Vous êtes sur la page 1sur 6

Science économique

Notions du référentiel : Offre et demande, prix et quantité


d'équilibre, preneur de prix, rationnement, surplus, gains à
3- La coordination par le marché l’échange, allocation des ressources.

Sous-thème 2 – Comment un marché concurrentiel


fonctionne-t-il?

TD – La modélisation mathématique du marché de


concurrence pure et parfaite

Objectifs :
 Construction des courbes d’offre et des courbes de demande
 Mise en évidence des prix et quantités d’équilibre
 Effets sur les prix et les quantités d’un choc (offre ou demande)

Partie 1 – Le marché de concurrence pure et parfaite

On se situe sur le marché du beurre qu’on postule être en concurrence pure et parfaite

I. L’offre

La courbe d’offre s’écrit : q = 2 p + 150


Les données de l’offre globale sont alors les suivantes :
Prix en euros/ kg Quantité produites (en millions de tonnes)
2 154
3 156
4 158
5 160
6 162
7 164
8 166

1. Représentez graphiquement la courbe d’offre avec en abscisse la quantité offerte en millions de tonnes et en
ordonnées le prix en euros par kg

2. Comment expliquez-vous la forme de la courbe globale en fonction du prix ?


L’offre est une fonction croissante du prix :
- Plus l’entreprise produit, plus elle utilise des facteurs de production peu efficaces (loi des rendements
décroissants). Le coût marginal augmente donc, l’entreprise n’acceptera de produire une unité supplémentaire
que si la hausse du coût qu’elle subit est compensée par une hausse du prix au moins équivalente.
- quand le prix augmente, de nouveaux producteurs dépassent le seuil de rentabilité obtenu pour l’ancien prix
(prix pour lequel l’entreprise commence à faire du profit : p>CTM)), la quantité offerte sur le marché augmente
donc

3. Expliquez pourquoi 1’entreprise est obligée d’adopter le prix du marché ?

En concurrence pure et parfaite, le producteur est un price taker, du fait des conditions d’atomicité, d’homogénéité du
produit et libre-entrée et de mobilité des facteurs de production. S’il augmente ses prix, les consommateurs iront chez
un autre producteur. La taille de l’entreprise est trop petite pour influencer le marché.

4. Calculez l’élasticité –prix de l’offre quand le prix passe de 3 à 4 euros. Que pouvez-vous en conclure ?

Elasticité-prix de l’offre = taux de croissance de l’offre/taux de croissance du prix


Taux de croissance du prix = 33% (4-3/3)
Taux de croissance de la production= 1.28% (158-156/156)
Elasticité = 1.28/33= 0.04
Le prix du beurre influence peu la production de beurre : une augmentation du prix du produit (de 33%) se traduira par
une faible incitation à augmenter la production (de 1.28%) seulement

II. La demande

La courbe de demande s’écrit : q = - 3p +165


Les données de la demande globale sont donc les suivantes :
Prix en euros/ kg Quantité demandées (en millions de tonnes)
2 159
3 156
4 153
5 150
6 147
7 144
8 141

1. Représentez graphiquement la courbe de demande avec en abscisse la quantité offerte en millions de tonnes
et en ordonnées le prix en euros par kg

2. Comment expliquez-vous la forme de la demande globale en fonction du prix


L’objectif du consommateur est d’obtenir la satisfaction maximale. Pour cela, le consommateur adopte un
comportement à la marge : il compare le supplément de coût obtenu par cette consommation (le prix) au plaisir
(l’utilité) supplémentaire qu’elle lui apporte (l’utilité marginale). Or l’utilité marginale est décroissante : plus on
consomme un bien, plus la satisfaction supplémentaire diminue, car un phénomène de saturation apparaît. Le
consommateur continuera alors à consommer de ce bien si le prix diminue.
3. Expliquez pourquoi le consommateur est obligé d’adopter le prix du marché.

En concurrence pure et parfaite, le consommateur est un price taker, du fait des conditions d’atomicité, d’homogénéité
du produit et libre-entrée. S’il refuse d’acheter au prix du marché, les producteurs ne lui vendront pas le produit.

4. Calculez l’élasticité –prix de la demande quand le prix passe de 3 à 4 euros ? Que pouvez-vous en conclure ?

Elasticité-prix de la demande = taux de croissance de la demande/taux de croissance du prix


Taux de croissance du prix = 33%
Taux de croissance de la demande= - 2% (153-156/156)
Elasticité = -2/33= -0.06
Le prix du beurre influence très peu la demande de beurre : elle est dite inélastique

III. La confrontation de l’offre et de la demande

1. Sur le même graphique (en abscisse les quantités, en ordonnées les prix), construisez les courbes d’offre et de
demande

2. Déterminez graphiquement le prix et la quantité d’équilibre et mathématiquement le prix et la quantité


d’équilibre :
Graphiquement, le prix et la quantité d’équilibre se trouve au point d’intersection entre l’offre et la demande : 1. p= 3
euros /kg ; q= 156 millions de tonnes
Mathématiquement, il faut égaliser les 2 équations d’offre et de demande :
Q = -3p + 165
Q = 2p+ 150
-3p+ 165 = 2p + 150
5p = 15 p = 3
On remplace dans une équation : Q= -3x 3 + 165= 156 millions de tonnes
Partie 2 – Un choc exogène

I. Un choc sur l’offre

Du fait de déterminants conjoncturels et structurels (cf Activité 2- L’offre de beurre), la production de beurre est
confrontée à un choc d’offre négatif. La nouvelle courbe d’offre est la suivante : Q = 2 p +140
Les données de la nouvelle offre globale sont alors les suivantes :

Prix en euros/ kg Quantité produites (en millions de tonnes)


2 144
3 146
4 148
5 150
6 152
7 154
8 156

1. Pourquoi parle-t-on de choc exogène ? Est-il positif ou négatif ?


 Il est exogène :
 L’évolution de la quantité offerte ne dépend pas de la variable déterminante et endogène : le prix du
beurre
 Cette évolution dépend d’autres variables, qui ne sont pas expliquées par le modèle : une sècheresse
qui diminue la production de lait, l’évolution de la PAC qui impacte négativement la production de
lait
 il est imprévisible ; la courbe d’offre va se déplacer dans le plan
 Négatif : au même niveau de prix, la quantité offerte est plus faible

2. Sur le même graphique (en abscisse les quantités, en ordonnées les prix), construisez la nouvelle courbe
d’offre

3. Le déséquilibre sur le marché du beurre est-il durable ? Pourquoi ?


Le déséquilibre n’est que temporaire : Dans un premier temps les prix sont stables (p=3) donc la demande reste stable
elle aussi (QD=156). Mais pour un prix de 3 euros, l’offre n’est plus de 156 millions de tonnes, elle est tombée à 146
millions de tonnes. Le marché est donc en situation de sous-production (QO<QD). La flexibilité des prix permet de
revenir à l’égalité entre offre et demande : le prix va augmenter pour résorber la situation de sous production , les
producteurs sont alors incités à produire plus alors que les consommateurs vont réduire leur consommation en raison
de la hausse du prix

4. Quelles sont les nouveaux prix et quantités d’équilibre suite à ce choc ?


La courbe d’offre se déplace vers la gauche : les quantités échangées diminuent : elles passent de 156 à 150 millions
de tonnes suite à la hausse du prix d’équilibre qui passe de 3 à 5 euros le kg : cela traduit l’augmentation du coût de
production que les entreprises subissent
O : 2p + 140
D : -3 p + 165
Au point d’équilibre, O= D
2p + 140 = -3p + 165
5p = 25 p = 5 euros
Q = 2x5 + 140 = 150 millions de tonnes

II. Un choc sur la demande

La demande mondiale de beurre augmente pour des raisons diverses (cf Activité 3- La demande de beurre).
Les nouvelles données de la demande globale sont les suivantes : q = -3p +180

Prix en euros/ kg Quantité demandées (en millions de tonnes)


2 174
3 171
4 168
5 165
6 161
7 157
8 154

1.Pourquoi parle-t-on de choc exogène ? Est-il positif ou négatif ?


 Il est exogène :
 L’évolution de la quantité demandée ne dépend pas de la variable déterminante et endogène : le prix
du beurre
 Cette évolution dépend d’autres variables, qui ne sont pas expliquées par le modèle : par exemple une
recommandation médicale d’augmenter la consommation de beurre
 il est imprévisible ; la courbe de demande va se déplacer dans le plan
 Positif : au même niveau de prix, la quantité demandée est plus faible

2. Sur le même graphique (en abscisse les quantités, en ordonnées les prix), construisez la nouvelle courbe de
demande (la courbe d’offre est la courbe initiale)
3. Le déséquilibre sur le marché du beurre est-il durable ? Pourquoi ?
Le déséquilibre n’est que temporaire : Suite au choc de demande la demande augmente elle passe de 156 à 171
millions de tonnes, comme l’offre est stable à 156 millions de tonnes le marché est en situation de sous production
(15 millions de tonnes). La flexibilité des prix permet de revenir à l’égalité entre offre et demande : comme le prix
augmente, les producteurs acceptent d’augmenter leur production, et des consommateurs réduisent leur
consommation.

4. Quelles conséquences a ce choc sur les prix et quantités d’équilibre ?


La courbe de demande se déplace vers la droite et le bas : les quantités échangées augmentent : elle passent de 156 à
162 millions de tonnes suite à la hausse du prix d’équilibre qui passe de 3 à 6 euros