Vous êtes sur la page 1sur 84

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE LA TECHNOLOGIE


UNIVERSITE DE SOUSSE

‫المعهد العالي لإلعالمية وتقنيات االتصال بحمام سوسة‬


INSTITUT SUPERIEUR D’INFORMATIQUE

ET DES TECHNOLOGIES DE COMMUNICATION HAMMAM SOUSSE

MEMOIRE DE PROJET DE FIN D’ETUDES

Présenté en vue de l’obtention du Diplôme National d’Ingénieur en


Téléinformatique

Mise en place d’un outil d’optimisation d’un réseau


Advanced LTE pour Tunisie Telecom

Réalisé par :
Hajer SASSI

Encadré par :
Mr. Hafedh HRIZI (ISITCOM)
Mr. Tarek TOUHAMI (Tunisie Télécom)

Société d’accueil

Année Universitaire 2015 2016


MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR
DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE LA TECHNOLOGIE
UNIVERSITE DE SOUSSE

‫المعهد العالي لإلعالمية وتقنيات االتصال بحمام سوسة‬


INSTITUT SUPERIEUR D’INFORMATIQUE

ET DES TECHNOLOGIES DE COMMUNICATION HAMMAM SOUSSE

MEMOIRE DE PROJET DE FIN D’ETUDES

Présenté en vue de l’obtention du Diplôme National d’Ingénieur en


Téléinformatique

Réalisé par : Hajer SASSI

Encadreur : Mr. Hafedh HRIZI Date : Signature :

Encadreur : Mr. Tarek TOUHAMI Date : Signature :

Année Universitaire 2015 2016


Dédicaces
A
Mes chers parents Othmen & Kalthoum.
Qui m’ont fourni les meilleures conditions pour terminer mes études, en témoignage de
grand amour, tendresse et encouragement. Que dieu m’offre la chance d’être à la
hauteur de leurs attentes.
Vous avez guidé mes premiers pas, vous m’avez toujours servi de modèle et vous rester
toute ma vie.
Vous avez fait de moi ce que je suis aujourd’hui.
Je vous dédie ce modeste travail qui n’est d’autre que le fruit de vos nobles sacrifices.

A
Mes chères sœurs Nessrine & Sabrine et leurs enfants Hiba, Nour, Ahmed &
Mohamed Ali
Pour leurs amour, leurs serviabilité et pour la tendre affectation qu’ils m’ont toujours
témoigné.

A
Mes frère Hassen & Youssef
Qui n'ont cessé d'être pour moi des exemples de persévérance, de courage et de
générosité.

A
Mon fiancé Hamdi
Qui n’a cessé de m’encourager et me soutenir tout au long de cette période, et qui m’a
permis de relever la tête dans les moments les plus difficiles.

A
Mes chères ami(e)s Ines, Wafa, Wifek & Roua
Pour leurs soutiens moraux.

A
Tous ceux qui ont contribué de loin ou de près à réaliser ce projet
Je vous dédie ce travail avec tous mes vœux de bonheur, de santé et de réussite.

Hajer…
Remerciements
Tout d’abord, louange à «Allah» qui m’a guidé sur le droit chemin tout au long
du travail et m’a inspiré les bons et les justes réflexes. Sans sa miséricorde, ce travail
n’aura pas abouti.

Au terme de ce travail je tenais à exprimer toutes mes reconnaissances et


remerciements à mon encadreur Mr. Hafedh HRIZI pour son conseil, son orientation
ainsi que leur soutien moral et scientifique j’ai permis de mener à terminer ce projet.

Je tenais également à remercier mon encadreur de société Tunisie Télécom de


Tozeur Mr. Tarek TOUHAMI pour l’opportunité qu'il m’a offert et la patience dont
il a fait preuve lors de la réalisation de mon travail.

Mes vifs remerciements vont aussi à mes enseignants, qui ont fait de leurs mieux
pour me donner une formation universitaire solide qui m’a permis de préparer ce projet
qui me sera très utile pour mon avenir.

En espérant que mon travail puisse les satisfera, j’adresse mes sincères
remerciements aux membres des jurys : Madame THAALBI Mariem pour l’honneur
qu’elle nous fait de présider le jury de ce mémoire, Monsieur SAHEBETTABAA
Karim d’avoir accepté de juger mon travail.

Merci ...

Hajer
Table des matières

Liste des figures………………………………………………………………………............i

Liste des tableaux………………………………………………………………………........iv

Liste des acronymes……………………………………………………………………….....v

Introduction générale………………………………………………………………………...1

Chapitre I : Mise en cadre du projet……………………………………………………..2

I.1. Introduction ...................................................................................................................... 2

I.2. Présentation de l’entreprise d’accueil .............................................................................. 2

I.2.1. Organisation de Tunisie Télécom : .......................................................................... 3

I.2.2. Stratégie de Tunisie Télécom : ................................................................................ 3

I.2.3. Investissements dans les réseaux : ........................................................................... 4

I.3. Présentation du projet ....................................................................................................... 4

I.3.1. Etude de l’existant ................................................................................................... 4

I.3.2. Problématiques......................................................................................................... 5

I.3.3. Solution envisagée ................................................................................................... 5

I.3.4. Objectifs et approches .............................................................................................. 6

I.3.5. Chronogramme du travail ........................................................................................ 6

I.4. Conclusion ........................................................................................................................ 7

Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE……………………………………8

II.1. Introduction ..................................................................................................................... 8

II.2. Présentation du LTE ....................................................................................................... 8

II.3. Architecture d’un réseau LTE A ..................................................................................... 9

II.3.1. User Equipment UE.............................................................................................. 10

II.3.2. Réseau d’accès Evolved UTRAN ........................................................................ 11

II.3.3. Réseaux cœur EPC ............................................................................................... 12

II.3.4. Les Canaux et les signaux Physiques ................................................................... 15


II.4. Technique d’accès ......................................................................................................... 16

II.4.1. OFDMA................................................................................................................ 16

II.4.2. SC FDMA............................................................................................................. 16

II.4.3. Systèmes d'antennes MIMO ................................................................................. 17

II.4.4. Les modes de duplexage TDD/FDD .................................................................... 19

II.4.5. Agrégation de porteuse (Carrier Aggregation) ..................................................... 20

II.5. Conclusion .................................................................................................................... 21

Chapitre III : Dimensionnement du Réseau Mobile LTE Advanced…………………..22

III.1. Introduction ................................................................................................................. 22

III.2. Processus de dimensionnement d’eNodeB .................................................................. 22

III.3. Dimensionnement orienté couverture .......................................................................... 23

III.3.1. Bilan de liaison radio .......................................................................................... 24

III.3.2. Modèle de propagation ........................................................................................ 29

III.3.3. Calcul de nombre de sites : ................................................................................. 32

III.4. Dimensionnement orienté capacité .............................................................................. 33

III.4.1. Calcul du débit moyenne du site (Cellthroughput) ............................................. 34

III.4.2. Estimation du nombre d’abonnés et la demande de trafic .................................. 35

III.4.3. Nombre des sites en fonction de la capacité ....................................................... 36

Conclusion : .......................................................................................................................... 36

Chapitre IV : Analyse et Spécification des Besoins…………………………………..….37

IV.1. Introduction ................................................................................................................. 37

IV.2. Spécification des besoins............................................................................................. 37

IV.2.1. Besoins fonctionnels ........................................................................................... 37

IV.2.2. Besoins non fonctionnels .................................................................................... 37

IV.3. Analyse et conception ................................................................................................. 38

IV.3.1. Choix du langage et logiciel de modélisation ..................................................... 38


IV.3.2. Architecture de travail......................................................................................... 38

IV.4. Conception................................................................................................................... 39

IV.4.1. Le diagramme de cas d’utilisation ...................................................................... 39

IV.4.1. Les diagrammes de séquences ............................................................................ 42

IV.4.2. Le diagramme de classe ...................................................................................... 48

IV.5. Conclusion ................................................................................................................... 48

Chapitre V : Réalisation et planification………………………………………...………..49

V.1. Introduction................................................................................................................... 49

V.2. Environnement de travail .............................................................................................. 49

V.2.1. Environnement matériel ....................................................................................... 49

V.2.2. Environnement logiciel ........................................................................................ 49

V.3. Aperçu de l’application................................................................................................. 49

V.3.1. Interface « Connexion » ....................................................................................... 49

V.3.2. Interface « Accueil » ............................................................................................ 50

V.3.3. Interface « Dimensioning »  « New » .............................................................. 51

V.3.4. L’onglet « Dimensioning Results »...................................................................... 55

V.4. Planification Atoll ......................................................................................................... 56

V.4.1. Présentation de l'environnement de travail .......................................................... 56

V.4.2. Etape de planification Atoll.................................................................................. 56

V.5. Conclusion .................................................................................................................... 62

Conclusion générale et perspectives………………………………..………………...……63

Bibliographie…………………………………………………………..…………….............64

Webographie………………………………………………………..……………….............65

Annexes………………………………………………………………………........................66

Annexe A .............................................................................................................................. 66

Annexe B .............................................................................................................................. 68
Liste des figures

Liste des figures

Figure 1: Chronogramme du travail "Diagramme de Gantt"...................................................... 6

Figure 2: Architecture EPS ......................................................................................................... 9

Figure 3: Architecture de l’E UTRAN ..................................................................................... 11

Figure 4: Architecture de réseaux cœur EPC ........................................................................... 13

Figure 5: fonctions des entités du réseau EPC. ........................................................................ 13

Figure 6: Allocation des sous porteuses OFDM et OFDMA ................................................... 16

Figure 7: Représentation schématique du spectre d’émission en liaison ascendante ............... 17

Figure 8: Comparaison entre l’OFDMA et le SC FDMA dans le cas d’émission des symboles
QPSK ................................................................................................................................................. 17

Figure 9: Principe de la transmission multi antennes avec MIMO (3x3)................................. 18

Figure 10: Trame LTE .............................................................................................................. 19

Figure 11: Duplexage FDD ...................................................................................................... 19

Figure 12: Duplexage TDD ...................................................................................................... 19

Figure 13: Agrégation de porteuse à partir du LTE Version 10 ............................................... 20

Figure 14: Agrégation de porteuse à partir du LTE Version 11 ............................................... 21

Figure 15: Processus de dimensionnement ............................................................................... 23

Figure 16: Processus dimensionnement couverture ................................................................. 23

Figure 17 : Les entrées du MAPL ............................................................................................ 28

Figure 18: Processus dimensionnement capacité ..................................................................... 34

Figure 19: Logo StarUML ........................................................................................................ 38

Figure 20: Modèle MVC .......................................................................................................... 39

Figure 21: Diagramme de cas d'utilisation globale .................................................................. 40

Figure 22: Diagramme de cas d’utilisation « Faire une Op_Dim ».......................................... 40

Figure 23: Diagramme de cas d’utilisation « Gérer Son Compte ».......................................... 41

Figure 24: Diagramme de cas d’utilisation « Consulter l’aide » .............................................. 41

HAJER SASSI i
Liste des figures

Figure 25: Diagramme de séquence général de cas « Authentifier » ....................................... 43

Figure 26:Diagramme de séquence détaillé de cas d'utilisation Authentification .................... 44

Figure 27: Diagramme de séquence général du cas «Faire Op_Dim » .................................... 46

Figure 28:Diagramme de séquence détaillé du cas «Faire Op_Dim » ..................................... 47

Figure 29: Diagramme de classes ............................................................................................. 48

Figure 30: Interface « Connexion » .......................................................................................... 50

Figure 31: Interface « Accueil » ............................................................................................... 50

Figure 32: l’onglet « General Parameters » .............................................................................. 51

Figure 33: L’onglet «System Parameters» ............................................................................... 52

Figure 34: L’onglet « Radio Link Budget »  « PIRE » ........................................................ 53

Figure 35: L’onglet « Radio Link Budget »  «Margin» ....................................................... 53

Figure 36: L’onglet « Radio Link Budget »  «Sensivity» .................................................. 54

Figure 37: L'onglet « Propagation Model » .............................................................................. 54

Figure 38: L’onglet « Dimensionnement capacité » ................................................................ 55

Figure 39: L'onglet « Dimensioning Results » ......................................................................... 55

Figure 40: Type de projet ......................................................................................................... 56

Figure 41: systèmes de coordonnées dans ATOLL .................................................................. 57

Figure 42:carte topographie de Tozeur ville............................................................................ 58

Figure 43 : Implémentation des sites dans la carte ................................................................... 58

Figure 44 : Simulation du zone orienté couverture .................................................................. 59

Figure 45 : Histogramme de la prédiction de couverture ......................................................... 60

Figure 46 : Simulation du zone orienté débit DL (throughput) ................................................ 60

Figure 47: Histogramme coverage by DL throughput.............................................................. 61

Figure 48 : Simulation du zone orienté rapport signal / bruit ................................................... 61

Figure 49: résultat final de la simulation .................................................................................. 62

Figure 50: Configuration Tx/Rx ............................................................................................... 68

HAJER SASSI ii
Liste des figures

Figure 51: Configuration de la Cellule ..................................................................................... 69

Figure 52: Configuration de Model de Propagation ................................................................. 70

Figure 53 : Interface "Forgetten Password" ............................................................................. 71

Figure 54 : Interface "Change Email Address" ........................................................................ 71

Figure 55: Interface :" Change Password"................................................................................ 72

HAJER SASSI iii


Liste des tableaux

Liste des tableaux

Tableau 1: Catégories d'UE ...................................................................................................... 10

Tableau 2: Nombre de blocs de sous porteuses en fonction de la bande passante ................... 16

Tableau 3: Marge de pénétration .............................................................................................. 27

Tableau 5: Empreinte de site en fonction du nombre de secteurs ............................................ 33

Tableau 6: scénario de cas d'utilisation Authentification ......................................................... 43

Tableau 7: scénario de cas d'utilisation « Faire Op_Dim » ...................................................... 45

Tableau 8 : Techniques de modulations et de codage .............................................................. 66

Tableau 9 : Nombre de PRB par CC ........................................................................................ 67

Tableau 10 : Nombre de PRB alloués au canal PUCCH .......................................................... 67

Tableau 11: Densité des RS en fonction de la configuration MIMO ....................................... 67

HAJER SASSI iv
Liste des acronymes

Liste des acronymes

3GPP Third Generation Partnership Project PCCH Paging Control Channel


ACK Acknowledgement (in ARQ protocols) PCFICH Physical Control Format Indicator Channel
AMC Adaptive Modulation and Coding PCH Paging Channel
ARQ Automatic Repeat reQuest PDA Personal Digital Assistant
AWGN Additive White Gaussian Noise PDCCH Physical Downlink Control Channel
BER Bit Error Rate PDSCH Physical Downlink Shared Channel
BLER Block Error Rate PF Proportional Fair (ordonnanceur)
CA Carrier Aggregation PHICH Physical Hybrid ARQ Indicator Channel
CC Component Carrier PMI Precoding Matrix Indicator
CoMP Coordinated Multi Point PRACH Physical Random Access Channel
transmission/reception PRB Physical Resource Block
CP Cyclic Prefix PS Packet Switched
CQI Channel Quality Indicator CRS PSS Primary Synchronization Signal
Cell specific Reference Signal CSI PUCCH Physical Uplink Control Channel
Channel State Information CSI RS PUSCH Physical Uplink Shared Channel
CSI reference signals QAM Quadrature Amplitude Modulation
DL Downlink QoS Quality of Service
DL SCH Downlink Shared Channel DM QPSK Quadrature Phase Shift Keying
RS Demodulation Reference Signal DTCH RACH Random Access Channel
Dedicated Traffic Channel eNodeB E RAN Radio Access Network
UTRAN NodeB RB Resource Block
EPC Evolved Packet Core RE Resource Element
E-U TRA Evolved UTRA RF Radio Frequency
FACH Forward Access Channel RI Rank Indicator
FDD Frequency Division Duplex RLC Radio Link Control
FDMA Frequency Division Multiple Access RS Reference Symbol
HARQ Hybrid ARQ RX Receiver
HSDPA High Speed Downlink Packet Access S1 The interface between eNodeB and the Evolved
HSPA High Speed Packet Access Packet Core.
ICIC Inter Cell Interference Coordination SAE System Architecture Evolution
IEEE Institute of Electrical and Electronics SDMA Spatial Division Multiple Access
Engineers SFBC Space Frequency Block Coding
LTE Long Term Evolution SIB System Information Block
MAC Medium Access Control SIC Successive Interference Combining
MBMS Multimedia Broadcast/Multicast Service SINR Signal to Interference and Noise Ratio SNR
MCS Modulation and Coding Scheme Signal to Noise Ratio
MIB Master Information Block SSS Secondary Synchronization Signal SU MIMO
MIMO Multiple Input Multiple Output Single User MIMO
MME Mobility Management Entity TDD Time Division Duplex
MMSE Minimum Mean Square Error TDMA Time Division Multiple Access
MRC Maximum Ratio Combining TF Transport Format
MU MIMO Multi User MIMO TTI Transmission Time Interval
NAK, NACK Negative Acknowledgement TX Transmitter
OFDM Orthogonal Frequency Division UE User Equipment
Multiplexing UL Uplink
OFDMA Orthogonal Frequency Division Multiple UL SCH Uplink Shared Channel
Access
PAPR Peak to Average Power Ratio
PBCH Physical Broadcast Channel
UMTS Universal Mobile Telecommunications
System

HAJER SASSI v
Introduction générale

Introduction générale

Le réseau radio mobile est aujourd'hui un domaine en pleine effervescence. La croissance du


trafic, les augmentations de nombre d’utilisateur et, des services nécessitent un très haut débit…etc,
sont parmi les principaux moteurs de l'évolution du réseau mobile de la technologie GSM vers un
système de paquets tout IP optimisé dénommé longue Term Evolution (LTE).

L’opérateur est obligé donc de répondre à la croissance continue du trafic, avec une faible
latence, une meilleure fiabilité, et une efficacité spectrale élevée par rapport à les anciennes
générations. Ces exigences ont mené les évolutions réseaux pour mettre aujourd’hui le premier pas
vers la quatrième génération avec LTE A. A ce stade, pour assurer la rentabilité l’opérateur doit
réduire le cout d’investissement et augmente la qualité de service. Pour satisfaire les contraintes de
couverture et de capacité tout en minimisant les ressources exploitées, ce qui garantit une étude fiable
du réseau avant la réalisation un opérateur doit passer par les phases de dimensionnement et de
planification.

C’est dans ce cadre, se déroulera notre projet fin d’étude effectué en collaboration avec Tunisie
Telecom. Au cours de notre rapport, nous avons quatre chapitres à mettre en œuvre. Nous entamerons
le travail par un premier chapitre « Introduction au réseau Advanced LTE » permettent de présenter
la quatrième génération (LTE A). Une deuxième partie sera consacré pour détailler le
dimensionnement orientée capacité et couverture. La partie suivante nous élaborons la conception et
la réalisation par l’exposition des différentes interfaces de l’application accompagnée d’une
description précise

Ainsi, nous validons notre solution par une simulation avec ATOLL. Et enfin, une conclusion
récapitule notre travail et présente les connaissances acquises suite à ce projet de fin d’étude.

HAJER SASSI 1
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

Chapitre I : Mise en cadre du projet


I.1. Introduction

Avant d’entamer ce projet, une présentation de l’environnement dans lequel il a été réalisé est
nécessaire. Dans ce premier chapitre, nous présentons le cadre général du projet ainsi que l'organisme
d'accueil. Nous enchaînons par une présentation du projet dans laquelle nous décrivons la
problématique, la solution envisagée et les objectifs et approches du notre travail et nous finissons ce
chapitre par le chronogramme de ce Travail.

I.2. Présentation de l’entreprise d’accueil

Nom de L’entreprise : «Tunisie Télécom Tozeur»


Domaine d’Activités : Opérateur des Télécommunications.
Adresse : Route de Nefta 2200Tozeur Tunisie
Téléphone : 76474334 Fax : 76471149
Site WEB : http://www.tunisietelecom.tn..

Tunisie Telecom se place aujourd’hui parmi les plus grands opérateurs des télécommunications
de la Tunisie, l’opérateur historique, intégré, global, est présent sur les segments du fixe, du mobile
et data. Il s’adresse aux Grand public qu’aux entreprises.

Avec près de 7 000 000 d’abonnés, l’opérateur évoque les valeurs de proximité, d’accessibilité
et d’universalité en visant une meilleure qualité de service et une satisfaction client de référence à
travers ses 80 agences commerciales, ses nombreux centres d’appels, et ses 13 000 points de vente.
Il emploie plus de 8000 agents dont 42 % sont des cadres.

Depuis sa création, TT ouvre à consolider l’infrastructure des télécoms en Tunisie, et à


améliorer le taux de couverture, qui est aujourd’hui 100% pour son réseau fixe et de 98% pour son
réseau mobile. L’opérateur dé développe également son positionnement sur des nouvelles activités à
forte croissances pour répondre aux attentes du marché.

Le groupe Tunisie Telecom est constitué de :

 La société Mauritano Tunisienne de Télécom(Mattel)


 La société Tunisienne d’Entreprises de Télécommunications
 Le Techno pole de Sfax

HAJER SASSI 2
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

 La société d’investissement DIVASICAR


 La société Sousse techno city
 Fournisseur d’Accès Internet (Topnet)

I.2.1. Organisation de Tunisie Télécom :

L’organisation actualisé le 16/02/2012 de TT est le suivant :

TT couvre les 24 régions, avec ses 80 Actels et points, de plus de 13000 de points de vente
privés. Elle emploie plus de 8000 agents. TT est un acteur économique de taille assez important.

I.2.2. Stratégie de Tunisie Télécom :

Dans le contexte du marché des télécommunications en développement, soutenu par des


conditions démographiques favorables au tour du bassin méditerrané, TT maintien des positions
fortes dans le marché (fixe, mobile, Internet et Données).De plus, elle conserve sa position de
fournisseur d’infrastructure de télécommunications en Tunisie.

A la suite de l’ouverture de mobile à la concurrence, TT a su préserver ses positions sur le


marché en s’appuyant notamment sur :

 Le développement d’une plateforme de réseau moderne et standards, s’appuyant sur une


infrastructure NGN et offrant la couverture mobile de pays (99 % pour GSM, 82 % pour le réseau
EDGE, et à 2011une couverture3G).

HAJER SASSI 3
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

 Une stratégie d’approche commerciale adoptée aux attentes des clients.


 Un-réseau-de-distribution-dynamique-accepte-la-transformation.
 Une-marque-autoritaire,-récemment-redynamisé.

 La-stratégie-de-TT-s’articule-sur-les-principales-orientations-suivantes-:
 Favoriser-la-croissance-du-marché-GSM-par-une-stratégie-commerciale-visant-à-
stimuler-les-nouveaux-usages-et-existants-des-services-mobiles.
 Dynamiser-l’utilisation-de-fixe-et-participer-au-développement-du-secteur-des-services-
client-aux-entreprises.
 Fournir-des-services-de-qualité-aux-clients-en-Tunisie.
 S’investir-dans-le-cœur-du-réseau-et-renforcer-l’accès-haut-débit-fixe-et-mobile.
 Devenir-un-point-de-passage-pour-les-services-internationaux.
 Aligner-le-plan-salarial-de-la-Société-avec-la-prérogative-du-marché.
 Améliorer-la-création-des-valeurs-pour-ses-actionnaires,-à-travers-une-croissance-de-
chiffre-d’affaires-et-une-un-contrôle-des-couts.

-Investissements-dans-les-réseaux-:

Depuis-sa-création,-TT-a-investi-dans-la-mise-en-place-d’infrastructures-de-
télécommunications-aussi-bien-dans-les-réseaux-que-dans-le-backbones,-TT-a-recherché-
l’alignement-de-ses-actions-réseaux-par-rapport-à-sa-stratégie-commerciale.-Et-ce,-pour-fournir-
une-nouvelle-gamme-de-services-à-ses-clients-et-concurrencer-les-autres-opérateurs.

Au-titre-de-l’exercice-2009,-TT-a-investi-170,1-millions-DNT-pour-développer-et-améliorer-
ses-infrastructures,-notamment-pour-introduire-des-nouvelles-technologies.-Au-cours-de-cette-
année,-TT-a-lancé-plusieurs-projets-de-modernisation,-d’extension-et-de-création,-notamment-la-
mise-en-place-du-réseau-NGN-(IP_MSAN).

I.3. Présentation du projet


I.3.1. Etude de l’existant

Tunisie Télécom Tozeur pense à mettre en place un réseau LTE A (4G) donc la phase de
planification est primordiale avant l’installation des eNodeB. Mais d’abord le planificateur doit passer
par la phase de dimensionnement.

HAJER SASSI 4
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

Le dimensionnement fournit la première évaluation rapide de configuration du réseau sans fil


probables. Le dimensionnement du réseau cellulaire est directement lié à la qualité et l'efficacité du
réseau, et peut affecter profondément son développement.

Le dimensionnement est une partie du processus de planification de l'ensemble, qui comprend


également, la planification détaillée et l'optimisation du réseau cellulaire. Le but de cet exercice est
de fournir une méthode pour concevoir le réseau cellulaire sans fil de sorte qu'il satisfait aux exigences
énoncées et formulées par les clients. Ce processus peut être modifié pour s'adapter aux besoins de
n'importe quel réseau cellulaire sans fil. Il s'agit d'un processus très important dans le déploiement du
réseau.

I.3.2. Problématiques

Pour que le planificateur de réseau trouve le nombre d’eNodeB permettant de satisfaire les
exigences et les besoins des clients, il doit traiter un ensemble des équations selon les caractéristiques
de la zone de déploiement. Ces équations sont autant complexes pour les faire manuellement donc on
va voir un gaspillage de temps et une grande probabilité des erreurs de calcul.

Elle est alors nécessaire de trouver une solution permet de faciliter cette tâche et gagner le temps
pour réaliser une bonne planification.

I.3.3. Solution envisagée

Ce processus complexe comporte beaucoup de tâches, notamment l’établissement du bilan de


liaison radio, le choix d’un modèle de propagation convenable, l’établissement d’un modèle de trafic
et le calcul de la capacité de la cellule.

Cela se fait à l'aide de l'outil de dimensionnement pour l'accès et le réseau. Une solution de
dimensionnement des eNodeB orienté couverture et capacité.

Le dimensionnement utilise des modèles relativement simples pour la modélisation des


conditions réelles par rapport à la planification détaillée, des modèles plus simples et des méthodes
de réduire le temps nécessaire pour le dimensionnement. Dans l'ensemble, la planification est un
processus itératif couvrant la conception, la synthèse et la réalisation.

D'autre part, l'outil de dimensionnement doit être suffisamment précis pour fournir des résultats
avec un niveau de précision acceptable, lorsqu'il est chargé avec le profil de trafic prévu et la base
d'abonnés. Le dimensionnement du réseau cellulaire sans fil suit les étapes de bases suivantes :

HAJER SASSI 5
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

 Données / Analyse du trafic


 Estimation de la couverture
 Capacité d'évaluation

Un ensemble approprié d'entrées est impératif pour le dimensionnement des réseaux cellulaires.
Le dimensionnement exige certains éléments de données fondamentales. Ces paramètres regroupent
la population des abonnés, la répartition du trafic, l’air géographique à couvrir, la bande de fréquence
attribuée, la couverture et la capacité. Les modèles de propagation doivent être sélectionnés et
modifiés en fonction de la zone et bande de fréquence.

Après réaliser l’outil on va utiliser ses résultats pour faire une simulation avec l’outil de
planification ATOLL.

I.3.4. Objectifs et approches

Ce rapport décrit le mécanisme de dimensionnement de réseau 3GPP LTE A (3rd Génération


Partenarship Project Long Term Evolution Advanced), les modèles, les méthodes et les outils de mise
au point de dimensionnement du réseau. Les principaux objectifs sont les suivants :

 Présentation des fonctionnalités LTE A pertinentes pour le dimensionnement.


 Définition des modèles de base pour le dimensionnement du réseau d’accès.
 Estimation de couverture.
 Estimation des éléments du réseau.
 Développement et description d’un outil de dimensionnement.
 Simulation par ATOLL

I.3.5. Chronogramme du travail

Figure 1: Chronogramme du travail "Diagramme de Gantt"

HAJER SASSI 6
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

Description de Chronogramme :

 La phase de documentation et apprentissage a commencé du 01/02/2016 jusqu’au 10/03/2016.


 La phase d’analyse et spécification des Besoins a commencé du 07/03/2016 jusqu’au
18/03/2016.
 La phase de conception a commencé du 10/03/2016 jusqu’au 8/04/2016.
 La phase de réalisation de l’application et planification a commencé du 14/03/2016 jusqu’au
31/07/2016.
 La phase de test et validation a commencé du 1/05/2016 jusqu’au 28/08/2016.
 La phase de rédaction de rapport a commencé du 10/02/2014 jusqu’au 30/08/2016.

I.4. Conclusion

L'étude effectuée dans ce chapitre a mené à une vue claire du projet. On a étudié l'existant,
analysé la problématique et défini les objectifs à atteindre ainsi que présenter le chronogramme pour
la conception et la réalisation de ce projet. Tout est prêt maintenant pour modéliser la solution à
développer mais avant ceci, une explication de plusieurs concepts est nécessaire et qui sera l'objectif
de chapitre suivant.

HAJER SASSI 7
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE


II.1. Introduction

Dans ce chapitre on va donner une vision générale à propos du réseau cellulaire et plus
particulièrement la LTE Ad, et l’architecture de ce dernier, on va aussi parler des techniques d’accès
utilisées par LTE Ad. En effet dans ce chapitre on va s’attaquer à :

 Une présentation du réseau LTE


 L’architecture d’un réseau LTE A
 OFDM, OFDMA/SCFDMA
 …

II.2. Présentation du LTE

Le réseau LTE (Long Term Evolution) est basé sur le réseau de transport à commutation de
paquet IP c’est pourquoi Il utilise le VoIP (Voice over IP) pour transporter la voix et non pas le mode
circuit comme le réseau de troisième génération [1].

Les bandes de fréquences hertziennes utilisées par LTE varient entre 1,4 MHz et 20 MHz, ce
qui permet d’atteindre un débit binaire théorique de 300 Mbit/s en « Downlink ». LTE dispose
OFDMA (Orthogonal Frequency Division Multiple Access), comme technique de multiplexage, pour
utiliser ces fréquences avec le minimum possible d’interférences et augmenter la performance de
réseau, il a aussi employé le MIMO pour augmenter le débit total et la portée en multipliant les canaux
de communication parallèles [1].

La nouvelle technologie LTE se base sur une combinaison de technologies sophistiquées qui
permet d’améliorer nettement le niveau de préférences (très haut débit et latence) vis à vis le réseau
3G. Elle utilise :

 La technique de multiplexage OFDDMA qui permet d’optimiser l’utilisation de fréquence


et de minimiser les interférences.
 La technique d’antennes multiples qui permet d’augmenter le débit et la portée de
communication. (Multiplier les canaux).

La 4G a pour but d’améliorer l’efficacité spectrale et de multiplier le nombre de mobile traités


par cellule. Elle vise aussi à assurer un très haut débit dans le cas de mobilité. Parmi les avantages de

HAJER SASSI 8
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

réseau 4G est de rendre transparent le passage entre les réseaux et d’assurer la continuité de services
pendent le transfert intercellulaire et de basculer l’utilisateur vers le haut – IP.

Les objectifs principaux de la technologie 4 G :

 Assurer la continuité du service.


 Minimiser les délais et le trafic de signalisation.
 Améliorer la qualité de service.
 Optimiser l’utilisation de réseau.
 Minimiser le cout de connexion.

II.3. Architecture d’un réseau LTE A

L’architecture des réseaux 3 G a beaucoup amélioré l’architecture des réseaux cellulaire pour
qu’il soit compatible avec la technologie d’accès radio de réseau cellulaire, c’est l’évolution du réseau
cœur connu sous le nom du SAE ‘ System Architecture Evolution, le développement du réseau cœur
« SAE » s’améliore avec l’évolution de la recherche pour atteindre un niveau considérablement plus
élevé de performances conformes aux exigences du LTE [2].

Pour cette raison les opérateurs introduisent du matériel compatible aux nouvelles normes SAE,
de sorte que les niveaux de données prévus peuvent être supportés lorsque la 3G LTE sera introduite,
alors cette dernière a été développée pour qu’elle soit pleinement compatible avec le LTE A, la
nouvelle technologie 4G. Par conséquent, lorsque le LTE A sera introduit, le réseau sera en mesure
de traiter l’augmentation de données de plus en plus importante avec un minimum de changement
[2].

Le système de réseau cellulaire LTE A s’appelle EPS (Evolved Packet System), Sa nouvelle
architecture est constituée d’un E UTRAN (Evolved UTRAN), c’est le nouveau réseau d’accès, et
d’un EPC (Evolved Packet Core), c’est le nouveau réseau cœur [2].

Figure 2: Architecture EPS

HAJER SASSI 9
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

II.3.1. User Equipment UE

L’utilisation de réseau LTE A nécessite de nouveau équipement compatible avec cette nouvelle
technologie (exemple : les terminaux) par analogie à ce qui est défini avec la technologie LTE, le
débit maximal qu’on peut atteindre avec la technologie LTE A dépend de la catégorie de l’équipement
utilisateur utilisé. Différentes catégories d’UE ont ainsi été définies qu’elles se différencient par [3]:

• les modulations supportées en voie descendante et en voie montante ;


• le nombre de flux indépendants pouvant être reçues en voie descendante lorsque le multiplexage
spatial ou SU MIMO (Single User MIMO) est employé
• la capacité de traitement au niveau de l’UE pour mettre en œuvre les traitements nécessaires au
traitement du signal reçu.
• les quantités de mémoire nécessaires à la mise en œuvre de la combinaison HARQ et de
l’opération de la couche RLC (Radio Link Control).

Le nombre de catégories d’UE LTE A a été minimisé dans le but de limiter la segmentation du
marché et favoriser ainsi les économies d’échelle. Il existe cinq catégories d’UE en Release 8, trois
catégories d’UE en Release 10 et quatre catégories d’UE en Release 11 dont les caractéristiques sont
présentées dans le tableau suivant :

Tableau 1: Catégories d'UE

La catégorie est signalée par l’UE lors de la connexion initiale. Ce dernier signale d’autres
capacités pour informer les fonctions optionnelles qu’il peut supporter. Remarquons encore que les

HAJER SASSI 10
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

UE LTE A sont contraints à une puissance d’émission maximale de 23 dBm. La largeur de canal
devant être gérée par les UE est définie par bande de fréquences [3].

II.3.2. Réseau d’accès Evolved UTRAN

L’architecture EUTRAN (Evolved UTRAN) ne contient que des eNodeB, contrairement à


l’UTRAN 3G qui contient des Node B et des RNC, Les eNodeB repartent les fonctions traitées par
le RNC avec le MME et le Serving GW du réseau cœur. Ces derniers sont reliés à l’eNodeB par
l’interface S1, S1 C (S1 Contrôle) entre l’eNodeB et le MME et S1 U (S1 Usager) entre l’eNodeB et
le Serving GW.

Pour assurer la continuité de la session encours, lors de déplacement de l’usager en mode


ACTIF (handover) d’un eNodeB à un autre, une nouvelle interface X2 a été mise entre eNodeBs
adjacents. Son rôle est de minimiser la perte de paquets lors de la mobilité pour que l’ancien eNodeB
relaie les paquets entrants sur l’interface X2 au nouvel eNodeB qui les remet à l’UE [4].

Figure 3: Architecture de l’E UTRAN

Parmi les modifications principales de LTE A l’ajout d’uns nœud relais (Relay Node) et les
réseaux hétérogènes

II.3.2.1. Relais

Les relais sont des instruments à mi chemin entre un répéteur physique et une femto cellule. Il
fonctionne sur la même fréquence que l’eNB d’attachement et il utilise une partie du spectre
disponible pour renvoyer les données à la station de base. Le relai envoie un trafic de signalisation

HAJER SASSI 11
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

cohérent avec l’eNB auquel il est attaché, et il peut réaliser des opérations de bas niveau comme les
retransmissions (HARQ) et le “scheduling” pour améliorer le signal [5].

Il sera utilisé généralement dans le but d’augmenter la couverture au-delà de la cellule, la


capacité localement (hot spot), de permettre une mobilité de groupe (si-le-relais-est-lui-même-
mobile-ce-qui-n’est-pas-encore-envisagé-en-release-10),-d’optimiser-la-réception-à-l’intérieur-des-
bâtiments,-et-améliorer-la-réception-dans-les-zones-bloquées-par-des-obstacles.-Le-relai-a-aussi-
un-coût-modéré-à-la-fois-en-termes-d’acquisition-et-d’installation-pourtant-il-ne-permet-pas-un-
gain-de-capacité significatif [5].

II.3.2.2. Réseaux hétérogènes

Les réseaux hétérogènes (HetNet : Heterogeneous Network) est une technique de déploiement
multicouche, c’est à dire qu’il est possible de mettre en œuvre dans la même zone de déploiement des
différentes techniques d’accès, plusieurs formats de cellule et plusieurs types de couverture.

L’objectif est donc de garantir la contrainte de capacité par mettre en place une couche hotspot
composés de plusieurs cellules à tailles réduites (pico/femto) et des nœuds relais, et la contrainte de
couverture en utilisant un macro cellule capable d’étendre la couverture dans la zone entière. Donc
selon la technologie la plus répondue à son besoin l’utilisateur va se connecter à un réseau HetNet
[6].

II.3.3. Réseaux cœur EPC

L’EPC (Evolved Packet Core) est le réseau cœur évolué de LTE. Son architecture fournit une
connectivité permanente tout IP. Lorsque l’utilisateur se connecter au réseau, les données sont
transférées via le réseau «backhauling » à l’EPC de son opérateur mobile pour qu’il les traite puis les
transmettre vers l’internet ou un autre réseau de données.

L’architecture globale d’EPC est résumée sur la figure suivante.

HAJER SASSI 12
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

Figure 4: Architecture de réseaux cœur EPC

Les entités fonctionnelles de réseau cœur sont HSS, MME et PCRF qui sont des entités du plan
de commande et SGW et PGW qu’ils appartiennent au plan de transfert. La figure suivante
schématise la répartition des fonctions entre ces entités.

Figure 5: fonctions des entités du réseau EPC.

II.3.3.1. Mobility Manager Entity (MME)

L'entité de gestion de mobilité MME est un élément capital au sein de l'EPC LTE. Il remplit les
fonctions de signalisation et de contrôle pour gérer l'équipement utilisateur (UE) l'accès aux

HAJER SASSI 13
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

connexions réseau, l'affectation des ressources du réseau et la gestion des états de mobilité pour
soutenir le suivi, la pagination, l'itinérance et le transfert. MME contrôle toutes les fonctions du plan
de contrôle lié à l'abonné et la gestion de session.

Le MME prend en charge les fonctions suivantes :

• Procédures de sécurité : l'authentification de l'utilisateur final ainsi que l'initiation et la


négociation des algorithmes de chiffrement et de protection de l'intégrité.
• manutention terminal réseau session : Toutes les procédures de signalisation utilisés pour mettre
en place le contexte de données par paquets et de négocier les paramètres associés comme QoS.
• gestion de la localisation du terminal : Le processus de mise à jour de zone de suivi utilisé pour
permettre au réseau de se joindre à des terminaux pour les sessions entrantes.

II.3.3.2. Home Subscriber Server (HSS)

Le HSS (Home Subscriber Server) est une base de données qui contient et les informations
relatives aux utilisateurs et à leurs profils. Il fournit également :

 Des fonctions correspondent à la gestion de la mobilité.


 La configuration des sessions.
 l'authentification des utilisateurs et l'autorisation d'accès.

II.3.3.3. Serving Gateway (SGW)

La Passerelle de Service (SGW) est un élément de plan de données dont les fonctions
principales sont de :

 gère-le-routage-des-paquets,-et-ainsi-relaie-le-trafic-de-l’usager-entre-l’eNB-et-la-PGW-
et-inversement.
 sert-de-point-d'ancrage-lorsque-le-terminal-se-déplace-entre-différents-eNB
 dans-le-cas-d'itinérance-entre-3G-et-LTE,-relaie-les-paquets-entre-SGSN-ou-accès-
2G/3G-et-la-----PGW
 gère-et-stocke-les-contextes-relatifs-à-chaque-UE,-par-exemple,-les-paramètres-du-
canal-de-transport-de-données-IP-et-l’adresse-IP-de-la---PGW.
 effectue,-également,-la du-trafic-utilisateur-en-cas-d’interception-légale.

HAJER SASSI 14
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

II.3.3.4. Packet Data Network Gateway (PDN GW)

Packet Data Network Gateway est la passerelle PDN, elle donne les points d’entrées/sortie du
trafic entre le UE et le réseau de l’opérateur. Elle fait l’interface entre le UE et l’internet, cœur IMS
et d’autre réseau de données. La PDN GW assure également quelques fonctions de sécurité.

II.3.3.5. Policy and Charging Rules Function (PCRF)

Il offre les règles de taxation au PDN GW pour différencier convenablement les flux de données
et le taxe. Il assure aussi la gestion des bearers dédiés.

II.3.4. Les Canaux et les signaux Physiques

C'est l’un des canaux de la couche physique permet de fournir le moyen pour transmettre les
données provenant de la couche transport. On lui associe généralement quelques caractéristiques
radios particulières.

II.3.4.1. Les canaux physiques Uplink

 PUSCH : sert à la transmission des données utilisateur et la signalisation des couches hautes.
 PUCCH : transporte les acquittements HARQ et alloue le ressources
 PRACH : sert à la transmission de préambule de l’accès aléatoire transmis par les terminaux.

II.3.4.2. Les canaux physiques Downlink

 PBCH : sert à la transmission des informations système.


 PDSCH : sert à la transmission des données utilisateur et la signalisation des couches hautes.
 PCFICH : informe l’UE concernant le nombre de symboles OFDM utilisés pour la transmission
du PDCCH dans une sous trame
 PDCCH : assure la transmission des assignations d’ordonnancement pour le lien montant.

Au niveau de la couche physique, il existe également des signaux physiques servant


principalement à la synchronisation entre l’eNodeB et le mobile, ainsi qu'aux mesures permettant de
caractériser la qualité du lien radio.

II.3.4.3. Les signaux physiques Uplink

 SRS : déterminer la qualité du canal Uplink pour effectuer l’ordonnancement judicieux.

HAJER SASSI 15
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

 DMRS : déterminer la modulation de données et de signalisation et l’estimation du canal au


niveau de l’eNodeB

II.3.4.4. Les signaux physiques Downlink

 RS (Reference Signals) : les signaux de référence particuliers, reconnus mutuellement par l’UE
et l’eNodeB pour estimer le canal de l’OFDMA. Parmi ces signaux on trouve : CRS, DRS
 PSS & SSS : Des signaux de synchronisation.

II.4. Technique d’accès


II.4.1. OFDMA

L’OFDMA est une extension de l'OFDM utilisée en liaison descendante pour implémenter un
système de communication multiutilisateur. Contrairement à l'OFDM, les blocs des sous porteuses
sont attribués à un utilisateur, à un moment précis [7].

Figure 6: Allocation des sous porteuses OFDM et OFDMA

Un bloc de sous porteuses occupe une largeur de bande de 180 kHz divisée en 12 sous porteuses,
séparées entre eux par 15 kHz. Il couvre un « Time Slot ». Le tableau 2 montre le nombre de blocs
de sous porteuses associé à chaque bande passante [7].

Bande passante (MHz) 1,5 3 5 10 15 20

Nombre de blocs de sous porteuses 6 15 25 50 75 100

Tableau 2: Nombre de blocs de sous porteuses en fonction de la bande passante

II.4.2. SC FDMA

HAJER SASSI 16
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

C’est un concept proposé pour la liaison montante, le procédé choisi est que chaque symbole
est étalé sur l’ensemble des sous porteuses allouées, ce qui présente l'avantage de produire des
puissances relativement faibles dans les canaux adjacents. Le SC FDMA impose donc moins de
contraintes de linéarité au circuit, en particulier à l’amplificateur de puissance. Toutefois, ce procédé
est bien plus résistant que l'OFDMA aux écarts des fréquences porteuses [7].

Figure 7: Représentation schématique du spectre d’émission en liaison ascendante

La Figure suivante montre une comparaison de l’OFDMA avec le SC FDMA.

Figure 8: Comparaison entre l’OFDMA et le SC FDMA dans le cas d’émission des symboles QPSK

II.4.3. Systèmes d'antennes MIMO

Les systèmes d'antennes MIMO jouent un rôle important pour le LTE. En utilisant des antennes
intelligentes, il est possible d'augmenter l'efficacité du spectre. Avec le LTE, sur les stations de base

HAJER SASSI 17
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

et les appareils utilisateurs, les systèmes d'antennes MIMO font partie intégrante du standard. Ce n'est
pas le cas avec l'UMTS.

Cette technologie permet une transmission parallèle et simultanée de données sur la même
fréquence grâce à l'utilisation de plusieurs antennes en émission et en réception. Il existe plusieurs
formes d’applications de MIMO pour le LTE ; elles peuvent être clasées comme multiplexage spatial
(Space Multiplex), diversité spatiale (SpaceDiversity), formation de faisceaux (Beamforming BF),
ou dans une combinaison adéquate de ces dernières.

La figure suivante schématise le principe de MIMO :

Figure 9: Principe de la transmission multi antennes avec MIMO (3x3)

La LTE Advanced apporte le MIMO 8×8 en download (toujours 4×4 en upload) ; 8 antennes
de chaque côté (antenne relais – terminal), ce qui permet de doubler l’efficacité spectrale : 30
bits/s/Hz. Pour donner un ordre d’idée, les 20MHz de Free Mobile et Orange permettraient d’atteindre
des débits de 600 Mbps, toute chose égale par ailleurs. C’est très prometteur sachant que l’adoption
de cette technologie ne modifie en rien la compatibilité ascendante. Du côté antenne, on double les
capacités et le nombre d’utilisateurs potentiels.

II.4.3.1. MIMO amélioré

1) Multiplexing spatial (MIMO SU) : c’est le fait de doubler le nombre d’antennes par
équipement pour apporter des débits améliorés en pic et en-moyenne-sur-la-cellule-et-ses-bords.-Par-
conséquence-le-standard-va-être-compatible-avec-les-exigences-de-débit-crête.-Mais-il-est difficile-
pour-les-opérateurs-à-installer-jusqu’à-8-antennes-sur-les-sites-des-stations-de-base-et-4-antennes-
dans-les-terminaux…

2) MIMO multi usager (MIMO MU) : elle consiste à faire un pré codage au niveau des eNB
pour réaliser une annulation des interférences entre usagers voisins (“Zero forcing”), et donc la
possibilité de réutiliser la ressource spectrale dans le cas de réseau chargé.

HAJER SASSI 18
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

3) Augmenter les gains de l’ordre de 30 % Downlink et 13 % en Uplink par l’adaptation


dynamique entre MIMO SU et MIMO MU.

II.4.4. Les modes de duplexage TDD/FDD

La durée d’une trame générique du LTE est de 10 ms, décomposée en slots de 0,5ms, numérotés
de 0 à 19.

Figure 10: Trame LTE

On peut avoir deux types de trame selon le mode de duplexage utilisé, FDD ou TDD Le FDD,
la trame entière est dédiée à la réception et l'émission d’une manière alternative. La trame radio FDD
offre un logement composé de 7 symboles OFDM.

Figure 11: Duplexage FDD

Avec TDD, d’une manière indépendante, une sous trame est allouée à la réception et l'émission.
Une sous trame est un ensemble de 2 slots consécutifs.

Figure 12: Duplexage TDD

HAJER SASSI 19
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

II.4.5. Agrégation de porteuse (Carrier Aggregation)

L’objectif est d’atteindre 1 Gbps comme débit maximale en Downlink par l’extension de la
largeur de bande du canal jusqu’à 100MHz en agrégeant des plages de porteuses de tailles et de
disposition variables (1, 4, 3, 5, 10, 15, 20 MHz). L’agrégation de porteuse permet une meilleure
utilisation du spectre en cas de forte charge en équilibrant la charge entre les différentes porteuses.

A partir du LTE Version 10, jusqu'à 5 canaux adjacents ascendants et descendants peuvent être
réunis dans une bande de fréquences (Intra band contiguous). Le nombre de porteuses agrégées peut
être différent en liaison ascendante et en liaison descendante. Logiquement, le système met les canaux
réunis à disposition des couches supérieures du réseau en tant que canal unique, avec la capacité plus
élevée correspondante.

Figure 13: Agrégation de porteuse à partir du LTE Version 10

A partir du LTE Version 11, jusqu'à cinq canaux descendants et ascendants peuvent aussi être
réunis, mais dans les mêmes bandes de fréquences ou dans d'autres.

HAJER SASSI 20
Chapitre II : Introduction au réseau Advanced LTE

Figure 14: Agrégation de porteuse à partir du LTE Version 11

II.5. Conclusion

Au cours de ce chapitre nous avons présenté les concepts de base d’un réseau LTE A, ainsi que
les techniques d’accès utilisés et les nouveautés par rapport à LTE.

HAJER SASSI 21
Chapitre III : Dimensionnement du Réseau Mobile LTE Advanced

Chapitre III : Dimensionnement du Réseau Mobile


LTE Advanced
III.1. Introduction

Comme pour un réseau 3G et 2G, La planification du réseau cellulaire 4G, est une étape
d’importance capitale pour le succès d’un opérateur puisque elle permet de gagner ou perdre l’enjeu
de satisfaire le client.

III.2. Processus de dimensionnement d’eNodeB

La planification du réseau d’accès UTRAN a un double objectif, d’une part elle assurer la
meilleure couverture possible de la zone de déploiement en fournissant un niveau de champ
satisfaisant et une gestion adéquate des ressources radio, et d’autre part elle répond aux exigences de
capacité et du trafic pour les différents services proposés, tout en gardant un bon rapport qualité/coût.
Le cycle de vie d’un RAN (radio access network) passe généralement par six phases :

 Définition
 Dimensionnement
 Planification
 Optimisation initiale
 Exploitation et optimisation
 Extension du réseau

La phase qui nous intéresse dans notre projet et la phase de dimensionnement. Le rôle de cette
phase est de déterminer le nombre des éléments du réseau et ses configurations pour garantir les
besoins définis dans la phase définition. Pendant cette étape, le fournisseur d’équipement est connu
car les caractéristiques de ces derniers diffèrent d’un fournisseur à l’autre. Le dimensionnement
fournit des informations pour la planification, le déploiement et l’optimisation du réseau.

Pour assurer que le nombre d’eNodeB trouvé peut garantir le maximum possible des besoins et
couvre plus ou moins toute la zone de déploiement, il faut faire un dimensionnement orienté
couverture et un autre orienté capacité, puis on va choisir le maximum entre les deux résultats.

HAJER SASSI 22
Chapitre III : Dimensionnement du Réseau Mobile LTE Advanced

Dimensionnement orienté couverture Dimensionnement orienté capacité

Nombre eNodeB Nombre eNodeB


(𝑁𝑐𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡 ) (𝑁𝑐𝑎𝑝𝑎𝑐𝑖𝑡é )

Nombre eNodeB
Finale = Max
(𝑁𝑐𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡 ,𝑁𝑐𝑎𝑝𝑎𝑐𝑖𝑡é)

Figure 15: Processus de dimensionnement

III.3. Dimensionnement orienté couverture

L’objectif du dimensionnement couverture est de déterminer la couverture de l’eNodeB


nécessaire pour garantir que les ondes émises par le mobile arrivent à la station de base la plus proche,
et que les ondes émises par l’antenne des eNodeB arrivent avec une puissance suffisamment
détectable par la station mobile. Autrement dit une couverture avec un taux d’échec d’accès, taux de
coupure de communication et taux de Handover minimales.

Bilan de Liaison Radio (RLB) Paramètres d’entrée

Modèle de propagation Rayon de cellule

Couverture de cellule (𝐸𝑆 )

𝑁𝑐𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡 = (𝑆𝐷é𝑝 ) / 𝐸𝑆

Figure 16: Processus dimensionnement couverture

HAJER SASSI 23
Chapitre III : Dimensionnement du Réseau Mobile LTE Advanced

III.3.1. Bilan de liaison radio


III.3.1.1. Généralité

La première question qui se pose lors de planification d’une liaison radio est : quelle est la
distance maximale entre l’émetteur et le récepteur ? Pour répondre à cette question on doit calculer
toute d’abord l’affaiblissement de parcours maximal (MAPL : Maximum Allowable PathLoss) à
partir du bilan de liaison radio (RLB). MAPL est la sortie de RLB qu’on va l’utiliser avec un modèle
de propagation enfin déduire le rayon de la cellule.

Partons de la formule de la puissance reçue en fonction de la puissance émise :

𝑷𝑹𝒙 = 𝑷𝑻𝒙 + 𝑮𝑻𝒙 − 𝑳𝑻𝒙 + 𝑮𝑹𝒙 − 𝑳𝑹𝒙 − 𝑷𝑳 − 𝑷𝑴 (III.1)

Avec :

𝑃𝑇𝑥 : Puissance émise (dBm) 𝐺𝑅𝑥 : Ensemble des gains introduits au niveau
du récepteur (dBi)
𝐺𝑇𝑥 : Ensemble des gains introduits au niveau de
l’émetteur (dBi) 𝐿𝑅𝑥 : Ensemble des pertes introduites au niveau
du récepteur (dB)
𝐿𝑇𝑥 : Ensemble des pertes introduites au niveau
de l’émetteur (dB) 𝑃𝐿 : Affaiblissement de parcours (dB)

𝑃𝑅𝑥 : Puissance reçue (dBm) 𝑃𝑀: Marges de planification (dB)

La puissance reçue correspond à la sensibilité du récepteur si l’affaiblissement de parcours est


maximal. L’équation (III.1) peut être s’exprimer comme suit :

𝑴𝑨𝑷𝑳 = 𝑷𝑰𝑹𝑬 − 𝑹𝒆𝒇𝑺𝒆𝒏𝒔 − 𝑳𝒓𝒙 + 𝑷𝑴 (III.2)

MAPL (Maximum Allowable PathLoss) : C’est le paramètre dont on désire y aboutir à travers
l’établissement d’un bilan de liaison, il s’exprime en dB.

PIRE (Puissance Isotrope Rayonnée Equivalente) : ou EIRP (Equivalent Isotropic Radiated


Power), Puissance rayonnée par l'antenne en tenant compte de son gain en dBi.

Elle est exprimée en dB, sous la formule suivante :

𝑷𝑰𝑹𝑬 = 𝑷𝑻𝒙 + 𝑮𝑻𝒙 − 𝑳𝑻𝒙 (III.3)

HAJER SASSI 24
Chapitre III : Dimensionnement du Réseau Mobile LTE Advanced

Avec :

𝑷𝑻𝒙 :

 Pour eNodeB : Puissance de l’émission de l’eNodeB au niveau du connecteur de l’antenne


(43 49 dBm).
 Pour UE : Puissance d’émission de l’UE (dépend de la catégorie du UE), Catégorie 1 >5
UE de Rel 8/9 et Catégorie 6 7 8 UE de Rel 10/11

𝑮𝑻𝒙 : 𝑮𝑻𝒙 = ∑𝒊∊𝑼𝑬/𝒆𝑵𝒐𝒅𝒆𝑩 𝑮𝒊

 Pour eNodeB
𝐺𝑎 : Gain de l’antenne de l’eNodeB, il dépend du constructeur.

𝐺𝑇𝑥,𝑑 : Gain de diversité, dépend du nombre d’antennes à l’eNodeB et de la taille du motif de


coopération (𝑀𝑐 ).

 Pour UE :
𝐺𝑎 : Gain de l’antenne de l’UE, il dépend du constructeur.

𝐺𝑇𝑥,𝑑 : Gain de diversité, dépend du nombre d’antennes à l’UE.

𝑳𝑻𝒙 : 𝑳𝑻𝒙 = ∑ 𝑳𝒊
𝒊∊𝑼𝑬/𝒆𝑵𝒐𝒅𝒆𝑩

 Pour eNodeB :
𝐿𝑓𝑒𝑒𝑑𝑒𝑟 : Pertes des câbles d’alimentation entre l’eNodeB et le connecteur d’antenne : elle
dépend de la longueur, type et fréquence du câble. (1 6 dBm)

Lother: Autres pertes liées à l’eNodeB (exemple : connecteurs).

 Pour UE :
𝐿𝑏𝑜𝑑𝑦 /𝐿ℎ𝑒𝑎𝑑 : Perte du corps humain, dépend de l’équipement de l’utilisateur
(téléphone/clé USB/tablette)

𝐿𝑜𝑡ℎ𝑒𝑟 : Autres pertes liées à l’UE.

HAJER SASSI 25
Chapitre III : Dimensionnement du Réseau Mobile LTE Advanced

RefSens : c’est la sensibilité de référence du récepteur, elle s’exprime en dB.

𝑹𝒆𝒇𝑺𝒆𝒏𝒔 = 𝟏𝟎 𝒍𝒐𝒈𝟏𝟎 (𝒌. 𝑻. 𝑩𝑹𝒙 ) + 𝑺𝑰𝑵𝑹𝒓𝒆𝒒 + 𝑵𝑭 + 𝑰𝑴 − 𝑮𝑹𝒙,𝒅 (III.4)

Avec :

𝑘 : Constante de Boltzmann (1.388062 ×10−23) 𝑁𝐹 : RF Noise Figure (dB) : dépend du mode


de duplexage et l’écart duplex.
𝐺𝑅𝑥,𝑑 : Gain de diversité de réception (dBi) :
dépend du type de récepteur et du nombre 𝐼𝑀 : Marge d’implémentation (dB)
d’antennes. 𝐺𝑅𝑥,𝑑 = 10 𝑙𝑜𝑔10 (𝑁𝑅 )
𝑇 : Température ambiante en (K)
𝐵𝑅𝑥 : La largeur de bande de réception
𝑆𝐼𝑁𝑅𝑟𝑒𝑞 : La valeur de SINR requise
𝑩𝑹𝒙 = 𝟏𝟖𝟎 × 𝑵𝑷𝑹𝑩 (III.5) au récepteur : dépend de 𝐵𝑅𝑥 , du débit
d’information requis, schéma CoMP, MIMO,
Avec : 𝑁𝑃𝑅𝐵 = etc.
𝟏𝟎−𝟑 ×𝑹𝒔𝒆𝒓𝒗𝒊𝒄𝒆 ×(𝟏+𝑺𝑶𝑯))
𝑬{ }+𝟏
(𝟏𝟎𝟎%− 𝑩𝑳𝑬𝑹𝑻𝒂𝒓𝒈𝒆𝒕 )×𝑹×𝒃×𝑪𝑷𝒊 ×𝟏𝟐 𝑆𝐼𝑁𝑅𝑟𝑒𝑞 = 10 × 𝑙𝑜𝑔10 (𝑆𝐼𝑁𝑅)

𝑹𝒔𝒆𝒓𝒗𝒊𝒄𝒆 : Débit d’information requis sur les 1 𝑅


𝑆𝐼𝑁𝑅 = × (2𝐵𝑅𝑥 ×𝐸𝑓𝑓𝐵𝑊 − 1)
bordures de la cellule. 𝐸𝑓𝑓𝑆𝐼𝑁𝑅

𝑩𝑳𝑬𝑹𝑻𝒂𝒓𝒈𝒆𝒕 : Le taux d’erreur par bloc Avec :

b : nombre de bit par symbole du codage R : débit théorique maximal

R : rendement du code R=𝐵𝑅𝑥 × 𝐸𝑓𝑓𝑆𝑝𝑒𝑐𝑡

SOH (%): coût système 𝐸𝑓𝑓𝑆𝑝𝑒𝑐𝑡 : c’est l’efficacité spectrale

𝐸𝑓𝑓𝐵𝑊 : l’efficacité de la bande

𝐸𝑓𝑓𝑆𝐼𝑁𝑅 : l’efficacité de SINR

III.3.1.2. Les marges de bruit

Pour calculer l’affaiblissement de trajet maximum il faut aussi calculer les marges de bruit, qui
correspondent à l’environnement radio, afin d’éviter le phénomène «SwissCheese».

HAJER SASSI 26
Chapitre III : Dimensionnement du Réseau Mobile LTE Advanced

III.3.1.2.i. Marge de pénétration :

C’est l’atténuation du signal due à la pénétration aux bâtiments. Elle dépend de la visibilité
entre l’UE et la station de base (LOS ou NLOS) et le milieu dans lequel l’utilisateur se trouve, comme
indique le tableau suivant :

Environnement Perte de pénétration dB


Urbaine Dense 18 25
urbaine 15 18
Suburbaine 10 12
rurale 68
Tableau 3: Marge de pénétration

Cette marge dépend essentiellement de trois facteurs :

o La fréquence du signal : Les pertes varient selon la fréquence du signal.


o Le type des bâtiments : Essentiellement le matériel de construction (brique, bois,
pierre, verre, ….)
o La structure des bâtiments : densité et épaisseur des murs, nombre et dimensions
des fenêtres,

III.3.1.2.ii. Marge de shadowing :

C’est les variations du signal dû aux obstacles qu’ils existent dans le milieu de propagation. Les
mesures réelles du terrain ont montré que l’effet de masque est une valeur aléatoire Log Normale
(Logarithme est une variable aléatoire Gaussienne) de moyenne nulle et de variance qui dépend de la
densité de l’environnement, Généralement, cette marge est fixée à 5.4 dB.

III.3.1.2.iii. Marge d’interférence :

Ce paramètre correspond au niveau d’augmentation du bruit dû à la réutilisation de fréquence.


En particulier en LTE A, le facteur de réutilisation est de 1, ce qui mène à des niveaux d’interférence
beaucoup plus importante. Aussi l’interférence inter système peut être prise en compte.

La formule de marge d’interférence est donnée par :

𝐈+𝐍𝐭𝐡 .𝐁𝐑𝐱
𝐈𝐌𝐝𝐁 = 𝟏𝟎 𝐥𝐨𝐠 𝟏𝟎 ( ) (III.6)
𝐍𝐭𝐡 .𝐁𝐑𝐱

HAJER SASSI 27
Chapitre III : Dimensionnement du Réseau Mobile LTE Advanced

Avec :

I : Le niveau de l’interférence provenant des cellules adjacentes qui utilisent les mêmes PRB
simultanément

𝑁𝑡ℎ : La densité de bruit thermique (dB/Hz),

𝐵𝑅𝑥 : La largeur de bande de réception

Cette marge est liée à :

 La charge de la cellule (le taux d’occupation des ressources physiques).


 La distance entre deux sites
 La technique de coordination de l’interférence dans le concept CoMP, …etc.

III.3.1.2.iv. Marge de planification

C’est la somme de toutes les marges de sécurité prises en compte. Elle est nécessaire pour
équilibrer le bilan de liaison radio.

Sensibilité
(dB)

Marge de MAPL
planification PIRE (dB)
(dB) (dB)

Pertes du
récepteurs
(dB)

Figure 17 : Les entrées du MAPL

HAJER SASSI 28
Chapitre III : Dimensionnement du Réseau Mobile LTE Advanced

III.3.2. Modèle de propagation

Un modèle de propagation radio est une formule empirique mathématique pour la


caractérisation de la propagation des ondes radio en fonction de :

 La fréquence de l’onde.
 La distance entre émetteur et récepteur.
 Les hauteurs des antennes de l’émission et de la réception.
 Type de terrain (morphologie), …etc.

Le modèle de propagation permet de déduire le rayon de cellule à partir du résultat fourni par
le bilan de liaison.

Dans notre cas, on va étudier trois modèles : Okumura Hata, COST 231 Hata, COST 231
Walfisch Ikegami.

III.3.2.1. Modèle d’Okumura Hata

La-formule-d’Okumura-Hata-est-la-formule-la-plus-utilisée-à-l’heure-actuelle-au-niveau-des
outils-de-planification-cellulaire.-Cette-formule-est-définie-par-Hata-à-partir-des-mesures
effectuées-par-Okumura-dans-les-environs-de-TOKYO.-Le-principe-de-base-de-cette-méthode-
repose-sur-le-calcul-de-l’affaiblissement-en-espace-libre-et-ajouter-un-facteur-d’atténuation-selon-
le-degré-d’urbanisation.

L’affaiblissement selon ce modèle est donné par :

𝑳𝟎 =69.55 +26.16 𝒍𝒐𝒈𝟏𝟎 (f) – 13.82 𝒍𝒐𝒈𝟏𝟎 (𝒉𝒃 ) + (44.9 6.55 𝒍𝒐𝒈𝟏𝟎 (𝒉𝒃 )) 𝒍𝒐𝒈𝟏𝟎 (d) (III.7)

 Urbain : 𝐿𝑈 =𝐿0 a (ℎ𝑚 )

Avec : a (ℎ𝑚 )= (1.1 𝑙𝑜𝑔10 (f) 0.7) ℎ𝑚 (1.56 𝑙𝑜𝑔10 (f) – 0.8)

 Urbain dense : 𝐿𝑈𝑑 = 𝐿0 a (ℎ𝑚 )

a (ℎ𝑚 )=8.29 [𝑙𝑜𝑔10 (1.5 × ℎ𝑚 )] 2 1.1 pour f ≤ 200 Mhz


Avec
a (ℎ𝑚 )= 8.29 [𝑙𝑜𝑔10 (1.54 × ℎ𝑚 )] 2 4.97 pour f ≥ 200 Mhz
𝑓
 Sous Urbain : 𝐿𝑆𝑈 = 𝐿0 2 [𝑙𝑜𝑔10 ( 28)]2 – 5.4

HAJER SASSI 29
Chapitre III : Dimensionnement du Réseau Mobile LTE Advanced

 Rural : 𝐿𝑅 = 𝐿0 4.78 [[𝑙𝑜𝑔10 ( 𝑓)]2 + 18.33× 𝑙𝑜𝑔10 (f) – 𝛼

35.94, si la zone est rurale quasi ouverte


𝛂=
40.94, si la zone est rurale ouverte.

Avec :

 f : fréquence en Mhz (150 Mhz ≤ f ≤1500 Mhz)


 d : distance entre la station de base et le mobile en Km (1 Km≤d≤20 Km)
 𝒉𝒃 : Hauteur de la station de base en m (30m ≤ 𝒉𝒃 ≤200m)
 𝒉𝒎 : Hauteur du mobile en m (1m≤𝒉𝒎 ≤10m)

Le-modèle-d’Okumura-Hata-ne-tient-toutefois-pas-compte-des-reliefs-précis-tels-que-les-
masques-de-diffraction.-De-plus-la-bande-de-fréquence-interdit-son-utilisation-pour-des-
applications-comme-la-planification-du-DCS-ou-de-l’UMTS.-A-cet-effet-un-modèle-amélioré-a-
été-proposé,-c’est-celui-de-COST231-de-HATA.

III.3.2.2. Modèle COST 231 Hata

Le modèle COST 231 de Hata est développé ainsi pour étendre l’utilisation du modèle
d’Okumura Hata pour les bandes de 1500 à 2000 MHz.

𝑳 (𝒅𝒃) = 𝟒𝟔. 𝟑 + 𝟑𝟑. 𝟗 𝒍𝒐𝒈𝟏𝟎 (𝑭𝑪 ) − 𝟏𝟑. 𝟐 𝒍𝒐𝒈𝟏𝟎 (𝑯𝑩𝒔 ) − 𝑨(𝑯𝑺𝒔 ) + (𝟒𝟒. 𝟗 −
𝟔. 𝟓𝟓 𝒍𝒐𝒈𝟏𝟎 (𝑯𝑩𝒔 )) 𝒍𝒐𝒈𝟏𝟎 (𝒅) + 𝑪𝒎 (III.8)

Avec :

𝐹𝐶 : Fréquence porteuse du signal en MHz

𝐻𝐵𝑠 : Hauteur de la BS en mètres

𝐻𝑆𝑠 : Hauteur de la SS en mètres

d : distance entre la BS et SS en Km
0 dB pour les zones sous urbaines,
𝐶𝑚 =
3 dB pour les zones urbaines)
:
𝐴(𝐻𝑆𝑠 ) : Est un terme correctif dépendant de la hauteur de l’antenne de SS.

HAJER SASSI 30
Chapitre III : Dimensionnement du Réseau Mobile LTE Advanced

Pour les villes de taille moyenne ou petite :

𝐴(𝐻𝑆𝑠 ) = (1.1 × 𝑙𝑜𝑔10 (𝐹𝐶 ) − 0.7) × 𝐻𝑆𝑠 − (1.56 × 𝑙𝑜𝑔10 (𝐹𝐶 ) − 0.8) (dB)

Pour les villes de grande taille :

𝐴(𝐻𝑆𝑠 ) = (3.2 × 𝑙𝑜𝑔10 (11.75 × 𝐻𝑆𝑠 )) − 4.97 (dB)

III.3.2.3. Modèle de Walfisch Ikegami

Le-groupe-de-recherche-européen-COST231-utilise-un-modèle-combinant-les-approches-
empiriques-et-déterministes-pour-calculer-les-pertes-de-propagation-en-milieu-urbain-et-sous-
urbains,-Il-a-été-conçu-pour-des-fréquences-entre-800-et-2000Mhz.-Ce-modèle-prend-en-compte-
la-perte-de-propagation-en-espace-libre,-la-perte-par-diffraction,-la-perte-entre-les-toits-des-
bâtiments-voisins-et-l’influence-des-routes-où-le-mobile-est-situé.

L’expression du PathLoss peut s’écrire comme suit :

𝑳 = 𝑳𝟎 + 𝑳𝒓𝒔𝒕 + 𝑳𝒎𝒔𝒅 (III.9)

 𝑳𝟎 : Propagation en espace libre, 𝐿0 = 32.4 + 20 𝑙𝑜𝑔10 (𝑑. 𝐹)

Avec :

 d : distance en Km
 𝐹: Fréquence en MHz
 𝑳𝒓𝒔𝒕 : Perte de diffraction du toit vers la rue.
𝐿𝑟𝑠𝑡 = −16.9 − 10 𝑙𝑜𝑔10 (𝑊) + 10 𝑙𝑜𝑔10 (𝐹) + 20 𝑙𝑜𝑔10 (ℎ𝑚 ) + 𝐿𝑜𝑟𝑖 ; Si ℎ𝑚 < ℎ𝑟𝑜𝑜𝑓
𝐿𝑟𝑠𝑡 = 0 ; Sinon
Avec :

𝑊: Largeur de la rue en m.

𝐹: Fréquence en MHz.

ℎ𝑚 : Hauteur du mobile.

ℎ𝑟𝑜𝑜𝑓 : Hauteur du toit du bâtiment.

HAJER SASSI 31
Chapitre III : Dimensionnement du Réseau Mobile LTE Advanced

𝐿𝑜𝑟𝑖 : Facteur de correction prenant en compte l’orientation de la rue.

𝐿𝑜𝑟𝑖 = −10 + 0.354𝜑, 𝑠𝑖 𝜑 ∈[0,35]

𝐿𝑜𝑟𝑖 = 2.5 + 0.075(𝜑 − 35), 𝑠𝑖 𝜑 ∈[35,55]

𝐿𝑜𝑟𝑖 = 4.0 − 0.0114(𝜑 − 55), 𝑠𝑖 𝜑 ∈[55,90]

𝜑 : Est l’angle d’incidence du trajet radio par rapport à l’orientation de la rue.

 𝑳𝒎𝒔𝒅 : Perte par diffraction multi masques.


𝐿𝑚𝑠𝑑 = 𝐿𝑏𝑒ℎ . 𝑘𝑎 . 𝑘𝑑 . 𝑙𝑜𝑔10 (𝑑) + 𝑘𝑓 . 10 𝑙𝑜𝑔10 (𝐹) − 9 𝑙𝑜𝑔10 (𝑏)

𝐿𝑏𝑒ℎ = −18. 𝑙𝑜𝑔10 (1 + (ℎ𝑏 − ℎ𝑟𝑜𝑜𝑓 ))


Si ℎ𝑏 > ℎ𝑟𝑜𝑜𝑓 𝑘𝑎 = 54
𝑘𝑑 = 18

𝐿𝑏𝑒ℎ = 0
Sinon 𝑘𝑎 = 0
𝑘𝑑 = 18 − 15. ( ℎ𝑏 − ℎ𝑟𝑜𝑜𝑓 )/ℎ𝑟𝑜𝑜𝑓

ℎ𝑏 : Hauteur de la station de base en m.

𝐹
−4 + 0.7(925 − 1) , Pour les sites de taille moyenne.
𝑘𝑓 = 𝐹
−4𝑏 + 1.5(925 − 1), Pour les centres métropolitains.

𝑏 : est la séparation entre bâtiments en m.

III.3.3. Calcul de nombre de sites :

Pour déterminer le nombre de sites il faut toute d’abord calculer le rayon de couverture en se
basant sur paramètres l’affaiblissement de propagation obtenu du bilan de liaison en utilisant le
modèle de propagation adéquat. Effectivement, lorsque l’affaiblissement de parcours est égal à sa
valeur maximale, la distance parcourue est égale au rayon de la cellule (𝑅𝐶𝑒𝑙𝑙𝑢𝑙𝑒 ).

𝑅𝐶𝑒𝑙𝑙𝑢𝑙𝑒 = 10𝛼 (III.10)

Avec

HAJER SASSI 32
Chapitre III : Dimensionnement du Réseau Mobile LTE Advanced

𝐿−69,55−26,16 ×𝑙𝑜𝑔10 (𝑓)+13,82×𝑙𝑜𝑔10 (ℎ𝑏 )+𝑎(ℎ𝑚 )


 𝛼= pour le modèle Okumura Hata.
44,9−6,55 ×𝑙𝑜𝑔10 (ℎ𝑏 )

𝐿−46,3−33,9 ×𝑙𝑜𝑔10 (𝐹𝑐 )+13,2×𝑙𝑜𝑔10 (𝐻𝐵𝑠 )+𝐴(𝐻𝑆𝑠 )−𝐶𝑚


 𝛼= pour le modèle COST 231
44,9−6,55 ×𝑙𝑜𝑔10 (𝐻𝐵𝑠 )

Hata
𝐿−32,4−(20+10.𝑘𝑓 )×𝑙𝑜𝑔10 (𝐹)−𝐿𝑟𝑠𝑡 −9×𝑙𝑜𝑔10 (𝑏)
 𝛼= pour le modèle Walfisch Ikegami
20+(𝐿𝑏𝑒ℎ ×𝑘𝑎 ×𝑘𝑑 )

Après calculer le rayon de la cellule (𝑅𝐶𝑒𝑙𝑙𝑢𝑙𝑒 ), on peut calculer la superficie de couverture de


la cellule (empreinte du site) noté (𝐸𝑆 ) qui dépend du nombre de secteurs par site, qu’on note (𝑁𝑆𝑒𝑐𝑡 ).

Nombre de secteur par site Empreinte

1 𝐸𝑆 = 2.6 × 𝑅𝐶𝑒𝑙𝑙𝑢𝑙𝑒 2

2 𝐸𝑆 = 1.3 × 2.6 × 𝑅𝐶𝑒𝑙𝑙𝑢𝑙𝑒 2

3 𝐸𝑆 = 1.95 × 2.6 × 𝑅𝐶𝑒𝑙𝑙𝑢𝑙𝑒 2


Tableau 4: Empreinte de site en fonction du nombre de secteurs

Une fois l’empreinte du site est déterminée, et tout en ayant de la superficie totale de la zone de
déploiement (𝑆𝐷é𝑝 ), on peut enfin aboutir au nombre de sites demandés pour la couverture,𝑁𝑐𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡 ,
à l’aide la formule suivante :

𝑆𝐷é𝑝
𝑁𝑐𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡 = 𝐸 ( ) + 1 (III.11)
𝐸𝑆

Notre calcule doit respecter la liaison montante et la liaison descendante. En effet, il faut le
calculer pour les deux liaisons et choisir le plus grand entre eux.

III.4. Dimensionnement orienté capacité

Le dimensionnement orienté capacité est le fait de faire une estimation du nombre de sites
nécessaires pour supporter un trafic offert spécifié avec un certain niveau de qualité de service (par
exemple le débit ou la probabilité de blocage).

HAJER SASSI 33
Chapitre III : Dimensionnement du Réseau Mobile LTE Advanced

Calcul du débit moyenne du site

Calcul de nombre d’abonnés par site (𝑁𝑏𝑆 )

𝑁𝑐𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡 Peut servir


Non 𝑁𝑐𝑎𝑝𝑎𝑐𝑖𝑡é =𝑁𝑏𝑇 /𝑁𝑏𝑆
nombre totale
d’abonnés (𝑁𝑏𝑇 ) ?

Oui

𝑁𝑐𝑎𝑝𝑎𝑐𝑖𝑡é = 𝑁𝑐𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡

Figure 18: Processus dimensionnement capacité

III.4.1. Calcul du débit moyenne du site (Cellthroughput)

Les besoins en capacité sont définis par les opérateurs de réseau en fonction de leur trafic prévu.
Le débit moyen de la cellule est nécessaire pour calculer le nombre de site en fonction des besoins en
capacité.

𝑇ℎ𝐶𝑒𝑙𝑙 = 𝐵𝑤𝑐𝑒𝑙𝑙 × 𝐸𝑓𝑓𝑆𝑝𝑒𝑐 (III.12)

𝐵𝑤𝑐𝑒𝑙𝑙 : Bande passante de cellule

𝐸𝑓𝑓𝑆𝑝𝑒𝑐 : Efficacité spectrale de la bande

𝐸𝑓𝑓𝑆𝑝𝑒𝑐 = 1 − 𝑆𝑂𝐻

Pour calculer l’efficacité spectrale, on doit terminer tout d’abord le coût de système (SOH) pour
les deux sens DL et UL :

 Le coût de système en sens descendante :

HAJER SASSI 34
Chapitre III : Dimensionnement du Réseau Mobile LTE Advanced

𝐷𝐿 𝐷𝐿 𝐷𝐿 𝐷𝐿
𝑆𝑂𝐻 𝐷𝐿 = 𝑆𝑂𝐻𝑅𝑆 + 𝑆𝑂𝐻𝑃𝑆𝑆/𝑆𝑆𝑆 + 𝑆𝑂𝐻𝑃𝐵𝐶𝐻 + 𝑆𝑂𝐻𝐿1/𝐿2

Avec :

𝐷𝐿
𝐷𝐿 𝑁𝑅𝑆/𝑃𝑅𝐵 𝐷𝐿 72×2 𝐷𝐿 72×4
𝑆𝑂𝐻𝑅𝑆 = ; 𝑆𝑂𝐻𝑃𝑆𝑆/𝑆𝑆𝑆 = 12×20×𝐶𝑃 𝑇𝑜𝑡𝑎𝑙 ; 𝑆𝑂𝐻𝑃𝐵𝐶𝐻 = 𝑇𝑜𝑡𝑎𝑙 ;
𝐶𝑃𝑖 ×12 𝑖 ×𝑁𝑃𝑅𝐵 12×20×𝐶𝑃𝑖 ×𝑁𝑃𝑅𝐵

𝐷𝐿
𝐷𝐿 12×3−𝑁𝑅𝑆/𝑃𝑅𝐵 𝐷𝐿 𝑇𝑜𝑡𝑎𝑙
𝑆𝑂𝐻𝐿1/𝐿2 = (𝑁𝑅𝑆/𝑃𝑅𝐵 ; 𝑁𝑃𝑅𝐵 𝑣𝑜𝑖𝑟 𝑎𝑛𝑛𝑒𝑥𝑒 𝐴)
12×𝐶𝑃𝑖 ×2

 Le coût de système en sens montante :

𝑈𝐿 𝑈𝐿 𝑈𝐿
𝑆𝑂𝐻 𝑈𝐿 = 𝑆𝑂𝐻𝑅𝑆 + 𝑆𝑂𝐻𝑃𝑅𝐴𝐶𝐻 + 𝑆𝑂𝐻𝑃𝑈𝐶𝐶𝐻

𝑈𝐿 1 𝑈𝐿 𝑈𝐿 6×𝑅𝐴𝐶𝐻𝐷𝑒𝑛𝑠𝑖𝑡é 𝑈𝐿 𝑁𝑃𝑅𝐵,𝑃𝑈𝐶𝐶𝐻
𝑆𝑂𝐻𝑅𝑆 = 𝐶𝑃 × 𝑆𝑂𝐻𝑃𝑈𝐶𝐶𝐻 ;𝑆𝑂𝐻𝑃𝑅𝐴𝐶𝐻 = 𝑇𝑜𝑡𝑎𝑙 ; 𝑆𝑂𝐻𝑃𝑈𝐶𝐶𝐻 = 𝑇𝑜𝑡𝑎𝑙
𝑖 𝑁𝑃𝑅𝐵 ×12×𝐶𝑃𝑖 ×2 𝑁𝑃𝑅𝐵

(𝑁𝑃𝑅𝐵,𝑃𝑈𝐶𝐶𝐻 voir annexe A)

III.4.2. Estimation du nombre d’abonnés et la demande de trafic

Puisque la bande passante donnée ne peut livrer qu’une certaine quantité de capacité, la
demande de trafic doit être donc comprise.

Les entrées principales sont énumérées ci dessous :

o Densité d'abonné
o Volume de données par utilisateur
o Débit de données maximal et moyen.
o Les profils de trafic quotidien, …

En se basant sur le volume de trafic le nombre d’abonnés est calculé par la formule suivante :

𝑇𝑟𝑎𝑓𝑆𝑖𝑡𝑒/𝑚𝑜𝑖𝑠 (𝐺𝐵)
𝑁𝑇 = (III.13)
𝑇𝑟𝑎𝑓𝑢𝑠𝑒𝑟/𝑚𝑜𝑖𝑠 (𝐺𝐵)

𝑇𝑟𝑎𝑓𝑢𝑠𝑒𝑟/𝑚𝑜𝑖𝑠 (𝐺𝐵) : Trafic d’un utilisateur durant un mois

𝑇𝑟𝑎𝑓𝑆𝑖𝑡𝑒/𝑚𝑜𝑖𝑠 (GB) : Trafic d’un site durant un mois

𝑇ℎ𝐶𝑒𝑙𝑙 × 3600 × 𝐵𝐻𝐴𝑣𝑟𝑔𝐿 × 𝑁𝑠𝑒𝑐𝑡𝑒𝑢𝑟 × 30


𝑇𝑟𝑎𝑓𝑆𝑖𝑡𝑒/𝑚𝑜𝑖𝑠 (𝑀𝑏) =
𝐵𝐻𝐷𝑎𝑖𝑙𝑦𝑇𝑟𝑎𝑓

HAJER SASSI 35
Chapitre III : Dimensionnement du Réseau Mobile LTE Advanced

𝑇𝑟𝑎𝑓𝑆𝑖𝑡𝑒/𝑚𝑜𝑖𝑠 (𝑀𝑏)
𝑇𝑟𝑎𝑓𝑆𝑖𝑡𝑒/𝑚𝑜𝑖𝑠 (𝐺𝐵) =
8192

𝑁𝑠𝑒𝑐𝑡𝑒𝑢𝑟 : Nombre de secteurs par site

𝐵𝐻𝐴𝑣𝑟𝑔𝐿 : Busy Hour Average Loading

𝐵𝐻𝐷𝑎𝑖𝑙𝑦𝑇𝑟𝑎𝑓 : Trafic quotidien porté à l’heure chargée

III.4.3. Nombre des sites en fonction de la capacité

Le nombre de site nécessaire pour servir les abonnés de la zone de déploiement est obtenu en
faisant le rapport entre le nombre total d’abonnés et le nombre d’abonnés par site.

𝑁𝑏𝑇
𝑁𝑐𝑎𝑝𝑎𝑐𝑖𝑡é = (III.14)
𝑁𝑏𝑆

Conclusion :

Dans ce chapitre nous avons montré le processus de dimensionnement d’un réseau LTE
Advanced qui est très complexe pour qu’un planificateur puisse le faire manuellement, ainsi le
gaspillage du temps. Au sien de chapitre suivant nous allons présenter notre application proposée
pour faciliter les tâches de dimensionnement au planificateur.

HAJER SASSI 36
Chapitre IV : Analyse et Spécification des Besoins

Chapitre IV : Analyse et Spécification des Besoins


IV.1. Introduction

Après avoir dans le chapitre précèdent, le processus de dimensionnement d’un réseau LTE
Advanced, au sein de ce chapitre, nous allons présenter en premier lieu la spécification et l’analyse
des besoins, ensuite nous la conception de notre application de dimensionnement de l’interface radio
LTE, dénommée « LTE A Dimensioning ».

IV.2. Spécification des besoins


IV.2.1. Besoins fonctionnels

Le planificateur est l’acteur principal qui interagit avec le système, il bénéficie des toutes les
fonctionnalités de l’application qui est le seul administrateur et utilisateur de l’application.

Comme, nous avons déjà montré dans le chapitre précèdent que la phase de dimensionnement
est très importante dans le cycle de vie d’un réseau mobile mais elle est aussi assez complexe de le
faire manuellement, pour cette raison nous avons pensé à simplifier cette tâche pour le planificateur
par une application qui lui permet de faire plusieurs fonctionnalités importantes pour la phase de
dimensionnement :

 Dimensionnement orientée couverture : établir le bilan de liaison radio et calculer


l’affaiblissement de trajet maximum en se basant sur un modèle de propagation spécifique
pour déduire le rayon de la cellule, et par suite les nombre des eNodeB, … etc.
 Dimensionnement orientée capacité : estimer le débit binaire du site en fonction de modèle
de trafic, la capacité de la cellule afin de calculer le nombre des eNodeB.
 Afficher le résultat de dimensionnement qui contient tous les paramètres qui interviennent
dans le dimensionnement.

IV.2.2. Besoins non fonctionnels

Les besoins non fonctionnels de l’application sont :

 Simplicité :
L'application doit être simple à gérer par l'utilisateur.
 Interface utilisateur :

HAJER SASSI 37
Chapitre IV : Analyse et Spécification des Besoins
L’application devra être cohérente au point de vue de l’ergonomie. La qualité de l’ergonomie
sera un facteur essentiel, étant donnée l’utilisation intensive qui sera faite de l’application.
C’est pour cela, on va créer des interfaces faciles à comprendre et à gérer.
 Portabilité de l’application :
Signifie sa capacité à fonctionner facilement dans différents systèmes d’exploitation qui est
assurée par C#.

IV.3. Analyse et conception


IV.3.1. Choix du langage et logiciel de modélisation

Pour expliquer et présenter les fonctionnalités de notre application on a utilisé le langage «


UML (en anglais Unified Modeling Language ou « langage de modélisation unifié ») »qui est un
langage de modélisation graphique à base de pictogrammes. Il est apparu dans le monde du génie
logiciel, dans le cadre de la « conception orientée objet ». Couramment utilisé dans les projets
logiciels, il peut être appliqué à toutes sortes de systèmes ne se limitant pas au domaine informatique.

On va utiliser comme logiciel de modélisation StarUML qui est un logiciel de modélisation


UML open source qui peuvent remplacer dans bien des situations des logiciels commerciaux.

Figure 19: Logo StarUML

IV.3.2. Architecture de travail

Dans-notre-application-nous-avons-utilisé-le-modèle-MVC-(Model-View-Controller)-
comme-une-architecture-logicielle-et-une-méthode-de-conception-logicielle.

MVC-impose-la-séparation-entre-les-données,-les-traitements-et-la-présentation.-C'est-pour-
cette-raison-que-l'application-est-divisée-en-trois-composants-fondamentaux [8]:-

 Le-modèle-:-il-représente-le-comportement-de-l'application-:-traitements-des-
données,-interactions-avec-la-base-de-données,-etc.-Il-décrit-ou-contient-les-données-
manipulées-par-l'application.-Il-assure-la-gestion-de-ces-données-et-garantit-leur-
intégrité.-Dans-le-cas-typique-d'une-base-de-données,-c'est-le-modèle-qui-la-
contient.-Le-modèle-offre-des-méthodes-pour-mettre-à-jour-ces-données-(insertion,-
suppression,-changement-de-valeur).-Il-offre-aussi-des-méthodes-pour-récupérer-ces-

HAJER SASSI 38
Chapitre IV : Analyse et Spécification des Besoins

données.-Les-résultats-renvoyés-par-le-modèle-sont-dénués-de-toute-présentation.-Le-
stéréotype-«-Entity»-s’applique-aux-classes-de-la-composante-modèle.
 La-vue-:-elle-correspond-à-l'interface-avec-laquelle-l'utilisateur-interagit.-Sa-
première-tâche-est-de-présenter-les-résultats-renvoyés-par-le-modèle.-Sa-seconde-
tâche-est-de-recevoir-toutes-les-actions-de-l'utilisateur-(clic-de-souris,-sélection-
d'une-entrée,-boutons…).-Ces-différents-événements-sont-envoyés-au-contrôleur.-La-
vue-n'effectue-aucun-traitement,-elle-se-contente-d'afficher-les-résultats-des-
traitements-effectués-par-le-modèle.-Le-stéréotype-«-boundary»--s’applique-aux-
classes-de-la-composante-vue.
 Le-contrôleur-:-il-prend-en-charge-la-gestion-des-événements-de-synchronisation-
pour-mettre-à-jour-la-vue-ou-le-modèle-et-les-synchroniser.-Il-reçoit-tous-les-
événements-de-l'utilisateur-et-enclenche-les-actions-à-effectuer.-Si-une-action-
nécessite-un-changement-des-données,-le-contrôleur-demande-la-modification-des-
données-au-modèle-et-ensuite-avertit-la-vue-que-les-données-ont-changé-pour-
qu'elle-se-mette-à-jour.-Le-stéréotype-«Control-»-s’applique-aux-classes-de-type-«-
contrôleur-».

Figure 20: Modèle MVC

IV.4. Conception

IV.4.1. Le diagramme de cas d’utilisation

Les diagrammes de cas d'utilisation décrivent les utilisations requises d'un système, ou ce qu'un
système est supposé faire. Les cas d’utilisation présentent une vue externe de la façon d’utiliser un
système, que ce soit l’application, un sous-système, une fonction, un composant.

HAJER SASSI 39
Chapitre IV : Analyse et Spécification des Besoins

IV.4.1.1. Diagramme de cas d’utilisation globale :

Figure 21: Diagramme de cas d'utilisation globale

IV.4.1.2. Diagramme de cas d’utilisation « Faire une Op_Dim »

Figure 22: Diagramme de cas d’utilisation « Faire une Op_Dim »

*Op_Dim : Opération de dimensionnement.

HAJER SASSI 40
Chapitre IV : Analyse et Spécification des Besoins

IV.4.1.3. Diagramme de cas d’utilisation « Gérer Son Compte »

Figure 23: Diagramme de cas d’utilisation « Gérer Son Compte »

IV.4.1.4. Diagramme de cas d’utilisation « Consulter l’aide »

Figure 24: Diagramme de cas d’utilisation « Consulter l’aide »

HAJER SASSI 41
Chapitre IV : Analyse et Spécification des Besoins

IV.4.1. Les diagrammes de séquences

Les diagrammes de séquence montrent les interactions qui surviennent dans une séquence de
temps. En particulier ils montrent la participation d’objets dans les interactions et les messages qu’ils
échangent dans un intervalle de temps. Ils ne montrent pas les associations entre les objets

IV.4.1.1. Diagramme de séquence de cas « Authentifier »

Pour que le planificateur faire une de fonctionnalités de notre application, il faut qu’il soit
authentifier tout d'abord.

Les étapes de processus d’authentification sont présentées dans le diagramme de séquence et la


description de scénario ci dessous.

Cas d’utilisation : Authentification

Acteur : Planificateur

Pré condition : Le système fonctionne

Le planificateur peut effectuer une opération de


Post condition :
dimensionnement.

1. Interface authentification est affichée


Scénario nominal : 2. Saisir nom d’utilisateur et le mot de passe
3. Connecter

A1 : informations entrées sont erronés


Enchaînement A1 se produit au point 3 du scénario nominal
3. a. demande de vérification des informations
Retour à l’étape 2 de scénario nominal

Enchaînements alternatifs
A2 : Mot de passe oublié
Enchaînement A2 se produit au point 2 du scénario nominal
2. a. demande de réinitialiser le mot de passe
2. b. fenêtre mot de passe oubliée est affichée
2. c. saisir l’adresse mail correspond au compte
2. d. nouveau mot de passe est envoyé par mail

HAJER SASSI 42
Chapitre IV : Analyse et Spécification des Besoins

Retour à l’étape 1 de scénario nominal

Tableau 5: scénario de cas d'utilisation Authentification

Figure 25: Diagramme de séquence général de cas « Authentifier »

Le cas d’authentification est très important, nous allons le présenter avec plus de détail et selon
le modèle MVC.

HAJER SASSI 43
Chapitre IV : Analyse et Spécification des Besoins

Figure 26:Diagramme de séquence détaillé de cas d'utilisation Authentification

IV.4.1.2. Diagramme de séquence du cas «Faire Op_Dim »

Après que l’utilisateur accède à l’application et s’authentifie, il peut faire une nouvelle
opération de dimensionnement.

Le diagramme de séquence et la description de scénario ci dessous représentent les processus


de scénario nominal et l’enchaînement alternatif du ce cas d’utilisation.

Cas d’utilisation : Faire Op_Dim

Acteur : Planificateur

Pré condition : Le système fonctionne et le planificateur déjà s’authentifie

Effectuer une nouvelle opération en indiquant tous les


Post condition :
paramètres nécessaires concernant la zone.

1. Demande d’une nouvelle opération


2. Interface de dimensionnement s’affiche

Scénario nominal : 3. Saisir les paramètres généraux de l’opération


4. Vérifier la validité paramètres.
5. Saisir les paramètres système
6. Vérifier la validité de paramètres.

HAJER SASSI 44
Chapitre IV : Analyse et Spécification des Besoins

7. Calcule et Enregistrement du résultat dans la base


8. Saisir les paramètres de dimensionnement couverture
9. Vérifier la validité de paramètres.
10. Calcule et Enregistrement du résultat dans la base
11. Saisir les paramètres du dimensionnement capacité
12. Vérifier la validité de paramètres.
13. Calcule et Enregistrement du résultat dans la base
14. Calculer le nombre d’eNB final et affichage de résultat

A1 : Nom de l’opération existe


Enchaînement A1 se produit au point 3 du scénario nominal
4. a. Demande un autre nom n’existe pas
4. b. Saisir un nouveau nom
Enchaînement A1 reprendre au point 4 du scénario nominal

Enchaînements alternatifs
A2 : Les champs de paramètres sont vides
Enchaînement A2 se produit au point (X = 6 ,9 ,12) du scénario
nominal
X.a. Demande de remplir les champs de paramètres manquants
X.b. Remplir les champs
Enchaînement A2 reprendre au point X 1 du scénario nominal

Tableau 6: scénario de cas d'utilisation « Faire Op_Dim »

HAJER SASSI 45
Chapitre IV : Analyse et Spécification des Besoins

Figure 27: Diagramme de séquence général du cas «Faire Op_Dim »

Vu que faire une opération de dimensionnement est la tâche principale de notre application on
va présenter son démarche par un diagramme de séquence plus détaillé.

HAJER SASSI 46
Chapitre IV : Analyse et Spécification des Besoins

Figure 28:Diagramme de séquence détaillé du cas «Faire Op_Dim »

HAJER SASSI 47
Chapitre IV : Analyse et Spécification des Besoins

IV.4.2. Le diagramme de classe

En UML le diagramme de classes décrit les structures des objets et des informations utilisés par
votre application, à la fois en interne et en communication avec ses utilisateurs. Il décrit les
informations sans référence à une implémentation particulière. Ses classes et relations peuvent être
implémentées de différentes manières, par exemple avec des tables de bases de données, des nœuds
XML ou des compositions d'objets logiciels.

Figure 29: Diagramme de classes

IV.5. Conclusion

Après avoir présenté les fonctionnalités de base de notre application, nous allons révéler
quelque interface de l’application et le résultat de planification dans le chapitre suivant.

HAJER SASSI 48
Chapitre V : Réalisation et planification

Chapitre V : Réalisation et planification


V.1. Introduction

Au cours de ce chapitre, nous allons présenter l’environnement matériel et logiciel du projet.


Ensuite, nous nous intéressons à la description de quelques interfaces du système implémenté dans le
cadre de quelques scénarios d’utilisation. Enfin nous allons voir le résultat de planification.

V.2. Environnement de travail


V.2.1. Environnement matériel

o Ordinateur portable : Dell Inspiron


 Système d’exploitation : Windows 7
 RAM : 4G
 Disque dure : 500G
 Processeur : Intel(R) Core (TM) i3 CPU M 380 @ 2.53GHz

V.2.2. Environnement logiciel

o Développement : Visual studio 2012 (C#)


o Base de données : SQL Server 2008
o Planification : Atoll

V.3. Aperçu de l’application


V.3.1. Interface « Connexion »

L’utilisateur est demandé pour saisir son « nom d’utilisateur » et son « mot de passe » pour
accéder aux fonctionnalités de l’application. Si le mot de passe ou le nom d’utilisateur incorrect un
message d’erreur s’affiche pour informer le planificateur.

Dans le cas où l’utilisateur oublie le mot de passe l’application lui demander de saisir l’adresse
e Mail associée à son compte et il va recevoir un mot de passe d’accès aléatoire pour qu’il peut
connecter. (Voir annexe B)

HAJER SASSI 49
Chapitre V : Réalisation et planification

Figure 30: Interface « Connexion »

V.3.2. Interface « Accueil »

Figure 31: Interface « Accueil »

HAJER SASSI 50
Chapitre V : Réalisation et planification

Après l’authentification de l’utilisateur l’interface d’accueil s’affiche, il comprend trois menus


« Dimensioning», permet à l’utilisateur d’effectuer une nouvelle opération, et «Setting », permet à
l’utilisateur de gérer son compte et « Help » pour consulter l’aide.

V.3.3. Interface « Dimensioning »  « New »

L’interface comporte plusieurs onglets contient les paramètres nécessaires au dimensionnement


d’une zone bien déterminée.

V.3.3.1. L’onglet « General Parameters»

Cet onglet contient les paramètres généraux concernant de la zone et l’opération:

 Nom de zone
 Nom de l’opération
 Surface de la zone
 Nombre d’abonnés dans la zone
 Date de l’opération

Figure 32: l’onglet « General Parameters »

HAJER SASSI 51
Chapitre V : Réalisation et planification

V.3.3.2. L’onglet « System Parameters»

L’onglet «System Parameters» contient les paramètres du système communs entre le


dimensionnement orienté couverture et dimensionnement orienté capacité. Ces paramètres mettre à
jours automatiquement les valeurs de coût de système (System OverHead).

Figure 33: L’onglet «System Parameters»

V.3.3.3. L’onglet « Coverage Dimensioning»

Dans cet onglet on va trouver tous les paramètres pour :

 Établir un bilan de liaison radio (PIRE, Sensibilité, Marge), et les paramètres de modèle
de propagation. L’établissement d’un RLB se fait dans le sens montant (Uplink) et le
sens descendant (Downlink).
 Choisir le modèle de propagation avec lequel le planificateur va calculer le MAPL et
par la suite le rayon de cellule. Cependant que l’utilisation de l’un de ces modèles
dépend d’autres paramètres comme la fréquence utilisée et le type de zone de
déploiement.

HAJER SASSI 52
Chapitre V : Réalisation et planification

Figure 34: L’onglet « Radio Link Budget »  « PIRE »

Figure 35: L’onglet « Radio Link Budget »  «Margin»

HAJER SASSI 53
Chapitre V : Réalisation et planification

Figure 36: L’onglet « Radio Link Budget »  «Sensivity»

Figure 37: L'onglet « Propagation Model »

V.3.3.4. L’onglet « Dimensionnement capacité »

Dans l’onglet «Capacity Dimensioning» le planificateur va saisir les paramètres nécessaires


pour faire le dimensionnement orienté capacité. Certains paramètres sont obtenus automatiquement
à partir d’autres paramètres (Cell Capacity, Subscribers per site).

HAJER SASSI 54
Chapitre V : Réalisation et planification

Figure 38: L’onglet « Dimensionnement capacité »

V.3.4. L’onglet « Dimensioning Results »

Après terminer le dimensionnement orienté couverture et orienté capacité, on affiche le résultat


final de dimensionnement en DownLink et UpLink.

Figure 39: L'onglet « Dimensioning Results »

HAJER SASSI 55
Chapitre V : Réalisation et planification

V.4. Planification Atoll


V.4.1. Présentation de l'environnement de travail

Après avoir le résultat de dimensionnement par notre outil « LTE A Dimensioning » on va


terminer l’étape de planification. Nous avons choisi le logiciel ATOLL comme outil de planification.

V.4.2. Etape de planification Atoll


V.4.2.1. Choix de type de projet

La première étape de planification est la création d’un projet on choisissant le type de réseau à
planifier. Dans notre projet nous allons utiliser LTE.

Figure 40: Type de projet

V.4.2.2. Choix de systèmes de coordonnées

Après choisir LTE comme système de notre planification nous allons maintenant choisissons
le système de coordonnés :

HAJER SASSI 56
Chapitre V : Réalisation et planification

Figure 41: systèmes de coordonnées dans ATOLL

V.4.2.3. Zone de couverture :

Cette étape consiste à préciser la zone de déploiement, dans notre projet on va faire la
planification de LTE Advanced dans la zone « Tozeur ville» de superficie 25.86 km². Donc on va
importer la carte topographique de Tozeur cette carte contient les données topographiques et
morphologiques de la zone à planifier. Dans cette carte on trouve :

 La zone en rouge (Computation zone) : c’est la surface dans laquelle ATOLL prend en
considération les émetteurs activent.
 La zone en vert (Focus zone) : c’est la zone exacte à planifier, dans laquelle ATOLL
génère ses rapports et statistiques.

HAJER SASSI 57
Chapitre V : Réalisation et planification

Figure 42:carte topographie de Tozeur ville

Après avoir précisé la zone, nous allons essayer d’ajouter les sites dans le but d’assurer une
bonne couverture de réseau, une qualité de signal optimisé et un débit de navigation optimal.

V.4.2.4. Implémentation des sites :

Selon notre outil de dimensionnement nous avons besoin de 12 sites tri sectoriels à implémenter
dans la zone.

Figure 43 : Implémentation des sites dans la carte

HAJER SASSI 58
Chapitre V : Réalisation et planification

Il faut configurer tout d’abord les paramètres de l’émetteur et du récepteur en indiquant la perte
due au bruit et la perte totale, paramètres de cellule et paramètres de modèle de propagation selon le
résultat de notre outil. (Voir Annexe B).

 Simulation orientée couverture

Figure 44 : Simulation du zone orienté couverture

On distingue ici que la plupart de la zone est couverte avec un haut niveau de signal (signal
level < 70dbm en rouge). Donc la répartition des sites est bien planifiée.

Nous remarquons que les valeurs de puissance du signal les plus élevées sont concentrées autour
des sites, et ces valeurs diminuent en s’éloignant des émetteurs à cause des atténuations.

L’histogramme suivant démontre le pourcentage de zones couvertes en fonction du niveau du


signal.

HAJER SASSI 59
Chapitre V : Réalisation et planification

Figure 45 : Histogramme de la prédiction de couverture

 Simulation orientée débit de navigation (trafic)

Figure 46 : Simulation du zone orienté débit DL (throughput)

HAJER SASSI 60
Chapitre V : Réalisation et planification

La plupart de la ville possède un débit d’accès élevé (400 Mbps) indiqué par la couleur rouge
et jaune dans la carte. L’histogramme suivant montre les débits de zones couvertes en fonction de la
surface de la zone planifiée.

Figure 47: Histogramme coverage by DL throughput

 Simulation orienté rapport signal/bruit (C/N)

Figure 48 : Simulation du zone orienté rapport signal / bruit

HAJER SASSI 61
Chapitre V : Réalisation et planification

Nous remarquons que le niveau du rapport signal sur bruit C/N autour des sites est satisfaisant
puisque la couleur bleue qui présente le signal bruité est absente.
 Résultat de la simulation :

L’impression d’écran suivante illustre le résultat de la simulation (couverture + capacité).

Figure 49: résultat final de la simulation

V.5. Conclusion

Dans ce chapitre de réalisation et de planification, nous avons présenté l’environnement de


travail et quelque imprimes écran de notre outil pour démontrer les différentes étapes de
dimensionnement. Enfin, une partie de planification dans laquelle nous avons utilisé les résultats
obtenus par « LTE A Dimensioning ».

HAJER SASSI 62
Conclusion générale et perspectives

Conclusion générale et perspectives

Cette partie est une synthèse de la démarche utilisée dans notre projet, pour tenter d'apporter
une solution de dimensionnement du réseau d’accès LTE A. L’objectif principal de ce projet est de
créer un outil évolutif de planification et de dimensionnent pour fournir la solution estimée.

Pour ce faire, Nous avons commencé par une étude générale de la technologie Radio Mobile
LTE A, les innovations apportés par rapport aux technologies précédentes, les caractéristique de
l’architecture LTE A ainsi que ses interfaces, aussi bien les canaux radio, les exigences LTE A et les
QOS offert.

La deuxième partie a été consacrée pour une étude bibliographique bien approfondie sur le
dimensionnement orienté capacité et orienté couverture. Ce processus, qui est caractérisé par sa
complexité, est suivi pour enfin déterminer le nombre des sites optimisé, et fournir des statistiques
qui paraissent très utile à la phase de planification.

Dans la troisième partie, nous avons présenté l’outil développé en décrivant les interfaces
graphiques avec des valeurs réelles pour les interpréter par la suite dans la partie suivante dans le
cadre de validation de notre solution.

Une fois les résultats adéquats obtenus, nous avons procédé à l’interprétation nous passons à la
phase de validation .Nous comparons les résultats obtenue par une simulation sur ATOOL pour
comparer entre les solutions théoriques et pratiques sur une zone bien définie.

Bien que les résultats obtenus soient en général concluants, quelques points peuvent les
améliorer. Si nous avons le temps, nous puisons se connecter à la base de données ATOLL pour
garantir un échange sécurisé.

HAJER SASSI 63
Bibliographie

Bibliographie

[1] R. B. S. Hadjer BOUCHENTOUF, «ETUDE DES PERFORMANCES DES,» 2013.


[2] M. D. KOHKOH, «Système 4G : Étude et simulation d e l’interface radio LT E
Advanced,» 2013.
[3] É. H. F. . X. W. Yannick Bouguen, «LTE et les réseaux 4G,» 2012. [En ligne].
Available: www.eyrolles.com/Chapitres/9782212129908/Chap 1_Wolff.pdf. [Accès le 29
03 2016].
[4] EFORT, «LTE + SAE = EPS Principes et Architecture,» 2009. [En ligne]. Available:
www.efort.com/r_tutoriels/LTE_SAE_EFORT.pdf. [Accès le 29 03 2016].
[5] L. R. Laurent Thomas, «La quatrième génération des systèmes mobiles :Le réseau
d'accès radio LTE,» REE N°5, pp. 83 91, 2011.
[6] L. Ali, «Outil de planification et de dimensionnement dans l’E UTRAN LTE
Advanced,» 2012.
[7] A. TUFFERY, «Conception d’amplificateurs de puissance reconfigurables en
technologie CMOS avancée pour une application 4G LTE,» 2012.

HAJER SASSI 64
Webographie

Webographie

[8] «http://www.labri.fr,» [En ligne]. Available:


http://www.labri.fr/perso/johnen/pdf/IUT Bordeaux/OMGL3/TD7 DesignPattern.pdf.
[9] https://msdn.microsoft.com/

[10] http://stackoverflow.com/

HAJER SASSI 65
Annexes

Annexe A

Techniques de modulations et de codage (MCS index) pour DL et UL

Tableau 7 : Techniques de modulations et de codage


Le nombre total de PRB par CC dépend de la largeur de cette dernière, et le tableau ci dessus résume ces
données.

Tableau 8 : Nombre de PRB par CC

Le tableau ci dessous indique le nombre de PRB alloués pour différents largeur de bande.

Tableau 9 : Nombre de PRB alloués au canal PUCCH

La densité des signaux de référence en DL est résumée dans le tableau suivant :

Tableau 10: Densité des RS en fonction de la configuration MIMO


Annexe B

Planification par ATOLL

Figure 50: Configuration Tx/Rx


Figure 51: Configuration de la Cellule
Figure 52: Configuration de Model de Propagation
Interface d’authentification et gestion de compte

Figure 53 : Interface "Forgetten Password"

Figure 54 : Interface "Change Email Address"


Figure 55: Interface :" Change Password"