Vous êtes sur la page 1sur 237

Conseil communautaire

5 FÉVRIER 2018
«Salon du Colisée, 1 rue d'Amsterdam, à Chalon-sur-Saône»

Ordre du jour

1 Secrétaire de séance - Désignation 1


Rapporteur : Monsieur le Président

2 Procès-verbal de la séance du 13 décembre 2017 - Adoption 2


Rapporteur : Monsieur le Président

3 Décisions et conventions prises par le Président du Grand Chalon - Liste 3


du 8 novembre 2017 au 22 janvier 2018
Rapporteur : Monsieur le Président

4 Entrée au capital de l'Agence Economique Régionale de Bourgogne- 12


Franche-Comté - Création et participation au Capital - Approbation des
statuts et désignation d'un représentant
Rapporteur : Monsieur Eric MICHOUX

5 Habitat - Programme Local de l’Habitat 2013/2018 - Réservation 35


d’agrément PSLA pour six logements situés sur la commune de Sevrey
appartenant à la SCIC Demeures de Saône
Rapporteur : Monsieur Landry LEONARD

6 Accessibilité - Rapport annuel de la Commission intercommunale pour 48


l'accessibilité - Années 2016 et 2017
Rapporteur : Madame Annie LOMBARD

7 Avenant à la convention régionale de cohésion sociale et urbaine entre le 90


Grand Chalon et la Région Bourgogne Franche-Comté - Approbation
Rapporteur : Madame Annie LOMBARD

8 Transports scolaires communaux - Conventions de délégation de 96


compétence - Participation du Grand Chalon
Rapporteur : Monsieur Eric MERMET

9 Conventions relatives aux conditions de financement des services de 125


transport des RPI de Marnay - Saint-Cyr - Gigny-sur-Saône et Granges -
La Charmée - Saint-Germain les Buxy
Rapporteur : Monsieur Eric MERMET

10 Prime d’aide à l’achat d’un Vélo à Assistance Electrique 136


Rapporteur : Monsieur Eric MERMET
11 Désaffectation en vue du déclassement des locaux de l’Espace Multi- 138
accueil Les Mésanges et de la micro-crèche Les Bambins à Chalon-sur-
Saône
Rapporteur : Monsieur Jean-Claude ROUSSEAU

12 ZAE SUCRERIE - Cession de deux bandes de terrain au profit de la SEM 142


Val de Bourgogne
Rapporteur : Monsieur Jean-Claude ROUSSEAU

13 Cession d'un appartement situé "Tour du Canal", 7 avenue Nicéphore 149


Nièpce à Chalon-sur-Saône.
Rapporteur : Monsieur Jean-Claude ROUSSEAU

14 Poursuite des études sur le forage du Nainglet - Convention de partenariat 153


avec le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM)
Rapporteur : Monsieur Francis DEBRAS

15 Conservatoire à Rayonnement Régional Danse, Musique et Théâtre - 184


Agrément d’établissement assurant la préparation à l'entrée dans les
établissements d'enseignement supérieur de la création artistique
Rapporteur : Madame Florence PLISSONNIER

16 Association "Givry Starlett Club" - Championnats du Monde de twirling 194


en Norvège - Demande de subvention exceptionnelle
Rapporteur : Madame Dominique MELIN

17 Dissolution du Syndicat Intercommunal d’Aménagement des Trois 196


Rivières du Chalonnais
Rapporteur : Monsieur le Président

18 Désignation des délégués du Grand Chalon au sein du Syndicat 198


Intercommunal d’Aménagement des Trois Rivières du Chalonnais
Rapporteur : Monsieur le Président

19 Désignation des délégués du Grand Chalon au sein du Syndicat 200


intercommunal d’aménagement du bassin de la Grosne, du Syndicat mixte
d’aménagement de la Dheune et du Syndicat mixte d’aménagement des
affluents rive gauche de la Dheune
Rapporteur : Monsieur le Président

20 Extension du périmètre du Grand Chalon - Transferts de compétences - 203


Attributions de Compensation (AC) - Montants définitifs
Rapporteur : Monsieur Jean-Claude ROUSSEAU

21 Rapport d'Orientations Budgétaires 2018 207


Rapporteur : Monsieur Jean-Claude ROUSSEAU
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

N° de l'ordre du jour : 1
Rapporteur : Monsieur le Président

Secrétaire de séance - Désignation

EXPOSE

Par renvoi de l’article L5211-1 et L5211-2 du Code Général des Collectivités Territoriales les
dispositions de ce même code relatives au fonctionnement du Conseil municipal, ainsi qu’aux
dispositions relatives au maire et aux adjoints sont applicables aux Etablissements Publics de
Coopération Intercommunale, au Président et aux membres du bureau.

Conformément à l’article L2121-15 du Code Général des Collectivités Territoriales, il convient lors
de la tenue de la séance du Conseil communautaire de désigner un secrétaire de séance.

A cet effet, il est proposé aux Conseillers communautaires, en application de l’article L2121-21 du
Code Général des Collectivités Territoriales, de ne pas avoir recours au vote à scrutin secret pour
désigner le secrétaire de séance. Cette décision de ne pas recourir au vote à scrutin secret doit être
prise à l’unanimité.

DECISION

Cadre juridique :

Vu les articles L5211-1, L2121-15 et L2121-21 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 De ne pas avoir recours au vote à scrutin secret ;


 De désigner …………………… comme secrétaire de séance.

1
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

N° de l'ordre du jour : 2
Rapporteur : Monsieur le Président

Procès-verbal de la séance du 13 décembre 2017 - Adoption

EXPOSE

Rappel du contexte :

Il est demandé au Conseil communautaire d’approuver le procès-verbal de la séance du 13


décembre 2017.

DECISION

Cadre juridique :

Vu les articles L5211-1 et L2121-23 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver le procès-verbal de la séance du 13 décembre 2017.

2
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

N° de l'ordre du jour : 3
Rapporteur : Monsieur le Président

Décisions et conventions prises par le Président du Grand


Chalon - Liste du 8 novembre 2017 au 22 janvier 2018

EXPOSE

Conformément à l’article L5211-10 du Code Général des Collectivités Territoriales, le Président du


Grand Chalon rend compte au Conseil communautaire des décisions prises en vertu de ses
délégations.

Décision n° DA2017/245 du 30 novembre 2017


Marché relatif à l'installation, la location, l'exploitation, la gestion, la sonorisation, la mise en
lumière, le gardiennage et la sécurité d'une patinoire temporaire installée sur la commune de
Chalon-sur-Saône, dans le cadre des Festivités de Noël 2017 conclu avec la société SYNERGLACE
pour un montant global et forfaitaire de 60 972,25 € HT soit 73 166,70 € TTC.

Décision n° DA2017/246 du 30 novembre 2017


Réalisation d'un prêt de 600 000 € contracté auprès de la Caisse Régionale de Crédit Agricole
Mutuel Centre Est pour le financement des investissements 2017 du budget annexe Eau.

Décision n° DA2017/247 du 01 décembre 2017


Convention de financement avec les Voies Navigables de France - Réfection de la voie bleue à
Gergy : Sollicitation financière aux travaux de réparation des berges de la Saône à Raconnay
(Gergy) à hauteur de 10 000 €.

Décision n° DA2017/248 du 04 décembre 2017


Marché relatif à la création d'un logo et de la découpe du réseau de transports urbains du Grand
Chalon conclu avec la société GRAPHIBUS pour un montant après négociation de 11 300 € HT
soit 15 560 € TTC.

Décision n° DA2017/249 du 04 décembre 2017


Convention de partenariat avec le Directeur Académique des Services Départementaux de
l'Education Nationale de Saône-et-Loire (DASEN) pour la mise en place dans le cadre d'un projet
"Tous Artistes - Tous spectateurs" d'un atelier "de la représentation sonore au rythme corporel" en
direction des enfants malentendants de l'école primaire Louis Léchère de Chalon-sur-Saône sur le
temps scolaire pour l'année 2017-2018.

3
Décision n° DA2017/250 du 04 décembre 2017
Réalisation d'un prêt de 500 000 € contracté auprès de la Caisse d'Epargne et de Prévoyance de
Bourgogne Franche-Comté pour le financement global des investissements 2017 du budget annexe
Assainissement.

Décision n° DA2017/251 du 04 décembre 2017


Réalisation d'un prêt de 2 400 000 € contracté auprès de la Caisse d'Epargne et de Prévoyance de
Bourgogne Franche-Comté pour le financement global des investissements 2017 du budget
principal.

Décision n° DA2017/252 du 05 décembre 2017


Mise à disposition de l'Espace Nautique au bénéfice du Cercle Nautique Chalonnais de lignes d'eau
pour la pratique de son activité pour une durée d'un an à compter du 07 septembre 2017 à titre
gracieux.

Décision n° DA2017/253 du 05 décembre 2017


Mise à disposition de l'Espace Nautique au bénéfice de l'Association du Chalon-sur-Saône Canoë
Kayak de lignes d'eau pour la pratique de son activité pour une durée d'un an à compter du 07
septembre 2017 à titre gracieux.

Décision n° DA2017/254 du 06 décembre 2017


Convention d'occupation précaire dérogatoire au statut du fermage avec l' EARL DU PRE
représenté par Monsieur LOUDOT Yoann - exploitant agricole à Varennes-Le-Grand sur des
parcelles situées à Varennes-Le-Grand (Sud des Mouilles) appartenant au Grand Chalon à compter
du 1er janvier 2018, pour un loyer annuel de 293,47 €.

Décision n° DA2017/255 du 07 décembre 2017


Marché relatif à des insertions publicitaires du Grand Chalon sur le support Ecodocs71 et la
souscription de 10 abonnements de ce magazine d'informations légales et économiques conclu avec
ECODOCS71 pour des insertions publicitaires du Grand Chalon, 4 fois dans l'année, pour un
montant de 732 € HT soit 878,40 € TTC.

Décision n° DA2017/256 du 23 novembre 2017


Contrat de cession de droit d'exploitation du spectacle intitulé "LILY l'INSOMNIE" pour les
représentations du 16 décembre 2017 à 9 h 30 et 10 h 45 à la salle des fêtes de la Charmée conclu
avec l'association "Les Enclumés" rue Fusée, cidex 164, Chalencey - 71490 COUCHES pour un
montant de 800 € (association non assujettie à la TVA).

Décision n° DA2017/257 du 08 décembre 2017


Sollicitation de subvention auprès de l'Agence de l'Eau Rhône Méditerranée Corse pour la poursuite
des investigations sur le forage de Nainglet, éligible à 258 000 €.

Décision n° DA2017/258 du 08 décembre 2017


Convention signée avec l'EPCC Espace des Arts en vue de la mise à disposition de l'auditorium et
du studio de danse du Conservatoire à Rayonnement Régional de Danse Musique et Théâtre, les
vendredi 17 novembre et mercredi 22 novembre 2017 pour l'organisation de quatre spectacles
chorégraphiques dans le cadre du Festival Instances 2017, à titre gracieux.

Décision n° DA2017/259 du 07 décembre 2017


Réalisation d'un prêt de 248 000 € contracté auprès de la Banque Populaire Bourgogne Franche
Comté pour le financement global des investissements 2017 du budget Annexe Transports Urbains
(Annule et remplace la décision DA 2017/242 du 23 novembre 2017).

4
Décision n° DA2017/260 du 11 décembre 2017
Marché relatif à l'achat d'une scène mobile non couverte conclu avec la société Samia DEVIANNE
pour un montant global et forfaitaire de 16 930 € HT soit 20 316 € TTC.

Décision n° DA2017/261 du 06 décembre 2017


Suppression régie d'avances : il est mis fin à la régie d'avances à l'Espace Multi-Accueil Gribouille
Patouille, nouvellement dénommé « les P’tits Bouchons ».

Décision n° DA2017/262 du 06 décembre 2017


Création d'une régie d'avances : il est institué une régie d'avances à l'Espace Multi-Accueil
Aquarelle.

Décision n° DA2017/263 du 11 décembre 2017


Contrat signé avec "l'association du Hajeton" pour l'organisation du concert "Bruno Ruder Quintet
invite Billy Hart" à l'Auditorium du CRR, le mardi 05 décembre 2017, pour un montant de 3 209,50
€ TTC.

Décision n° DA2017/264 du 11 décembre 2017


Contrat signé avec "L'ARC" et "SPIRITO" pour l'organisation d'un concert "Un requiem
Imaginaire" le samedi 20 janvier 2018 à l'ARC - scène nationale du Creusot, pour un montant de
1582,50 € TTC.

Décision n° DA2017/265 du 12 décembre 2017


Réalisation d'un prêt de 3 700 000 € contracté auprès du Crédit Coopératif pour le financement
global des investissements 2017 du budget principal (Annule et remplace la décision DA2017/241
du 23 novembre 2017).

Décision n° DA2017/266 du 13 décembre 2017


Mise à disposition du Colisée le samedi 20 janvier 2018 et dimanche 21 janvier 2018 au bénéfice de
l'Association "Eveil de Chalon-sur-Saône" pour l'organisation de son Gala annuel, à titre gracieux.

Décision n° DA2017/267 du 14 décembre 2017


Avenant n° 1 au marché relatif à la réfection de la passerelle du Colisée à Chalon-sur-Saône - Lot n°
2 conclu avec la société EIFFAGE GENIE CIVIL - Agence TEGC - 71210 MONTCHANIN.
Cet avenant représente une augmentation de 1 100 € HT soit 1 320 € TTC. Le nouveau montant du
marché est fixé à 37 080 € HT soit 44 496 € TTC, ce qui représente une augmentation de 3,06 % par
rapport au montant initial du marché.

Décision n° DA2017/268 du 15 décembre 2017


Demande de subvention 2018 à la Direction régionale des Affaires Culturelles de Bourgogne
Franche-Comté, pour le projet de restauration de la mosaïque murale du patio de l'Espace des Arts à
hauteur de 120 000 € soit 30 % du coût prévisionnel.

Décision n° DA2017/269 du 19 décembre 2017


Marché relatif à une prestation de nettoyage des locaux de la Micro-Crèche de Saint-Léger-sur-
Dheune conclu avec la société L'ECLAT DU MORVAN pour un montant global et forfaitaire de
8622 € soit 10 346,40 € TTC par an.

Décision n° DA2017/270 du 14 décembre 2017


Suppression de la partie "recettes" de la régie de recettes et d'avances : il est mis fin à la régie de
recettes à l'Espace Multi-Accueil Arc-en-Ciel.

5
Décision n° DA2017/271 du 14 décembre 2017
Modification du montant de l'avance de la régie d'avances de l'Espace Multi Accueil Arc-en-Ciel.

Décision n° DA2017/272 du 26 décembre 2017


Financement code de la route à une bénéficiaire du PLIE, dans le cadre de son parcours d'insertion
professionnelle. Un financement est accordé à hauteur de 300,00 € pour les frais de la formation
code de la route.

Décision n° DA2017/273 du 26 décembre 2017


Marché relatif à l'installation d'une climatisation à détente directe dans les vestiaires professionnels
du Colisée avec la société BADET SAS pour un montant global et forfaitaire de 18 777,30 € HT
soit 22 532,76 € TTC.

Décision n° DA2017/274 du 26 décembre 2017


Contrat d'assistance technique pour l'exploitation des installations d'assainissement collectif des
communes de Chamilly, Chassey-le-Camp, Saint-Bérain-sur-Dheune, Saint-Sernin-du-Plain et
Sampigny-Les-Maranges conclu avec la société VEOLIA EAU pour un montant de 24 996,00 € HT
soit 27 495,60 € TTC pour l'année 2018.

Décision n° DA2017/275 du 26 décembre 2017


Contrat d'assistance technique pour l'exploitation des installations d'assainissement collectif des
communes de Aluze, Bouzeron, Charrecey, Cheilly les Maranges, Dennevy, Saint-Gilles, Saint-
Léger-sur-Dheune et Remigny conclu avec la société VEOLIA EAU pour un montant
de 26 980,00 € HT soit 29 678,00 € TTC pour la période du 1er mars au 31 décembre 2017 et
de 43 200,00 € HT soit 47 520,00 € TTC sur l'année complète 2018.

Décision n° DA2017/276 du 28 décembre 2017


Marché relatif à l'étude de structuration des services publics d'eau potable et d'assainissement du
Grand Chalon avec la société ESPELIA pour un montant global et forfaitaire de 44 120,00 € HT
soit 52 944,00 € TTC.

Décision n° DA2017/277 du 27 décembre 2017


Suppression d'une régie de recettes et d'avances : Il est mis fin à la régie de recettes et d'avances à
l'Espace Multi Accueil les Mésanges.

Décision n° DA2017/278 du 27 décembre 2017


Suppression de la régie de recettes et d'avances : Il est mis fin à la régie de recettes et d'avances à
l'Espace Multi Accueil Jean Moulin.

Décision n° DA2017/279 du 27 décembre 2017


Espace multi accueil Louise Michel à Saint-Marcel. Modification du montant de l'avance de la régie
d'avances. Le montant maximum de l'avance à consentir au régisseur est fixé à cent euros (100 €).

Décision n° DA2017/280 du 27 décembre 2017


Halte Garderie du Parc. Suppression de la partie "recettes" de la régie de recettes et d'avances.

Décision n° DA2017/281 du 27 décembre 2017


Il est mis fin à la régie de recettes et d'avances à l'Espace Multi Accueil l'Hirondelle.

Décision n° DA2017/282 du 29 décembre 2017

6
Marché relatif à la maintenance du progiciel GRH 2018 SEDIT avec la société BERGER-
LEVRAULT du 01/01/2018 au 31/12/2020. Le présent marché est décomposé comme suit :
Maintenance du progiciel : le montant annuel forfaitaire est de 5 425,56 € HT soit 6 510,67 € TTC.
Pour la partie à bons de commande : accord cadre sans montant minimum et le montant maximum
s'élève à 25 200 € HT sur la durée du marché.

Décision n° DA2017/283 du 29 décembre 2017


Marché relatif à la maintenance des climatiseurs et de l'onduleur des baies informatiques avec la
société SCHNEIDER ELECTRIC IT France pour un montant annuel global et forfaitaire
de 6 374,49 € HT soit 7 649,39 € TTC. Le marché s'exécutera à compter de sa date de notification
et pour une durée d'un an, renouvelable deux fois un an par reconduction tacite.

Décision n° DA2017/284 du 29 décembre 2017


Marché relatif à la maintenance du logiciel TICKBOSS avec la société ART'TICK pour un montant
annuel global et forfaitaire de 300,00 € HT soit 360,00 € TTC. Le marché débutera le 01/01/2018
pour une période d'un an, renouvelable deux fois un an par reconduction tacite.

Décision n° DA2017/285 du 29 décembre 2017


Marché relatif à la maintenance du logiciel Logisoft Sécurité (SAM) avec la société SCMS Europe
pour un montant annuel global et forfaitaire de 612,00 € HT soit 734,40 € TTC. Le marché débutera
le 01/01/2018 pour une période d'un an, renouvelable quatre fois un an par reconduction tacite.

Décision n° DA2017/286 du 29 décembre 2017


Marché relatif à la maintenance et l'hébergement de l'application iMuse avec la société SAIGA pour
un montant annuel global et forfaitaire de 975,00 € HT soit 1 170,00 € TTC pour la maintenance, et
de 1 440,00 € HT soit 1 728,00 € TTC pour l'hébergement. Le marché débute le 05/09
jusqu'au 31/12/2017, renouvelable quatre fois un an par reconduction tacite.

Décision n° DA2018/001 du 03 janvier 2018


Avenant n°1 au marché relatif à l'installation, location, exploitation, gestion, sonorisation, mise en
lumière, gardiennage et sécurité d'une patinoire temporaire Grand Chalon installée sur la commune
de Chalon-sur-Saône dans le cadre des festivités de Noël 2017 conclu avec la société
SYNERGLACE dont le montant initial était de 60 972,25 € HT soit 73 166,70 € TTC. Cet avenant
a pour objet d'apporter les modifications suivantes :
- la durée d'exploitation de la patinoire est prolongée jusqu'au 07/01/2018 à 18 h 00.
Le démontage devra être impérativement terminé pour le 11/01/2018 à 20 h 00.
L'avenant n'a aucune incidence financière.

Décision n° DA2018/002 du 19 décembre 2017


Marché relatif à la réalisation de prestations de propreté de locaux et de surfaces et fournitures
associées conclu avec l'UGAP pour un montant forfaitaire annuel de 23 540,60 € HT
soit 28 248,71 € TTC.

Décision n° DA2018/003 du 05 janvier 2018


Convention signée avec la Maison d'Enfants La Roche Fleurie afin de définir les modalités d'accueil
et de mise en œuvre de "séances découverte d'une activité musique, chant" au Conservatoire du
Grand Chalon à destination des enfants de l'Association pour l'année scolaire 2017-2018.

Décision n° DA2018/004 du 09 janvier 2018


Avenant n° 1 de transfert relatif au marché de service de transport régulier routier avec la société
Transdev Rapides de Saône-et-Loire. Cet avenant a pour objet d'apporter les modifications
suivantes : - transfert partiel du lot 21, circuit 20311 "Cheilly les Maranges - Chalon-sur-Saône"

7
pour un montant annuel de 46 383,60 € soit 51 021,96 € TTC, du Département de Saône-et-Loire au
Grand Chalon.

Décision n° DA2018/005 du 09 janvier 2018


Avenant n° 1 relatif au marché de maîtrise d'œuvre pour la réalisation de la déchetterie Ouest Grand
Chalon conclu avec le groupement SETEC/ARCHITECTES STUDIO. Cet avenant représente une
augmentation de 7 360 € HT soit 8 832 € TTC. Le nouveau montant du marché est ainsi porté
à 70 695 € HT soit 84 834 € TTC, ce qui représente une augmentation de 11,6 % par rapport au
montant initial du marché.

Décision n° DA2018/006 du 09 janvier 2018


Marché relatif à une mission de maîtrise d'œuvre pour l'aménagement d'un itinéraire cyclable reliant
la commune de LUX aux rives de Saône conclu avec la société 2AGE CONSEILS 71100 LUX,
pour un montant provisoire d'honoraires de 8 150 € HT soit 9 780 € TTC.

Décision n° DA2018/007 du 08 janvier 2018


Convention signée avec la commune de Saint-Marcel concernant le prêt des locaux de la
Ludothèque pour une durée de 4 séances de 1 h 00, à titre gracieux, dans le cadre d’une animation
« Ludothèque » pour les enfants fréquentant l’Atelier d’Eveil La Coccinelle.

Décision n° DA2018/008 du 08 novembre 2017


Convention signée avec la commune de Saint-Marcel concernant le prêt des locaux de la
Ludothèque pour une durée de 10 séances de 2 h 15, à titre gracieux, dans le cadre d’une animation
« Ludothèque » pour les enfants fréquentant le RAM de Saint Marcel.

Décision n° DA2018/009 du 08 novembre 2017


Convention signée avec la commune de Saint-Marcel concernant le prêt des locaux de la
Ludothèque pour une durée de 8 h 00, à titre gracieux, dans le cadre d’une animation
« Ludothèque » pour les enfants fréquentant l’EMA Louise Michel.

Décision n° DA2018/010 du 08 décembre 2017


Convention signée avec la commune de Demigny concernant le prêt de la salle E. Guimet pour une
durée de 1 jour, à titre gracieux, dans le cadre de l’activité « Eveil Musical » par le RAM de
Fontaines, Farges, Demigny et Rully le 14 novembre 2017.

Décision n° DA2018/011 du 08 décembre 2017


Convention signée avec la commune de Demigny concernant le prêt de la salle E. Guimet pour une
durée de 1 jour, à titre gracieux, dans le cadre de l’activité « Eveil Musical » par le RAM de
Fontaines, Farges, Demigny et Rully le 21 novembre 2017.

Décision n° DA2018/012 du 10 janvier 2018


Mise à disposition du Colisée au bénéfice de l'Association Sportive de l'Université de Bourgogne-
Chalon pour l'organisation d'un tournoi de basket le jeudi 1er février 2018, à titre gracieux.

Décision n° DA2018/013 du 15 janvier 2018


Marché relatif à la maintenance et l'hébergement du logiciel DOMINO WEB en mode SAS, la
maintenance du logiciel TACTILO et matériel de pointage conclu avec la société ABELIUM
COLLECTIVITES - 4 rue du Clos de l'Ouche - 35730 PLEURTUIT, du 01/01 au 31/12/2018,
renouvelable par tacite reconduction deux fois pour une année, soit jusqu'au 31/12/2020.
Le présent marché est décomposé comme suit :
- Maintenance et hébergement du logiciel DOMINO WEB : le montant annuel forfaitaire est
de 30 304,28 € HT soit 36 524,74 € TTC

8
- Maintenance du logiciel TACTILO et matériel de pointage : le montant annuel et forfaitaire est
de 3 304,20 € HT soit 3 965,04 € TTC.

Décision n° DA2018/015 du 09 janvier 2018


Convention de financement avec la Région Bourgogne Franche-Comté pour participer
financièrement à l'acquisition de vélos cargo à hauteur de 3 486,25 € HT.

Décision n° DA2018/016 du 15 janvier 2018


Mise à disposition du gymnase du Colisée au bénéfice de l'Association Chalon-sur-Saône
Badminton Club pour l'organisation du "Tournoi Départemental", à titre gracieux.

Décision n° DA2018/017 du 16 janvier 2018


Avenant n° 1 au marché relatif à la réhabilitation des berges de Saône, Commune de Gergy, conclu
avec la société EUROVIA BOURGOGNE - 71105 CHALON-SUR-SAONE Cedex. Cet avenant
représente une augmentation de 541 € HT soit 649,20 € TTC.
Le nouveau montant du marché est fixé à 12 070,44 € HT soit 14 484,53 € TTC, ce qui représente
une augmentation de 4,69 % par rapport au montant initial.

Décision n° DA2018/018 du 16 janvier 2018


Marché relatif à la mission de contrôle technique sur le projet de restructuration de l'Espace Multi-
Accueil du Lac et sa fusion avec l'Espace Multi-Accueil Arc-en-Ciel conclu avec la société
BUREAU ALPES CONTRÔLE - Parc Valmy - 8 rue Jeanne Barret -21000 DIJON pour un montant
global et forfaitaire de 8 550 € HT soit 10 260 € TTC.

Décision n° DA2018/019 du 17 janvier 2018


Ouverture d'une ligne de crédit de trésorerie interactive 2018-2019 de 1 000 000 €, auprès de la
Caisse d'Epargne et de Prévoyance de Bourgogne Franche-Comté sur le budget annexe
Assainissement.

Décision n° DA2018/020 du 17 janvier 2018


Ouverture d'une ligne de crédit de trésorerie interactive 2018-2019 de 1 000 000 €, auprès de la
Caisse d'Epargne et de Prévoyance de Bourgogne Franche-Comté sur le budget annexe Eau.

Décision n° DA2018/021 du 18 janvier 2018


Marché relatif à la création d'un logo et de la découpe du réseau de transports urbains du Grand
Chalon (annule et remplace la décision n° DA2017/248) conclu avec la société GRAPHIBUS pour
un montant après négociation de 11 300 € € HT soit 13 560 € TTC.

Décision n° DA2018/022 du 19 janvier 2018


Prorogation de la convention de mise à disposition des biens "Nicéphore Labs" - immobilier,
équipements mobiliers et matériels - à la SEM Nicéphore Cité jusqu'au 31 décembre 2018.
Signature de l'avenant n° 3 à la convention administrative de mise à disposition des biens "
Nicéphore Labs" à la SEM Nicéphore Cité.

Décision n° DA2018/023 du 19 janvier 2018


Mise à disposition du Colisée au bénéfice du Comité des Fêtes pour l'organisation du
Carnaband'Show le samedi 24 février 2018, à titre gracieux.

Décision n° DA2018/024 du 22 janvier 2018


Contrat de co-réalisation de deux représentations artistiques "P'tit bonhomme de Chemin" à Saint-
Rémy le 16 janvier 2018 et à Champforgeuil le 17 janvier 2018 conclu entre la commune de Saint-
Marcel, le Réservoir et le Grand Chalon, pour un montant de 1 560 €.

9
DMA2017/057 du 19 décembre 2017
Avenant n°1 au marché relatif à la fourniture, installation et maintenance d’équipements
multimédias pour les groupes scolaires élémentaires publics du Grand Chalon :
- Lot n°1 : dispositifs de vidéo projection interactive conclu avec la société DISTRI-MATIC.
Cet avenant représente une augmentation de 33 333 € HT soit 40 000 € TTC.
Le nouveau montant maximum du marché est ainsi porté à 241 666 € HT soit 290 000 € TTC, ce
qui représente une augmentation de 16 % par rapport au montant maximum initial du marché.

DMA2017/060 du 28 novembre 2017


Marché relatif à la fourniture d'un poids lourd 16 tonnes équipé d'une tribenne conclu avec la
société BASSIGNY POIDS LOURD pour un montant global et forfaitaire de 102 170 € HT
soit 122 604 € TTC.

DMA2017/062 du 5 décembre 2017


Marché relatif à la fourniture et pose de systèmes de visiophonie dans les bâtiments de la Petite
Enfance du Grand Chalon conclu avec la société SOCHALEG pour un montant de devis cadre de
40 272,66 € HT soit 48 327,19 € TTC.

DMA2017/063 du 30 novembre 2017


Marché relatif à la mission de maîtrise d’œuvre pour la restructuration de l’Espace Multi-Accueil du
Lac et sa fusion avec l’Espace Multi-Accueil Arc en Ciel conclu avec le groupement d'entreprises
TOPOIEIN STUDIO/Climat Sanit Ingenierie/CD2L/Pierre CESSOT/ACOUSTIQUE France/FD
COORDINATION - 38 42 rue des Godrans - 21000 DIJON pour un montant global et forfaitaire
après négociation de 157 850 € HT soit 189 420 € TTC.

DMA2017/064 du 18 décembre 2017


Marché passé selon la procédure d'appel d'offres ouvert relatif au tri et conditionnement des
matières issues des collectes sélectives conclu avec la société Etablissements DESPLATS (groupe
PAPREC) pour un montant de devis cadre de 440 932,50 € HT soit 485 025,75 € TTC.
DMA2017/065 du 30 novembre 2017
(Annule et remplace la décision n° DMA2017-063) Marché relatif à la mission de maîtrise d’œuvre
pour la restructuration de l’Espace Multi-Accueil du Lac et sa fusion avec l’Espace Multi-Accueil
Arc en Ciel conclu avec le groupement d'entreprises TOPOIEIN STUDIO/Climat Sanit
Ingenierie/CD2L/Pierre CESSOT/ACOUSTIQUE France/FD COORDINATION - 38 42 rue des
Godrans - 21000 DIJON pour un montant global et forfaitaire après négociation de 157 850 € HT
soit 188 420 € TTC.

DMA2017/066 du 12 janvier 2018


Marché relatif à la rénovation de la climatisation, du plafond et de l'éclairage du Pôle
Environnement :
- Lot n° 1 climatisation conclu avec SIX M ENERGIE pour un montant global et forfaitaire
de 59 220,74 € HT soit 71 064,89 € TTC.
- Lot n°2 : faux-plafonds conclu avec ISOPLAC pour un montant global et forfaitaire
de 7 223,70 € HT soit 8 668,44 € TTC.
- Lot n° 3 : électricité conclu avec COMALEC pour un montant global et forfaitaire
de 8 325,19 € HT soit 9 990,23 € TTC.

DMA2017/067 du 20 décembre 2017

10
Marché relatif à la réhabilitation et construction d’un bâtiment en vue d’accueillir une crèche, un
relais d’assistants maternels, des locaux associatifs et des locaux destinés au service espaces verts
de la Ville de Chalon-sur-Saône.
Un avenant n° 2 au lot 5 : gros œuvre conclu avec l'entreprise DBTP. Cet avenant représente une
augmentation de 8 949,30 € HT soit 10 739,16 € TTC. Le nouveau montant du marché est ainsi
porté à 640 463,30 € HT soit 779 355,96 € TTC, ce qui, en cumul avec l'avenant n°1, représente une
augmentation de 4,75 % par rapport au montant initial du marché.
Un avenant n°1 au lot 8 : couverture-zinguerie , conclu avec l'entreprise VERCELLI. Cet avenant
représente une augmentation de 8 570,10 € HT soit 10 284,12 € TTC. Le nouveau montant du
marché est ainsi porté à 46 570,10 € HT soit 55 884,12 € TTC, ce qui représente une augmentation
de 22,55 % par rapport au montant initial.

DMA2017/068 du 15 janvier 2018


Avenant n°1 au marché relatif aux travaux sur les réseaux d'eau potable et d'assainissement conclu
avec le groupement DBTP/GUINOT/EHTP. L'avenant n'a pas d'incidence financière directe.

Convention n°17A209
Contrat de location du Grand Salon du Colisée et du Hall d'accueil pour le Conseil communautaire
du 05 février 2018 pour un montant de 276 € TTC.

Convention n 17A212
Contrat de location du Grand Salon du Colisée et du Hall d'accueil pour le Conseil communautaire
du 29 mars 2018 pour un montant de 276 € TTC.

DECISION

Cadre juridique :

Vu l’article L5211-10 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu la délibération n°2015-10-4-1 du Conseil communautaire en date du 8 octobre 2015 portant


délégation d’attributions au Président,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 De prendre acte des décisions ci-dessus énoncées.

11
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

MISSION DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE - ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR -


DÉVELOPPEMENT NUMÉRIQUE - EMPLOI

N° de l'ordre du jour : 4
Rapporteur : Monsieur Eric MICHOUX

Entrée au capital de l'Agence Economique Régionale de


Bourgogne-Franche-Comté - Création et participation au
Capital - Approbation des statuts et désignation d'un
représentant

EXPOSE

Rappel du contexte :

Les deux régions Bourgogne et Franche-Comté possédaient chacune une agence économique,
l’ARDIE pour la Région Bourgogne sous forme d’association et l’ARD BFC pour la Région
Franche-Comté, sous forme de Société Publique Locale (SPL).
Lors de la création de la région Bourgogne Franche-Comté, il a été décidé de ne conserver qu’une
seule agence économique régionale sur le territoire de la nouvelle région, en maintenant une offre
de service de qualité aux territoires et aux entreprises.

La Société Publique Locale « Agence Economique Régionale de Bourgogne-Franche-Comté (AER


BFC) » est donc issue du rapprochement de l’association ARDIE Bourgogne et de la SPL ARD
Franche-Comté. Cette fusion s’est officiellement opérée au 1er octobre 2017.

Conformément aux orientations du Schéma Régional de Développement Economique d’Innovation


et d’Internationalisation (SRDEII), l’AER BFC a pour objet d’accompagner le développement
économique du territoire régional. Les missions sont les suivantes :

- Promouvoir la nouvelle identité régionale et favoriser l’implantation d’activités


économiques nouvelles ;
- Etre le relais de la région pour l’animation de l’écosystème régional du développement
économique et de l’innovation ;
- Contribuer et valoriser le développement des filières structurées ou en émergence ;
- Assurer un service d’ingénierie économique territoriale destiné à répondre aux besoins
des EPCI ;
- Mettre en place un pôle de développeurs en complémentarité avec les acteurs déjà
présents sur les territoires.

12
L’AER BFC constitue également un outil partagé avec les territoires, notamment dans le cadre de la
mise en œuvre des évolutions de compétences issues de la loi NOTRe.

Les missions de l’AER BFC sont divisées en cinq pôles :

- le pôle développement et prospection par filière,


- le pôle appui aux territoires,
- le pôle innovation,
- le pôle promotion et attractivité du territoire,
- le pôle ressources.

Le Grand Chalon dans le cadre de son axe stratégique sur le développement économique, pourra
ainsi faire appel aux compétences traduites à travers deux pôles de l’AER BFC. Le pôle promotion
et attractivité du territoire, et notamment le pôle prospection dans le cadre de participation à des
salons.

Description du dispositif proposé :

La société est dénommée : « Agence Economique Régionale de Bourgogne-Franche-Comté ». Elle


a pour sigle : « AER BFC ».

La société exercera ses activités pour le compte exclusif de ses actionnaires et sur leur territoire.

Le siège de la société est fixé 3, rue Victor Sellier – 25000 BESANCON.

A ce jour, le capital est de 250 000 € réparti en 50 actions d’une valeur nominale de 5 000 €
chacune. La totalité du capital social doit appartenir à au moins deux collectivités territoriales et/ou
groupements de collectivités territoriales actionnaires.
Le capital social est donc à ce jour réparti comme suit :
- Région Bourgogne-Franche-Comté : 40 actions ;
- Autres actionnaires : une action par Etablissement Public de Coopération
Intercommunale (EPCI) ou collectivité territoriale.

La Région Bourgogne-Franche-Comté, qui est actionnaire majoritaire de la Société Publique Locale


AER BFC, propose au Grand Chalon de participer à la construction de la nouvelle agence, en
intégrant son capital et donc sa gouvernance qui regroupe l’ensemble des EPCI actionnaires, en
souscrivant une action de la SPL pour un montant de 5 000 €.

La société est administrée par un conseil d’administration. Celui-ci est composé exclusivement de
représentants des collectivités territoriales et des groupements de collectivités territoriales
actionnaires.

L’assemblée spéciale est constituée des élus des EPCI actionnaires. Elle désigne parmi ces élus les
représentants communs qui siègeront au conseil d’administration.

Le nombre de sièges au conseil d’administration à la constitution est fixé à quinze, répartis de la


façon suivante, entre les actionnaires de la société :
- dix sièges pour la Région Bourgogne-Franche-Comté,
- cinq sièges pour les représentants de l’assemblée spéciale (EPCI),
- huit censeurs issus du monde économique (entreprises, CCIR BFC, BPI France…).

13
Ainsi, un représentant du Grand Chalon appelé à siéger au sein de l’Assemblée Spéciale de l’AER
doit être désigné par le Conseil communautaire.

Conformément à l’article L2121-21 du Code Général des Collectivités Territoriales, il convient de


procéder au vote à scrutin secret, à la majorité absolue, mais le Conseil communautaire peut décider
à l’unanimité de ne pas procéder au scrutin secret.

DECISION

Cadre juridique :

Vu les statuts du Grand Chalon,

Vu les articles L1531-1 et L2121-21 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu les statuts joints en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver la participation du Grand Chalon au capital de la SPL « Agence Economique


Régionale Bourgogne-Franche-Comté », à hauteur de 5 000 € ;
 D’approuver les statuts de l’AER BFC joints en annexe de la délibération et autorise
Monsieur le Président à les signer ;
 De décider à l’unanimité de ne pas recourir au vote à scrutin secret pour désigner le
représentant du Grand Chalon ;
 De désigner son représentant appelé à siéger au sein de l’Assemblée Spéciale de l’AER
BFC ;
 D’autoriser Monsieur le Président ou son représentant à signer tout acte nécessaire et
d’accomplir les formalités.

14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

DÉLÉGATION AU DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE


DIRECTION DE L'HABITAT ET DU FONCIER

N° de l'ordre du jour : 5
Rapporteur : Monsieur Landry LEONARD

Habitat - Programme Local de l’Habitat 2013/2018 -


Réservation d’agrément PSLA pour six logements situés
sur la commune de Sevrey appartenant à la SCIC Demeures
de Saône

EXPOSE

Rappel du contexte :

L'Etat a délégué au Grand Chalon pour une durée de six ans renouvelable (2013-2018), la
compétence concernant l'attribution des aides publiques en faveur du logement social et du
logement privé.

Dans le cadre de la programmation de logement social pour l’année 2017, le Grand Chalon a validé
le projet de la SCIC Demeures de Saône portant sur six logements individuels Prêt Social de
Location-Accession (PSLA), situé au lieu-dit « Les Terres Jaunes » à Sevrey.

Cette opération permet aux ménages bénéficiant de ressources modestes et ne disposant pas
d’apport personnel, de devenir propriétaires du logement qu’ils occupent, après une phase locative.
Elle ouvre droit également au taux réduit de TVA en application du Code général des Impôts, à une
exonération de la Taxe Foncière pendant 15 ans et aux prêts à taux spécifiques de la Caisse des
Dépôts et Consignations ou des établissements bancaires habilités par l’Etat.

Description du dispositif proposé :

La programmation 2017 a été validée, par délibération du Conseil communautaire du 30 mars 2017,
pour un nombre total de 62 logements (8 PLAI, 14 PLUS et 40 PLS).

Dans ce cadre, et conformément à la programmation de logements sociaux pour l’année 2017, la


SCIC Demeures de Saône sollicite les agréments pour son projet situé à Sevrey – au lieu-dit « Les
Terres Jaunes ».

35
Le projet porte sur six logements en prêt PSLA (Prêt Social Location Accession), complétant un
projet global de 11 logements sur ce site, cinq logements dédiés à la location (2 PLUS, 2 PLAI et 1
PLS) ayant déjà fait l’objet d’une décision lors du bureau communautaire du 3 juillet 2017.

Ce dispositif s’inscrit dans le cadre général de la location-accession, définie par la loi n°84-595 du
12 juillet 1984.

L’octroi des PLSA est subordonné à la signature d’une convention ouvrant droit à l’Aide
Personnalisée au Logement pour les locataires. Les logements sont réservés à des personnes dont
les ressources annuelles n’excéderont pas les plafonds de ressources fixés à l’article R331-66 du
Code de la Construction et de l’Habitat.

Les prix de vente des logements avant minoration ne peuvent excéder les plafonds de prix maxima,
définis en €/m², à l’annexe II de l’arrêté du 26 mars 2004 modifié.

Dans le cas où le bailleur ne trouve pas preneur, le délai de commercialisation peut être porté à 18
mois au lieu de 12. Si aucun contrat de location-accession n’a pu être signé au cours de ce délai, le
bailleur peut mettre en location les logements dans les conditions du PLS.

En cas de non réalisation, de réalisation partielle de l’opération ou de réalisation non conforme à


l'objet de l’opération, la présente délibération sera annulée.

L’agrément réservé deviendra définitif après vérification des documents présentés par le vendeur et
mentionnés au II de l’article R.331-76-5-1 du Code de la Construction et de l’Habitation.

DECISION

Cadre juridique :

Vu les articles L 5211-10 et L.5216-5 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu le Code de la Construction et de l’Habitation, notamment ses articles R.331-76-1 et suivants,

Vu la loi n°84-595 du 12 juillet 1984 définissant la location-accession à la propriété,

Vu l’arrêté du 26 mars 2004 modifié relatif aux conditions d'application des dispositions de la sous-
section 2 bis relative aux prêts conventionnés pour des opérations de location-accession à la
propriété immobilière,

Vu la circulaire n° 2004-11 du 26 mai 2004 relative à la mise en œuvre du nouveau dispositif de


location-accession - prêt social de location accession (PSLA), modifiée par la circulaire n° 2006-10
UHC/FB1-FB3 du 20 février 2006,

Vu les statuts du Grand Chalon,

Vu la convention de délégation de compétence en matière d'aides publiques à la pierre du 12


avril 2013 conclue entre l’Etat et le Grand Chalon,

36
Vu l’avenant 2014 à la convention de délégation de compétence en matière d’aides publiques à la
pierre signé le 26 juillet 2014 entre l’Etat et le Grand Chalon,

Vu la délibération du Conseil communautaire en date du 30 mars 2017, approuvant la


programmation du logement social pour l'année 2017 sur l'Agglomération,

Vu la convention jointe en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver les agréments pour les six logements PSLA relatifs à l’opération située au lieu-
dit « les terres jaunes » à Sevrey ;

 D’autoriser Monsieur le Président, ou son représentant, à signer la convention de réservation


d’agrément jointe en annexe.

37
No d'identification : 2017 - 71076 - 0012 Page : 1/3


      




  ! "#$%# #&'  ##


#(
  )

Décisionnaire : CA le Grand Chalon


N° d'identifiant : 2017-71076-0012 Financement : Individuel
SEVREY_Les Terres Jaunes_6pavillonsPSLA Prévisionnel
Date de création : 08/11/2016

% "#!*%& #'# " #$%#


SCIC DEMEURES DE SAÔNE (812445138)

Les Terres Jaunes


220 r du kilometre 400
71000 Sevrey (217105204)
71000 Mâcon Zone de prix : Zone 3
Catégorie : entreprises commerciales Zone ABC : Zone C


 

Dévolution : Lots séparés
Nature de logement : Logements ordinaires
Type d'opération : Hors opération spécifique
Type d'opération complémentaire :
Bénéficiaire : Ménages
Localisation : Hors QPV et Territoires de Veille

 
  

 
    !"  #$ %     !"  #$ % 
PSLA 6 508,58 6 508,58
 6 508,58 + ,-./,.

%
 
 &

%
 
 & '
  

0( 1
   '
23 11 '
23  4 '
23 ! 
Type 1, 1' et 1bis 0,00
Type II 0,00
Type III 2 134,56 24,00 146,56
Type IV 4 338,02 48,00 362,02
Type V et plus 0,00
6 472,58 72,00 508,58



  (%  (%
 
 ) 
Energie de chauffage Electricité
Énergie renouvelable de complément de chauffage Pompe à chaleur
Type de chauffage Individuel
Énergie E.C.S. 38 Electricité
No d'identification : 2017 - 71076 - 0012 Page : 2/3

Énergie renouvelable de complément pour E.C.S. Autre


Type d'énergie E.C.S. Individuel

Label Qualitel ou équivalent


Autre label qualité
Labels « HPE » - « THPE » Aucun
Exonération de TFPB étendue pour qualité environnementale (Art. 1384-a-1bis du CGI)

Nombre de logements adaptés

Surface des L.C.R. (ou des Locaux Collectifs pour les foyers ou les résidences sociales)
Surface de jardins, cours et terrasses 3 436,74

&    

)     )  Surface totale : 508,58 m²

0
4 
 5 6'6  1 3)  3
 0
(
6 $
PSLA 7,78 €/m² 0,9517 7,78 €/m² 7,78 €/m² 3 956,75 €
$
  32  )  7 8,+/9, :

$
  32 4  )   7 8,+/9, :

&
 

 !"  )*$"



;' < ' (



3

 )   )  
 Nbre Loyer Nbre Loyer Nbre Pr.Loc.
PSLA 6 6 0,00
Total garages 0 6 6 0,00

 " " $" $$"" "  !


 )  $
 6 36
Aide Critère Nbre Loyer
$' Jardins cours et terrasses 6 0,00
Places et stationnement 0,00
Autres services 6 0,00
Produit locatif 0,00

Produit locatif total "Autres Services Accessoires" 0,00 €

$
  32 33 
4  -/-- :

Date prévisionnelle d'entrée dans les lieux des locataires 01/10/2018


39
No d'identification : 2017 - 71076 - 0012 Page : 3/3

 
    
 
    !"    !"    !"    !"
! ))" ! ))"
PSLA 6 6 6 6
 6 +

+  ,  

$
4 66 $
4 666
$
4
)  $
)  .8- ,77/-- :
(Frais de préfinancement compris)
" 23
 =>9 -7./-- :
Dont Coût du terrain (et droits de ZAC) 101 000,00 €
Dont VRD (et honoraires VRD) 15 000,00 €
" ?@  +,- +-8/-- :
(Préfinancement et révisions de prix compris)
" $
   3    2
 A> A.+/-- :
" B
  23
 9- A--/-- :
   * %  A. 898/7> :
C   D* 3  E 878 ,=>/7> :

 ,8 .-./-- :
$
4 *  888 7>-/7> :
Date de référence des prix du ou des marchés 04/12/2017



&   % 
% -

Coût forfaitaire ou réel de tous les garages 48 780,00 €


Prix de revient net, Hors garages 637 612,50 €
Surface Utile 508,58 m²
Coefficient de structure 0,9517
Coefficient d'échelle 1,0141
Coût redressé au M² de travaux 1 299,05 €/m²
(Référence : 34 logements de 67 m² sans garage, ni ascenseur, ni LCR)

40
41
Le Président du Grand Chalon,

Vu le Code de la Construction et de l’Habitation (CCH) et notamment son article R.331-76-5-1,

Vu le Code Général des Impôts (CGI) et notamment ses articles 257 et 278 sexies,

Vu la loi n° 84-595 du 12 juillet 1984 définissant la location-accession à la propriété immobilière,

Vu la convention de délégation de compétences en matière d’aides publiques à la pierre du 12 avril 2013,

Vu la demande d’agrément présentée par le bénéficiaire le 19 octobre 2017 et notamment le plan prévisionnel de financement,

Vu la convention passée entre le Grand Chalon et le bénéficiaire en date du 21 décembre 2017,

DECIDE :

ARTICLE 1

Il est accordé une réservation d’agrément PSLA pour l’opération précitée, portant sur la construction de 6 logements en
location-accession dont 6 individuels et 0 collectif, au bénéficiaire désigné :

SCIC DEMEURES DE SAÔNE (n° SIREN : 812445138)

La présente décision ouvre droit, pour la réalisation de ces logements, à un prêt PSLA auprès de : Prêts autres.

ARTICLE 2.

L’agrément réservé deviendra définitif après vérification des documents présentés par le vendeur et mentionnés au II de l’article
R.331-76-5-1 du Code de la Construction et de l’Habitation.

ARTICLE 3.

Les caractéristiques financières de l’opération sont données en annexe.

ARTICLE 4.

Le directeur général des services du Grand Chalon est chargé de l’exécution de la présente décision.

Fait à Chalon-sur-Saône, le ….........................… Le président du Grand Chalon,

42
43
Convention conclue entre la Communauté d’Agglomération Le Grand Chalon
et les personnes morales sollicitant une décision d’agrément en vue de la réalisation de
logements neufs faisant l’objet d’un contrat de location-accession
en application des articles R.331-76-5-1 et suivants du
Code de la Construction et de l’Habitation (CCH)

La Communauté d’Agglomération Le Grand Chalon, délégataire des aides à la pierre sur son
périmètre, et représentée par son Président

D’une part,

Et la SCIC Demeures de Saône, dont le siège social est à Mâcon, 220 rue du Km 400, et
immatriculée au RCS de Mâcon sous le numéro 812 445 138, représentée par Edouard
Corbet, dénommée ci-après, le vendeur,

D’autre part,

Sont convenus de ce qui suit :

I – Dispositions générales

La présente convention est conclue en application des dispositions du II de l’article R.331-


76-5-1 qui subordonne l’octroi de l’agrément à la passation d’une convention entre la
Communauté d’Agglomération Le Grand Chalon et le vendeur en vue de la construction ou
de l’acquisition, au moyen d’un prêt mentionné au I de l’article R.331-76-5-1, de
logements neufs faisant l’objet d’un contrat de location-accession.

L’opération concernée est réalisée sous le régime de contrats de location-accession


répondant aux conditions de la loi n°84-595 du 12 juillet 1984 définissant la location-
accession à la propriété et à celles de la présente convention. Est qualifié de location-
accession le contrat par lequel le vendeur s’engage envers un accédant à lui transférer,
après une période de jouissance à titre onéreux, qualifiée de phase locative, la propriété
d’un logement moyennant le paiement fractionné du prix de vente et le versement d’une
redevance jusqu’à la date de levée de l’option.

Art. 1er – Objet de la convention

La présente convention a pour objet de définir, dans le cadre de l’opération de location-


accession projetée à Sevrey – Lotissement Les Terres Jaunes, les engagements réciproques
de la Communauté d’Agglomération Le Grand Chalon et du vendeur. La Communauté
d’Agglomération Le Grand Chalon s’engage à faire bénéficier le vendeur d’avantages
fiscaux, sous réserve du respect par celui-ci des dispositions législatives ou réglementaires
applicables. Le vendeur donne son adhésion à l’occasion de la réalisation de l’opération à
des engagements définis par les dispositions des II et III ci-dessous.

44
Art 2 – Nature de l’opération

L’opération porte sur la construction de 6 maisons individuelles neuves, 2 de type 3 et 4 de


type 4, situées à Sevrey – Lotissement Les Terres Jaunes, d’une surface utile globale de
508.58 m² avec pour chaque maison un garage entre 21.45 m² et 22.44 m², comptant pour
6 m² dans la surface utile globale.

II – Engagements du vendeur en phase locative

Art. 3 – Conditions de ressources des locataires-accédants

Le vendeur s’engage à réserver les logements à des ménages dont les ressources annuelles
n’excèdent pas, à la date de signature du contrat préliminaire ou, à défaut, du contrat de
location-accession, les plafonds de ressources mentionnés à l’article R.331-66 du Code de
la Construction et de l’Habitation.

Art. 4 – Conditions relatives à la partie de la redevance correspondant à la


jouissance du logement

Le vendeur s’engage à ce que la fraction de la redevance correspondant au droit de


l’accédant à la jouissance du logement n’excède pas les plafonds de loyer prévus à
l’annexe I de l’arrêté du 26 mars 2004.

Pour l’opération relevant de la présente convention, il s’agit de 7,78 € HT/m² de surface


utile (valeur pour l’année 2017).

III – Engagements du vendeur en phase d’accession

Art. 5 – Conditions de prix des logements

Les contrats de location-accession peuvent prévoir une ou plusieurs dates de levée


d’option et définir, dans ce cas, les prix de vente correspondants. Le prix de vente doit
être minoré de 1 % par an, application du II de l’article R.331-76-5-1 du Code de la
Construction et de l’Habitation.

Les prix de vente des logements avant minoration ne peuvent excéder les plafonds de prix
maxima, définis en €/m², à l’annexe II de l’arrêté du 26 mars 2004.

Pour la présente opération, les prix de vente des logements avant minoration se
décomposent de la manière suivante :

45
N° Type Surface Surfaces Surface Surface Surface Surface Coût Prix de vente
logt habitable annexes utile réelle retenue utile location maxi
garage garage intégrant (7,78€/m²) (2 103 €/m²)
(maxi la colonne
6m²) 7
1 2 3 4 5 6 9 10
7 8

2 T3 67.28 0 67.28 21.45 6 73.28 570.12 154 107.84 €

3 T3 67.28 0 67.28 21.45 6 73.28 570.12 154 107.84 €

4 T4+ 88.15 0 88.15 22.44 6 94.15 732.49 197 997.45 €

5 T4 80.86 0 80.86 21.45 6 86.86 675.77 182 666.58 €

6 T4+ 88.15 0 88.15 22.44 6 94.15 732.49 197 997.45 €

7 T4 80.86 0 80.86 21.45 6 86.86 675.77 182 666.58 €

Ces prix de vente ne peuvent pas être indexés sur l’indice du coût de la construction.

Art.6 – Offre de financement d’un établissement de crédit

Le vendeur certifie qu’il dispose de l’engagement, au profit de l’accédant, d’un


établissement de crédit prévu au II de l’article R.331-76-5-1 du Code de la Construction et
de l’Habitation.

La présente convention sera fournie à l’accédant dès le début de la phase de location pour
lui permettre de bénéficier de l’Allocation Personnalisée au Logement Accession (APL
Accession) auprès de la Caisse d’Allocations Familiales ou de la Mutualité Sociale Agricole.

Art. 7 – Dispositif de sécurisation de l’accédant pendant la phase d’accession

Le vendeur s’engage à faire bénéficier l’accédant des garanties de rachat du logement et


de relogement prévues au II de l’article R.331-76-5-1 du Code de la Construction et de
l’Habitation ; en outre, il s’engage à proposer au locataire-accédant, en cas de non-levée
d’option, un logement locatif correspondant à ses besoins et à ses possibilités.

IV – Dispositions de contrôle et d’application

Art. 8 – Suivi de l’opération

Le vendeur s’engage à fournir à tout moment à la demande du représentant de la


Communauté d’Agglomération Le Grand Chalon toutes les informations et documents
nécessaires à l’exercice de ce suivi.

46
Art. 9 – Contrôle

Les opérations sont soumises au contrôle de la mission interministérielle d’inspection du


logement social.

Art. 10 – Conséquences de l’inexécution des obligations

Si le vendeur ne respecte pas les conditions prévues par la réglementation, il s’expose à


devoir restituer tout ou partie des avantages dont il aura bénéficié pour la réalisation de
l’opération.

Art. 11 – Date de l’effet de la convention

La présente convention prend effet à compter de la date de signature par les deux parties.

Fait à

Le Président, Le Vendeur,
de la Communauté d’Agglomération
Le Grand Chalon

47
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

DÉLÉGATION À L'ACTION SOLIDAIRE


DIRECTION DES SOLIDARITÉS ET DE LA SANTÉ

N° de l'ordre du jour : 6
Rapporteur : Madame Annie LOMBARD

Accessibilité - Rapport annuel de la Commission


intercommunale pour l'accessibilité - Années 2016 et 2017

EXPOSE

Rappel du contexte :

La loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la
citoyenneté des personnes handicapées pose deux principes :
- la prise en compte de tous les handicaps,
- le traitement de la chaîne du déplacement dans la continuité.

Pour atteindre ces deux objectifs, la loi recommandait de privilégier la concertation et créait une
commission pour l’accessibilité aux personnes handicapées.

L’ordonnance n°2014-1090 du 26 septembre 2014 relative à la mise en accessibilité des


établissements recevant du public, des transports publics, des bâtiments d’habitation et de la voirie
pour les personnes handicapées a modifié la composition et les missions de cette commission.

Par délibération du 18 décembre 2014, le Conseil communautaire a ajusté la composition de cette


commission qui réunit des représentants d’associations d’usagers et de personnes en situation de
handicap, de personnes qualifiées, d’associations ou d’organismes représentant les personnes âgées
et des acteurs économiques, et dorénavant de toutes les communes du Grand Chalon.

Les communes qui ont rejoint le Grand Chalon en 2017 ont été invitées à désigner un représentant
titulaire et son suppléant.

Cette commission exerce notamment les missions suivantes :


- dresser le constat de l’état d’accessibilité du cadre bâti existant, de la voirie et des espaces publics
ainsi que des transports,
- établir un rapport annuel à présenter en Conseil communautaire qui est transmis,
- formuler toutes propositions utiles de nature à améliorer la mise en accessibilité de l’existant,
- réaliser le recensement des logements accessibles aux personnes handicapées.

48
Description du dispositif proposé :

Le bilan d'activité, établi pour les années 2016 et 2017, précise l'état d'avancement de l’accessibilité
du cadre bâti et du transport urbain eu égard à la programmation prévisionnelle de l’Agenda
D’Accessibilité Programmé du Grand Chalon (ADAP), lequel a été approuvé par arrêté préfectoral
du 9 novembre 2016. Ce rapport d’activité a été présenté à la commission intercommunale pour
l’accessibilité le 28 novembre 2017.

Les points essentiels :

1 – Mise en accessibilité concernant le cadre bâti :

En 2016
Travaux achevés en 2017 -
EMA Louise Michel (Saint-Marcel)
attestation d’accessibilité établie
Travaux en cours (en remplacement de trois
structures existantes vétustes et non
Espace Petite Enfance Sainte-Marie
accessibles : les Mésanges, Accord’âge,
(Chalon-sur-Saône)
micro crèche Les Bambins) – fin des
travaux en 2018
Travaux de modernisation intégrant
Espace des Arts (Chalon-sur-Saône)
l’accessibilité - Fin des travaux en 2018
En 2017
Espace Santé-Prévention Etudes pour la mise aux normes
Etudes pour la réfection des escaliers
Conservatoire à Rayonnement Régional
extérieurs et travaux de mise aux normes
Colisée Création d’une banque d’accueil
Lancement de l’opération de réhabilitation –
EMA Arc-en-Ciel et EMA du Lac fusion des deux EMA – Travaux en 2018 et
2019

Ces actions sont conformes à la programmation 2017 de l’ADAP du Grand Chalon.

2 - Mise en accessibilité concernant le réseau de transport urbain dans le cadre de son schéma
directeur d’accessibilité

Sur les 145 points d'arrêts prioritaires à rendre accessibles dans le cadre du schéma directeur
d’accessibilité :

- 20 étaient accessibles fin 2016,


- 30 ont été rendus accessibles en 2017,
- deux aménagés en 2015, ont été jugés en conformité en 2017.

Au total, 52 points d'arrêts du SDA ADAP ont fait l'objet d'une mise en accessibilité pour un
montant total de 730 000 €.

Selon le calendrier de programmation pour les années 2018 et 2019, 78 points d'arrêts prioritaires
seront à aménager sur cette période.

49
Concernant le matériel roulant, en 2017, le Grand Chalon a investi dans deux autobus standard
neufs et un mini bus. Ces véhicules disposent de tous les équipements nécessaires pour
l’accessibilité.

3 – Elaboration d’un guide pratique de la signalétique dans les établissements ouverts au


public :

Dans le cadre de l’activité de la commission intercommunale pour l’accessibilité, les membres des
associations représentant les personnes en situation de handicap ont collaboré à la rédaction d’un
guide pratique de la signalétique dans les établissements ouverts au public. Ce document, validé en
commission intercommunale le 28 novembre 2017, sera mis à disposition sur le site internet du
Grand Chalon.

Il est demandé au Conseil communautaire de prendre acte du rapport de la commission


intercommunale pour l’accessibilité établi pour les années 2016 et 2017.

Ce bilan sera transmis ensuite au représentant de l’Etat dans le Département, au Président du


Conseil départemental, au Conseil départemental de la Citoyenneté et de l’Autonomie.

DECISION

Cadre juridique :

Vu les statuts du Grand Chalon,

Vu les articles L 2143.3 et L.5216-5 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et
la citoyenneté des personnes handicapées,

Vu l’ordonnance n° 2014-1090 du 26 septembre 2014 relative à la mise en accessibilité des


établissements recevant du public, des transports publics, des bâtiments d’habitation et de la voirie
pour les personnes handicapées,

Vu la délibération du Conseil communautaire du 18 décembre 2014 relative à la composition de la


commission intercommunale pour l’accessibilité,

Vu la réunion de la commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017,

Vu le rapport de la commission intercommunale pour l’accessibilité pour les années 2016 et 2017
joint en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 De prendre acte du rapport pour les années 2016 et 2017 de la Commission Intercommunale
pour l’Accessibilité.

50
COMMISSION INTERCOMMUNALE POUR L’ACCESSIBILITE

BILAN DE L’ACCESSIBILITE POUR LES ANNEES 2016 ET 2017

La commission intercommunale pour l’accessibilité (CIPA) réunit des représentants du Conseil


communautaire du Grand Chalon, des élus désignés par les conseils municipaux des communes du
Grand Chalon, des associations représentant les personnes en situation de handicap ou les
personnes âgées et des organismes institutionnels (bailleurs sociaux, chambres consulaires,…).

En 2016,

Finalisation du dossier ADAP :


Après avoir obtenu une année supplémentaire pour déposer son dossier ADAP (agenda
d’accessibilité programmée) auprès des services de l’Etat, le Grand Chalon a poursuivi le travail
d’instruction entrepris en 2015 pour mettre aux normes d’accessibilité ses établissements recevant
du public (ERP) et son réseau de transport urbain Zoom dans le cadre de cet outil de gestion
patrimoniale.

Consultations de la CIPA :
Pour ce qui concerne la mise aux normes du réseau de transport, des réunions de travail se sont
tenues :
- le 11 janvier 2016
- le 17 janvier 2016
- le 26 avril 2016

A partir d’une étude antérieure menée par le cabinet ITER et de la réglementation en matière
d’accessibilité des réseaux de transport, une méthode de priorisation et une signalétique adaptée ont
été retenues pour réaliser les travaux sur les points d’arrêt prioritaires durant les 3 ans de l’ADAP
transport.

Le 27 mai 2016, les propositions de mises aux normes des ERP et du réseau de transport urbain ont
été présentées aux membres de la commission intercommunale avant le passage du dossier ADAP
en Conseil communautaire le 30 juin suivant.

Les dossiers ADAP ont ensuite été transmis aux services de l’Etat, conformément à l’autorisation
préfectorale. Ils ont reçu un avis favorable.

Référence ADAP ERP Grand Chalon : Arrêté préfectoral du 9 novembre 2016


AA n°071 076 16 A0434
ERP concernés : 29
Nombre d’années : 6
Coût global estimé : 3 millions d’€

Référence ADAP transport urbain : Arrêté préfectoral du 10 janvier 2017 n° 2017-0009-DDT


Examen par la sous commission départementale le 15 décembre 2016
Nombre d’années : 3

Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 1/19
51
Au cours de l’automne 2016, des rencontres se sont déroulées avec les associations représentant
les personnes en situation de handicap pour élaborer un guide pratique de la signalétique
intérieure : « concevoir une signalétique accessible à tous : guide des bonnes pratiques pour
les ERP de nos collectivités » qui a été ensuite présenté aux membres de la CIPA.

Etablissement du bilan de l’accessibilité de l’année 2015 avec insertion des années antérieures :
La CIPA s’est réunie le 29 novembre 2016 pour présenter le bilan d’activité en matière d’accessibilité
pour l’année 2015 avec ajoutées en annexes, les années 2012 à 2014 qui n’avaient pas été établies.

Le Conseil communautaire a pris acte de ce bilan d’activité lors de sa séance du 7 décembre 2016
puis, conformément à la réglementation, les documents ont été transmis à la préfecture et au conseil
départemental en plusieurs exemplaires.

En 2017,

Avec l’extension du territoire communautaire, le Grand Chalon a sollicité la représentation des 14


nouvelles communes au sein de la CIPA. La composition ayant évolué, la liste des membres à jour
en ce mois de novembre 2017, est annexée au présent rapport.

Dans le cadre de la concertation voulue avec les membres de la CIPA, le 15 mai s’est déroulée une
visite de l’EMA Les petits Bouchons de Givry pour recueillir l’expérience d’usage en matière
d’équipement petite enfance pouvant être utile aux futurs projets.

A la fin du mois de mai, le service architecture et patrimoine a pris conseil auprès des représentants
de l’association Valentin Haüy pour une meilleure prise en compte de la signalétique en braille de la
salle annexe du Conservatoire à Rayonnement Régional, rue Ph. Léon Couturier.

Enfin, en octobre, les associations ont finalisé le guide de la signalétique.

I - Travaux et aménagements liés à l’accessibilité

1) Travaux sur le cadre bâti :

ERP DETAILS

En 2016

EMA Louis Michel à Saint Marcel Travaux programmés jusqu’en 2017.

Début des travaux de ce nouvel équipement petite enfance


situé Promenade Sainte Marie à Chalon en remplacement
EMA Sainte-Marie de 3 structures existantes non accessibles situées au centre
de Chalon (EMA les mésanges, accord’âge, micro crèche
du centre) pour lesquels le seul coût de l’accessibilité
s’élèverait à plus de 240 000 €. Une fois remplacés, ces
équipements changeront de destination.

Espace des Arts Lancement des travaux de modernisation et de mise en


accessibilité qui se poursuivront jusqu’au printemps 2018

Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 2/19
52
En 2017

EMA Louis Michel à Saint Marcel Fin des travaux lancés en 2016.

Future EMA située Q. Sainte-Marie Poursuite des travaux.

Espace des Arts Poursuite des travaux de modernisation intégrant


l’accessibilité du site.

Lancement des études pour la mise aux normes


Espace Santé-Prévention d’accessibilité prévoyant un engagement des travaux en
2018.

Conservatoire à Rayonnement Lancement des études pour la réfection des marches


Régional extérieures et des travaux de mise aux normes.

Création d’une banque d’accueil à l’espace VIP.


Colisée Mise aux normes du site à réaliser dans le cadre du
programme global d’aménagement du secteur Colisée en
cours d’études.

2) Bilan à un an de l’ADAP

Le dossier ADAP ERP du Grand Chalon ayant été validé le 9 novembre 2016, un bilan à un an doit
être établi en direction des services de l’Etat.

Conformément à la programmation :

EMA Louise Michel de St Marcel Travaux achevés – en attente attestation d’accessibilité

Espace des Arts Poursuite des travaux de modernisation (printemps 2018)

Etudes en 2017 - Travaux de mise aux normes


Espace santé prévention d’accessibilité menés en 2018 (phasage initial 2017 et
2019) pour une mise en conformité avec une année
d’avance.

Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 3/19
53
II - Mise en accessibilité du réseau de Transport urbain :
Bilan 2017 Première année du SDA-ADAP
(Schéma Directeur d’Accessibilité Agenda Programmé d’Accessibilité)

Voté le 30 juin 2016, l’ADAP du Grand Chalon concerne également la mise en accessibilité de son
réseau de transport public : le réseau ZOOM.

Ce document déposé en préfecture de Saône et Loire en septembre 2016, a été présenté à la sous
commission le 15 décembre suivant. La demande d’ADAP a été approuvée par arrêté préfectoral n°
2017-0009-DDT du 10 janvier 2017.

L’élaboration de ce document a donné lieu à une concertation avec les associations représentant les
personnes en situation de handicap et les personnes âgées ainsi qu’aux élus siégeant à la CIPA, au
cours de trois présentations en commission intercommunale pour l’accessibilité.

Le programme des travaux est prévu sur 3 ans (2017, 2018 et 2019) pour toutes les communes, à
l’exception des 14 communes entrantes au 1er janvier 2017.

L’ADAP retient 6 volets de réflexion :


Le matériel roulant
L’aménagement des arrêts prioritaires
Le service de substitution
L’information voyageur
La formation du personnel
L’évaluation et le suivi du schéma

A travers l’aménagement d’au moins un arrêt par commune quel que soit sa taille, les objectifs de la
collectivité sont : de renforcer l’image du Réseau ZOOM, d’augmenter son attractivité et bien
sûr de rendre le réseau accessible à tous les publics.

L’accessibilité du réseau concourt à la qualité globale du transport par une meilleure lisibilité des
informations et un plus grand confort aux arrêts.

1) Bilan des travaux :

Suivant le Schéma Directeur d’Accessibilité Agenda Programmé d’Accessibilité, le Grand Chalon a


retenu 238 arrêts prioritaires sur le réseau.

Pour 2017, la programmation prévoyait la mise en accessibilité de 43 arrêts répartis sur 8


communes. Sur ces 43 arrêts :
- 6 ont fait l’objet de travaux dès 2016 soit pour anticiper des travaux d’enrobés soit remplacer
des travaux reportés.
- 18 ont été mis en accessibilité,
- 15 sont à l’étude,
- 2 ont fait l’objet de report pour s’inscrire dans un projet d’aménagement global
- 1 est en attente d’autorisation de travaux.

La mise en accessibilité de 7 points d’arrêt a été anticipée et 4 arrêts prévus en 2016 ont été
programmés cette année.

Au total, pour cet automne 2017, 27 points d’arrêt ont été rendus accessibles, 2 sont en cours
de réalisation et 18 sont à l’étude pour des travaux menés fin d’année 2017 début 2018.

Page suivante : Comparatif prévisionnel / réalisé 2017 :

Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 4/19
54
Proposition
Montant des
Commune Nom NumLigne Direction de Réalisation Observations
travaux
réalisation
ALLEREY-SUR-SAONE Mairie 12, L Allerey, Allerey 2017 A l'étude
ALLEREY-SUR-SAONE Mairie 12, L Pierre Cot, Colisée ou Collège le Devoir 2017 A l'étude
CHALON-SUR-SAONE Alfred de Musset 2 St Rémy Briet 2017 2016 14 594,48 €
CHALON-SUR-SAONE Capitaine Drillien 2 St Rémy Briet 2017 2016
remplacement arrêt reporté
CHALON-SUR-SAONE Capitaine Drillien 2 Champforgeuil Mairie 2017 2016 32 547,20 €
CHALON-SUR-SAONE Carrefour Nord 2 Champforgeuil Mairie 2017 2016
remplacement arrêt reporté
CHALON-SUR-SAONE Carrefour Nord 2 St Rémy Briet 2017 2016 29 821,94 €
CHALON-SUR-SAONE Caserne Carnot 2 St Rémy Briet 2017 2017 27 589,40 €
CHALON-SUR-SAONE Caserne Carnot 2 Champforgeuil Mairie 2017 2017 16 723,36 €
CHALON-SUR-SAONE Cassin 3 Cité des Varennes 2017
A déterminer selon projet multiplexe
CHALON-SUR-SAONE Cassin 3 CC la Thalie 2017
CHALON-SUR-SAONE Dominicaines 2 Champforgeuil Mairie 2017 2017
CHALON-SUR-SAONE Dominicaines 2 St Rémy Briet 2017 2017 28 031,58 €
CHALON-SUR-SAONE Dunand 6 St Rémy Briet 2017 2017 10 787,01 €
CHALON-SUR-SAONE Europe 3 CC la Thalie 2017 à l'étude Autorisation travaux en cours (Département)
CHALON-SUR-SAONE Georges Bernanos 2 Champforgeuil Mairie 2017 2017 12 895,78 €
CHALON-SUR-SAONE Georges Bernanos 2 St Rémy Briet 2017 2017 25 984,65 €
CHALON-SUR-SAONE Granges Forestier 5 Gares 2017 2017
CHALON-SUR-SAONE Granges Forestier 5 St Marcel 8 mai 1945 2017 2017 32 664,46 €
CHALON-SUR-SAONE Hilaire de Chardonnet 6 St Rémy Briet 2017 2017 9 851,88 €
CHALON-SUR-SAONE IUT 5 St Marcel 8 mai 1945 2017 2017
CHALON-SUR-SAONE IUT 5 Gares 2017 2017 22 800,50 €
CHALON-SUR-SAONE Jean Vilar 4, C, L, M Crissey Ferrée, Fontaines, Sassenay, Sassenay 2017 2016
Anticipation travaux enrobés
CHALON-SUR-SAONE Jean Vilar 4, C, L, M Chatenoy le Royal Berlioz, Gares, Collège le Devoir, le Colissée 2017 2016 27 356,92 €
CHALON-SUR-SAONE Léon Blum 6 St Rémy Briet 2017 2017 11 017,36 €
CHALON-SUR-SAONE Léon Blum 6 Hilaire de Chardonnet 2017 2017 10 593,06 €
CHALON-SUR-SAONE Marcel Pagnol 2 Champforgeuil Mairie 2017 2017 16 572,78 €
CHALON-SUR-SAONE Marcel Pagnol 2 St Rémy Briet 2017 2017 facture en cours complément marquage
CHALON-SUR-SAONE Place Thévenin 3 Cité des Varennes 2017 A l'étude
CHALON-SUR-SAONE Place Thévenin 3 CC la Thalie 2017 A l'étude
CHATENOY-LE-ROYAL Château d'eau 41, D, D1 Jambles, St Denis de Vaux, Mercurey 2017 A l'étude
CHATENOY-LE-ROYAL Château d'eau 41, D, D1 Chatenoy le Royal Condorcet, Bellevue, Bellevue ou Gares 2017 A l'étude
CHATENOY LE ROYAL Les Alouettes 22, B St Désert, St Désert ou Jambles 2017 A l'étude
SAINT-REMY Les Alouettes 22, B St Rémy Pont Paron, Prés Devant ou Gares 2017 A l'étude
CHATENOY LE ROYAL Vessey 22, B St Désert, St Désert ou Jambles 2017 A l'étude
CHATENOY LE ROYAL Vessey 22, B St Rémy Pont Paron, Prés Devant ou Gares 2017 A l'étude
CHATENOY-LE-ROYAL Zone Verte 3 Cité des Varennes 2017 A l'étude
DRACY-LE-FORT Centre Orthopédique D, D2 Bellevue, Dracy Le Vilard 2017 2017
Anticipation travaux communaux
DRACY-LE-FORT Centre Orthopédique D, D2 St Denis de Vaux, Dracy Champs Pacaud 2017 2017 30 143,89 €
GIVRY Centre 22, B St Désert, St Désert ou Jambles 2017 A l'étude
GIVRY Centre 22, B Pont Paron, Pré Devant ou Gares 2017 A l'étude
MERCUREY Place Genappe 42, D1, D2 Mercurey, Mercurey, Mercurey 2017 A l'étude
MERCUREY Place Genappe 42, D1, D2 Chatenoy le Royal Condorcet, Bellevue, Collège de Givry 2017 A l'étude
359 976,25 €

Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 5/19
55
Pour l’année 2017, 570 000€ ont été inscrits au budget primitif. Les 27 points d’arrêt déjà réalisés
représentent un investissement de 325 052€.

Le Grand Chalon a perçu une subvention de 48 630,45 € pour l’accessibilité du fonds de soutien à
l’investissement local.

2) Les véhicules et équipement :

En 2017, le Grand Chalon a investi dans 2 autobus standard neufs et un 1 mini bus.

Ces véhicules disposent de tous les équipements nécessaires pour l’accessibilité.

Le coût de ces investissements s’élève à 686 962 € TTC.

Afin de répondre à une situation, soit ponctuelle, soit à titre d’essai, le Grand Chalon s’est doté d’un
quai bus modulaire. Ce dernier a été implanté à l’arrêt « Denfert » desservi par la ligne 2 du réseau
Zoom.

3) Formation du personnel :

La STAC s’intègre au dispositif de sensibilisation mis en place par le Conseil Local en Santé
Mentale. (cf annexe 3)

4) En 2018

43 arrêts sont prévus pou l’année 2018 (détail en annexe), ainsi que la finalisation de tous les arrêts
réalisés en 2016 et 2017 pour les pictogrammes UFR.

Page suivante : Bilan arrêt par arrêt novembre 2017

Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 6/19
56
Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 7/19
57
III - Soutien financier du Grand Chalon en direction des communes :

Le Grand Chalon apporte un soutien financier aux investissements communaux dont certains
peuvent être liés à la mise aux normes d’accessibilité.

Il s’agit :

1 - du fonds de relance de l’investissement public local :


Les projets éligibles pouvant concerner des travaux/acquisitions liés à l’accessibilité :
- les projets de construction, de réhabilitation et d’acquisition d’équipements publics,
- les projets d’aménagement urbain ou du cadre de vie,
- la création, l’aménagement et l’entretien des voiries publiques et leurs abords,
- l’acquisition de matériel.

Quand les travaux d’accessibilité ont pu être isolés des projets :

- en 2016, le montant alloué aux communes s’est élevé à 370 000 €, les 2/3 de cette somme
ont été consacrés à l’accessibilité.

- en 2017 (de janvier à septembre), 416 600 € ont été alloués aux communes.
Exemples : travaux de voirie pour une meilleure accessibilité aux PMR, aménagements de locaux
(portes, toilettes PMR, rampes…), mobilier adapté…

(annexe 2 : fonds de relance 2016 et 2017 partiel)

2 - du fonds d’agglomération aux projets communaux (enveloppe dotée de 388 000 € et


pouvant atteindre 500 000 €)
Ce fonds vise à soutenir des programmes d’investissements portés par des communes du secteur
rural et adossés à des orientations politiques communautaires. (Chalon sur Saône, Chatenoy le
Royal, Saint Rémy, Saint marcel et Champorgeuil sont hors dispositif)

Les projets doivent servir l’intérêt d’agglomération et s’inscrire dans l’une des 6 thématiques :
aménagement de voirie, développement d’activités économiques et touristiques de proximité,
aménagement paysager environnemental, valorisation des bâtiments communaux, développement
des mobilités alternatives, études communales préalables à la réalisation d’un équipement.

Une partie peut avoir un lien avec la mise aux normes d’accessibilité.

IV - Concevoir une signalétique accessible à tous :


« Guide des bonnes pratiques dans les ERP de nos collectivités »

Le projet de document a été présenté à la commission en novembre 2016.

Après quelques modifications intervenues à la suite d’échanges avec les associations, le document
doit être approuvé par la commission intercommunale (ainsi que la commission communale de la
Ville de Chalon).

Dans le cadre de l’information qui doit être faite sur les travaux de la CIPA, ce document sera par la
suite consultable sur le site internet du Grand Chalon.

Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 8/19
58
V – L’investissement immatériel du Grand Chalon :
La formation des agents

Le Conseil Local en Santé Mentale (CLSM) est une instance locale participative de coordination, de
réflexion, de diagnostics et d’actions sur les questions de santé mentale et psychique, qui rassemble
les acteurs concernés par les problématiques en lien avec la santé mentale sur le territoire du Grand
Chalon.

En 2016, les membres du CLSM faisant le constat d’un manque de connaissance de ces questions
ont proposé d’organiser des sessions de sensibilisation en direction de publics ciblés afin de leur
permettre de mieux connaître, mieux comprendre, mieux réagir face aux troubles en santé mentale
et psychique.

Une première session de formation s’est déroulée en septembre et novembre 2017 : sensibilisation –
cas pratiques et échanges d’expérience. Cette première session a concerné les régies de quartier,
les maisons de quartier et leurs partenaires. (cf en annexe, la fiche de présentation)

Pour ce qui concerne les agents du Grand Chalon, des techniciens ont suivi des formations
spécifiques sur la réglementation technique de l’accessibilité des bâtiments.

En 2018, le Grand Chalon mettra en œuvre, avec la Ville de Chalon, un plan de formation pour les
agents susceptibles d’être en contact avec les personnes en situation de handicap. Tout au long de
l’année, une formation spécifique du CNFPT (centre national de formation de la fonction publique
territoriale) intitulée « accueil de publics en situation de handicap » sera organisée en interne à
Chalon sur Saône, par la Direction des Ressources Humaines. Chaque session concernera 15 à 18
agents à raison de 4 sessions par an.

************************

Dématérialisation des documents :


A l’ occasion de cette réunion de la CIPA, une clé USB est remise aux membres titulaires présents
comprenant une version électronique de documents :

- Dossiers ADAP du Grand Chalon (ERP et transport urbain)


- Rapport d’activités 2016 et 2017,
- Rapports d’activités 2015 et antérieurs
- Guide « concevoir une signalétique accessible à tous : les bonnes pratiques dans nos ERP »
- Etats des logements accessibles et adaptés établis par les bailleurs : OPAC et LOGIVIE

************************

Documents annexés

1- Composition de la CIPA (mise à jour automne 2017)


2- Fonds de relance 2016 et 2017(partiel)
3- Fiche de présentation des dispositifs de formation des personnels
4- Guide « Concevoir une signalétique accessible à tous : « Guide des bonnes pratiques dans les
ERP de nos collectivités »

Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 9/19
59
1- Composition de la commission intercommunale au 31 octobre 2017

TITULAIRES / SUPPLEANTS
Sébastien MARTIN, Président ou sa représentante
Annie LOMBARD, Vice-présidente,
Le Grand Chalon Karine PLISSONNIER, Conseillère déléguée à l’action
solidaire
Alain GAUDRAY, Conseiller délégué

Manuel DESCHAMPS
ALLEREY SUR SAONE
Gérard MICONNET

ALUZE Cédric DAUTEL

Dominique GARREY
BARIZEY
Yvette MEUNIER

BOUZERON Nathalie LEBAILLY

CHALON SUR SAONE Joël LEFEVRE

CHAMILLY Aurélie NIOT

René GUYENNOT
CHAMPFORGEUIL
Anne-Marie BAUDOT

CHARRECEY Christian DONNAT

CHASSEY LE CAMP Il n’y aura pas de désignation

Georges FROST
CHATENOY EN BRESSE
Christian BRETON

Pierre GREPIN
CHATENOY LE ROYAL
Dominique ALBIN

Nathalie BLIN
CHEILLY LES MARANGES
Patricia DELAMBRE

CRISSEY Catherine LAURIOT

Véronique Filleule

Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 10/19
60
Jean-Michel KUZMIN
DEMIGNY
Maurice NAIGEON

Jean-Michel NEAU
DENNEVY
Cécilia PORTERET

Olivier GROSJEAN
DRACY LE FORT
Christian WAGENER

Anne-Marie BONNOT
EPERVANS
Cécile DAIGREMONT

Joëlle MORIN
FARGES LES CHALON
André VADOT

Jean-Claude GRESS
FONTAINES
Jacques CARLOT

Sébastien WAETERLOOT
FRAGNES-LA LOYERE
Virginie FAUVAUX

Philippe FOURNIER
GERGY
Gérard DUBIEF

GIVRY Daniel GAUTHEY

Luc BERTIN-BOUSSU
JAMBLES
Christian BOLZANI

LA CHARMEE Danielle MORIN

André Gilbert ALLOIN


LANS
Stéphane BRUN

Adrien PERONET
LESSARD LE NATIONAL
Georges LOURENçO

Christophe DARLET
LUX
Denis EVRARD
Marcel FEBVRET
MARNAY
Patrick THEVENIAUX

Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 11/19
61
Pierre ANDRIOT (Mme LANDRE)
MELLECEY
David MENAND

Françoise DEMONFAUCON-TACHON
MERCUREY
Philippe MENAND

Gérard MENAND
OSLON
Valérie BESSARD-MANDRILLON
REMIGNY

Claude VERNAY
RULLY
Yvonne TROUSSARD

Christine DESPREZ
ST BERAIN SUR DHEUNE
Caroline JOUX

Eric MACHET
ST DENIS DE VAUX
François FREAUX

Marie-Edith GROISON
ST DESERT
Julie PELLETIER

Virginie PETITJEAN
ST GILLES
Chantal MARINOT

Cédric SCHMID
ST JEAN DE VAUX
Pierre-Jean VIDAL

Guy MARCHANDEAU
ST LEGER SUR DHEUNE

Consiglia DUBOIS

Jean-François LESSARD
ST LOUP DE VARENNES
Henri LIEUTET

ST LOUP-GEANGES Rui-Pedro FERREIRA SILVA

Serge GONTHEY
ST MARCEL
Michel DELAS HERAS

François BOISSIER
ST MARD DE VAUX
René POPILLE

Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 12/19
62
Christophe HANNECART
ST MARTIN SOUS MONTAIGU
Raymond BOUDRIOT

ST REMY Jean-Marie MOINE


ST SERNIN DU PLAIN
SAMPIGNY LES MARANGES

Laurent PORNON
SASSENAY
Marie-Laure BERT-KLEIN

Salva BIANCO
SEVREY
Pierre JUSSELIN

Laurent NIVON
VARENNES LE GRAND
Pierre LEGER

Evelyne DISTEFANO
VIREY LE GRAND
Catherine DARGAUD

Associations d’usagers

Fédération nationale des associations d’usagers Christian DELEMARRE


des transports (FNAUT)

Consommation, logement, cadre de vie (CLCV)

Pupilles de l’enseignement public (PEP) Robert OVAERE

Associations représentant les personnes en situation de handicap

Paralysés de France (APF) Georgette COURTEMANCHE

Sylvie VIALET

Valentin Haüy (AVH) Jean-François L’HOTE

Christophe LOUCHE

Fédération nationale des accidentés du travail Patrick DEDIEU


handicapés (FNATH)

Papillons Blancs (Chalon, Louhans et leur région) Alain LEFAUCHEUX

Ghislaine FAUVEY

Promotion langue des signes (APLS) Dominique BACHELET

Christian PERRIN

Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 13/19
63
Simone GUENARD
Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés
(APAJH) Gérard VIDALAIN

Personnes qualifiées

Amelle CHOUIT
Maison départementale des personnes
handicapées
Isabelle DECHAUME

Délégataire du réseau de transports urbains Charles TROUBAT

Opac 71

Pierre MICHELIN

Adil 71
Françoise DUBOIS

En cours
Logivie 71

Associations ou organismes représentant les personnes âgées

Georges AGUILLON
Mutualité française 71
Christian BEDOUIN

Retraite sportive Laurent WETTLING

Marius GEOFFROY

Représentants des acteurs économiques

Pascal RAMES
Chambre de commerce et d’industrie (CCI)
Séverine DESSOLIN

Chambre des métiers et de l’artisanat Jean-Philippe BOYER

Christine LOISY

Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 14/19
64
Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 15/19
65
Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 16/19
66
Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 17/19
67
3 - fiche de présentation des dispositifs de
Formation des personnels
I - Conseil Local en Santé Mentale (CLSM) :

Problématiques constatées :
Le Conseil Local en Santé Mentale (CLSM), instance locale participative de coordination, de réflexion, de
diagnostic et d’actions concertées sur les questions de santé mentale et psychique installée en novembre
2015, rassemble et coordonne sur un territoire de proximité tous les acteurs concernés par les problématiques
en lien avec la santé mentale.

Les membres du CLSM ont constaté un manque de connaissance des acteurs du territoire en ce qui concerne
les questions de santé mentale.

Ils ont proposé d’organiser des sessions de sensibilisation afin de permettre aux acteurs du territoire de
mieux connaître/mieux comprendre/mieux réagir face aux troubles en santé mentale et psychique.

Publics ciblés : (liste non exhaustive)


- Agents d’accueil de services publics locaux
- Acteurs du transport (chauffeurs de bus et taxis)
- Acteurs du logement (bailleurs privés et publics)
- Acteurs de la culture et des loisirs
- Acteurs de l’emploi/travail adapté
- Acteurs intervenant à domicile
- Elus « référent santé »
- Maisons et régies de quartiers
- Associations

Description de l’action : il s’agit d’une première sensibilisation susceptible d’évoluer à l’avenir ;

Chaque session se déroule en trois temps :

1 – Des sessions de sensibilisation « communes » sur la santé mentale en direction des acteurs ciblés :
mieux connaître les troubles et problématiques en santé mentale et psychique ainsi que l’existant du territoire
(structures, accompagnements,…) notamment à travers le guide en santé mentale.

2 – Session Connaissance des acteurs du territoire

3 – Des sessions « études de cas concrets » mettant en avant les notions d’accueil et d’accompagnement
des personnes.

Ces sessions se déroulent en présence d’intervenant locaux du médico-social (handicap mental et psychique)
apportera une expertise et des réponses à certaines situations.

Calendrier :
- Sessions proposées en 2017, en 2018
- Durée : ½ journée (3 heures)

Partenariat (non exhaustif) :


- UNAFAM 71
- STAC / entreprises telle que la SNCF…
- Bailleurs sociaux (OPAC / LOGIVIE / SEMCODA) Bailleurs privés…
- Pôle emploi / Cap emploi /
- Services à domicile
- Direction des ressources humaines du Grand Chalon

Structures animatrices principales de ces sessions :


- l'UNAFAM 71
- l'IREPS 71

Renseignements : Thomas PERROT, animateur du Contrat Local en Santé et du CLSM


thomas.perrot@legrandchalon.fr

Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 18/19
68
II – Plan de formation des agents du Grand Chalon et de la Ville

Organisme : CNFPT (centre national de formation de la fonction publique territoriale)

Description synthétique : 4 séquences réparties sur 2 jours (travail individuel, en sous-groupes, restitution en
grand groupe)
- Accueil des stagiaires et leur représentation du handicap
- Stéréortypes sur le handicap
- Différents handicaps
- Accueil des personnes en situation de handicap : définir les attitudes relationnelles à adopter et les
aménagements à envisager

15 à 18 personnes par session – 4 sessions par an.

Renseignements:
- Service formation, Direction des Ressources Humaines Ville-Grand Chalon

III - Association Valentin HAUY : offre de formation

- Présentation du handicap visuel pour tout public


- Prise en charge et accompagnement d’une personne déficiente visuelle au travail, dans un service de santé,
une maison de retraite, pour une aide à domicile ...
- Présentation et formation à l'usage de matériels adaptés
- Sensibilisation à l'accessibilité numérique

4- Guide « Concevoir une signalétique accessible à tous : « Guide des bonnes pratiques
dans les ERP de nos collectivités »

Commission intercommunale pour l’accessibilité du 28 novembre 2017- Bilan d’activités 2016 et 2017 – p 19/19
69
Concevoir une signalétique accessible à tous :

Guide des bonnes pratiques dans les ERP

de nos collectivités

Elaboré par le service Santé-Handicap avec les associations représentant les personnes en situation de
handicap siégeant à la Commission communale pour l’accessibilité de la Ville de Chalon sur Saône
et à la Commission intercommunale pour l’accessibilité du Grand Chalon

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 1/20
70
INTRODUCTION

LES ENJEUX

LE CADRE RÉGLEMENTAIRE

I - GENERALITES

1 / SIGNALÉTIQUE ET ACCESSIBILITÉ

1- PRINCIPALES CAPACITES HUMAINES

2- HANDICAPS ET DEFICIENCES HUMAINES

3 - BESOINS SPÉCIFIQUES EN SITUATION DE HANDICAP TEMPORAIRE OU DEFINITIVE

2 / SIGNALÉTIQUE MULTI-SENSORIELLE

1- LES OBJECTIFS DE LA SIGNALETIQUE

2- LES DISPOSITIFS PERTINENTS DANS LES ERP

3 - CHEMINEMENTS HORIZONTAUX A L’INTERIEUR ET A L’EXTERIEUR PROCHE DES ERP

II – FICHES PRATIQUES

1 – DEFICIENCE VISUELLE

2 – DEFICIENCE AUDITIVE

3 – DEFICIENCE COGNITIVE, MENTALE ET PSYCHIQUE

4 – DEFICIENCE MOTRICE

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 2/20
71
INTRODUCTION

Mieux prendre en compte la signalétique dans le processus de mise aux normes d’accessibilité
des établissements recevant du public du Grand Chalon et de la Ville de Chalon sur Saône et de
son CCAS, tel est l’objectif de ce guide pratique «concevoir une signalétique accessible à
tous ».

Si la signalétique existe avec des normes définies, cependant, son application et son
interprétation ne sont pas toujours évidentes à appréhender. Elle ne traite pas l’ensemble des
situations de handicap, en particulier celles liées aux déficiences intellectuelles.

La signalétique doit être lisible et compréhensible par tous pour garantir à chacun une
autonomie maximum. Pour remplir sa mission et être utile, la signalétique doit être comprise par
le plus grand nombre de personnes.

Le vieillissement de la population transforme profondément notre société. Il se traduit par un


accroissement des personnes potentiellement confrontées aux réductions de capacités
(sensorielles, motrices et cognitives) qui augmentent avec l’avancée en âge. Aussi, le
vieillissement de la population est-il un facteur à prendre en considération pour accroître
l’accessibilité.

Ce guide est l’œuvre collective des associations représentant les personnes en situation de
handicap et du service Santé et Handicap. Sa vocation est d’apporter une aide concrète et de
formuler des recommandations aux différents intervenants (architectes, services gestionnaires
d’ERP, services techniques et les entreprises prestataires...) dans l’élaboration de la signalétique
des établissements recevant du public de nos collectivités pour lesquels des travaux de mise aux
normes sont programmés.

Annie LOMBARD Amelle CHOUIT


Vice-présidente du Grand Chalon chargée Conseillère départementale,
des Solidarités, de la Cohésion Sociale, Adjointe au Maire de Chalon-Sur-Saône
de l’Emploi et de la Politique de la Ville chargée des Affaires Sociales

Karine PLISSONNIER
Conseillère communautaire
déléguée à l’Action Solidaire

Les représentants des associations, membres de la commission communale et à la commission


intercommunale pour l’accessibilité, ont contribué à la rédaction du guide :

- Les Papillons Blancs, Alain LEFAUCHEUX


- Association promotion de la langue des signes (APLS), Dominique BACHELET
- Association pour adultes et jeunes handicapés (APAJH), Simone GUENARD
- Association des paralysés de France (APF), Georgette COURTEMANCHE
- Fédération nationale des accidentés du travail handicapé (FNATH), Patrick DEDIEU
- Association Valentin Haüy, Jean-François LHOTE et Christelle VAUPRE
- Claude VERNAY, représentant la commune de RULLY

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 3/20
72
LE CADRE REGLEMENTAIRE

La loi du 11 février 2005 fait de l’accessibilité un principe fondamental de la participation et de


la citoyenneté des personnes handicapées. Elle ne concerne pas seulement le cadre bâti mais
aussi le domaine clé de l’accès aux moyens d’information.

- La prise en compte de tous les types de handicap (article 41)


- La logique de la continuité du déplacement depuis la voirie jusqu’au cadre bâti en
passant par les transports (article 45).

Les obligations en termes de signalétique et systèmes d’information, hors signalisation routière,


sont décrites dans le décret n° 2006-1657 du 21 décembre 2006 relatif à l’accessibilité de la
voirie et des espaces publics.

L’arrêté du 8 décembre 2014 fixe les dispositions prises en application des articles R 111-19-7 à
R 11-19-11 du code de la construction et de l’habitation relatives à l’accessibilité aux personnes
handicapées des établissements recevant du public situés dans un cadre bâti existant et des
installations ouvertes au public.

Chaque personne doit être en mesure de :

- cheminer sur l’espace public jusqu’à l’entrée du bâtiment où elle se rend,


- identifier le bâtiment ou le site,
- être informée sur les horaires d’ouverture et le fonctionnement du site,
- être orientée s’il y a plusieurs entrées,
- identifier l’accueil,
- pouvoir communiquer avec le personnel de l’accueil,
- savoir se diriger dans le site et utiliser les services à tous les niveaux
ouverts au public
- pouvoir faire le chemin inverse

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 4/20
73
I - GENERALITES
1 / LA SIGNALÉTIQUE « ACCESSIBIL ITÉ »

Pensée pour les pl us fragile s, la signalétique est utile, sécurisante,


rassurante et confortable pour tous

1) Principales capacités humaines :

Bien se déplacer, c’est notamment :


- marcher aisément
- monter et descendre un escalier
- se pencher, s’asseoir, se lever

Bien voir, c’est notamment :


- avoir une bonne acuité visuelle (de loin comme de près)
- être sensible aux faibles contrastes
- percevoir les couleurs
- avoir un champ visuel large et voir dans tout ce champ

Bien entendre, c’est notamment :


- détecter les sons aigus et graves
- discriminer la parole d’un bruit de fond
- localiser un son

Toucher, c’est notamment :


- distinguer des formes, des états de surface
- ressentir la douleur
- distinguer le chaud du froid

Manipuler, c’est notamment :


- porter et utiliser un objet
- actionner une poignée de porte
- utiliser les deux mains
- attraper en pinçant, en serrant

Réfléchir, c’est notamment :


- interpréter ce que disent les sens
- mémoriser les actes à accomplir
- mémoriser à long terme
- se concentrer, maintenir l’attention
- relier les objets de même forme
- relier des mots et des objets
- s’organiser dans sa tâche

Communiquer, c’est notamment :


- comprendre et savoir entrer en relation avec des personnes connues ou inconnues

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 5/20
74
2) Handicaps et déficiences humaines :

La déficience mentale se définit comme un déficit du mode de réflexion et des capacités


d’apprentissage.

La déficience cognitive se définit comme un dysfonctionnement des fonctions supérieures qui


perturbe les capacités d’apprentissage, mais n’empêche pas de faire des études ou de
travailler.

La déficience psychique (ou psychiatrique), se définit comme une difficulté relationnelle et de


troubles de la personnalité.

La déficience physique se définit comme un déficit corporel, soit :


- Interne ou trouble de santé invalidant pouvant atteindre les organes internes vitaux
(cœur, poumons, reins…),
- Moteur pouvant atteindre la marche, la préhension, l’agilité, la parole…,
- Sensoriel pouvant atteindre la vue, l’audition, le toucher (sensibilité corporelle, l’odorat, le
goût)

3) Besoins spécifiques en situation de handicap temporaire ou définitive

* Personnes en situation de handicap physique :

Déficience motrice (mobilité, préhension) et personnes à mobilité réduites (PMR)


- Prévoir un cheminement simple, des zones de repos et éviter des parcours inutiles.
- Informer sur les cheminements alternatifs ou sur le temps entre deux points d’information.
- Utiliser des guichets spécifiques.
- Positionner les informations et les actions manuelles à une hauteur d’usage habituel ou
raisonnable, pour informer ou agir : accessibles de près, à hauteur de fauteuil roulant,
visibles de loin en hauteur (au dessus des têtes) pour des informations directionnelles ou
d’orientation.

* Personnes en situation de déficience visuelle :

Personne malvoyante :
Personne avec une vision trop floue pour lire les caractères courants et /ou atteinte du champ
visuel central ou périphérique.
- Faciliter la lecture par l’utilisation de caractères adaptés,
- Utiliser un éclairage fort sans risque d’éblouissement ou d’effet de reflet.
- Utiliser les contrastes de couleurs entre caractères et fond puis entre fond et support.
- Eviter ou signaler les éléments en porte-à-faux.
- Simplifier les circuits et assurer la continuité

Personne non-voyante :
- Utiliser les bandes podotactiles.
- Utiliser les inscriptions en relief ou en braille (positionner les messages de préférence à
hauteur de main pour faciliter le toucher)
- Dupliquer l’information écrite de manière auditive.

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 6/20
75
* Personnes en situation de déficience auditive :

Personne mal entendante :


Une personne pouvant être appareillée mais avec des difficultés de compréhension de la parole
surtout dans des ambiances bruyantes (les personnes vieillissantes).

Personne sourde ou non entendante :


Une personne née entendante mais devenue sourde : sa langue maternelle sera le français.
Une personne née entendante, mais devenue sourde : sa langue maternelle sera la langue des
signe, non le français. Elle rencontre ainsi des difficultés pour accéder aux informations, au
langage écrit. Cette personne n’est pas muette, n’ayant pas eu la perception de l’oralité à la
naissance, elle ne peut pas reproduire les sons qu’elle n’entend pas.

Une personne avec une déficience auditive n’a pas ou plus la capacité de perception suffisante
pour entendre la parole d’autres personnes ou des sons signifiants (sonnerie, alarme, klaxon).
Il conviendra de :
- Bien éclairer les lieux pour favoriser la lecture labiale.
- Prévoir des documents écrits pour le guidage et l’information.
- Favoriser un traitement acoustique et installer des boucles magnétiques (espaces
d’accueil, d’attente du public…)
- Utiliser l’affichage pour doubler l’information sonore.
- Former le personnel à l’utilisation de la Langue des Signes Française

* Personnes en situation de handicap cognitif, mental et psychique :

Il est difficile de cerner leurs besoins compte tenu des degrés divers de handicap. L’objectif de
la signalétique est de favoriser le sentiment de sécurité de ces personnes dans l’espace public,
de les informer et de les orienter sans qu’elles se perdent.
Elles doivent pouvoir se repérer dans l’espace et le temps.

- Se concentrer sur des conditions d’accueil ou d’accompagnement sécurisantes notamment


avec un personnel formé à ce type d’accueil.
- Utiliser des pictogrammes, des visuels (illustrations, photos, etc.) et des codes couleur
également utiles aux personnes illettrées ou ne pratiquant pas la langue française.
- Mettre à disposition des guides pratiques, des notices, des tables d’orientations ou plans
tactiles et visuels.

2 / LA SIGNALÉTIQUE MULTI-SENSO RIELLE

La signalétique sert à l’orientation de tous les publics et garantit la continuité de la chaîne de


l’information. Chacun doit voir et percevoir l’information, la déchiffrer, la comprendre, puis la
mémoriser et enfin, savoir l’utiliser.

Ce processus demande à l’usager des capacités sensorielles, physiques et cognitives qu’il faut
mettre en œuvre de façon simultanée et immédiate. Les personnes en situation de handicap
peuvent donc se trouver en difficulté, voire exclues de l’espace public si la signalétique est
absente voire inefficace.
Les informations visuelles, souvent des pictogrammes normalisés, sont facilement
compréhensibles, lisibles en toutes conditions y compris d’éclairage, visibles en position debout
comme en position assise et contrastées par rapport au fond.
Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 7/20
76
1- LES OBJECTIFS DE LA SIGNALETIQUE

Les conditions d’accès des personnes handicapées doivent être les mêmes que celles des
personnes valides ou, à défaut, présenter une qualité d’usage équivalente.

De plus, les personnes ayant une déficience visuelle, psychique, cognitive, rencontrent des
difficultés de repérage lors des déplacements à pied sur la voirie, sur les espaces publics et dans
les ERP : Il ne doit pas exister de rupture visuelle dans le parcours des pictogrammes
qui doit accompagner le visiteur pas à pas.

La Visibilité
Pour atteindre cet objectif de visibilité, les éléments à mettre en place sont :
• Le regroupement des informations
• La lecture en position assise ou debout possible
• La signalétique bien choisie, bien positionnée, bien orientée

La Lisibilité
Pour atteindre cet objectif de lisibilité, les éléments à mettre en place sont :
• Le contraste
• La taille des caractères adaptée au contexte
• L’éclairage indirect et suffisant pour le confort visuel
• L’utilisation de surfaces planes non réfléchissantes

La Compréhension
Pour permettre à toute personne de comprendre les panneaux de signalétique, il y a :
• Une obligation d'utiliser le pictogramme normalisé lorsqu'il existe
• Une homogénéité, une harmonisation et une continuité de la signalétique sur un
même site
• Des informations tactiles et visuelles, doublées si elles sont sonores
• Les informations sont hiérarchisées en plusieurs niveaux de lecture.

La signalétique doit prendre en compte tous les types de handicaps (physiques,


sensoriels, cognitifs, mentaux ou psychiques) :

Pour la déficience visuelle : des exigences en termes de lecture, de guidage, de


repérage et de qualité d’éclairage.

Pour la déficience auditive : des exigences en termes de communication, de qualité


sonore et de signalisation adaptée.

Pour la déficience intellectuelle : des exigences en termes de repérage et de qualité


d’éclairage

Pour la déficience motrice, des exigences :


- spatiales, de stationnement et de circulation,
- de cheminement extérieur et intérieur,
- de qualité d’usage : des règles dimensionnelles, de capacité d’approche.

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 8/20
77
2 – LES DISPOSITIFS PERTINENTS DANS LES ERP

Le choix des couleurs

- Le tableau ci-dessous permet de connaître la valeur de contraste. La plus haute donnera le


meilleur effet. La couleur du panneau, la couleur des caractères ou des pictogrammes
apposés sur celui-ci doit permettre un contraste d'au moins 70% avec
l'environnement immédiat. Le contracte le plus élevé possible sera donc privilégié.

- Sur un même site, le même code couleur sera employé pour faciliter la lecture et la
compréhension des usagers.

- Utiliser des couleurs primaires et tranchées en jouant sur l'intensité lumineuse, l'effet de
contraste augmente ainsi que la visibilité (Les dégradés de couleur sont mal identifiés).

- Veiller à ce que le code couleur soit identique et continu tout au long du cheminement : la
couleur sera utilisée comme une aide continue au repérage.

Actuellement, seules les couleurs rouge, verte, bleue et jaune sont facilement
reconnues comme signifiant respectivement l'interdiction, la permission,
l'obligation ou le danger.

Le plus fort contraste : fond noir / caractères blancs – fond blanc / caractères
noirs

Pas de fond hachuré.

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 9/20
78
Une signalétique intérieure homogène et harmonisée

Les personnes à mobilité réduite et les déficients visuels éprouvent des difficultés pour se
déplacer. Les distances seront optimisées en réduisant le chemin à parcourir pour rejoindre
un point. Une identité visuelle homogène sera recherchée sur un même site (positionnement,
taille, police, couleur, forme, graphisme, ...).

- Signaler l’accueil dès l’entrée du bâtiment


- Utiliser les pictogrammes normalisés
- Eviter les ruptures par le manque d'indication : La signalétique est renforcée aux points de
décision complexes. Les panneaux ne sont pas trop espacés et leur contenu harmonisé.
- Veiller au positionnement, à l’orientation et au sens des flèches.
- Signaler sur un même site tous les espaces et les services.
- Proscrire les supports brillants, les reflets et les contre-jours.
- Favoriser l'utilisation de surfaces planes et non réfléchissantes.
- Nommer toujours l'espace/le service avec les mêmes mots.

Plan de secours et signalétique

Des plans de secours et d’évacuation sont obligatoirement apposés dans les ERP. Ils sont
visibles et rapidement distingués.

Localisation :
- Pour qu'il soit visible et rapidement distingué, prévoir un plan à l’entrée, aux points de
décisions, à l’entrée des étages, aux endroits bien éclairés.
- Déterminer les principales destinations et les signaler.
- Privilégier dans le plan et la légende, l'utilisation de logos ou de pictogrammes pour
identifier les différents espaces.
- Permettre à l’aide de l’échelle du plan, d’apprécier les distances réelles entre 2 points.

Implantation du plan (visible et lisible)


- Placer la signalétique en dehors des zones de passage : Le visiteur doit pouvoir prendre le
temps de la lire sans gêner le passage et sans être gêné par d'autres visiteurs.
- Disposer les panneaux de manière logique et à bonne hauteur : Ils doivent être visibles à
distance et de près sans considérablement lever la tête, dans le champ visuel de
préférence. Le panneau doit également être dégagé pour permettre au lecteur d'adapter
sa vision personnelle à la lecture (lecture de près ou de loin). Si deux panneaux distincts
sont apposés face au visiteur, le panneau de droite l’oriente vers la droite et celui de
gauche le dirige vers la gauche.

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 10/20
79
- Un plan tactile ou un texte en braille est de préférence positionné à hauteur de main et
non d’yeux.
- Privilégier un plan et des panneaux suffisamment grands et de forme identique.
- Un plan doit donc être simple d’utilisation. L’indication « vous êtes ici » est un repère utile
à la compréhension de la localisation dans l’espace.

Optimiser la configuration et la compréhension de la signalétique dans un ERP :

- Utiliser une police standard ayant des caractères lisibles : Un grand corps de police de la
famille dite « Linéale » ou « Bâton » (ex. « référence Sans Serif », arial,
Tahoma…), est la plus conseillée en raison de l’absence d’empattement et de délié. En
fonction de la police, utiliser au minimum la taille 16 ou 18
et pas en deçà.
- Les mêmes règles s’appliquent aux chiffres et nombres.
- Eviter les soulignements, le gras, l'italique, les textes entièrement en majuscules, car plus
difficiles à lire.
- Utiliser une signalétique en grand format et bien contrastée dans les espaces vastes.
- Privilégier l'alignement du texte à gauche et choisir des mots simples.
- Donner un seul message à la fois (un seul mot quand cela est possible). Lorsque plusieurs
informations directionnelles sont présentes sur un même panneau, une séparation nette
de ces informations est nécessaire
- Associer le texte à un pictogramme normalisé.
- Eviter les textes sur des images.

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 11/20
80
Signalisation des surfaces vitrées :

Des sécurités d’usage s’imposent dès la porte d’entrée d’un bâtiment pour toutes les personnes
souffrant de troubles de la vision.

Les portes de circulation et les cloisons vitrées doivent être visualisées par des bandes
contrastées situées à deux hauteurs (1,60 m et 1, 10 m), au recto et au verso de celles-ci.

Les miroirs en panneaux muraux sont trompeurs par l’effet d’optique qu’ils produisent. Aussi,
une bande contrastée sera apposée à 2 hauteurs.

Pour les portes donnant sur l’extérieur, il faut impérativement éviter


les effets d’éblouissement (soleil ou éclairage) :

Positionner des éléments contrastés (peints, collés ou gravés dans


votre vitrage). Le plus simple à mettre en place sont les bandes
adhésives installées à l’intérieur pour une durée de vie plus longue.

Choisir une couleur qui contraste avec l’environnement.

Eviter les couleurs dégradées.

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 12/20
81
3 - CHEMINEMENTS HORIZONTAUX (INTERIEUR ET EXTERIEUR PROCHE DES ERP)

Le trottoir et la voie d'accès aux bâtiments ouverts au public

- La largeur : les rues et les routes doivent comporter un trottoir praticable. Celui-ci offre
une largeur libre de 1,50 m minimum permettant une circulation aisée des usagers, le
déplacement d’un fauteuil roulant et le croisement de celui-ci avec d’autres piétons.
- La largeur nécessaire pour que 2 personnes se croisent ou qu’un fauteuil roulant électrique
puisse effectuer une rotation est de 1,80 m.
- La hauteur libre minimale (sous obstacle) est de 2,20 m.
- Le dévers des trottoirs : pour éviter une fatigue inutile surtout aux piétons PMR et aux
personnes en fauteuil les pentes transversales doivent être < 3 % pour les ERP existants
et < 2 % pour les ERP neufs.
- Les obstacles : il est convient d’éliminer tout obstacle sur les passages susceptible de
présenter un danger pour une personne aveugle ou malvoyante (poteaux, trous, boîtes
aux lettres...). Il convient de respecter les normes et de veiller à la sécurité d’usage.
- La qualité d'éclairage (minimum 20 lux)

Les revêtements

- Le sol doit être le plus plat et sa nature la plus stable possible : Le manque de consistance
du sol rend la marche pénible et rend le déplacement en fauteuil roulant difficile.
- Le revêtement doit être non glissant : Un revêtement antidérapant est recommandé afin
de maintenir l’adhérence des chaussures, des roues et l’extrémité des cannes et des
béquilles même lorsque le sol est mouillé.

Le guidage au sol

- Une ligne guide peut être réalisée grâce aux dalles de repérage. Cette ligne de conduite
artificielle permet aux utilisateurs aveugles et malvoyants de s’orienter. Elles ont donc,
pour ces personnes, une signification bien particulière
- L’accès à une banque d’accueil nécessite un guidage.
- En extérieur, la ligne de guidage doit permettre d’assurer l’écoulement des eaux.
- En intérieur, la bande de guidage conduit jusqu’à l’accueil.

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 13/20
82
Les dalles d’éveil à la vigilance

- Pour attirer l’attention sur la présence d’une traversée de voies de circulation ou d’un
danger (par exemple un escalier descendant ou un bord de quai), des dalles podotactiles
avec protubérances d’une couleur contrastée par rapport à l’environnement sont
recommandées sur toute la largeur de l’obstacle. Cet équipement d’avertissement doit être
décelable par la canne blanche et par le pied de la personne handicapée visuelle.

Les bordures

- La sécurité du piéton exige une limite matérialisée, aussi claire pour lui que pour
l’automobiliste ou le cycliste, indiquant la séparation entre son espace et la voie de
circulation.

Mais aussi,

La signalétique doit constituer une chaîne d’information propre à renseigner l’usager pour lui
permettre de ne pas avoir à demander de l’aide.

Néanmoins, l’accompagnement humain reste essentiel et quelques attitudes sont à adopter


lorsque l’on reçoit une personne en situation de handicap :

- Considérer cette personne comme un citoyen à part entière


- S’adresser directement à cette personne

Pour certaines personnes dont l’autonomie totale ne peut être envisagée, l’assistance humaine
formule simplement et intelligemment certaines informations courantes et compréhensibles. Ce
qui n’est pas compris est reformulé de façon différente, lentement et de manière rassurante.
Une aide visuelle peut faciliter la compréhension de l’information.

La chaîne de l’information accessible à tous repose sur les principes d’autonomie et


d’évidence. C’est une chaîne continue depuis la préparation du déplacement jusqu’à l’entrée
puis jusqu’à la sortie du site.

Elle participe à l’objectif de se sentir accueilli.

Aussi, le Ville de Chalon sur Saône et le Grand Chalon mettent-ils en œuvre pour
leurs agents en contact avec les personnes en situation de handicap un plan de
formation à l’accueil de ce public.

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 14/20
83
II – FICHES PRATIQUES

(Intérieur des ERP existants)

1 – DEFICIENCE VISUELLE

2 – DEFICIENCE AUDITIVE

3 – DEFICIENCE COGNITIVE, MENTALE ET PSYCHIQUE

4 – DEFICIENCE MOTRICE

Références documentaires pour l’élaboration du guide :

Unapei : Guide pratique de la signalétique


Valentin Haüy : Mallettes de l’accessibilité
Certu : Handicaps et usages – handicaps mentaux, cognitifs et psychiques, pistes pour améliorer
l’accessibilité
Le Moniteur : Mémento Illustré - Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées
Le site du ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer

Illustrations Unapei et Le Moniteur

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 15/20
84
FICHE PRATIQUE : DEFICIENCE VISUELLE
Personne malvoyante et personne no n-voyante

Les personnes aveugles ou non-voyantes sont celles qui ont une perception lumineuse ou
une cécité complète. Elles sont les plus repérables grâce à leurs aides au déplacement : la
canne longue (canne blanche) et pour certains, le chien guide.

Les personnes malvoyantes sont en plus grand nombre, elles présentent tous les stades et
toutes les formes de déficiences visuelles. Elles sont souvent peu repérables, même si certaines
personnes disposent d’aides optiques, d’autres peuvent avoir une déficience importante non
visible, très invalidante au quotidien.

VISIBIL ITE :

- repérage de l’entrée principale à l’aide d’éléments architecturaux, par traitement au


moyen de matériaux différents ou visuellement contrastés. La signalétique est adaptée.

- Bande de guidage d’éveil à la vigilance par détection tactile et visuelle (détection à la


canne, visuellement contrastée, non glissante, ne présentant pas de gêne pour les personnes
ayant des difficultés pour se déplacer).

- Bande de guidage tactile au sol : repère visuel et tactile continu pouvant être placé aux
abords et dans les ERP. Les bandes sont constituées de nervures en relief positif détectable à
la canne et permettant le guidage. Elles sont visuellement contrastées par rapport à
l’environnement immédiat, non glissante, non déformable et ne présentant pas de gêne. (la
pose d’une bande de guidage jusqu’à l’accueil sera privilégiée).

- cheminement libre de tout obstacle : si la hauteur libre sous l’élément est ≥ à 2,20 m,
aucun dispositif de détection n’est requis. Si un élément en saillie est ≥ à 15 cm, il faut installer
un dispositif d’aide à la détection.

- Supports contrastés par rapport à l’environnement.

- Utilisation d’un éclairage fort sans risque d’éblouissement ou d’effet de reflet.

- Simplifier les circuits.

LISIBIL ITE :

- Informations contrastées par rapport au support : Un minimum de 70 % de contraste


sont recommandés entre le texte et son support lequel n’a pas de reflet

- Caractères de hauteur adaptée au contexte (distance, importance de l’information,…) :


Hauteur comprise entre 90 cm et 160 cm. Au-delà de 160 cm, la taille des caractères doit être
agrandie et le contraste renforcé.

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 16/20
85
La signalétique directionnelle se place à une hauteur minimale de 180 cm.
La signalisation permettant l’identification d’ouverture se place à +/- 160 cm de hauteur.
Les informations nécessitant une lecture rapprochée sont placées à une hauteur d’environ
120 cm ou dans une zone variant entre 90 cm et 140 cm du sol.

- Les panneaux et dispositifs doivent pouvoir être approchés à moins d’1 m par les personnes
malvoyantes (ou les personnes en fauteuil). Un dégagement doit être prévu à cet effet à 40 cm
du sol ou par une surépaisseur au sol d’au moins 3 cm de hauteur.

- Les portes de circulation et les cloisons vitrées doivent être visualisées par des bandes
contrastées situées à deux hauteurs (1,60 m et 1, 10 m), et visibles recto-verso.

COMPREHENSION :

- Duplication de l’information écrite de manière auditive

- Utilisation d’inscription en relief ou en braille (position des messages à hauteur de


main pour faciliter le toucher)

- Utilisation du pictogramme normalisé lorsqu’il existe

EVITER :

Les dispositifs et panneaux ne doivent pas être cachés par des éléments gênants, notamment
les éléments mobiles. Les dispositifs et panneaux ne doivent pas, eux-mêmes, constituer des
obstacles dans le cheminement

Les éléments en porte à faux (boîtes aux lettres…)

Les dégradés de couleur sont généralement mal identifiés

Les informations ne doivent pas être perdues au milieu d’autres indications

Les informations ne doivent pas être en contre-jour, ni proche d’une source de lumière.

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 17/20
86
FICHE PRATIQUE : DEFICIENCE AUD ITIVE

Personne malente ndante et personne sourde

Etre sourd ou malentendant, c’est être dans une situation de non accès aux informations
sonores : l’observation est développée, les yeux travaillant à la place des oreilles.
Un sourd n’est pas muet. N’ayant pas eu la perception de l’oralité à la naissance, il ne peut
reproduire les sons qu’il n’entend pas.
Le Français n’est pas la langue maternelle pour les personnes nées sourdes : Ils rencontrent
donc des difficultés pour accéder aux informations, au langage écrit.
Les vibrations sont un élément d’information utile (annonce de l’arrivée d’un train non par son
sifflement mais par les vibrations, un plancher en bois alerte la personne sourde des
mouvements d’approche d’une personne alors qu’elle ne l’entend pas)

Le vieillissement d’une personne est un facteur de développement de la surdité.

VISIBILITE :

- Se repérer et s’orienter dans les endroits inconnus : plan de localisation


- La signalétique est adaptée, claire et continue afin d’éviter d’avoir à se renseigner
oralement
- Une bonne qualité d’éclairage : pour une meilleure visualisation du parcours mais
également dans l’espace où se trouve l’orateur afin de bien percevoir son visage (lecture
labiale, gestes du codeur ou de l’interprète…)

LISIBIL ITE :

- Lisibilité des espaces et repérage des lieux stratégiques


- Doubler toute information sonore par une information visuelle

COMPREHENSION ACCES AUX INFORMATIONS

- Moyens de communication adaptés (langue des signes française est la langue


maternelle des sourds). Pour échanger avec une personne sourde ou malentendante :
parler lentement en articulant correctement, inscrire sur papier les principales
informations,
- Simplicité du message
- Prévoir une bonne qualité sonore (confort acoust ique, boucles
magnétiques) : chercher à diminuer les bruits de fond,
- Un signal d’alerte sonore ne sera pas entendu
- Bien isoler des bruits de l’extérieur

EVITER :
- Les pièces trop sombres
- Les interphones uniquement sonores
- Les affichages avec du vocabulaire technique et complexe

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 18/20
87
FICHE PRATIQUE :

DEFICIENCE COGNITIVE, MENTALE et PSYCHIQUE

Une situation de handicap apparaît lorsqu’il y a inadéquation entre les aptitudes d’un individu à
son environnement. Ces situations peuvent être rencontrées par des personnes handicapées
comme par des personnes dites « valides », du fait d’un environnement inadapté à leurs
besoins (franchissement d’un escalier par une personne avec poussette, lecture d’un plan par
un touriste…).

Les personnes porteuses d’un handicap mental, cognitif ou psychique, du fait de leurs
difficultés à mobiliser leurs capacités intellectuelles, sont susceptibles d’être confrontées à tout
ou partie de problèmes :
émotivité et sensibilité au stress supérieure à la moyenne,
difficulté pour comprendre les codes sociaux et les émotions d’autrui
difficulté de repérage dans l’espace et dans le temps
difficulté face à l’imprévu et l’inconnu

VISIBILITE :
- Se repérer et s’orienter dans le temps et dans l’espace
- Se concentrer sur des conditions d’accueil ou d’accompagnement sécurisantes notamment
avec un personnel formé à ce type d’accueil
- Pouvoir utiliser les différents équipements à disposition
- Limiter l’information : difficulté à faire le tri parmi les informations y compris auditive
(dans un hall par exemple)

LISIBIL ITE :
- Qualité de l’ambiance (éclairage, acoustique)
- Signalétique adaptée (pictogrammes adaptés) : Utiliser des pictogrammes, des visuels
(illustrations, photos, vidéo, etc.) et des codes couleur pour les personnes illettrées ou ne
pratiquant pas la langue française
- Lisibilité des espaces
- Cheminements courts (fatigabilité importante)

COMPREHENSION :
- Mémoriser les informations (calcul du temps d’attente, compréhension du trajet…)
- Pouvoir entrer en relation avec autrui
- Doubler toute information sonore par une information visuelle
- Mettre à disposition des guipes pratiques, des notices, ou des plans tactiles et visuels.

EVITER :
- les espaces vides ou avec une fréquentation fluctuante, sans prise en charge
- les imprévus (sonnerie, …)
- les éclairages avec minuterie

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 19/20
88
FICHE PRATIQUE :

DEFICIENCE MO TR ICE ET MOBIL ITE REDUITE

Le handicap peut atteindre outre la marche, la préhension, l’agilité, la parole, l’audition, la


vision, la compréhension…
Les personnes atteintes d'un handicap moteur ont une aptitude limitée à se déplacer, à
exécuter des tâches manuelles ou à participer à certaines activités. Certaines personnes
peuvent quitter leur fauteuil, d’autres pas.

Les personnes avec une motricité réduite temporaire ou permanente (jambe cassée, boiterie,
amputation, malformations, petite taille, obèse, problèmes de dos, ayant une déambulation
et/ou une préhension perturbée, rhumatisants…) sont fatigables, avec un équilibre parfois
précaire. Elles doivent anticiper le risque de bousculade et de chutes dans les espaces animés,
étroits ou présentant des sols glissants ou irréguliers.

La mobilité réduite concerne également les personnes âgées, celles qui se déplacent avec une
poussette… Le cheminement le plus facile sera recherché.

VISIBILITE :
- Utilisation des pictogrammes normalisés : ils sont bien connus, ils doivent être
aisément repérables et bien positionnés.
- Places de parking proches d’un ERP sont en nombre suffisants (Cf réglementation) et
visibles. Leur signalisation est positionnée de telle sorte qu’elle n’entrave pas la montée
ou la descente d’un fauteuil. La place de parking aura un dévers < à 2%.
- Les SAS : les portes coulissantes sont préférables aux portes à tirer ou pousser.
- Accueil du public : guichet/bureau d’accueil aux normes d’accessibilité

LISIBILITE :
- Signalisation sur le cheminement (précision claire de présence d’ascenseur, de
toilettes handicapées, sonnette…)
- Automates adaptés (distributeurs, recueil d’information, …)
- Sonnette
- Informations sur l’existence de dispositifs spécifiques (ex. prêt de fauteuil pour
les personnes ayant une amplitude de la marche réduite, guide spécifique…)

COMPREHENSION :
- Pictogrammes tout au long du cheminement accessible.

EVITER :
Les parcours inutiles
Les sols meubles, irréguliers et trop pentus
Les marches et les éléments en porte-à-faux (poteaux, boîtes aux lettres…)
Les trottoirs en dévers transversal
Les places de parking en dévers car elles peuvent occasionner un déplacement inopiné du
fauteuil quand il est extrait du véhicule.

Concevoir une signalétique accessible à tous : Guide des bonnes pratiques dans les ERP
page 20/20
89
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

DÉLÉGATION À L'ACTION SOLIDAIRE


DIRECTION DE LA COHÉSION SOCIALE

N° de l'ordre du jour : 7
Rapporteur : Madame Annie LOMBARD

Avenant à la convention régionale de cohésion sociale et


urbaine entre le Grand Chalon et la Région Bourgogne
Franche-Comté - Approbation

EXPOSE

Rappel du contexte :

La Région Bourgogne Franche-Comté a mis en place, en sus des contrats de ville dont elle est
signataire, des conventions régionales de cohésion sociale et urbaine avec les agglomérations
concernées, qui ont pour objectif d’accompagner les territoires pour améliorer le cadre de vie,
l’image, la qualité de vie et l’intégration à leur environnement des quartiers prioritaires.

L’intervention régionale se fait dans le cadre de cette convention bilatérale, dans une logique de
décloisonnement des approches urbaine et sociale de la politique de la ville.

La convention de cohésion sociale et urbaine de l’agglomération chalonnaise a été signée le 6


octobre 2015, pour la période 2015-2020 par la Région et le Grand Chalon, concomitamment à la
signature du contrat de ville.

Cette convention définit le cadre de l’engagement réciproque de la Région et du Grand Chalon en


faveur du projet urbain de cohésion sociale et urbaine. Elle détermine les objectifs communs
poursuivis et les moyens et engagements des parties pour atteindre ces objectifs. Cette intervention
est complémentaire au contrat de ville initié par l’Etat.

Ainsi, la convention régionale de cohésion sociale et urbaine croise les objectifs régionaux
(favoriser la qualité des logements sociaux et des équipements publics, accroître l’attractivité des
quartiers par l’amélioration du cadre de vie, favoriser l’accès à l’information, à l’orientation, à la
formation et à l’emploi) et les objectifs du Grand Chalon en matière de développement social et
urbain, notamment ceux déclinés par le contrat de ville pour les quartiers prioritaires.

Les territoires concernés par la stratégie régionale de cohésion sociale et urbaine sont
- les quartiers prioritaires de la Ville de Chalon-sur-Saône : Prés Saint-Jean, Aubépins et Stade -
Fontaine au Loup,

90
- les quartiers de veille active : Thalie à Champforgeuil, Maupas à Châtenoy-le-Royal, Breuil à
Saint-Marcel et Centre à Saint-Rémy.

A travers cette convention, la Région s’est engagée à mobiliser au maximum une enveloppe de
crédits de fonctionnement à hauteur de 177 000 € sur la période 2015-2017. En définitive, la Région
a soutenu, sur la période conventionnée, 29 actions inscrites aux programmations annuelles du
contrat de ville pour un montant global de 177 400 €.

Ces actions se déclinent par thématique de la manière suivante :


- Accès à l’information, l’orientation, la formation et l’emploi : 124 100 € (19 actions) dont :
o Implantation d’une école de production : 55 000 €,
o Actions à destination des jeunes, de préparation à l’emploi et de sensibilisation aux
métiers en tension : 29 600 €,
o Lutte contre l’illettrisme : 24 500 €.
- Actions d’animation culturelle au sein des quartiers : 53 300 € (10 actions) dont :
o Projets artistiques sur les quartiers Prés Saint-Jean et Aubépins : 10 000 €,
o Festivals sur les Territoires en veille active (Saint-Rémy et Saint-Marcel) : 2 800 €
Ces initiatives culturelles au profit des quartiers, vecteur de développement du lien social
encouragent l’accès à la culture pour tous.

Description du dispositif proposé :

L’Assemblée plénière de la Région réunie le 29 et le 30 juin 2017 a adopté un nouveau cadre


d’intervention en faveur de la politique de la ville sur les questions urbaines et sociales.

A travers ces nouvelles dispositions, la Région a défini sa stratégie d’intervention en matière de


cohésion sociale et urbaine ainsi que l’enveloppe des crédits réservés sur la période 2018-2020 pour
les actions de cohésion sociale.

La Région précise et concentre son intervention autour de trois grandes priorités :


- les actions de protection de l’environnement, la gestion des déchets et les économies
d’énergie,
- les actions d’animation et d’appropriation de l’espace public,
- les actions favorisant l’accès à l’orientation, à l’information, à la formation et à l’emploi.
De façon transversale, une attention plus particulière sera portée aux actions nouvelles et
innovantes, ainsi qu’aux publics jeunes, femmes et familles monoparentales.

Sur le volet Cohésion sociale, la Région s’engage à mobiliser une enveloppe de 49 000 € par an sur
la période 2018-2020. Comparativement aux exercices précédents, cette enveloppe n’est pas
fongible d’une année sur l’autre.

Au regard de l’évolution des objectifs et des engagements de la Région, il est proposé de modifier la
convention régionale de cohésion sociale et urbaine entre le Grand Chalon et la Région Bourgogne
Franche-Comté par voie d’avenants.

Le projet d’avenant portant sur l’attribution de l’enveloppe de cohésion sociale 2018-2020 est joint
en annexe.

91
DECISION

Cadre juridique :

Vu les statuts du Grand Chalon et notamment les articles 7-4 et 7-17,

Vu l’article L.5216-5 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu la loi n°2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la Ville et la cohésion urbaine,

Vu la circulaire du 30 juillet 2014 relative à l'élaboration des contrats de ville nouvelle génération,

Vu la circulaire du 15 octobre 2014 concernant les modalités opérationnelles d'élaboration des


contrats de ville,

Vu la délibération n°2015-07-15-1 du Conseil communautaire du 2 juillet 2015 relative au contrat


de ville 2015-2020 et à la convention régionale de cohésion sociale et urbaine du Grand Chalon,

Vu le contrat de ville 2015-2020 du Grand Chalon,

Vu la convention régionale de cohésion sociale et urbaine du Grand Chalon,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver l’avenant n° 1 de la convention régionale de cohésion sociale et urbaine portant


sur l’attribution de l’enveloppe de cohésion sociale pour la période 2018-2020, joint en
annexe ;
 D’autoriser Monsieur le Président ou son représentant à signer cet avenant.

92
Convention régionale urbaine et sociale
en faveur de la communauté d’agglomération du Grand Chalon

signée le 6 octobre 2015

Avenant n°1

ENTRE d’une part :

La Région Bourgogne-Franche-Comté, représentée par la Présidente du Conseil régional, Madame


Marie-Guite DUFAY, sise 2 boulevard Castan à Besançon, dûment habilitée à l’effet de signer le
présent par délibération du _____________. Ci-après désigné par le terme « région »

ET D’AUTRE part :

La communauté d’agglomération du Grand Chalon, représentée par son président, Monsieur


Sébastien MARTIN, dûment habilité à l’effet de signer les présentes par délibération du
_____________ .

Vu le règlement d’intervention du conseil régional sur les programmes de rénovation urbaine dans les
quartiers d’intérêt régional ou local ;

Vu le règlement d’intervention du conseil régional sur les programmes de Cohésion Sociale dans les
quartiers Politique de la Ville de la région;

PREAMBULE

La convention régionale de cohésion sociale et urbaine signée le 6 octobre 2015 a défini le cadre
ainsi que les modalités de l’engagement réciproque de la région et des signataires, en faveur des
orientations de la stratégie de cohésion urbaine et sociale du territoire

Le présent avenant a pour objet la prise en compte des évolutions des règlements d’intervention de la
région et la validation de l’enveloppe dédiée à la cohésion sociale sur la période 2018-2020.

Pour rappel, les quartiers identifiés comme prioritaires dans la convention sont :

- un quartier d’intérêt national : Les Prés Saint Jean


- un quartier d’intérêt régional : le Stade – Fontaine au Loup qui pourra bénéficier, à ce titre,
d’une enveloppe spécifique régionale « rénovation urbaine » qui sera déterminée lorsque que
la stratégie du territoire sera élaborée
- des quartiers d’intérêts locaux qui pourront bénéficier à ce titre, d’une enveloppe spécifique
dédiée :
• La Thalie à Champforgeuil
• Le Maupas à Chatenoy le Royal
• Le Breuil à Saint Marcel
• Le Centre à Saint Rémy
• Les Aubépins à Chalon sur Saône

93
CECI ETANT EXPOSE, IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT :

ARTICLE 1 :

L’Article 2 : OBJECTIFS POURSUIVIS PAR LA REGION BOURGOGNE est annulé est remplacé
comme suit

Objectifs poursuivis par la Région Bourgogne Franche-Comté

La Région a défini sa stratégie d’intervention en matière de Cohésion Sociale et Urbaine. Elle est
articulée autour de 3 grands axes découlant des orientations politiques stratégiques (stratégie de
mandat, schémas structurants,…) ou correspondant aux compétences fortes de la Région (formation,
développement économique, aménagement du territoire...).

1. Favoriser la qualité et l’efficacité énergétique des logements sociaux et des équipements


publics

Pour ce faire, la région intervient en investissement, via la rénovation urbaine ainsi que par des crédits
spécifiques dédiés à l’efficacité énergétique (dispositif Effilogis notamment – hors convention).
Des critères de performance énergétique sont systématiquement appliqués aux opérations.
Ces interventions sont prolongées par l’accompagnement d’actions favorisant le changement des
comportements des habitants en termes de consommation d’énergie et de gestion des déchets.

2. Accroitre l’attractivité des quartiers par l’amélioration du cadre de vie

Afin de favoriser l’attractivité des quartiers, la Région souhaite améliorer le cadre de vie des quartiers
d’habitat social et favoriser le lien social. Pour cela, la Région souhaite promouvoir les axes suivants :
- favoriser l’amélioration du cadre de vie des habitants,
- contribuer à la création, au maintien ou au développement du lien social, par exemple via des
actions d’appropriation de l’espace public notamment en lien avec les travaux réalisés,
- contribuer au maintien, au développement ou à l’introduction de la nature en ville,
- favoriser l’utilisation des modes de déplacements alternatifs à la voiture particulière.

3. Soutenir le développement économique, favoriser l’accès à l’information, à l’orientation,


à la formation et à l’emploi.

Compte tenu du moindre niveau de qualification et du taux de chômage plus élevé dans les quartiers
Politique de la Ville, la Région souhaite accompagner des actions innovantes favorisant l’accès à
l’orientation, à l’information, à la formation et à l’emploi.
Les actions en faveur du développement économique dans les quartiers pourront être accompagnées, y
compris en investissement (restructuration de petits centres commerciaux de proximité, implantation
de locaux d’activité économique).

D’une façon transversale, seront encouragées les actions nouvelles et innovantes.


Certains publics seront privilégiés : jeunes, femmes et familles monoparentales.

94
ARTICLE 2

L’article 5 Soutien aux actions d’animation et d’accompagnement liées aux objectifs


opérationnels du territoire en lien avec les orientations stratégiques de la région est
complété comme suit

Engagement financier

La région s’engage à mobiliser une enveloppe de 49 000 € par an sur la période 2018-2020 pour les
actions de cohésion sociale et conformément à son règlement d’intervention en vigueur.

Cette enveloppe n’est pas fongible d’une année sur l’autre. Ainsi les crédits non affectés en année N
ne pourront être reportés en année N+1.

ARTICLE 3

L’article 7 – Durée de la convention est modifié comme suit :

Pour la réalisation des objectifs des articles 2 et 3, les parties mettent en place un programme
d’interventions qui sera engagé au plus tard le 31 décembre 2020.

Fait à Besançon,

Le …………………..

La Présidente du Conseil régional de Bourgogne Le Président de la communauté


Franche-Comté d’agglomération du Grand Chalon

Marie-Guite DUFAY Sébastien MARTIN

95
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

DÉLÉGATION AU DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE


DIRECTION DÉVELOPPEMENT DURABLE ET MOBILITÉS

N° de l'ordre du jour : 8
Rapporteur : Monsieur Eric MERMET

Transports scolaires communaux - Conventions de délégation


de compétence - Participation du Grand Chalon

EXPOSE

Rappel du contexte :

Aux termes des articles L.1231-1 et L.3111-7 du Code des Transports, les transports scolaires sont
des services réguliers publics dont l’organisation relève, à l’intérieur des Périmètres de Transports
Urbains, de la responsabilité des communes ou de leurs groupements.

L’article L.3111-8 du Code des Transports prévoit qu’en cas d’extension d’un ressort territorial, une
convention doit être passée entre l’autorité compétente pour l'organisation des transports urbains et
le Département (au 1er septembre 2017, avec la Région). Cette convention fixe les conditions de
financement des services de transports scolaires dans le nouveau périmètre.

Cette convention a été approuvée par délibération du Conseil communautaire en date du 7 décembre
2016.

Au 1er septembre 2017, la compétence transport a été transférée au Grand Chalon pour les 14
nouvelles communes membres.

En application de l’article L.3111-9 du Code des Transports, l'autorité compétente pour


l'organisation des transports urbains peut confier, par convention, tout ou partie de l’organisation
des transports scolaires, à une autre collectivité.

Lors du Conseil communautaire du 16 janvier 2017, le Grand Chalon a délibéré sur les principes
suivants :

Pour les services intégrés dans leur intégralité au ressort territorial, le Grand Chalon délèguera sa
compétence, soit à la commune, soit au syndicat et participera à hauteur de 50 % du coût du
transport.

96
Pour les services de transport organisés sur plusieurs ressorts territoriaux, le Département
maintiendra sa participation à l’organisateur du transport. Le Grand Chalon participera à hauteur de
5 % pour que le reste à charge de la commune ne soit pas supérieur à 50 %.

Enfin pour les communes qui conventionnent avec le Département pour une place à l’élève, le
Grand Chalon participera pour moitié aux dépenses.

Il convient de définir précisément, par convention, pour chaque situation, les détails de la délégation
et/ou de la participation du Grand Chalon, soit à la commune, soit au syndicat.

Description du dispositif proposé :

1. Convention de délégation de compétences et participation du Grand Chalon

1.1 SIVU les Colibris :


La Grand Chalon délègue sa compétence au SIVU qui exploite le service de transport scolaire en
régie directe. La convention conclue pour quatre ans prévoit les conditions d’exploitation du service
et les règles de délégation ainsi que le montant de participation du Grand Chalon.
Celle-ci est fixée à 50% du coût du transport établi selon le coût kilométrique de la DSP transport
du Grand Chalon. Le coût annuel pour le RPI s’élève à 42 508,80 € pour une participation du Grand
Chalon de 21 254,40 €.
Cette participation sera diminuée du montant versé par le Grand Chalon aux communes avec
lesquelles le SIVU a passé convention pour le transport avec un coût à l’élève.

1.2 Commune de Cheilly-lès-Maranges :


La Grand Chalon délègue sa compétence à la commune qui a confié l’exploitation du service de
transport scolaire à une société de transport. La convention conclue pour quatre ans prévoit les
conditions d’exploitation du service et les règles de délégation ainsi que le montant de participation
du Grand Chalon.
Celle-ci est fixée à 50% du coût du transport établi selon le marché en cours.
Le coût annuel s’élève à 48 844,40 € pour une participation du Grand Chalon de 24 422,20 €.

1.3 Commune de Remigny


La Grand Chalon délègue sa compétence à la commune qui a confié l’exploitation du service de
transport scolaire à une société de transport. La convention conclue pour un an prévoit les
conditions d’exploitation du service et les règles de délégation ainsi que le montant de participation
du Grand Chalon.
Celle-ci est fixée à 50% du coût du transport établi selon le marché en cours.
Le coût annuel s’élève à 8 978,80 € pour une participation du Grand Chalon de 4 489,40 €.

2. Convention de participation du Grand Chalon

2.1 Communes de Saint-Bérain sur Dheune


La Région Bourgogne Franche-Comté a délégué sa compétence transport du RPI au SIVOS de la
Haute Dheune auquel appartient la commune de Saint-Bérain sur Dheune.
La convention conclue pour quatre ans fixe les modalités de prise en charge du Grand Chalon
suivantes :
Le montant annuel du coût transport est de 53 240 € pour lequel la Région participe à hauteur de
45%. Le reste à charge de la commune de Saint-Bérain sur Dheune est déterminé selon le nombre
d’élèves et d’habitants.

97
La participation du grand Chalon sera calculée chaque année selon les répartitions du SIVOS. A
titre d’exemple, pour une année pleine, pour l’année scolaire 2016/2017, la participation s’élèverait
à 5 275,94 €.

2.2 Communes de Saint-Sernin du Plain


La Région Bourgogne Franche-Comté a délégué sa compétence transport du RPI à la Communauté
de communes du Grand Autunois Morvan (CC GAM).
La convention conclue pour quatre ans fixe les modalités de prise en charge du Grand Chalon
suivantes :
Le montant annuel révisable du coût transport est de 51 181,90 € pour lequel la Région participe à
hauteur de 45%. La CC GAM refacture un tiers du reste à charge à la commune de Saint-Sernin du
Plain.
La participation du Grand Chalon s’élève 4 691,68 €.

2.3 Communes d’Aluze, Bouzeron et Chassey-le-Camp


Ces communes conventionnent soit avec la Région Bourgogne Franche-Comté soit avec le SIVU
« les Colibris ».
Le coût par élève est fixé à 372 € par an pour les élèves transportés par les services régionaux et
150 € par an pour ceux transportés par la Régie du SIVU.
La participation du grand Chalon sera calculée chaque année selon les effectifs transportés par
commune.
A titre d’exemple, pour l’année scolaire 2016/2017, la participation du Grand Chalon s’élèverait à
1 400 € pour la commune d’Aluze, 372 € pour Bouzeron et 1 080 € pour Chassey-le Camp.

DECISION

Cadre juridique :

Vu les statuts du Grand Chalon,

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment l’article L.5216-5,

Vu le Code des transports et notamment les articles L.1231-1, L.3111-7 et suivants,

Vu la loi n°2014-58 du 27 janvier 2014 de Modernisation de l’Action Publique Territoriale et


d’Affirmation des Métropoles (MAPTAM),

Vu la loi n° 2015-991 du 7 août 2015, portant nouvelle organisation territoriale de la République,


dite « Loi NOTRe »,

Vu les conventions jointes en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver les conventions de délégation et de financement de lignes de transport


communales ;
 D’autoriser Monsieur le Président ou son représentant à signer les conventions jointes en
annexe.

98
CONVENTION DE DELEGATION DE COMPETENCES POUR LES TRANSPORTS SCOLAIRES

LIGNES COMMUNALES DU SIVU « LES COLIBRIS »

relative à l'exécution de services réguliers scolaires en application du code des transports, du code
de l’éducation et de la loi n°83 663 du 22 juillet 1983 relative à la répartition des compétences entre
les Communes, les Départements, les Régions et l'Etat et de leurs textes d'application.

CONCLUE ENTRE

La Communauté d’Agglomération le Grand Chalon, représentée par son Président Monsieur


Sébastien Martin, dûment habilité aux fins des présentes par décision du Conseil Communautaire en
date du 5 février 2018

ci-après dénommée « le Grand Chalon »

d'une part,

ET

L'organisateur secondaire, le SIVU « LES COLIBRIS », représentée par son Président Monsieur
Daniel CHARTON, dûment habilité aux fins des présentes par décision du Conseil syndical en date
du ………………………

ci-après dénommé « L'organisateur »

d'autre part,

Il a été convenu ce qui suit,

Conformément aux termes de l’article L 3111-9 du code des transports modifié par la loi n° 2015-991
du 25 août 2015

« Si elles n'ont pas décidé de la prendre en charge elles-mêmes, la région ou l'autorité compétente
pour l'organisation des transports urbains peuvent confier par convention, dans les conditions
prévues à l'article L. 1111-8 du code général des collectivités territoriales, tout ou partie de
l'organisation des transports scolaires au département ou à des communes, des établissements
publics de coopération intercommunale, des syndicats mixtes, des établissements d'enseignement
ou des associations de parents d'élèves et des associations familiales. L'autorité compétente pour
l'organisation des transports urbains peut également confier, dans les mêmes conditions, tout ou
partie de l'organisation des transports scolaires à la région. »

Par ailleurs, l’article R 213-5 du code de l’éducation prévoit que « les conventions conclues par le
département ou l'autorité compétente pour l'organisation des transports urbains fixent les droits et
99

1/6
obligations des parties pour le cas où l'organisation du service serait confiée, en cours d'exécution, à
un autre organisateur en application du premier alinéa de l'article L. 213-12. »

Article 1 : Objet
La présente convention a pour objet de définir l'étendue et la nature des compétences déléguées
par le Grand Chalon à l'organisateur dans le domaine des transports scolaires et de déterminer les
relations qui les unissent.

Article 2 : Durée
La présente convention est conclue pour les périodes d’activités scolaires soit du jour de la rentrée
des classes des élèves fin août ou début septembre à la date de fin des cours début juillet.

Pour l’année scolaire 2017/2018 du 1er septembre 2017 au 06 juillet 2018.

La reconduction de la présente convention est tacite par année scolaire sauf dénonciation par l’une
ou l’autre des parties selon l’article 14, et dans la limite de la durée de Délégation du Service Public
des Transports Urbains (DSPTU) consentie à la STAC soit à la fin de l’année scolaire 2017-2018.

Article 3 : Définition des attributions déléguées


L'organisateur exerce en lieu et place du Grand Chalon, l’organisation, la gestion et le contrôle des
transports scolaires pour les enfants de maternelle et de primaire du SIVU « les Colibris » composé
des communes de Chamilly, Charrecey, Dennevy et Saint Gilles, , en régie directe.

Il exerce les responsabilités qui en découlent par dérogation à la DSP TU conclue avec la STAC le
05 novembre 2012 et notamment des articles 2 et 3.

La consistance des services est définie en annexe.

Article 4 : Consistance et conditions de fonctionnement des services


Les circuits décrits dans l’annexe 1 constituent les services objet de la présente convention.

Pour chacun des circuits constituant ces services, l'organisateur devra produire au Grand Chalon les
renseignements suivants (conformément à l’article R 213-4 du code de l’éducation) :

 Les établissements scolaires et les points d'arrêt à desservir ;

 L'itinéraire à suivre et le kilométrage quotidien ;

 Le nombre de jours pendant lesquels le service est assuré ;

 Le nombre d'élèves prévus et la répartition par ville;

 Les fréquences et les horaires à observer ;

 Les responsabilités respectives au contrat dans les mesures à prendre pour


assurer la garde des élèves.

L'organisateur fait siens les problèmes liés à la suppression ou à la réduction du service, notamment
pour ce qui concerne l'information des usagers ou toutes conséquences qui en découleraient.
Article 5 : Création ou modification de la consistance des services
Chacune des parties peut apporter des modifications dans la consistance des services et ce après
avis conforme de l'autre partie.

100

2/6
L'organisateur doit rechercher l’enchainement des circuits le plus économique et le plus rationnel, et
proposer les modifications correspondantes au Grand Chalon.

Si ces modifications impliquent des incidences financières supplémentaires, l'organisateur doit


obtenir l'agrément du Grand Chalon; en cas de mise en œuvre anticipée, la participation
correspondante sera attribuée selon les règles décrites à l’article 10 de la présente convention.

Si elles n'ont aucune incidence financière, l'organisateur doit simplement en tenir informé le Grand
Chalon au préalable.

L'organisateur doit prendre l'initiative de toute modification des services qui serait dictée par un souci
de sécurité, notamment à l'égard des surnombres éventuels.

Il doit en informer aussitôt le Grand Chalon qui dispose d'un délai de 15 jours à dater de la réception
du courrier pour faire connaître sa décision relative à la prise en charge de l'éventuel surcoût
occasionné.

Le Grand Chalon, pour sa part, peut également proposer des modifications à la consistance et aux
modalités d'exploitation des circuits.

Par ailleurs, le Grand Chalon met gratuitement à la disposition de l'organisateur ses services pour lui
apporter l'aide technique et administrative qu'il jugera nécessaire en matière de transports scolaires.

Article 6 : Modalités d'exploitation


L'organisateur est tenu de se conformer à la législation en vigueur concernant le transport routier de
personnes. Il s’engage notamment au respect :

 De la législation sociale applicable au transport et en particulier à la


déclaration intégrale à l’URSSAF des heures effectuées,

 De la convention collective à laquelle il adhère,

 De la législation fiscale applicable au transport public de voyageurs,

 De la Loi sur le Handicap et l’Egalité des Chances du 11 février 2005,


notamment en ce qui concerne le matériel roulant utilisé par ses sous-traitants,

 Des déclarations CNIL qui lui incombent.

Tout manquement au respect de la réglementation en vigueur, peut donner lieu à une résiliation de
plein droit, sans aucune indemnité.

Article 7 : Critères de prise en charge des élèves


Les élèves bénéficiaires sont ceux précisés à la réglementation régionale en matière de transports
scolaires et faisant partie du ressort territorial du Grand Chalon.

Pour des élèves qui seraient situés en dehors du ressort territorial et pris en charge par
l'organisateur, il conviendra de recueillir auprès de l’Autorité Organisatrice de Mobilité (AOM)
compétente, soit la Région Bourgogne Franche Comté, une délégation correspondante.

Article 8 : Conditions d'exploitation


Il veillera au respect des dispositions législatives et réglementaires en vigueur, en matière de
transport en commun de personnes, en particulier l'arrêté du 2 juillet 1982 modifié.

101

3/6
Article 9 : Contrôle des services par le Grand Chalon
Le SIVU fournira chaque année durant le mois de septembre les documents suivants :

 Concernant les personnes transportées :

Liste des élèves transportés avec les origines – destinations, date de naissance,

Liste des personnels accompagnateurs.

 Concernant le véhicule :

Copie du contrôle technique du véhicule,

Copie de l’attestation d’assurance.

 Concernant les conducteurs :

Copies des permis de conduire de transport en commun,

Copie de la Formation Initiale Minimale Obligatoire (FIMO) et la Formation Continue Obligatoire


(FCO) en cours de validité,

Copie de l’attestation conforme de visite médicale.

L'organisateur devra se soumettre à toute vérification de la part des agents mandatés par le Grand
Chalon.

Article 10 : Financement
Le Grand Chalon prend à sa charge 50% du coût du transport sur la base du prix d’un minibus prévu
à la convention soit 2,46 €/kms (valeur 2012).

Le coût global du service, calculé sur les hypothèses de l’annexe 2, est de 42 508,80 € (valeur
2012), soit une participation annuelle du Grand Chalon de 21 254,40€.

Conformément aux règles appliquées pour la DSP transport du Grand Chalon, le coût du service est
révisé par année sur le cœfficient de l’année n-1 soit pour l’année scolaire 2017/2018 le cœfficient
sur l’année 2017.

Pour l’année 2017, date d’entrée des communes dans le ressort territorial du Grand Chalon, ce
dernier conformément à la décision du Conseil Communautaire du 16 janvier 2017, participera à
hauteur de 5 % complément de la prise en charge du Département

Le montant pris en compte par le Département était de 17 133,60€ pour une année pleine. le Grand
Chalon versera 514,01€ (5% de 6/10).

La participation du grand Chalon sera diminuée du montant versé aux communes avec lesquelles le
SIVU a signé une convention de participation pour le transport scolaire, dont le coût à l’élève est fixé
à 150€.

Pour la période du 1 er janvier au 6 juillet 2017, le détail des participations déduites se décompose
comme suit : Aluze : 360€ ; Chassey le Camp : 90 € ; soit 450 € de déduction.

Article 11 : Révision des coûts d'exploitation


La formule de révision annuelle est prévue au contrat de DSP et est jointe en annexe 4.

Article 12 : Paiements

102

4/6
Les versements seront réalisés par le Grand Chalon, sur chaque année civile au prorata de la
période scolaire en cour, à terme échu, sous réserve de la fourniture par l’organisateur des pièces
demandées dans la présente convention.

Article 13 : Surveillance du service


La responsabilité du transport et la garde des élèves pendant le transport ou lors de la montée et de
la descente du véhicule, incombent à l'organisateur.

Il appartient à ce dernier de se conformer à toutes les dispositions réglementaires en vigueur et


notamment d'assurer la présence d'une personne accompagnatrice lorsque le service comporte au
moins un enfant n'atteignant pas son cinquième anniversaire au cours de l'année scolaire
considérée, sauf dans le cas où celui-ci est assuré par un véhicule de 9 places maximum
(conducteur compris).

Article 14 : Assurances
L'organisateur assure la responsabilité civile relative aux enfants transportés et aux tiers.

Il lui appartient à cet effet, de souscrire toutes assurances qui complétera celles éventuellement déjà
prises par les familles et les établissements scolaires.

L’organisateur doit adresser la copie de son attestation assurance au Grand Chalon ou document
spécifiant les termes nécessaires à la couverture juridique dès la notification de la présente
convention.

Article 15 : Sécurité
L'organisateur doit porter à la connaissance des élèves, les règles de sécurité et de discipline.

A cet effet, il est recommandé l'affichage dans les véhicules de cette réglementation.

L'organisateur devra veiller particulièrement à ce que les élèves soient transportés assis et que les
véhicules soient équipés d'un extincteur, d'une boîte de premier secours et d'un pictogramme avant
et arrière.

En tout état de cause, l'organisateur secondaire est tenu de respecter et de faire respecter les
dispositions législatives et réglementaires en vigueur relatives à la sécurité.

Article 16 : Révision - Résiliation


La convention peut être révisée à tout moment et faire l'objet d'un avenant sur accord des deux
parties.

Elle pourra être résiliée par l’une ou l’autre des parties en fin d’une année scolaire avec un préavis
de six mois.

Elle pourra être résiliée par le Grand Chalon à tout moment de l'année scolaire sans indemnité en
cas d'inobservations graves ou répétées des clauses de la convention ou d'une mauvaise exécution
d'un ou des services pouvant notamment mettre en cause la sécurité des personnes transportées.

Fait à Chalon-Sur-Saône, le

103

5/6
Le Président du SIVU « Les Colibri », Le Président de la Communauté d’Agglomération du Grand
Chalon,

Daniel CHARTON Sébastien MARTIN,

104

6/6
CONVENTION DE DELEGATION DE COMPETENCES POUR LES TRANSPORTS SCOLAIRES

LIGNE COMMUNALE DE LA COMMUNE DE CHEILLY LES MARANGES

relative à l'exécution de services réguliers scolaires en application du code des transports, du code
de l’éducation et de la loi n°83 663 du 22 juillet 1983 relative à la répartition des compétences entre
les Communes, les Départements, les Régions et l'Etat et de leurs textes d'application.

CONCLUE ENTRE

La Communauté d’Agglomération le Grand Chalon, représentée par son Président Monsieur


Sébastien Martin, dûment habilité aux fins des présentes par décision du Conseil Communautaire en
date du 5 février 2018

ci-après dénommée « le Grand Chalon »

d'une part,

ET

L'organisateur secondaire, la commune de Cheilly les Maranges, représentée par son Maire
Monsieur Marc LABULLE, dûment habilité aux fins des présentes par décision du Conseil municipal
en date du ………………………

ci-après dénommé « L'organisateur »

d'autre part,

Il a été convenu ce qui suit,

Conformément aux termes de l’article L 3111-9 du code des transports modifié par la loi n° 2015-991
du 25 août 2015

« Si elles n'ont pas décidé de la prendre en charge elles-mêmes, la région ou l'autorité compétente
pour l'organisation des transports urbains peuvent confier par convention, dans les conditions
prévues à l'article L. 1111-8 du code général des collectivités territoriales, tout ou partie de
l'organisation des transports scolaires au département ou à des communes, des établissements
publics de coopération intercommunale, des syndicats mixtes, des établissements d'enseignement
ou des associations de parents d'élèves et des associations familiales. L'autorité compétente pour
l'organisation des transports urbains peut également confier, dans les mêmes conditions, tout ou
partie de l'organisation des transports scolaires à la région. »

Par ailleurs, l’article R 213-5 du code de l’éducation prévoit que « les conventions conclues par le
département ou l'autorité compétente pour l'organisation des transports urbains fixent les droits et
105

1/5
obligations des parties pour le cas où l'organisation du service serait confiée, en cours d'exécution, à
un autre organisateur en application du premier alinéa de l'article L. 213-12. »

Article 1 : Objet
La présente convention a pour objet de définir l'étendue et la nature des compétences déléguées
par le Grand Chalon à l'organisateur dans le domaine des transports scolaires et de déterminer les
relations qui les unissent.

Article 2 : Durée
La présente convention est conclue pour une durée de 3 ans à compter du 1er septembre 2017. Son
échéance est fixée au 31 août 2020.

Article 3 : Définition des attributions déléguées


L'organisateur exerce en lieu et place du Grand Chalon, l’organisation, la gestion et le contrôle des
transports scolaires pour les enfants de maternelle et de primaire de la commune de Cheilly les
Maranges.

Il exerce les responsabilités qui en découlent par dérogation à la Délégation de Services Publics
(DSP) du transport de voyageur conclue avec la STAC, Société des Transports de l’Agglomération
Chalonnaise, le 05 novembre 2012 et notamment des articles 2 et 3.

La consistance des services est définie en annexe.

Article 4 : Consistance et conditions de fonctionnement des services


Les circuits décrits dans l’annexe 1 constituent les services objet de la présente convention.

Pour chacun des circuits constituant ces services, l'organisateur devra produire au Grand Chalon les
renseignements suivants (conformément à l’article R 213-4 du code de l’éducation) :

 Les établissements scolaires et les points d'arrêt à desservir ;

 L'itinéraire à suivre et le kilométrage quotidien ;

 Le nombre de jours pendant lesquels le service est assuré ;

 Le nombre d'élèves prévus et la répartition par communes ;

 Les fréquences et les horaires à observer ;

 Les responsabilités respectives au contrat dans les mesures à prendre pour


assurer la garde des élèves.

L'organisateur fait siens les problèmes liés à la suppression ou à la réduction du service, notamment
pour ce qui concerne l'information des usagers ou toutes conséquences qui en découleraient.

Article 5 : Création ou modification de la consistance des services


Chacune des parties peut apporter des modifications dans la consistance des services et ce après
avis conforme de l'autre partie.

L'organisateur doit rechercher l’enchainement des circuits le plus économique et le plus rationnel, et
proposer les modifications correspondantes au Grand Chalon.

106

2/5
Si ces modifications impliquent des incidences financières supplémentaires, l'organisateur doit
obtenir l'agrément du Grand Chalon; en cas de mise en œuvre anticipée, la participation
correspondante sera attribuée selon les règles décrites à l’article 10 de la présente convention.

Si elles n'ont aucune incidence financière, l'organisateur doit simplement en tenir informé le Grand
Chalon au préalable.

L'organisateur doit prendre l'initiative de toute modification des services qui serait dictée par un souci
de sécurité, notamment à l'égard des surnombres éventuels.

Il doit en informer aussitôt le Grand Chalon qui dispose d'un délai de 15 jours à dater de la réception
du courrier pour faire connaître sa décision relative à la prise en charge de l'éventuel surcoût
occasionné.

Le Grand Chalon, pour sa part, peut également proposer des modifications à la consistance et aux
modalités d'exploitation des circuits.

Par ailleurs, le Grand Chalon met gratuitement à la disposition de l'organisateur ses services pour lui
apporter l'aide technique et administrative qu'il jugera nécessaire en matière de transports scolaires.

Article 6 : Modalités d'exploitation


L'organisateur a conclu un marché public de transport joint en annexe de cette convention.

Article 7 : Critères de prise en charge des élèves


Les élèves bénéficiaires sont ceux précisés à la réglementation régionale en matière de transports
scolaires et faisant partie du ressort territorial du Grand Chalon.

Pour des élèves qui seraient situés en dehors du ressort territorial et pris en charge par
l'organisateur, il conviendra de recueillir auprès de l’Autorité Organisatrice de Mobilité (AOM)
compétente, soit la Région Bourgogne Franche Comté, une délégation correspondante.

Article 8 : Conditions d'exploitation


Il veillera au respect des dispositions législatives et réglementaires en vigueur, en matière de
transport en commun de personnes, en particulier l'arrêté du 2 juillet 1982 modifié.

Article 9 : Contrôle des services par le Grand Chalon


La commune fournira chaque année durant le mois de septembre les documents suivants :

 Concernant les personnes transportées :

Liste des élèves transportés avec les origines – destinations, date de naissance,

Liste des personnels accompagnateurs.

 Concernant le marché public :

Le détail du calcul de révision,

L'organisateur devra se soumettre à toute vérification de la part des agents mandatés par le Grand
Chalon.

Article 10 : Financement

107

3/5
Le Grand Chalon prend à sa charge 50% du coût du transport sur la base des éléments du marché
public de transport signé le 5 juillet 2016.

Le coût global du service, s’élève à 195 377,60 € pour la durée du marché, soit une participation
annuelle du Grand Chalon de 24 422,20€.

Pour l’année 2017, date d’entrée des communes dans le ressort territorial du Grand Chalon, ce
dernier conformément à la décision du Conseil Communautaire du 16 janvier 2017, participera à
hauteur de 5 % complément de la prise en charge du Département

Le montant pris en compte par le Département était de 48 844,40 € pour une année pleine, le Grand
Chalon versera 1 465,33 € (5% de 6/10).

Article 11 : Révision des coûts d'exploitation


Le coût du service est révisé chaque année, conformément à l’article 6.3.3 du CCAP.

Article 12 : Paiements
Les versements trimestriels seront réalisés par le Grand Chalon, sur chaque année civile au prorata
de la période scolaire en cours, à terme échu, sous réserve de la fourniture par l’organisateur des
pièces demandées dans la présente convention.

Article 13 : Surveillance du service


La responsabilité du transport et la garde des élèves pendant le transport ou lors de la montée et de
la descente du véhicule, incombent à l'organisateur.

Il appartient à ce dernier de se conformer à toutes les dispositions réglementaires en vigueur et


notamment d'assurer la présence d'une personne accompagnatrice lorsque le service comporte au
moins un enfant n'atteignant pas son cinquième anniversaire au cours de l'année scolaire
considérée, sauf dans le cas où celui-ci est assuré par un véhicule de 9 places maximum
(conducteur compris).

Article 14 : Assurances
L'organisateur assure la responsabilité civile relative aux enfants transportés et aux tiers.

L’organisateur doit adresser la copie de l’attestation assurance du titulaire du marché au Grand


Chalon ou document spécifiant les termes nécessaires à la couverture juridique dès la notification de
la présente convention.

Article 15 : Sécurité
L'organisateur doit porter à la connaissance des élèves, les règles de sécurité et de discipline.

A cet effet, il est recommandé l'affichage dans les véhicules de cette réglementation.

L'organisateur devra veiller particulièrement à ce que les élèves soient transportés assis et que les
véhicules soient équipés d'un extincteur, d'une boîte de premier secours et d'un pictogramme avant
et arrière.
108

4/5
En tout état de cause, l'organisateur secondaire est tenu de respecter et de faire respecter les
dispositions législatives et réglementaires en vigueur relatives à la sécurité.

Article 16 : Révision - Résiliation


La convention peut être révisée à tout moment et faire l'objet d'un avenant sur accord des deux
parties.

Elle pourra être résiliée par l’une ou l’autre des parties en fin d’une année scolaire avec un préavis
de six mois.

Elle pourra être résiliée par le Grand Chalon à tout moment de l'année scolaire sans indemnité en
cas d'inobservations graves ou répétées des clauses de la convention ou d'une mauvaise exécution
d'un ou des services pouvant notamment mettre en cause la sécurité des personnes transportées.

Fait à Chalon-Sur-Saône, le

Le Maire de Cheilly les Maranges, Le Président de la Communauté d’Agglomération du Grand


Chalon,

Marc LABULLE Sébastien MARTIN,

109

5/5
CONVENTION DE DELEGATION DE COMPETENCES POUR LES TRANSPORTS SCOLAIRES

LIGNE COMMUNALE DE LA COMMUNE DE REMIGNY

relative à l'exécution de services réguliers scolaires en application du code des transports, du code
de l’éducation et de la loi n°83 663 du 22 juillet 1983 relative à la répartition des compétences entre
les Communes, les Départements, les Régions et l'Etat et de leurs textes d'application.

CONCLUE ENTRE

La Communauté d’Agglomération le Grand Chalon, représentée par son Président Monsieur


Sébastien MARTIN, dûment habilité aux fins des présentes par décision du Conseil Communautaire
en date du 5 février 2018

ci-après dénommée « le Grand Chalon »

d'une part,

ET

L'organisateur secondaire, la commune de Remigny, représentée par son Maire Monsieur


Michel MOURON, dûment habilité aux fins des présentes par décision du Conseil municipal en date
du 1er juin 2016.

ci-après dénommé « L'organisateur »

d'autre part,

Il a été convenu ce qui suit,

Conformément aux termes de l’article L 3111-9 du code des transports modifié par la loi n° 2015-991
du 25 août 2015

« Si elles n'ont pas décidé de la prendre en charge elles-mêmes, la région ou l'autorité compétente
pour l'organisation des transports urbains peuvent confier par convention, dans les conditions
prévues à l'article L. 1111-8 du code général des collectivités territoriales, tout ou partie de
l'organisation des transports scolaires au département ou à des communes, des établissements
publics de coopération intercommunale, des syndicats mixtes, des établissements d'enseignement
ou des associations de parents d'élèves et des associations familiales. L'autorité compétente pour
l'organisation des transports urbains peut également confier, dans les mêmes conditions, tout ou
partie de l'organisation des transports scolaires à la région. »

110

1/5
Par ailleurs, l’article R 213-5 du code de l’éducation prévoit que « les conventions conclues par le
département ou l'autorité compétente pour l'organisation des transports urbains fixent les droits et
obligations des parties pour le cas où l'organisation du service serait confiée, en cours d'exécution, à
un autre organisateur en application du premier alinéa de l'article L. 213-12. »

Article 1 : Objet
La présente convention a pour objet de définir l'étendue et la nature des compétences déléguées
par le Grand Chalon à l'organisateur dans le domaine des transports scolaires et de déterminer les
relations qui les unissent.

Article 2 : Durée
La présente convention est conclue pour une durée de 1 an à compter du 1er septembre 2017. Son
échéance est fixée au 6 juillet 2018.

Article 3 : Définition des attributions déléguées


L'organisateur exerce en lieu et place du Grand Chalon, l’organisation, la gestion et le contrôle des
transports scolaires pour les enfants de maternelle de la commune de Remigny.

Il exerce les responsabilités qui en découlent par dérogation à la DSP TU conclue avec la STAC le
05 novembre 2012 et notamment des articles 2 et 3.

La consistance des services est définie en annexe.

Article 4 : Consistance et conditions de fonctionnement des services


Les circuits décrits dans l’annexe 1 constituent les services objet de la présente convention.

Pour chacun des circuits constituant ces services, l'organisateur devra produire au Grand Chalon les
renseignements suivants (conformément à l’article R 213-4 du code de l’éducation) :

 Les établissements scolaires et les points d'arrêt à desservir ;

 L'itinéraire à suivre et le kilométrage quotidien ;

 Le nombre de jours pendant lesquels le service est assuré ;

 Le nombre d'élèves prévus et la répartition par ville;

 Les fréquences et les horaires à observer ;

 Les responsabilités respectives au contrat dans les mesures à prendre pour


assurer la garde des élèves.

L'organisateur fait siens les problèmes liés à la suppression ou à la réduction du service, notamment
pour ce qui concerne l'information des usagers ou toutes conséquences qui en découleraient.

Article 5 : Création ou modification de la consistance des services


Chacune des parties peut apporter des modifications dans la consistance des services et ce après
avis conforme de l'autre partie.

111

2/5
L'organisateur doit rechercher l’enchainement des circuits le plus économique et le plus rationnel, et
proposer les modifications correspondantes au Grand Chalon.

Si ces modifications impliquent des incidences financières supplémentaires, l'organisateur doit


obtenir l'agrément du Grand Chalon; en cas de mise en œuvre anticipée, la participation
correspondante sera attribuée selon les règles décrites à l’article 10 de la présente convention.

Si elles n'ont aucune incidence financière, l'organisateur doit simplement en tenir informé le Grand
Chalon au préalable.

L'organisateur doit prendre l'initiative de toute modification des services qui serait dictée par un souci
de sécurité, notamment à l'égard des surnombres éventuels.

Il doit en informer aussitôt le Grand Chalon qui dispose d'un délai de 15 jours à dater de la réception
du courrier pour faire connaître sa décision relative à la prise en charge de l'éventuel surcoût
occasionné.

Le Grand Chalon, pour sa part, peut également proposer des modifications à la consistance et aux
modalités d'exploitation des circuits.

Par ailleurs, le Grand Chalon met gratuitement à la disposition de l'organisateur ses services pour lui
apporter l'aide technique et administrative qu'il jugera nécessaire en matière de transports scolaires.

Article 6 : Modalités d'exploitation


L'organisateur a conclu un marché public de transport joint en annexe de cette convention.

Article 7 : Critères de prise en charge des élèves


Les élèves bénéficiaires sont ceux précisés à la réglementation régionale en matière de transports
scolaires et faisant partie du ressort territorial du Grand Chalon.

Pour des élèves qui seraient situés en dehors du ressort territorial et pris en charge par
l'organisateur, il conviendra de recueillir auprès de l’Autorité Organisatrice de Mobilité (AOM)
compétente, soit la Région Bourgogne Franche Comté, une délégation correspondante.

Article 8 : Conditions d'exploitation


Il veillera au respect des dispositions législatives et réglementaires en vigueur, en matière de
transport en commun de personnes, en particulier l'arrêté du 2 juillet 1982 modifié.

Article 9 : Contrôle des services par le Grand Chalon


La commune fournira chaque année durant le mois de septembre les documents suivants :

 Concernant les personnes transportées :

Liste des élèves transportés avec les origines – destinations, date de naissance,

Liste des personnels accompagnateurs.

 Concernant le marché public :

Le détail du calcul de révision,

112

3/5
L'organisateur devra se soumettre à toute vérification de la part des agents mandatés par le Grand
Chalon.

Article 10 : Financement
Le Grand Chalon prend à sa charge 50% du coût du transport sur la base des éléments du marché
public de transport signé le 17 juillet 2017

Le coût global du service, s’élève à 8 978,80 € pour la durée du marché, soit une participation
annuelle du Grand Chalon 4 489,40€.

Pour l’année 2017, date d’entrée des communes dans le ressort territorial du Grand Chalon, ce
dernier conformément à la décision du Conseil Communautaire du 16 janvier 2017, participera à
hauteur de 5 % complément de la prise en charge du Département

Le montant pris en compte par le Département était de 9 911 € pour une année pleine, le Grand
Chalon versera 297,33 € (5% de 6/10)

Article 11 : Révision des coûts d'exploitation


Le coût du service est révisé chaque année, conformément à l’article 6.3.3 du CCAP.

Article 12 : Paiements
Les versements seront réalisés par le Grand Chalon, sur chaque année civile au prorata de la
période scolaire en cours, à terme échu, sous réserve de la fourniture par l’organisateur des pièces
demandées dans la présente convention.

Article 13 : Surveillance du service


La responsabilité du transport et la garde des élèves pendant le transport ou lors de la montée et de
la descente du véhicule, incombent à l'organisateur.

Il appartient à ce dernier de se conformer à toutes les dispositions réglementaires en vigueur et


notamment d'assurer la présence d'une personne accompagnatrice lorsque le service comporte au
moins un enfant n'atteignant pas son cinquième anniversaire au cours de l'année scolaire
considérée, sauf dans le cas où celui-ci est assuré par un véhicule de 9 places maximum
(conducteur compris).

Article 14 : Assurances
L'organisateur assure la responsabilité civile relative aux enfants transportés et aux tiers.

L’organisateur doit adresser la copie de l’attestation assurance du titulaire du marché au Grand


Chalon ou document spécifiant les termes nécessaires à la couverture juridique dès la notification de
la présente convention.

113

4/5
Article 15 : Sécurité
L'organisateur doit porter à la connaissance des élèves, les règles de sécurité et de discipline.

A cet effet, il est recommandé l'affichage dans les véhicules de cette réglementation.

L'organisateur devra veiller particulièrement à ce que les élèves soient transportés assis et que les
véhicules soient équipés d'un extincteur, d'une boîte de premier secours et d'un pictogramme avant
et arrière.

En tout état de cause, l'organisateur secondaire est tenu de respecter et de faire respecter les
dispositions législatives et réglementaires en vigueur relatives à la sécurité.

Article 16 : Révision - Résiliation


La convention peut être révisée à tout moment et faire l'objet d'un avenant sur accord des deux
parties.

Elle pourra être résiliée par l’une ou l’autre des parties en fin d’une année scolaire avec un préavis
de six mois.

Elle pourra être résiliée par le Grand Chalon à tout moment de l'année scolaire sans indemnité en
cas d'inobservations graves ou répétées des clauses de la convention ou d'une mauvaise exécution
d'un ou des services pouvant notamment mettre en cause la sécurité des personnes transportées.

Fait à Chalon-Sur-Saône, le

Le Maire de Remigny, Le Président de la Communauté d’Agglomération du Grand


Chalon,

Michel MOURON Sébastien MARTIN,

114

5/5
CONVENTION RELATIVE AUX CONDITIONS DE PARTICIPATION AU COUT DES
SERVICES DE TRANSPORT DE LA COMMNE DE SAINT BERAIN SUR DHEUNE

Entre les soussignés :

- La Communauté d’Agglomération du Grand Chalon, représentée par son


Président, Sébastien MARTIN,

Ci après désignée le Grand Chalon

- La commune de Saint Bérain sur Dheune, représenté par son Maire, Eric
REBILLARD

Ci après désignée la Commune

Il a été convenu ce qui suit

Article 1 :

La présente convention a pour objet de définir les modalités de la participation financière du


Grand Chalon au coût du service de transport pour la commune de Saint Bérain sur Dheune.

Article 2 :

Le SIVOS de la haute Dheune est le maître d’ouvrage du service de transport par délégation
du Conseil Régional Bourgogne Franche Comté, pour les communes d’Essertenne, Perreuil
et Saint Bérain sur Dheune.

L’organisation et la gestion de ce service sont confiées à la société Autocars Girardot dans le


cadre d’un marché public pour un montant annuel de 53 240€ TTC pendant 4 ans.

Le coût de ce transport pour la commune de Saint Bérain sur Dheune est fixé chaque année
selon le nombre d’élèves transportés (40 %) et le nombre d’habitants (60%).
La participation des communes est déterminée lors du vote du budget du SIVOS.

Article 3 :

Les modalités de prise en charge définies entre le Grand Chalon, Le SIVOS et le Conseil
Régional Bourgogne Franche Comté pour la répartition du coût du service sont les
suivantes :

- La Région Bourgogne Franche Comté prend à sa charge : 45% du coût de


transport pour les trajets du matin, midi et du soir sur la base des tarifs de l'année
scolaire en cours.

- Le Grand Chalon participera à hauteur de 50 % du reste à charge de la commune


de Saint Bérain sur Dheune.

Pour l’année 2017, date d’entrée de la commune dans le ressort territorial du Grand Chalon,
ce dernier conformément à la décision du Conseil Communautaire du 16 janvier 2017,
participera à hauteur de 50%.
Le montant pris en compte par le Département était de 53 240 € pour une année pleine, le
Grand Chalon versera 3 165,56 € (6/10)

115
Pour les années suivantes, le montant sera calculé dès réception des effectifs des élèves
transportés, du nombre d’habitant retenu et de la variation des prix du marché.

Article 4 :

Si pour des raisons techniques, le service devait être restructuré, la participation du Grand
Chalon sera recalculée selon les nouvelles dispositions.

Article 5 :

Les versements seront réalisés annuellement par le Grand Chalon, sur chaque année civile
au prorata de la période scolaire en cours, à terme échu, sous réserve de la fourniture par
l’organisateur de la copie du marché de transport, des effectifs et leur proratisation.

Article 6 :

La présente convention est conclue pour une durée de quatre ans à compter du 1er
septembre 2017. Son échéance est fixée au 31 août 2020.

Article 7 :

Toute modification de la présente convention devra faire l'objet d'un avenant.

Article 8 :

La commune et le Grand Chalon pourront résilier la présente convention avec un préavis de


6 mois, la date d'effet n'intervenant qu'a la fin de l'année scolaire en cours.

Article 9 :

Les litiges qui résulteraient de l'application de la présente convention feront l'objet d'une
tentative de conciliation organisée par le Président du tribunal administratif de Dijon en
application de l'article L3 du code des Tribunaux administratifs et des Cours administratives
d'Appel.

A défaut de conciliation, les litiges seront soumis à la juridiction compétente.

Fait à Chalon sur Saône, le

Le Président du Grand Chalon Le Maire de Saint Bérain sur Dheune

116
CONVENTION RELATIVE AUX CONDITIONS DE PARTICIAPTION AU COUT DES
SERVICES DE TRANSPORT DE LA COMMNE DE SAINT SERNIN DU PLAIN

Entre les soussignés :

- La Communauté d’Agglomération du Grand Chalon, représentée par son


Président, Sébastien MARTIN,

Ci après désignée le Grand Chalon

- La commune de Saint Sernin du Plain, représenté par son Maire, Jean Pierre
MONNOT

Ci après désigné la Commune

Il a été convenu ce qui suit

Article 1 :

La présente convention a pour objet de définir les modalités de la participation financière du


Grand Chalon au cout du service de transport pour la commune de Saint Sernin du Plain.

Article 2 :

La Communauté de Commune du Grand Autunois Morvan (CC GAM) est le maître


d’ouvrage du service de transport par délégation du Conseil Régional Bourgogne Franche
Comté, pour les communes de Saint Gervais sur Couches et Saint Maurice lès Couches et
Saint Sernin du Plain.

L’organisation et la gestion de ce service sont confiées à la société Autocars Girardot dans le


cadre d’un marché public confié pour un montant annuel de 51 181,90€.

Le coût de ce transport pour la commune de Saint Sernin du Plain est fixé par convention
avec la CC GAM à 1/3 du coût du transport.

Article 3 :

Les modalités de prise en charge définies entre le Grand Chalon, la Communauté de


Communes et le Conseil Régional Bourgogne Franche Comté pour la répartition du cout du
service sont les suivantes :

- La Région Bourgogne Franche Comté prend à sa charge : 45% du coût de


transport pour les trajets du matin, midi et du soir sur la base des tarifs de l'année
scolaire en cours

- Le Grand Chalon participera à hauteur de 50% du reste à charge de la commune


de Saint Sernin du Plain.

Article 4 :

Si pour des raisons techniques, le service devait être restructuré, la participation de la Grand
Chalon ne sera recalculée selon les nouvelles dispositions.

117
Article 5 :

Les versements seront réalisés par le Grand Chalon, sur chaque année civile au prorata de
la période scolaire en cours, à terme échu, sous réserve de la fourniture par l’organisateur
des pièces demandées dans la présente convention.

Article 6 :

La présente convention est conclue pour une durée de quatre ans à compter du 1er
septembre 2017. Son échéance est fixée au 31 août 2020.

Pour l’année 2017, date d’entrée de la commune dans le ressort territorial du Grand Chalon,
ce dernier conformément à la décision du Conseil Communautaire du 16 janvier 2017,
participera à hauteur de 50%.
Le montant pris en compte par le Département était de 51 181,90 € pour une année pleine.
La participation de la Région versée à la CC GAM porte le montant à 28 150,05€, dont un
reste à charge de la commune de 9 383,35€.
Dès lors, le Grand Chalon versera 2 815,02 € (6/10)

Article 7 :

Toute modification de la présente convention devra faire l'objet d'un avenant.

Article 8 :

La commune et le Grand Chalon pourront résilier la présente convention avec un préavis de


6 mois, la date d'effet n'intervenant qu'a la fin de l'année scolaire en cours.

Article 9 :

Les litiges qui résulteraient de l'application de la présente convention feront l'objet d'une
tentative de conciliation organisée par le Président du tribunal administratif de Dijon en
application de l'article L3 du code des Tribunaux administratifs et des Cours administratives
d'Appel.

A défaut de conciliation, les litiges seront soumis à la juridiction compétente.

Fait à Chalon sur Saône, le

Le Président du Grand Chalon Le Maire de Saint Sernin du Plain

118
CONVENTION RELATIVE AUX CONDITIONS DE PARTICIAPTION AU COUT DES
SERVICES DE TRANSPORT DE LA COMMNE D’ALUZE

Entre les soussignés :

- La Communauté d’Agglomération du Grand Chalon, représentée par son


Président, Sébastien MARTIN,

Ci après désignée le Grand Chalon

- La commune d’Aluze, représenté par son Maire, Andrée DOUHERET

Ci après désigné la Commune

Il a été convenu ce qui suit

Article 1 :

La présente convention a pour objet de définir les modalités de la participation financière du


Grand Chalon au cout du service de transport pour la commune d’Aluze.

Article 2 :

La commune d’Aluze a passé convention avec le SIVU « les Colibris » pour assurer le
transport des élèves de primaire et de maternelle.

Le coût de ce transport pour la commune d’Aluze est fixé chaque année selon le nombre
d’élèves transportés.
Pour une année scolaire il s’élève à 150€ par élève.

Article 3 :

Les modalités de prise en charge définies entre le Grand Chalon, la commune pour le coût
du transport sont les suivantes :

- Le Grand Chalon participera à hauteur de 50% du coût

Pour l’année 2017, date d’entrée de la commune dans le ressort territorial du Grand Chalon,
ce dernier conformément à la décision du Conseil Communautaire du 16 janvier 2017,
participera à hauteur de 360 € pour l’année scolaire 2016/2017.

Article 4 :

Les versements seront réalisés par le Grand Chalon, sur chaque année civile au prorata de
la période scolaire en cours, à terme échu, sous réserve de la fourniture par la commune des
factures et de la convention.

Article 5 :

La présente convention est conclue pour une durée de quatre ans à compter du 1er
septembre 2017. Son échéance est fixée au 31 août 2020.

119
Article 6 :

Toute modification de la présente convention devra faire l'objet d'un avenant.

Article 7 :

La commune et le Grand Chalon pourront résilier la présente convention avec un préavis de


6 mois, la date d'effet n'intervenant qu'a la fin de l'année scolaire en cours.

Article 8 :

Les litiges qui résulteraient de l'application de la présente convention feront l'objet d'une
tentative de conciliation organisée par le Président du tribunal administratif de Dijon en
application de l'article L3 du code des Tribunaux administratifs et des Cours administratives
d'Appel.

A défaut de conciliation, les litiges seront soumis à la juridiction compétente.

Fait à Chalon sur Saône, le

Le Président du Grand Chalon Le Maire d’Aluze

120
CONVENTION RELATIVE AUX CONDITIONS DE PARTICIAPTION AU COUT DES
SERVICES DE TRANSPORT DE LA COMMNE DE BOUZERON

Entre les soussignés :

- La Communauté d’Agglomération du Grand Chalon, représentée par son


Président, Sébastien MARTIN,

Ci après désignée le Grand Chalon

- La commune de Bouzeron, représenté par son Maire, Claude GAY

Ci après désigné la Commune

Il a été convenu ce qui suit

Article 1 :

La présente convention a pour objet de définir les modalités de la participation financière du


Grand Chalon au cout du service de transport pour la commune de Bouzeron.

Article 2 :

La commune de Bouzeron a passé convention avec la Région Bourgogne Franche Comté


pour assurer le transport de ses élèves de primaire et de maternelles

Le coût de ce transport pour la commune de Bouzeron est fixé chaque année selon le
nombre d’élèves transportés. Pour une année scolaire il s’élève à 372€ par élève.

Article 3 :

Les modalités de prise en charge définies entre le Grand Chalon, la commune pour le coût
du transport sont les suivantes :

- Le Grand Chalon participera à hauteur de 50% du coût

Pour l’année 2017, date d’entrée de la commune dans le ressort territorial du Grand Chalon,
ce dernier conformément à la décision du Conseil Communautaire du 16 janvier 2017,
participera à hauteur de 111, 60 € (6/10) pour l’année scolaire 2016/2017.

Article 4 :

Les versements seront réalisés par le Grand Chalon, sur chaque année civile au prorata de
la période scolaire en cours, à terme échu, sous réserve de la fourniture par la commune des
factures et de la convention.

Article 5 :

La présente convention est conclue pour une durée de quatre ans à compter du 1er
septembre 2017. Son échéance est fixée au 31 août 2020.

121
Article 6 :

Toute modification de la présente convention devra faire l'objet d'un avenant.

Article 7 :

La commune et le Grand Chalon pourront résilier la présente convention avec un préavis de


6 mois, la date d'effet n'intervenant qu'a la fin de l'année scolaire en cours.

Article 8 :

Les litiges qui résulteraient de l'application de la présente convention feront l'objet d'une
tentative de conciliation organisée par le Président du tribunal administratif de Dijon en
application de l'article L3 du code des Tribunaux administratifs et des Cours administratives
d'Appel.

A défaut de conciliation, les litiges seront soumis à la juridiction compétente.

Fait à Chalon sur Saône, le

Le Président du Grand Chalon Le Maire de Bouzeron

122
CONVENTION RELATIVE AUX CONDITIONS DE PARTICIAPTION AU COUT DES
SERVICES DE TRANSPORT DE LA COMMNE DE CHASSEY LE CAMP

Entre les soussignés :

- La Communauté d’Agglomération du Grand Chalon, représentée par son


Président, Sébastien MARTIN,

Ci après désignée le Grand Chalon

- La commune de Chassey le Camp, représenté par son Maire, Jean Louis


DOREAU

Ci après désigné la Commune

Il a été convenu ce qui suit

Article 1 :

La présente convention a pour objet de définir les modalités de la participation financière du


Grand Chalon au cout du service de transport pour la commune de Chassey le Camp.

Article 2 :

La commune de Chassey le Camp a passé convention avec le SIVU « les Colibris » et la


Région Bourgogne Franche Comté pour assurer le transport des élèves de primaire et de
maternelle.

Le coût de ce transport pour la commune de Chassey le Camp est fixé chaque année selon
le nombre d’élèves transportés. Pour une année scolaire il s’élève à 372€ par élève
transportés sur le circuit de transport régional et 150€ par élèves transportés par le service
de régie du SIVU.

Article 3 :

Les modalités de prise en charge définies entre le Grand Chalon, la commune pour le coût
du transport sont les suivantes :

- Le Grand Chalon participera à hauteur de 50% du coût

Pour l’année 2017, date d’entrée de la commune dans le ressort territorial du Grand Chalon,
ce dernier conformément à la décision du Conseil Communautaire du 16 janvier 2017,
participera à hauteur de 648€ pour l’année scolaire 2016/2017.

Article 4 :

Les versements seront réalisés par le Grand Chalon, sur chaque année civile au prorata de
la période scolaire en cours, à terme échu, sous réserve de la fourniture par la commune des
factures et de la convention.

123
Article 5 :

La présente convention est conclue pour une durée de quatre ans à compter du 1er
septembre 2017. Son échéance est fixée au 31 août 2020.

Article 6 :

Toute modification de la présente convention devra faire l'objet d'un avenant.

Article 7 :

La commune et le Grand Chalon pourront résilier la présente convention avec un préavis de


6 mois, la date d'effet n'intervenant qu'a la fin de l'année scolaire en cours.

Article 8 :

Les litiges qui résulteraient de l'application de la présente convention feront l'objet d'une
tentative de conciliation organisée par le Président du tribunal administratif de Dijon en
application de l'article L3 du code des Tribunaux administratifs et des Cours administratives
d'Appel.

A défaut de conciliation, les litiges seront soumis à la juridiction compétente.

Fait à Chalon sur Saône, le

Le Président du Grand Chalon Le Maire de Chassey le Camp

124
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

DÉLÉGATION AU DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE


DIRECTION DÉVELOPPEMENT DURABLE ET MOBILITÉS

N° de l'ordre du jour : 9
Rapporteur : Monsieur Eric MERMET

Conventions relatives aux conditions de financement des


services de transport des RPI de Marnay - Saint-Cyr -
Gigny-sur-Saône et Granges - La Charmée - Saint-Germain
les Buxy

EXPOSE

Rappel du contexte :

Les communes de Marnay et de La Charmée, situées dans le ressort territorial du Grand Chalon,
sont chacune membre d’un syndicat intercommunal compétent en matière de RPI.

En application de l’article L.3111-7 dans sa rédaction antérieure à la loi NOTRe du 7 août 2015 et
par conventions de délégation de compétence et de financement approuvées par délibération du
Conseil communautaire du 7 décembre 2016, le Département de Saône-et-Loire a confié au Grand
Chalon, pour une durée de quatre ans à compter du 1er septembre 2016, l’organisation du transport
scolaire :
- d’une part, du SIVOS du RPI de La Charmée – Granges – Saint-Germain les Buxy, pour les
communes de Granges et de Saint-Germain les Buxy ;
- d’autre part, du SIVOM « Saône et Grison » s’agissant du RPI de Marnay – Saint-Cyr –
Gigny-sur-Saône, pour les communes de Saint-Cyr et Gigny-sur-Saône.

Ces conventions stipulent que le Département s’engage à verser en contrepartie au Grand Chalon
une participation financière qui s’applique au coût du transport sur la base des circuits agréés par le
Département, et au prorata des élèves ayants droits des communes de Granges, Saint-Germain les
Buxy, Saint-Cyr et de Gigny-sur-Saône.
Le versement de cette participation financière incombe désormais à la Région Bourgogne Franche-
Comté, la loi NOTRe du 7 août 2015 ayant transférée aux régions, au 1 er septembre 2017, la
compétence jusqu’alors départementale des transports scolaires.

Une participation financière des syndicats intercommunaux concernés doit également être définie
contractuellement.

125
Description du dispositif proposé :

Les conventions, dont les projets sont joints en annexe, précisent pour, d’une part, le SIVOS du RPI
La Charmée-Granges-Saint Germain les Buxy et, d’autre part, le SIVOM « Saône et Grison » pour
le RPI Marnay - Saint-Cyr - Gigny-sur-Saône, les modalités de leur participation financière au coût
du service de transport des RPI comme suit :

Le Grand Chalon est l’autorité organisatrice du service de transport scolaire par délégation de la
Région (anciennement du Département) pour les communes de Saint-Cyr, Gigny-sur-Saône,
Granges et Saint-Germain les Buxy. Le Grand Chalon confie l’organisation et la gestion du service
de transport à son délégataire la STAC qui elle-même sous-traite ces services.

La Région Bourgogne Franche-Comté prend à sa charge 45% du coût de transport sur la base des
tarifs de l'année scolaire en cours pour les communes de Saint-Cyr, Gigny-sur-Saône, Granges et de
Saint-Germain les Buxy ; ces communes étant situées en dehors du périmètre de la Communauté
d’agglomération.

Les syndicats intercommunaux concernés prennent à leur charge la différence entre le coût total du
service et les participations de la Région (pour les communes situées en dehors du Grand Chalon) et
du Grand Chalon (ce dernier prenant à sa charge le coût du transport pour les communes de Marnay
et de La Charmée situées dans son ressort territorial).

La répartition du coût des services entre la Région, le Grand Chalon et les syndicats
intercommunaux sera définie chaque année au prorata du nombre d'élèves transportés résidant dans
chaque commune.

Pour l’année scolaire 2016/2017, la participation du SIVOM s’élève à 22 909,97 € (valeur 2016), et
celle du SIVOS à 8 334,82 € (valeur 2016).

Les présentes conventions sont conclues pour une durée de quatre ans à compter du 1er septembre
2016. Leurs échéances sont fixées au 31 août 2020.

Il appartient à chacun des syndicats d’assurer la présence d’une personne accompagnatrice lorsque
le service comporte au moins un enfant n’atteignant pas son cinquième anniversaire au cours de
l’année scolaire considérée.

DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment l’article L.5216-5,

Vu le Code des transports, en particulier les articles L 3111-7 et suivants,

Vu la Loi n°2014.58 de Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des


Métropoles (MAPTAM) du 27 janvier 2014,

Vu la Loi n° 2015-99 du 7 août 2015, portant sur la nouvelle organisation territoriale, dite « Loi
NOTRe »,

126
Vu les statuts du Grand Chalon,

Vu la convention générale de répartition des compétences entre le Département et le Grand Chalon


approuvée par délibération du Conseil communautaire en date du 7 décembre 2016,

Vu les conventions entre le Département de Saône-et-Loire et le Grand Chalon portant délégation


de compétences et de financement des services de transports des RPI de La Charmée – Granges –
Saint-Germain les Buxy d’une part, et de Marnay – Saint-Cyr – Gigny-sur-Saône, approuvées par
délibérations du Conseil communautaire en date du 7 décembre 2016,

Vu les conventions jointes en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver les conventions de financement de lignes de transport communales des RPI de


La Charmée – Granges – Saint-Germain les Buxy d’une part, et de Marnay – Saint-Cyr –
Gigny-sur-Saône d’autre part, entre le Grand Chalon et les syndicats intercommunaux
concernés ;
 D’autoriser Monsieur le Président ou son représentant à signer lesdites conventions jointes
en annexe.

127
CONVENTION RELATIVE AUX CONDITIONS DE FINANCEMENT DES SERVICES
DE TRANSPORT DU RPI Marnay – Saint Cyr - Gigny

Entre les soussignés :

- La Communauté d’Agglomération du Grand Chalon, représentée par son


Président, Sébastien MARTIN,

Ci après désignée le Grand chalon

- Le SIVOM Saône et Grison, représenté par son président,

Ci après désigné le SIVOM

Il a été convenu ce qui suit

Article 1 :

La présente convention a pour objet de définir les modalités de la participation financière du


SIVOM au cout du service de transport du RPI.

Article 2 :

Le Grand Chalon est le maître d’ouvrage du service de transport par délégation du Conseil
Général de Saône et Loire, repris par la Région, pour les communes de Saint Cyr et Gigny
sur Saône, de droit pour la commune de Marnay.

Il confie l’organisation et la gestion de ce service à la STAC dans le cadre de sa convention


de délégation de service public.

La STAC, après accord du Grand Chalon, sous traite la gestion de ce service à la société
Kéolis Val de Saône pour un montant de 56 262 € HT valeur 2012 pour l’année scolaire
2016/2017. A compter du 1e septembre 2017, suite à la dérogation du temps scolaire, le coût
est réduit à 53 437 € HT valeur 2012.

Article 3 :

Les modalités de prise en charge définies entre le Grand Chalon, Le SIVOM et le Conseil
Régional Bourgogne Franche Comté pour la répartition du cout du service sont les suivantes
:
- La Région Bourgogne Franche Comté prend à sa charge : 45% du coût de
transport pour les trajets du matin, midi et du soir sur la base des tarifs de l'année
scolaire en cours pour les communes de Saint Cyr et Gigny sur Saône.

- Le Grand Chalon prend à sa charge le coût du transport pour la commune du


ressort territorial.
o La répartition du coût des services entre la région et le Grand Chalon sera
définie chaque année au prorata du nombre d'élèves transportés résidant
dans chaque commune.
o Le SIVOM prend à sa charge la différence entre le cout total du service et
les participations du Conseil Régional Bourgogne Franche Comté et du
Grand Chalon.

128
Les participations du Conseil Régional Bourgogne Franche Comté et du SIVOM seront
calculées chaque année dès que les effectifs seront connus précisément.

Pour l’année scolaire 2016/2017, la participation du SIVOM s’élève à 22 909,97 € (valeur


2016).

Article 4 :

Les caractéristiques techniques des services sont détaillées en annexe 1 à la présente


convention.

Si pour des raisons techniques, le service devait être restructuré, la participation de la Grand
Chalon ne sera pas modifiée.

Cependant, avant toute modification du service, le grand Chalon est tenue de demander
l'accord préalable du SIVOM et du Conseil Régional Bourgogne Franche Comté. Si le SIVOS
et le Conseil Régional Bourgogne Franche Comté ne répondent pas dans un délai de 15
jours francs à compter de la date d'envoi par courrier recommandé avec accusé de réception
de la demande d'accord, ce dernier sera réputé favorable.

Article 5 :

Le SIVOM versera sa participation trimestriellement au grand Chalon après envoie par cette
dernière d'une facture et d'un titre de recette.

Article 6 :

La présente convention est conclue pour une durée de quatre ans à compter du 1er
septembre 2016. Son échéance est fixée au 31 août 2020.

Article 7 :

Il appartient au SIVOM d’assurer la présence d’une personne accompagnatrice lorsque le


service comporte au moins un enfant n’atteignant pas son cinquième anniversaire au cours
de l’année scolaire considérée.

Article 8 :

Toute modification de la présente convention devra faire l'objet d'un avenant.

Article 9 :

Le SIVOM et le Grand Chalon pourront résilier la présente convention avec un préavis de 6


mois, la date d'effet n'intervenant qu'a la fin de l'année scolaire en cours.

Article 10 :

En cas de difficulté quelconque liée à l’interprétation ou à l’exécution de la présente


convention, il est expressément convenu, que les parties procéderont par voie de règlement
amiable avant tout recours contentieux. Pour ce faire, les parties s’obligent à entamer, sans
délai et sans condition préalable, des négociations aux fins de résoudre tout différend.

A défaut de règlement amiable, tout litige sur l’interprétation et l’exécution de la présente


convention sera porté devant le Tribunal Administratif de Dijon.

129
Fait à Chalon sur Saône, le

Le Président du Grand Chalon Le Président du SIVOM


Saône et Grison

Sébastien MARTIN

130
ANNEXE 1

ANNEXE 1
Caractéristiques techniques des Services

Circuit n°1 : St Cyr – Marnay – Gigny

Jour de fonctionnement : Lundi, Mardi, Jeudi, Vendredi

Schéma d'exploitation :

matin Début d'après midi Arrêt Fin de matinée soir

8h30 13h10 école de St Cyr 12h00 16h40

8h37 13h17 Ecole de Marnay 12h07 16h47

8h45 13h25 Ecole de Gigny 12h15 16h55

Kms quotidiens en charge :43,2 kms

Effectifs max dans le bus : 29 élèves et un accompagnateur

Circuit n°2 : Gigny – Marnay – St Cyr

Jour de fonctionnement : Lundi, Mardi, Jeudi, Vendredi

Schéma d'exploitation :

matin début d'après midi Arrêt fin de matinée soir


8h30 13h10 Ecole de Gigny 12h00 16h40
8h37 13h17 Ecole de Marnay 12h07 16h47
8h45 13h25 Ecole de St Cyr 12h15 16h55

Kms quotidiens en charge :43,2 kms

Effectifs max dans le bus : 29 élèves et un accompagnateur

131
CONVENTION RELATIVE AUX CONDITIONS DE FINANCEMENT DES SERVICES
DE TRANSPORT DU RPI Granges – La Charmée - St Germain Les Buxy

Entre les soussignés :

- La Communauté d’Agglomération du Grand Chalon, représentée par son


Président, Sébastien MARTIN,

Ci après désignée le Grand Chalon

- Le SIVOS La Charmée – Granges – St Germain les Buxy, représenté par son


président,

Ci après désigné le SIVOS

Il a été convenu ce qui suit

Article 1 :

La présente convention a pour objet de définir les modalités de la participation financière du


SIVOS au cout du service de transport du RPI.

Article 2 :

Le Grand Chalon est le maître d’ouvrage du service de transport par délégation du Conseil
Général de Saône et Loire, repris par la Région, pour les communes de Granges et St
Germain les Buxy de droit pour la commune de La Charmée.

Il confie l’organisation et la gestion de ce service à la STAC dans le cadre de sa convention


de délégation de service public.

La STAC, après accord du Grand Chalon, sous traite la gestion de ce service à la société
Kéolis Val de Saône pour un montant de 27 239 € HT valeur 2012 pour l’année scolaire
2016/2017. A compter du 1e septembre 2017, suite à la dérogation du temps scolaire, le coût
est réduit à 25 871 € HT valeur 2012.

Article 3 :

Les modalités de prise en charge définies entre le Grand Chalon, Le SIVOS et le Conseil
Régional Bourgogne Franche Comté pour la répartition du cout du service sont les suivantes
:
- La Région Bourgogne Franche Comté prend à sa charge : 45% du coût de
transport pour les trajets du matin, midi et du soir sur la base des tarifs de l'année
scolaire en cours pour les communes de Granges et Saint Germain les Buxy.

- Le Grand Chalon prend à sa charge le coût du transport pour la commune du


ressort territorial.
o La répartition du coût des services entre la région et le Grand Chalon sera
définie chaque année au prorata du nombre d'élèves transportés résidant
dans chaque commune.

132
o Le SIVOS prend à sa charge la différence entre le cout total du service et
les participations du Conseil Régional Bourgogne Franche Comté et du
Grand Chalon.

Les participations du Conseil Régional Bourgogne Franche Comté et du SIVOS seront


calculées chaque année dès que les effectifs seront connus précisément.
Pour l’année scolaire 2016/2017, la participation du SIVOS s’élève à 8 334,82 € (valeur
2016).

Article 4 :

Les caractéristiques techniques des services sont détaillées en annexe 1 à la présente


convention.

Si pour des raisons techniques, le service devait être restructuré, la participation de la Grand
Chalon ne sera pas modifiée.

Cependant, avant toute modification du service, le grand Chalon est tenue de demander
l'accord préalable du SIVOS et du Conseil Régional Bourgogne Franche Comté. Si le SIVOS
et le Conseil Régional Bourgogne Franche Comté ne répondent pas dans un délai de 15
jours francs à compter de la date d'envoi par courrier recommandé avec accusé de réception
de la demande d'accord, ce dernier sera réputé favorable.

Article 5 :

Le SIVOS versera sa participation annuellement au Grand Chalon après envoie par cette
dernière d'une facture et d'un titre de recette.

Article 6 :

La présente convention est conclue pour une durée de quatre ans à compter du 1er
septembre 2016. Son échéance est fixée au 31 août 2020.

Article 7 :

Il appartient au SIVOS d’assurer la présence d’une personne accompagnatrice lorsque le


service comporte au moins un enfant n’atteignant pas son cinquième anniversaire au cours
de l’année scolaire considérée.

Article 8 :

Toute modification de la présente convention devra faire l'objet d'un avenant.

Article 9 :

Le SIVOS et le Grand Chalon pourront résilier la présente convention avec un préavis de 6


mois, la date d'effet n'intervenant qu'a la fin de l'année scolaire en cours.

Article 10 :

En cas de difficulté quelconque liée à l’interprétation ou à l’exécution de la présente


convention, il est expressément convenu, que les parties procéderont par voie de règlement
amiable avant tout recours contentieux. Pour ce faire, les parties s’obligent à entamer, sans
délai et sans condition préalable, des négociations aux fins de résoudre tout différend.

133
A défaut de règlement amiable, tout litige sur l’interprétation et l’exécution de la présente
convention sera porté devant le Tribunal Administratif de Dijon.

A défaut de conciliation, les litiges seront soumis à la juridiction compétente.

Fait à Chalon sur Saône, le

Le Président du grand Chalon Le Président du SIVOS


La Charmée – Granges –
St Germain les Buxy

134
ANNEXE N°1 – Consistance des services

Circuit n°1 : Granges – St Germain les Buxy – La Charmée

Jour de fonctionnement :
 Le circuit fonctionne uniquement en période scolaire, les lundis, mardis, jeudis
et vendredis

Itinéraire et horaires :

matin Arrêt soir

8H30 Granges - Mairie 16h35

8H36 St Germain les Buxy - Monument aux morts 16h41

8H43 La charmée – Salle Polyvalente 16h50

8H47 St Germain les Buxy – Monument aux morts 16h54

8H52 Granges - Mairie 17h00

Kilométrage quotidien en charge : 28,8 kms

Répartition des effectifs selon les communes pour l’année scolaire 2016/2017 :

Commune de Granges : 40 élèves


Commune de St Germain les Buxy : 24 élèves
Commune de La Charmée : 28 élèves

135
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

DÉLÉGATION AU DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE


DIRECTION DÉVELOPPEMENT DURABLE ET MOBILITÉS

N° de l'ordre du jour : 10
Rapporteur : Monsieur Eric MERMET

Prime d’aide à l’achat d’un Vélo à Assistance Electrique

EXPOSE

Rappel du contexte :

La stratégie globale d’intervention en faveur de l’environnement et du développement durable,


votée le 8 octobre 2015 par le Conseil communautaire, vise notamment à « limiter notre impact sur
le climat, réduire les pollutions ».

A l’échelle du territoire, le Grand Chalon s’est engagé dans une démarche de réduction de 8 % des
consommations d’énergie et de production de gaz à effet de serre par la mise en place d’initiatives
encourageant les changements de comportement des habitants, particulièrement en développant
l’usage des mobilités actives : marche et vélo.

Suite à l’annonce de l’Etat, au mois de septembre 2017, de supprimer le bonus pour l’achat d’un
Vélo à Assistance Electrique (V.A.E.) pour 2018, il était envisagé d’allouer une prime aux Grands
Chalonnais qui souhaiteraient faire l’acquisition d’un V.A.E., dans la limite de 200 €.

Très récemment, le décret n°2017-1851 du 29 décembre 2017 relatif aux aides à l’acquisition ou à
la location des véhicules peu polluants (modifiant l’article D251-2 du Code de l’Energie) a
réintroduit une aide d’état à compter du 1er février 2018, mais dans des conditions beaucoup plus
restrictives.
En effet, le dispositif est réservé à « toute personne physique majeure justifiant d’un domicile en
France, dont la cotisation d’impôt sur le revenu de l’année précédant l’acquisition du cycle est
nulle. » De plus, la nouvelle subvention « ne peut être attribuée que si une aide ayant le même objet
a été attribuée par une collectivité locale. ». Le cumul des deux aides est plafonné à 20 % du coût
d’acquisition TTC dans une limite de 200 euros.

Afin que le plus grand nombre de Grands Chalonnais puissent bénéficier d’une prime à l’achat d’un
V.A.E. et favoriser ainsi les mobilités actives sur son territoire, le Grand Chalon propose de
maintenir le dispositif envisagé, soit une aide de 200 €.

136
Description du dispositif proposé :

Une prime à l’achat d’un V.A.E. sera offerte aux habitants du Grand Chalon, à compter du premier
février 2018 aux conditions suivantes :
- le montant est de 20% du prix dans la limite de 200 € par personne et par foyer ;
- l’offre est limitée à une enveloppe globale de 40 000 € ;
- le V.A.E. devra être neuf ;
- la batterie du vélo devra être au lithium-ion :
- la facture devra être accompagnée d’un formulaire délivré par le vendeur attestant que le
vélo vendu est conforme aux conditions fixées ci-dessus.

Les demandes seront traitées par le service Mobilité du Grand Chalon dans un délai de deux mois à
réception de chaque dossier, dans la limite des 40 000 € budgétés.
Les bénéficiaires seront invités à signer une charte les engageant dans un usage le plus quotidien
possible du vélo.
Ils se verront offrir un gilet de sécurité ainsi qu’un « guide du cycliste urbain ».

Pour compléter cet accompagnement au développement des mobilités actives, le Grand Chalon a
équipé les agents de quatre sites communautaires en VAE de service (Conservatoire, Pôle
Bourgogne-Liberté, Pôle Eau-Environnement-Déchets, Sucrerie Rouge). Le parc 2017 s'élève à 16
vélos et devrait s'étoffer en 2018 de cinq à neuf VAE supplémentaires et de deux vélos-cargos pour
soutenir des actions associatives de formation à l'éco-mobilité.

DECISION

Cadre juridique :

Vu le décret n°2017-1851 du 29 décembre 2017 relatif aux aides à l’acquisition ou à la location des
véhicules peu polluants,

Vu les articles D251-2 et D251-7-7 du Code de l’Energie,

Vu délibération du Conseil communautaire du 8 octobre 2015 relative à la stratégie environnement


et développement durable du Grand Chalon,

Vu le programme d’actions déplacements annexé au PLUI,

Vu les statuts du Grand Chalon,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver le dispositif proposé consistant au versement d’une aide financière en faveur


des Grands Chalonnais pour l’acquisition d’un Vélo à Assistance Electrique.
 D’approuver le montant alloué à sa réalisation ainsi que les conditions de sa mise en œuvre.

137
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

DÉLÉGATION AU DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE


DIRECTION DE L'HABITAT ET DU FONCIER

N° de l'ordre du jour : 11
Rapporteur : Monsieur Jean-Claude ROUSSEAU

Désaffectation en vue du déclassement des locaux de


l’Espace Multi-accueil Les Mésanges et de la micro-crèche
Les Bambins à Chalon-sur-Saône

EXPOSE

Rappel du contexte :

Depuis le 1er janvier 2012, la communauté d’agglomération « Le Grand Chalon » est compétente
pour l’action sociale d’intérêt communautaire et notamment dans le domaine du service public de la
petite enfance sur son territoire.

L’intérêt communautaire a été défini par délibération du 18 novembre 2011 et modifié par
délibération du 25 octobre 2017.

En vertu de l’article L. 5211-17 du Code Généraldes Collectivités Territoriales, qui renvoie aux
dispositions de l’article L. 1321-1 et suivants du même code, le transfert d’une compétence entraîne
la mise à disposition des biens, équipements et service publics nécessaires pour la compétence
transférée.

En conséquence, les établissements d’accueil de la petite enfance existants avant le 1 er janvier 2012
ont été mis à disposition du Grand Chalon qui assure sur ces biens les mêmes droits et obligations
qu’un propriétaire.

Au vu de ces éléments, les locaux de l’espace Multi-accueil (EMA) « Les Mésanges » et de la


micro-crèche « Les Bambins », propriété du CCAS de la commune de Chalon-sur-Saône ont été mis
à disposition du Grand Chalon dans le cadre d’une affectation au service public de la petite enfance.

Cependant, à compter de l’automne 2018, le Grand Chalon transférera les activités de ces locaux
dans un nouvel équipement, situé Promenade Sainte-Marie, actuellement en cours de construction.

Les équipements concernés sont situés dans un ensemble immobilier, l’ex-Evêché, que le CCAS,
propriétaire, souhaite vendre. Dès lors, pour permettre au CCAS de disposer de ce bien en vue
d’une cession ultérieure, le Grand Chalon doit se prononcer sur la fin de l’occupation des locaux par

138
le service de la Petite Enfance au plus tard le 30 septembre 2018, et par suite, sur la désaffectation
des parties de ce bien dédié à la petite enfance.

Description du dispositif proposé :

Lors de son prochain Conseil d’Administration, le CCAS pourra prendre acte de cette décision, se
prononcer sur le principe de la désaffectation et constater le déclassement par anticipation de ces
locaux. La mise en œuvre de la vente portant sur la totalité des bâtiments de l’ex-Evêché pourra
ainsi être engagée.

Les biens sont situés sur un ensemble immobilier cadastrés BY 55, BY 218 et BY 216 et BY 69
d’une superficie au sol de 3 780 m2 et pour un total de plus de 3 000 m2 donnant sur la rue de
l’Ancien Collège, la rue de l’Evêché, et la rue Edgar Quinet et organisés autour d’une vaste cour
intérieure dont une partie est dédiée à l’EMA « Les Mésanges ».

Les locaux à désaffecter sont ceux :

- de l’EMA « Les Mésanges » et ses annexes sur une superficie de près de 1 250 m2 sur trois
niveaux avec des combles mansardés dont l’entrée est rue de l’Ancien Collège,

- de la micro-crèche « Les Bambins » d’une superficie de 110 m2 et dont l’entrée est située rue de
l’Evêché.

La désaffectation des ces équipements permettra au Président du CCAS d’être autorisé à déclasser
ces locaux du domaine public et de les intégrer au domaine privé de la collectivité.

DECISION

Cadre juridique :

Vu les statuts du Grand Chalon,

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, et notamment les articles L.5211-17et L.1321-1
et suivants,

Vu la délibération n°2011-28 en date du 18 novembre 2011 définissant les intérêts communautaires


modifiée par la délibération du 25 octobre 2017,

Vu les articles L2141-1 et L2141-2 du Code Général de la Propriété des Personnes Publiques,

Vu le plan de situation joint en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

139
 De se prononcer sur la désaffectation des locaux et annexes utilisés par l’Espace Multi-
accueil « Les Mésanges » et par la micro-crèche « Les Bambins » situés dans l’ensemble
immobilier de l’ex-Evêché à Chalon-sur-Saône, étant entendu que la désaffectation sera
effective à compter du déménagement de ces équipements au plus tard au 30 septembre
2018 ;
 D’autoriser Monsieur le Président ou son représentant à signer tous documents relatifs à
cette désaffectation.

140
Plan de situation
4, rue de l’Evêché

141
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

DÉLÉGATION AU DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE


DIRECTION DE L'HABITAT ET DU FONCIER

N° de l'ordre du jour : 12
Rapporteur : Monsieur Jean-Claude ROUSSEAU

ZAE SUCRERIE - Cession de deux bandes de terrain au profit


de la SEM Val de Bourgogne

EXPOSE

Rappel du contexte :

Le Grand Chalon a confié à la SEM Val de Bourgogne la réalisation de l’opération d’aménagement


de la zone de la Sucrerie dans le cadre d’une convention publique d’aménagement, signée le 10
décembre 2004.

Conformément à cette convention, la SEM a remis au Grand Chalon les voiries, dépendances de
voirie, réseaux d’assainissement, éclairage, chemins piétons, espaces libres de la ZAE de la Sucrerie
par procès-verbal approuvé par délibération du Conseil communautaire le 12 décembre 2013.

Cette remise d’ouvrages par la SEM au Grand Chalon à l’euro symbolique avec dispense de
paiement a fait l’objet d’un acte notarié signé le 1 er février 2017, publié au bureau des hypothèques
le 27 février 2017.

La SEM vient de commercialiser plusieurs parcelles sur cette ZAE, et dans le cadre des futurs
projets d’aménagement, doit reprendre deux bandes de terrains rétrocédées au Grand Chalon afin de
les intégrer aux futurs projets.

Ces corrections mineures sont nécessaires pour que les projets déposés se conforment aux règles
d’urbanisme en vigueur et qu’ils n’empiètent pas sur le domaine public.

Ces modifications n’ont aucun impact sur le prix de vente des parcelles défini par la SEM, qui est
basé sur la surface de plancher autorisée et non sur la surface des terrains.

Ces deux bandes de terrains sont à détacher des parcelles CN 43 située rue Grange Frangy et CN 50
située rue Georges Maugey à Chalon-sur-Saône.

Description du dispositif proposé :

142
Pour les projets d’aménagement de cette zone, ces parcelles ont été divisées comme suit :

- la parcelle CN 43 a été divisée en deux nouvelles parcelles cadastrées CN 56 pour environ 70 m²,
objet de cette cession, et CN 57 pour environ 1 595 m² restant la propriété du Grand Chalon.

- la parcelle CN 50 a été divisée en deux nouvelles parcelles cadastrées CN 58 pour environ 110 m²,
objet de cette cession et CN 59 pour environ 4 169 m² restant la propriété du Grand Chalon.

Les deux plans de division ainsi que les deux documents d’arpentage n°3041 F et n°3042 B sont
joints en annexe.

Les services de France Domaine ont fixé la valeur vénale des parcelles CN 56 et CN 58 à 1 €
symbolique.

Au vu de l’intérêt de l’opération et de l’absence d’impact de ces superficies sur le montant des


cessions liées aux deux projets concernés, il a été convenu entre les parties de céder ces deux
bandes de terrain à l’euro symbolique avec dispense de paiement.

Les frais de géomètre ainsi que les frais notariés et d’hypothèque seront à la charge de la SEM Val
de Bourgogne.

DECISION

Cadre juridique :

Vu les statuts du Grand Chalon,

Vu les articles L.3211-14 et L.3221-1 du Code Général de la Propriété des Personnes Publiques,

Vu les plans de division et les documents d’arpentage n° n°3041 F et 3042 B joints en annexe,

Vu l’avis de France Domaine en date du 15 janvier 2018 joint en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’autoriser la cession au profit de la SEM Val de Bourgogne de deux bandes de terrain


cadastrées CN 56 pour environ 70 m² située rue Grange Frangy et CN 58 pour environ
110 m2 située rue Georges Maugey à Chalon-sur-Saône, à l’euro symbolique avec dispense
de paiement (hors frais notariés et de géomètre à la charge de l’acquéreur) ;

 D’autoriser Monsieur le Président, ou son représentant, à signer tout document relatif à cette
cession, le compromis de vente et l’acte authentique à intervenir.

143
144
145
146
147
148
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

DÉLÉGATION AU DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE


DIRECTION DE L'HABITAT ET DU FONCIER

N° de l'ordre du jour : 13
Rapporteur : Monsieur Jean-Claude ROUSSEAU

Cession d'un appartement situé "Tour du Canal", 7 avenue


Nicéphore Nièpce à Chalon-sur-Saône.

EXPOSE

Rappel du contexte :

Le Grand Chalon est propriétaire d’un appartement situé au 1 er étage de la Tour du Canal, 7 avenue
Nièpce à Chalon-sur-Saône, acquis en 2004 et soumis au régime de la copropriété.

L’appartement libéré de son ex-occupation à usage de bureaux, a fait l’objet d’une mise en vente par
le biais de plusieurs publicités depuis 2015 aux notaires et sur le site du « Bon coin » notamment.

L’estimation du service des Domaines pour cet appartement a été fixée à 50 000 € compte tenu du
coût des charges élevé dans ce bâtiment, de la configuration du logement (sans terrasse ni balcon) et
de l’importance des travaux à réaliser.

Suite à ces publicités et aux visites de l’appartement, Monsieur André COELHO avait fait une offre
à 45 000 € acceptée par délibération du Conseil communautaire du 16 janvier 2017 qui a autorisé
cette cession.

Monsieur COELHO a fait savoir en novembre 2017 qu’il ne donnait pas suite à cette offre et à ce
projet d’acquisition.

Suite à ce désistement, une nouvelle visite a été organisée suivie d’une offre à 45 000 €.

Description du dispositif proposé :

Cette cession porte plus précisément sur les biens et droits immobiliers suivants :

Le lot numéro 8 :
Un appartement de type T5, situé au 1er étage, comprenant : entrée, dégagement, cuisine, séjour,
quatre chambres, salle de bain et WC d’une superficie de 92,50 m2.

Le lot numéro 16 :

149
Une cave, située au sous-sol.

Le bien immobilier est cadastré section CM n°6, lieudit « 7 avenue Nicéphore Nièpce » en nature
de sol de 601 m².

Monsieur Thibaud TISSIER et Madame Mélanie ALBIN ont présenté une offre à 45 000 €

Il est proposé au Conseil communautaire d’accepter cette offre compte-tenu de l’importance des
travaux à réaliser et du coût des charges annuelles élevé.

Les frais de diagnostics seront à la charge du Grand Chalon et les frais notariés à la charge de
l’acquéreur.

DECISION

Cadre juridique :

Vu les statuts du Grand Chalon,

Vu les articles L.5216-5 et L.5211-37 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu les articles L.3211-14 et L.3221-1 du Code Général de la Propriété des Personnes Publiques,

Vu l’avis de France Domaine, joint en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’annuler la délibération du Conseil communautaire 2017-01-18-01 du 16 janvier 2017


autorisant la vente de l’appartement 7 avenue Nicéphore Niepce situé dans la Tour du Canal
à Monsieur André COELHO ;

 D’autoriser la cession d’un appartement et d’une cave situés Tour du Canal, 7 avenue
Nicéphore Nièpce à Chalon-sur-Saône pour un montant total de 45 000 € à Monsieur
Thibaud TISSIER et Madame Mélanie ALBIN (hors frais notariés à la charge de
l’acquéreur) ;

 D’habiliter Monsieur le Président, ou son représentant, à signer tout document relatif à cette
cession, le compromis de vente et l’acte authentique à intervenir.

150
151
152
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

DÉLÉGATION AU DEVELOPPEMENT DU TERRITOIRE


DIRECTION DE L'EAU ET DE L' ASSAINISSEMENT

N° de l'ordre du jour : 14
Rapporteur : Monsieur Francis DEBRAS

Poursuite des études sur le forage du Nainglet - Convention


de partenariat avec le Bureau de Recherches Géologiques
et Minières (BRGM)

EXPOSE

Rappel du contexte :

Une des actions phares du Schéma Directeur eau potable du Grand Chalon consiste à diversifier la
ressource en eau exploitée. En effet, le territoire est alimenté par une unique ressource, la nappe
alluviale de la Saône, qui est abondante, mais vulnérable.

Le forage de Nainglet, créé par un ancien syndicat, et situé entre les communes de Fontaines et de
Farges-lès-Chalon, capte une toute autre nappe, celle des calcaires jurassiques sous couverture des
formations de Bresse.

Le forage de Nainglet constitue ainsi une opportunité pour le Grand Chalon. Son exploitation pour-
rait, le cas échéant, permettre de sécuriser l’alimentation en eau d’une partie du territoire.

Le Grand Chalon travaille sur ce dossier en partenariat avec les communes de Fontaines et de
Farges-lès-Chalon, l’Agence Régionale de Santé Bourgogne-Franche-Comté, la Direction
Départementale des Territoires de Saône-et-Loire et le Bureau de Recherches Géologiques et
Minières (BRGM). Il existe malheureusement peu de données sur cet aquifère où les forages sont
rares.

Les investigations, démarrées en 2015, vont se poursuivre en 2018 et 2019. Le Grand Chalon
projette en effet d’étudier les conditions de vulnérabilité de la ressource, afin d’évaluer la viabilité
et la pérennité de l’exploitation du forage de Nainglet.

Description du dispositif proposé :

Il est proposé de travailler de concert avec le BRGM, par le biais d’une convention de partenariat, à
une mission complémentaire d’avis sur l’exploitation du forage de Nainglet, suite au premier avis
donné en 2017.

153
En effet, le BRGM n’ayant pu émettre l’ensemble de ses conclusions, un avis provisoire a été établi
en précisant les conclusions acquises et les vérifications ou données à acquérir.

L’exécution d’investigations complémentaires aux études déjà menées par le Grand Chalon,
notamment la réalisation d’un pompage d’essai longue durée (12 mois) débutant en 2018, va
permettre d’améliorer la connaissance des écoulements hydrogéologiques dans l’aquifère calcaire
du Jurassique fracturé – karstifié sous couverture, capté par le forage de Nainglet, ainsi que ses
relations avec l’aquifère tertiaire sus-jacent.

L’objectif final est d’identifier les effets possibles de l’exploitation du forage de Nainglet sur le
milieu.

Dans cette optique, il est nécessaire de pouvoir disposer de tous les éléments de connaissance sur ce
système aquifère encore mal connu dans sa globalité.

La mission qu’il est proposé de confier au BRGM est ainsi découpée en trois phases :

- Phase 1 : étude géochimique (paramètres physico-chimiques, isotopes et datation)


L’objectif est d’évaluer de façon précise la composition géochimique de l’eau prélevée au droit du
forage de Nainglet, et ce, durant toute la durée du pompage, soit 12 mois. Cette phase permettra
d’identifier les différentes venues d’eau alimentant le captage au cours du pompage, leurs origines
et leurs contributions relatives.
Cette phase comporte deux tranches conditionnelles. Elles seront enclenchées selon les résultats de
la tranche ferme (première série d'analyses avant pompage).

- Phase 2 : interprétation du pompage d’essai 2018 - 2019


Cette phase consiste à interpréter l’essai de pompage par l’analyse des variations piézométriques
afin de déterminer les différentes composantes d’écoulement associées aux propriétés hydrauliques
des aquifères.

- Phase 3 : interprétation des données obtenues


L’objectif est de synthétiser et valoriser l’ensemble des informations obtenues dans le cadre de la
mission en rapprochant les résultats de la première phase (volet géochimique) avec ceux de la
seconde (volet hydrodynamique).

L’appui aux politiques publiques est l’une des missions du BRGM. Elle regroupe les actions
d’expertise, de surveillance et d’étude menées notamment pour les collectivités territoriales.
Les données recueillies à l’occasion de la mission seront également exploitées par le BRGM dans le
cadre de ses missions générales de connaissance et de gestion des données des territoires.
Dans ce cadre, le BRGM est autorisé à apporter un co-financement à hauteur de 20 % du montant
total des prestations facturables.

La convention, jointe en annexe, a pour objet de définir les conditions d’intervention du BRGM.

Le plan de financement sera donc le suivant :


- coût maximal de l’étude pour une durée estimée à deux ans : 135 057 € HT selon les
investigations nécessaires et les tranches conditionnelles retenues en phase 1,
- participation maximale du Grand Chalon : 108 045,60 € HT, (soit 129 654,72 € TTC),
- participation du BRGM : 27 011,40 HT.

154
DECISION

Cadre juridique :

Vu les statuts du Grand Chalon et notamment les compétences « gestion des milieux aquatiques et
prévention des inondations » et « actions de protection environnementale »,

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment l’article L5216-5,

Vu l’ordonnance n°2015-899 du 23 juillet 2015 relative aux marchés publics et notamment son
article 14 3°,

Vu le décret n°59-1205 du 23 octobre 1959 modifié relatif à l’organisation administrative et


financière du BRGM,

Vu la délibération n°CC-2017-03-8-1 du Conseil communautaire en date du 30 mars 2017


approuvant la convention de partenariat avec le BRGM,

Vu la convention de partenariat jointe en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver la convention de partenariat avec le BRGM pour la mission complémentaire


d’avis sur l’exploitation du forage de Nainglet ;
 D’approuver la participation du Grand Chalon pour un montant maximum de 108 045,60 €
HT, soit 129 654,72 € TTC ;
 D’autoriser Monsieur le Président, ou son représentant, à signer la convention, jointe en
annexe.

155
CONVENTION DE RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT
PARTAGÉS RELATIVE
À L’AMÉLIORATION DE LA COMPRÉHENSION DU
FONCTIONNEMENT DU FORAGE DE NAINGLET (71)

ENTRE

Le BRGM, Bureau de Recherches Géologiques et Minières, établissement public industriel et


commercial, immatriculé au Registre du Commerce et des Sociétés d’Orléans sous le numéro
582 056 149 (SIRET 582 056 149 00120), dont le siège se trouve 3, avenue Claude-Guillemin,
BP 36009, 45060 Orléans Cedex 02, représenté par Stephane Roy, Directeur des Actions
Territoriales, ayant tous pouvoirs à cet effet,

Ci-après désigné par le « BRGM »,

D’une part,

ET

La Communauté d’Agglomération Le Grand Chalon, dont le siège est domicilié 23,


avenue Georges Pompidou CS 90246, 71 106 Chalon sur Saône, (SIRET 247 100 589
00214), et représenté par Sébastien Martin, Président, ayant tous pouvoirs à cet effet,

Ci-après désignée par le « Grand Chalon »,

D’autre part,

Le BRGM et le Grand Chalon étant ci-après désignés individuellement et/ou collectivement


par la (les) « Partie(s) ».

Siège – Centre scientifique et technique


3, avenue Claude-Guillemin, BP 36009, 45060 Orléans cedex 2 – France - Tél. +33 (0)2 38 64 34 34 – Fax +33 (0)2 38 64 35 18
brgm bureau de recherches géologiques et minières – établissement public à caractère industriel et commercial – RCS Orléans – SIREN 582 056 149
www.brgm.fr
156
VU,

- le décret n° 59-1205 du 23 octobre 1959 modifié relatif à l'organisation administrative et


financière du BRGM ;
- le décret du 22 décembre 1967 portant regroupement du service de la carte géologique et
du BRGM ;
- le contrat quinquennal ÉTAT-BRGM pour la période 2013-2017 ;
- les dispositions de son article 14-3 de l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015 relative
aux marchés publics ;
- les orientations de service public du BRGM pour l’année 2018, adoptées par le « Comité
National d’Orientations du Service public » le 19 mai 2017 et approuvées par le Conseil
d’Administration du 23 juin 2017 ;
- la délibération du Conseil Communautaire du Grand Chalon en date du 5 février 2018.

RAPPEL,

- le BRGM est un établissement public de recherche qui est aussi chargé d’une mission
d’appui aux politiques publiques de collecte, de capitalisation et de diffusion des
connaissances, dans le domaine des sciences de la Terre et en particulier la gestion
durable des ressources en eau souterraine ;
- le BRGM est Institut Carnot ; dans ce cadre, il mène des actions de recherche partenariale
avec des filières industrielles et des entreprises de toutes tailles. Il propose des solutions
novatrices pour la gestion des sols et du sous-sol, des matières premières, des ressources
en eau, de la prévention des risques naturels et environnementaux. Ces actions
concernent globalement trois principaux marchés : Energie & Ressources minérales ; Eau
et Environnement ; Infrastructures et Aménagement ;
- Le Grand Chalon est un Etablissement Public de Coopération Intercommunale à fiscalité
propre, plus particulièrement une Communauté d’Agglomération ayant notamment la
compétence eau potable depuis le 1er janvier 2012 et étant chargé notamment, de
sécuriser et diversifier la ressource en eau du territoire (action phare identifiée dans son
schéma directeur), il paraît opportun et nécessaire de s'intéresser au forage existant du
Nainglet qui ne dépend pas des alluvions de la Saône ;
- le BRGM et le Grand Chalon ont décidé d’un commun accord de mener un programme de
recherche et de développements partagés, tel que visé à l’article 4.1 infra, concernant
l’amélioration de la compréhension du fonctionnement hydrogéologique du forage de
Nainglet, ci-après désigné par « le Programme » ;
- aussi, le BRGM et le Grand Chalon ont décidé par la présente convention, ci-après
désignée par « la Convention », de fixer les termes et conditions par lesquels ils s’associent
afin de réaliser le Programme ;
- les Parties ont établi en commun le Programme qui répond à leurs besoins respectifs. Elles
en exploiteront les résultats chacune pour son propre compte ;
- en outre, compte tenu du fait que (i) les Parties cofinancent le Programme et que (ii) la
propriété des résultats issus du Programme, ci-après désignés par « les Résultats », sera
partagée entre elles, la Convention n’est pas soumise à l’ordonnance n° 2015-899 du 23
juillet 2015 relative aux marchés publics, tout comme le prévoient les dispositions de son
article 14-3°.

2/28
157
CECI ETANT RAPPELÉ, IL EST ARRÊTÉ ET CONVENU CE QUI SUIT :

ARTICLE 1. - OBJET

La Convention a pour objet de définir les termes et conditions par lesquels le BRGM et le
Grand Chalon s’engagent à réaliser le Programme.

ARTICLE 2. - DURÉE

La Convention entre en vigueur à compter de la date de signature par la dernière des Parties
et expirera lors de la réception du dernier paiement tel que prévu à l’article 8 infra.

ARTICLE 3. - DOCUMENTS CONTRACTUELS

Sont également considérés comme étant des documents contractuels faisant partie de la
Convention :
- le présent document ;
- Annexe A1 : cahier des charges ;
- Annexe A2 : annexe financière.

Les annexes précédentes forment un tout indissociable avec le présent document. En cas de
contradiction entre les articles du présent document et les dispositions contenues dans les
annexes précédentes, les articles du présent document prévaudront.

ARTICLE 4. - OBLIGATIONS DU BRGM

4.1. PROGRAMME D’ACTION

Le BRGM s’engage à réaliser, dans le respect des règles de l’art, les tâches prévues pour la
réalisation du Programme, conformément aux dispositions des Annexes A1 et A2.

La durée prévisionnelle de réalisation du Programme est de dix-neuf (19) mois à compter de


l’entrée en vigueur de la Convention.

4.2. LIVRABLES

Conformément au cahier des charges visé à l’Annexe A1, le BRGM s’engage à remettre au
Grand Chalon les livrables suivants :
- phase 1 :
o un rapport intermédiaire de fin d’étape 1 ;
o l’ensemble des résultats brutes d’analyse ;
- phase 3 :
o un rapport final d’interprétation ;
- les comptes rendus des réunions.

3/28
158
Les rapports seront transmis au Grand Chalon en version numérique au format PDF. Aucun
exemplaire papier n’est prévu.
Le Grand Chalon s’engage à valider chaque rapport dans un délai de trois (4) semaines
maximum. Au-delà, le rapport sera considéré comme définitif.

4.3. OBLIGATIONS DE MOYENS

Il est rappelé que le contenu des documents visés à l’article 4.2 supra résulte de l’interprétation
d’informations objectives ponctuelles et non systématiques (sondages, observations visuelles,
analyses, mesures, …), en fonction de l’état de la science et de la connaissance à un moment
donné. Aussi, le BRGM est soumis par convention expresse à une obligation de moyens étant
tenu au seul respect du cahier des charges et des règles de l’art.

Le Grand Chalon s’engage à informer de cette limite de responsabilité tous tiers sous-
utilisateurs éventuels des informations contenues dans les documents et se portera garant du
BRGM en cas de recours exercé par l’un ou plusieurs d’entre eux et fondé sur une
inexactitude, erreur ou omission dans le contenu des documents, sous réserve de l’absence
de faute prouvée du BRGM.

4.4. FINANCEMENT

Le BRGM s’engage à participer au financement du Programme pour la part qui lui revient dans
les conditions exposées à l’article 7 infra, sur la Subvention pour Charge de Service Public
(SCSP) qui lui est attribuée par le Ministère chargé de la Recherche (Programme 172).

ARTICLE 5. - OBLIGATIONS DU GRAND CHALON

Le Grand Chalon s’engage à communiquer au BRGM toutes les données, informations et


études qui sont en sa possession, et qui sont utiles à la réalisation du Programme. Le Grand
Chalon garantit le BRGM de toute action relative aux droits de propriété desdites données,
informations et études mises à sa disposition.

Le Grand Chalon s’engage à faciliter l’accès du BRGM aux informations détenues par ses
soins, relatifs au Programme ou par tous tiers à la Convention.

Le Grand Chalon s’engage à participer au financement du Programme pour la part qui lui
revient dans les conditions exposées à l’article 7 infra.

Le cas échéant, le Grand Chalon s’engage à transmettre au BRGM dans les meilleurs délais
le bon de commande relatif à cette Convention afin que cela ne fasse pas obstacle au
processus de facturation.

4/28
159
ARTICLE 6. - NOTIFICATION ET ÉLECTION DE DOMICILE

Toute notification faite au titre de la Convention est considérée comme valablement faite si
elle est effectuée par écrit aux adresses suivantes :

Pour le BRGM : Pour le Grand Chalon :


Manuel PARIZOT Sébastien Martin
Directeur Régional Bourgogne Franche Président
Comté 23. Avenue Georges Pompidou
27, rue Louis de Broglie CS90246
21 000 Dijon 71106 Chalon-sur-Saône

Tel : 03 80 72 90 40 Tel : 03 85 94 15 15
E-mail : m.parizot@brgm.fr E-mail :
eauetassainissement@legrandchalon.fr

Tout changement d’adresse devra être notifié dans les meilleurs délais.

ARTICLE 7. - FINANCEMENT DU PROGRAMME

7.1. MONTANT

Le montant du Programme est fixé à soixante-dix-neuf mille six cent quinze Euros Hors Taxes
(79 615 € HT) pour la tranche ferme.

Le montant du programme de la tranche ferme et de la tranche conditionnelle « Etape 2 » est


fixé à cent vingt-deux mille cinq cent quatre-vingt-dix-sept Euros Hors Taxes (122 597 € HT).

Le montant du programme de la tranche ferme et des tranches conditionnelles « Etape 2 » et


« Etape 3 » est fixé à cent trente-cinq mille cinquante-sept Euros Hors Taxes (135 057 € HT).

7.2. RÉPARTITION

Pour la tranche ferme :

Le montant du Programme fait l’objet de la répartition financière suivante sur les montants
définis dans l’Annexe A2 soit un total de 79 615 € HT :
- pour le BRGM, 20 % du montant Hors Taxes soit 15 923 € HT ;
- pour le Grand Chalon, 80 % du montant Hors Taxes soit 63 692 € HT.

Pour la tranche ferme et la tranche conditionnelle « Etape 2 » :

Le montant du Programme fait l’objet de la répartition financière suivante sur les montants
définis dans l’Annexe A2 soit un total de 122 597 € HT :
- pour le BRGM, 20 % du montant Hors Taxes soit 24 519, 40 € HT ;
- pour le Grand Chalon, 80 % du montant Hors Taxes soit 98 077.60 € HT.

5/28
160
Pour la tranche ferme et les tranches conditionnelles « Etape 2 » et « Etape 3 » :

Le montant du Programme fait l’objet de la répartition financière suivante sur les montants
définis dans l’Annexe A2 soit un total de 135 057 € HT :
- pour le BRGM, 20 % du montant Hors Taxes soit 27 011,40 € HT ;
- pour le Grand Chalon, 80 % du montant Hors Taxes soit 108 045.60 € HT.

Le montant ci-dessus est indiqué Hors Taxes, la TVA au taux légal en vigueur au moment de
la facturation étant en sus du prix.

Le BRGM cofinance le budget du Programme, dans le cadre de ses actions de service public.

ARTICLE 8. - FACTURATION ET PAIEMENT

8.1. FACTURATION
Le BRGM étant tenu de réaliser le Programme, la part du montant lui revenant ne donnera lieu
à aucune facturation.
Il sera facturé au Grand Chalon la part du montant visé à l’article 7.2 supra.
Les références nécessaires au dépôt de la facture dématérialisée dans le portail Chorus Pro
sont :
- Identifiant Chorus du Grand Chalon : 247 100 589 00214 (SIRET ou autre)

Les factures seront libellées à l'adresse suivante :

Le Grand Chalon - Communauté d’Agglomération


Direction Eau et Assainissement
23. Avenue Georges Pompidou
CS90246
71006 Chalon-sur-Saône Cedex

Les versements seront effectués par le Grand Chalon, au nom de l'Agent Comptable de
BRGM, sur présentation de factures émises par BRGM et selon le cas, accompagnées des
documents précisés dans l’échéancier ci-dessous :

Les montants maximaux facturables au Grand Chalon sont les suivants :

Pour la tranche ferme :

 30 % du montant à la signature de la présente convention, soit 19 107,60 € HT, arrondis


à vingt-deux mille neuf cent vingt-neuf Euros Toutes Taxes Comprises (22 929 € TTC) ;
 Le solde du montant à la remise du rapport final, soit 44 584,40 € HT, arrondis à
cinquante-trois mille cinq cent un Euros Toutes Taxes Comprises (53 501 € TTC).

Pour la tranche ferme et la tranche conditionnelle « Etape 2 » :

 30 % du montant de la tranche ferme à la signature de la présente convention, soit


19 107,60 € HT, arrondis à vingt-deux mille neuf cent vingt-neuf Euros Toutes Taxes
Comprises (22 929 € TTC) ;

6/28
161
 Le solde du montant à la remise du rapport final, soit 78 970 € HT, soit quatre-vingt-
quatorze mille sept cent soixante-quatre Euros Toutes Taxes Comprises (94 764 € TTC).

Pour la tranche ferme et les tranches conditionnelles « Etape 2 » et « Etape 3 » :

 30 % du montant de la tranche ferme à la signature de la présente convention, soit


19 107,60 € HT, arrondis à vingt-deux mille neuf cent vingt-neuf Euros Toutes Taxes
Comprises (22 929 € TTC) ;
 Le solde du montant à la remise du rapport final, soit 88 938 € HT, arrondis à cent six mille
sept cent vingt-cinq Euros Toutes Taxes Comprises (106 725 € TTC).

Les options tranche conditionnelle « Etape 2 » et tranches conditionnelles « Etapes 2 » et


« Etape 3 » seront activées par courrier électronique puis Ordre de Service signé d’un Elu du
Grand Chalon et adressé au BRGM. Il est rappelé que l’option tranche conditionnelle « Etape
3 » seule n’est pas proposé au Grand Chalon comme explicité en Annexe 1 de la présente
convention.

Dans le cas où l’intégralité de la prestation prévue à l’Annexe 1 n’est pas réalisée par le BRGM,
la facturation sera ajustée en fonction du travail réalisé (nombre de points prélevés) et
conformément à l’Annexe 2 et en accord avec le Grand Chalon.

Le taux de TVA en vigueur à la signature de la Convention est de 20%. Toute modification du


taux de TVA applicable, intervenant durant la période d’exécution de la Convention, sera
répercutée dès la première échéance de facturation suivant la date d’entrée en vigueur du
nouveau taux.

8.2. PAIEMENT

Les versements seront effectués par le Grand Chalon par virement bancaire, dans un délai de
trente (30) jours calendaires à compter de leur date d’émission augmenté de deux (2) jours
ouvrés, à l’ordre de BRGM, sur présentation de factures émises par BRGM, au compte ouvert
à:

TRESOR PUBLIC
Trésorerie générale du Loiret,
4 pl du Martroi, Orléans
Code Banque 10071
Code Guichet : 45000
Compte N° 00001000034
Clé : RIB 92
IBAN : FR7610071450000000100003492

À défaut de paiement intégral à la date prévue pour leur règlement, les sommes restant dues
sont majorées de plein droit, sans qu’il soit besoin d’une mise en demeure préalable ou d’un
rappel, de pénalités de retard dont le taux annuel est fixé au taux directeur de la Banque
centrale européenne (BCE) augmenté de huit points. Ces pénalités s’appliquent sur le montant
toutes taxes comprises de la créance et sont exigibles à compter du jour suivant la date de
règlement inscrite sur la facture, jusqu’à la date de mise à disposition des fonds par le Grand
Chalon.

7/28
162
ARTICLE 9. - PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

9.1. DROITS ET OBLIGATION DE L’AUTEUR

9.1.1. Droits de l’auteur

Dans l’hypothèse où les Résultats relèvent du droit d’auteur, le BRGM est l’auteur des
Résultats, et notamment des livrables visés à son article 4.2 supra.

Le BRGM est titulaire des droits visés aux articles L. 111-1 et suivants du Code de la propriété
intellectuelle, à savoir des droits patrimoniaux et moraux.

9.1.2. Garantie

Le BRGM garantit qu’il est titulaire des droits de propriété intellectuelle nécessaires à
l’exécution de la Convention.

9.2. CESSION DES DROITS D’AUTEUR


9.2.1. Co-titularité des droits patrimoniaux

Le BRGM cède au Grand Chalon les droits patrimoniaux qu’il détient sur les livrables visés à
l'article 4.2 supra et sur tous les Résultats relevant du droit d’auteur de sorte qu’à l’issue de
l’exécution de la Convention, les Parties en seront co-titulaires et le Grand Chalon pourra
notamment, sans l’autorisation du BRGM mais sous sa responsabilité exclusive :
- reproduire les documents sur tous supports connus et inconnus, quel que soit le nombre
d’exemplaires ;
- représenter les livrables visés à l'article 4.2 supra pour tout type d’usage ;
- adapter, par perfectionnements, corrections, simplifications, adjonctions, intégration à des
systèmes préexistants ou à créer, transcrire dans un autre langage informatique ou dans
une autre langue et créer des œuvres dérivées pour ses besoins propres.

Cette cession est faite à titre gracieux pour le monde entier et pour une durée égale à la durée
des droits du BRGM.

9.2.2. Droits moraux du BRGM

Par application des articles L. 121-1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle, le Grand
Chalon s’engage à respecter les droits moraux du BRGM sur les livrables visés à l'article 4.2
supra, et notamment à citer le BRGM en qualité d’auteur, sur chacune des reproductions ou
représentations.

ARTICLE 10. DIFFUSION DES RÉSULTATS

10.1. PRINCIPE

Les Parties s’engagent à divulguer auprès du public le plus large les livrables visés à l'article
4.2 supra et tous les Résultats, selon les modalités de leur choix. Il est rappelé que le BRGM,
dans le cadre de sa mission d’appui aux politiques publiques, pourra mettre les Résultats à
disposition du public, notamment par le moyen de son site Internet.

Le Grand Chalon s’engage en outre à citer le BRGM en qualité d’auteur, sur chacun des

8/28
163
documents produits, présentations ou communications faites sur le Programme.

De manière réciproque, le BRGM s’engage à citer le Grand Chalon comme partenaire sur
chacun des documents produits, présentations ou communications faites sur le Programme.

Dans le cas d'un intérêt commercial des Résultats au bénéfice de tiers, les Parties
conviendront des conditions dans lesquelles cette commercialisation sera assurée.

Si une ou plusieurs inventions apparaissent au cours et/ou à l'occasion de l’exécution de la


Convention, le BRGM en informera aussitôt le Grand Chalon et les Parties conviendront de
dispositions à prendre pour assurer le dépôt et la défense de toute demande de brevet
correspondant, ainsi que la prise en charge des frais associés.

10.2. EXCEPTIONS

La diffusion visée à l'article 10.1 supra sera interdite dans les cas suivants :
- l’interdiction résulte d’obligations légales ou réglementaires ou du respect du droit des
tiers ;
- une Partie a notifié à l’autre Partie son intention de restreindre la diffusion d’une information
et l’autre Partie a accepté de manière expresse.

ARTICLE 11. - SOUS-TRAITANCE, CESSION, TRANSFERT

Chaque Partie peut sous-traiter, sous sa responsabilité, l'exécution de certaines parties de ses
obligations contractuelles, sous réserve de respecter les dispositions de la loi n° 75-1334 du
31 décembre 1975, notamment en ce qu'elle concerne la présentation, l'acceptation des sous-
traitants, ainsi que l'agrément de leurs conditions de paiement.

La Convention est conclue intuitu personae, les Parties s’engageant mutuellement en


considération de leur identité respective.

Aucune des Parties ne peut sans l’accord écrit préalable de l’autre Partie, céder tout ou partie
de ses droits ou obligations découlant de la Convention à des tiers.

ARTICLE 12. - RESPONSABILITÉ

Chaque Partie est responsable, tant pendant l'exécution de la Convention, des prestations
et/ou travaux qu'après leur achèvement et/ou leur réception, de tous dommages, à l’exception
d’éventuelles conséquences immatérielles, qu'elle-même, son personnel, son matériel,
fournisseurs et/ou prestataires de service, pourraient causer à l'autre Partie dans la limite du
montant du financement apporté par chacun et visé à l’article 7.2 supra.

ARTICLE 13. - ASSURANCES

Chaque Partie, devra, en tant que de besoin souscrire et maintenir en cours de validité les
polices d’assurance nécessaires pour garantir les éventuels dommages aux biens ou aux
personnes qui pourraient survenir dans le cadre de l’exécution de la Convention.

ARTICLE 14. - RÉSILIATION

En cas de non respect par l’une ou l’autre des Parties d’une obligation inscrite dans la
Convention, celle-ci pourra être résiliée de plein droit par la partie victime de ce non-respect à

9/28
164
l’expiration d’un délai de trois (3) mois suivant l’envoi d’une lettre recommandée avec accusé
de réception valant mise en demeure.

En cas de résiliation anticipée de la Convention, le BRGM présentera au Grand Chalon un


compte rendu détaillé et un bilan financier sur la base desquels le Grand Chalon versera au
BRGM les sommes dues au prorata des actions qui auront effectivement été réalisées.

ARTICLE 15. - DROIT APPLICABLE ET RÈGLEMENT DES LITIGES

La Convention est régie par la loi française.

Tout différend portant sur la validité, l’interprétation et/ou l’exécution de la Convention fera
l’objet d’un règlement amiable entre les Parties. En cas d'impossibilité pour les Parties de
parvenir à un accord amiable dans un délai de trois (3) semaines suivant sa notification, le
différend sera soumis aux tribunaux administratifs compétents.

Fait à Dijon en deux (2) exemplaires,


Le --/--/--

Pour le BRGM Pour le Grand Chalon


Le Président

10/28
165
ANNEXE A1 : CAHIER DES CHARGES DU PROGRAMME

I. Objectifs
L’objectif de ce projet est d’améliorer la compréhension du fonctionnement hydrogéologique
au droit du forage de Nainglet (n°BSS : BSS001LXUU, anciennement 05536X0078/F1) situé
sur la commune de Fontaines (71).
L’exécution d’investigations complémentaires aux études déjà réalisées par le Grand Chalon,
notamment la future mise en place d’un pompage d’essai longue durée de 12 mois en
associant des campagnes d’analyses géochimiques et de datations, doit permettre d’améliorer
la connaissance des écoulements hydrogéologiques dans l’aquifère calcaire du Jurassique
fracturé – karstifié sous couverture, capté par le forage de Nainglet ainsi que ses relations
avec l’aquifère tertiaire sus-jacent. Ce projet vise à apporter des informations complémentaires
sur la structure et les propriétés de l’aquifère au niveau du site de Nainglet ainsi que sur ses
modalités de fonctionnement et d’échanges entre la nappe des calcaires (exploitée) et la
nappe du Tertiaire (en sub-surface). Le but final étant d’identifier les impacts possibles de
l’exploitation du forage de Nainglet sur le milieu. Ainsi, l’obtention d’informations pertinentes
facilitera la délimitation de l’aire d’alimentation du captage (AAC).

Dans cette optique, il est nécessaire de pouvoir disposer de tous les éléments de
connaissance sur ce système aquifère encore mal connu dans sa globalité.

II. Contexte
2.1. Contexte de l’étude

Le Grand Chalon (Communauté d’Agglomération Chalon Val de Bourgogne) est composé de


51 communes. Depuis le 1er janvier 2012, le Grand Chalon exerce la compétence eau potable.
En 2013, l’agglomération a réalisé un schéma directeur d’alimentation en eau potable, outil de
planification des ressources, afin de maîtriser son patrimoine, prioriser et anticiper les travaux
et adopter une bonne gestion de l’alimentation en eau potable. Ce schéma directeur a mis en
exergue le besoin du Grand Chalon de diversifier sa ressource en eau potable afin de sécuriser
son réseau.

Dans l’optique de diversifier l’origine des ressources en eau, le Grand Chalon a relancé son
intérêt sur le forage de Nainglet.

C’est dans cette logique que le Grand Chalon a mandaté le bureau d’étude SAFEGE pour
réaliser plusieurs études de faisabilité quant à l’exploitation de cet ouvrage, et à évaluer son
impact environnemental.
Lors de ces études, deux pompages d’essai ont été réalisés au droit de cet ouvrage :
 du 28 septembre au 7 octobre 2016 à un débit de 300 m3/h ;
 du 11 au 31 octobre 2016 à un débit de 250 m3/h.

Les résultats de ces essais ont fait l’objet d’une réinterprétation par le BRGM en septembre
2017. Elle a permis de mettre en avant les points suivants :
 la présence de deux limites peu perméables d’orientation environ N-S espacées
d’environ 2,2 km l’une de l’autre ;
 la présence d’un effet de drainance en fin de pompage en provenance possible des
formations du Tertiaire sus-jacent.

11/28
166
Le BRGM a indiqué dans ses conclusions que les données recueillies ne permettaient pas de
cerner précisément le fonctionnement de l’aquifère calcaire et notamment sa relation avec un
aquifère plus superficiel.
De manière générale, on dispose de relativement peu d’informations sur le fonctionnement
hydrogéologique de cet aquifère complexe qui, bien qu’identifié comme aquifère patrimonial,
pourrait se révéler dans le futur comme stratégique (démarche des Nappes à réserver à
l’Alimentation en Eau Potable (NAEP)).

Le Grand Chalon, assisté par un assistant à maîtrise d'ouvrage, prévoit donc de compléter les
connaissances sur cette ressource en eau en réalisant en 2018, sur le forage de Nainglet, un
pompage très longue durée de 12 mois à un débit de 300 m3/h.

Le BRGM propose de profiter de cet essai pour caractériser de façon plus précise les
échanges entre l’aquifère calcaire sous-couverture et l’aquifère du Tertiaire de surface en
s’appuyant notamment, durant ce long pompage, sur des suivis géochimiques, avec
l’utilisation d’outils isotopiques pour définir l’origine et l’âge des eaux captées par le forage de
Nainglet. Ces études chimiques et isotopiques permettront de préciser l’origine de l’eau
pompée au forage de Nainglet : existe-t-il une contribution d’eau en provenance de la nappe
sus-jacente, voire le cas échéant en provenance d’autres aquifères? Peut-on quantifier la part
des différents aquifères dans l’eau prélevée ? Ces suivis permettront aussi d’apporter des
informations sur l’aire d’alimentation du captage.

2.2. Contexte géologique et hydrogéologique

Le territoire étudié se situe entre deux entités géomorphologiques distinctes :


 à l’ouest, les plateaux calcaires boisés de l’Arrière-Côte qui sont représentés par un
vigoureux relief ;
 à l’est, la vallée de la Saône et ses affluents, issus de la Côte, caractérisée par de
grandes surfaces de plaines.
Ces deux ensembles font partie du bassin d’effondrement bressan.

L’Illustration 1 permet d’avoir un aperçu des formations géologiques affleurantes au niveau du


forage de Nainglet.

12/28
167
Points de suivi de
Rully
N
Plaine saônoise
Formations argileuses et sableuses
de Chagny du Tertiaire
Arrière-Côte Chalonnaise
Formations calco-marneuses du
Jurassique
Point de suivi Champ-Nollot

Points de suivi de
Points de suivi de Farges-les Chalon
Fontaines

Forages de Nainglet

Plaine saônoise
Formations
alluvionnaires
Point de suivi de Mellecey

Points de suivi de Légende :


Givry
Points de suivi du
futur pompage d’essai

Illustration 1 : Cadre géologique de la zone d’étude (cartes géologique du BRGM au 1/50000 n°553 et
n°2524)

Le bassin d’effondrement a été comblé au fur et à mesure par des formations meubles (sables,
argiles,…). Ces formations correspondent, de la plus récente à la plus ancienne, à :
 des alluvions (sables et graviers) déposés par les cours d’eau du Quaternaire ;
 les formations du Saint-Cosme (sables, graviers avec des passages argilo-marneux)
du Plio-quaternaire ;
 les sables et argiles de Chagny du Tertiaire ;
 les marnes de Bresse du Tertiaire.
Sous l’ensemble des formations tertiaires se présentent les formations calcaires et marneuses
du Jurassique. Ces calcaires affleurent au niveau des coteaux puis s’enfoncent sous les
formations bressanes du fait du pendage des couches et du jeu des nombreuses failles
affectant ces formations provoquant des rejets verticaux.
Les principaux aquifères dans la zone d’étude sont :
 les alluvions de la Saône et de ses affluents (ressource exploitée pour l’alimentation
en eau potable du Grand Chalon) ;
 les formations calcaires du Jurassique sous-couverture (ressource exploitée par le
forage de Nainglet).

On peut toutefois noter la présence également d’une nappe très localisée dans les formations
du Tertiaire au sein de lentilles sableuses.

13/28
168
III. Contenu technique du projet
La présente offre est organisée en deux grandes phases sur une durée de 18 mois à
compter du début du nouveau pompage d’essai très longue durée :
 Etudes géochimique et isotopique des venues d’eau captées au droit du forage de
Nainglet ;
 Réalisation d’une nouvelle interprétation des résultats du pompage d’essais de 12
mois. S’il y a un suivi des niveaux assez long avant l’essai, il serait également pertinent
de pouvoir analyser la chronique des variations de niveau afin d’obtenir des
informations sur le fonctionnement de l’aquifère (analyse pluie / niveau piézométriques,
si possible contrainte par une analyse pluie/débit, en essayant d’initier un suivi sur une
source voisine au sein du même aquifère).

3.1. Phase 1 : Etude géochimique

La première phase consiste à évaluer de façon précise la composition géochimique de l’eau


prélevée au droit du forage de Nainglet et ce durant l’ensemble de la période de pompage soit
pendant les 12 mois. L’étude de la composition de ces eaux sur l’ensemble de la durée du
pompage a pour but d’identifier les différentes venues d’eau alimentant le captage au cours
du pompage.
Afin de préciser l’origine de ces venues, une campagne spatiale d’échantillonnage des eaux
des différentes formations aquifères susceptibles d’être mobilisées par le pompage sera
réalisée. L’établissement de ce référentiel géochimique local permettra de distinguer l’origine
de ces différentes venues, mais aussi d’en apprécier les contributions relatives.
L’objectif principal de cette phase est l’amélioration de la connaissance du contexte
géochimique de l’aquifère des calcaires sous couverture et d’identifier, si elles existent, les
relations avec d’autres aquifères du secteur, notamment les réservoirs superficiels du
Tertiaire.

3.1.1. Programme d’analyse

Afin de caractériser la géochimie des eaux pompées par le captage de Nainglet, il est proposé
de réaliser les analyses suivantes, selon un programme d’échantillonnage présenté en 1.2.2
et soumis à condition.

1) Analyse des paramètres physico-chimiques


 Mesures des paramètres physico-chimiques sur le terrain : conductivité
électrique, oxygène dissous, pH, potentiel REDOX, température de l’eau.
 Eléments majeurs : Ca, K, Mg, Na, Cl-, CO3, , HCO3, NH4, NO2, NO3, PO4,
SiO2, SO4.
 Eléments mineurs et traces: F-, Fe, Ag, Al, As, B, Ba, Be, Cd, Co, Cr, Cu, Li,
Mn, Ni, Pb, Sr, Zn et Br.

Les concentrations en éléments chimiques dans les eaux sont en grande partie acquises par
l'altération des roches encaissantes. Contrairement aux cations qui résultent de réactions
d'équilibre de façon thermo dépendante, les teneurs en éléments dits "mobiles" (chlorure,
bromure, et dans une moindre mesure les espèces réduites et oxydées du soufre) sont liées
à des réactions irréversibles et non tamponnées par des équilibres entre ces espèces et les
néoformations minérales.

Les caractéristiques physico-chimiques des eaux s’avèrent être un outil à la compréhension


du fonctionnement des aquifères, notamment en ce qui concerne :
o La nature des roches dans lesquelles l’eau se déplace,

14/28
169
o les processus de mélange (quantification des différents apports
potentiels supposés avec le pôle eau de surface, une drainance
verticale, etc.),
o les conditions physico-chimiques du sous-sol (oxygénation, redox, etc.),

L’analyse des résultats permettra d’établir le faciès hydrogéochimique des eaux


prélevées, les résultats d’analyse seront le cas échéant présentés sous forme de
diagrammes appropriés (par ex. : Piper, Schoeller, graphique en coordonnées
rayonnantes, etc.) avec des calculs d’équilibre eau-roche.

2) Analyses des isotopes : Isotopes de l’eau (18O et 2H), Isotopes du strontium (87Sr/86Sr)

 L’oxygène 18 et le deutérium sont des traceurs intrinsèques de la molécule eau.


La détermination des teneurs en oxygène 18 et deutérium des eaux permet la
comparaison avec les eaux de recharge (fonction d’entrée) par l’intermédiaire
de la droite des eaux météoritiques (Illustration 2). L’évolution de la signature
isotopique de l’eau au cours du pompage pourra témoigner de l’existence de
phénomènes de mélange si les réservoirs sollicités par le pompage présentent
initialement des compositions géochimiques distinctes.

Illustration 2 : Exemple de diagramme 18O-2H : report des analyses de 2016 sur le forage du Rosaret
dans le contexte isotopique (stables de l’eau). Dans cet exemple la diminution des rapports
isotopiques (flèche bleue) a permis de mettre en évidence l’augmentation de la participation des eaux
des systèmes de surface au pompage (extrait du rapport BRGM/RP66432-FR).

 Les variations du rapport isotopique du strontium (87Sr/86Sr) dans un


hydrosystème donnent des informations sur la nature et l’intensité des
processus d’interaction roche-eau (à la condition que les compartiments
drainés présentent des signatures distinctes), sur l’origine et sur les proportions
de mélange des différents composants fluides (dans des conditions optimales).
Dans le cadre de cette étude, l’évolution de ce rapport isotopique au cours du

15/28
170
pompage permettra d’aider à distinguer la nature des différents réservoirs
potentiellement mobilisés.

3) Datation : CFC et SF6 et les gaz rares

Les outils chimiques et isotopiques de datation sont nombreux et permettent l’estimation


d’âges très anciens (100 000 ans et plus) jusqu’à l’actuel (Illustration 3).
4He: 50- >100 000a (âge estimé)
3 3
H/ He: 0.5-35a

40
CFC/SF6: (4)10-40a Ar: >100 000a
39
Ar: 50-2000a

85
Kr: 1-40a
36
Cl: >100 000a

Tritium: 1-40a

14C: 2ka-40ka
d 2H, d 18O: 0,1-3a

0.1 1 10 100 1000 10000 100000

Age
âgedede
l’eau souterraine
l’eau souterraine
roundwater (ans)
Age [years]

Illustration 3 : Outils isotopiques disponibles pour l’estimation de l’âge de l’eau

Pour la datation des eaux souterraines en France, ne prenant compte que des méthodes les
plus amplement utilisées et dont le prélèvement et l’analyse sont relativement simples, le panel
d’outils géochimiques qui s’ouvre à l’utilisateur se résume principalement au 14C (permettant
la datation entre 2000-40 000 ans), 3H (0-60 ans) et aux CFC et SF6 (0-60 ans).

Deux méthodes distinctes pour calculer ou estimer l’âge des eaux souterraines à l’aide de
traceurs géochimiques existent : celle qui se base sur l’application de la décroissance
radioactive et celle qui se base sur l’utilisation de certains gaz produits industriellement au
20ème siècle. La décroissance radioactive d’un élément est complètement indépendante des
paramètres environnementaux comme la pression, la température, le pH ou les liaisons
chimiques, et dépend seulement d’un degré d’instabilité caractéristique, exprimé par une
demie vie. De la demi-vie des éléments dépendra la plage de temps d’utilisation des traceurs
dans les études hydrogéologiques. En France, le 14C et le 3H sont les outils les plus adaptés
pour la datation des eaux souterraines.

Ces analyses permettront de donner une estimation de l’âge de l’eau mobilisée au cours du
pompage et permettront par ailleurs de préciser les modalités de transfert des eaux au sein
de l’aquifère (modèle piston ou modèle exponentiel) et d’estimer, le cas échéant, l’importance
des phénomènes de mélange entre aquifères

 Le CFC et le SF6 sont des gaz anthropiques (aérosols) qui s’accumulent dans
l’atmosphère depuis les années 1960 et dont la présence dans les eaux
souterraines permet de dater des eaux de moins de 60 ans (Ayraud, 2006 et
2008).

16/28
171
 Les concentrations en néon et argon (gaz rares) sont indicatrices de la
température des eaux de recharge, c’est-à-dire de la température à laquelle
l’eau s’est infiltrée dans le sol. Par ailleurs, la connaissance de la concentration
de ces traceurs est importante car elle permet de mieux préciser l’estimation
de l’âge de l’eau à partir des CFC et SF6 (calcul de l’excès d’air).

3.1.2. Programme d’échantillonnage

Dans le cadre de ce projet, il est proposé d’optimiser les analyses et donc les coûts associés.
Pour ce faire, il est prévu, une première campagne de prélèvements (campagne spatiale) qui
sera réalisée un mois avant le début du pompage pour permettre d’identifier les différents
pôles géochimiques potentiels susceptibles de contribuer à l’alimentation des eaux au droit de
l’ouvrage : aquifères superficiels du tertiaire, aquifère calcaire affleurant et aquifère calcaire
profond. Cette campagne constitue la tranche ferme du programme d’échantillonnage. Dans
un second temps, deux autres campagnes sont prévues : une campagne géochimique et une
campagne isotopique. Ces campagnes étant conditionnées par les résultats de la première
campagne, elles constituent les tranches conditionnelles de ce programme.

Tranche ferme

La campagne de prélèvement en T0 sera réalisée sur 10 points d’eau jugés représentatifs


qui permettront de caractériser les signatures géochimiques des différentes formations
aquifères présentes sur la zone d’étude. Sur ces points d’eau une analyse complète sera
réalisée : composés majeurs, éléments traces, signatures isotopiques (d18O, d2H, et 87Sr/86Sr)
et outils de datation (CFC, SF6, gaz rares). La liste prévisionnelle des points à échantillonner
est la suivante :

1. Au niveau des calcaires sous couvertures :


a. Forage de Nainglet (n°BSS : BSS001LXUU = ancien code 05536X0078/F1)
b. Forage de Mellecey (n°BSS : BSS001LXUV = ancien code 05536X0079/PZ1)
c. Forage de Rully (n°BSS : BSS001LXPS = ancien code 05535X0051/P1)
d. Givry F3
2. Au niveau des calcaires affleurants :
a. Forage de Fontaine
b. Sondage de l’ancienne carrière de Fontaines (n°BSS : BSS001LXPL = ancien
code BSS 05535X0017/SONDAG)
c. Fontaine de Bouzeron
3. Au niveau des argiles sableuses du Tertiaire :
a. Nouveau piézomètre dans le périmètre du captage de Nainglet
b. Le forage de Farges-les-Chalon
c. Les sources de Fontaines

Ces pôles permettront d’évaluer la nature et l’origine du ou des réservoirs sollicités par le
pompage du forage de Nainglet, si des évolutions de signatures géochimiques (majeurs et
traces) sont observées sur les eaux pompées.
L’interprétation de ces premiers résultats conditionnera la réalisation ou non d’analyses
complémentaires tout au long du déroulement du pompage d’essai (tranche conditionnelle :
Analyses isotopiques). Par exemple, si les signatures des isotopes stables des différents
réservoirs sont identiques, la discrimination du processus de mélange par cet outil ne pourra
pas être réalisée au cours du pompage. Si tel était le cas, les analyses (d18O, d2H et d87Sr/86Sr)
ne seraient pas réalisées.

17/28
172
Les résultats de cette étape de l’étude seront retranscrits dans un rapport intermédiaire.

Tranche conditionnelle 1 : La réalisation de campagnes de suivis géochimiques et de


datations.

Des échantillonnages seront réalisés sur le forage de Nainglet (composés majeurs, éléments
traces et traceurs isotopiques) suivant le protocole détaillé ci-après. Les éléments majeurs et
traces seront systématiquement analysés afin de qualifier les éventuelles évolutions
géochimiques. En parallèle, un suivi de datation des eaux sera réalisé selon une fréquence
qui pourra être adaptée à partir des résultats des suivis des éléments majeurs et traces.

Pour le suivi du pompage du forage Nainglet, il est prévu de réaliser plusieurs campagnes de
prélèvements selon une fréquence bien définie :
 hebdomadaire sur les 2 premiers mois de pompage. En effet, les résultats des premiers
essais de pompage ont mis en évidence que les principales variations d’écoulement
ont lieux sur les premiers mois de pompage. Afin de ne pas passer à côté
d’informations géochimiques, il parait donc nécessaire de suivre de façon plus précise
cette période de pompage avec l’analyse des éléments majeurs et mineurs toutes les
semaines et des datations toutes les deux semaines (CFC et SF6 et gaz rares) ;
 mensuelle à partir du 3ème mois avec un programme d’analyses moins exhaustif. Seuls
les éléments traces et majeurs seront analysés systématiquement ;
 biannuelle, pour la datation. Il est proposé de réaliser à minima une campagne
d’analyses complète au bout de 6 mois et à la fin du pompage.

En complément, il est également proposé de réaliser au bout de 6 mois ainsi qu’en fin de
pompage des prélèvements au droit du futur piézomètre implanté à proximité du forage de
Nainglet et captant uniquement l’aquifère superficiel du Tertiaire. Il sera analysé les éléments
majeurs et mineurs ainsi que les éléments de datation, CFC, SF6 et les gaz rares, afin
d’apprécier d’éventuel variation de qualité sous l’effet du phénomène de drainance.

Tranche conditionnelle 2 : La réalisation de campagnes de suivis isotopiques au droit


du forage.
Si les analyses isotopiques réalisées en T0 (tranche ferme) montrent la présence de
plusieurs pôles géochimiques distincts, alors, cette campagne de suivi pourra être
déclenchée. Dans ce cas de figure, il sera vivement conseillé de réaliser également la
campagne de suivi géochimique afin d’affiner la compréhension du système.
Pour ce suivi, il est proposé de réaliser plusieurs campagnes de prélèvements selon une
fréquence bien définie :

 toutes les deux semaines sur les 2 premiers mois de pompage,


 au bout de 6 mois et à la fin du pompage à partir du 3ème mois.

Le programme prévisionnel d’échantillonnage et d’analyses des eaux est synthétisé dans le


Tableau 1 ci-après :

Mois 2 Mois 3

18/28
173
T0 S S S S S S S S M M M M M M M1 M1 M1 M1
* 1 2 3 4 1 2 3 4 4 5 6 7 8 9 0 1 2 3
Eléments
10 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 2 1 1 1 1 1 2
traces
Eléments
10 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 2 1 1 1 1 1 2
majeurs
Isotopes
stables de
l’eau : 10 1 1 1 1 1 1
Oxygène 18 +
Deutérium 2H
Isotopes :
87 10 1 1 1 1 2 2
Sr/86Sr
CFC, SF6 10 1 1 1 1 2 2
Gaz rares 10 1 1 1 1 2 2
* : le prélèvement à T0 devra se dérouler 1 mois avant le lancement du pompage pour respecter les temps d’analyse et
d’interprétation nécessaires.

Tranche ferme : Campagne d'échantillonnage pour les différents pôles géochimiques de la


zone d’étude (10 échantillons.)
Tranche conditionnelle 1 : Campagne de suivi géochimique et datation lors du pompage au
droit du forage de Nainglet et du nouveau piézomètre captant uniquement la nappe
superficielle (2 ech.)
Tranche conditionnelle 2 : Campagne de suivis isotopiques au droit du forage de Nainglet
(1 ech.)

Tableau 1 : Programme prévisionnel d’échantillonnage et d’analyses des eaux

Remarque : le programme proposé dans cette offre est susceptible d’évoluer selon les
premiers résultats d’analyses obtenus. Dans ce cas, le BRGM avertira le Grand Chalon et la
décision de modifier ce programme sera prise après concertation entre les différents partis.

3.1.3. Déroulement de l’échantillonnage

Le BRGM se charge de l’ensemble de la prestation d’échantillonnage sur le terrain. Le


processus de prélèvement devra respecter à minima le déroulement suivant.

Méthode de prélèvement :
L’objectif est de prélever un échantillon représentatif de la qualité de l’eau souterraine à un
instant donné. La procédure d’échantillonnage doit donc viser à ne pas perturber la qualité
chimique de l’eau prélevée.
La purge des ouvrages prélevés (hors sources et fontaines) sera réalisée à l’aide de dispositifs
de pompage adaptés (pompe sur place ou apport d’une pompe extérieure).
La purge de ces ouvrages, précédant le prélèvement d’échantillons d’eau, sera réalisée
jusqu’à stabilisation des paramètres physico-chimiques in-situ, pH, conductivité et température
afin d’assurer la représentativité des eaux prélevées.
Le prélèvement des eaux souterraines sera réalisé en sortie de pompe, une fois le
renouvellement de la colonne d’eau réalisée.
La procédure d’échantillonnage est synthétisée dans le tableau 2.

19/28
174
Etape Objectif Mode opérationnel

Mesure du Le niveau statique de la


Le niveau de la nappe est mesuré à
1 niveau statique nappe est déterminé par
l’aide d’une sonde piézométrique
de la nappe rapport à un repère fixe
Elimination de l’eau Pompage à un débit adapté jusqu'à
Purge de
2 contenue dans la colonne stabilisation des paramètres pH,
l’ouvrage
d’eau du captage température et conductivité
Mesures des paramètres
Détermination : pH, température, Mesures sur le terrain pendant le
3
sur le terrain conductivité, oxygène pompage et aussitôt après la collecte
dissous et potentiel rédox
Collecte avec
Collecte des Prélèvement en sortie de pompe
4 perturbation minimale de
échantillons équipée d’un tuyau propre
l'eau
Utilisation d’un flaconnage adapté à
Stabilisation des
chaque composé à analyser, respect
5 Conservation échantillons jusqu’au
des délais de préservation (cf Normes
moment de l’analyse
Afnor)
Stockage, Réfrigération et protection
6 Stockage des échantillons en glacière
transport des échantillons
Enregistrement
systématique des
Fiche de Chaque prélèvement fait l’objet d’une
7 informations sur le
prélèvement fiche de renseignement
pompage et
l’échantillonnage

Tableau 2 : Protocole général d’échantillonnage d’eau souterraine

Une fiche de prélèvement d’eau souterraine sera complétée le jour de l’intervention pour
chaque point échantillonné et sera annexée au rapport.
Le prélèvement, l’échantillonnage et le conditionnement des échantillons d’eau souterraine
seront conformes aux prescriptions de la normee AFNOR FD X 31.615.

Remarque : Les procédures concernant les autorisations d’accès aux différents captages
seront facilitées par le Grand Chalon.

3.1.4. Conditionnement et acheminement des échantillons

Chaque flacon hermétique sera soigneusement étiqueté et identifié en fonction de la référence


du projet, l’identification du sondage et la date de prélèvement. Pour les échantillons de
datation des eaux, le protocole de prélèvement devra être rigoureusement respecté afin
d’éviter toute contamination avec l’air ambiant.
Les échantillons d’eaux seront conservés au frais, à l'abri de la lumière, dans des containers
réfrigérés (pains de glace) pendant les investigations et jusqu’à leur réception au laboratoire
d’analyses.
Les échantillons seront envoyés par transporteur express au laboratoire dans des containers
réfrigérés jusqu’à leur réception au laboratoire d’analyses.

3.2. Phase 2 : Interprétation du pompage de longue durée

20/28
175
La deuxième phase consiste à interpréter l’essai de pompage de 12 mois par l’analyse des
variations piézométriques afin de déterminer les différentes composantes d’écoulement
associées aux propriétés hydrauliques des aquifères.
La méthode utilisée sera la même que celle utilisée par le BRGM dans le cadre de la
réinterprétation des essais de pompages du 28 septembre au 7 octobre 2016 et du 11 au 31
octobre 2016 (RP-67118-FR).

Pour le pompage d’essai de 2018, le réseau de suivi piézométrique sur les points en lien avec
le forage de Nainglet sera plus dense au niveau de la nappe des calcaires et de la nappe du
Tertiaire (cf. proposition de l’étude SAFEGE).
L’augmentation des points de suivi et l’allongement de la durée du pompage permettront
d’améliorer la connaissance de la géométrie de l’aquifère des calcaires et la compréhension
des relations entre les différents aquifères. En particulier, les suivis sur le futur forage captant
la nappe du Tertiaire, qui sera implanté à proximité immédiate du forage de Nainglet, permettra
d’apprécier le phénomène de drainance en provenance du Tertiaire (Illustration 4). L’ensemble
de ces informations sera mis au regard de l’information géologique disponible et de
l’interprétation géochimique (cf. Phase 1), et vice-versa.

Illustration 4 : Points de suivis lors du pompage d’essai

21/28
176
La mise en œuvre de cet essai de pompage (pompage + suivi piézométrique + analyse des
résultats) sera réalisée par le bureau d’étude SAFEGE mandaté par le Grand Chalon.
Le BRGM réalisera l’interprétation du pompage d’essai en s’appuyant sur les données
techniques fournies par SAFEGE. Les données piézométriques, les données physico-
chimiques mesurées in-situ et le suivi précis du débit de pompage devront être remis au BRGM
sous la forme de fichiers au format Excel. Afin de faciliter leur traitement, il sera demandé à
SAFEGE, dans la mesure du possible, que celles-ci soient transmises avec une périodicité
adaptée : dans un premier temps les données de suivi avant le début de pompage, puis au
bout d’une semaine de pompage, puis au bout d’un mois et ensuite tous les 3 mois.

La méthode mise en œuvre est décrite dans le schéma suivant (Illustration 5). Elle sera
utilisée pour interpréter les essais réalisés sur le forage de Nainglet.

Identification du Modèle Conceptuel & Estimation des Paramètres de


L’Aquifère (méthode héritée de l’industrie pétrolière, Bourdet 1983)
Historique des rabattements Historique des débits
0
1 10
mn
100 1000 10000
- METHODOLOGIE - 1 10
mn
100 1000 10000
0
2 2
4 DD m flow m3/h

Flow rate [m3/h]


4
DD [m]

6
6
8
8
10
10
12
12
14
14

Construction de la courbe type de l’essai


-Ssp vs. Fonction de superposition du temps–
- échantillonage/lissage-

s
Diagnostic : Identification des Régimes d’Ecoulement
s (m) & dérivée

0.1

Dérivée = Identification du ou des Modèle(s) Conceptuel(s)


0.01

s_mesuré (m)
dérivée - remontée

0.001
0.1 1 10 100 1000 10000

Temps (min)

Modélisation des essais, Estimation des


Données Terrain Paramètres de l’Aquifère
(géologie, géophysique, &
géochimie, etc.) Validation du Modèle Conceptuel

Illustration 5: méthodologie mise en œuvre pour l’interprétation de pompages d’essai. Utilisation des
dérivées des rabattements pour diagnostiquer les essais.

L’interprétation de l’essai de pompage dans les formations fracturées ou dans les formations
sédimentaires hétérogènes est souvent complexe, une conséquence de la géométrie des
réseaux de fractures, des relations fracture-matrice, de la connexion de ces réseaux avec des
aquifères de surface, de l’empilement et de la géométrie de séries à perméabilités différentes
lorsqu’il s’agit de formations sédimentaires, etc.
Afin de déterminer les différentes composantes d’écoulement associées aux propriétés
hydrauliques de tels aquifères, il est nécessaire de porter une attention particulière aux essais
de pompage et de poser un diagnostic aussi fin que possible sur les essais avant toute
modélisation. Le diagnostic reposera sur l’interprétation des pentes de la courbe de dérivée
logarithmique des rabattements ( s  ln t ; à la descente ou à la remontée des niveaux) qui a
l’avantage de représenter tous les régimes d’écoulement sur un seul et même graphique bi-
logarithmique (Bourdet et al., 1983, 1989 ; Spane and Wurstner, 1993 ; etc.). L’avantage de
cette méthode est que pour chaque type et/ou géométrie d’aquifère mais aussi pour chaque
type de configuration forage-aquifère (captage partiel de l’aquifère par exemple), il correspond
à un certain régime ou à une succession de certains régimes d’écoulement qu’il est en général

22/28
177
possible d’identifier sur la courbe de dérivée (Deruyck et al., 1992, Schlumberger, 2002 ;
Renard et al., 2009).
L’Illustration 6 présente, comme exemple, les différents types d’écoulement que l’on observe
lors d’un pompage dans un aquifère situé dans un aquifère rectangulaire où, au fur et à
mesure, les limites étanches (orthogonales entre elles) sont perçues par l’essai. L’effet
capacitif du puits est aussi pris en compte.
100

10
sD et sD’

2ième éclt radial


à valeur double
1er éclt radial du précédent (dsD/dlntD=1)
dsD/dlntD=0.5 => 1 lim. étanche
1
pente de 0.5:
éclt linéaire
pente de 1:
=> 2 lim. éclt pseudopermanent
étanches (réservoir fermé)
Effet de capacité => 4 limites étanches

1 2 3 4 5
0.1
0.01 0.1 1 10 100 1000 10000 100000 1000000
tD
Illustration 6: Exemple de succession des régimes d’écoulement lors d’un pompage dans un aquifère
rectangulaire clos. tD : temps adimensionnel, sD (courbe pleine) et sD’ (courbe tiretée) : rabattement et
dérivée du rabattement (adimensionnel).

Une fois la courbe des dérivées construite, le diagnostic consiste à identifier les différents
régimes d’écoulement et à en déduire :
 les propriétés du forage (effet de capacité, effet de skin, …) ;
 les propriétés de l’aquifère (isotrope, anisotrope, fracture verticale, double porosité,
etc.) ;
 les propriétés de sa géométrie (effets de limites) ;
 les éventuelles relations entre l’aquifère capté et d’autres aquifères (effet de drainance
par exemple) ;
 éventuellement la mise en évidence d’écoulements fractionnaires comme par exemple
ceux liés à la forte perméabilité d’un drain karstique.

Enfin, une fois le diagnostic posé, l’estimation des paramètres de l’aquifère est réalisée à partir
du modèle mathématique le plus approprié. Puis, le modèle conceptuel de l’aquifère est validé
en jugeant de la pertinence de la modélisation et des informations géologiques disponibles sur
la formation testée.

Sur la base des informations disponibles et de la modélisation des rabattements lors de l’essai,
une évaluation de l’exploitation durable de l’aquifère fracturé des calcaires sera proposée en
prenant en considération tant les aspects ayant trait à la qualité qu’à la quantité qu’aux
éventuels impacts induits sur les aquifères de surface.

Pour mener à bien cette partie de l’étude (modélisation des relations entre la nappe des
calcaires et celle du Tertiaire), il est important d’obtenir des informations précises sur
l’hydrodynamisme de la nappe du Tertiaire, qui à ce jour, est très peu connu. Le nouvel

23/28
178
ouvrage implanté à proximité immédiat du forage de Nainglet et captant uniquement la nappe
du tertiaire prévu par le Grand Chalon devrait palier à ce manque d’information. L’observation
de sa phase de foration et la réalisation d’un pompage d’essai au droit de ce futur ouvrage
répondront, en partie, aux questions sur la structure de l’aquifère du Tertiaire et sur les
paramètres hydrodynamiques qui le caractérisent. Ces investigations, sur ce nouvel ouvrage,
seront réalisées par le Grand Chalon.

3.3. Phase 3 : Interprétation

Le BRGM synthétisera et valorisera l’ensemble des informations obtenues dans le cadre du


projet en rapprochant les résultats de la première phase (volet géochimique) avec ceux de la
seconde (volet hydrodynamique).
Après acquisition des résultats de la campagne géochimique de prélèvements, le travail de
synthèse sera réalisé en confrontant l’ensemble des données disponibles. Ces données seront
mises en parallèle des informations sur les caractéristiques des ouvrages et leurs contextes
hydrogéologiques. Plus particulièrement, les résultats des suivis géochimiques sur le
pompage d’essai permettront de dégager les grandes tendances de comportement (taxonomie
des forages).
Le but sera de préciser le schéma conceptuel du fonctionnement hydrodynamique de
l’aquifère calcaire sous-couverture, notamment de ces relations possibles avec la nappe de
surface du Tertiaire, et de sa zone d’alimentation.
L’analyse et l’interprétation de ces données devraient permettre au BRGM de déterminer si le
pompage au droit du forage de Nainglet a bel et bien un impact sur la nappe superficielle. Les
résultats de cette étude permettront également de proposer l’AAC potentielle du captage de
Nainglet.

IV. Pilotage du projet, contrôle qualité, livrables et


diffusion des résultats
Le projet sera piloté par un Chef de projet hydrogéologue expérimenté basé à la Direction
Régionale de Bourgogne Franche-Comté.

Les représentants du Comité de Pilotage seront informés régulièrement de l'avancement des


travaux, s'il y a lieu des difficultés rencontrées et des orientations du projet.

Dans le cadre de ce projet, il est prévu trois réunions :


 une réunion de démarrage avec visite des points d’eau à prélever ;
 une réunion à mi-parcours pour présenter les premiers résultats ;
 une réunion de présentation des résultats aura lieu à la remise du rapport avec la
présence des ingénieurs du BRGM ayant participés à ce projet.

Le BRGM organisera les réunions (ordre du jour, avis de réunion) et établira les compte-rendu
de réunion qui seront diffusés après accord du Grand Chalon dans un délai de 15j.

Un rapport intermédiaire, comprenant l’interprétation des résultats de la campagne de


prélèvement en T0, sera réalisé et transmis sous format PDF au Grand Chalon durant le
premier mois de pompage. Durant le déroulement de la phase 1, l’ensemble des résultats
brutes d’analyse seront transmis au Grand Chalon. Ces résultats viendront enrichir la base
données ADES.
Enfin, un rapport final, comprenant les données rassemblées au cours de l'étude, les résultats
acquis, les synthèses réalisées, une proposition d’aire d’alimentation du captage de Nainglet
(fichiers SIG au format ArcGIS inclus), sera rédigé et transmis en version numérique

24/28
179
uniquement au format PDF en fin de projet.

Tout le long du projet, le chef de projet s’assurera de son bon déroulement avec notamment :
- un contrôle qualité ;
- le contrôle et la vérification des différentes phases de travaux et livrables ;
- une gestion précise administrative et financière du projet.

V. Chronogramme

La durée prévisionnelle de l’étude est de 19mois (à compter du démarrage de l’essai de


pompage). Le déroulement du projet est détaillé dans le Tableau 3 ci-dessous.

M2 M3 M M M M M M M M M M
T M M M M M M
Investigations 0
S S S S S S S S 4 5 6 7 8 9 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
1 2 3 4 1 2 3 4 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Déroulement du pompage d'essai X X X X X X X X X X X X X X X X X X

Phase 1: Etude géochimique et


datation
Tranche fixe: Etape 1: Campagne de
prélèvement pour caractériser des
différents pôles géochimiques de la zone
d'étude (10 prélèvements)
Prélèvements et analyses des éléments
X
majeurs et mineurs, isotopies et datation
Interprétation des résultats d’analyses X
Rédaction du rapport intermédiaire X X X
Tranche conditionnelle 1: Etape 2 :
réalisation de campagnes de suivis
géochimiques et de datations
Analyses des éléments majeurs et
X X X X X X X X X X X X X X X X X X
mineurs
Analyses datations CFC - SF6 X X X X X X
Interprétation des résultats d'analyses X X X X X X X X
Tranche conditionnelle 2: Etape 3 :
réalisation de campagnes de suivis
isotopiques
Analyses des éléments isotopiques
X X X X X
(18O, 2H et 87Sr/88Sr)
X X
Interprétation des résultats d'analyses X X X X X X
Phase 2: Interprétation de l'essai de
pompage
Réinterprétation du pompage d'essai
longue durée à partir des données x x x X X X
brutes par le BRGM
Modélisation de l'exploitation du forage
X X
de Nainglet
Phase 3: Rédaction du rapport
Rédaction du rapport - Assimilation des
résultats des phases 1-Etape 1 et Phase
X X X
2
Reproduction et envoie des délivrables
Rédaction du rapport - Assimilation des
résultats des phases 1-Etapes 1&2 et
X X X
Phase 2
Reproduction et envoie des délivrables
Rédaction du rapport - Assimilation des
résultats des phases 1-Etapes 1&2&3 et
X X X
Phase 2
Reproduction et envoie des délivrables
Gestion du projet
Pilotage du projet, contrôle qualité X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X

25/28
180
Réunion et compte-rendus X X X

Tableau 3 : Chronogramme prévisionnel

26/28
181
ANNEXE A2 : ANNEXE FINANCIÈRE

Amélioration de la compréhension du fonctionnement


hydrogéologique du forage de Nainglet (71)
Tranches 1. Phase 1: Etude géochimique et datation Coût € HT
Etape 1: Campagne de prélèvement pour caractériser des différents pôles
1.1
géochimique de la zone d'étude (10 prélèvements)
1.1 Réalisation des prélèvements, stockage et envois des échantillons aux laboratoires
Soit 1079,20 € HT/prélèvement => 1079,20x10=10792 € HT
Tranche ferme

.1 10792
1.1 Analyse des échantillons en laboratoire selon le programme analytique prévisionnel de l'offre
technique (Ensemble des analyses)
.2
Soit 1937,30 € HT/analyses => 1937,30 x 10=19373 € HT 19373
1.1
Interprétation des résultats d'analyses par le BRGM
.3 8223
1.1
Réalisation d'un rapport intermédiaire
.4 2000
Tranche conditionnelle: Etape 2: réalisation de campagnes de suivis géochimiques et
1.2
de datations
1.2 Réalisation des prélèvements, stockage et envois des échantillons aux laboratoires
.1 Soit 844,40 € HT/prélèvement => 844,40 x 20=16888 € HT 16888
Analyse des échantillons en laboratoire selon le programme analytique prévisionnel de l'offre
1.2
Tranches conditionnelles

technique (Elements majeurs, Elements mineurs, CFC-SF6, Gaz rares)


.2 Soit 390,85 € HT/analyse des éléments majeurs et mineurs et 845 € HT/analyse datation et gaz rares =>
20 x 390,85 + 8 x 845= 14577 € HT 14577
1.2
Interprétation des résultats d'analyses par le BRGM
.3 10517
1.3 Tranche conditionnelle 2: Etape 3 : réalisation de campagnes de suivis isotopiques
1.3 Réalisation des prélèvements en même temps que la campagne de suivi (Etape 2), stockage
.1 et envois des échantillons aux laboratoires 500
Analyse des échantillons en laboratoire selon le programme analytique prévisionnel de l'offre
1.3 technique (d18O, et d2H et d87Sr/86Sr)
.2 Soit 505,25 € HT/analyse pour l’isotope d87Sr/86Sr et 258,5 € HT/analyse isotopes 18O&2H => 8 x 505,25
+ 6 x 258,5 = 5593 € HT 5593
1.3
Interprétation des résultats d'analyses par le BRGM
.3 5367
2. Phase 2: Interprétation de l'essai de pompage
Tranche
ferme

Interprétation et analyse du pompage d'essai longue durée à partir des données brutes
2.1
par le BRGM 17558
2.2 Modélisation de l'exploitation du forage de Nainglet 8980
Tranches Tranche

3. Phase 3: Rédaction du rapport


conditionn ferme

Rédaction du rapport - Assimilation des résultats des phases 1-Etape 1 et Phase 2


3.1
6253
Rédaction du rapport - Assimilation des résultats des phases 1-Etapes 1&2 et Phase 2
3.2
7253
elles

Rédaction du rapport - Assimilation des résultats des phases 1-Etapes 1&2&3 et Phase
3.3
2 8253
4. Réunions
Tranche
ferme

4.1 Réunion de démarrage et compte-rendu 1240


4.1 Réunions à mi-parcours et compte-rendu 850
4.1 Réunions de présentations des résultats et compte-rendu 4346
Tranche ferme - Prix total H.T. 79 615
Part Grand Chalon (80%) HT 63 692
Part Grand Chalon (80%) TTC 76 430,40

Avec tranche conditionnelle Etape 2 - Prix total H.T. 122 597


Part Grand Chalon (80%) HT 98 077,60
Part Grand Chalon (80%) TTC 117 693,12

Avec tranche conditionnelle Etape 2&3 - Prix total H.T. 135 057
Part Grand Chalon (80%) HT 108 045,60
Part Grand Chalon (80%) TTC 129 654,72

27/28
182
Coût unitaire des analyses :
Coûts unitaires en
Coûts unitaires en
€ TTC
€ HT
(TVA 20%)
Frais de gestion Direction Régionale 8,5 10,2
Pris en charge de l'échantillon 12 14,4
Kit de prélèvements 7 8,4
Flacon de réactif 10 12
Analyses des éléments majeurs et mineurs 373 447,6
Analyses isotopiques de l'oxygène 18 + Deutérium 221 265,2
Analyses isotopiques du Strontium 467,75 561,30
Analyses datation CFC, SF6 400 480
Analyses des gaz rares (Ar et N2 ) 445 534
Envoi des échantillons en laboratoire 100 120

Attention : ces coûts unitaires ne sont valables que dans le cas où les prélèvements sont
réalisés dans le cadre des campagnes de prélèvements prévu dans cette présente offre. Toute
journée complémentaire sera facturée 800 € HT soit 960 € TTC.

28/28
183
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

DÉLÉGATION À L'ATTRACTIVITE DU TERRITOIRE


DIRECTION DE LA CULTURE ET DES SPORTS

N° de l'ordre du jour : 15
Rapporteur : Madame Florence PLISSONNIER

Conservatoire à Rayonnement Régional Danse, Musique et


Théâtre - Agrément d’établissement assurant la préparation
à l'entrée dans les établissements d'enseignement
supérieur de la création artistique

EXPOSE

Rappel du contexte :

Le Conservatoire à Rayonnement Régional (CRR) du Grand Chalon dispense un enseignement


pluridisciplinaire, danse, musique et théâtre, ouvert à tout élève, sans limite d’âge, motivé par
l’apprentissage d’une discipline artistique.

Le CRR a mis en place depuis plus de 10 ans des Cycles d’Enseignement Professionnel Initial
(CEPI) sur l’ensemble des domaines enseignés à l’exception du Théâtre dont le CEPIT Commun
avec le CRR de Dijon a ouvert en septembre 2017.

Depuis plus de cinq années, ses nombreuses activités d’enseignement ont recueilli un succès
croissant, portant le nombre d'élèves de 1 200 à 1 900 aujourd'hui, dont plus de 150 élèves en Cycle
d’Enseignement Professionnel Initial (CEPI), le plus important effectif de la Région Bourgogne
Franche-Comté.

En complément de cet enseignement, le CRR développe également une saison culturelle : « la


Saison de l’Auditorium ». Cette saison de grande qualité, ouverte et diversifiée, rayonne largement
au-delà du territoire communautaire.

Description du dispositif proposé :

Le Grand Chalon souhaite, dès la rentrée 2018-2019, que le Conservatoire puisse proposer à ses
étudiants, le nouveau cursus des classes de préparation à l’entrée dans les établissements supérieurs
de la création artistique dans le domaine du spectacle vivant, dans les domaines suivants :

- Danse Classique,
- Danse Contemporaine,

184
- Danse Jazz,
- Danse Hip Hop,
- Accompagnement de la Danse,
- Musique Domaine Classique,
- Musique Accompagnement,
- Musique Domaine Jazz, Domaine Musiques Actuelles Amplifiées,
- Musique Domaine Composition / Création / Electroacoustique,
- Musique Domaine Direction de Chœurs et Direction d’Orchestre,
- Domaine Musiques du Monde / Musiques Traditionnelles,
- Musique Domaine Culture,
- Domaine Art du Chant,
- Théâtre.
Chacun des 14 domaines est placé sous la direction d’un professeur d’enseignement artistique ou
d’un enseignant titulaire d’un Doctorat. Les deux spécialités danse et musique, sont placées sous
l’autorité respective d’un directeur adjoint danse et directeur adjoint musique, tous deux détenteurs
d’un certificat d’aptitude ; le théâtre est placé sous l’autorité d’un professeur, coordinateur du
Département.

Le Grand Chalon souhaite, conformément aux termes de l’article L759-5 du Code de l’Education,
que le Conservatoire soit agréé par l’Etat. L’arrêté du Ministre de la Culture n° NOR :
MICD1735883A du 5 janvier 2018 définit les conditions qui subordonnent la délivrance des
agréments des établissements assurant une préparation à l’entrée dans les établissements supérieurs
de la création artistique.

Un dossier de demande d’agrément est à adresser au Préfet de Région. L’agrément est délivré par un
arrêté du Ministre de la Culture.

DECISION

Cadre juridique :

Vu l’article L-5216-5 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu les articles L216-5, L759-5, D759-11, R759-13 du Code de l’Education,

Vu les statuts du Grand Chalon,

Vu la délibération du Conseil Communautaire du 18 novembre 2011 portant définition de l’intérêt


communautaire modifiée par la délibération du 25 octobre 2017 portant modification de l’intérêt
communautaire,

Vu le décret n° 2017-718 du 2 mai 2017 relatif aux établissements d’enseignement de la création


artistique,

185
Vu l’arrêté du 05 janvier 2018, portant sur les conditions d’agrément des établissements assurant
une préparation à l’entrée dans les établissements d’enseignement supérieur de la création artistique
et au contenu et modalités de dépôt des dossiers de demande, joint en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’autoriser Monsieur le Président, ou son représentant, à déposer un dossier de demande


d’agrément des classes de préparation à l’entrée dans les établissements supérieurs de la
création artistique dans le domaine du spectacle vivant pour le Conservatoire à
Rayonnement Régional de Danse, Musique et Théâtre du Grand Chalon.

186
187
188
189
190
191
192
193
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

DÉLÉGATION À L'ATTRACTIVITE DU TERRITOIRE


DIRECTION DE LA CULTURE ET DES SPORTS

N° de l'ordre du jour : 16
Rapporteur : Madame Dominique MELIN

Association "Givry Starlett Club" - Championnats du Monde


de twirling en Norvège - Demande de subvention
exceptionnelle

EXPOSE

Rappel du contexte :

L’association « Givry starlett club » dont le siège se situe 7 rue de l’Hôtel de Ville à Givry, a été
créée en 1984 et pratique l’enseignement de la danse, du pompon et du twirling bâton. Elle compte
actuellement 174 adhérents.

Cette association a obtenu ces dernières années, des résultats remarquables en compétition de haut
niveau. Ainsi, pour la seule saison 2016/2017, elle est Championne de Bourgogne avec les équipes
suivantes : grande « Equipe junior Pompons », grande « Equipe minime pompons », petite « Equipe
minime Pompons » et Equipe bâton.

Description du dispositif proposé :

La grande « Equipe pompons séniors » composée de 42 filles de 14 à 25 ans, a remporté le 43 ème


Bâton d’Or à Montargis lors d’une compétition qualificative aux Championnats du Monde de
twirling.

Cette récompense permet à cette équipe du club givrotin de pouvoir représenter la France aux
Championnats du Monde de twirling qui se dérouleront du 28 mars au 1er avril 2018 à Lillehammer.

La participation à cette compétition représente pour le club, un investissement financier important


de 60 000 €. En conséquence, les dirigeants du club sollicitent auprès du Grand Chalon l’octroi
d’une subvention exceptionnelle la plus élevée possible.

Il est proposé d’accorder une subvention exceptionnelle de 5 000 € à l’association « Givry Starlett
Club » pour sa participation aux Championnats du Monde de twirling 2018 en Norvège.

194
DECISION

Cadre juridique :

Vu les articles L5216-5, L1611-4 et par renvoi de l’article L5211-36 à l’article L2311-7 du Code
Général des Collectivités Territoriales,

Vu les statuts du Grand Chalon,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver le versement d’une subvention exceptionnelle de 5 000 € à l’association


« Givry Starlett Club » pour sa participation aux Championnats du Monde de twirling 2018
en Norvège.

195
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

N° de l'ordre du jour : 17
Rapporteur : Monsieur le Président

Dissolution du Syndicat Intercommunal d’Aménagement des


Trois Rivières du Chalonnais

EXPOSE

Rappel du contexte :

Depuis le 1er janvier 2018, le Grand Chalon, compétent en particulier en matière de gestion des
milieux aquatiques et la prévention des inondations (GEMAPI), est substitué à ses communes
membres au sein des syndicats de rivières en application de l’article L5216-7 du Code Général des
Collectivités Territoriales (CGCT).

Aussi, le Syndicat intercommunal d’aménagement des trois rivières du chalonnais est désormais un
syndicat mixte composé du Grand Chalon pour la partie de son territoire correspondant à 22 de ses
communes membres et de la Communauté de Communes Sud Côte Chalonnaise (CCSCC) pour la
partie de son territoire correspondant à 8 de ses communes membres.

Le syndicat n’est plus composé que de deux membres et son périmètre est situé principalement sur
le territoire du Grand Chalon. Dans ce nouveau contexte, le Grand Chalon et la CCSCC souhaitent
exercer en propre leurs compétences sur ce bassin versant et coordonner leurs interventions
notamment au travers de la mobilisation du comité de rivière.

L’article L5212-33 du CGCT, applicable aux syndicats mixtes fermés par renvoi du L5711-1 du
même code, prévoit que le syndicat est dissous par consentement des organes délibérants de ses
membres. L’arrêté préfectoral de dissolution déterminera dans le respect des dispositions des
articles L5211-25-1 et 5211-26 du CGCT, les conditions de liquidation du syndicat.

Description du dispositif proposé :

Aussi et en accord avec la CCSCC, il est proposé à l’assemblée délibérante d’approuver le principe
de la dissolution du Syndicat intercommunal d’aménagement des trois rivières du chalonnais et de
donner au Président les pouvoirs pour mener les discussions et travaux relatifs à la liquidation du
syndicat et aux conditions de reprise des compétences par le Grand Chalon.

196
Afin que la dissolution du syndicat puisse être ensuite arrêtée par le Préfet, le Conseil
communautaire devra se prononcer ensuite sur les conditions de celles-ci.

DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment l’article L5212-33,

Vu les statuts du Grand Chalon,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver le principe de la dissolution du Syndicat intercommunal d’aménagement des


trois rivières du chalonnais ;

 De donner au Président, ou à son représentant, les pouvoirs pour mener les discussions et
travaux relatifs à la liquidation du syndicat et aux conditions de reprise des compétences par
le Grand Chalon.

197
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

DIRECTION GÉNÉRALE DES SERVICES

N° de l'ordre du jour : 18
Rapporteur : Monsieur le Président

Désignation des délégués du Grand Chalon au sein du


Syndicat Intercommunal d’Aménagement des Trois
Rivières du Chalonnais

EXPOSE

Rappel du contexte :

Le 25 octobre 2017, le Conseil communautaire approuvait une modification de ses statuts afin de
les mettre en conformité avec la Loi concernant en particulier la compétence de la compétence
obligatoire relative à la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations (GEMAPI).

Au terme de la procédure d’adoption de ces nouveaux statuts, ceux-ci ont été modifiés par arrêté
préfectoral n°71-2017-12-22-006 du 22 décembre 2017 applicable à compter du 1er janvier 2018.

Depuis le 1er janvier 2018, et au vu des compétences transférées au Grand Chalon, celui-ci est
devenu membre de plein droit du Syndicat intercommunal d’aménagement des trois rivières du
chalonnais en lieu et place de ses 22 communes membres, par application du mécanisme de
représentation substitution prévu à l’article L5216-7 du Code Général des Collectivités Territoriales
(CGCT).

En conséquence, le mandat des délégués des communes a pris fin au 1er janvier 2018.

Or, dans le cadre de la dissolution du syndicat, la désignation par le Grand Chalon de ses
représentants au comité syndical s’avère nécessaire afin de mener à bien la procédure de
liquidation.

Concernant les syndicats devenus mixtes au 1er janvier 2018, conformément à l’article L 5711-3 du
Code Général des Collectivités Territoriales, le nombre de délégués à désigner par le Grand Chalon
est égal au nombre de délégués dont disposaient les communes avant la substitution.

Les dispositions du Code Général des Collectivités Territoriales applicables à la désignation des
délégués aux syndicats mixtes prévoient un scrutin secret. Pour autant, et conformément à l’article
L2121-21 du Code Général des Collectivités Territoriales, l’organe délibérant de l’EPCI peut
décider à l’unanimité de ne pas recourir au vote à scrutin secret pour cette élection.

198
Description du dispositif proposé :

Les 22 communes appartenant initialement au syndicat disposaient chacune de deux délégués


titulaires et de deux délégués suppléants.

Il appartient en conséquence au Conseil communautaire de désigner ses délégués au sein du


Syndicat intercommunal d’aménagement des trois rivières du chalonnais, soit 44 délégués titulaires
et 44 délégués suppléants.

Il est proposé à l’assemblée délibérante, en application de l’article L2121-21 du Code Général des
Collectivités Territoriales, de ne pas avoir recours au vote à scrutin secret pour désigner les
représentants du Grand Chalon au sein des syndicats précités. Cette décision de ne pas recourir au
vote à scrutin secret doit être prise à l’unanimité.

DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment les articles L5216-5, L5216-7,
L5711-1 et suivants,

Vu les statuts du Grand Chalon,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 De décider à l’unanimité de ne pas recourir au vote à bulletin secret ;

 De désigner les représentants du Grand Chalon au sein du Syndicat intercommunal


d’aménagement des trois rivières du chalonnais

199
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

DIRECTION GÉNÉRALE DES SERVICES

N° de l'ordre du jour : 19
Rapporteur : Monsieur le Président

Désignation des délégués du Grand Chalon au sein du


Syndicat intercommunal d’aménagement du bassin de la
Grosne, du Syndicat mixte d’aménagement de la Dheune et
du Syndicat mixte d’aménagement des affluents rive
gauche de la Dheune

EXPOSE

Rappel du contexte :

Le 25 octobre 2017, le conseil communautaire approuvait une modification de ses statuts afin de les
mettre en conformité avec la Loi concernant en particulier la compétence de la compétence
obligatoire relative à la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations (GEMAPI).

Au terme de la procédure d’adoption de ces nouveaux statuts, ceux-ci ont été modifiés par arrêté
préfectoral n°71-2017-12-22-006 du 22 décembre 2017 applicable à compter du 1er janvier 2018.

Au vu des compétences respectives des syndicats de rivières présents sur le territoire et du Grand
Chalon, celui-ci est, depuis le 1er janvier 2018, substitué à ses Communes membres au sein de ces
syndicats en application de l’article L5216-7 du Code Général des Collectivités Territoriales
(CGCT).

Concernant les modalités d’exercice de la compétence GEMAPI sur les bassins versants de la
Dheune et de la Grosne, la réflexion est en cours, le Grand Chalon mais aussi les syndicats ayant
lancé des études.

Dans l’attente de l’avancée de ces réflexions, il appartient au Grand Chalon de désigner ses
représentants aux syndicats concernés suivants :
- le Syndicat intercommunal d’aménagement du bassin de la Grosne (deux Communes) ;
- le Syndicat mixte d’aménagement de la Dheune (dix Communes) ;
- le Syndicat mixte d’aménagement des affluents rive gauche de la Dheune (trois Communes).

200
Le nombre de délégués à désigner est :
- pour les syndicats déjà mixtes, déterminé par les statuts de chaque syndicat (article L5212-6 du
CGCT) ;
- pour les syndicats devenus mixtes au 1 er janvier 2018, calculé conformément à l’article L 5711-3
du CGCT : un nombre de délégués égal au nombre de délégués dont disposaient les communes
avant la substitution.

Les dispositions du CGCT applicables à la désignation des délégués aux syndicats mixtes prévoient
un scrutin secret. Pour autant, et conformément à l’article L2121-21 du CGCT, l’organe délibérant
de l’EPCI peut décider à l’unanimité de ne pas recourir au vote à scrutin secret pour cette élection.

Description du dispositif proposé :

Conformément aux dispositions applicables du CGCT, il appartient donc au Grand Chalon de


désigner ses délégués au sein des syndicats de rivières suivants :

Syndicats de rivières Désignations titulaires suppléants


nécessaires
Syndicat 2 titulaires et 2
intercommunal suppléants
d’aménagement du
Bassin de la Grosne
Syndicat mixte 10 titulaires et 10
d’aménagement de la suppléants
Dheune
Syndicat Mixte 3 titulaires et 3
d’aménagement des suppléants
affluents rive gauche
de la Dheune

Il est proposé à l’assemblée délibérante, en application de l’article L2121-21 du Code Général des
Collectivités Territoriales, de ne pas avoir recours au vote à scrutin secret pour désigner les
représentants du Grand Chalon au sein des syndicats précités. Cette décision de ne pas recourir au
vote à scrutin secret doit être prise à l’unanimité.

DECISION

Cadre juridique :

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment les articles L5216-5, L5216-7,
L5711-1 et suivants,

Vu les statuts du Grand Chalon,

Il est demandé au Conseil communautaire :

201
 De décider à l’unanimité de ne pas recourir au vote à scrutin secret ;

 De désigner les représentants du Grand Chalon au sein du Syndicat intercommunal


d’aménagement du bassin de la Grosne, du Syndicat mixte d’aménagement de la Dheune et
du Syndicat mixte d’aménagement des affluents rive gauche de la Dheune.

202
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

DÉLÉGATION AUX RESSOURCES


DIRECTION DES FINANCES

N° de l'ordre du jour : 20
Rapporteur : Monsieur Jean-Claude ROUSSEAU

Extension du périmètre du Grand Chalon - Transferts de


compétences - Attributions de Compensation (AC) -
Montants définitifs

EXPOSE

Rappel du contexte :

A la suite des orientations du Schéma Départemental de Coopération Intercommunal (SDCI), le


Grand Chalon s’est engagé dans la préparation de l’intégration de 14 nouvelles communes : 13
communes issues de la Communauté de Communes Monts et Vignes: Aluze, Bouzeron, Chamilly,
Charrecey, Chassey-le-Camp, Cheilly-les-Marranges, Dennevy, Remigny, Saint-Berain-sur-Dheune,
Saint-Gilles, Saint-Léger-sur-Dheune, Saint-Sernin-du-Plain, Sampigny-les-Marranges, et une
commune isolée : Saint-Loup-Géanges.

Une étude globale a été réalisée afin d’identifier les compétences transférées au Grand Chalon, les
compétences reprises par les communes et afin d’évaluer les impacts financiers et fiscaux tant pour
les nouvelles communes que pour le Grand Chalon.

Cette première approche a permis une évaluation des charges transférées dans le respect des
méthodes appliquées lors des transferts de compétences de 2012 et de l’entrée de la commune
d’Allerey-sur-Saône en 2014.

Dans ce cadre, une Commission Locale d’Evaluation des Transferts de Charges (CLETC) s’est
tenue le 11 septembre 2017 sur les modalités financières liées à l’extension du périmètre du Grand
Chalon.
Les 51 communes membres ont ensuite été invitées à délibérer sur le rapport de la CLETC du 11
septembre 2017.

En outre, le Conseil communautaire a délibéré le 25 octobre 2017 sur les montants définitifs
prévisionnels des AC dans l’attente des délibérations des communes sur le rapport de la CLETC du
11 septembre 2017.

203
Par ailleurs, courant 2017, une étude a également été réalisée en interne sur les modalités
financières liées au transfert de zones d’activités économiques, pour les communes de Dracy-le-
Fort, Fontaines et Sevrey, au regard des critères retenus par le Grand Chalon.
De plus, la commune d’Allerey-sur-Saône s’est vue proposer une modification de son AC, suite au
retrait du coût net des charges transférées relatif à la compétence transport scolaire, dans un souci
d’équité avec les autres communes membres.

Dans ce cadre, une CLETC s’est tenue le 25 septembre 2017 sur les modalités financières de ces
zones d’activités au Grand Chalon et les 51 communes ont également délibéré sur le rapport de la
CLETC.

Description du dispositif proposé :

A la suite de l’extension du périmètre du Grand Chalon au 1 er janvier 2017, il convient de proposer


au Conseil communautaire de délibérer sur les montants définitifs des AC pour les 14 communes
qui ont rejoint le Grand Chalon.
Le tableau récapitulatif des AC définitives, conformes aux AC calculées issues de la CLETC du 11
septembre 2017 et conformes aux AC notifiées et versées par le Grand Chalon aux communes ou
versées par les communes au Grand Chalon en 2017 est joint en annexe 1.

A la suite des transferts des zones d’activités économiques, et de la modification de l’AC de


la commune d’Allerey-sur-Saône concernant le transport scolaire, il convient de proposer au
Conseil communautaire de délibérer sur les montants définitifs des AC pour 2018 pour les
quatre communes concernées. Le tableau récapitulatif des AC définitives conformes aux AC
calculées issues de la CLETC est joint en annexe 2.

Ainsi, après délibération du Conseil communautaire, 18 communes concernées seront


appelées à délibérer sur le montant de leur AC définitive.

DECISION

Cadre juridique :

Vu l’article 1609 nonies C du Code Général des Impôts,

Vu l’arrêté préfectoral n°71-2016-11-09-004 du 9 novembre 2016 portant extension du périmètre du


Grand Chalon à compter du 1er janvier 2017,

Vu la délibération du Conseil communautaire n° CC-2017-01-8-1 du 16 janvier 2017,

Vu le rapport de la CLETC du 11 septembre 2017,

Vu le rapport de la CLETC du 25 septembre 2017,

Vu les délibérations favorables des 51 communes sur les rapports de CLETC du 11 septembre et du
25 septembre 2017,

204
Vu la délibération du Conseil communautaire n°CC-2017-10-25-1 du 25 octobre 2017 sur
l’extension du périmètre du Grand Chalon et les montants définitifs prévisionnels des attributions
de compensation,

Vu les tableaux joints en annexe,

Il est demandé au Conseil communautaire :

 D’approuver la notification aux nouvelles communes membres à compter du 1 er janvier


2017, les Attributions de Compensation définitives issues du vote de la CLETC du 11
septembre 2017 en tant qu’Attributions de Compensation définitives ;

 D’approuver la notification aux communes de Dracy-le-Fort, Fontaines et Sevrey à compter


de 2018, les Attributions de Compensation définitives issues du vote de la CLETC du 25
septembre 2017 suite au transfert des zones d’activités économiques ;

 D’approuver la notification à la commune d’Allerey-sur-Saône, à compter de 2018,


l’atttribution de compensation définitive issue du vote de la CLETC du 25 septembre 2017,
suite à la sortie du calcul de l’AC du coût net des charges transférées relatif au transport
scolaire.

205
Annexe n°1 au rapport : 14 communes entrantes au 01/01/2017

Attributions de Compensation (AC) définitives en €

Communes entrantes
AC définitives suite à la CLETC du 11/09/2017
au 1er janvier 2017

Aluze -3 394
Bouzeron 17 602
Chamilly -1 908
Charrecey 9 782
Chassey-le-Camp 16 834
Cheilly-les-Maranges -1 963
Dennevy 20 777
Remigny -920
Saint Berain-sur-Dheune -3 824
Saint Gilles 8 496
Saint Leger-sur-Dheune 339 448
Saint Sernin-du-Plain 35 194
Sampigny-les-Maranges 4 861
St Loup Géanges 102 678

Annexe n°2 au rapport : transfert des zones d'activités économiques et


modification du calcul de l'AC pour la commune d'Allerey-sur-Saône

Attributions de Compensation (AC) définitives en €

Communes concernées AC définitives suite à la CLETC du 25/09/2017

Allerey-sur-Saône 13 557

Dracy-le-Fort 126 487


Fontaines 120 088
Sevrey 82 233

206
RAPPORT AU
CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 5 FÉVRIER 2018

DÉLÉGATION AUX RESSOURCES


DIRECTION DES FINANCES

N° de l'ordre du jour :21


Rapporteur : Monsieur Jean-Claude ROUSSEAU

Rapport d'Orientations Budgétaires 2018

Rapport d’Orientations Budgétaires


2018
Voir document annexé

207
Grand Chalon

Rapport d’Orientations Budgétaires


2018

Conseil communautaire du 5 février 2018

208
Rapport d’Orientations

Budgétaires 2018

Conformément aux dispositions légales et règlementaires, le Conseil


communautaire est amené à tenir un débat d’orientations budgétaires dans les
deux mois précédant l’examen du budget primitif.

Le budget primitif du Grand Chalon sera examiné le 29 mars 2018.

Ce débat est destiné à permettre aux conseillers communautaires :

- de disposer des éléments d’informations essentiels sur la situation budgétaire


et financière de l’Agglomération ;

- de dessiner les axes fondateurs et stratégiques qui présideront à l’élaboration


du futur budget primitif ;

- de préciser les choix fondamentaux en matière de mobilisation des ressources


nécessaires à la mise en œuvre des orientations stratégiques des politiques
publiques, notamment en matière de fiscalité et de recours à l’emprunt.

Le Conseil communautaire doit débattre des orientations budgétaires présentées


dans le rapport et statuer par un vote sur celles-ci.

209
Rappel des grandes données
du Budget 2017
BUDGET 2017 (en K€) - Budget principal Grand Chalon

SECTION D'INVESTISSEMENT

DEPENSES Voté 2017 RECETTES Voté 2017

Equipement du Grand Chalon 12 360 Dotations et fonds propres 830


Subv d'équipement versées 4 998 Subventions 2 027
Remboursement capital de la dette (hors rev.) 5 500 Emprunts (hors rev.) 7 400
Autres dépenses 312 Cession 178
Autres recettes 909

ST Réel 23 170 ST Réel 11 344


Dépenses d'investissement reportées 8 524 Recettes d'investissement reportées 4 206
Affectation 1068 5 975
Résultat d'investissement reporté 184

Virement section de fonctionnement 4 230

Travaux en régies 627


Reprises subventions amorties 373 Amortissement des immos 5 914
Remises d'ouvrages 620 Remises d'ouvrages 620
Autres 96 Autres 937
Rembt TVA réseau haut débit 93 Rembt TVA réseau haut débit 93
ST Ordre 1 809 ST Ordre 11 794

TOTAL 33 503 TOTAL 33 503

SECTION DE FONCTIONNEMENT

DEPENSES Voté 2017 RECETTES Voté 2017

Produits des services (hors mutualisation et


Personnel (hors mutualisation et refacturations) 32 000 4 627
refacturations)
Mutualisation du personnel (flux compensés) 1 400
Frais financiers 1 350 Impôts et taxes 59 885
Charges à caractère général 13 298 Dotations et subventions 20 770
Autres charges de gestion ( subvent.) 11 344 Autres produits de gestion courante 1 011
Charges exceptionnelles 801 Atténuation de charge 176
Atténuations de produits 19 127 Produits financiers -
Groupes d'élus 45 Produits exceptionnels 846
Subvention Budget Annexe Transports Urbains 80

ST Réel 79 445 ST Réel 87 315


Dépenses de fonctionnement reportées 455 Résultat de fonctionnement reporté 2 500
Recettes de fonctionnement reportées 70
Virement section d'investissement 4 230

Travaux en régie 627


Dotations aux amortissements 5 914 Reprise subventions amorties 373
Autres 841 Autres -
ST Ordre 10 985 ST Ordre 1 000

TOTAL 90 885 TOTAL 90 885

210
Les grands équilibres financiers du Grand Chalon :

Depuis le début du mandat, le Grand Chalon a défini une stratégie


financière et budgétaire au service de l’exercice des compétences de
l’Agglomération et des priorités identifiées visant à soutenir le
renforcement de l’attractivité du territoire et plus largement du bassin de vie
chalonnais dans un contexte de montée en puissance des métropoles tant sur le
territoire national qu’européen.

En 2017, la situation financière de l’Agglomération s’est confortée par


rapport à 2016 et s’inscrit pleinement dans le respect des objectifs fixés dans le
cadre de la trajectoire financière présentée à l’occasion du vote du budget
primitif 2017.

Pour mémoire, à l’horizon 2020, les objectifs de ratios de structure pour le


Grand Chalon sont les suivants :

- Capacité d’Autofinancement Brut (CAF) de l’ordre de 8 M€,


- CAF Nette de l’ordre de 2 M€,
- Capacité de désendettement comprise entre 8 et 10 ans.

Au budget primitif 2017, ces ratios de structure ressortent aux niveaux


suivants :

- Capacité d’Autofinancement Brut (CAF) : 7,5 M€,


- CAF Nette : 2,0 M€,
- Capacité de désendettement : 7,4 années.

Comme depuis le début du mandat, le compte administratif pour 2017 sera


examiné lors de la séance d’examen du budget primitif 2018, le 29 mars
prochain.

Néanmoins, il ressort du compte administratif prévisionnel 2017 les éléments


suivants :

Données prévisionnelles 2017 :

Autofinancement brut : 8.8 M€ contre 8.6 M€ en 2016


Autofinancement net : stabilisé à 3.4 M€ comme en 2016
Dette mobilisée du budget principal : 52.2 M€
Durée de désendettement 5.9 années contre 6.2 années en 2016

211
L’évolution des principaux agrégats de gestion, sur le graphique ci-dessous,
confirme, en 2017, l’amélioration de la capacité d’autofinancement brute et la
stabilisation de l’autofinancement net du Grand Chalon :

Orientations et perspectives pour 2018 :

La construction du budget primitif 2018 prendra en compte :

- La poursuite de la mise en œuvre de l’ensemble des schémas adoptés par le


Conseil communautaire relatifs aux compétences de l’Agglomération.

2018 constitue une année pivot dans la mise en œuvre du projet de territoire puisque
les opérations structurantes initiées en début de mandat verront leur aboutissement
cette année et dans le même temps les dossiers qui verront le jour d’ici la fin du
mandat entreront dans une phase active et opérationnelle.

- La nouvelle donne financière dans le cadre des relations avec l’Etat.

En effet, la Loi de programmation des finances publiques adoptée en décembre dernier


prévoit la contractualisation entre l’Etat et les collectivités locales dont les dépenses de
fonctionnement sont supérieures à 60 millions d’euros (cf infra).

Cette contractualisation qui s’inscrit dans le cadre de la poursuite du redressement des


finances publiques de la France, prévoit une trajectoire financière tant sur le niveau des
dépenses publiques que l’endettement :

• Evolution maîtrisée des dépenses de fonctionnement : plafonnement à 1,2 % ;


• Maîtrise de l’endettement avec un objectif de ratio de désendettement inférieur à 12
ans (Bloc communal).

A ce stade, nous restons dans l’attente sur l’obligation du Grand Chalon de


contractualiser avec l’Etat. Cette obligation dépendra notamment de la prise en compte
5

212
ou non des reversements de fiscalité (ACTP et DSC) dans le calcul des dépenses de
fonctionnement servant de base pour la définition du seuil de 60 M€.

Cela étant, la trajectoire financière présentée lors de l’adoption du budget primitif


2017 et le cadre de construction du budget 2018 s’inscrit pleinement dans les
orientations fixées par la Loi de programmation des finances publiques applicables aux
collectivités qui devront contractualiser avec l’Etat.

- La poursuite de la politique de stabilité fiscale, comme depuis le début du


mandat, en direction de l’ensemble des contribuables du territoire, ménages et
entreprises.

- La nécessité de dégager un niveau d’autofinancement permettant de développer


le programme d’investissements à intervenir sur 2018. Le niveau global
d’investissement s’élèvera tous budgets confondus à près de 31 M€ en 2018.

- Un endettement soutenable pour l’Agglomération et compatible avec les


équipements structurants prévus au projet de territoire.

213
Les Recettes
Perspectives pour 2018

Les relations financières avec l’Etat

Une nouvelle donne dans les relations financières avec l’Etat

Pour mémoire, entre 2014 et 2017, l’effort cumulé des collectivités locales
au redressement des finances publiques du pays s’est élevé à 11.5
milliards d’euros.

Pour le Grand Chalon, cela s’est traduit sur cette période par les baisses de
dotations successives :

- 0.7 M€ en 2014
- 1.1 M€ en 2015
- 2.3 M€ en 2016
- 0.7 M€ en 2017

Soit une réduction totale des dotations de l’Etat à hauteur de 4.8 M€ qu’il
a fallu absorber.

En 2017, les dotations et compensations fiscales versées par l’Etat se sont


élevées à 14.2 M€ et représentent 16.3 % des recettes réelles de
fonctionnement du Grand Chalon quand elles représentaient 27.4 % en 2014.

*****

Pour la période 2018-2022, une nouvelle donne dans les relations


financières avec l’Etat s’établit au travers des orientations de la Loi de
programmation des finances publiques.

A compter de 2018, l’article 13 de la loi de programmation prévoit que les


collectivités territoriales contribuent à l’effort de réduction du déficit public et
de maîtrise de la dépense publique à travers un objectif plafond d’évolution
des dépenses réelles de fonctionnement.

214
L’effort de 13 Md€ demandé aux collectivités territoriales sur le quinquennat
se traduit par un double objectif au niveau national :

- la limitation de l’évolution des dépenses réelles de fonctionnement à


1.2 % par an (en valeur donc inflation comprise) à périmètre
constant. Celle-ci est exprimée en indice dont la base 100 est 2017.
- une réduction du « besoin de financement » (emprunts contractés-
remboursements de la dette) de 2.6 Md€ par an, pour arriver à un
désendettement total de 13 Md€.

Des contrats seront conclus entre l’Etat et les plus grandes collectivités. Ils
devront préciser les modalités d’atteintes de ces objectifs sur le périmètre du
budget principal.

- un objectif d’évolution des dépenses réelles de fonctionnement ;


- un objectif d’amélioration du besoin de financement ;
- et, pour les collectivités et les EPCI dont la capacité de
désendettement dépasse en 2016 le plafond national de référence,
une trajectoire d’amélioration de la capacité de désendettement (12
ans pour le bloc communal)

Ces contrats seront conclus pour une durée de 3 ans (2018-2020) et devront
être signés au plus tard à la fin du 1er semestre 2018 après approbation de
l’organe délibérant de la collectivité territoriale ou de l’EPCI.

Les collectivités obligatoirement concernées sont les suivantes :

- les régions
- les départements
- la Métropole de Lyon
- les communes et les EPCI à fiscalité propre dont le budget principal
présentait un niveau de dépenses réelles de fonctionnement
supérieur à 60 M€ en 2016.

De manière volontaire, les autres collectivités pourront également signer un


contrat avec l’Etat.

En ce qui concerne le Grand Chalon, la contractualisation obligatoire sera


fonction de la prise en compte, ou non, des dépenses correspondant aux
attributions de compensation (AC) et à la dotation de solidarité
communautaire (DSC) pour définir le dépassement du seuil de 60 M€. En
effet, celles-ci constituent des reversements de fiscalité aux communes et ne
sont pas considérées, stricto sensu, comme des charges sur le plan budgétaire
et comptable.

215
Enfin, à ce stade, les dispositifs légaux et réglementaires ne précisent pas la
manière dont seront traitées les collectivités franchissant, à l’avenir, le seuil de
dépenses de 60 M€.

*****

Comme les années précédentes, les montants des dotations pour 2018
devraient être connus au cours du mois de mars prochain.

Au regard des données connues à ce jour, il est attendu pour le Grand Chalon
un maintien du montant de la dotation d’intercommunalité en 2018 au
même niveau que celui de 2017, soit 0.78 M€.

La dotation de compensation des groupements de communes (ex


compensation de la suppression de la part salaires ex taxe professionnelle)
d’un montant de 10.64 M€ en 2017 est estimée à 10.44 M€ pour 2018, soit
une nouvelle baisse de 0.2 M€, l’équivalent d’une réduction annuelle de
1.85%.

Cette dernière dotation fait toujours partie intégrante des dotations qui servent
de variable d’ajustements aux dotations et compensations fiscales chaque
année.

Il en est de même concernant la Dotation de Compensation de la Réforme


de la Taxe professionnelle (DCRTP) pour laquelle une baisse de l’ordre de
14% était annoncée dans le projet de Loi de Finances pour 2018.

Le nouveau dispositif voté en Loi de Finances pour 2018 et l’intégration de la


DCRTP dans la variable d’ajustement de l’évolution des concours financiers
de l’Etat, pourra conduire dans certains cas de figure à une disparition totale
du montant de DCRTP perçu par la collectivité.
A ce stade, au regard des informations disponibles, il est attendu pour le Grand
Chalon une baisse de 0.1 M€.

Le détail de l’évolution des concours financiers de l’Etat est le suivant :


BP 2018
En € 2012 2013 2014 2015 2016 2017 prév
estim é
Fonds national de garantie
1 486 332 1 491 596 1 509 527 1 509 527 1 468 877 1 011 653 1 011 653
individuel de ressources - FNGIR
Dotation d'intercommunalité 3 489 887 3 736 620 3 853 984 2 955 992 1 120 559 782 916 783 000
Dotation de compensation des
11 704 584 11 489 860 11 316 100 11 069 131 10 854 936 10 641 499 10 444 632
groupements de communes
Compensations f iscales 2 258 286 1 622 266 959 228 983 084 781 923 1 038 621 1 049 873
Dotation de compensation de la
818 531 784 294 784 294 784 294 784 294 784 294 671 513
réf orme de la TP - DCRTP
Dotations et concours
19 757 620 19 124 636 18 423 133 17 302 028 15 010 589 14 258 983 13 960 671
financiers de l'Etat

216
Le fonds de compensation de la TVA (FCTVA)

En 2017, le FCTVA déclaré par le Grand Chalon s’établit à 128 510 € sur les
dépenses d’équipement réalisées en 2016 (pour le 3ème trimestre).

Pour 2018, à ce stade de la préparation budgétaire, le FCTVA attendu


s’élèverait à 1 121 000 €, pour les périodes suivantes : 4ème trimestre 2016,
année 2017 et 1er semestre 2018.

Les autres subventions de


fonctionnement

Le partenariat avec la CAF de Saône et Loire

Le Grand Chalon et la Caisse d’Allocations Familiales de Saône et Loire sont


liés par le contrat Enfance Jeunesse pour la période 2014 – 2017.

Une convention cadre d’objectifs et de gestion est actuellement en cours de


préparation entre le Grand Chalon et la CAF. Elle devrait être finalisée d’ici la
fin du 1er semestre 2018 et sera ensuite déclinée en conventions spécifiques de
financement sur le 2nd semestre 2018.

Ainsi, la CAF de Saône et Loire soutient financièrement l’ensemble des


actions conduites par le Grand Chalon dans le cadre de la compétence
Petite Enfance. Ce soutien sera nécessairement pérennisé en 2018 et au-delà.

Pour mémoire, ce soutien financier global s’est élevé à 4 269 000 € en 2017
(contre 4 000 000 € en 2016), soit une progression de l’ordre de 269 000 € liée
à l’augmentation du montant de Prestation Service Unique (PSU). Comme en
2016, cette situation confirme l’accroissement continu de l’activité des
structures sur 2017.

Pour le Contrat Enfance Jeunesse (CEJ), le montant versé en 2017 au titre de


2016 s’élève à 933 804 €. Le montant définitif du CEJ pour 2017 sera établi
courant 2018, sur la base des comptes de résultats 2017 transmis à la CAF.

10

217
Le soutien au Conservatoire

Le Conservatoire à rayonnement régional continue, en 2017, de bénéficier


du soutien financier de nos partenaires institutionnels dans les proportions
suivantes :

Etat : 210 000 € identique à 2015 et 2016


Région Bourgogne : 351 878 € contre 359 830 € en 2016
Département de Saône et Loire : 45 000 € identique à 2015 et 2016

La refonte des partenariats avec l’Etat et la Région Bourgogne-Franche-


Comté sollicitée depuis deux ans, au regard de l’accroissement des
activités de l’établissement ces dernières années, devrait enfin aboutir en
2018 et permettre au Conservatoire de bénéficier d’un financement
complémentaire :
- de l’Etat de + 20 000 € (dont ouverture des classes préparatoires à
l’enseignement supérieur),
- de la Région de + 58 000 €

Le nombre d’élèves inscrits augmente de nouveau en 2017, il est de 1 890


(contre 1 868 en 2016 et 1 800 en 2014).

La fiscalité

Le produit des impôts directs

Pour mémoire, le Grand Chalon perçoit les trois taxes « ménages » que
sont la taxe d’habitation, la taxe sur le foncier non bâti et la taxe sur le foncier
bâti.
La taxe sur le foncier bâti est perçue par l’Agglomération depuis son
instauration en 2013.

Le Grand Chalon perçoit également la Contribution forfaitaire des


entreprises (CFE), impôt sur les entreprises issu de la réforme de la taxe
professionnelle.

En 2017, le produit des impôts directs s’est élevé à 32.6 M€ et représente


37.3% des recettes de fonctionnement.

11

218
Sur l’année qui vient de s’écouler, le montant des rôles complémentaires et
supplémentaires de fiscalité perçus s’est établi à 0.2 M€ (contre 2.7 M€ en
2016 et 1.5 M€ en 2015).

BP 2018
En € 2012 2013 2014 2015 2016 2017 prév
estim é
Produit de la CFE (ex TP) 12 473 598 12 669 225 12 983 907 13 215 337 14 075 210 14 411 105 15 000 000

Produit de la taxe d'habitation 13 458 473 13 925 304 14 036 772 14 628 606 14 304 027 15 156 643 15 567 600
Produit de la taxe foncière sur le
0 2 632 069 2 685 813 2 761 451 2 795 817 2 971 048 2 983 400
bâti
Produit de la taxe foncière sur le
54 983 55 842 56 185 56 616 57 005 74 321 75 800
non bâti

Produit des taxes directes 25 987 055 29 282 440 29 762 677 30 662 010 31 232 059 32 613 117 33 626 800

La Loi de finances pour 2018 prévoit une réforme de la taxe d’habitation au


travers d’un dégrèvement progressif sous condition de revenus au profit de
« 80% de la population ». Ce dispositif de dégrèvement progressif serait
compensé à l’euro l’euro par l’Etat sur la base du taux de taxe d’habitation
2017. Les données relatives à cette réforme de la taxe d’habitation ne sont pas
encore précisément connues pour notre territoire.

La Loi de finances 2018 prévoit également une revalorisation des bases de la


fiscalité des ménages de 1.2 %.

La fiscalité transférée

Pour mémoire, à la suite de la réforme de la taxe professionnelle, le Grand


Chalon perçoit de la part de l’Etat certains impôts, sur lesquels il ne dispose
pas du pouvoir de fixer le taux. Ces impôts pèsent essentiellement sur les
entreprises.

Ces ressources fiscales se sont élevées à 10.9 M€ en 2017 (contre 11.7 M€ en


2016), et représentent près de 12,4 % des recettes de fonctionnement de
l’Agglomération.

BP 2018
En € 2012 2013 2014 2015 2016 2017 prév
estim é
Cotisation sur la valeur ajoutée -
8 250 750 8 379 788 8 913 446 8 745 900 9 384 620 8 036 243 8 715 056
CVAE
Impositions forfaitaires sur les
371 389 379 466 442 212 467 553 481 658 496 848 530 248
entreprises de réseaux - IFER

Taxe sur les surfaces


1 531 336 1 887 724 1 592 505 1 763 013 1 734 701 2 215 050 2 000 000
commerciales - TASCOM

Taxe additionnelle à la TFNB 117 483 118 570 119 966 121 920 120 144 126 790 130 000

Fiscalité transférée 10 270 958 10 765 548 11 068 129 11 098 386 11 721 123 10 874 931 11 375 304

12

219
Le produit prévisionnel de ces ressources fiscales, pour 2018, sera connu
comme les années précédentes en mars prochain.

Pour 2018, le produit de la fiscalité transférée est estimé à 11.4 M€, contre
10.9 M€ en 2016, soit une hausse prévisionnelle de 0.5 M€, au regard
notamment :
- d’une notification prévisionnelle des services de l’Etat annonçant
une CVAE pour 2018 en augmentation de 0.7 M€,
- d’une hypothèse prudente sur l’évolution de la TASCOM.

Pour information, la baisse du produit de CVAE constatée en 2017 par rapport


à 2016 s’explique par les montants de CVAE redistribués au Grand Chalon
qui connaissent de fortes fluctuations, en raison :
- de l’évolution de la valeur ajoutée d’un établissement industriel
implanté sur Chalon et St Marcel,
- du système de paiement d’acomptes et de régularisation en N+1.

Les autres impôts et taxes

En complément de la fiscalité directe locale, le Grand Chalon perçoit d’autres


impôts et taxes, dont notamment :

BP 2018
En € 2012 2013 2014 2015 2016 2017 prév
estim é
FPIC 0 0 709 498 956 841 1 194 014 1 161 105 986 939
Taxe d'enlèvement des O.M 10 785 763 11 381 275 11 807 482 12 024 864 12 217 003 12 317 178 12 481 400
Taxe de séjour 93 681 240 073 436 134 366 003 448 491 500 343 500 000
Autres taxes 99 661 45 0 0 0 0 0

Im pôts et taxes 10 979 105 11 621 394 12 953 114 13 347 708 13 859 508 13 978 626 13 968 339

Depuis 2014, le Grand Chalon est éligible au Fonds de Péréquation des


Ressources Intercommunales et Communales (FPIC). Il demeure à la fois
contributeur et bénéficiaire, tout en étant bénéficiaire net de 0.7 M€ en 2017
(contre 0.8 M€ en 2016).

En 2017, compte tenu des mutations qui se sont opérées au sein du bloc
communal, le Grand Chalon n’est plus éligible au bénéfice du FPIC.

Ainsi, l’Agglomération est classée à la 800ème position, alors que le dernier


éligible se trouve à la 753ème place.

13

220
Néanmoins, dans ce cas, un mécanisme de garantie dégressive est prévu par la
réglementation, permettant au Grand Chalon de percevoir une garantie en
2017 équivalente à 90% du bénéfice de 2016.

En 2018, dans l’hypothèse où l’Agglomération ne redeviendrait pas


éligible, elle bénéficierait à nouveau d’une garantie équivalente à 85% du
montant du bénéfice de 2017.

Compte tenu de ces éléments, il est attendu en 2018 une baisse de 15% du
montant du bénéfice au titre du FPIC.

*****

Le Grand Chalon perçoit la TEOM dont le produit s’est élevé à 12.3 M€ en


2017. Cette taxe permet de financer la politique de gestion des déchets de
l’Agglomération. Cette compétence s’articule autour de deux grandes
missions, la collecte et le traitement, ce dernier étant assuré par le SMET 71.

En 2018, le produit de TEOM attendu est estimé à près de 12.5 M€.

Cette année, le Grand Chalon investira de manière lourde sur cette compétence
au travers de la modernisation du réseau des déchetteries et des équipements
de collectes.

*****

Le Grand Chalon perçoit également la taxe de séjour dont le montant s’est


élevé à près de 500 343 € en 2017. Cette recette grevée d’affectation est
totalement reversée à l’Epic Office du Tourisme.
Le produit attendu estimé pour 2018 s’élève à 500 000 €.

14

221
Programme d’équipements et stratégie
de financement des investissements
Dans le cadre de l’adoption du budget primitif 2017, le programme
pluriannuel d’investissements (PPI), traduction financière du projet de
territoire à l’échelle du mandat à été présenté.

Ce PPI permet d’appréhender, dans un cadre pluriannuel, les volumes


financiers nécessaires à la mise en œuvre des schémas adoptés par le Conseil
communautaire et les projets structurants qualifiés comme prioritaires.

La répartition annuelle des volumes financiers sera ajustée sur la base des
réalisations de l’exercice 2017 constatées au compte administratif. Un certain
nombre de dépenses d’équipements seront lissées sur les exercices 2018 et
2019.

Un PPI ajusté sera présenté à l’occasion de l’examen du budget primitif 2018.

PPI : Budget général et budgets annexes – présenté au BP 2017

Ce programme d’équipements sera financé au travers de trois principales


ressources :

- L’autofinancement net qui a été restauré depuis 2015 ;


- Des cofinancements en provenance de nos partenaires
institutionnels, obtenus dans le cadre d’une démarche active
d’optimisation des règlements d’intervention existants ;
- Le recours à l’emprunt maîtrisé et conforme à la trajectoire
financière présentée lors de l’adoption du budget primitif 2017.
15

222
Pour mémoire, cette trajectoire financière repose, comme évoqué plus
haut, sur les objectifs suivants en matière de ratios de structure
financière, à horizon 2020 :

- Capacité d’Autofinancement Brut (CAF) de l’ordre de 8 M€,


- CAF Nette de l’ordre de 2 M€,
- Capacité de désendettement comprise entre 8 et 10 ans.

« Le respect de ces objectifs permettra à l’Agglomération de disposer


d’une situation financière saine à l’horizon 2020. »

Les graphes ci-dessous précisent les objectifs en matière d’autofinancement et


de durée de désendettement sur les prochaines années.

*****

Comme évoqué ci-dessus, 2018 constitue une année pivot dans la mise en
œuvre du projet de territoire de l’Agglomération chalonnaise.

De nombreux projets initiés en début de mandat seront finalisés cette année :

• la réhabilitation de l’Espace des arts (9M€) se termine. Il ouvrira ses


portes en septembre prochain ;

16

223
• l’aménagement de la première phase de SaôneOr (5M€) permet
d’accueillir les premières entreprises depuis quelques mois ;
• l’ouverture de la déchetterie à l’Ouest de Chalon (1.4 M€) accueillera
les usagers de ce secteur de l’agglomération d’ici fin 2018 ;
• le PLUi à l’échelle des 37 communes sera soumis au vote du Conseil
communautaire après la phase d’enquête publique du printemps
prochain ;
• l’ouverture de l’Espace petite enfance Sainte-Marie (2.5 M€) qui se
substituera à 3 équipements ;
• le complexe tennistique au stade Léo Lagrange (1.3 M€) accueillera
dans de bonnes conditions les pratiquants de ce sport sur la seconde
moitié de l’année 2018 ;
• les opérations d’aménagement de la RCEA se termineront avec la
réalisation, par le Grand Chalon, de voies cyclables dans le secteur
Droux ;
• le parking de la cour SNCF a ouvert en 2017 - le solde de la
participation de l’Agglomération fera l’objet de crédits de paiement
conformément à l’autorisation de programme dédiée à cette opération.

Par ailleurs cette année, de nouveaux projets structurants pour


l’Agglomération seront élaborés ou mis en œuvre :

• La Cité de l’économie créative et de l’ingénierie numérique est lancée


en lien avec l’ensemble des acteurs du projet (11 M€ HT). Une
autorisation de programme sera créé une fois l’avant-projet-sommaire
approuvé ;
• La restructuration des crèches du Lac et Arc en Ciel (1.7 M€ HT)
entrera dans une phase active. Une autorisation de programme sera
créée au cours de l’année 2018 dès la finalisation de l’avant-projet-
sommaire ;
• Les études relatives à la piste cyclable reliant Chalon à Beaune seront
conduites. L’opération est estimée à 1.2 M€ et fera l’objet d’une
autorisation de programme une fois le projet finalisé.
• Les études relatives à la relocalisation de l’Ecole Média Art à proximité
du site de la Sucrerie seront lancées ;
• La poursuite de la mise en œuvre des schémas d’eau et
d’assainissement sera à l’ordre du jour en 2018 avec, notamment, la
réhabilitation de la station d’épuration de SaôneOr et les études
relatives au réseau d’assainissement.

Dans le même temps, l’Agglomération continuera d’accompagner les


communes dans le financement de leurs projets d’investissements au travers
du Fonds de relance et du FAPC pour lesquels les enveloppes seront
maintenues.
17

224
Ainsi, l’Agglomération sera en capacité d’investir plus de 31 M€ en 2018 sur
l’ensemble de ses budgets.

Ce programme d’investissements se décomposerait par budget de la manière


suivante :

Budget général : 17 M€
Budget locations immobilières : 3.0 M€
Budget transports urbains : 1.0 M€
Budget eau : 3.7 M€
Budget assainissement : 3.7 M€
Budget aménagements économiques : 2.8 M€

*****
Le graphique ci-dessous précise l’évolution de la dette depuis 2012 :

Les caractéristiques de la dette du budget principal sont les suivantes :


31 décembre 2017 2018 (prévisionnel)
¬ Encours : 52 238 000 €
¬ Annuité : 6 588 000 € 7 211 000 €
¬ Remboursement du capital : 5 404 000 € 5 861 000 €
¬ Intérêts : 1 184 000 € 1 350 000 €

Ainsi, en 2017, au regard de la dette en capital mobilisée, le Grand


Chalon a connu un désendettement de l’ordre de 1.9 M€.

Par ailleurs, un volume d’emprunts de 7.4 M€ sera inscrit en restes à réaliser


au compte administratif 2017.

Depuis 2014, sur la base de l’encours de dette mobilisée, le Grand Chalon


affiche un désendettement global de près de 6 M€.
18

225
Les principales
actions
susceptibles de
figurer dans le
budget 2018

19

226
Les priorités du Grand Chalon
Comme ces trois dernières années, les priorités du Grand Chalon présideront à
l’élaboration du budget primitif 2018 conformément aux orientations validées
par le Conseil communautaire.

Développement Economique :

- Rappel des objectifs :

Favoriser l’implantation d’entreprises sur le territoire de


l’Agglomération et le développement des activités existantes.

- Principales actions 2018 :

- La finalisation de la phase 1 des travaux d’aménagement de la


réserve foncière de SaôneOr et le lancement des études pour la
phase 2 ;
- L’accompagnement à l’implantation de l’entreprise SGT ;
- L’aboutissement de la procédure permettant l’implantation d’un
bâtiment XXL sur la zone d’activités ;
- Le soutien au projet de desserte de SaôneOr qui sera mise en
service au premier semestre 2019 ;
- Le lancement du projet de la Cité de l’économie créative et de
l’ingénierie numérique avec le choix du maître d’œuvre d’ici
l’été 2018.

Petite Enfance :

- Rappel des objectifs :

Améliorer l’offre de garde du Grand Chalon en garantissant un accueil


de qualité à travers une réponse globale misant sur la complémentarité
des modes de garde et un maillage de l’ensemble du territoire.

- Principales actions 2018 :

- Poursuite de la démarche qualité sur l’ensemble des structures du


service public de la Petite Enfance ;
- Ouverture de l’Espace petite enfance Sainte Marie à Chalon-sur-
Saône ;
- Démarrage de la restructuration des crèches du Lac et Arc en ciel ;
- Transformation de la halte garderie « L’Oiseau bleu » de
Châtenoy-le-Royal en micro-crèche.
20

227
Habitat :

- Rappel des objectifs :

- Rénover 1000 logements du parc privé ;


- Accompagner la rénovation énergétique des copropriétés ;
- Assurer la veille sociale et l’accompagnement des copropriétés les
plus fragiles ;
- Informer et orienter sur les politiques d’interventions de l’habitat.

- Principales actions 2018 :

- Financement de la réhabilitation de la Tour des Aubépins ;


- Poursuite de l’accompagnement de 4 autres copropriétés dans le
cadre du Programme d’Intérêt Général « Rénovation énergétique
des copropriétés pilotes » ;
- Finalisation du dispositif d’accompagnement à la rénovation des
logements vacants et l’adaptation des maisons individuelles.

La transformation du secteur de la Sucrerie se poursuit. Un nouveau


quartier de Chalon commence à prendre corps.
En 2018, les travaux du programme immobilier d’une quarantaine de
logements et de surfaces dédiées à des activités tertiaires vont débuter. Les
travaux de construction du nouvel équipement de l’Association médico-
éducative chalonnaise (AMEC) se poursuivent. Le projet d’extension des
locaux du CFA des métiers de l’industrie entrera en phase opérationnelle. Un
programme complémentaire d’immobilier de bureaux verra le jour rue de la
Grange de Frangy.

Après la reprise, en 2017, du foncier de l’ancien site Freyssinet, la


définition et la mise en œuvre de l’aménagement du secteur de l’entrée de
ville au Sud de l’Agglomération, en lien avec le propriétaire du tènement
STEF, restera une priorité du Grand Chalon pour 2018.

21

228
Autre secteur de notre territoire, à fort enjeu : le Port Nord.
L’Espace des arts retrouvera ses locaux entièrement modernisés pour la saison
qui débutera en septembre 2018. Le Théâtre du Port Nord demeurera, il a
vocation à accueillir un projet culturel autour des musiques actuelles à
l’horizon 2019.

Enfin, en 2018, le Grand Chalon développera et mettra en œuvre les projets et


actions permettant de répondre aux enjeux du bassin de vie chalonnais
notamment en matière d’aménagement du territoire, de développement
durable et de rayonnement d’équipements culturels et sportifs.

Le pacte financier et fiscal

L’attribution de compensation de la taxe professionnelle (AC)

En 2017, les attributions de compensation versées par le Grand Chalon aux


communes membres s’élèvent à 16 536 309 € (contre 15 980 637 € en 2016),
soit 555 672 € correspondant à l’extension de périmètre au 1er janvier 2017.

Par ailleurs, le Grand Chalon a perçu 921 586 € au titre des AC négatives
(contre 909 577 € en 2016), soit 12 009 € correspondant à l’arrivée des
nouvelles communes.

L’attribution de compensation pour l’année 2018 est prévue à hauteur de


16 504 810 € et intègre :
- d’une part, la modification des AC des communes de Dracy-le-Fort,
Fontaines et Sevrey pour un montant global de 39 580 € suite au
transfert des zones d’activités économiques,
- d’autre part, la rectification du montant de l’AC de la commune
d’Allerey-sur-Saône pour un montant de 8 079 €, en raison de la
sortie du coût net des charges transférées relatif au transport scolaire
(dans un souci d’équité avec les autres communes membres).

Par ailleurs, dans le cadre de la prise de compétence GEMAPI, les attributions


de compensation des communes seront ajustées en 2018 au travers notamment
de la prise en charge par le Grand Chalon, à compter de cette année, des
cotisations versées par les communes aux syndicats de rivières jusqu’en 2017.

22

229
La Dotation de solidarité communautaire (DSC)

Le montant global de la dotation de solidarité communautaire a évolué en


2017, afin de tenir compte de l’extension du périmètre du Grand Chalon.
Il s’est élevé à 2 067 572 € (contre 1 940 000 € en 2016).

Le montant prévu au BP 2018 est identique à celui de 2017.

Le Fonds de relance de l’investissement public local

Ce fonds, créé en 2015, a vocation à accompagner le financement des


opérations d’investissement des communes de manière à soutenir
l’investissement sur le territoire du Grand Chalon.

En 2017, le montant global de fonds de relance notifié s’est élevé à


2 238 201 € (contre 2 100 000 € en 2016) suite à l’extension de périmètre,
soit + 138 201 € pour les communes entrantes.

Ainsi, les 51 communes ont disposé d’un montant d’enveloppe propre qui leur
a été notifié pour l’année et qu’elles ont pu solliciter en présentant un ou
plusieurs projets d’investissement tout au long de l’année.

Le bilan des projets acceptés par le Bureau Communautaire en 2017 au titre du


fonds de relance, se traduit par les éléments suivants :
- 154 projets représentant 6.5 M€ ont été proposés par les communes
et acceptés en Bureau Communautaire,
- le montant global de fonds de relance engagé par le Grand Chalon
pour les projets acceptés en 2017 s’est élevé à 2 068 000 € toutes
enveloppes annuelles confondues,
- les sommes versées aux communes par le Grand Chalon pour ces
projets se sont élevées à 1 160 000 € en 2017, soit plus de 50% des
sommes engagées.

Le Fonds de relance sera doté en 2018 d’un volume de crédits nouveaux


représentant 2 238 201 €.

23

230
Le personnel
L’organisation administrative de l’Agglomération continue à s’inscrire dans
l’organigramme mutualisé des services du Grand Chalon et de la Ville de
Chalon-sur-Saône adopté en janvier 2015.

A fin 2017, les services de l’Agglomération comptent 802 agents dont 157
sont mutualisés avec la Ville de Chalon-sur-Saône.

Le tableau des effectifs par catégorie statutaire d’emplois se décompose


comme suit :

Effectifs 2016 2017


Catégories A 150 154
Catégories B 179 181
Catégories C 483 467
812 802

Restant attentifs à la situation des personnels, les actions déployées en


2016 et 2017 seront consolidées et de nouvelles actions seront mises en
œuvre.

Ainsi en 2018 seront développés les dispositifs suivants, en complément


des actions existantes :

- un référentiel managérial commun et partagé par l’ensemble de


l’organisation administrative,

- un référentiel métier qui permettra de favoriser la réalisation des parcours


professionnels en lien avec la mise en place du Compte Personnel de
Formation,

- un plan de préservation de la santé et d'amélioration de la qualité de vie au


travail pour réduire les accidents du travail et contenir les restrictions
médicales,

- un parcours de formation "juniors managers" afin d’accompagner nos


collègues dans leur prise de poste,

- des actions en faveur de la santé consolidées, avec notamment les actions


« Activons notre santé » et le dispositif de lutte contre les addictions.

24

231
Ces dispositifs viendront compléter notamment l’Espace de transition
professionnelle, mis en œuvre en 2017, qui commence à porter ses fruits dans
l’accompagnement des agents en reconversion professionnelle.

La prévention des risques professionnels demeure une préoccupation


centrale dans la gestion des unités de travail de notre organisation.

Cette démarche s’inscrit nécessairement dans le temps long et sur la base


d’un processus d’amélioration continue. Elle s’appuie notamment par des
actions de la collectivité en lien avec le CHSCT.

L’ensemble des actions en direction des personnels doit permettre


d’accompagner, dans les meilleures conditions, l’adaptation des compétences
des agents aux nécessités d’évolution des services publics afin que ceux-ci
répondent au mieux aux enjeux auxquels sont confrontés nos collectivités au
regard des attentes des populations et des contraintes pesant sur le secteur
public local dans un contexte de profonde mutation sociétale.

La masse salariale de l’Agglomération s’est élevée en 2017 pour le budget


principal à 32 M€ contre 31.4 M€ en 2016. En 2017, il a fallu absorber de
nombreuses mesures statutaires prises par le précédent Gouvernement.

Toutes les actions déployées en direction des personnels devront être mises en
œuvre en s’attachant à maîtriser l’évolution de la masse salariale qui devra
évoluer au plus de 1,7%.

La ventilation des frais de personnel pour 2016 et 2017 par nature de


rémunération se décompose comme suit :

2016 2017
Salaires bruts 21 943 527 € 22 240 104 €
Dont
Traitement Indiciaire 16 201 866 € 16 581 824 €
Heures supplémentaires 120 010 € 116 204 €
Régime indemnitaire 2 845 315 € 2 866 560 €
NBI 125 715 € 126 917 €

Charges sociales 8 880 081 € 9 011 847 €

25

232
Les autres charges de fonctionnement

En 2017, les charges à caractère général, budgétées à 13.5 M€, se sont élevées
à 12.2 M€. En 2018, ce poste doit continuer d’être maîtrisé.

Par ailleurs, en complément des dépenses de fonctionnement des services, le


Grand Chalon soutient financièrement les actions portées par des structures
associatives et des partenaires publics.

En 2017, ce soutien s’est traduit par un volume financier représentant 11.2


M€.

En 2018, l’Agglomération prévoit de maintenir son soutien à un niveau global


sensiblement équivalent à celui de 2017.

Les budgets annexes


Transports urbains :

En 2017, le compte administratif prévisionnel du budget des transports urbains


est estimé à environ 10.5 M€ dont 9.7 M€ de contribution au délégataire
exploitant le réseau de transport.

Les principales recettes prévisionnelles de ce budget portent sur :

- Versement transport : 9 440 000 €


- Compensation liée au relevé de seuil : 160 000 €
- Conseil régional : 1 104 000 €
- Etat : 273 000 €

Les principales dépenses d’équipement réalisées en 2017 concernent :


- l’achat d’un mini bus et de trois autobus pour près de 1 M€,
- la mise en accessibilité du réseau et des arrêts de bus pour 0.5 M€

En 2018, les études opérationnelles se poursuivent afin de préparer le


renouvellement de la délégation de service public.

Par ailleurs, le Grand Chalon va continuer d’investir 1 M€ en matière de


transports au travers de véhicules, et de travaux de mise en accessibilité des
quais de bus.

26

233
Locations Immobilières :

En 2017, le compte administratif prévisionnel fait ressortir des dépenses


d’équipement à hauteur de près de 5.2 M€ pour la modernisation et la
rénovation de l’Espace des Arts.

En recettes d’investissement, outre l’encaissement de l’emprunt de 3 M€ à


taux zéro contracté auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations, le Grand
Chalon a encaissé des subventions des partenaires institutionnels pour 3 M€.

Le budget 2018 prévoira les crédits de paiement nécessaires à la finalisation de


l’opération.

Eau et assainissement :

En 2017, les priorités d’investissement de l’Agglomération identifiées dans le


cadre des schémas directeurs de l’eau et de l’assainissement connaissent un
début de réalisation, avec notamment des dépenses d’équipement (dont réalisé
+ reports sur 2018) d’un montant de 4.1 M€ pour l’assainissement et 4.2 M€
pour l’eau potable.

En 2018, avec la montée en puissance de la régie de l’eau et la nouvelle


configuration du centre technique, les investissements se poursuivent avec un
volume d’activités de l’ordre de 7.4 M€.

Pour 2018, les tarifs relatifs à l’eau et à l’assainissement ont été ajustés dans la
perspective d’une convergence tarifaire à l’horizon 2023.

Enfin, cette année le Grand Chalon lancera les procédures de renouvellement


des délégations de service public en matière d’eau et d’assainissement sur les
secteurs Ville de Chalon et Nord-Agglomération. Le secteur Sud-
Agglomération étant, quant à lui, géré en régie.

Aménagements économiques : SaôneOr

En 2017, les aménagements de la réserve foncière sur les 2 premières tranches


se sont élevés à 1.9 M€.

En 2018, les travaux de raccordement d’entreprises situées sur SaôneOr se


poursuivent, ainsi que la finalisation des travaux d’aménagement de la réserve
foncière pour les tranches 1 et 2, et la réalisation de la tranche 3 anticipée du
fait de l’implantation de la société SGT. Des crédits seront prévus à hauteur de
2.8 M€ (dont 2.5 M€ pour l’aménagement de la réserve foncière tranche 3).

27

234
Conclusion
2018 constitue une année pivot dans la mise en œuvre du projet de
territoire du Grand Chalon.

Les opérations structurantes initiées en début de mandat verront leur


aboutissement cette année (voir supra).

En parallèle, d’autres dossiers tout aussi structurants seront ouverts et


entreront dans une phase active et opérationnelle afin d’aboutir d’ici la
fin du mandat.

Par ailleurs, une nouvelle donne dans les relations financières avec l’Etat
doit être appréhendée. Ces principaux objectifs figurent dans la Loi de
programmation des finances publiques adoptée fin décembre 2017.

La trajectoire financière définie par le Grand Chalon lors du vote du


budget 2017 devra être maintenue afin de mettre en œuvre le projet de
territoire dans des conditions soutenables pour l’Agglomération. Cela
constitue un axe prioritaire de la gestion financière de la collectivité.

Ainsi, en 2018 :

¾ Le Grand Chalon poursuivra la mise en œuvre de son projet de


territoire par la réalisation d’équipements structurants porteurs
d’attractivité ;

¾ Le budget 2018 devra permettre de dégager un niveau


d’investissement de plus de 31 M€ sur l’ensemble des budgets de
l’Agglomération ;

¾ La politique de stabilité de la fiscalité engagée depuis le début du


mandat sera poursuivie. Les taux des impôts n’augmenteront donc pas en
2018, comme depuis 2015 ;

¾ L’Agglomération restera attentive à la préservation du pouvoir


d’achat et à la situation des Grands Chalonnais dans l’exercice de
l’ensemble de ses compétences.

28

235