Vous êtes sur la page 1sur 6

CHAPITRE II : LA REPARTITION ET LA REDISTRIBUTION DES REVENUS

Pour produire l’entreprise fait appel à divers facteurs de production. Cette participation des facteurs à la production
se traduit par une répartition des revenus
I. Notion de revenu
Mise en situation :
Considérons un ménage composé de 9 personnes : le père (comptable dans une entreprise), la mère (femme au
foyer), 6 enfants (4 mineurs et 2 majeurs) et un grand père.

Pour le mois de Janvier 2012, les revenus de ce ménage ont été les suivants :
- Le salaire net du père 7 000 DH,
- Les intérêts d’un capital de 15 000 DH détenu par le père, rémunéré au taux annuel de 10% :
Intérêt mensuel = 15 000 * 10% * 1/ 12 = 125 DH
- Allocations familiales : (200 x 3) + 36 = 636 DH,
- La mère a hérité un appartement qu’elle a loué à 1 500 DH par mois,
- Le père dispose d’une terre cultivable qu’il loue à 5 000 DH par mois,
- L’enfant majeur est étudiant à la faculté de Droit, il perçoit une bourse de 1 300 DH.
- L’autre enfant majeur dispose d’une entreprise qu’il gère et qui lui procure un bénéfice de 48 000 DH
chaque année,
- Le grand père reçoit une pension de retraite mensuelle de2 200 DH
Travail à faire :
1. reproduire puis compléter le tableau suivant :
Titulaire du revenu Montant Nature du revenu Contrepartie du revenu
Oui non

2. Distinguer les différents types de revenus.


3. Définir le revenu.
Réponse :
1.
Titulaire du Montant Nature du revenu Contrepartie du revenu
revenu Oui Non
Le père 7 000 Salaire Travail
Le père 125 Intérêts Capital : argent
Le père 636 Allocations familiales Cotisations sociales
La mère 1 500 Loyer Capital : immobilier
Le père 5 000 Rente Capital : terre
L’enfant majeur 1 1 300 Bourse *
L’enfant majeur 2 4 000 Profit Travail + capital
Le grand-père 2 200 Pension de retraite *
2. On distingue deux types de revenus :
- Des revenus reçus en contre partie de la participation à la production, appelés revenus produits (revenu
travail et revenu capital)
- Des revenus reçus sans contrepartie (en termes de la participation à la production), appelés revenus de
transfert.
3. Le revenu est un ensemble de ressources en monnaie ou en nature perçu par un agent économique pendant une
durée donnée :
- Soit en contrepartie de la participation à la production : on parle des revenus produits issus de la répartition
primaire,
- Soit sans contrepartie : on parle des revenus de transferts issus de la répartition secondaire.

II. La répartition primaire :


La répartition primaire des revenus concerne le partage de la richesse créée par l’activité productrice, c’est à dire
concerne le partage de la Valeur Ajoutée. La production de biens et services par les entreprises entraîne la
distribution de revenus au facteur travail et aux apporteurs de capitaux.

1
1. Revenus du travail
a. Définition :
Le salaire est la rémunération, en argent ou en nature, du facteur travail ou autrement c’est le prix de la force de
travail. Il prend des formes différentes selon la catégorie de salarié concerné :
 Traitements : revenus des fonctionnaires ;
 Salaire proprement dit : revenu des ouvriers ;
 Appointements : revenu des employés ;
 Honoraires : revenus des professions libérales (Avocat, médecin,…).
 Soldes : revenus des militaires
 Les gages : revenus des domestiques au service des ménages ;
 Pourboire : revenus perçu par les serveurs et les serveuses
 Piges : Journalistes indépendants qui ne touchent pas un salaire des maisons de presse
 Denier de Dieu : Concierges, gardiens, veilleurs de nuit…
 Casuel : Clergé (au Maroc, ce sont les imams de mosquée).
 Cachets : Artistes, chanteurs, acteurs, présentateurs, producteurs de programme TV
 Redevances : Inventeurs de brevets
 Droits d’auteur : Producteurs littéraires et artistiques.

b. Les formes de salaire :


Le salaire peut prendre plusieurs formes :
 Le salaire au temps : On parle du salaire au temps lorsque la rémunération du travailleur est fixée par
unité de temps (à l’heure, à la journée, à la semaine ou au mois). Facile à appliquer, il tient compte de la
pénibilité de travail. Mais pour le patron, il présente l’inconvénient de ne pas stimuler le rendement ;
 Le salaire aux pièces : mesure la rémunération du salarié par son rendement càd que le salaire est
fonction du nombre de pièces fabriquées et non pas de la quantité de temps;
 Le salaire à primes : se compose d’un salaire de base proportionnel au temps et de primes attribuées en
fonction du rendement réalisé. Il sert à motiver les travailleurs ;
 Le salaire à la tâche : salaire fixé pour une tâche donnée.
c. Salaire direct et salaire indirect :
Le salaire direct est celui que le salarié reçoit en contre partie du travail fourni. En plus de ce salaire, le salarié
reçoit un salaire indirect ou un salaire social (sans contre partie). Par exemple les allocations familiales et les
prestations sociales
d. Salaire nominal et salaire réel :
 Le salaire nominal : exprimé par le nombre d’unités monétaires reçues par le salarié. Ex : 9 500 DH par
mois
 Le salaire réel ou pouvoir d’achat du salarié : c-à-d la quantité des biens et de services que le salaire
nominal permet d’acquérir. Le salaire réel dépend :
 du salaire nominal
 du niveau des prix des biens et services

e. Les déterminants du salaire :


Le salaire dépend de :
 La situation du marché du travail c'est-à-dire l’offre et la demande de la force de travail qui existe sur le
marché. Lorsque l’offre de la force de travail est supérieure à la demande de la force de travail, le salaire
tend vers la baisse. Dans le cas contraire, le salaire tend vers la hausse.
 Les compétences personnelles : la formation, la qualification, l’âge et l’expérience sont des éléments de
base pour la fixation du salaire.
 L’action syndicale : les syndicats sont des administrations privées chargées de défendre les intérêts des
salariés par différents moyens de pression notamment la grève, ils influencent donc le niveau des salaires.
 L’intervention de l’Etat sur le marché de travail en fixant :
2
 Le Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (S.M.I.G) pour les activités industrielles et les
services. Au Maroc, S.M.I.G = 13,46 DH par heure (à partir du 1er janvier 2017)
 Le Salaire Minimum Agricole Garanti (S.M.A.G) pour l’activité agricole. Au Maroc, S.M.A.G =
69,73 DH par jour (à partir du 1er janvier 2017)

2. Revenus du capital (revenus de la propriété)


a. Le loyer :
C’est la quantité de monnaie reçue en contrepartie de la location d’un bien (capital technique : maison,
immeuble…).Un autre type de loyer : la location des machines de production par des sociétés spécialisées dites
sociétés de leasing ou de crédit-bail, on parle alors de « redevance de crédit-bail ».
b. La rente :
C’est une somme d’argent versée ou perçue en contrepartie d’une location d’un terrain cultivable.
c. L’intérêt :
C’est le prix de la location du capital financier (argent). Le taux d’intérêt est déterminé par la confrontation de
l’offre et de la demande de l’argent sur le marché financier.
d. Dividendes :
Propriétaires d’actions (des parts dans le capital d’une société).
e. Plus-value de cession des immobilisations :
Vendeurs d’immobilisations partiellement ou totalement amorties (déprécies).

N.B : Le revenu mixte : C’est le revenu qui provient à la fois du travail et du capital par exemple, le profit est
considéré comme un revenu mixte car il rémunère à la fois le travail et le capital de l’entrepreneur. C’est un
revenu résiduel c’est à dire le revenu qui reste à l’entrepreneur après avoir rémunéré les facteurs de production. Il
est donc éventuel et n’existe que dans le cas où les produits sont supérieurs aux charges.

Synthèse :

III. La répartition secondaire (la redistribution : revenus de transfert) :


Les revenus de transfert (répartition secondaire) sont ceux que l’on obtient en dehors de toute participation à la
production. La redistribution est une opération qui consiste à prélever des revenus chez certains pour les transférer
à d’autres. C’est une action de l’Etat et des organismes sociaux qui modifient la répartition primaire des revenus.
1. Objectifs de la répartition secondaire
Les inégalités des revenus issus de la répartition primaire poussent les administrations publiques (Etat, collectivités
locales, les organismes de la sécurité sociale…) à effectuer une répartition secondaire des revenus pour :
 Réduire les inégalités dans la répartition primaire en imposant les revenus élevés avec des taux élevés.
 Couvrir les risques courus par les salariés : accidents, maladie, vieillesse….
 Prendre en charge les personnes inactives : enfants, élèves, étudiants, ….
 Fournir à la population des services gratuits ou quasi gratuits (santé publique, enseignement public….)

3
2. Les instruments de la redistribution
Pour réaliser les objectifs précités, les administrations publiques effectuent des prélèvements obligatoires sur les
revenus primaires des agents économiques et versent les revenus de transfert.
A. Les prélèvements obligatoires :
Il s’agit des prélèvements fiscaux (des impôts qui financent le budget de l’Etat) et des prélèvements parafiscaux
(des cotisations qui financent les organismes de la sécurité sociale)

a) Les prélèvements fiscaux : Il s’agit des impôts prélevés sur les revenus des agents économiques et versés à
l’Etat. On distingue :
 Les impôts directs : Ce sont des impôts qui frappent directement le revenu de l’agent économique.
Exemple : IR, IS
 Les impôts indirects : Ce sont des impôts payés à l’occasion d’une dépense (consommation). Leur
montant est incorporé dans le prix payé par le consommateur, exemple : La TVA (Taxe sur la Valeur
Ajoutée)

b) Les prélèvements parafiscaux : Il s’agit des cotisations sociales qui sont obligatoirement prélevées et versées
aux organismes de la sécurité sociale comme la CNSS (Caisse Nationale de la Sécurité Sociale), la CMR (Caisse
Marocaine de Retraite), CIMR (Caisse Interprofessionnelle Marocaine de Retraite)
B. Les revenus de transfert :
Ils comprennent d’une part les diverses prestations sociales, et d’autre part les consommations collectives
a) Les prestations sociales : Ce sont des versements fournis par les organismes de sécurité sociale aux personnes
affiliées. On distingue :
 Les allocations familiales : 200 DH pour chacun des trois premiers enfants et 36 DH pour les trois enfants
suivants.
 Les prestations à court terme : indemnités de maladie, de maternité …
 Les prestations à long terme : pensions d’invalidité, de retraite, de survivants…

b) Les consommations collectives : Il s’agit des biens et services non marchands fournis par les administrations
publiques à toute la population sans discrimination : routes, justice, enseignement public, …

IV. Les limites de la redistribution (Répartition secondaire)

L’étude de la répartition secondaire nous permet de constater que :


 Les impôts indirects frappent avec la même proportion tous les revenus.
 Les prestations sociales croissent proportionnellement au revenu.
 Augmentation des coûts chez les entreprises du fait des prélèvements

V. Le calcul du revenu disponible :


Etape1 : Détermination du Salaire Brut Global (SBG)

SBG = Salaire de base + Heures supplémentaires + Primes + Indemnités + Avantages


a) Salaire de base
𝐒𝐚𝐥𝐚𝐢𝐫𝐞 𝐝𝐞 𝐛𝐚𝐬𝐞 = 𝐍𝐨𝐦𝐛𝐫𝐞 𝐝’𝐡𝐞𝐮𝐫𝐞𝐬 𝐧𝐨𝐫𝐦𝐚𝐥𝐞𝐬 × 𝐓𝐚𝐮𝐱 𝐡𝐨𝐫𝐚𝐢𝐫𝐞𝐬 𝐧𝐨𝐫𝐦𝐚𝐥

b) Les heures supplémentaires


𝐡𝐞𝐮𝐫𝐞𝐬 𝐬𝐮𝐩𝐩𝐥é𝐦𝐞𝐧𝐭𝐚𝐢𝐫𝐞 = 𝐍𝐨𝐦𝐛𝐫𝐞 𝐝’𝐡𝐞𝐮𝐫𝐞𝐬 𝐬𝐮𝐩𝐩 × 𝐓𝐚𝐮𝐱 𝐡𝐨𝐫𝐚𝐢𝐫𝐞𝐬 𝐬𝐮𝐩𝐩 ∗
*Taux horaire sup = Taux horaires normal× (1+ taux de majoration)
Les taux de majoration sont de :
- 25% si les heures supplémentaires sont effectuées pendant le jour d’un jour ouvrable
- 50% si les heures supplémentaires sont effectuées pendant la nuit d’un jour ouvrable
- 50% si les heures supplémentaires sont effectuées pendant le jour d’un jour férié
- 100% si les heures supplémentaires sont effectuées pendant la nuit d’un jour férié

4
Horaires Jour ouvrable Jour férié
Entre 6h et 21h 25% 50%
Entre 21h et 6h 50% 100%

c) Les primes
Ce sont des majorations du salaire octroyées par l’employeur à ses employés à titre d’aide et de motivation.
Exemple : prime d’assiduité, d’ancienneté, prime de rendement, prime de risque, de mariage de naissance, 13 ème
mois.
NB : Seule la prime d’ancienneté est obligatoire, les autres sont facultatives.

𝐏𝐫𝐢𝐦𝐞 𝐝′ 𝐚𝐧𝐜𝐢𝐞𝐧𝐧𝐞𝐭é = (𝐒𝐚𝐥𝐚𝐢𝐫𝐞𝐝𝐞 𝐛𝐚𝐬𝐞 + 𝐡𝐞𝐮𝐫𝐞𝐬 𝐬𝐮𝐩𝐩) × 𝐓𝐚𝐮𝐱 ∗


Les taux varient selon l’ancienneté
Ancienneté Taux
Plus de 2ans 5%
Plus de 5ans 10%
Plus de 12 ans 15%
Plus de 20 ans 20%
Plus de 25 ans 25%

d) Les indemnités
Ce sont des sommes d’argents octroyées à un salarié en réparation d’un dommage, en compensation de certain
frais.
Exemple : indemnité de transport, de déplacement, de panier, de licenciement…
e) Les avantages
Ce sont des allègements des dépenses personnelles pour le salarié prises en charge en totalité ou en partie par
l’employeur. Ils peuvent être en argent ou en nature.
Exemple : Logement, chauffeur, jardinier, eau électricité, téléphone, frais scolaires…

2ème étape Détermination du Salaire Brut Imposable (SBI)

𝐒𝐁𝐈 = 𝐒𝐁𝐆 − 𝐥𝐞𝐬 é𝐥é𝐦𝐞𝐧𝐭𝐬 𝐞𝐱𝐨𝐧é𝐫é𝐬

Les éléments exonérés sont généralement les frais de déplacement justifiés

3ème étape : Détermination du Salaire Net Imposable (SNI)

𝐒𝐍𝐈 = 𝐒𝐁𝐈 − 𝐥𝐞𝐬 𝐝é𝐝𝐮𝐜𝐭𝐢𝐨𝐧𝐬 𝐬𝐮𝐫 𝐬𝐚𝐥𝐚𝐢𝐫𝐞


Les déductions sur salaire sont :
Déduction Calcul Plafond
Frais professionnel FP= (SBI – Avantages)× 20% 2500 Dhs
Cotisation à la CNSS CNSS = SBI × 4,48% 268,8 Dhs
Cotisation à l’AMO AMO = SBI × 2,26% Sans plafond
Cotisation à la CIMR CIMR = SBI × Taux 6% de SBI
Remboursement des emprunts (capital + intérêt) obtenus pour l’acquisition ou la construction d’un logement
économique
Logement économique : la superficie ≤80 m² et la valeur≤250 000 Dhs (HT)
Remarque : dans le cas d’un logement non économique mais destiné à l’habitation principale du salarié,
seuls les intérêts sont déductibles
4ème étapes : Calcul de l’IR à payer
Barème mensuel de l’IR selon la loi de finance 2017
Tranche de revenu (en dh) Taux Somme à déduire
0- 2500 0% 0
2501- 4166,67 10% 250
4166,75 - 5 000 20% 666,67
5001- 6666,67 30% 1166,67
6666,75- 15000 34% 1433,33
Plus de 15000 38% 2033,33

5
𝐈𝐑 𝐧𝐞𝐭 = (𝐒𝐍𝐈 × 𝐓𝐚𝐮𝐱) − 𝐒𝐨𝐦𝐦𝐞à 𝐝é𝐝𝐮𝐢𝐫𝐞 − 𝐥𝐞𝐬 𝐝é𝐝𝐮𝐜𝐭𝐢𝐨𝐧𝐬 𝐬𝐮𝐫 𝐥′𝐢𝐦𝐩ô𝐭

Les déductions sur l’impôt sont généralement les charges de familles. Celles-ci sont fixées à 30 dhs par
mois avec un plafond de 180Dh, les personnes à la charge sont le conjoint et les enfants de moins de
27ans dans la limite de 6 personnes.
Remarque :
Revenu disponible = SBG (revenu primaire) + Revenu de transfert – Cotisation – impôt

Application :
Le salaire de M. KHALIL (marié et père de 4 enfants de moins de 27 ans) pour le mois de mars 2017 est
composé des éléments suivants :
Eléments Montant
Salaire de base 192 h normales à 25 dh/H
Heures supplémentaires 40 h à 50% de majoration
Prime de d’ancienneté 8 ans d’ancienneté
Indemnité de déplacement justifiée 500
Prime de responsabilité 850
Avantages en nature 600
Au cours du mois de mars 2014 M. Khalil a engagé les dépenses suivantes :
Dépenses Montant
Cotisation à l’assurance retraite complémentaire 320
Remboursement d’un prêt pour l’acquisition d’un logement d’une superficie de 430
80m²(dont 130 dh d’intérêt)
TAF :
1- Déterminer le SNI de M, KHALIL
2- Déterminer l’IR net dû par M KHALIL au titre du mois mars 2017

Centres d'intérêt liés