Vous êtes sur la page 1sur 60

Un réseau étendu basé sur le protocole LoRaWAN permet la communication à bas débit, par radio, d'objets

communiquant selon la technologie LoRa et connectés à l'Internet via des passerelles, participant ainsi à l'Internet des
objets, les réseaux machine-à-machine (M2M) et aux villes intelligentes. La technologie de modulationliée à LoRaWAN
est LoRa, née à la suite de l'acquisition de la startup grenobloise Cycléo par Semtech en 20121,2. Semtech promeut sa
plateforme LoRa3 grâce à la LoRa Alliance, dont elle fait partie4. Le protocole LoRaWAN sur la couche physique LoRa
permet de connecter des capteurs ou des objets nécessitant une longue autonomie de batterie (compter en années),
dans un volume (taille d'une boite d'allumettes ou d'un paquet de cigarette) et un coût réduits.
LoRaWAN est l'acronyme de Long Range Wide-area network que l'on peut traduire par « réseau étendu à longue
portée ».

LoRa Network Protocol and Long


Range Wireless IoT
CHANNEL OVERVIEW
 Featured-provider
 Technology
 Solution Providers
 Alliances & Governing Bodies
 Hardware
 Case Studies / Applications
 Additional Resources

LPWAN Internet of Things (IoT) Networking Technology; A guide to the


standard and its coverage, protocol stack, range and compatible chips and
gateways...
Connected devices have so far mostly run piggyback on the same networks and protocols that support
the Internet and mobile communications -- cellular, Wi-Fi, Bluetooth, etc. But embedded sensors and
other distributed Internet of Things devices have different network requirements than those of
computers, phones or tablets. When humans use the Internet we access data irregularly and in large
chunks like websites or streaming videos. Remote sensors and smart machines, on the other hand
often only need to send small packets of data at regular intervals, and need to connect in areas away
from the traditional infrastructure and a convenient power supply.
Several technologies are starting to address the unique network needs of this class of IoT devices.
The following Channel Guide will help you:

 Better understand where LoRa fits in as compared to other LPWAN solutions like the
Sigfox network and NB-IoT.
 Dive deeper into solutions and vendors offering compatible chips, modules and
gateways
 Give a better snapshot of technical stack, including frequency bands and expected
battery life and range.
LPWAN Overview Graphic

Featured-provider
Spotlight on a featured LPWAN provider

LORIOT.io
HIGHLIGHTS

 Their software is available as a managed or unmanaged service on our infrastructure, or can be licensed
for your private cloud or bare metal servers.
 Wide range of LORA gateways compatible with LORIOT including MultiTech, Kerlink and OpenWRT
 Connect the output of our network directly to a 3rd party cloud service, like Amazon AWS, IBM Bluemix,
Microsoft Azure, Pubnub, MQTT brokers

Website

REVIEWS

 Direct

USER & TECHNICAL

o LoRA Gateway Overviews

Technology
Basics:
LPWAN stands for Low-Power Wide Area Network
Current Issue: 2G Networks are being sunset (AT&T on January 1, 2017 with other major carriers to
follow..) and are not fully suited to IoT applications due to battery life constraints.
- Next gen cellular proposals (LTE MTC) targeting IoT applications are not ready for deployments until
2018 so there is a current gap in the market .
LPWAN Benefits
 Generally uses unlicensed spectrum (868 MHz in Europe and 915 MHz in US for
example)
 Range: From a few kilometers in dense urban areas up to 15-30 kilometers in rural
areas
 Power: 10+ years of battery life (The device's power produced cannot exceed 10-25
mW, to comply with usage of ISM frequencies, and to limit data consumption and
preserve battery life.)
 Radio Chipset cost: $2 or less
 Radio Subscription cost: $1 per device/ year

Additional Highlights

 LPWA most suited for on/off type applications with only a few messages per hour.
 5-10x fewer base stations required than 3G/4G
 LPWAN capabilities will eventually be integrated into 5G service base stations

How do they work? Each standard uses a different technique to maximize range while minimizing
transmission power. Sigfox uses a well-known modulation technique, but transmits slowly in a
very narrow band of spectrum to maximize signal penetration. LoRa radios use a modulation
technique that can find signal well below the noise floor. Ingenu uses their own novel form of
spread spectrum modulation.

Put simply, these radios do some crazy math.

In fact, most of the underlying radio technology here isn’t new — the techniques for encoding
signals were invented decades ago. What’s new is that the math has been committed to silicon,
and is being produced in scale. So now you can buy a radio chip for a few bucks and add it to any
device.
Daniel Conrad

LoRa
LoRa: PHY layer
LoRaWAN: MAC, NWK, & APP built on LoRa
LoRa is a patented ( EP2763321 from 2013 and US7791415 from 2008 ) spread-spectrum radio
modulation originally developed by Cycleo (Acquired in 2012 by Semtech)
Semtech owns the LoRa IP, but have licensed the IP to other chip manufacturers like STMicro in
2015 in 2015.
Semtech’s LoRa chips transmit in the sub-gigahertz spectrum (109MHz, 433MHz, 866MHz, 915MHz),
which is an unlicensed band that has less interference than others (like the 2.4 GHz range used by Wi-
Fi, Bluetooth, and other protocols). At those frequencies, signals penetrate obstacles and travel long
distances while drawing relatively little power -- ideal for many IoT devices, which are often
constrained by battery life.
Within the sub-GHz spectrum, LoRa chips use a spread-spectrum strategy to transmit at a variety of
frequencies and data rates. That allows the gateway to adapt to changing conditions and optimize the
way it exchanges data with each device.
Semtech produces transceiver chips for devices to be connected (nodes), and gateways to connect
them. A single gateway can communicate with several hudred thousand nodes up to 20 miles away in
unobstructed environments, and even in a city can penetrate buildings to achieve a range of several
miles. End-nodes can remain operational for a supposed 10 years running on two AAA batteries
(drawing 10mA for the receiver, under 200nA in sleep mode).
The LoRa Alliance
An industry collaboration focused on promoting LoRa was unveiled at the 2015 Mobile World
Congress in Barcelona. The LoRa Alliance is a non-profit, open membership organization. Founding
companies include technology suppliers and telecom operators:
Tech Suppliers Telecoms
 Actility
 Cisco
 Bouygues Telecom
 Eolane
 KPN
 IBM
 SingTel
 Kerlink
 Proximus
 IMST
 Swisscom
 MultiTech
 FastNet (part of Telkom South Africa)
 Sagemcom
 Microchip Technology

Cellular
EC-GSM-IoT for 2G networks
LTE-MTC (LTE for machine-type-communications)
NB-IoT - Can use both 2G and 4G spectrum
LTE-Advanced Pro, 5G
Credit: Francisco da Silva, Huawei, ETSI Board member
Credit: Ericcson

Weightless
Weightless-W (Original - Whitespace focused)
Weightless-N (Born out of NWave’s technology.)
Weightless-P, (Born out of M2COMM (Platanus) technology
Weightless Standards Comparison

RPMA - From Ingenu


Created by Ingenu (formerly OnRamp Wireless) their RPMA LP-WAN (random phase multiple access)
uses 2.4 GHz ISM so that it avoids some of the geographic differences compared to other solutions
using license free bands.
RPMA’s uplink capacity cann support up to 2 million devices per tower.

NB-Fi (Narrowband Fidelity) - WavIoT


 "NB-Fi LPWAN technology covering a full stack of OSI model layers from physical PHY
to application APP. Full duplex gateways based on bi-directional SDR principles
accompanies with 3 × 120-degree sector antennas and self-designed SDR
receivertransceiver result in the sensitivity of -154 dB and ensure a total link budget of
up to 194 dB. The effective distance proven in numerous use cases is more than 50 km
in the countryside and 16 km in the urban area."
 "Open Standard"
 Supporting radio hardware and compliant MAC architectures in 915 MHz, 868 MHz,
and 433 MHz ISM bands, as well as other sub-GHz license-free spectrum.

Additional:
CyNet, Silverspring Starfish, Dash7, Wi-Fi HaLow, Telensa Ultra-Narrow-Band

Solution Providers
Link Labs

HIGHLIGHTS

 Creators of Symphony Link (end-to-end wireless solution built on the LoRa PHY)

Website

REVIEWS

 LoRa Modules $Click Here


 LoRa Gateways $916
 Link Labs Conductor - IoT Data Platform $Click Here
USER & TECHNICAL

o Developer Docs

Waveiot (NB-Fi)
Qowisio (Dual-mode UNB*/LoRa compatible network)
Senet (LoRa)
Actility / Thingpark Wireless (LoRa)
Link Labs Symphony (LoRa)
M2COMM (Weightless-P)
Mistbase
OrbiWise
System Integrators / Consultants
Accellus
Eleven-x

Alliances & Governing Bodies


Alliances
Wireless IoT Forum - Broad industry group
- Founding board: Accenture, Arkessa, BT, Cisco, Telensa, WSN
LoRa Alliance (LoRa)
- Member list (19 Sponsor and 130+ total members)
3GPP (LTE-Cat M)
- 506+ Members
Weightless SIG
- Promoter Group Members: Accenture, ARM and M2COMM
Groups
IEEE 802.15 WPAN Task Group 4k (TG4k) Low Energy Critical Infrastructure Networks
ETSI Low Throughput Networks
Specs
3GPP NB-IOT - Release 13
LoRaWAN 1.0 Specification (Email required)
NB-Fi Protocol (Email required)

Hardware
Microchip's LPWAN Page
Semtech's Product Page
Nwave Hardware
Chipsets and Modules
Microship RN2903 - Fully-certified 915 MHz module based on wireless LoRa® technology.
(Datasheet)
Atmel ATA8520 - Single-Chip SIGFOX RF Transmitter (Datasheet)
Multitech: MultiConnect mDot
Sequans Monarch - Single-chip LTE Cat M1/NB1 solution
Pycom: LoPy
Dragino Lora/GPS_HAT for Raspberry Pi
Murata LoRa Module
Base Station Gateways / Other
Kerlink
IMST: iC880A - LoRaWAN Concentrator 868MHz
Link Labs LL-BST-8
MultiConnect Conduit
Cisco IR 910 (Can be outfitted with LoRa daughterboard)
Development Kits
Link Labs
Libelium Sigfox
Libelium LoRaWAN

Case Studies / Applications


End User Products

 Beep Networks:
- Refrigeration & Environmental Monitoring
 HidnSeek (Sigfox)
- GPS Tracker
 LoRaWAN Certified Products

Deployments

 The Things Network


 Sigfox: Nationwide coverage in France, Ireland, Luxemberg, Portugal, Spain and the
Netherlands
 LOESK 400 thousand LoRaWAN enabled Smart Meters
 SK Telecom Commercializes Nationwide LoRa Network for IoT in South Korea

DIY

 The Things Network: iC880a-based gateway


 Instructables: Sigfox
 Instructables: LoRa
 Hackster: LoRa

Additional resources
Business
Market Size:

 Transparency Market Research


NB-IoT Market Forecast 2016 - 2024 ($5795 - 12/2016)
 Infoholic Research:
Low-Power WAN (LPWAN) Market 2016-2022 ($3500 - 8/2016)
 Machina Research:
3 billion LPWA connections by 2023
 Strategy Analytics: LPWA connections will grow from 11 million connections in 2014 to
just over 5 Billion in 2022. $13.4 Billion in revenue by 2022
 Analysys Mason: Market of more than 3 billion M2M connections worldwide by 2023,
and generate over USD10 billion from connectivity revenue alone.

Key Acquisitions:

 Neul acquired by Huawei (N/A - 9/2014)


 Semtech acquires Cycleo ($5M - 3/2012)

Startups:

 Senet: $28.2M in 3 Rounds


 Actility: $25M in 1 Round
 Sigfox: $149.56M in 4 Rounds

Resources
Websites

 Nick Hunn- Creative Connectivity

Presentations

 Infiswift: LPWAN for IoT Overview (5/2016)


 Mobile Experts: Mobile and Wide-Area IoT: LPWA and LTE connectivity (1/2016 - PDF)
 Reversing Lora: Exploring Next-generation Wireless - Matt Knight - Bastille Networks
(PDF)
 LPWA Networks Overview - Guillaume Crinon (11/2015)
 LPWAN Technologies for Internet of Things (IoT) and M2M Scenarios - Peter R. Egli
(3/2015)

Comparisons

 Disk91: Make your IoT design on Sigfox or LoRa? (4/2016)


 LinkLabs: SigFox Vs. LoRa: A Comparison Between Technologies & Business
Models (1/2016)
 Nick Hunn: LoRa vs LTE-M vs Sigfox (Free PDF - 12/2015)

Additional Reading
Reports
 IDC:Low-Power/Low-Bandwidth IoT Network Solutions ($3500 - 6/2016)
 Frost & Sullivan: An Insight into the US LPWAN Market ($1500 - 6/2016)
 ABI: IoT Wide Area Networks Report (Paid - 4/2016)
 Mobile Experts: Mobile and Wide-Area IoT: LPWA and LTE connectivity (Paid - 1/2016)
 Ericsson: Cellular networks for massive IoT (Free PDF 1/2016)

Articles

 What is NB-IoT? Lesson 1 - Harald Naumann (11/2016)


 The IoT Pendulum Swings from LPWAN to Cellular with NB-IoT - Element14 (10/2016)
 Unraveling the Complicated IoT Connectivity Puzzle - SDX (8/2016)
 Number of Access Technologies and IoT Deployments Is Skyrocketing - Maciej Kranz
7/2016
 Light Reading: LPWAN: Choice Overload and Confusion (9/2015)
 EE Journal: Low Power, Wide Area - A Survey of Longer-Range IoT Wireless
Protocols (9/2015)
 ReThink IoT: On LPWANs: Why Sigfox and LoRa are rather different, and the
importance of the business model(3/2015)
 ComputerWorld: These IoT networks are 'unapologetically slow' (1/2015)
 TI: Long-range RF communication: Why narrowband is thede facto standard (3/2014 -
PDF)

Les 3 avantages de LoRa


Le protocole LoRa, au cœur de la révolution IoT dans le secteur de l’énergie
Relève de compteur électrique en temps réel, monitoring distant de panneaux solaires ou pilotage fin de l’éclairage
public constituent quelques exemples de gestion personnalisée de l’énergie associés à l’avènement des objets
connectés (IoT). Économique, puissante et ouverte, la technologie radio LoRa (Long Range, « longue portée ») se
trouve au cœur de ces nouveaux usages et applications emblématiques des smart grids et des smarts cities.

 Une technologie bidirectionnelle, à ultra-longue portée et ultra-précise

La technologie LoRa appartient aux solutions sans fil bas débit tournées uniquement vers l’internet des objets industriels. Elle
se distingue par sa réception et son émission à ultra-longue portée (environ 15 km), dont le spectre autorise la couverture de
plusieurs millions d’appareils sans la moindre difficulté. Cet avantage se double d’une excellente pénétration dans les bâtiments
(même dans les caves et les sous-sols), avec une liaison 5 à 10 dB plus favorable que les réseaux cellulaires, et d’une
géolocalisation précise sans recours au GPS.

 Avec le protocole LoRa, fiabilité et économies maximales

Les échanges réguliers mais de durée très réduite de messages courts (quelques dizaines d’octets) qui caractérisent le
protocole LoRa permettent de concilier communication distante de qualité et longue durée de vie des équipements. Ils évitent
les phénomènes de collision radio et d’interférences tout en ne sollicitant que faiblement les sources d’électricité des capteurs.
Ce renforcement de la fiabilité s’accompagne d’économies opérationnelles très importantes. Le coût annuel de l’accès, qui
n’intègre plus d’abonnement ou de consommation data, se voit divisé par 10 à 12 en comparaison d’un système M2M associant
carte SIM et réseau GSM.

 Une architecture réseau totalement ouverte

Relayée par plus d’une centaine de partenaires dans le monde, l’architecture LoRaWAN met l’accent sur son ouverture. Face à
des concurrents comme Sigfox privilégiant une gestion intégrée de leurs réseaux, elle permet à toute entreprise de déployer
rapidement ses propres installations et de les exploiter. La compatibilité étendue de ses passerelles offre en complément une
intégration facile et immédiate des données collectées dans les systèmes d’information existants.

Les forces et faiblesses des protocoles radios dédiés à l’IIoT et au M2M

Sigfox
Caractéristiques
Sigfox est un opérateur. Sigfox utilise la bande 868Mhz en Europe (902Mhz aux US). Un objet SIGFOX peut envoyer entre 0 et
140 messages à 300bits/s par jour et le payload de chaque message ne peut pas dépasser 12 octets. Le protocole Sigfox est
bidirectionnel sous condition : un objet Sigfox peut recevoir 4 messages par jour à des instants définis.
Les plus:

 Sigfox: Un opérateur multi-sources


 Couverture
 Eco système

Les moins:

 Roaming
 Les limites du bidirectionnel

LoRa et LoRaWAN
Caractéristiques
LoRa est un protocole radio (niveau physique) conçu par Semtech (Cycleo). LoRa utilise la bande de fréquences 868Mhz.
LoRaWAN est la gestion de la couche MAC, et permet de façon dynamique d’optimiser le lien entre l’objet LoRa et la station de
base : canal de fréquence, puissance d’émission, débit, … . LoRaWAN peut être opéré par un opérateur TélécomBT, Orange,
… ou utilisé un réseau privé. Le protocole LoRa est bidirectionnel sous conditions.
Les plus:

 La puissance de l’alliance LoRa


 Multi opérateurs ou réseau privé
 Bidirectionnalité

Les moins:

 Mono Source SEMTECH


 Pénétration indoor
 Nécessité d’un serveur LoRaWan

LTE (1,4Mhz), NB-LTE (200Khz)…5G


Caractéristiques
Le protocole radio LTE est la réponse des équipementiers traditionnels dans le GSM apportés aux nouveaux acteurs LoRa et
Sigfox. L’objectif est un extension des normes LTE/4G pour répondre aux besoins de l’IoT dont les contraintes sont une
consommation (alimentation par pile) et un débit faibles.
Les plus:

 Standard international
 Puissance des acteurs de l’alliance : Intel, Nokia, Ericsson, Huawei…
 Infrastructure en place
 Mobilité
 Bidirectionnel, latence, …

Les moins:

 Pas de standard

Architecture point-à-point
En télécommunication, une architecture point-à-point est une connexion communicante entre deux nœuds ou endpoints.
C’est par exemple le cas de la communication entre un capteur radio et un concentrateur de données RF où les informations
émanant du module ne peuvent être entendues que par le concentrateur.
Architecture point-à-multipoints
Ceci est contrasté avec un point-à-multipoints ou une topologie de communication d’émission, dans laquelle beaucoup de
nœuds peuvent recevoir des informations transmises par un unique nœud. Cette architecture est utilisée pour Internet ou la voix
sur IP via la radio ou des fréquences à micro-ondes dans la gamme de gigahertz.
Le point-à-multipoints est l’approche la plus populaire pour les communications sans fil qui ont un grand nombre de nœuds.
Le point-à-multipoints suppose généralement qu’il y a une station de base à laquelle des modules ou capteurs distants soient
connectés.

Le point-à-multipoints des réseaux sans fil employant des antennes directionnelles est affecté par le problème de nœuds
cachés dans le cas où ils communiquent via un protocole de contrôle d’accès CSMA/CA. L’impact négatif du problème de
nœuds cachés peut être atténué utilisant un TDMA le protocole basé plutôt que le protocole CSMA/CA.
Si nous reprenons d’exemple ci-dessus, nous sommes dans le cas où un module communique avec une station de base RF.
D’autres exemples de systèmes de communications de point-à-multipoints sont la radio et la radiodiffusion de télévision.

Très populaires dans l’industrie, le smart metering et le smart building, ces architectures point-à-point et multipoints sont
bidirectionnelles.

Architecture mesh
Cette architecture réseau en maillage signifie que tous les équipements (capteurs, machines, concentrateurs, …) sont
connectés pair à pair sans hiérarchie centrale, formant ainsi une structure en forme de filet.
De ce fait, chaque équipement reçoit, envoie et relaye les informations.
L’avantage de cette architecture est qu’en cas de panne d’une partie du réseau, cette dernière n’est pas isolée car les données
sont remontées par d’autres nœuds.
Cette construction permet de relayer les données par « inondation » ou en utilisant des chemins prédéfinis. Toutefois, dans le
cas des chemins prédéfinis, le réseau doit prévoir des connexions sans interruption ou prévoir des chemins alternatifs.

Cette architecture est issue de la recherche militaire et a été utilisée par les armées notamment américaine et française. C’est
une technologie de rupture comparée aux solutions centralisées classiques sans-fil avec station de base. Les solutions en
mailles autorisent un déploiement rapide et simplifié, une évolutivité de la couverture et, de par le maillage, une forte tolérance
aux pannes et aux interférences, réduisant significativement les coûts d’installation et d’exploitation des réseaux. Ces solutions
reproduisent l’architecture de l’Internet tout en l’optimisant pour le sans-fil.
Les protocoles LoRa et LoRaWAN
Le Réseau IoT Expérimental de l’Eurométropole de Strasbourg est un réseau LoRa qui permet
d’employer le protocole LoRaWAN. Cet article explique les principes de ces deux
technologies.

LoRa
La norme LoRa définit une manière d’employer les ondes radio pour émettre des 0 et des 1 (et
donc, avec ces 0 et ces 1, toutes sortes de nombres, qui servent à représenter toutes sortes de
données comme par exemple du texte, des images, etc…).

L’intérêt du LoRa est de permettre à des composants peu coûteux d’émettre un signal soit
avec grande portée, soit avec un bon débit, avec une consommation électrique toujours très
basse.

Sans rentrer dans les détails de conception du LoRa, il faut savoir que celui-ci définit un
spreading factor (SF, litt. facteur d’étalement, c’est-à-dire comment une donnée est étalée
dans le temps au sein du signal radio), qui peut varier entre 7 et 12. Avec un SF de 12, la
portée est la plus grande, pouvant aller jusqu’à 2km en milieu urbain et 20km en champ
libre, quand rien ne se trouve entre les deux antennes LoRa. En contrepartie, le débit est de
250 bits/s. Pour comparer, c’est 200 000 fois moins que le WiFi actuel, mais celui-ci a plutôt
une portée de quelques dizaines de mètres et un dispositif LoRa peut espérer émettre pendant
plusieurs années avec une seule petite batterie… Avec un SF de 7, la portée en milieu urbain
est plutôt de 500m et le débit monte à 11 kbit/s.

LoRaWAN
LoRaWAN, lui, définit un protocole réseau, c’est-à-dire qu’il se soucie uniquement de quels
0 et 1 envoyer (puisque LoRa s’occupe de savoir comment envoyer des 0 et des 1). Il définit
comment construire des messages et dans quelles conditions on peut les envoyer (et les
recevoir).

LoRaWAN définit notamment plusieurs configurations par défaut pour LoRa, appelées Data
rates.

La structure de réseau LoRaWAN


En LoRaWAN, on distingue quatre éléments :

 le dispositf
 les passerelles
 le serveur de réseau
 le serveur d’application

Un message LoRaWAN montant est émis par un dispositif, entendu par une ou plusieurs
passerelles qui l’envoient au serveur de réseau. Celui-ci, qu’il reçoive le message une
ou plusieurs fois, ne va l’envoyer qu’une seule fois au serveur d'application.
Le serveur Wavebricks fournit à la fois les services du serveur de réseau et du serveur
d’application. Et il peut être configuré par l’utilisateur pour transférer tous les messages qu’il
reçoit à une application extérieure, qu’on appelle l’application métier. Elle recevra les
messages par HTTP au format JSON. Il existe une interface REST pour le configurer.

Le message LoRaWAN
Surtout, le protocole LoRaWAN définit un format de message, permettant de faire les choses
suivantes :

 communiquer avec le serveur de réseau pour convenir des paramètres de la


communication radio LoRa (avec un chiffrage cryptographique entre le dispostif et le
serveur de réseau)
 communiquer avec le serveur d’application (avec un chiffrage cryptographique entre
le dispositif et l’application métier)
 demander la confirmation qu’un message a bien été reçu
 vérifier qu’un message reçu (par le dispositif, le serveur de réseau ou le serveur
d’application) n’a subi aucune modification pendant le transfert (par un code
d’intégrité de message cryptographique)

Le format du message LoRaWAN


LoRa : comment fonctionne le réseau,
quelles différences avec Sigfox ?
Lélia De Matharel

JDN

Mis à jour le 30/11/17 11:42

 Twitter
 LinkedIn
 Facebook
 Viadeo
 Email

Promus
par l'alliance LoRa, les réseaux LoRa permettent aux objets connectés d'échanger de petits
paquets de données. Déployé par Bouygues et Orange, c'est la principale alternative à Sigfox.

Sommaire
 Réseau LoRa
 Sigfox vs LoRa
 LoRa en France
 Alliance LoRa
 Bouygues et Orange
 Couverture
 Portée
 Applications LoRa
 Technologie
 Protocole LoRa

[Mise à jour le 30 novembre 2017 à 11h42] La filiale IoT de Bouygues Telecom, Objenious,
lance la première offre tricolore de localisation sans GPS des appareils intelligents
communicant via le réseau LoRa. Ce service fonctionne en calculant le temps que met un
message émis par l'objet connecté à rejoindre une antenne dont la position est connue par
l'opérateur. Le service coûte 3 euros par an et par objet.

Quels objets connectés peuvent communiquer via le protocole réseau LoRa ? Quels
opérateurs proposent des abonnements ? Quel niveau de couverture pour les différents
réseaux LoRa en France comparé à leur concurrent Sigfox ? La jungle de l'IoT est dense. Ce
mode d'emploi du LoRa aidera les aventuriers qui s'y hasardent à y voir plus clair.

Réseau LoRa
Pas besoin d'un énorme tuyau pour faire circuler une goutte d'eau. C'est sur ce principe qu'est
construit le protocole réseau IoT LoRa. Contrairement aux réseaux mobiles classiques,
comme la 4G ou la 5G, qui peuvent transporter de grandes quantités d'informations, LoRa
n'est pas taillé pour satisfaire les besoins d'appareils beaux parleurs, comme les smartphones.
Cette technologie de modulation de fréquence ne peut faire circuler que de petits paquets de
données, émis par des capteurs de température ou d'humidité par exemple, fixés sur des objets
connectés. Elle pourra faire transiter entre 0,3 et 50 kilobits par seconde (le débit du réseau
s'adapte à chaque objet pour ne pas grignoter trop de bande passante).

Ces informations peuvent transiter sur des distances plus longues que sur les réseaux télécoms
traditionnels. Pour émettre en LoRa, les objets connectés ont besoin de peu d'énergie. Pas
besoin d'intervention humaine pour changer la pile. Un appareil peut émettre pendant une
dizaine d'années avec une petite batterie. Stricto sensu, LoRa est le nom donné à la
technologie de modulation des ondes radios sur laquelle sont basés les réseaux LoRaWAN.
Cet acronyme barbare signifie réseau étendu à longue portée (long range radio wide area
network). LoRaWAN fait partie de la catégorie des réseaux LPWAN (low power wide area
network, ou réseau faible consommation longue portée en français).

Sigfox vs LoRa
Impossible de citer LoRa sans mentionner son principal concurrent, Sigfox. Alors que le
premier est un réseau ouvert (open source), pouvant être développé et exploité par n'importe
quelle entreprise dès lors qu'elle achète des puces LoRa, le second est propriétaire. Il a été
développé et est déployé dans le monde entier par l'entreprise toulousaine éponyme. Pour
accélérer l'installation de l'infrastructure télécom qui supporte son réseau, Sigfox tisse des
partenariats avec des opérateurs qui déploient ses antennes sur le terrain. Il existe d'autres
types de réseaux LPWAN, comme celui du français Qowisio.

Aujourd'hui, Sigfox est présent dans plus de 32 pays, alors que les opérateurs LoRa
construisent encore des accords de roaming pour permettre aux données IoT de transiter à
l'international. Mais cette situation est temporaire. Par ailleurs, la géolocalisation sans GPS en
LoRa est plus précise (de 20 à 100 mètres en fonction du nombre d'antennes) que celle de
Sigfox (de 10 à moins de 1 kilomètre), même si elle est plus gourmande en énergie. Il n'y a
pas une solution meilleure que l'autre a priori, tout est affaire de compromis.

LoRa en France
La technologie de modulation des ondes radios qui a permis de développer le réseau LoRa a
été créée par des ingénieurs français, salariés de la start-up grenobloise Cycleo. L'entreprise,
fondée en 2009, a été rachetée en 2012 pour 21 millions de dollars par le spécialiste américain
des semi-conducteurs Semtech. Les deux sociétés avaient des portefeuilles de brevets très
complémentaires. Les deux dirigeants de Cycleo, François Sforza et François Hede, ont
rejoint le groupe outre-Atlantique. Le réseau LoRa est né de cette acquisition. Semtech détient
la propriété intellectuelle des puces LoRa qui doivent être fixées sur les objets connectés pour
qu'ils communiquent sur le réseau. Leurs fabricants lui versent des royalties.

Alliance LoRa
Pour promouvoir sa technologie, Semtech a créé en mars 2015 l'alliance LoRa. Elle comptait
en juin 2017 plus de 500 entreprises membres, dont les géants américains IBM et Cisco et le
chinois Alibaba. En multipliant le nombre d'opérateurs et d'utilisateurs de sa techno, Semtech
espère qu'elle deviendra le principal réseau LPWAN et qu'elle s'imposera comme le standard
de fait du marché. L'alliance LoRa est présidée par l'expert des télécoms Geoff Mulligan,
ancien consultant pour de nombreuses entreprises du Fortune 500 et ex-directeur
technologique du spécialiste de l'automatisation Invensys (racheté par le géant français
Schneider Electric en 2014 pour 3,8 milliards d'euros). L'organisation certifie les capteurs et
autres objets connectés embarquant LoRa fabriqués par ses adhérents.

Bouygues et Orange
Bouygues Telecom est l'un des membres fondateurs de l'alliance LoRa. Le groupe a lancé en
juin 2015 son premier réseau LoRa, après avoir réalisé pendant 16 mois une série de tests à
Grenoble avec ses partenaires Semtech, Sagemcom, Eolane, Adeunis et Kerlink. Le groupe a
créé en février 2016 Objenious, une filiale dédiée à l'IoT qui commercialise ses offres LoRa.
Le géant des télécoms Orange a quant à lui commencé à déployer son réseau en septembre
2015 et a officiellement rejoint l'alliance LoRa en mai 2016.

En France, les deux opérateurs sont loin d'être les seuls à déployer un réseau LoRa, car les
ondes radios sur lesquelles transitent les données IoT sont publiques. Une myriade
d'entreprises installent des antennes et en louent les capacités d'utilisation à des tiers. Certains
groupes déploient même de petits réseaux privés pour couvrir une zone X ou Y qui les
intéresse (une usine ou un entrepôt où ils veulent collecter de la data par exemple).

A l'international, LoRa est en cours de déploiement dans de nombreux pays, comme les Etats-
Unis (avec Senet et SemTech), la Belgique (Proximus et Wireless Belgie), la Suisse
(Swisscom), les Pays-Bas (KPN), ou encore l'Afrique du Sud (Fastnet10). Un réseau LoRa
open source baptisé The things network est en cours de déploiement dans 89 pays.

Couverture
Chaque opérateur LoRa dispose de son propre réseau et donc de sa propre carte de couverture.
Avec plus de 4 000 antennes, Bouygues Telecom et sa filiale Objenious touchaient en janvier
2017 93% de la population française, soit plus de 30 000 communes (informations
communiquées par le groupe). L'infrastructure d'Orange est pour l'instant moins développée :
l'opérateur affirme en juin 2017 couvrir près de 4 000 communes et sites industriels tricolores.
L'entreprise vise une couverture nationale d'ici la fin 2017. Les deux groupes tissent des
accords de roaming avec des partenaires locaux pour permettre à leurs clients de faire transiter
des données à l'international.

Portée
LoRa a une portée plus importante que les réseaux télécoms traditionnels. Pour couvrir la
France, Objenious prévoit l'installation de 5 000 à 6 000 antennes. Cinq fois moins qu'Orange
pour son réseau 3G, pour lequel l'opérateur a posé 28 000 stations de base dans l'Hexagone.
La portée est tributaire du terrain sur lequel sont installées les antennes (relief, présence de
bâtiments…). Un objet connecté en LoRa peut envoyer un message à une borne située à une
distance d'environ 1 kilomètre en zone urbaine et à 20 kilomètres dans une zone rurale plane.

Applications LoRa
La technologie LoRa permet de faire transiter de petits paquets de données, comme des
mesures prises par un capteur de température, d'humidité, ou encore de pression. Un compteur
d'eau ou d'électricité peut par exemple envoyer une fois par jour un bilan de consommation,
notamment pour permettre de réaliser des économies d'énergie. Cette technologie de
communication peut être utile aux mairies qui veulent développer une smart city. En plaçant
de petits détecteurs de vibrations sous la chaussée à différents points stratégiques, les villes
peuvent par exemple savoir combien de véhicules passent à différentes heures de la journée et
réorganiser leur plan de circulation plus intelligemment.

Attention, les appareils qui communiquent en LoRa ne sont pas reliés au réseau en
permanence, pour éviter de consommer trop d'énergie. Ils s'allument périodiquement (une fois
par semaine, chaque jour ou chaque heure, cela dépend de l'usage). Les data qui transitent en
LoRa ne peuvent donc pas être de nature à être communiquées en urgence (des informations
sur le bon fonctionnement d'un pacemaker par exemple).

Technologie
Pour déployer un réseau LoRa, les opérateurs publics ou privés installent des stations de base
dotées d'antennes fabriquées par des équipementiers télécoms. Ces appareils doivent être
reliés à Internet pour envoyer sur la toile les données qu'ils reçoivent, afin qu'elles puissent
être consultées par les entreprises et les particuliers qui utilisent des objets connectés en LoRa.
Les appareils intelligents situés à proximité de ces antennes sont équipés d'une puce LoRa,
qui leur permet de se connecter périodiquement au réseau pour envoyer ou recevoir des
informations.

Protocole LoRa
Le réseau LoRa émet en France sur la bande de fréquence 868 mégahertz et ses voisines
proches. Elle utilise une technique de transmission radioélectrique avec étalement de spectre.
Cela signifie que le signal radio est émis sur une grande largeur spectrale, pour limiter au
maximum le risque d'interférence avec des signaux parasites. Cette technique de modulation
est utilisée pour les communications spatiales et militaires. Ce protocole de communication
permet d'envoyer des données en intérieur (indoor) et en sous-sol (deep indoor).

Réseau IoT public ou opéré, lequel choisir ?

Quel est son budget ? De quelles compétences dispose-t-on et de quelle couverture a-t-on
besoin ? Voici les questions clefs à se poser avant d'opter pour l'un ou l'autre des modèles.

Développez avec LoRa pour les applications


IoT bas débit, longue portée
Par Paul Pickering

Avec la contribution de Digi-Key's North American Editors

2017-06-29

Les concepteurs disposent d'une grande variété de technologies sans fil pour la connexion
d'un produit à l'Internet des objets (IoT). Chaque technologie est adaptée à différentes
applications. Les concepteurs doivent donc judicieusement prendre en compte les facteurs
comme la portée, le débit de données, les coûts, la consommation énergétique, le volume et le
format.

Cet article présente le protocole LoRa, compare ses avantages aux autres protocoles et aborde
plusieurs produits et kits de développement permettant aux ingénieurs de se lancer rapidement
dans le développement de systèmes basés sur le protocole LoRa.

Compromis liés à l'IoT sans fil


Chaque technologie sans fil a ses avantages et ses inconvénients. Le Wi-Fi standard, par
exemple, peut transmettre de gros volumes de données à haute vitesse, mais sa portée est
limitée. Un réseau cellulaire combine la haute vitesse et la longue portée, mais consomme
plus d'énergie.

Les applications IoT comme l'acquisition de données à distance, le contrôle de l'éclairage


urbain, la surveillance météorologique et l'agriculture définissent chacune un ensemble de
priorités différent. Les quantités mesurées ou contrôlées dans ces applications, comme les
conditions météorologiques, les niveaux d'humidité du sol ou les lampadaires, montrent toutes
de très lentes fluctuations sur une période prolongée.

En outre, les nœuds de capteurs sont souvent espacés de plusieurs kilomètres et sont alimentés
par batterie. Le protocole sans fil optimal doit donc pouvoir envoyer de petits paquets de
données de manière efficace sur de longues distances tout en limitant la consommation
énergétique. Le protocole LoRa a justement été conçu pour répondre à ces exigences.

Présentation de la technologie LoRa


La technologie LoRa est destinée aux applications de réseau étendu basse consommation
(LPWAN). Elle affiche une portée de plus de 15 kilomètres et une capacité jusqu'à 1 million
de nœuds. La combinaison de la faible consommation et de la longue portée limite le débit de
données maximal à 50 kilobits par seconde (Kbps).

LoRa est une technologie exclusive brevetée détenue par Semtech Corporation et qui
fonctionne sur la bande ISM. La répartition des fréquences et les exigences réglementaires
pour la bande ISM varient selon la région (Figure 1). Les deux fréquences les plus utilisées
sont 868 mégahertz (MHz) en Europe et 915 MHz en Amérique du Nord. D'autres régions,
notamment l'Asie, répondent à d'autres exigences.

Europe Amérique du Nord

Bande de frequencies 867-869 MHz 902-328 MHz

Canaux 10 64 + 8 + 8

Bande passante de canal montant 125/250 kHz 125/500 kHz

Bande passante de canal descendant 125 kHz 500 kHz

+20 dBm typ.


Puissance d'émission montante +14 dBm
(+30 dBm autorisée)

Puissance d'émission descendante +14 dBm +27 dBm

Facteur d'étalement montant 7-12 7-10

Débit de données 250 bps - 50 kbps 980 bps - 21,9 kbps

Bilan de liaison montante 155 dB 154 dB

Bilan de liaison descendante 155 dB 157 dB

Figure 1 : Comparaison des spécifications LoRa pour l'Europe et les États-Unis, deux
régions où les bandes ISM sont largement utilisées. (Source de l'image : LoRa Alliance)
La couche physique de LoRa utilise la modulation à spectre étalé (SSM) (Figure 2). La
modulation SSM code le signal de base avec une séquence de fréquence supérieure pour
diffuser automatiquement le signal de base sur une bande passante plus large, ce qui permet
de réduire la consommation énergétique et d'augmenter la résistance aux interférences
électromagnétiques.

Figure 2 : Un système à spectre étalé multiplie les données d'entrée par une séquence de
codes beaucoup plus rapide pour étendre la bande passante du signal. (Source de l'image :
Semtech Corporation)

Le facteur d'étalement (SF) du signal de base est variable et nécessite un compromis. Pour une
bande passante disponible donnée, un facteur d'étalement supérieur réduit le débit binaire,
mais réduit également l'autonomie de la batterie en augmentant le délai de transmission.

Un facteur d'étalement et une bande passante spécifiés donneront un débit binaire selon la
formule suivante :

LoRa prend en charge six facteurs d'étalement (SF7 - SF12) et trois bandes passantes
différentes (125 kHz, 250 kHz, 500 kHz). Les facteurs d'étalement et les bandes passantes
autorisés sont définis par les agences de réglementation régionales. L'Amérique du Nord, par
exemple, spécifie une bande passante de 500 kHz et des facteurs d'étalement de 7 à 10.

Avec la technologie à spectre étalé, les messages ayant différents débits de données sont
orthogonaux et n'interfèrent pas les uns avec les autres grâce à la création d'un ensemble de
canaux « virtuels » pour augmenter la capacité de la passerelle.

Le schéma LoRa se base sur une variante SSM appelée « modulation à spectre étalé à
compression d'impulsions » (CSS) (Figure 3). La modulation CSS code les données avec une
compression d'impulsions, qui est en fait le signal sinusoïdal modulé d'une fréquence large
bande augmentant ou diminuant au fil du temps.

Figure 3 : Une compression d'impulsion montante CSS peut suivre une expression
polynomiale pour la relation fréquence-temps ou montrer une relation linéaire comme c'est le
cas ici. (Source d'image : Wikipedia)

La modulation CSS convient bien aux applications à faible débit de données (< 1 Mbps)
nécessitant une faible consommation énergétique. IEEE 802.15.4a, une autre norme bas débit,
préconise l'utilisation de cette technique dans les réseaux sans fil personnels (LR-WPAN). La
modulation CSS est utilisée depuis de nombreuses années pour fournir une communication
longue portée et fiable dans les applications militaires et spatiales, mais LoRa constitue la
première mise en œuvre commerciale à faible coût.

LoRaWAN et l'architecture réseau LoRa


La spécification LoRaWAN définit la couche MAC (contrôle d'accès au support) pour le
réseau LPWAN. Le protocole LoRaWAN est implémenté sur la couche physique LoRa et
spécifie le protocole de communication et l'architecture réseau. Ces fonctions ont une grande
influence sur plusieurs paramètres de performances, notamment :

 Autonomie de la batterie d'un nœud


 Capacité du réseau
 Sécurité du réseau
 Applications desservies

L'architecture réseau LoRaWAN utilise une topologie en étoile étendue dans laquelle chaque
nœud d'extrémité communique avec plusieurs passerelles de communication avec le serveur
réseau.

Le réseau LoRa comprend quatre éléments (Figure 4) :

 Les nœuds d'extrémité collectent les données des capteurs, les transmettent en amont et
reçoivent la communication en aval provenant du serveur d'application. Les dispositifs de
point de terminaison utilisent une communication sans fil à saut unique vers une ou plusieurs
passerelles.
 Le concentrateur/la passerelle agissent comme un pont transparent et relaient les données
bidirectionnelles entre les nœuds d'extrémité et les serveurs en amont.
 Le serveur réseau se connecte à plusieurs passerelles via une connexion TCP/IP sécurisée,
filaire ou sans fil, puis élimine les doublons de messages, désigne la passerelle qui doit
répondre au message du nœud d'extrémité et gère les débits de données du nœud
d'extrémité grâce à un schéma de débit de données adaptatif (ADR) pour optimiser la
capacité du réseau et prolonger l'autonomie de la batterie du nœud.
 Le serveur d'application collecte et analyse les données des nœuds d'extrémité, et détermine
leurs actions.

Figure 4 : Un réseau LoRa comprend quatre blocs principaux et deux couches de sécurité.
(Source de l'image : LoRa Alliance)

La communication avec les points de terminaison est normalement bidirectionnelle, mais


LoRa prend également en charge le fonctionnement multidiffusion pour les fonctions comme
les mises à niveau logicielles. De nombreux protocoles concurrents, comme ZigBee, utilisent
une topologie maillée dans laquelle les nœuds d'extrémité individuels reçoivent et
retransmettent les informations des autres nœuds d'extrémité. Cette approche augmente la
portée et la taille des cellules du réseau, mais la surcharge de communication qui en découle
augmente la complexité, réduit la capacité du réseau et augmente la consommation
énergétique des nœuds individuels.

Classification des nœuds d'extrémité LoRa


Il existe trois classes de dispositifs de nœuds d'extrémité. Les trois classes permettent une
communication bidirectionnelle et peuvent initier une liaison montante vers le serveur via la
passerelle. Elles se distinguent par leur acceptation des messages entrants provenant du
serveur.
Un dispositif LoRaWAN de classe A présente la plus faible consommation. Un nœud
d'extrémité autorise uniquement la communication à partir du serveur pendant deux courts
intervalles ouverts pendant une courte période après une transmission en liaison montante.
Les messages du serveur qui ne sont pas envoyés pendant cette période doivent attendre la
prochaine période de liaison montante programmée. Un dispositif de classe A est asynchrone.
Un point de terminaison démarre une transmission lorsqu'il a des données à envoyer, puis
attend la réponse pendant une période prédéfinie.

Un dispositif LoRa de classe B offre les mêmes fonctionnalités que la classe A, mais avec des
intervalles de réception supplémentaires à des heures programmées. Pour une synchronisation
avec le réseau, le nœud de classe B reçoit un signal synchronisé de la part de la passerelle
toutes les 128 secondes. Il est affecté à un laps de temps au sein de ces 128 secondes pour
pouvoir indiquer au serveur qu'un dispositif de terminaison est prêt à recevoir des données.

Un dispositif LoRa de classe C fournit des intervalles de réception quasiment continus. Les
intervalles ne sont fermés que pendant les transmissions des points de terminaison. Un
dispositif de classe C est adapté lorsqu'un gros volume de données doit être reçu plutôt
qu'envoyé.

Sécurité du réseau LoRaWAN


Une sécurité sans faille est essentielle pour toute conception LPWAN. LoRaWAN utilise un
cryptage AES 128 bits et comprend deux couches de sécurité indépendantes : une clé de
session réseau (NwkSKey) et une clé de session d'application (AppSKey) (Figure 5).
Figure 5 : Le flux de données d'un dispositif de terminaison LoRa vers l'application inclut un
processus de cryptage et de décryptage au début et à la fin de la chaîne, pour que seuls le
capteur du nœud d'extrémité et l'application aient accès aux données en texte brut. (Source de
l'image : Microchip Technology)

La couche de sécurité du réseau garantit l'authenticité du nœud au sein du réseau, tandis que
la couche de sécurité de l'application garantit l'interdiction d'accès aux données d'application
de l'utilisateur final par l'opérateur réseau.

Il existe deux méthodes de déploiement des clés :

 Activation par personnalisation (ABP) : les dispositifs de terminaison LoRaWAN peuvent être
programmés en usine avec les données d'authentification nécessaires pour un réseau
LoRaWAN spécifique.
 Activation par liaison radio (OTAA) : cette méthode utilise un identifiant d'application, un
identifiant de dispositif unique et une adresse de dispositif assignée à un réseau pour
extraire les clés NwkSKey et AppSKey. Cette méthode est préférable, car les clés ne sont pas
prédéfinies et peuvent être générées à nouveau.
Introduction au développement LoRa
Les fabricants offrent aux concepteurs différentes options LoRa avec des niveaux
d'intégration variables, des dispositifs individuels aux kits de développement complets.

L'émetteur-récepteur LoRa monopuce SX1279 de Semtech Corporation peut couvrir les


bandes ISM pour l'Europe et l'Amérique du Nord (Figure 6). Selon les réglementations
applicables, le dispositif offre des bandes passantes de canaux allant de 7,8 kHz à 500 kHz et
des facteurs d'étalement de 6 à 12.

Figure 6 : Le SX1279 de Semtech offre des débits binaires efficaces s'étendant de 18 bps à
37,5 kbps, soit une plage supérieure à celle du protocole LoRaWAN. (Source de l'image :
Semtech Corporation)

Au niveau module, Microchip, détenteur de licence LoRa IP, propose le RN2483 pour les
applications européennes de 868 MHz et le LoRa RN2903 pour les applications nord-
américaines de 915 MHz (Figure 7). Ces deux modules contiennent un microcontrôleur
spécifique à l'application avec une pile de protocoles LoRa, un émetteur-récepteur radio
conforme au protocole LoRa, une mémoire EEPROM série fournissant au dispositif un
identifiant EUI-64 unique, et 14 broches entrée/sortie (E/S) pour les entrées de capteurs
analogiques ou numériques, les commutateurs ou les indicateurs d'état.

Ces modules sont conçus pour une utilisation classe A et permettent un fonctionnement
longue portée grâce à un amplificateur de puissance de sortie haut rendement intégré de
+18,5 dBm (+14 dBm pour le RN2483), combiné à une sensibilité de récepteur de -146 dBm.
Figure 7 : Un nœud d'extrémité RN2903 standard peut inclure à la fois des fonctions d'entrée
et de sortie. Le port ICSP en option peut être utilisé pour mettre à jour le micrologiciel.
(Source de l'image : Microchip Technology)

Au niveau carte, Microchip propose le modèle Mote DM164139, un dispositif de terminaison


de classe A basé sur le modem LoRa RN2903. Le Mote est un nœud autonome alimenté par
batterie, fournissant une plateforme de démonstration pratique pour les fonctionnalités longue
portée du RN2903.

Le Mote inclut des capteurs de lumière et de température. La transmission de données peut


être initiée en appuyant sur un bouton ou programmée à heure fixe. Un écran LCD affiche les
informations comme le statut de connexion, les valeurs des capteurs ou les données de liaison
descendante.

La carte se connecte à un ordinateur via un connecteur USB 2.0 micro-B fournissant un accès
à l'interface UART du RN2903. L'UART permet un paramétrage et un contrôle rapides de la
pile de protocoles LoRaWAN embarquée grâce à un ensemble de commandes ASCII de haut
niveau.

Le modem RN2483 comprend une carte Mote spécifique, le DM164138.

Enfin, le kit d'évaluation réseau LoRa DV164140-2, de Microchip également, inclut deux
cartes Mote RN2903 et une carte de passerelle (Figure 8). Il permet aux concepteurs d'évaluer
facilement la capacité d'un système LoRa 915 MHz complet. Un kit équivalent, le
DV164140-1, couvre les applications de 868 MHz.

Figure 8 : Les kits d'évaluation LoRa DV164140-2 (915 MHz) et DV164140-1 (868 MHz) de
Microchip incluent deux cartes Mote, la carte principale de passerelle et la carte radio (de
gauche à droite). (Source de l'image : Microchip Technology)

La carte de passerelle comprend une carte principale et une carte radio reliée. Elle inclut un
écran LCD, une carte SD pour les données de configuration, une connexion Ethernet, une
antenne et des radios de capture pleine bande.

La carte de passerelle interface avec le PC hôte grâce à un câble USB qui fournit
l'alimentation et la communication. En outre, un câble Ethernet est connecté entre la carte
principale et le connecteur LAN du PC pour la communication entre la passerelle et le
serveur.

La carte de développement Mote est connectée à l'ordinateur hôte via sa propre connexion
USB.

Logiciel du kit d'évaluation de réseau


Le logiciel du kit d'évaluation est constitué de la suite de développement LoRa de Microchip,
téléchargeable gratuitement sur la page produit DV164140-2 de Digi-Key. Disponible pour
les machines Mac, Windows ou Linux, la suite permet de configurer une version locale du
serveur réseau LoRaWAN qui fonctionne sous un système d'exploitation hôte sans connexion
réseau externe. La suite de développement crée un réseau de démonstration autonome pour
simplifier et accélérer le test du réseau LoRa.

Au niveau interne, la suite de développement LoRa exploite la plateforme de développement


open-source Docker pour exécuter les applications conteneurisées. Docker permet d'utiliser la
machine virtuelle (VM) d'Oracle dans un environnement Windows, Mac ou Linux (Figure 9).
La VM héberge le moteur Docker, qui exécute le serveur d'évaluation LoRa. Le serveur
d'évaluation communique avec la carte de passerelle via le port Ethernet, qui transmet les
données au module RN via la liaison LoRa.

Figure 9 : Le kit d'évaluation de réseau LoRa met en œuvre un serveur LoRa d'évaluation qui
s'exécute sous le système d'exploitation de l'ordinateur hôte. (Source de l'image :
Microchip Technology)

L'utilitaire de développement LoRa fonctionne dans Java Runtime Environment (JRE), un


ensemble d'outils logiciels permettant le développement d'applications Java. L'utilitaire
permet à l'utilisateur d'exécuter différentes tâches, notamment : analyser le réseau pour
détecter les nouveaux dispositifs de terminaison, leur donner accès au réseau, créer un
nouveau serveur d'application et configurer le réseau (Figure 10).
Figure 10 : L'utilitaire de développement LoRa, téléchargeable sur la page produit des kits
d'évaluation, permet de contrôler de nombreuses fonctions du kit d'évaluation LoRa, y
compris la configuration réseau. (Source de l'image : Microchip Technology)

Conclusion
Le protocole LoRa répond aux besoins essentiels de l'IoT en matière de communications
longue portée, basse consommation et à faible débit de données. Cet article a abordé la couche
physique LoRa et les spécifications LoRaWAN sous-jacentes. Il a également présenté une
gamme de dispositifs et de kits permettant aux concepteurs d'évaluer rapidement les
performances du protocole LoRa dans différentes applications cibles

Qu'est-ce que LORA ?


LORA est une technologie réseau longue portée permettant la communication à bas débit
d’objets connectés. A l’instar de la 3G/4G, le protocole LORA permet la transmission aussi
bien en extérieur qu’en intérieur sur des distances plus longues.
Le grand avantage de LoRa, par rapport à un réseau cellulaire conventionnel, est l’autonomie
des récepteurs ainsi que le coût d’utilistion. Le réseau LoRa est conçu de manière à
consommer le moins d’énergie possible. Il serait ainsi possible d’atteindre une autonomie de
l’ordre de plusieurs années sur des produits comme des compteurs (d’eau, d’électricité, etc.)
avec une batterie. Les autres avantages sont la portée de chaque passerelle (~10km en zone
rurale et 3km en ville) ainsi que le faible coût de mise en place par rapport à un réseau GSM
conventionnel. Le cout d’utilisation par objet sera de l’ordre de CHF 1.- mensuel ou moins
suivant la quantité d’objets. Pour un service similaire sur un réseau GSM le cout minimum est
plus élevé.

Les objets connectés


L’appellation d’objet connecté couvre surtout les objets dotés de capteurs qui génèrent des
volumes de données modestes. Ce sont souvent des capteurs qui mesurent quelques grandeurs
: une température, un niveau d’humidité, un niveau d’éclairage, un niveau sonore, une
position GPS ou une simple valeur, donc quelques nombres flottants dans le pire des cas. Ces
données n’ont pas forcément à être transmises en temps réel. On peut donc par exemple se
contenter de les transmettre toutes les minutes ou à une plus faible fréquence.

Les passerelles
Pour déployer ce réseau, il est nécessaire d’utiliser des passerelles 868MHz (gateways). Elle
ont également le rôle de routeurs et d'émetteurs pour le réseau hertzien. Il en existe différents
modèles pouvant être utilisées en extérieur et étudiées pour une utilisation à grande échelle.
Wifx a développé sa propre gateway low-cost (passerelle à bas prix). Son prix final est de
CHF 539.- et est dégressif selon les quantités. Lien vers notre shop LoRa

Exemple de fonctionnement

LoRaWAN : le nouveau protocole LoRa


pour l’Internet des objets
Geoffray SYLVAIN

16/01/2015 05:01

Share 0 Tweet 0 Share 0 Share 0

LoRa Alliance, annoncée lors du CES 2015, va fédérer les opérateurs télécoms et les
industriels autour du protocole LoRaWAN, permettant l’interopérabilité des réseaux de
communication pour des objets connectés.

A l’occasion du CES qui s’est tenu à Las Vegas la semaine dernière, les opérateurs télécoms
ont annoncé la constitution de LoRa Alliance, un consortium mondial autour de l’internet des
objets. Porté par de nombreux acteurs comme Cisco (aussi membre de l’AllSeen Alliance) ou
IBM, la LoRa Alliance rassemble notamment Semtech, Actility, Bouygues Telecom,
Eolane, FastNet, IMST, Kerlink, KPN, Microchip Technology, MultiTech, Proximus,
Sagemcom, SingTel et Swisscom.

L’alliance ainsi formée vise à permettre aux réseaux régionaux (dits WAN) de s’appuyer sur
une connectivité longue-portée bi-directionnelle à faible consommation pour connecter des
millions d’objets connectés de manière économique. A l’occasion de cette annonce, nous
avions recueilli la réaction de Thomas Nicholls de Sigfox, sur les terrains de concurrence avec
la technologie du français, qui développe rapidement son propre réseau, jusqu’en
Californie.
Standardiser les communications M2M :
Pour standardiser les réseaux basse-puissance et longue-portée baptisés LPWAN (Low Power
Wide Area Networks) qui permettront aux applications M2M (Machine to Machine)
d’émerger dans l’ industrie, les villes connectées et l’internet des objets, la LoRa Alliance
passe désormais à la vitesse supérieure.

Grâce au protocole LoRaWAN, dessiné à partir des échanges techniques des différents
membres du consortium et permettant aux réseaux à faible bande passante (entre 0,3 et 50
Kbit/s) de connecter toutes sortes d’appareils communicants à longue autonomie, la
standardisation est en marche. L’émergence de ce nouveau protocole, le LoRaWAN,
apportera l’interopérabilité aux réseaux des différents opérateurs dans le monde afin de
parvenir à une connectivité parfaite et totale sur le territoire.

Selon l’Alliance, le LoRaWAN pourrait aussi, à terme, aboutir à l’émergence de nouveaux


modèles économiques pour les objets connectés et leurs services supports. Olivier Hersent,
PDG de l’opérateur de services M2M Actility, explique :

« Avec LoRaWAN, des villes entières ou des pays peuvent être couverts avec quelques stations
de base, ne nécessitant plus le déploiement initial et l’entretien de milliers de nœuds propres
aux réseaux maillés traditionnels, explique . Cela rend possible l’IoT possible maintenant,
avec des investissements d’infrastructure minimaux.«

De son coté, IBM a publié LoRaWAN in C, une implémentation open-source proposée sous
licence publique Eclipse, afin de faciliter le développement de terminaux compatibles avec
les spécifications du protocole. On devrait en savoir plus à l’occasion du Mobile World
Congress de Barcelone (MWC), qui se teindra du 2 au 5 mars prochains.
e la technologie LoRa au réseau LoRaWAN
21 août 2016

|In Frugal Technologie

|By Ali Benfattoum

Comment connecter les milliards de capteurs qui seront potentiellement déployés dans le
monde et qui participeront à la construction des villes intelligentes, de la mobilité et de
l’industrie du futur ?

Il n’y a évidemment pas qu’une seule réponse mais une d’entre elles se trouve assurément du
côté des LPWAN.

Les LPWAN sont des réseaux sans fils basse consommation, bas débit et longue portée,
optimisés pour les équipements aux ressources limitées pour lesquels une autonomie de
plusieurs années est requise. Ces réseaux conviennent particulièrement aux applications de
l’Internet des Objets qui n’exigent pas un débit élevé.

Je vous avais présenté dans mon précédent article sur le sujet, plusieurs réseaux LPWAN
parmi lesquels le réseau LoRaWAN. Je manquais alors d’expérience pratique pour juger des
performances réelles de ce réseau. Après quelques mois de prototypage et surtout après le
développement de mon propre réseau LoRaWAN, je vous propose de vous présenter, plus en
détail, ce réseau qui prend de plus en plus de place dans le paysage de l’Internet des Objets.

La modulation LoRa et le protocole LoRaWAN

Pour rappel, LoRaWAN (Long Range Radio Wide Area Network), est un protocole réseau
bas débit et longue portée basé sur la technologie radio LoRa.

La technologie LoRa opère dans les bandes de fréquences ISM (autour de 868 MHz pour
l’Europe) et utilise une modulation à étalement de spectre – une variante de la modulation
chirp spread spectrum pour être plus précis. L’utilisation de cette modulation offre des
performances optimisées en terme de portée, en augmentant significativement la robustesse
du signal et la sensibilité du récepteur tout en conservant une faible consommation d’énergie.

Utilisée auparavant pour les communications spatiales et militaires, cette modulation est
particulièrement performante pour les communications longue portée et bas débit.

La portée d’une communication LoRa est déterminée par sa bande passante, la puissance de
sortie du signal ainsi que par le facteur d’étalement utilisé – Spreading Factor (SF).
L’étalement du signal augmente sa portée, au détriment du débit car il est transmis sur une
plus longue période. Au détriment également de l’autonomie de l’équipement car la
communication radio est énergivore ! Par conséquent une communication plus longue
implique une consommation d’énergie plus importante. Je vous propose ci-dessous un schéma
illustrant l’impact de l’étalement du signal sur la portée et sur le débit d’une communication
LoRa (pour la bande 868 MHz).
Impact du facteur d’étalement sur la portée et le débit

Un réseau LoRaWAN, s’appuyant une modulation LoRa dans la bande de fréquence 868
MHz, supporte 6 facteurs d’étalement (SF7, SF8, SF9, SF10, SF11, SF12) comme le montre
le schéma ci-dessus. Sachez que l’orthogonalité des SF permet la réception de plusieurs
signaux en parallèle sur le même canal. Par défaut, le réseau doit au minimum supporter les
trois canaux suivants (de 125 KHz de bande passante chacun) : 868,10 ; 868,30 et 868,50
MHz.

À ce propos, Semtech propose un outil qui calcule les performances estimées d’une
communication LoRa en fonction des différents paramètres (SF, bande passante, fréquence,
etc.).
Capture d’écran de l’outil de Semtech

D’autres mécanismes, comme la variation de la fréquence à chaque émission, contribuent


également à la robustesse d’une communication LoRa. Si vous souhaitez creuser le sujet de la
modulation LoRa, je vous invite à consulter ce document.

Pour reprendre la terminologie du modèle OSI, la technologie LoRa représente donc la


couche physique d’un réseau LoRaWAN, définissant le lien radio entre les équipements et les
concentrateurs appelés respectivement les end-devices et les gateways dans les spécifications
LoRaWAN.

A ce sujet, je vous présenterai, plus loin dans l’article, un schéma illustrant l’architecture d’un
réseau LoraWAN. Avant cela, ci-dessous, je vous livre un schéma illustrant les différentes
couches d’un réseau LoRaWAN.
Les
différentes couches d’un réseau LoRaWAN

Deux équipements LoRa peuvent communiquer en P2P sans nécessairement passer par un
réseau. Cependant, pour que ces équipements communiquent à travers un réseau,
l’implémentation de la seule couche physique n’est plus suffisante. C’est ainsi que
LoRaWAN définit le protocole réseau (LoRa MAC), pour une communication d’équipements
LoRa à travers un réseau.

En s’appuyant sur les performances de la modulation LoRA, le protocole LoRaWAN assure


des communications bidirectionnelles et définit ainsi trois classes d’équipements : Classe A, B
et C. La différence entre ces classes réside essentiellement dans le nombre de fenêtres
allouées par l’équipement pour la réception des messages envoyés par le réseau.

Chaque équipement LoRaWAN est au minimum compatible avec la classe A ; le support des
autres classes est optionnel. Pour une description détaillée de ces classes, je vous renvoie à
mon article sur les LPWAN.

Afin d’optimiser davantage la capacité du réseau, le protocole LoRAWAN prévoit un débit


adaptatif – ADR – compris entre 0,3 et 50 kbits par seconde. En fait, le réseau est en mesure
d’ajuster le débit des communications et la puissance de sortie de chaque équipement en
fonction de sa couverture radio, assurant de ce fait une gestion optimisée des ressources et de
la capacité du réseau.

Architecture d’un réseau LoRaWAN

La topologie d’un réseau LoRaWan est en étoile : les équipements – appelés end-devices –
communiquent en LoRa avec des concentrateurs – appelés gateways. Ces concentrateurs
centralisent les messages pour les transmettre au serveur de gestion du réseau. La liaison entre
les concentrateurs et le serveur de gestion du réseau s’appuie sur des technologies très haut
débit (Ethernet, 4G,…).
Toute l’intelligence, à savoir la gestion du débit adaptatif, de la sécurité des données ou
encore de la redondance des données reçues, est assurée par le serveur du réseau. Enfin, ce
dernier communique avec un ou plusieurs serveurs applicatifs au travers desquels les
fournisseurs d’applications exploitent les données de leur(s) équipement(s).

Architecture d’un réseau LoRaWAN

Car en effet, une des particularités d’un réseau LoRaWAN, est qu’un équipement ne
communique pas exclusivement à travers un concentrateur. Tous les concentrateurs couvrant
l’équipement peuvent recevoir les données transmises par ce dernier.

Cela facilite grandement la communication avec les équipements en mobilité en dispensant le


réseau de mécanismes de hand-over (passage d’un concentrateur à un autre) qui auraient pour
effet de complexifier sa gestion et très probablement de réduire ses performances. Par contre,
lorsque le serveur envoie un message à destination d’un équipement, c’est par le biais d’un
seul concentrateur. C’est le cas en particulier des messages requérant un acquittement par le
serveur.

La sécurité d’un réseau LoRaWAN

Maintenant que nous connaissons l’architecture d’un réseau LoRaWAN, une question
essentielle reste à traiter : celle de la sécurité. Que ce soit pour assurer la sécurité du réseau ou
pour garantir la confidentialité et la sécurité des données, la question de la sécurité est
extrêmement importante. Une question qui, soit dit en passant, concerne l’Internet des Objets
dans son ensemble.
Pour assurer la sécurité du réseau et des données, le réseau LoRaWAN a recours à deux
chiffrements AES-128. Le premier via la clé de session réseau – Network Session Key
(NwkSKey) – assure l’authenticité des équipements sur le réseau ; quant au deuxième
chiffrement, il assure via la clé de session applicative – Application Session Key (AppSKey)
– la sécurité et la confidentialité des données transmises à travers le réseau.

En d’autre termes, la clé réseau permet à l’opérateur de sécuriser son réseau alors que la clé
applicative permet au fournisseur de l’application de sécuriser les données qui transitent à
travers le réseau.

Les données utiles que souhaite transmettre l’équipement sont tout d’abord chiffrées via la clé
de session applicative. Un en-tête, contenant entre autres l’adresse de l’équipement, est
ensuite ajouté aux données chiffrées. À partir de cette concaténation, le MIC – Message
Integrity Code – est calculé via la clé de session réseau. Le MIC permet au réseau de vérifier
l’intégrité des données et de l’équipement sur le réseau. Enfin, le MIC est ajouté au message
contenant l’en-tête et les données chiffrées avant transmission.

À réception du message par le serveur de gestion du réseau, ce dernier pourra vérifier


l’intégrité des données grâce au MIC tout en préservant la confidentialité des données
(chiffrées par la clé de session applicative).

Pour illustrer cela, je vous ai préparé un petit schéma :

Chiffrement d’un message LoRaWAN

Logiquement, la clé applicative n’est connue que du fournisseur de l’application en question,


évitant ainsi qu’un tiers – l’opérateur compris – puisse consulter les données. La clé réseau,
pour sa part, est communiquée par l’opérateur du réseau aux fournisseurs d’applications
autorisés.

Ces clés permettent de sécuriser les données transmises par les équipements à travers le
réseau mais elles sont également indispensables à leur activation sur le réseau.
Activation d’un équipement LoRaWAN

Avant toute communication à travers un réseau LoRaWAN, les équipements doivent obtenir
les clés de session, en suivant une procédure d’activation au choix parmi deux méthodes :
Over-The-Air Activation (OTAA) ou Activation By Personalization (APB).

Activation par la méthode OTAA

Pour activer un équipement sur le réseau par la méthode OTAA, l’équipement doit
transmettre au réseau une demande d’accès : join request. Pour ce faire, celui-ci doit être en
possession de trois paramètres :

 Le DevEUI, identifiant unique (de type EUI 64) de l’équipement (fourni par l’équipementier).
 AppEUI, identifiant du fournisseur de l’application (EUI 64).
 AppKey, clé AES 128 déterminée par le fournisseur de l’application.

L’équipement envoie, à travers le réseau, la requête join request, contenant DevEUI, AppEUI
ainsi qu’un MIC calculé via la clé AppKey. Cette requête est transmise au serveur
d’enregistrement qui vérifie le MIC via la clé AppKey (qui lui a été communiquée au
préalable). Si l’équipement est autorisé par le serveur d’enregistrement, la requête join accept
est transmise en réponse à l’équipement.

Cette réponse contient des données à partir desquelles l’équipement va pouvoir calculer les
clés de session (réseau et applicative). Parmi les données contenues dans cette réponse, se
trouve également l’adresse – Device Adress (DevAddr) sur 32 bits – qu’utilisera l’équipement
pour communiquer sur le réseau.

Activation d’un équipement par OTAA

A chaque nouvelle session, les clés de session sont renouvelées.


Je vous rappelle que tous ces mécanismes sont gérés par les serveurs de gestion et
d’enregistrement. Les concentrateurs, pour leur part, relaient toutes les données transmises par
les équipements présents dans leur zone de couverture, qu’ils soient activés ou non.

Activation par la méthode APB

Pour la seconde méthode, APB, les clés de session NwkSKey et AppSKey ainsi que l’adresse
de l’équipement (DevAddr) sont directement inscrits dans l’équipement LoRaWAN. Ainsi,
l’équipement n’a plus besoin d’envoyer de requête avant de communiquer sur le réseau.
L’utilisation de cette méthode implique que les équipements communiquent avec un réseau
spécifique car les clés de session sont connues par avance. Et contrairement à la méthode
OTAA, les clés de session sont statiques.

En résumé, la méthode OTAA est plus complexe à implémenter que la méthode APB mais
offre un niveau de sécurité supérieur. Dans le cas d’un prototypage ou pour une utilisation sur
un réseau connu, la méthode APB suffit largement. Par contre, lorsqu’un déploiement à plus
grande échelle est envisagé, il est conseillé d’utiliser la méthode OTAA, plus sécurisée et plus
agile.

Réseaux publics VS réseaux privés

Vous pouvez, moyennant le paiement d’un abonnement, connecter vos équipements à un


réseau LoRaWAN dit public ; traditionnellement proposé par les opérateurs de téléphonie
mobile. À ce jour en France, Orange et Bouygues Telecom proposent tous deux une offre
pour l’utilisation de leur réseau LoRaWAN avec l’accès à une plateforme pour la récupération
des données.

Même si des opérateurs télécom déploient des réseaux LoRaWAN, il est tout à fait possible
pour un particulier, une entreprise ou même une ville, de déployer son propre réseau
LoRaWAN. Et détrompez vous, cela n’a rien d’insurmontable.

Tout d’abord, contrairement aux réseaux mobiles, les bandes de fréquences sont libres.
Toutefois, elles sont régulées : vous devez notamment respecter un certain temps
d’occupation des canaux spectraux (duty cycle). Autrement dit, vous ne pouvez pas
communiquer sans interruption ou à très haute fréquence des données.

Ensuite le coût d’infrastructure est plutôt abordable. Bien sûr, il ne s’agit pas de couvrir tout
le pays avec son réseau LoRaWAN mais deux concentrateurs peuvent largement suffire à
couvrir quelques kilomètres. Le prix d’un concentrateur peut varier de 200 à 2000$ selon les
options et les fonctionnalités qu’il propose.

Enfin, en ce qui concerne le serveur applicatif, vous pouvez développer le vôtre ou utiliser
celui d’un tiers. Bien entendu, déployer son propre réseau pour y connecter une dizaine
d’équipements ne sera pas une opération rentable…

Les applications LoRaWAN

Compte tenu de ses performances en termes de portée et d’autonomie des équipements, le


réseau LoRaWAN permet le déploiement et la remontée de données de capteurs en tout genre
(qualité de l’air, remplissage des poubelles, détecteur de présence, …). L’exploitation de ces
données ouvre des perspectives considérables dans de nombreux domaines que ce soit pour la
gestion des ressources, pour l’optimisation des déplacements ou encore pour l’augmentation
de la productivité.

Par exemple, un simple détecteur de présence, qui remonterait l’information d’occupation


d’une salle permettrait aux gestionnaires de bâtiments qu’ils soient privés (ruche
d’entreprises) ou publics (équipements sportifs) d’optimiser l’utilisation de leurs ressources.
Autre exemple, avoir l’information du remplissage des bennes à ordures permettrait le
développement d’applicatif d’optimisation des tournées de récolte avec la possibilité
d’adapter les véhicules selon les itinéraires de récolte.

Je pourrais encore vous énoncer de nombreux exemples d’applications potentielles pour la


maintenance prédictive, la mobilité intelligente, etc. pour lesquelles les réseaux LoRaWAN
conviennent parfaitement (à la condition que celles-ci ne nécessitent pas une communication
haut débit ou trop fréquente) ; mais j’espère que la lecture de cet article vous a donné l’envie
de développer des solutions encore plus novatrices !

Vous trouverez en vous rendant sur ce lien, un panel de fournisseurs d’équipements


LoRaWAN pour développer vos prototypes.

À ce propos, pour les prototypeurs basés à Lille, une plateforme de test et d’expérimentation
LoRaWAN est ouverte et accessible à toutes les entreprises de l’écosystème
d’EuraTechnologies.

Comme d’habitude, si des erreurs se sont glissées dans l’article, n’hésitez pas à nous en faire
part.

[Tribune] La bataille des réseaux bas-débit


pour l’IoT : Sigfox vs LoRa

Cyril Masson

CEO CM Consulting

11/03/2016 01:03
Share 0 Tweet 0 Share 0 Share 0

Dans le monde impitoyable des objets connectés, s’affrontent deux philosophies de réseaux
IoT bas-débit. La vision globale de Sigfox affronte la stratégie locale de la communauté
LoRa. Cyril Masson dresse le tableau d’un paysage stratégique en pleine structuration dans
les réseaux LPWAN.

Selon de nombreuses prévisions, environ 50 Milliards d’objets devraient être connectés


d’ici à 2022. un tiers de ces objets continueront d’utiliser les protocoles GSM actuels, un tiers
utiliseront des réseaux à très courte portée, notamment dans des usages domotiques, un tiers
devraient être connectés à des réseaux bas débit/ longue portée, soit un marché total
adressable potentiel de 5 milliards d’objets connectés.

On peut également considérer qu’une partie des usages domotiques pourra concerner ces
réseaux bas débit : en effet, la configuration des objets connectés dans le cadre du Smart
Home est actuellement rendu difficile par l’usage d’un réseau Wifi (configuration par
l’utilisateur par capteur).
Les réseaux IoT bas-débit
Dans ce marché, 2 grands types de réseaux bas débit s’opposent actuellement :

 le réseau Sigfox qui mise sur des messages très courts et légers (12 bytes – 140 messages par
jour), avec le déploiement rapide d’un réseau « sans couture » à l’échelle mondiale.
 le réseau LoRa permet des messages plus importants (50kbyes), et s’appuie sur les acteurs
mobiles en place pour construire son réseau ;

De ce fait, le réseau Sigfox –par les contraintes qu’il impose aux objets de par la taille des
messages– réduit sa taille de son marché ‘adressable’ :

1. la taille des messages ne permet une communication que en mode ascendant (de l’objet vers
le réseau) et interdit donc des messages descendants –depuis le réseau, tels que des
messages de maintenance par exemple–.
2. la taille des messages ne permet pas de crypter ces derniers et rend ainsi potentiellement
vulnérable la communication et l’accès aux données.
3. la taille des messages ne permet pas réellement le mouvement excédant 10 à 20km/h, sans
quoi la perte d’information risque de limiter la transmission de l’information.

De par ces contraintes, il est réaliste d’envisager que seuls 50% du marché est adressable soit
environ 2,5 Milliards d’objets à horizon 2022.

Bien qu’ambitieux, le projet de Sigfox à prendre 20% de parts de marché adressable, soit
environ 500 Millions d’objets connectés à l’horizon 2022, parait toutefois réaliste compte tenu
d’une part de l’avance prise par la société toulousaine, de par le soutien de l’Etat français à
faire de l’acteur un étendard sur une technologie « stratégique » au niveau européen, mais
aussi au regard des investissements réalisés.

Les modèles et donc les implications financières sont relativement distincts.

Le coût d’une antenne sur le réseau Sigfox est estimé à environ 2.500€ (Capex) et 1.000€
(Opex) annuels, ainsi que 5% de frais de maintenance. Il est estimé qu’à ce jour, Sigfox a
déployé environ 1.500 antennes pour couvrir la France, tout en restant réservé sur la
capacité d’un tel réseau de répondre à l’ensemble des besoins de l’Internet des Objets. Il faut
ajouter à cela le coût de location de site de chaque antenne qui peut représenter environ
2.500€ / an.
La stratégie de Sigfox

Afin d’assurer le déploiement de son réseau, Sigfox a mis en place un système de partenariats
dans les différents pays avec le déploiement réalisé par des acteurs Télécom (par exemple
TDF en France, Arqiva au Royaume Uni, Albertis en Espagne) sur une base de partage de
revenu garantissant une partie estimée à 50% du revenu facturé par objet connecté à celui qui
déploie et opère le réseau.

M2M

[Sigfox/LoRa] Les Vrai/Faux des réseaux dédiés aux objets connectés

il y a 2 ans

Il y a bien entendu un risque à miser sur un tel modèle : si les revenus générés ne sont pas
suffisants pour couvrir les frais de déploiement mentionnés plus haut, les partenaires sont
fragilisés économiquement et cela représente un risque.

Sigfox pourrait être ainsi amené à devoir racheter ces partenaires et à supporter directement
les investissements et le coût des opérations du réseau, voire à le déployer lui-même comme
c’est le cas dans certains pays. De fait, la lourdeur de ces investissements semble justifier les
énormes investissements réalisés par l’opérateur Internet des Objets.

De son côté, Bouygues Télécom a déclaré avoir prévu un déploiement de 4.000 antennes
pour couvrir le territoire français. Si l’on compare aux quelques 1500 antennes annoncées par
le réseau Sigfox, certaines questions se posent : le réseau Sigfox couvre-t-il tous les usages,
est-il suffisant ?

Si ce n’est pas le cas, il est possible que cela représente un risque en termes de resserrement
du marché adressable que nous avons vu plus haut.

Une autre hypothèse pourrait être l’affrontement de conceptions du marché entre Sigfox et
LoRa, le premier privilégiant la couverture internationale avec un maillage faible pour
être rapidement en mesure de s’imposer comme un opérateur international, quitte à jouer sur
les effets d’annonce, le second misant sur un maillage local plus important.

Rappelons que Bouygues Télécom et Orange déploient un réseau LoRA mais que Archos,
autre acteur français, déploie également un tel réseau avec l’ambition de déployer 2000
antennes relais en France.

Fonctionnement en LoRa

En outre, il semble que le réseau LoRa doive supporter des coûts de déploiement moins
importants. Chaque antenne représenterait ainsi un investissement de 1.500€ / mois
installation comprise (CAPEX) et des frais de maintenance de 5% (OPEX). L’un des aspects
fondamentaux distinguant ici LoRA est qu’il repose principalement sur des opérateurs
existants qui disposent déjà de leurs antennes GSM et du savoir-faire opérationnel.
De tels coûts permettent d’envisager un déploiement national avec une couverture plus
maillée mais aussi plus longue. Lorsque Sigfox annonce avoir déjà couvert le territoire
national, LoRa annonce une couverture française pour fin 2016. Il n’est pas impossible par
ailleurs que le rapprochement prévu entre Orange et Bouygues Télécom accélère ce
processus.

Mais ce sont aussi 2 conceptions distinctes du marché lui-même qui s’affrontent : alors que
Sigfox se veut un acteur global et dit pouvoir proposer un modèle unique de facturation à
l’échelle mondiale, LoRa semble de son côté miser sur un modèle où chaque pays, chaque
géographie aura ses propres acteurs et sa propre stratégie IoT.

A ce stade, les uniques projets d’envergure annoncés par les 2 acteurs concernent surtout des
projets locaux portés par les actionnaires de chaque concurrent : Engie Cofely pour Sigfox,
Colas pour LoRa sont des projets très localisés.

Déjà que les industriels risquent d’être confrontés à des délais de déploiement de leur stratégie
IoT et la production d’objets, à quelle échéance peut-on réellement entrevoir le déploiement
de projets IoT à l’échelle mondiale, auquel cas, Sigfox peut en effet se retrouver avec un
réseau mondial, … mais avec des clients locaux, soumis à une concurrence certes moins
globale mais plus forte sur chaque marché.

Note : en réponse à ces informations, Sigfox a souhaité rectifier l’argumentation de


l’auteur, notamment sur les points suivants :
1. Le réseau Sigfox permet une communication ascendante et descendante. L’entreprise a
d’ores et déjà sur son réseau commercial des clients qui utilisent la fonction bidirectionnelle.
2. Le cryptage dont est responsable Sigfox concerne l’identité de l’objet. Le cryptage des
données client est parfaitement possible dans les 12 octets du message. Ce chiffrage est
décidé par le client.
3. L’architecture du réseau Sigfox permet bien une mobilité supérieure à 20 kms. L’entreprise a
d’ores et déjà sur son réseau des applications mobiles commercialement disponibles.
4. Sigfox rappelle également qu’en France notamment, son service est commercialement
disponible à l’échelle nationale, avec une carte de couverture publique et un niveau
d’engagement de service.

LoRa va-t-il battre Sigfox dans la course


aux réseaux pour objets connectés ?
Xavier Biseul

JDN

Mis à jour le 13/07/16 18:47

 Twitter
 LinkedIn
 Facebook
 Viadeo
 Email

Partis
après Sigfox, les adeptes de la technologie LoRa, dont Orange et Bouygues Telecom, mettent
les bouchées doubles pour couvrir le territoire. Ils jouent aussi sur les atouts et les
performances de ce standard ouvert.
Le monde devrait compter 20,8 milliards d'objets connectés en 2020, selon le cabinet d'études
Gartner. Pour communiquer, ces objets n'empruntent par les réseaux cellulaires GSM, mais
des infrastructures bas débit moins énergivores spécialement conçues pour eux. Ce sont les
réseaux LPWAN (Low Power Wide Area Networks) ou réseaux étendus à longue portée
puisqu'ils ont une bande de fréquences (800-900 MHz) de portée plus grande que celles des
réseaux 2G/3G/4G.

La technologie LoRa est portée par la LoRa Alliance

Sur ce terrain, deux technologies s'opposent. Celle de Sigfox qui a déjà couvert le territoire
national avec quelque 1 500 antennes et se déploie sur dix-neuf autres pays. La start-up
française a levé 127,5 millions d'euros en quatre tours de table et revendique 7 millions
d'objets connectés. Face à elle, la technologie LoRa (pour Long Range) est, elle, aussi
d'origine française. Elle est née du rachat de la start-up grenobloise Cycléo par le fabricant
américain de semi-conducteurs Semtech.

LoRa est aujourd'hui portée par la LoRa Alliance. Une organisation réunissant 330 industriels
qui travaillent sur tous les aspects de cette technologie : le réseau, la puce, la couche
logicielle, les terminaux. Au sein cette alliance, on trouve notamment Samsung, Tata
Communications ou China Telecom. En France, Orange, Bouygues Telecom, La Poste,
Qiwisio ou Archos déploient chacun un réseau LoRa.

La France couverte par Bouygues Telecom d'ici fin 2016


Deux opérateurs télécoms français se sont lancés dans une course de vitesse. Orange couvre
17 agglomérations en s'adossant à LoRa. Il indique "vouloir poursuivre le déploiement de ce
réseau selon les besoins de ses clients entreprises". Le groupe regarde aussi de près les
évolutions de la 5G qui doit répondre aux exigences de l'Internet des Objets (IoT).

Bouygues Telecom couvre, lui, avec plus de mille antennes LoRa 32 agglomérations, ce qui
lui permet de toucher potentiellement 50% de la population hexagonale. Avec pour objectif
d'achever le maillage du territoire d'ici la fin de l'année par la pose de 4 000 antennes. Le
rapprochement avorté entre Bouygues Telecom et Orange aurait permis de mutualiser les
investissements.
Évolution de la couverture du réseau LoRa de Bouygues Telecom en France. © Capture JDN

LoRa, un standard ouvert, naturellement bidirectionnel et


crypté
LoRa a quelques arguments à faire valoir. Alors que Sigfox se positionne avant tout sur les
capteurs industriels limitant sciemment la taille des messages à 12 bytes avec un maximum de
140 messages par jour, cette technologie autorise des messages plus importants (50 kbytes).
Elle offre aussi d'avantage de bidirectionnalité, le débit descendant permettant des mises à
jour logicielle ou de déclencher une action comme couper un compteur suite à une alerte. Par
ailleurs, les messages LoRa sont nativement chiffrés. Le cryptage est aussi possible chez
Sigfox mais c'est à l'entreprise cliente de le décider.

LoRa serait aussi plus performante en termes de pénétration "indoor" (c'est-à-dire à l'intérieur
des bâtiments) et même "deep indoor". " Nous avons densifié les antennes à Paris pour
remonter les données de compteurs enterrés à 3 mètres en sous-sol", souligne Stéphane
Allaire, PDG d'Objenious, filiale Bouygues Telecom dédiée à l'IoT.

Stéphane Allaire est PDG d'Objenious. © Hervé Haubold


Autre atout de LoRa : la réversibilité. Cette technologie reposant sur un standard ouvert, une
entreprise peut passer d'un réseau LoRa à l'autre, d'Orange à Bouygues Telecom ou vice-
versa. En vue de favoriser l'interopérabilité entre ces réseaux, des accords se font, aussi, jour
parmi les 40 opérateurs de l'alliance LoRa. Objenious a ainsi contracté un accord de roaming
avec Cnet aux Etats-Unis.

Côté tarifs, Objnious propose un abonnement qui va de 1 euro par mois à 1 euro par an en
fonction du nombre d'objets et de messages. La société propose, en plus, une prestation de
data visualisation. Quant à Sigfox, il est très discret sur les questions des prix. Chez lui,
l'abonnement oscillerait, selon les forums de discussions, entre 1 et 9 euros par an.

Parti premier, Sigfox propose une couverture unique


Sigfox a aussi des atouts pour lui. Parti en avance, il permet déjà des déploiements à échelle
européenne. "Une entreprise cliente n'a qu'un seul interlocuteur chez Sigfox, elle n'a pas à
négocier pays par pays", observe Cyril Masson, dirigeant de CM Consulting, qui dans une
tribune a dressé un comparatif entre Sigfox et LoRa.

Parmi ses actionnaires, Sigfox compte Bpifrance mais aussi des industriels comme Air
Liquide et Engie. Ce qui peut être un atout comme un inconvénient. "Ces investisseurs vont
pousser le développement mais ils attendent aussi un ROI", analyse Cyril Masson. "Et si une
belle offre se présente, Sigfox pourrait être racheté dans les 12 ou 24 mois."

Sigfox : la future licorne française ?

Annoncée comme la future licorne française, donc valorisée plus d'un milliard d'euros, la
société serait, d'après Cyril Masson, surévaluée compte-tenu de son chiffre d'affaires qui était,
selon la dernière publication publique de 3,27 millions d'euros en 2014. Le chiffres d'affaires
de Sigfox a certainement grimpé depuis avec des projets d'envergure - notamment pour la
SNCF. Nommée à la présidence de son conseil d'administration de la société, Anne
Lauvergeon, ancienne patronne Areva, a dû lui ouvrir son carnet d'adresses dans le monde de
l'énergie.

Sigfox continue d'avancer ses pions. Basée à Labège, près de Toulouse, dans l'IoT Valley, la
société vient de nouer un partenariat mondial avec Altice (SFR Numericable) pour la revente
de ses services. En janvier, Le Figaro lui prêtait aussi l'intention de lever 500 millions d'euros
supplémentaires.

De l'e-santé à la logistique, de multiples cas d'utilisation


En face, la concurrence ne s'endort pas. Créée en novembre 2015, Objenious revendique déjà
22 clients dont ERDF, Primagaz ou Petit Forestier. Tous les métiers du groupe Bouygues – le
BTP, l'immobilier, l'énergie, les télécoms, les médias – seraient aussi concernés. E-santé,
domotique, smart city, traçabilité, logistique, contrôle industriel… Les cas d'usage envisagés
seraient extrêmement variés.

Objenious qui emploie 24 collaborateurs a passé des accords pour bâtir son offre. La société
s'appuie sur la plate-forme IoT d'Hewlett Packard Enterprise (HPE IoT Platform), pour le
stockage, le prétraitement, l'acquisition de données et la visualisation, sur Bull/Atos pour la
sécurisation des donnée et Sagemcom pour la partie radio et réseau. Elle réunit aussi autour
d'elle des start-up pour valoriser les données collectées. "Des capteurs vont remonter, par
exemple, le taux de remplissage de poubelles. Une start-up derrière va travailler à optimiser le
parcours de camions bennes", illustre Stéphane Allaire.

Pour éduquer le marché, Objenious a développé avec Sagemcom un objet LoRa générique. Il
propose onze indicateurs - vibration, choc, inclinaison, orientation, température… - pour faire
des tests. La société propose, aussi, un kit pour les start-up comprenant une plateforme
Arduino, une puce LoRa, une antenne, des capteurs et un abonnement d'un an.

L’Internet des Objets, un marché en plein essor


qui sera multiplié par 6 en 2020
L’Internet des Objets, ou bien encore IoT, comprenez Internet of Things, est un terme dont vous
avez probablement dû entendre parler ces derniers mois. Mais savez-vous vraiment ce qu’il veut
dire ?

Imaginez un monde où tous les objets sont capables d’échanger des informations et de
communiquer entre eux. Des objets capables aussi de communiquer et d’interagir avec leurs
utilisateurs en utilisant Internet mais aussi d’autres réseaux de communication bien moins connus
mais tous efficaces. C’est le monde de l’Internet des Objets.

D’ici 2020, l’Institut Gartner prévoit plus 50 milliards d’objets connectés sur le marché. Autant
vous dire que nous sommes en train d’assister à une véritable révolution numérique qui va
radicalement changer nos styles de vie.

Pour illustrer, prenons un exemple dans le domaine de l’habitat intelligent, aussi connu sous le
nom de Smart Home. Imaginez que votre réfrigérateur devienne intelligent. Un réfrigérateur
capable de vous dire en temps réel le type de denrées qu’il y a à l’intérieur et capable de passer
commande pour vous quand vous avez besoin de vous réapprovisionner.

Le réfrigérateur est un exemple. Mais le nombre d’objets qu’il est aujourd’hui possible de
connecter est illimité. Le potentiel qu’offre l’Internet des Objets pour chacun d’entre nous, mais
aussi pour les entreprises et les industries est immense.

Pour l’heure, dans le domaine du Grand Public, l’IoT relève encore beaucoup de la gadgétisation
et n’apporte qu’une faible valeur à ses utilisateurs. Là où les champs d’application vont
réellement être intéressants concernent la gestion de l’énergie dans les bâtiments, dans le
domaine de l’industrie, dans l’agriculture, la sécurité, le transport ou encore pour la santé.

Il est impossible aujourd’hui d’imaginer ce que l’Internet des Objets nous réserve. Le champ de
tous les possibles est ouvert. Mais la démocratisation de l’IoT est en cours.

Et pour mieux en comprendre les rouages, voilà quatre choses à retenir :

1. Objets et Internet des Objets


L’IoT repose avant tout sur les objets connectés. Un objet connecté a la capacité de capter une
donnée et de l’envoyer, via le réseau Internet ou d’autres technologies, pour que celle-ci soit
analysée et visualisée sur des tableaux de bord dédiés. Les objets connectés interagissent avec
leur environnement par le biais de capteurs : température, vitesse, humidité, vibration… Dans
l’Internet des Objets, un objet peut aussi bien être un véhicule, qu’une machine industriel ou
encore une place de parking.
2. Réseaux et Internet des Objets
L’IoT se compose d’un ensemble hétérogène de réseaux qui permettent la communication de ces
objets. Parmi les plus connus, les réseaux cellulaires des opérateurs télécoms qui permettent
aux objets équipés d’une carte SIM M2M de remonter et envoyer les données. En plein
émergence, les réseaux LPWA, avec notamment LoRa et Sigfox. Réseaux bas débit longue
portée, ce sont des protocoles entièrement dédiés aux communications entre objets. Mais
d’autres technologies sont aussi utilisées comme le Narrow Band ou le LTE-m.

3. L’Internet des Objets et les données


La petite pépite de l’Internet des Objets, c’est la donnée. Et surtout la capacité à capter une
donnée brute, de température, de vibration, d’humidité… pour la transformer en information
intelligente et exploitable. Ces milliards d’objets connectés vont créer un volume exponentiel de
données qu’il faudra stocker, analyser, sécuriser et restituer pour des usages divers. Un enjeu de
taille donc.

4. L’Internet des Objets et les nouveaux services


La valeur ajoutée apportée par l’Internet des Objets est dans les nouveaux usages que cela va
amener. Dans le secteur de l’industrie par exemple on peut désormais surveiller les machines à
distance, faire de la maintenance prédictive des équipements, ou améliorer la traçabilité des
produits. Chaque jour, les objets connectés vont générer des milliards d’informations qui
permettront aux entreprises de créer de nouveaux services.

L’Internet des Objets va littéralement transformer notre société. Cette affirmation pourra vous
sembler utopiste pourtant il suffit de voir à quel point les choses ont évolué depuis l’arrivée de
l’iPhone, il y dix ans tout pile.

Il ne tient qu’à nous de tirer parti du potentiel de l’Internet des Objets et d’en inventer les usages
de demain.