Vous êtes sur la page 1sur 2

Réponses

1. L’existence de gradients de concentration de Na+ et de K+ à travers la membrane


cellulaire s’explique par l’activité de la « pompe à sodium » qui expulse des ions
Na contre l’entrée d’ions K. Elle a donc besoin d’énergie pour cela : elle tire cette
énergie de l’hydrolyse de l’ATP qu’elle catalyse. C’est donc une ATPase : la
Na/K-ATPase. Comme elle expulse 3 ions Na contre l’entrée de 2 ions K, elle est
électrogène, c’est à dire qu’elle participe à la polarisation de la membrane.

2. Voir l’équation de Nernst et le tableau ci-dessous :

Potentiel d’équilibre
Espèce ionique [ion]extra (mM) [ion]intra (mM) (mV)

Na+ 140 14 +60

K+ 5 150 ≈ -90

Ca2+ 1,8 0,0001 ≈ +130

Cl- 150 15 -60

La loi d’Ohm appliquée aux courants ioniques transmembranaires s’écrit :

Iion = gion (Em – Eion) ou :

Iion est le courant ionique (en micro, nano ou pico Ampères)


gion est la conductance (en pico Siemens), inverse de la résistance (en méga ou
giga Ohms)
Em est le potentiel de membrane considéré (qui varie tout le temps au cours du
PA)
Eion est le potentiel d’équilibre pour l’ion considéré (il ne varie pas)
Em – Eion est la force électromotrice (équivalent de la différence de potentiel
dans la loi d’Ohm ; elle varie tout le temps au cours du PA)

Pour un potentiel de membrane de +10 mV, les courants seront :


- INa = gNa (+10 -60) = gNa x –50 ⇒ courant entrant
- ICa = gCa (+10 -130) = gCa x –120 ⇒ courant entrant
- IK = gK (+10 +90) = gK x +100 ⇒ courant sortant

3. A n’importe quel moment du PA on peut écrite :


Itotal = INa + ICa + IK + INa/K (courant généré par la pompe Na/K), soit :
Itotal = gNa (Em – ENa) + gCa (Em – ECa) + gK (Em – EK) + INa/K
Au niveau du potentiel de repos, les canaux Na, Ca et Kv peuvent être
considérés comme inactivés. En revanche, les canaux K par lesquels passe le
courant potassique de base, IK1, sont totalement ouverts. On peut donc écrire :
Itotal = gK (Em – EK) + INa/K
INa/K est négligeable par rapport à IK1 ; on a donc :
Itotal = gK (Em – EK)
Itotal étant nul au repos et gK étant maximale, on doit avoir (Em – EK) = 0 et
donc finalement :

Em = EK

La pompe Na/K peut, si elle est activée, générer un courant sortant polarisant
responsable d’une hyperpolarisation membranaire qui peut atteindre –10 mV
supplémentaires par rapport à EK. On va observer alors un courant

IK1 = gK (Em – EK) = gK (-100 +90) = gK x -10 ⇒ courant entrant

4. Au moment du plateau du PA, c’est à dire pour des valeurs de Em de +10 à +30
mV, INa est déjà inactivé (inactivation rapide du courant) donc gNa=0. Le plateau
est donc essentiellement du à une entrée de calcium par ICa dont l’inactivation
est très lente (plusieurs centaines de msec.), contrebalancée par une sortie de
potassium par les courants potassiques dépendants du potentiel, IKv, qui
s’activent quand Em devient positif. Le fait que le plateau soit incliné en bas à
droite traduit le fait que les courants potassiques sortants repolarisants
l’emportent sur le courant calcique entrant dépolarisant.

Les PA des neurones n’ont pas de plateau car ils n’ont pas de courant ICa, sauf
au niveau de la terminaison pré-synaptique (rôle dans la libération du neuro-
médiateur).

5. La transmission synaptique : 4 points ont été particulièrement revus lors des


E.D. :

1) L’exocytose du neuro - médiateur dans la fente synaptique. Fusion des


membranes vésiculaire et pré synaptique (diapos 12 et 13 de la partie du
cours II. La Jonction neuromusculaire).
2) Le Potentiel de Plaque motrice (diapos 22 à 26 de la partie du cours II. La
jonction neurone- musculaire).
3) Le récepteur N.M.D.A. (N Methyl D-Aspartate). Troisième partie du cours sur
les synapses du S.N.C. diapos 7-8-9.
4) L’intégration synaptique. La dernière et troisième partie du cours sur les
synapses du S.N.C. soit les 15 dernières diapositives du diaporama.