Vous êtes sur la page 1sur 13

Mathématiques aux élèves

http://www.devoir.tn Complexes et Similitudes


Exercices 4 ème Math

Exercice 1
Dans le plan complexe rapporté au repère orthonormal direct ( O ; u , v ) unité
graphique : 4 cm, on considère les points A, B et C d'affixes respectives a, b, et c telles
que :
a = 1  i, b = 1 + i, c =  1 + i =  a.
On note  le cercle de diamètre [AB].

1. a) Placer sur une figure les points A, B, C et le cercle .


b) Mettre les nombres complexes a, b et c sous forme trigonométrique.
c) Soit r la rotation de centre O telle que r (A) = B.
Déterminer l'angle de r et le point r (B ), image de B par r.
d) Déterminer l'image ' du cercle  par r ; placer ' sur la figure.

2. On considère un nombre ]0 ; 2[ distinct de  ; on note M le point d'affixe


z  1  iei
On désigne par M' l'image de M par r, et on appelle z' l'affixe de M'.
a) Montrer que M est un point de  distinct de A et de B.
b) Exprimer z' en fonction de z.
Calculer en fonction de  les affixes u et u' des vecteurs BM et BM '

c) Etablir la relation u = u' tan .
2
d) Prouver que les points B, M et M' sont alignés.
Placer sur la figure un point M et son transformé M'.
Exercice 2

Dans le plan orienté, on considère un triangle équilatéral ABC tel que ( AB, AC )  .
3
On désigne par :

rA la rotation de centre A et d'angle ;
3

rB la rotation de centre B et d'angle ;
3

rC la rotation de centre C et d'angle ;
3
et par D et E les points tels que : rB(A) = D et rC(D) = E.
1. Démontrer que rC  rB  rA est la symétrie centrale de centre B.
Préciser alors la position du point E.
1
2. On admet qu'il existe une seule similitude plane directe de rapport et d'angle
2
 2
qui transforme A en B.
3
On nomme S cette similitude.
BD
Calculer le rapport ainsi qu'une mesure de l'angle ( AE, BD ) .
AE
En déduire que S(E) = D.
3. Soit  le centre de la similitude S.
Montrer que  appartient aux cercles circonscrits aux triangles ABC et DBE.
Construire .
4. a) Démontrer que S transforme la droite (AC) en (CB).
b) Démontrer que l'image par S du cercle circonscrit au triangle ACE est le cercle de
diamètre [BD].
En déduire que l'image de C par la similitude S est le point I, milieu du segment [DE].

Exercice 3
 
Dans le plan complexe P muni d'un repère orthonormal (O ; u , v ) , (unité graphique : 2
3 i
cm), on note B et C les points d'affixes respectives  i et .
2
Soit R la transformation du plan P qui, à tout point M d'affixe z, associe le point M´
d'affixe z´

i
telle que z '  z .e 3 .
1. Placer les points B et C dans le plan P et donner l'écriture de leurs affixes respectives
sous la forme exponentielle (rei).
2. Préciser la nature et les éléments caractéristiques de la transformation R.
3. Déterminer, sous la forme exponentielle, les affixes des images respectives B´ et C´
par la transformation R des points B et C. Placer B´ et C´ dans le plan P.
Que peut-on dire du point B´ ?
Que peut-on dire des points B´ et C´ relativement à l'axe des abscisses ?
4. a) En utilisant les points B et C, déterminer et construire l'ensemble D des points M
d'affixe z
3 i
telle que z  i  z  .
2
b) Déterminer l'image D´ par la transformation R de l'ensemble D.
Exercice 4
Dans le plan complexe P, muni d'un repère orthonormal direct (O ; u ; v ) , on considère
les points A, B, C et D d'affixes respectives :
zA =  2 i, zB = 4  2 i, zC = 4 + 2 i, zD = 1.

1. a) Placer les points A, B, C et D sur une figure, qui sera peu à peu complétée. On
prendra pour unité graphique 2 cm.
b) Préciser la nature du triangle ABC.
2. On désigne par F l'application qui, à tout point M de P, d'affixe z et distinct de A,
associe le point M’ d'affixe :
z  ( 4  2i )
z'  .
z  2i

a) Déterminer les images de B et C par F.


b) Déterminer l'ensemble E des points d'affixe z tels que z'  1 . Construire E.
3. a) Montrer que, pour tout nombre complexe z distinct de  2i , on a :
(z ´  1) (z + 2i) =  4  4i.

b) Montrer que, pour tout point M, distinct de A, et dont l'image par F est notée M’, on
a:


M '  D
DM '  AM  4 2
(u , DM ')  (u , AM )  5 (mod .2 )
 4

Exercice 5

Le plan complexe P est rapporté au repère orthonormal direct (O ; u ; v ) .


1. On considère trois points distincts A, B et C d'affixes respectives a, b et c.
ca
a) Interpréter géométriquement l'argument du quotient .
ba
ca
b) Montrer que A, B et C sont alignés si et seulement si est un nombre réel.
ba
2. Placer sur une figure (unité graphique : 1 cm) les points A1, B1 et C1 d'affixes
respectives a1  2, b1  i 3 , c1  4  3i 3.
Montrer, à l'aide de la propriété précédente, que les points A1, B1 et C1 sont alignés.

3. On considère les points A2, B2, C2, A3, B3, C3 tels que les quadrilatères OA1A2A3, OB1B
2B3, OC1C2C3 soient des carrés directs.

a) Tracer les carrés OA1A2A3, OB1B2B3, OC1C2C3.


b) Donner les affixes a3 et b3 des points A3 et B3 puis les affixes a2 et b2 des points A2 et B2.

c) À l'aide de la rotation de centre O et d'angle , calculer l'affixe c3 de C3 à l'aide de c1
2
.d) En déduire que les points A3, B3 et C3 sont alignés.

4. a) Déterminer le réel  tel que le barycentre du système


{ (O,), (C1, 1), (C3, 1) }, soit C2.
b) Calculer l'affixe c2 de C2.
c) Montrer que les points A2, B2, C2 sont alignés.
Exercice 6
1. On considère dans C l'équation d'inconnue Z :
Z 3  12 Z 2  48 Z  128  0 (E)
a) Vérifier que 8 est solution de cette équation.
Déterminer les nombres réels , ß,  tels que, pour tout complexe Z,
Z 3  12 Z 2  48 Z  128  (Z  8 )(Z 2  Z   ).
b) Résoudre l'équation (E).

 
2. (O , u , v ) est un repère orthonormal direct du plan orienté, l'unité graphique est 1 cm.
On considère les points A, B, C d'affixes respectives a  2  2i 3 , b  2  2i 3 , c  8 .
a) Calculer le module de a (noté a) et son argument .
Placer les trois points A, B et C.
a c
b) Calculer le complexe q  , déterminer son module et son argument . En
bc
déduire la nature du triangle ABC.
c) Déterminer le barycentre D des points pondérés (A, a), (B, b), (C, c). Placer D.
d) Déterminer l'ensemble  des points M du plan tels que :
MA  MB  2MC  MA  MB  2MC
Tracer .
Exercice 7
z et z´ sont deux nombres complexes et on pose : ( z , z ' )  z z ' z z '.
z et z ' désignent les conjugués respectifs de z et z´. Le plan est muni d'un repère
 
orthonormal direct (O ; u , v ) (unité graphique 2 cm).
 2
i i
1. Calculer : (i, 3) ; (1 + 2i,  2 + i), (2 + i,  3 + 2i), ( e , e ).
6 3

Montrer que pour tout couple (z, z´) le nombre (z, z´) est réel.

2. a) On pose z = x + iy et z´ = x´ + iy´ ; x, y, x´, y´ réels. Calculer (z, z´) en fonction de x,


x´, y, y´.
b) Déterminer l'ensemble D des points M d'affixe z tels que (z, 1 + i) = 2 2 .
 
Dessiner D dans le repère (O ; u , v ) .

3. a) On pose z = re i et z´ = r´e i´ ;  et ´ réels, r et r´ réels positifs. Calculer (z, z´) en


fonction de r, r´ et cos( ´).
b) Exprimer (z, z') en fonction de r.
Déterminer l'ensemble C des points M d'affixe z tels que (z, z') = 2.
 
Dessiner C dans le repère. (O ; u , v ) . Que peut-on dire de la position relative de C et
D ? Justifier la réponse.
Exercice 8
 
Dans le plan rapporté au repère orthonormal direct (O ; u , v ) on considère les points A,
B et C d'affixes respectives :
6 i 2 Z
ZA  ; ZB  1i ; ZC  A
2 Z
B
1. a) Écrire ZC sous forme algébrique.
b) Déterminer le module et un argument de ZA et de ZB.
c) Écrire ZC sous forme trigonométrique ; en déduire les valeurs exactes de cos
 et
12
de sin
 .
12
2. Soit I le point d'affixe ZI = 1.
a) Quelle est la nature du triangle OIB ?
b) Déterminer les images de I et B dans la rotation de centre O et d'angle
 .
12
En déduire la nature du triangle OAC.
Exercice 9
 étant un nombre réel appartenant à l'intervalle [0 ; ] et z un nombre complexe, on
considère le polynôme P(z), défini par :
P(z) = z3  (1  2 sin ) z2 + (1  2 sin ) z  1.
1. a) Calculer P(1).
b) En déduire l'existence de trois nombres réels a, b, c tels que :
P(z) = (z  1) (az2 + bz + c).
Déterminer a, b et c.
c) Résoudre, dans C, l'équation P(z) = 0.
2. On considère trois nombres complexes :
z1 = 1 ; z2 =  sin  + i cos  ; z3 =  sin   i cos .
Déterminer le module et un argument de chacun de ces nombres complexes z1, z2 et z3 :
Exercice 10
 
Le plan complexe (P) est rapporté au repère orthonormal (O ; u , v ) .
Soit (D) l'ensemble des points M de (P) d'affixe z vérifiant :
z  3i  z  2  i (1)
1. En écrivant z = x + i y, montrer par le calcul que (D) est une droite dont on donnera
une équation.
2. On se propose dans cette question de vérifier le résultat du 1.
Soit A le point d'affixe 3i et B le point d'affixe  2 + i.
 
a) Placer A et B dans le repère (O; u , v ) .
b) En interprétant géométriquement la relation (1) à l'aide des points A et B, re-
démontrer que (D) est une droite. Tracer (D).
c) Retrouver alors par le calcul l'équation de (D) obtenue au 1.

Exercice 11
1. Résoudre dans l'ensemble des nombres complexes l'équation : z2  2z + 2 = 0
2. Soit K, L, M les points d'affixes respectives :
zK = 1 + i ; zL = 1  i ; zM =  i 3 .
Placer ces points dans le plan muni d'un repère orthonormal direct (O ; e1 , e2 ) (Unité
graphique : 4 cm).
On complétera la figure dans les questions suivantes.
3. a) On appelle N le symétrique du point M par rapport au point L.
Vérifier que l'affixe zN du point N est : 2 + i( 3  2).

b) La rotation de centre O et d'angle transforme le point M en le point A et le point
2
N en le point C.
Déterminer les affixes respectives zA et zC des points A et C.

c) La translation de vecteur u d'affixe 2i transforme le point M en le point D et le point
N en le point B.
Déterminer les affixes respectives zD et zB des points D et B.
4. a) Montrer que le point K est le milieu des segments [DB] et [AC].
z  zK
b) Montrer que : C i.
zB  zK
c) En déduire la nature du quadrilatère ABCD.
Exercice 12
Le plan complexe est muni d'un repère orthonormal direct (O ; e1 , e2 ) , unité graphique
: 3 cm.
1. Placer les points B et D d'affixes respectives
zB = 3 + i, zD = 3  i.
On complètera la figure dans les questions suivantes.
2. Montrer que le triangle ODB est un triangle équilatéral.
i

3. Soit E le point d'affixe zE = e 3 .

a) Le point A est l'image de E par la rotation r de centre O et d'angle .
2
Déterminer l'affixe zA du point A et vérifier que A est le milieu du segment [OB].
b) Le point C est l'image de E par la translation t de vecteur 2e2 .
Déterminer l'affixe zC du point C.
z  zA
4. Calculer C et déterminer un argument de ce nombre complexe.
zB  zA
5. Déduire des questions précédentes que la droite (CD) est la médiatrice du segment
[OB].

Exercice 13
 
Le plan complexe P est rapporté à un repère orthonormal direct (O; u , v ) . L'unité
graphique est 4 cm.
1
À tout point M d'affixe z non nulle, on associe le point M´ d'affixe z´ telle que z´=  ,
z
où z désigne le nombre complexe conjugué de z.
1. a) Déterminer une relation entre les arguments de z et de z´.
b) En déduire que les points O, M et M´ sont alignés.
1
2. Démontrer que z '1  ( z  1) .
z
On nomme A et B les points d'affixes respectives 1 et  1.
On désigne par C le cercle de centre A contenant le point O et par C* le cercle C privé
du point O.
3. On suppose dans cette question que le point M appartient à C* .
a) Justifier l'égalité : | z  1| = 1.
Démontrer que | z´ + 1 | = | z´|. Interpréter géométriquement cette égalité.
b) Déduire de ce qui précède une construction géométrique du point M´ à partir du
point M.
4. Le point M étant un point du plan, d'affixe z non réelle, on nomme M1 son
symétrique par rapport à l'axe des réels.
z '1
a) Calculer en fonction de z .
z '1
z '1
Exprimer alors l'argument de en fonction de l'angle (M 1 A, M 1 B).
z '1
b) Comparer les angles (M 1 A, M 1 B) et (MA , MB).
c) Démontrer que M´ appartient au cercle circonscrit au triangle AMB.

Exercice 14
 
Le plan complexe P est rapporté au repère orthonormal direct (O ; u , v ).
Cet exercice propose l'étude de l'ensemble (C) des points M du plan dont les affixes
vérifient :
| (1 + i)z  3 + 3i|2 + | z  6 |  = 54.

1. Première méthode
a) En posant z = x + iy, donner une équation cartésienne de (C).
b) En déduire la nature de (C).
c) Construire (C).

2. Deuxième méthode
On désigne par s la similitude qui, au point M d'affixe z, associe le point M1 = s(M)
d'affixe z1 = (1 + i) z  3 + 3i et on désigne par t la translation qui, au point M d'affixe z,
associe le point M2 = t (M) d'affixe z2 = z  6.
a) Caractériser géométriquement ces deux transformations.
b) Déterminer les antécédents respectifs S et T de O par s et t.
SM TM
c) Calculer le rapport puis le rapport .
OM1 OM 2
d) En déduire que (C) est la ligne de niveau définie par :
2SM2 + TM2 = 54.
e) Calculer l'affixe du barycentre G du système {(S, 2), (T, 1)}.
f) Montrer que l'ensemble (C) est défini par MG2 = 8.
g) En déduire la nature et les éléments qui déterminent (C).

Exercice 15

Quelques définitions :
On dira qu’une application f est
involutive si et seulement si fof=Id.
D C
Quatre points A, B, C et D sont
a a
cocycliques ssi ils appartiennent au même
cercle . On montre que quatre points A,B, C
O et D sont cocycliques ssi
 AC, AD   (BC, BD)( ) (attention, ce sont des
A
B angles de droites…)
a-Pi
E On désigne par P le plan complexe, par  le
point d’affixe i et P’=P-{}. M un point
qurelconque de P’ a pour affixe z.
Pour tout réel non nul m, on désigne par fm l’application de P’ dans P’ telle que
m
fm : M ( z )  M ( z ) / z   i  .
z i
1. On suppose m donné. Montrer que fm est involutive. Déterminer l’ensemble des
points invariants par fm. Démontrer que pour tout point M de P’, les points , M
et M’ sont alignés et que M .M   m (produit scalaire).
2. Soit m et  deux réels non nuls. Pour tout point M de P’, on désigne par M’ le
point fm(M) et par M’’ le point f(M’). Montrer que M’’ est l’image de M par une
transformation que l’on précisera. Quelle est la nature de cette transformation ?
3. Le nombre m est toujours supposé fixé. Soit A, B, C, D quatre points distincts de
P’, d’affixes respectives a, b, c et d. On appelle birapport de ces quatre points
( c  a)( d  b)
(noté (A,B,C,D) ) le nombre complexe .
( c  b)( d  a)
a. Démontrer que (A,B,C,D)= (C,D,A,B)
b. Démontrer que (A,B,C,D) est un nombre réel si et seulement si les points
A, B, C et D sont alignés ou cocycliques.
c. On désigne par A’, B’, C’, D’ les images respectives des points A, B, C et
D par fm. Montrer que (A,B,C,D) et (A’,B’,C’,D’) sont conjugués.
4. Déduire de la question précédente que, quels que soient les points M et N
appartenant à P’, les points M, N, M’ et N’ sont alignés ou cocycliques.
5. On désigne par  une droite ou un cercle du plan P et par 1 son intersection
avec P’. Démontrer que l’image de 1 par fm est l’intersection d’une droite ou
d’un cercle avec P’.

Exercice 16

On désigne par Mn le point du plan complexe d’affixe z n définie par:



 
n n
 1  in  1
z n    e 3    (cos n  i sin n )
 2  2 3 3
où n est un nombre entier naturel et où M0 est le point d’affixe z0  1 .
1. Déterminer les valeurs de n pour lesquelles z n est réel.
 
2.Le plan complexe P est rapporté à un repère orthonormal. O, u , v  (unité = 8 cm).
a. Représenter dans P les points M0 , M1 , M2 , M3 , M4 .
b. Calculer en fonction de n les longueurs des trois côtés du triangle OM n M n1 .
Montrer que ce triangle est rectangle.
3. On considère la suite (a n ) n définie par a n  z n 1  z n .
a. Montrer que la suite (a n ) est une suite géométrique dont on précisera le
premier terme et la raison.
k n
b. Calculer ln  a
k 0
k . Déterminer la limite de ln quand n tend vers +.

4. a. Calculer en fonction de n l’aire bn du triangle OM n M n1 .


k n
b. Calculer sn  b
k 0
k . Déterminer la limite de bn quand n tend vers +.

Exercice 17
On désigne par P le plan complexe. Unité graphique : 2 cm.
1. Résoudre l’équation d’inconnue complexe z : z 2  2z  4  0 . On notera z1 la solution
dont la partie imaginaire est positive et z2 l’autre. Donner le module et l’argument de
chacun des nombres z1, z2, z12, z22. Ecrire sous forme algébrique z12 et z22
2. On considère dans le plan les points A (1  i 3 ) , B(1  i 3 ) , C( 2  2i 3 ) et
D ( 2  2i 3 ) .
a. Représenter les points A, B, C et D dans le plan P. Quelle est la nature du
quadrilatère ABCD ?
b. Montrer que les points O, A et D d’une part et les points O, B et C d’autre
part sont alignés. Quel est le point d’intersection des diagonales de ABCD ?

 

c. Quelles sont les affixes des vecteurs AB et AC ? Montrer que les droites AB
et AC sont perpendiculaires.

Exercice 18
 
Soit un plan P rapporté à un repère orthonormal direct (O , u , v ) . On note A le point
d'affixe i et B celui d'affixe -2i. M le point d'affixe z et M' le point d'affixe z'.
Soit f l'application du plan complexe définie par:
2z  i
f (z)  z' 
iz  1
1. Soit z un complexe différent de i.
a. On désigne par r et  le module et un argument de z - i. Interpréter
géométriquement r et 
b. Montrer que (z' + 2i)(z - i)=1.
c. On désigne par r' et ' le module et un argument de z' + 2i. Interpréter
géométriquement r' et ' .
2. Soit (C) le cercle de centre A et de rayon 1. Montrer que si M appartient à (C), son
image M' par f appartient à un cercle (C') de centre B dont on donnera le rayon.
2  2
3. Soit T le point d'affixe  1  i
2  2 

a. Calculer l'affixe de AT ; en déduire que T appartient au cercle (C) .
 
b. Déterminer une mesure en radians de l'angle  u , AT  . Tracer le cercle (unité
 
2cm) et placer T.
c. En utilisant les questions précédentes, construire l'image T' de T par f.

Exercice 19
 
Soit P le plan complexe rapporté à un repère orthonormal.  O, i , j  ( unité graphique :
2 cm). pour tout complexe z on considère dans P les points M d’affixe z, N d’affixe z 2
et Q d’affixe z 3 .
1. Déterminer les nombres complexes z pour lesquels deux au moins de ces trois
points , M, N et Q sont confondus.
2. Dans ce qui suit on supposera M, N et Q deux à deux distincts. Exprimer les
distances MN et MQ en fonction de z. Déterminer et construire dans P l’ensemble E
des points M tels que MN=MQ.

 

3. Montrer que l’angle ( MN , MQ) a pour mesure un argument de z+1. Déterminer et
construire l’ensemble F des points M tels que le triangle MNQ soit rectangle en M.
4. Dans cette question z=-1-i . Calculer les affixes de N et Q et construire le triangle
MNQ dans le plan P. Que peut on constater ? Expliquer ce résultat à partir des
questions 2°et 3°

Exercice 20
On considère le nombre complexe z  1  i 3 .
Mettre z sous forme trigonométrique. Calculer z2 et z3 . En déduire z
1992 1994
et z .
b. Résoudre dans C l'équation z 3  8  0 (on remarquera que cette équation a une
racine évidente réelle) . En déduire les solutions dans C de l'équation (iz  1)3  8  0 .
Donner les solutions sous forme algébrique.

Exercice 21
 
Dans le plan complexe rapporté à un repère orthonormé (O ; i , j ) , on considère le
point M d'affixe zM=2+im (où m est un nombre réel) et le carré MNPQ de centre O et tel

que N soit l'image de M par la rotation de centre O et d'angle de mesure .
2
a. 1 Déterminer, en fonction de m les affixes z N , z P , z Q des points N, P Q.
2. Représenter le carré MNPQ dans le cas particulier où le point M a pour affixe
2+3i.
b. M ètant le point d'affixe zM=2+i m , on note I le milieu du segment [MN] et J le milieu
du segment [NP] d'affixes respectives zI et zJ .
zM  z J
Calculer le nombre complexe w 
zQ  z I
Donner l'interprétation géométrique du module et de l'argument de w, et
expliquer, par un raisonnement géométrique, le résultat obtenu.
c. Soit A le point d'affixe 2.


1. Calculer l'affixe Z du vecteur AI . Calculer le module de Z, puis, en
distinguant les cas m<-2 et m>-2, déterminer un argument de Z.
2. En déduire l'ensemble  décrit par le point I quand M décrit la droite D
d'équation x=2. Représenter .
Exercice 22
z et z' sont deux nombres complexes et on pose :  ( z, z ' )  z.z ' z.z ' . z et z ' désignent
les conjugués respectifs de z et z'. Le plan est muni d'un repère orthonormal direct
 
 O,i , j  (unité graphique 2 cm).
 i 6 i 23 
1.Calculer : ( i , 3) ; ( 1 + 2i, - 2 + i ) , (2 + i, - 3 + 2i) ,   e , e 
 
Montrer que pour tout couple (z, z') le nombre (z, z') est réel.
2. a. On pose z = x + i y et z' = x' + i y', x, y, x' , y’ réels.
Calculer (z, z') en fonction de x, x', y, y’ .
b. Déterminer l'ensemble D des points M d'affixe z tels que
(z, 1 + i) = 2 2 .
 
Dessiner D dans le repère orthonormal.  O, i , j 
3. a. On pose z  re i et z '  r ' e i ' ; et ’ réels, r et r' réels positifs. Calculer (z, z')
en fonction de r, r' et cos ( - ’).
b. Exprimer (z, z) en fonction de r.
Déterminer l'ensemble C des points M d'affixe z tels que (z, z) = 2. Dessiner C dans le
 
repère  O, i , j  . Que peut-on dire de la position relative de C et D ? Justifier la
réponse.
Exercice 23
 
Le plan complexe P est rapporté à un repère orthonormal.  O, i , j  .
On considère dans P les points A, B et C d'affixes respectives z A  1  i 3 , z B  1  i et
zC  (2  3)  i
zC  z B
1. a. Calculer le module et un argument du nombre complexe W 
z A  zB
b. En déduire la nature du triangle ABC.
z
2. a. Écrire le nombre complexe A sous forme algébrique.
zB
b. Écrire les nombres zA et zB sous forme trigonométrique. En déduire la forme
z
trigonométrique de A
zB
c. À l'aide des deux questions précédentes donner les valeurs exactes de
   
cos  et sin  
 12   12 
Exercice 24

Partie A
Soit P le polynôme défini sur C par: P ( z )  z 2  2 3 z  4
1. Résoudre dans C l'équation P(z) = 0.
2. Écrire les solutions sous forme trigonométrique.
Partie B
Le plan est rapporté à un repère orthonormal direct (unité 4 cm).
Soient A, B et C les points d'affixes respectives a = 2i, b   3  i et c   3  i .
1. Placer les points A, B et C sur une figure.
a b
2. Soit Z 
cb
a. Interpréter géométriquement le module et un argument de Z.
b. Écrire Z sous forme algébrique et sous forme trigonométrique.
c. En déduire la nature du triangle ABC ainsi qu'une mesure, en radians, de
l'angle ( BC, BA)
3. Calculer l'aire du triangle ABC en centimètres carrés.

Exercice 25
 
Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormé (O ; i , j ) , l'unité est le
centimètre. Soit ABC un triangle direct dont le point O est le centre du cercle
circonscrit. On désigne par M le milieu de [BC]; N celui de [CA] et P celui de [AB] . Les
affixes respectives des points M, N et P sont notées m, n, p.
a. Dans cette question m=-1-3i et n=2. Construire les triangles ABC et MNP.
b. On considère la transformation f du plan dans lui-même qui à chaque point
d'affixe z=x+iy associe le point d'affixe z'=x'+iy' telle que

i
e4
z'  (  z  m  n  p)
2
Quelle est la nature de f? Donnez ses éléments caractéristiques.
c. a, b, c désignent les affixes respectives des points A, B, C.
 
Montrez que MN  PA . En déduire que a=n+p-m.
Exprimez de manière analogue b et c en fonction de m, n et p.
d. On pose f(A)=A'; f(B)=B' ; f(C)=C'. On désigne par a', b' et c' les affixes de A',
B' et C'. Démontrez que :
a'=(1+i)m
b'=(1+i)n
c'=(1+i)p
 
En déduire que MA' et OM sont orthogonaux et que A' appartient à (BC).
Montrez de même que B' appartient à (AC° et que C' appartient à (AB).
e. Montrez que les triangles MNP et A'B'C' sont directement semblables
(précisez le centre de la similitude directe transformant le triangle MNP en A'B'C').
f. Construisez les points A', B' et C' sur la figure du a.
Exercice 26
Dans le plan complexe, on considère l’ensemble E des points M d’affixe z tels que
z 2  (1  i ) 2  z 2  (1  i ) 2
a. Déterminer et construire E.
b. Déterminer et construire l’ensemble F des points M tels que
[ z  (1  i )][z  (1  i )]  8
c. Vérifier qu’il existe un point de E  F où les deux courbes ont même
tangente.