Vous êtes sur la page 1sur 37

L’électricité photovoltaïque

• Rappels d’Énergie solaire


• La cellule photovoltaïque
• Le module solaire
• Le générateur
• Les applications

1
présenté par Boudy Ould Bilal /CIFRES/ESP/DAKAR
Rappels d’Énergie solaire
Le spectres du rayonnement solaire couvrent une gamme de longueurs
d’ondes comprise entre 10-4 micromètres (μm) et 106 centimètres (cm)

51 % Infrarouge
E (W/m²)

41 % Visible
Ensoleillement

Hors atmosphère
8% Ultraviolet

Au sol

Longueur d’onde (m)

Le rayonnement global G
G Vaut 1400 W/m² hors atmosphère 2

G varie de 0 à 1000 W/m² au sol


Rappels d’Énergie solaire

Diffusion par les nuages

G = I + D
Direct
Global Direct Diffus

Diffusion par les aérosols


Réflexion
au sol

3
L’électricité photovoltaïque

L’irradiation I Journalière

E
18 h

I=  G (h) dh
6h
h
S

I = est de 4, 5 ou 7 kWh/m²/jour
4
Exemple de données de Ej en kWh/m2/j

Mois/ J F M A M J J A S O N D
Lieu
Dakar 5,20 5,93 6,99 7,02 6,95 6,51 5,78 5,10 5,42 5,50 5,00 4,87

Niamey 5,42 6,05 6,36 5,85 6,32 5,68 n.d n.d n.d 5,91 5,56 5,50

Ouaga 5,61 6,36 6,28 6,30 6,22 6,05 5,81 5,47 5,94 5,83 5,75 5,19

5
La cellule photovoltaïque
ou photopile
Il est possible de convertir l’énergie solaire en énergie électrique de diverses
manières. Les systèmes utilisés sont plus ou moins complexes.
La cellule photovoltaïque ou photopile est le moyen le plus simple. Elle
permet de convertir directement le rayonnement solaire en électricité

Une photopile est une diode plate qui présente différence de potentiel une
(DDP) et qui libère des électrons sous l’effet des photons solaires.
6
Fonctionnement de la photopile
Vis-à-vis du courant électrique et de l’énergie solaire, il existe trois sortes
de matériaux que sont les isolants, les conducteurs et les semi-
conducteurs.

 Les isolants ne libèrent pas d’électrons quand les photons solaires leur
tombent dessus. L’énergie incidente est insuffisante pour arracher les
électrons.

 les semi-conducteurs tels que le silicium, les électrons peuvent être


arrachés par les photons pourvu que ces photons soient suffisamment
énergétiques.

 les conducteurs l’énergie des photons permet effectivement d’arracher


des électrons, mais en l’absence d’une DDP ces électrons se
recombinent immédiatement avec les sites vides en produisant de la 7
chaleur uniquement.
Fonctionnement de la photopile
Pour créer une DDP dans un semi-conducteur et véhiculer les électrons on
réalise une jonction P-N comme dans une diode

 Un dopage est réalisé en introduisant des atomes d’un corps étranger


dans le semi-conducteur. Un dopage N libère des électrons en excès. Un
dopage P crée des trous ou lacunes avides d’électrons.

 Les matériaux dopés N et P, puis mis en contact présentent une DDP à la


jonction. Avec le silicium cette DDP est de 0,6 V.

Dopage N avec Dopage P avec


apparition création de trous
d’électrons libres
8
Fonctionnement de la photopile
 Le dopage P du silicium est obtenu par des atomes de phosphore.
 Le dopage N est obtenu par des atomes de bore.

 On appelle jonction P-N ou diode la liaison réalisée entre un semi-


conducteur dopé N et un semi-conducteur dopé P.

 Lorsqu’une paire électron-trou est dissociée à proximité de la surface


de la jonction, l’électron est aspiré vers le côté N et le trou vers le côté
P par le champ électrique créé par le DDP.

9
Fonctionnement de la photopile
Fonctionnement de la photopile
Si on relit les deux matériaux dopés par une résistance électrique on établit un
courant électrique qui peut être entretenu par la dissociation continuelle de
paires électrons trous dû à l’énergie solaire.

N
R
P

Tous les photons solaires n’ont pas suffisamment d’énergie pour arracher des
électrons. Seuls une fraction est efficace. C’est la plus grande limitation au
rendement de conversion de l’énergie solaire en électricité photovoltaïque.
Ce rendement varie de 9 à 18 % suivant la technologie de fabrication
utilisée.
11
Technologie des photopiles

Les photopiles les plus utilisées


aujourd’hui sont celles au silicium
polycristallin

Dans cette photopile une électrode


recouvre la face inférieure pour
collecter les trous.

Une autre (grille) est placée sur la face


supérieure pour collecter les électrons
en laissant passer le rayonnement
solaire.

12
Technologie des photopiles

Les photopiles utilisées dans le commerce aujourd’hui sont toutes à


base de silicium

Il en existe trois sortes de photopiles :

 Les photopiles au silicium monocristallin (cellules en tranche)


 Les photopiles au silicium polycristallin (cellules en tranche)
 Les photopiles au silicium amorphe (technologie en couche mince)

13
Technologie des photopiles

1. Les photopiles au silicium


monocristallin.

Elles ont en général une forme


ronde de 100 mm environ de
diamètre. Elles sont obtenues à
partir du silicium pur et à partir
de l’industrie électronique. Leur
rendement est bon mais elles
sont chères :
 = 16 à 18 %

14
Technologie des photopiles
2. Les photopiles au silicium
polycristallin.

Elles sont obtenues à partir


des rebuts de l’industrie
électronique. Elles ont en
général une forme carrée de
100 à 150 mm de côté avec
des grains nettement
visibles. Elles sont moins
chères comparées au
photopiles monocristallines.
Leur rendement est
également plus faible.

 = 13 à 15 %
15
Technologie des photopiles
3. Les photopiles au silicium amorphe ou
couche mince.

Elles permettent la réduction des coûts


de fabrication en utilisant très peu de
silicium disposé directement sur le
substrat. Un autre avantage de cette
technique est que les cellules sont
directement mises en série dans le
module en un seul procédé à l’aide d’une
technique au laser. On réduit
considérablement les coûts de
fabrication mais le rendement obtenue
est faible.

  9% 16
Encapsulage
Les cellules sont encapsulées entre deux plaques bi-verre ou verre avec
un autre matériau. La face avant est recouverte d’un matériau anti-reflet
pour améliorer la transmission du rayonnement.

17
Encapsulage
Une seule cellule délivre une tension continue de 0,6 V.
Pour les applications courantes elles sont assemblées en série et parallèle
sur un même panneau appelé module.
Un module est un assemblage série/parallèle de cellules pour obtenir les tensions
compatibles avec les charges usuelles (12 V, 24 V…)

18
Le module photovoltaïque
L’énergie solaire absorbée est en effet convertie à
plus de 80% en chaleur qui doit être évacuée faute de
quoi les cellules s’échauffent et leurs rendements
diminuent.

Caractéristique Courant-Tension du module.


Elle dépend essentiellement de deux paramètres :

 L’éclairement solaire
la température de jonction.

19
Le module photovoltaïque
Caractéristique courant Tension du module (effet de l’éclairement).

20
Le module photovoltaïque
Caractéristique courant Tension du module (effet de la température).

21
Le module photovoltaïque
Définition de la puissance crête :

Un module photovoltaïque délivre un courant I sous une tension V fonction


de deux paramètre.

 L’éclairement solaire G en kW/m²


 La température dite de jonction T en °C

Lorsque G = 1000 W/m², T = 25°C et M est sur la courbure de la


caractéristique, le module délivre sa puissance optimale appelée puissance
crête (Pc) exprimée en Watt crête (Wc).

22
On dira P = 75 Wc par exemple.
Puissance crête Pc

G = 1 kW/m²

IM M

T = 25°C

VM

Pc = IM VM
La puissance crête est une puissance idéale difficilement atteinte
23
Le module photovoltaïque
Protection des modules par des diodes :

Deux types de protections sont utilisées :

 la protection des modules ou des cellules en série


par une diode placée en parallèle (diode by-pass)

 la protection des modules ou des cellules en


parallèle par des diodes placées en série (diode
anti-retour) 24
Le module photovoltaïque
Diodes anti-retour

R R

Diode by-pass

Dans la protection by-pass, l’idéal serait de protéger les cellules individuellement.


C’est une solution trop coûteuse. C’est pourquoi on adopte une solution par
protection groupée de 12, 18 ou 36 cellules. 25
Le générateur Photovoltaïque

26
Le générateur Photovoltaïque

Montage série parallèle des modules :

 Suivant les besoins à satisfaire, les modules sont assemblés pour


atteindre la puissance ou la tension désirée.
 La puissance désirée permet de déterminer le nombre de modules.
C’est l’objet du dimensionnement.
 La tension de service permet de savoir le nombre de modules en
série et le nombre en parallèle.
 Lorsque plusieurs modules identiques sont placées en série le
courant dans la série reste le même cependant la tension au borne
de la série est la somme des tensions.
 Lorsque plusieurs modules identiques sont placées en parallèle la
tension au bornes de l’ensemble reste la même pendant que le
courant en sortie est la somme des courants. 27
Le générateur Photovoltaïque

Résultat du montage série ou parallèle des modules identiques

Modules en parallèles
Modules en série I
nI1
I

I1

I1
V1 n V1 V
V1 V
28
Système Photovoltaïque
Définition d’un système photovoltaïque

 Un générateur photovoltaïque (modules en série


et parallèle)
 D’un régulateur (opérationnel)
 D’une batterie de stockage de l’énergie
(opérationnel)
 D’un convertisseur CC/AC ou CC/CC
(opérationnel)

NB : L’inclinaison et la direction des modules


29
dépend du site.
Système Photovoltaïque
Un générateur photovoltaïque peut alimenter une
charge individuelle ou connecter au réseau
1. Exemple : cas individuel

30
Système Photovoltaïque
2. Exemple : cas de Connexion au réseau

31
Système Photovoltaïque

Applications : Avec l’énergie solaire photovoltaïque on peut


alimenter n’importe quel récepteur. C’est le coût élevé du
générateur qui limite les applications.
Les applications plus courantes sont :
Pompage de l’eau en site isolé
La réfrigération (conservation des vaccins et
médicaments, glace, boisson, …etc).
Les télécommunications
L’équipement électrique des habitations en site isolé.
La recharge de batteries dans les villages
32
L’électricité Photovoltaïque
Cas général de dimensionnement :
Méthode des rendements.

1. La puissance crête en watt est évaluée par :


E j (wh)
Pc 
E ond bat reg k p

Ej est l’énergie journalière consommée


E est l’irradiation du lieu en kWh/m²/jour
Kp est appelé coefficient panneau et vaut 0,8
Les  sont les rendements respectifs de l’onduleur, de la batterie et du
33
régulateur et valent 0,8 en moyenne
L’électricité Photovoltaïque
2. Dimensionnement du stockage.

Méthode des rendements.


La capacité des batteries d’accumulateurs est évaluée par :

E j . Autonomie (jours)
C 
D  bat Vbat

Ej est l’énergie consommable par jour


C es la capacité des batteries en Ah
D est la profondeur de décharge
Vbat est la tension de la batterie
bat est le rendement de la batterie

34
L’électricité Photovoltaïque
3. Dimensionnement du régulateur.

Méthode des rendements.

Ie >= Icc du générateur


Is>=Ib du récepteur

Ie : est le courant d’entré du régulateur


Is: est le courant de sortie régulateur
Icc: est le corant d court circuit du GPV
Ib est le courant global des recepteurs

35
L’électricité Photovoltaïque
3. Dimensionnement de l’onduleur.

Méthode des rendements.

La puissance de l’onduleur peut etre donner par l’expression


suivante:

Pinst
Pond 
nond
Pond : la puissance de l’onduleur (W)
Pinst : la puissance consommée (W)
Nond : le rendement de l’onduleur

36
Merci de votre attention

37