Vous êtes sur la page 1sur 3

Regards croisés I – Travail, emploi et chômage

1.1 – Comment s’articulent marché du travail et


Acquis de première : salaire, marché, productivité, offre organisation dans la gestion de l’emploi ?
et demande, prix et quantité d’équilibre
Notions : Taux de salaire réel, coût salarial unitaire,
salaire minimum,
Fiche 212– Le modèle néo-classique, un modèle
éloigné de la réalité économique

Thème 2122– L’hétérogénéité du facteur travail


Une mise en situation

Objectifs :
 Distinction des différents contrats de travail
 Gestion de la main d’œuvre des entreprises

Un scénario économique pour appréhender la théorie

Hypothèses :
 une entreprise est implantée sur un marché de biens durables dont l’évolution de la demande est relativement
prévisible, exceptée les exportations qui peuvent être soumises aux aléas de la conjoncture internationale.
Cette entreprise pour réaliser sa production a besoin d’une main-d’œuvre performante et stable à laquelle elle
propose des rémunérations motivantes.
 deux types de candidats se présentent afin d’obtenir un emploi dans cette entreprise :
 des salariés ayant déjà une expérience professionnelle validée, qui ont obtenu une qualification
reconnue. Ils cherchent à quitter l’entreprise à laquelle ils appartenaient afin d’obtenir une
augmentation de leur rémunération
 des jeunes sans expérience, motivés qui sont prêts à accepter des conditions de salaire et de travail
moins attrayantes afin d’obtenir une première embauche

Etape 1 : L’entreprise connaît une forte progression de son carnet de commande. Elle est donc à la recherche de
nouveaux salariés afin de lui permettre de développer son activité.
Questions :
1. Si l’entreprise se situait sur le marché de concurrence pure et parfaite, quel type de salariés choisirait-elle
d’embaucher ? Justifiez votre réponse
En cpp, le salaire est fixé par le marché. L’entreprise ne peut l’influencer. Et tous les travailleurs sont identiques :
homogénéité du travail. Elle choisirait les salariés les moins expérimentés, car elle pourrait les payer à un niveau de
salaire faible.
2. Montrez qu’en réalité l’entreprise va rationnellement choisir d’embaucher un type de salariés qui correspond
mieux à ses attentes. Donnez-en les raisons
En réalité, elle va préférer des candidats expérimentés et qualifiés qu’elle pourra payer plus cher. Les raisons :
- Une production dont l’évolution est prévisible et qui est doit être de qualité
- Elle a besoin d’individus performants et de qualité : certes leur salaire est élevé, mais leur production est
supérieure en quantité et en qualité
3. Quel contrat propose l’entreprise à ces salariés ? Pourquoi ?
Des CDI pour les garder et conserver cette main d’œuvre compétente
4. Que devient alors le second type de salariés ? Quelles solutions s’offrent à eux afin d’obtenir un emploi ?
Ils ont du mal à trouver un emploi. La solution est alors d’accepter des emplois précaires et faiblement rémunérés dans
des entreprises plus petites

Etape 2 :

Hypothèse :
 le marché du travail se situe en sous-emploi durable : une phase de récession qui dure plus d’un an et qui
risque de se transformer en dépression.
 La grande entreprise confrontée à une concurrence très forte doit trouver des solutions afin d’améliorer sa
compétitivité prix. Pour cela elle va se concentrer sur son cœur de métier et elle va externaliser vers des sous-
traitants les tâches qui sont à la périphérie de son activité. Ainsi elle externaliser les tâches de nettoyage des
locaux, de traitement de la comptabilité, de service après-vente
Questions :
1. Quel sont les objectifs recherchés par l’entreprise quand elle met en œuvre sa stratégie
d’externalisation ?
Réduire les coûts de production : l’externalisation consiste à réaliser un contrat avec une entreprise qui s’occupe de
l’activité au lieu d’embaucher des salariés. Ces entreprises sous-traitantes sont de petite taille : les conditions de
travail/salaires sont moins bonnes que dans l’entreprise donneuse d’ordres. Les salariés ont des salaires plus faibles,
des contrats de travail plus précaires.
2. Comment évolue le nombre de salariés dans l’entreprise ? Qui sont les salariés touchés par
l’externalisation ?
Le nombre de salariés diminue. Les salariés touchés sont les moins qualifiés (nettoyage, traitement de la comptabilité)
ou dans des tâches considérées comme annexes : le service après –vente
3. Que deviennent les salariés touchés par l’externalisation ? Que deviennent leurs conditions de travail et
de rémunération
Ils vont être embauchés dans les entreprises sous-traitantes avec des salaires plus bas et des emplois précaires.

La confrontation à la réalité

Dans ce domaine, depuis la fin des années 70, le temps des firmes constituées chacune en un seul et unique marché
interne (au moins pour les plus grandes d’entre elles) semble révolu. « Ainsi, même dans le secteur le plus primaire
(marchés internes) des segments du marché du travail, on peut exhiber des différences justifiant une opposition entre
deux sous-secteurs, pour peu que l’on détaille les caractéristiques des emplois » (Glaude, 1986.p869). En clair, au
sein d’une même firme, des salariés appartiennent au marché externe et d’autres au marché interne. Cette évolution
correspond bien à une recherche de flexibilité externe, En effet, il s’agit de conserver un volant de salariés précaires
afin d’absorber les chocs conjoncturels. Parallèlement, des structures de petite taille appartiennent aussi au marché
externe pour la majorité de leurs salariés car elles n’ont pas un horizon suffisant pour proposer des plans de carrières.
L’externalisation de nombreuses fonctions par les grandes entreprises à partir des années 80 et le développement des
sociétés de services participerait aussi au développement du marché externe via des nouvelles formes de salariat (…)
Ainsi, se développe une population de précaires et la principale évolution qui explique les écarts entre flux et stock est
que cette population s’inscrit dans la précarité à long terme. Ceci traduit une évolution fondamentale de la partition
entre marché externe et marchés internes. Jusqu’aux années 80, le CDD restait, en effet, majoritairement un emploi de
passage vers le CDI. Si cela est toujours vrai pour les plus diplômés qui transitent par l’emploi non qualifié précaire
vers la qualification ou la stabilité (Beduwé, 2008), ce n’est plus le cas pour nombre de salariés (Amossé, 2003).
Le changement n’intervient donc pas tant dans l’ampleur que dans la nature des mobilités. Comme le souligne Friot
(2006), stabilité et insécurité vont paradoxalement de pair. Mais c’est au coeur des mobilités contraintes que se jouent
les inégalités. Ainsi, De Larquier et Rémillon (2006), observant les transitions sur une longue période à partir de
l’enquête « Histoire de vie », concluent à l’absence de tendance nette à l’augmentation des mobilités. En revanche,
elles soulignent l’indéniable hausse de l’insécurité sociale avec une polarisation accrue sur certains segments de la
main d’oeuvre
Source : [PDF] La segmentation actuelle du marché du travail est-elle ... - Cereq
Questions :
1. Explicitez les stratégies d’externalisation mises en œuvre par les entreprises
Les entreprises n’embauchent pas directement tous les salariés ; elles nouent des relations contractuelles avec des
entreprises qui s’occupent d’une partie des tâches de l’entreprise. 2 raisons :
- Se concentrer sur le cœur de métier et abandonner les tâches annexes
- Pour faire face à la fluctuation de la demande, garder un volant de salariés stables et un volant de salariés
précaires embauchés quand la demande augmente
2. Présentez les caractéristiques des 2 marchés du travail. Concernent-ils toujours des entreprises différentes ?
Marché interne : CDI, à temps plein, salaire élevés, entreprise de grande taille
Marché externe : CDD, temps partiel, salaire faibles, entreprise de petite taille
Le marché interne concerne surtout les petites entreprises ; mais les grandes entreprises développent aussi un
marché interne à côté du marché externe.
3. Quelles sont les caractéristiques des salariés des 2 marchés ?
Marché interne : qualifié/ Marché externe : peu qualifié
Grille d’autoévaluation

Critères de réussite A ECA NA


Maitrise des savoir - Marché primaire/secondaire
faire
- Stratégie d’externalisation des entreprises