Vous êtes sur la page 1sur 32

SOLCYP

RAPPORT DE RECHERCHE

THEME 2 : Essais Spéciaux

Libellé de la commande : Conception d’un CPT cyclique


et études de conception et d’adaptation et réalisation d’un
pressiomètre autoforeur pour essais cycliques

N° de la Commande : LC/10/SOL/10

Libellé de l’action : CPT cyclique

Organisme : LCPC

Auteur : Philippe Reiffsteck

Numéro du rapport :
R/09/SOL/02

Date de réalisation du rapport :


Septembre 2010

 Président : Alain PECKER – GS


 Directeur Technique : Alain PUECH – FUGRO
 Gestion administrative et financière : IREX
10 rue Washington – 75008 PARIS – Tél. : 01 44 13 32 77 – irex@wanadoo.fr
Sommaire simplifié
NTRODUCTION 4
1 EXPRESSION DES BESOINS 7
2 BILAN DE L’EXISTANT 10
3 ÉTABLISSEMENT DU CAHIER DES CHARGES (ÉTAPE 2.1) 14
4 ANALYSE FONCTIONNELLE DU MODULE CYCLIQUE 15
5 EXIGENCES TECHNIQUES DU MODULE CYCLIQUE 21
6 ÉTABLISSEMENT DU DEVIS PROGRAMME (ÉTAPE 2.2) 23
7 ÉTABLISSEMENT DU DOSSIER D’ÉTUDE (ÉTAPE 3.1) 24
8 VALIDATION DE LA CONCEPTION 28
9 CONCLUSION 29
10 RÉFÉRENCES 30
11 LEXIQUE OU GLOSSAIRE 31

Résumé français
Ce rapport retrace la conception d’un dispositif capable de solliciter cycliquement un essai de
pénétration statique mis en place par fonçage.
Abstract
This report describes the design of a device able to apply cyclic loading a standard cone placed
using the standard cone penetration test protocol.

Mots-Clés : pénétromètre, piézocone, CPT, frottement, cyclique


Keywords: penetration test, piezocone, CPT, sleeve friction, cyclic

Conclusion
A ce stade de l’étude un concept d’appareil a été proposé et accepté. Il reste à déclencher la
phase de fabrication.

Références bibliographiques
Afnor (1991) Analyse de la valeur, analyse fonctionnelle, Expression fonctionnelle du besoin et cahier
des charges fonctionnel, NF X 50-151, 32 pages
Afnor (1996) NF P94-113 - Sols : reconnaissance et essais - Essai de pénétration statique
Afnor (1995) NF P94-119 - Sols : reconnaissance et essais - Essai au piézocone
Afnor (2007) Pr EN ISO 22476-1 (P 94-521) Reconnaissance et essais géotechniques – Essai en place -
Partie 1– Essai de pénétration statique et essai au piézocone (CPT et CPTU).

 Président : Alain PECKER – GS


 Directeur Technique : Alain PUECH – FUGRO
 Gestion administrative et financière : IREX
10 rue Washington – 75008 PARIS – Tél. : 01 44 13 32 77 – irex@wanadoo.fr
AUTEUR
Philippe Reiffsteck
LCPC - Département GER
point de distribution 26
58, bd Lefebvre 75732 PARIS cedex 15
téléphone : 01 40 43 52 73 - télécopie : 01 40 43 65 11
Mel : philippe.reiffsteck@lcpc.fr

PARTICIPANTS
Nom Etablissement Période
François DERKX MI 2008  2009
Eric MERLIOT - 2008  2009
Alain LE KOUBY MSRGI 2008 
Alain PUECH FUGRO 2008 
Stanislas PO FUGRO 2008 
Franck PILNIERE CECP Angers 2009 
Jacky GASCHET - 2009 
PN SOLCYP - CPT cyclique – Ph. Reiffsteck

SOMMAIRE

INTRODUCTION 4

1 EXPRESSION DES BESOINS 8

1.1 PROFIL D’UTILISATION DU DISPOSITIF 8


1.2 ENVIRONNEMENT D’UTILISATION 8
1.2.1 CONDITIONS EN SURFACE 9
1.2.2 CONDITIONS EN PROFONDEUR 9
1.3 PROPOSITION D’UNE FICHE DE DÉVELOPPEMENT 9
1.4 ÉVALUATION DE LA FICHE 10
1.5 COMPOSITION DE L’ÉQUIPE PROJET 10

2 BILAN DE L’EXISTANT 11

2.1 PÉNÉTROMÈTRE 11
2.1.1 ESSAI AU PÉNÉTROMÈTRE 11
2.1.2 ESSAI CYCLIQUE AU PÉNÉTROMÈTRE STATIQUE 12

3 ÉTABLISSEMENT DU CAHIER DES CHARGES (ÉTAPE 2.1) 15

3.1 SUIVI DE L’ÉLABORATION 15


3.1.1 28 JUIN 2008 - RÉUNION DE DÉFINITION DES BESOINS AU LCPC (AP, SP, PR, ALK) 15
3.1.2 27 JANVIER 2009 - RÉUNION DE LANCEMENT CHEZ FUGRO (AP, SP, PR) 15
3.1.3 06 MARS 2009 - DIFFUSION DU CDCF 15

4 ANALYSE FONCTIONNELLE DU MODULE CYCLIQUE 16

4.1 FONCTIONS DE SERVICE (LCPC, CECP) 16


4.1.1 FONCTION TRANSFERT D’EFFORT – F0 16
4.1.2 FONCTION ESSAIS – MESURES - F0 16
4.1.3 FONCTION ASSERVISSEMENT – F2 17
4.1.4 FONCTION COMMUNICATION – F0 17
4.2 CONTRAINTES 17
4.2.1 CONTRAINTES LIÉES À L’UTILISATION 18
4.2.2 CONTRAINTES LIÉES À L’ENVIRONNEMENT 18
4.2.3 CONTRAINTES LIÉES À L'ERGONOMIE 18
4.3 SYNTHÈSE - DIAGRAMMES 19
4.3.1 BÊTE À CORNE ET DIAGRAMME PIEUVRE 19
4.3.2 FAST 20
4.3.3 BLOC DIAGRAMME 21

5 EXIGENCES TECHNIQUES DU MODULE CYCLIQUE 22

5.1 ARCHITECTURE GÉNÉRALE 22


5.2 FONCTIONS TECHNIQUES 22

page 4/32
PN SOLCYP - CPT cyclique – Ph. Reiffsteck

5.2.1 FONCTION AVANCE- EXTRACTION 22


5.2.2 FONCTION ESSAI 22
5.2.3 FONCTION COMMUNICATION - LOCALISATION 23
5.3 CONDITIONS D'ACCEPTATION DU DÉMONSTRATEUR 23
5.3.1 VALIDATION 23

6 ÉTABLISSEMENT DU DEVIS PROGRAMME (ÉTAPE 2.2) 24

7 ÉTABLISSEMENT DU DOSSIER D’ÉTUDE (ÉTAPE 3.1) 25

7.1 RÉUNION DU 12 FÉVRIER 2009 25


7.2 RÉUNION DU 08 SEPTEMBRE 2009 25
7.3 RÉUNION DU 18 JANVIER 2010 26
7.4 RÉUNION DU 25 JANVIER 2010 26
7.5 RÉUNION DU 9 MARS 2010 26
7.6 RÉUNION DU 6 JUILLET 2010 27

8 VALIDATION DE LA CONCEPTION 29

8.1 PROGRAMME DE VALIDATION (ÉTAPE 4.1) 29


8.2 EXPÉRIMENTATION DU PROTOTYPE (ÉTAPE 4.2) 29
8.3 ÉTUDE MÉTROLOGIQUE (ÉTAPE 4.3) 29
8.4 BILAN DU PROJET DE DÉVELOPPEMENT (ÉTAPE 4.4) 29

9 CONCLUSION 30

10 RÉFÉRENCES 31

11 LEXIQUE OU GLOSSAIRE 32

page 5/32
PN SOLCYP - CPT cyclique – Ph. Reiffsteck

Ce document comporte un seul volume de 32 pages consacré à la sonde. Les documents tels
que rapport de recherches, plans, photographies proviennent des archives du LCPC, certaines
photographies ont été prises sur des sites Internet ou des plaquettes publicitaires, la plupart des
dessins ont été faits par le premier auteur.

page 6/32
PN SOLCYP - CPT cyclique – Ph. Reiffsteck

INTRODUCTION

L’objectif de cette opération de développement est de concevoir un dispositif capable de


solliciter cycliquement une pointe de pénétromètre statique, ce qui permettra de mesurer in situ
l’évolution du frottement latéral sur le manchon de frottement, ce qui est directement
transposable aux méthodes de dimensionnement des fondations profondes soumis à des
sollicitations cycliques axiales ou latérales.

L’objet de cette étude est de préciser les conditions économiques et techniques de


développement d’un tel appareillage.
 La première partie détaille les besoins,
 La deuxième partie fait l’état de l’art des techniques actuelles,
 La troisième partie est consacrée à l’établissement du cahier des charges,
 La quatrième partie décrit le principe de l’appareil à partir de l’analyse fonctionnelle des
besoins,
 La cinquième partie précise les choix techniques pour la réalisation de l’appareil et
 Finalement, les trois dernières parties relatent le suivi de la fiche prototype.

page 7/32
PN SOLCYP - CPT cyclique – Ph. Reiffsteck

1 EXPRESSION DES BESOINS

1.1 Profil d’utilisation du dispositif


Le besoin recensé est le développement d’une méthode d’essai pour évaluer l’évolution du
frottement latéral des pieux sous charge cyclique ou sismique. Le matériel est destiné à être
utilisé sur le marché concurrentiel des essais géotechniques. Il n’y a pas de matériel concurrent
à la date de rédaction de cette Spécification Technique des Besoins.

Dans le cadre de l’opération 11P071 et du projet national SOLCYP, on se propose de


développer un dispositif expérimental apte à réaliser un chargement cyclique d’une pointe de
pénétromètre statique de type pièzocone (CPT). Le pièzocone est un appareil d’essai utilisé par
de nombreuses compagnies d’investigation géotechnique et qui présente l’avantage de pouvoir
accéder à la lithologie des massifs de sols et indirectement à une description (par abaques) et à
certaines caractéristiques mécaniques.

La réalisation d’un chargement cyclique permettra de mesurer in situ l’évolution du frottement


latéral sur le manchon de frottement, ce qui est directement transposable aux méthodes de
dimensionnement des fondations profondes

NOTE : Le projet National SOLCYP (Comportement et calcul des fondations profondes sous
sollicitations Cycliques) a pour objectif développer et valider des méthodes de calcul et de
dimensionnement des pieux soumis à des sollicitations cycliques axiales ou latérales. Il répond
à une forte demande de la profession du Génie Civil qui se trouve de plus en plus confrontée à
des problèmes de pathologie liés à l'application de chargées répétées sur les ouvrages, doit
régulièrement proposer des concepts innovants de fondations pour des ouvrages nouveaux
(éoliennes par exemple) mais se trouve démunie sur le plan réglementaire tant au niveau
national qu’européen.

L’objectif est de réaliser un module de sollicitation cyclique pour le CPT. Il est exprimé un
besoin de :
- réaliser un essai cyclique,
- être capable d’atteindre une profondeur (profondeur objective) de quelques mètres à
quelques dizaines de mètres, en tout cas au-delà de dix mètres,
- réaliser un dispositif capable d’appliquer des sollicitations de l’ordre du Hz durant 1000
cycles avec une amplitude de 5 mm sous une charge de 100 daN.

Le fait de disposer d’un module indépendant insérable dans le train de tige offre plusieurs
avantages, cela :
- diminue l’encombrement,
- ne nécessite de dimensionner que l’actionneur et non le capteur.

Les principaux inconvénients sont :


- la proximité de la zone de sol refoulé par la pointe et
- le diamètre utile faible.

1.2 Environnement d’utilisation


L’environnement d’utilisation du module sera le suivant :

page 8/32
PN SOLCYP - CPT cyclique – Ph. Reiffsteck

1.2.1 Conditions en surface


L'attraction de la pesanteur est de 1 g avec une pression atmosphérique moyenne au sol de
1013 millibars (pression atmosphérique terrestre). L’atmosphère selon les mesures effectuées
contient 78% d’azote, 21% d’oxygène, et 1% d’un mélange d’Argon, gaz carbonique, Néon,
Hélium, Méthane, Krypton, Hydrogène et 1% de vapeur d’eau. La sub-surface présente des
gradients de température faible de 8 à 10 °C en moyenne.

1.2.2 Conditions en profondeur


En surface, les sols rencontrés dans les sites d’emploi du module sont très variés : sols
alluvionnaires, sols sédimentaires, roches altérées…

L’environnement d’utilisation du module sera :


- sols naturels sous les structures ou ouvrages linéaires,
- sols urbains sous des bâtiments inaccessibles,
- sols pollués de centre de stockage de déchets de différentes natures.
Ces sols sont donc des sols de proche surface et seront probablement non-saturés.

Les caractéristiques de résistance moyenne visées sont un angle de frottement interne de


30°±5 et une cohésion de 10 kPa ±10. Le poids volumique des sols est d’environ 20 kN/m 3, ce
qui engendre sur la sonde un effort horizontal que l’on peut estimer à ’h=Ko..h=2.20.h=40.h
kPa (on admet un coefficient de poussée des terres défavorable de 2 dans les dix premiers
mètres et 1 au-delà). Auquel, peuvent se rajouter les surcharges liées à un ouvrage sous lequel
on veut explorer transmises par les fondations (on admet un facteur d’influence défavorable de
1) soit ’h=Ko..h + =2.20.h + 200=40.h + 200 kPa.
On notera qu’à 20 mètres de profondeur, si la contrainte mineure est de 3(’h)=1.20.20 (+
 3  .(1  sin  )  2.c. cos 
200)= 400 à 600 kPa alors  max  1 = 417 à 617 avec  1  3 (critère
2 1  sin 
de rupture de Coulomb). La contrainte de cisaillement max pourrait être assimilée à une
cohésion non drainée bien que cela ne soit pas mécaniquement correct.

Légende
Quaternaire
Roches volcaniques
Tertiaire
Pliocène
Miocène
Oligocène
Eocène
Secondaire
Crétacé Les principaux sols
Jurassique
Lias podzol
sols bruns ou gris
Trias
pseudogley
Primaire terra-rossa
Permien sols bruns semi-podzol
Carbonifère sols bruns
Dévonien sols forestiers bruns
Cambrien 0 100 200 sols alluviaux
rendzines 0 100 200
Précambrien
Kilomètres rendzines, sols bruns
Précambrien Kilomètres
lithosols

Figure 1 massifs géologiques de la France et carte pédologique

1.3 Proposition d’une fiche de développement


L’expression de ces besoins a abouti au dépôt en juillet 2008 par le LCPC d’une proposition
d’un projet de développement intitulée « CPT-CYCL » par Ph. Reiffsteck dans le cadre de
l’opération de recherche 11P071 « Fondams » pilotée par Alain Le Kouby.

page 9/32
PN SOLCYP - CPT cyclique – Ph. Reiffsteck

1.4 Évaluation de la fiche


NA

1.5 Composition de l’équipe projet


Les participants pressentis sont :
Philippe Reiffsteck – LCPC MSRGI

Alain Le Kouby – LCPC MSRGI


François Derkx – LCPC MI (départ du projet en septembre 2009 voir §7 pour le détail)
Alain Puech – Fugro
Stanislas Po – Fugro

F. Pilnière - CECP Angers (arrivée dans le projet octobre 2009)

page 10/32
PN SOLCYP - CPT cyclique – Ph. Reiffsteck

2 BILAN DE L’EXISTANT
Nous allons présenter les techniques disponibles dans le domaine de la reconnaissance du
sous-sol terrestre, en commençant par ceux permettant d'accéder aux paramètres suivants :
résistance mécanique sous chargement statique ou cyclique, et en essayant de faire ressortir
les innovations récentes.
On liste :
- les techniques de pénétration,
- les techniques d’expansion de cavité,
- les techniques géophysiques.
Toutes ces techniques ont été mises au point pour accéder principalement à des paramètres de
comportement sous chargement statique.

2.1 Pénétromètre
2.1.1 Essai au pénétromètre
Les essais de pénétration peuvent être réalisés par fonçage d’une pointe conique
(pénétromètre statique), par battage à l’aide d’un mouton d’une pointe conique (pénétromètre
dynamique) ou par battage à l’aide d’un mouton d’un carottier (essai de pénétration au carottier
plus connu sous l’acronyme SPT). Les premières améliorations de l’essai au pénétromètre
statique qui est généralement privilégié pour les études de fondations dans la pratique
européenne, ont surtout porté sur la capacité de dissocier la résistance de pointe mesurée à la
tête du pénétromètre (cône), du frottement latéral. Le Pénétromètre, du fait de sa souplesse
d’utilisation, a ensuite fait l’objet de nombreuses variantes ou systèmes dérivés devenant ainsi
pièzocône si l’on y intègre un à plusieurs capteurs de pression interstitielle, sismocône pour un
accéléromètre, vibrocône pour un vibreur, pressio-pénétromètre, si on place un pressiomètre
sur le train de tige, pénétrodensitographe pour une source radioactive et/ou un compteur,
envirocône pour une pointe environnementale.
vérin

colonnes de guidage

afficheur

conditionneur
système de repérage

train de tige

transmission mécanique
ou électrique
sol

espace annulaire

jupe
pointe électrique
ou mécanique

Figure 2 les différents essais présentés


Le pénétromètre statique, dans ses deux versions avec et sans mesure de pression
interstitielle, est considéré depuis plusieurs dizaines d’années comme un outil puissant et
indispensable pour la détermination en place des caractéristiques de résistance des sols fins,
notamment des argiles molles. L’équipement standard est utilisé durant les phases initiales des
études géotechniques importantes afin de fournir des informations sur la nature des problèmes
à résoudre et l’organisation ultérieure de la reconnaissance. Il permet de déterminer rapidement
le profil des sols argileux et leurs caractéristiques stratigraphiques ainsi que les limites spatiales

page 11/32
PN SOLCYP - CPT cyclique – Ph. Reiffsteck

de drainage (dans le sens du sondage) des couches éventuellement drainantes qui les
constituent. Il offre aussi la possibilité d’aborder l’identification des sols en termes de nature et
d'état.
La comparaison de ces différentes solutions théoriques avec les observations effectuées en
place sur un grand nombre d’argiles molles a conduit à définir une relation entre la résistance
de pointe pénétrométrique qc et la résistance au cisaillement non drainée Su par l'expression
suivante :
qc = qo + NkSu

dans laquelle qo désigne la pression verticale totale des terres au repos et Nk le facteur de cône
pénétrométrique, lequel est déterminé expérimentalement par des corrélations entre la
résistance au cisaillement et la cohésion non drainée du sol en fonction du type d’appareillage
et de la procédure expérimentale utilisés.
Le frottement mobilisé le long de la tige de fixation du cône au cours du fonçage de celui-ci
dans le sol constitue un facteur d’interprétation supplémentaire dans les essais
pénétrométriques. Il est défini par le rapport de la résistance au frottement à la résistance de
pointe mesurées à la même profondeur. L’analyse des résultats d’essais in-situ et de
laboratoire montre que la résistance au frottement des sols remaniés est généralement
inférieure à leur résistance au cisaillement et ce notamment dans le cas des argiles molles
sensibles. Dans de telles argiles, la mesure exacte de la résistance au frottement est difficile et
son interprétation peut être sujette à des difficultés insurmontables.
La mesure des surpressions interstitielles générées lors du fonçage du cône dans le sol et la
mesure du temps de dissipation (piézocône) donnent des informations intéressantes sur la
nature des couches qui le constituent et sur l’état de consistance dans lequel celles-ci se
trouvent.

2.1.2 Essai cyclique au pénétromètre statique


Il n’existe pas à l’heure actuelle de pénétromètre cyclique au sens ou des cycles de
déplacement ou de force soient appliqués à la pointe toutefois de nombreuse tentatives
d’essais « dynamiques » existent.

Publication Randolph en 2006 avec application sur 50 cm d’un déplacement alternatif


Publication McGillivray, Casey, Mayne, and Schneideen sur le vibro-cone
These de Bonita, John Anthony (2000) The Effects of Vibration on the Penetration Resistance
and Pore Water Pressure in Sands, Virginia tech

Il est proposé de définir comme suit les spécifications requises pour le chargement cyclique. On
se place en particulier, après une phase de poussée et avant de commencer un test cyclique.
Trois protocoles sont possibles :

1. maintient d’effort en tête, et essai cyclique vers le bas


2. relâchement de l’effort de tête, mais sans déplacement de la pointe avant le test, puis essai
cyclique vers le bas (mais intègre un effort de pointe et un bulbe) ou vers le haut (mais
décompression locale)
3. relâchement et dégagement de la pointe avant test cyclique. Dans ce cas on s’affranchit
pratiquement de tout effort de pointe pendant l’essai cyclique, mais on crée une zone
décomprimée qui perturbe les mesures si le manchon de mesure est trop proche de la pointe. A
priori notre préférence à ce stade.

Suivant le protocole de test sélectionné, les caractéristiques du système moteur/réducteur


changent énormément car d’un cas à l’autre il y a zéro effort de pointe (protocole 3) ou une
pointe complète (protocole 1 ou 2).

page 12/32
PN SOLCYP - CPT cyclique – Ph. Reiffsteck

Ces différents protocoles impliquent la conservation totale ou partielle d’un effort de pointe
parasite dû au frottement négatif existant sur le train de tige interagissant avec le
raccourcissement élastique de celui-ci.
1,2
1 2,2 m 3,2 m 4,2 m 5,2 m

6,2 m 7,2 m 8,2 m 9,2 m


0,9
1 10,2 m 11,2 m 12,2 m 13,2 m

0,8 15,7 m 20,2 m 23,2 m

0,7 0,8

0,6

P/qc
0,6
0,5
P/qc

0,4
0,4

0,3 relaxation à 6,60 m, sable


relaxation à 8,50 m, sable
0,2 0,2
relaxation à 9,68 m, limon
0,1 relaxation à 12,56 m, sable
0
0 1 10 100 1000
1 10 log temps (s) 100 1000
a Log temps (s)
b
2
Figure 3 P/qc en fonction du logarithme du temps avec pointe de 10 cm (a) argile (b) sable
La figure 3 montre la variation de la charge appliquée sur la pointe et normalisée par la
résistance à la rupture, durant une phase de relaxation. Les protocoles 1 et 2 sont identifiables
(la chute brusque après environ 1 minute de dissipation est due au déblocage du vérin
hydraulique du pénétromètre) :
- dans une première phase le protocole 1 montre que ce rapport p/qc décroît en fonction du
temps jusqu’à une valeur de 70% dans les argiles, 40 % dans le limon et 60 % à 40 % dans les
sables,
- dans une deuxième phase le protocole 2 donne un rapport final p/qc après stabilisation qui
varie entre 10 et 20 % dans la couche de sable (qu'il soit très dense ou moyennement dense) et
entre 35 et 55 % dans des matériaux lâches à 3,2, 4,2 et 5,2 m et aussi à 13,2 m.

Cela nous conduit à conclure que dans tous les matériaux, l'effort résiduel subsistant avec le
protocole 2 est bien moins important qu’avec le protocole 1.
Le protocole 3 est plus difficile à maîtriser car il impose de retourner les mors du bâti ce qui est
fastidieux et de plus le risque d’amener le sol sous la pointe dans un état d’extension est grand.

page 13/32
PN SOLCYP - CPT cyclique – Ph. Reiffsteck

vérin vérin

groupe hydraulique colonnes de guidage groupe ? colonnes de guidage

afficheur afficheur

conditionneur conditionneur
système de repérage système de repérage

train de tige
train de tige

transmission mécanique actionneur mécanique


ou électrique ou électrique
sol sol

espace annulaire

jupe

jupe

pointe électrique rallonge

capteur de pression interstitielle

Figure 4 les deux architecture possibles

Le protocole 2 est donc privilégié toutefois comme la mesure qui nous intéresse est la mesure
sur le manchon, le refoulement du sol par le cône en compression peut être perturbant, ce qui
est évité par le protocole 3.
On propose donc d’appliquer le protocole 2 mais avec une pointe « cône » rallongée qui
minimise l’influence du bulbe. On commencerait par un déchargement ce qui limiterait dans les
sables l’effort de pointe qui peut être élevé.

Voir biblio PN pour compléter

page 14/32
PN SOLCYP - CPT cyclique – Ph. Reiffsteck

3 ÉTABLISSEMENT DU CAHIER DES CHARGES (ÉTAPE 2.1)


3.1 Suivi de l’élaboration
Cette fiche d’opération prototype CPT cyclique a, jusqu’à la date d’édition de ce cahier des
charges, fait l’objet de x réunions depuis en 2008.

3.1.1 28 juin 2008 - Réunion de définition des besoins au LCPC (AP, SP, PR, ALK)
Définition des besoins, rédaction du projet de STB et CdCF

3.1.2 27 janvier 2009 - Réunion de lancement chez Fugro (AP, SP, PR)
Validation des besoins et des STB et CdCF.
Le niveau et la flexibilité des fonctions n’ont pas été abordés lors de la réunion.

3.1.3 06 mars 2009 - Diffusion du CdCF


Envoi aux différents intervenants du cahier des charges.

page 15/32
PN SOLCYP - CPT cyclique – Ph. Reiffsteck

4 ANALYSE FONCTIONNELLE DU MODULE CYCLIQUE


Cette démarche d’analyse fonctionnelle du besoin et d’élaboration du cahier des charges
fonctionnel a été faite dans le cadre de la norme NF X 50-151 (Afnor, 1991). Dans la mesure du
possible, les exigences relatives au produit et vérifiables seront accompagnées d'une classe de
flexibilité :
-F0 : flexibilité nulle, niveau impératif ;
-F1 : flexibilité faible, niveau peu négociable ;
-F2 : flexibilité bonne, niveau négociable ;
-F3 : flexibilité forte, niveau très négociable.

4.1 Fonctions de service (LCPC, CECP)


La définition des fonctions principales répondant aux besoins exprimés au 1.1 sont :
- Transfert d’effort,
- Essais et mesures,
- Automatisation,
- Communication et localisation,
- Alimentation,
Tout ou partie de ces fonctions devra pouvoir être géré au niveau de la surface.

La liste des fonctions complémentaires nécessaires pour répondre au besoin est fonction des
scénarios envisagés. Il y a plusieurs phases de mise en œuvre :
- Pénétration,
- Propagation,
- Récupération.

4.1.1 Fonction transfert d’effort – F0

Le transfert d’effort (F0) sera fournie par appui sur le train de tige.
L’avance du pénétromètre statique classique se faisant par fonçage. A ce moment, la
pénétration bénéficie du poids du système de transport. L’extraction du train de tige en fin
d’essais induira également des efforts importants.
Une intersection importante existe avec la fonction essais. Ces deux fonctions sont très
dépendantes des conditions d’environnement.

4.1.2 Fonction essais – mesures - F0


La liste préliminaire des technologies envisageable à localiser dans l’appareil est :
- essai mécanique (F0) ;
- mesures (F0) ;
- conditionnement (F1)

L’essai de chargement mécanique (F0) est la fonction essentielle à mettre en œuvre pour la
connaissance du sous-sol sous chargement cyclique. Les essais mécaniques seront effectués
par un dispositif spécifique et complétés par la mesure de l’effort de pointe et de la pression
interstitielle.
La sonde permettra de faire cela en disposant un actionneur au niveau juste au dessus de la
pointe.
- réaliser un essai cyclique,

page 16/32
PN SOLCYP - CPT cyclique – Ph. Reiffsteck

- être capable d’atteindre une profondeur (profondeur objective) de quelques mètres à


quelques dizaines de mètres, en tout cas au-delà de dix mètres,
- réaliser un dispositif capable d’appliquer les sollicitations suivantes :
o fréquences de 0,1 Hz à 1Hz ;
o 1000 cycles dans un essai ;
o déplacement de +/- 0,1 à 5 mm avec une précision du 1/100 mm;
o appliquer un effort vertical de 100 daN.
L’effort vertical à mobiliser sera sans doute inférieur si le chargement cyclique commence par
un déchargement.

Les mesures (F0) du déplacement vertical imposé par l’actionneur est la seule mesure
demandée. Les informations en terme de force (ici le frottement latéral) seront obtenues à partir
des capteurs présents dans la pointe pénétrométrique classique.

Le conditionnement (F1) des signaux sera fait en surface.

4.1.3 Fonction asservissement – F2


Le niveau d’automatisation ne sera pas très élevé. Les choix à réaliser par l’opérateur de
surface pour le cyclage sont le résultat de règles simples s’appuyant sur les informations des
différents capteurs.

Ces choix dépendent :


- des essais à réaliser selon : un plan préétabli,
- des conditions de sol rencontrées : Il s’agit de mesurer les paramètres de fonçage,
donnés par les capteurs et actionneurs lors de la progression de la pointe dans le sol,
de classifier le matériau et de définir des seuils.
- des critères d’utilisation de l’actionneur et des capteurs.

4.1.4 Fonction communication – F0


La fonction de communication (F0) est destinée à transmettre les informations sur l’état du
module à l’utilisateur et lui envoyer des commandes. Elle doit se faire entre la sonde et la
surface. Une interface entre le conditionneur de la pointe pénétrométrique et le dispositif
d’asservissement et nécessaire.

Une attention particulière sera portée sur les vitesses d’acquisition qui doivent être cohérentes
entre le conditionneur du capteur de force mesurant le frottement latéral et le système
d’asservissement.

4.2 Contraintes
Ce sont les exigences résultant d'une analyse fonctionnelle du produit. Elles peuvent se
décliner pour chaque fonction :
- principale ou de service ;
- de contraintes (de conception, d'environnement, ...) ;
- opérationnelle.
Les contraintes sont :
 encombrement, masses, ressources, accommodation et interfaces avec la surface,
 être compatibles avec une application urbaine ou sur site à risques,
 ne pas nécessiter des essais complexes ou importants de validation,
sinon l’outil sera remplacé par des solutions plus adaptées à une application génie civil.

page 17/32
PN SOLCYP - CPT cyclique – Ph. Reiffsteck

4.2.1 Contraintes liées à l’utilisation


Des contraintes spécifiques à l’utilisation sur site à risques comme celles liées :
 à la mise en veille la nuit (essais sur plusieurs jours),
 les protocoles de commmunication,
devront sans doute être prises en compte. Nous n’en avons qu’une vision partielle à la phase
où ce document est rédigé.

Le dossier de spécification technique des besoins s’intègrera à terme dans le cadre des
documents : la norme NF X 50-151 (Afnor, 1991) et le MAQ RST sur le développement (LCPC,
2004) .

Le diamètre extérieur du module sera celui de la pointe de 15 cm² soit environ 44 mm et un


diamètre intérieur nécessaire pour faire passer le câble.
La masse envisageable est la dizaine de kilogrammes au maximum.
La puissance développable sera de quelques centaines voir milliers de watts.

4.2.2 Contraintes liées à l’environnement


L’environnement d’utilisation du module sera :
- sols naturels sous les structures ou ouvrages linéaires,
- sols urbains sous des bâtiments inaccessibles,
- sols pollués de centre de stockage de déchets de différentes natures.
Ces sols sont donc des sols de proche surface et seront probablement non-saturés dans un
premier temps puis saturés.

La possibilité de rencontre de fluide sous pression lors de la progression impose que l’appareil
soit protégé contre une forte variation de pression.

La pénétration du module derrière la pointe et l’extraction devant entraînera des frottements


importants usant fortement la coque de protection. Des pièces d’usures sont à prévoir aux
l’extrémités inférieure et supérieure.

4.2.3 Contraintes liées à l'ergonomie


Elles concernent l’utilisation du produit :
- facilités d’emploi ;
- interface hommes/machines ;
- opérations ou équipements pour lesquels une erreur humaine doit être particulièrement
évitée ;
- etc ...

page 18/32
PN SOLCYP - CPT cyclique – Ph. Reiffsteck

4.3 Synthèse - diagrammes


4.3.1 Bête à corne et diagramme pieuvre

A qui rend elle service ? Sur qui agit le système ?

Utilisateur
Le sol Le sol
À la FP 1, 2,
recherche 3

Surface
sonde module FP5,
Éloignement FP6
FP4, FP5

avance Ambiance
C3 extérieure
Étude du C1
Environn
sous-sol ement
C2

Dans quel but le système existe t-il ?

Bête à corne et diagramme pieuvre (graphe des interactions)

page 19/32
4.3.2 FAST
Chargement cyclique Fonction de
service

Avance Essais-Mesures asservissement communication

Mise en butée Chargement cyclique Contrôle commande Avec surface

mesure évènement connection Fonctions


techniques

conditionnement ordre Recueillir commande


but  comment

programmation Transmettre info

Adaptation au sol déconnection

Solutions
techniques
PN SOLCYP - CPT cyclique – Ph. Reiffsteck

4.3.3 Bloc diagramme

Action

Avance Essai Mesure


Sol
butée haute butée basse compression traction collecter conditionner

Information
Programme Autonomie
disque
Mesures Analyse Commande

Bâti Opérateur

Alimenter

gérer distribuer convertir créer Énergie

page 21/32
Spécification Technique des Besoins CPT cyclique page 22/32

5 EXIGENCES TECHNIQUES DU MODULE CYCLIQUE


5.1 Architecture générale
L’appareil doit être portable par deux hommes et transportable dans un véhicule de faible
tonnage.
Les données de départ sont donc en première approche :
- un diamètre extérieur de 44 mm,
- une longueur de 0,30 à 1,21,4 m (hauteur sous plafond camion CPT),
- un poids de 10 à 50 kg au total,
- un transport par un véhicule de 3,5 t.

L’architecture envisagée est un compromis entre la fourniture d’énergie en surface et son


utilisation dans l’outil tout comme l’acquisition des mesures par instrumentation placée dans
l’outil et son analyse et son stockage en surface.

L’intérêt de concevoir un module autonome et de conserver la source d’alimentation et la


plupart des instruments de mesure dans la pointe piézocône est de :
 Permettre plus de latitude dans le dimensionnement du module,
 Donner de la souplesse pour s’inscrire dans une mission d’opportunité.

Pour la sonde, certaines caractéristiques géométriques s’imposent logiquement :


 La sonde s’insère sur un train de tige cylindrique. Une forme cylindrique s’impose donc.
 Remontée du câble de la pointe piézocone par l'intérieur du corps. Le corps est donc
creux.

On peut donc imaginer en première approche une sonde cylindrique creuse élancée.

Les valeurs de la pointe ne remontent que sur 4 fils. Il peut être envisagé que ces fils passent
en périphérie, en particulier au niveau du moteur, cela peut en simplifier la conception. Il faudra
dans tous les cas prévoir un connecteur pour ces câbles afin de découpler la pointe de
l'élément cyclique et un autre connecteur dessus de l'élément cyclique pour faire remonter des
paires supplémentaires de commande de module cyclique sur le même câble.

5.2 Fonctions techniques

5.2.1 fonction avance- extraction


Le mode d’avancement envisagé est la mise en butée haute sur un dispositif d’appui. En phase
d’extraction du train de tige en fin de sondage, le module doit pouvoir être mis en butée basse.

En phase de mise en extension en cours d’essai, la butée basse n’est sans doute pas
nécessaire car l’effort de traction sur l’élément se limite au frottement sur la partie inférieur à
l’élément cyclique mobile

5.2.2 fonction Essai


Les essais mécaniques seront effectués par le dispositif d’avancement et complétés par les
mesures effectuées au niveau de la pointe pénétrométrique.

22
Spécification Technique des Besoins CPT cyclique page 23/32

5.2.2.a Sous-fonction chargement cyclique


La liste préliminaire des types de moteur embarquables envisageable est :
- pneumatique : échappement,
- hydraulique : faible rendement, rustique, encombrement, tuyaux,
- électrique : compact, étanchéité ….
L’actionneur peut donc être un vérin simple action avec retour par ressort, un vérin double
action, une crémaillère ou un système vis-écrou. Ces différentes techniques sont à discuter.

La technique choisie doit permettre d’appliquer les sollicitations suivantes :


o fréquences de 0,1 Hz à 1Hz ;
o 1000 cycles dans un essai ;
o déplacement de +/- 0,1 à 5 mm avec une précision du 1/100 mm;
o appliquer un effort vertical de 100 daN.

En se conformant au protocole d’essai proposé au 2.1.2

5.2.2.b Sous-fonction Adaptation au sol


Cette fonction régulant le chargement en fonction de la résistance du matériau encaissant sera
réalisée par le suivi des paramètres de fonçage et proposera à l’utilisateur l’adaptation du
programme de chargement en fonction du déplacement ou de l’effort mesurés.

5.2.2.c Sous-fonction Contrôle température


Cette sous-fonction sera réalisée par la mise en place de capteurs de température collés dans
l’outil.

5.2.3 Fonction communication - localisation


La fonction de communication est destinée à transmettre les informations sur l’état du module à
l’utilisateur et lui envoyer des commandes. On privilégiera le multiplexage si nécessaire pour
limiter le nombre de câbles.

5.3 Conditions d'acceptation du démonstrateur


5.3.1 Validation
Des tests sur le produit ayant pour objectif de vérifier la conformité de celui-ci par rapport aux
exigences, seront effectués en fosse avec un matériau compacté à des densités les plus
proches de celles que l’on escompte rencontrer. Un programme similaire à celui du
pressiomètre autoforeur est envisagé.
Les tests et leurs conditions de réalisation ne pourront être précisés que l’étude finalisée. S’il y
a des procédures particulières, elles seront être détaillées dans les exigences correspondantes.

23
Spécification Technique des Besoins CPT cyclique page 24/32

6 ÉTABLISSEMENT DU DEVIS PROGRAMME (ÉTAPE 2.2)


Proposition le 23 février d'un devis par mail de P. Ingles, directeur du CECP d'Angers, pour la
réalisation d'un "Développement et réalisation d'une pointe cyclique (CPT Cycle) équipée d'une
chaine de mesure de déplacement et d'une carte d'acquisition des mesures" pour un coût de
38 050 € HT, détaillé comme suit :

Poste 1:
Conception et réalisation d'une pointe cyclique (CPT Cycle) équipée d'une chaine de mesure de
déplacement:
Etudes, usinage, Montage:
Coût: 14 100 € HT
Composants (joints, capteur avec conditionneur, raccords, pneumatique, matière
première)
Coût des composants: 11 250 € HT
Soit,
Montant poste 1: 25 350 € HT

Poste 2:
Développement d'un système de pilotage avec fourniture d'une carte d'acquisition des mesures
(Fourniture du PC portable par vos soins):
Coût main d'oeuvre: 9 100 € HT
Coût composants : 3 600 € HT
Soit,
Montant poste 1 : 12 700 € HT

Montant total poste 1 et 2 : 38 050 € HT

Délai de réalisation de la prestation : 5 mois à réception de commande sous réserve de


possibilité de passation des commandes de pièces et sous-traitance courant 1er trimestre 2010.

24
Spécification Technique des Besoins CPT cyclique page 25/32

7 ÉTABLISSEMENT DU DOSSIER D’ÉTUDE (ÉTAPE 3.1)


7.1 Réunion du 12 février 2009
Cette réunion a eu lieu au LCPC avec F. Derkx et P. Reiffsteck.
Prise en charge du cahier des charge par MI et désignation d’un chargé d’étude.

7.2 Réunion du 08 septembre 2009


Courrier électronique de la part de MI (F. Derkx) informant le responsable de fiche prototype
que :
« Nous sommes désolés de devoir renoncer à ta demande d’étude sur le battage de pieu «
CPT-CYCL ». En effet après en avoir parlé avec S.Buttigieg et E.Merliot la complexité de ce
projet laisse apparaître un certain nombre de difficultés auxquelles nous ne sommes pas
certains de pouvoir apporter des solutions et laisse envisager par ailleurs un temps d’étude et
de mise au point que le BE ne pourra pas assurer. Je te conseille donc de te rapprocher d’un
CECP et de leur fournir la liste ci-après établie par Stéphane et Erick et recensant quelques
difficultés qu’il faudra surmonter.

1) Battage hydraulique cyclique en extérieur


- difficulté de mesurer le déplacement de la pointe en raison de la longueur de l'ensemble du
train de tige et de sa conception.
- maîtriser l'effort appliqué en tête jusqu'à la pointe nécessite l'instrumentation d'un capteur de
force afin de s'assurer la bonne application de 100 daN en pointe.
Ce type de battage demande une instrumentation supplémentaire ce qui augmente le nombre
de fils à faire passer dans le train de tige. De plus la mesure du déplacement avec les
performances demandées nous semble difficilement réalisables

2) Battage hydraulique cyclique au plus proche de la pointe


- difficulté de faire passer l'ensemble des câbles d'instrumentation et d'alimentation hydraulique
A/R dans l'encombrement imparti
- éviter l'effet d'entrelacement (torsion) des différents câbles souple sur une longueur de 10 m
- l’utilisation de tubes d'alimentation hydraulique rigide est incompatible avec la procédure
d'essai et la conception actuelles des tiges
- la conception d'une servo-valve spécifique à cette utilisation demande des compétences et
une étude approfondie, de plus l'ensemble doit permettre le passage des câbles
d'instrumentation dans un encombrement réduit (diamètre extérieur de 40 mm et intérieur de 10
mm)
- mesurer le déplacement de la pointe en raison de la longueur de l'ensemble du train de tige et
de sa conception

La conception d'un tel pieu relève de connaissance bien spécifique en hydraulique, notamment
sur la conception de servo-verin, mais aussi la refonte complète de l'ensemble du système afin
de pouvoir alimenter le système de battage en hydraulique. Aussi la mesure du déplacement
dans les performances demandées nous semble difficilement réalisables.

3) Battage énergie électrique cyclique


- l'utilisation d'un système piezo est impossible compte-tenu du déplacement de 5 mm et de la
force souhaitée
- un système vérin électrique du commerce nécessite que la tige soit "désaxé" afin de faire
passer les câbles d'instrumentation du manchon de frottement et de capteur de pointe et que
son encombrement soit inférieur à un diamètre de 40 mm pour une force de 100 daN
25
Spécification Technique des Besoins CPT cyclique page 26/32

- mesurer le déplacement de la pointe en raison de la longueur de l'ensemble du train de tige et


de sa conception
La solution d'un battage avec des actionneurs électriques est donc impossible car les
composants du commerce et les technologies actuelles ne nous permettent pas de répondre
aux exigences d'un tel appareillage. De même la mesure du déplacement dans les
performances demandées nous difficilement réalisables. »

A la suite de ce message, le responsable d'opération a contacté le CECP d'Angers.


7.3 Réunion du 18 janvier 2010
Réunion au LCPC avec F. Pilnière et J. Gaschet du CECP d'Angers.
Présentation du projet.
7.4 Réunion du 25 janvier 2010
Réunion au CECP d'Angers avec F. Pilnière et J. Gaschet.
Soumission d'un projet comportant un vérin simple effet pneumatique actionné par le contrôleur
pression volume du pressiomètre développé par la société Jean Lutz.

Ressort de
Vérin rappel

Capteur de
déplacement
Figure 5 Schéma de conception

7.5 Réunion du 9 mars 2010


Réunion au LCPC avec A. Puech S. Po et O. Benzaria de la société Fugro.
Présentation de l'étude de conception et du devis aux partenaires du PN.

Il a été soulevé que l'espace annulaire interne de la tige développée doit permettre de faire
passer le câble de la pointe piézocone.

Figure 6 Schéma de conception

Ce point a été précisé dans un mail avec S. Po du 12/03/2010.


"Le câble de 10mm disponible chez nous marche pour les cônes analogique et numérique.
Maintenant que tous les cônes sont numériques, pour l’application en cyclique nous pourrions

26
Spécification Technique des Besoins CPT cyclique page 27/32

nous approvisionner de câble spécifique pour pointe numérique. Dans ce cas le câble ne fait
plus que 5mm de diamètre (uniquement 4 conducteurs). Par contre la prise reste la même.
La hollande a développé également des pointes fonctionnant avec une transmission Wifi, mais
cela nécessite une section intérieure constante (pas notre cas) et une parfaite étanchéité de
tiges (pour cela une série spéciale avec joint torique à chaque raccord est nécessaire).
Une petite remarque supplémentaire : les doubles joints sur le piston doivent provenir de
l’ébauche avec vérin double effet. on doit pouvoir supprimer ceux du côté du ressort, non ?"

7.6 Réunion du 6 juillet 2010


Réunion au LCPC avec F. Pilnière et J. Gaschet.
Cette réunion a été l'occasion de présenter le dossier de plan. Le LCPC est en attente du
financement par l'IREX.

Figure 7 Rendu réaliste : coupe

27
Spécification Technique des Besoins CPT cyclique page 28/32

Figure 8 Rendu réaliste : vue sans tube externe

28
Spécification Technique des Besoins CPT cyclique page 29/32

8 VALIDATION DE LA CONCEPTION
8.1 Programme de validation (Étape 4.1)
A développer

8.2 Expérimentation du prototype (Étape 4.2)


A définir

8.3 Étude métrologique (Étape 4.3)


À définir

8.4 Bilan du projet de développement (Étape 4.4)


Bilan technique : atteinte des objectifs,
Documentation technique du matériel et mode opératoire

29
Spécification Technique des Besoins CPT cyclique page 30/32

9 CONCLUSION
A ce stade de l’étude un concept d’appareil a été proposé et accepté. Il reste à déclencher la
phase de fabrication.

30
Spécification Technique des Besoins CPT cyclique page 31/32

10 RÉFÉRENCES
Afnor (1991) Analyse de la valeur, analyse fonctionnelle, Expression fonctionnelle du besoin et
cahier des charges fonctionnel, NF X 50-151, 32 pages
Afnor (1996) NF P94-113 - Sols : reconnaissance et essais - Essai de pénétration statique
Afnor (1995) NF P94-119 - Sols : reconnaissance et essais - Essai au piézocone
Afnor (2007) Pr EN ISO 22476-1 (P 94-521) Reconnaissance et essais géotechniques – Essai
en place - Partie 1– Essai de pénétration statique et essai au piézocone (CPT et CPTU).

31
Spécification Technique des Besoins CPT cyclique page 32/32

11 LEXIQUE OU GLOSSAIRE
Besoins : demande formulée ou non pour une technologie

Bête à corne : permet d'exprimer la recherche du besoin

Bloc diagramme : représente les flux fonctionnels sur un graphe, c'est l'organigramme
technique qui permet de matérialiser l'enchaînement des blocs

Cahier des charges fonctionnel (CDCF) : permet de décrire et lister les fonctions primaires,
secondaires et contraintes du système étudié

Contrainte : condition à satisfaire

Diagramme pieuvre (ou graphe des interactions) : permet de recenser les fonctions de service
d'un produit

FAST (Functional Analysis System Technique) : permet la recherche de solutions


technologiques, il présente une traduction rigoureuse de chacune des fonctions de
service en fonction(s) technique(s), puis matériellement en solution(s) constructive(s)

Fonction : Il existe deux types de fonctions :


- Fonctions de service qui constituent une relation entre le système et le milieu extérieur, elle
traduisent l'action attendue ou réalisée par le produit pour répondre à un élément du
besoin d'un utilisateur donné. Il faut souvent plusieurs fonctions de service pour
répondre à un besoin. Dans une étude donnée, leur énumération et leur formulation
qualitative et quantitative résultent de l'analyse du besoin à satisfaire et le décrivent
d'une manière nécessaire et suffisante.
Il existe deux types de fonctions de service :
- les fonctions principales, correspondant au service rendu par le système pour
répondre aux besoin
- les fonctions contraintes, traduisant des réactions, des résistances ou des adaptations
à des éléments du milieu extérieur.
- Fonctions techniques qui sont internes au produit, elles sont choisies par le constructeur
dans le cadre d'une solution, pour assurer une fonction de service.

Prototype : désigne le premier, ou l'un des premiers exemplaires d'un produit industriel (voiture,
avion…). Cet exemplaire permet des tests afin de valider les choix de conception de
l'ensemble.

Spécification technique des besoins (STB) : description des fonctions d'un matériel, en vue de
sa réalisation. La STB est un document contractuel établi entre l'utilisateur et le
concepteur qui reprend les besoins exprimés dans le CdCF en termes d'exigences et
de contraintes techniques spécifiques du concept retenu

Validation : ensemble des activités de vérification dans le but de confirmer une hypothèse, un
travail, une théorie, un mode de fabrication

32