Vous êtes sur la page 1sur 69

WALTARIUS

GAUTIER D’AQUITAINE
TEXTE LATIN DU Xe SIÈCLE
Revu, traduit et annoté par ADRIEN VENDEL
Membre correspondant.

QUELQUES MOTS SUR LE POEME ET SON


AUTEUR.

Fauriel, au premier volume de son Histoire de la


Poésie provençale, a revendiqué, pour la France
du Midi, le poème latin qui chante Walther
d'Aquitaine. Mais M. Geyder n'a pas eu de peine à
réfuter ses assertions mal établies. Il nous suffira
de constater que le principal argument de Fauriel,
celui auquel il revient à trois reprises, repose sur
une erreur de traduction des mots celtica lingua,
sur un contresens si flagrant qu'on pourrait le
croire prémédité pour les besoins de la cause.
Et, il y a quelques années (19 septembre 1890),
un érudit bordelais, associé-correspondant de la
Société des Antiquaires de France, a présenté à
l'Académie des Inscriptions un mémoire dans
lequel il affirme que le manuscrit parisien du
Waltarius provient de l'abbaye de Fleury (Saint-
Benoît-sur-Loire), dont un moine, Géraud, serait
l'auteur du poème. C'est dans un sentiment
patriotique et, par haine pour les Francs et les
Germains, que ce moine aquitain aurait célébré les
exploits d'un prince aquitain.
N'ayant pu vérifier les assertions de M. G.-B., à
qui j'ai vainement demandé communication des
preuves qu'il devait avoir, je lui objecterai
seulement que le patriotisme aquitain ne peut être
intéressé aux exploits d'un prince... Visigoth. Car,
au temps d'Attila, époque où se place l'action du
poème, les Visigoths tenaient l'Aquitaine et
l'Espagne, et le fils du roi Alpher, — si ce roi était
un personnage historique, eût été un Visigoth de
sang germain et non gallo-aquitain.
L'épopée incontestablement germanique des
Nibelungen, où figurent deux des principaux
personnages du Waltarius, Hagen et Gunther
(sans compter Attila), ne fait même mention que
d'un Walther d'Espagne, soit à l'avant-dernière
strophe de l'Aventure XXVIII, soit à la strophe
2344 (Aventure XXXIX), où un vieux guerrier, se
querellant avec Hagen, lui reproche son attitude
passive dans le combat où le héros qui nous
occupe extermina ses agresseurs Francs :
Des antwurte Hildebrant : « Zwiu verwizet ir
mir daz? nu wer was der ufme schilde vor dem
Waskensten saz do im con Spanje Walther so viel
der friunde sluoc? »
Hildebrandt répondit: « Comment me
reprochez-vous cela?
Qui était donc celui qui resta assis sur son
bouclier devant le Wasgenstein,
Pendant que Walther d'Espagne lui tuait tant de
ses amis? »
Le Nibelungenlied nous emporte un peu loin de
l'abbaye de Fleury. Et il faut espérer que le
patriotisme d'aucun érudit espagnol ne va
s'émouvoir et revendiquer pour l'Espagne le
poème qui chante Walther.
— Parlons sérieusement. Depuis sa découverte
ou du moins sa première édition par le professeur
Fischer, de Halle (1780), le Waltarius a été
généralement considéré comme l'œuvre d'un ou
de plusieurs moines allemands, lecteurs familiers
de Virgile et des poètes latins de la décadence, de
Prudence surtout. Nous verrons tout à l'heure que
cette opinion est assise sur un faisceau de preuves
solides.
Plusieurs commentateurs sont allés plus loin et
ne voient, dans le poème latin qui nous reste, que
l'imitation, presque la traduction d'un original
allemand perdu, peut-être un de ces vieux chants
héroïques que Charlemagne avait fait recueillir
avec un soin pieux, et que son dévot fils laissa ou
fit détruire. C'était la conviction du noble et
regretté poète Scheffel, qui essaya même de nous
rendre cet original en élaguant de sa restitution
tous les traits de rhétorique latine dont les
versificateurs en froc avaient cru embellir la
vénérable légende primitive.
Qu'il ait existé, au Xe siècle encore, un
manuscrit allemand de l'histoire de Walther, rien
ne défend de le croire, mais rien ne le prouve. Au
moins n'y a-t-il guère lieu de douter que cette
histoire se soit conservée oralement jusqu'à cette
époque, soit dans les récite des veillées, soit dans
des chants populaires. Et l'on pourrait y voir le
canevas du Waltarius, dont le latin a gardé plus
d'un germanisme, et dont l'auteur avait tellement
présente à la mémoire, sinon sous les yeux, une
narration en langue vulgaire, qu'il a
maladroitement essayé d'en conserver un jeu de
mots, lequel n'a plus de sel ni même de sens en
latin (au vers 1351).
Si nous admettons cette origine, nous verrons
dans le Waltarius une de ces légendes sans
fondements historiques bien précis, où se complut
la rêverie germanique, quand prirent fin les
assauts livrés par le monde barbare au monde
romain. Dans l'âge de pacification relative qui
suivit la grande lutte, on se souvint des exploits
des aïeux, on se plut à les célébrer, à les exalter,
en mêlant les temps et les lieux, sans grand souci
de la vérité chronologique et historique. Ce que la
guerre de Troie avait été pour les Grecs, la
conquête et le dépècement de l'Empire Romain le
furent pour les Germains de toutes nations, une
source presque inépuisable de récits guerriers, de
retentissantes épopées. Mais on n'a presque rien
conservé des poèmes qui furent chantés alors
qu'une langue nationale ne s'était pas dégagée de
la diversité des dialectes.
La légende de Walther aurait donc eu cette
singulière fortune de périr sous sa forme populaire
en langue allemande, pour revivre en langue
latine sous une forme littéraire, et, selon
l'ingénieuse expression de Wilhelm Bertz, elle
ressemble, sous cette parure d'emprunt, à un
Germain du temps de la grande migration des
peuples affublé des dépouilles d'un Romain.
— Quel est l'auteur de cette transformation?
Le poème lui-même ne fournit pas d'indications
certaines sur ce point intéressant; à la fin
seulement, une comparaison avec la cigale qui n'a
pas encore pris son essor nous apprend que le
Waltarius fut composé par un jeune homme.
Suivant les historiens de la littérature allemande,
c'était un jeune moine de Saint-Gall, Ekkehard,
premier du nom, lequel devint doyen de son
couvent, conseiller d'Othon-le-Grand, et mourut
en 973.
Voici, en effet, ce qu'écrivait sur lui le principal
auteur de l'inappréciable Chronique intitulée:
Carus sancti Galli, Ekkehard IV, moine de Saint-
Gall, mort vers 1000 :
Scripsit et in scholis metrice magistro,
vacillanter quidem, quia in affectione, non in
habitu, erat puer, vitam Waltarii manu fortis,
quam Maguntiae positi, Aribono archiepiscopo
jubente, pro posse et nosse nostro correximus :
barbaries enim et idiomata ejus Teutonem adhuc
affectantem repente Latinum fieri non patiuntur.
(Casus sancti Galli, cap. 9).
Ce qui peut se traduire ainsi :
Et, à l'école, il écrivit en vers pour son
professeur, — un peu gauchement, il est vrai,
étant encore, non d'extérieur mais d'âme, un
enfant, — la vie de Walther à la main vaillante.
Moi, dans mon séjour à Mayence, sur l'ordre de
l'archevêque Aribon, j'ai corrigé son travail selon
mes moyens et mon savoir ; car, à raison de son
origine barbare (non latine) et de sa langue
particulière, l'homme qui a encore l'âme d'un
Allemand ne se laisse pas tout à coup transformer
en Latin.
Ainsi, c'est dans sa jeunesse d'écolier (vers
930), que le premier des Ekkehard aurait composé
le Waltarius, revu et corrigé par le quatrième
Ekkehard entre 1021 et 1031, dans les années où
se place l'épiscopat d'Aribon à Mayence.
Ce fut bien l'opinion généralement admise tant
qu'on ne connut pas le prologue dédicatoire que
donnent trois manuscrits seulement, ceux de Paris,
de Bruxelles et de Trêves. Dans cette Poesis de
Gualtario, un certain Geraldus, s'adressant à un
évêque du nom d'Erchambold, lui dit en lui offrant
le Waltarius :
Prœsul sancte Dei, nunc
accipe munera servi
Quia tibi decrevit de
larga promere cura
Peccator fragilis
Geraldus nomine vilis.
Saint évêque de Dieu,
acceptez ce présent d'un serviteur,
Présent qu'a décidé de
vous offrir sans ménager sa peine
Le fragile pécheur
Gérald, de nom très humble.
En lisant cela, qui ne serait porté à voir dans ce
donateur l'auteur même de l'œuvre qu'il présente?
Pourtant, un peu de réflexion met, croyons-nous,
cette conclusion à néant.
Tout d'abord remarquons que l'intitulé du
prologue est : Poesis Geraldi de Gualtario, ce qui
est l'affirmation de la paternité de Gérald pour
cette pièce de vers, mais pour elle seulement : car
le poème proprement dit, qui porte différents
titres, soit, dans le manuscrit de Paris: Versus de
Waltario, soit, dans celui de Trêves : Liber Waltarii,
soit enfin, dans celui de Karlsruhe (ou de
Hirschau): Hystoria Waltarii regis, — reste
anonyme et n'est revendiqué par personne.
Puis, il est évident que ces vingt-deux vers
léonins, alambiqués, pénibles, obscurs, ne sont
pas de la même main que les vers du poème,
faciles, coulant d'abondance, très souvent
élégants, souvent aussi d'une latinité médiocre,
mais non compassée, encore vivante aujourd'hui.
Celui qui martela le prologue n'a certes pas chanté
le Waltarius.
Et enfin, pourquoi y voir, dans ce prologue,
autre chose que ce qu'il contient réellement, à
savoir la présentation d'un manuscrit que Gérald a
fait exécuter avec grand soin, de larga promere
cura, d'un libellus qui charmera les loisirs d'un
prélat ami des lettres.
L'évoque Erchambold occupa le siège de
Strasbourg de 905 à 991. Gérald, moine et
écolâtre à Saint-Gall durant toute sa vie (a
subdiaconatus sui principio... ab adolescentia
usque ad senilem vitae finem semper scholarum
magister), Gérald lui mourut entre 970 et 975
dans un âge très avancé, longo senio fessus, était
donc bien vieux quand il offrit à l'évêque l’Histoire
de Walther. S'il l'eut présentée comme son œuvre,
il aurait eu mauvaise grâce à se comparer (aux
vers 1453-1454) à une jeune cigale susurrant au
bord de son nid.
Mais Gérald, dira-t-on, pouvait, dans sa
vieillesse, faire hommage, à un protecteur ou ami,
d'une œuvre de sa jeunesse.
Eh bien, non ; ce qu'il offrait, c'était l'œuvre de
jeunesse d'un de ses anciens élèves, un de ceux à
qui il faisait la classe quand il était sous-diacre, un
élève presque aussi âgé que son professeur,
Ekkehard premier du nom.
Rappelons-nous le scripsit et in scholis metrica
magistro... vitam Waltarii.., que nous avons cité
plus haut. Et comment faut-il entendre que
l'écolier Ekkehard avait versifié pour son maître
l'histoire de Walther?
J'en emprunte l'explication à Scheffel.
Une histoire, d'assez longue haleine parfois,
servait de thème pour les exercices de
versification latine dans les écoles de Saint-Gall.
Chacun de ces exercices était ce qu'on appelait le
debilum diei magistro, et se composait, en
moyenne, de vingt-deux vers latins par jour, ce
qui n'est pas déjà, comme le fait remarquer
Scheffel, une mince besogne. C'est ainsi que
Notker-Labeo, ayant donné pour sujet de
vérification à ses élèves, la vie de saint Othmar, le
poème en vers léonins intitulé Rythmi de sancto
Othmaro, qui a pour auteur Ekkehard IV, porte
cette inscription : Debilum diei magistro. Or,
Notker annexa à ses propres écrits l'œuvre de son
élève, et plus tard, Ekkehard IV, reprenant son
bien dans la succession de son maître pour
l'insérer au Liber benedictionum (manuscrit 303
de la bibliothèque de Saint-Gall) mit cette note en
marge : Dictamen debitum magistro. Hoc et
cietera quœ scripsi ipse scribi jussit in cartis suis,
in quibus ea post inveniens in hac scedd pro lotis
ascripsi, ut juvenes nostros i» idipsum
adortaner. — « Composition due au maître. Cette
poésie et d'autres dont je suis l'auteur, il (Notker)
les fit transcrire dans ses propres cahiers, et moi,
les y retrouvant, je les ai recopiées ici pour exciter
l'émulation de nos jeunes gens. »
Un maître pensait donc faire honneur à ses
bons élèves en accueillant leurs compositions au
milieu de ses propres œuvres. Après tout, il leur
avait donné des indications, des conseils, il avait
dû corriger leurs fautes; il était quelque peu leur
collaborateur. Et voilà comme Gérald a pu
disposer sans façon du poème composé sous sa
direction par Ekkehard Ier et qu'il jugeait digne
d'être offert en hommage à Erchambold.
D'après les considérations que nous venons
d'exposer, nous pouvons regarder comme vaine et
téméraire la tentative d'enlever à Ekkehard Ier la
paternité du Waltarius, pour la forme poétique du
moins; car, pour le fond, il a dû suivre, et de très
près, quelque vieille légende germanique dont il a
tout au plus agencé ou modifié certains détails.
— Le poème nous est-il parvenu dans sa
rédaction première, tel que l'écrivit l'écolier de
Saint-Gall, ou bien dans le texte revu et corrigé
par Ekkehard IV pour l'archevêque Aribon? Nous
n'en savons rien et nous croyons qu'on l'ignore. Il
ne reste plus de manuscrit mayennais du
Waltarius.
Quant à sa valeur littéraire, on l'appréciera
diversement selon qu'on s'attachera plus
particulièrement à l'élément germanique ou à
l'élément latin qui, tous deux, ont concouru à sa
formation.
Considérons d'abord la rédaction latine.
Au XIe siècle, les lettres n'étaient nulle part plus
en honneur que dans les abbayes de Reichenau et
de Saint-Gall. Les annales de ce dernier
monastère nous montrent ses habitants comme
des hommes d'une piété exempte d'austérité,
cultivant toutes les connaissances qui formaient, à
cette époque en Occident, le patrimoine «le
l'esprit humain. Quiconque avait fréquenté leur
école était tenu partout pour lettré. Pour la poésie
latine, on y proposait aux élèves deux modèles
bien dissemblables, mais qu'un goût peu éclairé
associait dans la même admiration, Virgile et
Prudence. Virgile personnifiait la gloire de Rome,
qui imposait aux barbares victorieux et à leurs
éducateurs chrétiens. Et puis, ne passait-il pas
pour avoir été le prophète inspiré des temps
nouveaux? Prudence, poète lyrique d'une belle
envolée parfois, polémiste vigoureux et entraînant,
mais écrivain et versificateur souvent incorrect,
avait, pour des moines, le grand mérite d'être un
apologiste éloquent du Christianisme.
A Virgile, Ekkehard a pris quantité
d'expressions, des hémistiches, jusqu'à des vers
entiers. Prudence aussi a été mis au pillage, sa
Psychomachia surtout, poème qui célèbre les
triomphants combats des Vertus contre les Vices,
et qui a pu inspirer les descriptions si variées, si
bien ordonnées des combats de Walther contre
ses agresseurs. Mais, répétons-le, Prudence est un
modèle hasardeux, plein de mots et de tournures
barbares, enfreignant comme à plaisir les lois
classiques de la prosodie. Un tel exemple devait
pervertir et a perverti, hélas! un écolier qui avait,
pour seule tutelle, le savoir et le bon goût d'un
Geraldus.
Soyons donc indulgents pour le latin du
Waltarius, et rendons justice au poète. Son œuvre
a la plus rare des qualités, la vie; le récit ne
languit pas un instant, l'intérêt va toujours en
croissant jusqu'à la fin, et si barbares que soient
les héros mis en scène, ce sont incontestablement
de vaillants cœurs et leur histoire, une bonne et
belle époquée.
Toutefois, une grande part de ces mérites
revient au vieux barde germain dont le lied, avant
de sombrer dans l'oubli, a servi de canevas à la
versification latine d'Ekkehard. Elle est de lui, sans
doute, cette représentation fidèle des mœurs d'un
âge héroïco-barbare où la vigueur musculaire et
l'adresse sont les premières des vertus, où la
violence et la cupidité ne se déguisent pas, connue
dans les épopées des XIIIe et XIVe siècles, et dans
le Nibelungenlied lui-même, sous un vernis
chevaleresque.
Le noble poète Scheffel, qui a donné, avec M.
Holder, une précieuse édition du Waltarius, a
éloquemment loué le poème; seulement, ce qu'il
en dit doit surtout s'entendre du lied tudesque que
nous ne possédons plus.
« Le lai de Walther, dit-il, est un monument
vénérable du génie allemand, le premier grand
poème du cycle des légendes indigènes qui, en
dépit de la rouille rongeuse des siècles, soit
parvenu à la postérité. Il faut l'avouer, ce sont là
d'autres accents que ceux des petits volumes
dorés sur tranches comme en produit notre
littérature d'Epigones : l'inspiration d'une grande
époque héroïque y souffle, farouche et presque
terrifiante, comme le grondement de la tempête
dans une forêt de chênes; il n'y manque pas de
grands coups d'épée sonores faisant jaillir dos
étincelles des casques et des boucliers fendus, et
la chanson de la flûte amoureuse en est aussi
complètement bannie que les bavardages
quintessenciés sur Dieu, l'univers, ou tout autre
sujet pareil. Un combat de géants et des jovialités
énormes, l'héroïsme antique dans sa bonhomie
formidable, l'amour honnête, pieux, discret, et la
haine franche qui frappe sans ménagements, tels
furent les matériaux d'Ekkehard; voilà aussi
pourquoi son œuvre s'est trouvée saine et robuste,
et se tient, grande et imposante, à l'entrée de lu
vieille poésie allemande, comme un de ces géants
à l'armure d'airain que la statuaire des temps
modernes pose en manière de gardes à la porte
des palais. »
— « A l'entrée de la vieille poésie
allemande » — a dit Scheffel. Et cela est vrai. Les
pensées que le moine de Saint-Gall habillait de
vers latins étaient des pensées tudesques ; les
sentiments, les mœurs de ses héros sont bien
ceux des Germains de Tacite ou des Goths de
Procope et de Jornandès; et si la trame du poème
le conduit du lointain Danube au Rhin, et même à
l'incertaine frontière des Vosges, nous pouvons
être assurés qu'il ne la dépassera pas. Il ne
connaît du monde gallo-romain que les barbares
attachés à ses flancs. Cette « rauque cigale »,
ainsi qu'elle se nomme, n'est certes pas éclose
aux bords fleuris de la Loire ou de la Garonne, ni
dans la molle et mélodieuse Provence.
Cent ans plus tard, la légende est défigurée
dans la Chronique de Novalèse (Chronicon
novaliciense), où Walther devient un chevalier
accompli, d'une piété exemplaire, dompteur de
l'univers, et finissant ses jours dans un cloître. Ce
dernier trait n'est sans doute qu'une réminiscence
de la légende de Guillaume d'Orange.
Au XIIIe siècle enfin, un poème allemand de
Walther und Hiltgunt, dont on a retrouvé un
fragment, met en scène des personnages du
Nibelungenlied. Le brave Volker, avec soixante
guerriers, escorte Walther, à son retour à travers
le pays des Burgondes (la Francie du Waltharius,
et laissant de côté Metz, dont le roi Ortwin
pourrait leur chercher noise, il va remettre le fils
d'Alpher à son père, à Langres (Lengers).
*
* *
J'ai présenté le Waltarius au lecteur, et je
n'aurais plus, je crois, qu'à le lui remettre entre
les mains. Mais quoique cet avant-propos ait
dépassé de beaucoup les bornes que je lui
assignais, il me faut affleurer une question sans
grande importance, à mon avis, et qui semble en
avoir beaucoup pour les lettrés allemands,
commentateurs ou éditeurs du Waltarius.
Où faut-il chercher ce Wasgenstein, ce roc des
Vosges qui servit de retraite à Walther et vit ses
combats contre les Francs?
Grimm indiquait le Framont, entre Schirmeck et
Raon-sur-Plaine. Uhland, le marcheur infatigable,
comme il se qualifie dans une de ses poésies,
découvrit et signala, à dix-huit lieues au nord du
Framont, entre Bitche et Wissembourg, non loin
du village de Niedersteinbach, une localité du nom
de Wasenstein, qui lui sembla correspondre à la
description donnée dans le poème. Et Scheffel
accueillit cette découverte avec une sorte
d'enthousiasme.
Remarquons toutefois que Niedersteinbach est
à quatre-vingt-dix kilomètres ou vingt-deux lieues
de Worius, à vol d'oiseau. Comment faire
concorder une pareille distance, qui s'accroît des
détours des chemins, avec les appréhensions de
Walther aux vers 1142-1145 du poème? C'est le
soir, et le héros craint que les deux seuls
adversaires qui lui restent ne profitent de la nuit
pour aller à Worms chercher de l'aide, et revenir
au matin (primo mane) l'assaillir avec des forces
fraîches. Quarante-cinq à cinquante lieues à faire
en dix ou douze heures ! Même dans ces temps
légendaires, c'était trop.
Mais pour nous qui lisons le poème pour lui-
même, sans aucune préoccupation d'archéologie
nationale, ces questions de topographie
n'importent guère, et je me hâte de terminer cette
digression.
A. VENDEL.
(Décembre 1893).

LES MANUSCRITS.

Les manuscrits du Waltarius, nombreux au


moyen-âge, sont réduits actuellement au nombre
de huit.
Trois seulement font précéder le poème de la
dédicace de Gérald. Ce sont: 1° celui de Bruxelles,
à la bibliothèque de Bourgogne. Il provient du
monastère de Gemblours et fut écrit au XIe ou au
XIIe siècle. — 2° celui de Paris (Bibliothèque
Nationale), du XIe siècle. Son origine est incertaine.
Tandis que Scheffel et Holder supposent qu'il
provient du couvent d'Echternach, dans le
Luxembourg, M. Grellet-Balguerie prétend qu'il est
du Xe et non du XIe siècle; qu'il appartenait aux
Carmes de Clermont-Ferrand, et qu'il fut acheté et
emporté à Paris par Baluze en 1690. Contrôlera
ces assertions qui voudra. — 3° celui de Trêves,
du XVIe siècle, sur papier, qui appartenait aux
Jésuites. Après la suppression de leur Ordre en
1773, il fut remis à la bibliothèque de l'Université,
dont tous les livres et manuscrits revinrent, en
1799, à la bibliothèque de la ville.
Ces trois manuscrits forment un groupe à part.
Ils se distinguent de tous les autres par certaines
tournures et expressions, et M. W. Meyer (de
Spire) les tient pour les meilleurs. Scheffel et
Holder supposent qu'ils sont des reproductions de
l'exemplaire, aujourd'hui perdu, offert par Gérald
à l'évêque de Strasbourg Erchambold.
Citons ensuite : le manuscrit de Karlsruhe, du
XIIe siècle, provenant des Bénédictins de Hirschau.
Puis celui de Stuttgart, à la bibliothèque publique
de cette ville, acquis à la vente des livres du
conseiller intime von Mosheim. Ce bibliophile
l'avait communiqué au professeur Fischer, de
Halle, qui fut le premier éditeur-du Waltarius. Et
enfin, le manuscrit de Vienne, du XIIIe siècle
(Bibliothèque Impériale) qui vient du couvent de
Saint-Pierre de Salzbourg, et deux copies
incomplètes du susdit, l'une, sur deux feuilles de
parchemin, du commencement du XIIIe siècle, à la
Bibliothèque de l'Université de Leipzig, l'autre sur
papier, du XVe siècle, avec ce titre: Poesis de
herœ Waltario, à Vienne.
Scheffel et Holder croient voir, dans ces trois
manuscrits viennois, la rédaction définitive, celle
que revit Ekkehard IV.
Il reste encore des fragments d'un poème
anglo-saxon de Valdere, rimé par allitération, et
dont on fait remonter la date au IXe siècle. Ces
Fragments ont été découverts en 1869, à la
bibliothèque de Copenhague.
Neuf manuscrits latins du Waltarius, indiqués
sur d'anciens catalogues de bibliothèques, sont
aujourd'hui perdus. Ainsi le seul catalogue des
Bénédictins de Saint-Epvre de Toul, de l'an 1084,
conservé à Munich, mentionne trois exemplaires
du Waltarius, deux où le poème est transcrit seul,
et un troisième où il est réuni à des ouvrages
d’Avien, d'Esope et de Hincmar.
Ces renseignements bibliographiques sont
empruntés à l'édition du Waltarius par Joseph de
Schedel et Alfred Holder (Stuttgart, librairie
Metzler, 1874).
Pour rétablissement du texte que je donne et
que je traduis, je n'ai pas eu d'autres sources que
l'édition Scheffel-Holder, où sont rapportées les
leçons diverses de tous les manuscrits.
Dans ces leçons, j'ai suivi de préférence celles
du groupe Bruxelles-Paris-Trèves.
Les Philologische Bemerkungen (Observations
philologiques) de M. W. Meyer (de Spire) sur le
Waltarius m'ont été plusieurs fois d'un bon
secours, bien que je n'aie pas cru devoir me
ranger toujours à son opinion.
Enfin, je ne me suis permis que de très rares et
indispensables corrections, que mes notes devront
justifier, et j'ai respecté, tout en les signalant,
certaines dérogations aux règles classiques de la
prosodie.
A. V.

WALTHARIUS MANUS FORTIS


POESIS GERALDI DE
GUALTARIO.
Omnipotens genitor, summae
virtutis amator,
POÉSIE DE GÉRALD SUR LE
lure pari natusque amborum
WALTARIUS.
spiritus almus,
Personis trinus, vera deitate sed
unus,
Qui vita vivens cuncta et sine Père tout puissant, ami de la très
fine tenebis, haute vertu, et avec droits égaux,
Pontificem summum tu salva Fils, et vous, Esprit saint des deux
nunc et in aevum 5 autres, Trinité de personnes
Claro Erckambaldum fulgentem vraiment Une en divinité, ô Vous
nomine dignum, qui, étant la vie même, disposerez
Crescat ut interius sancto éternellement de toutes choses,
spiramine plenus, sauvez maintenant et à jamais le
Multis infictum quo sit grand pontife Erchambold, dont le
medicamen in aevum. nom glorieux jette tant d'éclat, et
Praesul sancte dei, nunc accipe laites que son cœur continue à
munera servi, s'emplir d'un souffle saint qui soit
Quae tibi decrevit de larga un remède à beaucoup de gens
promere cura 10 contre la corruption du siècle ! Et
Peccator fragilis Geraldus vous, saint évêque de Dieu,
nomine vilis, acceptez ce présent d'un serviteur,
Qui tibi nam certus corde estque présent qu'a décidé de vous offrir,
fidelis alumnus. sans ménager sa peine, le fragile
Quod precibus dominum iugiter pécheur Gérald, de nom très
precor omnitonantem, humble, mais ayant pour vous le
Ut nanciscaris factis, quae sur attachement d'un fidèle disciple.
promo loquelis, Ce que je demande dans mes
Det pater ex summis caelum constantes prières au Seigneur qui
terramque dispose de tout, ces vœux que
gubernans. 15 j'exprime en paroles, puissent-ils se
Serve dei summi, ne despice réaliser pour vous par la grâce du
verba libelli, Père qui, d'en haut, gouverne le ciel
Non canit alma dei, resonat sed et la terre. O serviteur du Très-
mira tyronis, Haut, ne méprisez pas ce que dit ce
Nomine Waltharius, per proelia petit livre! Il ne chante pas la gloire
multa resectus. de Dieu, mais célèbre les prouesses
Ludendum magis est dominum d'un guerrier nommé Walther,
quam sit rogitandum, mutilé par suite de nombreux
Perlectus longaevi stringit combats; c'est un livre
inampla diei. 20 d'amusement plutôt que de prières
Sis felix sanctus per tempora au Seigneur ; par sa lecture on se
plura sacerdos, reporte aux exploits des anciens
Sit tibi mente tua Geraldus carus jours. Soyez pendant de longues
adelphus. années un heureux et saint prêtre,
et pensez à Gérald comme à votre
cher frère.

****************************
*
— Je n'ose me flatter d'avoir
dissipé toutes les obscurités de ce
prologue. Mais je crois pouvoir
affirmer que son malencontreux
auteur n'a pas écrit le poème qui va
suivre.
Le traducteur.

UN POÈME LATIN DU Xe
SIÈCLE.

WALTARIUS

WALTARIUS MANU FORTIS.

LAI DE WALTHER
D'AQUITAINE.

La tierce partie du monde, frères,


est appelée Europe. Elle renferme
des nations qui durèrent de mœurs,
de langues et de noms, que
distingue leur genre de vie, que leur
religion sépare. Là réside entre
autres la gent Pannonienne, connue
chez nous sous le nom de Huns. Ce
vaillant peuple était fort par le
courage et les armes; il n'avait pas
seulement dompté les pays
circonvoisins, il avait même
parcouru les plages de l'Océan,
accordant son alliance aux
suppliants, écrasant toute
résistance; il domina, dit-on,
pendant plus de mille ans.
En ce temps-là, le roi des Huns
était Attila, impatient de renouveler
pour lui-même leurs anciens
PARS PRIMA triomphes. Levant son camp, il fit
savoir qu'on rendrait visite aux
Tertia pars orbis, fratres, Europa Francs, dont le puissant roi Gibich,
vocatur, sur son trône superbe, se
Moribus ac linguis varias et réjouissait de la naissance d'un fils.
nomine gentes Ce fils, nommé Gunther, reviendra
Distinguens, cultu, tum relligione plus loin dans mon récit.
sequestrans. La Renommée, dans son vol,
Inter quas gens Pannoniae frappe les oreilles du roi épouvanté;
residere probatur, elle lui dit qu'une armée ennemie
Quam tamen et Hunos passe le Danube, plus nombreuse
plerumque vocare que les étoiles et que les sables du
solemus. 5 fleuve. Lui, ne comptant point sur
Hic populus fortis virtute vigebat les armes ni sur la force de son
et armis, peuple, il réunit une assemblée et
Non circumpositas solum demande ce qu'il faut faire. Et l'avis
domitans regiones, de tous fut d'implorer un traité, de
Litoris oceani sed pertransiverat serrer la main que tendrait peut-
oras, être l'ennemi, de donner des otages
Foedera supplicibus donans et de payer le tribut imposé. Cela
sternensque rebelles. vaudrait mieux que de sacrifier
Ultra millenos fertur dominarier inutilement leur vie et leurs pays,
annos. 10 leurs enfants et leurs femmes.

Attila rex quodam tulit illud Il y avait alors chez les Francs un
tempore regnum, jeune homme de distinction, Hagen,
Impiger antiquos sibimet dont la race descendait des héros
renovare triumphos. de Troie. Et comme Gunther était
Qui sua castra movens mandavit encore d'un âge trop tendre pour
visere Francos, pouvoir vivre sans les soins de sa
Quorum rex Gibicho solio mère, ce fut Hagen qu'on résolut
pollebat in alto, d'envoyer comme otage,
Prole recens orta gaudens, quam accompagné d'un gros trésor. Sans
postea narro; 15 délai, des ambassadeurs emmènent
Namque marem genuit, quem le jeune homme et l'argent,
Guntharium vocitavit. arrivent, demandent la paix et
concluent l'alliance.
Fama volans pavidi regis Auquel temps le roi Herrich tenait
transverberat aures, d'une main ferme le sceptre de
Dicens hostilem cuneum transire Bourgogne. Il n'avait qu'une fille,
per Hystrum, appelée Hildegonde, éclatante de
Vincentem numero stellas atque noblesse et de beauté. Héritière du
amnis arenas. trône, elle résidait à la cour de son
Qui non confidens armis vel père, et, si le destin le voulait,
robore plebis 20 devait jouir de tant de richesses
Concilium cogit, quae sint accumulées.
facienda, requirit.
Déjà les Huns, la paix solidement
Consensere omnes foedus
conclue, suspendent leur marche
debere precari
vers le pays des Francs. Mais
Et dextras, si forte darent,
bientôt Attila tourne du coté de la
coniungere dextris
Bourgogne son coursier rapide, et le
Obsidibusque datis censum
reste s'élance sur les traces du roi.
persolvere iussum;
L'armée marchait en détachements
Hoc melius fore, quam vitam
égaux, mais en longue colonne ; la
simul ac regionem 25
terre gémissait sous le heurt des
Perdiderint natosque suos
chevaux, le cliquetis des boucliers
pariterque maritas. épouvantait les airs, une forêt de
lances étincelait au loin dans la
Nobilis hoc Hagano fuerat sub campagne ; — tel resplendit au
tempore tiro matin le beau soleil, lorsque, aux
Indolis egregiae, veniens de extrémités du monde, il lance ses
germine Troiae. premiers rayons sur les mers. Déjà
Hunc, quia Guntharius nondum la Saône et le Rhône, ces fleuves
pervenit ad aevum, profonds, sont franchis, et toute
Ut sine matre queat vitam l'armée se disperse pour butiner.
retinere tenellam, 30 D'aventure Herrich se trouvait à
Cum gaza ingenti decernunt Chalon, quand le guetteur, levant
mittere regi. les yeux, s'écria: « Quelle est cette
Nec mora, legati censum poussière qui monte en nuage
iuvenemque ferentes épais? C'est un ennemi qui vient,
Deveninnt pacemque rogant ac fermez les portes ! » Le roi savait
foedera firmant. déjà ce que les Francs avaient fait;
il réunit tous les seigneurs et leur
Tempore quo validis steterat dit : « Si une nation tant vaillante, à
Burgundia sceptris, laquelle nous ne pouvons nous
Cuius primatum Heriricus forte comparer, a plié devant les Huns,
gerebat. 35 nous croyez-vous capables d'en
Filia huic tantum fuit unica venir aux mains avec eux et de
nomine Hiltgunt, défendre notre douce patrie? Le
Nobilitate quidem pollens ac mieux est de faire un arrangement
stemmate formae. et de leur laisser prendre un tribut.
Debuit haec heres aula residere Ma fille unique, je n'hésite pas à la
paterna livrer pour le salut du pays. Allez
Atque diu congesta frui, si forte seulement et assurez la paix. »
liceret.
Les députés s'avancent,
dépouillés de toutes armes ; ils
Namque Avares firma cum
exposent le mandat dont le roi les a
Francis pace
chargés, et prient les ennemis de
peracta 40
cesser leurs ravages. Attila, le
Suspendunt a fine quidem
souverain, les accueille avec
regionis eorum,
douceur, suivant son habitude, et
Attila sed celeres mox huc
dit: « J'aime mieux traiter que de
deflectit habenas,
livrer des batailles. Ce que les Huns
Nec tardant reliqui satrapae
préfèrent, c'est de régner par la
vestigia adire.
paix, et ils ne prennent les armes
Ibant aequati numero, sed et
qu'à regret, pour frapper des
agmine longo.
rebelles. Votre roi n'a qu'à venir ici
Quadrupedum cursu tellus
donner et recevoir la paix. »
concussa gemebat, 45
Scutorum sonitu pavidus Herrich sortit de la ville,
superintonat aether. apportant d'innombrables trésors,
Ferrea silva micat totos rutilando et il conclut le traité et il laissa sa
per agros: fille en otage. Son plus beau joyau
Haud aliter primo quam pulsans prit le chemin de l'exil.
aequora mane
Pulcher in extremis renitet sol
partibus orbis.
Iamque Ararim Rodanumque
amnes transiverat
altos 50
Atque ad praedandum cuneus
dispergitur omnis.

Forte Cabillonis sedit Heriricus,


et ecce
Attollens oculos speculator
vociferatur:
«Quaenam condenso consurgit
pulvere nubes?
Vis inimica venit, portas iam
claudite cunctas!» 55
Iam tum, quid Franci fecissent,
ipse sciebat
Princeps et cunctos compellat sic
seniores:
«Si gens tam fortis, cui nos
similare nequimus,
Cessit Pannoniae, qua nos
virtute putatis
Huic conferre manum et patriam
defendere dulcem? 60
Est satius, pactum faciant
censumque capessant.
Unica nata mihi, quam tradere
pro regione
Non dubito; tantum pergant, qui
foedera firment.»

Ibant legati totis gladiis spoliati,


Hostibus insinuant, quod regis
iussio mandat, 65
Ut cessent vastare, rogant. quos
Attila ductor,
Ut solitus fuerat, blande suscepit
et inquit:
«Foedera plus cupio quam
proelia mittere vulgo.
Pace quidem Huni malunt
regnare, sed armis
Inviti feriunt, quos cernunt esse
rebelles. 70
Rex ad nos veniens dextram det
atque resumat.»
Exivit princeps asportans
innumeratos
Thesauros pactumque ferit
natamque reliquit.
Pergit in exilium pulcherrima
gemma parentum.
Postquam complevit
Cette paix conclue et ce tribut
pactum statuitque
imposé, Attila avait poussé ses
tributum, 75
armées vers l'Occident. Là, sur les
Attila in occiduas promoverat
Aquitains régnait Alpher, dont le
agmina partes.
fils, appelé Walther, brillait de tout
Namque Aquitanorum tunc
l'éclat de la jeunesse. Or, les deux
Alphere regna tenebat,
rois Herrich et Alpher, s'étaient
Quem sobolem sexus narrant
promis par serment d'unir leurs
habuisse virilis,
Nomine Waltharium, enfants lorsqu'ils seraient nubiles.
primaevo flore nitentem. En apprenant la soumission des
Nam iusiurandum Heriricus et Francs et de la Bourgogne, le prince
Alphere reges 80 des Aquitains eut le cœur secoué
Inter se dederant, pueros d'émotion. Nul espoir de secours
quod consociarent, contre ces armes terribles. «
Cum primum tempus nubendi Pourquoi hésiter, dit-il, si nous ne
venerit illis. pouvons nous lancer dans la guerre.
Hic ubi cognovit gentes has La Bourgogne, la Francie nous
esse domatas, donnent l'exemple. On ne nous
Coeperat ingenti cordis blâmera pas de nous mettre au
trepidare pavore, même niveau. J'envoie donc des
Nec iam spes fuerat saevis ambassadeurs et leur ordonne de
defendier armis. 85 conclure une alliance ; comme
«Quid cessemus», ait, «si otage, j'offre mon fils chéri, et je
bella movere nequimus? paie à l'instant le tribut qui revient
Exemplum nobis Burgundia, aux Huns. » Mais qu'ai-je à
Francia donant. m'attarder? Des actes ont complété
Non incusamur, si talibus ces paroles, et les Huns chargés de
aequiperamur. butin, emmenant en otages Hagen,
Legatos mitto foedusque la belle Hildegonde et Walther, s'en
ferire iubebo retournent le cœur joyeux.
Obsidis inque vicem dilectum
Rentré en Pannonie et reçu dans
porrigo natum 90
sa capitale, Attila témoigna de
Et iam nunc Hunis censum
grands égards aux jeunes exilés, et
persolvo futurum.»
ordonna de les élever comme ses
Sed quid plus remorer?
enfants propres. La jeune fille, il la
dictum compleverat actis.
confia aux soins de la reine; quant
Tunc Avares gazis onerati
aux adolescents, il voulait les avoir
denique multis
sans cesse sous les yeux, leur fit
Obsidibus sumptis Haganone,
donner tous les talents, et surtout
Hiltgunde puella
les façonna aux exercices que
Nec non Walthario redierunt
réclame la guerre. Croissant à la
pectore laeto. 95
fois en sagesse et en âge, ils
triomphaient des plus vaillants par
Attila Pannonias leur force, des plus subtils par leur
ingressus et urbe receptus esprit, et surpassèrent enfin en
Exulibus pueris magnam bravoure tous les Huns. Attila fit
exhibuit pietatem d'eux les premiers de son armée, et
Ac veluti proprios nutrire non à tort, car, dans toutes les
iubebat alumnos. guerres qu'il entreprit, ils se
Virginis et curam reginam signalèrent par d'éclatants
mandat habere, triomphes. Aussi les avait-il tous
Ast adolescentes propriis deux en extrême affection. La jeune
conspectibus captive aussi, Dieu aidant, trouva
ambos 100 grâce aux yeux de lu reine, et s'en
Semper adesse iubet, sed et fit chérir par sa vertu et son adresse
artibus imbuit illos à quantité d'ouvrages. Elle fut
Praesertimque iocis belli sub même préposée à la garde de tous
tempore habendis. les trésors, avec un pouvoir presque
Qui simul ingenio crescentes royal, car elle faisait en toutes
mentis et aevo choses à sa volonté.
Robore vincebant fortes
animoque sophistas, Cependant Gibich mourut,
Donec iam cunctos Gunther lui succéda sur le trône, et
superarent fortiter rompant aussitôt le pacte conclu
Hunos. 105 avec les Huns, refusa de subir
Militiae primos tunc Attila l'obligation d'un tribut. Dès que,
fecerat illos, dans son exil, Hagen connut cette
Sed haud immerito, quoniam, nouvelle, il prit ses mesures pour
si quando moveret fuir pendant la nuit, et courut
Bella, per insignes isti rejoindre son maître. Pendant ce
micuere triumphos; temps, Walther guidait les Huns aux
Idcircoque nimis princeps combats, et partout où il allait, le
dilexerat ambos. succès l'accompagnait.
Virgo etiam captiva deo
En apprenant l'évasion d'Hagen,
praestante
la reine Ospirine donna ce conseil à
supremo 110
son époux : « Que votre royale
Reginae vultum placavit et
sagesse veille et avise, je l'en prie,
auxit amorem,
à ne pas laisser crouler la colonne
Moribus eximiis operumque
de votre empire. Autrement dit,
industria habundans.
empêchez votre ami Walther de
Postremum custos thesauris
partir, car notre puissance repose
provida cunctis
sur lui pour une grande part. Et je
Efficitur, modicumque deest,
crains qu'à l'exemple d'Hagen il ne
quin regnet et ipsa;
s'enfuie. Pesez donc bien mon
Nam quicquid voluit de rebus,
conseil ; lorsqu'il viendra, dites-lui :
fecit et actis. 115
« Tu as supporté à notre service de
grands et nombreux labeurs : sache
Interea Gibicho donc que notre faveur te préfère à
defungitur, ipseque regno Unis nos amis. Des faits te le
Guntharius successit et ilico prouveront bien mieux que des
Pannoniarum paroles : choisis une épouse parmi
Foedera dissolvit censumque les plus nobles de Pannonie, et ne
subire negavit. prends point souci de ta pauvreté ;
Hoc ubi iam primum Hagano je te ferai si grands domaines, un
cognoverat exul, tel état de maison, que nul ne
Nocte fugam molitur et ad rougira de t'avoir donné sa fille. —
dominum Faites cela et vous pourrez le
properavit. 120 fixer. » Ce langage plut au roi, et
Waltharius tamen ad pugnas sans retard il mit le conseil en
praecesserat Hunos, pratique.
Et quocumque iret, mox
prospera sunt comitata. Walther vint, et le roi s'ouvrit à
lui, l'engageant à prendre femme.
Ospirin elapsum Mais le jeune homme, préméditant
Haganonem, regia coniunx, déjà ce qu'il devait accomplir,
Attendens domino suggessit opposa cette réponse à ces
talia dicta: insinuations : « C'est votre bonté
«Provideat caveatque, precor, qui vous fait prendre les intérêts
sollertia regis, 125 d'un pauvre serviteur, et je n'aurais
Ne vestri imperii labatur forte jamais pu mériter que vous
columna, supportiez mes négligences en ne
Hoc est, Waltharius vester considérant que mes intentions.
discedat amicus, Mais, je vous en supplie, écoutez la
In quo magna potestatis vis parole d'un esclave fidèle : si
extitit huius; j'accepte une épouse, selon le
Nam vereor, ne fors fugiens conseil de mon maître, les soins de
Haganonem imitetur. mon amour m'enchaîneront tout
Idcircoque meam perpendite d'abord et me retarderont le plus
nunc rationem: 130 souvent pour le service du roi. Une
Cum primum veniat, haec illi demeure à construire, des champs à
dicite verba: cultiver, m'éloigneront des yeux de
«Servitio in nostro magnos mon seigneur et entraveront mon
plerumque labores zèle accoutumé pour la défense du
Passus eras ideoque scias, royaume. Car une fois qu'on a
quod gratia nostra goûté la volupté, on a plus de peine
Prae cunctis temet nimium ensuite à supporter les labeurs.
dilexit amicis. Rien n'est si doux pour moi que de
Quod volo plus factis te quam me trouver toujours prêt à
cognoscere fidèlement servir mon souverain ;
dictis: 135 voilà pourquoi je vous prie de me
Elige de satrapis nuptam tibi laisser vivre franc du joug conjugal.
Pannoniarum Le soir ou dans la nuit, si vous me
Et non pauperiem propriam donnez une mission, quoi que vous
perpendere cures. m'ordonniez, j'irai dispos et sans
Amplificabo quidem valde te crainte. A la guerre, nulle
rure domique, préoccupation ne me fera plier,
Nec quisquam, qui dat point de regrets ne me tireront en
sponsam, post facta arrière vers une épouse ou des
pudebit.» enfants, ni ne me porteront à fuir.
Quod si completis, illum Par votre propre vie, par votre
stabilire peuple invincible, ô mon excellent
potestis.» 140 père ! je vous en conjure, renoncez
Complacuit sermo regi, désormais à m'imposer l'hymen. »
coepitque parari.
Vaincu par de telles prières, le roi
n'insista point, comptant bien que
Waltharius venit, cui Walther ne s'enfuirait jamais.
princeps talia pandit,
Uxorem suadens sibi ducere; Sur ces entrefaites, le monarque
sed tamen ipse reçut l'avis sur qu'une des nations
Iam tum praemeditans, quod récemment domptées se mettait en
post compleverat actis, révolte, prête à faire sur le champ
His instiganti suggestibus la guerre aux Huns. Alors on recourt
obvius infit: 145 à Walther, qui se hâte de passer en
«Vestra quidem pietas est, revue toute l'armée. Il réconforte le
quod modici famulatus cœur de ses soldats en les
Causam conspicitis; sed quod exhortant à se rappeler leurs
mea segnia mentis anciens triomphes, et il leur promet
Intuitu fertis, numquam qu'avec leur courage ordinaire, ils
meruisse valerem. vaincront tous les princes et feront
Sed precor, ut servi capiatis courber d'effroi l'étranger.
verba fidelis: Sans tarder, l'armée se lève et le
Si nuptam accipiam domini suit. Walther examine le champ de
praecepta bataille, compte ses troupes et les
secundum, 150 dispose dans la vaste plaine. Bientôt
Vinciar inprimis curis et les armées sont en présence à une
amore puellae portée de trait ; une immense
Atque a servitio regis clameur monte alors dans les airs,
plerumque retardor, les trompes y mêlent leur voix
Aedificare domos cultumque terrible, et les javelots volent drus
intendere ruris et incessants de part et d'autre. Le
Cogor, et hoc oculis senioris frêne et le cornouiller prennent les
adesse moratur mêmes ébats, et le fer projeté brille
Et solitam regno Hunorum comme l'éclair. Et telles qu'une
impendere neige épaisse chassée par l'Aquilon
curam. 155 se précipitent les flèches
Namque voluptatem quisquis meurtrières. Lorsque enfin les deux
gustaverit, exin troupes ont épuisé tous leurs traits,
Intolerabilius consuevit ferre on met la main à l'épée, les lames
labores. sortent flamboyantes, et chacun
Nil tam dulce mihi, quam ramène à l'épaule son bouclier. Les
semper inesse fideli deux armées s'élancent l'une sur
Obsequio domini; quare, l'autre et reprennent le combat,
precor, absque iugali c'est là que les chevaux s'entre-
Me vinclo permitte meam iam heurtent et se défoncent le poitrail ;
ducere vitam! 160 plus d'un guerrier roule à terre sous
Si sero aut medio noctis mihi le choc d'un dur bouclier. Mais
tempore mandas, Walther fait rage au fort de la
Ad quaecumque iubes, mêlée, moissonne tout devant lui,
securus et ibo paratus. et se fraie un large chemin. En le
In bellis nullae persuadent voyant faire de tels massacres, les
cedere curae, ennemis terrifiés le prennent pour la
Nec nati aut coniunx Mort en personne, et partout où il
retrahentque fugamque se porte, à droite ou à gauche,
movebunt. chacun lui tourne le dos et fuit à
Testor per propriam temet, bride abattue, le bouclier en arrière.
pater optime, A l'exemple de son chef, la forte
vitam 165 armée des Huns s'élance avec furie
Atque per invictam nunc et multiplie le carnage. On brise
gentem Pannoniarum, toute résistance, on écrase les
Ut non ulterius me cogas fuyards, jusqu'à ce qu'on soit
sumere taedas.» certain d'une victoire complète. Puis
on se jette sur les morts et on les
His precibus victus dépouille tous ; mais enfin le chef
suasus rex deserit omnes, sonne du cor pour rappeler ses
Sperans Waltharium fugiendo troupes, et ceint le premier son
recedere numquam. front d'un gai feuillage, emblème
des lauriers de la victoire. Après lui
Venerat interea satrapae les porte-étendards., puis les
certissima fama 170 soldats, font de même. C'est ainsi
Quandam, quae nuper qu'ils reviennent parés de
superata, resistere gentem couronnes triomphales, et, de
Ac bellum Hunis confestim retour au pays, chacun regagne son
inferre paratam. logis, tandis que Walther se hâte
Tunc ad Waltharium vers le trône du roi.
convertitur actio rerum. A son aspect, les serviteurs du
Qui mox militiam percensuit pays accourent tout joyeux, et
ordine totam tiennent son cheval jusqu'à ce qu'il
Et bellatorum confortat corda soit descendu de sa haute selle. Ils
suorum, 175 lui demandent enfin si la guerre a
Hortans praeteritos semper été heureuse. Mais lui, leur jetant
memorare triumphos quelques mots à peine, il est entré
Promittensque istos solita au palais, car la fatigue l'accable, et
virtute tyrannos il cherche la salle de repos du roi. Il
Sternere et externis terrorem y trouve Hildegonde toute seule, il
imponere terris. lui dit après l'avoir pressée dans ses
bras, après de doux baisers : «
Nec mora, consurgit Donne-moi vite à boire, je suis
sequiturque exercitus omnis. haletant de fatigue. » Elle remplit
Ecce locum pugnae de vin en toute hâte une coupe
conspexerat et précieuse, et la présente au héros
numeratam 180 qui la reçoit en se signant. Il serre
Per latos aciem campos alors dans sa main la main de la
digessit et agros. jeune fille ; celle-ci reste debout
Iamque infra iactum teli devant lui, contemplant en silence
congressus uterque son mâle visage, et Walther, ayant
Constiterat cuneus. tunc
undique clamor ad auras bu, lui rend la coupe vide. Ils se
Tollitur, horrendam savaient fiancés l'un à l'autre.
confundunt classica vocem,
Continuoque hastae volitant
hinc indeque
densae. 185
Fraxinus et cornus ludum
miscebat in unum,
Fulminis inque modum cuspis
vibrata micabat.
Ac veluti boreae sub tempore
nix glomerata
Spargitur, haud aliter saevas
iecere sagittas.
Postremum cunctis utroque
ex agmine pilis 190
Absumptis manus ad
mucronem vertitur omnis.
Fulmineos promunt enses
clipeosque revolvunt,
Concurrunt acies demum
pugnamque restaurant.
Pectoribus partim rumpuntur
pectora equorum,
Sternitur et quaedam pars
duro umbone
virorum. 195
Waltharius tamen in medio
furit agmine bello,
Obvia quaeque metens armis
ac limite pergens.
Hunc ubi conspiciunt hostes
tantas dare strages,
Ac si praesentem metuebant
cernere mortem,
Et quemcunque locum, seu
dextram sive
sinistram, 200
Waltharius peteret, cuncti
mox terga dederunt
Et versis scutis laxisque
feruntur habenis.
Tunc imitata ducem gens
maxima Pannoniarum
Saevior insurgit caedemque
audacior auget,
Deicit obstantes, fugientes
proterit usque, 205
Dum caperet plenum belli sub
sorte triumphum.
Tum super occisos ruit et
spoliaverat omnes.
Et tandem ductor recavo
vocat agmina cornu
Ac primus frontem festa cum
fronde revinxit,
Victrici lauro cingens sua
timpora vulgo, 210
Post hunc signiferi, sequitur
quos cetera pubes.
Iamque triumphali redierunt
stemmate compti
Et patriam ingressi propria se
quisque locavit
Sede, sed ad solium mox
Waltharius properavit.
Ecce palatini decurrunt arce
ministri 215

Illius aspectu hilares


equitemque tenebant,
Donec vir sella descenderet
inclitus alta.
Si bene res vergant, tum
demum forte requirunt.
Ille aliquid modicum narrans
intraverat aulam
(Lassus enim fuerat) regisque
cubile petebat. 220
Illic Hiltgundem solam
offendit residentem.
Cui post amplexus atque
oscula dulcia dixit:
«Ocius huc potum ferto, quia
fessus anhelo.»
Illa mero tallum complevit
mox pretiosum
Porrexitque viro, qui signans
accipiebat 225
Virgineamque manum propria
constrinxit. at illa
Astitit et vultum reticens
intendit herilem,
Walthariusque bibens vacuum
vas porrigit olli
(Ambo etenim norant de se
sponsalia facta)
Provocat et tali caram
Puis il tint ce langage à la chère
sermone
enfant : « Voilà bien longtemps que
puellam: 230
nous souffrons le même exil, sans
«Exilium pariter patimur nam
ignorer ce que nos parents
tempore tanto,
décidèrent entre eux de notre
Non ignorantes, quid nostri
avenir. Continuerons-nous à
forte parentes
refouler cela comme un secret sur
Inter se nostra de re fecere
nos lèvres? »
futura.
Quamne diu tacito premimus La jeune fille, croyant que son
haec ipsa palato?» fiancé parlait ainsi par ironie, se tut
un instant, puis répondit: «
Virgo per hyroniam Pourquoi feindre en paroles ce qui
meditans hoc dicere est loin de tes sentiments intimes,
sponsum 235 et me tenir un langage contre lequel
Paulum conticuit, sed postea tout ton cœur se révolte? Comme si
talia reddit: tu avais grande honte à prendre
«Quid lingua simulas, quod pareille épouse! »
ab imo pectore damnas,
Mais le sage Walther réplique
Oreque persuades, toto quod
aussitôt : «. Loin de moi ce que tu
corde refutas,
veux dire! Ne laisse pas s'égarer ta
Sit veluti talem pudor ingens
pensée. Sache que jamais je ne t'ai
ducere nuptam?»
rien dit avec feinte, et ne crois pas
qu'il y ait entre nous rien de
Vir sapiens contra nébuleux ou de faux. Nous sommes
respondit et intulit seuls ici, et si je savais que tu
ista: 240 voulusses m'écouter et me seconder
«Absit quod memoras, fidèlement dans l'exécution du tour
dextrorsum porrige sensum! que je médite, je t'ouvrirais tous les
Noris me nihilum simulata secrets de mon cœur. »
mente locutum,
Nec quicquam nebulae vel La vierge s'incline aux genoux du
falsi interfore crede! héros. « O mon seigneur, répondit-
Nullus adest nobis exceptis elle, n'importe pourquoi tu
namque duobus. m'appelles, je te suivrai avec ardeur
Si nossem temet mihi sans rien vouloir mettre au-dessus
promptam impendere de tes ordres. » Lui alors : « Je suis
mentem 245 las enfin de notre exil, et je pense
Atque fidem votis servare per souvent à la patrie délaissée ; aussi
omnia cautis, je songe à fuir rapidement, en
Pandere cuncta tibi cordis secret, et j'aurais pu le faire depuis
mysteria vellem.» longtemps déjà, n'eût été le chagrin
de te laisser seule, Hildegonde ! » A
Tandem virgo viri ces mots la jeune fille s'écrie du
genibus curvata profatur: fond du cœur : « Votre vouloir est
«Ad quaecumque vocas, mi le mien, c'est mon seul et ardent
domne, sequar studiose désir. Que mon seigneur
Nec quicquam placitis malim commande, et dans la bonne
praeponere comme dans la mauvaise fortune, je
iussis.» 250 suis prête à tout souffrir pour
Ille dehinc: «piget exilii me l'amour de lui. »
denique nostri Walther enfin lui dit à l'oreille: «
Et patriae fines reminiscor C'est à toi qu'a été remise la garde
saepe relictos des trésors, marque donc, bien ceci
Idcircoque fugam cupio dans ta mémoire: tout d'abord, je
celerare latentem. réclame le casque du roi, et sa cotte
Quod iam prae multis à triple rang de mailles : prends
potuissem forte diebus, aussi sa cuirasse portant la marque
Si non Hiltgundem solam de ses armuriers. Ensuite, mets de
remanere côté deux coffres de moyenne
dolerem.» 255 grandeur, et remplis-les de
Addidit has imo virguncula bracelets pannoniens, de façon que
corde loquelas: tu aies de la peine à en soulever un
«Vestrum velle meum, solis jusqu'au bas de ta poitrine. Puis,
his aestuo rebus. fais-moi quatre paires de
Praecipiat dominus, seu chaussures ordinaires, fais-en
prospera sive sinistra autant pour toi, et place-les sur le
Eius amore pati toto sum précieux bagage ; cela remplira
pectore praesto.» peut-être les coffres jusqu'au bord.
Commande en secret aux forgerons
Waltharius tandem sic des hameçons recourbés, car nous
virginis inquit in vivrons en route de poissons et
aurem: 260 d'oiseaux, et il faudra que je sois
«Publica custodem rebus te pécheur et oiseleur. Tous ces
nempe potestas préparatifs, termine-les adroitement
Fecerat, idcirco memor haec dans la semaine ; tu sais
mea verba notato: maintenant ce qu'il faut pour le
Inprimis galeam regis voyage.
tunicamque trilicem
» Et je vais te révéler comment
(Assero loricam fabrorum
peut se faire notre fuite. Quand le
insigne ferentem)
soleil aura sept fois recommencé sa
Diripe, bina dehinc mediocria
course circulaire, j'inviterai le roi, la
scrinia tolle. 265
reine, les grands, les chefs et leurs
His armillarum tantum da
serviteurs à un joyeux banquet
Pannonicarum,
préparé à grands frais, et
Donec vix unum releves ad
j'emploierai tous les moyens pour
pectoris imum.
les plonger dans l'ivresse, de façon
Inde quater binum mihi fac
qu'aucun d'eux n'ait plus conscience
de more coturnum,
de ses actes. Toi, au contraire, bois
Tantundemque tibi patrans
peu de vin, tout au plus ce qu'il en
imponito vasis:
faudra pour te désaltérer à table.
Sic fors ad summum
Quand les autres se lèveront (pour
complentur scrinia
boire une rasade), prétexte pour
labrum. 270
t'esquiver les menus soins dont on
Insuper a fabris hamos clam
te sait chargée. Lorsqu’enfin ils
posce retortos:
seront tous abattus par le vin, alors
Nostra viatica sint pisces
nous hâterons ensemble notre
simul atque volucres,
course vers l'Occident. »
Ipse ego piscator, sed et
auceps esse coartor. La jeune fille n'oublia rien dans
Haec intra ebdomadam caute l'accomplissement de ces
per singula comple. instructions, et enfin, vint le jour
Audisti, quid habere vianti fixé pour le festin que Walther
forte necesse disposa lui-même avec somptuosité.
est. 275 La table du milieu surtout étalait un
grand luxe.
Nunc, quo more fugam Le roi fit son entrée dans la cour
valeamus inire, recludo: toute tapissée de draperies, et notre
Postquam septenos Phoebus héros, le saluant avec le cérémonial
remeaverit orbes, accoutumé, le conduisit au trône
Regi ac reginae satrapis tendu de lin et de pourpre. Le
ducibus famulisque monarque s'assied et fait asseoir
Sumptu permagno convivia deux chefs à sa droite et à sa
laeta parabo gauche ; l'intendant place les
Atque omni ingenio potu autres. Cent convives s'accoudent à
sepelire la fois sur des coussins, et, à goûter
studebo, 280 tant de mets divers, la sueur leur
Donec nullus erit, qui sentiat vient au front. Ces premiers plats
hoc, quod agendum est. emportés sont remplacés par
Tu tamen interea mediocriter d'autres ; de savoureuses senteurs
utere vino de ragoûts montent dans l'air. On
Atque sitim vix ad mensam ne voit que des vases d'or sur les
restinguere cura. nappes de lin, et le vin pourpré
Cum reliqui surgant, ad embellit les coupes; son éclat, sa
opuscula nota recurre. douceur invitent à boire, et Walther
Ast ubi iam cunctos superat presse chacun à faire honneur à la
violentia potus, 285 boisson et aux mets.
Tum simul occiduas
properemus quaerere
partes.»
Virgo memor praecepta
viri complevit; et ecce
Praefinita dies epularum
venit, et ipse
Waltharius magnis instruxit
sumptibus escas.
Luxuria in media residebat
denique mensa. 290

Ingrediturque aulam velis


rex undique septam.
Heros magnanimus solito
quem more salutans
Duxerat ad solium, quem
bissus compsit et ostrum.
Consedit laterique duces hinc
indeque binos
Assedisse iubet; reliquos
locat ipse
minister. 295
Centenos simul accubitus
iniere sodales,
Diversasque dapes libans
conviva resudat.
His et sublatis aliae
referuntur edendae,
Atque exquisitum fervebat
migma per aurum
(Aurea bissina tantum stant
gausape vasa), 300
Et pigmentatus crateres
Bachus adornat.
Illicit ad haustum species
dulcedoque potus.
Waltharius cunctos ad vinum
hortatur et escam.
Postquam epulis depulsa
Après manger, on se repose ; les
fames sublataque mensa,
tables sont enlevées. Le héros,
Heros iam dictus dominum
s'adressant d'un air joyeux à son
laetanter
souverain, lui dit: « J'implore de
adorsus 305
votre grâce cette faveur insigne que
Inquit: «in hoc, rogito,
vous appeliez la joie sur vous
clarescat gratia vestra,
d'abord, puis sur les autres. » En
Ut vos inprimis, reliquos tunc
même temps il lui présente un
laetificetis.»
grand hanap artistement travaillé,
Et simul in verbo nappam
sur lequel une suite de sculptures
dedit arte peractam
représente les exploits des aïeux. Le
Ordine sculpturae referentem
roi l'accepte et le vide d'un trait, en
gesta priorum.
ordonnant à tous de l'imiter. Et les
Quam rex accipiens haustu
échansons d'accourir, de se croiser,
vacuaverat uno 310
offrant des coupes pleines et
Confestimque iubet reliquos
remportant les vides ; tous les
imitarier omnes.
convives à l'envi obéissent aux
Ocius accurrunt pincernae
instances de leur hôte et du roi.
moxque recurrunt,
Bientôt l'ivresse fermente et domine
Pocula plena dabant et inania
dans toute la cour; les langues
suscipiebant.
Hospitis ac regis certant imbibées balbutient, et l'on voit de
hortatibus omnes. robustes guerriers chanceler sur
Ebrietas fervens tota leurs jambes. Ainsi Walther
dominatur in prolonge bien avant dans la nuit ses
aula; 315 largesses bachiques, et relient ceux
Balbutit madido facundia fusa qui veulent se retirer, jusqu'à ce
palato. que, vaincus par le vin et le
Heroas validos plantis sommeil, tous s'étendent pêle-mêle
titubare videres. à terre sous les portiques. S'il lui
Taliter in seram produxit plaisait maintenant de livrer le
Bachica noctem palais aux flammes, il n'y aurait
Munera Waltharius plus personne pour s'en apercevoir.
retrahitque redire volentes, Enfin il appelle à lui sa bien-aimée,
Donec vi potus pressi et lui dit d'apporter vite tout ce
somnoque qu'elle a préparé. Lui-même, il sort
gravati 320 de l'écurie son triomphant coursier,
Passim porticibus sternuntur celui que, pour sa vaillance, il
humotenus omnes. appelait Lion. Dans son ardeur,
Et licet ignicremis vellet dare l'animal frappe du pied et ronge son
moenia flammis, frein chargé d'écume. Après l'avoir
Nullus, qui causam potuisset harnaché comme de coutume,
scire, remansit. Walther lui attache aux flancs les
Tandem dilectam vocat ad deux précieux coffrets, quelques
semet mulierem, vivres aussi pour ce long voyage, et
Praecipiens causas citius il confie à la main de la jeune fille la
deferre bride flottante. Lui-même, il se
paratas. 325 revêt d'une cuirasse qui lui donne
Ipseque de stabulis victorem l'air d'un géant, met sur sa tête un
duxit equorum, casque au rouge panache, et autour
Ob virtutem quem vocitaverat de ses jambes énormes des
ille Leonem. cuissards dorés ; il avait ceint à son
Stat sonipes ac frena ferox flanc gauche un glaive à deux
spumantia mandit. tranchants, et à son liane droit un
Hunc postquam faleris solito sabre à la mode des Huns ; celui-là
circumdedit, ecce ne coupait que d'un côté. Enfin sa
Scrinia plena gazae lateri lance dans la main droite, son
suspendit bouclier au bras gauche, il se met
utrique 330 en route, non sans trembler, pour
Atque iteri longo modicella quitter cette terre odieuse. La jeune
cibaria ponit fille conduisait le cheval chargé d'or,
Loraque virgineae mandat et en même temps tenait à la main
fluitantia dextrae. la gaule de coudrier qui sert au
Ipseque lorica vestitus more pécheur à déposer l'appât dans
gigantis l'onde, pour que l'avide poisson
Imposuit capiti rubras cum avale l'hameçon recourbé. Car le
casside cristas héros avait grosse charge d'armes
Ingentesque ocreis suras et s'attendait à tout moment à
complectitur combattre. Pendant la nuit entière,
aureis 335 ils précipitent leur course; mais dès
Et laevum femur ancipiti que se montrent les premières
praecinxerat ense rougeurs du soleil, ils ont soin de se
Atque alio dextrum pro ritu cacher au plus épais des bois, et la
Pannoniarum; crainte s'acharne sur eux dans les
Is tamen ex una tantum dat abris les plus sûrs. La peur secoue
vulnera parte. tellement le cœur de la jeune fille,
Tunc hastam dextra rapiens qu'elle tressaille au moindre soupir
clipeumque sinistra de la brise ou du vent, au bruit de
Coeperat invisa trepidus l'aile d'un oiseau, au craquement
decedere terra. 340 des branches. Mais la haine de l'exil
Femina duxit equum nonnulla et l'amour de la patrie dominent
talenta gerentem, tout ; les fugitifs évitent les villages,
In manibusque simul virgam laissent de côté les plaines
tenet ipsa colurnam, découvertes, gagnant des chemins
In qua piscator hamum détournés sur des hauteurs non
transponit in undam, défrichées encore, et multipliant les
Ut cupiens pastum piscis écarts de leur marche inquiète.
deglutiat hamum.
Cependant le peuple de la cité
Namque gravatus erat vir
royale, accablé de sommeil et
maximus undique
d'ivresse, reposa en silence
telis 345
jusqu'au milieu du jour suivant. Puis
Suspectamque habuit cuncto
chacun, en se levant, réclame le
sibi tempore pugnam.
jeune homme pour le remercier et
Omni nocte quidem
le saluer d'éloges solennels. Attila
properabant currere; sed cum
lui-même, serrant sa tête de ses
Prima rubens terris ostendit
deux mains, sort de sa chambre à
lumina Phoebus,
coucher et appelle Walther d'une
In silvis latitare student et
voix dolente, peut-être pour se
opaca requirunt,
plaindre à lui de son malaise.
Sollicitatque metus vel per
Justement les serviteurs répondent
loca tuta
qu'ils n'ont pu trouver le héros ;
fatigans. 350
c'est qu'alors, suppose le roi, il est
In tantumque timor muliebria
encore retenu par le sommeil et a
pectora pulsat,
choisi pour dormir quelque lieu
Horreat ut cunctos aurae
caché. Mais la reine Ospirine,
ventique susurros,
lorsqu'elle apprit l'absence
Formidans volucres collisos
d'Hildegonde qui ne venait pas
sive racemos.
comme de coutume pour l'habiller,
Hinc odium exilii patriaeque
elle poussa de grands cris et dit
amor incubat inde.
tristement au roi : « Oh ! maudit
Vicis diffugiunt, speciosa
soit le festin que nous acceptâmes
novalia
hier, et maudit le vin qui terrassa
linquunt; 355
tous les Huns ! Ce que j'ai depuis
Montibus intonsis cursus
longtemps prévu et dit à mon
ambage recurvos
seigneur, une fatalité insurmontable
Sectantes tremulos variant
nous le prouve en ce jour. Elle est à
per devia gressus.
bas, la colonne de votre empire ! La
voilà loin, cette force et cette vertu
Ast urbis populus somno insigne, et la gloire de la Pannonie a
vinoque solutus fui avec Walther. Il m'a même pris
Ad medium lucis siluit Hildegonde, ma chère enfant
recubando sequentis. d'adoption ! »
Sed postquam surgunt,
ductorem quique A son tour le roi est embrasé
requirunt, 360 d'une farouche colère, et la tristesse
Ut grates faciant ac festa remplace la joie dans son cœur. Il
laude salutent. déchire son manteau royal depuis
Attila nempe manu caput l'épaule jusqu'à terre, et son
amplexatus utraque chagrin ne sait à quoi se résoudre.
Egreditur thalamo rex Comme le sable tourbillonne au gré
Walthariumque dolendo des vents orageux, de même Attila
Advocat, ut proprium flotte d'un souci à l'autre ; son
quereretur forte dolorem. visage reflète l'agitation de son
Respondent ipsi se non cœur et trahit au dehors sa
potuisse souffrance intime ; la colère
ministri 365 l'empêche de parler. Ce jour-là, il
Invenisse virum, sed princeps dédaigne le boire et le manger, et le
sperat eundem souci éloigne de son corps le doux
Hactenus in somno tentum repos. Car lorsque la nuit noire a
recubare quietum effacé la couleur des objets, il se
Occultumque locum sibi jette sur son lit, mais sans fermer
delegisse sopori. les yeux, couché tantôt sur un flanc,
Ospirin Hiltgundem postquam puis sur l'autre; et comme si un
cognovit abesse dard aigu lui transperçait la poitrine,
Nec iuxta morem vestes il tressaille, jette la tête de côté et
deferre d'autre, se redresse et s'assied sur
suetum, 370 sa couche d'un air égaré, puis se
Tristior immensis satrapae lève tout à fait, parcourt la ville, et
clamoribus inquit: ne regagne son lit que pour le
«O detestandas, quas heri quitter aussitôt. C'est ainsi que,
sumpsimus, escas! pour Attila, cette nuit tout entière
O vinum, quod Pannonias se passe dans l'insomnie. En
destruxerat omnes! attendant les fugitifs, dans le
Quod domino regi iam dudum silence des ténèbres propices,
praescia dixi, pressent le pas pour mettre loin
Approbat iste dies, quem nos derrière eux cette terre de péril.
superare
Mais, dès l'aube du lendemain, le
nequimus. 375
roi convoque les premiers du
En hodie imperii vestri
royaume, et leur dit : « Oh ! celui
cecidisse columna
qui saisirait Walther dans sa fuite,
Noscitur, en robur procul ivit
et me l'amènerait lié comme un
et inclita virtus:
chien-loup malfaisant, celui-là, je le
Waltharius, lux Pannoniae,
revêtirais de l'or le plus pur; je le
discesserat inde,
chargerais à l'instant de domaines à
Hiltgundem quoque mi caram
droite et à gauche, et je
deduxit alumnam.»
l'enfermerais tout vif dans une
clôture de trésors ! » Mais il n'est
Iam princeps nimia pas de prince dans un si grand
succenditur efferus pays, pas de duc, de comte, de
ira, 380 soldat, de valet, à qui le désir de
Mutant laetitiam maerentia montrer sa force et de s'illustrer par
corda priorem. sa valeur, tout en bourrant d'écus
Ex humeris trabeam discindit sa bourse, puisse se donner
ad infima totam l'audace de poursuivre Walther
Et nunc huc animum tristem, irrité, et d'affronter le héros, glaive
nunc dividit illuc. en main. Car tous connaissent sa
Ac velut Aeolicis turbatur vaillance, et savent de quels
arena procellis, carnages il est sorti sain et sauf et
Sic intestinis rex fluctuat vainqueur. Le roi ne réussit donc à
undique curis, 385 décider personne par des trésors
Et varium pectus vario simul promis sous une pareille condition.
ore imitatus
Prodidit exterius, quicquid Walther fuyant, comme je l'ai dit,
toleraverat intus, marchait durant les nuits, et
Iraque sermonem permisit recherchait pour le jour les bois et
promere nullum. les buissons touffus. Sachant l'art
Ipso quippe die potum fastidit d'attirer les oiseaux, il les prenait
et escam, adroitement à l'aide de gluaux ou
Nec placidam membris potuit de baguettes fendues. Puis, lorsqu'il
dare cura arrivait au tournant de quelque
quietem. 390 rivière, plongeant ses hameçons, il
Namque ubi nox rebus iam ravissait sa proie au fond du
dempserat atra colores, gouffre, et chassait le fléau de la
Decidit in lectum, verum nec faim à force d'industrie. Par une
lumina clausit, continence digue d'éloge, Walther,
Nunc latus in dextrum fultus tant que dura sa fuite, respecta la
nunc inque sinistrum. virginité de sa compagne.
Et veluti iaculo pectus
transfixus acuto
Palpitat atque caput huc et
mox iactitat
illuc, 395
Et modo subrectus fulcro
consederat amens.
Nec iuvat hoc, demum
surgens discurrit in urbe,
Atque thorum veniens simul
attigit atque reliquit.
Taliter insomnem
consumpserat Attila noctem.
At profugi comites per amica
silentia euntes 400
Suspectam properant post
terga relinquere terram.

Vix tamen erupit cras,


rex patribusque vocatis
Dixerat: «o si quis mihi
Waltharium fugientem
Afferat evinctum ceu nequam
forte liciscam,
Hunc ego mox auro vestirem
saepe recocto 405
Et tellure quidem stantem
hinc inde onerarem
Atque viam penitus
clausissem, vivo, talentis.»
Sed nullus fuit in tanta
regione tyrannus
Vel dux sive comes seu miles
sive minister,
Qui, quamvis cuperet
proprias ostendere
vires 410
Ac virtute sua laudem captare
perennem
Ambiretque simul gazam
infarcire cruminis,
Waltharium tamen iratum
praesumpserat armis
Insequier strictoque virum
mucrone videre.
Nota equidem virtus; experti
sunt quoque,
quantas 415
Incolomis dederit strages sine
vulnere victor.
Nec potis est ullum rex
persuadere virorum,
Qui promissa velit hac
condicione talenta.

Waltharius fugiens, ut
dixi, noctibus ivit,
Atque die saltus arbustaque
densa
requirens 420
Arte accersitas pariter capit
arte volucres,
Nunc fallens visco, nunc fisso
denique ligno.
Ast ubi pervenit, qua flumina
curva fluebant,
Immittens hamum rapuit sub
gurgite praedam
Atque famis pestem pepulit
tolerando
laborem. 425
Namque fugae toto se
tempore virginis usu
Continuit vir Waltharius
laudabilis heros.
PARS SECUNDA
Quarante fois le soleil avait décrit
son orbe depuis que notre héros
Ecce quater denos sol s'était échappé de la cité
circumflexerat orbes, pannonienne. Et, ce quarantième
Ex quo Pannonica fuerat jour, vers le milieu du soir, Walther
digressus ab urbe. arriva au bord du Rhin, là où le
Ipso quippe die, numerum qui fleuve se dirige vers une ville
clauserat istum, 430 nommée Worms, résidence illustre
Venerat ad fluvium iam vespere d'un roi. Pour payer un batelier, il
tum mediante, lui donna des poissons d'une
Scilicet ad Rhenum, qua cursus précédente capture, et bientôt
tendit ad urbem déposé sur l'autre bord, il poursuivit
Nomine Wormatiam regali sede sa marche précipitée.
nitentem.
Illic pro naulo pisces dedit antea Quand le jour eut dissipé les
captos noires ténèbres, le batelier se leva,
Et mox transpositus graditur gagna la ville, et porta au cuisinier
properanter du roi, chef des autres serviteurs,
anhelus. 435 les poissons que le voyageur lui
avait donnés. Ces poissons,
Orta dies postquam tenebras assaisonnés furent servis au roi, et
discusserat atras, Gunther, saisi d'étonnement, dit du
Portitor exsurgens praefatam haut de son siège : « Des poissons
venit in urbem de cette espèce, jamais la Francie
Regalique coco, reliquorum ne m'en a fourni; je pense qu'ils
quippe magistro, proviennent d'un pays étranger.
Detulerat pisces, quos vir dedit Dis-moi vite, d'où vient celui qui les
ille viator. apportés? » Le cuisinier répondit les
Hos dum pigmentis condisset et tenir du batelier. Le roi fit quérir cet
apposuisset 440 homme, qui aussitôt arrivé,
Regi Gunthario, miratus fatur ab interrogé, raconta de point en point
alto: ce qui suit : « Hier soir, j'étais assis
«Istius ergo modi pisces mihi au bord du Rhin, quand je vis venir
en hâte un voyageur tout préparé,
Francia numquam semble-t-il, à un combat certain.
Ostendit; reor externis a finibus Car sachez-le, grand roi, il était
illos. revêtu d'une armure complète, il
Dic mihi quantocius: cuias homo portait en marchant un bouclier et
detulit illos?» une lance reluisante, il avait l'air
Ipseque respondens narrat, d'un vaillant, et bien que
quod nauta lourdement chargé, s'avançait d'un
dedisset. 445 pas alerte. Sur ses talons le suivait
Accersire hominem princeps une jeune fille d'une beauté si
praecepit eundem; éclatante qu'on ne le saurait croire.
Et, cum venisset, de re Elle menait par la bride un
quaesitus eadem vigoureux cheval qui portait sur son
Talia dicta dedit causamque ex dos deux coffres assez grands : et
ordine pandit: lorsque le cheval secouait haut la
«Vespere praeterito residebam tête et essayait fièrement de
litore Rheni prendre le trot, ces coffres
Conspexique viatorem propere rendaient un son comme de
venientem 450 pierreries et d'or entrechoqués. Cet
Et veluti pugnae certum per homme m'a donné pour mon salaire
membra paratum: les poissons que voilà. »
Aere etenim penitus fuerat, rex
Entendant cela, Hagen, qui était
inclite, cinctus
assis à la table, interrompit le
Gesserat et scutum gradiens
batelier en s'écriant tout joyeux : «
hastamque coruscam.
Partagez, je vous prie, la joie que
Namque viro forti similis fuit, et
me causent ces nouvelles ! Walther,
licet ingens
mon compagnon, est revenu de
Asportaret onus, gressum tamen
chez les Huns ! » Il pousse un cri
extulit acrem. 455
d'allégresse auquel répondent les
Hunc incredibili formae decorata
acclamations de toute la cour. Mais
nitore
Gunther, l'orgueilleux prince,
Assequitur calcemque terit iam
raisonne autrement: «Partagez, je
calce puella.
l'ordonne, la joie que me causent
Ipsaque robustum rexit per lora
ces nouvelles ! Le trésor que Gibich
caballum
dut livrer au roi d'Orient, le Tout-
Scrinia bina quidem dorso non
Puissant vient de le faire rentrer
parva ferentem,
dans mon royaume. » Il dit,
Quae, dum cervicem sonipes
repousse du pied la table, et
discusserit altam 460
bondissant de la salle, il fait amener
Atque superba cupit glomerare
et seller son cheval. Puis, dans tout
volumina crurum,
le peuple, il choisit pour
Dant sonitum, ceu quis gemmis
l'accompagner douze hommes d'une
illiserit aurum.
force insigne, du courage le plus
Hic mihi praesentes dederat pro
éprouvé. Hagen reçut l'ordre de
munere pisces.»
marcher parmi eux ; mais se
rappelant l'amitié qui l'unissait à
His Hagano auditis (ad mensam son ancien compagnon, il s'efforça
quippe resedit) de détourner son maître d'une telle
Laetior in medium prompsit de entreprise. Le roi n'en insista pas
pectore verbum: 465 moins et dit : « Ne tardez pas, mes
«Congaudete mihi, quaeso, quia hommes, ceignez de fer vos
talia novi! vaillants corps, qu'une cotte de
Waltharius collega meus mailles couvre vos reins!
remeavit ab Hunis.» Emportera-t-on de la terre des
Guntharius princeps ex hac Francs un si gros trésor? » Bien
ratione superbus munis d'armes, sur l'ordre pressant
Vociferatur, et omnis ei mox du roi, ils sortirent des portes,
aula reclamat:
Congaudete mihi, iubeo, quia désireux de t'étendre, ô Walther ! et
talia vixi! 470 pensant le dépouiller de ton gain
Gazam, quam Gibicho regi sans combat. Hagen pourtant fit
transmisit eoo, tous ses efforts pour arrêter
Nunc mihi cunctipotens huc in l'aventure, mais le roi, pour son
mea regna remisit.» malheur, n'y voulut point renoncer.
Haec ait et mensam pede
Cependant le héros, s'éloignant
perculit exiliensque
du fleuve, était arrivé dans un pays
Ducere equum iubet et sella
boisé qu'on appelait en ce temps
componere sculpta
déjà les Vosges. Cette forêt
Atque omni de plebe viros
immense, repaire des bêtes
secum duodenos 475
sauvages, retentissait fréquemment
Viribus insignes, animis
de l'aboi des chiens, du son du cor.
plerumque probatos
Dans un canton retiré se dressent
Legerat. inter quos simul ire
deux monts rapprochés, entre
Haganona iubebat.
lesquels s'ouvre une grotte étroite
Qui memor antiquae fidei
mais riante, formée non par une
sociique prioris
cavité du sol, mais par la réunion
Nititur a coeptis dominum
des cimes des rochers : un poste à
transvertere rebus.
souhait pour des brigands
Rex tamen econtra nihilominus
sanguinaires. Ce coin de terre
instat et infit: 480
verdoyait, couvert d'un maigre
«Ne tardate, viri, praecingite
gazon. Aussitôt qu'il l'aperçut,
corpora ferro
Walther dit : « Allons là ! Je serai
Fortia, squamosus thorax iam
bien dans cet abri pour reposer mon
terga recondat.
corps de ses fatigues. » Car depuis
Hic tantum gazae Francis
qu'il avait quitté la terre des Huns,
deducat ab oris?»
s'il avait pris un peu de sommeil et
Instructi telis (nam iussio regis
de repos, c'était en s'appuyant sur
adurget)
son bouclier, fermant à peine les
Exibant portis, te Waltharium
yeux. Alors enfin il dépose son
cupientes 485
pesant harnais de guerre, il s'étend,
Cernere et imbellem lucris
la tête sur le giron de la jeune fille.
fraudare putantes.
« Surveille bien, dit-il, les alentours,
Sed tamen omnimodis Hagano
Hildegonde, si tu vois s'élever un
prohibere studebat,
noir nuage de poussière, que ta
At rex infelix coeptis resipiscere
douce main m'avertisse de me
non vult.
lever. Mais quand même tu verrais
défiler une grosse troupe,
Interea vir magnanimus de n'interromps pas tout de suite mon
flumine pergens sommeil, ma bien-aimée; d'ici tes
Venerat in saltum iam tum beaux yeux clairs peuvent porter
Vosagum loin leurs regards. Explore avec soin
vocitatum. 490 tout le pays. » IL dit, ferme ses
Nam nemus est ingens, yeux brillants, et jouit enfin du
spatiosum, lustra ferarum repos tant désiré.
Plurima habens, suetum canibus
resonare tubisque. Mais en apercevant des traces
Sunt in secessu bini montesque sur le sable, Gunther donne de
propinqui, l'éperon à son coursier rapide et
Inter quos licet angustum jette aux airs ces vaines
specus extat amoenum, fanfaronnades : « Hâtez-vous, mes
Non tellure cava factum, sed hommes, vous allez le prendre, il ne
vertice rupum: 495 peut s'échapper, il nous
Apta quidem statio latronibus illa abandonnera ses trésors volés ! »
cruentis. Hagen lui répond : « Je n'ai qu'une
Angulus hic virides ac vescas chose à te dire, ô le plus vaillant
gesserat herbas. des rois : si tu avais aussi souvent
«Huc», mox ut vidit iuvenis, que moi vu Walther combattant et
«huc» inquit «eamus, faisant devant lui un furieux
His iuvat in castris fessum carnage, tu ne le croirais pas si
componere corpus.» facile à dépouiller. J'ai vu les Huns
Nam postquam fugiens Avarum guerroyer au Nord comme au Midi.
discesserat oris, 500 Là Walther, par l'éclat de son
Non aliter somni requiem courage, était l'effroi des ennemis,
gustaverat idem l’étonnement de ses compagnons;
Quam super innixus clipeo; vix quiconque l'affrontait courait droit
clauserat orbes. au trépas. O roi, et vous,
Bellica tum demum deponens camarades, croyez en mon
pondera dixit expérience quand je vous dis
Virginis in gremium fusus: comme il est grand sous les armes,
«circumspice caute, avec quelle force il lance le javelot.
Hiltgunt, et nebulam si tolli » Mais pendant ces tentatives
videris atram, 505 inutiles pour détourner Gunther de
Attactu blando me surgere sa folle présomption, on approchait
commonitato, du campement de Walther.
Et licet ingentem conspexeris ire
catervam,
Ne excutias somno subito, mi
cara, caveto!
Nam procul hinc acies potis es
transmittere puras.
Instanter cunctam circa explora
regionem!» 510
Haec ait atque oculos
concluserat ipse nitentes
Iamque diu satis optata fruitur
requiete.

Ast ubi Guntharius vestigia


pulvere vidit,
Cornipedem rapidum saevis
calcaribus urget
Exultansque animis frustra sic
fatur ad auras: 515
«Accelerate, viri, iam nunc
capietis euntem,
Numquam hodie effugiet, furata
talenta relinquet.»
Inclitus at Hagano contra mox
reddidit ista:
«Unum dico tibi, regum
fortissime, tantum:
Si totiens tu Waltharium
pugnasse videres 520
Atque nova totiens, quotiens
ego, caede furentem,
Numquam tam facile spoliandum
forte putares.
Vidi Pannonias acies, cum bella
cierent
Contra aquilonares sive
australes regiones.
Illic Waltharius propria virtute
coruscus 525
Hostibus invisus, sociis mirandus
obibat.
Quisquis ei congressus erat, mox
Tartara vidit.
O rex et comites, experto
credite, quantus
In clipeum surgat, quo turbine
torqueat hastam.»
Sed dum Guntharius male sana
mente gravatus 530
Nequaquam flecti posset, castris
propiabant.
At procul aspiciens
Soudain Hildegonde, faisant le
Hiltgunt de vertice montis
guet au loin du haut de la
Pulvere sublato venientes
montagne, vit s'élever une
sensit et ipsum
poussière qui annonçait des gens en
Waltharium placido tactu
marche, et elle toucha doucement
vigilare monebat.
du doigt Walther pour l'éveiller. Il
Qui caput attollens scrutatur,
leva la tête pour regarder qui
si quis adiret. 535
venait. Elle lui dit qu'au loin une
Eminus illa refert quandam
troupe volait sur la plaine. Alors, se
volitare phalangem.
frottant les yeux pour en ôter le
Ipse oculos tersos somni
voile du sommeil, il revêt lentement
glaucomate purgans
de fer ses membres encore raides,
Paulatim rigidos ferro
et ramasse son pesant bouclier et
vestiverat artus
sa lance; puis, bondissant, il frappe
Atque gravem rursus parmam
des coups dans l'air, et prélude au
collegit et hastam
dur combat en maniant lestement
Et saliens vacuas ferro
ses armes. En ce moment, la jeune
transverberat
fille voit non loin de là briller des
auras 540
lances, et dans son saisissement : «
Et celer ad pugnam telis
Voici les Huns! » dit-elle. Et se
prolusit amaram.
jetant à terre, elle s'écrie
Comminus ecce coruscantes
tristement : « Je t'en conjure, mon
mulier videt hastas
seigneur, tranche-moi la tête, pour
Ac stupefacta nimis: «Hunos
que, si le sort me refuse l'hymen
hic» inquit «habemus!»
convenu entre nous, je n'aie du
In terramque cadens effatur
moins pas d'autre union à subir! »
talia tristis:
Mais lui : « Quoi ! dit-il, me couvrir
«Obsecro, mi senior, gladio
de sang innocent! Mériterait-il
mea colla
encore d'abattre des ennemis, le fer
secentur, 545
qui n'aurait pas eu pitié d'une telle
Ut, quae non merui pacto
amie? Ne me demande rien de
thalamo sociari,
pareil, et mets de côté tes craintes.
Nullius ulterius patiar
Celui qui m'a tiré de tant de périls
consortia carnis.»
divers a bien, je crois, le pouvoir de
Tum iuvenis: «cruor innocuus
confondre cette fois encore nos
me tinxerit?» inquit
ennemis. » Puis, ayant levé les
Et: «quo forte modo gladius
yeux, il ajoute : « Ce ne sont pas
potis est inimicos
des Huns, mais des Francs
Sternere, tam fidae si nunc
Nibelungs, des habitants du pays. »
non parcit
Et reconnaissant le casque d'Hagen,
amicae? 550
il se met à rire : « Eh! le voilà mon
Absit quod rogitas; mentis
camarade Hagen, mon vieux
depone pavorem!
compagnon d'exil! »
Qui me de variis eduxit sacpe
periclis, Cela dit, le héros se poste à
Hic valet hic hostes, credo, l'entrée du refuge, et s'adressant à
confundere nostros.» la jeune fille restée en arrière : «
Haec ait atque oculos tollens Ecoute la Mère parole que je lance
effatur ad ipsam: devant ce seuil : qu'aucun de ces
«Non assunt Avares hic, sed Francs ne se flatte de retourner dire
Franci à son épouse qu'il a pris
nebulones, 555 impunément la moindre parcelle de
Cultores regionis et» - en nos trésors ! » Mais il n'a pas
galeam Haganonis encore achevé qu'il se jette à terre,
Aspicit et noscens iniunxit demandant à Dieu pardon d'un tel
talia ridens: langage. Et, s'étant relevé, il
«Et meus hic socius Hagano examina prudemment ses
collega veternus.» adversaires : « Hagen est de tous
ceux-là le seul que je redoute, car il
Hoc heros dicto introitum connaît ma manière de combattre,
stationis adibat, et certes il ne manque pas
Inferius stanti praedicens sic d'adresse. Mais si seulement Dieu
mulieri: 560 veut que je déjoue ses ruses, je te
«Hac coram porta verbum reviendrai de ce combat, chère
modo iacto superbum: épouse. »
Hinc nullus rediens uxori De son côté, Hagen, voyant le
dicere Francus poste occupé par Walther, donne au
Praesumet se impune gazae roi ce conseil : « O seigneur, ne
quid tollere tantae.» vous acharnez pas à combattre cet
Necdum sermonem homme! Qu'on aille d'abord lui
complevit, humotenus ecce demander quelle est sa race, sa
Corruit et veniam petiit, quia patrie, son nom, le lieu d'où il vient,
talia dixit. 565 s'il veut avoir la paix sans effusion
Postquam surrexit, de sang en livrant son trésor. Par la
contemplans cautius omnes: réponse nous connaîtrons l'homme,
«Horum, quos video, nullum et si Walther n'a pas changé, — il
Haganone remoto est raisonnable, — peut-être
Suspicio; namque ille meos cèdera-t-il par égard pour vous. »
per proelia mores
Iam didicit, tenet hic etiam Le roi chargea du message un
sat callidus artem. certain Camelon, préfet de Metz
Quam si forte volente deo pour la noble Francie, et qui était
intercepero venu apporter le tribut de cette
solam, 570 ville, la veille du jour où le prince
Tunc» ait «ex pugna tibi, apprenait le passage des fugitifs.
Hiltgunt sponsa, reservor.» Camelon, rendant la bride à son
cheval, vole comme le vent,
Ast ubi Waltharium tali traverse la plaine, et s'approche de
statione receptum Walther qui lui barre le chemin. Il
Conspexit Hagano, satrapae l'interpelle ainsi : « Homme, dis-moi
mox ista superbo qui tu es, d'où tu viens, où tu vas.
Suggerit: «o senior, desiste » — « Et moi, dit le héros, je
lacessere bello voudrais bien savoir si tu viens de
Hunc hominem! pergant toi-même ou si quelqu'un t'envoie.
primum, qui cuncta requ » Camelon alors d'un ton
irant, 575 d'arrogance : «Apprends que le
Et genus et patriam puissant roi Gunther m'envoie
nomenque locumque rechercher les raisons de ton
relictum, voyage. »
Vel si forte petat pacem sine Walther répond : « Je ne
sanguine praebens comprends pas quel besoin on peut
Thesaurum. Per responsum avoir de pénétrer les secrets d'un
cognoscere homonem voyageur, mais moi je n'hésite pas
Possumus, et si Waltharius à les produire au jour. Je m'appelle
remoratur ibidem Walther, je suis natif d'Aquitaine;
(Est sapiens), forsan vestro tout enfant je fus livré en otage aux
concedet Huns par mon père. J'ai vécu depuis
honori.» 580 lors chez les Huns, et je viens de les
quitter par grand désir de revoir ma
Praecipit ire virum patrie et ma nation bien aimée. » —
cognomine rex Camalonem, « Eh bien, reprend l'envoyé, le roi
Inclita Mettensi quem Francia que je t'ai nommé t'ordonne par ma
miserat urbi voix de livrer tes coffrets, ton
Praefectum, qui dona ferens cheval et la jeune fille. Si tu le fais
devenerat illo de bonne grâce, il te laissera et la
Anteriore die, quam princeps vie et les membres. »
noverit ista. Walther riposte hardiment : « Je
Qui dans frena volat n'ai jamais, que je pense, entendu
rapidoque simillimus plus sot bavard. A ton dire, je ne
euro 585 sais quel prince me promettrait ce
Transcurrit spatium campi qui n'est pas et ne sera, j'espère,
iuvenique propinquat jamais en son pouvoir. Est-il Dieu
Ac sic obstantem compellat: pour se croire le droit de m'accorder
«dic, homo, quisnam la vie? A-t-il mis la main sur moi?
Sis aut unde venis, quo Me tient-il en prison? Mes bras
pergere tendis?» sont-ils tordus, liés derrière mon
Heros magnanimus respondit dos? Ecoute pourtant : s'il me
talia dicens: dispense de combattre, — car, je le
«Sponte tua venias an huc te vois à son armure, il est venu en
miserit ullus, 590 ennemi, — je lui remettrai cent
Scire velim.» Camalo tunc bracelets d'or, par égard pour son
reddidit ore superbo: titre de roi. » L'envoyé part avec
«Noris Guntharium regem cette réponse, et va raconter aux
tellure potentem nobles Francs ce qu'il a proposé et
Me misisse tuas quaesitum ce qu'il rapporte.
pergere causas.»
Là-dessus Hagen dit au roi : «
His auscultatis Acceptez le présent que l'on vous
suggesserat hoc adolescens: offre ; avec cela vous pourrez, ô
«Ignoro penitus, quid opus sit père, honorer votre suite, et surtout
forte viantis 595 retirez la main que vous avanciez
Scrutari causas, sed promere pour combattre. Vous ne connaissez
non trepidamus. Walther ni sa valeur insigne. Et la
Waltharius vocor, ex nuit dernière un rêve m'a présagé
Aquitanis sum generatus. que, si nous attaquons, le succès ne
A genitore meo modicus puer nous suivra pas. Vous m'êtes
obsidis ergo apparu aux prises avec un ours qui,
Sum datus ad Hunos; ibi vixi après une longue lutte, mordit une
nuncque recessi de vos jambes et l'arracha, ainsi
Concupiens patriam que le genou jusqu'à la cuisse; et
dulcemque revisere comme je venais à votre aide, le
gentem.» 600 javelot en main, la bête fondit sur
Missus ad haec: «tibi iam moi et me fit sauter un œil et
dictus per me iubet heres, plusieurs dents. »
Ut cum scriniolis equitem des A ces représentations
atque puellam. l'orgueilleux monarque répond en
Quod si promptus agis, vitam s'écriant : « A ce que je vois, tu suis
l'exemple de ton père Agath. C'était
concedet et artus.» aussi une âme timide dans un cœur
de glace et un verbeux détracteur
Waltharius contra de batailles. »
fidenter protulit ista: Hagen alors conçoit une juste
«Stultius effatum me non colère, s'il est permis à personne de
audisse s'irriter contre son souverain. « Eh
sophistam 605 bien, dit-il, c'est l'affaire de vos
Arbitror. En memoras, quod armes. Votre homme est devant
princeps, nescio vel quis, vous que chacun le combatte! Vous
Promittat, quod non retinet êtes à portée, et la peur ne vous
nec fors retinebit. retient pas, vous autres. Moi, je
An deus est, ut iure mihi vous regarderai faire, et je renonce
concedere possit à partager le butin. » Sur ces mots,
Vitam? num manibus tetigit? il gagna une colline prochaine,
num carcere trusit descend de cheval, et s'assoit en
Vel post terga meas torsit per spectateur.
vincula palmas? 610
At tamen ausculta: si me Cependant Gunther commande à
certamine laxat Camelon : « Vu, et somme
(Aspicio, ferratus adest, ad l'étranger de me rendre tout le
proelia venit), trésor. S'il hésite, je te sais brave et
Armillas centum de rubro audacieux, attaque-le et dépouille-
quippe metallo le vaincu. » Et le gouverneur de
Factas transmittam, quo Metz se met en marche; son jaune
nomen regis honorem.» casque brille sur sa tête, sa cuirasse
Tali responso discesserat ille sur sa poitrine. De loin il crie: « Eh!
recepto, 615 l'ami, écoute-moi! Donne tout ton
Principibus narrat, quod or au roi des Francs, si tu veux
protulit atque resumpsit. avoir la vie sauve. »
Le brave Walther reste un
Tunc Hagano ad regem: moment sans répondre, attendant
«porrectam suscipe gazam, l'approche de son farouche ennemi.
Hac potis es decorare, pater, Celui-ci, en accourant, répète sa
tecum comitantes, sommation : « Livre ton or au roi
Et modo de pugna palmam des Francs! » Le héros répond
revocare memento! enfin : « Hue demandes-tu, que
Ignotus tibi Waltharius et réclames-tu, importun? ai-je rien
maxima virtus. 620 volé de tel au roi Gunther? Ou m'a-
Ut mihi praeterita portendit t-il fait par intérêt quelque don qu'il
visio nocte, ait le droit de me reprendre avec
Non, si conserimus, nos tant d'usure? Est-ce qu'en
prospera cuncta sequentur. traversant votre pays j'y ai commis
Visum quippe mihi te un dommage qui semble t'autoriser
colluctarier urso, à me dépouiller? Si les gens d'ici
Qui post conflictus longos tibi sont assez jaloux de tout le monde
mordicus unum pour ne laisser personne fouler leur
Crus cum poplite ad usque sol en passant, soit, j'achète mon
femur decerpserat passage, et j'offre au roi deux cents
omne 625 bracelets. Qu'il me donne seulement
Et mox auxilio subeuntem ac la paix et renonce à la guerre. »
tela ferentem
Me petit atque oculum cum A cela l'impitoyable Camelon
dentibus eruit unum.» réplique : « C'est pour un plus gros
présent qu'il faut ouvrir les coffres.
Au surplus, voici mon dernier mot :
His animadversis clamat
ou tu donneras ce qu'on exige, ou
rex ille superbus:
ta vie s'écoulera avec ton sang ! »
«Ut video, genitorem imitaris
Hagathien ipse. Ayant dit, il ramène sur son bras
Hic quoque perpavidam son triple bouclier, brandit sa
gelido sub pectore javeline luisante, et la lance de
mentem 630 toutes ses forces. Mais le jeune
Gesserat et multis fastidit homme sur ses gardes évite le
proelia verbis.» coup, et le fer qui vole mord en vain
le sol.
Tunc heros magnam Walther enfin : « Vous le voulez
iuste conceperat iram, ainsi, dit-il. Eh bien, à l'œuvre! » En
Si tamen in dominum licitum même temps il lance son javelot.
est irascier ullum. Traversant le côté gauche du
«En» ait «in vestris consistant bouclier, le fer perce la main avec
omnia telis. laquelle Camelon commençait de
Est in conspectu, quem vultis, tirer son épée, la lui cloue sur la
dimicet omnis. 635 cuisse, et s'enfonce dans la croupe
Comminus astatis, nec iam du cheval. Dès qu'elle sent la
timor impedit ullum; blessure, la bête se cabre, furieuse
Eventum videam nec consors et veut secouer de son dos le
sim spoliorum.» cavalier; et peut-être y réussirait-
Dixerat et collem petiit mox elle sans les traits qui les fixe l'un à
ipse propinquum l'autre. Cependant Camelon, lâchant
Descendensque ab equo son bouclier, saisit de la main
consedit et aspicit illo. gauche l'arme qui l'a frappé, et
s'efforce d'en détacher sa main
Post haec Guntharius droite. Voyant cela, Walther
Camaloni praecipit accourt, lui serre le pied, lui plonge
aiens: 640 son épée dans le corps jusqu'à la
«Perge et thesaurum reddi garde, et puis la retire ainsi que son
mihi praecipe totum. javelot. Cheval et cavalier tombent
Quodsi cunctetur (scio, tu vir au même instant.
fortis et audax),
Congredere et bello devictum A ce triste spectacle, le neveu de
mox spoliato!» Camelon, le fils de son propre frère,
Ibat Mettensis Camalo celui qu'on surnommait Kimon, et
metropolitanus, que certains appellent Scaramond,
Vertice fulva micat cassis, de gémit et tout en larmes crie à ses
pectore thorax, 645 compagnons : « C'est moi que
Et procul acclamans: «heus, l'affaire regarde avant vous tous!
audi» dixit «amice! Ou je périrai avec lui, ou je vengerai
Regi Francorum totum celui qui m'était si cher. » — Il faut
transmitte metallum, dire que dans l'étroit défilé les
Si vis ulterius vitam vel adversaires devaient se mesurer
habere salutem!» seul à seul et que nul frère d'armes
ne pouvait secourir un autre. Ainsi
l'infortuné Scaramond vole à la
Conticuit paulum verbo
mort, brandissant deux javelines au
fortissimus heros,
large fer. Et voyant que Walther
Opperiens propius hostem
restait intrépide et comme fixé à
adventare
son poste, il lui dit en grinçant des
ferocem. 650
dents, en secouant la queue de
Advolitans missus vocem
cheval qui flotte sur son casque : a
repetiverat istam:
Quelle audace est la tienne, et
[«Regi Francorum totum
qu'espères-tu? Moi, je n'en veux
transmitte metallum!»
pas à ton trésor ni à rien de ce qui
Tum iuvenis constans
est à toi; c'est la vie de mon parent
responsum protulit istud:
que je te réclame. » Walther
«Quid quaeris vel quid reddi,
répond : « Si l'on peut me
importune, coartas?
Numquid Gunthario furabar convaincre d'avoir été l'agresseur,
talia regi? 655 ou si je fis rien pour mériter ce
Aut mihi pro lucro quicquam châtiment, soit! que ta lance me
donaverat ille, perce à l'instant même! » Il n'avait
Ut merito usuram me cogat pas fini de parler que déjà
solvere tantam? Scaramond lui jetait une de ses
Num pergens ego dampna javelines, puis l'autre, coup sur
tuli vestrae regioni, coup; le héros évita la première, et
Ut vel hinc iuste videar secoue la seconde qui avait frappé
spoliarier a te? le bouclier. Tirant alors son épée,
Si tantam invidiam cunctis Scaramond fond sur Walther pour
gens exhibet lui fendre le front; mais emporté
ista, 660 par l'élan de son cheval, il passe
Ut calcare solum nulli trop près de lui, et au lieu de
concedat eunti, blesser la tête avec la lame, il
Ecce viam mercor, regi frappe seulement le casque avec la
transmitto ducentas poignée de son arme ; le choc
Armillas. Pacem donet modo produit un tintement, et une
bella remittens." étincelle s'envole dans les airs. Et
avant qu'il ait pu faire volter son fier
Haec postquam Camalo coursier, Walther lui plante sa lance
percepit corde ferino, sous le menton, et l'enlève de sa
«Amplificabis» ait «donum, haute selle à demi-mort. Puis, sans
dum scrinia écouter ses prières, il lui tranche la
pandis. 665 tête avec son propre glaive, et sur
Consummare etenim le sang de l'oncle fait couler celui du
sermones nunc volo cunctos: neveu.
Aut quaesita dabis aut vitam Dès qu'il a vu périr Scaramond,
sanguine fundes.» l'orgueilleux Gunther exhorte ses
Sic ait et triplicem clipeum compagnons à renouveler l'attaque
collegit in ulnam avec furie : « Assaillons-le, ne le
Et crispans hastile micans vi laissons plus respirer, jusqu'à ce
nititur omni qu'il se lasse et succombe, et nous
Ac iacit. At iuvenis devitat le garrotterons, et il rendra le trésor
cautior ictum. 670 et il sera puni du sang qu'il a versé!
Hasta volans casso tellurem »
vulnere mordit.

Waltharius tandem: «si


sic placet», inquit «agamus!»
Et simul in dictis hastam
transmisit. at illa
Per laevum latus umbonis
transivit, et ecce
Palmam, qua Camalo
mucronem educere
coepit, 675
Confixit femori transpungens
terga caballi.
Nec mora, dum vulnus sentit
sonipes, furit atque
Excutiens dorsum sessorem
sternere temptat;
Et forsan faceret, ni lancea
fixa teneret.
Interea parmam Camalo
dimisit et,
hastam 680
Complexus laeva, satagit
divellere dextram.
Quod mox perspiciens currit
celeberrimus heros
Et pede compresso capulo
tenus ingerit ensem;
Quem simul educens hastam
de vulnere traxit.
Tunc equus et dominus hora
cecidere sub
una. 685

Et dum forte nepos


conspexerat hoc Camalonis,
Filius ipsius Kimo eognomine
fratris,
Quem referunt quidam
Scaramundum nomine
dictum,
Ingemit et lacrimis compellat
tristior omnes:
«Haec me prae cunctis heu
respicit actio
rerum. 690
Nunc aut commoriar vel
carum ulciscar amicum.»
Namque angusta loci solum
concurrere soli
Cogebant, nec quisquam alii
succurrere quivit.
Advolat infelix Scaramundus
iam moriturus,
Bina manu lato crispans
hastilia ferro. 695
Qui dum Waltharium nullo
terrore videret
Permotum fixumque loco
consistere in ipso,
Sic ait infrendens et equinam
vertice caudam
Concutiens: «in quo fidis? vel
quae tua spes est?
Non ego iam gazam nec
rerum quidque
tuarum 700
Appeto, sed vitam cognati
quaero perempti.»
Ille dehinc: «si convincar,
quod proelia primus
Temptarim seu quid merui,
quod talia possim
Iure pati, absque mora tua
me transverberet hasta.»
Necdum sermonem
concluserat, en
Scaramundus 705
Unum de binis hastile retorsit
in illum
Confestimque aliud. Quorum
celeberrimus heros
Unum devitat, quatit ex
umbone secundum.
Tunc aciem gladii promens
Scaramundus acuti
Proruit in iuvenem cupiens
praescindere
frontem, 710
Effrenique in equo propius
devectus ad illum
Non valuit capiti libratum
infindere vulnus,
Sed capulum galeae impegit:
dedit illa resultans
Tinnitus ignemque simul
transfudit ad auras.
Sed non cornipedem potuit
girare
superbum, 715
Donec Waltharius sub
mentum cuspidis ictum
Fixerat et sella moribundum
sustulit alta.
Qui caput orantis proprio
mucrone recidens
Fecit cognatum pariter
fluitare cruorem.

Hunc ubi Guntharius


conspexit obisse
superbus, 720
Hortatur socios pugnam
renovare furentes:
«Aggrediamur eum nec
respirare sinamus,
Donec deficiens lassescat; et
inde revinctus
Thesauros reddet luet et pro
sanguine poenas.»

Tertius en Werinhardus
Le troisième qui partit au
abit bellumque
combat, ce fut Wurhard, le
lacessit, 725
descendant d'une longue suite
Quamlibet ex longa generatus
d'aïeux, un de tes arrière-neveux et
stirpe nepotum,
un archer comme toi, illustre
O vir clare, tuus cognatus et
Pandarus, qui poussé (par Minerve)
artis amator,
à troubler la trêve conclue, lanças le
Pandare, qui quondam iussus
premier trait au milieu des Grecs.
confundere foedus
Méprisant la lance, Wurhard portait
In medios telum torsisti
un carquois et un arc, et pour
primus Achivos.
mettre l'avantage de son côté, il
Hic spernens hastam
harcela de loin Walther à coups de
pharetram gestavit et
flèches. Mais celui-ci, faisant brave
arcum, 730
Eminus emissis haud aequo contenance, et opposant son vaste
Marte sagittis bouclier, voyait venir les traits et les
Waltharium turbans. contra évitait avec adresse, soit par un
tamen ille virilis saut de côté, soit en inclinant le
Constitit opponens clipei bouclier au vent pour les faire
septemplicis orbem, dévier; aucun ne le toucha. Enfin,
Saepius eludens venientes furieux de voir toutes ses flèches
providus ictus. usées en vain, le descendant de
Nam modo dissiluit, parmam Pandarus tire son épée, s'élance, et
modo vergit in avec vanterie : « Va, dit-il, si ta
austrurn 735 ruse a pu déjouer des traits légers
Telaque discussit, nullum comme le vent, tu n'esquiveras pas,
tamen attigit illum. j'espère, un coup asséné par ma
Postquam Pandarides se main! »
consumpsisse sagittas
Walther lui répond
Incassum videt, iratus mox
gaillardement : « Assez longtemps
exerit ensem
tu me fis attendre une lutte à
Et demum advolitans has
chances égales. Hâte-toi donc, le
iactitat ore loquelas:
retard ne viendra pas de moi. » Il
«O si ventosos lusisti, callide,
dit, et de toutes ses forces lance
iactus, 740
son javelot. Le fer vole et va trouer
Forsan vibrantis dextrae iam
le poitrail du cheval, qui se cabre
percipis ictum.»
tout droit, battant l'air de ses pieds,
fait rouler à terre son cavalier, et se
Olli Waltharius ridenti renverse sur lui. Le héros accourt,
pectore adorsus: arrache à Wurhard son épée, son
«Iamque diu satis expecto casque, et le saisit par sa blonde
certamina iusto chevelure. Aux prières répétées du
Pondere agi. Festina, in me vaincu, le vainqueur répond : « Tu
mora non erit ulla.« ne parlais pas ainsi tout à l'heure,
Dixerat et toto conixus fanfaron! » Et sur ces mots il laisse
corpore ferrum 745 choir le tronc décapité.
Conicit. Hasta volans pectus
reseravit equinum: Mais la vue de trois cadavres
Tollit se arrectum quadrupes n'abat point la démence de
et calcibus auras Gunther. Il ordonne : à tour de rôle
Verberat effundensque ses hommes courront à la mort. Et
equitem cecidit super illum. le quatrième qui tenta le sort du
Accurrit iuvenis et ei vi diripit combat fut Ekefrid, né au pays
ensem. saxon, un banni forcé de fuir son
Casside discussa crines pays après le meurtre d'un chef. Il
complectitur montait un cheval bai-moucheté.
albos 750 Voyant Walther déjà prêt pour ce
Multiplicesque preces nectenti nouveau duel : « Dis-moi, maudit,
dixerat heros: lui cria-t-il, as-tu un corps palpable,
«Talia non dudum iactabas ou n'es-tu qu'une décevante figure
dicta per auras.» aérienne? Tu m'as l'air d'un Faune
Haec ait et truncum secta accoutumé à bondir. »
cervice reliquit. Walther se met à rire et répond :
« Ton jargon prouve que tu es de
Sed non dementem tria cette race à qui la nature a donné
visa cadavera terrent de surpasser les autres en
Guntharium: iubet ad mortem plaisanterie. Mais approche d'abord
properare à portée de ma main; tu seras libre
vicissim. 755 ensuite de raconter aux Saxons que
En a Saxonicis oris Ekivrid tu as vu dans les Vosges l'apparition
generatus d'un Faune. » — « Je tâterai du
Quartus temptavit bellum, qui moins qui tu es ! » dit Ekefrid, et
pro nece facta aussitôt il brandit violemment son
Cuiusdam primatis eo javelot ferré de cornouiller, qui
diffugerat exul. s'échappe des replis de la courroie,
Quem spadix gestabat equus mais se brise en choquant le dur
maculis variatus. bouclier.
Hic ubi Waltharium promptum
Walther répond en faisant voler
videt esse
sa lance : « Tiens, voilà les présents
duello, 760
du Faune des bois ! Vois si mes
«Dic» ait «an corpus vegetet
traits, à moi, ne savent pas mieux
tractabile temet
pénétrer. » La lance fend le bois
Sive per aerias fallas,
recouvert de cuir de taureau, perce
maledicte, figuras.
la cotte de mailles, et se plante
Saltibus assuetus faunus mihi
dans le poumon. Le pauvre Ekefrid
quippe videris.»
roule à terre et vomit un flot de
sang; lui qui fuyait la mort, il vient
Illeque sublato dedit de courir au-devant d'elle. Walther
haec responsa cachinno: prend le cheval du vaincu et le met
«Celtica lingua probat te ex au pâturage derrière lui.
illa gente
creatum, 765 Un cinquième champion alors,
Cui natura dedit reliquas Hadawart, le cœur gonflé d'illusions,
ludendo praeire. demande à Gunther (pour sa part
At si te propius venientem de butin), le propre bouclier de
dextera nostra l'ennemi. Il part, laissant sa lance à
Attingat, post Saxonibus ses compagnons, et se confiant
memorare valebis, avec une folle audace en sa seule
Te nunc in Vosago fauni épée. Et comme il voit le chemin
fantasma videre.» obstrué par les cadavres gisants, et
«Attemptabo quidem, quid son cheval empêché de passer, il
sis», Ekivrid ait, ac saute à terre et s'avance à pied.
mox 770 Walther, fièrement campé sous ses
Ferratam cornum graviter armes, donne un éloge au brave qui
iacit. Illa retorto vient lui offrir un combat égal. Mais
Emicat amento; quam durus Hadawart lui dit : « O serpent pétri
fregerat umbo. de ruses et maître en fourberie! Toi
qui caches tes membres sous une
Waltharius contra cuirasse d'écaillés, et qui, replié en
respondit cuspide missa: rond comme la couleuvre, évites
«Haec tibi silvanus transponit tant de traits sans recevoir la
munera faunus. moindre blessure, toi qui te joues
Aspice, num mage sit telum avec un bonheur inouï des flèches
penetrabile nostrum. empoisonnées, crois-tu pouvoir
» 775 l'esquiver par artifice, le coup
Lancea taurino contextum asséné de près et d'une main sûre,
tergore lignum le coup qui ne harcèle pas, mais qui
Diffidit ac tunicam scindens blesse? Écoute un conseil : dépose
pulmone resedit. ton bouclier si bien peint, c'est ma
Volvitur infelix Ekivrid part, et le roi me l'a promis. Je ne
rivumque cruoris veux pas que tu le gâtes, il me plaît
Evomit: en mortem fugiens trop. Au surplus, tu aurais beau me
incurrit eandem. ravir la douce lumière de la vie, j'ai
Cuius equum iuvenis post là plusieurs compagnons et parents
tergum in gramen qui, lors même que tu emprunterais
abegit. 780 les ailes de l'oiseau, ne te laisseront
jamais partir d'ici impuni. »
Tunc a Gunthario clipeum Ces menaces n'épouvantent pas
sibi postulat ipsum le héros, qui répond : « Je n'ai
Quintus ab inflato qu'un mot à te dire, je défendrai
Hadawardus pectore lusus. mon bouclier. Crois-moi, je lui ai de
Qui pergens hastam sociis grandes obligations. Il s'est maintes
dimisit habendam, fois opposé à mes ennemis, il a reçu
Audax in solum confisus bien des blessures à ma place. Tu
inaniter ensem. vois de quel secours il m'est
Et dum conspiceret deiecta aujourd'hui, et s'il m'eût manqué,
cadavera totam 785 peut-être Walther ne te parlerait-il
Conclusisse viam nec equum pas. O ma main droite, déploie
transire valere, toutes tes forces pour repousser
Dissiliens parat ire pedes. l'agresseur, et l'empêcher de te
Stetit acer in armis ravir mon rempart! Et toi, ma
Waltharius laudatque virum, gauche, tiens bien la poignée du
qui praebuit aequam bouclier, et que tes doigts soient
Pugnandi sortem. Hadawart comme collés à l'ivoire! Ne va pas
tum dixit ad illum: lâcher ici ce fardeau porté sur de si
«O versute dolis ac fraudis longues routes, depuis le palais des
conscie Huns! »
serpens, 790
Hadawart alors : « Tu le feras
Occultare artus squamoso
malgré toi, si tu ne veux pas de bon
tegmine suetus
gré. Et ce n'est pas seulement le
Ac veluti coluber girum
bouclier, c'est le cheval et la jeune
collectus in unum
fille et l'or qu'il faudra rendre. Alors
Tela tot evitas tenui sine
enfin lu seras châtié, scélérat! » —
vulneris ictu
Il dit, et tire son illustre épée du
Atque venenatas ludis sine
fourreau. Ces fils de contrées
more sagittas!
diverses s'élancent l'un sur l'autre.
Numquid et iste, putas, astu
Les Vosges voient ces foudres avec
vitabitur ictus, 795
étonnement. Les deux champions,
Quem propius stantis certo
grands par le cœur et par les
libramine mittit
armes, l'un se fiant à son épée,
Dextra manus? neque enim is
l'antre, ardent et terrible avec sa
teli seu vulneris auctor.
lance, se livrent mille assauts et
Audi consilium: parmam
déploient toutes leurs forces. Le
deponito pictam!
chêne ombreux sur qui les haches
Hanc mea sors quaerit, regis
s'abattent ne retentit pas si fort que
quoque sponsio praestat.
leurs casques et leurs boucliers. Les
Nolo quidem laedas, oculis
Francs s'étonnent que Walther reste
quia complacet
infatigable, bien qu'on ne lui ait
istis. 800
laissé ni repos ni trêve. Le
Sin alias, licet et lucem mihi
champion de Worms, croyant le
dempseris almam,
faire sans danger, se dresse de
Assunt hic plures socii
toute sa hauteur et brusquement il
carnisque propinqui,
lève son épée, pensant terminer du
Qui, quamvis volucrem
coup ce duel. Mais au moment où il
simules pennasque capessas,
frappe, son adversaire sur ses
Te tamen immunem
gardes pare le coup en avançant sa
numquam patientur abire.»
lance, et lui fait sauter du poing son
arme inutile; la lame étincelante
Belliger at contra nil vole au loin dans les broussailles.
territus intulit Quand il se voit privé du secours de
ista: 805 son épée, Hadawart prend sa course
«De reliquis taceo, clipeum et veut gagner les buissons; mais
defendere curo. de son pied agile, avec la verdeur
Pro meritis, mihi crede, bonis de la jeunesse, le fils d'Alpher le
sum debitor illi.
Hostibus iste meis se poursuit et lui crie : « Où fuis-tu?
opponere saepe solebat Reçois-le donc, mon bouclier ! »
Et pro vulneribus suscepit Disant cela, il lève vivement sa
vulnera nostris. lance des deux mains, et frappe :
Quam sit oportunus hodie Hadaward tombe, l'immense
mihi, cernis et bouclier s'abat sur lui avec fracas.
ipse; 810 Sans retard, Walther lui met le pied
Non cum Walthario loquereris sur la nuque, et, du bout de sa
forsan, abesset. lance écartant le bouclier, il cloue le
Viribus o summis hostem vaincu à terre. L'infortuné roule des
depellere cures, yeux mourants, et le souffle de sa
Dextera, ne rapiat tibi vie se perd dans les airs.
propugnacula muri!
Tu clavum umbonis studeas
retinere, sinistra,
Atque ebori digitos circumfer
glutine fixos! 815
Istic ne ponas pondus, quod
tanta viarum
Portasti spatia, ex Avarum
nam sedibus altis!»

Ille dehinc: «invitus agis,


si sponte recusas.
Nec solum parmam, sed
equum cum virgine et auro
Reddes: tum demum
scelerum cruciamina
pendes.» 820
Haec ait et notum vagina
diripit ensem.
Inter se variis terrarum
partibus orti
Concurrunt. Stupuit Vosegus
haec fulmina et ictus.
Olli sublimes animis ac
grandibus armis,
Hic gladio fidens, hic acer et
arduus hasta, 825
Inter se multa et valida vi
proelia miscent.
Non sic nigra sonat percussa
securibus ilex,
Ut dant tinnitus galeae
clipeique resultant.
Mirantur Franci, quod non
lassesceret heros
Waltharius, cui nulla quies
spatiumve
dabatur. 830
Emicat hic impune putans
iam Wormatiensis
Alte et sublato consurgit
fervidus ense,
Hoc ictu memorans semet
finire duellum.
Providus at iuvenis ferientem
cuspide adacta
Intercepit et ignarum
dimittere
ferrum 835
Cogebat: procul in dumis
resplenduit ensis.
Hic ubi se gladio spoliatum
vidit amico,
Accelerare fugam fruticesque
volebat adire.
Alpharides fretus pedibus
viridique iuventa
Insequitur dicens: «quonam
fugis? accipe
scutum!» 840
Sic ait atque hastam manibus
levat ocius ambis
Et ferit. Ille cadit, clipeus
superintonat ingens.
Nec tardat iuvenis: pede
collum pressit et hasta
Divellens parmam telluri
infixerat illum.
Ipse oculos vertens animam
sufflavit in
auram. 845
Sextus erat Patavrid.
C'était le tour du sixième, de
Soror hunc germana
Patafrid, que mit au jour la sœur
Haganonis
d'Hagen. En le voyant s'avancer,
Protulit ad lucem. Quem dum
son oncle s'efforce de le détourner,
procedere vidit,
et le rappelle et le prie : « Où
Vocibus et precibus conatur
cours-tu? Vois la Mort qui rit déjà!
avunculus inde
Arrête-toi, ou c'est ton dernier jour.
Flectere proclamans:
O cher neveu, ton courage t'égare!
«quonam ruis? aspice
Renonce. Tu n'es pas de la force.de
mortem,
Walther. » — Hélas! le jeune
Qualiter arridet! desiste! en
homme qu'enflammé l'ardeur de la
ultima Parcae 850
gloire dédaigne ces conseils et
Fila legunt. O care nepos, te
continue d'avancer. Hagen, désolé,
mens tua fallit.
poussa un long soupir, et du fond
Desine! Waltharii tu denique
du cœur il exhale ces plaintes : « O
viribus impar.»
gouffre de ce monde, ambition
Infelix tamen ille means haec
insatiable! O monstrueuse avarice,
omnia sprevit;
principe de tous maux ! Que
Arsit enim venis laudem
n'assouvis-tu ta gloutonne rage sur
captare cupiscens.
l'or même et sur les autres
Tristatusque Hagano suspiria
richesses, en l'abstenant de dévorer
pectore longa 855
les hommes! Mais aujourd'hui ton
Traxit et has imo fudit de
souffle attise chez les humains une
corde loquelas:
passion impie, et personne ne se
«O vortex mundi, fames
contente plus de ce qu'il a. Et
insatiatus habendi,
même, pour du gain, on ne craint
Gurges avaritiae, cunctorum
pas d'affronter une mort honteuse !
fibra malorum!
Plus on possède, plus la soif d'avoir
O utinam solum gluttires dira
est ardente. Par force ou par ruse,
metallum
on s'empare du bien d'autrui, et ce
Divitiasque alias homines
impune qui est le plus triste, ce qui doit tirer
remittens! 860 de nos cœurs le plus de larmes, on
Sed tu nunc homines rejette en enfer des âmes nées pour
perverso numine perflans les deux ! Voilà mon neveu chéri
Incendis, nullique suum iam que je ne puis retenir, car tu es là
sufficit. Ecce qui l'aiguillonnes, cruelle ambition!
Non trepidant mortem pro Il court aveuglément à une mort
lucro incurrere turpem. affreuse, et pour une misérable
Quanto plus retinent, tanto gloriole, il a hâte de descendre chez
sitis ardet habendi. les ombres. Ah ! cher neveu, que
Externis modo vi modo faudra-t-il dire à ta mère, enfant
furtive perdu? Qui consolent ta jeune
potiuntur 865 épouse, à qui tu n'as pas donné
Et, quod plus renovat gemitus pour distraction de sa douleur un
lacrimasque ciebit, entant dont l'espoir lui est ravi? Oh!
Caeligenas animas Erebi quelle fureur est la tienne? D'où
fornace retrudunt. vient tant de démence? » — Il dit,
Ecce ego dilectum nequeo et inonde son sein de larmes, et son
revocare nepotem; « Adieu, beau neveu! » se prolonge
Instimulatus enim de te est, o en sanglots.
saeva cupido.
Malgré l'éloignement, Walther
En caecus mortem properat
remarque le chagrin de son
gustare
camarade, et il entend ses cris.
nefandam 870
C'est pourquoi il adjure le cavalier
Et vili pro laude cupit
qui vient sur lui : « Écoute mon
descendere ad umbras.
conseil, vaillant jeune homme, et
Heu mihi care nepos, quid
conserve-toi pour de meilleurs
matri, perdite, mandas ?
destins. Ne va pas plus loin, car ton
Quis nuper ductam refovebit,
ardeur et ta confiance t'égarent.
care, maritam,
Vois la fin de tant de braves et
Cui nec, rapte spei, pueri
renonce à ce duel, pour que ta mort
ludicra dedisti?
n'augmente pas le nombre de mes
Quis tibi nam furor est? unde
ennemis. » — « Que t'importe ma
haec dementia
mort, brigand? lui répond Patafrid.
venit?» 875
Ton affaire est de combattre et non
Sic ait et gremium lacrimis
de discourir. » En disant cela, il
conspersit obortis,
vise, et jette son javelot noueux
Et longum «formose, vale»
que le héros fait dévier en l'écartant
singultibus edit.
avec sa lance, mais qui, poussé par
le ressort des courroies et par les
Waltharius, licet alonge, forces d'un furieux, vole dans
socium fore maestum l'intérieur du retranchement et ne
Attendit, clamorque simul s'arrête qu'aux pieds de la jeune
pervenit ad aures. fille. Celle-ci, prise d'une terreur
Unde incursantem sic est féminine, jette un cri. Puis, dès que
affatus son frêle courage lui revient au
equestrem: 880 cœur, elle relève un peu la tête
«Accipe consilium, iuvenis pour voir si Walther est vivant.
clarissime, nostrum
Et te conservans melioribus Pourtant, une fois encore, le
utere fatis. généreux Walther enjoint au Franc
Desine, nam tua te fervens de se retirer du combat. Mais celui-
fiducia fallit! ci, en fureur, tire son épée, fond sur
Heroum tot cerne neces et lui, et lui assène un coup de haut.
cede duello, Le fils d'Alpher s'était enfin couvert
Ne suprema videns hostes de son bouclier, et, grinçant des
facias mihi dents comme un sanglier qui écume
plures.» 885 de rage, ne disait mot. L'autre, en
«Quid de morte mea euras» voulant frapper se penche et
ait ille «tyranne? s'allonge tout entier; Walther,
Est modo pugnandum courbé et ramassé sur lui-même, se
tibimet, non cache sous son abri. Et voilà
sermocinandum.» qu'entraîné par son coup donné à
Dixit et in verbo nodosam taux, l'assaillant tombe-. C'était la
destinat hastam, fin, si en ce moment Walther n'avait
Cuspide quam propria pas été accroupi, un genou à terre,
divertens transtulit heros. pour se garer du fer sous son
Quae subvecta choris ac bouclier. Et tandis qu'il se redresse,
viribus acta Patafrid se relève aussi, se hâte en
furentis 890 frémissant d'avancer son bouclier,
In castrum venit atque pedes et se prépare en vain à
stetit ante puellae. recommencer le combat. Mais le fils
Ipsa metu perculsa sonum d'Alpher, piquant sa lance dans le
prompsit muliebrem. sol, l'attaque plus promptement
At postquam tenuis redit in avec l'épée, et d'un grand choc lui
praecordia sanguis, défonce le bouclier par le milieu, lui
Paulum suspiciens spectat, tranche sa cuirasse de métal, et lui
num viveret heros. ouvre le ventre. Le malheureux
Patafrid s'affaisse, et voit couler ses
Tum quoque vir fortis entrailles ; son corps revient aux
Francum discedere bêtes de la forêt, son âme aux
bello 895 enfers.
Iussit; at ille furens gladium Promettant de le venger, Gerwig
nudavit et ipsum s'avance. Porté par un lier cheval, il
Incurrens petiit vulnusque a vole par-dessus l'entassement de
vertice librat. carnage qui lui bouche l'étroit
Alpharides parmam demum sentier. Et tandis que Walther
concusserat aptam tranche le cou de sa victime, le
Et spumantis apri frendens de nouveau venu l'assaille en lui jetant
more tacebat. à la tête une hache à deux
Ille ferire volens se pronior tranchants, l'arme des Francs en ce
omnis ad ictum 900 temps-là. Lestement le héros
Exposuit, sed Waltharius sub oppose au coup son bouclier, saute
tegmine flexus en arrière, et reprend sa bonne
Delituit corpusque suum lance, laissant sur l'herbe verte
contraxit, et ecce l'épée ensanglantée.
Vulnere delusus iuvenis
recidebat ineptus. Quelle effroyable lutte de
Finis erat, nisi quod genibus vaillants on vit alors ! Aucune parole
tellure refixis ne se mêle au choc des armes,
Belliger accubuit calibemque chacun des adversaires donnant
sub orbe toute son attention au combat. L'un,
cavebat. 905 plein de rage, veut laver dans la
Hic dum consurgit, pariter se vengeance la mort de ses amis ;
subrigit ille l'autre fait tous ses efforts pour
Ac citius scutum trepidus sibi détendre sa vie et, si le sort le veut,
praetulit atque pour conserver la victoire. L'un
Frustra certamen renovare frappe, l'autre se gare; celui-là
parabat. At illum pousse en avant, celui-ci se replie;
Alpharides fixa gladio petit l'adresse, le hasard et le courage se
ocius hasta mêlent et se confondent. La longue
Et mediam clipei dempsit pique de Walther tient à distance
vasto impete l'ennemi dont l'arme est plus
partem, 910 courte ; mais celui-ci fait voiler son
Hamatam resecans loricam cheval, cherchant à fatiguer le
atque ilia nudans. héros par ses feintes.
Labitur infelix Patavrid sua
Enfin Walther, plein de colères
viscera cernens
amoncelées, soulève par le bas le
Silvestrique ferae corpus,
bouclier de Gerwig, et lui perce d'un
animam dedit Orco.
coup la cuisse et l'aîné. Le blessé
tombe sur le dos en jetant un cri
Hunc sese ulturum affreux, et en se lamentant frappe
spondens Gerwitus adivit, des talons la terre. Le vainqueur
Qui forti subvectus equo l'abandonne après lui avoir tranché
supra volat la tête comme aux autres. Au pays
omnem 915 de Worms ce Gerwig était comte.
Stragem, quae angustam
concluserat obvia callem. Alors seulement les Francs
Et dum bellipotens recidisset commencent à hésiter, et
colla iacentis, demandent par grandes prières à
Venit et ancipitem vibravit in leur maître de renoncer au combat.
ora bipennem Mais le malheureux entre en fureur
(Istius ergo modi Francis tunc et dit dans son aveuglement : «
arma fuere). J'attends de vous, vaillants
Vir celer obiecit peltam hommes, cœurs souvent éprouvés,
frustravit et que ce coup de sort ne fasse
ictum, 920 trembler aucun de vous, mais vous
Ac retro saliens hastam remplisse de colère. Que dirait-on
rapiebat amicam de moi, si je quittais honteusement
Sanguineumque ulva viridi ces Vosges. Que chacun de vous
dimiserat ensem. s'approprie mes sentiments. Pour
moi, je suis prêt à mourir plutôt que
Hic vero metuenda virum de rentrer à Worms sur cet échec.
tum bella videres. Quoi! cet homme gagnerait sa
Sermo quidem nullus fuit patrie vainqueur et sans blessure!
inter Martia tela: Jusqu'à présent vous brûliez du
Sic erat adverso mens horum désir de lui ravir ses trésors; ayez la
intenta duello. 925 même ardeur, mes braves, pour
Is furit, ut caesos mundet laver la souillure de ce carnage, et
vindicta sodales, que la mort expie la mort, le sang,
Ille studet vitam toto le sang! L'extermination du
defendere nisu meurtrier doit consoler nos
Et, si fors dederit, palmam compagnons égorgés. »
retinere triumphi. Ces paroles imprudentes
Hic ferit, ille cavet; petit ille, enflamment les courages, et font
reflectitur iste: oublier, à tous, le soin de leur vie et
Ad studium fors et virtus de leur salut. Et comme on ferait
miscentur in pour un jeu, chacun prétend
unum. 930 devancer les autres à la mort. Mais,
Longa tamen cuspis breviori je l'ai déjà dit, le sentier ne
depulit hostem permettait de combat qu'entre deux
Armatum telo, girat sed et ille hommes seul à seul. Entre temps,
caballum le glorieux Walther, les voyant
Atque fatigatum cupiebat hésiter, avait ôté son casque pour
fallere homonem. l'accrocher à un arbre, et tout
haletant il aspirait l'air frais et
Iam magis atque magis essuyait sa sueur.
irarum mole gravatus
Soudain, pressant son cheval
Waltharius clipeum Gerwiti
pour devancer les autres, Randolf
sustulit imum, 935
vint rudement l'assaillir et lui lança
Transmissoque femur
penetraverat inguine ferrum. au-dessous de la poitrine son épieu
Qui post terga ruens ferré. Et si la dure cuirasse, ouvrage
clamorem prodidit atrum de Wéland n'avait pas résisté, le
Exitiumque dolens pulsabat gros bois de l'arme lui-même lui
calcibus arvum. serait entré dans le ventre. Sur le
Hunc etiam truncum caesa moment, Walther eut le cœur glacé
cervice reliquit. d'effroi; il s'abrita de son bouclier et
Idem Wormatiae campis ressaisit son courage, mais n'eut
comes extitit pas le temps de reprendre son
ante. 940 casque. Le Franc, sa pique lancée,
avait mis l'épée au clair; il frappa
Tunc primum Franci l'Aquitain à la tête, et lui trancha
coeperunt forte morari deux boucles de sa chevelure, sans
Et magnis precibus dominum même entamer la peau ; il asséna
decedere pugna un second coup et, emporté par son
Deposcunt. Furit ille miser ardeur, il enfonça tellement sa lame
caecusque profatur: dans l'obstacle du bouclier, que tous
«Quaeso, viri fortes et les efforts ne purent l'en dégager.
pectora saepe probata, Prompt comme la foudre, le fils
Ne fors haec cuicumque d'Alpher se jeta en arrière, et de la
metum, sed conferat force de la secousse étendit le Franc
iram. 945 sur le sol. Et se tenant droit sur lui
Quid mihi, si Vosago sic sic et lui écrasant du pied la poitrine, il
inglorius ibo? dit : « Pour les cheveux que lu m'as
Mentem quisque meam sibi pris, moi je te prends la tête. Au
vindicet. En ego partus moins tu n'iras pas te vanter de
Ante mori sum, Wormatiam mon affront à ta femme! » Puis,
quam talibus actis malgré les prières du vaincu, il le
Ingrediar. Petat hic patriam décolla.
sine sanguine victor? Helmod se présenta, le
Hactenus arsistis hominem neuvième, au combat. Il portait un
spoliare trident attaché à une triple corde
metallis; 950 que tenait derrière lui le restant de
Nunc ardete, viri, fusum ses compagnons.
mundare cruorem,
Ut mors abstergat mortem, Dés que l'arme lancée serait
sanguis quoque sanguem, implantée dans le bouclier, tirant
Soleturque necem sociorum tous à la fois, ils comptaient bien
plaga necantis!» jeter à bas leur terrible adversaire,
et ils se promettaient une victoire
His animum dictis certaine. Sans tarder, raidissant ses
demens incendit et omnes bras de toutes ses forces, le chef du
Fecerat immemores vitae complot lance le trident, et dit d'une
simul atque voix éclatante : « Ce fer là, tête
salutis. 955 chauve, c'est ta mort! » L'arme fend
Ac velut in ludis alium l'air, agile comme le jaculus, ce
praecurrere quisque serpent qui fond sur sa proie du
Ad mortem studuit; sed haut d'un arbre, et renverse tout de
semita, ut antea dixi, son choc impétueux. Bref, elle perce
Cogebat binos bello l'enveloppe convexe et se plante au
decernere solos. cœur même du bouclier. Les Francs
Vir tamen illustris dum poussent une clameur dont le défilé
cunctari videt illos, retentit. Tous ensemble et chacun
Vertice distractas suspendit in tour à tour, ils tirent la corde avec
arbore cristas 960 effort; le roi lui-même n'hésite pas
Et ventum captans sudorem à se mettre à l'œuvre, et des Ilots
de sueur coulent de tous leurs
tersit anhelus. membres. Mais le héros tient bon,
pareil au chêne dont la cime monte
Ecce repentino Randolf aussi haut vers le ciel que les
athleta caballo racines plongent bas vers les
Praevertens reliquos hunc enfers, et qui méprise, immobile,
importunus adivit tous les fracas des vents. Ses
Ac mox ferrato petiit sub ennemis rivalisaient d'efforts et
pectore conto. s'exhortaient l'un l'autre : s'ils ne
Et nisi duratis Wielandia pouvaient le jeter lui-même à terre,
fabrica giris 965 au moins tâcheraient-ils de lui
Obstaret, spisso penetraverit arracher son bouclier; privé de cette
ilia ligno. défense, il tomberait bientôt vivant
Ille tamen subito stupefactus entre leurs mains.
corda pavore Disons les noms de ces derniers
Munimen clipei obiecit champions, de ceux qui tiraient la
mentemque recepit. corde : le neuvième était Eleuter,
Nec tamen et galeam fuerat surnommé Helmond; Strasbourg
sumpsisse facultas. donna naissance à Trogus, le
Francus at emissa gladium dixième; le onzième, Tanast, eut
nudaverat pour patrie Spire la puissante, et le
hasta 970 roi faisait, le douzième en
Et feriens binos Aquitani remplacement d'Hagen. Tous les
vertice crines quatre, à grand bruit, ils unissaient
Abrasit, sed forte cutem contre un seul adversaire leurs
praestringere summam suprêmes efforts.
Non licuit; rursumque alium
vibraverat ictum Mais cette lutte sans résultat
Et praeceps animi directo excite enfin la colère de Walther. Et
obstamine scuti lui, que l'absence de son casque
Impegit calibem, nec quivit laissait déjà le front nu, confiant en
viribus ullis 975 son épée et en sa cotte de mailles,
Elicere. Alpharides retro, se il lâche son bouclier et fond d'abord
fulminis instar sur Eleuter. Du coup il lui fend le
Excutiens, Francum valida vi casque et lui broie la cervelle, et
fudit ad arvum même, tranchant le col, il lui ouvre
Et super assistens pectus la poitrine; le cœur palpitant de
conculcat et inquit: l'infortuné laisse bientôt échapper
«En pro calvitio capitis te sa vie et sa chaleur.
vertice fraudo, Puis Walther court sur Trogus,
Ne fiat ista tuae de me qui est embarrassé dans la corde
iactantia fatale. Surpris et effrayé de la mort
sponsae.» 980 de son compagnon et de l'apparition
Vix effatus haec truncavit terrible de l'ennemi, Trogus essaie
colla precantis. en vain une fuite rapide, et veut
ramasser ses armes pour reprendre
At nonus pugnae le combat. Car, pour tirer la corde,
Helmnod successit, et ipse tous avaient déposé lances et
Insertum triplici gestabat boucliers: Mais le héros, qui venait
fune tridentem, de prouver sa force, surpassa de
Quem post terga quidem socii même le fuyard en vitesse, et le
stantes tenuerunt, rattrapant à la course, il lui trancha
le jarret d'un coup d'épée. L'ayant
Consiliumque fuit, dum ainsi retardé, il le prévint et lui ravit
cuspis missa son bouclier. Cependant, bouillant
sederet 985 de courage malgré sa blessure,
In clipeo, cuncti pariter Trogus aperçoit une pierre énorme,
traxisse studerent, la saisit, la lance soudain à grand
Ut vel sic hominem effort sur Walther, et fend du haut
deiecissent furibundum; en bas son propre bouclier; le cuir
Atque sub hac certum sibi spe qui le recouvre relient seul le bois
posuere triumphum. rompu. Puis, posé à genoux, il retire
Nec mora, dux totas fundens son épée du vert gazon, la brandit
in brachia vires avec fureur dans l'air épouvanté. Et
Misit in adversum magna cum s'il ne peut prouver son courage par
voce tridentem 990 des actes, du moins son cœur et
Edicens: «ferro tibi finis, son visage ne montrent-ils rien que
calve, sub isto!» de viril. Sans voir la Mort qui le
Qui ventos penetrans regarde en riant, il s'écrie avec
iaculorum more coruscat, audace : « Oh ! si seulement,
Quod genus aspidis ex alta même dans l'état où je suis, j'avais
sese arbore tanto mon bon bouclier! Le hasard m'a
Turbine demittit, quo cuncta vaincu, non ta valeur. Après mon
obstantia vincat. bouclier, essaie de prendre mon
Quid moror? umbonem épée ! »
sciderat peltaque
Walther sourit. « J'arrive! » dit-il,
resedit. 995
et volant plutôt qu'il ne court, il
Clamorem Franci tollunt
tranche la main que Trogus levait
saltusque resultat,
pour le frapper. Mais comme il
Obnixique trahunt restim
s'apprête à redoubler de tout son
simul atque vicissim,
haut, pour achever d'ouvrir à l'âme
Nec dubitat princeps tali se
la porte du trépas, survient Tanast
aptare labori.
qui a pu avec le roi, ressaisir ses
Manarunt cunctis sudoris
armes, et de son bouclier tendu il
flumina membris.
protège son compagnon. Tournant
Sed tamen haec inter velut
alors sa colère contre le nouvel
aesculus astitit
ennemi, Walther lui abat l'épaule à
heros 1000
l'articulation, et d'un coup de pointe
Quae non plus petit astra
dans le flanc lui fait couler les
comis quam Tartara fibris,
entrailles. — « Adieu! » murmure
Contempnens omnes
Tanast en s'affaissant. Trogus, qui
ventorum immota fragores.
le voit tomber, dédaigne de recourir
Certabant hostes
aux prières, et soit courage, soit
hortabanturque viritim,
désespoir, il attise par des insultes
Ut, si non quirent ipsum
la colère de son vainqueur. « Meurs
detrudere ad arvum
donc, dit le fils d'Alpher, et garde
Munimen clipei saltem
tout cela pour l'autre monde, où tu
extorquere
raconteras à tes camarades comme
studerent, 1005
tu les as vengés. » Sur ces mots il
Quo dempto vivus facile
l'étrangle avec son collier d'or.
caperetur ab ipsis.
Réunis dans la mort, les deux amis
roulent sur la poussière, frappant
Nomina quae restant convulsivement du talon le sol
edicam iamque trahentum: souillé de carnage.
Nonus Eleuthir erat, Helmnod
cognomine dictus,
Argentina quidem decimum
dant oppida Trogum,
Extulit undecimum pollens
urbs Spira
Tanastum, 1010
Absque Haganone locum rex
supplevit duodenum.
Quattuor hi adversum
summis conatibus unum
Contendunt pariter multo
varioque tumultu.

Interea Alpharidi vanus


labor incutit iram,
Et qui iam pridem nudarat
casside
frontem, 1015
In framea tunicaque simul
confisus aena
Omisit parmam primumque
invasit Eleuthrin.
Huic galeam findens
cerebrum diffudit et ipsam
Cervicem resecans pectus
patefecit, at aegrum
Cor pulsans animam liquit
mox atque
calorem. 1020

Inde petit Trogum


haerentem in fune nefando.
Qui subito attonitus recidentis
morte sodalis
Horribilique hostis conspectu
coeperat acrem
Nequiquam temptare fugam
voluitque relicta
Arma recolligere, ut rursum
repararet
agonem 1025
(Nam cuncti funem tracturi
deposuerunt
Hastas cum clipeis). Sed
quanto maximus heros
Fortior extiterat, tanto fuit
ocior, olli
Et cursu capto suras mucrone
recidit
Ac sic tardatum praevenit et
abstulit eius 1030
Scutum. Sed Trogus quamvis
de vulnere lassus,
Mente tamen fervens saxum
circumspicit ingens,
Quod rapiens subito obnixum
contorsit in hostem
Et proprium a summo
clipeum fidit usque deorsum.
Sed retinet fractum pellis
superaddita
lignum. 1035
Moxque genu posito viridem
vacuaverat aedem
Atque ardens animis vibratu
terruit auras,
Et si non quivit virtutem
ostendere factis,
Corde tamen habitum
patefecit et ore virilem.
Nec manes ridere videns
audaciter
infit: 1040
«O mihi si clipeus vel sic
modo adesset amicus!
Fors tibi victoriam de me, non
inclita virtus
Contulit. Ad scutum
mucronem hic tollito
nostrum!»

Tum quoque subridens


«venio iam» dixerat heros
Et cursu advolitans dextram
ferientis
ademit. 1045
Sed cum athleta ictum
libraret ab aure secundum
Pergentique animae valvas
aperire studeret,
Ecce Tanastus adest telis cum
rege resumptis
Et socium obiecta protexit
vulnere pelta.
Hinc indignatus iram convertit
in ipsum 1050
Waltharius humerumque eius
de cardine vellit
Perque latus ducto suffudit
viscera ferro.
«Ave!» procumbens
submurmurat ore Tanastus.
Quo recidente preces
contempsit promere Trogus
Conviciisque sui victorem
incendit
amaris, 1055
Seu virtute animi, seu
desperaverat. Exin
Alpharides: «morere» inquit
«et haec sub Tartara transfer
Enarrans sociis, quod tu sis
ultus eosdem.»
His dictis torquem collo
circumdedit aureum.
Ecce simul caesi volvuntur
pulvere amici, 1060
Crebris foedatum ferientes
calcibus arvum.
PARS TERTIA
A cette vue, le pauvre roi
soupire, et fuyant en toute hâte, il
His rex infelix visis suspirat et remonte sur son cheval brillamment
omni harnaché, vole retrouver le dolent
Aufugiens studio falerati terga
caballi Hagen, et le supplie de se joindre à
Scandit et ad maestum citius lui pour reprendre la lutte. Mais
Haganona volavit Hagen : « L'infamie de ma race
Omnimodisque illum precibus m'interdit de combattre, et mon
flexisse sategit, 1065 sang de glace m'ôte tout courage
Ut secum pergens pugnam sous les armes. Mon père déjà
repararet. at ille: tombait en défaillance à la vue
«Me genus infandum prohibet d'une pique, et que de discours il
bellare parentum, tenait, le couard, pour éviter de se
Et gelidus sanguis mentem mihi battre ! Depuis que tu m'as jeté ces
ademit in armis. propos au milieu de tes
Tabescebat enim genitor, dum compagnons, roi, il serait indigne de
tela videret, moi de te venir en aide. »
Et timidus multis renuebae
Pourtant Gunther insiste, oppose
proelia verbis. 1070
la prière au refus, et voici comme il
Haec dum iactasses, rex, inter te
tâche de faire revenir Hagen de sa
comitantes,
rancune : « Je t'en conjure par le
Extitit indignum nostri tibi
souverain Dieu, renonce à ta colère.
quippe invamen.»
Dépose tout ressentiment de mon
offense, et si nous rentrons tous
Ille recusanti precibus deux vivants dans nos foyers,
nihilominus instans j'effacerai mes torts en te comblant
Talibus aversum satagit de bienfaits. Devant tant de
revocare loquelis: compagnons et de parents égorgés,
«Deprecor ob superos, n'es-tu pas honteux de cacher ton
conceptum pone courage. On te blesse mieux, ce me
furorem, 1075 semble, avec des paroles qu'avec
Iram de nostra contractam des actes horribles. Ah! ta colère
decute culpa, serait plus légitime contre un
Quam vita comitante, domum si barbare qui, à lui seul, vient de
venero tecum, ternir la gloire du premier peuple du
Impensis tibimet benefactis diluo monde! Certes, je perds beaucoup
multis. par la mort de mes braves, mais la
Nonne pudet sociis tot Francie ne se relèvera jamais d'un
cognatisque peremptis pareil opprobre, deux que nous
Dissimulare virum? magis, ut dominions autrefois diront en nous
mihi quippe raillant: « O honte! il a suffi d'un
videtur, 1080 homme, d'un inconnu, pour égorger
Verba valent animum quam impunément une armée de Francs
facta nefanda movere. tout entière ! »
Iustius in saevum tumuisses
mente tyrannum, Hagen hésitait encore; il pesait
Qui solus hodie caput en son cœur l'amitié qu'il avait tant
infamaverat orbis. de fois jurée à Walther, mais en
Non modicum patimur damnum même temps il se représentait tout
de caede virorum; ce qui venait d'arriver. Et son
Dedecus at tantum superabit malheureux roi redoublant de
Francia supplications, il finit par s'émouvoir
numquam. 1085 de ses humbles prières. Il rougit,
Antea quis fuimus suspecti, l'aspect du prince lui rappelle son
sibila dantes propre honneur qui serait entaché
«Francorum» dicent «exercitus s'il se ménageait dans une pareille
omnis ab uno, aventure. Enfin, il n'y put tenir et
Pro pudor, ignotum vel quo, est s'écria : « Mon maître, à quoi
impune necatus»!» m'appelez-vous? Où faudra-t-il vous
suivre, noble prince? Votre cœur
Cunctabatur adhuc Haganon et trop confiant vous promet
pectore sponsam l'impossible ; vit-on jamais un
Walthario plerumque fidem homme assez fou pour sauter de
volvebat et plein gré dans un gouffre béant? Or
ipsum 1090 moi, sachant Walther si terrible en
Eventum gestae recolebat in rase campagne, je dis qu'ainsi
ordine causae. retranché et dans un poste aussi
Supplicius tamen infelix rex sur, il ne redoute pas plus une
institit illi. armée qu'un homme seul. Et la
Cuius subnixe rogitantis acumine Francie enverrait ici tous ses
motus cavaliers, tous ses gens de pied,
Erubuit domini vultum, qu'il ferait d'eux ce qu'il a fait de
replicabat honorem ceux-ci. Mais je le vois, la honte est
Virtutis propriae, qui fors plus douloureuse pour vous que la
vilesceret inde, 1095 perte de tous ces braves, et vous ne
Si quocumque modo in rebus voulez pas vous retirer ainsi; voilà
sibi parceret istis. pourquoi je compatis à votre peine.
Erupit tandem et clara sic voce L'honneur de mon roi passe avant
respondit: mes propres griefs, et je vais tâcher
«Quo me, domne, vocas? quo te de trouver une voie de salut qui doit
sequar, inclite princeps? se présenter sur le champ ou
Quae nequeunt fieri, spondet jamais. Oui, je l'avoue, Seigneur,
fiducia cordi. pour la mort de mon cher neveu je
Quis tam desipiens quandoque ne voudrais pas rompre la foi jurée.
fuisse probatur, 1100 C'est pour vous seul que je me jette
Qui saltu baratrum sponte dans un péril certain, et vous saurez
attemptarit apertum? une bonne fois si je redoute de me
Nam scio Waltharium per battre. Seulement, retirons-nous,
campos sic fore acerbum, laissons-lui le passage, et postés en
Ut tali castro nec non statione observation faisons paître nos
locatus chevaux, jusqu'à ce que, nous
Ingentem cuneum velut unum croyant partis, notre homme sans
temnat homullum. défiance quitte le défilé qui l'abrite.
Et licet huc cunctos equites Dès qu'il foulera la plaine, levons-
simul atque nous, et à sa grande surprise
pedestres 1105 poursuivons-le ; libre à nous alors
Francia misisset, sic his ceu de tenter un coup de bravoure.
fecerat istis. Voilà sur quoi je compte le plus en
Sed quia conspicio te plus cette douteuse aventure. Alors, si le
doluisse pudore cœur vous en dit, roi, vous pouvez
Quam caedis damno nec sic combattre, car ce n'est pas devant
discedere velle, nous deux que Walther fuira jamais;
Compatior, propriusque dolor nous-mêmes nous n'aurons de
succumbit honori choix qu'entre la fuite et une lutte
Regis: et ecce viam conor acharnée. » Le prince approuve le
reperire salutis, 1110 conseil; il serre Hagen dans ses
Quae tamen aut nusquam bras et achève la réconciliation par
ostendit se sive coacte. un baiser. Puis ils se retirent,
Nam propter carum (fateor tibi, cherchant dans les environs un bon
domne) nepotem terrain d'embuscade, et là, mettant
Promissam fidei normam pied à terre, ils entravent leurs
corrumpere nollem. chevaux dans un riant pâturage.
Ecce in non dubium pro te, rex,
Cependant le soleil s'inclinait
ibo periclum.
vers l'Occident, arrêtant comme
Ast hic me penitus conflictu
d'habitude à Thulé l'extrémité de sa
cedere noris. 1115
course, et laissant derrière lui les
Secedamus eique locum
peuples que nourrissent l'Ecosse et
praestemus eundi
Et positi in speculis tondamus l'Ibérie. Lorsqu'il a peu à peu
prata caballis, échauffé les ondes océanes, et
Donec iam castrum securus quand l'astre du soir tourne vers
deserat artum, l'Ausonie les pointes de son
Nos abiisse ratus. Campos ubi croissant, alors le sage Walther se
calcet apertos, demande s'il vaut mieux rester
Insurgamus et attonitum post pendant le calme de la nuit dans
terga sequamur: 1120 son abri sur, ou bien se risquer au
Sic aliquod virtutis opus loin dans la campagne déserte. Des
temptare valemus. flots de souci fermentent au cœur
Haec mihi in ambiguis spes set du héros, et il applique toute la
certissima rebus. sagacité de son esprit à chercher ce
Tum pugnare potes, belli si, rex, qu'il doit faire. C'est Hagen seul qui
tibi mens est: l'inquiète, surtout depuis le baiser
Quippe fugam nobis numquam et l'accolade du roi. Et quel est le
dabit ille duobus, plan de ses ennemis? Retourneront-
At nos aut fugere aut acrum ils à la ville pour y réunir pendant la
bellare necesse nuit une nouvelle troupe de
est.» 1125 guerriers et revenir à l'aube du jour
Laudat consilium satrapa et reprendre la lutte terrible, ou
complectitur illum dressent-ils seulement une
Oscilloque virum demulcet; et embuscade et se cachent-ils aux
ecce recedunt environs? Walther redoute aussi la
Insidiisque locum circumspexere traversée de cette forêt inconnue,
sat aptum aux sentiers entrecroisés, où il
Demissique ligant animalia risque de se jeter dans des fourrés
gramine laeto. épineux, peuplés même de bêtes
féroces et d'y perdre sa fiancée.
Interea occiduas vergebat Ayant examiné et pesé tout cela,
Phoebus in oras, 1130 il dit enfin : « Quoi qu'il arrive, je
Ultima per notam signans coucherai ici, jusqu'à ce que le soleil
vestigia Thilen, parcourant les cieux nous rende la
Et cum Scottigenis post terga lumière aimée. Il ne pourra pas
reliquit Hiberos. dire, ce roi superbe que je me sois
Hic postquam oceanas sensim esquivé de son pays en fuyard,
calefecerat undas, dans l'ombre, comme un voleur. »
Hesperos Ausonidis obvertit Puis, taillant de tous côtés des
cornua terris, épines et des ronces, il les entassa
Tum secum sapiens coepit pour fortifier l'abord de l'étroit
tractare satelles, 1135 défilé. Cela fait, il s'approche des
Utrum sub tuto per densa morts en gémissant, rajuste à
silentia castro chaque tronc la tête qui lui
Sisteret, an vastis heremi appartenait, et prosterné vers
committeret arvis. l'Orient, l'épée nue à la main, il
Aestuat immensis curarum prononça cette prière : « Au
fluctibus et, quid créateur et souverain régent de
Iam faceret, sollers arguta l'univers, sans la permission ou
indagine quaerit. l'ordre de qui rien n'arrive, je rends
Solus enim Hagano fuerat grâces de ce qu'il m'a défendu
suspectus et illud 1140 contre les armes d'injustes
Oscillum regis subter agresseurs et m'a sauvé de la
complexibus actum. honte. D'un cœur contrit j'implore le
Ambierat prorsus, quae sit Dieu de clémence, qui ne veut pas
sententia menti la perte du pécheur mais
Hostis et an urbem vellent l'écrasement du péché : qu'il me les
remeare relictam, fasse retrouver dans la demeure
Pluribus ut sociis per noctem
forte coactis céleste, ceux qui gisent là ! »
Primo mane parent bellum
Sa prière achevée, il se releva,
recreare
réunit en cercle et attacha par des
nefandum 1145
harts de rameaux tordus les six
An soli insidias facerent
chevaux qui restaient; deux avaient
propiusque laterent.
été tués, elle roi Gunther avait
Terret ad haec triviis ignoti silva
emmené les trois autres.
meatus,
Ne loca fortassis incurreret Ayant tout disposé ainsi, il ôta
aspera spinis, son harnais et allégea de sa pesante
Immo quippe feris, sponsamque armure son corps fumant. Et
amitteret illis. consolant par de gais propos la
tristesse de sa fiancée, il prit
His ita provisis exploratisque quelques aliments pour raffermir
profatur: 1150 ses membres épuisés. Car il s'était
«En quocumque modo res fatigué à construire les
pergant, hic recubabo, retranchements. Puis il se coucha
Donec circuiens lumen spera sur son bouclier et dit à la jeune fille
reddat amatum, de veiller sur son premier sommeil,
Ne patriae fines dicat rex ille se réservant de la relever de sa
superbus garde aux heures plus anxieuses du
Evasisse fuga furis de more per matin. Enfin il s'endormit. Assise à
umbras.» sa tête, Hildegonde veilla, chantant
Dixit et ecce viam vallo pour tenir ouverts ses yeux
praemuniit artam 1155 appesantis. Mais dès la première
Undique praecisis spinis simul et interruption de son sommeil, le
paliuris. héros se leva, dit à sa fiancée de
Quo facto ad truncos sese dormir, et se tint bravement
convertit amaro debout, appuyé sur sa lance. C'est
Cum gemitu et cuicumque suum ainsi qu'il passa le reste de la nuit,
caput applicat atque et tantôt se promenant autour des
Contra orientalem prostratus chevaux, ou bien tendant l'oreille
corpore partem auprès du retranchement, il
Ac nudum retinens ensem hac souhaitait de voir les formes et la
voce precatur: 1160 lumière rendues à l'univers.
«Rerum factori, sed et omnia Cependant l'étoile radieuse du
facta regenti, matin monte au ciel annonçant le
Nil sine permisso cuius vel jour, et déjà l'île de Taprobane
denique iusso voyait le clair soleil. C'était l'heure
Constat, ago grates, quod me où la fraîche Aurore verse la rosée
defendit iniquis sur la terre. Walther commence par
Hostilis turmae telis nec non dépouiller les morts de leurs armes
quoque probris. et du harnais de guerre, leur
Deprecor at dominum contrita laissant la tunique et le reste;
mente bracelets et bulles, épées et
benignum, 1165 baudriers, cuirasses et casques,
Ut, qui peccantes non vult sed voilà ce qu'il leur prit. Il en chargea
perdere culpas, quatre chevaux, et réveillant sa
Hos in caelesti praestet mihi fiancée, la mit sur le cinquième; lui-
sede videri.» même il monta sur le sixième
cheval, et s'avança le premier,
Qui postquam orandi finem après avoir défait la barricade. A
dedit, ilico surgens mesure qu'il s'engage dans l'étroit
Sex giravit equos et virgis rite sentier, de ses yeux clairs il explore
retortis toutes choses autour île lui, l'oreille
Vinciit: hi tantum remanebant, tendue pour saisir le moindre
nempe duobus 1170 souffle de vent qui lui apporterait un
Per tela absumptis ternos rex chuchotement, un bruit de pas, ou
Gunthere abegit. le cliquetis des freins sous de fiers
cavaliers, ou le retentissement de
His ita compositis procinctum fers de chevaux sur le sol.
solvit et alte Mais tout est silencieux. Alors il
Ingenti fumans leviabat pondere pousse en avant les bêtes de
corpus. charge, et.dit à la jeune fille de le
Tum maestam laeto solans précéder aussi. Lui-même il prend
affamine sponsam par la bride le cheval qui porte le
Moxque cibum capiens aegros trésor, et il se met bravement en
recreaverat artus 1175
route, équipé comme d'habitude. Il
(Oppido enim lassus fuerat) pouvait s'être avancé de mille pas,
clipeoque recumbens quand la jeune fille (la faiblesse de
Primi custodem somni iubet esse son sexe lui faisait le cœur
puellam, tremblant) en regardant derrière
Ipse matutinam disponens elle, vit deux cavaliers descendre
tollere curam, d'une colline avec une vitesse
Quae fuerat suspecta magis, désordonnée. Pâle d'effroi, elle crie
tandemque quievit. au héros qui la suit : « Vous aviez
Ad cuius caput illa sedens solitoretardé la fin, mais la voilà! Fuyez,
vigilavit 1180 seigneur, ils s'approchent! »
Et dormitantes cantu patefecit Walther se retourne et reconnaît les
ocellos. survenants. « En vain, dit-il, mon
Ast ubi vir primum iam bras aura terrassé tant d'ennemis,
expergiscendo soporem si la gloire se dérobe et si le
Ruperat, absque mora surgens déshonneur vient au dernier
dormire puellam moment! Mieux vaut chercher une
Iussit et arrepta se fulciit belle mort par des blessures que de
impiger hasta. s'échapper d'une course errante en
Sic reliquum noctis duxit, modo perdant son bagage. Mais vraiment,
quippe caballos 1185pour un homme qui a vu de plus
Circuit, interdum auscultans grands périls, il n'y a pas encore
vallo propiavit, tant à désespérer du salut. Toi,
Exoptans orbi species ac lumina prends la bride de Lion qui porte
reddi. nos trésors, et presse le pas pour
entrer dans la forêt prochaine. Moi
Lucifer interea praeco scandebat je préfère rester ici, à mi-côte,
Olympo attendant l'aventure, et prêt à
Dicens: «Taprobane clarum videt saluer les arrivants. » La jeune fille
insula solem.» obéit. Walther ajuste promptement
Hora fuit, gelidus qua terram son bouclier, secoue sa lance, et
irrorat Eous. 1190 essaie les allures de combat de son
Aggreditur iuvenis caesos cheval inconnu.
spoliarier armis
Armorumque habitu, tunicas et
cetera linquens;
Armillas tantum, cum bullis
baltea et enses,
Loricas quoque cum galeis
detraxerat ollis.
Quatuor his oneravit equos
sponsamque vocatam1195
Imposuit quinto, sextum
conscenderat ipse
Et primus vallo perrexerat ipse
revulso.
At dum constricti penetratur
semita callis,
Circumquaque oculis explorans
omnia puris
Auribus arrectis ventos captavit
et auras, 1200
Si vel mussantes sentiret vel
gradientes
Sive superborum crepitantia
frena virorum,
Seu saltim ferrata sonum daret
ungula equorum.

Postquam cuncta silere


videt, praevertit onustas
Quadrupedes, mulierem
etiam praecedere
iussit. 1205
Scrinia gestantem
comprendens ipse caballum
Audet inire viam consueto
cinctus amictu.
Mille fere passus transcendit,
et ecce puella
(Sexus enim fragilis animo
trepidare coegit)
Respiciens post terga videt
descendere
binos 1210
Quodam colle viros raptim et
sine more meantes
Exanguisque virum compellat
voce sequentem:
«Dilatus iam finis adest: fuge,
domne, propinquant!»
Qui mox conversus visos
cognovit et inquit:
«Incassum multos mea
dextera fuderat
hostes, 1215
Si modo supremis laus desit,
dedecus assit.
Est satius pulcram per
vulnera quaerere mortem
Quam solum amissis palando
evadere rebus.
Verum non adeo sunt
desperanda salutis
Commoda cernenti quondam
maiora
pericla. 1220
Aurum gestantis tute accipe
lora Leonis
Et citius pergens luco succede
propinquo!
Ast ego in ascensu montis
subsistere malo,
Eventum opperiens
adventantesque salutans.»
Obsequitur dietis virguncula
clara iubentis. 1225
Ille celer scutum collegit et
excutit hastam,
Ignoti mores equitis
temptando sub armis.
Hunc rex incursans
Alors le roi qui accourt furibond
comitante satellite demens
en compagnie de son féal Hagen,
Eminus affatu compellat valde
interpelle de loin le héros avec cette
superbo:
arrogance : « Voilà enfin tes efforts
«Hostis atrox, nisu deluderis!
déjoués, féroce ennemi ! Elles te
ecce latebrae 1230
manquent, ces retraites d'où tu
Protinus absistunt, ex quis de
aboyais comme un chien en
more liciscae
grinçant des dents avec rage ! Il
Dentibus infrendens rabidis
faut maintenant, s'il te plaît,
latrare solebas.
combattre en rase campagne, et tu
En in propatulo, si vis,
verras si la fin répond au
confligito campo
commencement. Je sais que tu as
Experiens, finis si fors queat
invoqué et soudoyé la Fortune, et
aequiperari
c'est pour cela que tu dédaigneras
Principio. Scio: Fortunam
de fuir ou de te rendre. »
mercede
vocasti 1235 Le fils d'Alpher ne répondit rien
Idcircoque fugam tempnis au roi, et comme s'il était sourd de
seu deditionem.» cette oreille, il se tourne ailleurs, et
dit : « C'est à toi que je parle,
Alpharides contra regi Hagen, écoute-moi un instant. D'où
non reddidit ulla, vient, je te le demande, ce
Sed velut hinc surdus alio changement subit d'une amitié
convertitur aiens: fidèle? Toi qui naguère, quand tu as
«Ad te sermo mihi, Hagano, dû me quitter, semblais pouvoir à
subsiste parumper! peine t'arracher de mes bras,
Quid, rogo, tam fidum subito pourquoi viens-tu de gaité de cœur,
mutavit quand je ne t'ai fait aucun mal,
amicum, 1240 tourner contre moi tes armes?
Ut, discessurus nuper vix J'espérais de toi, je l'avoue, mais je
posse revelli suis bien déçu, que si tu apprenais
Qui nostris visus fuerat mon retour de l'exil, tu viendrais à
complexibus, ultro, ma rencontre pour me saluer, qu'il
Nullis nempe malis laesus, me faudrait, bon gré mal gré, me
nos appetat armis? reposer à ton hospitalité, et que tu
Sperabam, fateor, de te (sed tiendrais à me reconduire en paix
denique fallor), au royaume de mon père. Je me
Quod, si de exilio redeuntem voyais d'avance embarrassé de tes
nosse valeres, 1245 présents. Et je me disais, en
Ipse salutatum mihimet mox traversant ces régions inconnues :
obvius ires Tant qu'Hagen sera là, je n'ai rien à
Et licet invitum hospitii craindre des Francs. — Reviens à
requiete foveres toi, je t'en conjure par nos jeux
Pacificeque in regna patris d'enfants, où nous avons, en bon
deducere velles, accord, exercé notre adresse, et
Sollicitusque fui, quorsum tua dans lesquels se passèrent nos
munera ferrem; jeunes ans! Où s'en est-elle allée,
Namque per ignotas dixi cette amitié célèbre qui nous liait à
pergens la guerre comme à la maison, et qui
regiones: 1250 ne connaissait point d'écueils? En te
«Francorum vereor Haganone voyant, j'oubliais mon père, et
superstite nullum.» vivant avec toi, je n'attachais plus
Obsecro per ludos, resipiscito de valeur à la patrie. Peux-tu bien
iam, pueriles, rayer de ta pensée un pacte si
Unanimes quibus assueti souvent conclu? Ce crime, je t'en
fuimusque periti conjure, répudie-le. Renonce à me
Et quorum cultu primos combattre, et que notre alliance
attrivimus annos. reste inviolée à jamais ! Si tu
Inclita quonam migravit m'accordes cela, tu t'en iras d'ici
concordia chargé de présents, et je remplirai
nobis 1255 d'or le creux de ton bouclier. »
Semper in hoste domique
Mais Hagen, avec un regard
manens nec scandala
farouche, réplique ainsi, laissant
noscens?
éclater sa colère : « Tu emploies
Quippe tui facies patris
d'abord la violence, Walther, et puis
obliviscier egit,
tu fais le beau parleur. C'est toi qui
Tecum degenti mihi patria
as rompu la foi jurée, quand, me
viluit ampla.
voyant là, tu as égorgé sous mes
Numquid mente fidem
yeux tant de mes amis et de mes
abradis saepissime pactam?
parents même. Et tu ne peux dire
Deprecor, hoc abscide nefas
pour excuse que tu ignorais ma
neu bella
présence : si mon visage était
lacessas, 1260
caché, tu voyais bien mes armes, et
Sitque inconvulsum nobis per
tu les connaissais de reste, ma
ternpora foedus.
tournure aussi. Pourtant j'aurais
Quod si consentis, iam nunc
peut-être tout supporté, sauf une
ditatus abibis
dernière douleur : mon unique
Eulogiis, rutilo umbonem
tendresse, cette jeune fleur de tant
complebo metallo.»
d'éclat, de grâce et de mérite, ton
épée l'a fauchée! Voilà comme tu as
Contra quae Hagano le premier annulé notre alliance
vultu haec affamina torvo sacrée, et je ne veux pas de trésor
Edidit atque iram sic pour m'en dédommager. Je veux
insinuavit savoir au moyen des armes si tu es
apertam: 1265 le seul vaillant, et te demander
«Vim prius exerces, Walthari, compte de mon neveu égorgé par
postque sopharis. tes mains. Ou je succomberai, ou je
Tute fidem abscideras, cum ferai une chose digne de mémoire.
memet adesse videres » Il dit, et saute à bas de son
Et tot stravisses socios cheval ; Gunther et le brave
immoque propinquos. Walther non moins prompt font de
Excusare nequis, quin me même ; les voilà tous prêts à
tunc affore nosses. combattre à pied. Chacun se pose,
Cuius si facies latuit, tamen et se met en garde contre le coup
arma videbas 1270 qui va venir; leur belliqueuse chair
Nota satis habituque virum frémit sous le bouclier. C'est à la
rescire valebas. deuxième heure qu'ils en vinrent
Cetera fors tulerim, si vel aux mains, deux combinant leurs
dolor unus abesset: attaques contre un seul. Rompant le
Unice enim carum rutilum premier la paix, Hagen lança de
blandum pretiosum toutes ses forces sa javeline de bois
Carpsisti florem mucronis de pommier, l'arme vole avec une
falce tenellum. impétuosité, un sifflement terribles
Haec res est, pactum qua et le fils d'Alpher voit bien qu'il n'en
irritasti prior pourra soutenir le choc; aussi
almum, 1275 déjoue-t-il avec adresse le péril en
Idcircoque gazam cupio pro
foedere nullam. inclinant obliquement l'écu dont il se
Sitne tibi soli virtus, volo couvre. Comme un marbre poli, la
discere in armis, pente du bouclier renvoie de côté le
Deque tuis manibus caedem trait, qui blesse durement le flanc
perquiro nepotis. de la colline en s'enfonçant
En aut oppeto sive aliquid jusqu'aux clous dans le sol. A son
memorabile faxo.» tour, avec un grand élan de cœur
Dixit et a tergo saltu se iecit mais une force médiocre, le fier
equino, 1280 Gunther jette son javelot de frêne,
Hoc et Guntharius nec qui va en voltigeant se planter dans
segnior egerat heros le bas du bouclier de Walther. Celui-
Waltharius, cuncti pedites ci, d'une secousse, fait choir de la
bellare parati. plaie du bois ce fer inoffensif. Un tel
Stabat quisque ac venturo se présage attriste et déconcerte les
providus ictu Francs; mais vite ils tirent l'épée,
Praestruxit; trepidant sub leur chagrin se change en colère, et
peltis Martia membra. couverts de leurs boucliers ils
Hora secunda fuit, qua tres hi fondent sur l'Aquitain. Le héros les
congrediuntur. 1285 repousse vivement à coups de
Adversus solum conspirant pique ; son air terrible et ses armes
arma duorum. arrêtent leurs assauts.
Primus maligenam collectis
Alors le Roi Gunther conçut la
viribus hastam
sotte idée d'aller reprendre en
Direxit Hagano disrupta pace.
tapinois son javelot lancé en vain et
Sed illam
resté à terre aux pieds de l'ennemi.
Turbine terribilem tanto et
Car avec les courtes lames de leurs
stridore volantem
épées, Hagen et lui ne pouvaient
Alpharides semet cernens
serrer de près Walther, dont les
tolerare
coups de lance portaient si loin. Il fit
nequire, 1290
donc signe du regard à son vassal
Sollers obliqui delusit tegmine
de le précéder, et de protéger ainsi
scuti:
l'exécution de son dessein.
Nam veniens clipeo sic est
ceu marmore levi Sans tarder, Hagen s'avança et
Excussa et collem provoqua l'ennemi. En même temps
vehementer sauciat usque le roi remit au fourreau son épée
Ad clavos infixa solo. Tunc ornée de pierres précieuses, afin
pectore magno, d'avoir la main libre et sûre pour le
Sed modica vi fraxineum larcin. Bref, il se pencha pour saisir
hastile le javelot, il le tenait déjà et le tirait
superbus 1295 doucement à lui, espérant relever
Iecit Guntharius, volitans sa fortune; mais Walther, qui à la
quod adhaesit in ima guerre se tenait toujours sur ses
Waltharii parma; quam mox gardes, et dont la vigilance n'avait
dum concutit ipse, été qu'un seul instant en défaut,
Excidit ignavum de ligni voyant le roi se pencher, devina son
vulnere ferrum. projet et ne le laissa point faire.
Omine quo maesti confuso Ecartant d'abord Hagen, qui dut se
pectore Franci jeter de côté pour éviter un coup de
Mox stringunt acies, dolor est lance, le héros fit un bond, retint le
conversus ad javelot en posant le pied dessus, et
iras, 1300 surprit si brusquement le roi dans
Et tecti elipeis Aquitanum son larcin, que Gunther, frappé
invadere certant. d'effroi sous la lance menaçante,
Strenuus ille tamen vi avait les genoux vacillants. Le fils
cuspidis expulit illos d'Alpher l'aurait même sur le champ
Atque incursantes vultu jeté en pâture au trépas, si le
terrebat et armis. vaillant Hagen n'était vite accouru,
et couvrant son maître de son
Hic rex Guntharius bouclier, n'avait pas poussé droit au
coeptum meditatur ineptum, visage de l'ennemi la pointe nue de
Scilicet ut iactam frustra sa redoutable épée. Tandis que
terraeque Walther se gare du coup, le roi se
relapsam 1305 relève, frémissant encore et interdit
(Ante pedes herois enim d'avoir vu la mort de si près.
divulsa iacebat) Et sans trêve ni repos l'âpre
Accedens tacite furtim combat recommence. Tous deux en
sustolleret hastam, même temps ou chacun à son tour,
Quandoquidem brevibus les Francs assaillent le héros, et s'il
gladiorum denique telis presse un peu vivement celui des
Armati nequeunt accedere deux qui s'avance, l'autre survient
comminus illi, d'autre part et l'empêche de
Qui tam porrectum torquebat frapper. Tel, à la chasse, un ours de
cuspidis Numidie que cernent les chiens,
ictum. 1310 s'arrête, le poil hérissé, cache sa
Innuit ergo oculis vassum tête en grognant, et étreignant les
praecedere suadens, limiers qui l'approchent, leur fait
Cuius defensu causam pousser un râle lamentable. Les
supplere valeret. dogues alors, à droite et à gauche,
l'entourent à quelques pas en
Nec mora, progreditur aboyant avec rage, mais se gardent
Haganon ac provocat hostem, d'aborder le monstre terrible.
Rex quoque gemmatum Jusqu'à la neuvième heure la lutte
vaginae condidit ensem dure ainsi, et trois causes
Expediens dextram furto d'abattement pèsent sur les
actutum guerriers : la crainte de la mort, le
faciendo. 1315 labeur du combat, et l'ardeur du
Sed quid plura? manum soleil.
pronus transmisit in hastam
Et iam comprensam sensim Cependant quelque souci se
subtraxerat illam glisse dans l'âme de Walther, qui
Fortunae maiora petens. sed refoule en son cœur cette plainte
maximus heros, secrète : « Si la Fortune ne procède
Utpote qui bello semper sat pas autrement, les ruses de ces
providus esset gens-là viendront à bout de ma
Praeter et unius punctum lassitude. » Et d'une voix
cautissimus éclatante : « O Hagen, dit-il, tu es
horae, 1320 bien l'arbuste épineux qui se couvre
Hunc inclinari cernens d'un vert feuillage pour mieux
persenserat actum pouvoir piquer! avec tes gambades
Nec tulit, obstantem sed mox tu veux te jouer de moi; mais je
Haganona revellens, vais te permettre de m'approcher
Denique sublato qui sans retard. Montre alors ta force,
divertebat ab ictu, qui est, je le sais, des plus grandes.
Insilit et planta direptum Moi, cela m'ennuie de supporter en
hastile retentat vain tant de fatigues. » Il dit, et
Ac regem furto captum sic bondissant, lance sa pique sur
increpitavit, 1325 Hagen. L'arme défonce le bouclier,
Ut iam perculso sub cuspide fend un peu la cuirasse et ne fait
genva labarent. qu'une légère entaille à ce grand
Quem quoque continuo corps, car Hagen était
esurienti porgeret Orco, splendidement revêtu de sa
Ni Hagano armipotens citius meilleure armure.
succurreret atque Puis, suivant le vol de sa lance,
Obiecto dominum scuto Walther fond, l'épée nue, sur le roi ;
muniret et hosti lui écarte brusquement du côté droit
Nudam aciem saevi mucronis son bouclier, et d'un coup
in ora tulisset. 1330 terriblement fort et prodigieux lui
Sic, dum Waltharius vulnus abat toute la jambe et le jarret
cavet, ille resurgit jusqu'à la cuisse. Gunther s'affaisse
Atque tremens stupidusque sur son bouclier aux pieds du
stetit, vix morte reversus. vainqueur. Hagen aussi devient
blême en voyant choir son maître.
Nec mora nec requies: Le fils d'Alpher, levant de nouveau
bellum instauratur amarum. sa sanglante épée, allait achever le
Incurrunt hominem nunc blessé; mais le fidèle vassal,
ambo nuncque vicissim; oubliant sa propre souffrance,
Et dum progresso se s'inclina en avant pour opposer au
impenderet acrius coup sa tête couverte d'airain.
uni, 1335 Walther ne put retenir son bras
En de parte alia subit alter et lancé, et ce fut le casque, de
impedit ictum. fabrication ancienne et meilleure,
Haud aliter, Numidus quam qui reçut le heurt. Une étincelle en
dum venabitur ursus jaillit. Surprise d'un choc si dur,
Et canibus circumdatus astat l'épée vola en éclats, hélas ! et avec
et artubus horret un son strident sema ses fragments
Et caput occultans dans l'air et sur le gazon.
submurmurat ac propriantes Le héros fut indigné de voir sa
Amplexans Umbros miserum bonne arme en pièces, et il se laissa
mutire coartat 1340 troubler par un excès de colère.
(Tum rabidi circumlatrant Dépité de n'avoir plus qu'une
hinc inde Molossi poignée sans lame, et bien qu'elle
Comminus ac dirae metuunt fût d'un précieux métal et d'un
accedere belvae), travail exquis, il la jeta avec dédain,
Taliter in nonam conflictus comme un souvenir importun. Mais
fluxerat horam, pour cela, il exposa trop sa main, et
Et triplex cunctis inerat Hagen, saisissant avec joie
maceratio: leti l'occasion, la lui trancha d'un coup
Terror, et ipse labor bellandi, subit. Elle tomba sans achever son
solis et ardor. 1345 mouvement, cette main vaillante,
redoutée de tant de nations et de
Interea herois coepit rois, et qu'avaient signalée des
subrepere menti trophées innombrables. Pourtant le
Quiddam, qui tacito premit héros, qui ne sait pas plier devant
has sub corde loquelas. l'infortune, surmonte par sa grande
«Si Fortuna viam non âme les souffrances de sa chair. Il
commutaverit, isti ne désespère pas, son visage même
Vana fatigatum memet per n'est pas abattu, et passant son
ludicra fallent.» bras mutilé dans l'anse de son
Ilico et elata Haganoni voce bouclier, de la main qui lui reste, il
profatur: 1350 saisit le cimeterre suspendu à son
«O paliure, vires foliis, ut flanc droit, comme nous l'avons
pungere possis; raconté. A l'instant même il tire de
Tu saltando iocans astu me son ennemi une cruelle vengeance :
ludere temptas. d'un seul coup il lui arrache l'œil
Sed iam faxo locum, propius droit, lui fend la tempe et les lèvres,
ne accedere tardes: et lui fait sauter de la bouche six
Ecce tuas (scio praegrandes) grosses dents.
ostendito vires!
Me piget incassum tantos
sufferre
labores.» 1355
Dixit et exiliens contum
contorsit in ipsum,
Qui pergens onerat clipeum
dirimitque aliquantum
Loricae ac magno modicum
de corpore stringit;
Denique praecipuis
praecinctus fulserat armis.

At vir Waltharius missa


cum cuspide
currens 1360
Evaginato regem importunior
ense
Impetit et scuto dextra de
parte revulso
Ictum praevalidum ac
mirandum fecit eique
Crus cum poplite adusque
femur decerpserat omne.
Ille super parmam ante pedes
mox concidit
huius. 1365
Palluit exanguis domino
recidente satelles.
Alpharides spatam tollens
iterato cruentam
Ardebat lapso postremum
infligere vulnus.
Immemor at proprii Hagano
vir forte doloris
Aeratum caput inclinans
obiecit ad
ictum. 1370
Extensam cohibere manum
non quiverat heros,
Sed cassis fabrefacta diu
meliusque peracta
Excipit assultum mox et
scintillat in altum.
Cuius duritia stupefactus
dissilit ensis,
Pro dolor! et crepitans partim
micat aere et
herbis. 1375

Belliger ut frameae
murcatae fragmina vidit,
Indigne tulit ac nimia furit
efferus ira
Impatiensque sui capulum
sine pondere ferri,
Quamlibet eximio praestaret
et arte metallo,
Protinus abiecit
monimentaque tristia
sprevit. 1380
Qui dum forte manum iam
enormiter exeruisset,
Abstulit hanc Hagano sat
laetus vulnere prompto.
In medio iactus recidebat
dextera fortis,
Gentibus ac populis multis
suspecta, tyrannis,
Innumerabilibus quae fulserat
ante
trophaeis. 1385
Sed vir praecipuus nec laevis
cedere gnarus,
Sana mente potens carnis
superare dolores,
Non desperavit, neque vultus
concidit eius,
Verum vulnigeram clipeo
insertaverat ulnam
Incolomique manu mox
eripuit
semispatam, 1390
Qua dextrum cinxisse latus
memoravimus illum,
Ilico vindictam capiens ex
hoste severam.
Nam feriens dextrum
Haganoni effodit ocellum
Ac timpus resecans
pariterque labella revellens
Olli bis ternos discussit ab ore
molares. 1395
Tali negotio dirimuntur
proelia facto.
Quemque suum vulnus atque
aeger anhelitus arma
Ponere persuasit. quisnam
hinc immunis abiret,
Qua duo magnanimi heroes
tam viribus aequi
Quam fervore animi steterant
in fulmine
belli! 1400
Postquam finis adest, insignia
quemque notabant:
Illic Guntharii regis pes,
palma iacebat
Waltharii nec non tremulus
Haganonis ocellus.
Sic sic armillas partiti sunt
Avarenses!

Consedere duo, nam


tertius ille
iacebat, 1405
Sanguinis undantem
tergentes floribus amnem.
Haec inter timidam revocat
clamore puellam
Alpharides, veniens quae
saucia quaeque ligavit.

His ita compositis


sponsus praecepit eidem:
«Iam misceto merum
Haganoni et porrige
primum; 1410
Est athleta bonus, fidei si iura
reservet.
Tum praebeto mihi, reliquis
qui plus toleravi.
Postremum volo Guntharius
bibat, utpote segnis
Inter magnanimum qui paruit
arma virorum
Et qui Martis opus tepide
atque enerviter
egit.» 1415
Obsequitur cunctis Heririci
filia verbis.
Francus at oblato licet arens
pectore vino
«Defer» ait «prius Alpharidi
sponso ac seniori,
Virgo, tuo, quoniam, fateor,
me fortior ille
Nec solum me, sed cunctos
supereminet
armis.» 1420

Hic tandem Hagano


spinosus et ipse Aquitanus
Mentibus invicti, licet omni
corpore lassi,
Post varios pugnae strepitus
ictusque tremendos
Inter pocula scurrili certamine
ludunt.
Francus ait: «iam dehinc
cervos agitabis,
amice, 1425
Quorum de corio wantis sine
fine fruaris.
At dextrum, moneo, tenera
lanugine comple,
Ut causae ignaros palmae sub
imagine fallas.
Wah! sed quid dicis, quod
ritum infringere gentis
Ac dextro femori gladium
agglomerare
videris 1430
Uxorique tuae, si quando ea
cura subintrat,
Perverso amplexu
circumdabis euge sinistram?
Iam quid demoror? en
posthac tibi quicquid
agendum est
Laeva manus faciet.» Cui
Walthare talia reddit:
«Cur tam prosilias, admiror,
lusce
Sicamber. 1435
Si venor cervos, carnem
vitabis aprinam.
Ex hoc iam famulis tu
suspectando iubebis
Heroum turbas transversa
tuendo salutans.
Sed fidei memor antiquae tibi
consiliabor:
Iam si quando domum venias
laribusque
propinques, 1440
Effice lardatam de multra
farreque pultam!
Haec pariter victum tibi
conferet atque medelam.»

His dictis pactum


renovant iterato coactum
Atque simul regem tollentes
valde dolentem
Imponunt equiti, et sic
disiecti
redierunt 1445
Franci Wormatiam,
patriamque Aquitanus adivit.
Illic gratifice magno
susceptus honore
Publica Hiltgundi fecit
sponsalia rite
Omnibus et carus post
mortem obitumque parentis
Ter denis populum rexit
feliciter annis. 1450
Qualia bella dehinc vel
quantos saepe triumphos
Ceperit, ecce stilus renuit
signare retunsus.

Haec quicunque legis,


stridenti ignosce cicadae
Raucellam nec adhuc vocem
perpende, sed aevum,
Utpote quae nidis nondum
petit alta
relictis. 1455

Haec est Waltharii


poesis. vos salvet Iesus.