Vous êtes sur la page 1sur 16

Volume LxxxvI N 0 14

- Le journal indépendant de l’Université d’Ottawa -

Évitez les faux pas

www.larotonde.ca LaRotonde @LaRotonde La RotondeVideo


section

éditorial Mathieu Tovar-Poitras


redaction@larotonde.ca
Rédacteur en chef

Construire autour de la Semaine du mieux-être


MATHIEU TOVAR-POITRAS
RÉDACTEUR EN CHEF
Avec des activités et des populations de
tous les horizons, les universités sont en
quelque sorte des microsociétés où le
rythme se veut plus particulier que celui
à l’extérieur de cette sphère. Mais, c’est ce
qu’elles renferment qui en fait des insti-
tutions si importantes et nécessaires.

Étant immergés dans le milieu univer-


sitaire, les étudiant.e.s ont adopté leur
représentation de l’université et de ce
qu’elle représente pour eux et elles.
Quelques un.e.s vont mettre en avant
l’importance des études, d’autres vont
davantage mettre l’emphase sur l’expé-
rience et certain.e.s se la représentent
dans un sablier en attendant la fin de leur
parcours. Dans tous les cas, le fait d’avoir
une vision préconçue du milieu universi-
taire mène parfois à ne pas oser sortir de
la routine.

Avec des journées chargées et de mul-


tiples engagements, il n’est surprenant
pour personne que la population étu-
diante est plus souvent qu’autre chose au
bout du rouleau. Un étudiant moyen aura
à concilier des sessions à temps plein, des ILLUSTRATION ANDREY GOSSE
engagements personnels et des emplois
pour éponger la lourde charge financière.
été créée en grande partie dans cette op- tuelles participations. maintenant que la communauté universi-
Bien entendu, chacun et chacune ont ses
tique. La question reste toutefois la sui- taire, ensemble, mette sur pied des plans
propres réalités, mais il n’en reste pas
vante : comment faire en sorte pour que Toutefois, en conservant cette optique, il d’action pour construire autour de cette
moins que la réalité étudiante affecte tous
plus de personnes participent ? est apparent que le plus gros défi de cet fondation.
et chacune.
événement et de son taux de participa-
Oui il y a les affiches, les publications sur tion relève de l’engouement de son pu- D’un point de vue institutionnel, les ser-
Mesures existantes les réseaux sociaux et le bouche-à-oreille, blic cible. Dans le meilleur des mondes, vices offerts par l’Université d’Ottawa
qui se veut être la méthode la plus efficace le Service de vie communautaire aime- pourraient bénéficier d’une revitalisation
C’est devenu un constat social que les sur notre campus pour être au courant de axée sur la disponibilité des ressources
rait sûrement que toute la population de
étudiant.e.s sont à risque d’épuisement ce qui se passe, mais la participation n’at- et la réactivité aux besoins de la commu-
l’Université d’Ottawa participe à cette se-
et afin d’y répondre, les institutions uni- teint pas les taux que de tels événements nauté étudiante. Avec cette approche, on
maine. Bien entendu, ceci est un objectif
versitaires ont mis en place une variété devraient atteindre idéalement. Il serait viendrait viser une composante néces-
impossible. D’un point de vue plus réa-
d’initiatives. Que ce soit par l’entremise facile de simplement blâmer les organi- saire qui consiste à rendre disponible des
liste, la cible est très moindre et les pro-
d’activités plus sociales, de démarches sateurs pour leur manque d’efforts ou la services formels et fondés sur des proces-
jections de participation risquent d’être
de séances informatives ou des systèmes population universitaire d’être aussi apa- sus professionnels.
plus près du plancher que du plafond.
plus personnels tels les mentors, les ef- thique, mais l’enjeu est plus profond.
forts pour atténuer cette réalité sont plus Pour ce qui est des projets plus infor-
concrets. À la base, on crée des événements visant Alors, quoi faire ? mels visant à atteindre les membres de
à soulager la pression sur les épaules des la communauté, les institutions, à la fois
Des événements sont organisés pour in- étudiant.e.s qui, pour la plupart, ont un On va se le dire, personne n’a une réponse de l’Université et celles de natures estu-
former les membres de la communauté horaire chargé et soutenu. La manière « correcte » à cette question, mais il faut diantines, devraient viser une collabora-
universitaire et briser en quelque sorte dont est organisée la semaine permet toutefois reconnaître les travaux qu’a faits tion active les incluant tous. Il n’est pas
certains tabous liés à ce volet de l’expé- certes d’offrir des activités à différents le Service de vie communautaire pour ici question de juste les inviter, ils doivent
rience étudiante. La Semaine du mieux- moments de la journée pour éviter que les mettre sur place une gamme d’événe- s’assoir à une table et débattre sur le sujet,
être qu’organise l’Université d’Ottawa a horaires de cours nuisent trop à d’éven- ments. La charpente est en place, il faut ou au moins fournir une réponse.

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

ACTUALITÉS Nicolas Hubert


actualites@larotonde.ca
Chef de pupitre actualités

Élections générales de la FÉUO

Des débats sous contrôle


NICOLAS HUBERT
Alors qu’elle tenait son premier débat
de l’année 2018 le 21 janvier, au sein
duquel rien de bien intéressant n’est
survenu, la Fédération Étudiante de
l’Université d’Ottawa (FÉUO) amorce
d’ores et déjà l’organisation des élec-
tions générales prévues du 7 au 9 fé-
vrier. À cet effet, deux débats seront
organisés le 31 janvier et le 1er fé-
vrier. Une préparation s’effectuant en
avance pour s’assurer de la réussite de
l’événement. Peut-être trop en avance ?

Une interrogation légitime lorsque les


questions adressées aux futur.e.s can-
didat.e.s sont exigées avant même l’offi-
cialisation de ces mêmes candidat.e.s et
sont soumises à un processus de présé-
lection restreint de la part de la FÉUO.

En effet, contactés par courriel au début


du mois de décembre 2017 par le Direc-
teur général des élections de la FÉUO,
Qussai Abu-Naqoos, les deux journaux
étudiants de l’Université d’Ottawa (U
d’O), The Fulcrum et La Rotonde, ont
été invités à envoyer leurs questions pour
ces deux débats avant le lundi 15 janvier. PHOTO AYOUB BEN SASSI
Et ce alors même que ni la liste des can-
didat.e.s ni la date précise des débats,
n’avait été communiquées.
Mais comment réfléchir à des questions « Sous contrôle et sans vigueur »  Événements et communication
Des questions présélectionnées
si cette même presse étudiante ne connaît
Dans son courriel unilingue en anglais, pas encore les candidat.e.s, et ne peuvent Alors que pour Qussai, ce processus Après être revenu et avoir présenté les
Qussai précisait que ce procédé était des- par conséquent ni se baser sur leur plate- serait à même de « permettre au bon différents événements qui seront orga-
tiné à permettre « aux questions réelle- forme électorale, ni sur leurs bilans si les fonctionnement d’un processus électoral nisés dans les mois à venir par les asso-
ment importantes d’être posées ». Mais impartial, juste et équitable », Student ciations étudiantes facultaires de premier
candidat.e.s se présentent à leur propre
comment Élection FÉUO évalue-t-elle Voices estime pour sa part que « c’est un cycles, le CA de la FÉUO s’est brièvement
succession ?
focalisé sur la promotion de la future
en interne l’importance d’une question, exemple clair que la démocratie, ce n’est
Qussai insiste sur le fait que « la presse est campagne électorale de la Fédération.
ou statue-t-elle si une question n’est pas pas un point fort pour la FÉUO ». Le
digne d’être adressée aux candidat.e.s ? De toujours la bienvenue » et est « encoura- groupe militant affirme notamment que La v-p. aux Services et aux Communica-
même, alors que la sélection des questions gée à poser des questions difficiles ». Mais « les candidats sont censés débattre les tions, Kathryn LeBlanc, a présenté les dif-
sera effectuée par le Directeur des élec- comment adresser ces questions difficiles, enjeux que les étudiants pensent impor- férentes stratégies qui ont été adoptées,
tions, et que ce dernier se déclare totale- à des candidat.e.s ciblé.e.s, si ces mêmes tants, non les enjeux que la FÉUO pense notamment sur les réseaux sociaux, et a
ment indépendant de la FÉUO, comment questions doivent être présélectionnées importants ». invité les différent.e.s représentant.e.s
s’assurer de sa partialité et de son éven- un mois à l’avance ? étudiant.e.s à partager au maximum les
tuelle proximité avec des candidat.e.s qui Tout en rappelant leur volonté d’un événements qui seront créés à cet effet.
ne sont pas annoncé.e.s au moment même Le groupe Facebook militant Student changement en profondeur de l’exécu-
de la rédaction des questions ? Voices – uOttawa, estime à ce sujet qu’« un tif de la FÉUO, Student Voices conclut Le v-p aux Finances, Rizki Rachiq, est
débat dominé par la FÉUO, qui se tient es- quant à lui revenu sur les résultats finan-
que « la FÉUO aime bien la démocratie
« La presse est toujours la bienvenue » ciers positifs des commerces de la Fédé-
sentiellement un mois en avance des élec- comme elle aime la liberté de la presse
ration avant d’évoquer les questions ré-
Qussai souligne à ce sujet qu’il est impor- tions, ce n’est pas vraiment un débat. Et ce – sous contrôle et sans vigueur ». Une currentes adressées à la FÉUO au sujet
tant pour la FÉUO de « laisser la chance n’est surtout pas pertinent ». Le groupe mi- perception antagoniste à la volonté affi- du manque de transparence de la Fédé-
à la presse de poser ses questions ». C’est litant s’interroge également sur le fait que chée par Qussai de garantir « un proces- ration et de sa constitution. Rachiq a par
ainsi dans cette perspective que la presse l’ « on ne demanderait pas aux étudiants de sus électoral démocratique […] assurant la suite soulevé l’intérêt d’une éventuelle
étudiante a été contactée en avance, afin voter avant qu’ils sachent qui sont les can- le respect de l’équité, de l’intégrité, de modification de la Constitution de la Fé-
de lui donner « plus de temps pour réflé- didats, alors pourquoi demander la presse l’indépendance, de la transparence, de la dération et de la lourdeur du processus
chir à ses questions pour les candidats ». de faire leurs choix un mois en avance ? » responsabilisation et de l’impartialité ». nécessaire pour cela.

w w w. l a r o t o n d e .c a
4 actualités l laar ro ot to onnd de e l luen dmi a2r2d ij a2n9 vmi earr s2 021081 6

Médecine
Un virus pourrait traiter le cancer du sein
pondent à un besoin », fait savoir Bour-
Nonibeau Gagnon-Thibeault
geois-Daigneault. Il est estimé que 1 Ca-
nadienne sur 8 aura le cancer du sein.
Un virus pourrait guérir les gens at-
Ça représente 25% des nouveaux cas de
teints du type de cancer du sein le plus
cancer chez les femmes.
agressif : le cancer du sein triple néga-
tif. C’est ce qu’a découvert une équipe
Cette immunothérapie, qui ne néces-
de chercheurs faisant partie du groupe
de John Bell, à l’Hôpital d’Ottawa et à site aucune vaccination active, pourrait
l’Université d’Ottawa, en combinant être la solution pour ces gens. Toutefois,
deux formes d’immunothérapie. avant de faire des tests sur des humains,
le groupe de chercheurs devra prouver
« C’était tout à fait extraordinaire de que le traitement est sécuritaire. Ceci
voir que nous pouvions guérir le cancer pourrait prendre un an ou deux, estime
de la plupart de nos souris, même chez la chercheuse en immunologie.
des modèles habituellement très résis-
tants à l’immunothérapie », se réjouit traitement pour d’autres cancers?
l’auteure principale de l’étude et doc-
teure en immunologie, Marie-Claude Le traitement développé par l’équipe du
lui, empêche le cancer de se protéger hibiteur de point de contrôle déclenche
Bourgeois-Daigneault. Le groupe a Dr Bell pourrait ne pas être limité au can-
des attaques du système immunitaire. tous les signaux d’alarme et incite le
observé un taux de guérison de 60% à cer du sein, mais aussi à d’autres types
Ainsi, le cancer est reconnu comme système immunitaire à déployer toute
90% chez des souris en administrant un de cancer. « Techniquement, ça peut
étant un danger par le système immu- son armée contre le cancer ».
virus avant une opération de mastec- s’appliquer à n’importe quel autre cancer
tomie. Des pourcentages qui sont loin nitaire et ne peut se défendre. qui nécessite une opération », indique
d’être anodins. sauver des vies Bourgeois-Daigneault avant d’ajouter
« Le système immunitaire cherche que « rien n’empêche de généraliser ça
Le virus, appelé Maraba, se reproduit constamment à reconnaître et à tuer Cette technique d’immunothérapie, qui à d’autres cancer ». Il serait ainsi envi-
à l’intérieur des cellules cancéreuses et les cellules cancéreuses, alors que les n’est pas encore testée chez les humains, sageable, d’ici quelques années, de valo-
fait en sorte que le système immunitaire cellules cancéreuses font tout pour s’en pourrait sauver des personnes atteintes riser davantage les virus, qui pourraient
les reconnaissent via le virus et s’y at- cacher », explique Bell en précisant que du cancer du sein triple négatif, le plus se révéler hautement efficaces dans le
taque. L’inhibiteur de point de contrôle, « faire suivre le virus par un autre in- difficile à traiter. «  Nos découvertes ré- traitement de divers cancers.

Statut de bienfaisance

La CLAC contre les groupes pro-vie


affaires d’équité de la FÉUO, Leila Mou-
Nonibeau Gagnon-Thibeault mouni-Tchouassi, explique que, « pour
la même raison que quand on dit qu’on
Selon les nouvelles directives du pro- est pour le choix de la femme ou les
gramme EÉC, pour recevoir une subvention droits des personnes qui appartiennent
du gouvernement fédéral, il faudra désor- à la communauté LGBTQ2IA+, nos ac-
mais que « l’emploi et le mandat principal de tions doivent le montrer, alors voir le
l’organisme soient conformes aux droits de gouvernement en train de faire ces choix
la personne au Canada, y compris les va- est important ».
leurs sous-jacentes à la Charte canadienne
des droits et libertés ainsi que d’autres droits
Vers le retrait du statut caritatif ?
», ce qui comprend le droit des femmes à
disposer librement de leur corps. La CLAC appelle désormais le gouver-
nement du Canada à révoquer le sta-
Alors que dans un communiqué de presse tut d’organisme de bienfaisance aux
publié le 11 janvier, la CLAC se félicitait ILLUSTRATION ANDREY GOSSE
groupes anti-avortement. Arthur sou-
« de la mise à jour du règlement d’EÉC », ligne que l’organisation « ne pense pas
la directrice de la coalition, Joyce Ar- que ces groupes devraient avoir accès à
thur, estime qu’il est essentiel « qu’aucun du financement [du gouvernement fédé- Signe de la tension que cristallise ce sujet,
Un sujet sensible sur le campus
groupe contre les droits humains reçoive ral] ». le club étudiant Her Campus U Ottawa,
du financement du gouvernement pour qui veut contribuer à l’émancipation des
À l’automne dernier, une motion visant
affaiblir les droits inscrits dans la Charte Selon elle, ce statut est inapproprié en femmes, a affirmé ne pas pouvoir com-
» et que cela « n’a rien à voir avec inter- à modifier les règlements de la FÉUO,
raison du fait que les organismes de menter la position du groupe sur le sujet.
dire la liberté d’expression ». dont affirmer la position pro-choix de la Plusieurs clubs étudiants plus conserva-
bienfaisance «  sont supposés offrir des
biens publics ». Elle se demande aussi « Fédération, avait semé la controverse et teurs connus pour leur position contre
La Fédération Étudiante de l’Université où est l’avantage d’intérêt collectif dans suscité une forte mobilisation lors de la l’avortement n’ont pas donné suite aux
d’Ottawa (FÉUO) soutient également la diffusion de propagande et d’informa- tenue d’un Conseil d’administration de courriels qui leur ont été adressés à ce
cette décision. La vice-présidente aux tions sur l’avortement ». la FÉUO. sujet.

w w w. l a r o t o n d e .c a
actualités la rotonde numéro 14 5

Élections ontariennes Francophonie canadienne

La Francophonie Ontarienne Une nouvelle politique


au coeur de la campagne d’affirmation du Québec
CHARLEY DUTIL CHARLEY DUTIL

Bien que le ministère des Affaires fran- Lundi dernier, le ministre québé-
cophones ne soit qu’âgé de sept mois, cois responsable des Relations ca-
celui-ci est déjà responsable de plu- nadiennes et de la Francophonie ca-
sieurs grands projets d’envergure tels nadienne, Jean-Marc Fournier, s’est
que l’Université de l’Ontario Français adressé à une salle presque remplie
et Ottawa bilingue. La Rotonde s’est d’une trentaine d’étudiant.e.s et de
professeur.e.s de l’Université d’Ot-
entretenue avec la ministre des Affaires
tawa pour présenter la nouvelle po-
francophones et députée provinciale
litique d’affirmation du Québec et des
d’Ottawa-Orléans, Marie-France La-
relations canadiennes de son gouver-
londe, au sujet de l’état de la franco-
nement.  
phonie ontarienne et de son espoir de PHOTO COURTOISIE PHOTO AYOUB BEN SASSI
ré-élection.
Une « posture québécoise »
grants à s’installer et s’intégrer ici en a commencé par saluer la nouvelle po-
La Rotonde : 2017 a été une très Ontario et au Canada. En général, je litique qu’il considère comme étant
André Lecours, professeur en science
bonne année pour les Franco-on- dirais que 2018 sera plein de petites politique et expert de la politique cana- nécessaire. Il a néanmoins question-
tariens, est-ce que 2018 nous ré- surprises. dienne, explique que c’est le bureau du né Fournier pour savoir si une analyse
serve de nouvelles surprises ? ministre Fournier qui l’a contacté dans scientifique avait été faite sur la manière
LR : Comptez-vous être candidate le cadre de sa tournée des provinces ca- dont le Québec est perçu à l’extérieur
Marie-France Lalonde : Comme de nouveau pour la circonscrip- de ses frontières. « Quand on veut éta-
nadiennes. Cet événement traduit, selon
vous l’avez mentionné, il y a déjà eu plu- blir un dialogue, il faut connaître la per-
tion d’Ottawa-Orléans ? lui, une réelle volonté de la part du mi-
sieurs réalisations, donc on va continuer sonne avec qui on parle et la façon dont
nistre Fournier de « rejoindre les socié-
on est perçu », explique-t-il.
dans les prochains mois. Je vais lancer MFL : Je vais vous donner l’exclusivité tés civiles dans les provinces plutôt que
mon plan bientôt pour créer un proces- puisque je ne l’ai pas annoncé officiel- seulement les gouvernements ».
Le ministre québécois a répondu que
sus de désignation plus efficace pour les lement, mais oui je vais me représenter
cette analyse devra éventuellement être
organismes [de service aux Franco-onta- pour 2018. Au début de la conférence, le ministre
faite et reconnaît qu’il y a une mécon-
riens]. Je crois que ce processus va aider Fournier a tenu à souligner que cette po-
naissance non seulement du Québec,
à rendre les services francophones plus LR : Comptez-vous faire cam- litique d’affirmation du Québec et de re-
mais aussi du Canada dans plusieurs
accessibles aux Franco-ontariens. Je pagne sur le bilan du ministère ou lations canadiennes vient du milieu uni-
provinces du pays. La professeur et spé-
vais aussi faire l’annonce provinciale du plutôt sur ceux du gouvernement versitaire. C’est aussi une politique qui
cialiste des droits linguistiques Linda
Programme d’appui à la francophonie s’inscrit dans le « 150e anniversaire de
Wynne en général ?  Cardinal a également demandé qui se-
ontarienne (PAFO), un nouveau fonds la confédération », affirme-t-il en accen-
ront les interlocuteurs du plan d’action
tuant sur l’importance de donner « une
pour les organismes communautaires MFL : Moi je pense que je vais commen- qui sera mis en place pour mettre en
posture québécoise » à cette célébration,
francophones. J’en profiterai aussi pour cer au niveau local, je représente avec œuvre la politique. Fournier a répondu
surtout étant donné l’absence de signa-
annoncer les organismes gagnants, le beaucoup de plaisir et d’humilité la cir- qu’il y aura des échanges de fonction-
ture de la Constitution canadienne par le
processus d’application avait pris place conscription d’Ottawa-Orléans. Depuis naires, de jeunes et autres, et qu’il y a
Québec.
en septembre. que je suis la députée, il y a eu quand aussi la proposition de créer une Chaire
même de grandes réalisations comme sur le sujet.
Le ministre Fournier a présenté cette po-
LR : Qu’en est-il de l’Université le carrefour de la santé qui avance, la litique comme étant à la fois une lecture
de l’Ontario Français ou de l’im- confirmation des fonds pour que le Pour Dominic Durocher, étudiant au
de l’histoire et une réflexion sur l’avenir
migration francophone ? doctorat en science politique, il était «
O-Train soit juste qu’à Trim en passant commun pour ainsi montrer qu’il est
important de voir les évolutions récentes
par la place Saint-Laurent. Au niveau possible d’être Québécois et d’avoir un
de la position du Québec par rapport
MFL : Dans le cas de l’Université plus politique, je suis très contente de sentiment d’appartenance pour le Cana-
aux relations intergouvernementales
franco-ontarienne, nous sommes en OHIP+ (le programme du gouverne- da. Il souligne en ce sens qu’un sondage ». Il s’agissait aussi d’une bonne occa-
train de finaliser un lieu où l’Univer- ment libéral qui garantit la gratuité des a montré qu’environ 75% des Québécois sion d’interagir avec le ministre. Pour
sité aura ses locaux. Le groupe tech- médicaments au moins de 24 ans) ain- se considèrent à la fois Québécois et Ca- sa part, Nikola Brassard-Dion, candidat
nique est aussi en train de créer un si que du salaire minimum. Selon moi, nadiens. au doctorat en science politique, affirme
Bureau des gouverneurs pour l’Uni- ces deux accomplissements vont gran- qu’il avait déjà lu la politique qui l’avait
versité. Quant à l’immigration, nous dement aider plusieurs gens de ma cir- Quelle perception pour le Québec ? agréablement surpris et qu’il « ne l’avait
avons un forum canadien en mars conscription, qui doivent travailler deux pas du tout vue venir ». La conférence
prochain avec le fédéral et les autres à trois emplois juste pour mettre du pain À la fin de la présentation du ministre lui a donc permis de savoir quel contexte
provinces à Toronto. Nous allons dis- sur la table pour leurs enfants et qui Fournier, un échange soutenu avec avait poussé le ministre à rédiger cette
cuter de comment créer de nouveaux doivent tout de même souvent aller à la l’auditoire a été engagé. Le professeur politique et « qu’est-ce qui a été fait de-
outils pour aider les nouveaux immi- banque alimentaire. de sciences politiques François Rocher puis pour poursuivre ce plan d’action ».

w w w. l a r o t o n d e .c a
6 actualités l laar ro ot to onnd de e l luen dmi a2r2d ij a2n9 vmi earr s2 021081 6

Semaine des clubs

Un délaissement qui perdure


Une situation apparemment loin d’être
Charley Dutil unique. Virginie Cloutier, membre de
la sororité Sigma Phi Oméga, fait sa-
Du 15 au 19 janvier, la Fédération voir que sa sororité avait suivi plusieurs
étudiante de l’Université d’Ottawa étapes pour s’enregistrer comme club,
(FÉUO) a tenu sa semaine des clubs dont l’une d’elles avait été de soumettre
de début de semestre. Pour plusieurs une constitution bilingue, sans succès.
clubs, fraternités et sororités de la Cloutier affirme qu’en dépit de son res-
FÉUO, il s’agit d’une opportunité im- pect de toutes les dates de remise, la per-
portante pour faire la promotion de sonne responsable de l’enregistrement
leur cause ou organisation et de re- des clubs ne leur a « jamais répondu ou
cruter de nouveaux membres. Cepen- appelé ». Selon Cloutier, ceci « fait en
dant, il semblerait que l’événement de sorte qu’ils ne sont parfois pas reconnus
la Fédération étudiante eu été la cause comme un club et [qu’ils] se font sou-
de plusieurs maux de tête au sein de vent voler leurs tables ainsi que leurs lo-
membres des groupes qui avaient sou- caux de réunions ».
haité avoir une table dans le centre
universitaire Jock-Turcot (UCU).
Une opportunité de promotion

Des clubs déçus de la FÉUO Pour plusieurs petits clubs, la semaine Illustration Andrey Gosse
des clubs de la FÉUO est un événement
« Pas très structuré et difficile à contac- d’une importance vitale. Leur survie
ter », c’est ce qu’affirme Kyle Blezard, dépend en effet souvent du recrute- leur plateforme », explique l’une de ses tournure des choses », a-t-elle ajouté au
membre de la fraternité Sigma Chi, à ment qu’ils sont en mesure d’effectuer membres, Danielle Kydd. sujet de l’organisation de l’événement.
propos de la FÉUO et de sa gestion des durant cette période. Pour Kristen Joo, Quant à elle, Joo affirme « qu’après une
tables et des locaux à l’occasion de la présidente du club Liberté en Corée du Cette dernière souligne n’avoir rencon- simple recherche sur Google et un coup
semaine des clubs. Blezard ajoute que Nord, confirme qu’il «  s’agit d’une très tré aucun problème avec la FÉUO et
de fil j’ai su comment enregistrer mon
sa fraternité « n’a presque pas de rela- belle opportunité de faire la promotion explique « qu’une fois que nous nous
tions » avec la FÉUO, car, selon lui, la sommes inscrits en tant que groupe en club et que cela n’a pas été difficile ».
de notre cause ». Pour d’autres clubs,
Fédération ne serait pas « exactement comme celui représentant les néo-démo- septembre, nous avons reçu nos droits à La FÉUO n’a quant à elle pas souhaiter
en amour avec [sa] fraternité ». crates de l’Université d’Ottawa, « il s’agit une table ». « Malgré le fait qu’il ait beau- donner suite aux questions qui lui ont
d’une opportunité d’informer les gens de coup d’étapes, je suis satisfaite avec la été adressées à ce sujet.

Décès d’un étudiant Clinique de santé de l’U d’O


Le campus en deuil Plainte pour agression sexuelle
et a fait savoir que pour des raisons de Service de santé de l’Université d’Ottawa
Charley dutil Nicolas Hubert
confidentialité, l’Université ne fourni- (SSUO) pour s’assurer que le médecin en
C’est avec tristesse que les élèves de l’Uni- rait pas plus d’informations à ce sujet.  Le docteur Vincent Nadon, officiant au question ne pratiquait plus aux cliniques
versité d’Ottawa (U d’O) ont pris connais- sein de la Clinique de service de santé de du SSUO ».
Au sein de son communiqué, le recteur
sance mercredi dernier du décès d’un dès l’Université d’Ottawa située au 316 rue
de l’Université a également tenu a rap-
leurs via un communiqué du bureau du
peler aux étudiantes et étudiants ainsi Rideau, a été arrêté le 18 janvier par le De même, Duval précise que le SSUO
recteur de l’Université, Jacques Frémont,
qu’aux employé.e.s de l’U d’O que de Service de police d’Ottawa (SPO) suite à la demeure un fournisseur de service indé-
envoyé à l’ensemble des membres de la
nombreuses ressources sont mobili- plainte d’une de ses patientes, âgée d’une
communauté universitaire. Selon les in- pendant de l’Université et que par consé-
sées sur le campus afin de soutenir qui-
formations parvenues à La Rotonde, l’étu- vingtaine d’années, qui le soupçonne de quent Nadon n’est pas un de ses em-
conque éprouverait un « besoin de sou-
diant aurait perdu la vie en fin de matinée l’avoir filmée à son insu au cours de la ployés. Elle n’est également pas certaine
tien en ces moments difficiles ».
dans la résidence étudiante Brooks. consultation.   si la victime de l’agression présumée est
Plusieurs rumeurs se sont rapidement une étudiante de l’U d’O.
Néomie Duval, Gestionnaire des re- propagées et ont évoqué l’éventuali- Interrogée à ce sujet, la Gestionnaire de
lations médias de l’U d’O, a fait savoir té d’un geste volontaire de la part de
que l’administration de l’Université est relation avec les médias de l’Université Nadon devrait comparaitre devant la
l’étudiant. Si aucune source n’est en
« profondément attristée par ce décès d’Ottawa (U d’O), Néomie Duval a sou- justice le lundi 22 janvier. La Section
mesure de l’infirmer ou de le confirmer,
tragique et malheureux survenu sur ces rumeurs font un large écho au triste ligné que « la santé et sécurité de nos des agressions sexuelles et de la violence
notre campus ». L’U d’O tient également incident survenu sur le campus univer- étudiants, nos professeurs et nos em- faite aux enfants du SPO, qui s’occupe de
à « offrir ses plus sincères condoléances sitaire au cours de la session d’hiver ployés de soutien sont primordiales » et l’enquête, craint que d’autres personnes
à la famille ». précédente. Alors que cette semaine
demeure la priorité de l’U d’O. puissent avoir été victimes du même
s’ouvre avec la semaine du Bien-être,
Duval a également insisté sur l’impor- procédé et appelle toute personne possé-
la communauté universitaire demeure
tance de respecter le deuil et l’intimité profondément attristée et marquée par Duval fait également savoir que l’U d’O dant des soupçons ou informations sup-
des proches et de la famille de l’étudiant ces événements. a « immédiatement communiqué avec le plémentaires à les contacter.

w w w. l a r o t o n d e .c a
actualités la rotonde numéro 14 7

Les visages de l’université d’ottawa

Jocelyn Leblanc, défenseur Elsa Lalonde, un combat pour


de la Francophonie Ontarienne l’accessibilité
OCÉANE LEMASLE OCÉANE LEMASLE
Co-président du Regroupement Étu- Étudiante en 3ème année en sciences
diant Franco-ontarien (RÉFO), étu- sociales à l’Université d’Ottawa (U
diant en 3ème année d’administra- d’O), Elsa Lalonde s’engage à travers
tion publique à l’Université d’Ottawa, la revendication des droits de chacun
Jocelyn Leblanc est passionné par dans l’accès à l’éducation pour tous.
l’éducation, la justice et la culture En plus d’étudier à temps plein, elle
franco-ontarienne. C’est cette culture travaille au sein du gouvernement fé-
qu’il souhaite défendre au sein des déral et est bénévole pour différentes
universités ontariennes, qui, selon lui, associations. Lalonde a également
ne représentent pas à sa juste mesure reçu plusieurs reconnaissances qui
la Francophonie Ontarienne. soulignent sa grande contribution à la
cause de l’accessibilité.
lieu où les francophones de l’Ontario le comité d’accessibilité de la FÉUO à
Leblanc, originaire d’Acadie, a voulu dé-
se sentent bienvenu.e.s et à l’aise », ex- plusieurs reprises en octobre, mais de-
couvrir la culture franco-ontarienne et « Je suis juste une étudiante qui veut
plique-t-il tout en appelant l’U d’O à meure sans réponse.
vivre une expérience bilingue en venant avoir son éducation, comme tout le
admettre son inefficacité et à appuyer la
étudier à l’Université d’Ottawa (U d’O). monde, pour atteindre ses buts », ex-
création d’une université franco-onta- Ce n’est cependant pas les alternatives
Il intègre le RÉFO dès son arrivée dans plique Lalonde, qui ne veut pas créer de
rienne possédant un mandat provincial d’implication qui lui manquent : Lalonde
la capitale et s’y voit élu co-président en conflits, mais veut seulement permettre
en Ontario. travaille également pour le gouverne-
2017. Il se dit déçu dès son premier jour à chaque étudiant.e d’accéder sans
ment au sein du Bureau de la condition
à la vue d’une semaine d’accueil organi- contraintes à tous les services qu’offre
sée uniquement en anglais : « j’avais le
Des résultats encourageants des personnes handicapées. Elle y étudie
l’U d’O. Ce sont des cours auxquels
les lois canadiennes d’accessibilité, et se
choix, soit parler français ou soit avoir elle n’a pas pu participer, des salles de
Leblanc reste cependant optimiste et projette au sein d’un tel milieu de travail
des amis  », confie-t-il en soulignant classe qui ne lui étaient pas accessibles
insiste sur les nombreuses avancées en- après ses études. Volontaire et détermi-
son ressenti d’avoir dû choisir entre sa en raison de son fauteuil roulant et des
courageantes annoncées depuis le début née, elle est bénévole au sein de la Fon-
culture et sa vie sociale. équipes sportives qu’elle ne pouvait pas
de l’année, dont la création de l’Univer- dation Bon Départ et intervient dans les
rejoindre qui l’ont poussé à agir.
sité de l’Ontario français à Toronto, l’of- écoles sur le sujet de l’inclusion en tant
« Les francophones doivent se sou-
ficialisation du statut bilingue de la ville qu’ambassadrice de la Fondation Rick
mettre  », affirme-t-il en ajoutant qu’ils Cette action, elle consiste à tenter d’im-
d’Ottawa et le transfert de la gestion du Hansen. Elle développe également un
et elles sont « victimes d’intimidation ». pliquer davantage l’Université dans l’in-
Centre Jules-Léger aux conseils sco- projet personnel dans la municipalité
Ce qu’espère Leblanc, c’est que la majo- clusion et l’accès égalitaire à l’éducation
laires de langue française. Leblanc ai- de Clarence-Rockland : la création d’un
rité dominante, les anglophones, recon- pour les personnes handicapées. Elle a
merait néanmoins voir s’étendre le pro- parc de jeux accessible à tous.
naisse et rejoigne la minorité dans ses d’ailleurs entamé une poursuite légale
jet de l’Université de l’Ontario français
efforts d’utilisation de la langue domi- contre l’U d’O, processus lent et chrono-
à d’autres villes, telles qu’Ottawa qui
nante. phage, mais qui, elle espère, sera béné- Reconnaissance méritée 
n’abrite actuellement aucun établisse-
fique sur le long terme.
ment universitaire uniquement franco-
« Arrêter de nier le problème » En octobre dernier, le prix du Dr. John
phone. Dans ce cadre, le RÉFO milite en
Plusieurs implications Davis Burton lui a été accordé en rai-
étroite collaboration avec la Fédération
Leblanc est également particulièrement des Jeunesses franco-ontariennes (FES- son de ses engagements multiples pour
critique envers le rôle de l’U d’O, une FO) et l’Assemblée de la francophonie Lalonde souligne la complexité pour l’accessibilité ainsi que le titre de Per-
institution se revendiquant bilingue et de l’Ontario (AFO). l’Université d’adapter ses services pour sonnalité de la semaine par Le Droit et
biculturelle. Elle doit « arrêter de nier les personnes à mobilité réduite sans Radio-Canada. Lalonde, surprise par ces
le problème », affirme-t-il entre autres, Leblanc estime tout de même que les la participation d’acteurs directement prix, se dit heureuse de constater que
mentionnant qu’une partie importante Franco-ontarien.ne.s sont sur la bonne concernés dans la discussion: « [à ma d’autres personnes supportent les va-
des cours enseignés en français reposent voie. Son engagement pour « servir les compréhension], il n’y a pas d’employé leurs qu’elle défend en matière d’éduca-
en fait sur des ressources et lectures an- Franco-ontariens d’abord », comme il du Service d’accès [de l’Université tion et d’inclusion scolaire. Cependant,
glophones. l’explique, perdurera jusqu’à ce qu’il re- (SASS)] ou du Centre de la Fédération son engagement ne s’arrête pas là et
joigne le Collège militaire royal du Ca- étudiante de l’U d’O (FÉUO) pour les s’inscrit dans le long terme : elle souligne
« Si l’Université d’Ottawa tient à être nada à Kingston, institut bilingue qui lui étudiants avec handicaps, qui eux- que de bons systèmes existent déjà dans
reconnue comme une institution fran- permettra d’atteindre son but : devenir mêmes ont un handicap », explique- d’autres établissements que l’U d’O de-
co-ontarienne, elle se doit d’être un avocat militaire. t-elle. Elle a d’ailleurs tenté de joindre vrait prendre pour modèle.

w w w. l a r o t o n d e .c a
8 actualités l laar ro ot to onnd de e l luen dmi a2r2d ij a2n9 vmi earr s2 021081 6

Trois questions pour comprendre  par Nicolas Hubert


La Parenthèse
La crise électorale en RD CONGO française
Chaque semaine, La Rotonde inter-
NICOLAS HUBERT
Yvon Muya Cimanga roge un des 1200 professeurs de l’U
d’O sur un sujet d’actualité. L’occasion
CATALOGNE – Puigdemont veut
pour vous d’en apprendre davantage,
et pourquoi pas, de briller dans les présider depuis Bruxelles. C’est
Candidat au doctorat, École d’Études Politiques de
soupers de famille et autres lieux propices ce qu’a proposé l’ancien président
l’Université d’Ottawa aux débats. du parlement catalan en exil en
Belgique tout en précisant qu’en

1
tant que membre du Parlement ca-
Pourquoi parle-t-on de crise électorale en RDC ? talan, il serait légalement éligible à
La RDC traverse une crise politique aiguë à la suite de l’absence des élections depuis la fin du second mandat du
la tête du nouveau gouvernement
président actuel, Joseph Kabila, le 20 décembre 2016. Alors que la constitution lui interdit de briguer un nou- indépendantiste. Carles Puigde-
veau mandat, Kabila a multiplié des subterfuges pour rester à la tête du pays. Le président a obtenu un sursis lui mont est toujours poursuivi par la
permettant de rester en poste un an de plus. En contrepartie, il devait garantir l’organisation des élections en justice espagnole pour l’organisa-
2017. Alors qu’un nouveau calendrier fixe les élections finalement au 23 décembre 2018, rien ne garantit que ces tion du référendum d’autodéter-
scrutins se tiendront. mination du 1er octobre 2017.

2
Quels sont les principaux acteurs impliqués dans la mobilisation actuelle ?
Depuis la mort de l’opposant historique Étienne Tshisekedi en février 2017, la coalition de l’opposition qu’il SÉNÉGAL – 16 personnes écrouées
dirigeait, divisée, s’est beaucoup affaiblie et ne parvient pas à mobiliser. Présentement, le pouvoir fait face à pour assassinat et participation à
l’Église Catholique, confession religieuse la mieux implantée dans le pays. À travers un Comité de coordination, un mouvement insurrectionnel le 19
une structure laïque regroupant des universitaires et membres de la société civile, l’Église catholique a réussi à janvier, suite à l’arrestation de 22 per-
rééquilibrer les rapports de forces par sa capacité de mobilisation. sonnes suspectées d’être impliquées
dans l’attaque du 6 janvier qui a fait 14
Quels pourraient être les risques pour la stabilité de la RDC ? morts en Casamance.

3 Le pays court un gros risque de replonger dans une grave instabilité qui pourrait affecter toute la région.
L’économie du pays, majoritairement basée sur l’exportation du cuivre, a été fortement affectée par les chutes
des matières premières. Mais le plus inquiétant, c’est l’aide au développement des institutions financières
internationales et de partenaires bilatérales comme l’Union européenne, qui risque d’être coupée. Plusieurs
experts redoutent un conflit violent, voire le retour d’une guerre civile, si Joseph Kabila demeurait dans sa
logique de rester au pouvoir en dehors de tout cadre constitutionnel.
ÉGYPTE – Le président Abdel Fat-
tah Al-Sissi briguera un second
mandat. Sa participation à l’élec-
tion présidentielle égyptienne,
prévue entre 26 mars et le 26 avril
2018, a été annoncée lors d’un dis-
cours télévisé le 19 janvier. Ancien
général de l’armée égyptienne,
Al-Sisi a été élu président en mai
Revue de presse par Mathieu Tovar-Poitras 2014 avec 97 % des voix suite au
renversement, par l’armée, du pré-
sident Mohamed Morsi.
Des directeurs de l’Union étudiante démissionnent
The Gateway, Université de l’Alberta
pologne – Vers une criminalisa-
Plusieurs directeurs de l’Union étudiante de l’Université d’Alberta ont quitté leur fonction depuis le mois de novembre tion de l’avortement ? Alors que
citant, entre autres, que l’organisation faisait défaut du principe démocratique. Selon certains d’entre eux, les directeurs les droits à l’avortement demeurent
sont relativement inutiles, car l’Union étudiante répondrait d’abord aux projets des membres de l’exécutif et qu’il arrive très restreints en Pologne, le parti
assez souvent que des initiatives proposées passent sans vote de l’Union au complet. L’Union consiste de 32 membres élus ultraconservateur au pouvoir, Droit
représentant les différentes facultés de l’Université. et Justice (PiS), ne cesse ses tenta-
tives pour faire interdire l’Interrup-
tion Volontaire de Grossesse. Le 17
L’UPK prévoit être une université sans fumée en 2018 janvier, une marche d’opposition
The Runner, Université Polytechnique Kwantlen contre la criminalisation de l’avor-
tement a peiné à réunir le millier de
L’administration de l’UPK a annoncé en septembre son intention de rendre l’Université un endroit sans fumée, incluant les personnes à Varsovie.
vaporisateurs et la fumée dans les véhicules stationnés sur le campus. Ayant été d’abord introduit sur le blogue des politiques
de l’Université, un groupe d’action a été mis en place pour évaluer la situation pendant deux ans. Le président de l’Association
étudiante a toutefois fait savoir qu’il s’assurerait que les personnes fumant du cannabis à des fins médicales ne seraient pas Togo – La médiation guinéenne
affectées par le règlement. propose une rencontre entre
l’opposition et le gouvernement
pour essayer de sortir de la crise qui
paralyse le pays depuis août 2017.
L’opposition togolaise attend néan-
Les frais coop augmentent de 323$ à 600$ moins que le gouvernement libère
The Muse, Université Memorial l’ensemble des personnes arrêtées
au cours des manifestations de ces
Depuis environ 20 ans, les frais associés aux stages du programme coop de l’Université Memorial étaient de 323$. Cela
changera en automne 2018 lorsque ceux-ci augmenteront à 600$, dû aux ressources limitées de l’Université pour main- derniers mois ainsi que la levée de
tenir le prix bas. L’Association étudiante de l’Université Memorial (AÉUM) a toutefois fait connaître sa désapprobation l’interdiction de manifester dans
face au changement et indique que les étudiant.e.s ne devraient pas payer plus afin de palier à l’irresponsabilité fiscale de certaines villes du pays.
l’administration de l’Université.

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

Arts et culture Gabrielle Lemire


culture@larotonde.ca
Cheffe de pupitre

Théâtre français du CNA

Partition scénique poétique du dire de Di


lecture, cette dernière était sous le
GABRIELLE LEMIRE charme. Outre ce besoin d’incarner Di,
elle affirme qu’elle a « trippé sur le texte,
Certaines formules, employées à un
ça [lui] a tout de suite collé à la peau ».
moment propice, ne peuvent qu’être
Le metteur en scène abonde en ce sens
gagnantes. C’est le cas du trio Ouel-
en indiquant sa réaction initiale face à la
lette-Beddows-Fontaine qui prendra
pièce : « Il y avait d’abord une réaction
d’assaut le théâtre français du Centre
viscérale d’identification personnelle.
national des Arts le 31 janvier prochain
Il y a quelque chose dans ce récit que je
au Studio Azrieli. À partir du texte de
reconnaissais », confie-t-il. Cette réalité
Michel Ouellette Le dire de Di, le met-
du nord de l’Ontario n’est pas inconnue
teur en scène Joël Beddows façonne un
pour Beddows. Celui-ci évoque notam-
univers scénique, mais surtout poétique
ment les familles hétéroclites et les mai-
que la comédienne Marie-Ève Fontaine
sons caractéristiques de ce coin de pays,
habitera de sa présence. La Rotonde
qui peuplent l’univers de Di.
vous présente donc ce bijou du théâtre
franco-ontarien en anticipant son arrivée Cet univers est avant tout linguistique.
dans la capitale. Beddows explique que « pour porter
ces idées, Ouellette propose un univers
Michel Ouellette est un écrivain origi-
où la parole équivaut à la mémoire, un
naire de Smooth Rock en Ontario. Le monde où la sonorité des mots est tout
dire de Di prend place justement dans le aussi importante que leur sens ». L’écri-
nord de l’Ontario, où Di raconte son his- vain s’amuse à explorer les mots et leur
toire parsemée de divers personnages in- signification en toute minutie avec Le
PHOTOJOËL BEDDOWS
carnés à travers elle. Même si la scène ne dire de Di. Cette minutie caractéristique
sera occupée que par une comédienne, provoque un grand respect pour l’auteur
l’auteur affirme que la pièce n’est pas nôtre. Elle aborde les sujets tabous d’un le potentiel d’être joué par une femme chez le metteur en scène, qui trouve tou-
un monologue, mais bien un dialogue : angle complètement libre, naturel. « Elle de n’importe quel âge. Pour le metteur jours la réponse à ses questions en dé-
« Dialogue, ça veut dire parler à travers. n’a pas été contaminée par le monde en scène Joël Beddows, « elle est parole. cortiquant le texte davantage.
C’est une voix qui apparaît, un corps qui extérieur. Elle n’utilise pas du tout les Elle est la mise en corps d’une parole. »
est saisi par un personnage. C’est une ex- mêmes mots que moi, parce que j’ai vécu Ce respect est caractéristique de la re-
périence physique et poétique ». en société », avance la comédienne Ma- La comédienne est en fait la quatrième à lation de mentorat avec Beddows, dont
rie-Ève Fontaine, qui prêtera sa voix à prêter sa voix à Di, suite à trois lectures Fontaine a pu bénéficier à l’université.
L’exploration de cette forme théâtrale Di. « Toutes ses réflexions, tout ce qu’elle par trois femmes différentes. Elle occupe- Malgré ses connaissances limitées en
dans Le dire de Di n’a pas été le premier partage est vraiment authentique », ex- ra la scène en solo le 31 janvier, une pre- théâtre, celui-ci avait tout de suite com-
choix de Ouellette. Celui-ci explique que plique la comédienne. mière pour sa carrière. La fébrilité d’être pris le potentiel de l’étudiante. Ce par-
le personnage de Di insistait depuis un seule sur scène est accompagnée du stress tenariat entre les deux artistes les a me-
certain temps et qu’il fallait le laisser Le personnage de 16 ans tente de s’ac- de cette responsabilité. « Je veux faire nés à monter la pièce La fille d’argile en
parler. crocher à un présent, à un statu quo qui honneur au texte et à tous les éléments 2016, elle aussi issue de l’imaginaire de
n’existe pas pour elle dans l’avenir. Se- qui vont s’y ajouter », explique-t-elle. Michel Ouellette.
Rencontre avec Di lon l’auteur, l’adolescente incarne la ré-
volte, le refus d’habiter dans un monde Une équipe gagnante La pièce Le dire de Di sera présentée
Di est une jeune fille qui vit dans un uni- évolutif. Malgré le personnage fort, les au Studio Azrieli le mercredi 31 jan-
vers à l’abri du monde extérieur. Sans thèmes qu’elle aborde et sa manière de Un halo semble entourer le texte vier prochain à 20h30, précédée d’une
idées préconçues ni influences de la so- donner vie aux autres personnages de de Ouellette par sa résonance chez table ronde réunissant Michel Ouel-
ciété, celle-ci a un langage différent du son histoire font d’elle un rôle qui aurait Beddows et Fontaine. Dès la première lette et Joël Beddows vers 18h30.

lA ROTONDE EST À LA RECHERCHE DE BÉNÉVOLES. eNVOYEZ


VOS CANDIDATURES À BENEVOLAT@LAROTONDE.CA
w w w. l a r o t o n d e .c a
10 A R T S e t C U LT U R E l a lrao troont do en d e L ulned mi 2a2r dj ia 2n 9v i me ra2r0s1 28 0 1 6

Bulle de danse

Démystification de la danse en Ontario français


une vidéo. Avouant que les vidéos sont un Danser en français
ADÈLE DEMERS bon moyen de reconnaissance, il n’y a rien
qui se compare à une vraie prestation. Il y a longtemps, Mme Bouchard n’arrivait
À la Salle académique de l’Université d’Ot-
tawa, BoucharDanse, Ottawa Dance Di- pas à savoir si le fait d’être francophone
Leur troisième participation à cet événe- jouait un rôle dans sa démarche artistique
rective (ODD) et CORPUS se sont réunis
ment est appuyée, pour la première fois, et sa façon de travailler. « On s’est tou-
le 17 janvier dernier pour présenter leurs
par le format des vitrines, à savoir une fe- jours fait dire que la danse ne porte pas
numéros bien anticipés. La Rotonde a fait
nêtre de vingt minutes pour présenter son d’importance à la langue qu’on parle »,
l’heureuse rencontre de Sylvie Bouchard,
spectacle. Pour l’instant, « c’est la meil- explique-t-elle. Même si c’est un art qui ne
la directrice artistique de la compagnie
leure solution », dit-elle avec gratitude, car nécessite pas de langue pour faire passer
BoucharDanse basée à Toronto. les émotions, aujourd’hui BoucharDanse
les vitrines sont abordables.
veut se démarquer non seulement comme
Ces producteurs, dotés d’artistes aux ta- compagnie de danse couronnée de succès,
Les défis monétaires s’empilent aussi aux
lents multiples, se préparaient en vue d’un mais une compagnie de danse franco-
défis de vendre des spectacles qui ren-
premier show en direct de danse théâtrale phone. « Ma compagnie s’attache de plus
contrent l’intérêt des publics. « Ça devient
dans le cadre du programme Contact On- en plus [à la francophonie], car on ouvre
difficile pour la danse contemporaine de
tarois. Devant plusieurs diffuseurs en beaucoup de portes, et je veux continuer à
passer entre un chanteur et un humoriste »,
quête de spectacles musicaux, théâtraux et faire ça parce que ça me fait du bien », dit-
avance Martin Arseneau, directeur général
de danse, ils espèrent, cette année, enrichir de Réseau Ontario, l’organisme culturel qui elle le sourire aux lèvres.
les futures programmations culturelles de chapeaute Contact Ontarois chaque année.
l’Ontario français. Histoire d’amour
Afin d’exposer en un coup la danse PHOTO JOSEPH MICHAEL
En quête d’une solution contemporaine, cet organisme a créé la BoucharDanse réserve au public une pièce
« bulle de danse ». BoucharDanse essaie qui reflète l’amour d’un couple réincarné En tournée commençant le 22 mars 2018
Selon Bouchard, une participation à alors de relever ce défi en incorporant un en six époques différentes. Ce duo im- à Kingston et plus tard à Hearst et à Ot-
Contact Ontarois est toujours venue avec acteur (Vincent Leblanc-Beaudoin) sur plique Mme Bouchard et Brendon Wyatt, tawa, cette pièce créée en 2012 saura sé-
certaines limites. Le format « intégral » la scène pour lier l’histoire de leur cho- qui se rencontrent à travers les âges. Ces duire toutes les générations, surtout que
des spectacles, c’est-à-dire une pleine ré- régraphie et l’intérêt de la foule, qui vi- âmes sœurs interprètent six chorégra- l’amour est inhérent à tous. Un voyage de
alisation d’une pièce artistique, est trop sionnent plus rarement un spectacle de phies, fruits d’une créativité unique aux six danse et d’émotions, BoucharDanse ne
coûteux. Ses options de participation ont ce type. personnes qui leur ont donné vie. cesse d’agrandir sa palette artistique de-
donc toujours été soit une intégrale, soit puis 2009.

A Romantic Self-destruction

La beauté de cire de la condition humaine


GABRIELLE LEMIRE « Le bitume, au niveau sociétal, ça re-
présente notre dépendance au pétrole,
Un détour à la Galerie d’art Atrium au
Théâtre Centrepointe permet de décou- une substance toxique », affirme Blais.
vrir l’exposition A Romantic Self-Des- Pour elle, la substance est aussi utile
truction de l’artiste multidisciplinaire que nocive, ce qui apporte un paradoxe
Christine Blais. La galerie sera occupée dans ses oeuvres qui font écho au titre
par les oeuvres de Blais jusqu’au 7 février de l’exposition (Une auto-destruction
prochain pour l’amateur d’art et de re- romantique). Outre ce paradoxe, Blais
mises en question profondes. La Rotonde affirme qu’on peut aussi retrouver des
a eu la chance de s’entretenir avec l’artiste contradictions dans l’existence humaine.
Christine Blais. L’artiste réussit à exprimer, à l’aide des
pigments incorporés à la cire, des images PHOTO COURTOISIE
contradictoires passant d’un sentiment
Un processus intriguant de dépression à une innocence pure.
est partie à Kingston où elle a fait du quelque chose de plus interactif, d’avoir
Pour créer des oeuvres aux multiples photojournalisme et des études ciné- une expérience plus physique avec l’art,
Elle est fascinée par la capacité de l’ar-
couches de transparence, Christine Blais matographiques à l’Université Queen’s. qui englobe plus le spectateur ». Sans
tiste à capter un moment dynamique au
priorise la cire d’abeille claire. En faisant
niveau du langage corporel et tente de Avec une maîtrise dans ce domaine à toucher à la sculpture, Blais se dit inté-
fondre la cire et en régulant les différentes
livrer ce dynamisme à travers la cire, un l’Université Carleton, elle poursuit ses ressée par la tridimensionnalité de ses
températures, elle réussit à donner un as-
médium qui « évoque la peau humaine : études à l’École d’arts d’Ottawa. C’est ce oeuvres, d’où l’attrait que représente la
pect translucide à ses tableaux texturés.
Les pigments incorporés à la cire doivent porteuse d’égratignures et de cicatrices, parcours qui lui permet d’entrer dans un cire et le bitume pour elle. Elle souhaite
être à base d’huile et non à base d’eau elle montre toute l’imperfection de la processus créatif et d’introspection ri- donc pousser plus loin la troisième di-
pour adhérer à celle-ci. « C’est comme de condition humaine ». goureuse caractéristique de son travail. mension à l’aide de l’audiovisuel.
l’argile. C’est malléable, c’est quasiment
de la sculpture », explique Blais. Elle tra- Sur l’artiste À l’avenir, elle souhaite concevoir une L’exposition A Romantic Self-destruc-
vaille aussi avec du bitume pour ajouter installation audiovisuelle plus immer- tion sera affichée jusqu’au 7 février à la
un pigment brun foncé à la cire. Originaire de Gatineau, Christine Blais sive pour le spectateur. « J’aime l’idée de galerie Atrium du Théâtre Centrepointe.

w w w. l a r o t o n d e .c a
A R T S e t C U LT U R E la rotonde numéro 14 11

chronique

Initiation au monde de la cybermuséologie  


STÉPHANIE BACHER Musée virtuel du canada
Ouvert depuis 2001, le Musée virtuel du
La cybermuséologie, au croisement de
Canada présente une grande variété de
l’art muséal et du monde virtuel, gagne
collections et d’expositions. Les exposi-
de plus en plus en popularité, même si
tions virtuelles portent sur une variété de
elle existe déjà depuis plusieurs décen- sujets, de l’art à la culture en passant par
nies. les sciences et l’histoire.

L’émergence de la cybermuséologie ne « Histoire et société canadienne : Sous


date pas d’hier. En effet, selon Youri l’angle du sport » : organisée dans le cadre
Chartrand, étudiant aux cycles supérieurs du 150e anniversaire du Canada, cette ex-
en sciences de l’information à l’UQAM, « position explore comment le sport a in-
les origines de l’art numérique et de la cy- fluencé l’histoire et la société canadienne
bertechnologie doivent être arrivées à peu depuis la constitution du pays.
près en même temps que les NTIC [Nou-
velles Technologies de l’Information et de « Manger ensemble ! » : cette exposition
la Communication] ».    virtuelle permet de découvrir des ali-
ments et recettes cuisinés dans les quatre
Quelle est la valeur ajoutée de la cyber- coins du pays. 
muséologie ? Pour Paquette, « c’est beau- ILLUSTRATION ANDREY GOSSE
coup plus simple de s’informer et d’avoir
les caractéristiques d’un objet. Tu n’as pas
Le Musée de l’Holocauste de Montréal
besoin d’avoir accès à des catalogues très comprend plusieurs expositions en plus
Ce musée montréalais offre deux exposi- Le International Museum of Women
spécifiques de certaines expositions, qu’il de curriculums éducatifs pour les écoles.
tions virtuelles : une première pour com-
faudrait que tu commandes ». Chartrand prendre, questionner et prévenir le gé- L’exposition en ligne « Muslima », qui
renchérit en affirmant que « c’est une nou- nocide et une seconde qui comprend des Ce musée, qui fait maintenant partie du présente l’art et les histoires de femmes
velle source de création et une plateforme récits de vie sur l’Holocauste. Parce que Fonds Mondial pour les Femmes, couvre musulmanes à travers le monde, en vaut
de diffusion très large ». l’Histoire est toujours d’actualité ! divers thèmes liés aux femmes. Le musée le détour.

Calendrier culturel Du 22 au 28 janvier 2018

Lundi Mardi Mercredi Jeudi vendredi Samedi Dimanche

Soirée salsa Assemblée publique Atelier dessin SIMULATION Luminescence par Néo Projecteur Art Waves
annuelle PARLEMENTAIRE Yoga contemporain
18h-23h 11h30-13h 21h-2h30
16h-17h15 8H-17H 19h 14h-15h
Mill St. Brew Pub Conseil des arts du Bibliothèque Morisset Overkill
Canada PARLEMENT DU CANADA L’Avant-première Musée des Beaux-Arts

Les lundis Art Battle Return of the funk Le mariage de Figaro Cédrik St-Onge Atelier de masques ÉCHAMGES DE LIVRES
Juste pour rire
19h-23h 21h-00h 19h30 20h30 9h-17h 20H-23H
20h-22h
Vimy Brewing Company Centre des Arts Saint Centre national des arts On Scene Fx Citizen
Salle Odyssée
Bar Avant-Garde Brigid’s

Open Mic Blue Monday Lancement Mois de Thursday Night Live Raquette sous les étoiles Story behind the Song Ouverture Brasserie du
l’histoire des Noirs Bas-Canada
21h-00 20h30-23h30 21h-1h00 19h-21h 19h-22h
17h-19h 18h-21h30
Café Nostalgica Site Historique Pinhey Art House Café
Kat & Kraken Maison du Citoyen
Château Lafayette Brasserie du Bas-Canada

Légende:
festivals cinéma théatre arts visuels musique ateliers divers

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

sports et bien-être Slim Essid


sports@larotonde.ca
Chef de pupitre

PHOTO ARCHIVES

Baketball féminin

Les Gee-Gees sur leur lancée


couragements se faisaient déjà sentir namisme, témoignant d’une condition en cette soirée avec 17 points, soit
SLIM ESSID et l’ambiance se développait peu à peu. physique hors pair de la troupe d’Andy presque le tiers du total des Gee-Gees.
Une ambiance qui finalement, se révè- Sparks. Le premier quart a d’ailleurs Celles-ci se sont donc réveillées et ont
Ce vendredi 19 janvier 2018, l’équipe lera être le joueur en plus sur le terrain. fait l’objet d’une domination écrasante pris les devants 36-29 juste avant la mi-
de basketball féminine des Gee-Gees des Gee-Gees, qui ont pris une avance temps. De quoi tranquilliser les esprits
était attendue au tournant après six Du côté de l’équipe, Rose-Ann Jolly, 6 points et 0 encaissé avec à peine 7 mi- durant la pause.
victoires consécutives et une constance l’assistante-entraineur de l’équipe, a nutes jouées. Les Lakers ont, en effet,
de prestation retrouvée. La rencontre déclarée : « ce vendredi, Nipissing n’ont marqué leur premier point que vers la Le 3ème et 4ème quart ont démontré
avec les Lakers de Nipissing, toujours pas démontré un niveau élevé de bas- moitié du premier quart! une capacité des Gee-Gees de gérer leur
au Pavillon Montpetit, s’annonçait ket-ball depuis le début de la saison, victoire, peut-être à tort pour certains,
comme une opportunité en or vu que par contre ce n’est pas une raison pour Le côté positif était aussi et surtout la car cela a laissé les Lakers dans la par-
lors des neuf matchs précédents, elles les prendre pour acquis. On est sur une capacité des Gee-Gees de s’adapter à tie. Ceci s’est surtout ressenti au dernier
n’avaient enregistré qu’une maigre super belle montée depuis le retour des l’adversaire, car à chaque fois que les quart, où la gestion commençait à de-
victoire. fêtes et on veut continuer à monter la Lakers reprenaient des forces, notre venir légèrement risquée. Le jeu n’était
  côte. L’objectif est de garder la même Gris et Grenat rehaussait le rythme. Ceci plus fluide, il y avait des visages fatigués
Pour ce match des Gee-Gees, la salle intensité et d’augmenter notre moyenne a été tout simplement un scénario vu et la domination physique du début de
était assez bien remplie. Force est de de points à l’attaque ». et revu pendant tout le long du match, match diminuée.
constater qu’avec autant de belles pres- où les adversaires du jour sont restés à
tations, et surtout couronnées par des L’objectif était donc non seulement courir après le score… ou presque. Au final, la victoire était bien méritée,
victoires, l’intérêt grandit chez les par- centré sur la victoire, bien évidemment, surtout en vue des efforts fournis dans
tisans. Le fait notable était surtout la mais aussi sur la qualité de la presta- Une remontée nécessaire les parties précédentes. Résultat final :
tranche d’âge, allant de jeunes adultes, tion. 62-50.
aux plus âgés. La beauté de ce genre de Les Lakers de Nipissing se sont bel
phénomène reste toujours le point de Une première partie déjà vue et bien rattrapés durant la moitié du Les Gee-Gees sont désormais 3ème au
convergence, le point commun : pous- match, et ont réussi à égaliser le ré- classement, et auront des matchs dif-
ser leur équipe à la victoire. Ces dernières rencontres ont tous, à sultat 29-29. À sonner le réveil pour ficiles à jouer, en déplacement contre
quelques exceptions près, montré le les joueuses ottaviennes, était Amélie Ryerson et Toronto, et à domicile pour
Avant même le coup de sifflet, les en- même début de match. Intensité, dy- Hachey, meilleure buteuse de l’équipe le derby face à Carleton.

w w w. l a r o t o n d e .c a
Sports et Bien-être la rotonde numéro 14 13

Graham Hunt, de Concord à Ottawa

« Le hockey canadien est plus réflechi »


DANIEL BIRRU
Graham Hunt, étudiant dans le pro-
gramme de management, en est à sa
deuxième saison à titre de gardien de
but partant dans l’équipe de hockey des
Gee-Gees. Comment s’est-il retrouvé
à Ottawa ? Parcours intéressant d’un
joueur de hockey originaire de Concord,
au Massachusetts.

La Rotonde : Pourquoi venir jouer


pour une équipe universitaire ca-
nadienne ? 

Graham Hunt : Je dirais qu’une partie


de la raison est que ça semblait une des
seules options pour moi, après mon pas-
sage à Moncton. J’ai aussi joué deux an-
nées juniors au Canada, et j’ai bien pro-
fité de mon temps là-bas. Je savais donc PHOTO: AYOUB BEN SASSI
à quoi m’attendre en arrivant ici, j’avais
déjà quelques contacts. Je connaissais
plusieurs joueurs et je savais qu’il y avait
du bon hockey dans ce pays.

LR : Pourquoi avoir choisi Ottawa,


en particulier ?

GH : Je n’avais jamais été à Ottawa,


mais je connaissais quelques joueurs
qui allaient venir ici, et j’ai entendu
plusieurs bons commentaires au sujet
de cette université. J’avais également
quelques contacts parmi le personnel
d’entraîneur. Au bout de la ligne, ce fut sont venus me voir jouer de Concord dont ils se préparent pour leurs matchs,
en quelque sorte une décision de der- à quelques reprises, séparément, soit LR : De manière générale, com- l’énergie qu’ils apportent en tant que
nière minute, mais je suis très heureux à l’Université McGill, à Montréal, ou ment te prépares-tu pour tes gardiens. Ils ont eu beaucoup de succès
et chanceux d’avoir obtenu cette oppor- même parfois jusqu’à Ottawa. Ils vivent matchs ? dans la Ligue nationale, et j’admire ces
tunité, et lorsque je suis venu visiter le à huit heures de route d’ici, donc ça reste facettes de leur jeu.
campus l’été passé, avant ma première un voyage possible pour eux, mais c’est GH : D’habitude, je n’ai pas de cours
saison, j’ai tout de suite su que je voulais long, assez long. Ils viennent peut-être les jours de match, ce qui me convient LR : Compares ton style jeu devant
venir ici. une ou deux fois par année, ce qui est puisque je peux me lever tard. Je ne suis le filet à ces deux gardiens ?
déjà très bien. pas une personne matinale ! J’essaie
LR : Comment aimes-tu jouer ici ? tout de même de me lever à une certaine GH : Oui, c’est définitivement ces deux-
LR : Quelle différence fais-tu entre heure et d’aller prendre une marche. là que j’idolâtre, je travaille fort pour que
GH : J’adore ça. Autant la ville d’Ot- le hockey canadien et le hockey Lorsqu’on est en action à l’étranger, je mon jeu ressemble au leur. Ce sont des
tawa et les gens de mon entourage que américain ? vais marcher avec mes coéquipiers. Je gardiens modèles pour moi.
le programme universitaire lui-même, mange normalement vers 14:30/15:00h,
tout se passe super bien. L’école se passe GH : C’est une question fort intéres- et quand j’arrive à la patinoire, je suis LR : Quelle relation établis-tu avec
bien aussi. Ce fut très excitant pour moi sante à laquelle j’ai pensé beaucoup au la même routine que l’équipe, c’est-à- Anthony Brodeur, gardien de but
de commencer avec une bonne équipe, cours des dernières années. Différentes dire mettre de la tape sur mon bâton, auxiliaire ? 
ce fut un nouveau départ pour moi et personnes peuvent être en désaccord m’étirer, pratiquer mes réflexes et enfin
certains de mes coéquipiers, avec qui avec ceci, mais selon mes propres ex- enfiler mon équipement et sauter sur la GH : Brodeur est un excellent partenaire
j’ai bâti une bonne alchimie. L’esprit périences, je pense que le jeu canadien glace, en essayant de ne pas trop me sou- à avoir en tant que gardien, c’est un très
d’équipe ressort plus fort à travers tout est beaucoup plus réfléchi et axé sur la cier de petits détails. bon gars avec qui être, il est très humble,
cela, puisqu’on est tous ensemble, on se préparation du jeu (« playmaking ») et et c’est sûr que le nom amène beaucoup
garde en contact. Pour ce qui est de la la patience. Lorsque j’étais aux États- LR : Qui est ton joueur et équipe d’excitation lorsqu’on l’entend. Mais à
vie à Ottawa, ça a été génial depuis mon Unis, j’ai réalisé que le jeu était plus pen- préférée dans la LNH ? part son nom, on ne pourrait pas devi-
arrivée. J’aime bien l’atmosphère, l’am- ché sur du hockey « nord-sud », plus de ner qu’il est le fils de Martin Brodeur,
biance de cette ville. rondelles rejetées et pourchassées dans GH : Ça me fait très mal de dire ça, mais puisqu’il en est très humble, il travaille
le territoire offensif. Le rythme du match je dois dire Carey Price [des Canadiens très fort sur la glace lors des pratiques, et
LR : As-tu plusieurs amis et est plus dynamique, plus rapide, mais, de Montréal]. Étant un partisan des c’est un très bon gardien de but. Je pense
membres de la famille qui viennent ici, le jeu est plus méthodologique, plus Bruins de Boston, c’est dur pour moi de qu’il y a une très bonne relation en tant
te voir jouer ?  stratégique. Ce sont quelques petits dé- dire ça ! (rires) J’aime son jeu, ainsi que que coéquipier à la même position entre
tails que je remarque, mais, en gros, le celui de Braden Holtby [des Capitals de nous deux, et les quelques dernières an-
GH : Oui. Je n’ai pas de famille vivant sport est aussi similaire dans les deux Washington]. J’ai grandi en admirant nées à ses côtés ont été vraiment plai-
dans cette région, mais mes parents pays. ces deux gardiens de but, la manière santes pour moi.

w w w. l a r o t o n d e .c a
14 A RSTpSo re t sC eU tLTBUi Re En - ê t r e l al laraortroootntodonenddee L ulned lmi u2an2rddji ia22n29v ji mearan2rv0si e1 2r8 021061 8

Patinage

La Rotonde est à l’affût


GABRIELLE LEMIRE

La Rotonde est toujours à l’affût des acti-


vités qui pourraient intéresser le commun
des mortels étudiants. Cette semaine, les
patins de quatre journalistes ont donc
foulé avec plaisir les patinoires les plus ac-
cessibles aux Gee-Gees affamés de glace et
de froid. Je vous livre donc notre évalua-
tion de l’état de l’aréna du centre sportif
Minto, celui du célèbre canal Rideau et de
la patinoire des Sénateurs devant l’hôtel
de ville.

Patin libre, ou désert?


Vers 14h00, la troupe de joyeux patineurs
se rendait à l’aréna Minto pour le pa-
tin libre quotidien qu’offre le service de
sports récréatifs de l’Université. Quinze
minutes plus tard, j’avais réussi tant bien
que mal à libérer les lames des anciens pa-
tins empruntés à mon père que j’avais dû
dépoussiérer avant notre sortie. Malgré la
glace fraîchement refaite difficile à domp-
ter, l’expérience a été mémorable… Ok,
pas vraiment. Au moins, la température
clémente et la patinoire moins achalan-
dée ont permis à notre équipe de bien se
réchauffer avant de se jeter dans le canal, Lors de votre visite sur ce site protégé par castor. Que vous la préfériez sucre et can- quand il fait plus sombre et moins ven-
ou plutôt sur le canal. l’UNESCO, ne soyez pas surpris que cer- nelle, parce que vous êtes un numéro 1, teux! Le soir, les bandes transparentes
taines sections du canal soient fermées ou que vous y ajoutiez un zeste de citron, qui entourent la glace s’illuminent le soir
Pour les curieux et curieuses, la patinoire par souci de sécurité. Pour ma part, ce fut du beurre d’érable, du Nutella et ainsi de
pour ajouter de la magie à l’expérience!
de l’aréna Minto offre une séance de patin tout un défi pour les yeux comme pour les suite, vos papilles sauront être comblées.
libre à 12h30 les lundis et mercredis ainsi Entre des bandes lumineuses et un cho-
tibias de repérer les fissures et les déni- Si c’est votre soif de faits intéressants que
qu’à 13h30 les mardis et jeudis. Pour les vellations sur la surface gelée. Toutefois, vous voulez soulager, sachez que cette colat chaud, vous aurez droit à une sortie
plus compétitifs, il est aussi possible de pour ceux qui rêvent de participer au Red patinoire peut contenir en sa superficie romantique de première classe qui ne
disputer une partie de hockey amicale sur Bull Crashed Ice un jour, c’est un bon dé- 90 patinoires olympiques! Si vous êtes vous coûtera trois fois rien. Dommage
une des glaces du Minto les lundis et mer- but pour commencer à s’entraîner. frileux, vous pouvez également visiter la que la patinoire devant le Parlement et le
credis à 13h30. patinoire en street view sur Google Maps. canal Rideau, tous les deux à distance de
Nos patins mordaient la glace et notre
bouche dans les queues de castor… Les marche, lui volent la vedette.
Traitement de canal La patinoire des Sénateurs
lames de certains d’entre nous étant
Mes deux conseils pour les passionnés du
Évidemment, chaque hiver, la plus longue quelque peu rouillées après 7,8 km de Après le canal et la pause queues de cas-
patinoire extérieure du monde est un in- patinoire, nous n’avions pas le choix de tor, notre troupe se dirigeait maintenant patinage : vérifiez l’horaire d’ouverture de
contournable. Cette saison, avec les ca- nous arrêter à l’ère de restauration pour vers l’hôtel de ville pour goûter aux rêves la station de queues de castor et le prix
prices de Dame nature, on ne s’attendait les récompenser avec le trésor culinaire des Sénateurs. En arrivant, on a constaté de la location de patins, qui s’élève à 15$
pas à de l’eau gelée de qualité supérieure. canadien par excellence : la queue de que le meilleur choix aurait été d’y aller pour 90 minutes.

PHOTOS VICKY LALANDE

w w w. l a r o t o n d e .c a
CLINIQUE JURIDIQUE Rédacteur en chef Correcteur
COMMUNAUTAIRE Mathieu Tovar-Poitras
redaction@larotonde.ca
Nonibeault Gagnon-Thibeault
texte@larotonde.ca
DE L’UNIVERSITÉ D’OTTAWA Actualités Direction générale
Nicolas Hubert Ghassen Athmni
Nous offrons GRATUITEMENT des conseils juridiques et des services de actualites@larotonde.ca direction@larotonde.ca
représentation, ainsi que des services de notariat aux étudiants de premier cycle Arts et culture Directeur artistique
Sous la supervision de juristes, des étudiants Gabrielle Lemire Andrey Gosse
culture@larotonde.ca direction.artistique@larotonde.ca
en droit offrent de l’aide pour traiter divers
problèmes d’ordre juridique :
sports Directeur de production
 Droit pénal, tel que : Slim Essid Vacant
- Possession de drogue sports@larotonde.ca production@larotonde.ca
- Vol
- Fraude
- Certaines infractions provinciales journalistes Vidéaste
Ismael Sy
 Droit de la famille, tel que : videaste@larotonde.ca
- Garde et droits de visites Charley Dutil
- Pensions alimentaires informations@larotonde.ca
Services de notariat offerts les
- Ordonnances de ne pas faire
WEB
mercredis de 14H à 15H : Yasmine El Kamel Maria Princene Dagba
 Droit des locataires, tel que : reportage@larotonde.ca web@larotonde.ca
 Affidavits - Réparations
- Évictions Stéphanie Bacher
 Déclarations solennelles
- Retour du dépôt du dernier mois
Photographe
 Copies certifiées conformes de
nouvelles@larotonde.ca Ayoub Ben Sassi
documents originaux  Demandes à la Commission d’indemnisation des photographe@larotonde.ca
victimes d’actes criminels
Secrétaire de rédaction Coordinnatrice des bénévoles
Molly de Barros Charlotte Côté
Addresse : Heures des cliniques d’accueil : correction@larotonde.ca
17 Copernicus (Coin de King
benevolat@larotonde.ca
Lundi : 19H à 21H
Edward et Laurier) Mercredi : 19H à 21H
Téléphone : 613-562-5600 Jeudi : 14H à 16H La Rotonde est le journal étudiant de l’Université d’Ottawa, publié chaque
http://commonlaw.uottawa.ca/clinique- lundi par Les Publications de La Rotonde Inc., et distribué à 2 000 copies
juridique-communautaire/informations- Aucun rendez-vous n’est nécessaire!
dans la région d’Ottawa. Il est financé en partie par les membres de la
clients
FÉUO et ceux de l’Association des étudiants diplômés. La Rotonde n’est
pas responsable de l’emploi à des fins diffamatoires de ses articles ou élé-

w w w. l a r o t o n d e .c a
La Rotonde est à la recherche
d’un.e direct.rice de production
et d’un.e journaliste

Pour plus de détails visitez


larotonde.ca/emplois
remercie les Faites votre
contributeurs de la demande
d’admission
semaine pour
septembre
2018 !
Daniel Birru - Océane Lemasle - Adèle Demers

96 % *

TAUX DE SATISFACTION
« [… ] une sorte de partition où la musicalité de la langue, devient
un jeu de sonorités, avec des moments de respiration, des silences. » de nos étudiants !
– Alvina Ruprecht, Le cercle des critiques de la capitale

LE DIRE DE DI
DÉCOUVREZ NOS PROGRAMMES !
• Communications • Leadership
sociales transformatif
• Éthique publique • Théologie
• Études de conflits • Droit canonique PORTES
OUVERTES
31 JANVIER AU 3 FÉVRIER • Relations humaines • Innovation
sociale
20 H • STUDIO AZRIELI • Counselling et 24 janvier
psychothérapie • Soins palliatifs 16 h 30 à 19 h 30

* L’Enquête nationale sur la participation étudiante 2017 (ENPÉ) révèle


Texte Michel Ouellette que 96 % des étudiants de dernière année qualifient leur expérience
à l’Université Saint-Paul d’excellente ou de bonne.
Mise en scène Joël Beddows
Avec Marie-Ève Fontaine
Coproduction Théâtre français de Toronto
et Théâtre la Catapulte
© Julie Charland

ustpaul.ca
cna-nac.ca/tf 223, rue Main, Ottawa ON 613-236-1393 | 1-800-637-6859
w w w. l a r o t o n d e .c a