Vous êtes sur la page 1sur 3

L ES A R B R ES D E L ' A M E

L'AM E D ES A R B R ES
par J o a n n y G U I LLA R D

"Que fût le bois, que fût l 'arbre Arbre protecteu r, arbre sacré, arbre de vie et même titre q u e les p i erres d ressées. Mais
A vec lesquels terre et ciel furent formés de mort, tém o i n d u fond des âges et des dans cette cosm i cité com p l i ce, i l est aussi
Sages, que votre esprit cherche âmes, l'arbre est, comme d i rait A. M a l raux, l 'arbre sacré. I l est curieux de voi r qu'aussi
à comprendre. " "une image naïve, simple, usée, mais image bien en pays Bamoun (Camerou n) que dans
C h ants d u R i g Veda, 1. 0.81 .4. initiale et indestructible. Elle appartient à l'in ­ la rég i o n des g rands lacs d e l ' Est Africai n , le
destructible bazar des vieilleries de l'imagi­ Ficus au large feu i l lage est à la foi s l i m ite de
De l a fen être d e m o n b u re a u , l e bronze rouge nation humaine". la cour d u chef abri des palabres, à la l i m ite
d'un l i q u i d a m bar se détache s u r l e vert som ­ A travers les siècles et sous tous les cieux, les entre la p u i ssance et la g lèbe. En Inde, l'arbre
bre d ' u n c h amaecyparis q u i penche sous l e hom mes ont aimé et cra i n t les arbres et sacré du v i l lage aswatha (Ficus religiosa ?)
vent d'auto m n e. Mag i e des c o u l e u rs, m a g i e l 'Arbre est u n de ces archétypes, d e ces est vêtu et traité comme u n être h u m a i n , paré
d e l a v i e , d o n t l 'arbre est u n sym b o l e perma­ transcendants psycholog i q ues qui i m prèg n e de cou ro n n es, ondoyé d'eau parfu mée. Sur
nent d e d u rée et d e ren a i ssance et u n fai s ­ l ' i n conscient u n iversel. P l u s q u e l a représe n ­ l e Forum, o ù l a v i e roma i n e exaltait ses héros
c e a u d e m ythes. tati on d ' u n e vision, i l est l'express i o n d e et ses d i eux, l e figuier sacré, consacré à
valeurs ; e n m ê m e temps q u 'être vivant, q u e Rom u l us, fut adoré jusque sous l ' E m p i re et sa
A l o rs que n otre rapport a u réel tend à s'artif i ­
végétal superbe e t péren ne, porte u r d ' u n e santé éta it l 'o bjet de considération et de d i s ­
c i a l iser d a n s l e s v i l l es e t q u e n otre relati o n
p rofusion de formes, i l est p rofusion de sig n i ­ cours dans toute la v i l le. E t l'entrée d e s
avec l a forêt n'a cessé d e s'i n te l l ectu a l iser
fi cati ons j usqu'à, dans nos esprits encom­ Enfers n 'était-elle p a s marquée p a r u n
depuis u n siècle, l'amour des arbres est le
b rés, parfoi s n e plus signifier rien parce q u ' i l figu ier, p lanté là p a r Dyonisos surnom mé, e n
signe perd u ra b l e d e la longue relation des
s i g n ifie tout. Béotie, dendrites ?
h o m m es et d e l a n ature. S i l a vision d e tou s
est à la foi s synthétiq u e e t u n iforme, com m e C ontrai re d e l ' i m patience, il est l'arbre h i sto­ Arbre sacré, consacré, objet d'amour, de
l e souve n i r d e l ' espèce, l'arbre touj o u rs pré­ r i q ue, témo i g nage vivant des événements du respect et d e crai nte. G ri m m (Deutsch Recht
sent traverse les m ythes et l es cu ltes. passé par l a fam i l l e comme par l e v i l lage, a u Altert h ü mer) évoq ue la férocité des Ger-

Aménagement et Nature n ° 83 - 1 -
mains envers les audacieux q u i a u raient Dans la légende scand i n ave, c'est dans le U n e n y m p h e passant par là s'éprend des
enlevé l 'écorce d ' u n arbre n o n encore frêne cos m i q ue, autour d u q u e l tou r n e le fru its et les c a c h e e n son sei n . I l e n n aît un
abattu. On arrachait le n o m b r i l du coupable monde, Ygg d rasi l l , que se cache u n c o u p l e garçon d ' u n e m e rve i l l e use beauté, Attis, dont
pour le clouer à l 'arbre à l ' e n d roit o ù man­ h u m a i n dont ensuite descendent l e s races tom be a m o u reuse la contre - partie femelle
quait l'écorce, puis e n fai sant fai re à l ' h o m m e d u m o n d e nouveau. Le Bundedesh i n d i e n fait Agd i stis, e n core appelée Cybèle. Alors q u e le
le to u r de l'arbre, on e n r o u l a i t s e s i ntest i n s sort i r les premiers hommes - Mesc h i a et berg e r Ath i s a l lait épouser l a f i l l e d u roi de
autour d u tronc. L e chêne était c h e z l e s Mesch i a n e - de l 'arbre Reivas, tand i s q u 'e n Pess i n onte, Cybèle jalouse égare son esprit.
Grecs consacré à Z e u s , c o m m e chez l e s Égypte, R â , n é de l 'arbre, s'élève vers l e h a u t . I l s'émas c u l e sous un pin (c'est u n e manie
Slaves au p u i ssant Peru n . d a n s c ette fam i l l e !) et m e u rt. Cybèle d éses­
M a i s à l a su ite d e s spéc i a l i stes d e s mythes e t pérée se repen d et obtient d e J u p iter que le
S e u l cel u i q u i avait été consacré pouvait tou ­
de l ' i n conscient, i l faut sou l igner l ' a m b iva­ corps d e s o n amant soit i n corrupti ble. Du
cher a u x arbres saints. Les D r u i des pou­
lence sexu e l l e attachable à l'arbre. (Pourquoi sang d 'Att i s n a i ssent des violettes pou rpres
vaient seu l s c u e i l l i r l e gui sacré. M a i s, vice
la p l u part d es noms d'arbres sont- i l s du et le p i n devient un a rbre sacré d a n s lequel
versa, dans le cu lte d e Diane d'Aricie, seul
g e n re fém i n i n en latin et mascu l i n e n fra n ­ s ' i n ca r n a l e c u lte d e Cybèle et d 'Attis réu n is.
pouvait deve n i r p rêtre cel u i qui avait l'au­
çais ?).
dace de couper des branches dans le bois A l 'époq u e d 'A u g u ste e n P h rygie, à l ' éq u i ­
sacré de l a d éesse. L'évocati o n d u mythe d'Attis, métamorphosé n o x e d u p r i ntem ps, au cou rs d e fêtes mou­
Mais il faut aller plus l o i n , p l u s profondément en p i n , est à cet égard assez édifiante. Les vementées, o n coupait l 'arbre sacré, l e pin,
dans le tem p s et les esprits pour tenter d ' i n ­ trad itions d e la Phryg ie, comme celles de d o n t l e tro n c était entouré d e tian delettes. Le
ter�réter cette l iaison étroitement p rofo n d e nom breux peuples anciens d 'Asie, reposent soi n d e p o rter l 'arbre sacré était confié aux
de l'arbre et d e l'homme, q u i résu lte d ' u n e s u r une d i v i n ité p r i n c i pale, complète d a n s d e n d r o p h o res. De n o m breux m o n u m ents,
anthropomorphisati o n perman ente de l'ar­ s o n essence q u i réu n i ssait en e l l e les d e u x stèles, bronzes nous ont tra n s m i s cette
bre. sexes. D'après Pausanias, J u p iter pendant légende. J e u n e h o m m e vêtu en berger, à la
Henri Vincenot ( " La B i l l e baude") raconte son so m m e i l féconda la terre, d'où avec l e g râce a l a n g u ie, dont la p u i ssance e ntretient
q u 'en Bou rgogne, le contact étroit d ' u n arbre tem ps naq u i t un être d i v i n , q u i avait à l a fois l e l a fécon d i té d e la nature, Att i s est associé au
était censé red o n n e r force et vigueur et q u e sexe d e l ' h omme e t cel u i· de la fem m e n o m ­ p i n , voi re, d i t Ovide dans les M étamorphoses
l u i - même e n avait bénéfi c i é ; u n autre a m o u ­ mé(e) Agd i stis ( l a plu part d e s espèces tem pé ­ Livre X, m étamorphosé en p i n . J.G. F razer (Le
r e u x de la nature, D . H . Thoreau, écrit, e n rées d'arbres n e sont-elles pas monoïq ues Rameau d ' O r, p. 1 63, tome I l l , édition 1 91 1 )
1 858, dans " U n p h i l osophe dans les bois" : - i n d i v i d u s bisexués et fleu rs u n i sexuées ­ d o n t on c o n n aît l ' i m a g i n at i o n , écrit : << Ce qui
<< Oui, j'ai senti ce soir un véritable désir pour ou hermaphrodites à fle u rs bisexuées ?). Sai ­ prouve nettement qu'à J 'origine Attis était un
certain arbuste. Une compagne m 'a été enfin s i s d ' effroi devant ce mon stre, les d i e u x l u i esprit des arbres >>, c'est le rôle q u e le pin
trouvée. Je suis amoureux d'un jeune cou pèrent les parties viriles q u i , tom ba n t s u r j o u e dans sa légende et d a n s les rites de son
chêne. » l e sol, d o n nèrent naissance à u n a m a n d i er. c u lte. Si p l u s tard o n v o u l u t v o i r e n l u i un être

Et s i , dans la forêt des mythes, dans le fonds


culturel quasi - u n iversel, l ' H o m m e et l 'Arbre
sont étroitement l iés, c'est le p l u s souvent
dans des termes ambivalents, voi re a m b i g us.
En face d e ces liens anciens, d i ffi c i lement
sensi bles aujourd ' h u i , l a pen sée moderne
accuei l l e et ord o n n e l e fo isonnement et l a
métamorphose.
Certains voient dans l'arbre un symbole p h a l ­
l i q u e. L'arbor p h i loso p h i ca sort d u ventre
d 'Adam à l a place d e la verge et l 'arbre
généalog i q u e se d resse tu rgescent s u r le
corps d e Jessé. Penthéus espionnant les
orgies des Ménades est a battu e n même
tem ps que l e pin sur lequel i l s'était h i ssé et la
syn onymie émasculer-abattre est fréq u ente.
L'arbre devient p i l i e r d e bois, lingam sacré ­
cf. aussi l 'étymologie de Pfahl, en allemand,
ou l e sens de arbre, en méca n i q u e ü u sq u 'à
l' usage argoti q u e de shaft, en anglais).
Mais souvent l 'arbre est symbole d e fém i n ité,
voi r de matern ité. V i gvakarman, dans l e R i g ­
Véda I n d i e n , g rand c réate u r de tout, fait sort i r
le monde d ' u n arbre i n c o n n u . C . J . J u n g (les
métamorphoses d e l'âme et ses sym boles)
rappe l l e q u e J u n o n de Thespis est représe n ­
tée p a r u n e b ra n c h e d'arbre, c e l l e d e Samos
par une planche, D i a n e d e Carie par u n mor­
ceau d e bois mal dégrossi et, s'appuyant s u r
Tertu l l i e n , i l s i g n a l e q u e l 'effigie d e Cérès de
Pharos, "rudis palus et informe lignum ", n e le
cède en rien à l a Pallas attique dont la p ri m i ­
tive eff i g i e était u n p i e u en forme de mât ou d e
croix. Dans la période d u M oyen A g e l 'arbre
reçoit parfoi s le titre honorifi q u e de fem me.
Mais l'en lacement, q u e ce soit l'arbre q u i
englobe ou l 'arbre e n lacé p a r l e serpent ou l e
l i erre, e s t i nterprété p a r C.J. J u n g c o m m e le
sym bole de la m è re q u i enfante et q u i est
protégée par l'angoisse de l ' i n ceste.

Aménagement et N ature n o 83 - 2 -
tei nte portée à l'arbre sacré, u n e légende
j u ive raconte que Adam, j etant u n dernier
regard a u parad i s dont i l était chassé, y vit
que l'arbre d e la connaissance d u bien et du
mal éta it désséch é mais que parm i les
bran ches g i sait un petit enfant.
Ceci est à rapproch e r de l a naissance du
héros sauve u r des vieux Germai ns q u i , dit
G r i m m « vient au monde lorsque l'arbre (til­
leul) qui, pour l'instant rameau encore frêle
poussant sur un mur, a grandi et quand a vec
son bois on fabrique un berceau. L 'enfant qui
y couchera le premier est destiné à passer de
la vie à trépas par l 'épée, puis viendra la
rédemption. »
Alors q u e le p i n d 'Attis figure l ' i m m o rtal ité, la
m o rt h iémale et l 'explosion des bou rgeons,
des feu i l l es et des c hants des feu i l l u s aux
pri ntemps trad u i t m i e u x cette alternance de
la m o rt et de vie. Comme l'écrivait e n 1 893
Anto i n e Béc h a m p « Rien n 'est la proie de la
mort, tout est la proie de la vie ».
Arbre b i sexué, arbre d e la vie et d e la m o rt,
arbre des d ieux, mais aussi arbre médiateur
entre l a terre et l e ciel, entre l ' h o m m e isolé
dont i l sou l i g n e la contingence et la natu re,
·. dont il est frag ment et u n ivers à la fois, arbre
de conte m plat i o n , de rêverie d ' i n t i m ité, de
compl i ce cos m i c ité, tu i mprègnes l ' h u man ité
à travers les continents et les m i l lé n a i res
comme po u r rappeler que la race h u ma i n e
est i s s u e d e s forêts .
._..,
:· On pou rrait évoq u e r aussi le rameau d'or, le
1
t g u i qui permit de tuer le beau Balder, la feu i l l e
de t i l l e u l de Siegfried, l 'arbre e t le cerc u e i l
d ' O s i r i s t e l q u e l e conte Plutarq ue, c e s bao­
babs o ù on enferme les morts, et en core bien
d'autres légendes et m ythes relatifs à l 'arbre,
sans parler de tout ce q u i concerne l a forêt et
les forêts.

Mais laissons la parole aux poètes :


<< Ombre retentissante en qui le même
azur
Qui t'emporte s 'apaise,
La noire mère astreint ce pied natal et pur
A qui la fange pèse. »
Paul Valéry, " Le Platane".

- << L 'arc-en-ciel a bu l'eau


If a bu toute l'eau
Le spectre multicolore
h u m a i n m éta m o r p h osé en p i n , ce n 'est l à Ygg d ras i l l , le frêne sacré scan d i nave, est Gonflé à mort
q u ' u n e des tentatives, si fréq u e n tes e n appelé e n al lemand le c h eval effrayant. Et l e A tué mon espoir.
m y t h o l o g i e , p o u r d o n n er a u x v i e i l l e s c h eval est soüvent appelé dans les légendes Et je demeure là, arbre sans sève,
c royan ces u n e phys i o n o m i e rat i o n a l i ste. Ce german i q ues "l 'arbre de mort". M a i s l e frêne sous le ciel désolé. »
qui d é m o ntre e n core q u e , p r i m itivement l e cosm i q u e est aussi la mère p réservatrice, Amadou ldé, "Cri i nachevé".
d i e u étai t u n arbre, c'est le m y t h e m ê m e d e s a porteuse de vie.
n a i ssance. Les arbres ont parlé et parlent encore à ceux
Zëckler dans Das Kreutz Christi ( 1 875) rel ève qui savent les entendre. L' heure n 'est-elle
Q u 'Attis, fils et amant d e la m è re Cybèle ou de n o m b reu ses peintures o ù l e C h r i st est pas ven u e de parler à h aute voix pour eux ?
Ag d i stis, soit u n homme tra n sformé e n pin ou crucifié sur un arbre de vie verdoyant portan t
l'esprit des arbres m étamorphosé e n beau des fru its et rappelle la légende selon
berger nous i m po rte peu ici. C'est bien p l utôt laquelle Seth plante sur l a tom be d'Ad a m , q u i .loanny GUILLARD
l e d o u b l e sens d e l'attach e m e n t du f i l s à la serait a u Golgotha, u n e bra n c h e de l'arbre d u
I ngénieur Général du G.R.E.F.
m è re, et d e l'amour i n cestu e u x d e cel l e - c i Parad is. Celle-ci devient l'arbre d e la v i e et
p o u r l e f i l s q u e C . J . J u n g l i e à l ' i m molation d e de la mort du Christ. Jésus rach ète a i n s i la
l a l i b i d o i ntell ectu elle. O n peut retro uver des faute d'Adam.
i nterprétat i o n s assez proches d u mythe
L'arbre est ainsi sou rce de vie, berceau et e n
d ' O s i r i s.
même t e m p s sym bole d e la m o rt, bois d e
Cependant, il est u n e a utre a m bivalen ce, torture e t de douleur.
aussi fréq u ente, celle d e l 'arbre d e v i e et d e Si l 'audace ctAdam de manger le fru it de l'ar­
m o rt. bre d ' Eden trad u i t la ruptu re d u tabou, l 'at-

Aménagement et Nature n ° 83 - 3 -

Vous aimerez peut-être aussi