Vous êtes sur la page 1sur 16

Volume LxxxvI N 0 15

- Le journal indépendant de l’Université d’Ottawa -

Bien-être
ou casse-tête ?

www.larotonde.ca LaRotonde @LaRotonde La RotondeVideo


section

éditorial Mathieu Tovar-Poitras


redaction@larotonde.ca
Rédacteur en chef

La responsabilisation de notre institution


muniqué avec le SSUO pour s’assurer
MATHIEU TOVAR-POITRAS
que Dr. Nadon ne pratiquait plus dans
RÉDACTEUR EN CHEF les cliniques de l’organisation. Avec ce
À un moment comme un autre, il vient geste, l’Université fait ce que l’on s’at-
un temps où il faut se responsabiliser tend d’elle et protège ses membres, que
d’erreurs commises. Un peu comme ce soit les étudiant.e.s, les membres du
on le dit aux jeunes enfants qui ap- personnel ou le corps professoral.
prennent à vivre avec certaines de
leurs décisions, il y n’y a pas moyen de Le SSUO est un prestataire de service de
l’Université d’Ottawa et Dr. Nadon n’est
changer le passé donc il faut l’assumer
donc pas un employé direct de l’U d’O,
et agir par conséquent.
mais plutôt une des personnes contrac-
tées par le prestataire pour exécuter
Pourquoi est-ce pertinent de rappeler
ses obligations. C’est pour cela aussi
ce principe ? Et bien, comme à son ha-
que c’est le SSUO qui a fait parvenir un
bitude, l’Université d’Ottawa (l’U d’O)
communiqué aux patient.e.s de ses cli-
évite de se responsabiliser en bonne et
niques et qui a suspendu Dr. Nadon de
due forme pour une affaire qui terne sa
ses fonctions.
réputation et son image, comme quoi
ce qui compte vraiment est sa position
Sauf que, lorsque La Rotonde a tenté
dans les sondages et non la réalité de
de contacter le SSUO pour obtenir des
ce qu’elle offre. Mais comment leur en
explications sur les mesures entreprises
vouloir ? L’U d’O est une entreprise
par le prestataire de service, ce dernier
pour qui l’objectif est d’hausser ses
n’a pas daigné faire suite. Au lieu, c’est
chiffres d’affaires et d’attirer le plus
son client, l’U d’O, qui a fait suite à ces
d’investisseurs… n’est-ce pas ? ILLUSTRATION ANDREY GOSSE
demandes médiatiques par l’entremise
de courts commentaires.
Malgré cette nature, l’U d’O reste une un fournisseur de services indépendant employés de soutien sont primordiales ».
institution devant mettre davantage de l’Université d’Ottawa ». Cette citation provient d’une réponse
Comme quoi leur principe d’indépen-
le volet humain de sa raison d’être en à notre demande médiatique. De plus,
dance n’est utile que pour certaines oc-
avant-plan lors de ses interactions et Remettre les pendules à l’heure envoyé aux courriels professionnels de
casions.
gestion. Toutefois, il lui arrive bien trop La Rotonde, le SSUO a fait parvenir un
souvent de glorifier ses petites victoires Il est vrai que le SSUO est une entité in- communiqué le jour après l’arrestation Et peut-être que dans les coulisses de
auxquelles la majorité de sa popula- dépendante du contrôle de l’U d’O. Par de Nadon. Tabaret des groupes d’actions ont été
tion est indifférente, et de mettre sous contre, le SSUO utilise le logo de l’U d’O formés et des enquêtes internes furent
le tapis les dossiers et controverses qui et la signification des lettres « UO » ne Mais sur les courriels @uottawa.ca, lancées. Mais M. Frémont, si vos ini-
choquent réellement les corps étudiant devrait pas être un trop grand mystère. quel communiqué de l’U d’O avait été tiatives pour faire face à ce genre de si-
et professoral ainsi que le personnel. Le SSUO se vante de rendre ses services envoyé à la population étudiante ? Bon, tuation ne sont en marche que derrière
de santé accessibles aux étudiant.e.s, peut-être qu’un message a été diffusé des portes closes, pourquoi ne pas au
L’affaire Nadon est un exemple récent membres du personnel et membres du par l’entremise des médias sociaux… Et moins garder la population uottavienne
de cette manie de notre chère institu- corps professoral de l’U d’O et l’Univer- bien non. Non seulement l’U d’O s’est au courant des efforts de votre adminis-
tion. Vincent Nadon, ancien médecin sité Saint-Paul, entre autres. entièrement dissociée du scandale, mais tration ?
de famille à la Clinique de services de elle n’a même pas daigné agir pour en
santé de l’Université d’Ottawa (SSUO) En gros, d’un point de vue purement informer formellement ses étudiant.e.s. Ce n’est pas la première fois que l’U d’O
sur la rue Rideau, a été accusé et a com- administratif et institutionnel, cette agit de cette manière - en fait ce n’est
paru devant la Cour de justice de l’Onta- indépendance existe. Mais en réalité, Disons que ce n’est pas le genre de même pas la seule fois dans une seule
rio sous des accusations de voyeurisme quand on pense au SSUO, on pense im- conventions que l’on cherche à défier. semaine - et ce ne sera pas la dernière.
et d’agression sexuelle. La Rotonde a médiatement à l’U d’O. Bien entendu, ce genre d’événement est
communiqué avec l’équipe des relations Plus de transparence délicat et des limites doivent être res-
avec les médias de l’U d’O qui s’est em- On nous a dit que « [la] santé et sécurité pectées pour le respect de personnes
pressée de rappeler que « [le] SSUO est de nos étudiants, nos professeurs et nos Il faut reconnaître que l’U d’O a com- pouvant être impliquées.

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

ACTUALITÉS Nicolas Hubert


actualites@larotonde.ca
Chef de pupitre actualités

Santé mentale et mieux-être

L’Université annonce un Plan d’action globale


NICOLAS HUBERT
La Semaine du mieux-être, organi-
sée par le Service de Santé mentale et
mieux-être de l’Université d’Ottawa (U
d’O), s’est ouverte en début de semaine
dernière au sein d’un campus endeuillé
et marqué par une certaine appréhen-
sion face aux enjeux de santé mentale
et de bien-être auxquels est confrontée
la communauté étudiante. Comment
l’Université réagit-elle face à l’urgence
de cette situation et de quelle manière
s’adressera-t-elle aux défis auxquels
elle fait face ?

Comme en témoigne le tragique incident


survenu au cours de la session d’hiver
2017, ainsi que celui de la semaine pré-
cédente, les enjeux liés à la santé mentale
et le bien-être font face à une situation
alarmante au sein de notre commu-
nauté universitaire. De nombreu.x.ses
étudiant.e.s confronté.e.s à ces défis ne
cessent de pointer du doigt les structures
de prise en charge mises à disposition
par l’U d’O, que cela soit pour répondre
à des situations d’urgence ou des traite-
ILLUSTRATION ANDREY GOSSE
ments de long terme.

La Gestionnaire des relations avec les


médias de l’U d’O, Néomie Duval, recon- bal sur la santé mentale et le mieux-être à cipale au service de Santé mentale, avant Une évolution permanente
nait que « malgré les efforts déployés au l’Université d’Ottawa. de préciser qu’au travers la Semaine du
mieux être son service travaille « en es- « Avec le mieux-être, il y a toujours de l’évo-
fil des ans, les défis liés à la santé men- Duval précise que ce plan d’action s’ap- sayant de mobiliser le plus possible les lution, il y a toujours des points que nous
tale demeurent importants » sur le cam-
puiera sur quatre piliers comprenant la professeurs, les facultés et les services ». pouvons améliorer, ou des aspects sur
pus et que certaines lacunes demeurent
sensibilisation, la mobilisation et la coor- lesquels nous pouvons innover », ajoute
quant à ces enjeux. Duval précise ainsi Benoit Lefebvre, Conseiller en mieux-être
dination des initiatives déjà existantes, Lefebvre. Et d’expliquer que cette année le
qu’ « il s’agit d’un aspect fondamental de
l’amélioration des services d’appui ainsi et retour au travail pour le service des service de Santé mentale a mis l’accent sur
la vie universitaire et de la réussite aca-
que la formation « pour apprendre com- Ressources humaines de l’U d’O, souligne l’amélioration de son matériel de commu-
démique » et que l’U d’O doit « y consa-
ment s’occuper de soi-même et d’autrui ». à ce sujet que l’ensemble des activités or- nication. « Le thème a changé », précise-
crer toutes les énergies nécessaires ».
ganisées à cette occasion guide les parti- t-il en expliquant que le service de Santé
De multiples initiatives et services sont cipant.e.s vers le site Internet du service mentale a tenté de définir quels étaient
Une volonté appuyée par Frémont qui,
mobilisés sur le campus pour soutenir et de Santé mentale et les incite « à prendre les piliers du mieux-être et a identifié des
lors de l’ouverture de la Semaine du
mieux-être, a insisté sur le fait que ces venir en aide à quiconque en éprouvant le connaissance des ressources disponibles points clés tels que « les aspects financier,
enjeux sont « l’affaire de tous » et a sou- besoin. La Semaine du mieux-être en est la sur le campus ». « À l’Université, il y a déjà intellectuel, social, environnemental, de
ligné l’importance de « prendre soin de principale vitrine. En tant qu’événement beaucoup de ressources en place », ajoute- santé, sportif et spirituel ».
soi, des uns et des autres et puis de notre de sensibilisation, elle a également pour t-il, en appelant à accentuer la communi-
fonction d’informer et de familiariser les cation sur leur existence. Tout comme MacInnes, Lefebvre a tenu
Université ».
étudiant.e.s avec les ressources leur étant a mettre en avant l’implication des étu-
destinées. MacInnes se réjouit également de l’an- diant.e.s sur ces enjeux et le rapproche-
Un Plan d’action globale
nonce faite par Frémont. « Le campus en ment continu de la Semaine du mieux-être
À cette occasion, Frémont a annoncé la « Un spectre, un continuum »  vient à ce que tout le monde commence avec la Semaine de sensibilisation à la san-
création d’un Groupe d’action, coprésidé à travailler encore plus ensemble », sa- té mentale qui se déroulera du 29 janvier
par Gary Slater, vice-recteur associé aux « Il n’y a pas seulement une seule initiative. lue-elle en estimant que « c’est une chose au 2 février. « Les étudiants ont pris la re-
Affaires étudiantes et internationales, et La santé mentale et le mieux-être, ce n’est très positive […] que tout le monde, les lève de cette semaine-là » pour continuer
Michel Guilbeault, vice-recteur associé aux pas forcement une chose, avec une seule professeurs, les étudiants et les facultés la sensibilisation et maintenir un dialogue
Services aux étudiants, destiné à formuler activité. C’est un spectre, un continuum », commencent à se rassembler sur ce su- au sein de la communauté universitaire,
et à mettre en œuvre un Plan d’action glo- explique April MacInnes, conseillère prin- jet ». conclut Lefebvre.

w w w. l a r o t o n d e .c a
4 actualités l laar ro ot to onnd de e l luen dmi a2r9d ij a2n9 vmi earr s2 021081 6

Politique provinciale
Nathalie Des Rosiers, cap sur 2018
travaille. On s’assure évidemment de la NDR : Oui, j’ai reçu la nomination pour
Charley Dutil protection des animaux en voie d’extinc- la candidature du parti libéral et serai la
tion, on s’occupe également du dévelop- candidate en juin pour Ottawa-Vanier.
Candidate aux élections provinciales
pement du nord de l’Ontario, on s’assure
de juin 2018, l’ancienne doyenne de la
de la protection contre les feux de forêt LR : Pour quelles raisons les élec-
faculté de Droit de l’Université d’Ot-
et finalement de la protection des droits teurs devraient-ils vous accorder
tawa et députée de la circonscription
des autochtones incluant leur territoire, leur confiance ?
Ottawa-Vanier ainsi que ministre des
leur environnement et la foresterie.
Ressources naturelles et des Forêts,
NDR : Je pense que plusieurs aspects
Nathalie Des Rosiers, revient avec La
LR : Dans le cas de la réconcilia- des politiques libérales sont en mesure
Rotonde sur le bilan de son mandat et
tion avec les peuples autochtones, de soutenir et aider les étudiants et de
les projets à venir de son ministère
travaillez-vous beaucoup avec le leur donner confiance en leur avenir. Je
La Rotonde : Pouvez-vous nous fédéral ? suis très fière de la politique libérale qui
expliquer le rôle du ministère des a permis une transformation du régime
Ressources naturelles et des Fo- NDR : On travaille avec le fédéral à tous d’épargne étude pour les étudiants, ce
rêts ? les niveaux souvent dans plusieurs is- qui permet une accessibilité plus grande
sues comme la protection des animaux aux études postsecondaires pour les
Nathalie Des Rosiers : Le rôle du mi- en voix de disparition. Nous devons non étudiants moins fortunés. Il y a aussi le
nistère est d’essentiellement assurer le seulement travailler dans les limites de nouveau programme visant à offrir gra-
développement durable de la province la loi provinciale, mais aussi les limites tuitement les médicaments aux jeunes
de l’Ontario. C’est un ministère qui s’oc- de la loi fédérale. Cependant, dans le cas de moins de 25 ans. Finalement, je crois
cupe de la gestion des ressources et des des peuples autochtones, on parle direc- que ces politiques visent le développe-
PHOTO COURTOISIE
forêts, mais aussi de la réconciliation tement aux communautés puisqu’ils ont ment de l’économie ontarienne et en-
avec les peuples autochtones ainsi que la autorités sur leur territoire puisqu’ils couragent tout le monde à y participer.
gestion du territoire. ont des ambitions et leurs propres idées Alors la hausse du salaire minimum, le
quant au développement de leurs terri- développement durable et la réconcilia- LR : Est-il envisageable que le gou-
LR : Quels projets seront pour toires. tion avec les peuples autochtones sont vernement avance la date des élec-
vous les plus importants en 2018 ? tous des façons de percevoir l’avenir de tions ?
LR : Allez-vous être candidate en l’Ontario comme une opportunité pour
NDR : Je pense qu’il y a beaucoup de très juin 2018 ? les jeunes de vivre dans un environne- NDR : Ce n’est pas moi qui décide ça et
bons projets sur lesquels mon ministère ment stable. je ne pense pas que cela arrivera.

Plan stratégique de l’Université Laurentienne

Francophonie et relations avec les peuples autochtones


recherche et les relations, notamment francophone organisée par l’Université. mentation de cours en français et la ca-
Stéphanie Bacher
avec les populations autochtones. pacité d’avoir des services en français
Le 17 janvier dernier, l’Université Lauren- Un catalyseur ? dans tous les secteurs ».
tienne a lancé son plan stratégique intitulé Une vaste consultation
Together. Ensemble. Maamwi. qui couvrira Un des objectifs du Plan stratégique Plus grande collaboration universitaire ?
la période 2018 à 2023. Ce plan stratégique L’Université Laurentienne affirme sur 2018-2013 de l’Université Laurentienne
établit cinq priorités dont l’amélioration de son site Internet avoir procédé à une est d’être un catalyseur des communau- De son côté, Néomie Duval, gestion-
sa relation avec les peuples autochtones et vaste consultation en vue de la rédac- tés et des cultures franco-ontariennes
naire des relations avec les médias de
l’importance de la francophonie en Ontario. tion de son plan stratégique. Lors de tant en Ontario qu’ailleurs. Pour s’y
l’Université d’Ottawa, a mentionné que
Elle se base aussi sur une vaste consul- ce processus, des séances ont été orga- faire, l’Université Laurentienne pro-
« l’Université d’Ottawa ne commentera
tation menée dans plusieurs villes, après nisées tant sur le campus que dans des pose d’offrir et soutenir les programmes
pas le plan stratégique d’une autre uni-
avoir approché de nombreux acteurs de dif- écoles et plusieurs communautés onta- et les services offerts en français.
versité ». Elle a toutefois indiqué que
férents secteurs. riennes.
« l’Université d’Ottawa et l’Université
Joliat affirme que durant les consul-
Laurentienne ont une excellente rela-
À l’occasion du lancement de son plan Josée Joliat, coprésidente du Regroupe- tations pour le plan stratégique de
stratégique, le recteur et vice-chance- tion. Les deux universités ont collaboré
ment étudiant franco-ontarien (RÉFO), l’Université Laurentienne, la RÉFO
lier par intérim de l’Université Lauren- affirme que « l’Université a lancé un a « proposé la création d’un campus par le passé et continueront à collaborer

tienne, Pierre Zaundel, a affirmé que appel à la communauté étudiante pour francophone où les décisions seraient dans le futur ». Reste à savoir si, à l’ins-
« le Plan stratégique 2018-2023 de la participer aux consultations ». À l’occa- gérées par et pour les francophones ». tar de l’Université Laurentienne, l’Uni-
Laurentienne englobe les valeurs fon- sion de ce processus, la représentante de D’autres propositions mises de l’avant versité d’Ottawa redéfinira son propre
damentales de [l’]Université ». Ces va- l’Université de Sudbury et elle-même, par l’organisation comprennent « prio- plan stratégique pour répondre aux be-
leurs comprennent la réussite étudiante, représentante de l’Université Lauren- riser l’amélioration de la vie étudiante soins et aspirations des communautés
l’enseignement et l’apprentissage, la tienne, ont assisté à la consultation et communautaire francophone, l’aug- francophones de l’Ontario.

w w w. l a r o t o n d e .c a
actualités la rotonde numéro 15 5

Recommandations pour le budget de l’Ontario

L’AFO demande des investissements pour les Franco-ontariens


Stéphanie Bacher
À l’occasion des consultations préa-
lables au prochain budget de l’Onta-
rio, le président de l’Assemblée de la
francophonie de l’Ontario, Carol Jo-
lin, a exposé les six recommandations
de la communauté franco-ontarienne.
Des recommandations qui touchent
divers secteurs, tant les affaires fran-
cophones, que les arts et la culture, la
santé, les médias et le financement des
organismes communautaires.  

En prévision du prochain budget pro-


vincial, le gouvernement de l’Ontario a
organisé une série de consultations pré-
budgétaires où les organismes étaient
invités à soumettre leurs suggestions et
recommandations devant le Comité per-
manent des finances et des affaires éco-
nomiques.

Jolin y était présent pour exposer les six ILLUSTRATION ANDREY GOSSE
recommandations de la communauté
franco-ontarienne. Ces recommanda- pluriannuel. En effet, selon Jolin, l’aug- Accueil positif par le gouvernement Un ministère sans ressources sup-
tions s’appuient sur une série de docu- mentation du salaire minimum « pour-
ontarien plémentaires
ments clés de l’organisme, dont Vision rait amener des parents francophones à
2020, son Plan stratégique communau- dire « bien moi, je vais aller du côté an-
Ronan Le Guern, attaché de presse du Une affirmation qui est confirmée par
taire de l’Ontario français et des idées glophone parce que ça coûte trop cher du
Cabinet de la Première ministre de l’On- Chouinard étant donné qu’« avec le
proposées lors de son Assemblée géné- côté francophone ». Cette situation est
tario, s’est dit « heureux de constater que nouveau ministère des Affaires franco-
rale annuelle. due selon lui aux faibles ressources des
la communauté francophone a répondu phones, il n’y a pas eu de bonification du
organisations franco-ontariennes pour
à l’appel et a participé à cet exercice [pré- budget par rapport à l’Office des Affaires
L’AFO propose notamment d’augmenter éponger les coûts liés à l’augmentation
le budget du ministère des Affaires fran- budgétaire] important ». Il souligne que francophones qui existait auparavant.
du salaire minimum en comparaison
cophones de 75% et les investissements « le gouvernement est mobilisé à travers On se retrouve avec un nouveau minis-
avec leurs consœurs anglophones.
dans les infrastructures culturelles et les différents ministères pour soutenir et tère qui n’a pas plus de ressources ».
artistiques francophones, de bonifier le renforcer la capacité de la communauté
Stéphanie Chouinard, professeure en
budget pour les services de santé phy- francophone » qui n’a, selon lui, jamais Chouinard ajoute que « dans le discours
science politique au Collège militaire
sique et mentale en français et celui pour bénéficié d’autant d’avancées. du gouvernement, présentement, ils
royal du Canada et spécialiste des ques-
les médias francophones de l’Ontario. tions linguistiques, affirme qu’un des im- tentent de se présenter comme le cham-

pacts de la hausse du salaire minimum Jolin croit également que les recomman- pion de la francophonie ontarienne, non

Conséquences de la hausse du est que « les organismes [franco-onta- dations de l’AFO ont été bien reçues par seulement avec l’Université de l’Ontario

riens] se retrouvent coincés ». Elle pense le gouvernement ontarien. Pour lui, ce Français, mais aussi avec le dossier d’Ot-
salaire minimum
que la recommandation de l’AFO pour sont des recommandations de longue tawa ville bilingue qui a finalement bou-

Une des recommandations concerne un budget pluriannuel viendrait « aider date de l’organisation, sauf la question gé, [et] avec la création d’un ministère

l’augmentation du salaire minimum en non seulement à respecter la nouvelle du salaire minimum qui est plus récente. aux Affaires francophones ». Elle croit

Ontario à 14 $ en 2018, puis à 15 $ en loi sur le salaire minimum, mais aussi à Par contre, selon lui, « les attentes de la donc qu’il y a eu beaucoup de mouve-
2019 si les libéraux sont ré-élus. Pour garder des employés qui ont une forma- communauté sont élevées, d’autant plus ment et que « ce qu’on voit, c’est qu’il y a
faciliter la transition des organismes tion particulière dans le milieu commu- que l’enveloppe [financière] a été gelée un bon vouloir, mais il y a un manque de
franco-ontariens, l’AFO propose au gou- nautaire » et offrir des contrats de plus depuis une dizaine d’années ». ressources pour offrir les services et faire
vernement de débloquer un fonds d’aide d’un an. la promotion de ces services ».

w w w. l a r o t o n d e .c a
6 actualités l laar ro ot to onnd de e l luen dmi a2r9d ij a2n9 vmi earr s2 021081 6

Recherche et développement

Investissement provincial dans la recherche nous aider à nous procurer cet équipe-
Processus de sélection lent et ardu recommandations « aux institutions
Charley Dutil avant que celles-ci ne fassent parvenir ment ».
leur application finale ». Sousa-Dias souligne également que « le
Le processus d’application aux fonds
C’est seulement à la fin de ce processus fonds de recherche du gouvernement
Le 8 janvier dernier, le ministère de alloués par le gouvernement provin-
qu’un « panel d’expert fait une analyse de l’Ontario a pour but d’aider à couvrir
la Recherche, de l’Innovation et des cial fut particulièrement complexe et
scientifique du projet  », ajoute Sou- les coûts associés à la construction, les
Sciences de l’Ontario a annoncé un in- chronophage. Dr. Jennifer Quizi, cher-
sa-Dias en soulignant que le Comité rénovations et à l’achat d’équipement
vestissement de plusieurs millions de cheuse au Centre de Recherche pour les
ontarien de valeur analyse en parallèle pour des installations de recherche uni-
dollars en infrastructure pour 53 pro- Innovations contre le Cancer de l’Insti-
l’intérêt de ces projets pour l’Ontario. Le versitaires afin de promouvoir des rela-
jets de recherches ontariens. tut de Recherche de l’Hôpital d’Ottawa
ministère reçoit alors les deux analyses tions entre les institutions postsecon-
et collaboratrice du Dr. John C. Bell,
et établit une décision en fonction des daires et l’industrie en question  ». La
Parmi les projets choisis, on compte explique que le processus d’application
recommandations effectuées. porte-parole du gouvernement précise
trois projets affiliés à l’Université d’Ot- aux subventions de recherche a été dé-
cependant que « la participation du sec-
tawa (l’U d’O) soit le projet de recherche posé par l’équipe de Bell dès le début de
teur privé est essentielle à l’obtention
sur les viroceutiques du Dr. John C. Bell l’année 2016. Dispendieuses et nécessaires du fonds ».
(1 900 000 $), le projet de recherche
sur l’imagerie sismique du Dr. Pascal Sofia Sousa-Dias, la porte-parole du Quizi insiste sur l’importance de béné- En évoquant plus spécifiquement les
Audet (700 000 $) ainsi que le projet ministère de la Recherche, de l’Inno- ficier de tels investissements de la part trois projets de recherches de l’U d’O
du défunt Dr. Jack Cornett sur l’Ana- vation et des Sciences précise « que du gouvernement ontarien, car « l’in- retenus lors du processus de sélection,
lyse de traceurs ultrasensibles pour la même avant d’appliquer, les institu- frastructure que nous avons besoin pour Sousa-Dias affirme que «  ces projets
recherche sur les radio-isotopes (3 728 tions doivent envoyer une déclaration mener nos recherches est très dispen- ont été choisis puisqu’ils démontrent
375 $). d’intention au comité ontarien de va- dieuse et les investissements non seule- une haute valeur sociale ainsi qu’éco-
leur qui analyse leurs projets ». Ce co- ment du gouvernement provincial, mais nomique et un plan assez clair pour ac-
mité renvoie par la suite ses propres aussi du gouvernement fédéral vont complir leurs buts de recherches ».

Affaire Nadon

L’Université proactive, la clinique silencieuse


Charley dutil
La semaine dernière, la communauté
universitaire de l’Université d’Ottawa (l’U
d’O) prenait connaissance des chefs d’ac-
cusation portés contre le docteur Vincent
Nadon, officiant au sein du Service de
santé de l’U d’O. Accusé de voyeurisme et
d’agressions sexuelles sur plusieurs de ses
patient.e.s, Nadon a été libéré sous condi-
tion et soumis à résidence.

Plusieurs victimes potentielles


Selon les informations obtenues par le
journal Le Droit, de nouvelles victimes
potentielles se seraient manifestées au-
près du Service de police de la ville d’Ot-
tawa suite à l’arrestation du praticien.

Le service de police de la ville d’Ottawa


a refusé de donner de plus amples infor-
mations à ce sujet et a refusé de se pro-
noncer sur le nombre possible de vic-
times, soulignant le fait que l’enquête Illustration Andrey Gosse
demeurait en cours.

et n’a pas le droit d’entrer en contact, ou santé et sécurité de nos étudiants, nos versité d’Ottawa pour s’assurer que le
L’accusé soumis à une arrestation à d’essayer de contacter ses ancien.ne.s professeurs et nos employés de soutien médecin en question ne pratiquait plus
domicile patient.e.s. sont primordiales ». aux cliniques » affiliées à l’Université, a
poursuivi Duval. Cette dernière a égale-
En tant qu’employé du Service de san- Le Service de santé de l’U d’O n’a pas
Pas un employé de l’U d’O ment tenu à clarifier le fait que « le Dr
té, le docteur Nadon a été suspendu de non plus souhaité donner suite aux
ses fonctions. En raison de sa libération questions qui lui ont été adressées à Vincent Nadon n’est pas un employé de
conditionnelle, Nadon n’a pas le droit ce sujet. Pour sa part,  la Gestionnaire «  Dès que nous avons été informés, l’Université d’Ottawa », mais du Service
de sortir de sa résidence sans la pré- de relations avec les médias de l’U d’O, l’Université a immédiatement commu- de santé, un prestataire de service de
sence de soit sa femme ou de son frère Néomie Duval, a fait savoir que «  la niqué avec le Service de santé de l’Uni- l’Université.

w w w. l a r o t o n d e .c a
actualités la rotonde numéro 15 7

Quels visages pour l’engagement à l’Université d’Ottawa ?

Linda Cardinal, un combat pour Benoît Pelletier, la défense des


l’égalité linguistique piliers du fédéralisme canadien
OCÉANE LEMASLE OCÉANE LEMASLE
Professeure et chercheuse à l’Université Professeur de droit à l’Université d’Ot-
d’Ottawa depuis plus de 30 ans, Linda tawa, membre du Barreau du Québec,
Cardinal milite pour les minorités lin- ex-député et ministre au sein du gou-
guistiques et la francophonie à travers vernement du Québec, Benoît Pelletier
ses recherches. est reconnu à travers le Canada pour
ses multiples engagements pour les
Distinguée pour ses différents engage- autochtones et la francophonie.

ments, elle est notamment Membre de


« Je m’intéresse beaucoup aux ques-
la Société royale du Canada honorant
tions identitaires », explique Pelle-
l’excellence de ses réalisations universi-
tier pour appuyer ses engagements
taires, récipiendaire de l’Ordre du Cana- PHOTO COURTOISIE PHOTO COURTOISIE
pour les questions « du rayonnement
da et du prix Bernard-Grandmaître sou-
assurer que le français ne perde pas des cultures et des langues françaises gration francophone dans les provinces
lignant l’engagement pour la collectivité
et autochtones  » au Canada. Après autres que le Québec. Il souligne cepen-
sa légitimité comme langue au Cana-
francophone. Elle fut reconnue comme des études en Droit au Canada et en
da », explique-t-elle tout en s’interro- dant que « la situation de la francopho-
l’une des dix personnalités influentes France, il rejoint la vie politique du
geant sur la place de l’enseignement nie en Ontario va plutôt bien » et que les
dans la francophonie canadienne par le Québec. Il fut élu représentant de la
supérieur francophone en Ontario. deux grands défis actuels sont l’immi-
Palmarès Francopresse 2017. circonscription de Chapleau en 1998 gration et l’intégration.
et a officié en tant que député pendant
Un engagement pour les minorités « Notre arme à nous, c’est la recherche » 10 ans à l’Assemblée nationale sous le
S’impliquer pour les affaires
gouvernement Charest.
linguistiques « Beaucoup de conflits dans le monde autochtones
commencent par des questions sur Cette même année, il recevra le Prix
Le militantisme premier de Cardinal d’excellence en enseignement de Son engagement pour les minorités s’est
les minorités  », explique-t-elle. Il est
s’inscrit dans la recherche en poli- l’Université d’Ottawa, qu’il a rejointe également reflété dans ses actions du-
donc pour elle nécessaire de com-
tique linguistique, car cette dernière, en 1990. Une distinction suivie, entre rant les trois années qu’il a passées en
prendre et d’étudier la situation afin
explique-t-elle, permet non seule- autres, de celle de l’Ordre national du tant que ministre québécois des Affaires
de revendiquer les droits des minori-
ment de faire avancer les différents Québec en tant qu’officier (2014) et de autochtones. Un enjeu qu’il caractérise,
tés, d’aider et d’éclairer le débat. Cette
l’Ordre du Canada (2016). Pelletier a, au même titre que la francophonie, de
dossiers grâce aux données appor- course à l’équité à travers la recherche
tout au long de sa carrière, défendu ce « forces et de faiblesses du système ca-
tées, mais aussi d’obtenir des finance- est un relai dont les étudiant.e.s, les nadien ». Il fut par la suite négociateur
ments pour de nouveaux projets. Au qu’il appelle « les grands piliers du fé-
chercheur.e.s et les stagiaires collabo- en chef du gouvernement du Canada
cours de sa carrière, elle s’est investie déralisme canadien ».
rant avec Cardinal semblent déjà par- pour les communautés Huron-Wendat,
dans l’association internationale de ticiper, à travers leurs engagements jusqu’à 2013, suivi des Cris jusqu’à 2016.
sciences politiques afin d’aborder la qu’elle qualifie de « créatifs ». Quant Défendre de la francophonie Enfin, plus récemment, il fut représen-
question des politiques linguistiques aux futurs projets de Cardinal, ils sont canadienne tant national dans les revendications
qui, selon elle, a une place légitime toujours nombreux : recherche sur les particulières découlant d’un manque-
au sein de l’étude des politiques pu- outils liés à la politique linguistique, « Les droits des francophones ne sont pas ment au respect des traités. Il a égale-
bliques. À ce titre, elle a intégré un recherche sur les politiques dans les toujours bien respectés  », affirme l’an- ment participé à la campagne nationale
groupe de recherche dont elle prit la domaines de la santé mentale, reprise cien ministre responsable des Affaires de financement Avançons ensemble,
présidence pendant six ans, ce qui lui francophones. Fondateur du Centre de menée au profit des victimes transpor-
des travaux sur les langues minori-
a permis de « s’engager à l’intérieur la francophonie des Amériques, il fut tées de force dans des pensionnats au-
taires au Canada…
également président des Jeux de la fran- tochtones.
même de la recherche ».
cophonie canadienne en 2014, pour la-
Cette sensibilité et cette quête de jus-
quelle il s’est investi jusqu’en novembre Pour Pelletier, en dépit des problèmes
Son engagement s’illustre également tice sociale et linguistique ont toujours
dernier et proposa la candidature de la socio-démographiques rencontrés par
à l’intérieur de l’Université, notam- été la pierre angulaire de son engage-
Ville de Gatineau. Il reçu notamment en les différentes communautés, «  ce pré-
ment à travers son ancien rôle de ment. «  Quand on est une minorité, 2010 le titre de commandeur de l’Ordre sent siècle sera le siècle des autoch-
gouverneur, ainsi que sa participation on ne cherche pas à être accommodée, de la Pléiade reconnaissant les mérites tones ». Ce dernier tient à préciser que
à la Commission permanente des af- mais on cherche des droits » déve- des personnes engagées pour la franco- l’engagement débute par le « renseigne-
faires francophones et des langues of- loppe-t-elle, en soulignant que l’enjeu phonie. ment sur les situations du Canada » qui
ficielles. Cardinal est également une le plus difficile est de faire progresser « ne serait pas le même sans la franco-
des instigatrices du mouvement Ot- ces droits. Et pour elle, cette course Selon lui, le problème actuel réside no- phonie et les autochtones » pour nourrir
tawa Bilingue. «  Nous voulons nous « n’est jamais finie ». tamment dans l’insuffisance de l’immi- sa diversité.

w w w. l a r o t o n d e .c a
8 actualités l laar ro ot to onnd de e l luen dmi a2r9d ij a2n9 vmi earr s2 021081 6

Trois questions pour comprendre  par Nicolas Hubert


La Parenthèse
la Bioinformatique française
Mathieu Lavallée-Adam Chaque semaine, La Rotonde inter-
roge un des 1200 professeurs de l’U
NICOLAS HUBERT
Professeur Assistant, d’O sur un sujet d’actualité. L’occasion RD Congo – L’opposition a annoncé de nou-
pour vous d’en apprendre davantage,
Département de Biochimie, Microbiologie et Immunologie velles actions, le 27 janvier en réaction
et pourquoi pas, de briller dans les
aux propos tenus par le président congolais
soupers de famille et autres lieux pro-
Institut de Systèmes de Biologie Joseph Kabila au cours de sa conférence de
pices aux débats.
presse du 26 janvier. Le Comité laïc de coor-
dination (CLC), principal moteur de la mo-

1
Que signifie précisément le terme bio-informatique ? bilisation contre le maintien de Kabila au
pouvoir, organisera une nouvelle manifesta-
La bio-informatique consiste à utiliser des algorithmes d’informatique afin d’analyser des grands en-
tion le 4 février, alors que les marches qu’il
sembles de données biologiques. Le but est de s’interroger sur les similarités ou différences qui seront
observées suite à la comparaison d’un génome, puis de déterminer si les différences dans les génomes a organisées le 31 décembre et le 21 janvier
analysés peuvent avoir des liens avec certaines maladies ou certains traits que les patients possèdent. ont été sévèrement réprimées par les forces
de l’ordre.

Quelles sont les applications concrètes de la bio-informatique ?

2
Il y en a beaucoup, mais l’une des plus populaires est la découverte de biomarqueurs. Ces derniers sont
Tunisie – Interdiction de manifester pour
destinés à marquer une molécule qui circule dans ton sang et qui sert à diagnostiquer une maladie, à les LGBTQ+. Organisée dans le centre de Tunis
donner un pronostique pour savoir si une certaine thérapie peut fonctionner, ou simplement à trouver le 27 janvier, la manifestation a été dispersée par
quel est le bon médicament pour une personne. Donc cela consiste par exemple à analyser des échan- des policiers en civil après qu’elle ait été interdite
tillons sanguins, analyser le génome des gens. Utiliser les gènes que ces gens-là expriment dans leurs par le ministère tunisien de l’Intérieur pour des
cellules peut alors permettre de trouver ces biomarqueurs-là. raisons de sécurité. La communauté LGBTQ+
se mobilisait pour appeler à l’abrogation des lois
restreignant les libertés sexuelles et criminalisant
Quelles sont les avancées majeures qu’a permis la bio-informatique ?

3
l’homosexualité.
Il y en a plusieurs, la découverte des biomarqueurs en est évidemment une. Une des avancées particu-
lièrement intéressantes se situe au niveau du cancer du sein. À l’époque, si on revient au début des an- Thaïlande – 3 morts et 22 blessés dans un
nées 1990, il n’était pas très clair s’il existait plusieurs types de cancers du sein. Maintenant, on le sait.
C’est de plus en plus connu dans la population que le cancer du sein est une maladie très hétérogène. attentat à la bombe. L’attaque non revendi-
Une des raisons de cette évolution est l’analyse bio-informatique qui a regardé des ensembles de don- quée s’est produite le lundi 22 janvier, dans
nées de différentes patientes et qui a permis de mettre en avant l’existence de différents sous-types de un marché de la province de Yala, au sud de
cancer du sein. On a maintenant, grâce à cela, une approche de médecine dite personnalisée au niveau la Thaïlande. Les autorités thaïlandaises es-
du traitement de ce cancer. timent que l’engin explosif pesait environ 20
kg. La province de Yalta fait partie du foyer
d’insurrection de la communauté malaise qui
Revue de presse par Mathieu Tovar-Poitras revendique l’autonomie politique et dont la
lutte a fait plus de 6500 morts depuis 2004.

Laval augmente la sécurité dans ses résidences


Impact Campus - Université Laval Vietnam – Une purge «  anticorruption  ».
La campagne anticorruption amorcée au
cours de l’année 2017 par les autorités viet-
L’Université Laval prévoit investir un montant avoisinant les 770 000$ afin d’accroître la sécurité des personnes
vivant en résidence. Certaines des dispositions mises en place comprennent l’installation de téléphones d’urgence namiennes se transforme peu à peu en véri-
et de paramètres d’accès plus rigoureux. En octobre et novembre dernier, 1600 étudiant.e.s avaient été consultés table purge politique, comme en témoigne la
afin de promouvoir la sécurité. Ces investissements arrivent suite aux incidents survenus en automne 2016 où des condamnation, le 22 janvier, de deux anciens
étudiantes avaient été agressées sexuellement dans leur chambres de résidence. cadres de la compagnie d’État PetroVietnam,
Dinh La Thang, à 13 ans de prison, et Trinh
Xuan Thanh à la prison à vie. Une vingtaine
Des centaines d’étudiant.e.s quittent le cours suite à des remarques insultantes d’autres officiels ont également été jugés au
cours de ce procès pour des motifs de « mau-
The Ontarian - Université de Guelph
vaise gestion » ou de détournements de fonds.
Suite à des remarques désobligeantes d’un professeur remplaçant, des centaines d’étudiant.e.s ont décidé de quitter La proximité des accusés avec l’ancien régime
son cours d’anthropologie. Le professeur en question, Edward Hedican, aurait dit des propos déplacés à l’endroit d’un communiste vietnamien confère une orienta-
étudiant souffrant d’anxiété grave et de son aide-enseignante. L’Université a ensuite placé le membre du corps profes- tion très politique à ces jugements.
soral en congé payé et a déclaré la tenue d’une enquête interne sur les événements. Selon certains, ce ne serait pas la
première fois qu’Hedican tienne des propos de cette nature.
Niger – 5 à 15 ans de prison pour la tenta-
tive de coup d’État de 2015. C’est les peines
qui ont été prononcées le lundi 22 janvier
Concordia dévoile son code pour les relations professeurs-étudiants par un tribunal militaire nigérien à l’encontre
des neuf militaires et un civil, le fils du géné-
The Link - Université de Concordia
ral Souleymane Salou, lui-même impliqué
L’Université de Concordia a présenté son rapport intitulé Lignes directrices sur les relations romantiques ou dans la tentative de coup d’État. Les accusés
sexuelles consensuelles qui vise à encadrer la relation entre les professeurs et les étudiant.e.s. Le guide prévoit que ont été reconnus coupables d’avoir « fomenté
les membres du corps professoral devront annoncer à leur superviseur toute relation avec un.e étudiant.e, le cas entre novembre et décembre 2015 un complot
échéant, la relation professionnelle entre les deux individus prendra fin. À défaut de révéler une relation, les pro- ayant pour but d’attenter à l’autorité ou à la
fesseurs seront pénalisés. sureté de l’État ».

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

Arts et culture Gabrielle Lemire


culture@larotonde.ca
Cheffe de pupitre

Conseil des Arts du Canada

Assemblée publique annuelle


GABRIELLE LEMIRE
Le Conseil des Arts du Canada est
l’organisme de soutien financier pour
les projets artistiques au Canada. Le
mardi 23 janvier dernier se tenait
son assemblée publique annuelle dans
l’édifice Performance Court, suivie du
vernissage de l’exposition Identités
Façonnées dans son espace événemen-
tiel de galerie Ajagemô. La Rotonde
y était et vous rapporte les enjeux qui
touchent la communauté artistique et
son financement.

Le directeur et chef de la direction, Simon


Brault, a commencé en soulignant le dé-
but du plan de doublement incrémental
du budget du Conseil. En augmentant
petit à petit, celui-ci devrait atteindre 310
millions de dollars par année en 2021.
Brault a également abordé le projet Nou- PHOTO AYOUB BEN SASSI
veau Chapitre présenté dans le cadre du
150e anniversaire du Canada qui a offert
aux Canadien.nes le Wild West Show de mation de groupes sociaux. Le Conseil tionnés par le Conseil mène à des débats avec audace la manière dont le monde
Gabriel Dumont en 2017. Ce programme s’acquitte également à la tâche de créer sur le refus éventuel de subventionner découvre l’art et ses créateurs ». Il aborde
avait distribué 35 millions de dollars à plus de fonds pour les artistes handica- les organismes en question. Toutefois, également la culture et l’esthétique
plus de 200 projets, dont l’objectif était pés afin d’encourager l’accessibilité de le Conseil affirme avec conviction que le propre aux personnes ayant un handi-
d’offrir « un legs qui va continuer d’être l’art pour les aveugles, malentendants « premier réflexe n’est pas de punir, mais cap. L’accessibilité est une des valeurs
apprécié dans les prochaines années », et les personnes ayant un handicap phy- de promouvoir un milieu de travail sécu- importantes de l’organisme, c’est pour-
indique le directeur. sique ou mental. ritaire ». Une autre préoccupation sou- quoi l’exposition disponible jusqu’au 3
levée était celle de données qui permet- juin 2018 intègre une oeuvre tactile que
Rééquilibrage du financement Préoccupations traient au Conseil de subventionner plus le public peut manipuler et des explica-
d’organismes dirigés par des femmes. tions en langage des signes américain.
Avec ces nouvelles initiatives viennent Plusieurs discussions ont eu lieu en 2017 Brault a enchaîné en indiquant que de
également des standards à rééquilibrer. sur l’appropriation culturelle des artistes telles données ne sont pas disponibles L’artiste
« On a dû repenser et modifier absolu- non autochtones qui s’inspirent de la actuellement, mais que ce serait une ex-
ment tout », partage Brault. Ces chan- culture des Premières Nations. Brault cellente suggestion pour « mieux analy- Selon Blackbridge, « dans la culture oc-
gements commencent avec une aug- explique qu’en « l’artiste qui choisit de ser les tendances et les enjeux ». cidentale, avoir un handicap n’est pas
mentation de 300% des subventions s’inspirer d’éléments autochtones se accepté en tant que partie intégrante de
aux projets des Premières Nations ainsi donne la peine d’être en véritable discus- Identités façonnées la vie. La manière inattendue dont ces
que le versement de 25 % des nouveaux sion avec les communautés concernées figurines sont construites remet en ques-
fonds à de nouveaux bénéficiaires qui pour s’assurer qu’on soit dans une dé- L’assemblée était suivie du vernissage tion la manière dont la société encadre
n’ont jamais été subventionnés par le marche qui soit respectueuse des tradi- de l’exposition Identités façonnées, or- le handicap ». Elle explique qu’une cer-
Conseil. Ce genre d’initiative pourrait tions des droits de la dignité des peuples ganisée par Tangled Art + Disability. taine signification sociale est rattachée à
changer la donne pour les étudiants en autochtones ». Sur des panneaux gris étaient suspen- nos corps et qu’il est facile d’associer ces
arts de la scène, en musique et en arts vi- dues les figurines façonnées de pièces de réalités et nos corps eux-mêmes. Outre
suels et médiatiques de l’université dans Parmi les autres préoccupations relevées bois, de morceaux de poupées et d’ob- l’exposition Identités façonnées, Persim-
les prochaines années. durant l’assemblée se trouvait un com- jets hétéroclites par l’artiste Persimmon mon Blackbridge est l’une des artistes
mentaire d’une représentante du Réseau Blackbridge. clés dans la construction identitaire de
Justement, le Conseil des arts du Canada d’arts médiatiques de l’Ontario par rap- la communauté LGBTQ+  canadienne
veut graduellement « sortir d’une pers- port au processus changeant de l’évalua- Baraq Adé Soleil, le directeur artistique et auteure des romans Sunnybrook: A
pective compétitive », conscient que ses tion par les pairs. Le harcèlement sexuel de Tangled Art + Disability indique True Story with Lies (1996) et Prozac
décisions affectent l’économie et la for- dans les organismes culturels subven- l’intention de l’organisme de « redéfinir Highway (1997).

lA ROTONDE EST À LA RECHERCHE DE BÉNÉVOLES. eNVOYEZ


VOS CANDIDATURES À BENEVOLAT@LAROTONDE.CA
w w w. l a r o t o n d e .c a
10 A R T S e t C U LT U R E l a lrao troont do en d e L ulned mi 2a9r dj ia 2n 9v i me ra2r0s1 28 0 1 6

Opéra de la troupe de l’Université d’Ottawa

Une performance solide des Noces de Figaro


STÉPHANIE BACHER
Du 25 au 27 janvier, la troupe d’opéra de
l’Université d’Ottawa a présenté l’opéra
Le Nozze di Figaro (Les Noces de Figa-
ro) au Centre Saint-Brigid pour les Arts.
Après plusieurs mois de préparation, les
étudiant.e.s de l’École de musique se sont
livrés à une performance sans faille des PHOTO AYOUB BEN SASSI
Noces de Figaro, un des chefs d’œuvre
de Mozart. La Rotonde fait un retour sur
l’événement. automne, répétitions avec l’orchestre : la niveau orchestral de tout ça et naturel- Somme toute, l’opéra a montré une pres-
préparation d’un opéra n’est pas simple. lement tout le travail qui aura été fait ». tance très solide et nous a révélé plusieurs
C’est ce qui fait d’ailleurs dire à Alain Tru- Travailler avec de jeunes musiciens, pour voix féminines impressionnantes pour des
Travail de longue haleine del, un chef d’orchestre de renommée in- lui, c’est « la chance de pouvoir partager étudiant.e.s universitaires. L’intrigue et la
ternationale qui dirigeait l’opéra de l’Uni- un peu la chance que j’ai depuis toujours bonne performance des acteurs ont su gar-
La préparation de la pièce d’opéra Les versité d’Ottawa, que « l’opéra, c’est un art d’apprendre au niveau professionnel » et der le public captif, qui ne s’est pas rendu
Noces de Figaro ne s’est pas faite d’un total ». Selon lui, il s’agit de « la forme d’art leur donner quelques trucs du métier. compte du temps qui a passé. Les décors
claquement de doigts. Pendant environ 9 la plus demandante ».
mois, plusieurs professeurs, étudiant.e.s et simples en noir et blanc ont su bien mettre
bénévoles ont travaillé pendant de longues Une performance réussie en valeur les personnages. Les talents
Qu’est-ce qui guide le choix de l’opéra de
heures pour préparer la fameuse pièce d’acteur de plusieurs artistes étaient éga-
Mozart  ? Trudel affirme que le choix de
d’opéra de Mozart. Comme le raconte San- La pièce Les Noces de Figaro raconte l’his- lement surprenants pour des étudiant.e.s
l’opéra dépend des différents types de
dra Graham, professeure à l’École de mu- toire du mariage entre Susanna et Figaro, qui n’ont pas une formation approfondie
voix des personnes inscrites à l’École de
sique qui s’est occupée de la direction mu- musique. Graham ajoute que cette année, respectivement femme de chambre et va- dans le domaine.
sicale et de la mise en scène de l’opéra, c’est « on avait beaucoup de chanteuses très let de la Comtesse et du Comte Almaviva,
un processus très long, qui va de l’annonce solides », et que le chef d’orchestre Alain et leur aventure au travers de toutes les La représentation du jeudi s’est faite de-
des auditions à l’École de musique en avril Trudel voulait vraiment diriger cette fa- péripéties pour déjouer les embûches pla- vant un public d’environ une centaine
jusqu’à la tenue de l’opéra à la fin janvier. meuse pièce de Mozart. cées sur leur parcours pour empêcher leur de personnes de tout âge. Le recteur et
mariage. L’opéra est interprété dans un vice-chancelier de l’Université d’Ottawa,
Auditions, répétitions de chant durant Au sujet de l’orchestre, Trudel indique que mélange d’anglais et d’italien.   Jacques Frémont, qui s’est dit amateur
l’été, cours de performance théâtrale en « les gens vont être très surpris de voir le d’opéra, y était également présent.

Entrevue

La soul de Clay and Friends provisations musicales, comment


GABRIELLE LEMIRE décririez-vous le processus créatif
du groupe?
Dans le cadre du programme Contact
Ontarois présenté par Réseau Ontario,
MC : En fait, il n’y a pas vraiment de com-
La Rotonde a eu la chance de s’entrete- position en tant que telle. C’est toujours
nir avec Mike Clay, le chanteur du groupe passé par le live et l’émotion pour nous.
Clay and Friends. Le groupe montréalais Quelqu’un va partir d’une progression
allie groove, reggae, soul, jazz et hip-hop d’accords en direct avec l’énergie de la
pour livrer un son qui sort du commun foule, les têtes qui bougent, moi il y a des
et qui se situe au-delà de tout système de idées vocales qui me viennent en tête et
catégorisation. de fil en aiguille ça se transforme en chan-
sons, spectacle après spectacle. Ensuite PHOTO COURTOISIE
La Rotonde: Comment est-ce que le on essaie d’enregistrer de manière la plus
projet Clay and Friends a vu le jour? fidèle possible au live. Pour notre premier
album, ça a été un défi, mais on a appris à par rapport à la politique, des enjeux so- lange tellement de styles, ça a été un défi
Mike Clay : Ça fait trois ans que ça le faire. Je pense que c’est un défi qu’on a ciaux… Je pense que ça vise les personnes de trouver un créneau particulier. Quand
existe. Le groupe est né pendant un show. réussi à relever. qui aiment la musique authentique qui a on regarde les médias à l’international, il
Adel, mon grand frère, était dans la foule de la soul, qui est pas quelque chose de n’y a rien qui dit « soulful funky reggae
et est monté sur scène sans le demander. LR : Quel message cherchez-vous préfabriqué ou qui imite quelque chose soul-hop ». C’est un défi qui est à double
Il a commencé à faire du beatbox. Depuis, à diffuser avec la musique de Clay d’autre. On se sert vraiment des fusions tranchant, parce que ça nous ouvre des
on représente Montréal to the fullest, and Friends? peu communes avec notre musique et on portes au niveau des performances, mais
cet espèce de mélange anglais-français espère trouver des oreilles qui vont res- parfois ce manque de catégorisation joue
autant sur le bout de la langue que dans MC : Vu que les chansons prennent sentir ça. contre nous au niveau des médias. Je ne
les styles de musique. Je me suis tout le forme au niveau de l’écriture comme au me prends pas trop la tête avec ça, je fais
temps exprimé autant en français qu’en niveau vocal de manière très organique, LR: Depuis trois ans, quel a été le la musique que j’ai envie de faire. Que ce
anglais, alors le bilinguisme c’est quelque ce qui se retrouve dans les chansons c’est défi le plus important à relever en soit d’avoir une chanson trap et ensuite
chose qui va rester là pour toujours avec ce à quoi je pense au moment ou la chan- tant que groupe? une chanson de reggae, je ne vais pas
le projet Clay and Friends. son est créée en live, que ça fasse réfé- compromettre un de ces sons-là. Ça a été
rence à des voyages que j’ai faits, des per- MC : Vu qu’on est difficiles à classifier un des défis, mais c’est quelque chose qui
LR : On vous connaît grâce à vos im- sonnes que j’ai côtoyées, des idées que j’ai au niveau de notre son parce qu’on mé- définit le groupe.

w w w. l a r o t o n d e .c a
chronique
A R T S e t C U LT U R E la rotonde numéro 15 11

Découverte de la semaine

Un autre décor avec Cédrik St-Onge donc depuis ce temps-là j’écris juste en musique du même style. Je pense que
GABRIELLE LEMIRE français et il n’y a rien qui sort en anglais. c’est un peu pour me distancer. Ça arrive
Je n’ai aucun background théorique, je souvent que tu aies une idée, mais que
Vendredi soir, dans le violacé de la qua-
joue vraiment à l’oreille. finalement ce n’est que ton subconscient
trième scène du Centre national des
qui a entendu ça quelque part. Quand tu
arts se tenait sur scène un jeune homme
Je pense souvent au fait qu’un jour je vais essaies de te faire un son, je pense qu’il ne
calme, le regard comme s’il était ailleurs.
manquer d’inspiration, mais je pense que faut pas trop que tu écoutes les autres.
Originaire de Caplan en Gaspésie, c’est t’imagines pas qui va t’arriver. C’est un
c’est quelque chose que tout le monde
une demeure au bord de la mer que Cé- peu irréaliste. Je suis vraiment content
qui écrit des tounes se dit. Ce n’est pas LR : On dit de toi que tu ne fais pas
drik St-Onge quittait pour étendre sur parce que je pense que ça a donné un
quelque chose de sûr, ça se peut que de- ton âge. Qu’est-ce qui suscite cette
la capitale son voile de folk ambiant. On boost au projet, mais en même temps
main je n’aie plus d’idées du tout. impression chez les gens selon toi? c’est la première direction artistique que
dit de lui qu’il a une âme mature qui ne
fait pas son âge et que sa musique n’est j’ai eue dans ma vie. Avant j’étais toujours
qu’une manière de l’exprimer. Entretien LR : Comment décrirais-tu ton pro- CSO : Je pense que ça repose sur le fait tout seul. Que quelqu’un arrive et qu’il
avec le Gaspésien de 20 ans qui nous cessus créatif? que quand j’étais plus jeune, je me te- prenne des décisions à ma place, c’est
livre le EP Les yeux comme deux bous- nais toujours avec du monde plus vieux. important que ce soit quelqu’un que je
soles. CSO : Rarement, je vais avoir un sujet Mais je ne me sens pas plus vieux que les respecte musicalement. Et Karkwa, c’est
en tête dont je vais vouloir parler. Ce qui autres. Je pense que m’engager à écrire probablement un des bands qui m’a le
La Rotonde : Comment as-tu com- arrive souvent, c’est que j’ai un riff de gui- de la musique, ça m’a peut-être rendu un plus marqué quand j’étais jeune. C’est la
mencé à t’intéresser à la musique? tare et une suite d’accords qui me font me peu plus sérieux. meilleure personne qui aurait pu faire le
sentir d’une certaine façon. Après j’écris EP.
Cédrik St-Onge: J’ai commencé à écrire là-dessus. Souvent, je fais des va-et-vient LR : Louis-Jean Cormier a produit
des chansons en anglais à l’âge de 14 ans. avec ma voix pour voir où je pourrais ton premier album, as-tu aimé tra- Cédrik fait également partie du pro-
Quand je suis allé à Petite-Vallée dans un ajouter des mots et je les ajoute après. vailler avec lui? jet Chansons rassembleuses/Nikamu
camp de chanson en écriture, j’ai eu un Dans la vie, je suis auteur-compositeur mamuitun formé de quatre artistes qué-
coup de coeur pour la langue française mais, c’est rare que je vais écouter de la CSO : C’est le genre de chose que tu ne bécois.e.s et quatre artistes autochtones.

Calendrier culturel Du 29 janvier au 4 février 2018

Lundi Mardi Mercredi Jeudi vendredi Samedi Dimanche

Dance it out! Yoga matinal Faites du bruit! Unikkaaqtarniq: Vernissage Juste du québécois Blizzzard Byword
Histoires du Nord Modern Hyenas Neig’Art
19h30-21h30 8h-9h 9h-16h 20h-2h
18h-22h 18h-21h 9h-midi
UCU Art House Café Université d’Ottawa Minotaure
Parc Lansdown Sussex Contemporary Marché By

Stan Clark Orchestra Cours de hip hop Le dire de Di Concours de talent Atelier de réflexion De l’instant et de Admission gratuite
Jim Beam Art-Guerre-Médias l’éternité
19h30-22h30 17h-19h 20h-22h 11h-16h
19h-23h 13h-17h 19h30-20h30
Wasabi Restaurant Sudio 360 Danse Musée Bytown
Studio Azrieli Cna The Whiskey Bar Galerie UQO Nouvelle-Scène

Lundi musical Dessin Cérémonie Levée de fonds Sense-art experience Sculptures sur glace Shadow and Light
de modèle vivant de pleine lune fierté des neiges
18h-20h 19h-23h 8h-23h 14h-16h
19h-22h 17h30-19h 19h
Happy Goat Laurel Parc de la Confédération Huguette Labelle
Senate Tavern Art House Café Centre Wabano 3 Brasseurs Canada

Légende:
festivals cinéma théatre arts visuels musique ateliers divers

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

sports et bien-être Slim Essid


sports@larotonde.ca
Chef de pupitre

hockey masculin

La revanche au tournant PHOTO: Andrey Gosse

FABRICE SAMEDY spectateurs présents ont eu droit à du vant un tir de Bruno Carl-Denis, venu se
jeu physique et énormément de bonnes loger dans le haut du filet et qui a égali- pas juste essayé de la protéger, on a
chances de marquer en début de match. sé la marque à 2-2. continué à jouer comme on a joué tout
Samedi soir dernier, l’équipe des Gee- le match, donc, je suis content et je suis
Gees de l’Université d’Ottawa (l’U d’O) content pour l’équipe », a-t-il dit en en-
affrontait les Patriotes de l’Université Ce sont finalement les Patriotes qui ont C’est en troisième période que les Gee-
ouvert la marque lors du début de la Gees ont pris le contrôle du match et trevue.
de Trois-Rivières au Complexe sportif
Minto d’Ottawa. Après un revers de rencontre. Une déviation opportuniste cette fois-ci, pour de bon. Le boulet de
6-3 mercredi dernier, le Gris et Grenat de Timothe Simard a eu raison d’An- canon du défenseur Médric Mercier en Les unités spéciales brillent
avait la revanche dans la tête face aux thony Brodeur et donna l’avance aux vi- avantage d’un homme redonna l’avance
Patriotes, pour un match qui s’annon- siteurs. L’avance des Patriotes n’a duré à Ottawa et a représenté comme un L’avantage numérique a réussi à tou-
çait haut en tension. que trois minutes avant que les Gee- symbole la détermination du Gris et cher la cible à trois reprises sur cinq.
  Gees enfilent deux buts avant la fin de Grenat à remporter le match. L’avantage numérique des Gee-Gees a
la période initiale. Connor Sills a été le affiché un taux de réussite de 60% lors
Un geste généreux premier de son équipe à toucher la cible C’est ensuite l’attaquant Quinn O’Brien du match.
en avantage numérique, avec les passes qui a creusé l’écart. Il a bondi sur un re-
Ce n’est certainement ni la première ni décisives de John Deacon et Kevin Do- tour de lancer de son coéquipier Michael Le désavantage numérique a aussi été
la dernière fois où le sport et la généro- mingue, toujours aussi menaçant pour Poirier pour porter la marque à 4-2 et très efficace en n’accordant aucun but
sité se croisent. En effet, avant le début les adversaires. marquer son premier filet de la saison. sur quatre chances pour les Patriotes.
du match, la direction des Gee-Gees a Médric Mercier en rajouta quelques
voulu remercier le geste généreux de Les Gee-Gees marqueront encore en minutes plus tard avec son deuxième Brodeur a volé la vedette en réalisant 38
Kevin Reed, un ancien défenseur de l’U avantage numérique quelques minutes du match pour un résultat final de 5 à arrêts sur 40 tirs et l’attaquant Connor
d’O entre 1988 et 1991 avec une cérémo- plus tard. C’est Mitchell Gibson, cette 2. Adam Beveridge et Brendan Jacome Sills affirme qu’il a joué un grand rôle
nie spéciale. Reed est venu au centre de fois, qui a marqué son troisième but de ont été les deux joueurs complices et à dans la victoire et qu’il est pleinement
la glace pour remettre un chèque de 144 la saison pour donner l’avance au Gee- l’origine de ce deuxième but de Mercier, satisfait de sa performance.
000$ à l’équipe. Le natif de Belleville, Gees juste avant la pause. Brodeur, le témoignant d’un jeu d’équipe de haut
en Ontario, a effectivement versé un gardien partant pour les Gee-Gees, a su niveau lors de cette soirée. Pour sa part, Brodeur a affirmé que
don de 55 000$ pour doubler le mon- garder l’avance de son équipe durant la cette victoire donne plus de confiance
tant ramassé par les autres anciens, pa- première en multipliant les arrêts, no- Lors de l’entrevue d’après-match, l’en- à l’équipe pour le reste de la saison.
rents et partisans. De plus, l’Université tamment sur une échappée en fin de traîneur-chef des Gee-Gees, Patrick « C’est une bonne équipe dans le clas-
d’Ottawa a aussi versé 34 000$ au pro- période. Grandmaitre, s’est dit satisfait de la fa- sement  [Trois-Rivières].  On voulait
gramme des Gee-Gees. çon générale dont son équipe a joué lors montrer qu’on pouvait vaincre les meil-
La deuxième période a été plus calme du match, mais il soutient que la troi- leures équipes ».
Sommaire au niveau du pointage, mais l’action n’a sième période a été la meilleure pour les
pas perdu, pour autant, de son intensi- Gee-Gees. Il a bien aimé le fait que son Il reste quatre matchs à la saison et les
Les deux équipes ont commencé le té. Les deux gardiens ont dû se démar- équipe ait continué à jouer avec beau- Gee-Gees occupent actuellement le 6e
match avec beaucoup d’énergie. La quer à plusieurs reprises en bloquant coup d’intensité malgré l’avance qu’elle rang de la section Est de la OUA. Ils
condition physique était largement au un total impressionnant de 23 tirs. Seul avait. sont à un point du 5e rang détenu par
rendez-vous vu le haut degré de dyna- le gardien d’Ottawa a cédé lors de cette les Ridgebacks de l’Institut universi-
misme et activité sur la patinoire. Les période. Il s’est retrouvé impuissant de- «  On a bien joué avec l’avance. On n’a taire de technologie de l’Ontario.

w w w. l a r o t o n d e .c a
Sports et Bien-être la rotonde numéro 15 13

classique de la capitale

Sous les « rideaux » de la Classique

ILLUSTRATION Andrey Gosse

DANIEL BIRRU divertir, il y a des gens qui font un tra- joués au Staples Center, soit 82 de bas- se devra tout de même d’être prêt bien
vail invisible. Un travail remarquable, ketball et 41 de hockey. En d’autres mots, avant cette heure pour être en mesure
Durant le courant de la semaine pro- peu connu, mais qui pourtant mérite la beaucoup de conversion et énormément d’accueillir les athlètes qui se réchauffe-
chaine, le 2 février plus exactement, le mention. de travail! ront avant la partie et le personnel d’en-
Centre Canadian Tire fera place à une traîneur qui organise les vestiaires et les
double confrontation entre les Gee-Gees Le Centre Canadian Tire d’Ottawa, quant bancs des joueurs et joueuses.
Adaptations nécessaires ?
d’Ottawa et les Ravens de Carleton, à lui, ne compte qu’une équipe de la
matchs de la saison de basketball qui LNH, étant donné qu’aucune équipe de La question n’est pas à savoir si le centre
Tout ceci se passe durant la saison régu-
seront présentés en tant que « Clas- basketball professionnel ne siège dans sera prêt à temps, puisqu’on tient compte
lière, vu que les deux ligues débutent et
sique de la Capitale ». Ces deux matchs la ville capitale, quoiqu’une équipe de la du fait qu’il s’agit cette année de la on-
concluent leurs activités à peu près en
se tiennent depuis 2008 (2007 dans le Ligue nationale de basketball du Cana- zième saison que les Gee-Gees et les Ra-
même temps. Les employés ne disposent
cas des hommes) dans ce même édifice. da y a déjà joué pendant une saison, en vens y croisent le fer, et qu’il y a quelques
souvent que de quelques heures pour ef-
Mais saviez-vous que l’aréna, qui sert 2013-14. années, la conversion de l’aréna se faisait
fectuer la conversion, puisqu’une équipe
de domicile aux Sénateurs d’Ottawa de régulièrement durant toute la saison. Le
de chaque sport peut jouer dans le même
la LNH, présentera un match de cette personnel d’employés participant à cette
équipe la veille?
aréna en moins de 24 heures. Dans le cas Un horaire chargé tâche est sans aucun doute prêt à se
exceptionnel du Staples Center de Los
mettre au travail le 2 février et l’équipe-
Plusieurs arénas ou enceintes en Amé- Angeles, l’aréna peut recevoir un match Le centre recevra un match de hockey des
ment qui sera utilisé l’est aussi. Il serait
rique du Nord accueillent une équipe de hockey de même qu’un match de bas- Sénateurs d’Ottawa le premier février, par contre intéressant de distinguer en
de la Ligue Nationale de Hockey (LNH) ketball dans la même journée, la conver- contre les Ducks d’Anaheim. Cette situa- quoi la conversion de ce bâtiment qui, il
et de la National Basketball Association sion pouvant alors, dans ce cas, se faire tion-ci pourrait possiblement constituer faut le dire, sera faite en peu de temps,
(NBA), telles qu’à Toronto (Centre Air en l’espace de trois heures. un plus grand défi que celle des autres diffèrera de celle des autres arénas à To-
Canada), à New York (Madison Square bâtiments, dû au manque d’habitude et ronto et aux États-Unis. Tel sera le défi.
Garden), à Los Angeles (Staples Center), Il est d’ailleurs important de noter que de régularité dans la conversion de la pa-
à Chicago (United Center) ou encore à ce centre héberge trois équipes sportives tinoire au terrain dans cet aréna. Effec- Soyez de la partie pour ce vendredi 2 fé-
Washington D.C. (Capital One Arena), professionnelles, une de hockey et deux tivement, le basketball n’y étant disputé vrier, alors que les Gee-Gees d’Ottawa
entre autres. de basketball, une distinction unique qu’une fois par année pour le moment, qui rencontreront les Ravens de Carleton
en Amérique du Nord. Chaque équipe au niveau professionnel. D’autant plus - match féminin à 18h, match masculin à
Par conséquent, ces édifices doivent ef- de ces deux sports comporte un horaire que la partie que les Sénateurs dispu- 20h - en direct du Centre Canadian Tire.
fectuer à maintes reprises des transfor- avec 41 parties à domicile. On en déduit teront débutera à 19h30 jeudi soir, et Les navettes quitteront du bâtiment FSS
mations pour convertir la patinoire qui donc que 82 matchs sportifs auront lieu ne se conclura pas avant 22 h; et le soir entre 16 h 45 et 17 h 20, et les billets sont
sert de terrain au hockey en un terrain dans chacun des stades accueillant deux suivant, le premier match de basketball en vente au Complexe sportif Minto et
de basketball. Oui, pendant que nous, équipes, et un calcul rapide nous indi- commencera à 18 h le lendemain, soit au 102 Montpetit à partir de 10 $. Go
partisans, allons voir ces spectacles et se quera que 123 matchs par année sont une vingtaine d’heures plus tard. Le site Gee-Gees go !

w w w. l a r o t o n d e .c a
14 A RSTpSo re t sC eU tLTBUi Re En - ê t r e l al laraortroootntodonenddee L ulned lmi u2an9rddji ia22n99v ji mearan2rv0si e1 2r8 021061 8

Résumé

L’Oeil sur la fin de semaine


SLIM ESSID

Comme à chaque semaine, ou presque, les


athlètes de l’Université d’Ottawa auront
donné leur maximum pour arriver aux
résultats attendus. La particularité de ces
derniers jours était la série de matchs très
serrés et équilibrés qui ne pouvait réelle-
ment laisser présager aucun résultat à
l’avance. Et ce, pour le bonheur des ama-
teurs de sports compétitifs…

Vendredi 26 janvier :

Natation  : L’équipe des Gee-Gees af-


frontait celle de Carleton, pour un énième
derby, mais cette fois dans le sport com-
plet qu’est la natation. Le degré d’im-
portance de l’événement était tel qu’il
ILLUSTRATION Andrey Gosse
s’agissait du dernier match de la saison
régulière et qu’une victoire face aux rivaux
de toujours aurait été la bienvenue avant aussi haut niveau, ce qui lui vaut la place queur et c’est malheureusement les Gee- cun doute le fruit du mélange entre nou-
le début des championnats des Sports de meilleure équipe du moment. C’est Gees qui en sont sortis les mains vides : velles joueuses, comme Tristan Peterson,
Universitaires de l’Ontario (SUO), qui se très simple, les Gee-Gees sont devenues 95-92. À part le premier quart de jeu pour et vétéranes comme Kaly Soro, ce qui a
déroulera à l’Université Western du 8 au l’équipe à battre. Se déplaçant à Toronto les Gee-Gees., les défenses n’ont pas été donné une belle combinaison entre expé-
10 février. Le moins que l’on puisse dire pour le match contre Ryerson, la tâche solides. Au fil du match, la phase offen- rience et qualité, s’avérant décisif pour le
est que les nageurs du Gris et Grenat ont était très ardue pour le Gris et Grenat. sive a semblé prendre le dessus du côté résultat.
complètement écrasé leurs adversaires des deux formations.
L’excellente nouvelle est encore que les Samedi 28 janvier 2018 :
du jour.
Gee-Gees ont réussi leur pari, de gagner Les deux équipes, en effet, osaient peu à
leur 9ème victoire d’affilée, à l’extérieur peu prendre des risques et sortir de leur Basket-ball masculin  : Les Gee-Gees
L’équipe féminine  : Les joueuses sont
et face à un concurrent difficile. Le score zone de confort, et ce, pour le bonheur du basket-ball masculin, assez incons-
constamment arrivées aux marches du
était d’ailleurs serré, de 4 points, 62 points des adeptes du basket-ball puisqu’il a été tant durant cette saison, ont remporté
podium, dans les 3 premières places, et
à 58 au total. Le travail de pressing, porté question de l’un des meilleurs matchs de un match qui s’annonçait compliqué face
ont remporté la totalité des 14 épreuves
par l’infatigable Amélie Hachey, réalisé la saison. Le rythme effréné de la partie à Toronto par un score de 82 à 75. Une
programmées.
sur l’adversaire, a été absolument pri- n’a laissé aucun moment de répit et à victoire cruciale qui va certainement don-

L’équipe masculine  : Les garçons ont mordial dans le déroulement de la ren- un tel point que la défaite des Gee-Gees ner du moral et relancer les hommes de

eux aussi été performants ce vendredi, contre. Les Rams se sont toujours sentis passe presque au second plan. Les deux James Derouin alors que la saison arrive

en remportant non pas le total, comme en état d’alerte, même si l’équipe adverse équipes se trouvaient, en ce jour-là, à la à sa phase la plus décisive.

l’équipe féminine, mais 11 de leurs 12 a elle aussi réalisé une belle performance. même 3ème place du classement.
Meilleure que lors de leur dernière sortie Basket-ball féminin : Toute belle his-
épreuves. Des challenges difficiles tels
en tout cas. Il est également important de Volley-ball féminin  : Au Pavillon toire a une fin. Celle de la troupe d’Andy
que le 50 et 100 mètres dos ou encore le
noter que la phase défensive resta tout Montpetit, les Gee-Gees rencontraient Sparks s’en était bien rendue compte
50 mètres brasse ont été réussi et permis
de même de haute qualité et se confirme, un ténor du volley-ball universitaire, les après le coup de sifflet final du match
aux Gee-Gees de monter sur la marche du
une fois de plus, une valeur sûre des Gee- Carabins de Montréal. Les troisièmes au qui l’a opposée à Toronto. Isabelle Dion
podium à cinq bonnes reprises.
Gees. classement national ont mené, logique- et Brigitte Lefebvre-Okankwu, ayant
ment, la vie dure à la troupe de Lionel inscrit 10 points chacune, n’ont pas suffi
Basket-ball féminin :
Basket-ball masculin  : Il s’agissait Woods. Le match semblait interminable pour remporter le match. La prestation
Jusqu’où les joueuses d’Andy Sparks sont- du 100ème affrontement entre les Rams et s’est conclu sur 5 manches (14-25, a quand même été d’un bon niveau.
elles prêtes à aller? Cela fait maintenant de Ryerson et les Gee-Gees au pavillon 27-25, 25-21, 12-25, 11-15), et c’est sans Espérons que cette défaite soit juste de
neuf matchs de suite que les Gee-Gees du Montpetit, et le match a tenu sans aucun compter sur le soutien accru des parti- passage et qu’elle ne touche pas le moral
Basket féminin ne perdent plus. Le jeu et doute toutes ses promesses. Il a fallu la sans que les Gee-Gees ont réussi, enfin, à de l’équipe par la suite. Résultat final : 62
l’efficacité n’auront jamais autant été d’un prolongation pour déterminer le vain- gagner le match. Cet exploit était sans au- à 53.

w w w. l a r o t o n d e .c a
Rédacteur en chef Correcteur
Mathieu Tovar-Poitras Nonibeault Gagnon-Thibeault
redaction@larotonde.ca texte@larotonde.ca

Actualités Direction générale


Nicolas Hubert Ghassen Athmni
actualites@larotonde.ca direction@larotonde.ca

Arts et culture Directeur artistique


Gabrielle Lemire Andrey Gosse
culture@larotonde.ca direction.artistique@larotonde.ca

sports Directeur de production


Slim Essid Ayoub Ben Sassi
production@larotonde.ca
remercie les contributeurs sports@larotonde.ca

journalistes Vidéaste
Ismael Sy
de la semaine Charley Dutil
informations@larotonde.ca
videaste@larotonde.ca

WEB
Vacant Maria Princene Dagba
reportage@larotonde.ca web@larotonde.ca

Stéphanie Bacher Photographe


nouvelles@larotonde.ca Vacant
photographe@larotonde.ca

Daniel Birru Secrétaire de rédaction


Molly de Barros
correction@larotonde.ca
Coordinnatrice des bénévoles
Charlotte Côté
benevolat@larotonde.ca

Fabrice Samedy La Rotonde est le journal étudiant de l’Université d’Ottawa, publié chaque
lundi par Les Publications de La Rotonde Inc., et distribué à 2 000 copies
dans la région d’Ottawa. Il est financé en partie par les membres de la

Océane Lemasle FÉUO et ceux de l’Association des étudiants diplômés. La Rotonde n’est
pas responsable de l’emploi à des fins diffamatoires de ses articles ou élé-
ments graphiques, en totalité ou en partie.

w w w. l a r o t o n d e .c a
La Rotonde est à la recherche
d’un.e journaliste

Pour plus de détails visitez


larotonde.ca/emplois

w w w. l a r o t o n d e .c a