Vous êtes sur la page 1sur 6

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

Lionel-Messi, au bénéfice d’enfants défavorisés. Mais


la magistrate a jugé que les soupçons n’étaient pas
Fondation Messi: des matchs de charité
suffisamment étayés.
qui rapportent surtout aux stars du foot
PAR YANN PHILIPPIN ET RAFAEL BUSCHMANN, MICHAEL WULZINGER ET
NICOLA NABER (DER SPIEGEL)
ARTICLE PUBLIÉ LE LUNDI 15 JANVIER 2018

Cette décision apparaît surprenante à la lecture


du rapport final des policiers madrilènes de la
Guardia civil, que nous révélons aujourd’hui. Dans
ce document confidentiel daté du 3 décembre 2015,
Affiche promotionnelle d’un des matchs de gala, à Chicago © DR
obtenu par Der Spiegel et analysé par Mediapart et
La Fondation Lionel-Messi a organisé des matchs ses partenaires du réseau European Investigative
pour aider des enfants réfugiés syriens et des mineurs Collaborations (EIC), les enquêteurs plaidaient avec
en souffrance. Les Football Leaks montrent qu’en vigueur pour que l’enquête se poursuive, vu « les
réalité, la presque totalité des recettes a atterri ailleurs, faits pertinents mis au jour par les investigations et la
notamment dans les poches de stars du football gravité des délits susceptibles d’avoir été commis […],
déjà multimillionnaires. La justice a classé l’affaire, lesquels provoquent une forte alarme sociale » au sein
contre l’avis de policiers qui pensent que Messi a de la population espagnole.
été « couvert ».
Ce fut un immense soulagement pour le clan Messi.
Le 14 décembre 2015, une juge de Barcelone
décidait de classer sans suite le dossier « Amigos
de Messi » (Messi et ses amis), instruit jusqu’ici
à Madrid. Une embarrassante affaire de fraude
fiscale présumée visant l’attaquant argentin, son
père et agent Jorge Messi, ainsi que trois de ses Lionel Messi et Neymar lors du match de charité
de Lima (Pérou) le 2 juillet 2013. © Reuters
coéquipiers du FC Barcelone. Les enquêteurs tentaient
de vérifier s'ils avaient touché des revenus non Les policiers n’ont pas trouvé de preuve de versements
déclarés pour avoir participé à des matchs de charité au clan Messi. Mais ils ont accumulé des éléments
organisés en 2012 et 2013 sous l’égide de la Fondation pour le moins troublants. Selon leur enquête, la
fondation Messi ne semble pas avoir touché le moindre
euro dans l’opération. Tandis que 1,5 million de
dollars issus des matchs de « Messi et ses amis » ont
été transférés sur deux comptes offshore à Curaçao et
à Hong Kong.
En conclusion de leur rapport, les policiers ont
donc demandé à la juge de lancer des commissions
rogatoires internationales dans huit pays différents,
notamment pour identifier les bénéficiaires de ces
virements suspects. Ils ont également réclamé les

1/6
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

déclarations fiscales du quintuple ballon d’or et de sa parce que « la justice espagnole a classé l’affaire,
fondation depuis 2011. « Il n’y a pas d’autre moyen » jugeant que ni M. Lionel Messi ni la FLM […]
d’établir la vérité, insistent-ils. n’avaient reçu de paiements liés à ces événements ».
Mais la magistrate a refusé. La décision n’a même pas
été notifiée aux enquêteurs. Plusieurs sources au sein
de la Guardia civil ont confié à l’EIC, sans en avoir la
preuve, leur sentiment que Lionel Messi a été « couvert
en haut lieu » dans cette affaire.
Des documents inédits transmis à Mediapart et à l’EIC
par Der Spiegel, et issus notamment des Football
Leaks, renforcent les soupçons autour de ces matchs,
complétant les informations déjà publiées depuis 2013
par notre partenaire espagnol El Mundo.
L’opération a en effet été pilotée en sous-main par
une société offshore en Uruguay dirigée par un proche Lionel Messi reçoit un chèque pour sa fondation des mains de Roberto
de la famille Messi. Laquelle a accepté dès le départ Borge, gouverneur de l'Etat mexicain de Quintana Roo, avant le match de
charité "Amigos de Messi" à Cancun e 16 juin 2012. © D.R.
que seulement 3 % des recettes soient reversées à
Tout commence en juin 2012, lorsque Lionel Messi
la fondation ! Cette même société, qui aurait touché
s’envole pour Cancún (Mexique), Bogotá (Colombie)
environ 7 millions d’euros, a généreusement rémunéré
puis Miami. Une opération rééditée l’été suivant à
certains « Amigos de Messi » pour participer aux
Medellin (Colombie), Lima (Pérou) et Chicago. « Le
matchs.
combat des stars : Messi et ses amis contre le reste du
Les enfants défavorisés, que les spectateurs pensaient monde », vantent les affiches publicitaires.
aider en achetant leur billet, n’ont quant à eux
Tarif : 55 dollars minimum à Chicago ; 1 200 à 2 500
quasiment pas vu la couleur de l’argent. L’Unicef a
dollars selon les pays pour les places VIP, incluant un
reçu seulement 300 000 dollars de la fondation en
maillot dédicacé du quintuple ballon d’or. Mais c’est
2013. Et encore : on ne sait pas si ce versement
pour la bonne cause : les profits doivent financer la
est réellement issu de l’opération « Amigos de Messi ».
Fondation Messi et plusieurs ONG locales, notamment
Contacté par l’EIC, Rodrigo Messi, grand frère du pour aider les enfants réfugiés syriens et les mineurs
joueur et président de la Fondation Leo-Messi en atteints de maladies incurables en Argentine, le pays
Espagne (FLM), a refusé de répondre à nos questions natal de Messi.
Pour assurer le succès de son barnum humanitaire, la
star s’est entourée sur le terrain d’une impressionnante
brochette d’« amis » : des coéquipiers du Barça, les
actuels superstars du PSG Neymar, Edinson Cavani
et Dani Alves, les Colombiens James Rodríguez
et Radamel Falcao, l’ex-idole du Parc des Princes
Ezequiel Lavezzi, le ballon d'or africain Didier
Drogba, ou encore des gloires du foot français comme
Thierry Henry, Florent Malouda et Éric Abidal.
Selon nos documents confidentiels, l’organisation paie
aux « amigos » les billets d’avion et l’hébergement,
« aux conditions négociées avec chacun d’entre eux ».

2/6
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

La charité n’excluant pas le confort, Lionel Messi et pour plusieurs footballeurs, dont Lionel Messi. Il s’est
ses proches ont droit à des voyages en jet privé et à illustré en organisant une course entre le sprinter Usain
des nuits en hôtels cinq étoiles, financés par les ventes Bolt et un autobus dans les rues de Buenos Aires.
de billets. Mais officiellement, l’honneur est sauf : Marin a obtenu de la fondation Messi le droit
personne ne touche d’argent sur le dos des enfants d’organiser les matchs des « Amis de Messi »,
défavorisés. qu’il a en réalité sous-traité à des sociétés locales.
Les policiers pointent dans leur rapport Parmi lesquelles on trouve celle du Colombien
« l’organisation désastreuse » des matchs et « le Andrés Barco, l’homme soupçonné d’avoir aidé les
manque d’implication des organisateurs ». À Cancún, narcos à blanchir leur argent. Grâce à des écoutes
le stade n’est rempli qu’à moitié à cause du « prix téléphoniques, les enquêteurs de l’UCO tombent sur
élevé des billets ». En Colombie, des familles avec une conversation édifiante : deux collaborateurs de
enfants manifestent et retardent le match de 90 minutes Barco expliquent que leur boss aurait versé « quatre
car elles n’ont pas eu le maillot dédicacé auxquelles melons » (c’est-à-dire 4 millions) à Guillermo Marin
elles avaient droit. Pire encore : des ONG locales n’ont pour payer les joueurs présents à Bogotá. « Cela n’a
pas reçu les dons promis. « Nous considérons qu’il jamais été un match de charité », a confirmé un témoin
s’agit d’une tromperie envers les citoyens présents, aux enquêteurs.
qui ont payé leur place à un tarif extrêmement Quelques mois plus tard, Andrés Barco confie à El
élevé », dénonce le président d’une de ces ONG, José Mundo et à la police qu’il a versé 1,37 million de
Campo Rodicio. dollars sur un compte offshore à Curaçao, à la demande
Le scandale éclate en décembre 2013, lorsque le de Guillermo Marin. Barco ajoute perfidement qu’il ne
quotidien El Mundorévèle que l’Unidad Central savait pas pourquoi « le représentant de Messi voulait
Operativa (UCO), une unité d’élite de la police cet argent », et qu’il a payé en prime 100 000 dollars
espagnole chargée de lutter contre le blanchiment et pour les billets d’avion des joueurs.
le crime organisé, a ouvert une enquête à la suite d’un 250 000 dollars pour jouer un match de
signalement des autorités colombiennes : un cartel de charité
narcotrafiquants mexicain aurait, à l’insu de la famille
Selon nos informations, les policiers de l’UCO
Messi, utilisé l’opération de charité de la star pour
ont découvert un autre versement suspect, lié cette
blanchir l’argent de la drogue, grâce à l’achat de tickets
fois au match de Medellín : l’organisateur local a
situés au « rang 0 », c’est-à-dire fictifs.
viré, par l’intermédiaire d’une banque américaine,
120 000 dollars sur un compte à Hong Kong, contrôlé
par une société-écran nommée Roskella Trading et

Guillermo Marin (à gauche), l'organisateur des matchs de


charité, avec Lionel Messi au Panama en décembre 2013. © D.R.

L’homme clé de l’affaire est l’Argentin Guillermo


Marin. C’est un proche de Jorge Messi, l’omniprésent
papa du joueur, qui gère son business et sa fondation.
Patron d’une agence de marketing sportif, Guillermo
Marin est un cador du sport business en Amérique
latine, où il a négocié des contrats de sponsoring

3/6
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

immatriculée aux îles Vierges britanniques, l’un des d’ailleurs ce qu’écrivent les policiers dans leur rapport.
paradis fiscaux les plus opaques de la planète (notre Mais en réalité, la fondation a contracté avec une
document ci-dessous). société offshore pilotée par le même Marin : Players
Image SA, immatriculée en Uruguay, paradis fiscal
surnommé « la Suisse d’Amérique latine ».
Selon nos informations, on retrouve la même société
dans l’affaire qui a valu à Lionel Messi d’être
condamné en 2016 pour fraude fiscale : Players Image
SA a négocié deux des accords de sponsoring (avec
Pepsi et Telefonica) dont le joueur a dissimulé les
recettes au fisc.
Pourquoi l’intermédiaire des Messi a-t-il éprouvé le
besoin d’utiliser une telle structure offshore pour gérer
l’argent des matchs de charité des « Amigos de
Messi » ? Pour éviter les impôts ? Opacifier les flux
financiers ? Sollicité par l’EIC, Guillermo Marin n’a
L'ordre de virement de l'organisateur du match de Medellin vers pas donné suite.
un compte à Hong Kong détenu par une société offshore. © EIC
Face aux policiers, il a en tout cas assuré que sa société
Entendus comme témoins par les enquêteurs, Lionel
avait finalement reçu environ 7 millions de dollars
Messi, son père et ses coéquipiers du Barça ont
dans l’opération au lieu des 12,3 millions prévus au
formellement démenti. Ils affirment qu’ils n’ont pas
départ. Il a reconnu qu’une partie de la somme avait
touché le moindre centime. La fondation Messi a
servi à rémunérer les joueurs, sans citer de noms ni de
certes donné 300 000 dollars à l’Unicef à l’issue de la
montants.
tournée. Mais cet argent vient-il vraiment des matchs
de charité ? Il a en effet été viré à l’Unicef par la L'homme choisi par le clan Messi s’est par
Fondation Leo-Messi Argentine, alors que les revenus exemple montré fort généreux avec l’entraîneur italien
de l’opération devaient atterrir dans les caisses de sa Fabio Capello. Comme nous l’avions révélé lors des
fondation espagnole. Football Leaks, Capello a négocié 75 000 dollars pour
s’asseoir sur un banc pendant trois matchs, somme
C’est ce qu’indique une version non signée du contrat
finalement réduite à 50 000 dollars car une rencontre a
entre la Fondation Messi et Guillermo Marin, que
nous dévoilons en exclusivité. Ce document montre
que le montage financier était, dès le départ, bien peu
charitable. Face aux enquêteurs, Guillermo Marin a
indiqué que les organisateurs locaux devaient verser
12,3 millions de dollars à sa société. Or le contrat
indique que la fondation lui a cédé les droits pour
seulement 300 000 dollars (50 000 par match), soit
moins de 3 % des recettes prévues ! Il est pour le moins
étonnant que le clan Messi ait accepté un deal aussi
défavorable à ses œuvres de charité.
Ce n’est pas la seule anomalie. Officiellement, les
matchs ont été organisés par Imagen Deportivo,
l’agence de Marin basée en Argentine – c’est

4/6
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
5

été annulée. Et c’est bien à la société offshore Players enchères, l’agent de Lewandowski finit par arrêter de
Image SA que les représentants de Capello ont envoyé décrocher lorsqu’un numéro argentin s’affiche sur son
la facture (notre document ci-dessous). téléphone.
Qui sont les autres « Amigos » qui ont touché le
jackpot ? Mediapart a contacté tous les les joueurs
français ou ayant joué en Ligue 1. En théorie, ils
devraient être fiers d’avoir fait œuvre de charité
auprès de Lionel Messi. Ils se murent dans le silence.
Edinson Cavani a refusé de nous répondre. Neymar,
Radamel Falcao, Ezequiel Lavezzi, Thierry Henry,
Florent Malouda et Éric Abidal n’ont pas donné
La première facture envoyée à la société offshore Players Image suite. L’attachée de presse de Didier Drogba, l’ancien
SA pour que Fabio Capello soit payé. La somme a ensuite été
réduite à 50 000 $ car le match de Los Angeles a été annulé. © EIC
attaquant ivoirien de l’OM et de Chelsea, « pense
qu’une donation a été faite à la fondation de Didier en
Cela signifie, pour prendre ce seul cas, qu’environ
échange de sa participation au match ». A-t-elle posé
1 000 spectateurs qui pensaient venir en aide à des
la question à Drogba ? Pas de réponse.
enfants en souffrance ont en réalité exclusivement
alimenté le compte en banque déjà bien rempli de
l’ancien coach de la Juventus et du Milan AC. Le fils
et avocat de Capello s’est contenté de nous répondre
que ces revenus avaient été déclarés au fisc.
Comme l’a révélé notre partenaire Der Spiegel,
Guillermo Marin était prêt à dépenser des sommes
folles pour recruter des têtes d’affiche. Au printemps Pablo Osvaldo, Dani Alves, Éric Abidal et Lionel Messi
2013, ses équipes contactent l’agent de Robert lors du match amical à Lima le 2 juillet 2013 © Reuters

Lewandowski. L’attaquant polonais du Borussia Après deux ans d’enquête, les policiers madrilènes
Dortmund vient alors de se hisser au rang de star, pour ont accumulé les indices. Le 3 décembre 2015,
avoir marqué quatre buts à lui tout seul au Real Madrid ils réclament donc des commissions rogatoires
en demi-finale de la Ligue des champions (4-1). internationales afin de pouvoir retracer les flux
Guillermo Marin le veut absolument. « Notre package financiers, notamment le million et demi de dollars
de base est composé de deux billets d’avion en transféré à Curaçao et à Hong Kong. Puisqu’il s’agit
business class par joueur, d’un hébergement en hôtel de soupçons de fraude fiscale, leur rapport est transféré
cinq étoiles et d’une somme d’argent », écrivent ses au tribunal de Barcelone, le lieu de résidence de Messi.
collaborateurs. Ils se présentent comme travaillant Mais avant de prendre sa décision, la juge qui hérite du
pour l’agence Imagen Deportivo à Buenos Aires, mais dossier tient à entendre elle-même Guillermo Marin.
les projets de contrat envoyés par mail sont là encore Comme on l’a vu, l’organisateur des matchs est le
à en-tête de Players Image, la société offshore en gestionnaire des Messi, au cœur des montages offshore
Uruguay. et des paiements aux joueurs. Mais la juge a estimé
La proposition initiale s’élève à 30 000 dollars. Refus. dans son ordonnance, citée par El Confidencial, que
Les équipes de Marin montent ensuite à 90 000. Puis le témoignage « long et détaillé » de Marin réduisait à
110 000. Et enfin 250 000. Oui, 250 000 dollars néant les soupçons des policiers.
pour jouer un match de charité ! Pour mettre fin aux Il a répété que Lionel Messi et ses coéquipiers du Barça
n’avaient pas été payés. Marin a indiqué que le fiasco
de l’organisation et le manque de succès de l’opération

5/6
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
6

se sont traduits par des « pertes économiques » pour Boite noire


sa société, vu les « dépenses élevées engagées à divers
titres pour les 80 personnes qui ont participé aux
événements ». Un raisonnement validé par la juge, qui
souligne que le dernier match à Los Angeles a été
annulé faute d’argent.
Marin a enfin assuré qu’il avait seulement payé
certains joueurs, ceux dont le potentiel économique Douze journaux européens regroupés au
était le moins élevé. Concernant la Fondation Leo- sein du réseau European Investigative
Messi, la magistrate souligne « qu’il n’a semble-t-il Collaborations (EIC), dont Mediapart, ont publié
pu être déterminé si les [matchs de charité] avaient pu du 2 au 24 décembre 2016 les Football Leaks, la
[lui] rapporter de l’argent » et que son projet « a été plus grande fuite de l'histoire du sport. Obtenus par
perdu ». l’hebdomadaire allemand Der Spiegel et analysés par
L’ordonnance de classement conclut qu’« il n’y a 60 journalistes des médias membres de l'EIC, ces 18,6
aucune preuve de fraude fiscale commise par Lionel millions de documents, ont permis, après sept mois
Messi et/ou la Fondation Leo Messi ». À ce stade de d’enquête de documenter de manière inédite la face
l’enquête, c’était rigoureusement exact. Mais la juge noire du football, entre fraude et évasion fiscales,
n’a pas voulu en savoir plus. Faute d’investigations réseaux de prostitution, connexions mafieuses, ou
internationales sur les flux financiers, on ne saura donc encore exploitation de joueurs mineurs.
jamais précisément où ont atterri les millions générés Cette enquête sur Lionel Messi a été réalisée grâce à
par les « Amigos de Messi ». de nouveaux documents Football Leaks, fournis par
la même source (lire La folle histoire des Football
Leaks),ainsi que d’autres documents confidentiels
obtenus par Der Spiegel.

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Directeur éditorial : François Bonnet Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, Thierry Wilhelm. Actionnaires peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
directs et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Marie-Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Société des Amis de Mediapart. Paris.

6/6

Centres d'intérêt liés