Vous êtes sur la page 1sur 3

Sismologie – Partie I : Les Ondes Sismiques

Les ondes sismiques :

Sont des ondes élastiques qui peuvent traverser un milieu sans le modifier durablement (modification selon l'intensité du séisme).
L'impulsion de départ va "entamer" les particules élémentaires présentes dans le milieu, qui vont "pousser" d'autres particules avant de
reprendre leur place, se propageant suivant une réaction en chaîne. Les vibrations lors d'un séisme se propagent dans toutes les directions

Remarque : Les équations de base de la physique qui régissent la convection dans les milieux solides élastiques tels les roches de l’intérieur
de la Terre sont les équations de Navier-Stokes et l'équation thermique de conservation de l'énergie.

Selon les équations de Navier-Stokes on distingue de deux grands types d’onde :


Les ondes de volume qui traversent la Terre
Les ondes de surface qui se propagent à sa surface.

- Sur les enregistrements des sismographes, elles se succèdent ou se superposent.


- Leur vitesse de propagation et leur amplitude sont modifiées par les structures géologiques qu'elles traversent, c'est pourquoi, les
signaux enregistrés sont la combinaison d'effets liés à la source, aux milieux traversés et aux instruments de mesure

Les différents types d'ondes :

Le sismologue Richard Dixon Oldham identifie les ondes P et S en 1910 en étudiant le séisme d'Assam de 1898. En différenciant dans ces
sismogrammes deux types d'ondes sismiques, il met en évidence une zone d'ombre et en déduit l'existence d'une structure distincte
du manteau terrestre, à savoir le noyau liquide1

Ondes de volume
Se propagent à l'intérieur du globe. V de propagation dépend du matériau traversé, avec la profondeur car le matériau traversé devient plus
dense. On distingue :

Les ondes Pression ou ondes primaires ( P ) : ondes de compression ou ondes longitudinales


A leur passage il y’a dilatations et des compressions successives du sol. Ces déplacements du sol sont parallèles à la direction de propagation
de l'onde.
Propagation dans tous les milieux.
Les plus rapides (6 km⋅s-1 près de la surface), parcourant le chemin le plus court, même par noyau terrestre.
Premières à être enregistrées sur les sismogrammes.
Elles sont responsables du grondement sourd que l'on peut entendre au début d'un tremblement de terre

Les ondes S ou ondes secondaires : ondes de cisaillement (shear waves ) ou ondes transversales.
À leur passage, les mouvements du sol s'effectuent perpendiculairement au sens de propagation de l'onde. Ne se propagent pas dans les
milieux liquides,( arrêtées par le noyau externe ).
Leur vitesse est de 4,06 km⋅s-1.
Elles apparaissent en second sur les sismogrammes

Ondes P et S se séparant avec la propagation


La différence des temps d'arrivée des ondes P et S suffit, connaissant leur vitesse, et localiser son l’épicentre . Les ondes de corps se
propagent comme toutes les ondes, et en particulier comme les rayons lumineux : elles peuvent être réfléchies ou réfractées, c'est-à-dire
déviées à chaque changement de milieu, Ex passage manteau-noyau

Ondes de surface
Ce sont des ondes guidées par la surface de la Terre. (Effet est comparable aux rides formées à la surface d'un lac)
Moins rapides que les ondes de corps, Amplitude plus forte, décroit rapidement avec la distance parcourue. On distingue :

L'onde de Love : découvert par a Augustus Edward Hough Love en 1911.


Déplacement est comparable à celui des ondes S sans le mouvement vertical.
Elles provoquent un ébranlement horizontal qui est la cause de nombreux dégâts aux fondations
Les ondes de Love se propagent à environ 4 km.s-1

L'onde de Rayleigh : elle a été découverte par John William Strutt Rayleigh en 1885.
Déplacement est complexe, assez semblable à celui d'une poussière portée par une vague, constituant un mouvement à la fois horizontal et
vertical
L'onde de Scholte: elle est une onde qui se propage à la limite d'un liquide et d'un solide, Ex sol marin.
Sismologie – Partie II : Séismes et Structure interne de la Terre

Il est possible d’étudier de façon directe seulement les quelques premiers km de profondeur de la Terre. Pour déterminer la structure interne de
la Terre, les géologues ont donc eu recours à des méthodes indirectes, tel que la sismologie (étude des séismes).

Etude de sismogrammes :

Du vocabulaire pour commencer :


Séisme : rupture brutale de roches en profondeur soumises à des tensions qui s’accumulent pendant des années ou des siècles ;
Foyer : lieu du séisme où se produit la rupture ;
Epicentre : zone située à la surface du globe à la verticale du foyer ;
Sismographe : appareil permettant d’enregistrer des ondes sismiques ;
Sismogramme : courbe dessinée par le sismographe .

. Sismique et structure interne du globe :

Quand une onde atteint une discontinuité (frontière séparant 2 milieux de propriété physiques différentes), l’onde se réfléchit ou se
réfracte.

La vitesse de propagation des ondes dépend des caractéristiques du milieu dans lequel elle se propage :
- pression,
- température,
- composition.

La zone d’ombre :

Les stations situées jusqu’à 11500 km (105°) de l’épicentre d’un séisme


enregistrent des ondes P et S directes. Au delà de cette limite et jusqu’à 14500 km
(142°), il existe ce qu’on appelle la zone d’ombre, qui est une zone où les stations
n’enregistrent les ondes dues au séisme. Ensuite, seules les ondes P
réapparaissent.
Cette zone d’ombre est due au fait que les ondes sont réfractées deux fois sur une
discontinuité interne. Les calculs amènent à penser que cette discontinuité est
située à 2900 km de profondeur, elle est appelée discontinuité de Gutenberg,
séparant le manteau du noyau.
Le fait que les ondes S ne réapparaissent pas conduit à conclure que ce noyau est
liquide (les ondes S ne se propagent pas dans les liquides).

Etude des vitesses des ondes en fonction de la profondeur :

La courbe suivante présente la vitesse des ondes P et S en fonction de la profondeur :


Toutes les stations d’observations à la surface du globe enregistrent le même type de
courbe. On peut donc penser que le globe est composé d’enveloppes
concentriques.

On peut remarquer trois « cassures » nettes dans les courbes :


- (entre 10 et 70 km de profondeur) augmentation très rapide de la vitesse,
- à 2 900 km de profondeur, grande chute de la vitesse,
- à 5 400 km, augmentation brutale.
Ces cassures mettent en évidence 3 discontinuités dans la constitution de la terre :

- Le Moho entre 10 et 70 km de profondeur,


- la discontinuité de Gutenberg à 2900 km,
- la discontinuité de Lehman à 5400 km

.Ces 3 discontinuités délimitent 4 enveloppes concentriques constituant le globe :


- la croûte,- le manteau,- le noyau,- la graine.
Les ondes S ne se propagent pas dans le noyau, c’est donc certainement un milieu liquide.On distingue 3 zones dans le manteau :
- le manteau supérieur (avant 100 km de profondeur) - l’asthénosphère (entre 100 et 300 km)- le manteau inférieur.

La croûte et le manteau supérieur sont cassants. On nomme ces deux couches la lithosphère.
L’asthénosphère est plus ductile, et peut donc se déformer sans casser.
L’asthénosphère et la lithosphère sont séparées par la discontinuité LVZ (Low Velocity Zone, zone des faibles vitesses)
Sismique Partie I : Principes de la Sismiques Réflexion
Sismique – Partie II : Prospection Sismique