Vous êtes sur la page 1sur 4

Regards croisés II – Travail, emploi et chômage

2.1 – Comment s’articulent marché du travail et


Acquis de première : salaire, marché, productivité, offre organisation dans la gestion de l’emploi ?
et demande, prix et quantité d’équilibre
Notions : Taux de salaire réel, coût salarial unitaire,
salaire minimum,

Thème 2123– L’asymétrie d’informations sur le marché du travail


Une mise en situation

Objectifs :
 Endogénéisation des rigidités du marché du travail
 Mise en évidence des stratégies de gestion de la main d’œuvre des entreprises

Des scénarii économiques pour appréhender la théorie

La théorie du salaire d’efficience


Hypothèses : Vous êtes le patron d’une entreprise qui est implantée sur un marché de niche très innovant. Votre
production nécessite des compétences rares, spécifiques et difficilement transférables. Vous connaissez la productivité
globale de vos 50 employés, mais vous ne pouvez avec certitude appréhender la productivité individuelle de chacun.
En revanche, vous savez que vous avez dépensé de l’argent en les formant (formation continue) et qu’ils ont acquis de
l’expérience (learning by doing) qui contribue à accroitre leur productivité .

Etape 1 : Supposons que le marché du travail se situe en plein emploi et que vous venez de recevoir des commandes
supplémentaires. Vous voulez donc embaucher.
Questions :
1. Pouvez-vous fixer comme le supposait la théorie néo-classique, avec précision le salaire auquel vous payez
individuellement vos salariés ? Dès lors en fonction de quels critères fixez-vous votre politique de
rémunération ?
Selon les néo-classiques, l’entreprise rémunère le salarié au niveau de sa productivité. Le problème est qu’il est
difficile de connaître avec précision le niveau de productivité de chacun. L’entreprise utilise alors d’autres critères : les
compétences du salarié qui proviennent notamment de la formation donné au sein de l’entreprise ; le fait que ces
compétences soient rares : le salarié est donc indispensable à l’entreprise
2. Votre voisin est aussi votre principal concurrent sur le marché de niche sur lequel vous êtes implanté. Il vient
d’augmenter les salaires de ses employés qui deviennent donc supérieurs aux salaires que vous offrez. Quelle
sera votre réaction :
- Vous maintenez les salaires au niveau actuel, en vous disant je serai plus compétitif car mon coût du travail
devenant plus faible je lui prendrai des parts de marché ?
- Vous augmentez le salaire dans la même proportion
- Vous offrez une augmentation de salaire plus importante que votre concurrent
Pour vous aider : penser à la politique salariale du five dollars day proposée par Ford à ses salariés
3. Expliquez les raisons de votre choix
Les salariés dont vous avez besoin ont des compétences spécifiques qu’ils ont acquises en partie dans l’entreprise
(l’investissement a donc été important). Comme le marché du travail est en plein emploi, pour retenir ces salariés il
faut leur augmenter le salaire

Etape 2 : Supposons que suite à un choc de demande négatif, le marché du travail se situe en sous-emploi ponctuel :
phase de récession provisoire
Questions :
1. Votre principal concurrent sur le marché de niche sur lequel vous êtes implanté va baisser les salaires de ses
employés. En effet la montée du chômage lui permet d’être en position de force face à ses salariés. Les
salaires de ses employés deviennent donc inférieurs aux salaires que vous offrez. Quelle sera votre réaction ?
- Vous diminuez le salaire plus rapidement que votre concurrent afin d’accroître votre compétitivité prix
- Vous baissez le salaire dans la même proportion afin de maintenir votre compétitivité prix
- Vous maintenez le salaire au même niveau
2. Expliquez les raisons de votre choix
Comme on a investi dans ces salariés, il faut les garder car le déséquilibre sur le marché du travail n’est que passager.
Le risque est la fuite des salariés si la baisse des salaires est trop forte

Etape 3 :
Hypothèses :
 Supposons que suite à un choc de demande négatif le marché du travail se situe en sous-emploi
ponctuellement : phase de récession de court terme.
 Supposons que vous avez choisi de maintenir le salaire au même niveau qu’avant l’entrée en récession. Le
salaire que vous offrez à vos employés est donc supérieur à celui de votre concurrent
Questions :
1. Un ou plusieurs de vos salariés adoptent le modèle du tire-au-flanc c’est-à-dire qu’ils en font le moins
possible et profitent de la rémunération relativement élevée que vous offrez à vos salariés. Quelle sera votre
décision suite à ce comportement que vous pouvez difficilement évaluer (une chance sur deux de trouver le
tire- au -flanc)
- Vous baissez le salaire au même rythme que votre concurrent du fait de l’asymétrie d’information
- Vous diminuez le salaire plus rapidement que votre concurrent pour gagner en compétitivité prix
- Vous maintenez le salaire au même niveau et vous licenciez le salarié que vous prenez en situation de tire-au-
flanc
2. Expliquez les raisons de votre choix
L’objectif est d’inciter les salariés à adopter un comportement productif. S’il n’est pas efficace, le risque est de perdre
un emploi bien rémunéré. Cette menace est suffisante pour accroître la productivité des salariés.

Etape 4 :
Hypothèses :
 le marché du travail se situe en sous-emploi durable: phase de récession qui dure plus d’un an et qui risque de
se transformer en dépression.
 Supposons que vous avez maintenu le salaire au même niveau ; le salaire que vous offrez est donc supérieur à
celui de votre concurrent.
Questions :
1. Quelle sera votre réaction ?
- Vous baissez le salaire au même niveau que votre concurrent
- Vous baissez le salaire en dessous de celui de votre concurrent
- Vous baissez le salaire mais le maintenez au- dessus de celui de votre concurrent
- Vous maintenez le salaire au même niveau
2. Expliquez les raisons de votre choix
Il devient difficile de maintenir un salaire élevé du fait de la baisse durable de l’activité. Mais il faut continuer à verser
des salaires plus élevés que ceux de ses concurrents pour attirer les individus les plus performants.

La théorie des contrats implicites


Hypothèses : on confronte les points de vue
 D’un patron d’une grande entreprise implantée sur un marché de biens durables dont la demande est
relativement prévisible.
 Et d’un représentant syndical de l’entreprise. Il sait que les salariés dont il est le représentant sont très attachés
à la stabilité du salaire parce qu’ils sont dits adverses au risque : ils sont très réticents à connaître d’amples
variations du salaire dans le court terme parce que le salaire est la principale source, voir l’unique source de
leurs revenus

Etape 1 : l’économie connaît une période de forte croissance économique, les perspectives à moyen terme sont plutôt
bonnes
Questions :
1. Expliquer pourquoi les salariés, en particulier ceux payés au salaire minimum, sont dits adverses au risque
- La principale source de revenu des salariés est leur salaire. Il est déterminant pour le niveau de vie
- C’est d’autant plus vrai pour ceux qui sont payés au salaire minimum ont un revenu déjà faible. S’il diminue,
ils auront encore plus de mal à subvenir à leurs besoins
2. Expliquer pourquoi les actionnaires et le chef d’entreprise sont beaucoup moins sensibles aux risques que
leurs salariés. Prenez en particulier en compte leurs caractéristiques individuelles et celles de l’entreprise
- Leurs sources de revenu sont plus nombreuses : revenu du travail et capital
- Comme l’économie est en expansion, l’entreprise va améliorer ses profits
-
3. Durant cette phase de croissance qu’elle va être selon vous le résultat des discussions salariales entre le chef
d’entreprise et le représentant syndical ?
- Le représentant syndical va exiger, puisque la croissance économique est bonne, de fortes augmentations de
salaires qui seront supérieures à celles obtenues dans les entreprises comparables
- Le représentant syndical va exiger, puisque la croissance économique est bonne, des augmentations de salaires
qui seront comparables à celles des entreprises présentant des caractéristiques similaires
- Le représentant syndical va accepter une augmentation de salaire qui sera inférieure à celle de la productivité
constatée dans l’entreprise
4. Justifiez votre réponse
C’est un contrat implicite : les salariés acceptent des hausses de salaire plus faibles pour conserver un salaire stable en
période de ralentissement économique

Etape 2 :
Hypothèse : suite à un choc de demande négatif, le marché du travail se situe en sous-emploi ponctuellement : phase
de récession provisoire
Questions :
1. Comme le chômage a augmenté, les gains de productivité sont plus réduits. Quel va être le résultat de la
négociation salariale entre le chef d’entreprise et le représentant syndical ?
- Le chef d’entreprises arrive à diminuer les salaires car les gains de productivité sont plus faibles et le
chômage plus élevé. Le représentant syndical est donc plus sensible aux arguments patronaux, il accepte la
baisse des salaires pour garantir l’emploi.
- Le chef d’entreprise va augmenter les salaires pour contribuer à une politique de relance d’orientation
keynésienne
- le chef d’entreprise stabilise les salaires car il a établi avec le représentant syndical un contrat d’assurance
implicite
2. Expliquez les raisons du choix du chef d’entreprise
C’est un accord implicite avec les syndicats de salariés. Cela ne lui occasionne pas de perte, car l’entreprise a
engrangé des surprofits pendant la période précédente
3. Pourquoi le chef d’entreprise qui bénéficie d’un contexte économique favorable à la baisse des salaires ne
remet pas en cause le contrat d’assurance implicite ? (Cette remise en cause lui permettrait pourtant de
diminuer les salaires)
Cela reviendrait à remettre en cause le climat de confiance entre entreprise et salariés. L’entreprise ne pourrait
donc plus proposer des salaires faibles en période de croissance

Etape 3 :
Hypothèses :
 le marché du travail se situe en sous-emploi durable : phase de récession qui dure plus d’un an et qui risque
de se transformer en dépression.
 le chef d’entreprise a maintenu le salaire au même niveau qu’avant la crise durant la récession ; mais
désormais puisque la crise s’installe dans la durée, cette stabilité des salaires met en danger la rentabilité de
l’entreprise
Questions :
1. Quelle sera votre réaction ?
- le chef d’entreprise augmente les salaires pour assurer une relance de type keynésienne
- le chef d’entreprise maintient le salaire au même niveau qu’avant la crise pour garder la confiance de ses
salariés
- le chef d’entreprise diminue les salaires pour préserver l’emploi
2. Expliquez les raisons de votre choix
Comme la crise s’installe dans la durée, il a déjà assuré aux salariés un maintien des salariés qu’il ne peut plus mettre
en œuvre sous peine de licencier. Il va baisser les salaires, et les salariés ne feront pas grève, car ils savent ce c’est
pour de bonnes raisons : la relation de confiance n’est pas rompue

La théorie insiders-outsiders
Hypothèses : on confronte les points de vue
 D’un patron d’une grande entreprise implantée sur un marché de biens durables dont la demande est
relativement prévisible. Elle suit l’augmentation de la demande globale. La production nécessite d’embaucher
des salariés qualifiés et de les former afin d’augmenter leur capital humain pour résister à la concurrence
 Et d’un représentant syndical de l’entreprise. Il sait que les salariés dont il est le représentant sont très
fortement syndiqués, que le taux de rotation de la main-d’œuvre est relativement faible et que le collectif de
travail est soudé

Etape 1 : l’économie connaît une période de forte croissance économique, les perspectives à moyen terme sont plutôt
optimistes
Questions :
1. Durant cette phase de croissance quel va être le résultat des discussions salariales entre le chef d’entreprise et
le représentant syndical ?
- Le représentant syndical va exiger, puisque la croissance économique est bonne, de fortes augmentations de
salaires supérieures à celles obtenues dans l’économie
- le représentant syndical va exiger, puisque la croissance économique est bonne, des augmentations de salaires
comparables à celles des entreprises présentant des caractéristiques similaires
- le représentant syndical va accepter une augmentation de salaire inférieure à celle de la productivité constatée
dans l’entreprise
2. Justifiez votre réponse

Etape 2 : suite à un choc de demande négatif, le marché du travail se situe en sous -emploi ponctuellement : phase de
récession provisoire
Questions :
1. le chômage ayant augmenté, les gains de productivité sont plus réduits. Quel va être le résultat de la
négociation salariale entre le chef d’entreprise et le représentant syndical ?
- Le chef d’entreprise propose aux syndicats de diminuer les salaires. Pour que cela soit possible, il menace
d’opérer des licenciements et de remplacer les salariés licenciés par de nouveaux embauchés qui seraient
moins payés
- le chef d’entreprise augmente les salaires afin de contribuer à une relance keynésienne
- le chef d’entreprise maintient les salaires car il craint que les salariés les plus qualifiés ne démissionnent. Dès
lors il perdrait ses coûteux investissements en capital humain. De plus, les insiders boycotteraient les
outsiders.
2. Expliquez les raisons de votre choix

Grille d’autoévaluation

Critères de réussite A ECA NA


Maitrise des savoir - Rigidités du marché du travail endogène
faire
- Théorie des contrats implicites
- Théorie du salaire d’efficience
- Théorie insiders/outsiders