Vous êtes sur la page 1sur 53

Ecole Doctorale d’Astrophysique d’Ile de France 2001-2002

S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE

Benoı̂t Mosser
Observatoire de Paris

IV./ OBSERVATIONS SISMIQUES


.
144 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

Table des matières


1 Analyses temporelle et spatiale 147
1.1 Analyse de Fourier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
1.2 Bruit de photons / bruits instrumentaux . . . . . . . . . . . . . 157
1.3 Effet de fenêtre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
1.4 Résolution spatiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163

2 Héliosismologie 165
2.1 L’inversion des données des modes de pression . . . . . . . . 165
2.2 Analyse temporelle ; tomographie . . . . . . . . . . . . . . . 168
2.3 L’analyse temps-fréquence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
2.4 Les modes de gravité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169

3 Astérosismologie 172
3.1 Analyse théorique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
3.2 Outils d’analyse d’un spectre d’oscillations . . . . . . . . . . 174

4 Méthodes de détection 178


4.1 Aperçu des différentes techniques utilisées . . . . . . . . . . . 178
4.2 Méthodes photométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
4.3 Méthodes spectrométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
4.4 Comparaison des diverses méthodes . . . . . . . . . . . . . . 184

5 Projet spatial astérosismique : COROT 188


5.1 La mission . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
5.2 Photométrie de haute précision . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
5.3 Analyse des bruits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193

Liste des tableaux


1 Résolution en fréquence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
2 Modes-p de bas degrés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
3 Méthodes d’observation sismométrique . . . . . . . . . . . . 178
4 COROT : spécifications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190

Liste des figures


1 Résolution d’un spectre (1) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
2 Résolution d’un spectre (2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
3 Echantillonnage, résolution et confusion . . . . . . . . . . . . 148
4 Transformation de Fourier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
5 Spectres affectés par l’effet de jitter . . . . . . . . . . . . . . 152
6 Rapport signal/bruit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
7 TF, bruit et signal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
8 Bruits (1) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
9 Bruits (2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
10 Série temporelle avec fenêtre . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
11 Effet de fenêtre (1) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145

12 Effet de fenêtre (2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159


13 Spectres de fenêtres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
14 Spectres avec ou sans fenêtre . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
15 Réseau d’observation héliosismique . . . . . . . . . . . . . . 162
16 Spectre des modes-p de bas degrés . . . . . . . . . . . . . . . 165
17 GONG : séries temporelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
18 GONG : signature de la rotation solaire . . . . . . . . . . . . . 166
19 Inversion de la vitesse du son . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
20 Hodogramme, SOI / MDI, SOHO . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
21 La convection solaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
22 Analyse temps-fréquence (1) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
23 Analyse temps-fréquence (2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
24 Spectres VIRGO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
25 Spectre sismique de Procyon . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
26 Spectre sismique de Hyi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
27 Spectre sismique de  -Cen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
28 Spectre théorique de Procyon . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
29 Signature en “peigne” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
30 Signature par analyse d’histogramme . . . . . . . . . . . . . . 177
31 Méthode CLEAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
32 L’instrument GOLF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
33 Spectromètre à réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
34 Plan focal image . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
35 Signal sismique  , ELODIE, OHP . . . . . . . . . . . . . . 183
36 Sismométrie avec un FTS (1) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
37 Sismométrie avec un FTS (2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
38 Performance en vitesse d’un sismomètre échelle . . . . . . . . 187
39 Performance en vitesse d’un sismomètre FTS . . . . . . . . . 188
40 COROT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
41 COROT : tache image . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
42 Photométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
43 COROT : le satellite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
44 COROT : montage optique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192

Références pour ce chapitre


Références générales
Les pages web des différents projets sismométriques spatiaux :
– SOHO : http://sohowww.nascom.nasa.gov
– GOLF à bord de SOHO : http://www.medoc-ias.upsud.fr/golf
– COROT : http://www.astrsp-mrs.fr/www/pagecorot.html
– Most : http://www.astro.ubc.ca/MOST/
– Mons : http://astro.ifa.au.dk/Roemer/en/nush0.html
Les réseaux au sol :
– Elsworth et al. 1995. Performance of the BISON network 1981-present. Helio
and Asteroseismology from the Earth and space, ed. R.K. Ulrich, E.J. Rhodes
Jr. & W. Dappen, Astronomical society of the Pacific, San Francisco, p. 292
146 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

– Fossat E. 1995. I RIS status report. Helio and Asteroseismology from the
Earth and space, ed. R.K. Ulrich, E.J. Rhodes Jr. & W. Dappen, Astronomical
society of the Pacific, San Francisco, p. 387

Articles
– Baranne, A., et al, 1996. A&ASS, 119, 373.
– Barban C., E. Michel, M. Martic, J. Schmitt, J.C. Lebrun, A. Baglin, J.L.
Bertaux 1999. Solar-like oscillations of Procyon A: stellar models and time
series simulations versus observations. A&A 350, 617-625.
– Bedding T.R., Kjeldsen H., Reetz J., Barbuy B. 1996. MNRAS 280, 1155
– Bedding T.R. et al. 2001. Evidence for solar-like oscillations in  Hydri. ApJ
549, 115
– Bouchy, F., et al. 1999. ASP Conf. Ser., vol 185, 22.
– Bouchy, F., F. Carrier 2001. P-mode observation on  -Cen A A&A 374, L5-
L8
– Bouchy, F., F. Pepe, D. Queloz 2001. Fundamental photon noise limite to
radial velocity measurements. A&A 374, 733-739
– Carrier F., Bouchy F. et al 2001. Solar-like oscillations in  -Hydri :
confirmation of a stellar origin for the excess power. A&A 378, 142-145.
– Brown, T.M., et al. 1994, PASP, 106, 1285.
– Connes, P. 1985. Astrophys. & Space Science, 110, 211.
– Grec G., Fossat E., Pomerantz M. 1980. Nature 288, 541
– Kjeldsen H., Bedding T.R., Viskum M., Frandsen S. 1995. AJ 109, 1313
– Martic M., J. Schmitt, J.C. Lebrun, C. Barban, F. Bouchy, E. Michel, A.
Baglin, T. Appourchaux, J.L. Bertaux 1999. Evidence for global pressure
oscillations on Procyon. A&A 351, 993-1002
– Maillard JP, Michel G. 1982. A high resolution Fourier Transform Spectro-
meter for the Cassegrain focus at the CFH telescope. In Instrumentation for
Astronomy with Large Optical Telescopes, IAU Colloquium 67, C.M. Hum-
phries Ed., Reidel, 213
– Maillard J.P. 1996. Applied Optics 35, 2734
– Mosser et al 1998. A&A 340, 457.
– Mosser B., JP. Maillard, D. Mékarnia 2000. Icarus 144, 104-113
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147

1. Analyses temporelle et spatiale

1.1. Analyse de Fourier


 Description d’un signal temporel, compliqué, bruité, haché... mais composé
de perturbations périodiques, par son spectre dans l’espace des fréquences

  Transformation de Fourier
 Par définition, l’opération de transformation de Fourier, qui permet de décrire
un signal temporel  dans l’espace des fréquences, s’exprime :

 !"
#%$'&)( ,+-/. 0)1325467)8  (1)
*
(
Cette définition mathématique n’est ici pas suffisament explicite ; une nor-
malisation bien choisie est nécessaire pour définir précisément le signal en

fréquence  .
 Le spectre d’oscillations, ou spectre de puissance, 9  :9 ; , ne retient pas
l’information en phase.

F IG . 1 – Résolution des pics d’un spectre synthétique en fonction de la


durée d’observation, croissante dans le sens de lecture des 4
graphes ; spectres calculés par FFT. Sans résolution suffisante, les
petits pics du spectre ne peuvent pas émerger, et l’amplitude des
grands pics n’est pas convenablement reproduite.
Comparer les spectres à ceux de la Fig. 2.
148 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

F IG . 2 – Résolution des pics d’un spectre synthétique en fonction de la


durée d’observation ; spectres calculés par TF, et surrésolus.
Comparer les spectres à ceux de la Fig. 1.

F IG . 3 – Pour un bon échantillonnage des données, <>= étant le pas temporel


d’acquisition, et ? la durée totale d’observation :
a) La fréquence la plus haute (fréquence de coupure) doit être
échantillonnée avec au moins 2 points par période : @>ACBED3FHGH<>=
(Eqt. 2)
b) La fréquence la plus faible (résolution en fréquence) est juste
échantillonnée sur une période : <H@IBJD3F>? (Eqt. 3)
c) Il y a confusion entre toute pulsation K et LMKNLPOG3QRF3<>= ( O
entier).
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

S TU
Théorie du signal
L’analyse en sinusoı̈des pures suppose 1 , comme l’indique la définition
(Eqt. 1), un signal s’étendant temporellement de VXW à YZW ce qui est
U
difficilement réalisable.
En pratique, on considère une série temporelle [\]^ , à valeurs discrètes
obtenues avec un pas d’acquisition _>] . La fréquence de coupure `>acbed:f:d:gh rend
compte du fait que l’on ne peut pas acquérir d’information plus rapidement que
l’échantillonage :
hxw
U `>acbed:f:d:ghjik`>lnm/o,d:p qsruty v { z (2)
_>]
La série temporelle s’étend sur une durée finie | : d’où la résolution en
fréquence _H` , découlant du fait que l’on n’a aucune information sur les
fréquences que l’on ne voit pas évoluer sur la durée | (Fig. 1, 2) :

_H` y z (3)
U |
Si la série temporelle n’est pas continue, mais présente une période
d’interruption caractéristique |} de 1 jour : alors apparaı̂t l’effet de fenêtre,
avec une fréquence caractéristique z3~ |} . Le manque d’informations pendant
les interruptions régulières de signal conduit à une confusion en fréquence (cf.
paragraphe Effet de fenêtre : Fig. 12, 13, 14)
 
T €
Interprétation du théorème de Parseval-Plancherel
Ce théorème mathématique n’est qu’une forme particulière de la relation de
conservation de l’énergie 2. Il s’exprime, pour une fonction continue, et avec la
TF précédemment définie :
‚„ƒ ƒ …‡† ‚„ƒsˆ ƒ …‰†
[\]^ ] y [\`^ ` (4)

?! Vérifier l’homogénéité de cette égalité (Eqt. 4) 3

1. Cf. principe d’incertitude de Heisenberg


2. Il y autant d’énergie dans la série temporelle que dans sa décomposition spectrale
3. ‹ Š a la dimension de ‹ , multipliée par un temps

Durée d’observation Résolution


| _H` (ΠHz)
8 heures 34.72
1 jour 11.57
1 mois 0.38

TAB . 1 – Résolution en fréquence en fonction de la durée d’observation


150 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

nŽn
Discrétisation
Une série temporelle de mesures correspond :
– à des valeurs discrètres du signal,
– enregistrées pas nécessairement régulièrement,
– sur une durée donnée  finie.
La définition précédente (Eqt. 1) devient alors :
  
‘’ “”•–š ˜— ™ œ  žR Ÿ
› ’“  ,• ¡¢/£ ¤)“¥3¦5§6”7  •)¨> 
  5ª «‰Ÿ

avec   les dates individuelles, © le nombre total de points, et ¨>  š     .
Si l’enregistrement est suffisamment régulier :
R¬
¨>  ¨>  š 
©
‘
Le spectre ’ est lui aussi discrétisé, sur ­ fréquences, équiréparties 4, entre ¨H”
et ­ ¨H” , avec typiquement ¨H” de l’ordre de ®3¯> et ­ de l’ordre de ©°¯ ¥ pour
récupérer toute l’information selon Shannon.

4. Ce n’est pas indispensable, mais le contraire nécessiterait une justification raisonnée

F IG . 4 – Séries temporelles et leurs spectres. Il apparaı̂t nécessaire, avant


toute TF, de :
– ramener le signal à moyenne nulle,
– corriger le signal de toute discontinuité.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151

±²Moyenne
³ nulle et discontinuités
L’absence de fréquence nulle dans la définition de µ ´ équivaut à ne pas
³retranscrire dans l’espace de Fourier la composante continue du signal.
Il est de toutes façons toujours préférable, en fait vraiment indispensable, de
considérer un signal temporel à moyenne nulle, car on s’évite ainsi en pratique
³
bien des ennuis (cf. Fig. 4).
Il est également indispensable de corriger avant toute TF les éventuelles
discontinuités du signal.

?! Expliquer l’allure de la figure 4 5

¶‰· On ne s’intéresse par la suite qu’à un signal de moyenne nulle :


¸ ºx¿
¹ º »R¼ µ½¾ ¶ÁÀ

La conservation de l’énergie se réécrit alors :


¸ xº ¿ º ¿
¹ º »R¼Ã µ½¾  ćŠ¾ Ƕ Æ µ´ ½É È Â Ä‰Å É
¹ R
» 
¼ Â
È

ÊË
² Analyse
³ de Fourier rapide
L’analyse de Fourier rapide (fast Fourier transform, ou FFT) est une une
forme spécifique de programmation de la transformation de Fourier
– L’analyse d’un grand nombre de données (surtout s’il y a imagerie
sismique) motive l’usage de la transformation de Fourier rapide.
– Une routine de calcul fft est présente dans toute bonne bibliothèque de
³
programmation.
Mais l’usage d’une FFT nécessite alors :
– Une série temporelle comportant un nombre points Ì tel que Ì ¶ÎÍHÏ
points 6 .
Ð Cette série temporelle se doit de plus d’être régularisée.
¶‰· Une série temporelle de Ì points enregistrés à la cadence Å ¾ donnera un
Å Å
spectre de Ì°Ñ Í points avec un pas en fréquence É ¶JÒ Ñ,Ì ¾ .

5. Rappel : la TF d’une fonction porte est un sinus cardinal


6. Sinon le gain en temps est annulé, et la FFT peut devenir extrêmement lente si le nombre de
points est premier, ou se factorise avec de grands facteurs premiers
152 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

?! Vérifier que ceci est conforme au maximum d’information récupérable 7

Ó Si la série temporelle présente des irrégularités dans les dates d’enregis-


trement, ces écarts de la base temporelle, que la procédure de FFT ne peut
pas voir car elle suppose implicitement une série régulièrement échantillonnée,
conduisent à l’effet de jitter.
– La Fig. 5 montre l’effet d’un écart systématique ou aléatoire à une série
temporelle parfaitement régulière. Les cas étudiés correspondent à la pratique
7. En accord avec Ô/ÕÖe×ØÚÙ Û ÜnÝÞàßeÔ3áÚâÃÝäãeáÚâ,ßå

F IG . 5 – Spectres d’un signal purement sinusoı̈dal affecté par un effet de


jitter, càd une irrégularité sur la base temporelle. .
– Colonne de gauche : série temporelle régulière (a), ou écart à une
série temporelle régulière (b, c)
– Colonne de droite : spectre ; tous les spectres sont à la même
échelle
a) Signal et spectre de référence, avec une base de temps
parfaitement régulière, de durée unitaire
b) Signal avec une dérive quadratique sur la base de temps,
conduisant à un écart relatif inférieur au % ; le pic apparaı̂t
fortement dilué et déformé ;
c) Signal avec une dérive aléatoire sur la base de temps ; le pic
apparaı̂t très dilué et déformé.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153

suivante : un enregistrement de æ valeurs en une durée totale ç conduit


implicitement à un échantillonnage sur une durée çéè,æ ; sont visualisés les
écarts linéaire, quadratique ou aléatoire.
ënì7íDifférentes normalisations de la TF ê différentes informations sur le bruit
Si l’on y regarde de près, la définition donnée pour la TF confère à ï î une
dimension qui est celle du signal temporel ï multiplié par un temps. Donc, si
le signal temporel est une vitesse, ï î est une longueur, ce qui peut s’expliciter
par une amplitude d’oscillation, mais n’est guère parlant.
ð‰ñ C’est pourquoi plusieurs normalisations sont envisageables.
ò Pour avoir ï î homogène à une vitesse :
La normalisation s’exprime par une nouvelle définition de la TF :
ø÷ ù ú ÿ ïóxõ 
)ó6ôxõ
ïî óôõöðû üþý

ou bien, pour une série temporelle bien régulièrement enregistrée :

ïî óôõ öð ø÷ ù ú ÿý ïóxõ 


)ó6ôxõ
æ
ð‰ñ dans ce cas, l’unité du spectre de puissance est le m  .s  .
La conservation de l’énergie (Eqt. 4) se réécrit alors :
"
ú ÿ ïóxõ  ð ú ÿý  ïóxõ    ð üÿ  ïóô!3õ   Hô ð ÿ

ïî óô!>õ  
ý  ü% î ý
æ

F IG . 6 – Rapport signal/bruit dans un spectre. La durée de la série


temporelle augmentant, le signal (pics à 1, 2 et 3 mHz) finit par
émerger du bruit dans le spectre, alors qu’il reste caché dans la
série temporelle (pour cette simulation, le rapport signal/bruit dans
la série temporelle est de l’ordre de 0.15 pour le pic le plus fort).
154 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

?! Justifier les intermédiaires de calcul, #%$'&)(+* et , (.-0/'1 ,


implicitement utilisés dans les égalités qui précèdent 8

Alors, si l’on note 2 3 le bruit moyen dans la série temporelle, défini par :
<
9;: * =>? @ABC;D!?
236
4 58( 7 4
-

et 2FE le bruit dans le spectre :


<HG
;9 : 1 = >
4 ?J@I A D!?
2 E4 58( 7 &!K 4
-

-
On obtient simplement 2 3 4 ( 2E4 , et donc le bruit dans le spectre est relié au
1
ZN[U\ 8. LNM est[Ula\ résolution[Uoptimale
\ fonction de la durée totale d’enregistrement O ; M PQNR SUT V WYX
L ]X_^ O_X`^%LNM

F IG . 7 – Augmenter la durée d’observation permet d’augmenter la


résolution en fréquence ; la puissance du bruit par élément spec-
tral (“bin” de fréquence) diminue, au contraire de celle du signal
qui s’accumule en une même fréquence (sous l’hypothèse que la
durée de vie du signal est supérieure à la durée d’observation).
a) Echantillonnage sur une courte base de temps, et décomposition
b, c) sur une base de temps 16 fois plus longue d)
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155

bruit de la série temporelle par :

aFbdcfe hg a i

j Avec cette définition, le spectre a donc une unité bien identifiable, et le bruit
décroı̂t comme la racine carré du nombre d’intervalles spectraux : le bruit d’une
h
mesure instantanée a i se répartit, au fur et à mesure que augmente, dans un
nombre croissant d’intervalles de fréquence. Un signal cohérent sur une longue
durée finira toujours par sortir du bruit (Fig. 6)
k La figure 7 explicite le mécanisme : augmenter la résolution en fréquence
augmente le nombre de cases où répartir le bruit, le signal en revanche se
renforçant à la fréquence fixée (sous réserve que la durée de vie du signal reste
supérieure à la durée s’observation).
k Pour avoir une information sur le bruit :
La normalisation s’exprime par une nouvelle définition de la TF :
„| z{
m l no8p`q8c sr t v u wyzx { mn|}p~  € n o|};p„|} c e h x mn|};p~  € n o|}p
g‚ƒ g‚ƒ
{
c†… dans ce cas, l’unité du spectre de puissance est le m ‡ .s ˆ‡ .Hz ˆ .
La conservation de l’énergie se réécrit alors :

‡ Š
z{ Š z{Š mn|};p Š „|
xH‰ m‹l no!Œp ‡ '„ o cw u x ‡

ce qui donne :
‡ Š
z{ Š
xH‰ m‹l no!Œp ‡ c „| 
z {Š mn|};p Š
x ‡

On obtient simplement :
„| a i aFbdc
g
c†… Ce résultat rappelle que, quoiqu’on fasse, on retrouvera dans le spectre le
bruit de la série temporelle. Le spectre sera d’autant moins bruité que le bruit
a i est petit, pour une faible durée d’intégration „| .
c†… On { a donc{ défini, à l’instar du nep pour un détecteur photométrique, le
nev (noise equivalent velocity) d’un détecteur dédié à la sismologie, exprimé
en m.s ˆ .Hz ˆ ‡
‰
{
?! La précision en vitesse (1- a ) obtenue en 1 minute d’intégration est
de 10 m.s ˆ ; en déduire le nev dans le spectre obtenu par FFT, après une
observation de 5 nuits, à raison de 8 heures par nuit, en supposant le bruit
blanc 9

9. La résolution est de l’ordre de 2 Ž Hz, et le bruit de 12 cm.s F par élément du spectre.
156 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

F IG . 8 – Séries temporelles de bruit : bruit blanc, bruit en 1/ ‘ et en 1/ ‘ ’ .


Chaque série temporelle apparaı̂t pour trois différentes durées
d’acquisition : 1, 10, 100 s.

F IG . 9 – Signal avec du bruit blanc et du bruit en 1/ ‘ ’ ; spectre correspon-


dant
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157

1.2. Bruit de photons / bruits instrumentaux


“ Une observation idéale est limitée par le seul bruit de photons !
” Lors d’observations réelles, se superposent :
– Divers bruits plus ou moins blancs, dont le bruit de photons
– Du bruit instrumental à basse fréquence, correspondant aux dérives du
détecteur
– Des bruits (du point de vue sismique) correspondant en fait à des
phénomènes bien identifiables (température, humidité, rotation diurne...)
“ Un bruit ou un signal parasite incontrolable deviennent rédhibitoires dès lors
qu’ils présentent :
– Une amplitude trop importante dans le domaine de fréquence où est
attendu le signal sismique,
– Une éventuelle signature en fréquence dans ce domaine.
La Fig. 8 représente différents signaux affectés par différents types de bruit :
blanc, en 1/ • , en 1/ • – . La Fig. 9 représente un signal affecté par du bruit blanc
et du bruit en 1/ • – , ainsi que son spectre, où l’on distingue nettement les 2
composantes de bruit.

?! Interpréter les séries temporelles de la Fig. 8 10

?! Interpréter le spectre de la Fig. 9 11

1.3. Effet de fenêtre

10. Il y a d’autant plus d’accidents dans les séries temporelles que le bruit est riche en basses
fréquences ; l’aspect des courbes est d’autant plus lissé que la durée d’acquisition est longue
11. Le bruit en 1/ —˜ domine à basse fréquence le bruit blanc.
158 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

™ š†La
› hantise du sismologue !
Vu les périodes incriminées en sismologie, typiquement entre la minute
et l’heure ( œŸž quelques dizaines de œ  , et vu la nécessité d’intégrer dans
le temps pour faire ressortir le signal du bruit, il est nécessaire d’observer
plusieurs jours (ou nuits) d’affilée. On récolte donc une série temporelle
interrompue de jour ou de nuit (respectivement pour une cible stellaire (Fig. 10)
ou pour le soleil).
¡†¢ Au lieu d’avoir accès au spectre ¤ £  du signal temporel ¤  , on mesure le
spectre ¤ £ du signal ¤ tel que :
¤¥¦   ¡ ¤  ¥ ¦ ¨   §'© ¥ ¦  
¤£ ¥ œ8  ¡ ¤ £  ¥ œ8 ª © £ ¥ 8 œ  

où © ¥ ¦   représente la fenêtre (Fig. 11):

© ¥ ¦   ¡«« ¯
observation
« pas d’observation
«!¬®­
¡†¢ ­
la convolution introduit une fréquence parasite, 11.57 ° Hz , soit
exactement 1/24 h
± L’effet de fenêtre ne se contente pas de diluer la puissance du signal dans
les alias à ² 11.57 ° Hz (Fig. 12, 13), il peut aussi rendre le spectre totalement
méconnaissable (Fig. 14)

F IG . 10 – Série temporelle avec fenêtre (Bouchy & Carrier 2001). De jour,


pas de données sur ³ -Cen ! On remarque par ailleurs la dispersion
des données, limitée à quelques m.s ´†µ pour un pas d’acquisition
d’environ 2.5 min.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159

F IG . 11 – Dégradation du signal par effet de fenêtre :


a) Fenêtre de 5 nuits d’observation, et son spectre.
b) Echantillon du signal sismique stellaire, et son spectre.
c) Echantillon du signal sismique enregistré : pas de données de
jour ; le spectre sismique est fortement dégradé par la fenêtre.

F IG . 12 – Effet de fenêtre : 4 fenêtres et leurs spectres. La résolution dépend


de la durée totale d’observation (ici 3 ou 12 nuits), et l’amplitude
des pics secondaires du spectre de la fenêtre dépend de la
couverture temporelle (nuits de 6 ou 12 heures)
160 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

F IG . 13 – Comparaison de spectres de 2 fenêtres ; le spectre en pointillés


correspond à un meilleur remplissage ainsi qu’une durée d’obser-
vation plus longue.

F IG . 14 – Spectre synthétique d’oscillations joviennes :


a) Condition d’observation continue pendant 5 jours.
b) Le même spectre observé depuis un seul site. La fenêtre
monosite dégrade très fortement le spectre ; seuls les pics prin-
cipaux subsistent, souvent avec des décalages en fréquence de

11.6 · Hz.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161

?! Interpréter les figures 13 et 14

¸ Il existe différentes manières de s’affranchir de la fenêtre d’observation,


abordées ci-après.

¹ º
Observation au pôle Sud
– Observations pendant l’été austral, proches des côtes du continent arctique
(1ère observation héliosismique : Grec, Fossat & Pomerantz 1980)
– Mais il reste difficile d’observer plus de 10 jours d’affilée, alors que 2 mois
au minimum sont nécessaires pour la mesure de la levée de dégénérescence
rotationnelle solaire
– A prévoir : observation en plein cœur du continent arctique, à » 3000
m d’altitude, avec des précipitations annuelles inférieures au cm, car la
tropopause est pratiquement au raz du sol

¼ º
Les réseaux d’observation
¸ Caractéristiques des réseaux :
– A priori 3 sites suffisent pour couvrir la journée entière
– En pratique, du fait de la météo et des pannes inévitables, 6 sites
sont nécessaires pour une couverture temporelle de l’ordre de 95% pendant
plusieurs mois
¸ Les problèmes :
– La maintenance d’un réseau, par définition à l’échelle planétaire, est très
lourde. Elle nécessite une organisation impliquant des partenaires sur chaque
site
– La concaténation des données, obtenues avec des instruments jamais
tout à fait identiques, dans des conditions toujours différentes, nécessite de
développer des algoritmes automatiques pour les filtrages et pondérations
nécessaires
¸ Les réseaux solaires 12 , par ordre chronologique de mise en route :
– BISON : BIrmingham Solar Oscillation Network, avec 4 ( ½ 6) sites
automatiques, observation en disque intégré avec cellule par résonance au
potassium
– IRIS : International Research on the Interior of the Sun, avec 5 ( ½ 7) sites,
disque intégré, cellule de sodium
– GONG : Global Oscillation Network Group, imagerie derrière un interféromètre
compact de Michelson (Fig. 15).

12. NB : il existe aussi des réseaux pour des campagnes d’observation d’étoiles variables ;
WET : whole Earth telescope, réseaux de plusieurs petits télescopes (classe 1 à 2-m) ; mesures
photométriques (typiquement, les variations recherchées sont de l’ordre de la millimagnitude) ;
campagne Musicos...
162 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

?! Pourquoi un interféromètre de Michelson permet-il “facilement” d’ima-


ger? 13

¾F¿FÀ
L’espace
ACRIM : Active Cavity Radiometer Irradiance Monitor, à bord du satellite
À
Solar Maximum Mission
À
IPHIR : Interplanetary Helioseismology by Irradiance, à bord de Phobos
A bord de SOHO
– SOHO orbite autour du point de Lagrange Á 1 du système soleil-terre
– lancé en décembre 1995

13. Un tel interféromètre admet une grande étendue de faisceau, car par principe n’a pas besoin
de fente d’entrée

F IG . 15 – Les différents sites du réseau d’observation héliosismique Gong,


couvrant le globe en longitude, et répartis de part et d’autres de
l’équateur.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163

?! Préciser les avantages du point de Lagrange  1 pour un tel observatoire 14

– Les 3 sismomètres de SOHO, avec des résolutions spatiales variées,


couvrent tout le domaine accessible en degré Ã ( Ä 2000 environ)
– Nombreux résultats en cours... mais toujours pas de détection franche et
massive 15 modes de gravité (janv. 2002)
Å VIRGO : Variability of Solar Irradiance and Gravity Oscillation
Å GOLF : Global Oscillation of Low Frequencies
– Mesure spectrométrique sans résolution spatiale
– S’intéresse aux modes de faible degré qui se propagent dans le noyau
Å SOI / MDI : Solar Oscillations Investigation
– Capacité d’imagerie Ä modes de degré moyen à élevé

1.4. Résolution spatiale


Å Que l’objet soit résolu ou non, ne voir qu’un hémisphère de l’objet ne permet
d’identifier en moyenne qu’une moitié des modes ÆÇÈ ÉNÈ Ê (filtrage spatial des
Ê
harmoniques sphériques Ë É ).

?! Justifier ceci 16

Ì Í†Astérosismologie
Î
Etoiles : vues en lumière intégrée, sans résolution spatiale
– La géométrie dépend de l’inclinaison de l’axe de rotation par rapport à la
ligne de visée
– Résolution spatiale maximale : degré ÃÐÏ)Ñ (mesures Doppler) ou 2
Î
(mesures photométriques)
Planètes géantes :
– L’observation en disque intégré conduit à sélectionner les modes vérifiant
ÃÓÒÕÔ pair, càd ceux symétriques par rapport au plan équatorial
– La résolution spatiale permet d’atteindre théoriquement les degrés jusqu’à
Ã%Ï6Ö‹× (Jupiter) ou 30 (Saturne)

14. Ø 1 tourne en phase avec la Terre, avec toujours le Soleil en face et la Terre dans le dos
15. Peut-être à 251.8 Ù Hz (Ú =2, ÛÜ_Ý ), et 220.7 Ù Hz (Ú =3, ÛÜ_Ý ), d’après l’accumulation des
mesures GOLF
16. Les ÞÓà ß sont orthogonales entre elles sur la sphère, et non sur la demi-sphère
164 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

á âFã
Héliosismologie
L’observation en disque intégré n’est sensible qu’aux modes de degré ä%åçæ
ã
à 3 (sol) ou 4 (espace)
En imagerie, notons è le nombre de pixel le long du diamètre solaire, et éŸê
la taille du pixel reportée sur le disque solaire, avec :

èëéŸê_åçì'íïî

La résolution spatiale maximale, à l’équateur, correspond au vecteur d’onde :


ð'ñFò óô!õ öø÷
åúù
éŸê
et donc au degré : û
ñFò óô!õ öø÷ü8þý ÿ ð'ñFò óô!õ öø÷
å íïî å ù è
ì


En fait, la résolution décroı̂t de l’équateur au limbe ; elle varie en fonction de
l’angle entre l’axe de viséeû et le point courant sur le Soleil comme :
ñFò óô!õ öø÷
 
å ù è
ì

ñFò óô!õ öø÷
å   
Soit, en intégrant deû l’équateur à la région repérée par :

ì    ù è
ì
Ce qui donne pour une image
û entière du disque solaire :

ñFò óô!õ öø÷ 


 ù  è   ì è
% â& â Pour une résolution de 2”, soit è.å‹æ"!'ì#
$ æ‹æ
, le degré maximal
accessible est de l’ordre de 1000 û
– La résolution sur la détermination du degré ä dépend du plus petit nombre
d’onde mesurable : å
ð ì

û
ù d’où, à l’équateur : å
ð

íïî å

'
èëéŸê
– Dans le cas sphérique de åçæ û à :  '  ù
å ù , soit sur le disque entier

( då
ù
'ì ). ! å ì
'

– La symétrie sphérique, comme elle diminue la valeur du plus haut degré


accessible, augmente la précision 17 de la détermination de ä
– Il reste néanmoins impossible, en mode imagerie, de distinguer sans
ambiguité les modes de degré ä de ceux de degré ä )(

17. Cf. principe d’incertitude de Heisenberg


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

2. Héliosismologie
* Rappel : le résultat le plus marquant de l’héliosismologie, c’est l’obtention du
modèle sismique solaire (cf. Chap II./ Modèles de structure interne), découlant
de la précision des observables sismiques.

2.1. L’inversion des données des modes de pression


– Les données héliosismiques, tant issues des réseaux solque de l’espace,
sont d’une qualité (Fig. 16, 17, 18, Tab. 2) et d’une ampleur telles que l’on peut
entreprendre un grand nombre d’analyses très fines, entre autres l’inversion (cf
Partie III./ Sismologie)
– Le profil de vitesse du son à l’intérieur du soleil est ainsi déterminé avec
une précision presque partout meilleure que 0.2%. Seules les régions centrales
et la tachocline, frontière entre les zones radiative et convective, restent un peu
moins bien décrites (Fig. 19).
– L’imagerie des modes de degré et ordre azimutal divers permet l’inversion
de la rotation interne (Fig. 18).

F IG . 16 – Spectre des modes de pression de faible degré vu par GOLF à bord


de SOHO. La grande qualité des données permet d’avoir accès aux
modes-p de faible fréquence, inaccessibles depuis le sol car noyés
dans le bruit

F IG . 17 – Séries temporelles héliosismiques obtenues avec GONG. Il n’est


même pas la peine d’entreprendre une TF pour visualiser l’aspect
ondulatoire du signal
166 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

?! Estimer la fréquence +-, solaire d’après les valeurs de la Table 2. La

TAB . 2 – Quelques fréquences propres des modes de pression de faible

.0/
degré vus par GOLF à bord de SOHO. La plupart sont déterminées
à mieux de 2.10 près.

F IG . 18 – Signature de la rotation solaire, données GONG


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167

comparer à l’inverse du temps dynamique du soleil 18

18. La grande séparation


de temps dynamique du soleil
132 4
est de l’ordre de 135 Hz, soit en gros l’inverse de 2 h, la constante

F IG . 19 – Inversion du profil de vitesse du son obtenu à partir des données


GOLF ( SOHO ).

F IG . 20 – Délai de retard en fonction de la distance à la région d’excitation


(la source d’excitation est la supergranulation) ; visualisation des
rebonds, et accord avec la relation théorique
168 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

5
2.2. Analyse temporelle ; tomographie
La mesure de la durée du trajet d’une onde sonore, entre l’excitation par un
séisme et sa réapparition à une certaine distance épicentrale après réfraction
dans la croûte terrestre, est une mesure classique en sismologie tellurique
– Dans le cadre de la théorie des rayons, il est aisé de remonter de la durée
5
du parcours au profil de vitesse du son
De telles mesures ont été effectuées à bord de SOHO :
– L’excitation provient non pas d’un hypothétique séisme solaire, mais de la
convection turbulente sub-photosph érique
– L’instrument SOI / MDI atteint une résolution spatiale suffisante (de
l’ordre de 2 à 3000 km), qui permet le tracé d’hodogrammes par inversion
tomographique (cf. Fig. 20)
– L’étude tomographique a été menée sans succès pour détecter d’éventuelles
ondes excitées par les impacts des fragments de la comète Shoemaker-Levy sur
5
Jupiter en juillet 1994
Mesure du champ de vitesse, étude de la convection par analyse
tomographique (Fig. 21)

5
2.3. L’analyse temps-fréquence
La durée de vie des modes solaires est typiquement de quelques jours.

F IG . 21 – La convection solaire dans les premières couches sub-


photosphériques, décrite par les champs de vitesse et de
température, dérivée des mesures de SOI / MDI
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169

Lorsque l’on observe plus longtemps, on voit passer plusieurs trains d’onde.
On peut ainsi analyser les mécanismes d’excitation de l’onde.
– La largeur d’un pic est reliée à sa durée de vie. L’analyse temps-fréquence
permettent de remonter aux mécanismes d’excitation et d’amortissement des
ondes (Fig. 22, 23)

?! Déterminer, sur la figure 22, la durée du mode de deux façons différentes 19

6
2.4. Les modes de gravité
L’intérêt de leur recherche est manifeste : ils sont bien plus nombreux à
6
sonder les régions centrales que les quelques modes de pression de bas degré.
Ils sont extrêmement difficiles à observer, à cause de l’enveloppe convective

798;:<#>@= ?BA CDE>F : DEGE? >@= >HDE>I A > 8


entre 0.7 et 1.0 rayon solaire, où leur propagation est évanescente, et leur

J K F K
19. On note 7
le nombre d’oscillations du train d’onde ;

L
; l’analyse de la série temporelle donne une durée de vie du train d’onde de l’ordre de 10 à
20 jours, en accord avec la demi-largeur des pics, de l’ordre de 0.5 à 1 Hz.

T NVU
F IG . 22 – Analyse temps-fréquence : la couverture temporelle (ici : 680
jours) est bien plus longue que la durée de vie du mode (
). La puissance contenue dans ce mode est fonction du temps.
, MONQPSR
La largeur en fréquence du pic dépend de la durée de vie du mode.
170 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

amplitude exponentiellement décroissante. De plus, leur spectre apparaı̂t aux


W
très basses fréquences, où s’accumulent les divers bruits.
Ils n’émergent pas encore dans les données SOHO, à cause de la méso-

XY
granulation et de la super-granulation (Fig. 24). Leur amplitude ne doit pas
excéder 3 ou 4 mm.s (cf données Golf/SoHO, 01.02).

F IG . 23 – L’aspect “bruité” de ce spectre ne provient pas d’une quelconque


fenêtre, mais de la durée de vie limitée du signal, bien inférieure
à la durée totale de la série temporelle. Les différentes réalisations

Z
d’un mode apparues durant la durée d’observation présentent des
fréquences étalées dans typiquement 2 Hz, soit l’inverse de
5 jours, leur durée de vie.

Z [`
Identification des modes : multiplet ( []\_^ Z a` \cbd^Se fge3hi^
à 3024.5 Hz ; singulet ( = =0) à 3033.5 Hz
, ) centré
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171

F IG . 24 – Spectres VIRGO : les modes de gravité ne ressortent pas encore du


bruit de la super-granulation
172 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

3. Astérosismologie
j Si l’analyse théorique en astérosismologie n’est guère différente de l’héliosismologie,
la recherche d’oscillations stellaires est une tâche autrement plus ardue, dès
lors que l’on s’intéresse à des oscillations de type solaire, non auto-excitées, et
j
donc d’amplitude extrêmement faible.
On peut considérer que c’est uniquement depuis 1999, par les observations
d’une équipe française (Martic et al. 1999), que l’on est assuré d’une détection
sans ambiguité d’oscillations de type solaire, observées sur Procyon. Les
paramètres sismiques étaient déjà déterminés l’année d’avant (Mosser et al.
1998).
– C’est au CFH, avec le spectromètre par transformée de Fourier FTS,

F IG . 25 – Spectre de Procyon, observé avec ELODIE à l’OHP (Martic et al.


1999). Parmi les éléments justifiant la détection des oscillations de
Procyon, on remarque ici :
– L’enveloppe d’un surcroı̂t de signal entre 0.5 et 1.5 mHz, cette
dernière fréquence correspondant à la fréquence de coupure pho-
tosphérique théorique,
– L’amplitude des modes, en accord avec les prédictions
théoriques.

k
F IG . 26 – Spectre de Hydri, observé par Bedding et al. (2001) avec le
spectro échelle du télescope AAT (3.9-m). Le spectre présente

lm n
un excès de puissance aux alentours de 1 mHz, d’amplitude
0.11 m.s , compatible avec le spectre des modes de bas degré,
et avec d’autres observations (Carrier et al. 2001).
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173

et à l’OHP, avec le spectromètre ELODIE (celui des exoplanètes), que les

o
observations ont eu lieu !

p
Une étape supplémentaire a été franchie en 2001, avec les données sismiques
de -Cen (Bouchy & Carrier 2001), permettant l’identification des fréquences
propres stellaires.

?! Que permet l’identification des modes par rapport à la seule identification

p
F IG . 27 – Spectre de -Cen, observé en 2001 à la Silla par Bouchy & Carrier
(2001). Le premier spectre astérosismique sans aucune ambiguité,
permettant de plus une analyse des fréquences individuelles des
modes.

F IG . 28 – Spectre théorique de Procyon (Barban et al. 1999).


– Les fréquences propres des modes de bas degré ont été calculées
d’après un modèle de structure interne, mais les amplitudes restent
arbitraires. L’enveloppe est une gaussienne, centrée sur 1 mHz ; la
fréquence de coupure théorique est de l’ordre de 1.5 mHz.
– Zoom sur une portion limitée du spectre, mettant en évidence la
levée de dégénérescence par la rotation des modes.
174 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

de l’enveloppe des modes et de la grande séparation ? 20

3.1. Analyse théorique

q
Il est important de prévoir au mieux le signal à analyser (Fig. 28).

r-s
L’allure générale d’un spectre d’oscillation stellaire est à l’ordre zéro

t
essentiellement déterminée par la grande séparation et le profil d’amplitude,
comme l’indique la théorie asymptotique, valide pour les modes de faible degré
, les seuls accessibles.

?! Rappeler pourquoi seuls les modes de bas degré sont observables 21

– La détermination du profil d’amplitude reste bien plus incertaine que le


calcul des modes propres du spectre.

?! Expliquer conceptuellement pourquoi 22

On dérive le profil d’amplitude par extrapolation du cas solaire, et en translatant


le maximum supposé en fonction du type spectral de l’étoile comparé à celui
du soleil.
– La fréquence de coupure dépend des seules propriétés de la photosphère
stellaire, et se retrouve de fait assez bien déterminée.

u
3.2. Outils d’analyse d’un spectre d’oscillations

q Aperçu succint des outils d’analyse d’un spectre astérosismique


A l’ordre 0 : le diagramme échelle
20. L’identification des modes par leurs nombres quantiques apporte autant de contraintes que
de modes identifiés.
21. Absence de résolution spatiale
22. Le calcul du spectre découle d’une analyse linéaire, pas celui des amplitudes
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175

– Recherche des fréquence constitutives de la structure du spectre des modes


de bas degré (les seuls accessibles sur une cible non résolue) décrite par la
théorie asymptotique :

vxwHy z{ B| }~;€~ƒ‚„…v-†‡~ Šˆ ‰


{ ‹ ŒvŽ~ # v
2 ordre

avec la fréquence de répétition


de l’ordre radial , et } #v Œv
voisine de la fréquence
reste de la division
-v † ‹ , entier voisin

S‘’La recherche des oscillations


La recherche d’une signature sismique
Avant même l’identification de motifs d’origine sismique, deux traits domi-
nants sont recherchés dans un spectre de Fourier
– Apparaı̂t-il un excès de signal dans le domaine de fréquence où sont
attendus les modes propres ?
– Peut-on distinguer une coupure du signal qui serait due à la fréquence de
... coupure atmosphérique ?

—™˜ €
?! Montrer que cette recherche n’est sûrement pas vraiment concluante, dans
un spectre bruité dominé par du bruit instrumental à basse fréquence (
avec ), où auront justement été filtrées ces basses fréquences 23
, “ v”–•

’
v-†
Il s’agit ensuite d’identifier la grande séparation entre les modes de bas degré,
issue de la fréquence caractéristique . Les méthodes qui suivent poursuivent
ce but.

š‘ Autocorrélation du spectre

› – Pour la recherche de motifs répétitifs dans le spectre


Cette méthode ne marche que pour un spectre peu bruité, avec une bonne
fenêtre.

23. Le filtrage à basse fréquence et la décroissance du bruit à haute fréquence conduisent à un


signal maximal aux fréquences intermédiaires
176 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

œ La signature en “peigne”


– Recherche d’une structure en forme de peigne (Fig. 29), conformément

maxima locaux, ici repérés à la fréquence : žxŸ


à ce que décrit l’analyse asymptotique des modes de faible degré, autour des

 ¢¡ žxŸ¤£E¥žg¦§©¨ª¬«­¯®@°±žxŸ³²O´ ¥µ_ž ¶ °±žxŸV·™´ ¥µ_ž ¶¹¸»º¼


½ª
žxŸ¿¾ µ ¥ž ½ ª ½Å§_ÄEÆÀ Çd§cÈ Â´ Á³Ã ʽ ÉÆ Ë§ÌÈxÍ µ
où représente le poids donné à la i-ème dent du peigne (décompte à partir
de la dent centrale). Typiquement (Kjeldsen et al. 95), on limite la recherche
aux proches voisins : (i.e. pour ), tout en affectant un
poids supérieur aux très proches voisins ( , mais ).
– La signature consiste à mettre en évidence l’équidistance locale entre les
pics.
– Il est nécessaire d’exclure a priori les artefacts engendrés par l’effet de

Î
fenêtre.
Le principal inconvénient de cette méthode est d’être hautement non linéaire,
ce qui peut provoquer de “fausses alertes”.

ϝ La recherche par histogramme


Description de la méthode (Fig. 30) :
– La 1ère étape consiste à repérer les pics du spectre les plus marquants.
– Le spectre subit alors une série de translations, chacune servant à ramener
un pic marquant à fréquence nulle.
– On repère pour chaque étape les voisins les plus importants.
– On construit ainsi peu à peu l’histogramme des intervalles de fréquence où

Î
se concentrent d’éventuels voisinages récurrents (Fig. 30).
Cette méthode présente l’insigne avantage, par rapport à la réponse en peigne,
d’être linéaire. Ainsi, la signature de la fenêtre est respectée (ce qui signifie que
l’on sait où apparaı̂t la puissance de la fenêtre !)

F IG . 29 – Procyon : mise en évidence de la grande séparation par la


recherche d’une structure en forme de peigne, dans le spectre
obtenu avec le FTS du CFH, fév. 98.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177

ÑÒ La méthode CLEAN ( nettoyage) Ð


Description de la méthode (Fig. 31) :
– Repérage du pic du spectre le plus important.
– Soustraction dans le signal temporel de la contribution de cette fréquences,
avec la phase ad-hoc.
– Repérage du pic suivant en importance, et boucle sur les 2 étapes
Ó
précédentes.
Cette méthode n’est vraiment efficace que lorsque le spectre est pauvre en
modes, p.ex. avec des étoiles variables multimodes. En astérosismologie, d’une
part trop de modes conduisent à trop d’interférences, d’autre part l’effet de
fenêtre et un rapport signal/bruit insuffisant ne permettent pas de retrouver

ÔÒ l’information en phase.
Dans un avenir proche ?

Õ
– Mesure des fréquences propres des modes de bas degré. En janvier 2002
c’est le cas pour une seule cible ( -Cen, Bouchy & Carrier 2001).
– Inversion sommaire ... comme pour le soleil, mais sans les modes
Ó
spatialement résolus.
Cette opération d’inversion attendra très certainement la qualité des
observations spatiales.

F IG . 30 – Procyon : mise en évidence de la grande séparation par la


construction d’un histogramme.
– dans le spectre obtenu avec le FTS du CFH, fév. 98
– dans le spectre obtenu avec ELODIE (même date)
On repère aux fréquences 0, 11.6 et 23.2 Hz la signature de la
fenêtre d’observation. La fenêtre se superpose également à toute
Ö
éventuelle équidistance.
178 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

4. Méthodes de détection

4.1. Aperçu des différentes techniques utilisées


×
× Pour mémoire : sismomètres telluriques = accéléromètres
Deux classes de méthode (Table 3) :
– Spectrométrie (vélocimétrie Doppler)
– Photométrie (mesure de flux)

ØÙ
?! Quel nev (en m.s .Hz ØÙ ØÙÚ Û
) faut-il pour détecter un signal Doppler à
10 cm.s avec un contraste de puissance par rapport au bruit de 10, pour une

F IG . 31 – Résultat du nettoyage d’un spectre de variabilité stellaire par la


méthode CLEAN

Spectrométrie Photométrie

Modes visibles iÜ ÝÞàßâá ÜÝÞãßåä


Signal æèçcé-ê ØØÙÙ
cm.s ëxìSíxìãçÌéîEêSï éðÞSØ0ñ
Bruit
S/B
300 m.s
5.10 Øò 0,15
10 Ø0ó
TAB . 3 – Comparaison des méthodes, modes ô solaires non imagés
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179

durée d’observation permettant une résolution en fréquence de 1 Hz? 24 õ

– Le rapport signal sur bruit est légèrement meilleur pour les mesures
spectrométriques, mais davantage de phénomènes parasites dégradent ces
mesures.
– La détection des variations d’un signal photométrique de l’ordre du ppm
ö
ne peut être menée que depuis l’espace.
Les méthodes spectrométriques nécessitent un spectre riche en raies : la
comparaison de divers principes spectrométriques expérimentaux montrent
l’importance de l’intervalle spectral admissible : plus il est large, plus le
nombre de photons est important, et la sensibilité meilleure. Les méthodes
photométriques peuvent intégrer les photons sur un large intervalle spectral.

÷
4.2. Méthodes photométriques

ø-ù
Principe : les variations du champ de vitesse entraı̂nent des variations : du

ùûúýü"þ ÿ
champ de température :


ö þ


où est l’indice adiabatique
Comme il s’agit d’une équation thermodynamique, c’est la vitesse sonore qui
apparaı̂t, et non la célérité de la lumière !

?! Retrouver la relation précédente à partir des équations décrivant une onde


sonore (rappel : une onde sonore se propage adiabatiquement)

– Les variations relatives de l’intensité bolométrique (toutes longueurs


d’onde confondues) suivent celles de la température :
ø ø-ù
ú ù
 

 


le facteur 4 provenant du rayonnement du corps noir, et abstraction étant faite

ø
des variations du rayon de l’objet.
 
 de
Etoile  type
  solaire
–   km.s 

4.3. Méthodes spectrométriques

24. Un bruit de 1 cm.s ! par intervalle spectral de 1 " Hz nécessite un nev de


1 cm.s ! . " Hz !$#&% , càd 10 m.s ! .Hz !$#&%
180 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

'(L’enjeu
)
Il s’agit de mesurer la signature Doppler des oscillations, càd de détecter un
décalage spectral :
*,+ .
+ -
/
. . 0 2
354 687 9:;.1<54 =52
>5?
1
avec -
:@.17&68AB0 C
D5E1GF? 2
4 H=5?B:;.1352
=54 6
:JI0 C
KL4 9 9 7&684 0 >5C

)
Les premiers traduisent les divers termes d’entraı̂nement de la source ou de
l’observateur, sont très grands (typiquement le km.s MN ), mais très “propres” et
)
évoluent à très basse fréquence
Les suivants sont des termes incohérents, génants s’ils présentent une
signature importante dans le domaine des fréquences étudié ; ils conduisent
à une signature dans tout le spectre :
+
– A basse fréquence, la puissance évolue comme MPO , avec l’exposant Q
voisin de 2.
) – A haute fréquence, comme bruit blanc.
Le terme d’oscillation est de loin le plus faible, mais a pour lui d’être
cohérent sur la durée de vie des modes
– Exemple : le Soleil en imagerie à haute résolution spatiale, 10 R modes
d’amplitude typique 10 cm.s MN correspondent à un signal incohérent de
300 m.s MN , dilué dans le bruit de la granulation de 1 km.s MN .
S
Comment observer un signal faible caché dans du bruit ? = comment trouver
une aiguille dans une botte de foin...?
– La meilleure solution est de s’arranger pour que l’aiguille soit à côté et
non sous la botte de foin !
– Au fur et à mesure de l’intégration, et donc sur plusieurs jours au
minimum, un bruit blanc même fort sera dilué sur tout l’intervalle spectral.
S
Mais un signal parasite dont la signature intervient dans le domaine des
fréquences du signal est rédhibitoire.
T !
( Spectrométrie
) par résonance ; filtre magnéto-optique
Le principe instrumental
– Une référence atomique (cellule de sodium ou potassium) entre en
résonance sous l’influence du flux solaire.
– La référence est très froide par rapport à la source, et donc la raie résonante
beaucoup plus fine que la raie à sonder.
– Le décompte des photons excités permet de mesurer les photons dans un
flanc de raie ; une modulation Doppler de la raie se traduit par une variation
)
d’intensité.
) Le montage type : Fig. 32
Les performances :
– Les raies considérées ne sont pas saturées, mais ont une profondeur voisine
I68E
de 1 ; leur largeur est typiquement la largeur thermique
I
– Un décalage
*U spectral dû à la vitesse se traduit par une variation de
l’intensité telle que :
*U XY Z U I
I\[
UVW- X I I68E
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181

– ]^8_ est de l’ordre de 10 km.s `a ; la réponse du détecteur s’exprime par la


pente de la raie, en unité de variation relative de l’intensité en fonction de la
vitesse : typiquement bdc `!e /(m.s `a )
fg hg
Procyon,
– ijkjlm]1knbdc km.s `a
o La mesure :
– Méthode 1 point : le sondage d’un seul flanc de raie est insuffisant ; une
variation d’intensité (nuage...) étant immédiatement traduite en signal Doppler
indésirable
pq mesure du flux du continu, référence pour le flux dans la raie
– Méthode 2 points : une modulation de la référence, par effet Zeeman (filtre
magnéto-optique), permet de sonder les flancs rouge et bleu de la raie ; le
rapport r tel que
p js5t uLvxwyjz
{ v5| u
r
js5t uLv~}jz
{ v5| u
est alors insensible aux variations de photométrie
o Le filtre naturel très étroit de cette technique est un handicap pour toute
source autre que solaire : les photons ayant pile la bonne couleur se font rares.
€ g Spectromérie avec un réseau
o Spectrométrie à très haute résolution, avec un réseau blazé en configuration
Littrow utilisé dans les ordres élevés (Fig. 33) :
– La fente du spectromètre est alimentée par fibre ; la fibre assure le
brouillage du flux – en sortie de fibre, le faisceau est plus ouvert qu’en entrée,
mais les variations d’incidence dues au seeing ont été gommées.
– Après une post-dispersion, croisée par rapport à la dispersion du réseau,
les différents ordres d’un réseau apparaissent repliés sur une caméra CCD
(Fig. 34).
– Les performances proviennent tant de la résolution (de l’ordre de 50 000)
que du grand nombre d’ordres (et donc de raies) utilisé (sont exclus les
ordres correspondant aux domaines spectraux trop chahutés par l’absorption
tellurique). Si  numérote un ordre, avec une déviation standard ‚nƒ :
ˆ i]dƒ‰„
†&‡
ƒ
‚nƒ
i]…„
†&‡ p ˆ b
ƒ
‚nƒ

F IG . 32 – Principe de l’instrument GOLF : les photons solaires résonnant


avec les atomes de sodium de la cuve d’absorption portent
l’information Doppler
182 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

– Un signal d’erreur est enregistré en parallèle : il provient de la réponse au


travers d’un Fabry-Pérot étalon du signal spectral utilisé pour la calibration du
réseau. Ce signal permet une correction des dérives intrumentales.

F IG . 33 – Montage optique d’un spectromètre à réseau alliant haute


résolution spectrale, stabilité et efficacité (ici, montage de HARPS,
pour la recherche exoplanétaire à l’ESO). Le rendement d’un
réseau échelle s’avère être optimum pour un montage de type Lit-
trow : la même optique sert de collimateur d’entrée et d’objectif
de sortie. Un miroir collimate le faisceau et le focalise sur le CCD.
Le prisme assurant la dispersion croisée est également utilisé en
double passage. Le réseau est utilisé en montage de type R4 (inci-
dence de 76.0 Š )

F IG . 34 – Visualisation des (67) ordres du spectro ELODIE, couvrant tout le


domaine visible.
‹Œ
• : haute dispersion réalisée par le réseau (Ž’‘,“”“”“”“ ).
: post-dispersion pour séparer les ordres.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183

– La performance optimale, limitée par le bruit de photons, s’exprime (Connes


1985, Bouchy et al. 2001) :— —,ž
˜™
šB› ž Ÿ ¡
œ  ¢ P
£ 5
¤ ¥ ¦§©¨
—,ž
Ÿ
avec la largeur d’une raie (incluant £P¤5¥ l’éventuel
¦ élargissement instrumental),
la profondeur
§©¨ relative d’une raie, le nombre de pixels du détecteur sur
ž Ÿ±° °’³ °
la raie et le nombre de photoélectrons par pixel dans le continu
µ¶ ·¶ — £P¤5¥ °’
¦ ¸ §©¨ ¡
avec «ª1¬®­¯ m, ª1² ­ , et ª”´ pour 1 s d’intégration dans
le cas d’une cible brillante : ˜ ª m.s ¹º en 1 s.
– Le signal en vitesse s’obtient en retranchant au signal brut le signal d’erreur
— —
ainsi que la vitesse d’entraı̂nement —
tellurique (Fig. 35):
˜ ˜šB»L›
¼5™
»¾½ ˜¿‰ÀÁ½y˜ ¥ ¼5™
Ã5»

Ä!¶
Mesure de largeur de raie équivalente
– Le principe de cette méthode découle des faits suivants :
– La largeur des raies dépend du champ de vitesse, alors que la profondeur
de la raie n’en dépend pas.
– Les variations de l’aire d’une raie sont équivalentes à celles de la largeur
équivalente.
– La mesure de l’aire d’une raie ne dépend pas de la résolution du
spectromètre (cf. conservation de l’énergie).
– Le principe de cette mesure est très indirect (et l’analyse des données n’est
pas simple) :
– En principe, cette méthode n’a pas besoin d’une résolution spectrale
élevée.
– En pratique, la méthode n’est efficace qu’avec un grand nombre de raies
résolues.

F IG . 35 – Signal sur une nuit avec ELODIE à l’OHP ; après soustraction du


signal d’erreur et du signal diurne, le signal est à moyenne nulle
(Barban et al 1998)
184 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

– Voir Bedding et al. 1996.


Å Tentative sur Æ -Boo (Kjeldsen et al. 1995 )
– Raies de Balmer de l’hydrogène (ÇÉȒÊÌËÍÇÎPÏÐÊ ).
Ò
– Les variations
ÒØ Ø
de largeur Ñ suivent les variations de température comme
ÑÓ,ÑÕÔ×Ö Ó .
Ù Ú Spectrométrie par transformée de Fourier
‰
Å Recherche de la signature Doppler non dans le spectre, mais dans
l’interférogramme, à la sortie d’un FTS (spectromètre par transformée de
Fourier 25, Fig. 36, 37).
Une “tranche” de l’interférogramme, après démodulation en phase, se développe
typiquement en :
Û!Ü Ò,Ý ÛÞnÜ Ò,Ý©ßáà‰â Ò ÛÞnÜ Ò,Ý©ßáà‰â Þ Òå$æèç\é ê!ë
È Êãä È Êãä
Ò Þ Û!Ü Ò,Ý
avec la différence de marche, ä le nombre d’onde moyen, l’amplitude
de la frange. Le contraste des franges, donc l’amplitude, décroı̂t très vite vers
0, mais présente des maxima locaux (Fig. 37), les motifs interférométriques
notables du spectre.
– La mesure
æ
du déphasage ì des franges de l’interférogramme (interfrange
Þ
typique : Óä ) conduit à la détermination de la vitesse :
Þ Ò±é ê é
ìíÈîÊãïä È
éðòGñ ó
– Mesure absolue : déterminer é ne nécessite aucun étalonnage
– La méthode est efficace si le spectre de l’objet présente de nombreux
motifs régulièrement répartis, qui présentent une forte signature interféro-
métrique

?! Un spectre présente des raies quasi régulièrement espacées, avec une


équidistance en nombre d’onde de 1 cm ôõ . Estimer l’ordre de grandeur de
Òáö ÷áø 26
la différence de marche optimale .

– La vitesse de référence est d’autant plus petite Ò


que le nombre d’onde est
grand ( Ë visible) et que Ò
la différence de marche est élevée (mais le contraste
décroı̂t très viteædavec
ù,ú
) Ò
ý Ú þÚ Þ
Procyon, ä Ô cm ôõ , Ô 1 cm : ìûÔ é Ó,ü km.s ôõ

4.4. Comparaison des diverses méthodes


Alors que l’astérosismologie est un sujet encore neuf 27, il est légitime de
s’interroger sur le choix d’une méthode efficace, sur laquelle baser un réseau
de détecteurs performants.
25. Principe du FTS : Michelson avec miroirs //, dont l’un mobile pour l’enregistrement de
l’interférogramme ; la TF de l’interférogramme redonne le spectre
26. ÿ de l’ordre de 1 cm
27. Situation en janvier 2001
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185


Qualités du sismomètre
Les qualités d’un bon astérosismomètre proviennent :
– D’une grande stabilité
instrumentale : la détection de composantes de vi-
tesse inférieures au m.s suppose un instrument insensible aux perturbations
extérieures 28.
– De sa large bande spectrale, qui permet d’analyser un large intervalle, et
donc un grand nombre de raies.
– De la présence d’une voie de signal d’erreur, qui permet de corriger
diverses dérives à basse fréquence (Fig. 35).

Performance sismométrique

Ces qualités sont résumées par l’expression donnant la sensibilité en vitesse
d’une méthode :
 
  (5)

avec  la célérité

de la lumière, le facteur de qualité (dépendant du mode de
détection), et le nombre de photo-électrons détectés.

28. Combien de sismomètres furent dans un premier temps des thermomètres, mesurant
essentiellement la température du local où ils se trouvaient.

F IG . 36 – Signature Doppler dans l’interférogramme du spectre, obtenu avec


le FTS :
a) Spectre observé.
b) Portion de l’interférogramme, avec l’avantage multiplex dû au
fait que le signal interférométrique porte la signature de toutes les
raies du spectre sélectionnées par le filtre d’entrée.
c) Un décalage Doppler au voisinage d’un zéro des franges se
traduit en variation d’amplitude.
d) La mesure Doppler apparaı̂t également sur le déphasage du
système de franges.
186 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002


Le facteur de qualité  s’exprime, pour la sismométrie basée sur un
spectromètre échelle observant dans la gamme de longueur d’onde   "!$# ,
par :
02143
!98
1;: 
! 1576
 %'*&( )+(,-/. 02143
8
1;: 
15

le nombre étant dérivé du spectre :


6
8 8
 : 1 :=< > 1
. 8 .
6 1 :  :=< > 

On comprend donc que  est la moyenne quadratique de pondérée par


8 6
l’intensité spectrale 1 , mesurant la richesse du spectre en raies ( est nul
6 6
dans le continu).
La figure 38 présente, pour différents domaines de longueurs d’onde, les
performances finalement obtenues, d’après le nombre de photons et le facteur
de qualité pour différents domaines spectraux.

Pour le spectromètre de Fourier, le facteur de qualité vaut :
@? A ) 7
. BCEDGF4H$IJ AEK

F IG . 37 – Principe de sismométrie avec le FTS : choix du point de fonction-


nement.
a) Interférogramme près de la teinte plate, avec l’amplitude du si-
gnal donnée en nombre de photons.
b) Interférogramme complet, avec les divers motifs.
c) L’efficacité de la méthode est donnée par le produit de la
différence de marche et du signal interférométrique.
d) Les franges sélectionnées, présentant un contraste de l’ordre du
%.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187

les franges présentant le contraste L à la différence de marche optimale M$NO$P .


La résolution du spectromètre n’apparaı̂t pas explicitement: elle est cachée
dans la capacité d’échantillonner une frange à grande différence de marche
(typiquement quelques cm). On note le poids du contraste des franges L , qui
dépend de l’intervalle spectral QSRT PVU accepté en entrée.
Optimiser la performance résulte d’un compromis entre L et WX . En effet un
bon contraste nécessite un filtre étroit, alors qu’augmenter le nombre de photo-
électrons nécessite un filtre large.
Y
Les simulations reproduites sur les Fig. 38 et 39, supposées limitées par
le seul bruit de photons, montrent un avantage pour l’interféromètre échelle.
La nécessaire multiplication de l’instrument, devant être basé en un réseau
d’observation, induit des coûts importants ; l’argument économique est en
faveur du FTS.

F IG . 38 – Performance en vitesse d’un sismomètre basé sur un spectromètre


échelle, supposée limitée par le seul bruit de photons. L’étude,
cherchant à optimiser le domaine spectral de la détection, balaye
le spectre stellaire entre 450 et 680 nm (spectre étudié = spectre
de HD 190404, observé à l’OHP avec Elodie, à une résolution de
10 Z environ) :
a) Sensibilité en vitesse, selon la bande passante du spectro ;
b) Nombre de photo-électrons collectés dans cette bande passante ;
c) Facteur de qualité [ , fonction de la longueur d’onde ;
d) Données ayant servi à la simulation ; réseau de télescope
de la classe 2-m ; taux de remplissage réaliste de 50% ; spectre
stellaire....
188 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

5. Projet spatial astérosismique : COROT


\
Le spatial apporte des avantages considérables par rapport au sol :
– Absence de fenêtre
– Propreté photométrique
\
Plusieurs missions sont prévues d’ici 2005 :
– Micro-missions : Most, Mons
– Petite mission : COROT
– A plus long terme : Eddington
\
Tous ces projets reposent sur les capacités d’analyse microphotom étrique.

5.1. La mission
– L’acronyme CoRoT signifie : COnvection, ROtation et Transits planétaires
– COROT est petite mission du CNES, en partenariat européen ( ] 20 ME
pour la charge utile, pour un coût total de 55 MF, supporté à hauteur de 46 MF
par le CNES). Le lancement est prévu en 2004.

F IG . 39 – Performance en vitesse d’un sismomètre basé sur un FTS, sup-


posée limitée par le seul bruit de photons. Le spectre (identique à
celui de la simulation de la Fig. 38) a été doublement balayé, pour
étudier la réponse en fonction de la position centrale et de la lar-
geur de la bande passante :
a) sensibilité en vitesse, selon la bande passante du spectro ;
b) nombre de photo-éloectrons collectés dans cette bande pas-
sante ;
c) facteur de qualité ^ ;
d) données ayant servi à la simulation ; réseau de télescope de la
classe 2-m ; taux de remplissage réaliste de 50%.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189

_
COROT poursuit 2 objectifs principaux :
– Etude sismique des étoiles de la séquence principale (type F, G, naines et
sous-géantes), et ` -scuti 29
– Recherche d’exoplanètes, par détections de transits planétaires éclipsant
partiellement l’étoile
ab
Spatialisation
_
Depuis l’espace, il est à la fois possible et plus performant d’envisager une
détection photométrique et non spectrométrique
– Les conditions spatiales sont nécessaires pour une performance instrumen-
tale photométrique meilleure que le ppm.
– Les observations photométriques conviennent à un plus grand nombre de
cibles stellaires : elles peuvent inclure tous les rotateurs rapides, dont le spectre
29. Dans la bande d’instabilité du diagramme HR, entre 1.5 et 2 masses solaires, en train de
brûler leurs dernières cartouches d’hydrogène

F IG . 40 – Le projet COROT : recherche d’exoplanètes par la méthode des


transits, et astérosismologie. Un condensé de photométrie de très
haute précision.

F IG . 41 – Tache image sur les détecteurs de COROT (voie sismique)


190 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

présentant des raies trop élargies ne convient pas à une analyse spectrale.
– Le principe de mesure photométrique conduit à un instrument plus simple
qu’un spectromètre.

?! Pourquoi la sismométrie par spectrométrie n’est-elle pas adaptée aux


rotateurs rapides? 30

30. Rotation c raies élargies c faibles contrastes et profondeurs par rapport au continu.

TAB . 4 – Spécifications scientifiques de la mission COROT. Voir la page web


http://www.astrsp-mrs.fr/www/specs.html
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191

degf
Programmes
Programmes sismiques, principal et secondaires :
– Suivi de 5 étoiles cibles principales, chacune continûment pendant 5 mois
f
– Suivi des étoiles les plus brillantes du champ pendant 1 mois
Spécifications scientifiques : cf. Table 4

h e f
Performances
Le détecteur a pour mission de compter des photons (Fig. 42) :
– Spécification nominale : atteindre un niveau i de 1 ppm au bout de 5 jours
d’intégration. Cette valeur étant conditionnée par le bruit de photons, il faut en
5 jours en compter j tel que :
k
j
n i soit j
j l mj l loiqm p

wxe y=e f
Pour un niveau i de , il faut compter p photons
m4rst
Les spécifications scientifiques m4rvu sont répertoriées dans la Table 4
de la mission
– L’emploi d’une caméra CCD est préféré à celui d’un photomultiplicateur,
afin d’étudier simultanément plusieurs objets du champ
– Il n’y a pas de formation d’image : ne pas mettre au point permet
d’étaler la tache image (Fig. 41) sur plusieurs pixels (quelques centaines) et
ainsi minimiser l’influence des variations de la réponse inter-pixel, ainsi que
l’influence du pointage imparfait

F IG . 42 – Quels photons faut-il compter ? a) PSF (point spread function, ou


fonction d’appareil) ; b) photométrie d’ouverture ; c) photométrie
à seuil ; d) photométrie par ajustement.
192 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

zg{g|
Les contraintes orbitales
|
La solution idéale serait, à l’instar du point de Lagrange L1 pour
l’héliosismologie, le point de Lagrange L2
Choix (économique) pour COROT : orbite polaire basse
– Possibilité de pointer continûment une étoile au plus 5 mois sans voir la
Terre
– Tous les 6 mois, retournement de la plateforme à 180 } et pointage d’une
étoile à 180 ~4€} de la précédente

5.2.
| Photométrie de haute précision
Méthodes : le but est de mesurer avec la meilleure précision l’intensité totale

F IG . 43 – COROT , sur la plateforme Proteus, avec son baffle immense pour


limiter les flux parasites en entrée

F IG . 44 – Montage optique hors-axe (projet COROT )


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193

de la tache image d’une étoile cible (Fig. 42) :


– La photométrie d’ouverture se contente de sommer le flux sur un
diaphragme fixé à l’avance
– La photométrie par ajustement 31 est a priori plus précise que la
photométrie d’ouverture, mais elle présente l’inconvénient de nécessiter une
grosse puissance de calcul à bord
– La photométrie à rapport signal/bruit maximal présente un bon compro-
mis : elle reprend le principe de la photométrie d’ouverture, mais avec une taille
de diaphragme auto-ajustable 32
‚
Une mesure photométrique à 1 ppm ne se fait pas sans effort ! La préparation
de COROT consiste entre autres en une analyse poussée des diverses sources de
bruit, et en l’examen de solutions envisageables
‚
Le bruit de photons, le seul inévitable, devant être le bruit dominant
– Tout bruit branc doit lui être inférieur dans un facteur 10 au-moins
– Tout bruit péridique (période dérivant de la période orbitale) doit avoir une
amplitude ƒ 2 ppm
„E…
Les diverses sources de bruit sont recensées dans le paragraphe suivant,
avec, le cas échéant, mention des corrections a posteriori, lorsqu’elles sont
indispensables pour ramener le bruit dans des niveaux acceptables

5.3. Analyse des bruits

†‡
Bruits du détecteur
– Non-uniformit é du rendement quantique : nécessite la mesure du champ
plat, et sa correction par division
– Réponse en flux non linéaire
– Efficacité du transfert de charge
– Fluctuation du courant d’obscurité
– Bruit de lecture
– Smearing (traı̂née le long des lignes de lecture des objets brillants, due à
l’intégration du signal pendant le transfert des charges du CCD)
– Pixels défectueux

ˆ ‡
Perturbations de pointage
– Déformations thermoélastiques
– Bruits dynamiques
– Erreur d’estimation d’attitude : la plateforme Proteus ne pouvant pas, à
l’aide de ses senseurs stellaires, assurer un pointage suffisament précis, le
signal scientifique sera utilisé pour le guidage de la plateforme

31. On suppose connaı̂tre la forme de la tache image, et on ajuste sa position et son intensité par
corrélation et homothétie avec une tache image synthétique
32. On classe les pixels par intensité décroissante, et on coupe l’intégration lorsque le rapport
signal/bruit est optimal. Alors que les pixels les plus brillants apportent surtout du signal, les
pixels de moins en moins brillants finissent par apporter plus de bruit que de signal : ceci met
en évidence un nombre de pixels optimal sur lesquels sommer le signal, qui correspond donc à une
taille optimale du diaphragme d’ouverture. Cette taille optimale dépend de la magnitude de l’étoile
cible.
194 . . . . . . . . . S TRUCTURE INTERNE & S ISMOLOGIE . . . . . . . . . 2001-2002

‰‹Š
Perturbations dues à l’environnement
– Schéma optique hors-axe : de façon à éviter l’éclairage direct des
détecteurs (Fig. 44)
– Fond diffus : COROT est muni d’un baffle géant (Fig. 43) pour limiter le
fond à 50 photons.pixel ŒE .s ŒE ; le fonds diffus sera continûment monitoré sur
des fenêtres noires
– Rayons cosmiques : les impacts des protons sont maximaux pendant la
traversée de l’anomalie sub-atlantique 33 ; leur trace quasi-ponctuelle permet
leur repérage et leur éviction.

33. En moyenne : 3000 protons.cm ŽG .s Žg

Vous aimerez peut-être aussi