Vous êtes sur la page 1sur 21

Spectrométrie de

masse
Projet biomédical

Réalisé par Maude MASSE et Yen NGUYEN,


en GBM 3A

Tutrice : Charlotte VITALI


Remerciements

Tout d’abord, nous tenons à remercier notre tutrice de stage, Mme Charlotte
VITALI, ingénieure biomédical en laboratoire de l’APHM, pour sa confiance, sa
disponibilité et son aide au cours de la réalisation de ce projet.

Ensuite nous tenons à remercier notre corps enseignant, notamment Carine


GUIVIER-CURIEN et Nadine CANDONI, qui en ont suivi l’évolution et sont
restées disponibles pour nos questions.

1

Sommaire

Remerciements .............................................................................................................. 1
Sommaire ....................................................................................................................... 2
Abstract.......................................................................................................................... 3
Introduction ................................................................................................................... 4

I. Principes de fonctionnement de la spectrométrie de masse ........................... 5


A. Découverte de la spectrométrie ...................................................................... 5
B. Description de base d’un spectromètre de masse ........................................... 5
C. Différents modes d’ionisation ........................................................................ 6

II. Utilisation de la spectrométrie de masse dans un laboratoire ....................... 9


A. Applications actuelles .................................................................................... 9
B. Le futur de la spectrométrie de masse dans le domaine de la médecine de
laboratoire..................................................................................................... 10

III. Différents fournisseurs et les spectromètres proposés.................................. 11


A. Waters........................................................................................................... 11
B. Agilent .......................................................................................................... 12
C. Thermo ......................................................................................................... 13
D. Bruker ........................................................................................................... 14

Conclusion ................................................................................................................... 16
Bibliographie ............................................................................................................... 17

2

Abstract

Since many years, scientists try to quantify known materials, to identify unknown
compounds within a sample, and to elucidate the structure and chemical properties
of different molecules. The invention of different methods allowing the
achievement of these aims has been developed.

Till the 1970s, the only analytical techniques which provided similar information
were electrophoretic, chromatographic or ultracentrifugation methods. The results
were not absolute as they were based on characteristics other than the molecular
weight. Thus, the only possibility of knowing the exact molecular weight of a
macromolecule remained its calculation based on its chemical structure.

The development of desorption ionization methods based on the emission of pre-


existing ions such as plasma desorption, fast atom bombardment or laser
desorption, allowed the application of mass spectrometry for analysing complex
biomolecules.
Therefore, mass spectrometry is fast becoming an indispensable field for
analysing biomolecules.

Mass spectrometry is a powerful analytical technique. Thanks to technical


progress, different types of mass spectrometry have been created in order to be
the most efficient as possible. This makes possible the analysis of a huge range of
samples with different origin, consistency, density, size, shape...

3

Introduction

Le secteur du biomédical s’est beaucoup développé ces dernières années. La santé


étant un élément central important dans la vie de chacun, l’évolution des
techniques, l’offre de soin, les expérimentations etc., ne cessent de croitre.
Chaque domaine se veut de plus en plus spécifique pour une plus grande
performance.
Parmi ces derniers, on compte celui de la spectrométrie, qui englobe les appareils
appelés les spectromètres et leurs utilisations.
Le spectromètre de masse est un outil permettant d’étudier la chimie des ions en
phase gazeuse sous ses divers aspects.

Nous allons voir que le spectromètre se retrouve dans beaucoup de secteurs (pas
nécessairement médical), et ce par une commercialisation contrôlée par les
entreprises.

4

I. Principes de fonctionnement de la spectrométrie de masse

La spectrométrie de masse est une technique physique d'analyse extrêmement sensible qui permet de
détecter et d'identifier des structures moléculaires par mesure de leur masse. C’est une analyse
qualitative et quantitative.

A. Découverte de la spectrométrie

À l'origine la spectrométrie de masse servait à détecter et séparer les différents isotopes d'un élément
chimique.

Joseph John Thomson est le physicien britannique qui découvre l'électron en 1897 (récompensé du prix
Nobel de physique en 1906). C’est lui qui en a établi en suivant, le principe de la spectrométrie de masse
en mettant au point un appareil lui permettant de séparer les atomes par leur masse. Cet appareil est alors
appelé le spectrographe de parabole. De cette façon il montre l'existence des deux isotopes stables que
contient le néon.

Cet appareil fut perfectionné quelques années plus tard, en 1918, par Arthur Jeffrey Dempster qui mit
au point la source d’ionisation par impact électronique (IE). C’est la première source d’ions utilisée pour
les débuts de la spectrométrie de masse à aimant en forme de secteur (180°) à focalisation en direction.
F.W Aston (prix Nobel de chimie 1922) construit le premier spectromètre de masse à focalisation de
vitesse.

Au début de la Seconde Guerre Mondiale, le spectromètre de masse prend toute sa dimension avec le
Projet Manhattan. De 1938 à 1945, Alfred Otto Carl Nier un physicien américain, met au point des
spectromètres à double focalisation pour séparer l'235U et l'238U (spectrométrie préparative). L'équipe de
John R. Dunning à Columbia University a pu démontrer que l'uranium 235 était l'isotope responsable
de la fission nucléaire, plutôt que l'uranium-238, plus abondant.

Depuis, la technique de la spectrométrie de masse n'a cessé de se perfectionner, les débuts de sa


commercialisation se font dans les années 50.
Aujourd’hui elle intervient dans pratiquement tous les domaines scientifiques : chimie, biologie,
médecine, physique, astrophysique ...

B. Description de base d'un spectromètre de masse

La spectrométrie de masse est une méthode destructive, qui permet à la fois :


- d’accéder à la mesure de la masse moléculaire d'une substance.
- d'obtenir des données structurales.

La substance ionisée se trouve dans un état excité qui provoque sa fragmentation. L'analyse de ces
fragments nous informe sur la structure de la molécule. Chacun des ions formés est caractérisé par son
rapport masse/charge (m/z) et l'appareil est capable de séparer ces ions (par un champ magnétique) et
de les détecter/caractériser (qualitativement et quantitativement).

Un spectromètre de masse est constitué :


- d'un système d'introduction de l’échantillon.
- d'une source d'ions (chambre d’ionisation/fragmentation) : qui produit les ions en utilisant le
plus souvent l’impact électronique. Dans le spectromètre, un faisceau d’électrons très
énergétiques frappe l’échantillon. Il se produit alors une ionisation des molécules. Il existe
différentes méthodes : protonation, déprotonation, perte d’élection, cationisation.

5

- d'un analyseur : qui sépare les ions en fonction de leur masse et de leur charge, grâce au rapport
: m/z. L’action de l’analyseur se fait par un champ magnétique.
- d'un détecteur : qui détecte/collecte/comptabilise les ions sortant de l’analyseur, en fonction
de leur abondance relative
- d’un système informatique : qui utilise les données de ces trois éléments pour générer un spectre
de masse.

Le vide étant fait au préalable dans chacun de ces éléments.

chambre d’ionisation analyseur/détecteur système de traitement des données.

A l’issu de la pratique on obtient un spectre de masse. Ce dernier est un diagramme qui représente :
→ selon l'axe des abscisses : les rapports m/z des ions détectés (en impact électronique, z = 1 ; m/z
s’exprime alors en Dalton).
→ selon l'axe de ordonnées : l'abondance relative de ces ions. Celle du pic le plus intense est fixée
arbitrairement à 100.

Les différents types de pics observés dans un spectre de masse sont :


- Le pic de base : c’est le pic le plus intense du spectre. Il correspond à l'ion le plus abondant donc
le plus stable.
- Le pic moléculaire ou pic parent : il correspond à l’ion de nombre de masse égal à la masse
moléculaire de la substance.
- Les pics fragments : ils correspondent aux différents ions fragments.

La sensibilité est l’un des points forts de la


spectrométrie de masse, de nos jours, les
appareils sont capables d’analyser des
quantités de quelques attomoles.

C. Différents types de spectromètre

Les appareils peuvent être utilisés soit avec un système d'introduction directe (analyse de substances
pures), soit couplés avec un système de chromatographie (TLC, GLC, HPLC, SFC). Certains appareils
plus sophistiqués (MS-MS) permettent d'analyser des mélanges sans chromatographie préalable.

6

• GC-MS : chromatographie gazeuse couplée à un spectromètre de masse

La chromatographie gazeuse couplée à un spectromètre de masse, encore appelé détecteur sélectif de


masse, est une technique de chromatographie gazeuse puissante et largement utilisée.

L’échantillon est vaporisé à haute température puis emporté


à l’aide d’un gaz porteur sur une colonne de séparation
également chauffée. Les analytes ainsi élués sont ionisés par
impact d’électron (EI) qui les fragmentent de manière très
reproductible. Les spectres de masse sont comparés à des
bases de données de spectres de référence pour les buts
d’identification. La quantification elle se base sur des
mesures de rapport d’intensité de fragments spécifiques.
Lors de l'utilisation de la GC-MS, le choix du gaz porteur est
primordial car le spectromètre de masse est très sensible aux
impuretés d'oxygène, d'eau et d'hydrocarbures.
Le choix du gaz porteur pour la CG-SM-SM ou SM jumelé
est plus crucial car il est encore plus sensible aux
impuretés. Dans les deux techniques, l'étalonnage d'usage de
l'analyseur à l'aide d'un mélange d'étalonnage est une
pratique courante.

Aujourd’hui, la GC-MS est couramment utilisée pour l’analyse de profils d’acides organiques, de
stéroïdes ou de drogues d’abus. Elle sert donc dans de nombreux domaines comme l'analyse
environnementale, les sciences criminalistiques, l'application de la loi, les aliments et boissons, le
pétrole et le gaz naturel.

• LC-MS

Le couplage de la chromatographie en phase liquide à un spectromètre de masse (LC-MS) est devenu


une méthode de choix dans l’analyse de fluides biologiques. La LC permet de séparer un grand nombre
de composés (métabolites, peptides, petites protéines), et de les soumettre en ligne au spectromètre de
masse.
Les molécules sont ionisées de manière douce (electrospray, APCI). Un système LC-MS contient une
interface qui transfère efficacement les composants séparés de la colonne LC dans la source d'ions MS.
L’interface est nécessaire car les équipements LC et MS sont fondamentalement incompatibles. Alors
que la phase mobile dans un système LC est un liquide sous pression, les analyseurs MS fonctionnent
généralement sous vide. Ainsi, il n'est pas possible de pomper directement l'éluat de la colonne LC dans
la source MS. Globalement, l'interface est une partie mécaniquement simple du système LC-MS qui
transfère la quantité maximale d'analyte, supprime une partie importante de la phase mobile utilisée dans
LC et préserve l'identité chimique des produits de chromatographie (chimiquement inerte).
Cette technique en tandem peut être utilisée pour analyser des composés biochimiques, organiques et
inorganiques.
La Vitamine D, les immunosuppresseurs, les stéroïdes, les acylcarnitines, les médicaments, les acides
aminés, les peptides sont des exemples d’analytes de la LC-MS.

• ICP-MS

C’est la spectroscopie de masse à plasma à couplage inductif. Cette méthode permet de détecter les
métaux et plusieurs non-métaux ainsi que l’analyse simultanée de jusqu’à 70 éléments avec une grande
sensibilité (de l’ordre du ppb). Elle est plus rapide, plus précise et plus sensible que la spectrométrie
d'absorption atomique (AAS).

7

Une torche à plasma chauffe par induction les molécules en solution à des températures de 6000–10000°
C et les désintègre en ions atomiques. Le plasma résultant comporte une proportion suffisante d'ions et
d'électrons pour être conducteur. Pour le couplage en spectrométrie de masse, les ions du plasma sont
extraits à travers une série de cônes vers le spectromètre, généralement un analyseur quadripolaire.
En raison de possibles applications en technologies nucléaires, le matériel permettant l'analyse par ICP-
MS est souvent soumis à des règles spécifiques à l'import et l'export.

• MS-MS

La spectrométrie de masse en tandem combine en général


deux analyseurs. Les ions formés dans la source entrent
dans le premier analyseur MS1, d’où seuls les ions ayant un
rapport m/z déterminé pourront sortir. Dans une cellule de
collision, ces ions sélectionnés sont dissociés en ions
fragments qui seront analysés dans le second analyseur
MS2. Les équipements les plus souvent rencontrés dans les
laboratoires sont des triples quadripôles.

La MS/MS offre trois avantages majeurs :


- capacité à étudier de nombreuses molécules appartenant ou non à la même famille structurale
- capacité à mettre en évidence des métabolites spécifiques d’une maladie
- automatisation offrant la possibilité de grandes séries d’analyses

• EI-MS et CI-SM

La première étape de la spectrométrie et l’ionisation de la substance à analyser.

Elle peut se faire de deux façons :

→ Impact électronique : ionisation réalisée dans une chambre d'ionisation où règne le vide. On utilise
un faisceau d'électrons qui va être envoyé sur la molécule. Leur collision entraine soit : l’éjection d’un
électron de la molécule (donnant une espèce M+), soit la casse en fragments caractéristiques. Selon
l'énergie utilisée pour accélérer les électrons, il y aura plus ou moins de fragmentation.

→ Ionisation Chimique : cette méthode est complémentaire à la EI. En plus du dispositif EI ci-dessus,
un gaz réactif est introduit dans la source et lui aussi ionisé par impact électronique. Une fois les
molécules ionisées, elles échangent la charge avec les analytes. De cette manière, les analytes sont
protégées du faisceau d’électrons, l’ionisation chimique est donc une méthode douce par rapport à
l’impact électronique.
Le méthane, l'isobutane et l'ammoniac sont parmi les gaz d'ionisation chimique les plus utilisés.

Pour la détection de molécules globalement électronégatives, comportant des parties halogénées, on peut
faire appel à l'ionisation chimique négative. Le principe est de charger négativement ces molécules en
les bombardant d'électrons qui seront capturés par les atomes électroattracteurs. Du fait de la forte
probabilité de capture de l'électron, ce type d'ionisation peut être 1000 fois plus sensible que l'ionisation
chimique positive.

8

II. Utilisation de la spectrométrie de masse dans un laboratoire

La spectrométrie de masse, technologie plus que centenaire, s’est imposée dans un grand nombre de
domaines et applications.
Son utilisation dans les laboratoires n’est pas récente et son importance ne fait que croître, notamment
dans les domaines de la microbiologie, pharmacologie et toxicologie.

A. Applications actuelles

• Applications en médecine

La spectrométrie de masse a un rôle essentiel pour la recherche et pour la caractérisation des nouveaux
bio-marqueurs. Elle a pour but de détecter une pathologie chez un patient.

La spectrométrie de masse Maldi-Tof est utilisée en recherche pour la caractérisation d’un certain
nombre de pathologies comme le cancer, la maladie d’Alzheimer, ou encore l’arthrite rhumatoïde.
En effet, on peut observer sur le spectre Maldi-Tof, la présence de « pics » spécifiques des états
pathologiques et de certains autres spécifiques de l’état normal.
La découverte de nouveaux marqueurs tumoraux est d’un intérêt capital pour le diagnostic, le pronostic
ou le suivi de la réponse aux traitements des pathologies cancéreuses.

Spectrométrie de masse Maldi-Tof

Principe de la spectrométrie de masse Maldi-Tof

La technique d’électrophorèse bidimensionnelle couplée aux analyses en spectrométrie de masse a


permis la mise en évidence de marqueurs sériques pour des cancers comme l’hépatocarcinome, les
cancers de la vessie, du sein, du rein ou du poumon.

La spectrométrie de masse fait également partie des méthodes essentielles pour le diagnostic et le suivi
des maladies héréditaires du métabolisme : aminoacidopathies, déficits du cycle de l’urée, aciduries
organiques, déficits de la β-oxydation des acides gras (dont le profil des acylcarnitines).

9

• Applications en pharmacologie

Les spectromètres de masse sont de plus en plus performants, permettant de proposer la composition
élémentaire d’une molécule, d’une séquence peptidique, ou oligonucléotide…

La spectrométrie de masse peut servir à différencier les différentes formes possibles d’une molécule.
On peut, pour cela, citer deux exemples :
- Pour la vitamine D, il est possible de différencier la forme D2 (médicament) et la forme D3
(synthèse endogène et aliments).
- Pour les stéroïdes, on peut distinguer les formes non conjuguées par GC-MS/MS et les formes
conjuguées par LC-MS/MS.

De plus la spectrométrie de masse, est un outil très efficace qui offre la possibilité de sonder la structure
d’une molécule, et d’expliquer une rupture ou un arrangement d’une liaison en phase gazeuse.

L’identification des différentes molécules a un rôle essentiel en pharmacologie pour le développement


de nouveaux médicaments.

• Applications en toxicologie

Les intoxications médicamenteuses ou avec divers toxiques (stupéfiants, produits phytosanitaires...),


volontaires ou accidentelles, sont une cause fréquente d’admission dans les établissements hospitaliers.

Le criblage toxicologique est généralement la première étape de toute investigation toxicologique ; il


s’agit d’une étape clé qui devrait idéalement permettre l’identification de toute substance d’intérêt
toxicologique.

B. Le futur de la spectrométrie de masse dans le domaine de la médecine de


laboratoire

L’amélioration des performances, de la sensibilité, de la vitesse d’analyse et de la puissance de


résolution permet d’envisager de nouvelles pistes d’utilisation.

Son utilisation en clinique humaine devient un enjeu fondamental, particulièrement dans le but de
découvrir et d’identifier des marqueurs de diverses pathologies spécifiquement exprimés dans les fluides
biologiques. Les espoirs d’applications futures des recherches fondamentales actuelles en clinique
humaine se placent dans les développements techniques des spectromètres de masse, l’évolution de
nouvelles technologies qui en sont dérivés et l’explosion sans précédent de la bio-informatique.

Parmi les approches prometteuses, on peut citer les analyses en temps réel.
Par exemple l’analyse in vivo de tissus durant une intervention chirurgicale par couplage
d’électrochirurgie et de Rapid Evaporative Ionization Mass Spectrometry (REIMS).
Le domaine de l’imagerie fait également des progrès. Les instruments utilisant des méthodes de
désorption et ionisation permettent de générer des « images » dont les résolutions spatiales s’approchent
de celles des coupes histologiques, avec un avantage de pouvoir représenter un grand nombre de
molécules différentes sans marquage particulier.

L’automatisation constitue un grand défi pour les fournisseurs d’instruments. De nature complexe
l’instrumentation de la spectrométrie de masse se dirige vers une configuration de type automate, où
robustesse et simplification d’utilisation priment.

10

III. Différents fournisseurs et les spectromètres proposés

Dans chacune des parties, nous allons nous intéresser aux différents fournisseurs et aux différents
spectromètres qu’ils proposent et leurs fonctions.

A. Waters

Waters
MS MS/MS IMS-MS/MS
Simple Quadrupôle Triple Quadripôle (en tandem) Mobilité ionique
→ les modèles Xevo TQ. → les modèles SYNAPT, et Vion
Temps de vol
→ le modèle Xevo G2-XS Tof

Exemple d’un produit :

Spectromètre de masse Xevo TQ-XS :

Référence Documentation: LITR134891424


Référence: 720005650EN
Source: Waters

Ce spectromètre intègre :
- Le guide d’ions StepWave XS™, qui assure une sensibilité accrue pour les composés les plus
complexes :

Ce guide assure une quantification fiable même à des concentrations faibles. Les composés neutres et le
gaz sont éliminés passivement dans le but d’augmenter la transmission des ions, lesquels sont
activement transférés dans l’analyseur de masse.
Ce qui permet de maîtriser l’extraction d’ions depuis le flux de gaz c’est l’ajout (dans la première parti)
d’une série de plaques horizontales. Ainsi l’interaction entre les ions et les molécules de gaz requiert
moins d’énergie.
La deuxième partie, le quadripôle segmenté, concentre le faisceau ionique afin de garantir une
transmission des ions, de la source vers le détecteur, plus efficace.

- Un système de détection amélioré doté d'une gamme dynamique de


6 ordres de grandeur, pour une meilleure sensibilité.

Ce spectromètre permet d’analyser les petites et les grosses molécules


ainsi qu’un ou plusieurs composés.
Le détecteur Xtended Dynamic Range permet de quantifier de plus
importantes concentrations de composés, sans toutefois saturer le
détecteur en une seule injection.

- Une sonde sans maintenance, qui réduit le temps nécessaire aux


différents entretiens et assure une reproductibilité parfaite.
Ce spectromètre possède une sonde d’ionisation à pression
atmosphérique, qui ne nécessite aucune maintenance, même dans le
changement de capillaire. Ceci a pour objectif de réduire les erreurs
humaines, et de ce fait réaliser des analyses reproductibles.

11

B. Agilent

AGILENT
LC/MS GC/MS
Simple Quadrupole Simple Quadrupole
Triple Quadrupole Triple Quadrupole
Quadrupole Time Of Flight Quadrupole Time Of Flight
Hight Throughput LC/MS
Times of flight LC/MS


Exemple de produit:

Quadrupole Time of Flight GC/MS, 7250 GC/Q-TOF

Le système de CPG / SM quadripolaire quadripolaire Agilent 7250 fournit des données à spectre
complet, à haute résolution et à masse précise avec une large plage dynamique pour l'identification, la
quantification et l'étude des composés sensibles au GC. La source d'ionisation électronique offre une
capacité EI à faible énergie.

Ce spectromètre identifie les composés grâce à des données à haute résolution et à une détection sensible.
Il quantifie les analytes sur une large plage dynamique sans compromettre la qualité spectrale.
Simplifie les données ambiguës avec l'IE à faible énergie pour une ionisation plus douce et une plus
grande préservation des ions moléculaires (spécifique à
l’application).
Détecte les composés cibles à l'état de trace en présence de composés
matriciels complexe plus abondants avec une large plage dynamique
dans le spectre.
Assure une excellente qualité des données, même pour les pics
chromatographiques étroits dans les flux de travail à haut débit, avec
des taux d'acquisition de données allant jusqu'à 50 spectres par
seconde (50Hz).
Diminue les inconnues avec une fidélité spectrale (pour une
correspondance de bibliothèque fiable) et une fidélité isotopique
(pour générer des formules chimiques vérifiables).

Il est couplé a diverse logiciels comme :


- logiciel MSC (Molecular Structure Correlator) : élucide les
structures chimiques avec des capacités MS / MS, qui révèle plus de détails.
- l'algorithme SureMass de MassHunter : augmente la confiance dans la détection de composés pour
l'extraction précise et sensible de spectres de composés de qualité médiocre pour des scores élevés.
- logiciel MassHunter complet : effectue le criblage, le profilage, les flux de travail de découverte et
plus.
Il prend en charge le puissant GCxGC modulé thermiquement pour la plus haute résolution
chromatographique connue grâce à un partenariat avec ZOEX Corporation.

Une vitesse d'acquisition rapide et une masse précise facilitent la déconvolution des pics de GC co-liés
qui sont inséparables par MS à basse résolution. Le système de la série 7200B doit être combiné avec le
chromatographe en phase gazeuse haute performance Agilent 7890B.

12

C. Thermo Fisher Scientific

Thermo Fisher Scientific


LC-MS GC-MS ICP-MS
Orbitrap Orbitrap Multi-collecteur
Simple Quadripôle Simple Quadripôle Simple Quadripôle

Triple Quadripôle Triple Quadripôle Triple Quadripôle

Ion Trap Secteur Magnétique Haute résolution

L’entreprise Thermo Fisher Scientific propose une gamme ICP-MS avancée


et complète.
Leurs solutions ICP-MS sont conçues pour répondre aux besoins de tous les
laboratoires, des établissements de recherche de routine à ceux de pointe en
passant par les établissements à haut débit. Grâce à des performances
avancées pour des données fiables et précises et des flux de travaux intuitifs
et simples à utiliser, les instruments ICP-MS permettent désormais de
travailler plus efficacement et d’être prêt à relever les défis futurs.

Les spectromètres de masse à plasma inductif couplé à un seul quadripôle


(SQ-ICP-MS) sont une solution complète d'analyse multi-éléments pour les
laboratoires de routine à haut débit. Avec une suppression complète des
interférences pour une précision des données assurée et des flux de travail
intuitifs pour augmenter la productivité, ce module ICP-MS à quadrupôle
unique (SQ) élargira les capacités analytiques.

Principales caractéristiques de ce spectromètre :

- Simplicité : le matériel et les logiciels inspirés par les utilisateurs maximisent la facilité
d'utilisation et rationalisent les flux de travail pour réaliser une analyse « correcte pour la
première fois ».
o Configuration en un clic pour une analyse facile et reproductible
o Changement de cône en aussi peu que 60 secondes
o Fonctionnement rapide et facile avec des composants d'introduction d'échantillon à
connexion rapide

- Productivité : l'élimination complète des interférences obtenue grâce à la conception innovante


QCell flatapole assure la précision des données. En utilisant un seul mode de discrimination de
l'énergie cinétique à l'hélium (He KED), tous les analytes peuvent être mesurés à des niveaux sub-
ppt, même le lithium et le béryllium.

- Robustesse :
o Un matériel logique, résolvant les problèmes, assure une maintenance maximale et une
maintenance minimale.
o Un fonctionnement plasma fiable et une tolérance élevée à la matrice permettent
d'effectuer un échantillonnage automatisé et sans surveillance, 24 heures sur 24, 7 jours
sur 7, en toute confiance.
o Un choix d'options d'interface donne le choix parfait pour le type d'échantillon et les
besoins d'analyse.

13

D. Bruker

L’entreprise Bruker commercialise plusieurs types de spectromètres :


- MALDI
- MALDI Biotyper Systems
- ESI-QqTOF
- ESI-Triple Quad-MS
- UHPLC and nanoLC for LC/MS
- AP Ion Sources
- GC-Triple Quad MS
- FTMS
- HDX Solution
- Toxtyper
- TargetScreener HR
- MS Software

Nous allons nous intéresser particulièrement aux systèmes MALDI-TOF et TOF/TOF MS.
La série FLEX de Bruker est un modèle d'excellence pour la séquence des protéines, les images MALDI
et l'analyse de polymères, elle couvre de nombreuses fonctionnalités qui permettent de faire face à tous
les besoins en laboratoires.
Le déroulement fortement automatisé des opérations permet au personnel de saisir et analyser des
données prélevées sur les échantillons les plus petits, en quelques secondes.

Parmi les modèles MALDI, nous pouvons trouver, par exemple, le modèle Microflex.
Qu'il s'agisse de découverte de biomarqueurs, d'oligonucléotides, de petites molécules, d'analyse de
polymères ou encore d'identification et de classification rapides et fiables de microorganismes, les
microflex sont le choix idéal pour répondre aux questions de la protéomique clinique, de la génomique
fonctionnelle, de l'analyse des polymères et de la microbiologie.

Le microflex LRF est le meilleur MALDI-TOF de laboratoire et a été conçu pour des applications plus
exigeantes. Avec ses modes de fonctionnement linéaire et réflecteur, il s'adresse à un large éventail
d'applications :
- Le microflex LRF avec une résolution de 15k en mode réflectron gère un large éventail de défis
analytiques et fournit des modes de fonctionnement basés sur des réflecteurs linéaires.
- Détermination des distributions de masse moléculaire absolue des polymères synthétiques
jusqu'à 500 kDa.
- Résolution de masse et précision accrue : La plus haute résolution à travers une gamme de masse
étendue est permise par la source d'ions avec son extraction ionique panoramique PAN ™
brevetée. La meilleure résolution de masse d'un MALDI TOF est obtenue grâce à une
alimentation en réflecteur indépendante, au détecteur MCP haute performance intégré et aux
convertisseurs analogiques numériques de haute précision.
- Temps de disponibilité maximisé : Le système de vide sans huile est entièrement intégré et le
bruit est réduit. Le microflex LRF peut fonctionner sur une large gamme d'alimentations, par
exemple 110V ou 240V. La génération stable d'ions est réalisée par un laser à fibre optique à 60
Hz. Cet agencement robuste garantit des temps de fonctionnement plus élevés également pour
les laboratoires multi-instruments.
- Flexibilité et sensibilité : La conception de l'instrument avec son réflecteur et son
fonctionnement en mode linéaire permet une flexibilité maximale pour divers types d'analytes,
tels que les oligonucléotides, les protéines et les polymères. En mode linéaire, le système peut
fonctionner en mode ions positifs et négatifs. La conception sans grille du réflecteur permet une
sensibilité inégalée. La technologie exclusive AnchorChip ™ de Bruker augmente encore la
sensibilité d'un facteur 10.

14

Conclusion

Nous avons pu voir que depuis ses débuts, la spectrométrie a suivi une nette
évolution dans le perfectionnement de ses appareils. Son utilisation
multidisciplinaire a entrainé les entreprises à innover, pour créer des
spectromètres de plus en plus spécifiques et précis. Aujourd’hui on se sert surtout
de spectromètre dans le domaine médical, pour améliorer les diagnostics en
analysant des substances, composés qui peuvent être administré à l’homme (ex
pharmacologie).

Beaucoup d’entreprises se sont lancées dans la commercialisation des


spectromètres (entre autre). Quelques-unes comme Waters, Thermo Fisher etc,
détiennent le monopole, proposant une gamme large de modèles/produits. Elles
se sont développées à l’échelle internationale, chacune arrive à vendre ses
produits phares dans le monde entier.

15

Bibliographie

Livres :

- Edmond de Hoffmann, Vincent Stroobant, Spectrométrie de masse, 3ème


édition, Science sup, DUNOD.
- David J Kiemle, Robert M Silverstein, Francis X Webster, Identification
spectrométrique de composés organisée, BOECK.

Sites Internet :

- http://masse-spec.fr/
- http://historique.icsn.cnrs-gif.fr
- www.sciencedirect.com/
- https://www.biomnis.com/
- www.waters.com/
- https://www.agilent.com/
- http://www.bruker.com/
- http://www.thermofisher.com/

16

Annexes

Exemple de fiche technique du produit Waters présenté dans le rapport.

17

18

19

20