Vous êtes sur la page 1sur 115

PLAN

1
I-INTRODUCTION : ------------------------------------------------------ 6

II- OBJECTIF DE L’ETUDE : ------------------------------------------------ 8

III- L’HISTOIRE NATURELLE DU CANCER DU COL UTERIN : ---------------------- 8

A-Le papillomavirus : -------------------------------------------------- 8

1-La structure : ----------------------------------------------------- 8

2-Les types HPV et sous types: ---------------------------------------- 9

3-Mode de transmission --------------------------------------------- 11

B-Cancérogenèse : --------------------------------------------------- 12

1-Mécanismes d’oncogenèse des HPV : -------------------------------- 13

2-Les interactions des protéines dans le processus d’oncogenèse virale: ----- 14

2-1-Activités de la protéine E6 des HPV à haut risque ------------------- 15

2-1-Activités de la protéine E7 des HPV à haut risque : ------------------ 16

2-2-Activités de la protéine E5des HPV à haut risque : ------------------ 17

3-L’histoire naturelle du cancer du col utérin ---------------------------- 18

IV- CLASSIFICATION BETHESDA 2001 : ------------------------------------ 26

MATERIEL ET METHODES ------------------------------------------------ 28

A-Population d’étude : ------------------------------------------------ 29

B-Méthodes : -------------------------------------------------------- 29

1. Méthode cytologique: Le frottis cervico-vaginal : ---------------------- 30

1-1-Définition : -------------------------------------------------- 30

1-2-Technique de prélèvement: ------------------------------------- 31

1-3-Résultats du frottis cervico-vaginal : ----------------------------- 42

3-3- Atrophique : ------------------------------------------------ 46

3-4- Hémorragique : ---------------------------------------------- 46

3-5-Cytolytique : ------------------------------------------------- 47

3-6- LIBG : ------------------------------------------------------ 47

3-7- ASCUS : ---------------------------------------------------- 48

3-8- ASC-H : ---------------------------------------------------- 48

2
3-9- LIHG : ------------------------------------------------------ 49

3-10- CIS : ------------------------------------------------------ 49

2-Méthode clinique : Colposcopie : ------------------------------------ 50

3-Méthode de biopsie : ---------------------------------------------- 54

4-Méthode de conisation : ------------------------------------------ 54

C-LES RESULTATS DE L’ETUDE: ----------------------------------------- 57

1-Description générale : --------------------------------------------- 57

2-Données de l’examen gynécologique : ------------------------------- 62

3-Résultats des frottis cervico-vaginaux : ------------------------------ 63

4-Résultats des biopsies: -------------------------------------------- 66

4-1-Sensibilité et spécificité : --------------------------------------- 71

5-Corrélations des résultats du frottis cervico-vaginal et les différents


paramètres étudiés: ------------------------------------------------- 72

5-1- L’âge: ------------------------------------------------------ 72

5-2- Ménopause : ------------------------------------------------ 73

5-3- Parité : ----------------------------------------------------- 74

5-4- Contraception : ---------------------------------------------- 75

5-5- Les symptômes : --------------------------------------------- 77

DISCUSSION ---------------------------------------------------------- 79

PERCPECTIVES : ------------------------------------------------------- 88

CONCLUSION --------------------------------------------------------- 91

BIBLIOGRAPHIE: ------------------------------------------------------ 100

3
ABREVIATIONS :

ADN:acide Désoxyribonucléique.

AGC :Atypies des cellules glandulaires.

AIS :Adénocarcinome endocervicale in situ.

ARN : acide ribonucléique.

ASC-H: anomalies des cellules malpighiennes ne permettant pas d’exclure une

lésion de haut grade.

ASC-US: atypies des cellules malpighiennes de significations indéterminées.

CIN I: néoplasie cervicale intra épithéliale de grade 1 ou dysplasie légère.

CIN II: néoplasie cervicale intra épithéliale intermédiaire.

CINIII : néoplasie cervicale intra épithéliale sévère.

CIS : carcinome in situ.

DIU :dispositif intra utérin.

FCV: frottis cervico-vaginal.

FDA: Food and Drug administration.

HES: Hématéine-Eosine-Safran.

HPV: papillomasvirus humain.

LIBG: lésion intra épithéliale de bas grade.

LIHG: lésion intra épithéliale de haut grade.

LSIL : lésion malpighienne intra-épithéliale de bas grade.

OMS: Organisation mondiale de la santé.

PCR : amplification génique par réaction de polymérisation en chaîne.

PNN : Polynucléaires neutrophiles

RLU : relative light unit.

RCC : radio-chimiothérapie concomitante.

4
INTRODUCTION

5
I-INTRODUCTION :

Le cancer du col est le deuxième cancer féminin le plus fréquent dans le

monde [1]. En 2008 le nombre de nouveaux cas était estimé à 529 409, soit 15,2

nouveaux cas par 100000 femmes avec 274 883 décès dans le monde [2], ce qui

représentait environ 8% du fardeau mondial du cancer chez les femmes [2].

L'incidence du cancer du col est significativement plus élevée dans les pays en

développement (respectivement 9 et 17,8 nouveaux cas pour 100.000/an dans les

pays développés et en développement). Plus de 80% du cancer du col se trouve dans

les pays en développement [2]. Dans ces pays, les programmes de dépistage

organisé du cancer du col utérin sont absents ou limités rendant ainsi ce cancer le

premier qui affecte la femme [3, 4].

Bien qu’elle soit une maladie évitable, le cancer du col constitue toujours un

vrai problème pour les systèmes de santé dans les pays en développement car le

diagnostic se fait souvent à des stades avancés et incurables. La maladie reste par

conséquence largement non contrôlée à cause de l’insuffisance du dépistage [3].

Au Maroc, le cancer du col de l’utérus représente le deuxième cancer féminin

après le cancer du sein [5]. Selon les données de GLOBOCAN 2008 [6], l’incidence

standardisée sur l’âge du cancer du col chez la femme marocaine est de 14,1

nouveau cas/100000 femme /an (1979 nouveau cas/an) et la mortalité liée à ce

cancer est de 8,4 pour 100 000 (1152 nouveau cas/an).

Le cancer du col de l’utérus a la caractéristique de se présenter sous forme de

lésions précancéreuses et asymptomatiques pendant de nombreuses années. Le plus

souvent, ces lésions vont régresser spontanément et seul un petit nombre d’entre

6
eux va progresser vers un cancer invasif. L'évolution naturelle du cancer du col, la

possibilité d'effectuer des prélèvements réguliers et la disposition d'un traitement

efficace des lésions pré invasives font que ce type de cancer se prête bien au

dépistage.

La cytologie (Frottis cervical ou Pap-test) est la technique la plus répandue

permettant de dépister les lésions précancéreuses. Elle a permis de diminuer de

manière spectaculaire l'incidence des cancers invasifs et la mortalité dans la plupart

des pays développés. En effet, les pays Européens ayant mis en place un programme

de dépistage organisé (Finlande, Grande-Bretagne, Danemark, Suède, Islande, Pays-

Bas et la France) [3], ont démontré que ces programmes sont généralement

supérieurs en termes d'efficacité par rapport au dépistage opportuniste, notamment

en raison d'une participation plus importante des femmes et des contrôles de

qualité rigoureux.

7
II- OBJECTIF DE L’ETUDE :

L’objectif de ce travail est de mettre en évidence :

- La concordance cyto-histologique des résultats du frottis cervico-vaginal.

- Evaluer la sensibilité et la spécificité de ce test.

III- L’HISTOIRE NATURELLE DU CANCER DU COL UTERIN :

A-Le papillomavirus :

1- La structure :

Les papillomavirus (HPV) sont des virus de petite taille (de 45 à 55nm de

diamètre), non enveloppés. Leur génome est constitué d’une molécule circulaire

d’ADN double brin de 8000 paires de bases environ, avec un seul brin codant et

trois régions génomiques : [7]

Figure 1 : La structure de l’HPV en trois dimensions. [10]

8
Le virus se compose de la région L (Late ou tardif) code pour les protéines de

structures L1 et L2 composant la capside, la région E (Early ou précoce) code pour

sept protéines non structurales E1à E7, la dernière région, non codante, contient les

promoteurs des gènes précoces et des séquences de régulation de la réplication et

de la transcription. [8, 9]

Figure 2 : Structure génique de l’HPV 16. [11]

2- Les types HPV et sous types:

La diversité génomique des HPV a permis d’individualiser plus de 200

génotypes qui ont été catalogués, et seulement 45 types peuvent infecter les

muqueuses ano-génitales. [12,13 ,14]

Certains d’entre eux sont dits à bas risque de transformation maligne (6, 11,

30, 34, 40, 42, 43, 44, 53), surtout détectés dans les condylomes acuminés voir les

condylomes plans et les dysplasies de bas grade avec des modifications

cytologiques caractéristiques : les Koilocytes. Ces lésions de bas grade peuvent

évoluer vers une régression spontanée donc une guérison et rarement vers une

progression en dysplasie sévère et invasion. [12, 13]

9
Par ailleurs 15 d’entre eux (16, 18, 31, 33, 35, 39, 45, 51, 52, 56, 58, 59, 68,

73, et 82) sont considérés à fort potentiel oncogène (haut risque) pour le col utérin.

Parmi ceux-ci, 8 génotypes d’ HPV (16, 18, 31, 33, 35, 45, 52, et 58) sont impliqués

dans 95% des cancers du col utérin. [12,13]

LESIONS TYPES D’HPV ASSOCIÉS

Verrues cutanées 1, 2, 3,7,63 (26,27)


Condylomes acuminés 6, 11
Néoplasies cervicales intra-épithéliales, 16, 18, 31, 33, (68, 45)
Cancers du col, cancers anogénitaux
Papillomatose orale, papillomatose 6, 11
Laryngée récurrente
Carcinome laryngé 16, 18

Figure 3 : Exemples de maladies associées aux papillomavirus humains, lien


avec le type HPV. [14]

Ainsi l’ HPV 16 type le plus courant, est impliqué dans 50 à60% des cas du

cancer du col. L’ HPV 18 second type, est mis en cause dans 10 à 12% des cas.

[15,16]

Les génotypes HPV à haut risque varient en fonction des régions

géographiques : l’HPV16 est retrouvé dans 70% des cancers du col en Europe et en

Asie du sud-ouest, alors que l’ HPV 18 est retrouvé dans 32% des cas en Amérique

du nord et en Afrique. [15,17,18,19]

10
3- Mode de transmission

Les infections et maladies à HPV sont diverses et variées de par leurs

localisations anatomiques et des types spécifiques qui leur sont associés.

Les papillomavirus humains sont essentiellement transmis par contact direct de

peau à peau ou de muqueuse à muqueuse.

La transmission indirecte par les mains, le linge ou objets contaminés, ou par

un sol souillé pouvant jouer le rôle d’hôte intermédiaire (ex : les verrues plantaires)

est également possible.

Il est à noter que certains HPV se comportent comme des virus dits

« commensaux » isolés de la peau, voire des ongles, c’est-à-dire que ce sont des

hôtes habituels de la peau qui n’entraînent pas de maladies.

L’infection HPV entraînera en fonction du type viral et de la localisation de

l’infection, soit une disparition spontanée du virus (encore appelée clairance), soit

une persistance asymptomatique, soit des lésions bénignes (verrues, verrues

génitales…), soit des lésions malignes (cancer) ou potentiellement malignes (lésions

pré- cancéreuses ou dysplasies).

L’infection à HPV régresse dans plus de 90 % des cas avec 75 % des lésions

ayant disparu à un an. En revanche, au bout de 18 mois, la probabilité que

l’infection disparaisse diminue fortement. La clairance est plus longue lors

d’infections à HPV oncogènes et après l’âge de 50 ans. A noter que la disparition de

l’HPV survient souvent avant la disparition de la lésion. La persistance d’un HPV

oncogène favorise l’apparition des lésions précancéreuses ou de cancers.

11
Ainsi les pathologies associées à l’infection par un HPV seront multiples, et

caractérisées à la fois par leurs localisations anatomiques et le type de HPV

impliqué. Par exemple, les verrues plantaires sont causées par le HPV 1 (HPV cutané

à bas risque), les verrues vulgaires par le HPV 2 (HPV cutané à bas risque)

principalement, et le cancer du col de l’utérus par les HPV 16 et 18 (HPVmuqueux à

haut risque) le plus fréquemment. [14, 20]

B- Cancérogenèse :

Le cancer du col de l’utérus incrimine les papillomavirus humains (HPV) qui

sont des petits virus à ADN double brin capables d’infecter les tissus épithéliaux, le

plus souvent de façon asymptomatique. On sait désormais que ce virus s’intègre

dans le génome de la cellule hôte où il code pour des protéines virales capables de

se lier et de dégrader respectivement p53 et Rb, ce qui entraîne une levée du verrou

du cycle cellulaire. [21]

On parle alors de papillomavirus humains oncogènes qui répondent à un

nombre de critères permettant de le définir comme virus oncogène : [21]

 La présence régulière et persistante de l’ADN virale dans les biopsies de

tumeurs et les lignées cellulaires issues de mêmes types de tumeurs.

 La démonstration d’une activité stimulant la croissance cellulaire par des

gènes viraux ou les gènes de la cellule hôte modifiés par le virus dans des

systèmes de cultures de tissus ou dans le système animal correspondant.

 La démonstration que le phénotype malin dépend de l’expression

continuedes oncogènes viraux ou de la modification des gènes de la cellule

hôte contenant les séquences virales.

12
 Une preuve épidémiologique que l’infection virale est un risque majeur de

développement d’un cancer.

Plus de 99% des cancers du col de l’utérus sont associés à la présence de

l’ADN d’HPV qui modifie génétiquement les cellules et il en résulte des lésions

malignes. Ainsi l’HPV est un facteur étiologique principal du développement d’un

cancer du col de l’utérus. [22]

1- Mécanismes d’oncogenèse des HPV :

Les papillomavirus infectent les cellules germinales de la couche basale des

épithéliums malpighiens vraisemblablement au profit d’une microlésion [12, 7], ces

cellules se divisent, certaines d’entre eux migrent vers le niveau supérieur où elles

se différencient. Cette différenciation nécessite l’utilisation de la machinerie

cellulaire de réplication de l’hôte pour la synthèse de l’ADN viral. Cependant, le virus

stimule la progression de l’étape G vers l’étape S du cycle cellulaire dans la cellule

hôte ainsi les cellules se différencient, lesgènes viraux s’activent et l’ADN viral se

réplique, ces différentes étapes aboutissent à la formation de nouvelles particules

virales après synthèse des protéines de la capside. [23, 24, 25]

13
Figure 4 : Le cycle de vie du HPV. [26]

Les lésions qui évoluent généralement vers un cancer sont caractérisées par

une rupture du génome d’HPV qui s’intègre dans l’ADN de l’hôte, ce qui entraîne la

perte de la région codante pour E2 ainsi que des gènes adjacents à E2, c'est-à dire

E4, E5 et une partie de L2. Cette étape est considérée comme une étape irréversible

conduisant à la transformation cancéreuse. [22, 27, 28]

2- Les interactions des protéines dans le processus d’oncogenèse virale:

L’étude du pouvoir cancérigène des papillomavirus a montré que trois

protéines virales étaient principalement impliquées, qui sont les protéines précoces

E6, E7 et E5 par ordre d’importance.

14
2-1- Activités de la protéine E6 des HPV à haut risque

La protéine E6 est impliquée surtout dans la progression vers un phénotype

malin plus que la prolifération. Suite à l’infection par HPV, E6 interfère avec

lesvoies de signalisation cellulaire pour créer un environnement favorable à

laréplication de l’ADN viral ainsi les contrôles de surveillance de la cellule qui

sontactivés dans les cellules infectées sont neutralisés et par conséquent l’ADN

seréplique. La protéine E6 permet également à la cellule infectée d’échapper à

l’arrêtdu cycle cellulaire donc à l’apoptose en favorisant la dégradation de p53 ce

quientraîne une accumulation des dommages causés à l’ADN, et par la suite dans

la malignité. [29, 22]

La protéine E6 représente l’antigène le plus incriminé dans le

processusd’oncogenèse de l’HPV malgré sa faible abondance par rapport aux

autresprotéines. En effet E6 n’a pas besoind’interagir avec toutes les cibles en

mêmetemps mais plutôt la durée du contact qui constitue un facteur

déterminant. [30]

Figure 5 : Contribution de HPV E6 à différents stades de la progression tumorale.[30]

15
2-1- Activités de la protéine E7 des HPV à haut risque : [30, 31, 32].

De multiples cibles aussi bien cytoplasmiques que nucléaires ont été

identifiées pour la protéine E7. D’une part la E7 interfère avec les voies de

signalisation incluant la prolifération, la différenciation et l’apoptose. Durant

l’infection par l’HPV, E7 interagit avec la fonction de la protéine de rétinoblastome

permettant d’induire la dégradation protéolytique de la p RB. Ainsi le complexe

pRb/E2F se déstabilise, il en résulte la libération de l’activité transcriptionnel E2F, et

donc l’activation des régulateurs du cycle cellulaire sensible à l’E2F comme cdc25 et

les cyclines E et A qui augmentent ce qui induit l’entrée de la cellule dans la phase S.

D’autre part, la E7 peut altérer le métabolisme cellulaire par dérégulation du

processus glycolytiques et du pH intracellulaire.

La p53 est présente à des taux élevés dans les cellules exprimant la E7 à l’état

inerte. L’ensemble de ces mécanismes aboutit à la prolifération et l’immortalisation

de la cellule infectée par l’HPV.

16
Figure 6 : La réplication du HPV. [31]

2-2- Activités de la protéine E5des HPV à haut risque :

La protéine E5 a une faible activité transformante par rapport à E6 et E7. En

collaboration avec la E7, E5 progresse le cycle cellulaire en agissant à la phase

tardive du cycle viral, et contribue à l’augmentation de la capacité proliférative des

kératinocytes humains ainsi que la réponse au facteur de croissance épidermique

(EGF), la présence de ce facteur EGF avec l’expression de la protéine E5 entraîne

l’augmentation de la phosphorylation de son récepteur EGF-R ce qui va stimuler les

voies de signalisation mitogènes partant de ce récepteur. [33, 34]

17
Les détails moléculaires de l’intégration de l’ADN viral à l’ADN de l’hôte sont

encore mal connus. Or, l’intégration est nécessaire pour la proliférationtumorale qui

est l’étape irréversible vers le développement malin. [33, 34]

3- L’histoire naturelle du cancer du col utérin

L’épithélium pavimenteux stratifié qui tapisse le col constitue une protection

contre les substances toxiques et les infections. Dans les conditions normales, les

couches supérieures se renouvellent sans cesse, assurant ainsi le maintien de

l’intégrité de la couverture épithéliale, grâce à la formation constante et ordonnée de

nouvelles cellules dans la couche basale. [35].

La voie sexuelle représente la voie classique de contamination par les virus

HPV.

Les HPV pénètrent dans les cellules basales de l’épithélium, vrai

semblablement au niveau de la zone de jonction exo-endocol qui est

particulièrement vulnérable à toutes sortes d’agressions. [9, 11]

L’infestation épithéliale par le virus se fait généralement à travers une

microlésion et nécessite un contact puis une pénétration des particules virales au

niveau des cellules épithéliales basales, le contact est facilitée par des cofacteurs

qui sont:

 Les cervicites à répétition peuvent engendrer des microlésions cervicales,

et/ou potentialiser des lésions cytopathogène liées à l’HPV (cervicites à

trichomonas vaginalis).

 l’ectropion : la zone extériorisée de la jonction peut être facilement lésée.

18
 Les polypes : ils sont fragiles et présentent un risque de cancérisation mais

exceptionnel.

Une fois que le génome viral est au sein de la cellule, elle subit une réplication

en même temps que le génome cellulaire dans les cellules différenciées. Lors de la

migration de ces cellules vers les couches les plus différenciées de l’épiderme, la

réplication cellulaire cesse alors que la réplication virale continue jusqu’à plusieurs

milliers de copies par cellules. [36, 37]

Lorsque la réplication virale se fait dans les couches profondes de l’épiderme

et la formation de la capside se fera dans les couches superficielles : toutes les

cellules contiennent le génome viral mais l’expression des gènes est liée au stade de

différentiation des cellules. [36]

19
Figure 6 : Mécanisme d’invasion par le HPV. [26]

Dans ce cas, l’infection se traduira par l’apparition de condylomes qui

pourront régresser spontanément par la mise en jeu d’une réponse immune

adéquate. Cependant, si un équilibre s’installe entre la réponse immune de l’hôte et

l’agent pathogène, cette régression peut n’être que clinique et une infection latente

peut s’installer, responsable d’une maladie récurrente. [36, 38].

L’effet cytopathogène résultant de la réplication des HPV se traduit par la

présence de Koilocytes : cellules vacuolisées à gros noyaux dont la présence est

pathognomonique de l’infection à HPV.

20
La réplication du virion peut rester incomplète, la formation de la capside est

alors impossible et I’ADN viral peut rester à l’état libre dans le noyau sans traduction

cytopathologique, l’infection est donc latente. Toutefois, si l’infection s’associe à

certains cofacteurs : plusieurs partenaires sexuels, âge précoce du premier rapport

sexuel, ou du premier accouchement, immunosuppression, hormones, tabac,

présence d’autres pathogènes génitaux…, qui favorisent l’évolution de l’infection

vers la dysplasie.

Ainsi, le génome viral s’intègre au génome cellulaire entraînant une perte de la

régulation de l’expression des gènes viraux E6, E7 et E5 entraînant développement

d’un carcinome invasif. [36, 39, 40]

Cliniquement deux types de lésions à HPV ont pu être distingués. Les lésions

dites « cliniques », à savoir les condylomes acumines ou « crêtes de coq », petits et

multiples, affectent les muqueuses anales et génitales. Plus rarement le col utérin.

Les lésions dites « infra cliniques », visibles uniquement par examen colposcopique

les condylomes plans et les dysplasies encore appelées néoplasies intra-épithéliales

(CIN). [36]

Il est encore difficile d’évaluer avec précision le pourcentage de femmes

présentant une infection transitoire ou persistante, ainsi que l’incidence des lésions

associées à ces virus. En effet, l’évolution naturelle normale de l’infection génitale à

HPV est la guérison, avec une clairance virale moyenne de huit mois, et seul un très

faible pourcentage de ces infections génitales à HPV va aboutir à des lésions

malignes. Le taux de progression des infections génitales à HPV sans dysplasie vers

des lésions intra épithéliales est de 8 à 13%. [11, 41]

21
En général, la charge virale diminue progressivement et de façon linéaire de la

forme clinique à la forme subclinique puis elle devient latente. Les lésions

subcliniques et latentes sont les plus courantes et les plus difficiles à détecter.

Par contre, les lésions de bas grade incluant les condylomes plans et les

lésions indéterminées ou ASCUS qui sont les plus communes et les plus détectées en

cytologie. Ces lésions apparaissent en général un à deux ans après le début de

l’infection. En effet, c’est le moment opportun pour établir un dépistage rentable du

cancer du col utérin. [11, 41]

Naturellement, le cancer du col utérin est précédé par des lésions

précancéreuses qui persistent pendant des années avantd’évoluer vers une lésion

bas grade en cytologie, soit globalement un modèle linéaire : dysplasie légère

(CIN1), modérée (CIN2) et sévère (CIN3), carcinome in situ, carcinome micro invasif

et enfin carcinome invasif.[42]

Figure 7 : Histoire naturelle du cancer du col de l’utérus. [42]

22
Les grades I, II, III des CIN se réfèrent à la hauteur de l’épithélium impliquée

par des anomalies qui se manifestent par une désorganisation de l’architecture de

l’épithélium malpighien, des atypies cyto-nucléaires et des figures de mitoses

anormales réalisant ainsi des aspects de cellules cancéreuses mais sans atteindre

l’épithélium sur toute sa hauteur. Quand c’est le cas en parle de carcinome in situ

[43] qui peut encore être appelé carcinome intra épithélial avec caractère

cytologique de malignité sauf que la prolifération est limitée à la membrane basale.

[44]

Par la suite après une période plus ou moins longue (10 à 15 ans), le

carcinome intra-épithélial peut se transformer en carcinome micro-invasif et seul

l’examen anatomopathologique minutieux des prélèvements biopsiques et des

pièces d’exérèse permet de préciser le diagnostic du carcinome micro invasif. [41]

Cependant, le cancer du col est précédé par des lésions précancéreuses intra

épithéliales qui peuvent persister pendant de nombreuses années avant de devenir

invasives. Le risque de progression est lié au grade histologique. [46]

Figure 8 : Histoire naturelle du cancer du col utérin [101]

23
Pour chaque lésion cervicale précancéreuse, il existe une probabilité de

régression (de 32 à 57 % en fonction de la gravité de la lésion) vers un épithélium

normal, accompagnant la clairance virale et une probabilité de persistance ou de

progression vers un stade plus avancé, y compris pour les carcinomes in situ

assimilés aux CIN 3 (tableau). [48]

Régression % Persistance % Progression en Invasion %


(CIN III %)
HPV NCIN 80 15 5 0
CIN I 57 32 11 1
CIN II 43 35 22 5
CINIII 32 >56 >12

NCIN : non CIN

Figure 9 : Histoire naturelle des néoplasies cervicales intra épithéliales (cervical intra

epithelial neoplasia CIN) et des lésions dues au HPV. [49]

En outre, l’évolution des différentes lésions du col utérin est déterminée par

un certain nombre de facteurs : [11]

 Selon la persistance de l’infection à HPV : [50] [51]

Les travaux récents montrent le rôle de la persistance ou non de l’infection

HPV dans la progression, la persistance ou larégression des lésions bas grade et des

ASCUS. En effet, en cas de portage transitoire de l’HPV, le risque de progression de

telles lésions est nul, alors qu’en cas de portage persistant le risque est de 7,7 %.

C’est donc bien le portage persistant, et non pas l’infection en elle-même, qui

représente le facteur de risque de progression lésionnelle.

24
 Selon le stade initial de la lésion :

L’évolution des lésions dépend aussi étroitement de leur stade. Östor [52] a

mené une étude dans une grande série. Il a constaté que 1 % des CIN 1, 5 % des CIN

2et plus de 12 % des CIN 3 progressent vers un cancer infiltrant. Dans une autre

étude [53], 10 à 20 % des femmes avec ASCUS ou lésion bas grade progressent vers

une lésion de haut grade. Parmi les lésions haut grade, 50 % résultent de la

progression de lésions étiquetées bas grade lors du dépistage, 25 % proviennent de

lésions ASCUS et les 25 % restantes étaient observées chez des femmes qui

présentaient dans les années précédentes un frottis normal abritant des HPV, ou un

frottis sans infection virale évidente. Il peut s’agir dans ce dernier cas d’une

infection latente non détectée dont la réactivation a conduit très rapidement au

développement d’une lésion haut grade. [11]

 Selon le type d’HPV infectant :

Il a été observé que les lésions de bas grade causées par des HPV à haut

risque persistent d’avantage que celles liées à des HPV à bas risque. Une étude

récente [54] a montré que les HPV oncogéniques étaient le principal facteur de

risque de progression des lésions bas grade vers une lésion de haut grade ou un

carcinome (risque × 9,3 par rapport aux femmes abritant des HPV à bas risque).

D’autres études [55] ont également montré que les femmes présentant une infection

persistante à HPV oncogènes, surtout si elles sont âgées de plus de 35 ans ont un

risque 116 fois plus important de développer une CIN 3, le risque est plus important

pour les femmes âgées de plus de 35ans. Dans une autre série, les femmes ayant un

frottis interprété anormal au départ (dysplasies légère, modérée ou sévère), le risque

de progression tumorale est observé chez les femmes montrant une infection

persistante du HPV à haut risque. [11].

25
 Selon la charge virale :

Les données concernant la charge virale sont variables selon les auteurs. Dans

les infections persistantes, la charge virale est deux fois plus importante que dans

les infections transitoires, on sait à l’heure actuelle que l’infection persistante est

associée à un risque accru d’évolution vers une dysplasie sévère, ou un carcinome.

Mais, si la charge est élevée dans les lésions de bas grade, elle tend à décroître dans

les lésions de haut grade, car le génome viral est souvent intégré et la réplication est

incomplète. [56]

Le cancer du col utérin est le modèle le plus adapté à un dépistage de masse

puisqu’on connaît son histoire naturelle. [57]

IV- CLASSIFICATION BETHESDA 2001 :

Le système de Bethesda 2001 est seul recommandé pour formuler le compte

rendu cytologique. Il s’applique quelle que soit la technique du frottis. [78]

QUALITE DU PRELEVEMENT

 Satisfaisant pour évaluation

 Non satisfaisant pour évaluation (préciser la raison)

INTERPRETATION/RESULTAT

 Absence de lésion malpighienne intra-épithéliale ou de signe de malignité

(NIL/M).S’il y a lieu, préciser :

- présence de micro-organismes : Trichomonas vaginalis ; éléments

mycéliens, par exemple évoquant le candida ; anomalies de la flore

26
vaginale évoquant une vaginose bactérienne ; bactéries de type

Actinomyces ; modifications cellulaires évoquant un herpès simplex ;

- Autres modifications non néoplasiques : modifications réactionnelles

(inflammation, irradiation, ou présence d’un dispositif intra-utérin) ;

présence de cellules glandulaires bénignes post-hystérectomie ; atrophie.

 Anomalies des cellules malpighiennes :

- Atypies des cellules malpighiennes(ASC) : de signification indéterminée

(ASCU-US) ou ne permettant pas d’exclure une lésion malpighienne intra-

épithéliale de haut grade (ASC-H) ;

- Lésion malpighienne intra-épithéliale de bas grade (LSIL), regroupant

Koilocytes /dysplasie légère/CIN1 ;

- Lésion malpighienne intra-épithéliale de haut grade (HSIL), regroupant

dysplasie modérée et sévère, CIS/CIN2 et CIN3. Le caséchéant présence

d’éléments faisant suspecter un processus invasif (sans autre précision) ;

- carcinome malpighien.

 Anomalies des cellules glandulaires :

- Atypies des cellules glandulaires (AGC) : endocervicales, endométriales ou

sans autre précision (NOS) ;

- Atypies des cellules glandulaires en faveur d’une néoplasie :

endocervicales ou sans autre précision (NOS)

- Adénocarcinome endocervicale in situ (AIS) ;

- Adénocarcinome.

 Autres (liste non limitative) :

- Cellules endométriales chez une femme âgée de 40ans ou plus.

27
MATERIEL ET METHODES

28
A- Population d’étude :

Notre étude est une analyse rétrospective ayant porté sur 2409 cas de frottis

cervico-vaginal réalisés dans le Service d’Anatomie pathologique du Centre

Hospitalier Universitaire HASSAN II de Fès, durant une période de 3 ans allant de

Janvier 2010 au Janvier 2013.

Les résultats des frottis cervico-vaginaux ont été adressés du service de

gynécologie du CHU Hassan II pour les patientes hospitalisées, et pour les patientes

suivies à titre externe récupèrent elles mêmes leurs résultats.

B- Méthodes :

Nous avons fait appel dans notre étude à une fiche d’exploitation, qui

comprend les paramètres suivants :

 Age.

 Ménopause.
 Parité.
 Contraception.
 Date des dernières règles.
 Antécédents :

- hystérectomie
- radio-chimiothérapie.
- néo du sein.
- conisation
- autres.

 Symptomatologie.
 Compte rendu du FCV, selon la classification BETHESDA 2001:
 Si frottis positif ;

- Suivi.
- Colposcopie.

29
- Biopsie.
- Conisation.
- Résultat.

1. Méthode cytologique: Le frottis cervico-vaginal :


1-1- Définition :

 Le frottis cervico-vaginal, est un prélèvement cellulaire au niveau du col

utérinet de la partie profonde du vaginqui sera examiné par un Médecin

Anatomopathologiste, il permet de déceler la modification des cellules

avant que celles-ci ne deviennent cancéreuses, permettant d'y opposer un

traitement préventif.

Le prélèvement de cellules du col de l'utérus s'effectue à la jonction de la

muqueuse glandulaire de l'endocol (partie interne du col) et de la muqueuse

malpighienne de l'exocol (partie externe du col).

Deux frottis pratiqués à un an d'intervalle sont recommandés au début de la

vie sexuelle, puis un frottis tous les 2 à 3 ans jusqu'à l'âge de 65 ans.

Figure 10 : Technique de réalisation du FCV [14]

30
 En cas de frottis anormal ou une infection génitale (maladie sexuellement

transmissible), le frottis doit être renouvelé plus souvent. [58]

1-2- Technique de prélèvement:

Le frottis cervico-vaginal est toujours réalisé avant le toucher vaginal. C’est en

dehors des règles, pendant la période paraovulatoire quand la glaire translucide

produit un effet de loupe au niveau d’un orifice externe au maximum de son

ouverture, que le prélèvement du frottis est conseillé.

La présence d’une leucorrhée accompagnée d’irritation et d’une muqueuse

rouge vernis et, signe cliniquement une infection et doit faire reporter le

prélèvement du frottis.

De même, des muqueuses atrophiques saignant au moindre contact, en raison

d’un réseau vasculaire à fleur d’épithélium chez une femme ménopausée, sans

traitement substitutif, doivent faire l’objet au préalable d’un traitement trophique

local. Ce sont la qualité du prélèvement, la quantité suffisante et la bonne

conservation du matériel cellulaire qui permettront aupathologiste d’améliorer la

performance de cette méthode de dépistage.

Le prélèvement du frottis est un geste médical simple qui peut être pratiqué

par tout médecin. [59]

1-2-1- Renseignements cliniques :

La fiche de renseignements cliniques est le moyen de dialoguer avec le

pathologiste à qui seront adressées les lames. Elle comprendra :

 le nom du prescripteur ;

 le nom et prénom de la patiente, son âge ;

31
 la date des dernières règles, le contexte hormonal, ménopause,

grossesse… ;

 les traitements actuels ou antérieurs (contraception orale, dispositif

intra-utérin, laser, radiothérapie) ;

 la référence des antériorités cytologiques et/ou histologiques.

Les renseignements cliniques sont trop souvent négligés. Ils facilitent pourtant

l’interprétation du cytologiste.

 Indiquer la référence des antériorités permet facilement au cytologiste,

s’il le souhaite, de comparer les lames actuelles et antérieures car si

l’identité de la patiente n’a pas été parfaitement reproduite,

l’informatique ne pourra retrouver les examens précédents. [59]

1-2-2- L’examen clinique :

 La découverte de placards de cellules endométriales au troisième jour

du cycle chez une femme de 24 ans est banale, alors qu’elle nécessite

une exploration utérine chez une femme de 70ans ;

 La grossesse, en cas de déciduose cervicale, donne des aspects

cytologiques faussement inquiétant ;

 Les dispositifs intra-utérin entrainent souvent des anomalies

épithéliales glandulaires « réactionnelles » ; la radiothérapie donne des

atypies épithéliales permanentes des cellules non tumorales, parfois

impressionnantes durant un intervalle de temps de 6 mois, sinon il faut

y pensais à une récidive ;

 Il est fréquent d’observer des cellules dyskératosiques après traitement

laser ;

32
1-2-3- Mise en place du speculum non lubrifié :

Elle doit être douce et progressive pour le confort de la patiente et pour éviter

un saignement iatrogène des muqueuses.

Introduit dans l’axe longitudinal de la vulve, le spéculum en prenant appui sur

la fourchette entrouvre les petites lèvres, récline les vestiges hyménaux et progresse

dans le tiers externe du conduit vaginal : à ce niveau une rotation d’un quart de tour

replace les valves du spéculum à l’horizontale et permet de glisser sur les parois

postérieure et antérieure du vagin jusqu’à la sensation du ressaut du col, au fond du

dôme vaginal. C’est à ce moment précis que l’on écarte lentement les valves du

spéculumpour permettre l’engagement du col qui se fixe entre les deux extrémités.

[59]

Figure 11 : Schéma d’illustration de l’examen du col sous spéculum [79]

33
1-2-4- Frottis conventionnel:

 Technique

Il est recommandé d’utiliser une spatule d’Ayre associée à une brosse ou un

Cervex Brush ou une spatule d’Ayre modifiée qui permettent de prélever à la fois au

niveau de l’orifice cervical externe et au niveau de l’endocol. [60]

Figure 12 : Instruments préconisés pour réaliser la cytologie de grattage et de

brossage :

a : spatule d’Ayre ; b : brosse en plastique, type Cervex ; c : brosse en nylon,

type Cervi-Brush. [61]

L’avantage du prélèvement au niveau de l’exocol est la diversité des cellules

provenant de tout le tractus génital ; les inconvénients sont le mauvais état de

conservation de cellules et de pauvreté en cellules malignes lorsqu’il existe une

tumeur cervicale. Il se révèle plus efficace qu’au niveau de l’endocol pour une

détection de tumeurs endométriales, tubaires, ovariennes, ou métastatiques. Ce type

de prélèvement est donc indiqué chez la femme de plus de 45 ans.

34
Figure 13 : Les grattages exocervical et endocervical impliquent, pour être
efficaces, une rotation à 360° de la spatule d’Ayre. [61]

 Etalement sur lames

La lame porte-objet doit avoir une épaisseur constante d’environ 1mm et être

de bonne qualité pour éviter qu’elle ne se brise au moindre choc. L’étalement sur

lame doit être régulier, de bonne épaisseur et rapide pour prévenir les

dessèchements. Toute la surface de la spatule ou de la brosse doit être en contact

avec la lame porte-objet. Les mouvements irréguliers d’étalement (circonvolutions)

froissent les cellules et peuvent modifier leursformes. Il faut procéder sans délai à

la fixation pour que les cellules soient bien conservées.

La technique préconisée par Wied et Bahr(1959) d’étaler sur la même lame les

prélèvements vaginaux, exocervicaux et endocervicaux, permet une lecture

microscopique rapide mais exige une grande dextérité au moment de prélèvement

et de la fixation, pour éviter la dessiccation. [61]

35
Figure 13 : Étalement sur lame dans le frottis conventionnel.

 Fixation et fixateurs :

Le but de la fixation est de préserver l’état morphologique des cellules. La

fixation des frottis doit être immédiate pour éviter la lyse qui déforme les cellules et

modifie leur affinité tinctorial.

L’agent fixateur ne doit pas être toxique ou volatil, et sont prix doit être

raisonnable. Pour ces raisons, l’alcool est le fixateur de choix, sous forme de liquide

ou d’aérosol. L’alcool dénature les protéines et les acides nucléiques, et les rondes

insolubles et stables. Il peut s’agir d’alcool éthylique (dénaturé ou non), d’alcool

isopropylique ou d’un mélange d’alcool avec une solution de plastique comme le

polyéthylène glycol. Le mélange d’alcool et d’éther préconiser par Papanicolaou a

était abandonner pour des raisons de sécurité (éther volatil et inflammable).

Le temps de fixation est de 15 min au minimum.

Les atomiseurs contiennent de l’alcool isopropylique et du glycol de

polyéthylène (carbowax), qui en séchant protège les cellules. Le polyéthylène doit

être éliminé par un bain d’alcool avant la coloration. Pendant la fixation, il faut tenir

36
l’atomiseur à environ 30 cm du porte-objet. Plus près, il y a risque de chasser les

cellules de la lames, de les lésées ou de provoquer des images d’artefacts difficiles à

interpréter. Plus loin il y a risque de fixation incomplète.

Il faut éviter d’inhaler le matériel de l’atomiseur bien que rien n’indique que

les composants en soit toxiques. Les atomiseurs pour lacs de cheveux ont la même

composition chimique, et leur usage est très économique.

La dessiccation après fixation nui quelque peu à la qualité de la coloration

mais à l’avantage d’éviter le transport des frottis en milieu liquide. Avant la

coloration, il est souhaitable de replonger les frottis dans l’alcool pendant quelques

instants.

Les frottis fixé et sécher sont aisément transporter dans des pochettes de

cartons ou de plastique. [60]

Figure 14 : Technique de fixation du prélèvement.

 Sensibilité et spécificité :

La sensibilité varie de 32 à 73% si le seuil de détection est une LIBG et entre 32

et 98% si le seuil de détection est une LIHG.

37
La spécificité varie de 40 à 83% dans le premier cas et de 57 à 82% dans le

second cas. [59]

1-2-5- Frottis en milieu liquide :

Le frottis en milieu liquide correspond à un prélèvement qui met les cellules

en suspension dans un liquide de conservation. Pour le clinicien, le prélèvement se

fait de la même manière que celui du frottis conventionnel en utilisant une brosse en

plastique pouvant prélever la jonction squamo-cylindrique et l’endocol ou en

combinant l’usage d’une spatule et d’une brosse endocervical. Le matériel prélevé

est ensuite immédiatement rincé dans le flacon qui contient un fixateur permettant

le transport au laboratoire. Une brosse sécable peut être utilisée et laissée dans un

le flacon. Le clinicien n’a plus à prendre en charge l’étalement qui se fait au

laboratoire.

Actuellement, deux modalités techniques utilisant des automates ont été

validées par la Food and Drug Administration (FDA) et sont les plus utilisées. L’une

procède par filtration et collection des cellules sous vide sur un membre avec

transfert des cellules sur une lame (procédé ThinPrep). L’autre procède par

centrifugation et sédimentation a travers un graduant de densité (procédé

Prepstain).

La centrifugation élimine une grande partie des cellules inflammatoires, de la

nécrose, et des hématies, aboutissant à « un nettoyage de l’étalement ». Il permet

d’éviter la plus part des artefacts de superpositions du frottis conventionnel mais la

disparition du matériel cellulaires supprime aussi des repères visuels habituels.

Les cytologistes ont l’habitude de lire des étalements de cellules fixées dans

un milieu liquide pour les urines, les séreuses ou les ovaires. Ils imposent une

38
analyse élément par élément et un apprentissage de 6 mois au moins pour réajuster

les critères morphologiques. Les cellules ne sont pas aplaties sur le support mais

déposer et la taille des éléments et les aspects tinctoriaux s’entrouvres modifiées.

Les noyaux ne sont plus hyper chromatique mais prennent un aspect vésiculaire et

les cytoplasmes sont important pour différencier l’origine cellulaire. [59]

Figure 15 : Matériel du frottis en milieu liquide.

 Sensibilité et spécificité :

La sensibilité est le plus souvent supérieure à celle du frottis conventionnel,

mais la différence n’est pas significative. Les données ne permettaient pas de

conclure sur la spécificité. [59]

1-2-6- La coloration :

La coloration utilisée au service d’anatomie pathologique de CHU Hassan II

àFès est celle de Papanicolaou.

Cette coloration associe un colorant nucléaire, l’hématoxyline de Haris à des

colorants cytoplasmiques, l’orange G et le mélange polychrome EA50 de

Papanicolaou.
39
Le mode opératoire est le suivant :

1. Préfixation dans l’alcool 70°,

2. Rinçage à l’eau durant 5à10 minutes,

3. Coloration par l’hématoxyline de Haris pendant 5à7 minutes,

4. Alcool acide pendant 2minutes,

5. Rinçage à l’eau,

6. Alcool 95° pendant 5minutes,

7. Coloration par la solution d’orange G durant 2à3minutes,

8. Rinçage dans un bain d’alcool à 95°, 5à10minutes,

9. Coloration par le mélange polychrome EA50 de Papanicolaou

pendant5à10minutes,

10. Rinçage dans deux bains successifs d’alcool à 95° de 2minutes chacun,

11. Immersion dans l’alcool absolu pendant 2minutes,

12. Passage dans trois bains successifs de toluène,

13. Montage entre lames et lamelles.

Figure 16 : Technique de coloration.

40
1-2-7- Lecture des lames :

Une fois les lames correctement prélevées, étalées, fixées et colorées,

lalecture a été faite selon quelques règles bien établies.

L’examen se fait avec l’objectif 10 et des oculaires 10, la lame est

maintenuedans le porte-objet de la platine. Le balayage est systématique, et les

champssuccessifs sont légèrement recouvrant pour ne manquer aucune plage du

frottis ; cebalayage peut être vertical ou horizontal. Les cellules ou les zones

atypiques fontl’objet d’un examen plus approfondi à l’objectif 40.

Un jugement est porté sur la richesse cellulaires et la qualité technique

dufrottis dans le compte rendu.

Dans un souci d’uniformisation des résultats, l’interprétation a été faite selon

le système BETHESDA.

1-2-8- Avantages du frottis en milieu liquide par rapport au frottis


conventionnel :

La cytologie en milieu liquide a été développée pour remplacer laméthode

conventionnelle de préparation des frottis cervicaux.

Le « thinPrep test »a montré de plusieurs façons une plus grande

performance :

Une augmentation significative de la détection des lésions intra épithélialesde

bas grade et de haut grade ainsi qu’une augmentation significative desprélèvements

satisfaisants. [62]

41
 Les échantillons obtenus sont plus représentatifs des zones échantillonnées,

ce qui limite les faux négatifs.

 L’interprétation de chaque échantillon est facilitée et demande donc moins de

temps, augmentant ainsi l’efficacité et par conséquent le rapport coût

efficacité. [63]

 Le prélèvement fait par étalement en couche mince permet de faire plusieurs

lames et d’avoir des lames de réserve ou des lames de collection.

 Il est également possible de rechercher sur le matériel résiduel l’ADN du

papillomavirus humain. [64, 65]

 Le liquide de conservation dont le principal composant est l’éthanol permet

une parfaite conservation des cellules ainsi un échantillon peut être analysé

après plusieurs années. [66]

 Devant l’absence d’essai randomisée contrôlé comparatif de la cytologie en

milieu liquide avec cytologie conventionnelle, la supériorité d’une méthode

par rapport à l’autre n’est pas animé et les résultats des études restent

contradictoires. [67, 68, 69]

1-3- Résultats du frottis cervico-vaginal :

L’ensemble de nos résultats variés entre : [59]

 Normal :

Un frottis est dit normal est un frottis ne comportant pas de cellules atypiques

et dont l’aspect cytologique est en concordance avec le contexte clinique (âge de la

patiente et contexte hormonal).

Pour qu’un frottis soit considéré comme significatif, il est impératif que la

zone de jonction exocol-endocol, point de départ de la plupart des néoplasies

malpighiennes, ait été intéressée par le prélèvement. Cette zone de jonction est en

42
remaniement perpétuel, du fait de l’éversion permanente de la muqueuse

glandulaire endocervicale à l’orifice externe, suivie de sa transformation en

épithélium malpighien (métaplasie). Ce processus se traduit sur le frottis de ces

éléments et /ou de cellules glandulaires endocervicales associées à du mucus est la

preuve que la zone de jonction a bien été concernée. De plus, la présence de cellules

glandulairesendocervicales est une condition impérative au difficile dépistage des

néoplasies glandulaires. Un frottis sans cellule doit donc être refait.

Cellule
intermédiaire
Cellule
superficielle

Figure 17 : Frottis cervico-vaginal normal

 Inflammatoire :

Sa définition est loin d’être aisée. Des germes et des polynucléaires sont

fréquemment observés sur le frottis sans qu’ils témoignent forcement d’une

cervicite et la définition du frottis inflammatoire est très variable d’un pathologiste à

un autre. Les critères sont en principe l’abondance des cellules inflammatoires

(polynucléaires, lymphocytes, histiocytes) et la présence de polynucléaires altérés.

On peut parfois caractériser l’inflammation en identifiant les agents

pathogènes :

43
 Trichomonas : parasites ovalaires, associés à des modifications épithéliales

avec pseudo éosinophilie cytoplasmique et halos et halos péri nucléaires

étroit ;

Cellule
intermédiaire

Cellule
inflammatoire
type PNN

Figure 18 : Frottis cervico vaginal très inflammatoire

 Mycose : spores et filaments segmentés ;

Cellule
superficielle

Filaments
mycéliens

Figure 19 : Présence de nombreux filaments mycéliens [61]

44
 Infection herpétique: cellules multinucléées avec noyaux en verre dépoli et

inclusions nucléaires ;

Cellule
Cellules
herpétique
inflammatoires
multi nuclées

Figure 20 : Frottis cervico vaginal inflammatoire objectivant une infection

herpétique [61]

 Actinomycose : amas de germes basophiles à limites irrégulières et

filamenteuses (femmes porteuses d’un DIU) ;

 Infection à Gardnerella : amas granuleux recouvrant les cellules

épithéliales (clue cells) ;

Cellule para
basale
Cellule
infectée par le
Gardnerella

Figure 21 : Frottis contenant de nombreux germes à types Gardnerella, avec

un fond qui finement grenu. [61]

45
 Surtout, les inflammations lorsqu’elles sont très intenses, peuvent gêner l’analyse des

éléments épithéliaux et s’accompagner de modifications nucléaires réactionnelles,

pouvant simuler des états précancéreux, voire cancéreux. Elles justifient un frottis de

contrôle après traitement. Devant une cervicite, le gynécologue doit d’abord traiter

l’infection avant de réaliser un frottis.

3-3- Atrophique :

Lors de la ménopause, l’atrophie profonde de la muqueuse endocervicale supérieure

à 5mm par rapport à l’axe du col. Sa définition est donc colposcopique. Il se traduit, sur le

frottis, par de nombreux placards d’éléments glandulaires, volontiers associés à des cellules

parabasales de remaniement « métaplasique ». Ce processus de réparation » est parfois

difficile à différencier d’une lésion néoplasique.

Cellule basale

Figure 22 : Frottis atrophique, présentant quelques cellules basales

3-4- Hémorragique :

Présence de nappes de cellules rouge rendant l’interprétation du prélèvement

difficile, et pouvant masquer les cellules épithéliales.

46
3-5-Cytolytique :

C’est la présence de cellules avec des noyaux nus et un cytoplasme grignoté

due à la présence massive de Doederlein, c’est à dire une nécrose cellulaire causé

par exemple par une infection ou une radiothérapie.

Cellule
Bâtonnets de grignotée
Doederlein

Figure 23 : Frottis cytolytique avec de nombreux bacilles de Doderlein et Cellules

grignotées

3-6- LIBG :

Lésion malpighienne intra épithéliale de bas grade : c’est la présence de Koilocytes

(cellules à trou, signant une infection à HPV) au niveau des cellules superficielles

Cellule
intermédiaire

Koilocytes

Figure 24 : Présence de Koilocytes témoigne d’une lésion de bas grade.

47
3-7- ASCUS :

Atypies cellules malpighiennes de signification indéterminée : il existe des

anomalies nucléaires légères au niveau des cellules superficielles.

Cellule
intermédiaire
avec rapport
cytonucleaire
augmenté

Figure 25 : Lésion type ASCUS avec noyaux de 2 à 3 fois la taille de ceux d’une

cellule intermédiaire

3-8- ASC-H :

Atypies des cellules malpighiennes ne permettant pas d’exclure une lésion

malpighienne de haut grade : il existe des anomalies nucléaires au niveau des

cellules basales.

Rapport
cytonucleaire élevé
Cellule superficielle

Figure 26 : Lésion type ASC-H au niveau des cellules basales : noyaux hyper

chromatiques et texture granulaire

48
3-9- LIHG :

Lésion malpighienne intra épithéliale de haut grade : les cellules basales ont

des anomalies nucléaires marquées.

Anomalie nucléaire
Rapport
cytonucleaire très
élevé

Figure 27 : Les anomalies nucléaires sont plus marquées aux niveaux des

cellules basales dans les lésions de haut grade.

3-10- CIS :

Carcinome in situ : les cellules endocervicales ont une disposition radiaire et

des noyaux qui ont perdu leur polarité.

Anomalie nucléaire

Figure 28 : Carcinome in situ [60]

49
2- Méthode clinique : Colposcopie :

Il s’agit de l’examen de la filière génitale basse : le col, le vagin, voire la vulve

avec un microscope binoculaire à l’aide d’un spéculum permettant un

agrandissement des structures épithéliales de recouvrement. Elle permet de déceler

des cancers débutants ou de lésions précancéreuses. La colposcopie complète le

frottis cervico-vaginal, [70, 71, 72] et la plupart des CIN dépistées par la cytologie ;

sont diagnostiquées par la biopsie dirigée au colposcope, cette biopsie doit être

prise au niveau de l’endocol, l’exocol et la jonction et en plein centre des lésions

visualisées. Elle est devenue indissociable de la prise en charge des lésions du col

utérin. [35]

On trouve dans la colposcopie 3 temps : [35]

 1° temps : examen sans préparation : c’est le stade de l’examen où l’on

visualise mieux les vaisseaux.

 2° temps : application d’acide acétique dilué à 3% il permet de visualiser la

jonction squamo-cylindrique lorsque le col est normalil n’y a pas de

blanchiment après application d’acide acétique.

 3° temps : test de Schiller, il correspond à l’application d’une solution de

Lugol fort, sur les zones où l’épithélium malpighien est anormal.

Elle doit être effectuée en phase pré ovulatoire en cas de cycles naturels (glaire

bien transparente). En période ménopausique, la préparation oestrogénique est

indispensable pour évaluer correctement la réponse du test de Schiller.

50
Figure 29 : Examen clinique sous colposcope. [14]

Les zones pathologiques, ne prennent pas de Lugol, et sont

ditesIodonégatives.

L’acide acétique provoque une réaction blanchâtre, d’intensité et de durée

variable en fonction de la teneur protéinique des cellules épithéliales, et traduit de

ce fait l’activité mitotique de ces cellules. L’iode est représentatif de la charge

glycogénique des cellules de l’épithélium malpighien. Il est donc la traduction

indirecte de la maturation épithéliale. [73]

51
Acide acétique Lugol

Blanc Brun

Blanc Brun
Charge protéinique Charge glycogénique
Activité mitotique Maturation

Figure 30 : Aspect de col normal aux trois temps de la colposcopie. [101]

Les images anormales correspondent à des lésions du tissu conjonctif, dont

les vaisseaux peuvent être dilatés, et à des modifications de l’épithélium

pavimenteux qui a subi une transformation acidophile au contact de l’acide

acétique. [74]

Les lésions intra épithéliales sur cytologie se confirment dans plus de 95% des

cas à l’examen colposcopique et au résultat de la Biopsie dirigée. Les cytologies «

Atypiques » se traduisent dans plus de 90% par une pathologiecolposcopiquement

discernable. [71]

52
Figure 31 : Aspect d’une lésion intra-épithéliale en colposcopie [101]

Figure 32: Aspect d’un cancer invasif du col utérin aux trois temps de la

colposcopie [101]

La colposcopie reste le moyen d’exploration indispensable du col à mettre en

œuvre lorsqu’il existe des frottis anormaux, elle est l’examen complémentaire du

diagnostic du cancer du col, en précisantla taille, la topographie et la sévéritédes

lésions cervicales. [75, 76]

Elle constitue aussi un moyen de surveillance pour les femmes à risque,

quipeuvent se répartir en 3 catégories :

 Les cols présentant des modifications colposcopique non repérées parles

frottis

 Les cols porteurs d’une lésion de bas grade, non traités

 Les cols traités.

53
Cette optique préventive constituée des FCV et de la colposcopie

devraitpermettre d’éviter « les cancers d’intervalle » et d’assurer une

véritableprévention. [77]

3- Méthode de biopsie :

Elle est réalisée lorsque le frottis a montré des anomalies cytologiques sous

contrôle de la vue ou sous colposcopie, à l'aide d'une pince qui ramènent des petits

fragments.

Ces fragments sont fixés dans le formol et soumises aux techniques classiques en

anatomie pathologique (inclusion en paraffine, coupe à 4 microns, coloration HES).

4- Méthode de conisation :

Exérèse chirurgicale réalisée au niveau du col, dans le cadre des lésions virales

et dysplasiques. La pièce intéresse l'exocol et l'endocol.

Elle a une forme conique, à sommet endocervical et à base exocervicale.

Figure 33 : Technique de réalisation de la conisation [14]

54
Après fixation, cette pièce est incluse en totalité.

A l'examen histologique, on précisera :

 la présence ou non d'une infection virale de type HPV

 la présence ou non d'une dysplasie et son type

 la qualité de l'exérèse (complète ou non)

 Néoplasies malpighiennes intra épithéliales cervicales (CIN) ou dysplasies: [59]

 CIN I :
Dysplasie légère : c’est une modification architecturale et cytologique, avec des

noyaux augmentés de volume irrégulier et hyper chromatique. Disposé en mottes

irrégulières, présence d’anisocaryose.

Figure 34 : image histologique objectivant une lésion type CIN I

 CIN II :

Dysplasie moyenne : la moitié à deux tiers de la hauteur de l’épithélium sont

remplacés par des cellules basales anormales, les Koilocytes sont toujours

présentent à la surface.

55
Figure 35 : Image histologique objectivant une lésion type CIN II.

 CIN III :

Dysplasie sévère : la totalité de la hauteur de l’épithélium est modifiée, avec absence

des Koilocytes, cytologiquement se traduit par de nombreux placards de cellules

basales anormales.

Figure 36- 37 : images histologiques objectivant des anomalies type CIN III

56
Figure 38 : les différentes lésions intra épithéliales CIN I, II, III : [14]

C- LES RESULTATS DE L’ETUDE:

1- Description générale :

Les données colligées au sein du laboratoire d’anatomie et cytologie

pathologique du CHU Hassan II de Fès, ont été saisies puis analysées à l’aide du

logiciel Epi Info 7. Ainsi, on a évalué les résultats obtenus sur 2409 femmes en une

période de trois ans allant de 2010 à 2013, toutes les femmes qui ont bénéficiées

d’un frottis cervico-vaginal ont consultées soit dans les services de gynécologie du

CHU, soit dans les différents centres de santé ou d’établissement privé.

 L’âge:

L’analyse épidémiologique de notre étude montre que l’âge moyen au moment

du diagnostic était de 45,84 ± Eq 11,24 ans ; avec un minimum de 19 ans et un

maximum de 86 ans.

La tranche d’âge la plus représentée était celle entre 40-49 ans et représentait

35,85٪

57
40,00%
35,85%
35,00%

30,00%
23,82%
25,00% 22,03%
20,00%

15,00%
11,58%
10,00% 6,72%
5,00%

0,00%
19-29 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans >60 ans

Figure 39 : Répartition des FCV selon les tranches d’âge.

 Ménopause:

Par ailleurs, l’analyse du statut hormonal des femmes de notre série a montré

que 63,11% étaient en période d’activité génitale et seulement 36,89% d’entre elles

étaient ménopausées.

36,89 %

ménopausée
63,11 %
non ménopausée

Figure 40 : Statut hormonal des femmes dépistées.

58
 Parité :

La parité moyenne de la population étudiée étaient de 3,44 avec une parité

allant de 0 à 14 pares.

Parité Nombre de
Pourcentage %
femmes

0 284 11,79%
1 218 9,05%
2 379 15,73%
3 464 19,26%
4 397 16,48%
5 232 9,63%
6 167 6,93%
7 123 5,11%
8 56 2,32%
9 48 1,99%
10 23 0,95%
11 11 0,46%
12 5 0,21%
13 1 0,04%
14 1 0,04%

Figure 41 : Répartition de la parité de la population étudiée.

59
Ainsi 11,79 % des femmes étaient nullipares; 24,78% pauci pares (moins de

3parités) ; alors que 63,43 % étaient multipares.

11,79%

24,78%
Nullipare
63,43%
Paucipare
Multipare

Figure 42 : Répartition des FCV réalisés selon la parité.

 Contraception :

Plus des deux tiers des patientes n’étaient pas sous contraception soit 79,38%.

20,62%

Sous contraception
79,38% Sans contraception

Figure 43 : Répartition de la prise de la contraception

60
81,89% des patientes qui étaient sous contraception, sont entre 30 et 49 ans

c'est-à-dire durant la période de l’activité génital.

44,87%
45,00%

40,00% 37,02%
35,00%

30,00%

25,00%

20,00%
14,89%
15,00%

10,00%

5,00% 3,22%
0%
0,00%
19-29 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans >60 ans

Figure 44 : Répartition de la prise de la contraception en fonction de l’âge.

 Les antécédents :

La plupart de nos patientes étaient :

 sans antécédents : 86,85%,


 hystérectomisées : 3,57%,
 autres (variées entre HTA, diabète..) : 5,23%,
 conisation : 1,87%,
 porteuse d’un cancer du sein : 1,70%
 ayant déjà bénéficiées d’une radio-chimiothérapie (RCC) : 0,78%.

61
ATCD Fréquence %
Sans antécédents 2092 86,85%
Hystérectomie 86 3,57%
RCC 19 0,78%
Cancer du sein 41 1,70%
Conisation 45 1,87%
Autres 126 5,23%
Total 2409 100,00%

Figure 45 : La répartition des différents symptômes

2- Données de l’examen gynécologique :

 Les symptômes :

La quasi-totalité des patientes se sont présentées dans le cadre du dépistage

du cancer du col soit 86,76%,

 6,02% pour le suivi d’une hystérectomie pour cancer du col utérin ou bien

d’une pathologie bénigne (myome utérin),

 3,69% pour métrorragies

 3,53% pour leucorrhées.

3,69%
6,02% 3,53%
depistage
suivi
metrorragies
leucorrhées

86,76%

Figure 46 : Répartition des patientes selon la symptomatologie.

62
 Examen clinique :

La plupart des patientes avaient un col d’aspect macroscopiquement normal,

sans tumeur bourgeonnante ou autres lésions visiblement décelables.

Les femmes étaient le plus souvent adressées après examen gynécologique

par un gynécologue ou un médecin généraliste.

3- Résultats des frottis cervico-vaginaux :

Selon la classification Bethesda 2001, et résultats de notre étude ont variés

entre:

Résultats des frottis Nombre de %


cervico-vaginaux femmes

Inflammatoire 1083 44,96%

Normal 630 26,15%

Lésions précancéreuses 139 5,78%

Lésions malpighiennes 85 3,52%

Atrophique 224 9,30%

Cytolytique 160 6,64%

Acellulaire 73 3,03%

Hémorragique 15 0,62%

TOTAL 2409 100%

63
Frottis cervico-vaginal:
44,96%
45,00%
40,00%
35,00%
30,00% 26,15%
25,00%
20,00%
15,00% 9,30%
10,00% 6,64% 5,78%
3,52% 3,03%
5,00% 0,62%
0,00%

Figure 47 : Pourcentage des différents résultats du frottis cervico-vaginal

 Les lésions bénignes :

Sur l’ensemble des cas, on note la présence de modifications cytologiques

bénignes :

 L’inflammation qui était la plus représentée avec 73,82%

 L’atrophie : 15,27%

 Cytolytique : 10,91%

64
Lésions bénignes
10,91%
15,27%
Inflammatoire

73,82% Atrophie
Cytolyse

Figure 48 : Répartition des modifications bénignes.

 Lésions précancéreuses :

Cependant, 139 cas étaient interprétés comme lésions précancéreuses, ils ont

étés représentés par:

 LIBG: 92, 09%

 LIHG: 5, 03%

 Le carcinome in situ (CIS) :2, 16%

 CIS/LIHG : 0,72%

Lésions pré-cancéreuses
5,03%
2,16%
LIBG
0,72%
LIHG
92,09% CIS
LIHG/CIS

Figure 49 : Répartition des lésions précancéreuses.

65
 Lésions malpighiennes

Représentées par les lésions types ASC-US et ASC-H,

Lésions malpighiennes

29,41%

ASC-US
70,59%
ASC-H

Figure 50 : Répartition des lésions malpighiennes

4- Résultats des biopsies:

Sur les 139 FCV ayant présentées des anomalies cytologiques, on a pu

retrouver 105 biopsies qui leurs correspondent.

Parmi ces patientes ayant un FCV avec des lésions précancéreuses (LIBG

CIS) :

 7,19% étaient perdues de vus,

 17,19% suivies à titre externe,

 75,54% avaient un suivi au sein de notre CHU, ayant bénéficiées d’une

coloscopie avec biopsie du col utérin puis conisation ou bien une simple

biopsie isolée ou une biopsie avec conisation.

66
80,00% 75,54%
70,00%

60,00%

50,00%

40,00%

30,00%
17,27%
20,00%
7,19%
10,00%

0,00%
Perdues de vus Externes Suivies

Figure 51 : Répartition des patientes ayant un frottis pathologique selon le

suivi.

Ces patientes qui avaient un suivi, 85,72% d’entre elles avaient effectivement

des biopsies pathologiques en faveur de lésion précancéreuse, et 14,28% était des

faux positifs (normal, cervicite).

BIOPSIE Nombre de femme Pourcentage

Négative 15 14,28%
Pathologique 90 85,72%

Total 105 100%

Figure 52 : Répartition des résultats des biopsies.

67
Ainsi la suite des résultats était comme suite :

Résultats des Nombre de % TOT


biopsies femmes
négative Normale 2 1,90
Biopsie

14,28%
Cervicite 13 12,38
(15 cas)

CIN I 62 59,05
pathologique
Biopsie

CIN II 19 18,10 85,72%


(90 cas)
CIN III=CIS 9 8,57

Sur l’ensemble des biopsies négatives (soit 15 cas) les cervicites étaient la plus

représentées avec 86,67% et les biopsies normales de 13,33%.

Biopsies négatives
13,33%

Cervicite

86,67% Normale

Figure 53 : Répartition des résultats des biopsies négatives.

Cependant, 90 cas étaient interprétées comme biopsies pathologiques, ils ont

été représentées par :

 CIN I: 59, 05%,

 CIN II: 18,10%,

 CIN III = CIS : 8, 57%

68
Biopsies pathologiques

8,57%

18,10%

CIN I
CIN II
59,05%
CIN III

Figure 54 : Répartition des résultats des biopsies pathologiques.

 Lésion intra-épithéliale de bas garde:

Chez presque plus de la moitié des patientes (64,21%)ayant eu une lésion

type LIBG en frottis cervico-vaginal, les biopsies étaient en faveur d’un CIN I associé

ou non à l’HPV.

 Par contre 2,10% était un CIN III.

 Avec un faux positif de 15,79% (cervicite+normal).

69
LIBG
70,00% 64,21%
60,00%
50,00%
40,00%
30,00%
15,79% 17,90%
20,00%
10,00% 2,10%
0,00%
Faux positif CIN I CIN II CIN III=CIS

Figure 55 : Différents résultats anatomopathologiques trouvés dans les lésions

types LIBG.

 Lésion intra-épithéliale de haut grade (LIHG):

Les résultats des FCV de types LIHG étaient dominés dans plus de 50% par les
lésions types CIN III, contre un faux positif de 0%.

LIHG
60% 57,13%

50%
40%
28,58%
30%
20% 14,29%
10%
0%
0%
Faux positif CIN I CIN II CIN III

Figure 56 : Différents résultats anatomopathologiques trouvés dans les lésions

types LIBG.

70
4-1- Sensibilité et spécificité :

 Les lésions intra- épithéliales de bas grade :

Lésion de bas grade : LIBG :

Biopsie

CIN I Autres (cervicites Total biopsie


normal, CIN II, CIN
III)
LIBG 61 34 95
FCV Autres 1 9 10
Total FCV* 62 43 105

FCV* : FCV chez les patientes ayant bénéficiées uniquement des biopsies.

 Sensibilité : 61 / 62= 98,39 %.

 Spécificité : 9/43= 20,93 %.

 VPP : 61/95= 64,21 %.

 VPN : 9/10= 90 %.

 Coefficient de Q de Yule : 0,88 (très fort concordance).

Lésion de haut grade : LIHG

Biopsie
>CIN II CIN I au max Total biopsies
LIHG + 9 1 10
FCV LIHG - 19 76 95
Total FCV* 28 77 105

 Sensibilité : 9/28= 32,14 %.

 Spécificité : 76/77 = 98,7 %

 VPP : 9/10= 90 %.

 VPN : 76/95= 80 %.

 Coefficient de Q de Yule : 0,95 (très forte concordance).

71
5- Corrélations des résultats du frottis cervico-vaginal et les différents
paramètres étudiés:

Les différents résultats des FCV interprétables dans notre étude sont répartis

en deux groupes : un premier qui regroupe les FCV portants des modifications

bénignes de la cytologie et un deuxième groupe des FCV portants des lésions

précancéreuses. Ainsi, nous avons étudiés le profil de la répartition des différents

paramètres épidémiologiques (âge, statut hormonal, parité, contraception,

antécédents, signes cliniques) dans ces deux groupes.

5-1- L’âge:

 La répartition des résultats cytologiques en fonction de l’âge :

 La répartition des tranches d’âge dans les deux groupes montre que le

pourcentage des lésions précancéreuses est plus élevé dans la tranche

d’âge de 40-49 ans.

100,00% 98,56%
87,77% 87,17%
90,00%
80,00%
67,63%
70,00% 61,87%
60,00%
50,00% Modifications bénignes
38,13%
40,00% 32,37%
Lésions précancéreuses
30,00%
20,00% 12,23% 15,33%
10,00% 1,44%
0,00%
19-29 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans >60 ans

Figure 57 : Comparaison des résultats cytologiques en fonction des tranches

d’âge.

72
 On constate que les lésions précancéreuses sont observées à tout âge, un

pic de fréquence 38,13% est noté dans la tranche 40-49 ans. Par ailleurs le

pourcentage le plus faible est noté dans la tranche d’âge 19-29 ans.

40,00% 38,13%
35,00% 32,37%
30,00%
25,00%
20,00% 15,83%
15,00% 12,23%
10,00%
5,00% 1,44%
0,00%
19-29 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans >60 ans

Figure 58 : Lésions précancéreuses en fonction des tranches d’âge

5-2- Ménopause :

 Les résultats cytologiques en fonction du statut hormonal

 Chez les femmes ménopausées qui ont été dépistées 12,42% présentent

une lésion précancéreuse, alors que chez les femmes non ménopausées

6,26% présentaient ces lésions.

100,00% 93,74%
87,58%
90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00% Lésion bénignes
40,00% Lésions précancéreuses
30,00%
20,00% 12,42%
6,26%
10,00%
0,00%
Non ménopausée Ménopausés

Figure 59 : Comparaison des résultats cytologiques en fonction du statut


hormonal

73
 Comparaison des lésions cytologiques en fonction du statut hormonal :

 L’analyse montre que la plus part des patientes ayant des lésions

précancéreuses étaient déjà ménopausées

100,00% 100% 100%

80,00%

53,91% 57,14%
60,00%
46,09% 42,86% Non Menopausée
40,00%
Menopausée
20,00%
0% 0%
0,00%
LIBG LIHG LIHG-CIS CIS

Figure 60 : Comparaison des résultats cytologiques en fonction du statut


hormonal

5-3- Parité :

 Résultats cytologique en fonction de la parité:

 L’analyse montre que le pourcentage des lésions précancéreuses est croissant

en allant des femmes nullipares (8,11%), aux femmes multipares (9,58%).

100,00% 91,89% 93,62% 90,42%

80,00%

60,00%
Lésions bénignes
40,00%
Lésions précancéreuses
20,00% 8,11% 6,38% 9,58%

0,00%
Nullipare Paucipare Multipare

Figure 61 : Résultats cytologiques en fonction de la parité

74
 Comparaison des résultats cytologiques en fonction de la parité:

Le taux le plus élevé des lésions précancéreuses sont observées chez les

femmes multipares.

100% 100%
100,00%
90,00%
80,00% 71,42%
70,31%
70,00%
60,00%
Nullipare
50,00%
Paucipare
40,00%
30,00% 18,75% Multipare
14,28%
20,00% 14,28%
10,94%
10,00% 0% 0%
0% 0%
0,00%
LIBG LIHG LIHG-CIS CIS

Figure 62 : Comparaison des résultats cytologiques en fonction de la parité

5-4- Contraception :

 Résultats cytologiques en fonction de la prise de la contraception:

 On remarque que dans la population des femmes sous contraception 9,28%

présentent des lésions précancéreuses alors que dans la population des

femmes sans contraception seulement 6,19% présentaient ces lésions.

75
100,00% 90,72% 93,81%
90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00% Lésions benignes
40,00%
Lésion précancereuses
30,00%
20,00% 9,28% 6,19%
10,00%
0,00%
Sans contraception Sous contraception

Figure 63 : Répartition des résultats cytologiques en fonction de la contraception.

 Comparaison des résultats cytologiques en fonction de la prise de la

contraception :

La quasi-totalité des patientes ayant des lésions précancéreuses sont

détectées chez les femmes sans moyens contraceptif.

100,00% 100% 100% 100%


83,59%
80,00%

60,00%
Sans contraception
40,00%
Sous contraception2
16,41%
20,00%
0% 0% 0%
0,00%
LIBG LIHG LIHG-CIS CIS

Figure 64 : Comparaison des résultats cytologiques en fonction de la

contraception.

76
5-5- Les symptômes :

 Résultats cytologiques en fonction des symptômes:

En outre, le taux maximum des lésions précancéreuses été noté parmi les

femmes de la population présentant des leucorrhées (14,93%), 14,44% pour celles

admise pour le suivi, 9,84% dans le cadre des métrorragies alors que le faible taux

été noté parmi les femmes de la population du simple dépistage (7,90%).

100,00% 92,10% 90,16%


85,56% 85,07%
90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00%
40,00%
Lésions bénignes
30,00%
14,44% 14,93%
20,00% 7,90% 9,84% Lésions précancereuses
10,00%
0,00%

Figure 65 : Résultats cytologiques en fonction des symptômes.

 Comparaison des résultats cytologiques en fonction des symptômes :

Par contre l’analyse objective que les différents types de lésions cytologiques

sont décelées dans le cadre du dépistage, et non dans les autres formes de

symptomatologie.

77
100% 100%
100,00%
90,00%
79,69%
80,00%
70,00%
60,00% 57,14%
Dépistage
50,00% Suivi
40,00% Métrorragies
30,00% 14,29% Leucorrhées
14,29%
20,00% 9,38% 14,29%
7,03% 0%
10,00% 3,91% 0%0% 0%
0% 0%
0,00%
LIBG LIHG LIHG/CIS CIS

Figure 66 : Comparaison des résultats cytologiques en fonction des

symptômes

78
DISCUSSION

79
Le cancer du col de l’utérus est un problème de santé publique important,

c’est le deuxième cancer de la femme dans le monde, et la cause majeure de décès

dû au cancer chez les femmes dans les pays en développement. L’intérêt du

dépistage systématique par le FCV consiste en la recherche de lésions

précancéreuses, la découverte de ces dernières permettra de traiter précocement ce

cancer aux stades pré invasifs.

Il faut souligner que dans les pays où le dépistage du cancer du col utérin est

établi et bien organisé depuis longtemps, son efficacité ne se traduit pas

uniquement par une incidence réduite, mais également par le diagnostic à des

stades précoces [80, 81].

Notre travail est une étude rétrospective ayant pour but d’évaluer l’intérêt des

FCV dans le dépistage du cancer du col de l’utérus à travers l’expérience du

laboratoire d’Anatomie et de cytologie Pathologique du CHU Hassan II de Fès.

Notre série a portée sur 2409 frottis cervico-vaginaux interprétés selon la

classification de BETHESDA.

Nous avons remarqué que l’âge de nos femmes varie entre 19 et 86 ans avec

un âge moyen de 45,84 ans. Ces résultats sont proches de ceux déjà publiés

notamment dans la série étudiée à Marrakech [82], à Fès-boulemane [83] et au

Cameroun [84] où l’âge moyen est respectivement de 38,7 ; 45,9 et 38,8 ans.

Cependant, on remarque que dans l’étude du Cameroun [85], l’âge des

femmes est très jeune (tranche d’âge 11-75 ans), ce qui implique que ces femmes

avaient eu leurs premiers rapports sexuels très précocement. Les rapports sexuels

80
précoces pendant l’adolescence sont bien reconnus comme un facteur de risque du

cancer du col de l’utérus. [86]

Auteurs Nombre FCV Lieu d’étude Période Age des


d’étude femmes
BENHMIDOUNE 861 Marrakech 2007 (17-82)
[82] RHAMNAS 38,7

BENIS.S 1680 FES- 2000-2003 (18-80)


[83] BOULMANE 45,9

NKEGOUM 13524 CAMEROUNE 1994-1998 (11-75)


[85] CHU
YAOUNDI

KOUAM 12524 CAMEROUN 1987- 1996 (20- 55)


[84] 38,8

Notre série 2409 CHU 2010- 2013 (19-86)


HASSAN II 45,86
FES

Nous avons remarqué que 36,89% des femmes étaient déjà ménopausées au

moment du dépistage ce qui ne concorde pas avec la série de Marrakech (16%). [82]

Plus de la moitié de nos femmes étaient multipares (63,43% des cas) en

comparaison à la série étudiée au Cameroun [85] qui en comportait 92,2%.

On a constaté que la majorité de nos patientes (79,38%) n’avaient aucun

moyen de contraception (nos patientes étaient ménopausées) contrairement à la

série de Marrakech [82] qui comprenait seulement 29% de femmes sans moyen de

contraception.

81
On a trouvé après l’examen gynécologique des femmes retenues pour le FCV,

un pourcentage de cols cliniquement normaux de 86,76%, ce qui est supérieur aux

résultats de à la série de Marrakech (50%) [82]. Les signes d’infection étaient

retrouvés dans environ 4% des cas ce qui estcontraire à la série de Marrakech [82].

Renseignement Série Marrakech Notre série

clinique

Col normal 55,3% 86,76%

Signes d’infection 39,1% 3,53%

Nous avons trouvé sur l’ensemble des frottis analysés, 139 cas de lésions

précancéreuses soit une prévalence de 6 %. Ce résultat est comparable au taux de 7

% et 7,9% rapportés respectivement par les auteurs à Yaoundé et Douala qui sont les

deux grandes villes du Cameroun et ceux de Bali une région rurale du même pays

[87].

Cependant, dans les pays développés, notamment en France, l’étude CRISAP

[88, 89] réalisée sur 815 842 frottis a montré que moins de 1 % présentaient des

lésions précancéreuses contre 1,6% aux USA. [86, 90].

La répartition des lésions précancéreuses observées dans notre série montre

que 92,09 % sont de bas grade et 7,91% de haut grade. Elle diffère de celle

enregistrée par la série du Cameroun [85] où 30% sont des lésions de bas grade et

70% sont des lésions de haut grade. Alors que la majorité des lésions

précancéreuses interprétées dans la série de Marrakech [82] sont presque des

lésions de bas grade (93%).

82
7,91% des lésions précancéreuses observées dans notre travail sont de haut

grade, elles sont alors susceptibles d’évoluer vers un cancer infiltrant. D’où encore

une fois l’intérêt du frottis cervico-vaginal de dépistage chez nous, ainsi que l’accès

aux examens complémentaires et aux traitements nécessaires pour les femmes dont

le test de dépistage est positif.

Selon les recommandations internationales, toutes les femmes ont besoin

d’être prises en charge dans les centres spécialisés pour :

 Confirmer le diagnostic par les moyens d’investigation complémentaires

notamment la colposcopie et la biopsie.

 Proposer un traitement adéquat ou une surveillance rapprochée.

 Eventuellement faire des prélèvements pour le génotypage d’HPV dans les

ASCUS et les lésions de bas grade afin d’orienter la conduite à tenir.

Dans notre contexte la colposcopie dirigée les biopsies faites et pour obtenir

un maximum de résultats optimal.

Cependant, il persiste des problèmes véritables de coordination : toutes les

malades nécessitant une colpo_biopsie ne sont pas ré-adressées pour suivi (sur 139

FCV on a retrouvé seulement 105 biopsies qui leur correspondent). Ceci a plusieurs

inconvénients :

 Impossibilité d’évaluer pour le laboratoire d’anatomie pathologique la

sensibilité et la spécificité de ses frottis ;

 Absence d’un réseau de prise en charge clair et bien codé pour les

patientes;

 Impossibilité pour les services de gynécologie et d’anatomie pathologique

d’acquérir une véritable expertise dans le domaine.

83
L’étude de la concordance cytologique et histologique a montré que cette

concordance pour les lésions intra-épithéliales de bas grade (LIBG) et de haut grade

(LIHG) était significative,

N’écartant pas l’intérêt de la recherche du virus HPV couplée au génotypage.

Les lésions de haut grade posent généralement moins de problèmes de

diagnostic car les atypies sont plus marquées et l’hyperchromatie nucléaire est plus

nette.

Toutefois, le nombre des biopsies qu’on étudiées est très insuffisant

pourdéterminer la sensibilité est la spécificité des frottis cervico-vaginaux dans

notre contexte. Ce résultat doit être confirmé par une étude plus large est

multidisciplinaire.

Cette étude de sensibilité est de spécificité doit porter également sur les

frottis inflammatoires pour évaluer le pourcentage de faux négatifs.

Dans la littérature la sensibilité est la spécificité est respectivement de 44 ; 98

dans une série d’Allemagne [91] et de 56 ; 62 dans une série de Canada [92].

Il faut cependant rappeler que ces statistiques sont obtenues dans des centres

de référence en cytopathologie et qu’elles sont soumises à des programmes

rigoureux d’assurance qualité avec une très bonne collaboration clinicien-

pathologiste.

Les lésions précancéreuses sont observées à tout âge à partir de la tranche de

19– 29 ans dans notre série. Un pic de fréquence est noté dans la tranche d’âge de

40 à 49 ans qui pourrait être concordant avec l’étude déjà faite dans notre service

[83] et à celle de Marrakech [82] ainsi que littérature occidentale.

84
Par ailleurs, nous avons constaté que les lésions précancéreuses dans notre

travail, soit 9,58% sont observées chez des femmes multipares, ce résultat rejoint

celui de la littérature, la multiparité est considérée comme un facteur de risque du

cancer du col utérin. Mais, nous ne pouvons pas établir une relation entre le nombre

élevé de parités d’une part, et le risque d’apparition des lésions précancéreuses

d’autre part, notamment dans les pays en voie de développement comme notre

société où la moyenne de parités par femme est élevée.[85, 86].

Pour cela des études ciblées sur les deux types de populations multipares et

paucipares est nécessaire.

Un pourcentage de 9,28% des lésions précancéreuses est observé dans notre

étude, chez les femmes ayant utilisées contraception. Les données de la littérature

sont controversées concernant le rôle de la contraception dans la cancérogenèse.

Cependant, à l’heure actuelle, il n’existe aucune preuve convaincante d’un lien

directe entre l’usage des contraceptifs oraux et la cancérogenèse du col utérin. [86,

93]

Néanmoins, certains auteurs décrivent un lien entre la contraception orale et

l’hyperplasie micro glandulaire donc plutôt un effet néfaste sur l’endocol. [86, 93]

Dans notre étude, 12,42 % des lésions précancéreuses sont observées chez les

femmes ménopausées, ce pourcentage est non négligeable d’où la nécessité de

continuer le dépistage chez les femmes en péri ménopause aussi bien que chez les

ménopausées.

Chez les femmes ayant un col cliniquement normal, c'est-à-dire dans le cadre

du dépistage, les lésions précancéreuses peuvent être détectées dans un nombre de

85
cas important, d’où la nécessité de pratiquer le FCV de dépistage chez toute femme

en activité sexuelle.

Par ailleurs les FCV qui étaient pathologiques, c'est-à-dire portant sur une

LIBG et LIHG, étaient suivis par un examen gynécologique avec colposcopie et

biopsie ou biopsie simple d’emblée.

Nous avons remarqué que les patientes qui avaient les lésions type LIBG,

presque plus que la moitié de leur biopsies était des lésions type CIN I avec ou sans

HPV, ces résultats sont discordants avec ceux de l’étude faite en Californie (47%)

[94]. Par contre le taux de faux positif était de 15,79%, qui sont proche de celui de

cette étude (19%).

Dernièrement pour les lésions type LIHG, on remarque un pourcentage proche

dans le faux positif, discordant avec les autres types de lésions.

86
Notre série Californie [94]

LIBG LIHG LIBG LIHG

CIN I 64 ,21% 14,29% 47% 0%

CIN II 17,90% 28,58%


faite en Californie d’Amérique : [94]

72% 0%

CIS 2,10% 57,13% 23% 23%

Faux 15,79% 0% 19% 0,25%


positif

Concordance des résultats histologiques et cytologiques, de notre étude avec


l’étude de Californie.
Les résultats étaient comme suivant on les comparant avec ceux de l’étude

87
PERCPECTIVES :

L’infection avec le papillomavirus est la cause principale de cancer du col de

l’utérus (99% des cas), notamment le type 16 et 18 qui sont considérés comme des

virus à haut risque, ils sont responsables de 70% des cancers du col utérin dans le

monde.[12, 13]

Cependant, un suivi gynécologique régulier associé à un prélèvement

cytologique baisse l’incidence de mortalité et de morbidité. En effet, un FCV réalisé

tous les cinq ans réduit le cancer du col utérin de 83%, tous les trois ans de 90% et

tous les ans de 93%. Néanmoins, cet outil de dépistage n’est pas parfait puisqu’il

n’arrive pas à éradiquer tous les types de cancer qui attaque parfois les femmes

régulièrement suivies. Le dépistage du cancer du col utérin par FCV présente des

défauts qui sont inhérents à la technique de prélèvements qui peuvent conduire à un

résultat faussement négatif. L’étalement sur lame est d’abord un moyen de perte de

populations cellulaires qui peuvent renfermer des cellules atypiques, puis parfois

suite à une mauvaise interprétation, des cellules atypiques sont considérées comme

à tort normales. Ces facteurs montrent que la cytologie en milieu liquide est la

stratégie qu’il faut adopter, elle a pour but de préserver le matériel cellulaire et

d’éliminer de la préparation des facteurs qui péjorent la qualité (éléments

inflammatoires, hémorragiques, etc.).

L’association d’un typage HPV à la cytologie permet d’augmenter la sensibilité

du test et donc un meilleur contrôle des femmes. Par ailleurs, Le génotypage HPV a

un rôle fondamental dans la prédiction du risque de cancer du col notamment dans

les lésions ASCUS et LIBG. Si le génotypage est en faveur d’HPV de haut risque,

plusieurs attitudes thérapeutiques seraient envisagées : surveillance cytologique ou

colposcopique annuelle, contrôle du typage tous les 2 ans ou conisation.

88
Cependant, si le génotypage s’avère négatif (HPV de bas risque), un contrôle

serait réalisé après cinq ans. [95, 96, 97]

Notons que cette méthode prédictive du risque du cancer du col serait plus

adaptée aux pays en voie de développement pour réduire les coûts élevés de la

surveillance cytologique et colposcopique.

A coté du génotypage HPV, on peut également faire la détection de la

surexpression de la protéine p16 par immunochimie cette protéine est considérée

comme un marqueur indirect de l’activité néoplasique des oncoprotéines virales des

HPV à haut risque. Ainsi la recherche de l’expression de cette protéine peut réduire

d’avantage le coût et la prise en charge par rapport au génotypage du HPV par PCR

des frottis ainsi diagnostiqués LIBG et ASCUS et qui surexprime la p16, nécessitent

un suivi aussi bien cytologique que colposcopique. [98, 99, 100].

Des études récentes ont montré que la vaccination HPV réduisait de moitié la

fréquence des frottis anormaux, le nombre de colposcopie et biopsies dirigées ainsi

que les traitements des lésions précancéreuses. On estime à 90% la réduction des

décès par ce cancer. Ce vaccin a été mis sur le marché en fin 2006, il est destiné aux

jeunes filles entre 11 et 12 ans avec un rattrapage pour les 13- 26 ans, il

s’administre par voie intramusculaire en trois doses, la deuxième deux mois après la

première injection, la dernière six mois plus tard. De ce fait, ce vaccin peut réduire

les interventions coûteuses, et aurait un bénéfice individuel et collectif non

négligeable. [100].

Il serait pré judicieux d’élargir et d’établir le dépistage de masse à l’échelle

nationale et un génotypage sur toutes les femmes diagnostiquées ASCUS et LIBG

89
s’impose, permettant de faire un dépistage bien organisé qui pour but que le cancer

du col utérin devient une maladie rare.

90
CONCLUSION

91
Le cancer du col de l’utérus est vraisemblablement le cancer dont le dépistage

serait le plus contributif s’il était réalisé dans des conditions favorables. Si tout le

monde reconnaît bien la légitimité de ce dépistage et son efficacité, les modalités de

son organisation pour un dépistage de masse créent encore des divergences.

Cette absence de politique commune aux différents professionnels nuit à

l’efficacité des moyens mis en œuvre et aux résultats escomptés.

Au terme de nôtre étude, il paraît clairement que le frottis conventionnel reste

le test de référence utilisé dans les campagnes de dépistage de masse de cancer du

col utérin. Ceci reste vrai dans la mesure de respect des recommandations

concernant l’organisation d’un programme de dépistage, et de la méthodologie de la

réalisation et d’interprétation des frottis conventionnels.

Au Maroc, une politique de prévention consistant à réduire son incidence doit

être instauré, et cela par :

 La généralisation du frottis cervico-vaginal de dépistage et l’amélioration

de la qualité de prélèvement et de la lecture de ces frottis.

 La surveillance et le suivi des femmes présentant un frottis cervico-vaginal

anormal.

 Le traitement des lésions précancéreuses par la réalisation de colposcopie

voire de conisation.

 l’élaboration des recommandations adaptées à notre contexte

épidémiologique et socioéconomique comme l’étape initiale et

incontournable, qui s’impose avant l’instauration d’une politique nationale

de dépistage de masse dont on espère un taux de couverture acceptable

92
devant la mise en place récente d’un système de couverture sociale

universelle.

En attendant, l’une des approches possibles serait d’optimiser le dépistage en

tenant comptes d’autres technologies : anciennes comme est le cas des méthodes

visuelles, et nouvelles comme le frottis en monocouche et la détection virale ainsi

que la perspective d’une vaccination contre l’HPV.

Parallèlement à la modernisation et la simplification des moyens de

prévention, il reste un domaine à développer : la responsabilité des femmes face à

leur état de santé. Des études complémentaires seraient souhaitables pour mieux

analyser les désirs des femmes, leurs craintes, leurs réticences face au dépistage du

cancer du col utérin.

93
RESUME :

Le cancer du col de l’utérus représente un problème majeur de santé publique

au Maroc. Cependant, il n’existe aucun programme de dépistage organisé. Le

dépistage est individuel avec seulement des compagnes ponctuelles lancées par des

associations ou des organisations non gouvernementales.

Nous rapportons dans ce travail une étude rétrospective pour évaluer l’intérêt

du frottis cervico-vaginal dans le dépistage du cancer du col utérin à travers

l’expérience du laboratoire d’anatomie pathologique du CHU Hassan II de Fès durant

une période de quatre ans allant de 2010 à 2013 portant sur la ville de Fès et ses

régions.

2409 frottis ont été étudiés, ils ont été réalisés chez une population de

femmes en âge d’activité sexuelle, dont l’âge variait entre 19 ans et 86 ans,36,89%

étaient ménopausées, 63,43% étaient multipares, et chez qui l’examen

gynécologique était normal dans 87% des cas.

La tranche d’âge entre 40-49 ans était la plus touchée par les atypies des

cellules malpighiennes.

Le cancer du col utérin est une pathologie d’origine infectieuse. Il est au

deuxième rang des cancers féminins dans le monde, principalement dans les pays

en voie de développement, en termes d’incidence et de mortalité ; dans les pays

développés, l’amélioration des conditions d’hygiène et de vie et l’apparition il y a

une cinquantaine d’année, d’un test de dépistage, le FCV, a permis de faire chuter

l’incidence et la mortalité de ce cancer.

94
Il s’agit d’un cancer pouvant potentiellement devenir une maladie rare, d’une

part c’est un candidat idéal au dépistage par son évolution lente et d’autre part

l’existence de nombreuses lésions précancéreuses curables.

95
SUMMARY:

The cancer of cervix represents a real problem of public health in Morocco.

However, there has been any organized screening. The screening is individual with

only punctual campaigns launched by the NGO working in this field.

We report in this work a retrospective study to evaluate the interest of the

cervico-vaginal smear test in the screening of the cancer of the uterine collar

through the experiment of the laboratory of pathological anatomy of the CHU

Hassan II of Fez during one three years period going from 2010 to 2013 bearing on

the town of Fez.

2409 pap smears were studied, they were carried out at a population of

women in age of sexual activity, whose age varied between 19 years and 86 years,

36,89% were menopausals, 63,43% were multipares, 18,7% and at which the

gynecological examination were normal in 87% of the cases.

The age bracket between 40-49 years was touched by the atypies of the

malpighian cells.

The cancer of the uterine collar is pathology of infectious origin. It is with the

second rank of female cancers in the world, mainly in the countries in the process of

development, in terms of incidence and mortality; in the developed countries, the

improvement of the conditions of hygiene and life and the appearance about fifty

year ago, of a screening test, the cervico-vaginal smear made it possible to make

fall the incidence and the mortality of this cancer. It is a cancer which can become

potentially a rare disease,because it is an ideal candidate for screening by his slow

evolution and the existence of many curable precancerous lesions.

96
‫ملخص‪:‬‬

‫‪ٝ‬عخبش عشطاُ عْق اىشحٌ ٍشنال سئ‪ٞ‬غ‪ٞ‬ا ىيظحت اىعٍَ٘‪ٞ‬ت ف‪ ٜ‬اىَغشب ‪ ،‬إال أّ ال ‪٘ٝ‬خذ أ‪ ٛ‬بشّاٍح‬
‫ىيفشص اىدَاع‪ ٜ‬اىَْظٌ فاىفشص ظو فشد‪ٝ‬ا ٍْحظشا ف‪ ٜ‬حَالث ٍخفشقت حقاً ٍِ طشف ٍْظَاث غ‪ٞ‬ش‬
‫حنٍ٘‪ٞ‬ت حْشط ف‪ٕ ٜ‬ذا اىَداه‪.‬‬
‫ّ٘د ف‪ٕ ٜ‬ذا اىعَو دساعت اعخعباد‪ٝ‬ت حعنظ حدشبت ٍخخبش عيٌ اىخشش‪ٝ‬ح اىَشض‪ ٚ‬اىذق‪ٞ‬ق باىَغخشف‪ٚ‬‬
‫اىداٍع‪ ٜ‬اىحغِ اىثاّ‪ ٜ‬بفاط ٍذة ‪ 3‬عْ٘اث ٍا ب‪ْٝ ِٞ‬ا‪ٝ‬ش ‪ْٝ ٗ 2010‬ا‪ٝ‬ش ‪ 2013‬حشَو ّغاء ٍِ ٍذ‪ْٝ‬ت‬
‫فاط ٗ اىْ٘اح‪.ٜ‬‬
‫حَج دساعت ‪ 2409‬ىطخت عْق ٍٖبي‪ٞ‬ت ىذ‪ ٙ‬شش‪ٝ‬حت ٍِ اىْغاء ف‪ ٜ‬عِ اىْشاط اىدْغ‪ ٗ ٜ‬قذ حشاٗحج‬
‫أعَاسٌٕ ٍاب‪ 86 ٗ 19 ِٞ‬عْت‪.‬‬
‫‪ 36.89%‬باىغاث عِ اى‪ٞ‬أط‪ٍ 63.43 % .‬خعذداث اى٘الدة‪ 87% ،‬ىذ‪ ِٖٝ‬فحض ّغائ‪ ٜ‬عاد‪ ٗ ٙ‬حعذ‬
‫شش‪ٝ‬حت اىعَش ٍا ب‪ 49-40 ِٞ‬عْت األمثش عشضت ىالخخالالث اىالَّط‪ٞ‬ت ىيخال‪ٝ‬ا اىَيب‪ٞ‬د‪ٞ‬ت‪.‬‬
‫‪ٝ‬عخبش عشطاُ عْق اىشحٌ ٍشع را أطو حعفِ‪ٝ ٗ ،‬حخو اىشحبت اىثاّ‪ٞ‬ت ٍِ ب‪ ِٞ‬اىغشطاّاث اىْغائ‪ٞ‬ت ف‪ٜ‬‬
‫اىعاىٌ ٗ خظ٘طا ف‪ ٜ‬اىبيذاُ اىغائشة ف‪ ٜ‬ط٘س اىَْ٘ ٗ داىل ٍِ ح‪ٞ‬ث اى٘سٗد ٗ ٍعذه اى٘ف‪ٞ‬اث‪.‬‬
‫ىقذ عشف ٕذا اىَشع حشاخعا ٗاضحا باىذٗه اىَخقذٍت ّظشا ى٘ضع ٗعائو اعخقظاء حَثيج ف‪ ٜ‬ىطخت‬
‫باباّ‪ٞ‬ن٘الٗ‪ٍْ ،‬ظاس عْق اىشحٌ‪ ٗ ,‬باىْغبت ىيعذ‪ٝ‬ذ ٍِ اىباحث‪ ِٞ‬اخخباس ف‪ٞ‬شٗط اىحي‪ ًَ٘ٞ‬اىبشش‪.ٙ‬‬
‫‪ٝ‬عخبش عشطاُ عْق اىشحٌ ٍشضا قابال الُ ‪ٝ‬نُ٘ ّادسا باعخباسٓ ٍششحا ٍثاى‪ٞ‬ا الخخباساث اىفشص‪,‬‬
‫ىخط٘سٓ اىبط‪ ٗ ٚٞ‬مذاىل ح٘اخذ أفاث قبو عشطاّ‪ٞ‬ت‪.‬‬
‫ف‪ ٜ‬اىَغشب ‪ْٝ‬بغ‪ٗ ٜ‬ضع إعخشاح‪ٞ‬د‪ٞ‬ت ىي٘قا‪ٝ‬ت ٗ كرىل ب‪:‬‬
‫‪ -‬حعَ‪ ٌٞ‬ىطخت اىباباّ‪ٞ‬ن٘ال ٗ بٖذف االعخقظاء ٗ ححغ‪ ِٞ‬خ٘دة ع‪ْٞ‬ت ٕذا اىخحي‪ٞ‬و ٗ قشاءحٔ‪.‬‬
‫‪ٍ -‬شاقبت ٗ عالج اىْغاء ح‪ٞ‬ج ىطخت اىباباّ‪ٞ‬ن٘الٗ غ‪ٞ‬ش عاد‪ٝ‬ت‪.‬‬
‫‪ -‬عالج ا‪ٟ‬فاث قبو اى٘سً ٗدىل بخحق‪ٞ‬ق حْظ‪ٞ‬ش عْق اىشحٌ أٗ أمثش ٍِ دىل باعخعَاه خضعت‬
‫باىَخاس‪ٝ‬ط‪.‬‬
‫‪-‬إعذاد اىخ٘ط‪ٞ‬اث اىَالئَت ى٘اقعْا اى٘بائ‪ ٗ ٜ‬اىغ٘ع‪٘ٞ‬اقخظاد‪ ٛ‬مخط٘ة أٗى‪ ٚ‬الٍْاص ٍْٖا حفشع‬
‫ّفغٖا قبو اىق‪ٞ‬اً بأ‪ ٛ‬ع‪ٞ‬اعت فشص خَاع‪ ٜ‬عي‪ ٚ‬اىظع‪ٞ‬ذ اى٘طْ‪ ٗ ٜ‬اىز‪ٝ ٛ‬شخ‪ ٍْٔ ٚ‬حغط‪ٞ‬ت ال باط بٖا‬
‫ف‪ ٜ‬ظو حعَ‪ ٌٞ‬اىخغط‪ٞ‬ت اىظح‪ٞ‬ت اإلخباس‪ٝ‬ت‪.‬‬

‫‪97‬‬
Annexes

98
Malades Non malades Total

Test positif VP (vrais positifs) FP (faux positifs) VP + FP

Test négatif FN (faux négatifs) VN (vrais négatifs) FN + VN

Total VP + FN FP + VN N

Sensibilité = VP/ (VP + FN), Spécificité = VN/ (FP + VN)

Valeur prédictive positive (VPP)= VP/ (VP + FP).

Valeur prédictive négative (VPN)= VN/ (VN + FN).

*Sensibilité d'un signe pour un diagnostic est la probabilité que le signe soit présent

chez les individus atteints par la maladie recherchée.

*Spécificité d'un signe pour un diagnostic est la probabilité que le signe soit absent

chez les individus non atteints par la maladie recherchée.

*Valeur prédictive positive d'un signe pour un diagnostic est la probabilité que le

diagnostic soit vrai si le signe est présent

*Valeur prédictive négative d'un signe pour un diagnostic est la probabilité que le

diagnostic soit faux si le signe est absent.

*Coefficient de Q de Yule : Il mesure l'intensité de la liaison entre les deux variables

(maladie/signe): il est :

Nul si Q = 0 ;

 Négligeable si Q = (0.01 - 0.09) ;

 Léger si Q = (0.10 - 0.29) ;

 modéré si Q = (0.30 - 0.49) ;

 Fort si Q = (0.50 - 0.69) ;

 Très fort si Q = (0.70 - 1).

99
BIBLIOGRAPHIE:

100
1- PARKIN DM, BRAY F, FERLAY J, PISANI P.

Global cancer statistics, 2002. CA Cancer J Clin.2005; 55: 74-108.

2- FERLAY J, SHIN H, BRAY F, FORMAN D, MATHERS C, PARKIN DM.

Estimates of worldwide burden of cancer in 2008: GLOBOCAN 2008. Int J

Cancer. 2010; 127(12): 2893917.

3- International Agency for Research on Cancer. World cancer report 2008.

4- SANKARANARAYANAN R, BUDUKH AM, RAJKUMAR R.

Effective screening programmes for cervical cancer in low - and middle-

income developing countries. Bull World Health Organ. 2001; 79(10):954-62.

5- GUEDDARI M.

Diagnostic précoce des cancers du sein et du col utérin. Ministère de la Santé,

direction de l’épidémiologie et de lutte contre les maladies, Rabat 2001.

6- FERLAY J, SHIN H, BRAY F, FORMAN D, MATHERS C, PARKIN DM.

Estimates of worldwide burden of cancer in 2008: GLOBOCAN 2008. Int J

Cancer. 2010; 127(12): 2893917.

7- MONSONEGO J.

Infections à papillomasvirus. Etat des connaissances, pratiques et prévention

vaccinale. Springer 2006.

8- MOUGIN C., BERNARD B., LAB M.

Biologie des infections à papillomavirus: I. Caractéristiques générales.

Ann BiolClin1997; 55: 555-63.

9- MILLAN NA, PAYNE E, FRAZER IH, EVANDER M.

Expression of the alpha6 integrin confers papillomavirus binding upon

receptor negative B-cells. Virology 1999; 261: 271-9.

10- http://www.pnr.org

101
11- RIETHMULLER D, SCHAAL JP, MOUGIN C.

Epidémiologie et histoire naturelle de l’infection génitale à papillomavirus

humain. Gynéco-Obstét Fertil 2002 ; 30 : 139-46

Editions scientifiques et médicales Elsevier.

12- MUNOZ N, CASTELLSAGUE X, DE GONZALEZ AB, GISSMANN L.

Chapter1: HPV in the etiology of human cancer.

Vaccine 2006 AUG 21; 24S3:S1-S10.

13- MUNOZ N., BOSCH FX., DE SS, HERRERO R, CASSTELLSAGUE X, SHAH KV et al.

Epidemiologic classification oh human papillomavirus types associated with

cervical cancer.

N. Engl. J. Med 2003, Feb. 6; 348(6): 518-27.

14- ALAIN S, HANTZ S, DENIS F.

Papillomavirus : les virus et la physiopathologie de l’infection. Médecine

thérapeutique / Pédiatrie 2010; 13:5–19.

15- GUERBAOUI M.

Cancer du col utérin au Maroc.

Le cancer au Maroc. Epidémiologie Descriptive, 2003, 165-171.

16- MUNOZ N., BOSCH FX.

Epidemiologic classification of human papillomasvirus type associated with

cervical cancer.

Eng. J. Med. 2003, 348, 518-27.

17- MOUGIN C., DALSTEIN V., PRETET JL., GAY C., SCHAAL JP, RIETHMULLER D.

Epidemiology of cervical papilloma virus infections.

Recent knowledge.Presse med. 2001, 30(2): 1017-23.

102
18- HERRORO R., MUNZO M.

Human papillomavirus and cancer.

Cancer, Surv, 1999, 33, 75-98.

19- SAPY A., POKA A, SZARKA B., KONYA B.

Age-specific prevalence of high-risk human papillomavirus infection in a

Hungarian female population with positive cytology.

Euro Jour ObsteGyneco Reproduc Biology, 2008, 138 ; 194–198.

20- GAVILLON N. ET AL.

How did I contract human Papillomavirus (HPV)? GynecolObstetFertil

2010;38:199–204.

21- BHATLAA N., LAL AN, BAOB Y., TIMOTHY N.

A meta-analysis of human papillomavirus type-distribution in women from

South Asia: Implications for vaccination Vaccine; 2008, 26; pp 2811–2817

ELSEVIER

22- ZUR H.H.

Papillomavirus and cancer: from basic studies to clinical application.

Nat. Rev. 2002, cancer 2, 342-350.

23- DOORBAR J.

The papillomavirus life cycle.

J ClinVirol 2005; 32 (Suppl 1):S7-S15.

24- GIROGLOU T., FLORIN L, SCHFER F, STREECK RE, SAPP M.

Human papillomavirus infection requires cell surface heparan sulfate.

J Virol 2001; 75:1565-70.

25- CULP TD, CHRISTENSEN ND.

Kinetics of in vitro adsorption and entry of papillomavirus virions.

Virology 2004; 319: 152-61.

103
26- CLARAN. B, WOODMAN. J, STUART. I, LAWRONCE. S.

The naturel history of cervical HPV infection. 2007.

27- PM, LOWY DR, SCHLLIER JT.

Papillomavirus infect cells via a clathrin-dependent pathway.

Virology, 2003; 307: 1-11.

28- THOMISON J., LAURIE K., THOMAS B., KENNETH R., SHROYER MD.

Human papillomavirus: molecular and cytologic/histologic aspects related to

cervical intraepithelial neoplasia and carcinoma.

Human Pathology; 2008; 39, 154–166.

29-MANTOVANI F., MASSIMI P., BANKS L.

The human papillomavirus E6 protein an its contribution to malignant

progression.

Oncogene, 2001, 20, 7874-7887.

30- MONTOVANI F., MASSIMI P., BANKS L.

Proteasome mediated regulation of the hDlgtumour suppressor protein.

J. Cell. Sci. 2001. 114, 4285-4292.

31-Expert reviews in molecular medicine ISSN 1462-3994.

Cambridge University Press 2005.

http://www.ermm.cbcu.cam.ac.uk

32-CLEMENTS A., JOHNSTON K.

Oligomerisation properties of the viral oncoproteins adenovirus E1A and HPV

E7 andtheir complexes with the retinoblastoma protein.

Biochemistry, 2000, 39, 16033-16045.

104
33-VALLE GF, BANKS L.

The human papillomavirus HPV6 and HPV 16 E5 proteins co-operate with

HPV16 E7in the transformation of primary rodent cells

1995, J. Gen. Virol.76 (pt5), 1239-1245.

34- CONARD M., BUBB J., SCHLGEL R.

The human papillomasvirus type 6 and 16 E5 proteins are membrane

associated with the 16 kilodalton pore forming protein.

J. Virol. 1993, 67, 6170-6178.

35- BERNARD. P

CANCERS INVASIFS DU COL UTERIN.

Alpes.Med http://www-santé.ujf.grenoble.fr.

36- A Bianchi S., TROLL G POLLINI, MONSONEGO J.

Papillomavirus : agents infectieux et oncogènes.

ImmunoanalBiolSpéc, 1996, 11, 104-l 14. Elsevier, Paris.

37- LAMBERT P.

Papillomasvirus DNA replication.

J. Virol. 65, 1991, 3417-20.

38- MORISSON E.

Natural history of cervical infection with human papillomasvirus.

Clin, Infect, Dis, 1994, 18; 172-80.

39-HOXLEY P.

Role of the human Paplllomavirus in human cancer.

Cancer Res. 1991, 51 (suppl), 5019-5022.

40-Schneider A.

Pathogenesis of genital HPV infection.

Genitourin Med, 1993, 69. 165-173

105
41-HOLOWATY P., MILLER AB., ROHANT et al.

Natural history of dysplasia of the uterine cervix.

J. Natl. cancer. Inst, 1999, 91, 252-58.

42- IARC HANDBOOKS OF CANCER PREVENTION:

cervix cancer screening.

Lyon, France, IARC Press 2005.vol 10; ISBN-13: 9789283230106; ISBN-10:

9283230108

43-MILLER AB.

Les programmes de dépistage du cancer du col utérin dans le cadre de la

politique nationale de lutte anti-cancéreuse.

Guide de gestionnaire Ed OMS, Année 1993, WP480MIL18330, P : 2-14.

44-GUERBAOUI M.

Histoire naturelle des cancers.

Gynécologie Anapath., 2002 : 123-132.

45- CHARDOT C.

NEOPLASIE IN SITU ET CARCINOME MICRO-INVASIF DU COL UTERIN.

Groupe médical du centre Alexis Vautrin. Protocoles d’Investigations et de

traitements pour les cancers, 1984, p : 29-31.

46- BLANC B.

HISTOIRE NATURELLE DU CANCER DU COL UTERIN.

Ed. Arnette, année1993, p : 3-95.

47-OMS

Dépistage cytologique du cancer du col.

Guide Technique, 2000, WP 145/OMS 18194, P : 4-34.

106
48-MARGARET R., Mc CREDIE , SHARPLES J, CHARLOTTE P., BARANYAI A.

Natural history of cervical neoplasia and risk of invasive cancer in women with

cervical intraepithelial neoplasia 3: a retrospective cohort study.

Lancet Oncol ; 2008; 9: 425–34.

49-NORSTROM A., RADBERG T.

Problèmes de dépistage de cancer du col utérin.

EMC Gynécologie, 605-A-20, 2002, 6p.

50- COKER A., BOND S., REMSBURG MJ.

Persistent oncogenic HPV and risk of SIL progression and LSIL maintenance.I

17th, International Papillomavirus Conference, Charleston, SC, USA, 1999 :

105.

51-HO GY, BURCK RD, KLEIN S, KADISH AS, CHANG CJ.

Persistent genital human papillomavirus infection as a risk factor for

persistentcervical dysplasia.

J Natl Cancer Inst1995; 87: 1365-71.

52- ÖSTOR A.

Natural history of cervical intraepithelial neoplasia: a critical review.

Int J GynecolPathol. 1993, 12: 186-192.

53-LIAW KL, GLASS AG, MANOS MM.

Detection of human papillomavirus DNA in cytologically normal women and

subsequent cervical squamous intraepithelial lesions.

J Natl Cancer Inst 1999 ; 91 : 954-60.

107
54-HUTCHINSON ML, ZAHNISER DJ., SHERMAN ME., HERRERO R., ALFARO M.

Utility of liquid-based cytology for cervical carcinoma screening : results of a

population-based study conducted in a region of Costa Rica with a high

incidence ofcervical carcinoma.

Cancer; 1999; 87: 48-55.

55-NOBBENHUIS MA., WALBOOMERS JM., HERHORST TJ., ROZENDAAL L.

Relation ofhuman papillomavirus status to cervical lesions and consequences

for cervical cancer screening: a prospective study.

Lancet 1999 ; 354 : 20-5.

56-RANCO EL., ROHAN TE., VILLA LL.

Epidemiologic evidence and human papillomavirus infection as a necessary

cause ofcervical cancer.

J Natl Cancer Inst 1999 ; 91 : 506-11.

57-MIGNOTTE H., PEROL D., FONTANIERE B., NACHURY LB., LASSET C.

La participation du corps médical à une expérience de dépistage de masse du

cancer du col utérin.

J. gynécologie obstétrique biologie de reproduction, 1998, 27 : 501-507.

58-Frottis cervico-vaginal

www.larousse.fr.

59- TRANBALOC P:

Dépistage des néoplasies du col et du vagin et conduit à tenir devant un frottis

anormal : 2-3, 1997.

60-BERGERON. C : Frottis de dépistage du cancer du col de l’utérus, 2007.

61- GOMPEL. C, KOSS.L.G: Cytologie gynécologique et ses bases anatomo-cliniques:

33-34, 1997.

108
62- MONSONEGO J., AUTILLO-TOUATI A., BERGERON C., DACHEZ R.,

LIARAS J., SAUREL J., ZERAT L., CHATELAIN P., MOTTOT C.

Cytologie en phase liquide dans le cadre du dépistage primaire du cancer du

col utérin : une étude multicentrique.

Gynécol. Obstet. Fertil. 2001,

63-COCHAND-PRIOLLET B., FABRE M.

Cytopathologie en milieu liquide.

Société Française de cytologie clinique.

Collection : le pathologiste. Elsevier SAS 2003.

64-SPUHLER S.

Aspects colposcopique du col utérin.

J. Gunécol. Obstet. Biol. Reprod. , 1993, 22: 729-736.

65- ZERAT L.

Etude de la controverse sur le frottis cervical en couche mince.

Gynécologie internationale, 1999, 8, 9.

66-HAMMOU JC., BETINO B., BLANCHERI A., KONMAN P., PATOZ L.

Frottis du dépistage : recueil en suspension-étalement en couche mince.

Gynécol. Obstet .fertil, 2003, 31 : 833-840.

67- SELLORS JW, SANKARANARAYANAN R.

Colposcopie et traitement des néoplasies Cervicales Intra-épithéliales: Manuel

à l’usage des débutants.

Lyon, France, IARC Presse, 2004

www.screening.IARC.fr

109
68-COSTE J., COCHARD-PRIOLLET B., DE CREMOUXP et al.

For the French society of clinical cytology study group cross sectional study

ofconventional cervical smear, monolayer cytology, and human papillomavirus

DNAtesting for cervical cancer screening.

BMJ. 2003, 326: 733-7.

69- LEE KR., ASHFAQ R., BRIDSONG GG et al.

Comparison of conventional Papanicolaou smears and a fluid-based,

thinlayersystemfor cervical cancer screening.

Obstet and gynecol 1997, 90: 278-84.

70- BERNARD. H; CHAVERGNE.J ; LE MAIRE. JF ; ROBERT. J.

Les cancers de A à Z dictionnaire.

Ed. SVHROTTER Alain, 1995, colposcopie, p : 139. QZ.200/HE, 18629.

71- SPUHLER. S; SAUTHIER P.

Indications actuelles de l’examen colposcopique.

J. Gynécol. Biol. Reprod. 1993, 22 : 729-736.

72-BOULANGER JC., GONDRY J., NAEPELS P.

La colposcopie.

EMC (Elsevier, Paris), Gynécologie, 60-B-10, 1997, 10p.

73-SPUHLER S.

Aspects colposcopique du col utérin.

J. Gunécol. Obstet. Biol. Reprod. , 1993, 22: 729-736.

74- BLANC B., JAMIN C., SULTAN.

La colposcopie.

Traité de gynécologie médicale, Edition Springer : p 17- 22.

110
75-DESCAMPS PH., BALDAUF JJ., BONNIER P.

Dépistage des cancers gynécologique et mammaire.

Masson, 2004 : 20-77.

76- LYNGE E., ARFFMANN E., BEHNFELD L., BYRJALSEN C., GLENTHOJ A., HOLUND B.,

KNUDSEN ES., LEHMANN K., OLESEN F., POLL PA., RASMUSSEN B., RASMUSSEN J.,

SONNE A., OTOFT E.

Preventive examinations for cervix cancer in Denmark.Status in 1995.plans for

1996.

Ugeskr.Laeger, 1996, 158, 4916-4919.

77- HEDON B., MADELENAT P., DARGENT D., FRYDMAN S.

Etats précancéreux de la vulve, du vagin et du col.

Université Francophone, Gynécologie,

Chapitre 3, 1998, p : 141-145. Edition Ellipses AUPELF/UREF

78- SOLOMON D, DAVEY D, KURMAN R, MORIARTY A, O’CONNOR D, PREY M, et al.

THE 2001 BETHESDA SYSTEM: terminology for reporting results of cervical cytology.

JAMA 2002; 287(16): 2114-9.

79- OMS

Chapitre 4 : dépistage du cancer du col utérin.

La lutte contre le cancer du col de l’utérus : guide des pratiques essentielles.

Organisation mondiale de la santé 2007.

Sur la couv. Prise en charge intégrée de la santé génésique et sexuelle et des

maladies chroniques. Catalogage à la source: Bibliothèque de l’OMS

ISBN 978 92 4 254700 9 (NLM classification: WP 480).

111
80- MANDIC A, VUJKOV T.

Human papillomavirus vaccine as a new way of preventing cervical cancer: a

dream or the future?

Ann Oncol. 2004 Feb; 15 (2): 197-2004.

81- GREENLEE RT, HILL-HARMON MB, MURRAY T, THUN M.

Cancer statistics.

CA Cancer J Clin. 2001 Jan-Feb; 51(1): 15-36.

82- BENHMIDOUNE A.

Le dépistage de cancer du col utérin au Maroc à travers une compagne de

dépistage réalisée dans la région de RHAMANAS (Marrakech)

Thèse médecine N° 215/2007 Casablanca

83- BENIS S., AMARTI A., BIJOU A., MENIAR S.

La place des frottis cervico_vaginaux dans le dépistage du cancer du col utérin

au Maroc, région Fès-Boulemane.

Estern mediterranean health journal, 2007, vol. 13, NO. 5. 1153-1159

84- KOUAM L., KAMDOM-MOYO J., DOH AS., NGASSA P, ESSAME OYONO JL.

Stratégies thérapeutiques en cas de néoplasies intra-épithéliales du col utérin

: à propos d’une série de 101 cas au CHU de YAOUNDE (CAMEROUN)

Médecine d'Afrique Noire : 1999, 46 (1), 48-51.

85- NKEGGOUM B., BELLEYEY E., MBAKOP A., GWET BELL.

Lésions précancéreuses du col utérin chez la femme camerounaise. Aspects

cytologiques et épidémiologiques de 946 cas.

Gynécol Obstét Fertil ; 2001 ; 29 : 15-20

86- PARAZZINI F, La VECCHIA C, NEGRI E.

L. Risk factors for cervical intra-epithelial neoplasia.

Cancer 1992 ; 69 : 2276-82.

112
87- TEBEU. P, SANDJONG I, NKELE N., FOKOUA S., ACHU, KOUAM, SAMA DOH A

Lésions précancéreuses du col utérin en zone rurale: étude transversale.

Médecine d’Afrique Noire 2005 - 52 (1) ; 27-31.

88- CRISAP-FRANCE.

Les frottis cervico-vaginaux de dépistage : Analyse de 815 842 examens

réalisés en 1992.

Dijon : Crisap-France Ed ; 1994.

89- RAFFLE AE, ALDEN B, MACKENZIE EF.

Detection rates for abnormal cervical smears: what are we screening for?

Lancet. 1995 Jun 10 ; 345 (8963) : 1469-73.

90- DISAIA PJ, CREASMAN W. T.

Pre invasive disease of the cervix.

Clinical Gynaecologic Oncology. Mosby 1993 ; 4 : 1-36.

91- HUTCHINSON ML., ZAHNISER DJ., SHERMAN ME., HERRERO R., ALFARO M.,

BRATTI MC., HILDESHEIM A., LORINCZ AT., GREENBERG MD., MORALES J., SCHIFFMAN

M.

Utility of liquid-based cytology for cervical carcinoma screening: results of a

population based study conducted in a region of Costa Rica with a high

incidence of cervical carcinoma.

Cancer, 1999, 87, 48-55.

92- RATNAM S., FRANCO E., FERENCZY A.

Human papillomavirus testing for primary screening in the central region of

Portugal.

Cancer epidemiol. Biomarkers Prev, 2000, 9, 945-951.

113
93- BOUHAIK A.

Thèse Rabat: Cancer de l’utérus.

Thèse med N°246/05

94- HOWELL. L.P, GURUSINGHE.S, TABNAK. F, SCIORTINO.S

Cervical cancer screening in medically underserved California Latina and non-

Latina women: Effect of age and regularity of Pap testing. 2009.

95- ARBYN M.

Epidémiologie du cancer du col utérin dans le monde ; symposium

international sur la prévention du cancer du col utérin : dépistage, vaccination

et perspectives pour les pays en développement. SKHIRAT, Maroc 15-16

septembre 2006.

www.e-cancer.fr/v1/fichiers/public/prog_symposium_prev_cancer_col_

maroc.

96- SAKSOUK FA.

Cervix cancer.

http://www.emedecine.fr

97- CRAMER H.

La pratique de la colposcopie.

WP250/CRA6228, p : 1-14.

98- BERGERON C.

La protéine p16 : un marqueur cytologique des néoplasies intra-épithéliales

du cancer du col utérin ?

Ann. Pathol 2007; 27: 1S43 - 1S44.

114
99- WENTZENSEN N, BERGERN C, CAS F.

Triage of women with ASC-US and LSIL cytology using qualitative assessment

of p16 positive cells to identify patients with high grade cervical intra

epithelial neoplasia.

Cancer 2007; 11: 58-66.

100- MEYER JL, HANLON DW, ANDERSON BT.

Evaluation of p16 INK4a expression in ThinPrep cervical specimens with the

CINtec p16 INK4a assay, correlation with biopsy follow-up results.

Cancer 2007 ; 111 : 83-92.

101- Guide de détection précoce des cancers du sein et du col de l’utérus. Maroc.

Edition 2011 ; p : 29, p 39, 40, 41.

115