Vous êtes sur la page 1sur 14

Chapitre 7

Etude des culées

Une culée bien conçue doit satisfaire à toutes les exigences de la fonction culée, à savoir :
- Une bonne transmission des efforts au sol de fondation ;
- La limitation des déplacements horizontaux en tête, de façon à ne pas entraver le
fonctionnement des appareils d’appui ;
- La limitation des déplacements verticaux (tassement).
Dans ce chapitre, nous présenterons d’abord l’inventaire des charges sollicitant les culées.
Puis nous effectuerons la descente des charges. Enfin, nous déterminerons le ferraillage des
deux culées C0 et C5.
7.1. Inventaire des charges :
La figure 7.1 suivante présente les caractéristiques géométriques des culées.
Figure 7.1 : les caractéristiques géométriques des culées.

7.1.1. Charge permanente :


Pour chaque culée, nous déterminons la charge permanente en G (point situé au milieu de la
base de la semelle) due au poids des différents éléments constituants le tablier et la culée
considérée.

Les résultats en t figurent dans les tableaux 7.1 et 7.2 ci-dessous.

7.1.1.1 Charges verticales :


Désignation N (t)
Poids hourdis 65
Poids du tablier sur

Poutres 73.22
la culée

Entretoises 7.56
Superstructures 48.72

Total : 194.50
Corbeau 14.06
Chevêtre 35.00
Mur garde-gréve 14.06
Dalle de transition+remblai 67.86
Mur en retour 9.43
Poteaux 39.25

Poids mort de la culée


Semelle 154.38
Remblai sur semelle 247.77
Total : 581.81
Total : 776.31

Tableau 7.1 : Charge permanente appliquée à chacune des culées.

7.1.1.2. Poussée des terres :


Désignation H (t)
Poussée sur le mur
28.20
GG+chevêtre
Poussée sur les fûts 80.71
Poussée des terres

Poussée sur la semelle 79.41


Contre poussée sur chevêtre -0.95
Contre poussée sur les fûts -45.60
Contre poussée sur la semelle -57.72
Total : 84.05

Tableau 7.2 : Poussée des terres appliquée à chacune des culées.

7.1.2. Actions de surcharges :


7.1.2.1. Surcharges sur remblai :
Sur les remblais d’accès aux ouvrages, on dispose une charge uniforme répartie sur toute la
largeur de la plate forme et d’intensité égale à 1t/m². Elle intervient dans la justification de la
stabilité des culées.

En outre, pour la justification des éléments de faible dimension (tel que mur garde grève), il
est recommandé de disposer sur le remblai les systèmes Bt ou Br (sans majoration
dynamique), qui peuvent donner des effets plus défavorables que celui de 1t/m².

7.1.2.2. Surcharges routières :


 Sur trottoir :

TR = 0,15×1×2×12,5 = 3,75 t.

 Système AL 1 travée :

Une seule travée qui est chargée, donc L = 25 m.


Ainsi A(L) = 1,2 t/m²

La charge qui en découle est : Q(L) = 109.51 t

 Efforts de freinages correspondants aux surcharges :

L’effort de freinage correspondant est : FrAl = 11,62 t pour une travée chargée.

L’effort de freinage de A(L) est inférieur à l’effort de freinage de Bc (FrBc=30 t).

On prenant la même distribution que pour le freinage Bc, la valeur maximale en découlant
est : FrAl = 11,62×6,00/30 c’est à dire FrAl = 2,32 t. 1,5 m

 Système Bc :

La charge découlant de la surcharge Bc est : QBc = 97.42 t

Pour une travée chargée avec ey=1.5. et ex=0.


 Système Mc120 : 1.85 m

La charge découlant de la surcharge Mc120 est : QMc120 = 98.77 t

Pour une travée chargée avec ey=1.85. et ex=0.

7.1.3. Actions naturelles et climatiques :


7.1.3.1 Action du vent :
La pression du vent par métre carré est égale à : P = 200 kg/m²

L’action qui s’exerce en tête de fût est:

Q = 1,65×13×0,20 + 1.9 donc : Q = 6.19 t

Cette action s’exerce à une distance d au-dessus du chevêtre et est équivalente à l’action d’une
charge de même intensité appliquée au centre de gravité du chevêtre combinée avec un
moment M tel que: d = 1,77 m et M = 10,956 t.m

7.1.3.2. Répartition des efforts de freinage:


On prend le cas du freinage du système Bc: Fr = 30.00 t.

La répartition maximale des efforts de freinage est définie comme suit :

 Effort sur la culée C0 : 6,00 t


 Effort sur la culée C5 : 6,00 t
7.1.3.3. Retrait et dilatation :
La répartition des efforts dus au retrait et dilatation est définie comme suit :
 Effort sur la culée C0 : 19.71 t
 Effort sur la culée C5 : 19.71 t
7.1.3.4. Action sismique :
L’analyse sismique a été traitée à part (voir le chapitre 9 concernant cette analyse).

7.2. Descente de charges :


7.2.1. Différents cas de charges:
Nous donnons dans le tableau 7.3 ci-après les différents cas de charges possible que nous
allons utiliser dans la justification des appuis :

Cas de
charges Désignation N ex ey My Mx Hx Hy z
CAS 1 Charges permanentes 776.31 -0.16 224.41 84.05 4.12
CAS 2 Surcharge trottoir 3.75 0.00
CAS 3 Surcharge dalle transition 28.20 -2.40 -67.68
CAS 4 AL 1 Travée 105.26 0.00
CAS 5 Surcharge Bc 97.42 0.00 1.50 146.12
CAS 6 Surcharge Mc120 98.77 0.00 1.85 182.72
CAS 7 Vent 39.63 4.88 8.13
CAS 8 Freinage Bc 37.15 4.15 8.95
CAS 9 Retrait dilatation 161.10 18.00 8.95
Tableau 7.3 : Cas de charge pour la culée

7.2.2. Combinaison des charges :


Les combinaisons que nous allons adopter pour la descente des charges sont les suivantes :

 A l’état limite de service :


COMB 01 : CAS1 +CAS2+1,20CAS3+CAS9
COMB 02 : CAS1+CAS2+1,20CAS4+CAS9
COMB 03 : CAS1+CAS2+1,20CAS5+1,20CAS8+CAS9
COMB 04 : CAS1+CAS2+CAS6+CAS9
COMB 05 : CAS1+CAS7+CAS9
COMB 06 : CAS1+1,20CAS8+CAS9
 A l’état limite ultime :
COMB 07 : 1,35CAS1+1,605CAS2+1,605CAS3+1,35CAS9
COMB 08 : 1,35CAS1+1,605CAS2+1,605CAS4+1,35CAS9
COMB 09 : 1,35CAS1+1,605CAS2+1,605CAS5+1,605CAS8+1,35CAS9
COMB 10 : 1,35CAS1+1,605CAS2+1,35CAS6+1,35CAS9
COMB 11 : 1,35CAS1+1,50CAS7+1,35CAS9

7.2.2. Application des combinaisons :


Les calculs effectués sont regroupés dans le tableau 7.4 suivant.

Combinaisons N My Mx Hx Hy
COMB 01 813.90 304.30 0.00 102.05 0.00
COMB 02 906.37 385.51 0.00 102.05 0.00
COMB 03 896.95 430.09 175.35 107.03 0.00
ELS

COMB 04 878.82 385.51 182.72 102.05 0.00


COMB 05 776.31 385.51 39.63 102.05 4.88
COMB 06 776.31 430.09 0.00 107.03 0.00
COMB 07 1099.29 411.82 0.00 137.77 0.00
COMB 08 1222.97 520.44 0.00 137.77 0.00
ELU

COMB 09 1210.38 580.07 234.53 144.43 0.00


COMB 10 1187.36 520.44 246.67 137.77 0.00
COMB 11 1048.01 520.44 59.45 137.77 7.31

Tableau 7.4 : Descente des charges pour chaque culée.

7.3. Ferraillage des culées :


7.3.1. Hypothèses de calcul :
- Les règlements B.A utilisées : B.A.E.L 91.
- La fissuration est considérée comme préjudiciable.
7.3.1.1. Béton :
- La résistance caractéristique fc28 du béton en compression à 28 jours d’âge est
supposée égale à : fc28 = 25 MPa ;
- La résistance de calcul en flexion est : fbu = 0,85×fc28 / b ;
Avec, b = 1,5 donc : fbu = 14,17 MPa ;
- La résistance du béton à la traction : ft28 = 2,10 MPa ;
- Coefficient de poisson :  = 0,2 à l’ELS et  = 0 à l’ELU ;
7.3.1.2. Acier :
- L’acier retenu est du Fe E500 de type 1 ;
Il s’agit d’un acier de limite élastique : fe = 500 MPa ;
- La contrainte limite de service est : s = 240 MPa ;
- Enrobage des aciers : 3 cm (ou 5 cm pour les éléments de grandes
dimensions tels que : semelles, fûts et chevêtre).
7.3.2. Mur garde-grève :
7.3.2.1 Sollicitations :
On néglige l’effet des charges verticales (venant en déduction des moments produits par les
forces horizontales).
Il reste, donc, les forces horizontales suivantes :
a) La poussée des terres :
Le moment du à la poussée des terres derrière le mur est : Mt = ×Ka×h3/6
Avec :  = 2 t/m3, Ka = 0,38 et h = 1,85 m
Soit : Mt = 0,80 t.m/ml
b) La poussée d’une charge locale située derrière le mur :
Le moment fléchissant maximum est obtenu pour le système Bc. Il a pour valeur :
Mp = 12K / (0,75+2h)  0 1,85 (h-x) / (0,25+x).dx
Le coefficient K a pour valeur : K = Ka××bc×
Avec bc = 1,1 ,  = 1,  = 1,2 coefficient de pondération.
Soit : Mp = 3,36 t.m/ml

c) Effet de freinage d’un essieu lourd du camion Bc :


Mf = 6×1,2×h / (0,25+2h) = 3,37 t.m/ml
d) Combinaisons de calcul :
Le moment total dans la section d’encastrement du mur garde-grève :
À l’ELU : M = 1,35Mt + 1,6Mp + 1,6Mf = 11,85 t.m/ml
À l’ELS : M = Mt + Mp + Mf = 7,53 t.m/ml
7.3.2.2. Armatures :
a) Aciers verticaux dans le mur :
 sur la face arrière (en contact avec les terres) :
Les données sont : M = 11,85 t.m/ml, b = 1,00 m et h = 0,30 m
La section d’armatures requise est A = 10.75 cm²/ml. Soit 7 HA 14/ml.
 sur la face avant :
On respecte le ferraillage minimal préconisé par le PP73, soit des armatures HA12 avec un
espacement e = 20cm.
b) Aciers horizontaux dans le mur :
On respecte le ferraillage minimal préconisé par le PP73, soit des armatures HA10 avec un
espacement e = 15cm sur les deux faces.
7.3.3. Corbeau d’appui de la dalle de transition :
On adopte le ferraillage type défini au paragraphe 2.2.6 de la pièce 1.3.2 du PP73. Soit des
armatures horizontales 8 HA 10 et des armatures de peau HA 10 espacées de 10 cm.
7.3.4 Dalle de transition :
7.3.4.1. Sollicitations :
a) Réaction de charge permanente :
· Poids propre : 2,50,3 = 0,75 t/m²
· Revêtement : 0,082,3 = 0,184 t/m²
· Remblai : 1,2(1,85-0,3) = 1,86 t/m²
D’où g = 5,58 t/ml de largeur de dalle
b) Réaction des surcharges :
On appliquera le système Bt avec des valeurs pour les charges P1 et P2 (voir pp73) moins
défavorables que celles proposées par le pp73 (pièce 1.3.2 paragraphe 2.2.2.3).
L’application du système Bt revient à considérer deux charges en lame de couteau espacées de
1,35 m de densité : P1 P2
P
q = 4×8 /9,40 = 3,40 t/ml

0,15 2,6 m 0,25


Ces charges sont affectées d’un coefficient Rb
de majoration dynamique de 1,27 :
Figure 7.3 : Surcharges Bt sur dalle de transition.
P1 = P2 =1,27q = 4,318 t/ml
On obtient ainsi : Rb = [P1×2,6+ P2×(2,6-1,35)]/2,6 = 6,39 t/ml
c) Réaction totale : Rd = Rb+ g = 14,262 t/ml de largeur de dalle de transition
7.3.4.2. Armatures :
Le moment total est égale à : M = Rd× 3/8= 5,35 t.m/ml
Ce qui nécessite une section d’armatures A = 4,68 cm²/ml, soit 5 HA 12/ml.
7.3.5. Mur en retour :
Nous calculons le mur sous les actions suivantes :
- Poids propre y compris les superstructures
- Poussée horizontale répartie
- Charges concentrées vers l’extrémité du mur
Les caractéristiques du mur sont :
- longueur théorique : a = 3,8 m
- Hauteur du mur : h = 2,85 m
- Epaisseur du mur : e = 0,30 m
7.3.5.1. Sollicitations :
a) Forces verticales :
Elles sont constituées par le poids propre du mur, y compris les superstructures et la charge
concentrée de 4 t à l’extrémité.
Les forces verticales exercent à l’encastrement du mur :
· Un effort tranchant : T = 2,5a×h×e/2+ 0,3a+ 4 = 9,20 t
· Un moment d’axe horizontal : Mv = 2,5 a²h×e/6 + 0,3a²/2 + 4(a-1) = 18,51 t.m
b) Forces horizontales :
Conventionnellement, elles sont constituées d’une force concentrée de 2t et d’une poussée
répartie sur toute la surface du mur, d’intensité uniforme égale à h/3 + 0,5 (en t/m²).
Les forces horizontales exercent à l’encastrement du mur :
· Un effort tranchant : H = (h/3 + 0,5) ah/2 +2 = 9,85 t
· Un moment d’axe vertical: Mh = (h/3 + 0,5)a²h/6 + 2 (a-1) = 15,54 t.m
7.3.5.2. Armatures :
- Armatures pour le moment d’axe horizontal : A = 7,71 cm², soit 6 HA 14.
- Armatures pour le moment d’axe vertical : A = 13,55 cm², soit 9 HA 14.
La moitié de cette section d’armatures, soit 4 HA 14 sera disposée sur le quart supérieur de la
hauteur d’attache, soit sur 0,68 m.
- Armatures verticales : Les armatures verticales sont proposées par le PP73, soit des
cadres HA 10 tous les 30 cm.
- Ferraillage minimal : D’après le PP73, le ferraillage minimal à prévoir dans le mur sera
de 2 cm²/ml sur les deux faces et dans les deux directions horizontales et verticales.
7.3.6 Chevêtre :
7.3.6.1. Justification du chevêtre vis-à-vis de la flexion :
a) Charges appliquées au chevêtre :
- Poids propre du chevêtre : 3,5 t/ml
- Poids mort du garde-grève : 1,496 t/ml donc, p1 = 4,996 t/ml
- Corbeau arrière : 0,34 t/ml
- Dalle de transition : 7,05 t/ml donc, p2 = 7,39 t/ml
- Surcharges Bt sur dalle de transition : p3 = 6,39 t/ml
- Charges concentrées :
- mur en retour : P1 = 8,84 t
- tablier : selon PP73 (paragraphe 2.2.2), le tablier n’exerce pas d’efforts sur le
chevêtre lorsque les points d’appui sont disposés en face des colonnes. Ce qui coïncide avec
notre cas.
- Charges dues au vérins : V1=68,31 t et V2=35,69 t. Ces charges ne sont pas
cumulables avec les surcharges Bt.
b) Sollicitations dans le chevêtre :
- Cas 1 : surcharge Bt sur la dalle de transition : p1, p2, p3, P1
- Cas 2 : vérinage du tablier : p1, p2, P1, V1, V2
Les sollicitations enveloppes sont obtenues à partir des max des deux cas.
Moment fléchissant Effort tranchant
Désignation Charge
>0 <0 T+ T-
Poids propre 3.500t/ml 1.094tm -2.734tm 3.500t -7.000t
Mur garde-grève 1.496t/ml 0.468tm -1.169tm 1.496t -2.992t
Répartie
DDT+corbeau 7.390t/ml 2.309tm -5.773tm 7.390t -14.780t
Surcharge Bt 6.390t/ml 1.997tm -4.992tm 6.390t -12.780t
Mur en retour 8.84t 0 -5tm 0 0
Concentrée
Vérins 68.31t 9.790tm -27.216tm 45.191t -51.550t
Total max= 13.661tm -41.893tm 57.577t -76.322t

Tableau 7.11 : Sollicitations dues à la flexion dans le chevêtre de la culée.

c) Ferraillage du chevêtre :
- Armatures supérieures : As = 10,26 cm²
- Armatures inférieures : Ai = 3,32 cm²
- Armatures de non fragilité : Amin = 13,31 cm²
Donc on prend pour les deux armatures, la valeur minimale As=Ai =13,31 cm².
- Armatures d’effort tranchant : At/ (b0×St) = u / (0,8×fe)
Avec, Vu = 76,322 t et, u = Vu / (bo×d) = 0,40 MPa
D’où At/St =20,00 cm²/m
7.3.6.2. Justification du chevêtre vis-à-vis de la torsion :
Le moment de torsion dans le chevêtre sera justifié vis-à-vis des charges verticales et on ne
prend pas en considération les efforts horizontaux dus à la poussée des terres sur le mur
garde-grève et le chevêtre car en phase de construction la culée n’est pas encore remblayée.
Pour la torsion on ajoutera dans ce cas l’effet du tablier.
a) Evaluation des efforts :
Le tableau 7.12 suivant donne les valeurs des moments de torsion pour chaque charge, ainsi
que le moment total de torsion dans le chevêtre :
Charge Excentricité Moment de torsion
Corbeau 0.340t/ml -0.84 -0.286tm/ml
Mur garde-gréve 1.496t/ml -0.57 -0.853tm/ml
Répartie Dalle de
3.375t/ml
transition -0.87 -2.936tm/ml
Surcharge Bt 6.390t/ml -0.87 -5.559tm/ml
Mur en retour 7.223t -1.88 -13.578tm
Concentrée Tablier 78.891t 0.18 14.200tm
Vérins 68.310t 0.18 12.296tm
Moment de torsion
90.448tm
C=

Tableau 7.12 : Sollicitations dues à la torsion dans le chevêtre de la culée.


b) Armatures :
On se réfère au PP73, pièce 1.3.2 paragraphe 2.2.5
On a : lt = 1,45 m et hc = 1,00 m
 Contrainte tangentielle de torsion :
Elle est donnée par la formule : b = C / (2bn) = 3,6C / (a² (b-a/6))
Or, a = hc = 1,00 m ; b = lt = 1,45 m et C = 90,448 t.m
Donc, b = 2,54 MPa < 3,5ft28 = 7,35 MPa
 Armatures longitudinales :
Al = Cp / (2 a) = 2,4C / (a a)  (3b+2a) / (6b-a) Avec, p = 2b + 25a/6
Donc, Al = 53.70cm²
 Armatures transversales :
At/St = C / (2 a) = 0,6C / (a a(b-a/6))
Donc, At/St = 12,69 cm²/m
 Remarque : Ces armatures sont à cumuler avec celles déterminées pour la flexion du
chevêtre tout en respectant les règles de ferraillage minimal préconisé par le PP73.
· Armatures longitudinales : Al >= 0,5% B = 72,50 cm²
La section d’acier trouvée est au dessus de cette valeur, donc on adopte la section Al= 74,74
cm² (la somme des armatures de flexion et de torsion), soit 16 HA 25.
· Armatures transversales: At/St >= 0,2% B = 29 cm²/ml qui est au dessous de la valeur
trouvé. Donc on laisse la disposition prévue pour ces armatures, soit At/St=39,21 cm²/m
(deux cadres HA 14 avec e=15 cm)
7.3.7. Ferraillage des fûts :
7.3.7.1. Sollicitations de calcul :
Les sollicitations à la base de chaque fût pour chaque cas de charges sont représentées dans le
tableau 9.7 suivant :
Combinaisons N Mx My Hx Hy
ELS COMB 01 321.96 355.74 0.00 72.04 0.00
COMB 02 414.43 355.74 0.00 72.04 0.00
COMB 03 405.02 394.79 0.00 77.02 0.00
COMB 04 386.89 355.74 0.00 72.04 0.00
COMB 05 284.37 355.74 38.73 72.04 4.88
COMB 06 284.37 394.79 0.00 77.02 0.00
ELU COMB 07 435.18 480.25 0.00 97.25 0.00
COMB 08 558.86 480.25 0.00 97.25 0.00
COMB 09 546.27 532.48 0.00 103.91 0.00
COMB 10 523.25 480.25 0.00 97.25 0.00
COMB 11 383.90 480.25 58.10 97.25 7.31

Tableau 7.13 : Sollicitation à la base du fût de la culée pour chaque combinaison de charge.
Les sollicitations de calcul pour la culée sont déduites du tableau précédant :
Sollicitations dimensionnantes:
N M H
ELS 28.66 98.70 19.25
ELU 79.29 133.12 25.98

Tableau 7.14 : Sollicitations dimensionnantes

7.3.7.2. Armatures longitudinales :


a) Calcul à l’ELU :
Le calcul des armatures se fait suivant les règles BAEL 91 à l’aide des abaques (voir Annexe5
abaques) concernant la flexion composée des poteaux circulaires avec des armatures
uniformément réparties. Ces abaques donnent une relation entre les paramètres suivants :
4N 4M G
 ; G 
D  bc
2
D 3 bc
4A fe  s
Et p 
D 2 bc
Avec,
MG : le moment fléchissant calcul au niveau du centre de gravité du béton.
N : l’effort normal de compression.
Où, MG=161,75 t.m et N=79,29 t
On obtient donc une section d’armatures longitudinale égale à : A=87,09 cm², ce qui
représente 1,11 % de la section totale du béton.
D’après les recommandations du PP73, la section minimale d’armatures longitudinales
correspond à un taux de 2% de la section du béton, soit 157,08 cm². On adopte donc : des
armatures de 20 HA 32.
b) Vérification à l’ELS :
Dans ce qui suit nous procéderons à vérifier que cette section respecte les contraintes
admissibles dans le béton et l’acier vis à vis les sollicitations à l’ELS.
Cette vérification est faite à l’aide des tableaux (voir Annexe5) relatifs aux calculs des
contraintes et des armatures à l’ELS dans le cas d’une section circulaire soumise à la flexion
composée :
Le cas le plus défavorable est : V = 28,66 t ; M = 119,90 t.m
Ce cas de charge va aboutir à une section d’armatures dans la partie tendue égale à : Ast =
40,06 cm²
Et des contraintes égales à :
b= 10,95 MPa < bc =15 MPa et s=132,77 MPa< 240 MPa
c) Justification vis à vis du flambement :
La longueur des fûts des culées est : lo = 7,84 m.
La longueur de flambement correspondante est : lf = 1,4× lo = 10,976 m.
Le moment d’inertie : I = ×1,004 /64 = 0,0491 m4.
La section d’un fût est : B = ×1,00²/4 = 0,7854 m².
Or, i=I/B
D’où,  = lf /i = 43,9
L’élancement  étant inférieur à 50, les justifications vis à vis du flambement ne seront pas
requises.
7.3.7.3. Armatures transversales :
L’effort horizontal maximal appliquée à chaque fût est égale à : Vu =Vu max / 4 = 7,16 t
Dans le cas des sections circulaire on a :
u = 1,4Vu / (Dd) avec, D = 1,00 m et d = 0,95 m.
Donc , u = 0,11 Mpa < Min (0,2 fcj /γb ; 5 Mpa) = 3,84 Mpa
Les armatures transversales minimales: At/ (D St) u / (0,8fe)
C’est à dire At/St >= 2,75 cm²/m.
On disposera des cerces 10 avec un espacement de 20 cm (2,75 cm²/m²).
7.3.8. Ferraillage de la semelle :
La semelle est modélisée en dalle renversée encastrée dans les fûts des piles et chargée par la
réaction du sol qui résulte des charges sur la semelle.
A partir des résultats des tableaux dans l’annexe 5, la combinaison dimensionnelles est :
A l’ELS : M= 533,15 t.m et N= 997,91 t
A l’ELU : M= 719,20 t.m et N= 1346 t
 Les armatures longitudinales sont déterminées pour équilibrer le moment Mt agissant dans
la section d’encastrement de la semelle dans les fûts.
On a :
A l’ELU : Mt = 63,82 t.m donc, Al = 15,86 cm²/ml de longueur de la semelle.
A l’ELS : Mt = 47,30 t.m donc, Al = 22,42 cm²/ml de longueur de la semelle.
On prend donc la plus grande valeur, Al = 22,42 cm²/ml de longueur de la semelle, soit 8 HA
20 par mètre linéaire.
 Les armatures transversales : At = Al / 4 = 5,61 cm²/ml, soit 12 HA 8/ml
 Les armatures de cisaillement sont déterminées pour équilibrer l’effort Tt agissant dans la
section d’encastrement de la semelle dans le fût
On a : Tt= 79,77 t donc, u = Tt/ (bo×d) = 0,8397 MPa<  lim  2500   =0,99 MPa
(contrainte de comparaison) avec ρ : le pourcentage de l’acier longitudinale.- selon le PP73-
Cette contrainte de cisaillement ne dépasse pas la valeur de 1,17MPa et la dalle se fait sans
reprise de bétonnage au niveau la semelle donc les armatures de cisaillement ne seront pas
acquises.
Remarque : La note de calcul du ferraillage de tous les éléments constituant la culée, se
trouve dans l’Annexe 5 (tableaux 7.15, 7.16, 7.17, 7.18)