a été proposée
par Ed. Schwyzer1 qui, partant d'un passage d'Archiloque2 :
XᣠS'ècp' ópxíow' !(3т} то izpiv етаьрос ècov, considère sutopxoç
comme équivalant à* Sç èrà 6px<oi (Ž(3t]), ó inl ôpxcoi (рас) au
sens de « celui qui foule aux pieds le serment » (cf. хата брхьа
7ráT7)crav A 157). Mais le point faible de son argumentation,
qu'il a lui-même reconnu, reste apparent : dans егаорхос
entendu comme.» celui (qui marche) sur le serment », c'est
l'élément essentiel du composé, le terme verbal, qui
manquerait3. En outre on s'attendrait à constater la même valeur
du préverbe dans zizoyxuvca, qui devrait être synonyme de
£7«opx£tv. Ce n'est pas le cas, S7ro[xvúvat signifie seulement
« ajouter un serment (à une parole) », jamais « se parjurer ». Il
ne faut donc pas nous laisser abuser par le texte d'Archiloque ;
loin d'y trouver jme explication « étymologique » de етоорхос,
nous . y voyons seulement celle que le poète s'en forgeait,
et qui ne nous aide en rien.
Le seul moyen de rendre compte d's7Uopxoç sera de
l'analyser selon les règles valables pour les composés de la même
série. Les adjectifs formés de èm- et d'un second membre
nominal sont de type « endocentrique » et indiquent avec des
nuances diverses le sujet sur qui se porte la notion ou qui y est
exposé. Il faut bien, pour mettre ce point hors de doute,
montrer la constance de la signification dans quelques exem-

1) Schwyzer, IF., XLV (1927), p. 225 sq. discutant aussi les opinions
antérieures. — E. Hoenigswald, Sludi ilal. di filol. class., XIV (1937), p. 83 sq ne
parvient pas à rendre évidente ni nécessaire la reconstruction d'un présent *è7rtipxc«>
qu'il postule pour faire de èmopxoç un dérivé postverbal du type de TcspiSpofxoç.
2) Diehl, Anlh. Lyr., I, 235, n» 79, 12-14.
3) La formation et le sens originel de lat. periurus, perfidus, que Schwyzer
compare ici, sont tout autres : il s'agit en latin de < tromper au moyen (per) du
serment » et l'emploi de per est régulier. Si етпорхос signifiait seulement « 6 èni брхан
(рас ) », on ne comprendrait pas le choix du préverbe : èm- marque le point immobile
sur lequel l'action est fixée, non, comme on l'attendrait, le point qu'on franchit.
88 REVUE DE L'HISTOIRE DES RELIGIONS

ples tous anciens : ет-уоцлос « soumis au mariage, mariable » ;


« soumis à une 81x73, objet de contestation » ; enl-
« soumis à l'opinion, presumable » ; E7i:r-xX7)poç « à qui
'l incombe l'héritage, (fille), héritière » ; етгС-цауос « exposé à
l'attaque » ; £7rC-vo(xoç « à qui revient le droit de pâture » ; ini-

(' ~ ~ . ч pénible
voctoç « sujet
» ; гт-вгцьос
à la maladie
« sur lequel
» ; è7r£-7rovoç
se trouve« soumis
une marque
à la peine,
», etc.

En conséquence, ети-орхос ne peut signifier autre chose que


« soumis au Ôpxoç, sur qui se trouve le Ôpxoç и1.
Entre le sens étymologique ainsi obtenu et le sens lexical
*
constant de « parjure » s'ouvre une différence qui délimite
rigoureusement le problème. Comment le « parjure » est-il
dénommé « celui qui est exposé au ôpxoç » ? De toute évidence
il faut que Ôpxoç contienne l'idée du châtiment qui menace un
manquement à la parole donnée. Or on a vu que ôpxoç désigne
• l'objet qui tient en sa puissance le jurant. C'est ce que
,

l'emploi même de Ôpxoç vient de nous enseigner.


_ La démonstration se complète d'un autre témoignage
encore. En réalité èmopxoç ne recouvre sa pleine signification
que dans une locution à laquelle il doit sa force et dont l'usage
s'est effacé de bonne heure. On la trouve dans un passage de
V Iliade (T 188) qui est aussi le seul exemple homérique de
èmopxeïv. Agamemnon se déclare prêt à jurer qu'il rendra
Brisëis à Achille : таита S'èywv è6éX<o ô[jtocrai, xéXetou Se jxt
0u[xoç j oùS' £7порхУ]<тсо ттрос Saipiovoç « ce serment-là, je suis
prêt à le jurer, — mon cœur lui-même m'y invite — et je ne
serai pas parjure en invoquant le nom d'un dieu » (Mazon).
^ Mais (е7п,орх7)<т<о ) тсрос Saijxovoç ne saurait signifier « (se
.

jurer) en invoquant le nom d'un dieu », car тсрос avec le


génitif marque toujours et seulement le point d'origine, selon
u, une règle constante ; par exemple : Tipjv тгрос Zvjvoç I/ovtsç
« possédant les honneurs (qui leur viennent) de Zeus » (X 302).
fc».
1) C'est, semble-t-il, la seule interprétation possible et Hirzel, Der Eid, p. 151 sq.,
l'avait envisagée, mais voulant à toute force assimiler opxoç à lat. Orcus, il n'a
abouti à rien de valable. — L'objection de Sclrwyzer que етеСорхос deviendrait
alors synonyme de ëvop-xoç est déjà réfutée par Hirzel, p. 157, n. 1 : il est évident .
que ëvopxoç a été créé à une époque où ôpxoç ne signifiait plus que « serment ».
L'EXPRESSION DU SERMENT DANS LA GRÈCE ANCIENNE 89

Pour entendre correctement êmopxetv izpbç Souf/ovoç, il sera


plus commode de le transposer en l'expression nominale d'où
il est sorti, sTiiopxoç upoç Satfiovoç. Celle-ci s'explique aussitôt
comme parallèle à des locutions connues, du type* de ImçOovoç
7rpoç Ge&v, Tcpbç ávOpcímoov, litt. « qui attire sur soi la colère
(de la part) des dieux, des hommes » (Hdt., IV, 205 ; VII, 139).
De même S7tiopxoç rcpoç Satfxovoç signifiera « qui attire le Ôpxoç
(de la part) d'un dieu ». C'est là ce que veut dire
Agamemnon dans les vers cités : « Je n'attirerai pas sur moi le ôpxoç
d'un dieu. »
On aboutit donc à considérer è:uopxoç comme une
réduction de sTCÊopxoç 7rpoç Sar'piovoç (ou Osuv, 0sou). Dans ce contexte,
le етаорхос, le « parjure » est bien celui qui provoque le
opxoç d'un dieu et ce ôpxoç à son tour se définit comme une
puissance de châtiment mise en branle par un dieu contre le
parjure. Ce n'est donc pas la transgression comme telle que le
mot désigne, mais la conséquence de cette transgression et la
punition qu'elle appelle. En somme, èniopxoc ô[j.oaat. est
proprement» jurer de telle sorte qu'on attire sur soi le Ôpxoç
divin ».
'

Cette conception du opxoç comme pouvoir vengeur du


parjure, si loin qu'elle paraisse s'écarter du sens traditionnel,
est bien néanmoins celle qui anime l'image du Horkos
personnifié. Hésiode range "Opxoç parmi les sinistres enfants de' la
Nuit, avec les Moires, les Keres et les autres puissances
funestes : « Horkos, le pire des fléaux pour tout homme
terrestre qui aura sciemment violé son serment », "Opxov 0'ôç Sy;
£7U5(0OVtOUÇ áv0pá)7rOUC | 7CY][i.0ÚVSl, QTS XSV XIÇ EX00V ibuopXOV
ry; (Theog. 231) ; « Horkos qui court après les sentences
faussées » aùrixa... rpé^si. "Opxoç á[xa ахоХ^сн Sixyjcnv (Op., 219).
L'imagination mythique ne fait qu'amplifier l'image latente
dans l'expression : Зрхсс est une puissance divine et autonome
dont la seule fonction est de châtier toute atteinte au serment,
et celui qui manque au serment est désormais « voué au
horkos » : il devient Irciopxoç.
Par le détour de cette analyse, nous nous trouvons ramenés
90 REVUE DE L'HISTOIRE DES RELIGIONS

à la même conclusion que nous suggérait déjà l'emploi du mot


et qui maintenant se précise : Ôpxoç désigne à la fois une
puissance vengeresse du parjure et l'objet matériel qu'elle investit.
Cet objet, que le jurant saisit en prononçant l'engagement, lui
communique sa vertu sacralisante et le voue au pire destin en
cas de « parjure ». Sous une forme particulière on retrouve
ici cette idée d'une « malédiction » implicite dans le serment
que traduisent en d'autres langues diverses expressions : lat.
sacramentum (d'où notre serment) ; skr. sapaiha- « exécration ;
serment » de sap- « maudire ; jurer » ; v.-sl. kleli sq « jurer »
et v. pruss. klantit « maudire ». Pour que le serment prenne
effet, le jurant doit « saisir » le ôpxoç ; tel est, on l'a vu, le
sens de opovou. Partout et toujours, comme l'a observé
M. Bickermann1, le trait essentiel de la phénoménologie du
serment est de mettre l'affirmation en contact avec la
Substance sacrée.

L'appellation du serment en grec livre ainsi témoignage du


principal des rites qui le sacralisaient. Les autres rites
mentionnés par les anciens à propos du sacrifice qui
accompagnait le serment n'appellent pas ici d'observation particulière ;
ils portent en eux-mêmes leur sens. Mais nous ne connaissons
pas encore tous ces rites. Les cérémonies sacramentaires
avaient en Grèce, d'une région à l'autre, la même diversité
qui caractérise les opérations du culte ou les traditions
mythologiques. Il arrive qu'un texte nouveau nous révèle
des pratiques propres à une localité ou à une circonstance.
Tel est le serment militaire que nous a restitué une stèle
d'Acharnés découverte et publiée par M. Louis Robert2. Cet
important docurAent gravé par Dion d'Acharnés vers le
milieu du ive s. se donne comme le texte du serment prêté

1J Rev. et. juives, XCIX, 1935, p. 104.


2) L. Robert, Études épigraphiques et philologiques, 1938, p. 307 sq. De menues
corrections ont été apportées à la lecture par D. W. Prakken, Amer. Journ. of
Phil., 1940,'p. 62 sq. et G. Daux, Rev. ArchéoL, 1941, I, p. 176 sq.
L'EXPRESSION DU SERMENT DANS LA GRÈCE ANCIENNE 91

par les Athéniens avant la bataille de Platées. M. Robert a


montré qu'il était postérieur à l'événement ; c'est en réalité
une compositiontapocryphe, mais ancienne et dont quelques
parties ont été citées par Lycurgue et Diodore.
Le début de l'inscription indique que ce serment a été
prononcé par les Athéniens au moment d'aller combattre les
barbares : Ôpxoç ov wu,ocrav 'Afirpcnoi бте ^(jlsXXov [мкугадси
7rpoç той? fJapQápouc. Ils jurent — cette portion, de moindre
intérêt ici, ne sera pas reproduite — de combattre /mssi
longtemps qu'ils vivront, de préférer la liberté à la vie, de ne
pas abandonner leurs chefs, de ne pas quitter sans eux leur
poste, d'obéir aux ordres, d'enterrer leurs compagnons tués et
d'observer certaines règles à l'égard des habitants des villes
(11. 23-39). . ,
.

- Puis vient la série des imprécations en cas de transgression


du serment. Le jurant appelle sur sa ville toutes les calamités :
maladies, destruction, naissance de monstres chez les hommes
et chez les animaux : et (xèv ejxTteSopxofoqv та èv тьн ôpxtot -уеура(л-
[xéva, rj tcoXiç •/) '(лт; avoaoç etv), et Se (XT), vogtoÍy)* xal -кокьс, r{ 'fjt/j
á7róp07jTOC etvj, et Se |xtj, uopôotTO" xal cpépot т; '(л.т), et Se \xrh
афорос г£т)" xal yuvatxeç tixtoisv eotxoTa Yoveucrtv, et Se (хт], терата*
xal |ЗоагхУ)|Аата rtXTOt èoixora Po<rx^(j.acrt, et Se [xyj, терата.
La formulation explicite des maux, à laquelle on trouve des
parallèles dans le serment amphictionique (cf. Eschine, Contre
Clés., 111) et dans des serments crétois (Dreros, Itanos, Hie-
rapytna)1, accuse un modèleindubitablement ancien.
La dernière partie du texte décrit les rites que les
Athéniens accomplissent en prononçant l'engagement. Таита
ô[xocravTeç xaTaxaXt^avTeç та стфауьа Tatç aaizícw utco сгаХтпууос
àpàv è7ronf)(TavTO et Tt t<ov o(i.(0(jto{xévcov Tcapa^atvotev xal (XT} l(X7ce-
Sopxotev та ev twi Ôpxcot yefpot.]i[ièv(x. aÙTOÎç ayoç eîvat Totç ofzocraertv
(11. 46-51). « Ayant prononcé ce serment, recouvrant avec leurs
boucliers les victimes aux accents de la trompette, ils ont
appelé par imprécation le sacrilège sur eux s'ils transgressaient

1) Cf. L. Robert, op. cil., p. 313, n. 3:


92 REVUE DE L'HISTOIRE DES RELIGIONS

l'une des dispositions jurées et ne restaient pas fidèles aux


clauses du serment. »
II est curieux qu'aucun des anciens qui, tomme Lycurgue
ou Diodore, ont cité ou paraphrasé une grande partie de ce
serment, n'en reproduise les lignes finales. Déjà l'emploi du
vieux mot ayoç signale l'archaïsme de ces formules. Mais le
plus notable est le rite singulier. qui conclut la cérémonie ;
костахосХофо^тес та агфауьа таьс àarciaiv \mb ааТаиууос. On peut
supposer avec M. Robert que l'intervention de la
trompette dans le culte s'expliquerait par le caractère militaire du
serment1. Mais le fait nouveau est ce rite de recouvrir des
boucliers les victimes offertes. Un trait pareil n'est ni dépourvu
de sens ni inventé. Que signifîe-t-il ?
A défaut de parallèle connu, la nature et la place'de ce
rite permettent peut-être de l'inférer selon la logique des actes
imprécatoires. On sait par de nombreux exemples dans les
civilisations les plus diverses que les opérations symboliques
effectuées en manière d'imprécation lors du serment anticipent
et garantissent magiquement le sort qui est promis au parjure.
Ainsi le vin versé, dans le pacte homérique entre Achéens et
Xroyens, ou les figurines de cire jetées au feu, dans le serment
de Gyrène, tandis jjue les contractants prononcent : « Si >je
manque au serment, que pareillement ma cervelle coule (ou :
que je fonde) ». Le rite d'Acharnés doit vraisemblablement se
comprendre de même. Dans un serment prêté par des soldats
sur le point d'aller à la bataille et dont le premier engagement
est de combattre aussi longtemps qu'ils vivront ([ла^ро^ои étoç
av Çw), si les jurants recouvrent de leurs boucliers les victimes
garantes de la parole, c'est que le châtiment du parjure, donc
d'abord du soldat qui désertait le combat, était d'être
recouvert par les boucliers de ses compagnons. Il n'est pas
téméraire d'en conclure que, dans, les usages guerriers d'une très

1) II n'y a pour l'instant rien à tirer d'une mention obscure de la trompette dans
un fragment très mutilé de Gortyne relatif à des purifications : .... vTa uXàv pu]
aaXmv8s[v xal (х]т) év xai F (M. Guarduccî, Epigraphica, IV, 1942, p. 177 sq. ;
cf. Robert, REG., 1946-1947, p. 346). '
L'EXPRESSION DU SERMENT DANS LA GRÈCE ANCIENNE 93

ancienne Grèce, en Attique au moins, le soldat lâche ou fuyard


était mis à mort enseveli sous les boucliers.
A l'appui de cette interprétation, que le lexte paraît,
imposer, on ne saurait citer aucun témoignage grec. Mais elle
évoque aussitôt un épisode célèbre des origines romaines : la
mort de Tarpeia qui, après avoir traîtreusement ouvert aux
Sabins l'accès de la citadelle, périt sous les boucliers que les
Sabins jetèrent sur elle en guise de récompense (Liv., I, 11).
Relisons le récit de l'historien : « Une fois entrés, les Sabins
l'écrasèrent sous leurs armes (obrutam armis necavere), soit
pour qu'on crût que la citadelle avait été prise de vive force,
soit pour faire connaître par un exemple que les traîtres ne
pouvaient compter sur la parole donnée. La tradition ajoute
que généralement les Sabins portaient au bras gauche des
bracelets de grand poids et des bagues ornées de pierreries de
grand éclat. Tarpeia avait stipulé comme prix « ce qu'ils
portaient au bras gauche » ; aussi avaient-ils jeté en tas sur
elle leurs boucliers au lieu des récompenses d'or (eo sdula illi
pro aureis donis congesta). »
Dans cette motivation incertaine on peut, démêler deux
données distinctes. L'une est le thème iolklorique, attesté
largement et souvent étudié1, de la jeune fille tuée sous le
poids de l'or qui récompense sa trahison. Mais l'autre pourrait
être une coutume authentique des guerriers sabins. Ils
auraient payé la trahison, même q[uand ils en profitaient, du
châtiment qu'ils réservaient au soldat parjure : ils
l'ensevelissaient sous leurs boucliers accumulés. Ce trait a toute chance
de refléter une coutume archaïque, car c'est bien de la même
manière que périt l'héroïne dans la plupart des variantes du
« thème de Tarpeia » : que ce soit sous l'or, sous les pierreries
ou sous les fleurs, la jeune fille meurt toujours ensevelie et
étouffée. Et si l'on cherche l'origine de ce châtiment, on la
trouvera sans doute dans une forme particulière de lapidation,
sanction constante de la trahison.

1) Cf. en dernier Heu G. Dumézil, Tarpeia/ 1947, p. 279 sq.


94 REVUE DE L'HISTOIRE DES RELIGIONS

. Le rite du serment d'Acharnés et la légende de Tarpeia


semblent donc attester en survivances indépendantes une
coutume propre aux guerriers. Si d'autres parallèles venaient
à être signalés, on aurait peut-être le moyen de la localiser
et de mieux l'éclairer. Il n'est pas douteux en tout cas que le
texte d'Acharnés nous révèle un nouvel exemple de ces
opérations magiques, qui devaient faire paraître aux yeux, tout en
le mobilisant, le pouvoir terrible de l'engagement prononcé.
E. Benveniste.