Vous êtes sur la page 1sur 38

Année

2013

Etude de faisabilité technico-économique de création d’une exploitation d’élevage Avicole « ponte »

"Karim Missoum" <karimissoum@hotmail.fr>

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

Sommaire

I. IDENTIFICATION DE L’EXPLOITANT

4

II. DESCRIPTION DU PROJET

4

LOCALISATION

4

CONSISTANCE DU PROJET (INTITULE DU PROJET)

4

III. EVALUATION

FINANCIERE

5

IV. INDICATEURS ECONOMIQUES

5

1.

DONNEES GENERALES DU PROJET

1

1.1.

Identification de l’investisseur

1

1.2.

Description du

1

1.2.1. Localisation de l’exploitation

2

1.2.2. Consistance du

2

1.2.3. Occupation actuelle des sols

3

1.2.4. Les traditions agricoles de la zone d’étude

3

1.2.5. Nature des investissements à consentir

4

1.2.6. Nature des produits escomptés par le projet

5

1.2.7. Effectif du personnel

5

1.2.8. Planning de réalisation projetée (les travaux à réaliser/an) :

5

2.

FAISABILITE TECHNIQUE DU PROJET

7

2.1.

Analyse des données climatiques

7

2.2.

L’approche environnementale et de durabilité

14

3.

ACTIONS D’AMENAGEMENT

14

4.

CONDUITE TECHNIQUE D'ELEVAGE

14

4.1.

Activité animale:

14

5.

EVALUATION FINANCIERE

20

5.1. Les investissements :

20

5.2. Les charges de fonctionnement du projet

20

5.2.1. Les charges opérationnelles:

20

5.2.2. Les charges de structure :

20

5.3.

Les recettes de l’exploitation

22

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

5.5. Paramètres économiques

24

5.5.1. Valeur Actuel Nette (VAN)

24

5.5.2. Taux de rentabilité interne (TRI)

24

5.5.3. Délais de Récupération (DR)

24

5.5.4. Indice de profitabilité

25

5.6. Montage financier & échéancier de remboursement des investissements

25

5.6.1. Montage financier

25

5.6.2. Echéancier de remboursement des investissements

26

5.7. L’amortissement fiscal des investissements :

27

5.8. Les résultats prévisionnels de l’exploitation

27

5.8.1. Tableau des comptes résultats

27

5.8.2. Les bilans comptables

29

6. EFFET INDUIT PAR LE PROJET

31

6.1. Effet sur l’emploi

31

6. 2. Effet sur l’environnement

31

CONCLUSION

32

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

Fiche de synthèse

I.

Identification de l’exploitant

Nom :

Prénom :

Adresse :

Contact :

Statut juridique des terres de l’exploitation :

II. Description du projet

Défrichement et mise en valeur de la terre ainsi que l’élevage avicole ponte (4800 sujets).

Localisation

Wilaya :

Daïra :

Commune :

Zones écologique : Haut montagne de Djurdjura Superficie totale (Ha) : 2,73 Ha Superficie bâtie (Ha) :

Consistance du projet (intitulé du projet)

Le projet consiste en la mise en valeur du sol, par la création d’une nouvelle exploitation agricole type élevage avicole ponte.

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

III. Evaluation financière

Le tableau suivant résume l’évaluation financière du projet.

 

Année 1

Année 2

Année 3

Année 4

Année 5

Investissements

9 433 505

Charges de fonctionnement

8 021 875

10 793 753

11 009 628

11 229 820

11 454 417

Recettes

13 052 736

13 052 736

14 117 839

15 182 553

16 269 855

Flux financiers

-4 402 644

2 528 266

5 097 036

8 066 783

11 355 792

Taux de

rentabilité

71%

71%

71%

71%

71%

interne (%)

Valeur actuelle nette (DA)

10 205 003

Délais de

récupération

3,6

(An)

Indice de

profitabilité

2,8

IV.

Indicateurs économiques

 

Apport Personnel : 943 350 DA (10 %) Crédit bancaire « ETTAHADI » 8 490 154DA (90%) Délais de réalisation: une année Nombre d'emplois crées : 03 Dont Permanant : 03 Saisonnier : 00

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

Introduction

Cette étude de faisabilité technico-économique est établie dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de renouveau rural et agricole. Outre le renforcement du potentiel productif, cette politique vise l’amélioration des conditions de vie des populations rurales. Cela par la création d’activités économiques génératrices d’emplois et de revenus tout en assurant la protection de l’environnement. Cette étude entre dans le cadre de la mise en œuvre de la circulaire interministérielle n°108 du 23 février 2011 qui prévoit la création de nouvelles exploitations. La nouvelle exploitation à créer est de type élevage avicole ponte au profit de monsieur ………………………………….

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

1. Données générales du projet

1.1. Identification de l’investisseur

Nom :

Prénom :

Date et lieu de naissance :

Situation juridique: Exploitant privé.

Numéros de carte identité :

Adresse :

Contact :

Statut juridique des terres de l’exploitation :

1.2. Description du projet.

Le présent projet s’inscrit dans le cadre de la circulaire interministérielle 108 du 23 Février 2011 relative à la création de nouvelles exploitations agricoles et d’élevages. Ce projet concerne le Défrichement et mise en valeur de la terre ainsi la création d’un élevage avicole ponte. Le but de ce projet est de valoriser une superficie agricole non exploitée pour contribuer à la réoccupation de l’espace agricole et rural et la stabilisation des populations, ainsi que l’augmentation de la production et de la productivité agricole.

et la stabilisation des populations, ainsi que l’augmentation de la production et de la productivité agricole.
et la stabilisation des populations, ainsi que l’augmentation de la production et de la productivité agricole.

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

1.2.1. Localisation de l’exploitation.

Le projet s’étend sur une superficie de 2 hectares et 73 ars,

localisé dans la commune de

il est distant de

……………

au lieu-dit

…………………….,

……
……

km du chef-lieu de la wilaya de Bejaia.

Délimité au Nord par :

………………….

à l’Est par

………………

,

au Sud

moyenne du site du projet est de

………………….

et

à l’Ouest par

610
610

m.

………………….,

l’altitude

Nord : ….°….'…,…. '' Est : ….°….'….,…. '' Altitude : 610m Site du Projet
Nord :
….°….'…,….
''
Est :
….°….'….,….
''
Altitude : 610m
Site du
Projet

Figure 1 : Localisation de l’exploitation

1.2.2. Consistance du projet.

Le projet s’inscrit dans le cadre de la circulaire 108 qui vise la

création de nouvelles exploitations agricoles et d’élevage. Il

concerne les branches d’activités suivantes :

la création de nouvelles exploitations agricoles et d’élevage. Il concerne les branches d’activités suivantes : 2
la création de nouvelles exploitations agricoles et d’élevage. Il concerne les branches d’activités suivantes : 2

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

- Secteur de l’élevage : 4800 poules pondeuses en batterie.

- Secteur de l’agro-alimentaire et du commerce : Production de viandes blanches de réforme et commercialisation des œufs de consommation. Le présent projet consiste en la création d’une exploitation spécialisée dans l’élevage avicole ponte. Le système de production intégrera un système d’élevage moderne avec la création d’un élevage avicole en batterie, pour la production d’œufs à partir d’un élevage de 4800 poules pondeuses pour une production annuelle de 1339200 œufs. Ainsi que 4464 poules de réforme. Cette activité avicole permettra d’assurer des recettes régulières dans un délai court pour alimenter la trésorerie de l’exploitation. La mise en valeur du sol de l’exploitation consistera en un défrichement de broussaille et greffage d’un nombre considérable d’oléastres.

1.2.3. Occupation actuelle des sols

Le terrain n’est pas complètement nu, une broussaille est présente avec une vingtaine d’oléastres dénombrés. Nous ne constatant aucune activité agricole sur le terrain.

1.2.4. Les traditions agricoles de la zone d’étude

la

population est composé de paysans dont l’activité principale est l’agriculture, et principalement l’élevage bovins, ovins et avicole, ainsi que l’oléiculture qui occupe la grande partie des terres agricoles.

La

………………

commune

de

est

rurale,

la

majorité

de

qui occupe la grande partie des terres agricoles. La ……………… commune de est rurale, la majorité
qui occupe la grande partie des terres agricoles. La ……………… commune de est rurale, la majorité

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

1.2.5. Nature des investissements à consentir

Les tableaux des investissements et évaluation financière du projet sont dans la partie Evaluation financière. Les investissements à consentir pour la réalisation du projet relatif au développement de l’élevage concerneront les actions suivantes :

a. Mise en valeur du sol de l’exploitation :

Il s’agit de faire un débroussaillement sur une superficie de 2 Ha, avec un greffage d’oléastres.

b. La réalisation d’un bâtiment d’élevage :

La construction d’un hangar destiné à l’élevage des poules pondeuses. Il s’agit d’un poulailler d’une superficie de 400 m² pour une capacité de 4800 sujets.

Poulailler (400 m²) : renferme une batterie d’une capacité de 4800 sujets avec le matériel de conditionnement et le cheptel de production (poules pondeuses) ;

Une fosse septique: pour le traitement des déchets liquide dans le but de préserver l’environnement.

c. Acquisition d’une batterie :

La batterie sera d’une capacité de 4800 sujets avec le matériel

de conditionnement ;

d. Acquisition du cheptel d’élevage

L’exploitant du projet souhaite démarrer le projet avec les 4800 poulettes de démarrage de 18 semaines,

e. L’acquisition des équipements et matériels spécialisé

Pour le bon fonctionnement de l’unité d’élevage, l’exploitant, va acquérir un groupe électrogène.

f. f-Acquisition d’aliment

de l’unité d’élevage, l’exploitant , va acquérir un groupe électrogène. f. f-Ac quisition d’aliment 4
de l’unité d’élevage, l’exploitant , va acquérir un groupe électrogène. f. f-Ac quisition d’aliment 4

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

1.2.6. Nature des produits escomptés par le projet

Les produits animaux escomptés et commercialisables en année de croisière de ce projet comprennent :

La production de l’olivier : 10000Qx /an, a raison de 100Qx/Ha.

La production des œufs de consommation : de 1339200 œufs/an;

La production de la viande de réforme : en fin de chaque cycle les poules sont reformées et vendues, la production annuelle moyenne est estimée à 4464 poules de réforme;

La production de fumier : Sur la base de 11,2 Kg/sujet/an,

La production annuelle moyenne de fiente est estimée à T/an.

500

1.2.7. Effectif du personnel

Le nombre total d’emploi permanent nécessaire pour le fonctionnement du projet est de l’ordre de trois (03) :

Un (01) gérant ;

Un (01) éleveur, commence le travail avec l’installation de l’élevage ;

Un (01) gardien, débute dès le début des travaux d’exécution du projet.

1.2.8. Planning de réalisation projetée (les travaux à réaliser/an) :

La durée prévue pour la réalisation de ce projet s’étale sur une année. Le planning à adopter consiste à mettre en œuvre une hiérarchisation des opérations comme présentées ci-dessous :

planning à adopter consiste à mettre e n œuvre une hiérarchisation des opérations comme présentées ci-dessous
planning à adopter consiste à mettre e n œuvre une hiérarchisation des opérations comme présentées ci-dessous

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

Le lancement des travaux relatifs à la réalisation de ce projet est

prévu pour la fin de l’année

…… .
……
.

La priorité est donnée à la réalisation et l’aménagement des

infrastructures d’élevage (bâtiment d’élevage), ainsi que

l’aménagement de la piste pour faciliter l’accès à l’exploitation pour

assurer l’abreuvement du cheptel.

Ces travaux de génie civil seront suivi de la mise en place de

tous les équipements d’élevage nécessaires, qui vont durer jusqu’au

12ème mois.

L’installation du cheptel de poules pondeuse est programmée

pour le dernier mois de réalisation de ce projet.

1(Le mois d'octroi du crédit) 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
1(Le
mois
d'octroi
du crédit)
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
Délais (mois) Actions
Construction de
bâtiment
Débroussaillement et
greffage de l’olivier
Equipements
d'élevage
Acquisition du
cheptel

Le planning adopté pour la réalisation du projet, est présenté ci-

dessous par action et par ordre de priorité :

Réalisation et aménagement des infrastructures d’élevage,

Débroussaillement et greffage de l’olivier.

Acquisition des équipements et matériels d’élevage,

Acquisition du cheptel d’élevage (poulettes pondeuses),

des équipements et matériels d’éleva ge,  Acquisition du cheptel d’élevage (poulettes pondeuses), 6
des équipements et matériels d’éleva ge,  Acquisition du cheptel d’élevage (poulettes pondeuses), 6

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

2. Faisabilité technique du projet

2.1. Analyse des données climatiques

La caractérisation du climat dans la zone du projet s’appuie sur les données provenant de la station météorologique O.N.M. de Bejaia pour la période de récurrence allant de 1990 à 2011. Elle est considérée comme la station la plus proche au site du projet et dont les informations sont les plus fiables. Tableau n°1 : Les Coordonnées de la station de Bejaia

Station

Longitude

Latitude

Altitude (m)

Bejaia

5° 4’

36° 45’

2

Source : O.N.M (2011)

L’analyse porte sur les facteurs climatiques suivants :

Les précipitations, la température et les autres facteurs (neige, orage, vent, évapotranspiration). La pluviométrie :

a) Pluviométrie mensuelle

Tableau n° 2: Répartition mensuelle des précipitations

Mois

S

O

N

D

J

F

M

A

M

J

Jt

A

Année

P

 

57,2

72,7

95,8

137,2

118,1

86,3

61,2

68,2

47,1

12,6

7,3

7,9

771,6

(mm)

Source : O.N.M (2011) Les quantités de pluies enregistrées au niveau de la station de Bejaia sont appréciables et s’élèvent à 771.6 mm en moyenne par an. Le mois le plus pluvieux est celui de Décembre, tandis que le mois le plus sec est celui de juillet.

moyenne par an. Le mois le plus pluvieux est celui de Décembre, tandis que le mois
moyenne par an. Le mois le plus pluvieux est celui de Décembre, tandis que le mois

7

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

P moy Précipitations moyennes mensuelles (mm) 160 137,2 140 118,1 120 95,8 100 86,3 72,7
P moy
Précipitations moyennes mensuelles
(mm)
160
137,2
140
118,1
120
95,8
100
86,3
72,7
80
68,2
61,2
57,2
60
47,1
40
12,6
20
7,3
7,9
0
J
F
M
A
M
J
Jt
A
S
O
N
D

Mois

Figure 2 : Variation moyennes mensuelles des précipitations

b) Régime saisonnier

Tableau n° 3 : Régimes saisonniers moyens

Saison

Automne

Hiver

Printemps

Eté

Moy.

annuelle

P (mm)

225.7

341.6

176.5

27.8

771.6

%

29,3

44,3

22,8

3,6

100

Source : O.N.M. (1990-2011)

Le régime des pluies set de type HAPE (Hiver 321.7 mm, Automne 247.8 mm, Printemps 201.8 mm, et Eté 20.5 mm). Les précipitations sont assez bien réparties à travers les mois et les saisons de l’année, soit plus de deux tiers des précipitations surviennent en hiver et en automne, le reste est réparti de façon équilibrée entre le printemps et l’été.

surviennent en hiver et en automne, le reste est réparti de façon équilibrée entre le printemps
surviennent en hiver et en automne, le reste est réparti de façon équilibrée entre le printemps

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

% P (mm) 50 44,3 45 40 35 29,3 30 22,8 25 20 15 10
% P (mm)
50
44,3
45
40
35
29,3
30
22,8
25
20
15
10
3,6
5
0
A
H
P
E
Saison
Figure 3: Variation des régimes saisonniers
Les températures :
Tableau n° 4: Températures moyennes mensuelles
mois
J
F
M
A
M
J
J
A
S
O
N
D
Moy
T min
7,4
7,5
9,3
10,9
14,3
17,8
20,7
21,5
19,2
16,1
11,7
8,7
13,7
(C°)
Tmax
16,4
16,8
19
20,3
23,1
26,7
29,3
30,5
28,1
25,5
20,8
17,5
22,8
(C°)
T.moy
11,1
11,4
13,5
15,4
18,5
22,2
24,9
25,3
23,2
19,9
15,2
12,2
17,3
(C°)

Source : ONM (1990-2011)

Le mois d’Août est le mois les plus chauds de l’année avec un maximum de 30,5 °C. Les températures baissent progressivement jusqu’à atteindre leur minimum au mois de Janvier avec 7.4 °C.

30,5 °C. Les températures baissent progressivement j usqu’à atteindre leur minimum au mois de Janvier avec
30,5 °C. Les températures baissent progressivement j usqu’à atteindre leur minimum au mois de Janvier avec

9

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

35

T

30

25

20

15

10

5

0

(°C) Tmin Tmax Tmoy Mois J F M A M J Jt A S O
(°C)
Tmin
Tmax
Tmoy
Mois
J
F
M
A
M
J
Jt
A
S
O
N
D
Figure 4: Variations des températures minimales, maximales et moyennes

Autres facteurs climatiques :

a. Vents

Tableau n° 5: Vitesse moyenne des vents

 

Moyenne

Mois

J

F

M

A

M

J

Jt

A

S

O

N

D

 

annuelle

Vitesse

moyenne

3,4

3,4

3,1

3,1

2,8

2,8

2,8

2,9

2,7

3.0

3,2

3,5

3.0

(m/s)

Source : O.N.M (1990 2011)

La vitesse mensuelle moyenne des vents est modérée, elle est de 3.0 m/s. Les valeurs mensuelles sont dans l’ensemble régulières durant

des vents est modérée, elle est de 3.0 m/s. Les valeurs mensuelles sont dans l’ensemble régulières
des vents est modérée, elle est de 3.0 m/s. Les valeurs mensuelles sont dans l’ensemble régulières

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

toute l’année. La différence entre le maximum enregistrée en Décembre (3.5m/s) et le minimum enregistré en Septembre (2.7 m/s) est à peine égale à 0.8 m/s. Les vents sont d’une vitesse moyenne ne constituent donc pas une contrainte au développement des cultures.

b. La neige

Les effets de la neige sont importants. Elle protège le sol et le végétal contre la gelée et elle intervient dans l’alimentation des nappes d’eau.

Tableau n° 6 : Nombre de jours de neige

Mois

J

F

M

A

M

J

Jt

A

S

O

N

D

Total

Nr. de jours

0.6

0.0

0.0

0.0

0.0

0.0

0.0

0.0

0.0

0.0

0.0

0.7

1.3

Source : O.N.M (1990 2011) La neige est observée pendant la période hivernale. Elle est insignifiante avec 0.6 jours en Janvier et 0.7 jours en Décembre.

c. Les orages

Tableau n° 7 : Nombre de jours d’orages

Mois

J

F

M

A

M

J

Jt

A

S

O

N

D

Total

Nr.de jours

2,5

2.0

1,7

2,7

2,9

2,5

1,5

3.0

4,6

3,3

2,5

2,5

31,7

Source : O.N.M (1990 2011) Les orages sont enregistrés pendant tous les mois de l’année avec un maximum de 4.6 jours durant le mois de septembre.

orages sont enregistrés pendant tous les mois de l’année avec un maximum de 4.6 jours durant
orages sont enregistrés pendant tous les mois de l’année avec un maximum de 4.6 jours durant

11

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

d. Evapotranspiration

Tableau n° 8 : Evapotranspiration mensuelle

Mois

J

F

M

A

M

J

Jt

A

S

O

N

D

Total

ETP

 

37

48

79

105

132

158

177

165

116

81

47

37

1182

(mm)

Source : ONM (1990-2011) L’évapotranspiration augmente en parallèle avec la température, elle atteint son maximum en juillet (177). Les valeurs minimales correspondent aux mois d’hiver, soit 37 en Janvier et Décembre.

Synthèse climatique

1) Diagramme ombro-thermique

Le diagramme ombro-thermique de Bagnouls et Gaussen établi pour la station de Bejaia dans la période 1990-2011 nous donne une période sèche de quatre mois (mi-mai, Juin, Juillet, Août, mi- Septembre).

dans la période 1990-2011 nous donne une période sèche de quatre mois (mi-mai, Juin, Juillet, Août,
dans la période 1990-2011 nous donne une période sèche de quatre mois (mi-mai, Juin, Juillet, Août,

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013 Période séche
Année 2013
Période
séche
160 140 120 100 80 P (mm) 60 Tmoy 40 20 0 J F M
160
140
120
100
80
P (mm)
60
Tmoy
40
20
0
J
F
M
A
M
J
Jt
A
S
O
N
D
Mois

Figure 5: Diagramme ombro-thermique

2) Etage bioclimatique d’Emberger

Le quotient d’Emberger calculé pour la station de Bejaia, est égal à 97.2, ce qui situe la zone d’étude dans l’étage bioclimatique subhumide à hiver chaud.

Avec

- Q quotient pluviométrique d'Emberger

- M la moyenne des températures du mois le plus chaud en kelvin

- m la moyenne des températures du mois le plus frais en kelvin

- P pluviométrie annuelle en mm

En conclusion, la zone d’étude se situe globalement dans l’étage bioclimatique subhumide à hiver chaud.

en mm En conclusion, la zone d’étude se situe globalement dans l’étage bioclimatique subhumide à hiver
en mm En conclusion, la zone d’étude se situe globalement dans l’étage bioclimatique subhumide à hiver

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

La zone d’étude se caractérise aussi par une pluviométrie appréciable, soit 771.6 mm/an et une température assez importante, elle atteint 30.5 C° pour les maxima et 7.4 C° pour les minima.

2.2. L’approche environnementale et de durabilité

L'activité ne présente à priori aucun risque sur l'environnement, tout en respectant les mesures réglementaires édictées par la réglementation en vigueur relative à l'environnement et la santé publique (décret n° 98/ 339 du 03-11-1998) relatif aux établissements classés. Ce projet participerai au développement de l’élevage Avicole dans la région et au renforcement du potentiel local en production d’œufs et de viande blanche par conséquent à l’augmentation de l’offre nationale en ces produit.

3. Actions d’aménagement

Les actions d’aménagements envisagés dans cette présente exploitation sont :

Construction d’un poulailler pour l’élevage en batterie de

poulet de ponte de 4800 sujets.

Débroussaillement et greffage de l’olivier.

Acquisition d’une batterie avec équipement (4800 sujets).

Acquisition d’un groupe électrogène ;

4. Conduite technique d'élevage

4.1. Activité animale:

L’objet de la présente étude technico-économique consiste à la création d’un atelier d’élevage de poules pondeuse (4800 sujets) en batterie visant la production des œufs de consommation et la viande

de poules pondeuse (4800 sujets ) en batterie visant la production des œufs de consommation et
de poules pondeuse (4800 sujets ) en batterie visant la production des œufs de consommation et

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

blanche de réforme. Ce mode d’exploitation est devenu très répandu à cause de ses avantages sur le plan main-d’œuvre et sur l’économie d’aliment.

4.1.1. La souche avicole recommandée

Parmi les souches avicoles destinées à un élevage en batterie ISA BROWN et LOHMANN. Les performances de ces deux souches, déterminées par la qualité de leurs pics de ponte et de leurs persistances en ponte. Les fiches techniques présentées ci-dessous fournissent d'amples informations sur les aptitudes et les caractéristiques des deux souches choisies. Tableau Fiches techniques caractéristiques des souches proposées.

Production d'œufs

Age à 50 % de la production

140 - 150 jours

Pic de ponte

91 - 92 %

Nombre d'œufs par poule démarrée

en 12 mois de ponte

295 - 305

en 14 mois de ponte

330 - 335

Masse d'œuf par poule démarrée

en 12 mois de ponte

18,8 - 19,6 kg

en 14 mois de ponte

21,0 - 22,0 kg

Poids moyen des œufs

en 12 mois de ponte

63,5 - 64,5 g

en 14 mois de ponte

64,0 - 65,0 g

Caractéristiques d'œufs

Couleur de la coquille

uniforme roux

Résistance à la rupture

> 35 Newton

Durée de ponte

330 jours

Consommation d'aliment

Période de production

115 - 125 g/jour

Poids vif

à 20 semaines

1,6 - 1,7 kg

En fin de période de production

1,9 - 2,1 kg

115 - 125 g/jour Poids vif à 20 semaines 1,6 - 1,7 kg En fin de
115 - 125 g/jour Poids vif à 20 semaines 1,6 - 1,7 kg En fin de

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

Viabilité

Période de ponte

94 - 96 %

Mortalité

05-10%

4.1.2. Les critères zootechniques

Les critères zootechniques doivent impérativement répondre aux conditions du milieu. Les performances visées doivent correspondre aux capacités de la souche retenue si nous tenons à obtenir les résultats escomptés.

4.1.3. L’alimentation

La mesure de la production des œufs est déterminée par la consommation journalière des poules pondeuses, du poids corporel, la température, la durée d’éclairement, la situation sanitaire, les influences de stress, la qualité de l’aliment, l’âge et d’autres facteurs. Nous devons prendre en considération 3 facteurs concernant l’alimentation des poules pondeuses :

Assurer les besoins énergétiques de la poule pondeuse ;

Assurer la teneur en protéine convenable de l’aliment ;

un supplément de calcium est nécessaire pour la production des œufs, dont l’importance est en train d’augmenter par progression du cycle de ponte.

Une poule consomme de 45 à 48 kg d'aliments sur 52 semaines de ponte en cas de l’alimentation ad libitum. Cette quantité donne assez d’’énergie et de protéines pour le pic de production. L'aliment de démarrage de la ponte doit être riche en éléments nutritifs et énergétiques essentiels tels que le maïs, les tourteaux de soja

la ponte doit être riche en éléments nutritifs et énergétiques essentiels tels que le maïs, les
la ponte doit être riche en éléments nutritifs et énergétiques essentiels tels que le maïs, les

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

et le son de riz. Une teneur en calcium sera limitée à 3,5 %, l’aliment doit avoir une structure grossière. Il est recommandé de donner cet aliment pendant la montée en ponte jusqu'à l'âge de 28 semaines lorsque la majorité des poules est en ponte. Dans le cas où la production diminue de 70% à 75%, nous pouvons diminuer la teneur en protéine de l’aliment de (1-2)%.

Les additifs :

Les additifs couvrent les besoins en vitamines, les oligo-éléments et principes actifs tels que les antioxydants ou les pigments. Ajoutés en quantités suffisantes, ils compensent les déséquilibres nutritionnels des matières premières et assurent ainsi une alimentation équilibrée.

La vaccination :

Les vaccinations sont une mesure préventive importante dans la lutte contre les maladies.

La vaccination par l'eau ne demande pas beaucoup de travail mais elle doit être exécutée avec un soin minutieux pour être efficace.

L'eau qui sert à la préparation de la Solution ne doit pas contenir des désinfectants.

En période hivernale, supprimer l'eau 2 heures avant la vaccination. Réduire cette durée par temps chaud.

La quantité d'eau contenant le vaccin doit être calculé de façon à être consommée dans une période de 2 et 4 heures environ.

contenant le vaccin doit être calculé de façon à être consommée dans une période de 2
contenant le vaccin doit être calculé de façon à être consommée dans une période de 2

Etude de faisabilité technico-économique

4.1.4. L’abreuvement

Année 2013

L’eau est essentiel non seulement comme substance nutritive, mais joue un rôle très important dans la régulation de la température de la poule. L’eau est importante dans le processus de production de l’œuf et dans son poids aussi. La consommation d’eau est un signe essentiel de la situation sanitaire du cheptel, la quantité nécessaire annuellement est de 666

m 3 /an.

Une diminution soudaine dans la consommation d’eau nous avise sur un problème sanitaire de quelque sorte. L’eau doit être à la disposition des poules couramment. La température optimale de cette eau doit être entre 16 et 18 °C. La hauteur des abreuvoirs et des mangeoires sera réglée en fonction de la taille des animaux (au niveau du dos des animaux de façon à limiter les débordements d'eau sur la litière et le gaspillage d'aliments).

4.1.5. Bâtiments et équipements de l’élevage

L’infrastructure d’élevage sera composée d’un poulailler d’élevage qui s’étend sur une superficie de 400 m², doté des équipements et matériels d’élevage, doit être durable, simple et économique. Il doit assurer le maximum de confort au cheptel, aussi bien en hiver qu’en été. Le choix du site retenu offre de meilleures conditions pour l’installation du bâtiment qui présente les spécificités suivantes :

Loin de toutes habitations ;

Une conception simple de type clair ;

présente les spécificités suivantes :  Loin de toutes habitations ;  Une conception simple de
présente les spécificités suivantes :  Loin de toutes habitations ;  Une conception simple de

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

Une hauteur de plafond suffisante pour une bonne ventilation.

Une meilleure orientation par rapport aux vents dominants.

Un accès facile pour son nettoyage et l’entretien des animaux.

Les murs et le toit doivent être isolés pour éviter toute rentrée d’humidité et de rongeurs.

4.3.6. Les mesures d'hygiène

Les élevages avicoles en général et ceux modernes en particulier, ont des exigences prophylactiques strictes qu’il faudra respecter. A cet effet, il faudra que :

L'élevage doit être isolé de tout autre poulailler et entouré d'une clôture.

Aucun visiteur ne doit entrer dans le poulailler.

A l'intérieur de l'élevage, le personnel doit porter des vêtements de protection mis à sa disposition.

Des vêtements de protection doivent être mis à la disposition des vétérinaires, des intervenants et des techniciens.

Désinfecter les bottes avant d'entrer dans le poulailler.

Acheter de préférence des aliments en vrac. Ne pas laisser pénétrer les chauffeurs de camion dans le poulailler.

Préserver les bâtiments des oiseaux et des insectes nuisibles. Lutter efficacement contre les rongeurs.

Eliminer les cadavres.

bâtiments des oiseaux et des insectes nuisibles. Lutter efficacement contre les rongeurs.  Eliminer les cadavres.
bâtiments des oiseaux et des insectes nuisibles. Lutter efficacement contre les rongeurs.  Eliminer les cadavres.

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

5. Evaluation financière

5.1. Les investissements :

Le tableau suivant résume le plan d’investissement que le promoteur prévoit de développer au niveau de son exploitation, il s’agira d’une exploitation d’élevage avicole de ponte.

Nature

Unité

Prix

Quantité

Montant

%

 

unitaire

Débroussaillement et greffage

Ha

2

72 625

145 250

2%

Construction Bâtiment d'élevage

400

9 309

3 723 525

39%

40*10

Groupe électrogène

Nbr

1

148 800

148 800

2%

Batterie 4800 +Equipements

Nbr

1

2 804 490

2 804 490

30%

Poulettes démarrées

Ha

544

4 800

2 611 440

28%

Montant total des investissements

 

9 433 505

100%

L’investissement total s’élève à 9 433 505 DA il s’agira principalement de l’acquisition d’une batterie de 4800 sujets avec ses équipements et poulettes, avec une opération de création d’une oliveraie après débroussaillement et greffage sur une superficie de 2ha avec un montant de 145 250 DA

5.2. Les charges de fonctionnement du projet

5.2.1. Les charges opérationnelles:

Il s’agit des dépenses engagées pour l’élaboration directe de la production. L’activité du projet requiert d’importantes quantités d’aliments.

5.2.2. Les charges de structure :

Il s’agit ici d’évaluer les charges liées aux frais de services extérieurs (assurance, impôts et frais de gestion) et les frais de personnels (masse salariale).

frais de services extérieurs (assurance, impôts et frais de gestion) et les frais de personnels (masse
frais de services extérieurs (assurance, impôts et frais de gestion) et les frais de personnels (masse

20

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

Les charges de fonctionnement présentées dans le tableau suivant :

de cette exploitation sont

Désignation

Unité

Quantité

Prix unitaire

Valeur (DA)

%

Entretien des oliviers

Ha

2

51 800

103 600

1%

Aliments

Qx

1 728

3 778

6 528 324

62%

Poulettes démarrées

Sujet

4 800

544

2 611 440

25%

Produit vétérinaire

Lot

4 800

50

240 000

2%

Plateau d'œuf

Nbre

48 000

4

192 000

2%

Electricité

FF

30 000

1

30 000

0%

Frais d'entretien

FF

1

50 000

50 000

0%

Main d'œuvre

Nbre

3

25 000

75 000

1%

Sécurité sociale

%

9% salaire

6 750

6 750

0%

Impôt et taxes

%

2% salaire

1 500

1 500

0%

Assurance

DA

249 175

1

249 175

2%

Amortissement

DA

390 266

1

390 266

4%

Total des charges

 

10 478 055

100%

Comme le mentionne le tableau des charges, ces dernières sont estimées à, 10 436 639 DA avec une évolution annuelle de 2%. Le montant global des charges est estimé à 10 436 639 DA, dominé à 62% par l’achat de l’aliment et 25 % par l’acquisition des poulettes démarrées (à partir de l’année où la banque arrêtera le financement des poulettes démarrées). Les charges citées au-dessus sont pratiquement réels, élaborés après une enquête approfondie dans les installations similaires et des informations requises auprès des éleveurs et sur le marché local. Pour la durée de cinq ans, on suppose un taux d’évolution de 2% des charges chaque année.

sur le marché local. Pour la durée de cinq ans, on suppose un taux d’évolutio n
sur le marché local. Pour la durée de cinq ans, on suppose un taux d’évolutio n

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

Désignation

Année 01

Année 02

Année 03

Année 04

Année 05

Entretien des oliviers

103 600

105 672

107 785

109 941

112 140

Aliments

6 658 890

6 792 068

6 927 909

7 066 468

7 207 797

Poulettes démarrées

2 611 440

2 663 669

2 716 942

2 771 281

Produit vétérinaire

244 800

249 696

254 690

259 784

264 979

Plateau d'œuf

195 840

199 757

203 752

207 827

211 984

Electricité

30 600

31 212

31 836

32 473

33 122

Frais d'entretien

51 000

52 020

53 060

54 122

55 204

Main d'œuvre

76 500

78 030

79 591

81 182

82 806

Sécurité sociale

6 885

7 023

7 163

7 306

7 453

Impôt et taxes

1 530

1 561

1 592

1 624

1 656

Assurance

254 159

259 242

264 427

269 716

275 110

Amortissement

398 071

406 032

414 153

422 436

430 885

Total des charges

8 021 875

10 793 753

11 009 628

11 229 820

11 454 417

5.3. Les recettes de l’exploitation

Nous avons retenus un taux de mortalité de 07%, donc le cheptel réel de cette installation est de 4 464 poulettes. Avec un taux de ponte de 95 % (pic de production) pour 300 œufs /poulette /an la production sera 1 339 200 unité/an. Le prix de vente retenu est de 8DA/unité (le prix change suivant les saisons et les périodes des fêtes).

Un

poids net de

1,5

kg de la poulette reformée est retenu,

suivant les prix pratiqués sur le marché local à l’ordre de 300 DA/kg. La poulette produit 11,2 kg de fiente/an à un prix de 2000 DA/quintal.

le marché local à l’ordre de 300 DA/kg. La poulette produit 11,2 kg de fiente/an à
le marché local à l’ordre de 300 DA/kg. La poulette produit 11,2 kg de fiente/an à

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

Nature

Unité

Prix

Quantité

Montant

%

 

Unitaire

Olivier en extensif

QX

100

10 000

1 000 000

7%

Œufs

Unité

8

1 339 200

10 713 600

93%

Fumier

Qx

2 000

500

999 936

Poulettes

Unité

300

4 464

1 339 200

reformées

 

Total des recettes

 

14 052 736

100%

Le montant global des recettes que cette exploitation pourra

réaliser en année de croisière (pleine production des oliviers) est de

par la vente des produits de

l’élevage avicole. Pour la durée de cinq ans, on suppose un taux d’évolution des recettes de 4% chaque année.

14 052 736 DA dont 93% sera réaliser

Nature

Année 01

Année 02

Année 03

Année 04

Année 05

Olivier en extensif

 

500 000

1 000 000

Œufs

10 713 600

11 142 144

11 587 830

12 051 343

12 533 397

Fumier

999 936

1 039 933

1 081 531

1 124 792

1 169 784

Poulettes reformées

1 339 200

1 392 768

1 448 479

1 506 418

1 566 675

Total des recettes

13 052 736

13 574 845

14 117 839

15 182 553

16 269 855

5.4. Les flux financiers

 

Année

Cash-flow

Coefficient

Cash-flow

Cash-flow

 
 

d'actualisation

actualisé

cumulé

Année 01

-4 402 644

 

1,00

-4 402 644

-4 402 644

Année 02

2 781 093

 

0,91

2 528 266

2 528 266

Année 03

3 108 212

 

0,83

2 568 770

5 097 036

Année 04

3 952 733

 

0,75

2 969 747

8 066 783

Année 05

4 815 438

 

0,68

3 289 009

11 355 792

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

Les flux financiers (Cash-flow) actualisés seront négatifs pour la première année qui coïncide l’année l’installation et acquisition des investissements ; puis ils se positiveront à partir de la deuxième année avec un montant de 2 528 266 DA, qui continueront à s’améliorer dans le temps surtout avec l’entrée en production des oliviers (année du projet).

5.5. Paramètres économiques

Pour se prononcer sur la faisabilité financière du projet, il y a lieu de calculer ces paramètres économiques :

5.5.1. Valeur Actuel Nette (VAN)

La VAN d’un projet diminue au fur et

à mesure que le taux

d’actualisation s’élève selon une courbe décroissante, fonction d’un taux d’actualisation.

Soit un taux d'actualisation de : 10% Valeur Actuel Nette (VAN): 10 205 003 DA

5.5.2. Taux de rentabilité interne (TRI)

Le TRI est un taux d'actualisation qui annule la valeur actuelle nette d'une chronique de flux financiers (en général relatifs à un projet avec un investissement initial suivi de cash-flow positifs), dans le cas de ce projet est de 71%.

5.5.3. Délais de Récupération (DR)

On retiendra un taux de dépréciation monétaire de 10% par an.

est de 71%. 5.5.3. Déla i s de Récupération (DR) On retiendra un taux de dépréciation
est de 71%. 5.5.3. Déla i s de Récupération (DR) On retiendra un taux de dépréciation

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

D’après le tableau d’actualisation des cash-flows cité au-dessous, le période de récupération se situe à partir de la quatrième année du projet.

La formule :

5.5.4. Indice de profitabilité

Pour chaque dinar investi dans ce projet le promoteur obtient un gain de 2,80 DA. La formule :

Après calcul des différents paramètres de rentabilité: Le Taux de Rentabilité Interne (TRI) est de 71 % ; la Valeur Actuel Nette (VAN) est positive, ainsi que l’indice de profitabilité, nous pouvons donc conclure que le projet est très rentable, prometteur et correct.

5.6. Montage financier & échéancier de remboursement des investissements

5.6.1. Montage financier

Le financement du projet s’effectuera à hauteur de 90%, soit 8 490 154 DA par le prêt bancaire (crédit Attahadi et crédit ordinaire) remboursable à long terme sur une période 07 ans, et 10% par l’apport personnel du promoteur comme le montre le tableau suivant :

long terme sur une période 07 ans , et 10% par l’apport personnel du promoteur comme
long terme sur une période 07 ans , et 10% par l’apport personnel du promoteur comme

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

Désignation

Montant

Taux

Apport personnel

943 350

10%

Crédit "ATTAHADI"

8 490 154

90%

Total

9 433 505

100%

5.6.2. Echéancier de remboursement des investissements

Ce poste correspond au remboursement du crédit permis par la banque dans le cadre du programme du MADR « Création des Exploitations Agricoles et d’Elevage CIM 108 » qui est le crédit ATAHADI. La durée du crédit sera à moyen terme (7 ans). Remarque : Le taux d’intérêt durant les trois premières années est de 0%, à partir de la 4éme et la 5éme année il sera de 01%. Durant la 6éme et 7éme année le taux d’intérêt s’élèvera à 03%.

 

Montant

Montant

 

Taux

Frais

Année

début de

Amortissement

Annuité

fin de

 

d'Intérêt

financiers

 

période

période

Année 01

8 490 154

1 212 879

0%

0

1 212 879

7 277 275

Année 02

7 277 275

1 212 879

0%

0

1 212 879

6 064 396

Année 03

6 064 396

1 212 879

0%

0

1 212 879

4 851 517

Année 04

4 851 517

1 212 879

1%

48 515

1 212 879

3 590 122

Année 05

3 590 122

1 212 879

1%

35 901

1 261 394

2 341 342

Année 06

2 341 342

1 212 879

3%

70 240

1 248 780

1 058 223

Année 07

1 058 223

1 212 879

3%

31 747

1 283 119

0

Ce

remboursement

engendrera

en

banque un montant de 186 403 DA.

matière

d’intérêt

à

la

31 747 1 283 119 0 Ce remboursement engendrera en banque un montant de 186 403
31 747 1 283 119 0 Ce remboursement engendrera en banque un montant de 186 403

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

5.7. L’amortissement fiscal des investissements :

L’amortissement fiscal des investissements sera calculé selon la méthode linéaire, Le montant annuel des amortissements est évalué à 383 487 DA.

Désignation

Montant

Durée

Ammortiss.

Débroussaillement et greffage

145 250

50

2 905

Construction Bâtiment d'élevage

3 723 525

20

186 176

Groupe électrogène

148 800

20

7 440

Batterie 4800 +Equipements

2 804 490

15

186 966

Montant Amortissement

6 822 065

383 487

5.8. Les résultats prévisionnels de l’exploitation

La structure prévisionnelle de l’exploitation générale de l’unité projetée, ainsi que les performances de gestion attendues sont exposées ci- dessus :

5.8.1. Tableau des comptes résultats prévisionnels.

les performances de gestion attendues sont exposées ci- dessus : 5.8.1. Tableau des comptes résultats prévisionnels.
les performances de gestion attendues sont exposées ci- dessus : 5.8.1. Tableau des comptes résultats prévisionnels.

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

Désignation

Année 01

Année 02

Année 03

Année 04

Année 05

Année 06

Année 07

Chiffre d’affaire

13 052 736

13 574 845

14 117 839

15 182 553

16 269 855

16 920 649

17 597 475

Consommations

6 964 102

9 714 824

9 909 119

10 107 300

10 309 444

10 515 631

10 725 942

Services

30 000

30 600

31 212

31 836

32 473

33 122

33 785

Valeur Ajoutée

6 058 634

3 829 422

4 177 509

5 043 417

5 927 938

6 371 895

6 837 748

Frais du personnel

83 250

83 250

84 915

86 613

88 346

90 112

91 915

Impôts et taxes

261 055

271 497

282 357

303 651

325 397

338 413

351 950

Frais d'assurance et divers

682 663

696 316

710 123

724 205

738 567

753 214

768 152

E.B.E

5 031 667

2 778 359

3 100 114

3 928 947

4 775 628

5 190 156

5 625 732

Amortissements

194 406

194 406

194 406

194 406

194 406

194 406

194 406

Intérêts

0

0

0

0

48 515

35 901

70 240

Résultat d'exploitation

4 837 261

2 583 953

2 905 708

3 734 541

4 532 707

4 959 848

5 361 086

Résultat hors exploitation

Impôt sur bénéfice

Résultat net

4 837 261

2 583 953

2 905 708

3 734 541

4 532 707

4 959 848

5 361 086

bénéfice Résultat net 4 837 261 2 583 953 2 905 708 3 734 541 4
bénéfice Résultat net 4 837 261 2 583 953 2 905 708 3 734 541 4

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

L’exploitation enregistre des résultats positifs durant les 07 années (durée de remboursement de crédit sollicité). Ces résultats s'améliorent en fonction de l'activité de l'exploitation. De ce qui précède, nous constatons que cette nouvelle exploitation peut enregistrer des performances par la réalisation des résultats appréciables les quels vont constituer des fonds propres pour assurer le maintien de son équilibre financier et l'amélioration de sa trésorerie En outre, le promoteur dispose d'une capacité financière qui lui permettra de solliciter de nouveaux créditx auprès de la banque comme il doit procéder au renouvellement de son investissement qui se dégrade avec le temps afin d'assurer la continuité de l'exploitation

5.8.2. Les bilans comptables

Les capitaux propres vont connaitre un accroissement signifiant de 33 864 353 DA soit 412% durant les dix années cette augmentation se traduit par l'intégration successif au fonds propres "compte de l'exploitant" des résultats positifs réalisés durant cette période et ceci avec le remboursement du crédit sollicité par le promoteur durant la même période suivant l'engagement par ce dernier après de la banque.

sollicité par le promoteur durant la même période suivant l'engagement par ce dernier après de la
sollicité par le promoteur durant la même période suivant l'engagement par ce dernier après de la

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

Actif

Année 01

Année 02

Année 03

Année 04

Année 05

Année 06

Année 07

Actif Immobilisé net

10 545 590

9 975 926

9 781 520

9 587 114

9 392 708

9 198 302

9 003 896

Biens immobiliers

3 868 775

3 679 694

3 679 694

3 679 694

3 679 694

3 679 694

3 679 694

Biens mobiliers

2 953 290

2 758 884

2 564 478

2 370 072

2 175 666

1 981 260

1 786 854

Biens vivants

3 723 525

3 537 349

3 537 349

3 537 349

3 537 349

3 537 349

3 537 349

Actif circulant net

2 512 297

4 453 034

6 340 269

9 007 822

12 486 154

16 357 289

20 854 558

Stocks

-2 519 370

2 887 554

4 453 034

6 291 754

9 020 436

12 451 815

16 582 186

Trésorerie

5 031 667

1 565 480

1 887 235

2 716 068

3 465 718

3 905 474

4 272 372

Total Actif

13 057 887

14 428 960

16 121 789

18 594 936

21 878 863

25 555 592

29 858 455

Passif

Année 01

Année 02

Année 03

Année 04

Année 05

Année 06

Année 07

Capitaux propres

8 220 626

11 845 007

13 216 081

14 860 395

17 346 156

20 595 743

24 497 369

Fonds permanents

943 350

5 780 611

8 364 564

11 270 272

15 004 814

19 537 521

24 497 369

Apport personnel

943 350

943 350

943 350

943 350

943 350

943 350

943 350

Résultat en instance d'affectation

4 837 261

7 421 214

10 326 922

14 061 463

18 594 170

23 554 018

Emprunts bancaires

7 277 275

6 064 396

4 851 517

3 590 122

2 341 342

1 058 223

0

Crédit ETAHADI

7 277 275

6 064 396

4 851 517

3 590 122

2 341 342

1 058 223

0

Dettes à court terme

Dettes à court terme

Résultat d'exercice

4 837 261

2 583 953

2 905 708

3 734 541

4 532 707

4 959 848

5 361 086

Total Passif

13 057 887

14 428 960

16 121 789

18 594 936

21 878 863

25 555 592

29 858 455

086 Total Passif 13 057 887 14 428 960 16 121 789 18 594 936 21
086 Total Passif 13 057 887 14 428 960 16 121 789 18 594 936 21

Etude de faisabilité technico-économique

Année 2013

Les immobilisations subissent une dégradation de 2 124 911 DA durant les 07 années par l'effet de l'amortissement soit un taux de 20% qui engendra une valeur résiduelle de actif circulant. Il est à noter que l'exploitation dispose d'un actif circulant important constitué essentiellement des stocks et des créances accordées aux clients, qui augmente chaque année du fait de l’évolution de l' activité de l'exploitation il passe de 2 512 297 DA en 1 ère année à 20 854 558 DA en 07 ème année soit une évolution importante de 38 025 859DA.

6. Effet induit par le projet

6.1. Effet sur l’emploi

Comme il a été cité précédemment, ce projet sera créateur de 03 emplois permanant, par ailleurs l’activité d’élevage avicole sera génératrice d’autre emplois indirectes (activité commerciale, service, soins vétérinaires et autres).

6. 2. Effet sur l’environnement

Le projet ne présente aucun impact négatif sur l’environnement, mais il offre une bonne fertilité du sol par l’utilisation des débris et fiente de volaille.

l’environnement, mais il offre une bonne fertilité du sol par l’utilisation des débris et fiente de
l’environnement, mais il offre une bonne fertilité du sol par l’utilisation des débris et fiente de

Etude de faisabilité technico-économique

CONCLUSION

Année 2013

Ce projet de développement par la création d’une exploitation d’élevage avicole (poules pondeuses) suppose des investissements à hauteur, de 9 433 505 dinars, dont 90% des investissements seront financés par le crédit « ETTAHADI ». Ce projet enregistre un taux de rentabilité financière de 71% (moyenne de 10 ans de projet), dans les conditions optimales de réalisation, avec des réserves de productivité et de rentabilité qui lui permettrait d’assurer une rentabilité interne plus importante. Par ce projet de développement, l’exploitation en question est en aptitude d’honorer toutes ses promesses tant envers les fournisseurs, que les banques et autres.

question est en ap titude d’honorer tou tes ses promesses tant envers les fournisseurs, que les
question est en ap titude d’honorer tou tes ses promesses tant envers les fournisseurs, que les