Vous êtes sur la page 1sur 3

Solutions

ACQUISITION DE DONNÉES

Attention
au filtre!

Ces derniers temps ont vu fleurir sur le marché une offre
conséquente de cartes de numérisation, de boîtiers et de
systèmes d’acquisition en tous genres proposant une
conversion analogique-numérique sigma-delta. Cette tech-
nologie a en effet bien des attraits : haute résolution, filtrage
très sélectif, composants bon marché… Mais elle a aussi
quelques limites. Dans cet article Gould & Nicolet, spécialiste
en acquisition de données, pèse le pour et le contre en fonc-
tion des applications.

I
nitialement conçus pour les appli- une réponse en fré-
cations à faibles coûts dans le quence très plate
Gould Nicolet
domaine audio, les convertisseurs jusqu’à la fréquen-
sigma-delta offrent une haute réso- ce de coupure du Certains systèmes d’acquisition de données sont désormais conçus pour permettre à la fois les mesures dans le domaine temporel
et dans le domaine fréquentiel.Ils intègrent un double étage de filtres/convertisseurs pour répondre aux deux types de mesures.
lution numérique à un coût très faible filtre : typiquement,
(dans un rapport de 30 à 80 par rapport à on observe moins de 0,01 dB de variation signaux utilisent désormais des convertis-
d’autres technologies). Ils échantillonnent jusqu’à la fréquence de coupure. De plus, seurs sigma-delta offrant 20 à 24 bits de
le signal d’entrée à une vitesse très élevée ces filtres ont une pente si raide que la ban- résolution.
avec un comparateur 1 bit. Après filtrage de passante peut être étendue sans problè-
numérique sur un grand nombre d’échan- me jusqu’à la fréquence de Nyquist. La fré- Prudence dans le domaine
tillons, la résolution initiale est considéra- quence de Nyquist correspond à la moitié temporel
blement augmentée de 1 bits à 12, 16, 20 de la valeur de la fréquence d’échantillon- S’ils sont performants pour réaliser des ana-
voire 24 bits. Ces convertisseurs offrent des nage. Un signal dont la fréquence maxi- lyses dans le domaine fréquentiel, les conver-
caractéristiques très attractives pour les male est supérieure à la fréquence de tisseurs sigma-delta sont pour la plupart dif-
mesures dans le domaine fréquentiel, telles Nyquist subira un phénomène de replie- ficilement acceptables dans les systèmes
que la vibration, l’acoustique et l’audio. ment de spectre (conséquence du théorè- d’acquisition d’usage
Pour d’autres domaines, dans lesquels me de Shannon) et sera donc altéré.A titre général, où la fidélité de L’essentiel
l’évolution temporelle du signal a son d’exemple, un convertisseur sigma-delta la restitution de la forme  Les convertisseurs analo-
importance, cette technologie est beaucoup pourra typiquement offrir 45 kHz de ban- de l’onde dans le domai- gique-numérique sigma-
moins adaptée. En fonction de l’applica- de passante pour une fréquence d’échan- ne temporel reste une delta sont de plus en plus
tion, il y a de réelles raisons techniques de tillonnage de 100 kéch/s. Par ailleurs, les priorité absolue. Les répandus dans les systèmes
choisir la conversion sigma-delta ou de ne fréquences au-dessus de la fréquence de filtres anti-repliement à d’acquisition de données
pas la choisir. coupure sont fortement rejetées, évitant pentes raides, inhérents  De par leur filtre anti-replie-
tout phénomène de repliement. aux convertisseurs sigma- ment à pente raide, ils
La conversion sigma-delta pour Autre avantage : dans les bandes passantes delta, présentent une
conviennent bien aux
mesures dans le domaine fré-
les “applications fréquentielles” audio, une dynamique très élevée (jusqu’à importante non linéarité quentiel
Les convertisseurs sigma-delta conviennent 120 dB) peut être obtenue grâce à des de phase dès que l’on  Ils sont cependant peu adap-
bien pour les mesures dans le domaine fré- amplificateurs analogiques ayant fait l’ob- s’approche de la fré- tés aux mesures dans le
quentiel lorsque l’on veut une réponse en jet d’attentions toutes particulières dès leur quence de coupure du domaine temporel car ils
fréquence plate, sans atténuation. Le filtre conception et à des convertisseurs très hau- filtre. Cette distorsion en introduisent des oscillations
“mensongères” sur les
anti-repliement interne des convertisseurs te résolution de 24 bits. Pour toutes ces phase génère ce que nous formes d’onde des signaux
sigma-delta est en effet optimisé pour offrir raisons, les analyseurs dynamiques de appelons le “phénomène

MESURES 760 - DECEMBRE 2003 41


Solutions
de Gibbs”, qui se traduit par un “preshoot”
ou un “overshoot” (dépassement en fran-
çais) de 8 à 22 % en réponse impulsionnel-
le. Lorsque l’on attaque un convertisseur sig-
ma-delta avec un signal carré, celui-ci peut
typiquement ressembler après numérisation
et reconstitution à la lettre capitale H. Pour les
mesures dans le domaine temporel, un filtre
de type Bessel sera préféré afin d’éviter ce
type de distorsion.
Un lecteur avisé remarquera que les fiches
techniques des sigma-delta se polarisent
avant tout sur les résultats dans le domai-
ne fréquentiel. En général, “l’overshoot”
n’est pas précisé mais il est souvent fait
référence à un “temps d’établissement”.
Ceci décrit le temps nécessaire, corres-
pondant habituellement à 40-70 points
ou échantillons avant et après une impul-
sion, avant que le signal “s’équilibre” pour
obtenir une amplitude correcte.Aussi, dans
le domaine temporel, ceci amène à igno-
rer une centaine d’échantillons, voire plus,
autour de certaines parties correspondant
souvent aux centres d’intérêts primordiaux
des signaux !
En test et mesure, pour la plupart des ins-
truments d’utilisation générale ou pour Figure du haut :réponse impulsionnelle d’un sigma-delta.Le pic d’amplitude est amplifié d’environ 20 %.
Figure du bas :réponse impulsionnelle d’un filtre Bessel.Le pic d’amplitude est précis.
les systèmes d’acquisition de données où
la forme de l’onde est importante, les
convertisseurs sigma-delta ne devraient dépend de la fréquence d’échantillon- plitude des pics de signal sera suréva-
pas être utilisés. Un utilisateur vérifiant nage. Aussi, le même signal échan- luée. Sur un signal transitoire à large
la qualité de signaux TTL pourra être sur- tillonné à deux fréquences d’échan- bande réelle comme un signal en balis-
pris de trouver un dépassement, visuali- tillonnage différentes présentera un tique, il est impossible de connaître de
sant un signal de -1 à +6 V au lieu d’une déphasage temporel ! Par ailleurs, com- combien le pic d’amplitude et l’évolu-
amplitude “idéale” de 0 à 5 V. S’il ignore me nous avons vu précédemment, l’am- tion temporelle ont été affectés. Une fois
que ce dépassement est imputable au
convertisseur sigma-delta, il pourra
monopoliser des ingénieurs à résoudre
un problème inexistant. De la même
manière, un ingénieur en mécanique
mesurant des pics de pression, ou un
ingénieur électrique mesurant des cou- Un signal carré de 5V enregistré par
un convertisseur sigma-delta montre
rants transitoires, pourra trouver des pics
un pic erroné à 6V.
déformés pouvant dépasser de L’allure de la forme d’onde ressemble
quelques % à plus de 20 % la valeur réel- à la lettre majuscule H
le du pic comme celle du front de mon-
tée. Le pourcentage de la déformation est
fonction de la rapidité du front de mon-
tée. Plus le front de montée est rapide,
plus l’erreur sur le pic sera importante.
Ces erreurs ne peuvent être corrigées par
aucun traitement après acquisition. Zoom sur le front de montée.
Le signal présente
Une des raisons supplémentaires de ne
des oscillations “mensongères”.
pas utiliser la conversion sigma-delta
pour les applications dans le domaine
temporel, en particulier en chronomé-
trie, est un décalage temporel non
constant entre les voies. En effet, avec
ces convertisseurs, la réponse en phase

42 MESURES 760 - DECEMBRE 2003


Solutions
une cadence d’échantillonnage supérieu-
re est nécessaire pour éviter le phénomè-
ne de repliement avec un filtre Bessel. Heu-
reusement, les composants à fréquence de
numérisation élevée et à capacité de
mémoire étendue sont devenus aujour-
-3 dB est à 250 kHz d’hui relativement bon marché de telle
sorte que cet inconvénient peut facilement
-3 dB est à 400 kHz être surmonté.
A chaque filtre son application
On l’aura compris, en analyse du signal,
le choix du type de filtre est essentiel. Les
filtres anti-repliement raides, tels ceux uti-
lisés avec les convertisseurs sigma-delta,
sont très intéressants pour les mesures dans
le domaine fréquentiel, tandis que les
filtres beaucoup plus “doux”, comme les
filtres de type Bessel, sont largement pré-
Courbe du haut en rouge :réponse typique d’un filtre raide tel que celui associé à un convertisseur sigma-delta,qui permet d’étendre la
férables pour des mesures précises dans le
bande en fréquence.La fréquence de coupure à -3 dB est à 400 kHz. domaine temporel. De fait, le filtre anti-
Courbe du bas en vert :courbe typique d’un filtre Bessel avec dégradation progressive vers les hautes fréquences.La fréquence de coupure à repliement est la première différence maté-
-3 dB est à 250 kHz. rielle entre un analyseur FFT et un enre-
gistreur dans le domaine temporel.
enregistré, aucun traitement ne pourra Pour toutes ces raisons, tous les systèmes L’utilisateur de ce type d’instrument doit
reconstruire le signal. d’acquisition de données Nicolet destinés à considérer ces différences avec précaution
Ces effets dans le domaine temporel l’analyse temporelle intègrent un filtre anti- et décider quelle solution est la mieux
dépendent de l’allure du signal et de la repliement de type Bessel en amont du adaptée à son application. Pour cette rai-
fréquence d’échantillonnage ; ils obligent convertisseur analogique-numérique (en son, les constructeurs proposent séparé-
à toujours utiliser un filtre à pente “dou- général de type “à approximations succes- ment des systèmes d’acquisition de don-
ce” pour les mesures de transitoires et les sives”). Cette approche préserve la fidélité nées et des analyseurs FFT. De toute
applications dans le domaine temporel de la réponse impulsionnelle au détriment évidence, pour l’utilisateur, ceci représen-
où l’utilisateur souhaite faire des mesures d’une légère atténuation en haute fréquence. te un surcoût matériel et le contraint pour
sur des pics et des fronts de montée. Ainsi, pour une bande passante donnée, analyser ses courbes à utiliser deux ins-
truments différents.
Pourtant, aujourd’hui il n’y a aucun obs-
tacle qui empêche d’inclure ces possibili-
Le phénomène de Gibbs tés dans un même système. Les tout nou-
veaux systèmes d’acquisition Nicolet
Josiah Willard Gibbs (1839-1903), ou Butterworth présentent une rupture baptisés Genesis et Liberty proposent le
physicien américain, fut amené à abrupte aux alentours de la fréquence
choix entre l’optimisation pour le domai-
constater la “mauvaise” convergence de coupure pour couper les hautes fré-
des séries et transformée de Fourier quences (en l’occurrence c’est la discon-
ne temporel et l’optimisation pour le
au voisinage d’un point de disconti- tinuité de la dérivé). La réponse tempo- domaine fréquentiel. Ils intègrent les deux
nuité. Ce phénomène dû à l’absence relle du signal avec ce type de filtre types de filtre et offre une commutation
de convergence uniforme est appelé présentera donc des oscillations infi- par logiciel pour passer de l’analyse tem-
phénomène de Gibbs. Selon Pierre- nies. » C’est également le cas des porelle à l’analyse fréquentielle et inver-
Louis Corrieu, professeur au lycée filtres anti-repliement des convertis- sement. De plus, des cadences décimales
technique de Dieppe, « la règle géné- seurs sigma-delta. de type 100 000 éch/s passent à
rale est que toute discontinuité du « Le phénomène de Gibbs est tout à fait 102 400 éch/s pour l’analyse fréquentiel-
spectre ou de ses dérivés entraîne l’ap- général dans les transferts énergétiques le afin d’obtenir des valeurs exactes, aus-
parition d’ondulations sur la réponse ondulatoires : on en trouve un exemple si bien dans le domaine temporel que fré-
temporelle. Inversement, toute disconti- dans le phénomène de diffraction en
quentiel.
nuité dans le domaine temporel induit optique (franges d’ondulations d’ampli-
des oscillations dans le domaine fré- tude optique au bord d’un obstacle
Gary Schneider
quentiel. Dans le cas du filtrage, ce phé- abrupt) et plus généralement, ceci est Gould & Nicolet
nomène apparaît lorsque la réponse une traduction du principe d’incertitu-
Gould & Nicolet
fréquentielle du filtre ou ses dérivés pré- de, bien connu en mécanique ondula-
BP 221
sentent une discontinuité : tous les toire », explique M. Corrieu.
91942 Courtaboeuf Cedex
filtres à pente raide de type Tchebychev Tel.: 01 64 86 45 45 - Fax: 01 64 86 45 46
info@gould-nicolet.fr

MESURES 760 - DECEMBRE 2003 43