Vous êtes sur la page 1sur 3

Principes actifs et propriétés

Les fines herbes ne sont habituellement pas consommées en grande


quantité. Utilisées comme assaisonnements, elles ne peuvent donc pas
procurer tous les bienfaits santé qui leur sont attribués. Reste que
l’ajout de fines herbes aux aliments, de façon régulière et significative,
permet de contribuer, ne serait-ce que de façon minime, à l’apport en
antioxydants de l’alimentation. Par contre, la consommation de fines
herbes à elle seule ne peut répondre aux besoins en antioxydants du
corps.

La majorité des études sur les fines herbes ont été réalisées chez
l’animal à partir d’extraits de la plante. L’extrait est utilisé afin
d’isoler et de concentrer les principes actifs, ainsi que pour
comprendre les mécanismes d’action. Chez l’humain, il est difficile
d’évaluer les effets santé de la consommation de fines herbes puisque
les quantités consommées sont généralement faibles.

Antioxydants. Les antioxydants sont des composés qui réduisent les


dommages causés par les radicaux libres, des molécules qui seraient
impliquées dans l’apparition des maladies cardiovasculaires, de
certains cancers et des maladies liées au vieillissement. Quelques
chercheurs ont évalué la capacité antioxydante des fines herbes. À
l’unanimité, ils affirment que les fines herbes fraîches ont une capacité
antioxydante non négligeable, parfois même plus élevée que certains
fruits et légumes1-3. Cela démontre qu’effectivement, l’ajout régulier
de fines herbes dans l’alimentation contribue à l’apport en
antioxydants.

Le principal antioxydant retrouvé dans les feuilles de basilic est


l’acide rosmarinique 4. Ce dernier agirait de façon synergique avec la
vitamine E, ce qui signifie que l’action antioxydante combinée de ces
deux composés serait supérieure à l’addition de leur action
antioxydante individuelle. D’autres acidesphénoliques5 et
des flavonoïdes4 qui possèdent des propriétés antioxydantes se
retrouvent également dans le basilic.

Effet antibactérien
Une récente étude scientifique effectuée avec de l’huile essentielle de
basilic a démontré un effet synergique du basilic en combinaison avec
un antibiotique couramment utilisé (Ciprofloxaci n) dans le traitement
d’une infection par les bactéries Staphylococcus aureus et
Pseudomonas aeruginosa 10. Le basilic aurait donc la capacité
d’augmenter l’activité antibactérienne de certains médicaments ce qui
est tout à fait prometteur dans le traitement de certaines infections.
D’autres études chez les humains et non in vitro doivent tout de même
venir confirmées ces propos.

Maladies cardiovasculaires. L’oxydation du cholestérol en


circulation dans le sang (lipides sanguins) augmente son pouvoir
athérogène, c’est-à-dire sa capacité d’adhérer à la paroi des artères et
d’en réduire l’élasticité et la lumière (intérieur des vaisseaux sanguins,
là où le sang circule). Ceci augmente le risque d’hypertension et de
blocage des artères par d’éventuels caillots. Des chercheurs ont
observé une diminution de l’oxydation des lipides, in vitro et chez
l’animal, avec un extrait de basilic. L’effet antioxydant de l’extrait de
basilic a été obtenu à de très faibles concentrations. Les chercheurs ont
également observé une protection accrue des cellules du foie et de
l’aorte contre l’oxydationin vivo6. Une autre étude chez l’animal a
démontré le potentiel cardioprotecteur d’un extrait de basilic sur
l’infarctus du myocarde (mort d’une partie du coeur causé par un
arrêt de l’apport sanguin)7 . Des études contrôlées devront être
réalisées chez l’humain avant de pouvoir affirmer que la
consommation de basilic joue un rôle préventif contre l’apparition de
maladies cardiovasculaires.

Diabète. Une étude effectuée chez le rat a permis de mettre en


évidence le potentiel hypoglycémiantd’un extrait de basilic8. Les
chercheurs ont constaté que, parmi les extraits de plantes testés, le
basilic entraînait la plus grande baisse du taux de sucre sanguin.
Notons toutefois que c’est avec le médicament utilisé en comparaison
que l’effet a été le plus marqué puisque ce dernier a la propriété de
provoquer une hypoglycémie en stimulant la production d’insuline.
Une revue de la littérature effectuée en 2004 conclut, quant à elle, que
le basilic fait partie de quelques herbes médicinales ayant un impact
potentiel sur le contrôle du diabète de type 2 9. Cependant, les auteurs
ont également affirmé qu’il n’y avait pas de preuve suffisante pour
pouvoir recommander les extraits de plantes évalués (dont le basilic)
dans le contrôle de ce type de diabète.

Autres propriétés

Modérément. L'indice TAC de feuilles d


Le basilic est-il antioxydant?
séchées est de 675 umol.
Le basilic est-il acidifiant? Donnée non disponible.
Le basilic a-t-il une charge
Charge glycémique faible
glycémique élevée?

Nutriments les plus importants

Voir la signification des symboles de classification des sources des


nutriments

Vitamine K. Le basilic séché est une excellente source de


vitamine K, tandis que le basilic frais en est une source. Cette
vitamine est nécessaire pour la fabrication de protéines participant à la
coagulation du sang (autant dans la stimulation que dans l’inhibition
de la coagulation sanguine). Elle joue aussi un rôle dans la formation
des os. En plus d’être retrouvée dans l’alimentation, la vitamine K est
fabriquée par les bactéries présentes dans l’intestin, d’où la rareté des
carences en cette vitamine.

Fer. Une portion de basilic séché est une source de fer pour
l'homme, mais pas pour la femme, car leur besoin respectif en fer est
différent. Ce minéral est essentiel au transport de l’oxygène et à la
formation des globules rouges dans le sang. Il joue aussi un rôle dans
la fabrication de nouvelles cellules, d’hormones et de
neurotransmetteurs.