Vous êtes sur la page 1sur 32

2,00 € Première édition. No 11403 MERCREDI 24 JANVIER 2018 www.liberation.

fr

FORUM MERCREDI
24 JANVIER
2018

2028, un monde
FORUM gouverné par
l’intelligence artificielle?
UNE SOIRÉE DE DÉBATS CE MERCREDI À PARIS, CAHIER CENTRAL
Y
GRÉGORY CHATONSK
découpé. PHOTO
sur aluminium

INVENTER
Impressions
Core Fab. (2015).

L’AVENIR , finance, loisir


Travail, santé va bouleverser
artificielle
s:

l’intelligencePour évoquer ce futur, une,


T AVEC
EN PARTENARIA

nos sociétés.débats, ce mercredi à Paris


soiré e de rrotin , Enki
Falque-Pie
avec Isabelle Cun, Cédric Villani…
Bilal, Yann Le

CINÉMA
UNIVERSAL PICTURES INTERNATIONAL FRANCE

Steven Spielberg
plonge dans l’âge
d’or du journalisme
«PENTAGON PAPERS», ET TOUTE L’ACTUALITÉ
DU CINÉMA, PAGES 24-28

BAC LE RATTRAPAGE
Usine à gaz très coûteuse et réputée intouchable…
Le gouvernement lance ce mercredi une réforme
du baccalauréat à l’horizon 2021, qui devrait simplifier
son organisation, diminuer le nombre d’épreuves et
accroître le contrôle continu. Un pari politique.
IMPRIMÉ EN FRANCE / PRINTED IN FRANCE Allemagne 2,50 €, Andorre 2,50 €, Autriche 3,00 €, Belgique 2,00 €, Canada 5,00 $, Danemark 29 Kr, DOM 2,60 €, Espagne 2,50 €, Etats-Unis 5,00 $, Finlande 2,90 €, Grande-Bretagne 2,00 £,
PAGES 2-4 ET 30

Grèce 2,90 €, Irlande 2,60 €, Israël 23 ILS, Italie 2,50 €, Luxembourg 2,00 €, Maroc 20 Dh, Norvège 30 Kr, Pays-Bas 2,50 €, Portugal (cont.) 2,70 €, Slovénie 2,90 €, Suède 27 Kr, Suisse 3,40 FS, TOM 450 CFP, Tunisie 3,00 DT, Zone CFA 2 300 CFA.
2 u
ÉVÉNEMENT Libération Mercredi 24 Janvier 2018

RÉFORMER
ÉDITORIAL
Par LAURENT
JOFFRIN

LE BAC
Biais
Quand un fruit est mûr, il
tombe. C’est l’intelligence
de ce gouvernement
d’avoir compris que le trop

CHICHE!
lent mûrissement des ré-
formes avait atteint ses li-
mites. Volontariste, actif,
il récolte ce que les autres
ont laissé sur pied. Cela fait
trente ans au moins qu’on
parle de réformer le bac.
Outre son caractère de mo-
nument national difficile à
mettre en cause, le change-
ment se heurtait à de mul-
tiples oppositions.
Nostalgie des parents pour
une institution de leur jeu-
nesse, blocage organisé par
les gardiens des disciplines
qui se sentaient menacées,
procureurs de la sélection
qui voient dans toute ré-
forme une aggravation du
mal qu’on est censé com-
battre : on parlait, on collo-
quait, on rédigeait des rap-
ports. Mais on ne
changeait rien ou pas
Un examen final allégé et davantage de contrôle
grand-chose. Le coût du
rituel, allié au lancinant
continu: telles sont les pistes qui devraient être
problème de l’encombre-
ment des facs, où quelque
présentées ce mercredi au ministre Jean-Michel
60 % des étudiants ne pas-
sent pas le cap de la li-
Blanquer pour remanier en profondeur
cence, ont eu raison de
cette si longue attente.
une institution à la fois sacralisée
Le nouveau bac arrive, et dévaluée, réputée irréformable.
allégé, concentré sur les
disciplines principales,
lesté d’un contrôle continu DÉCRYPTAGE
qui pèserait plus lourd
dans la note finale.
Progrès ? Probablement, Par et aura un impact dès la rentrée pro- continu et propose trois scénarios: opter pour deux disciplines «majeu-
dès lors que le contrôle CATHERINE MALLAVAL chaine sur les lycéens de seconde. soit des épreuves ponctuelles répar- res» (ce sont celles que le candidat
continu respecte l’équité et MARIE PIQUEMAL La course est aussi très orchestrée ties dans l’année (une sorte de bac passera au bac) à choisir dans un
jusqu’ici garantie par l’uni- en termes de communication: alors blanc standardisé avec anonymat menu de neuf ou dix combinaisons

B
formité et l’anonymat de ac comme «Bon à changer»? que des bribes du projet fuitent garanti), soit des épreuves ponc- possibles (par exemple maths-
l’examen final. Avec un bé- Des années que le vieux mo- de-ci de-là depuis des semaines, les tuelles et la prise en compte des bul- sciences économiques ou lettres-
mol toutefois. Le début de nument (210 ans) tremblote, journalistes n’ont été conviés à letins scolaires, soit uniquement les langues) et deux disciplines «mi-
sélection pré-universitaire objet de diatribes qui étrillent son prendre connaissance de l’ensem- bulletins scolaires. A Blanquer de neures». S’ajouteraient des ensei-
mise en œuvre dès cette côté «ça sert à rien», «c’est mal ble que ce mercredi matin –à croire trancher. gnements facultatifs, comme les
année, combinée avec ce foutu», «et en plus, ça coûte une for- que des ajustements sont encore en Parmi les épreuves à «passer», on langues anciennes. Voilà à gros
bac rétréci, obligera les ly- tune» tout en lui reconnaissant sa cours?– et priés très officiellement devrait retrouver le bac de français traits le schéma. Autre changement
céens à des choix plus pré- part symbolique, «rite de passage de ne rien publier avant 15 heures. (écrit et oral) en fin de première. En à noter : un temps scolaire rythmé
coces. Or on sait que cette obligé». Candidat, Emmanuel Ma- Un sacré cadrage. terminale, deux matières «majeu- par semestre, et non plus par tri-
liberté sera utilisée fort dif- cron avait promis de s’y attaquer, là Dans l’attente du rapport complet, res» (choisies par l’élève), la sacro- mestre. Une petite révolution.
féremment selon le degré où ses prédécesseurs ont échoué quelle est la philosophie de cette ré- sainte épreuve de philosophie (pré-
d’information des familles, (lire ci-contre). La machine à réfor- forme? Est-elle nécessaire ou hasar- sente depuis la naissance du bac) Quelles sont les craintes?
lui-même indexé sur leur mer a turbiné. Au terme de plus de deuse ? Décryptage. ainsi qu’un grand oral. Une vraie Depuis quelques semaines, la moin-
niveau social. Ceux qui ont cent auditions de syndicats d’ensei- nouveauté, que certaines sources dre information sortant dans la
plus savent plus. Ration- gnants, Pierre Mathiot, ex-directeur Quel bac se dessine ? annoncent «interdisciplinaire», presse nourrit les inquiétudes des
nelle, la réforme peut vite de Sciences-Po Lille chargé du dos- Exit le bac concentré sur le mois de comme il se pratique en Italie. enseignants. Première source de
souffrir d’un biais sociolo- sier (lire notre portrait en page 30), juin qui chaque année met en va- Mais ce bac remanié n’est en réalité crainte, le découpage en majeures
gique qui renforcera en- doit remettre son rapport et ses cances prématurément les élèves de que la partie émergée d’un nouvel et mineures, avec des disciplines
core l’inégalité des chan- pistes de ravalement ce mercredi seconde. La nouvelle version se iceberg. A travers les pistes annon- qui seraient mieux traitées que
ces, défaut essentiel du après-midi au ministre de l’Educa- veut allégée. On s’oriente vers un cées, c’est un nouveau lycée qui se d’autres. L’Association des profes-
système scolaire français. tion, Jean-Michel Blanquer. Ledit examen final resserré autour de six dessine. Un lycée plus modulaire seurs de biologie et géologie, par
On attend donc avec vigi- ministre se laissant deux-trois épreuves (comptant pour 60% de la ou, pour le dire autrement, à la exemple, redoute de voir disparaître
lance, dans le projet qui semaines d’arbitrages avant d’en note finale), le reste étant évalué par carte. Ainsi, outre un tronc com- du tronc commun les cours de
sera dévoilé ce mercredi, donner une version définitive à la un contrôle continu (40% de la note mun d’enseignements (français en sciences et vie de la Terre (SVT). «Ce
les mesures destinées à mi-février. du bac). Dans son rapport, Pierre première, philo en terminale, mais serait un recul très grave, s’alar-
corriger cette obsédante Le calendrier est serré: le bac nou- Mathiot ne se mouille pas sur cette aussi histoire-géographie, langues maient-ils dans une tribune pu-
fatalité. • veau doit entrer en vigueur en 2021 question très débattue du contrôle vivantes…), chacun devrait avoir à bliée dans Libé lundi. Suite page 4
Libération Mercredi 24 Janvier 2018 www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe u 3

CHAUD LE BACHOT !
En juin dernier, ils étaient
729 600 à plancher, soit
l’équivalent des populations de
Lyon et de Rennes cumulées…
Résultat : 641 700, soit 87,9 %
d’entre eux, ont été reçus.
Loin de la petite trentaine de
candidats à se présenter au tout
premier baccalauréat, en 1809.
A l’époque, de jeunes hommes
issus de la bourgeoisie doivent
convaincre un jury de
professeurs d’université au
cours d’un grand oral – déjà –
portant sur les lettres, l’histoire,
la géographie et la philosophie.
Inventée par Napoléon,
l’épreuve est alors considérée
comme le premier grade
universitaire. L’écrit n’apparaît
qu’en 1830. Cette année-là,
environ 3 000 candidats
reçoivent leur diplôme… Mais
aucune candidate. Il faut
attendre 1861 pour que la
Vosgienne Julie-Victoire Daubié,
devienne bachelière, à 37 ans,
après dix ans de bataille. Les
programmes sont unifiés pour
filles et garçons en 1924, faisant
croître le nombre de reçus.
En 1948, ils étaient 30 000.
En 1985, le ministre de
l’Education nationale, Jean-
Pierre Chevènement, se fixe un
objectif : conduire 80 % d’une
classe d’âge au bac, contre 30 %
jusque-là. Mission accomplie.
En 2004, François Fillon, en
charge du portefeuille, juge le
système «trop compliqué», et
l’organisation «de plus en plus
périlleuse». Son idée ? Que
l’examen final ne porte que sur
six matières, le reste étant
Le ministre de l’Education, sanctionné par un contrôle
Jean-Michel Blanquer, continu… Face au tollé suscité
le 9 novembre à Paris. par son projet, il s’était vu
PHOTO MARC CHAUMEIL contraint de le ravaler trois mois
plus tard. V.B.

Un double pari politique pied au plancher


En remaniant de front certain nombre à s’être cassé les dents sur ce l’université– comme de la nitroglycérine poli- Elle suppose aussi, surtout, une mobilisation
le baccalauréat et l’accès à que Jack Lang, dans sa grande prudence, assi- tique. Mais les temps ont manifestement exceptionnelle de l’administration et des pro-
mila un jour à un indéboulonnable «monu- changé. L’opinion aura sans doute mûri ces fesseurs, dans les lycées comme dans les uni-
l’université, Macron s’attaque
ment national». Lionel Jospin et Claude Allè- dernières années, et plus encore ces derniers versités. Faute de quoi de grosses difficultés
à deux monuments jusqu’ici gre n’ont pas donné suite aux propositions mois, après les ratés de la procédure APB et le pourraient très vite contrarier l’ardeur réfor-
intouchables. Mais les temps contenues dans les brillants rapports que leur désolant recours au tirage au sort pour sélec- matrice du gouvernement.
semblent avoir changé. avaient remis Pierre Bourdieu en 1989 et Phi- tionner les étudiants dans certaines filières
lippe Meirieu dix ans plus tard. universitaires en tension. Les deux réformes «Déclic». Le pari est-il gagnable? Dans la ma-

A
u pas de charge. Alors que se met en qui transforment en profondeur la transition jorité, on y croit dur comme fer. Pour le député
œuvre, avant même d’avoir été défini- Guerre éclair. En matière de réforme du entre le lycée et l’université n’étaient-elles pas LREM Gabriel Attal, spécialiste de ces ques-
tivement adoptée, la réforme de l’ac- bac, le plus entreprenant aura été François inscrites dans les programmes de plusieurs tions, le fiasco d’APB a «provoqué un déclic»
cès à l’université, le gouvernement ouvre le Fillon, ministre de l’Education de Jacques candidats à la présidentielle, dans celui d’Em- dans l’opinion: «Tout le monde a compris qu’on
chantier du baccalauréat. La vieille institution Chirac. Mais le 10 février 2005, alors que près manuel Macron comme dans ceux des compé- ne pouvait pas continuer comme ça, avec 90%
créée il y a plus de deux siècles devrait être de 100 000 lycéens venaient de manifester titeurs de la primaire de la droite? Certes. Mais qui réussissent au bac et 60% qui échouent en
profondément remaniée. Un examen resserré dans les rues de Paris, le futur candidat mal- le pari risqué du chef de l’Etat consiste à les licence.» Selon Attal, Macron dispose de plu-
autour d’une poignée d’épreuves, les autres heureux à la présidentielle avait été prié de mener de front pour une mise en œuvre extrê- sieurs atouts contre ceux qui s’emploient, dans
disciplines étant évaluées en contrôle continu remballer. Son projet ? Instauration du mement rapide. La procédure Parcoursup les facs et les lycées, à mobiliser la jeunesse
(lire ci-contre): la réforme qui sera présentée contrôle continu et limitation à six du nombre s’applique dès cette semaine. Quant à la ré- contre une «sélection» instaurée à la hussarde:
vers la mi-février par Jean-Michel Blanquer d’épreuves… C’est sous la même pression de forme du bac, elle implique une révolution «On lui reconnaît le mérite de faire ce qu’il
est à peu près celle dont ont rêvé avant lui des la rue, après la mort tragique de Malik Ousse- dans l’organisation des classes de seconde dès avait promis de faire et d’en confier la mise en
générations de ministres de l’Education. Allé- kine, que le ministre Devaquet, décédé il y a la rentrée prochaine. Comme sur l’aéroport de œuvre à deux excellents ministres.» Il est vrai
ger et moderniser le bac? Le ministre de Mit- quelques jours, avait dû renoncer, en 1986, à Nantes, l’exécutif se flattera de décider là ou que rares sont ceux qui se risquent à faire à
terrand Alain Savary en reconnaissait déjà son projet pour l’université. tant d’autres ont tergiversé. Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal le
l’urgente nécessité au début des années 80, Impressionnés par ces échecs, les responsa- Mais la réussite de cette guerre éclair ne dé- procès en éloignement du terrain scolaire qui
tout comme François Hollande trois décen- bles politiques ont longtemps traité ces matiè- pend pas seulement des bonnes dispositions a plombé tant de leurs prédécesseurs.
nies plus tard. Dans l’intervalle, ils sont un res – contrôle continu au bac et sélection à de l’opinion et de la majorité parlementaire. ALAIN AUFFRAY
4 u
ÉVÉNEMENT Libération Mercredi 24 Janvier 2018

Suite de la page 2 […] La culture


scientifique est nécessaire dans la
lutte contre l’obscurantisme.» Autre
danger : aggraver encore un peu
plus les inégalités sociales entre les
élèves. Pour Erwan Le Nader, de
l’Association des professeurs de
sciences économiques et sociales,
l’idée d’un bac modulaire présente
de vrais risques: «Les travaux en so-
ciologie le démontrent: plus on laisse
la place au choix, plus certains élèves
sont avantagés par rapport à
d’autres, car eux seuls connaissent la
meilleure stratégie à suivre afin de
maximiser leurs chances pour la
suite.» De la même façon, le contrôle
continu présente le risque d’inégali-
tés territoriales (lire ci-contre), avec
demain des bacs à valeur variable
d’un lycée à l’autre. «Sans même
parler de la pression accentuée d’une
évaluation permanente des élèves»,
soupire Erwan Le Nader.
Le Snes-FSU, principal syndicat
d’enseignants du secondaire, lui
aussi inquiet d’une montée des iné-

«
galités territoriales entre les lycées,
critique «un bac maison sans ambi-
tion». Il redoute aussi des consé-
quences directes sur la façon d’en-
seigner. Frédérique Rolet, secrétaire
générale du Snes-FSU : «Avec les
cours organisés en semestre, on va se
retrouver en milieu d’année devant Avant les épreuves de philosophie, dans un lycée du XVe arrondissement de Paris, en juin 2016. PHOTO GAËL KERBAOL. DIVERGENCE
des élèves qui ont suivi la discipline
depuis plusieurs mois et d’autres qui

«La réforme pose le problème


la découvrent.» Le Snes, bien décidé
à faire fléchir Blanquer dans ses ar-
bitrages, appelle à la grève tous les
enseignants du secondaire (collège

de l’égalité entre les élèves»


compris) le mardi 6 février pour
mettre un coup de pression.

Mais pourquoi changer


le bac ?
L’argument massue du gouverne- Pour la sociologue Marie conduira à des épreuves «locales», qui posent fonction d’aptitudes qui s’acquièrent ailleurs.
ment est que le bac coûte un bras. Duru-Bellat, si certaines pistes le problème de l’égalité entre les élèves. Il en va La priorité est donc de se demander quels sa-
57 millions d’euros flambés l’an soulevées sont intéressantes, de même de la nouvelle épreuve d’oral : les voirs sont jugés importants. Si l’oral en fait par-
passé pour 729600 candidats, selon oraux d’un lycée comme Henri-IV ne seront pas tie, alors il faut savoir comment on l’enseigne
le ministère de l’Education. Ce
leur mise en œuvre pourrait forcément les mêmes que ceux d’autres lycées. aux élèves, et comment on l’évalue de façon sa-
nombre comprend l’indemnisation avoir des effets pervers. Qu’en est-il des connaissances communes tisfaisante. A l’heure actuelle, il n’y a pas d’en-
des frais de déplacement des inter- à l’ensemble des élèves ? seignement de l’oral et de l’argumentation. Il

A
venants, leur rémunération et les vec un plus grand choix offert à l’élève Un socle commun de connaissances est évi- faut l’organiser, et c’est ce qui me rend scepti-
frais inhérents à l’organisation. dans les matières, l’examen qui mar- demment nécessaire au collège, et l’un des que sur la réforme en cours: on ne travaille pas
Tout ça pour quoi ? Certains, que la fin du lycée semble changer de grands problèmes actuels est que tous les élè- l’oral dans une classe de 35 élèves.
comme le sociologue Michel Fize, philosophie. Le bac, ce vieux rite républicain ves ne l’atteignent pas. Les filières de spéciali- La possibilité donnée aux élèves de per-
auteur du Bac inutile (éditions commun à une classe d’âge, deviendrait un sation précoces ont été disqualifiées, car elles sonnaliser leur parcours vous semble-t-
l’Œuvre, 2012), n’hésitent pas à ré- moment d’évaluation des aptitudes indivi- maintenaient un noyau dur d’élèves faibles : elle un bon moyen d’adapter leur forma-
clamer sa suppression. «Le bac, c’est duelles. Prudente, la sociologue Marie Duru- l’enseignement commun doit donc être main- tion aux exigences du marché du travail?
une sorte de binge drinking qui con- Bellat, professeure émérite à Sciences-Po Paris, tenu jusqu’à 15 ou 16 ans. Ensuite, il faut mettre Cette idée est une chimère. Un adulte sur deux
siste à ingurgiter un maximum de voit dans cette réforme la possibilité de mieux en place une plus grande individualisation des exerce un emploi sans rapport avec sa forma-
choses pour les recracher aussitôt et adapter l’enseignement à la diversité des pro- parcours. Les études supérieures tion. On court après l’objectif
ne plus s’en souvenir», assurait-il fils. Mais elle met en garde contre le risque sont diversifiées, tous les élèves d’une adaptation aux attentes du
déjà à Libération en 2013. d’un système plus inégalitaire. ne suivront pas les mêmes forma- marché du travail, alors que les
Autre grande critique à l’encontre Le nouveau baccalauréat devrait compor- tions, et il faut donc les aider à se employeurs attendent souvent
du bac: «Il nécessite une organisa- ter moins d’épreuves. Ce changement former de façon adaptée. Cela a des compétences assez générales,
tion gigantesque et ne sert à rien de mode d’évaluation des candidats vous déjà été fait avec le baccalauréat: pouvoir travailler en équipe, avoir
puisque les décisions pour l’enseigne- inquiète-t-il ? il s’est diversifié avec de nom- de l’aisance à l’oral…
ment supérieur sont prises avant Il est essentiel de conserver un examen com- breuses voies différentes, et c’est La nouvelle organisation du
même les épreuves du bac», tacle Phi- mun standardisé, qui soit une référence parta- ce qui explique le bon niveau de lycée s’inspire beaucoup de
DR

lippe Tournier, secrétaire général du gée par tous les enseignants et tous les élèves. résultat à cet examen. Il faut que l’université, avec une année di-
Syndicat des chefs d’établissement C’est l’assurance de maintenir une égalité entre la diversité des profils d’élèves INTERVIEW visée en semestres, ou le choix
(SNPDEN). De fait, la philosophie de tous les établissements scolaires. Mais on peut soit reconnue, car un modèle de matières «majeures» et «mi-
cette réforme, telle que vantée par le défendre cet examen final sans vouloir forcé- unique peut pénaliser les élèves qui s’y sentent neures». Cela permettra-t-il aux élèves
gouvernement, est la suivante: via ment conserver le système actuel: la multipli- moins bien. de mieux se préparer à l’enseignement
une spécialisation progressive, le cité des épreuves et des options s’avère très coû- L’idée de «grand oral», comptant pour supérieur ?
bac devrait rejouer un rôle dans teuse. Or les chercheurs ont montré qu’une 30% de la note finale, ne risque-t-elle pas Il n’est pas forcément bon que les étapes à ve-
l’orientation des lycéens dans l’accès évaluation avec peu de notes aboutit à des ré- de privilégier des aptitudes qui ne s’ap- nir «grignotent» l’organisation de la vie des ly-
au supérieur. Cette réforme n’est en sultats similaires à ceux d’un examen qui com- prennent pas –ou pas seulement– à l’école, céens. On a trop tendance à mettre en place
effet qu’un volet de la partie qui se prend plus d’épreuves. En revanche, la sup- comme l’aisance à l’oral ? une course à la précocité pour préparer les élè-
joue en ce moment. Le vrai enjeu pression de certaines épreuves pourrait se L’école doit prendre en compte les savoirs non ves à la suite, laissant de côté le souci de leur
–avec d’énormes changements à la solder par une plus faible implication des élè- académiques et les aptitudes individuelles, qui vie quotidienne: n’oublions pas que ce qui les
clé– est bien la loi qui modifie l’ac- ves dans les matières qui ne seront pas concer- existent déjà: bien qu’il s’agisse d’un exercice motive chaque matin, c’est surtout de retrou-
cès à l’université, et que le Parle- nées par un examen final. De plus, la mise en canonique, la dissertation ne se maîtrise pas ver leurs amis, et il faut aussi en tenir compte!
ment est en train de voter. • place du contrôle continu pour ces matières uniquement grâce aux cours, mais aussi en Recueilli par THIBAUT SARDIER
Libération Mercredi 24 Janvier 2018 www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe u 5

ÉDITOS/
Cannabis: Emmanuel Macron à contresens
Par Sur la question du cannabis, ligne. Objectif : «assécher le marché tre du gouvernement Valls, Jean-Ma- la diminution de la consommation
JONATHAN ce qu’Emmanuel Macron présente criminel d’un côté» et «prendre en rie Le Guen, loin de la culture soixan- [de cannabis]». Lors de la dernière
BOUCHET- comme une évolution vertueuse n’est compte un problème de santé publique te-huitarde, avait de même plaidé présidentielle, Benoît Hamon fut le
PETERSEN en fait ni disruptif ni même pragmati- de l’autre». Ces dernières années, les pour «des mécanismes de légalisation premier candidat socialiste à se pro-
Chef de service que. Bref, banalement conservateur. appels de praticiens et d’élus locaux contrôlée mais surtout avec des politi- noncer en faveur d’une légalisation
France Alors qu’on s’oriente vers la mise en se sont en outre multipliés en faveur ques d’éducation et de santé publique». contrôlée. Un pragmatisme inaudible
@bouchet place d’une «contravention délic- d’un changement radical de politique. Au nom d’«une approche sanitaire» dans un contexte où l’idéologie
petersen tuelle» pour les consommateurs (lire Ancien médecin et à l’époque minis- alors que «la prohibition n’amène pas a changé de camp. •
Libé du 23 janvier), le chef de l’Etat
passe à côté des enjeux sur un sujet qui
n’a rien de mineur. En matière de santé
publique et de prévention, dans un
pays où 17 millions de personnes ont
déjà expérimenté la résine ou l’herbe
(1,4 million d’usagers réguliers, dont la
moitié fume au quotidien, selon l’Ob-
servatoire français des drogues et des
toxicomanies). Mais aussi en matière
de lutte contre l’insécurité et la crimi-
nalité inhérente au trafic, alors que
les règlements de comptes sanglants
endeuillent régulièrement des familles
en régions parisienne, marseillaise ou
grenobloise. Et que le «shitstème» est
une nuisance quotidienne pour de
nombreux citoyens.
Si la France reste arc-boutée sur
le «maintien de l’interdit moral»,
le monde bouge. Outre-Atlantique, le
cannabis thérapeutique est autorisé
dans une trentaine d’Etats et l’usage
récréatif est régulé dans une dizaine.
Chez nous, la loi de 1970 et plus large-
ment la parole publique apparaissent
de plus en plus décalées par rapport au
réel. Alors que les tenants du statu quo
de la prohibition dénoncent l’idéologie
laxiste du camp d’en face, l’enjeu est
pourtant bien d’élaborer des politiques
publiques efficaces. Dans un contexte
où l’échec de la «guerre contre la dro-
gue», ici comme ailleurs, est patent.
Après l’Uruguay il y a quelques an-
nées, le Canada vient de lever l’inter-
diction au niveau fédéral et la légalisa-
tion y sera effective le 1er juillet. Avec, à
la clé, entre 700 millions et 1 milliard
de dollars de recettes fiscales. Jackpot
aussi en Californie ou dans le Colo-
rado, avec nombre de créations d’em-
plois et une baisse de la criminalité.
Pour éclairer le débat, il s’agit déjà
de s’entendre sur les mots. Disons-le :
tout ce qui s’apparente à une dépéna-
lisation (et la contraventionnalisation
s’inscrit dans ce processus) n’est
qu’une demi-mesure qui peut, certes,
changer le quotidien des consomma-
teurs, mais sans remettre en cause les
conditions illégales de la culture ou la
vente du cannabis.
Dès lors, la seule option raisonnable
est une légalisation encadrée. Le fort
peu gauchiste think tank Terra Nova
l’a d’ailleurs prônée dans un rapport
en octobre 2016, appelant à la création
d’une instance de régulation du can-
nabis sur le modèle de celle créée pour
superviser la libéralisation du jeu en
6 u
MONDE Libération Mercredi 24 Janvier 2018

Kurdistan syrien
Par
LUC MATHIEU

C’
est un nouveau front dans une
guerre qui n’en manque pas. De-
puis samedi, la Turquie attaque
l’enclave kurde d’Afrin, dans le nord de la
Syrie. L’offensive, paradoxalement nom-
mée «Rameau d’olivier», mobilise aviation

Le front qui fait


et blindés. Les soldats turcs sont appuyés
par des milliers de rebelles syriens. Ils veu-
lent chasser d’Afrin les Kurdes des Unités
de protection du peuple (YPG). Aux yeux
d’Ankara, ce sont des «terroristes», puis-
qu’ils sont affiliés au Parti des travailleurs
du Kurdistan (PKK), en guerre contre l’Etat
turc depuis trente ans. Mais pour les Occi-
dentaux, les Kurdes du YPG sont des alliés.

craindre la contagion
Ce sont eux qui ont mené les combats con-
tre l’Etat islamique à Raqqa et dans le nord-
est syrien. Mardi, les Kurdes ont décrété
une «mobilisation générale». «Nous invitons
tous les enfants de notre peuple à défendre
Afrin», ont indiqué les autorités locales.

POURQUOI ATTAQUER
MAINTENANT ?
Officiellement, il s’agit d’une réponse à la
volonté américaine de créer une «force fron-

L’opération «Rameau d’olivier», lancée samedi par la Turquie talière» dans le nord de la Syrie d’ici
deux ans. Celle-ci serait chargée de sécuri-

contre l’enclave kurde d’Afrin, dans le nord-ouest de la Syrie, ser les territoires repris à l’Etat islamique et
bénéficierait de l’appui des avions de la coa-
détériore un peu plus les relations entre Washington et Moscou. lition internationale. Près de 30000 hom-
mes la composeraient, issus pour moitié
des rangs des Forces démocratiques syrien-
Libération Mercredi 24 Janvier 2018 www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe u 7

Le nationalisme turc
ne se limiterait pas à Afrin, mais se poursui-
vrait jusqu’à Manbij.

POURQUOI AFRIN ?

étouffe l’opposition
Des trois cantons kurdes, c’est de loin le plus
facile à prendre. Les deux autres, Kobané et
Jaziré, sont solidement contrôlés par les
YPG. Ils abritent aussi environ 2000 soldats
américains, déployés dans six bases. Des
forces spéciales occidentales, dont certaines Pas moins de 90 personnes ont été arrêtées souligner Aydin Engin, édi-
françaises, sont également présentes. A l’in- depuis le lancement de l’opération torialiste au quotidien d’op-
verse, le canton d’Afrin est isolé. Situé entre position Cumhuriyet (proche
militaire: Erdogan profite du soutien
la ville d’Alep et la frontière turque, il abrite idéologiquement du CHP),
environ 500000 personnes, dont beaucoup
populaire pour museler toute critique. dans l’un des rares articles
de déplacés qui ont fui les combats entre critiques de l’opération au

A
l’armée syrienne et la rébellion. Il a acquis u cinquième jour de ques» de Turquie. Kemal Kili- sein des médias turcs. «Cela
son autonomie dès 2012; le régime de Bachar l’opération «Rameau çdaroglu, leader de la sied-il à un social-démocrate
al-Assad, accaparé par la guerre contre ses d’olivier», alors que première force d’opposition, de verser dans l’idéologie mi-
opposants, n’était pas en mesure de s’y les forces turques appuyées le CHP – un parti social-dé- litariste et d’insister sur le
opposer. Mais il n’est pas un territoire straté- par les rebelles syriens pour- mocrate traversé par un soutien aérien, sans opposi-
gique pour la coalition internationale qui suivent leur avancée contre important courant nationa- tion quelconque à la guerre?»
lutte contre l’Etat islamique. Les jihadistes l’enclave kurde d’Afrin, en liste–, a lui aussi apporté son s’interroge-t-il. Et de dénon-
s’étaient installés plus à l’est, autour de Ra- Syrie, loin du front, il ne fait «soutien entier à l’opération». cer également le jeu du
qqa, et au sud-est, dans la province de Deir pas bon critiquer ce nouvel Conseillant même au prési- «Reis» («chef») Erdogan,
el-Zor. L’armée américaine n’a pas envoyé de engagement militaire d’An- dent Erdogan de ne pas «prêt à jeter tout et tout le
soldats à Afrin. kara. Dans un pays où le sen- lésiner sur l’emploi des monde» dans sa quête de
Des militaires russes étaient en revanche timent nationaliste prédo- forces aériennes au cours de pouvoir.
présents. Début 2016, ils avaient appuyé l’of- mine plus que jamais et où l’opération. Ce que n’a
fensive kurde contre la ville de Tall Rifaat, l’armée est une institution de d’ailleurs pas manqué de «Héroïsme». Tout aussi in-
alors contrôlée par des rebelles syriens. Mais poids, le pouvoir semble dé- quiet, l’éditorialiste Levent
cette fois, les Russes ont quitté Afrin à la terminé à ce qu’aucune voix Gültekin dénonce, dans une
veille de l’attaque turque. «Nous avons
abordé la question de l’intervention avec nos
discordante ne vienne saper
l’élan patriotique.
Erdogan, longue chronique pour le site
d’information Diken, les con-
amis russes, nous avons un accord avec eux», Depuis ce week-end, plus qui accuse tradictions et les ratés de la
a déclaré Erdogan lundi. «La Turquie et la de 90 de personnes ont déjà politique turque en Syrie.
Russie ont effectivement passé un accord. été arrêtées par la police à le HDP d’être Une prise de position qui
L’idée est que les Turcs ne s’opposent pas à travers le pays, soupçonnées la vitrine n’est pas sans risque dans
l’offensive du régime syrien et des Russes con- de faire de la «propagande», l’actuelle Turquie, précise-t-il
tre la province rebelle d’Idlib [qui a débuté en via les réseaux sociaux, pour politique en introduction, résigné. Et
novembre]. En échange, la Russie laisse la
Turquie lancer son offensive contre Afrin»,
les combattants kurdes
des YPG (milices armées du
du PKK, de conclure : «Le problème
n’est pas seulement de se faire
Des membres de l’Armée
confirme un spécialiste de la région. PYD, le Parti de l’union dé- a promis lyncher. Le problème, c’est que
mocratique, accusées par An- dire de telles choses, dans un
syrienne libre, soutien
QUELLES SONT LES RÉACTIONS kara d’être liées à la guérilla à ceux qui environnement qui s’est plié à
d’Ankara, au nord-est
d’Afrin, mardi. PHOTO
INTERNATIONALES ? du Parti des travailleurs du descendraient l’héroïsme de la majorité poli-
Pour le moins embarrassées. Le Conseil de Kurdistan, le PKK), qui con- tique, ne sert à rien, car per-
KHALIL ASHAWI. REUTERS
sécurité de l’ONU s’est réuni en urgence et trôlent actuellement Afrin. dans la rue sonne n’est en état d’écouter
à huis clos lundi mais n’a pas émis de con-
damnation. «L’appel à la retenue a été, je Unanimité. Parmi les inter-
qu’ils paieraient une idée contradictoire».
QUENTIN RAVERDY
crois, largement partagé durant la discus- pellés, entre autres, des jour- «un prix lourd». Correspondance à Istanbul
nes (FDS), dominées par les Kurdes du YPG, sion», a estimé l’ambassadeur de France au nalistes, des activistes de
les autres étant recrutés localement aussi Conseil de sécurité, François Delattre, à l’is- l’Association des droits de
bien côté kurde qu’arabe. sue de la réunion. Cette même demande de l’homme (IHD) qui avait dé-
L’initiative, annoncée le 14 janvier, a ulcéré «retenue» avait déjà été formulée par la noncé l’opération, mais éga-
Ankara. Le président turc, Recep Tayyip Er- France. L’Union européenne s’est dite, elle, lement plusieurs membres Retrouvez
dogan, a immédiatement menacé de «tuer «extrêmement inquiète». La question devait du Parti démocratique des
dans l’œuf» cette nouvelle force. «L’Améri- encore être abordée mardi lors d’une réu- peuples, le HDP. La forma-
que a avoué qu’elle était en nion organisée à Paris par le minis- tion d’opposition (gauche,
train de constituer une tre des Affaires étrangères, Jean- prokurde) avait organisé des
armée terroriste à nos TURQUIE Yves Le Drian, et le secrétaire manifestations contre l’opé-
frontières», a-t-il déclaré
le 15 janvier. Cinq jours
d’Etat aux Affaires étrangè-
res, Rex Tillerson. Mais
ration militaire à Istanbul et
Diyarbakir, provoquant la co-
dans 28 minutes
Méditerranée

Afrin Raqqa
plus tard, l’offensive était aucune annonce significa- lère du chef de l’Etat, Recep
Mer

lancée.
Elle était en réalité en
SYRIE tive n’était attendue, tant
Washington a multiplié ces
Tayyip Erdogan. Le président
turc, qui accuse le HDP d’être
presente par elisabeth quin
germe depuis plusieurs LIBAN
IRAK derniers jours les déclara- la vitrine politique du PKK, a du lundi au jeudi a 20h05 sur
Damas
mois. La Turquie refuse tions contradictoires. alors promis à ceux qui des-
IE
absolument que les forces AN Dimanche, le secrétaire amé- cendraient dans la rue qu’ils
RD
JO
kurdes du YPG puissent unifier 50 km ricain à la Défense, James Mat- paieraient «un prix lourd».
leurs territoires et rester déployées tis, a reconnu que la Turquie, mem- Dans la foulée, les manifesta-
le long de sa frontière. C’était déjà pour les bre de l’Otan, avait prévenu Washington tions ont été interdites ou
en empêcher que l’armée turque était in- avant de lancer l’assaut. «Les préoccupations violemment dispersées.
tervenue en Syrie en août 2016. A l’époque, sécuritaires de la Turquie sont légitimes», Hormis le HDP, dans les
les forces kurdes venaient de chasser l’Etat avait-il alors déclaré. Une position partagée rangs du Parlement de Tur-
islamique de la petite ville de Manbij et par Tillerson, qui a reconnu «le droit légitime quie, «Rameau d’olivier» fait
s’approchaient du poste-frontière de Jara- de la Turquie [à se] protéger». Mais les diri- l’unanimité. Et ce même du
blous. S’ils s’en emparaient, ils auraient geants américains reviennent peu à peu sur côté des autres formations
alors pu espérer unifier les trois cantons du leurs positions. «La violence à Afrin trouble d’opposition. L’ancienne mi-
Rojava, la région kurde qui court de la fron- ce qui était jusque-là une zone relativement nistre de l’Intérieur et rivale
tière irakienne, à l’est, jusqu’à Afrin, à stable de Syrie», a affirmé mardi le même directe d’Erdogan pour la
l’ouest. Une hypothèse intolérable pour Tillerson, appelant Ankara à «faire preuve de présidentielle de 2019 Meral
Ankara, qui avait envoyé tanks et forces retenue dans ses opérations militaires, Aksener n’a pas failli à sa li-
spéciales en Syrie pour prendre avant les comme dans sa rhétorique». «Cette opération gne nationaliste dure et a
Kurdes le poste-frontière de Jarablous. La se poursuivra jusqu’à ce que le dernier terro- ainsi envoyé, sur Twitter, ses
même stratégie est aujourd’hui à l’œuvre: riste soit éliminé», a rétorqué le Premier mi- prières pour la «glorieuse ar-
Erdogan a prévenu que l’opération actuelle nistre turc, Binali Yildirim. • mée» et les «soldats héroï-
8 u
MONDE Libération Mercredi 24 Janvier 2018

LIBÉ.FR
La vie en Corée du
Nord Une internaute a
demandé à Check News
si la réalité de la Corée du Nord différait de
l’image renvoyée par les médias. Un des ra-
res humanitaires européens à y avoir passé
du temps nous raconte ce qu’il a vécu et
comment les habitants sont maintenus dans
l’ignorance. PHOTO AP

l’extérieur ? Devra-t-il dissi-


muler telle inscription sur
son tee-shirt qui serait illé-
gale en Chine ? Potentielle-
ment, tout sera désormais
passé au crible des caméras
et agents chinois, devenus
maîtres dans l’art de l’hyper-
flicage. Des arrestations
comme celle de Gui Minhai
ou des rétentions administra-
tives sont une possibilité
réelle, redoute Tanya Chan.
L’Association du barreau
de Hongkong a fustigé cette
«mesure sans précédent, la
plus rétrograde depuis l’ap-
plication de la Basic Law», la
mini-constitution de Hong-
kong en vigueur depuis la
rétrocession en 1997, «dont
l’intégrité a désormais été
irréparablement bafouée».

Soldats. Selon cette Loi fon-


damentale, le droit chinois
ne s’applique pas à Hong-
kong, sauf à de rares excep-
tions. Même les 8000 soldats
de l’Armée populaire de
Chine qui y sont postés doi-
vent respecter cette Basic
Law. La volonté de Pékin
d’imposer sa loi sur le terri-
toire hongkongais «sape pro-
Un Hongkongais regarde le chantier de la future gare de West Kowloon, en décembre. PHOTO ANTHONY WALLACE. AFP fondément la confiance locale
et internationale dans le
maintien de l’Etat de droit et

Un cheval de Troie chinois s’apprête du principe “un pays, deux


systèmes”» qui assure entre
autres à l’ex-colonie son sta-

à entrer en gare de Hongkong


tut de place financière inter-
nationale, met en garde l’As-
sociation du barreau.
C’est une série de violations
de la Loi fondamentale et
Dans un territoire paru. Gui Minhai, citoyen tout particulier à Hongkong. grande vitesse qui placera déployés sur les quais et dans une «castration de la justice
encore ému par suédois, a été enlevé samedi Longtemps, l’ancienne colo- Hongkong à quarante- l’enceinte de la gare. Ils y hongkongaise», renchérit
dans un train pour Pékin par nie britannique s’est pensée cinq minutes de Canton n’est assureront les formalités Eric Cheung. Ce professeur
le rapt de libraires dix policiers en civil, sous les protégée par sa frontière et que le cheval de Troie de Pé- d’immigration et «devront de droit à l’université dit
critiques envers yeux des diplomates suédois son statut de région adminis- kin. Pourtant prendre les mesures «craindre que finalement
la Chine, la décision qui l’accompa- trative spéciale située en légales appro- Pékin n’exerce sa toute-puis-
d’appliquer les lois gnaient. Depuis, L’HISTOIRE de la Chine. Jus- plein cœur CHINE priées si sance afin d’affirmer son
de Pékin dans la aucun contact DU JOUR qu’aux révéla- de Hon- quiconque autorité sans contrainte sur
future gare fait n’a pu être établi, tions d’un des li- gkong, à HONGKONG contrevient à Hongkong». «A l’avenir,
craindre pour le aucune assistance légale n’a braires de Causeway Bay sur l’entrée de West Kowloon la loi chi- même si des législations
pu être fournie, selon ses les conditions de son arresta- l’embléma- noise». contredisent les provisions de
principe «un pays, proches. tion musclée, à Hongkong, tique baie Ce qui fait la Loi fondamentale, nos tri-
deux systèmes». Initialement basé à Hong- par la police chinoise. L’inci- Victoria, dire à la dé- bunaux n’auront pas le pou-
kong, Gui Minhai vivait en dent de samedi devrait ravi- une partie de Mer de Chine putée d’oppo- voir de les censurer à partir
Par Chine continentale depuis ver les inquiétudes, alors que la gare sera en méridionale sition démo- du moment où le Comité per-
20 km
ROSA BROSTRA sa sortie, en octobre, des geô- Hongkong s’apprête à inau- effet «louée» par crate Tanya Chan manent de l’Assemblée natio-
Correspondante à Hongkong les chinoises où il purgeait gurer à l’automne un termi- Pékin et considérée que dès lors que quel- nale populaire [qui a l’auto-
une peine pour une histoire nal ferroviaire transfrontalier comme un territoire où la loi qu’un pénétrera dans ce pé- rité constitutionnelle en

L’
affaire des «libraires d’accident de la route. avec la Chine. de Chine continentale s’ap- r i m è t r e d ’e nv i r o n Chine, ndlr] aura jugé qu’elles
de Causeway Bay» Pour l’association littéraire pliquera. 105000 m2, soit l’équivalent sont conformes à la Loi fonda-
avait choqué Hong- PEN Hongkong, cette dispa- Crible. Déjà, la polémique Le Parlement chinois en a dé- de 15 terrains de foot, «il ne mentale», explique-t-il. West
kong. Un nouveau rebondis- rition s’apparente à une sur une nouvelle ingérence cidé ainsi fin décembre. Afin devra pas s’attendre à être Kowloon pourrait donc faire
sement sème aujourd’hui «tentative pour réduire au présumée de Pékin était aussi de fluidifier le trafic, poli- traité différemment de s’il jurisprudence et ouvrir la
l’émoi. L’un des cinq libraires silence» ce libraire, ses collè- retentissante que les mar- ciers, douaniers et agents de était en Chine, quand bien voie aux nombreux projets
volatilisés dans l’ex-colonie gues et leur maison d’édition, teaux-piqueurs et les pelle- sécurité chinois, jusque-là même il est géographique- à venir d’intégration éco-
à l’automne 2015, qui avait friande des dessous de l’élite teuses du chantier en cours cantonnés de l’autre côté de ment à Hongkong». Pourra- nomique, et physique, de
réapparu des mois plus tard politique chinoise. de West Kowloon. Pour beau- la frontière séparant la Chine t-il dans la gare surfer libre- Hongkong à la Chine conti-
en Chine, a de nouveau dis- Cet incident trouve un écho coup, la future liaison à de Hongkong, devraient être ment sur Internet comme à nentale. •
Libération Mercredi 24 Janvier 2018 www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe u 9

Mort de Naomi Parker Fraley, l’ouvrière


LIBÉ.FR ayant inspiré l’icône féministe «Rosie la
riveteuse» Son bleu de travail, son foulard à pois
et sa pose triomphante surmontée du slogan «We can do it !» («nous
pouvons le faire !») : l’Américaine Naomi Parker Fraley, qui a inspiré
l’affiche «Rosie la riveteuse», est morte samedi à 96 ans. Serveuse
en Californie devenue ouvrière dans la marine américaine pendant
la Seconde Guerre mondiale, Naomi Parker Fraley aurait servi de
modèle à l’artiste J. Howard Miller. PHOTOS GETTY. JOHN D. FRALEY

3
DISPARITION Aadhaar, le Big Brother indien, sur la sellette
La colossale base de don- recense aujourd’hui près de créer un compte en banque, Le manque de sécurité de
Nicanor nées biométriques indienne
Aadhaar («fondation» en
1,2 milliard d’habitants, soit déclarer ses impôts, ouvrir
plus de 99 % de la popula- une ligne téléphonique,
la base de données est aussi
pointé : en février 2017, un
Parra hindi) vacille. Mercredi
dernier, la Cour suprême a
tion adulte du pays. souscrire une assurance.
A son lancement, le système Elle est désormais indispen-
chercheur avait découvert
que des centaines de milliers
au paradis de entamé une ultime série
d’audiences, à l’issue de
est présenté par la majorité sable pour le versement des
de centre gauche aides sociales, des
de numéros Aadhaar avaient
été publiées en ligne.
l’antipoésie laquelle elle devra décider si
ce système d’identification
comme un outil au
service des plus
RÉCIT p e n s i o n s
des bourses
ou Début janvier, une journa-
liste a raconté comment elle C’est le nombre
de la population, de plus en pauvres –à l’époque, 10% de d’étude. Et commence à se a pu accéder à un portail d’entreprises fran-
plus décrié, est conforme ou la population n’a pas de développer dans les services web et obtenir des données çaises épinglées
non à la Constitution. papiers – et un moyen de de paiement. personnelles, moyennant
Lancé en 2010 avec l’aide du lutter contre la fraude et la Le 13 janvier, les ONG Hu- 500 roupies (6,4 euros). En mardi par la France
français Morpho (devenu corruption en authentifiant man Rights Watch et Am- réplique, l’Autorité indienne pour leur participa-
Idemia), Aadhaar attribue le versement des aides. nesty International ont tiré d’identification unique tion au programme
aux résidents du pays un nu- L’inscription est alors volon- la sonnette d’alarme : la (UIDAI), chargée du sys- d’armement chimi-
méro unique associé à leurs taire. Mais, depuis son re- crainte d’une surveillance tème, a porté plainte contre
données biométriques: em- tour au pouvoir en 2014, le étatique renforcée est, écri- elle. Mais les opposants à
que de la Syrie. Les
preintes digitales, photo du Bharatiya Janata Party (BJP, vent-elles, «avivée par l’ab- Aadhaar ont à leur actif une avoirs de 25 person-
AFP

visage et scan de l’iris. Toute le parti nationaliste hindou), sence de lois pour protéger première victoire : la Cour nes, morales ou phy-
personne vivant en Inde initialement opposé au pro- les données personnelles et suprême a réaffirmé, en siques, ont été gelés,
Dans un pays qui a donné depuis plus de six mois, y jet, entend en faire un «cou- le manque de contrôle judi- août, que la vie privée est un
selon des arrêtés pu-
d’immenses poètes, Nicanor compris les étrangers, peut teau suisse» de l’identité. La ciaire ou parlementaire sur droit fondamental protégé
Parra occupait une place sin- obtenir gratuitement une carte Aadhaar est ainsi les activités des services par la Constitution indienne. bliés mardi au Jour-
gulière. Révélé en 1954 par ses carte d’identité. Or Aadhaar devenue obligatoire pour de renseignement». AMAELLE GUITON nal officiel.
iconoclastes Poèmes et Anti-
poèmes, il se déclarait en
guerre contre les vers acadé-
miques, s’érigeait en ennemi
de toutes les autorités éta-
blies, l’Eglise en particulier.
Son exceptionnelle longévité
«Il y aurait
fera de lui, à son corps défen-
dant, ce qu’il n’avait pas voulu
17 morts. Tous
être : une institution natio-
nale. Statut que paracheva le
prix Cervantès en 2011. De-
puis, il vivait loin du monde
à Kinshasa, tous
tués par des tirs
Histoires dites
à Las Cruces, où il est mort
mardi, à 103 ans. Après un
premier recueil de poésies
à balles réelles.» Fabric
sous l’influence de Gar- ce Drouelle
cia Lorca, en 1937, il s’affran-
chit des formes mais ne bas- affaires sensibles
cule pas dans l’avant-garde.
Au fil des années, il avait 15 : 00 - 16
digéré les apports de Marcel : 00
Duchamp et de la Beat Gene-
ration. Professeur de physi- PAUL NSAPU
que, il avait un poste à l’uni- secrétaire général
DR

versité de Santiago en 1973 de la FIDH


quand survient le coup d’Etat
de Pinochet. La gauche lui re- 17 morts, 156 blessés et plus violence inouïe: des églises
prochera d’être resté dans le de 500 arrestations, dont profanées, attaquées à coups
pays au moment ou de nom- 17 prêtres et trois religieu- de gaz lacrymogène pour
breux artistes prenaient le ses : dans une interview empêcher les fidèles de sortir
chemin de l’exil (d’autres fu- à Libération, Paul Nsapu, manifester après la messe»,
rent emprisonnés ou tués). secrétaire général de la Fé- témoigne ce militant basé à
Mais en 1977, son récital de dération internationale des Paris et originaire de RDC.
poésie intitulé Feuilles de droits de l’homme (FIDH), «D’autres manifestations
Parra (ce qui signifie aussi dresse le bilan de la répres- auront lieu, c’est déjà prévu.
«feuilles de vigne») était rem- sion des marches organi- […] Le comité des laïcs ca-
pli d’allusions à la situation sées dimanche dans toute la tholiques qui chapeaute le L’affaire du jour :
politique. Exemple : «Le re- république démocratique mouvement est la tête de L’histoire cachée de la bombe H française
nard fait la loi dans le pou- du Congo (RDC) par l’Eglise proue d’un peuple qui a soif invité : Pierre Alonso
lailler.» Après onze représen- catholique. Avec un seul ob- de démocratie et de liberté.»
tations, le chapiteau qui jectif : exiger le départ de Et ce militant d’appeler
abritait le spectacle fut dé- Joseph Kabila, au pouvoir Macron «à [le] soutenir»
truit par un incendie. depuis 2001 et accusé de re- au lieu de ménager Kabila
Deux jours de deuil national tarder les élections. «On a et les futurs contrats de
ont été décrétés.F.-X.G. assisté à des scènes d’une Total en RDC. M.M.
10 u
POLITIQUE Libération Mercredi 24 Janvier 2018

NON-CUMULDANSLETEMPS
Pour le président du Sénat,
qui présente ce mercredi
ses pistes sur la révision
de la Constitution,
la proposition de Macron

LE CLASH AU SOMMET
de restreindre les élus
à trois mandats successifs
va trop loin.

POUR
attendent désormais que le renouvelle-
ment se produise et il faut parfois ac-
compagner la volonté politique dans les
textes», observe Pierre Person. Reste
maintenant à faire de ce renouvelle-
ment non plus un mouvement excep-
tionnel, mais la règle. «Il faut se donner
les moyens pour que ce soit le fonction-
nement de nos institutions qui le per-
Les responsables de La République en mette», a plaidé mi-janvier le président
marche en sont convaincus: sur l’enca- de l’Assemblée, François de Rugy. En
drement des mandats dans le temps, forçant les élus à céder la place au bout
ils peuvent compter sur un soutien de quinze ans d’exercice (pour les dé-
large de l’opinion. Les Français n’ont- putés) ou de dix-huit ans (pour les sé-
ils pas montré au printemps dernier nateurs et les maires), on favoriserait
qu’ils voulaient voir la classe politique l’émergence de nouvelles générations
se renouveler ? La gauche y est aussi politiques. Ce qui permettrait de diver-
favorable. sifier les profils des élus en permettant
aux jeunes et aux femmes d’accéder
La politique n’est pas plus facilement aux postes. En notant
un métier que le cumul dans le temps est plus
C’est le credo de la majorité, qui juge souvent une affaire d’hommes, le Haut
sain de ne pas s’installer trop long- Conseil à l’égalité entre les femmes et
temps dans un fauteuil. «Il ne s’agit pas les hommes y voit une occasion d’accé-
de pousser dehors les élus, mais d’affir- lérer la parité.
mer que la politique est un temps de la
vie et qu’on doit savoir passer à autre Les élus ne seront
chose», affirme le député LREM Pierre pas brusqués
Person. Pour les partisans du non-cu- Le programme de campagne de Ma-
mul dans le temps, les élus, en voulant cron le précisait bien : «On ne pourra
à tout prix durer, risquent de perdre de exercer plus de trois mandats identi-
vue leur mission essentielle – être au ques successifs.» Identiques : en théo-
service de leurs concitoyens–, pour se rie, rien n’interdirait donc à un maire
concentrer sur leur réélection. Devant qui a exercé sa fonction durant dix-
les députés et sénateurs réunis en huit ans d’enchaîner sur un mandat de
congrès à Versailles début juillet, Em- député ou de sénateur, et inversement.
manuel Macron avait estimé qu’en Et même, s’il le souhaite, de redevenir
fixant une limite de trois mandats à la maire après une parenthèse. Par
suite, «les parlementaires eux-mêmes ailleurs, le président de la République
verront dans leur mandat une chance a prévenu que la réforme ne toucherait
de faire avancer le pays, et non plus la pas les maires de communes de moins
clé d’un cursus à vie». Les associations de 3 500 habitants, nombre d’entre
Transparency International et Anticor elles souffrant déjà d’une crise de vo-
sont de cet avis. La longévité «contri- cations. Macron a également apporté
bue à asseoir un élu dans un fief. Pour une autre précision, en novembre, de-
rester dans sa fonction, il peut être vant l’Association des maires de
tenté de prendre des décisions qui ne France: «Cette limitation s’appliquera
sont pas dirigées par l’intérêt général à compter du prochain renouvellement
mais par la poursuite de sa carrière, des mandats, c’est-à-dire sans tenir
des intérêts particuliers ou locaux», dé- compte des mandats précédemment ef-
veloppe le vice-président d’Anticor, fectués. […] Cette disposition, pour les
Eric Alt. Certains parlementaires plai- plus importants des exécutifs, com-
dent toutefois pour qu’en contrepartie, mence à partir du moment où elle sera
la question du statut de l’élu soit mise votée, ce qui est bien légitime.» Autre-
sur la table afin de faciliter les retours ment dit, aux prochains scrutins, les
à l’emploi. compteurs seront remis à zéro. Qu’im-
porte si un élu a déjà trois mandats à
Réoxygéner son tableau de vol. L’interdiction de se
la vie démocratique présenter au-delà de trois mandats
Les élections législatives de juin l’ont consécutifs n’entrerait donc réelle-
illustré: en donnant un grand coup de ment en vigueur qu’en 2037 pour les
balai, les électeurs ont montré qu’ils ne députés, et en 2038 pour les maires et
veulent plus être représentés par les la moitié des sénateurs. Ce qui laisse
mêmes têtes durant des décennies. le temps de voir venir et de se faire
«Les mentalités ont évolué, les citoyens doucement à l’idée. Jacques Mézard, Edouard Philippe, Gérard Larcher et Gérard Collomb, lors de l’ouverture de la
Libération Mercredi 24 Janvier 2018 www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe u 11

Par contribution au chantier constitu- cepter une dose de 100 élus à la mesure anecdotique, peu de parle- représenter un petit point de
LAURE EQUY tionnel, Larcher a déjà fait connaî- proportionnelle aux élections légis- mentaires étant vraiment concer- blocage. Sur ce volet, Gérard Larcher
tre ses «lignes rouges ou très forte- latives, comme le propose son ho- nés par une telle longévité. Un ar- se fera fort de préserver les équi-

C
e sera son moment. Après ment clignotantes». S’il n’est pas mologue du Palais-Bourbon. Der- gument réversible si cette réforme libres entre Assemblée et Sénat.
Emmanuel Macron qui, dé- opposé au principe d’une réduction nier point de blocage: la limitation est finalement peu préjudiciable. Le gaulliste social, réputé rond mais
but juillet devant le Congrès du nombre de parlementaires, du cumul à trois mandats consécu- Mais LR, qui a déjà perdu la bataille ferme dans les négociations, s’avère
à Versailles, avait annoncé les ré- il met en garde contre le risque tifs pour les maires, les présidents du non-cumul des mandats avec la incontournable dans le succès
formes exigeant une révision de la d’éloigner les élus de leurs citoyens d’intercommunalité, de départe- loi votée en 2014, en fait une ques- d’une réforme du texte de 1958.
Constitution ; après le président et une sous-représentation des ment et de région. tion de principe. Celle-ci doit être votée à l’identique
de l’Assemblée nationale, François territoires ruraux. A Versailles, le chef de l’Etat avait Si d’autres pans de la révision par les deux Chambres, puis obtenir
de Rugy, qui a détaillé mi-janvier Le sénateur des Yvelines, qui s’est vanté une mesure devant être «la constitutionnelle ne devraient guère une majorité de trois cinquièmes
ses pistes ; Gérard Larcher doit exprimé devant ses collègues du clé de voûte d’un renouvellement qui poser de problèmes –sur le Conseil des suffrages exprimés du Parle-
prendre la parole ce mercredi. Le groupe LR au Sénat mardi, leur a ne se produira pas sous la pression supérieur de la magistrature, la fin ment réuni en Congrès. En cas de
président (LR) du Sénat doit pré- aussi rappelé sa position institu- de l’exaspération citoyenne mais de- de la présence de droit des anciens blocage, Macron se laisse la possibi-
senter 40 propositions issues des tionnelle de deuxième personnage viendra le rythme normal de la res- présidents au Conseil constitution- lité d’organiser un référendum.
réflexions engagées par un groupe de l’Etat pour avertir qu’il défen- piration démocratique». La droite, nel ou la suppression de la Cour de Un court-circuitage du Parlement
de travail transpartisan de la Haute drait également les intérêts des dé- elle, y voit à la fois une atteinte à la justice de la République–, la réforme qui déplaît fortement au président
Assemblée. Avant de dévoiler sa putés. A ce titre, pas question d’ac- liberté de choix des électeurs et une de la procédure législative pourrait du Sénat. •

CONTRE
on se priverait de la valeur ajoutée
d’élus expérimentés au Parlement ou
à la tête d’exécutifs locaux. Les maires,
eux, assurent que la mise en œuvre de
nombreux grands projets court sur plu-
sieurs mandats. Pour autant, nombre
de parlementaires parviennent à maî-
triser la procédure législative et à se
forger une expertise dès l’exercice de
«C’est non!» Dès le départ, le président leur premier mandat. La droite accuse
du Sénat, Gérard Larcher, n’a pas caché Emmanuel Macron de chercher, sans
que le non-cumul des mandats dans le le dire, à affaiblir le Parlement et les
temps serait un point dur des discus- élus locaux, en instituant ce turnover
sions en vue de la révision de la Consti- à marche forcée. «L’accélération de la
tution. L’ensemble des élus Les Répu- rotation des élus rendra ces derniers
blicains sont sur cette ligne, plaidant moins enracinés, et ils pèseront donc
pour qu’on laisse aux électeurs le choix moins face au pouvoir», redoute Bruno
de ceux qui les représentent. Retailleau, chef de file des séna-
teurs LR. Par ailleurs, certains pointent
C’est à l’électeur le fait que des élus contraints de stop-
de trancher per leur carrière politique seront tentés
Pour les opposants à la limitation des de se reconvertir dans un domaine sur
mandats dans le temps, ce ne serait lequel ils se sont spécialisés au cours
pas tant les élus forcés de raccrocher de leur mandat, au risque du mélange
qui seraient lésés, mais les électeurs des genres. Des allers-retours dans le
eux-mêmes. La mesure restreindrait privé aux airs de pantouflage qui pose-
leur liberté de désigner leurs représen- raient, selon eux, une question de
tants, en éliminant a priori celui qui a déontologie.
derrière lui trois mandats d’affilée. «Il
appartient aux électeurs de choisir Une mesure «démagogique»
leurs élus, c’est une question de prin- et «gadget»
cipe, prévient le sénateur LR Gérard La limitation à trois mandats succes-
Longuet. On leur impose déjà le non- sifs? «Un sujet immense… qui concerne
cumul des mandats, on ne va pas, en douze sénateurs», a pris l’habitude
plus, les empêcher de voter pour une d’ironiser Gérard Larcher. Le président
personne qu’ils veulent voir réélue.» du Sénat a fait ses estimations: si la ré-
Stop ou encore? Pour la droite, les élec- forme s’était appliquée pour le Sénat
teurs sont les mieux placés pour juger issu des élections de septembre, ils ne
si un élu a fait son temps. «J’en suis à seraient que 12 sur 348 à être concer-
mon sixième mandat et je n’ai pas à nés pour avoir déjà exercé plus de
m’excuser que les gens me fassent trois mandats consécutifs. Entre les
confiance sur mon territoire s’ils esti- parlementaires battus aux élections,
ment que je fais correctement mon tra- ceux qui entrent au gouvernement ou
vail», s’agace Christian Jacob, patron qui raccrochent spontanément, occu-
du groupe LR à l’Assemblée nationale, per un siège pendant quinze ou dix-
tandis que Gérard Larcher plaide pour huit ans en continu ne serait pas si
qu’on laisse «la démocratie s’expri- courant. Selon nos calculs, ils sont un
mer». L’argument, de bon sens, a aussi peu plus nombreux à l’Assemblée :
sa limite: avant le scrutin, le choix du 41 députés sur 577 alignent plus de
candidat ne dépend pas de l’électeur, trois mandats consécutifs (sans être
mais d’arbitrages partisans. Or, dans passés par un portefeuille ministériel).
cette compétition interne, un notable Partisan de ne réviser le texte de 1958
élu depuis longtemps, plus influent, que «d’une main tremblante», Gérard
part avec une longueur d’avance et a Larcher estime qu’il n’y a pas lieu de
pu se débrouiller pour ne pas avoir de dégainer ainsi l’artillerie lourde pour
rival dans son camp. si peu de cas et que sa Chambre se re-
nouvelle finalement d’elle-même. «On
La compétence ne touche pas à la Constitution tous les
serait pénalisée matins. Ça n’est pas un coup. Ça doit
La compétence acquise au cours des être strictement nécessaire», a-t-il
précédents mandats, la connaissance averti. Une occasion aussi pour la
des us et coutumes parlementaires ou droite d’y voir une mesure d’affichage
des processus locaux ne valent-ils pas «démagogique» et «un gadget» qui
autant que le renouvellement? Avec le contribuerait d’abord à nourrir l’anti-
Conférence nationale des territoires, le 17 juillet au Sénat. PHOTO LAURENT TROUDE non-cumul des mandats dans le temps, parlementarisme.
12 u
POLITIQUE Libération Mercredi 24 Janvier 2018

LIBÉ.FR
Check News «Où en est l’affaire
Fillon ?» C’est la question posée
par un lecteur sur notre site Check
News. L’ex-Premier ministre a été placé au mois de
juillet sous le statut de témoin assisté pour «escroque-
rie aggravée». C’est le dernier épisode du feuilleton
lancé il y a un an par le Canard enchaîné. La chrono-
logie complète de l’affaire est à lire sur Libéra-
tion.checknews.fr PHOTO ALBERT FACELLY

est noté présent, mais pas


celui qui assiste à tout le
débat sans parler.
Sauf que c’est d’abord en
commission et dans l’hémi-
cycle qu’un parlementaire est
censé fabriquer la loi, et pas
seulement en levant la main.
«Que les décisions se prennent
à huis clos là où il n’y a pas de
publicité des travaux, c’est
quand même problématique,
on perd en transparence»,
explique Benjamin Ooghe-
Tabanou, de Regards ci-
toyens. C’est sur la base
des données collectées
par cette association créée
en 2009 et mises en ligne
sur Nosdéputés.fr que les mé-
dias font leur classement.
Regards citoyens refuse, pour
sa part, d’établir un palmarès
global. La plateforme agrège
les éléments publiés au Jour-
nal officiel et par le site de
l’Assemblée (présences en
commission, interventions,
questions, etc.). Sur chaque
statistique est simplement
indiqué si le député fait par-
tie des 150 plus ou moins ac-
tifs. «On n’émet pas de juge-
ment de valeur, on fournit des
outils permettant aux gens de
Le président de l’Assemblée, François de Rugy, et le député LREM Yves Blein, au Palais-Bourbon, le 19 juin. PHOTO ALBERT FACELLY faire leur propre apprécia-
tion, précise Benjamin Oo-

Les députés LREM démentent


ghe-Tabanou. Et on invite à
aller voir le fond des tra-
vaux.» Celui-ci reconnaît que
le site «ne représente pas l’in-

faire l’Assemblée buissonnière


tégralité du travail parle-
mentaire» mais se concentre
sur le cœur de métier. Les en-
gagements en circonscrip-
Les classements assidus aux travaux parle- comme la rédaction d’un mission des affaires étrangè- Par ailleurs, dans la méthode tion ne sont pas retenus, le
publiés dans la mentaires». Ils sont nom- rapport, pourtant un travail res, rarement saisie d’un des députés LREM, il n’est site se fondant sur des sour-
breux à se plaindre de ces de longue haleine. Et quid texte, on a peu d’occasions de pas évident de repérer leur ces officielles et exhaustives.
presse sont peu classements largement repris des auditions pour se forger «marquer des points» et on patte. Eux revendiquent de
flatteurs pour les par la presse régionale pour un avis sur un sujet, des per- exerce son mandat autre- travailler en amont avec les «Procès». Pour affiner
élus de la majorité, décerner «bons points» et manences en circonscription ment. ministres et d’installer des ses calculs, l’association
qui pointent les «bonnets d’âne» ou des responsa- Pour LREM, les critères choi- groupes thématiques qui demande souvent davantage
limites d’études qui aux élus de leur L’HISTOIRE bilités souvent sis favoriseraient l’opposition n’entrent pas dans les radars d’éléments : un relevé de
ne tiennent pas zone. «Stop aux DU JOUR chronophages en donnant une prime au officiels. «Participer à un présence aux auditions, dans
compte de certains classements dou- exercées par cer- dépôt d’amendements à la groupe de travail n’apparaît les groupes d’étude ou les
teux loin de la réalité du ter- tains dans le cadre de leur chaîne. «On ne peut pas éva- nulle part car ce n’est pas ins- réunions internes (groupes,
de leurs travaux. rain», exhorte Jean-Michel mandat ? «L’hémicycle n’est luer la majorité et l’opposition titutionnellement reconnu. bureau, questeurs) et la pu-
Jacques (LREM). Que valent pas le cœur du réacteur de la de la même façon. Nous pou- Idem pour des députés impli- blication des délégations de
Par ces palmarès ? Le mandat fabrication de la loi», fait va- vons préciser un texte, le cor- qués dans les Assises de la vote pour savoir qui est phy-
LAURE EQUY parlementaire est-il «chiffra- loir Florian Bachelier. Lui est riger à la marge, l’affiner. mobilité ou les Etats géné- siquement en séance. Les
ble» ou trop divers pour col- relégué aux tréfonds du clas- Mais nous sommes d’accord à raux de l’alimentation», ob- membres de Regards ci-

L
es macronistes, «can- ler à une approche quantita- sement: comme questeur, il la base avec une loi qui est jecte Gabriel Attal. Il avait toyens ont vu les questeurs
cres de l’Assemblée» ? tive ? Tour des griefs. est chargé de la gestion fi- dans le programme. C’est nor- aussi été demandé aux mar- cet été. Une rencontre hou-
En découvrant le clas- nancière du Palais-Bourbon, mal que nos amendements cheurs de ne pas multiplier leuse qui a tourné au «pro-
sement publié par Capital Tréfonds. Capital a noté une mission que n’intègrent soient moins nombreux», re- les amendements en leur cès» d’après les premiers.
le 21 décembre, ils en sont chaque député selon ses pré- pas les indicateurs. lève Laetitia Avia (LREM). nom mais de passer par le «Cela ne s’est pas si mal passé,
tombés de leur chaise. Alors sences et ses interventions Et le classement porte sur les Plus dur aussi de sortir du lot, groupe. Et certains assument nous avons juste voulu
qu’ils décrivent des journées en commission, ses prises de six premiers mois. Examen noyé parmi 300 marcheurs, de se taire pour ne pas rallon- montrer le décalage entre leur
à rallonge et des débats en parole dans l’hémicycle et du budget oblige, les rappor- alors que dans un groupe ger le débat. Une ligne de notation et une réalité plus
séance jusqu’à plus d’heure, le nombre de ses amende- teurs, la «whip» (référente) de 17 ou 30, son tour revient conduite qui rend le travail complexe», d’après Florian
le magazine conclut son hit- ments. Des critères trop ré- LREM de la commission plus vite. Mais l’argument est individuel moins visible et Bachelier. Le questeur
parade en épinglant les dé- ducteurs, critiquent les dé- des finances et son président réversible: dans la majorité, mesurable. Un député qui souhaite lancer une réflexion
putés LREM qui seraient «en putés En marche. D’autres LR figurent logiquement les postes à distribuer sont prononce trois mots en sur l’évaluation du travail
vérité loin d’avoir été les plus éléments ont été écartés, dans le top 10. Mais à la com- plus nombreux. séance et tourne les talons des députés. •
Libération Mercredi 24 Janvier 2018 www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe u 13

LIBÉ.FR
Grand Paris Le Premier ministre,
Edouard Philippe, s’est rendu mardi
sur le chantier du Grand Paris Express
(photo) pour lancer une consultation sur le nouveau ca-
lendrier de réalisation. Présent à Champigny-sur-Marne,
en banlieue parisienne, pour l’arrivée du premier tunne-
lier, qu’il a comparé à «l’équivalent de huit pyramides de
Gizeh», il en a profité pour réaffirmer qu’il était «hors de
question que ce projet ne se fasse pas». PHOTO AFP

Feu vert pour le Grand Contournement Sénat Patrick


Kanner, nouveau
patron du groupe PS
de Strasbourg: la riposte s’organise Le sénateur socialiste du Nord
Patrick Kanner a été élu mardi
Un pas de plus vers la réalisa- délester l’autoroute A 35 qui relatives à la protection de la Delli a pointé du doigt le «très à la tête du groupe socialiste
tion du Grand Contour- traverse Strasbourg, en absor- biodiversité lors du chantier» mauvais signal» que repré- au Sénat. A 60 ans, l’ancien
nement Ouest (GCO) de bant le trafic du nord au sud et une compensation des «im- sente cette annonce, qualifiée ministre de la Ville a remporté
Strasbourg, projet routier de l’Alsace. pacts de l’infrastructure sur par le collectif GCO Non l’élection avec 47 voix contre 25, et 3 blancs face à Laurence
contesté, a été franchi. Nico- Hulot avait déjà confirmé le des espèces protégées». Merci de «lot de consolation Rossignol, sénatrice de l’Oise et ministre remarquée des
las Hulot, ministre de la projet en octobre, mais il Après une suspension des pour Vinci après l’abandon de Droits des femmes sous Valls.
Transition écologique, a an- avait demandé de le «retra- travaux préparatoires, la réali- NDDL». En septembre, une Kanner remplace Didier Guillaume, qui a claqué la porte
noncé mardi que l’Etat «déli- vailler» en raison de ses im- sation de l’autoroute peut manifestation contre ce pro- de la politique pour une nouvelle vie. Dans la foulée, le
vrera[it] l’autorisation unique pacts sur la biodiversité. Les donc être relancée, à condi- jet jugé «inutile» avait réuni nouveau chef des sénateurs socialistes a déclaré: «Mon ob-
environnementale pour per- opposants dénoncent en effet tion d’intégrer «des mesures 2 500 personnes. Mardi, les jectif, c’est que le groupe socialiste puisse donner de la cou-
mettre la réalisation de de longue date sa voracité en compensatoires par le porteur opposants ont immédiate- leur aux valeurs qui sont les nôtres. Je souhaite travailler
l’autoroute». termes de terres agricoles de projet, notamment pour les ment appelé à un rassemble- avec Laurence Rossignol, qui est un élément essentiel de ce
Concrètement, la déclaration (350 hectares) et la mise en zones humides. Par ailleurs, ment devant la préfecture groupe.» Mais la victoire de Kanner laisse un goût amer.
d’utilité publique a été proro- danger d’espèces protégées, l’impact environnemental de pour organiser la future Et pour cause: l’occasion de mettre une femme au premier
gée de huit ans, rendant pos- comme le grand hamster l’aménagement foncier agri- lutte… avec des zadistes ? rang était belle. Sur les réseaux sociaux, la sénatrice de Pa-
sibles les travaux nécessaires d’Alsace. cole devra être […] limité au «Il est trop tôt pour le dire», ris Marie-Pierre de la Gontrie a masqué sa déception avec
à la conduite du chantier Présenté par Arcos, filiale de maximum», ont précisé les dit le collectif. Les travaux humour : «Que chacun se rassure, c’est bien toujours un
préparatoire sur le tracé de Vinci, il avait pourtant reçu ministères de la Transition doivent débuter en août pour homme qui présidera le groupe socialiste du Sénat, on a eu
l’autoroute. Le décret a été des avis négatifs du Conseil écologique et des Transports. une mise en service prévue chaud!» Puis, dans un second temps: «Ouf! Kanner pro-
publié au Journal officiel. national de protection de la Les réactions des écologistes en 2020. pose que le premier vice-président du groupe soit également
Feu vert, donc, pour une nature en 2017. Ce dernier ne se sont pas fait attendre. AURÉLIE DELMAS un homme : Jean-Pierre Sueur. Olé !» La parité, c’est bien
rocade de 24 km qui doit avait demandé «des précisions L’eurodéputée EE-LV Karima et CORALIE SCHAUB mais surtout chez les autres. R.La. PHOTO REUTERS

ABONNEZ
Le Parlement s’attaque
au «droit à l’erreur»
Le texte «pour un Etat au ciale, l’opposition a mis en premier contrôleur, à un se-
service d’une société de garde contre un «droit à la cond. Enfin, le texte prévoit
Offre
confiance», examiné depuis
mardi par les députés, figu-
rait en bonne place dans le
fraude». «C’est très protégé,
répond le rapporteur. L’admi-
nistration demande toujours
de mieux «moduler» les sanc-
tions administratives «en cas
de manquements aux disposi-
intégrale
XIZUWQ[[WQ\XT][LM LMZuL]K\QWV
33€
programme de Macron. Il de rectifier la situation et nous tions du code du travail» et

VOUS
XIZZIXXWZ\I]XZQ`LM^MV\MMVSQW[Y]M
aurait dû être l’un des pre- mettons en place trois excep- «oblige» l’administration à
miers adoptés. Mais le chef tions: les atteintes à l’environ- publier toutes ses circulaires.
7ЄZMoL]ZuMTQJZM[IV[MVOIOMUMV\
de l’Etat avait retoqué la pre- nement, à la santé et à la ^ITIJTMR][Y]¼I]0068
mière version de Bercy, de- sécurité des personnes.» Ceci «Expérimentations»
mandant au ministre chargé n’ouvre pas un «droit au re- Il y a aussi des articles à ca- ABONNEZ-VOUS À LIBÉRATION
du projet, Gérald Darmanin, tard» pour les impôts… mais ractère expérimental ou sim- ²LuKW]XMZM\ZMV^WaMZ[W][MV^MTWXXMIЄZIVKPQMo4QJuZI\QWV [MZ^QKMIJWVVMUMV\
2 rue du Général Alain de Boissieu 75015 PARIS7ЄZMZu[MZ^uMI]`XIZ\QK]TQMZ[
de revoir la copie. «[Il] avait un «droit à être contrôlé» pour plificateur: «référent unique»
AUTLIB16
été écrit trop rapidement», les patrons, qui leur pour les usagers, limitation
fait valoir le rapporteur, Sta- permettra de «valider [leur] de la durée des contrôles dans Oui, je m’abonne à l’offre intégrale Libération. Mon abonnement intégral comprend la
livraison chaque jour de Libération et chaque samedi de Libération week-end par portage(1) + l’accès aux services
nislas Guerini. En compagnie bonne foi» en cas d’erreur. les PME (Hauts-de-France numériques payants de liberation.fr et au journal complet sur iPhone et iPad.
d’autres députés, l’élu LREM et Auvergne-Rhône-Alpes), Nom Prénom
a travaillé avec Darmanin «Rescrit» nouvelles missions pour les N° Rue
pour réorienter le texte: «On Ce mot technique pourrait chambres d’agriculture, sup- Code postal Ville N° de téléphone
a réfléchi comme si nous de- devenir le meilleur ami des pression des justificatifs de
vions faire muter une boîte chefs d’entreprise. Ces der- domicile pour les cartes E-mail @
pour devenir customer cen- niers –comme tous les admi- d’identité dans quatre dépar- (obligatoire pour accéder aux services numériques de liberation.fr et à votre espace personnel sur liberation.fr)

tric. C’est le même boulot que nistrés – pourront faire une tements, etc. Règlement par carte bancaire. Je serai prélevé de 33€ par mois (au lieu de 50,80 €, prix au
mettre à plat le parcours demande écrite à l’adminis- C’est aussi l’occasion pour les numéro). Je ne m’engage sur aucune durée, je peux stopper mon service à tout moment.
client d’une entreprise.» tration sur une question pré- lobbys d’agir. «On les voit tout Carte bancaire N°
cise et opposer la réponse en de suite, confirme le rappor- Expire le J’inscris mon cryptogramme
«Conseiller» cas de contrôle fiscal. «Exem- teur. C’est écrit quatre fois mois année (les 3 derniers chiffres au dos de votre carte bancaire)
Signature obligatoire :

Le «droit à l’erreur» est le ple: je veux payer le jardinier avec la même faute d’ortho-
nouveau «principe» devant de ma grand-mère avec mes graphe.» Effectivement :
guider la «nouvelle orienta- chèques emploi service, est-ce beaucoup d’amendements
tion» de l’administration. Elle que j’ai le droit? Oui, et si une sont identiques, parfois à la Règlement par chèque. Je paie en une seule fois par chèque de 391€ pour un an d’abonnement
ne serait donc plus là pour, administration estime le con- virgule près. Ils ont été dépo- (au lieu de 659,70€, prix au numéro).
d’abord, sanctionner, mais traire, je pourrai lui opposer sés par des députés LREM,
Vous pouvez aussi vous abonner très simplement sur : www.liberation.fr/
avant tout «conseiller» le la réponse de la CAF», souli- LR, centristes, radicaux,
abonnement/
contribuable et accepter sa gne Guerini. Les patrons socialistes… CQFD.
(1)
Cette offre est valable jusqu’au 0068 en France métropolitaine. La livraison du quotidien est assurée par porteur avant 7h30 dans plus de 500 villes, les autres communes sont
«bonne foi» en cas d’erreur de pourront aussi faire valoir les LILIAN ALEMAGNA livrées par voie postale. Les informations recueillies sont destinées au service de votre abonnement et, le cas échéant, à certaines publications partenaires. Si vous ne
sa part. En commission spé- réponses, apportées par un A lire en intégralité sur Libé.fr. souhaitez pas recevoir de propositions de ces publications cochez cette case.
14 u
FRANCE Libération Mercredi 24 Janvier 2018

Jawad Bendaoud lors de son passage en direct sur BFM TV, le 18 novembre 2015. PHOTO BFMTV. AFP

JAWAD BENDAOUD
Par Le plus célèbre d’entre eux est Jawad
RENAUD LECADRE Bendaoud (lire ci-contre), qui a
«logé» deux des terroristes fugitifs,

F
aute de grives, on mange moyennant 150 euros. Il a connu son
des merles… Ce mercredi quart d’heure warholien le 18 no-
démarre le procès de trois vembre 2015 à 7h20, témoignant sur
petites mains des cités, accusées BFM TV en plein assaut policier :
d’avoir favorisé la brève cavale «J’ai appris qu’ils sont retranchés
de deux des auteurs des attentats chez moi. Je n’étais pas au courant
du 13 novembre 2015, Abdelha- que c’étaient des terroristes. On m’a

UN SQUAT QUI MÈNE


mid Abaaoud et Chakib Akrouh, demandé de rendre service, j’ai rendu
membres du «commando des ter- service.» Avant de se faire interpeller
rasses» qui se feront exploser cinq en direct par un flic : risée sur le
jours plus tard, lors de l’assaut Web (1). Pour la petite histoire, ce
policier de leur squat à Saint-Denis marchand de sommeil admettra
(Seine-Saint-Denis). Ces trois lous- plus tard s’être «approprié» ledit
tics ont plus le profil de fumeurs de squat, rue du Corbillon à Saint-De-
joints au long cours que d’apprentis nis, après avoir délogé de précédents
jihadistes. Mais en «fournissant un squatteurs trois semaines plus tôt.

DANS LE BOX
logement» aux deux fugitifs, «ils ne
pouvaient ignorer qu’il s’agissait de Caché dans un buisson
terroristes», selon l’accusation. Sur son degré de connaissance, les
Ils ont échappé aux poursuites, de- enquêteurs s’en remettent essentiel-
vant une cour d’assises, pour «asso- lement à ses propos téléphoniques
ciation de malfaiteurs à caractère avec sa concubine, une heure plus
terroriste». Les juges d’instruction tôt. Une première partie paraît le dé-
leur ont délivré un non-lieu sur ce douaner: «J’aurais dû m’en douter.
point au motif qu’ils ignoraient Même les mecs de ma rue ils m’ont
qu’Abaaoud et Akrouh s’apprêtaient dit: “Wesh Jawad, les mecs, ils vien-
à commettre un nouvel attentat- nent de Belgique, ils veulent que de

Le «logeur» de deux membres du «commando suicide dans le quartier d’affaires de


La Défense (Hauts-de-Seine). Ils ne
l’eau et dormir par terre.” C’était lo-
gique […]. Je ne les aurais pas héber-

des terrasses» des attentats du 13 Novembre sont donc poursuivis en correction-


nelle que pour «recel de malfai-
gés si c’étaient des terroristes.» Une
autre l’accable : «Tous les mecs de

comparaît à partir de ce mercredi devant teurs» à caractère terroriste, défini


dans la loi comme le fait de fournir
ma rue, hier, ils rigolaient, ils m’ont
dit: “T’es un ouf […], sur le Coran de

le tribunal correctionnel de Paris à un terroriste «un logement, un lieu


de retraite, des subsides, des moyens
La Mecque c’est des terroristes.” Et
nous, on rigolait: “Bah on s’en bat les

pour «recel de malfaiteurs terroristes» d’existence ou tout autre moyen de


[le] soustraire aux recherches ou à
couilles, moi je les héberge.” […]
Vas-y, même moi j’ai trouvé ça sus-

aux côtés de deux autres prévenus. l’arrestation». Un simple délit passi-


ble d’une peine de trois ans de pri-
pect. Les mecs, y a pas de toilettes, y
a pas d’eau, ils paient 150 euros…»
son, doublée en cas de précédente Le tout le ridiculise, mais ne le tue
condamnation pénale –c’est le cas pas. La plus active des «receleurs de
RÉCIT pour deux des trois prévenus. malfaiteurs» fut Hasna Aït Boulah-
Libération Mercredi 24 Janvier 2018 www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe u 15

Un logeur impulsif pas sorti


cen, cousine d’Abdelhamid
Abaaoud –elle périra avec lui lors de
l’assaut, le deuxième étage se re-
trouvant au premier après déclen-

de l’auberge
chement d’une ceinture d’explosifs.
Avertie depuis la Belgique que son
cousin est caché dans un buisson à
Aubervilliers (Seine-Saint-Denis),
Hasna Aït Boulahcen se démène Drogue, coups ayant mande alors le huis-clos afin d’éloi- que la France n’a jamais connus, faire les jours à venir?» Allegro: «La
pour lui trouver un toit de fortune, entraîné la mort, faux… gner la «sphère médiatique» ; les mais à aucun moment je me suis as- seule fois ou j’ai vu des explosifs, c’est
alerte son dealer et amant, Moha- avocats des victimes du 13 Novem- socié ou vu de mes yeux des armes.» sur Spécial Investigation ou dans
le sanguin Jawad
med Soumah, et, sans être forcé- bre s’y opposent. Bendaoud éclate: des films d’action.» Et enfin furioso:
ment explicite, lui brosse la situa-
Bendaoud, 31 ans, «C’est moi la victime !» La prési- «Chinois». Puis crescendo : «Il faut que je vous le dise en chinois,
tion au téléphone (2): «J’ai vu mon a passé le plus clair dente l’expulse et prévient pour la «Le 17 novembre j’ai vu Abaaoud et putain de merde, c’est quand que
cousin, il est passé à la télé. Il est re- de son temps en prison suite: «Libre à lui de décider s’il veut son complice un peu plus de cinq mi- vous allez comprendre […]. J’ai en-
cherché.» Pour les enquêteurs, ce «“à ces dernières années. venir faire son numéro.» nutes. Vous croyez que je suis profi- vie de vous mettre des gifles dans la
la télé” se rapporte à l’évidence aux En trois semaines d’audience (on ler pour savoir ce qu’il a fait avant gueule […]. Je veux sortir de l’isole-

C’
attentats». était son principal alibi: je compte pas moins de 260 parties d’arriver chez moi et ce qu’il allait ment, je vais péter un plomb.» La
ne suis qu’un modeste civiles dans ce dossier), Jawad Ben- justice française pourrait peut-être
Du lait et des gâteaux trafiquant de drogue, pas daoud aura tout loisir de se mon- commencer par ça: le détenir dans
Soumah, dit «Mouss», se rappelle
alors au bon souvenir de Jawad Ben-
un terroriste ou un jihadiste. La dé-
fense de Jawad Bendaoud a le mé-
trer en surchauffe, au risque d’être
expulsé, ou de se terrer dans sa
«J’ai envie de vous des conditions normales. Un codé-
tenu de sa première incarcération,
daoud, qu’il a connu en prison rite d’être plausible, vu son casier cellule, quitte à être «incompris». mettre des gifles en 2008, a cru se souvenir d’un
en 2011. L’occasion de solder une judiciaire. Condamné en 2008 à On pourra alors se reporter à cette homme tenant parfois un «discours
vieille dette entre taulards en récu- huit ans de prison pour coups –de longue lettre écrite à ses juges dans la gueule […]. très radical», montrant des vidéos
pérant la plus grosse part du prix de
la location – les fugitifs payant en
hachoir – ayant entraîné la mort
d’un adolescent de 16 ans pour une
d’instruction en mars 2016, avant
qu’il tente d’incendier sa cellule. Il
Je veux sortir de islamistes sur son téléphone. Jawad
Bendaoud a aussitôt dégainé cet
grosses liasses. Entre autres presta- sombre histoire de portable, puis démarre piano: «A aucun moment l’isolement, je vais alibi: ses «posters de cul» au mur.
tions, Mouss déniche aussi ce que
l’accusation qualifie de «taxis clan-
pour diverses péripéties (faux,
outrage, violence, affaires de stup,
je n’ai senti une ambiance terroriste
ou dangereuse dans la location de
péter un plomb.» R.L.
(1) Sa dernière sortie de prison remontait
destins», avec cette recommanda- transport d’armes), il avoue n’avoir l’appartement. Je suis conscient Jawad Bendaoud à septembre 2015, deux mois avant les
tion: «C’est des mecs de cité. Ils vont guère passé plus de huit mois en li- d’avoir hébergé les pires assassins à ses juges dans une lettre attentats.
pas parler.» Lui aussi jure ignorer berté ces dernières années (1). De
qu’il s’agissait d’héberger des terro- nouveau incarcéré au lendemain
ristes. Mais les enquêteurs trouvent des attentats du 13 novembre 2015,

FORUM
suspects ses appels incessants à l’homme de 31 ans hurle son inno-
Hasna Aït Boulahcen ou Jawad Ben- cence et ce mantra: «J’étais pas au
daoud –comme pour suivre en di- courant que c’étaient des terroris-
rect les opérations–, mais aussi le tes.» Il va jusqu’à mettre le feu à sa
fait qu’il ait cassé sa carte SIM après cellule en septembre 2016.
l’assaut. Entre autres étapes de son mara-
Troisième protagoniste, poursuivi thon judiciaire, son procès en

LE GRAND
à retardement, seize mois plus tard: janvier 2017 pour trafic de cocaïne
Youssef Aït Boulahcen, le frère – son alibi, donc. «Il a essayé de
de Hasna, qui aurait peu, ou pas, trouver toutes les justifications pos-
contribué à la fuite des deux terro- sibles pour expliquer qu’il n’est pas
ristes. Tout juste les enquêteurs terroriste», tente alors de plaider

PARIS
trouvent-ils suspect un de ses dé- son avocat, Xavier Nogueras. Lors
placements avec du lait et des gâ- de ce procès, Jawad Bendaoud est
teaux. Mais il est jugé pour «non-dé- condamné à huit mois de prison
nonciation de crime terroriste». Le ferme après avoir été expulsé du
raisonnement est le suivant : con- tribunal au bout de cinq minutes,

BOUGE-T-IL ?
naissant les activités jihadistes hurlant «je suis pas un terro», in-
d’Abaaoud bien avant les attentats, sultant les policiers qui lui auraient
Youssef Aït Boulahcen aurait dû «mis des coups de matraque» en
alerter les autorités dès lors qu’il le coulisse.
savait en vie et en région pari-
sienne. Pour l’accusation, un mes- Surchauffe. C’est une personne
sage de sa sœur indiquant qu’il
allait «bientôt mourir» ou «dispa-
plus apaisée qui comparaît quatre
mois plus tard, pour l’incendie de DU RER À LA TROTTINETTE
ÉLECTRIQUE
raître» traduisait un nouveau pas- sa cellule. Admettant avoir «pété les
sage à l’acte imminent : «Il ne plombs», Jawad Bendaoud martèle
pouvait ignorer que son cousin était pour les besoins de son futur pro-
toujours impliqué dans un projet cès: «Je n’ai rien à voir avec Daech.»

MARDI 6 FÉVRIER
d’attentats, sa présence en France Mais prend six nouveaux mois de
étant révélatrice de son intention de prison ferme, son avocate, Marie-
passer de nouveau à l’acte.» A la Pompéi Cullin, plaidant en vain le
différence de ses deux coprévenus, «traitement inhumain» de son
Youssef Aït Boulahcen est très
religieux. Après fouille de son
client, maintenu à l’isolement dans
une cellule antisuicide. UNE SOIRÉE DE DÉBATS SUR
LES MOBILITÉS EN ÎLE-DE-FRANCE
ordinateur, les enquêteurs pointent Et ça repart en juin, Jawad Ben-
une «appétence pour les thèses daoud étant cette fois jugé pour
jihadistes». «Chiens qui ne respec- insulte et menace sur les policiers
tent rien», rétorque-t-il sur écoute, lors de son procès pour trafic
Entrée libre sur inscription
en visant les policiers. A l’entendre, de drogue. Il dit ses «regrets», ses
liberation.fr/evenements/
sa religion lui interdirait d’accuser juges se montrent enfin compré- Rendez-vous à la Maison
sans preuve. Le tribunal ap- hensifs : six mois avec sursis et de la RATP/Espace du centenaire
préciera. • obligation de soins. «Un geste 189, rue de Bercy, 75012 Paris #ForumMobilités
d’apaisement» pour un homme
(1) Parmi les parodies qui ont circulé : «broyé», salue son avocat.
«Effectivement, j’ai entendu le mot gre- Mais rechute en octobre, lors d’une
nade, mais j’ai d’abord pensé à ce déli- audience de procédure devant
cieux fruit exotique.» la 16e chambre correctionnelle de
(2) Sa colocataire ayant alerté la police, les Paris, celle qui doit le juger à partir
protagonistes ont été rapidement placés de ce mercredi pour «recel de mal-
sur écoute. faiteurs terroristes». Sa défense de-
16 u
FRANCE ÉCONOMIE Libération Mercredi 24 Janvier 2018

CARREFOUR
«J’optimisme»
les coûts
Le groupe français de grande distribution,
encore rentable, a annoncé la suppression de
4500 emplois et la vente de 273 de ses magasins
de proximité. Un plan musclé notamment destiné
à donner des gages aux actionnaires.
ANALYSE
Par four, qui met en avant la baisse de il s’est retrouvé relégué en deuxième en 2014 800 magasins à l’enseigne syndicats, ce serait même deux
FRANCK BOUAZIZ ses parts de marché face à la position derrière Leclerc. La faute à de hard discount Dia. C’est préci- mois. La stratégie de Carrefour est
Photo ÉTIENNE MAURY. concurrence et son retard dans le ses prix élevés et son retard pris dans sément 273 d’entre eux qui sont en effet de faire baisser ses coûts en
HANS LUCAS développement du commerce élec- le «drive», ces entrepôts où l’on vient aujourd’hui mis en vente. commençant par la masse salariale,
tronique. Pour autant, et de manière récupérer, en voiture, une com- A1exandre Bompard, auréolé du afin de pouvoir baisser les prix de

S
ix mois de calme relatif avant moins officielle, le groupe de grande mande passée via Internet. La direc- rapprochement qu’il a mené entre vente en magasin et coller à ses
un coup de tabac social et fi- distribution veut aussi brosser dans tion et le syndicat FO, pour une fois la Fnac et Darty, mène donc au pas concurrents Leclerc et Auchan. Le
nancier. Alexandre Bompard, le sens du poil les marchés finan- d’accord, constatent que Carrefour de charge une stratégie à l’opposé groupe entend, en même temps,
le nouveau PDG de Carrefour, re- ciers, pour faire remonter un cours réalise dans le commerce électroni- de celle de son prédécesseur. Et le investir 2,8 milliards d’euros dans le
cruté en juillet, a passé l’automne à de Bourse qui, en dix ans, a été divisé que 1 milliard d’euros de chiffre d’af- mouvement ne se fait pas sans casse numérique afin de créer une plate-
se constituer une garde rapprochée, par deux. Jusqu’à présent, les ac- faires quand Leclerc est à 3 mil- sociale. Officiellement, 4500 postes forme unique Carrefour.fr.
et surtout à mettre au point un tionnaires estiment ne pas avoir fait liards. Une manière à peine voilée de vont être supprimés. Le délégué
électrochoc qui secoue, depuis une bonne affaire en investissant charger l’ancien PDG, Georges Plas- central FO Michel Enguelz parvient, COQUETS BÉNÉFICES
mardi, l’entreprise du sol au pla- leurs économies dans l’enseigne. sat, coupable de deux fautes majeu- lui, à un tout autre calcul: «Selon les A l’autre bout de la chaîne, les prin-
fond: 4500 emplois vont être sup- res. Pétri de la «culture magasin», il experts financiers du comité central cipaux actionnaires de Carrefour
primés et près de 300 magasins CASSE SOCIALE considérait que la vente en ligne ne d’entreprise, une vingtaine d’hyper- commencent à faire preuve d’une
de proximité sont promis à la D’autant qu’en 2017, Carrefour est pourrait se développer sur les pro- marchés seraient déficitaires. Ils certaine impatience. Bernard
vente. Sans compter les cinq hyper- tombé de son piédestal. Numéro 1 duits frais. Et, histoire de faire gros- risquent donc d’être externalisés, Arnault, le fondateur de LVMH,
marchés voués à l’externalisation. en France depuis plusieurs années, sir Carrefour en France, il a racheté sans compter la réduction de possède 8% du capital du groupe de
En clair, ces derniers conservent 100000m2 de surface commerciale distribution depuis 2007. Or
l’enseigne Carrefour, mais sont ré- annoncée par la direction. Au total, il a acheté ses actions à un
cupérés par un indépendant qui 9 000 emplois supplémentaires prix moyen de 40 euros et elles va-
est censé maintenir les salariés en Evolution du chiffre d'affaires en France Parts de marché de la grande distribution pourraient être externalisés.» lent à ce jour 20 euros. Soit une perte
et dans le monde, et du résultat en France, en pourcentage
poste dans le magasin. opérationnel courant de Carrefour ( ), Or ceux qui vont quitter Carrefour potentielle de 1,2 milliard pour celui
en millions d’euros Carrefour
Ce blitzkrieg intervient alors 21,1 21,2 pour passer sous la bannière d’un plutôt habitué aux coquets bénéfices
que Carrefour demeure en relative 84 324 84 000 86 295 85 700 88 240 autre employeur vont rapidement de Louis Vuitton ou Dior. Même
bonne santé financière. Son chiffre 44 598 44 332 45 694 45 574 48 144
E.Leclerc 20,9 20,5 percevoir la différence. La conven- constat pour le premier actionnaire
d’affaires mondial et son bénéfice tion de Carrefour prévoit une rému- de Carrefour, la famille Moulin,
Intermarché 14 14,4
d’exploitation sont quasi stables de- Autres pays nération annuelle sur quatorze avec 13 % du capital. A ce jour, la
puis cinq ans (voir infographie). L’an Casino 11,4 11,4 mois, à laquelle s’ajoute intéresse- perte potentielle sur leurs actions
dernier, le groupe a dégagé tout de Auchan 10,9 10,6 ment et participation. Selon un do- achetées à un prix moyen
même 2 milliards d’euros de béné-
39 726 39 668 40 601 40 126 40 096 Système U 10,2 10,4 cument de la direction que Libéra- de 27 euros atteindrait 500 millions.
France
fice d’exploitation. Faut-il y voir Autres 11,5 11,5 tion a pu consulter, les salariés Chez Carrefour, les moins-values des
alors des licenciements boursiers? 2 238 2 387 2 445 2 351 2 000 2016 2017
«externalisés» perdraient un mois actionnaires font les malheurs des
Certainement pas, répond Carre- 2013 2014 2015 2016 2017* * Estimations Sources : Kantar, Carrefour de rémunération. Selon certains salariés. •
Libération Mercredi 24 Janvier 2018 www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe u 17

Le supermarché de
proximité de Grenoble
Argouges, sous
franchise Carrefour
Contact, mardi à
Grenoble.

Carrefour et des «offres attractives de reclasse-


ment» pour au moins la moitié des 2100 sala-
riés concernés par le plan social (lire ci-con-
tre). Le caissier grenoblois s’empresse
d’ajouter: «Ce qu’il faut dire, c’est que c’est dé-
gueulasse car ils se font des bénéfices.» Le délé-
gué syndical FO Sofyane Zayani, également
chef de magasin à Voiron, à une vingtaine de
minutes de Grenoble, abonde: «Dans la décla-
ration [de la direction], on parle des pertes du
groupe, de retard sur l’évolution numérique,
mais on n’a pas parlé de modèle social. La plu-
part des gens que le plan social va toucher sont
des smicards, qui ont des familles à nourrir,
comme les caissières, pour qui c’est compliqué
de retrouver un poste. Pendant ce temps-là,
l’action est montée en flèche. Les salariés sont
de simples pions dans le jeu économique.»

Stratégie. La «casse sociale» que redoute


Sofyane Zayani découle selon lui d’une erreur
de stratégie commise lors du rachat en 2014
des enseignes Dia: «Ils veulent céder ces ma-
gasins car ils ne sont pas rentables. Or, à leur
reprise, ces discounteurs n’ont pas vraiment
été transformés. Aucun modèle économique
précis n’a été défini depuis. Pourtant, c’est de
la simple logique commerciale : un magasin
doit être destiné à la zone dans laquelle il se
trouve.» S’il change de gamme – ce qui a été
le cas pour les Dia, devenus Carrefour Market,
City ou Contact –, la clientèle doit pouvoir

A Grenoble: «Pourquoi avoir repris


suivre. A Teisseire, l’un des quartiers popu-
laires de Grenoble, les habitants n’ont guère
eu le choix. «On était ED, on a été rachetés.
Puis on était Dia, on a été rachetés, raconte,

des magasins qui coulaient?» un peu fataliste, un salarié du Carrefour Con-


tact, passé sous franchise depuis quelques an-
nées. On verra bien, ça reste toujours ouvert
Pourquoi avoir repris des magasins qui cou- d’abord dans l’expectative: on sait combien de ici.» Seul concurrent dans le secteur: un dis-
Dans les anciens supermarchés laient déjà? Ils pensaient qu’il y aurait une em- magasins vont être touchés, mais pas lesquels count, à une quinzaine de minutes. Au pied
Dia, concernés par le plan bellie du jour au lendemain?» L’homme, avec précisément.» Lors de son annonce, Bompard des tours, la proximité demeure un luxe.
social, des salariés craignent près de quinze ans d’ancienneté, sourit: «Je a promis de trouver des repreneurs pour MAÏTÉ DARNAULT
déjà pour leur emploi. suis un peu anarchiste, j’en ai rien à faire d’être les 273 magasins dont veut se défaire le groupe Envoyée spéciale à Grenoble
licencié ou qu’il y ait un repreneur. Si je dois

A
l’heure du déjeuner, mardi, les rayons partir, ce sera avec une petite somme, et je re-
sont déserts dans cette supérette trouverai du boulot.»
Carrefour située en bordure d’une des
artères de Grenoble. Anciennement Dia, ce «Pions». A l’entrée du magasin, l’agent de sé-
magasin fait partie des 273 menacés de ferme- curité, employé d’un prestataire de Carrefour,
ture s’ils ne trouvent pas se veut prudent: «Si ça se confirme, ce serait VOUS SOUHAITEZ
de repreneur. Une me-
sure figurant dans le
AIN
inquiétant. Pas pour moi, mais ici, les
gens qui ont plus de 50 ans, on ne sait
NOUS SOUTENIR ?
plan social annoncé pas s’ils retrouveront du travail.
quelques heures plus RHÔNE SAVOIE Déjà que les jeunes ont du mal à en
tôt, lors d’une confé- LOIRE ISÈRE Grenoble
trouver tout court…» Même ré- ABONNEZ-VOUS
rence de presse, par le
PDG du groupe,
serve dans un supermarché de la
marque, en banlieue de Grenoble:
DÈS MAINTENANT
ARDÈCHE

Alexandre Bompard.
Des salariés profitent du
«Ça fait un peu peur», souffle une
caissière, avant de s’effacer devant
SUR LE SITE
S -
DRÔME TE S
calme pour déballer des AU PE le responsable du magasin. Pas ques-
H AL
palettes. Les haut-parleurs 20 km
tion d’émettre de commentaires dans
diffusent de la musique en
sourdine et personne n’a encore eu vent de la
la presse, les consignes sont «très strictes»:
en cas d’impair, «nos postes sont en jeu», dit le www.charliehebdo.fr
Photo non contractuelle

nouvelle. A l’exception du manager: «J’ai vu chef. A la caisse, un salarié glisse, une fois son
passer ça, concède-t-il. Je ne suis pas surpris: manager parti: «C’est compliqué de se retrou- À PARTIR DE 10 € PAR MOIS
quand on veut faire du bénéfice, on vire les gens. ver à la porte vu la conjoncture. Mais on est
18 u
FRANCE Libération Mercredi 24 Janvier 2018

LIBÉ.FR
JeremstarGate : un jeune homme an-
nonce à «Libé» une deuxième plainte
contre Cardonna Après la révélation par
l’Obs d’une plainte pour «viol sur mineur», Pascal Cardonna,
proche du blogueur Jeremstar, est accusé par un deuxième jeune
homme d’avoir eu une relation sexuelle tarifée avec lui, alors qu’il
était âgé de 14 ans. Son avocat annonce le dépôt d’une plainte
ce mercredi ou dans les prochains jours. Cardonna rejette les
accusations en bloc. CAPTURE D’ÉCRAN SNAPCHAT

Avec Orano, Areva en appelle aux dieux


grecs pour faire oublier ses démons
Affaibli par de centrales nucléaires. Plus
les scandales, anecdotique mais plutôt
porteur, il va aussi proposer
le géant du des traitements contre le
nucléaire s’est cancer grâce aux matières
choisi un nouveau radioactives via une nouvelle
nom inspiré activité baptisée Oranomed.
du dieu Ouranos, L’ensemble emploie en-
tout en séparant core 16 000 salariés et tota-
ses deux activités, lise 4 milliards d’euros de
chiffre d’affaires.
production et Alors que l’atome n’a plus le
recyclage. vent en poupe à travers le
monde et que les prix de
Par l’uranium sont au plus bas,
JEAN-CHRISTOPHE Philippe Knoche a évidem-
FÉRAUD ment les yeux tournés vers la
Chine: «Nous visons 30% de

L
a grande tour noire notre chiffre d’affaires en
surplombant l’espla- Asie, une région qui représen-
nade de La Défense, tera 50 % du marché du nu-
entre ses jumelles Total et cléaire dans les prochaines
EDF, arbore encore le nom années.» Areva, pardon
maudit d’Areva, devenu Orano, espère notamment
synonyme de la faillite vendre aux Chinois une
de l’atome tricolore. Mais usine complète de retraite-
l’entrée a déjà été repeinte ment de déchets type La Ha-
aux couleurs jaunes yellow gue pour quelque 10 mil-
cake (minerai d’uranium) liards d’euros, transfert de
d’Orano, le nouveau patro- technologie inclus. Annoncé
nyme du groupe nucléaire en fanfare lors de la visite du
français. Pas pour long- président Macron en Chine,
temps. Dans la grande opéra- le deal n’est pas encore fait,
tion de ravalement de façade mais le groupe français
lancée pour tourner la page espère conclure d’ici à la fin
de l’ère Lauvergeon, Areva de l’année. Pour le coup, la
va non seulement changer construction de cette usine
d’identité mais aussi de siège La tour Areva Tower à La Défense, mardi, n’abritera bientôt plus le groupe nucléaire. PHOTO PHILIPPE WOJAZER. REUTERS que le ministre de l’Econo-
social : les 900 salariés de mie, Bruno Le Maire, a pré-
La Défense déménageront Pin’s jaune sur le revers du actionnaire, avant de licen- grecque du ciel qui a donné chets radioactifs dont l’usine sentée comme la planche de
en 2019 pour un nouveau QG costume, le dirigeant n’a pas cier dans la foulée près son nom à la planète Uranus, de La Hague s’est fait une salut de l’atome français, se-
en région parisienne qui aura eu besoin de s’étendre sur les de 6 000 salariés… et partant de là à l’uranium spécialité, a-t-on appris à l’oc- rait un nouveau départ. Mais
l’avantage de coûter trois fois raisons de ce changement de qui alimente les réacteurs. casion. On peut penser aussi le groupe espère aussi trou-
moins cher (5 millions nom : «Il fallait le faire, sans Bagatelle. Un démantèle- Le logo s’écrit en minuscules, aux électrons gravitant ver de nouveaux débouchés
d’euros de loyer annuel aucun doute», a reconnu cet ment et une recapitalisation «signe d’humilité» de la part autour du noyau atomique. aux Etats-Unis, «qui totali-
contre 15 millions) et surtout X-Mines qui a fait partie de à 5 milliards plus tard, exit d’une entreprise qui a connu Quant au jaune yellow cake, sent 100 000 tonnes de com-
de symboliser «un nouveau l’état-major d’Anne Lauver- donc Areva, le nom choisi quelques péripéties, a précisé il ne devrait pas dépayser les bustibles usés à gérer», a dit
départ» pour le champion geon, aujourd’hui mise en en 2001 par Lauvergeon pour Philippe Knoche. militants de Greenpeace dont Philippe Knoche.
déchu de l’atome. examen pour «pré- réunir Framatome et Co- Mais il est aussi gage, selon les calicots portent les mê- Le boss d’Orano mise enfin
Oublions les ava- LE MOT sentation et publi- gema, les deux bras armés du lui, de «refondation» et d’une mes couleurs lors de leurs sur une organisation «plus
nies du passé et DU JOUR cation de comptes nucléaire français. Rachetée «ambition nouvelle» : «Don- opérations antinucléaires. lean» (agile), malgré le poids
tournons-nous inexacts» et «faus- par EDF l’an dernier, la bran- ner toute sa valeur au nu- L’ensemble de cette opéra- de ses 3 milliards d’euros de
vers un avenir nucléaire ra- ses informations» dans le ca- che réacteurs Areva NP a, cléaire», l’énergie décarbon- tion de rebranding coûtera dettes. Alors, pour complaire
dieux –d’ailleurs le jaune du dre du dossier Uramin. Cette elle, repris le nom de Frama- née qui permettra de «diviser quand même la bagatelle à ses nouveaux actionnaires
nouveau logo «est aussi pour sombre affaire de mine tome. Le reste d’Areva, qui par deux les émissions de CO2 de 5 millions d’euros. japonais MHI et JNFL qui ont
les Français la couleur du so- d’uranium survalorisée, à la- réunit les activités «amont» d’ici à 2050». Signe que le pris 10 % du capital au côté
leil et de l’énergie» : c’est le quelle s’est ajoutée celle (mines et enrichissement groupe, même ripoliné, garde Cancer. «Marcher sur deux de l’Etat français, le groupe
message qu’a tenté de faire des «anomalies» à l’usine d’uranium) et «aval» (entre- les deux pieds dans l’atome, jambes», c’est donc le nouvel va relancer un nouveau pro-
passer Philippe Knoche, aux du Creusot et le chantier posage et recyclage des dé- le double «O» d’Orano et la horizon d’Orano. Le groupe gramme, «Value 2020», vi-
commandes d’Areva de- calamiteux du réacteur EPR chets nucléaires) du combus- circonvolution jaune qui sur- veut se développer dans les sant à dégager 250 millions
puis 2014 et désormais pa- finlandais, a failli couler tible, a préféré changer de monte le logo symbolisent deux métiers qui lui restent: d’euros d’économies par an à
tron du nouvel Orano, lors l’ancien Areva : début 2015, papiers d’identité : va donc aussi l’activité «circulaire», la production de combusti- cet horizon. Un objectif qui
d’une conférence de presse, le groupe avait avoué une pour «Orano», nom trouvé des mines d’uranium au «re- ble et de déchets vitrifiés, et préoccupe bien plus les syn-
mardi, au sommet de la perte de 5 milliards d’euros par l’agence Brandesign, évo- cyclage» en combustible l’ingénierie et les services dicats que la nouvelle livrée
fameuse tour Areva. et appelé au secours l’Etat quant Ouranos, la divinité d’une faible partie des dé- attachés au démantèlement jaune d’Orano. •
Libération Mercredi 24 Janvier 2018 www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe u 19

LIBÉ.FR
Pour être écolos au boulot
Etre écoresponsable au travail, c’est pas
bien difficile. Le rapport Eco-responsable
au bureau publié par l’Agence de l’environnement et de la
maîtrise de l’énergie (Ademe) s’attaque aux comportements
énergivores et délivre des astuces pour lutter contre le gas-
pillage. Eclairages inutiles, imprimantes utilisées à mauvais
escient, radiateurs allumés lorsque les fenêtres sont ouver-
tes… tout y passe. Classique mais efficace.

Prisons Echec
des négociations Affaire Gallet: ce que contient
Entre les syndicats de
surveillants de prison et le
gouvernement, le bras de
le jugement du tribunal
fer se poursuit. Les pre- «Au regard des hautes res- pas être «un spécialiste des
miers ont quitté mardi la ponsabilités qui lui avaient marchés publics».
table des négociations été confiées à la tête de l’INA Dans l’entourage du PDG
avec la ministre de la Jus- au moment des faits, de la de Radio France, le style
tice, Nicole Belloubet, et parfaite conscience qu’il du jugement est vu comme
appelé à poursuivre le avait alors de ses agisse- une nouvelle manifestation
mouvement de blocage ments délictueux […], le tout de la volonté de nuire à son
des prisons, qui dure de- au regard de sa formation égard, déjà dénoncée par la
puis neuf jours. «Sur toute universitaire et de sa défense lors du procès.
AFP

notre plateforme, on n’a brillante carrière passée, il «C’est un jugement excessif Inondations La Seine et le Rhin en crue,
pas eu le dixième des ré- convient de condamner Ma- sur la forme et sur le fond», une femme retrouvée morte noyée
ponses que l’on attendait», thieu Gallet à un an d’empri- marchés publics». Or l’ex- s’indigne un proche, qui
a dénoncé, devant le mi- sonnement [avec sursis].» patron de l’INA a été re- pointe l’évocation, dans le Les intempéries qui touchent la France ont fait un mort: une
nistère, le secrétaire géné- Ainsi se conclut le juge- connu coupable des quatre texte du jugement, de femme de 60 ans a été retrouvée noyée dans la rivière de la Bru-
ral du syndicat Ufap-Unsa ment, particulièrement dur chefs, «sciemment commis» contrats de conseil dont le che, à Molsheim (Bas-Rhin). France Bleu rapporte qu’elle aurait
(majoritaire) Jean-Fran- pour l’intéressé, du tribunal selon le tribunal. tribunal n’était pas saisi. glissé sur la berge en voulant observer le cours d’eau. Les ni-
çois Forget. FO et la CGT de Créteil daté du 15 janvier, D’où la sévérité de la peine, Passés avec les sociétés veaux du Rhin et de la Seine ont continué de monter mardi,
Pénitentiaire ont égale- lu par Libération et par le- qui a surpris au-delà du Bernard Spitz Conseil contraignant les autorités à prendre des mesures de précaution
ment quitté la table des quel l’actuel PDG de Radio cercle de proches du con- (119 000 euros en 2011), à Strasbourg et Paris, tandis que 26 départements étaient en
discussions. De son côté, France a également été damné. «Tous les témoigna- Chrysalis (55 000 euros vigilance orange pour risque de crues. «On s’attend à un pic
la ministre a «formulé un sanctionné d’une amende ges convergent vers une vo- en 2014) et OpinionWay de crue […] dans la journée de vendredi», a indiqué Jean-Marc
certain nombre de propo- de 20 000 euros. lonté constante de Mathieu (116850 euros en 2010-2011), Dolmière, adjoint au directeur de Vigicrues. PHOTO AFP
sitions assez significa- Mathieu Gallet, qui a fait ap- Gallet de se détacher des ils présentent, selon le juge-
tives» pour un montant pel, était poursuivi pour des obligations en matière de ment, des irrégularités.
de 30 millions d’euros, irrégularités dans l’attribu- marchés publics», assène le Mis sous pression par le Affaire Maëlys Pas de remise en liberté
a plaidé son porte-parole. tion de marchés lorsqu’il di- jugement. Le texte n’est pas gouvernement, qui l’a ap- pour Nordahl Lelandais
Dont «une prime liée au rigeait l’Institut national de dénué d’une ironie légère, pelé à démissionner après
personnel qui travaille l’audiovisuel (INA) entre plutôt inattendue à tel en- sa condamnation, le PDG de La demande de remise en liberté de Nordahl Lelandais, mis
dans les établissements 2010 et 2014: l’un avec le ca- droit : «On peut supposer Radio France sera audi- en examen pour le meurtre de la petite Maëlys disparue
sensibles», qualifiée de binet Roland Berger Stra- qu’il n’est pas nécessaire de tionné le 29 janvier par le en août en Isère, a été rejetée, a indiqué le parquet de Greno-
«prime à l’agression» par tegy pour 289 000 euros, rappeler [à Mathieu Gallet] Conseil supérieur de ble. «Le juge des libertés et de la détention […] estime que la
FO et la CGT. A l’Assem- l’autre avec la société de l’adage pourtant connu du l’audiovisuel, qui a seul le détention est nécessaire à la poursuite de l’instruction», a dé-
blée, le Premier ministre conseil Balises pour très grand nombre selon le- pouvoir de le démettre. «Ma claré le procureur de Grenoble, confirmant une information
a, lui, professé sa «solida- 130 000 euros. Ils ont valu quel, en matière pénale, nul responsabilité, c’est l’indé- du Dauphiné libéré. Dans ce dossier, le principal suspect
rité» avec les surveillants, au prévenu quatre chefs n’est censé ignorer la loi», pendance du CSA», a com- clame son innocence depuis son interpellation fin août, quel-
se disant prêt à examiner d’accusation pour «atteinte est-il écrit, en réponse à la menté mardi son président, ques jours après que la petite fille de presque 9 ans s’est volati-
des «mesures indemnitai- à la liberté d’accès ou à l’éga- stratégie de défense du diri- Olivier Schrameck. lisée lors d’une soirée de mariage à Pont-de-Beauvoisin. Le
res spécifiques et ciblées». lité des candidats dans les geant, qui avait plaidé ne JERÔME LEFILLIÂTRE suspect devrait faire appel devant la chambre de l’instruction.

Salaires hommes-femmes: quatre leviers à l’étude


La ministre du Travail, Mu- accord relatif à l’égalité pro- tent pas de plan d’action. ployeurs. Depuis que les
riel Pénicaud, a évoqué ce fessionnelle. Et 60 % des Problème : les pénalités ne données sont genrées, on dis-
week-end dans le JDD sa 50 plus grosses branches sont pas effectives. tingue très clairement les iné-
volonté d’élaborer «un plan d’activité ne disposent pas galités entre les femmes et les
d’action d’ici à la fin mars» d’accord valide. Une dé- 3Dans son rapport, le hommes.»
après concertation des «par- faillance quantitative qui Cese recommande
tenaires sociaux» pour sup- s’additionne – d’après le «une dimension genrée» dans 4 Avec le plus petit bud-
primer, avant la fin du quin- Cese– à une problématique chaque étude sur les politi- get du gouvernement
quennat, l’écart salarial qualitative puisque les quel- ques entrepreunariales. (20,1 millions pour l’an-
de 9% existant entre les fem- ques dispositifs mis en place Cette généralisation des née 2017), le secrétariat
mes et les hommes à poste «manquent fréquemment «statistiques sexuées» per- d’Etat chargé de l’Egalité Architecture Bordeaux inaugure
égal. Le Conseil économi- d’objectifs, de stratégies et mettrait, selon Christelle entre les femmes et les hom- l’Arena de Rudy Ricciotti
que, social et environne- d’indicateurs chiffrés pour Gillard, coordinatrice du mes manque de moyens
mental (Cese) a rendu mardi parvenir à l’égalité profes- projet, de cibler les difficul- pour remettre en cause Après deux ans de chantier, Bordeaux inaugure mercredi la
au gouvernement «son projet sionnelle». tés et de proposer des mesu- «la racine des inégalités». «Bordeaux Métropole Arena», dont la jauge varie de 2 500
de résolution» après quatre res plus efficaces en matière Le Cese demande donc à 11300 places. Signée par l’architecte Rudy Ricciotti, concep-
mois de réflexion. Libération 2 Depuis le 4 août 2012, d’égalité. Un exemple con- un «accroissement significa- teur, entre autres, du Mucem à Marseille et du stade Jean-
a pu consulter le document. il existe bien une loi cret: les accidents de travail. tif des crédits dédiés aux ac- Bouin à Paris, cette salle de 17000m2 en forme de galet blanc
qui prévoit de sanctionner (à «Les enquêtes concernant ce tions interministérielles» permet l’accueil de concerts, de compétitions sportives et de
1 Selon les derniers chif- hauteur de 1 % de la masse sujet ont longtemps publié ainsi qu’une redistribution congrès. Premier à ouvrir le bal, le groupe Depeche Mode se
fres de la Direction salariale, c’est-à-dire de l’en- des données globales, ce qui plus logique de l’argent ré- produit ce mercredi soir. Suivront Charles Aznavour, Jamel
générale du travail, seules semble des salaires brut aboutissait systématique- cupéré par les sanctions fi- Debbouze, le Cirque du soleil ou le ballet du Bolchoï. Les ex-
34 % des entreprises de payés par l’employeur) les ment à des politiques très gé- nancières. ploitants du lieu, situé à Floirac, près de la Garonne, tablent
50 à 299 salariés ont signé un entreprises qui ne présen- néralistes de la part des em- ANAÏS MORAN sur plus d’une centaine d’événements par an. PHOTO AFP
20 u Libération Mercredi 24 Janvier 2018

IDÉES/
Ahed Tamimi ou l’impasse
défiance : peu importe s’ils utilisent
la violence, peu importe le nombre des
années de leur présence – ils n’obtien-
dront jamais sa soumission entière. Si
Tsahal rêve d’une soumission totale

de l’occupation des – qu’elle appelle «stabilité» ou «calme» –


elle peut continuer encore
cinquante ans, elle ne l’obtiendra pas.
La retenue dont ont fait preuve le capi-

Territoires palestiniens
taine et le premier sergent est admirable.
Je ne peux honnêtement pas dire si, dans
une position similaire, énervé, en colère,
j’aurais eu le même comportement. Peut-
être que ce soldat et cet officier ont re-
tenu leurs réactions instinctives parce

«L
La vidéo de la Palestinienne e but de l’Armée de défense que servir la société qui m’élevait et me qu’ils savaient, parce qu’ils sentaient que
d’Israël est de protéger l’exis- soutenait, que participer à la protection ces adolescentes ne représentaient pas
qui a giflé un soldat israélien tence de l’Etat d’Israël et son de mon foyer individuel et de ma patrie une menace sérieuse. Peut-être qu’ils ont
a fait le tour du monde. Pour indépendance, et de confondre tout effort collective était un privilège. Je me compris que le véritable danger de la si-
Yehuda Shaul, ancien de ennemi visant à perturber le mode de vie souviens de discussions avec mes amis tuation n’était autre que la caméra.
Tsahal, l’incarcération de la normal du pays.» lorsque nous avons reçu nos papiers de Malheureusement, dans les jours qui ont
jeune femme est le symbole La mission ainsi définie constitue le pré-conscription, et de notre anticipa- suivi, quand la vidéo est devenue «vi-
de cette situation «immorale premier paragraphe du code éthique, tion enthousiaste de ce moment où notre rale», Tsahal a échoué à faire preuve de la
et intenable» qui perdure et énonce les principes de «l’esprit de génération endosserait à son tour la res- même retenue que ses troupes sur le ter-
Tsahal». Cet esprit, mes amis et moi ponsabilité de défendre Israël. rain. L’opinion publique et des pressions
depuis des décennies. l’avions adopté bien avant d’être Mais aujourd’hui, des années plus tard, je diverses ont entraîné l’arrestation d’Ahed
conscrits dans l’armée. Tout au long de regarde la vidéo d’Ahed Tamimi et le cha- Tamimi et demandé son emprisonne-
mon enfance, j’ai été élevé et éduqué grin me submerge. Chagrin pour elle, ment jusqu’à l’issue de la procédure lé-
dans la certitude qu’un jour, mon tour pour les soldats qui lui font face, et pour gale, obtenu dans la décision du tribunal
viendrait de porter l’uniforme. Je croyais nous –pour le mensonge qu’on nous a fait militaire. Insister pour mettre Tamimi en
croire, et pour le fossé immense qui existe prison et l’inculper pour douze crimes et
entre cette illusion et la réalité des faits sur délits (de «menaces envers un soldat» à
le terrain. Ce qu’on voit dans cette vidéo, «agression et voies de fait graves») ne fait

FORUM
ce sont deux adolescentes dans la cour de que prouver ce qu’elle affirme: il est
leur domicile qui essayent de repousser impossible d’occuper et réprimer tout en
deux soldats armés de l’occupation. Elles restant sage et juste.
se servent de leurs mains, de leurs voix, et Cet incident montre, encore une fois, que
de leurs téléphones portables. Est-ce là le problème n’est pas le comportement
une menace à l’existence de l’Etat d’Israël du soldat sur le terrain. En réalité, cette
et à son indépendance? Non. affaire, qui représente quasiment une
La sécurité et l’indépendance d’Israël ne image inversée des incidents de type

COMMENT LUTTER
se jouent pas dans les rues de Nabi Saleh. «brebis galeuse» qu’on voit souvent et où
La mission de ces soldats, ce jour-là la faute est rejetée uniquement sur les
comme tous les autres jours, était d’ap- jeunes troupes, montre clairement que

CONTRE LES VIOLENCES pliquer l’occupation militaire et d’accroî-


tre le contrôle militaire exercé sur les vies
c’est le concept «contrôle et soumission»
qui est à la racine du mal. Après des

SEXUELLES ET SEXISTES des Palestiniens. Cette mission, qui com-


prenait l’entrée dans l’habitation des
décennies de service au cours desquelles
on a envoyé des soldats faire leur service

DANS LE MONDE
Tamimi, est, en fait, une mission conti- dans les rues et les ruelles de villes et de
nue, une mission sans fin. Appliquer et villages palestiniens, il est impératif que
maintenir l’autorité militaire exige au nous comprenions que l’occupation s’est

POLITIQUE quotidien un nombre infini de procédu-


res et d’actions. Tsahal utilise des termes
montrée en même temps immorale et in-
tenable, encore et encore. L’image de
UNE JOURNÉE DE DÉBATS et des codes comme «faire ressentir sa
présence» ou bien «donner un sentiment
Ahed Tamimi faisant face aux soldats est
un rappel: la nouvelle génération de
ANIMÉE PAR LA RÉDACTION DE LIBÉRATION de persécution». Un soldat qui faisait son Palestiniens ne se soumettra pas.
service à Naplouse il y a quelques années Nous pouvons, nous devons clore ce
a témoigné auprès de Breaking the Si- chapitre et en entamer un autre, et
lence : «Toute la routine là-bas se caracté- donner la possibilité aux jeunes –des

VENDREDI 9 FÉVRIER risait par une présence israélienne faite


pour intimider. Nous avons passé de nom-
deux côtés– de vivre dans la dignité, la
liberté et le respect. •

AU SÉNAT
breux après-midi au carrefour Beitot
[près de Naplouse] ou dans le coin, sim- Par
plement assis là, avec pour seul but de
À L'INITIATIVE DE LA SÉNATRICE susciter un sentiment de persécution.
YEHUDA SHAUL
ESTHER BENBASSA C’était ça, la visée de nos ordres de mis-
sion : susciter un sentiment de persécu-
tion chez la population palestinienne.»
Et voilà le crime d’Ahed Tamimi : elle a
refusé, elle refuse encore, de se sentir
Entrée gratuite sur inscription persécutée et de se soumettre. Même
DR

liberation.fr/evenements lorsque notre armée envahit encore et


Palais du Luxembourg encore sa maison. Même lorsque, non Soldat de Tsahal dans l’infanterie
15 rue de Vaugirard, 75006 Paris loin, il y a à peine une heure, on a tiré de combat au cours de la Deuxième
une balle en caoutchouc au visage de son Intifada, membre fondateur de l’ONG
cousin. Tamimi a résisté aux soldats par israélienne Breaking the Silence.
Libération Mercredi 24 Janvier 2018 www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe u 21

La Tunisie est une fabrique de traumatisés


A la différence des La Tunisie de l’intérieur, du nord-ouest, des il reposait sur des bases schizophréniques. Quel genre de bourbier est-ce ? Dans les
terres, du sud, de la périphérie des grandes Etat flic : le coup de matraque était possible contrées, des jeunes se cachent pour picoler
précédentes crises, villes est esclave d’une idée tordue: les auto- à tout moment, et un chèque en bois pouvait des bières chaudes la nuit et le jour, parlent
le mouvement de crates du passé ont décrété que ces gens chi- valoir un long voyage en cabane. Etat voyou: de devises comme des traders. Les taux du di-
contestation touche ches pouvaient survivre quoiqu’il arrive. A le taulier lui-même arnaquait au vu et au su nar, de l’euro et du dollar sont disséqués dans
l’ensemble du territoire, force de mépris et de médiocrité, ils ont insti- de tous. Sept ans après la révolution, le gou- des cafés, dont les murs fissurés suent la fleur
des villes défavorisées tutionnalisé la débrouille, laquelle est mère vernement à sec menace des foyers fauchés. d’oranger et le tabac de contrebande empoi-
de l’intérieur à certaines de lourdes pathologies. L’à-peu-près, la cor- Ces derniers paieraient donc pour les âneries sonné. Quelques mandats arrivent de l’étran-
banlieues populaires de ruption, la triche. Par endroits, le prof ré- d’antan, dont ils furent les premières victi- ger, et des jeux de paris en ligne font baver les
clame –de façon détournée– un pécule pour mes, tout cela en revoyant des trombines de moins lucides, qui s’endettent pour miser en
Tunis. A force d’austérité, ne pas saboter des parcours scolaires, et le l’ancien régime revenir aux affaires. vain sur des matchs singapouriens à forte
le pays n’en finit pas gardien de cimetière jure sur tous ses morts: cote. Les conversions de monnaie alimentent
de tourner en rond. parfois, des paumés chapardent le ciment en- les rêveries quotidiennes à propos d’exil –la
treposé à l’entrée dévolu à la restauration des Des étudiants France, l’Italie, l’Allemagne. Mais ça se mord
tombes. C’est péché, mais ça se revend.
se défoncent toujours la queue: il faut des ronds pour s’en

D
ans des coins reculés du pays, il ar- Quel genre de bourbier est-ce? Celui dans le- aller. Des Tunisiens ont manifesté, et le prési-
rive que des gens racontent leur dé- quel des étudiants se défoncent aux médica- aux médicaments dent de la République accuse la presse du
tresse comme une maladie dégénéra- ments réservés aux malades mentaux, des di- monde entier d’avoir exagéré l’ampleur du
tive. Ils disent que le pire n’est pas tant de plômés au chômage se reconvertissent en réservés aux malades mouvement. «Propagande.» Classique. Il
finir la tête à l’envers, mais d’avoir été vendeur de mandarines, et des montagnards mentaux, des diplômés n’empêche: pour chasser Ben Ali, beaucoup
conscient de l’issue trop longtemps à implorent Dieu de les libérer des cailloux. A se sont arrêtés net de faire la toupie. Et là, le
l’avance. Ils naissent, grandissent et tour- cela, l’Etat répond par l’austérité. Défaite. au chômage se gouvernement tunisien leur demande de s’y
nent en rond. Plus le temps passe, plus les
cercles rapetissent: à la longue, c’est comme
Avant d’être un exportateur de jihadistes, la
Tunisie est une fabrique de traumatisés. Le
reconvertissent en remettre pour une durée indéterminée.
RAMSÈS KEFI
s’ils faisaient la toupie. système de Ben Ali a grignoté les cerveaux, vendeur de mandarines. Journaliste à Libération

changements que nous avons per- Mais je suis Américaine! J’ai été éle-

Affaire Weinstein: mis. Nous étions enragées, et les fé- vée en tant que juive, être juive fai-
ministes actuelles bénéficient de sait de moi une marginale dans un
notre colère et de ses effets. Les re- pays chrétien, mais je suis complè-

«Il faudra attendre cent ans


lations entre hommes et femmes, tement sécularisée. Je ressens ma
par exemple, se sont améliorées. Ils judéité comme une des nombreuses
peuvent devenir amis, sans qu’il cultures qui me constituent mais
soit question entre eux de relations c’est une identité que j’ai abandon-

les changements radicaux» sexuelles. De mon temps, c’était née depuis plusieurs années. Ce-
impossible. pendant, faire partie d’une minorité
Pourquoi votre dernier essai depuis l’enfance m’a sûrement
s’intitule-t-il la Femme en trop et aidée lorsque je me suis engagée
la ville («The Odd Woman and dans le féminisme : il s’agissait de
Pour l’écrivaine et sollicitée par la presse américaine, colère, elles vont plus loin que les the City») ? défendre les intérêts d’une autre
lorsque les femmes et le féminisme Américaines. Et si les Françaises C’est ainsi que l’on surnommait les minorité. Et puis j’aime parler
féministe américaine, sont en jeu. Son dernier livre, inti- sont tellement en colère aujour- féministes il y a cent ans. Nous yiddish. Mes parents parlaient yid-
Vivian Gornick, tulé la Femme en trop et la ville, fut d’hui, c’est parce que votre société avons reçu plusieurs surnoms: fem- dish et j’aime penser que je suis in-
qui milite depuis plus publié aux Etats-Unis en 2015. Il pa- est restée sexiste tandis que la nôtre mes libérées, femmes li- telligente, bête, stupide
de cinquante ans, raîtra en France à l’automne pro- progressait. Maintenant que les bres, nouvelles femmes, en yiddish. En France
«nous vivons chain, chez Rivages. Françaises prennent la parole, elles et femmes en trop. Je aussi le désir d’être assi-
un tremblement Que pensez-vous de l’affaire sont très engagées. Quoi qu’il en suis la femme en trop. milé est fort, non ?
de terre émotionnel». Weinstein ? soit, aux Etats-Unis le mouvement De quelle façon vivez- Oui.
Pour les vieilles féministes comme concerne des milliers de femmes de vous votre vieillesse? Eh oui, bien sûr, parce
Les transformations moi, c’est une surprise, une bonne tous les milieux. La situation ne va Très bien, puisque je ne que la France est antisé-
plus profondes surprise, une récompense aussi, de pas évoluer énormément, mais un suis limitée en rien. Je mite! Plus que ne le sont
viendront plus tard. voir des femmes prendre peu tout de même. Je n’ai jamais imaginé ma les Etats-Unis. Vous
la parole pour la première pense qu’il faudra cent ans vieillesse lorsque j’étais pouvez vivre toute votre

A
gée de 85 ans, habitant seule fois, même si c’est une ré- pour que les changements jeune, mais elle se passe vie ici en oubliant que
dans un grand appartement plique de ce que nous di- soient radicaux. Pour le très bien. Je vis la même vous êtes juif, si vous en
de Greenwich Village, Vi- sions dans les années 80. moment, nous vivons un vie que toujours : j’ai ATTACHEMENT avez envie. Il y a plein
vian Gornick est une figure de la vie Cependant, je suis parta- tremblement de terre beaucoup d’amis, de FÉROCE d’antisémites, là n’est
DR

intellectuelle new-yorkaise. Ses gée: je veux que les hom- émotionnel, mais lente- connaissances ; je sors de VIVIAN GORNIK pas la question, mais
chroniques féministes, écrites dès mes soient punis, qu’ils ment, se mettront en place énormément, et par- Rivages, l’antisémitisme n’est pas
les années 70 dans le journal Village regrettent ce qu’ils ont fait, mais je des changements rationnels et pro- dessus tout, je travaille. 221 pp., 20€. une culture profonde de
Voice, l’ont rendue célèbre. En 1987, n’ai pas envie non plus de voir des fonds. L’écriture est ce qui notre pays comme il l’est
elle publiait un récit autobiographi- femmes perdre leur emploi ou dé- Pouvez-vous comparer le fémi- maintient mon esprit en vie. Je suis en France ou en Angleterre. A
que qui devint un livre culte: Atta- truites à cause de ces révélations. nisme actuel et celui de votre gé- vraiment reconnaissante envers New York, presque tous mes amis
chement féroce, traduit l’an dernier Est-ce que les choses se passent de nération ? mon temps, le milieu et la ville dans sont juifs, mais nous n’en parlons
seulement en France (éditions Riva- la même façon en France ? Vous Ma génération, la seconde vague de lesquels je suis, de me permettre de pas du tout. Et je ne suis pas une en-
ges). C’est la relation d’amour et de avez un mouvement «Me too» ? féministes américaines, était vi- vivre dans cet état. J’espère vivre nemie d’Israël, mais je n’en suis pas
haine entre sa mère et elle que dési- Le slogan n’est pas le même en sionnaire, et grâce à nous est né un jusqu’à 100 ans, et partir dans mon non plus particulièrement une
gne le titre de ces mémoires. Vivian France, c’est «Balance ton porc». mouvement politique plus large. sommeil. amie.
Gornick écrit toujours et régulière- Vraiment? (Rires) Vous savez quoi? Les féministes d’aujourd’hui ne Quelle part tient votre judéité Recueilli par
ment des tribunes et continue d’être Lorsque les Françaises sont en sont pas politisées. Elles vivent des dans votre vie ? VIRGINIE BLOCH-LAINÉ
22 u Libération Mercredi 24 Janvier 2018

Minc lance à ses

IDÉES/ amis du CAC 40


un avertissement
sonore : vous
avez perdu le
sens commun,
C
omme le beaujolais Minc constate, et en vient
LA CITÉ DES LIVRES nouveau, chaque an-
née, se laisse boire, le
vous allez être
rattrapés par une
même à déplorer, l’inanité des
réponses de la gauche classi-
nouveau Minc se laisse lire. que à ces phénomènes et pré-
Depuis près de quarante ans, révolte qui voit «une onde de choc socié-
l’énarque-conseil, essayiste tale violente» qui prendra la
touche-à-tout, fait paraître un pourrait bien forme d’un «populisme protes-
opus, sur des sujets aussi di- ébranler les tataire et quasi révolution-
Par vers que la technologie, l’Etat- naire». A bon entendeur pa-
LAURENT JOFFRIN providence, l’argent, les intel- positions de tronal, salut…
lectuels, la nation, l’Allema-
gne, Mirabeau, Keynes, Spi-
pouvoir que vous Décidément en verve et adepte
du contre-pied, le théoricien
noza, Napoléon III, Jean croyez si solides. de la «mondialisation heu-
Minc le rouge Moulin, le mal français ou
l’après-crise. A chaque fois, vient le mauvais temps, il
reuse» s’en prend aussi aux
Gafa (les sociétés géantes Goo-
armé d’une rare capacité de lance à ses amis du CAC 40 un gle, Amazon, Facebook et Ap-
Préoccupé par le creusement inexorable des inégalités, synthèse, il exprime un cer- avertissement sonore : vous ple) dont l’empire s’étend de
le monopole des Gafa ou le réchauffement de la planète, tain air du temps et, surtout, avez attigé, vous avez perdu le plus en plus sur la planète, ap-
Alain Minc imagine le monde de demain en évoquant l’humeur d’un establishment sens commun, vous allez être puyé sur un monopole de fait,
notamment «la vague qui gronde» de l’opinion face à français qu’il fréquente assi- rattrapés par une révolte qui ou un oligopole, échappant à
dûment et irrigue de ses avis pourrait bien ébranler les po- l’impôt et parlant aux Etats
l’injustice du capitalisme. informés. Cette fois, il traite sitions de pouvoir que vous démocratiques d’égal à égal.
d’un thème qui laisse toute sa croyez si solides. «Demain une L’idéal serait pour lui de les
place à l’imagination: l’avenir. révolution?»: tel est le titre du faire éclater par une loi simi-
Signe des temps: Minc est pré- premier chapitre, alarmiste laire à la loi antitrust qui avait
occupé. Tel la grenouille dans – ou lucide – à souhait. Dia- démantelé la Standard Oil et
son bocal, qui s’agite quand gnostic simple: les inégalités quelques autres mastodontes
ont tellement progressé dans du siècle dernier, dirigés par
nos sociétés que nous ris- les «barons voleurs». Mais le
quons une thrombose politi- gouvernement américain s’y
L'ŒIL DE WILLEM que. Déjà la jeune génération
se tourne vers Bernie Sanders
opposera. Seule l’Europe, en
tapant au portefeuille, est à
aux Etats-Unis, Jeremy Cor- même de limiter la puissance
byn en Grande-Bretagne, de ces nouvelles féodalités
Jean-Luc Mélenchon en planétaires qui menacent la
France, tous personnages que vie privée, les ressources pu-
Minc aurait en d’autres temps bliques et même la souverai-
tenus pour négligeables, mais neté des nations. Une fois son
qui lui semblent aujourd’hui quart d’heure révolutionnaire
exprimer une large part de passé, Minc fait aussi le tour
l’opinion. «C’est le symptôme de questions brûlantes, telles
d’une vague qui gronde», que le réchauffement climati-
écrit-il, d’une frustration d’un que, la crise du Moyen-Orient,
climat «pré-1968». Diable! Ce ou l’isolationnisme américain,
n’est plus Alain Minc, c’est où il exerce son talent de clari-
Alain Marx. Et l’origine de ce ficateur, quoi qu’on pense par
nouveau spectre qui hante les ailleurs de ses idées, aimable-
démocraties libérales? L’injus- ment libérales en général, plus
tice du capitalisme, régime subversives par à-coups. Le
aussi efficace qu’inégalitaire. tout donne un précis utile des
«Toute la richesse créée depuis grands problèmes qui caracté-
un quart de siècle, poursuit risent ce début de XXIe siècle.
Minc, est allée à cette étroite Mais reflète surtout l’inquié-
minorité et, en son sein, de fa- tude qui commence à étrein-
çon prépondérante, aux privi- dre les classes dirigeantes de-
légiés d’entre les privilégiés, les vant l’étendue des difficultés
0,01%, avec pour conséquence qu’elles ont elles-mêmes sus-
une stagnation, voire une lé- citées. •
gère baisse du pouvoir d’achat
moyen du reste de la popula-
tion.» Ce n’est pas seulement
une question d’argent. Les iné-
galités de formation, de statut,
de conditions de travail ont el-
les aussi explosé. «Une nou-
velle division s’instaure au sein
du monde du travail entre
l’univers salarial d’hier, abrité
derrière les protections acqui-
ses au fil des décennies, et les
nouvelles formes d’activité en
apparence les plus modernes,
puisque nées de la révolution ALAIN MINC UNE HUMBLE
technologique, mais qui re- CAVALCADE DANS LE
trouvent les traits de l’aliéna- MONDE DE DEMAIN
tion ouvrière d’autrefois.» Grasset, 190 pp., 17 €.
Libération Mercredi 24 Janvier 2018 www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe u 23

phes, de graphistes… et toute la catégorie nous assistons, où les créations n’ont sans
socioprofessionnelle des artistes et doute jamais été aussi vivantes, variées,
auteurs. enthousiasmantes, et les auteurs aussi
Dans ce contexte, différentes actions ont pauvres – dans leur grande majorité. Pour-
été menées au Salon du livre jeunesse de tant, comme le rappelle fréquemment
Montreuil par la Charte des auteurs et il- Françoise Nyssen, actuelle ministre de la
lustrateurs jeunesse, suivie par le syndicat Culture et ancienne codirectrice de la mai-
Snac-BD et par le CAA, regroupement son d’édition Actes Sud (et Actes Sud BD) :
spontané d’artistes-auteurs dont nous la condition de la diversité culturelle, c’est

Auteurs de BD
nous réclamons. la juste rémunération des artistes et des
Dans le même temps, une solution provi- créateurs.
soire à la hausse de la CSG a été validée par Autrices et auteurs de bande dessinée,
le gouvernement : elle sera compensée nous profitons de cette 45e édition du Fes-
pendant un an, sous une forme indétermi- tival international de bande dessinée

en danger née et financée sur le budget du ministère


de la Culture.
Qu’adviendra-t-il ensuite ? Nous l’igno-
rons, et malheureusement ce n’est pas le
seul problème que rencontrent les auteurs
d’Angoulême pour appeler nos consœurs
et confrères à l’unité, et demander qu’en-
fin une réflexion de fond, globale, avec
tous les acteurs du livre, soit mise en place
pour penser notre statut, notre protection

L
Un tiers des auteurs a hausse récente de la CSG pour l’en- aujourd’hui. Ils continueront de subir un sociale, et nos rémunérations. C’est une
de bande dessinée vivent semble des actifs et des retraités, an- régime de retraite dont le mécanisme de urgence. •
noncée dans un premier temps sans cotisation les met en péril, même si les
sous le seuil de pauvreté.
compensation pour les artistes et auteurs, syndicats d’auteurs ont pu obtenir que le Par
Alors que le festival a été un déclencheur pour beaucoup d’en- pire, pour certains, soit évité. Ils continue-
d’Angoulême s’ouvre tre nous. Il n’est plus possible d’observer ront de voir leurs droits d’auteurs inexora-
LE COLLECTIF
ce jeudi, la précarité sans réagir, année après année, la préca- blement baisser. ARTISTES AUTEURS
de ceux qui fournissent rité croissante de nos professions. Dans le cas de la bande dessinée, il est dé-
la matière première Pour rappel, voici quelques chiffres tirés sormais fréquent de se voir proposer Premiers signataires:
à un marché en excellente de l’étude menée par les Etats généraux de 7000 euros, souvent moins, pour accom- Benjamin Adam, Pénélope Bagieu, Karine
la Bande Dessinée, publiée en 2017 : plir une œuvre qui nécessite un an de tra- Bernadou, Gwen de Bonneval, Guillaume
santé économique Bouzard, Florence Cestac, Nicolas de
- 53% des auteurs de bande dessinée ga- vail à temps plein. Le marché du livre et
est paradoxalement gnent moins de l’équivalent du Smic, son économie se sont construits sur cette Crécy, Camille Jourdy, Violaine Leroy,
croissante. - 36% sont sous le seuil de pauvreté, précarité. Nous fournissons textes et ima- Delphine Panique, Cyril Pedrosa, Aurore
- 55% d’entre eux travaillent le week-end, ges, matières premières du secteur de la Petit, Leslie Plée, Éloïse Rey, Anouk
trois fois par mois ou plus… bande dessinée (éditeurs, diffuseurs, dis- Ricard, Loïc Sécheresse, Hervé
Les autrices et auteurs de bande dessinée tributeurs) dont la presse, chaque année, Tanquerelle, Didier Tronchet, Lewis
ne forment pas une petite caste de privilé- à l’occasion du festival d’Angoulême, rap- Trondheim, Fabien Vehlmann…
giés. En vérité, ils sont épuisés, comme pelle l’excellente santé économique. Et 300 autres signataires sur :
beaucoup d’illustrateurs, de photogra- C’est un étrange jeu d’équilibriste auquel https://collectifartistesauteurs.tumblr.com

CHAQUE MERCREDI
À 20H50
© Abacapress
DeBonneville-Orlandini

PLUS FORT QUE LA FICTION


24 u Libération Mercredi 24 Janvier 2018

«PENTAGON PAPERS»,
espions) avoir trouvé une forme de maturité:
le «film de chambre», principalement tourné
en intérieur, où les confrontations sont avant
tout verbales et les aventures sont les chemi-
nements moraux qui mènent à des décisions
(lire ci-contre). Pentagon Papers pousse très
loin cette tendance, en parvenant à créer un
haletant suspense uniquement avec des dis-
cussions, des réunions et des échanges télé-

LEAKS DE LUXE
phoniques. Comme dans presque chaque film
de Spielberg, tout tourne autour d’un objet
fascinant, obsédant, mais ici l’apparition ex-
traordinaire, le trésor, le miracle n’est qu’un
document photocopié de 7 000 pages, – un
rapport secret du département de la Défense
des Etats-Unis détaillant le processus déci-
sionnel du gouvernement américain pendant
la guerre du Vietnam, révélant notamment
que l’envoi de troupes fut décidé avant l’enga-
gement officiel, puis prolongé pour ne pas
perdre la face alors que la défaite était depuis
longtemps prévisible. Le film suit précisé-
ment le trajet du document, de son vol par
Daniel Ellsberg dans un coffre de la Rand Cor-
poration à sa retranscription par des journa-
Relatant la révélation des documents Par
MARCOS UZAL
listes, en passant par son patient photoco-
piage et sa circulation dans diverses boîtes,
secrets sur la guerre du Vietnam toujours ouvertes avec une fascination enfan-

A
vec le recul, on constate que la tine par leurs destinataires.

en 1971, Steven Spielberg héroïse seconde partie des Dents de la mer


– où, pendant cinquante minutes, CHOIX, RISQUES
ET NÉGOCIATIONS
dans un film haletant le contre-pouvoir trois hommes confinés dans un bateau con-
versaient en attendant un requin– annonçait Mais ces tiroirs que l’on ouvre et ces couver-
une veine du cinéma de Spielberg, dans la- cles que l’on soulève ne sont que les prémices
journalistique et l’émergence des quelle celui qui fut considéré comme le chan- de sa mise au jour définitive, où le secret
tre du grand spectacle adolescent semble de- d’Etat pourra courber le cours de l’histoire en
premiers lançeurs d’alerte. puis quelques films (Lincoln, le Pont des devenant public dans les colonnes de deux
Libération Mercredi 24 Janvier 2018 www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe u 25

Tom Hanks

CINÉMA/
et Meryl Streep
incarnent le
rédacteur en chef
et la propriétaire
du Washington Post.
PHOTOS UNIVERSAL
PICT. INTERNATIONAL

Spielberg, aventurier
cadre économique. Il est ainsi à l’origine
d’une découverte appelée «paradoxe d’Ells-
berg», démontrant que lorsque deux choix
s’offrent à nous, on penche généralement
pour celui dont la loi de probabilité est la plus
connue. Autrement dit: on préfère le risque,
dont les conséquences possibles sont
connues, à l’incertitude, dont l’issue est
de l’âge perdu
inconnue. Mais s’ajoute ici un facteur essen- A 71 ans, le cinéaste tagon Papers et un certain «esprit de sé-
tiel : l’éthique. Pour Katharine Graham, le est désormais le maître rieux» qui semble avoir conquis le cinéma
dilemme est de trahir quelques amitiés (dont étoilé du créateur des Rencontres du troi-
un lien de proximité de longue date avec
d’œuvre d’un cinéma bien sième type ? D’excellente facture certes, ils
Robert McNamara, secrétaire à la Défense plus sombre, loin de l’image interrogent l’Amérique, l’Histoire de ma-
de 1961 à 1968 et commanditaire du rapport d’enfant qui ne voulait nière fort intelligente. Mais quelque chose
secret) et de mettre en péril son journal pour pas grandir attachée s’est assagi en eux, apaisé. Et il faut parfois
qu’éclate la vérité; c’est-à-dire choisir de faire à ses premiers films. gratter derrière une once d’académisme
prendre le maximum de risques à ses intérêts (édifiée avec la complicité de son chef op at-

A
personnels au nom de l’intérêt commun. On lors que certains cinéastes améri- titré, Janusz Kaminski) pour retrouver de la
retrouve là l’éthique pragmatique tant célé- cains (David Lynch, Michael Mann) fraîcheur – Lincoln, grand film sur la
brée par le cinéma classique américain (Ford, dévient peu par rapport à leur statut démocratie caché sous une image poussié-
Hawks), où la bravoure politique est moins le initial, Steven Spielberg, au bout de presque reuse. Il semble cette fois qu’à 71 ans, le papa
fruit d’une pensée, et encore moins d’une cinquante ans de carrière, aura tout connu: d’E.T. soit en effet devenu un adulte.
idéologie, qu’un geste juste ou une bonne dé- enfant prodige avec Duel à 25 ans, un «pre-
cision accomplis au bon moment. Et par le mier film parfait» (l’expression est de Fran- Fougue. Mais alors, quid de ces miraculeu-
seul courage de sa décision, c’est-à-dire par- çois Truffaut) ; inventeur du blockbuster ses années 2000 ? Si ce n’était pas l’ère
delà sa classe sociale et ses connivences poli- avec les Dents de la mer; roi du monde et de adulte, on comprend à présent que c’était
tiques, cette riche héritière se retrouvera révé- l’enchantement des années 80 dans le en fait l’adolescence de Spielberg bien sûr,
rée comme un exemple par des hippies et des sillage d’E.T., ce «rêve de film» (selon le criti- âge traversé de mille pulsions, où la noir-
féministes, avec lesquels elle avait a priori que Jean Narboni) ; symbole honni du ci- ceur hante, mais où en même temps les em-
bien peu à voir. néma pop-corn et du merchandising à ballements sont toujours flamboyants et les
outrance un peu plus tard; cinéaste unani- fêlures grandioses, comme la stridence dou-
À CONTRE-COURANT mement acclamé et respecté aujourd’hui. loureuse d’un enfant mal aimé nichée
DE L’ÉPOQUE Mais s’il y a bien une chose qui a presque tou- au cœur du kitsch de AI ; la paternité dé-
Spielberg parvient, par une mise en scène jours accompagné sa carrière, c’est son image faillante de Tom Cruise bouleversée au
aussi enjouée que précise, à faire partager au d’enfant qui ne voulait pas grandir, de «Peter cœur de l’apocalypse dans le plus grand film
spectateur l’enjeu de chaque échange, l’exci- Pan» du cinéma. On guettait chaque fois le post-11 septembre qui fut, la Guerre des
Spielberg parvient, tation de chaque découverte et décision. Dans
ce didactisme euphorisant, à contre-courant
moment ou le grand gamin passerait à l’âge
adulte : la Couleur pourpre, peut-être ?
mondes; ou la virtuosité pop du bonbon rose
au cœur noir Arrête moi si tu peux avec un
par une mise en scène du pessimisme de l’époque, réside aussi la di- La Liste de Schindler? Mais non, ce n’était ja- Leonardo DiCaprio éblouissant. Cheval de
mension politique de cette ode au contre- mais encore tout à fait le moment… Au tour- guerre (2011), drôle d’objet qui en son temps
aussi enjouée que pouvoir que représente le journalisme lors- nant des années 2000, lorsqu’il a exploré une a pu refroidir par son pompiérisme, nous
précise, à faire partager qu’il est pratiqué avec indépendance et témé- veine vraiment sombre, surprenante, com- semble aujourd’hui finalement, avec sa fou-
rité. Le film est notamment très beau dans sa plexe, avec des films comme AI, la Guerre des gue et ses «visions» de cinéma enflammées,
au spectateur l’enjeu façon de décrire la naissance intellectuelle et mondes ou Minority Report, on a dit que comme un dernier signe de cet état teenage.
de chaque échange, surtout matérielle d’un article, de sa première
version tapée à la machine jusqu’au petit ma-
c’était enfin arrivé. Les fans de la première
heure, déstabilisés, n’hésitaient pas à l’accos-
Signalons que Spielberg sortira dès la fin
mars un nouveau film, Ready Player One,
l’excitation de chaque tin où il est déposé devant un kiosque, après ter dans la rue: «Eh, on préférait vos films soit seulement deux mois après Pentagon
être passé par les presses et les rotatives, –fil- d’avant, E.T. ou les Aventuriers de l’Arche per- Papers… Si le petit grain de folie semble être
découverte et décision. mées comme de fascinants robots par le réali- due, ils étaient plus marrants!» mis, pour l’heure, sous cloche, la vitalité de
sateur d’AI–, sans oublier le détail des ciseaux cet homme-cinéma absolu reste la preuve
qui coupent la sangle enserrant la liasse de Adulte. Que doivent-ils penser depuis le que l’enfant mort en lui n’est pas prêt de re-
journaux concurrents, le New York Times puis journaux avant leur mise en vente. début de la décennie, avec des œuvres noncer à ses merveilleux jouets.
le Washington Post en 1971. L’enjeu du film est Bien sûr, il n’est pas anodin que ce film, qui comme Lincoln, le Pont des espions ou Pen- CLÉLIA COHEN
donc moins le parcours du fameux dossier dit combien le journalisme doit être «au ser-
que les divers choix, risques et négociations vice des gouvernés et non des gouvernants»,
qui vont permettre sa diffusion dans les jour- surgisse à un moment où cette profession et
naux. Le rapport dévoile une suite de mauvai- l’idée même de vérité sont particulièrement
ses décisions, et c’est par un autre enchaîne- menacées par un président américain qui
ment de décisions qu’il pourra ou non être cultive l’art de la fake news jusqu’à discréditer
publié. L’essentiel se joue ici entre Benjamin toute forme d’information. Il est d’ailleurs sa-
Bradlee (Tom Hanks), rédacteur en voureux que Steven Spielberg ait
chef du Washington Post, et Katha- choisi de ne montrer Richard
rine Graham (Meryl Streep), pro- CRITIQUE Nixon que de très loin, à travers
priétaire du journal. Cette dernière l’embrasure d’une fenêtre de la
parviendra-t-elle à surmonter toutes les pres- Maison Blanche, comme une petite silhouette
sions extérieures – émanant du gouverne- énervée dans un obscur bureau, image déri-
ment, des financiers du journal, de ses soire du sale secret mal gardé, de l’arrogance
conseillers juridiques – jusqu’à donner son du pouvoir qu’un simple choix d’angle de ca-
feu vert à Bradlee ? méra suffit à relativiser. •
Il se trouve justement qu’Ellsberg, avant de
subtiliser les «Pentagon Papers», s’était dis- PENTAGON PAPERS
tingué par des études ayant comme sujet la de STEVEN SPIELBERG avec Meryl Streep,
«théorie de la décision», notamment dans un Tom Hanks, Sarah Paulson… 1 h 55. Steven Spielberg sur le tournage de Pentagons Papers.
26 u Libération Mercredi 24 Janvier 2018

Il n’y a aucune bizarrerie à voir Duras jeune sous les traits et l’allure de Mélanie Thierry. PHOTO LES FILMS DU LOSANGE

Duras au plus fort de «la Douleur»


Dans cette superbe Si on se pose toutes ces questions en la poignée de mois qui vont de la fin exemple? Plus tard, Marguerite est verte de l’extermination des Juifs,
adaptation du roman regardant la Douleur, le film d’Em- de la Seconde Guerre mondiale à la au restaurant le Saint-Georges, avec et avec elle, des survivants qui arri-
manuel Finkiel d’après le récit de Libération, aussi méticuleuse soit- Rabier, agent de la Gestapo (Benoît vent en grappes, mais au compte-
autobiographique Marguerite Duras publié en 1985 elle, n’apparaisse jamais de carton- Magimel, parfait dans le rôle de gouttes, gare d’Orsay. Le film n’a pas
de l’écrivaine, chez P.O.L, c’est bien sûr parce que pâte. Et cependant, de la couleur l’homme qui joue de son pouvoir, et peur de se confronter à la représen-
Emmanuel Finkiel chaque plan de cette adaptation y d’un rouge à lèvres à celui de la ten- se fait piéger à son tour). Elle boit, tation des déportés, joués par des fi-
recrée l’atmosphère répond magistralement. Comment? ture murale chez Marguerite, tout l’ivresse légère anesthésie l’an- gurants qu’il a bien fallu trouver.
inquiète de la En choisissant notamment de nous vise l’exactitude, il n’y a aucune dé- goisse, elle baisse les yeux et relève Leur donner un corps, un teint de
Libération de Paris. faire partager la synesthésie du per- sinvolture. la tête pour raconter à Rabier, peau, une allure, un regard, un dé-
sonnage de Marguerite, tout à son On est donc au plus près de Margue- qu’elle séduit, une histoire de charnement, sans sombrer dans

C
omment ça se filme, l’at- obsession, et on voit donc Paris avec rite, visage en très gros plan ; c’est sixième sens face au danger, et à cet l’ignominie ou l’obscénité : c’est
tente ? Et la ritournelle des ses yeux, on entend son brouhaha ainsi que le film s’ouvre, et d’emblée instant, dans l’expression bravache aussi une gageure, et il nous semble
pensées qui s’emballent et la rumeur de l’époque avec ses il n’y a aucune bizarrerie à voir Du- de l’actrice, c’est Duras qu’on voit que le film parvient à montrer l’im-
pendant l’attente, les mêmes phra- oreilles. On est enfermé avec elle, ras jeune sous les traits et l’allure de entièrement, à travers Marguerite, pression fantomatique et irréelle du
ses qui reviennent, la même scène dans elle, qui ne perçoit le dehors Mélanie Thierry, alors même que personnage de fiction. groupe de gens venus d’un ailleurs
imaginaire obsédante de retrou- que lorsque ses écoutilles s’ouvrent, les deux femmes ne se ressemblent encore inconcevable. Et puis il y a
vailles assurément illusoires, aussi c’est-à-dire jamais uniformément. pas. On entend des bribes du récit Survivants. On ne quittera donc la foule de Paris, qu’on voit ou en-
insistants, aiguisés, tenaces et perfi- C’est par l’usage de longues focales de Duras, en off, et c’est sa voix in- quasiment jamais Marguerite, mais tend, selon l’état de Marguerite, et
des que soient le mirage et l’imagi- – qui annulent la profondeur de time, son monologue intérieur, qui il ne faudrait pas croire que le film ce plan-séquence formidable, long
nation? Comment tient-on un film champ et donnent de l’épaisseur nous est donnée. C’est avec infini- la laisse seule (et nous avec) et n’ait travelling latéral, d’une traversée
sur ce fil, celui de l’oscillation entre aux différentes couches de flou qui ment de subtilité que l’actrice laisse pas l’audace de représenter Dionys nocturne de Paris au côté des bals
l’espoir le plus indestructible, et la l’entourent– qu’on accède aux per- parfois voir sur son visage des ex- Mascolo –l’amant de Duras et ami de la Libération silencieux. A tra-
certitude qu’il faut en finir, cesser ceptions visuelles de Marguerite pressions propres à Duras. Un d’Antelme –, ici macho et protec- vers ce jeu de mille-feuilles senso-
de croire que lui, Robert Antelme, isolée, alors même que la plupart teur: «Vous commencez à sentir, al- riel, le film est aussi politique, il
le mari, reviendra un jour (d’où, on des plans sont archi bondés. Et c’est lez vous laver», et Benjamin Biolay montre les équipes gaullistes se
ne sait pas encore), quitte à se tuer
pour éradiquer cet élan d’opti-
par le son que le hors-champ de
l’histoire en train de se faire nous
C’est par le son que se l’approprie formidablement en
jouant de son charme un peu mono-
mettre en place, les funérailles na-
tionales de Roosevelt, tandis que «le
misme qui ne cesse de pousser, arrive par rafales, ainsi que les le hors-champ de lithique. Ou encore, même, Fran- deuil du peuple, lui, ne se porte pas»,
comme l’herbe mauvaise entre bruits de la peur. çois Mitterrand, dit Morland (Gré- constate Marguerite.
deux dalles? Comment ça se repré-
l’histoire en train goire Leprince-Ringuet), qui le ANNE DIATKINE
sente et ça s’entend, une personne Inter. Car c’est l’autre intense qua- de se faire nous premier, apporte des nouvelles de
ayant réellement existé, Marguerite lité du film : réussir à capter une Robert Antelme mourant (Emma- LA DOULEUR
Duras, voix et visage connus, sacca- époque, la restituer, d’abord par les arrive par rafales, nuel Bourdieu), parmi les cadavres. d’EMMANUEL FINKIEL
des dans la diction reconnaissable
entre toutes, sans aucun ridicule, ni
sens, ce qui explique que le specta-
teur se sente constamment au pré-
ainsi que les bruits Il y a donc l’événement de la Libéra-
tion de Paris, sa gaîté extraordi-
avec Mélanie Thierry,
Benoît Magimel,
grimage, ni caricature ? sent, et que cette reconstitution de de la peur. naire, et simultanément, la décou- Benjamin Biolay… 2 h 06.
Libération Mercredi 24 Janvier 2018 www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe u 27

CINÉMA/
Liam Neeson,
pas sage passager
Dans «The Passenger», montage mêle avec dextérité les
film d’action pas fin gestes répétés de jour en jour au
mais spectaculaire, rythme du métro-boulot-dodo. Se
dresse là une véritable danse pour
l’acteur passe par tous quotidien usé, de fines ellipses et
les états, en ex-flic raccords ajustés au poil près, où
engoncé dans un ennui seul le vêtement et le teint varient.
routinier qui finit MacCauley-Neeson se fait alors
par bastonner tout le licencier. Le train-train quotidien de MacCauley (Liam Neeson) bascule. PHOTO STUDIOCANAL
monde dans le métro.
Ultimatum. Lors de son dernier passager avant un arrêt donné, et douceurs et menaces avec la même porte, c’est avant tout les coups por-

E
x-flic reconverti dans la trajet en compagnie des mêmes ha- comprendre ce qu’il détient. intensité, se retrouve à salement tés en exercice de style qui rempor-
vente d’assurances-vie, Mac- bituels passagers, vient à sa rencon- Le cinéaste espagnol se distingue bastonner des ennemis qui n’ont tent la bataille de notre attention.
Cauley, à l’entrée de tre pour couronner cette maussade rarement en maître de l’intrigue, ni que la moitié de son âge, tel un Jack Tel ce morceau de bravoure parmi
ses 60 ans (interprété par un Liam journée une mystérieuse femme (la par son intelligence des figures so- Bauer sanguin qui se serait retenu d’autres, en long plan-séquence
Neeson qui en affiche cinq de plus), trop rare Vera Farmiga, hermétique ciales: à la faveur d’un scénario au- d’uriner pendant bien 24 Heu- bien ficelé, où il se bat bec et ongles
prend tous les jours le Metro-North figure quasi hitchcockienne, tout delà de toutes frontières de la vrai- res chrono. Il enquille les allers-re- avec un ennemi, cascades virtuoses
Railroad afin de se rendre depuis juste entraperçue –cf. Bates Motel). semblance, des passagers aux pro- tours de voiture en voiture, jouant et ultimes prises de combat inventi-
Tarrytown à son travail à Manhat- Celle-ci lui lance une devinette fils divers vont subir sous moult à un genre de «Qui est-ce ?» sous ves à l’appui. On suit ici les capacités
tan. La séquence d’ouverture de inoffensive au premier abord: trou- délits de faciès soupçons et contre- haute tension, la figure chaque fois d’un Neeson comme l’on s’étonne-
The Passenger, nouveau film d’ac- ver dans son train de banlieue un soupçons, censés ici pointer les in- un peu plus blessée, pour osciller rait des multiples options d’un cou-
tion-baston de l’Espagnol Jaume passager intrus, en échange de la tolérances sous couverts d’huma- du soupçonneur au soupçonné. teau suisse, fasciné par la variété des
Collet-Serra –auteur il y a une éter- rondelette somme de 100000 dol- nisme de principe, tout en les re- outils, peu soucieux de ce qu’ils
nité du beau la Maison de cire, avec lars. Elle descend du train. MacCau- conduisant vers une discrimination Cascades. Ce combat incessant pourraient bien ouvrir.
Paris Hilton, et de tout un tas de ley trouve cet argent, qui existe bel positive non moins réjouissante. sous habitacle donne toute sa pétu- JÉRÉMY PIETTE
films sans caractère depuis avec et bien, puis tente de filer. Mais il en Non, décidément, c’est bien l’action lance au spectacle qui nous ferait
son acteur fétiche et homme à tout est empêché. Le défi se mue alors que Collet-Serra manie avec le plus oublier ses raisons: que MacCauley- THE PASSENGER
(dé)faire –, nous laisse croire un en ultimatum. L’ex-flic se retrouve d’adresse. Neeson lutte pour obtenir son RSA, de JAUME COLLET-SERRA
premier temps à un sursaut d’origi- consciencieusement surveillé et sa L’imbrisable Liam Neeson, au tim- pour sauver sa famille ou récupérer avec Liam Neeson,
nalité du genre, tandis que son famille menacée. Il doit trouver le bre légèrement feutré qui délivre un pot volé de dulce de leche, qu’im- Vera Farmiga… 1 h 44.

«Handia», un long périple


à pas de géant
Tiré d’un fait réel conte cette histoire vraie, sentimentale avec une tie du corps est paralysée
mais devenue légendaire femme atteinte de la même rêve de départ et de voya-
du XIXe siècle, par manque de documen- maladie que lui, mais gâ- ges. Successivement, ils se
le film narre le tation et de preuves, avec chée par l’impuissance qui complètent ou s’opposent, Créations
parcours de deux une application et une jo- le gagne au fur et à mesure s’entraînent ou se retien-
liesse (des lumières, des de son interminable crois- nent. C’est aussi l’identité
frères basques
dont l’un est atteint
paysages) qui confinent à
l’académisme. Malgré l’at-
sance. Il y a aussi cette
scène surprenante où la
basque qui est interrogée
dans cet attachement à un
JOSÉ MONTALVO
d’acromégalie. tachante performance de reine Isabel II, encore ado- village qu’ils ne cessent de «CARMEN(S)»
KAORI ITO
son acteur principal lescente, lui ordonne de se quitter et de retrouver. Le

M
iguel Joaquin (Eneko Sagardoy, d’une dénuder pour voir si tous film a d’ailleurs la particu-
Eleizegui, né taille tout à fait normale), ses membres sont propor- larité d’être presque entiè- «ROBOT, L’AMOUR ÉTERNEL»
en 1818 à Altzo, le film n’apporte pas grand- tionnés à la taille de son rement joué dans cette lan-
petit village du Pays bas- chose sur ce sujet déjà très corps. Mais l’intérêt du gue rare. Est-ce parce qu’il 24 > 27 JANVIER 
que, souffrait d’acroméga- abordé au cinéma (impos- film réside moins dans la est perçu comme un mons-
lie : il ne cessa jamais de
grandir, jusqu’à atteindre
sible de ne pas penser à
Elephant Man) : la mise en
stricte question du mons-
tre que dans la relation
tre de l’humanité que Joa-
quin se sent d’autant plus (LA)HORDE
2,42 mètres au moment de spectacle de celui que l’on qu’il entretient avec son profondément appartenir CARTE BLANCHE
sa mort, à l’âge de 43 ans. désigne comme «monstre», frère. Au corps de chacun à un lieu, à une commu- «TO DA BONE» / «NOVACIÉRIES»
Son frère, survivant de la la violence du regard porté répondent différents rap- nauté, à une terre ? On
Première Guerre carliste sur lui. ports à l’espace et au l’aura compris, Handia file «150 BPM FREE PARTY» 
(1833-1839) où il perdit Le film prend néanmoins temps, à l’histoire et à la la métaphore. 02 & 03 FÉVRIER  
l’usage d’un bras, l’exhiba en compte un aspect ja- géographie : comme pour MARCOS UZAL
comme un phénomène de mais aussi directement compenser leurs infirmi-
foire dans toute l’Europe. abordé : la sexualité de ce tés, celui qui ne cesse de se HANDIA de JON GARAÑO
Handia, l’un des grands fa- corps extraordinaire. Le transformer est fortement et JOSÉ MARI GOENAGA
voris des prochains goyas géant entretient une rela- attaché à ses racines, tan- avec Eneko Sagardoy,
(les césars espagnols), ra- tion plus charnelle que dis que celui dont une par- Ramón Agirre… 1 h 54.
28 u Libération Mercredi 24 Janvier 2018

Yves Afonso

CINÉMA/
en 1987.
PHOTO ISABELLE
WEINGARTEN.
ADOC-PHOTOS

VITE VU
THE GREATEST
SHOWMAN
de MICHAEL GRACEY
(1 h 44).
Cette comédie musicale,
hollywoodienne à l’extrême,
chante la vie de P.T. Barnum
(fondateur en 1871 d’un cirque
à son nom, célèbre pour son
exhibition avant-gardiste
de «monstres» humains) et
cède à tous les clichés
imaginables, à tous les mots-
clés américains : des plus an-
ciens (le biopic comme success
story, le doux dream de
l’entertainment et de la
musique blanche à paillettes,
pour ce qui est de son show-
businessman en titre) à d’un
peu plus récents (l’empower-
ment de la minorité des freaks
et autres divas à barbe queer,
sur fond de r’n’b opportun) :
sa rouerie n’a pas de limites,
tous les publics sont prévus
d’avance, en un cynisme
commercial et joyeux, senti-
mental ; on pourra en jouir un
peu, pourtant, même pas en
douce – quelques bonnes
chansons, quelques images
bien lisses, hypocrites sans
façon, qui vont droit à nos
cœurs encore capables, par

Yves Afonso, corps en gueule


instants, de crédulités d’un
autre âge. L.C.

FORTUNATA
de SERGIO CASTELLITTO
De «l’Aile ou la Cuisse» dans des films aussi divers que pas d’avoir une importante carrière rendu inoubliable pour de nom- (1h43)
à «Maine Océan», l’Aile ou la Cuisse (Claude en tant que second rôle. Dans sa fil- breux cinéphiles: Double messieurs Des personnages, des décors,
Zidi, 1976), le Cœur fantôme (Phi- mographie se côtoient de nom- de Jean-François Stévenin (qu’il re- des situations qui se veulent
l’acteur lancé par Jean- lippe Garrel, 1995), ou Mischka breux cinéastes populaires (Claude trouvera pour Mischka) et Maine authentiques mais qui ne cor-
Luc Godard a imprimé (Jean-François Stévenin, 2000). Il Zidi, Yves Boisset, Jean Becker) Océan de Jacques Rozier (avec qui respondent qu’à un réalisme
le caractère et l’énergie avait 73 ans. autant que des grands auteurs plus il tournera également Joséphine en de surface tel que le fantas-
singulière de son jeu, confidentiels (Raoul Ruiz, Paulo tournée et Fifi Martingale). ment les telenovelas et les
entre seconds et trop Inoubliable. L’idole d’Afonso, Rocha, Philippe Garrel), en passant romans à l’eau de rose. Au
rares premiers rôles. depuis l’enfance, c’était plutôt Jean par Pascal Aubier, Bertrand Taver- «Décalé». Dans ces deux films, sa centre, la 12 000e mère cou-
Il est mort dimanche Gabin, dont il retiendra le jeu très nier, Claude Berri, Claude Lelouch, fantaisie et son sens de l’improvi- rage du cinéma italien, une
physique, capable de passer sou- Alain Corneau et même Don Siegel sation purent enfin s’exprimer plei- coiffeuse à domicile se battant
à 73 ans. dainement de la douceur à la brus- (Contre une poignée de dia- nement, dans toute leur puissance pour survivre avec sa fille (in-
querie. Modestement, il disait mants, 1973). Mais rares furent tragicomique. Dans Maine Océan, grate) et contre son ex-mari

Y
ves Afonso disait qu’au avoir d’abord été un ceux qui osèrent l’en- il est Marcel Petitgas, un marin pê- (brutal) en attendant d’ouvrir
moins deux fois par jour, on mauvais acteur, de- DISPARITION gager dans des pre- cheur de l’île d’Yeu. «Beaucoup de son propre salon avec un
lui rappelait sa ressem- vant tout à sa gueule miers rôles. gens, après avoir vu le film, pen- jeune drogué christique, se-
blance avec Jean-Paul Belmondo. et à son tempérament, avant Il faut souligner ici ce qu’il doit au saient qu’il était un vrai marin, et crètement épris d’elle. Bien
Cette comparaison lui ferma sans d’avoir découvert grâce au sport la comédien et cinéaste László Szabó, ça l’énervait, parce qu’il voulait sûr, elle est très belle, et ça la
doute quelques portes, mais lui maîtrise de son corps. Car, contrai- sa première rencontre lors de son qu’on le considère comme un vrai sauve.
permit peut-être aussi d’être re- rement à «Bébel», il ne jouait pas arrivée à Paris, qui lui présenta le comédien, se souvient Rozier, joint L’amour viendra, et une tonne
marqué par Jean-Luc Godard et de de son charme mais concentrait metteur en scène Antoine Bour- lundi par Libération. Mais je lui di- d’autres choses improbables
signer ses trois premières appari- toute son énergie dans ses muscles seiller (qui le dirigea dans onze piè- sais que c’était un beau compli- dont l’accumulation finirait
tions au cinéma avec lui –Mascu- et ses nerfs, comme s’il était cons- ces entre 1965 et 1968) puis Godard, ment. Il avait trouvé quelque chose presque par donner un
lin Féminin (1965), Made in tamment sous tension, parfois de avant de lui offrir ses premiers rô- à la fois d’authentique et de complè- charme lelouchien à ce film
USA (1966, où il est David Goodis), manière inquiétante, frisant la fo- les importants dans deux de ses tement décalé.» C’est cette indéter- que n’effraient ni la poésie à
Week-End (1967). On a appris lundi lie, mais plus souvent d’une façon réalisations, les très originaux et mination entre ce qui relèverait deux balles ni la psychanalyse
la mort de cet acteur extrêmement quasi-burlesque, comme un enfant méconnus les Gants blancs du dia- d’une nature fantasque et d’un jeu de comptoir. On peut aussi
attachant, à la carrière erratique, perdu dans un corps trop athléti- ble (1971) et Zig-Zig (1974). Puis, il y réaliste qui rend Afonso si unique. y voir le stade terminal d’un
mais visage marquant d’une paire que pour lui, dont il saurait mal eut sa grande année, 1986, où sorti- Pour Rozier, «il aurait pu être un cinéma italien à la fois social
de chefs-d’œuvre (on y revient), et contrôler les gestes et les élans. La rent à quelques mois d’intervalle acteur de la commedia dell’arte». et romanesque, autrefois si
de rôles plus ou moins fugitifs singularité d’Afonso ne l’empêcha ses deux plus grands films, qui l’ont MARCOS UZAL grand. M.U.
Libération Mercredi 24 Janvier 2018 www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe u 29

MODE/
FASHION
WEEK
HAUTE
COUTURE
PRINTEMPS
-ÉTÉ 2018

Par
SABRINA CHAMPENOIS
Photos
FRÉDÉRIC STUCIN

Unbouquetde«Karl» I
l va bien, Karl? Il a l’air amaigri, non? Ou
c’est la barbe qui fait cet effet-là? Depuis
dimanche, où Karl Lagerfeld est apparu au
défilé Dior Homme avec son tout nouveau col-
lier, les avis divergent dans les rangs fashion.
D’un côté, les anxieux s’inquiètent pour le
Mardi, dans un Grand Palais transformé en jardin, une douce mélancolie pape de 84 ans, de l’autre, les convaincus de
son inoxydabilité bâillent un «RAS».
a traversé l’ode à la fraîcheur de Chanel, alliage de tweed, de broderies Le défilé Chanel donné mardi, comme d’ha-
bitude au Grand Palais, ne permet pas de
et de transparences. trancher. La munificence est au rendez-vous,
avec le beau jardin aux échos versaillais re-
constitué sous la nef. Le clapotis de la fon-
taine centrale couvre agréablement le babil
de Barbies refaites jusqu’aux os et enchaneli-
sées de pied en cap. «Tu as vu comme il fait
beau ?!!!» est la punchline la plus spirituelle
qu’on entend pendant la demi-heure d’at-
tente réglementaire. La démonstration de
force est également au rendez-vous, avec
ces 69 passages qui abondent en prouesses
et finesse, en particulier dans la partie plus
«soir», festival de broderies. Certaines robes
ont clairement nécessité des centaines
d’heures de mains virtuoses et suffisent à at-
tester la différence entre haute couture et
prêt-à-porter. Heureusement, des transpa-
rences et des bottines bien pointues, égale-
ment brodées, allègent le côté sucre glace de
ce vestiaire à majorité pastel (blanc, rose
poudré, jaune pâle).
De temps en temps, une longue robe en
mousseline claque, vert chlorophylle, bleu
Klein ou corail. Le jour, les jeunes femmes à
peau de bébé sous les voilettes noires sur-
montées de fleurs rivalisent de tweed, la spé-
cialité maison. On note les très mignons
tailleurs veste-bermuda. Et les robes-man-
teaux, évidentes. Les jupes ballons ou
comme à panier semblent en revanche
inenvisageables dans la vraie vie de 2018.
Alors que la mariée, en costume-pantalon et
nœud pap, est bien d’ici et maintenant.
«Karl» reste dans la course, même si une cer-
taine mélancolie perce dans cette ode à la
fraîcheur. •
30 u www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe Libération Mercredi 24 Janvier 2018

Bachoteur
Pierre Mathiot a sauté à pieds joints dans la mission bac,
convaincu que la fenêtre était (grande) ouverte. Toucher à ce
symbole de 210 ans était dans la to-do list du candidat Macron.
En l’absence d’une opposition politique conséquente, ce gou-
Pierre Mathiot Ce professeur d’université, ami vernement se balade, les réformes sont adoptées avec facilité.
«Oui mais pour qu’une réforme soit considérée comme juste et
de longue date du ministre Blanquer, a la lourde tâche légitime, il faut encore que les acteurs se l’approprient à com-
mencer par les enseignants…» C’est Mathiot le prof qui parle
de proposer des pistes pour réformer le bac. avec un petit rire saccadé difficile à décrire. Depuis qu’il a ac-
cepté cette mission, il pense, en toute modestie, à Pasteur qui
s’est inoculé son vaccin. «Je vis in vivo ce que j’enseigne en
cours.» Promis, il reviendra sur son expérience en classe, une
fois qu’il aura été dévoré vivant. En optimiste, il pense qu’il
peut s’en sortir, sans jouer le fusible, ni le pantin du ministre
de l’Education. Il espère même que Blanquer le catapulte dans
les lycées pour mettre en place cette réforme, prévue
pour 2021. Dans sa manche, il a quelques atouts, c’est vrai. Sa
connaissance du système, comme du jeu des acteurs, et no-
tamment des syndicats. «Un mélange de postures, mais tout
à fait normal, et de débats de fond» dit-il, après s’être enfilé
une centaine d’auditions en quelques semaines, soit entre
150 et 200 heures d’écoute d’avis divergents.
En deux mots: «Epuisant mais intéressant.» Il ajoute, se félici-
tant: «Dans une ambiance plutôt dynamique.» Il met ça sur le
compte de son parcours, un
peu à part. «On peut difficile- 10 octobre 1966
ment m’accuser de vouloir ins- Naissance à Montbéliard.
tituer un bac de classe. Pas 1985 Bac A1,
moi.» Il rit et abat son atout: au lycée Peugeot
son histoire familiale mérito- de Valentigney.
cratique et un peu vintage. 1999 Professeur
Bébé Mathiot naquit à d’université en sciences
Montbéliard, dans le berceau politiques.
de Peugeot, en Franche- 2007 Directeur
Comté. Il pousse dans le vil- de Sciences-Po Lille.
lage de Bavans, où il a tou- 24 janvier
jours son compte en banque, Remise du rapport
au Crédit agricole. A l’époque, sur la réforme du bac.
son père officie dans une as-
sociation d’aide pour les travailleurs immigrés: ils sont alors
3000 hommes venus d’Algérie et du Maroc, à loger en foyers.
Sa mère s’occupe des trois enfants (un grand frère et une petite
sœur). Les parents n’ont pas le bac. «Je ne suis pas parti de tout
en bas de l’ascenseur social, plutôt du 3e étage», nuance-t-il.
Il a une enfance paisible, avec son petit niveau au baby-foot
et en ping-pong. Après un bac A1, obtenu sur le fil avec 1 en
maths et 18 en histoire géo, il part en hypokhâgne à Besançon,
postule après à Sciences-Po Paris et est admis de justesse, avec
99,5 points (il en fallait 100). «Je suis rentré par les oreilles»,
blague-t-il. S’ensuit l’épopée dans la capitale, son arrivée avec
sa barbe, son père et son grand-père, ancien résistant. «On
l’avait embarqué avec nous car il avait la Légion d’honneur,
c’est d’ailleurs ce qui m’a permis de trouver un propriétaire
pour louer une chambre de bonne.» Dès la rentrée, forcément,
c’est la grosse claque, la violence symbolique de Bourdieu.
«J’ai tenu à la niaque et au sport.» A l’époque, il trottinait déjà
pour évacuer. Il continue. C’est son principal moyen de dépla-
cement, car le quinquagénaire branché sur piles Duracell n’a
pas le permis. «Pierre, c’est un feu follet qui court dans Lille»,
s’amuse son ami Patrick Goldstein, chef du service de réani-
mation aux urgences de la ville nordiste.
Cette région l’a accueilli par hasard il y a presque trente ans.

L
e week-end dernier, pour se protéger de la pression, il continu» qui suscite des réactions épidermiques. Pas sûr que A l’époque, lui et sa femme sortie de Normale sup – elle est
s’est préparé une soupe. Vingt minutes dans la cuisine, la feinte fonctionne… décédée en juin–, cherchent un point de chute à la fac. Banco:
à peler les carottes et fendiller les poireaux pour garder A coup sûr, il glissera quelques mini-blagues, même s’il s’est Mathiot atterrit d’abord à Lille-II, où il sympathise avec Blan-
le sens des réalités. C’est aussi raccord avec son régime ali- promis de rester sobre. Le bac se manie avec d’énormes pin- quer, alors prof en droit public. «Ça remonte à loin, il avait des
mentaire du moment «obligé d’être strict pour tenir le coup». cettes, le débat pouvant partir très vite en cacahuète. Il sait cheveux à l’époque.» Le couple s’installe à Ronchin, banlieue
Alors non, l’homme ne se prépare pas à courir un marathon tout ça. Il l’a étudié, conceptualisé et l’enseigne depuis de populaire, «en essayant de vivre avec nos convictions». Sous-ti-
– quoique, l’an dernier, il s’est farci celui de Paris en 3 h 09. looongues années. Pierre Mathiot, 51 ans, est professeur de tre: ne pas s’embourgeoiser. Pierre Mathiot avait sa carte au
Non, là, il s’attaque à une montagne, qu’il sciences politiques. La semaine dernière, PS «quand il était petit», depuis, il a viré En marche. Leurs

LE PORTRAIT
envisage de dynamiter ou… de déplacer il était encore devant des étudiants de quatre bambins (une à elle, et trois ensemble) ont fréquenté
de quelques millimètres. Suspense… Sciences-Po Lille, dont il fut directeur l’école et le collège publics du coin. Et tous sont passés par la
Pierre Mathiot descend dans la fosse aux de 2007 à 2015. «Je n’ai jamais arrêté de fac. Leur père en est très fier: «Ce sont des couteaux suisses.»
lions ce mercredi après-midi pour la remise officielle de son donner des cours, j’en ai toujours conservé un ou deux, pour Les enfants, comme l’a longtemps fait sa femme, le rattrapent
rapport sur la réforme du baccalauréat. Les choses devraient rester au contact des élèves», raconte-t-il dans un café de Saint- par le mollet pour lui remettre les pieds sur terre quand il a
se dérouler à peu près comme ceci : une forêt de caméras et Germain-des-Prés en buvant un thé vert. le melon (il nous envoie par exemple un SMS pour proposer
d’appareils photos va se planter rue de Grenelle, au ministère C’est une variante de la soupe du dimanche pour garder les «Marathon Man» en titre du portrait.) «Quand je leur explique
de l’Education. Dans l’air, il y aura de l’agitation et des en- pieds sur terre. L’un de ses cours favoris: la décision publique. que si ça marche, ce sera quelque chose d’assez exceptionnel
gueulades de peur de louper le moment qui va suivre. Ce pro- De mémoire (on l’a suivi en amphi il y a longtemps), Mathiot de réformer le bac, ils se marrent. Ils me disent que Jean-Mimi
che de Jean-Michel Blanquer va débouler faussement dé- y dépiaute, par le menu, les ingrédients qui font d’une action [Blanquer] gardera pour lui les louanges.» Ils n’ont pas tort. •
tendu, pour se plier à l’exercice médiatique aussi publique une réussite ou un fiasco. Il y parle de «fenêtre d’op-
impressionnant qu’énervant. Ah, scoopinet: il emploiera l’ex- portunité», ce moment que les politiques doivent saisir pour Par MARIE PIQUEMAL
pression «épreuves ponctuelles», pour ne pas dire «contrôle présenter leur réforme quand la météo s’annonce favorable. Photo RICHARD BARON. LIGHT MOTIV
Libération Mercredi 24 Janvier 2018 www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe u 31

Formation Répertoire S’EN


ĥ
 ĢUNE? 1BS ("²5"/
mouamrane@teamedia.fr
01 87 39 82 85
repertoire-libe@teamedia.fr 01 87 39 84 80 ON GRILLE Par GAËTAN
(030/
GORON
www.liberation.fr
2, rue du Général Alain de
Boissieu 1 2 3 4 5 6 7 8 9 HORIZONTALEMENT
I. Faire plus court II. Il
ANTIQUITÉS/ 75015 Paris
I
ÉDITION DÉMÉNAGEURS tél. : 01 87 25 95 00 commence à piquer III. Il
BROCANTES grimpe avec le rideau ; De
Edité par la SARL II
«DÉMÉNAGEMENT même IV. Elles sont en fin de
Libération

Achète
III droit ; Apparemment cette
URGENT» SARL au capital
essence n’en avait plus, elle
de 15 560 250 €.
MICHEL TRANSPORT 2, rue du Général Alain de IV n’a pas bougé ces dernières

tableaux
DEVIS GRATUIT. Boissieu heures ; Points de réflexion
V
PRIX TRÈS CS 41717 V. Temps de base ; Elle
Formation INTÉRESSANT. 75741 Paris Cedex 15
VI complète l’histoire VI. Palais
au métier de correcteur
anciens
RCS Paris : 382.028.199 de Juppé ; Partie du Trésor
TÉL. 01.47.99.00.20 VII. Choisira des mots aux
VII
Diplôme reconnu par l’Etat MICHELTRANSPORT@ Principal actionnaire
antipodes de sa pensée
SFR Presse
Mars 2018 WANADOO.FR VIII VIII. Il sème la graine ;
Crevai IX. Il ressemble à un
Par des professionnels Retrouvez XIXe et Moderne Cogérants IX chandelier ; Pour amateurs
de la presse et de l’édition :
tous les jours avant 1960 et pros X. Aux contours
Laurent Joffrin,
François Dieulesaint X
O J.-P. Colignon, Le Monde, d’ivoire ; Cette boîte a croqué
O A. Valade, Le Robert, les bonnes Tous sujets, école de Barbizon, Directeur XI un bout d’un fleuron français
XI. IXI
O C. Cabanel, Le Revenu. adresses de orientaliste, vue de Venise, de la publication
et de la rédaction Grille n°817
Orthotypographie. marine, chasse, peintures de Laurent Joffrin
VERTICALEMENT
Difficultés de la langue
française. Ponctuation.
genre, peintres français & Directeurs adjoints 1. Traitements de saison 2. On y voit moult têtes de Papous 3. Prénom qui
vise un Ours d’or ; Elément du tonnerre 4. Moments de crispation ; Spé-
Réécriture. étrangers (russe, grec, de la rédaction
Stéphanie Aubert, cialité poitevine ; Elle est charentaise 5. On dirait sept au carré ; Blanc
www.centreec.com américains...), ancien atelier Christophe Israël, pour spécialité charentaise ; Forme possessive 6. Fait de l’effet ; Chouette
01 45 81 12 08 (cours, association, Alexandra Schwartzbrod 7. Manche venue d’Angleterre ; Qui pèche à la ligne 8. Amour ; Elle a une
enquête, casting, de peintre décédé, bronzes...
Rédacteurs en chef drôle de couleur chez Tintin et Eluard 9. Comme des toiles de Monet
déménagement, etc.) Estimation gratuite Michel Becquembois
La reproduction Contactez-nous (édition), Solutions de la grille d’hier
de nos Professionnels, 01 87 39 80 59 EXPERT MEMBRE DE LA CECOA Christophe Boulard Horizontalement I. LAMPEDUSA. II. AU. AMUSER. III. CROC-BLANC.
petites annonces Particuliers, 01 87 39 84 80 V.MARILLIER@WANADOO.FR (technique),
Sabrina Champenois
IV. CE. SUC. AH. V. OLGA. INTI. VI. LERMONTOV. VII. UELE. RI.

06 07 03 23 16
VIII. TAGS. ÉMIS. IX. HUE. ASMAT. X. ÉNÉMA. ÎLE. XI. SESBANIES.
est interdite ou repertoire-libe@teamedia.fr
(société),
Verticalement 1. LACCOLITHES. 2. AURÈLE. AUNE. 3. GRUGÉES.
Guillaume Launay (web)
4. PACSÂMES. MB. 5. EMBU. OL. AAA. 6. DULCINÉES. 7. USA. NT. MMII.
Directeur artistique 8. SÉNATORIALE. 9. ARCHIVISTES. libemots@gmail.com
Nicolas Valoteau

Rédacteurs en chef
adjoints
Grégoire Biseau (france), ◗ SUDOKU 3573 MOYEN ◗ SUDOKU 3573 DIFFICILE
Lionel Charrier (photo), 4 2 9 6 7 3 2 8 1
Cécile Daumas (idées),
Fabrice Drouzy (spéciaux), 9 5 7 9 1 6 2
Matthieu Ecoiffier (web),
Christian Losson (monde), 6 1 2 5
Didier Péron (culture),
Sibylle Vincendon (société) 3 6 2 1 9 8 1 5
4 8 5 4
MERCREDI 24 JEUDI 25 ABONNEMENTS
abonnements.liberation.fr
7 9 8 1 3 6 9 4
Une embellie se fait par le Sud, tandis Il pleut de la Nouvelle-Aquitaine au Grand- sceabo@liberation.fr 2 6 6 7
qu'une énième perturbation s'approche des Est, tandis que des averses se produisent de tarif abonnement 1 an
France métropolitaine: 391€
3 6 5 2 9 7 6
régions proches de la Manche où le vent la Bretagne au Boulonnais. Dans le Sud-Est, tél.: 01 55 56 71 40 7 4 8 7 8 5 1 2 9
souffle fort. quelques pluies se déclenchent aussi du
L’APRÈS-MIDI Les pluies se renforcent de la Biterrois aux Cévennes. PUBLICITÉ SUDOKU 3572 MOYEN SUDOKU 3572 DIFFICILE
pointe du Finistère au Cotentin, tandis que L’APRÈS-MIDI Les pluies se décalent entre Libération Medias 5
7
4
1
6
2
7
4
9
3
8
6
2
5
1
8
3
9
5
8
2
9
3
1
9
5
4
2
6
7
7
3
1
6
8
4
2, rue du Général Alain de 8 3 9 5 1 2 4 6 7 4 6 7 3 1 8 9 2 5
des ondées se produisent à l'avant. Ailleurs, l'Occitanie et les reliefs de l'Est en se Boissieu 3 8 1 6 2 5 7 9 4 3 7 9 2 5 1 8 4 6

la journée s'annonce plutôt sympathique renforçant, tandis que des averses sont 75015 Paris 6
2
9
5
4
7
8
9
7
4
3
1
1
6
5
3
2
8
1
2
4
8
5
6
6
4
8
7
3
9
2
1
9
5
7
3
tél. : 01 87 25 85 00
après tous ces jours pluvieux et sans soleil. présentes sur le Nord-Ouest du pays. 9
4
2
6
3
5
1
3
6
8
4
7
8
9
7
2
5
1 Solutions des
6
9
1
3
4
8
7
1
3
6
2
5
5
4
8
7
9
2
1 7 8 2 5 9 3 4 6 grilles d’hier 7 5 2 8 9 4 6 3 1

Petites annonces. Carnet


1,5 m/11º Lille 1 m/11º Lille Team Media
10, boulevard de Grenelle
0,6 m/11º 0,6 m/11º CS 10817 RETROUVEZ LES ANCIENS NUMÉROS DE LIBÉRATION
75738 Paris Cedex 15
Caen
Paris
Strasbourg
Caen
Paris
Strasbourg tél. : 01 87 39 84 00 SUR NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE
Brest Brest hpiat@teamedia.fr
Orléans Orléans BOUTIQUE.LIBERATION.FR
Nantes Dijon Nantes Dijon
IMPRESSION
Midi Print (Gallargues)
POP (La Courneuve)
1,5 m/12º
Lyon
1,5 m/12º
Lyon Nancy Print (Jarville)
CILA (Nantes)
Bordeaux Bordeaux Imprimé en France
IP 04 91 27 01 16

Membre de OJD-Diffusion
2,5 m/13º Montpellier Nice 3,5 m/13º Montpellier Nice Contrôle. CPPAP : 1120 C
Toulouse Marseille Toulouse Marseille 80064. ISSN 0335-1793.
IP

1 m/13º 1,5 m/13º

-10/0° 1/5° 6/10° 11/15° 16/20° 21/25° 26/30° 31/35° 36/40°


Origine du papier : France

Taux de fibres recyclées:


100 % Papier détenteur de
Soleil Éclaircies Nuageux Pluie Couvert Orage Pluie/neige Neige l’Eco-label européen N°
FI/37/01
Agitée Peu agitée Calme Fort Modéré Faible Indicateur
15 d’eutrophisation :
PTot 0.009 kg/t de papier
FRANCE MIN MAX FRANCE MIN MAX MONDE MIN MAX
Lille 10 14 Lyon 3 14 Alger 13 19
Caen 11 15 Bordeaux 10 18 Berlin 3 10
Brest 11 12 Toulouse 7 14 Bruxelles 10 13 La responsabilité du
Nantes 11 14 Montpellier 6 12 Jérusalem 9 13 journal ne saurait être
engagée en cas de non-
Paris 10 14 Marseille 6 16 Londres 11 11 restitution de documents.
Strasbourg 6 13 Nice 9 13 Madrid 8 13 Pour joindre un journaliste
par mail : initiale du
RETROUVEZ AUSSI LE P’TIT LIBÉ
Dijon 3 12 Ajaccio 10 15 New York 3 5 prénom.nom@liberation.fr
« LE FILM LE PLUS POIGNANT
SUR LES DESTINS DES RÉFUGIÉS EN FRANCE »
L’ÉCOLE DES LETTRES

PILI FILMS PRÉSENTE

ERIQ
EBOUANEY UNE
SAISON SANDRINE
BONNAIRE

EN
FRANCE
UN FILM DE MAHAMAT-SALEH HAROUN

LE 31 JANVIER