Vous êtes sur la page 1sur 4

Terminale S Turquoise – Mr VILLEGAS 20/02/2013

Devoir surveillé de physique chimie n°5 (3h30)


Calculatrice autorisée

EXERCICE 1 : Satellites terrestres et troisième loi de Newton (8,5 points)

PROBLÉMATIQUE : La troisième loi de Kepler énoncée dans le cas des planètes peut-elle être vérifiée dans le cas
de satellites en orbite circulaire autour de la Terre ?
Pour répondre à cette question nous allons étudier les caractéristiques du mouvement de satellites artificiels en
orbite circulaire autour de la Terre.

Doc 1. Mouvement du satellite Giove-A autour de la Terre


Connaître sa position exacte dans l'espace et dans le temps, autant d'informations qu'il sera nécessaire d'obtenir de plus en
plus fréquemment avec une grande fiabilité. Dans quelques années, ce sera possible avec le système de radionavigation par
satellite GALILEO, initiative lancée par l'Union européenne et l'Agence spatiale européenne (ESA). Ce système mondial
assurera une complémentarité avec le système actuel GPS (Global Positioning System).
GALILEO repose sur une constellation de trente satellites et des stations terrestres permettant de fournir des
informations concernant leur positionnement à des usagers de nombreux secteurs (transport, services sociaux, justice, etc.).
Le premier satellite du programme, Giove- A, a été lancé le 28 décembre 2005.
D’après le site http://www.cnes.fr/

Données
-11 3 -1 -2
• Constante de gravitation: G = 6,67 X 10 m ·kg .s .
• La Terre est supposée sphérique et homogène. On appelle O son centre, sa masse MT= 5,98.1024 kg et son rayon
RT = 6,38 .103 km.
• Le satellite Giove-A est assimilé à un point matériel G de masse m sat = 700 kg. Il est supposé soumis à la seule
interaction gravitationnelle due à la Terre, et il décrit de façon uniforme un cercle de centre 0, à l'altitude
h = 23,6 x 103 km.

1) a. Sans souci d'échelle, faire un schéma représentant la Terre, le satellite sur sa trajectoire et la force
exercée par la Terre sur le satellite. Dans quel référentiel le mouvement du satellite est-il décrit?
b. En utilisant les notations des données, donner l'expression vectorielle de cette force.
On notera ⃗ le vecteur unitaire dirigé de G vers O.
c. En appliquant la seconde loi de Newton au satellite, déterminer l'expression du vecteur-accélération du
point G.
d. Montrer alors que le mouvement de Giove-A est uniforme et montrer que la valeur v de la vitesse du satellite
est telle que: avec R = RT+ h.
e. Déterminer l'expression de la période de révolution T du satellite Giove-A en fonction de G, MT et R. Calculer
sa valeur.

Doc 2. Comparaison avec d'autres satellites terrestres


Il existe actuellement deux systèmes de positionnement par satellites: le système américain GPS et le système
russe GLONASS. Le tableau suivant, rassemble les périodes de révolution T et les rayons R des trajectoires des
satellites correspondants, ainsi que les données relatives aux satellites de type Météosat.

Satellite R(km) T(s) R3(km3) T²(s²)

GPS 20,2.103 2,88.104 8,24.1012 8,29.108

GLONASS 25,5.103 4,02.104 1,66.1013 1,62.109


GALILEO

METEOSAT 42,1.103 8,58.104 7,46.1013 7,36.109

Ces données permettent de tracer la courbe T² en fonction de R 3.

2) a. Donner les valeurs qui permettent de compléter la ligne du tableau relative au satellite Giove-A
(GALILEO) et tracer la courbe T² en fonction R3.
b. Montrer que le résultat de la question 1. e est conforme au tracé obtenu.
c. Répondre à la question posée en début d'exercice.

Page 1 sur 4
Terminale S Turquoise – Mr VILLEGAS 20/02/2013
Devoir surveillé de physique chimie n°5 (3h30)
Calculatrice autorisée

EXERCICE 2 : ETUDE ENERGETIQUE D’UN PENDULE PESANT (6,5 points)

On étudie un pendule pesant constitué d'une masse m, attachée à l'une des extrémités d'un fil inextensible, de
masse négligeable et de longueur L dans le référentiel terrestre considéré comme galiléen. L'autre extrémité
du fil est attachée en un point fixe A. Écarté de sa position d'équilibre Go, le pendule oscille sans frottements
avec une amplitude m.
Une position quelconque G est repérée par , abscisse angulaire mesurée à partir de la position d'équilibre.
On prendra l'origine des énergies potentielles de pesanteur en Go, origine de l'axe des z. On prend un axe
horizontal x d’origine G0.
Données: L = 41 cm; m = 236 g ; g = 9,8 m.s-2.

Un premier élève lâche le pendule sans vitesse initiale à la position initiale G 1, correspondant à une abscisse
angulaire 1 = 0,32 rad. On notera v la vitesse du pendule en G.
1. Donner l'expression de l'énergie cinétique de la masse en G.
2. Montrer que l'énergie potentielle de pesanteur en G peut se mettre sous la forme :
Epp = m.g.L.(1 – cos )
3. Donner l'expression de l'énergie mécanique en fonction de m, g, L, v et .
4. Exprimer la valeur de la vitesse v0 au passage par la position d'équilibre en fonction de g, L et 1.
Calculer sa valeur.
5. Un deuxième élève lâche ensuite le pendule sans vitesse initiale à la position initiale G2.
En justifiant votre choix, attribuer l'énergie correspondant à chaque type de courbe ci-après.

6. Expliquer brièvement ce qui se passe du point de vue énergétique lors d’une oscillation.
7. Calculer la valeur de l'abscisse angulaire initiale du pendule.
En réalité, au cours du temps, on constate que les oscillations sont légèrement amorties.
8. Quelle est l'origine de cet amortissement ?
9. Que devient l'énergie perdue ?

Page 2 sur 4
Terminale S Turquoise – Mr VILLEGAS 20/02/2013
Devoir surveillé de physique chimie n°5 (3h30)
Calculatrice autorisée

Exercice 3 : Le cyclotron (5 points) (ne concerne pas les élèves qui ont choisi la
spécialité)

1. Accélération d'une particule par un champ électrique

Une particule de masse m et de charge q positive pénètre dans


une zone de champ électrique uniforme ⃗ avec une vitesse initiale
⃗ colinéaire et de même sens que le champ électrique. On note Ox
l'axe qui est dans la direction du champ électrique, orienté dans le
même sens. La particule arrive en A et ressort du champ en S. On
supposera que seule la force électrique agit sur la particule.

1.1. Exprimer littéralement le travail de la force électrique entre A et S.


1.2. La force électrique est-elle conservative? En déduire l'expression de la variation d'énergie potentielle de
la particule entre A et S et son signe.
1.3. Comment varie l'énergie mécanique de la particule entre A et S ? Justifier.
1.4. En déduire l'expression de la variation d'énergie cinétique de la particule entre A et S en fonction de q, E
et xs. Comment varie la vitesse de la particule?

2. Equation du mouvement de la particule

2.1. Déterminer les équations horaires du mouvement de la particule entre A et S. Quelle est la nature du
mouvement ?
2.2. Comment varie la vitesse de la particule ? Ce résultat est-il cohérent avec celui du 1.4. ?

3. Particule dans le cyclotron

Le principe du cyclotron est décrit dans les documents en fin d'exercice. Les points de la trajectoire sont
indiqués sur la figure 1.c.
3.1. Vérifier que les indications du texte concernant la variation de l'énergie cinétique de la particule lors d'un
passage dans la zone de champ électrique sont cohérentes avec le résultat du 1.4.
3.2. D'après le document 3, que vaut le travail de la force magnétique? Le passage dans la zone de champ
magnétique modifie-t-il la valeur de la vitesse de la particule? Quel est l'effet du champ magnétique sur la
particule? Quelle est la nature du mouvement dans le dé.

Annexes

Document 1. Principe du
cyclotron (d'après le site de
l'université du Mans)

Le cyclotron est un accélérateur circulaire de particules inventé par Lawrence en 1931. Dans une
enceinte où règne un vide poussé, on place deux cavités métalliques en forme de demi-cylindres (en
raison de leur forme on les appelle des dés) séparées par un petit intervalle. Un champ magnétique
uniforme est appliqué dans les dés, perpendiculairement au plan du dispositif. Un canon permet d'injecter

Page 3 sur 4
Terminale S Turquoise – Mr VILLEGAS 20/02/2013
Devoir surveillé de physique chimie n°5 (3h30)
Calculatrice autorisée

au voisinage du centre (en Mo) du dispositif des ions de charge q et de masse m (en général des
protons). Une tension U est appliquée entre les dés, de façon à générer un champ électrique uniforme,
toujours dans le même sens que la vitesse d'arrivée de la particule (la tension change de sens après
chaque demi-cercle de la particule dans un dé). À chaque passage dans ce champ électrique, la particule
est donc accélérée et son énergie cinétique augmente de q. U. Les ions sont accélérés deux fois par tour.
À chaque demi-tour, le rayon de rotation augmente et la particule décrit finalement une sorte de spirale.
Après un grand nombre de tours, la particule arrive dans une zone où le champ magnétique est nul. La
particule sort alors du cyclotron. Les successeurs du cyclotron, le synchrocyclotron et le synchrotron
permettent de prendre en compte les effets relativistes des particules lorsqu'elles atteignent des énergies
qui dépassent le cadre classique.

Document 2. Valeurs numériques dans les accélérateurs de type cyclotron


et
dérivés (applications médicales)

Particule (proton) q = 1,6.10-19 C ; m = 1,67.10-27 kg


Champ magnétique B=1T
Champ électrique* et distance entre les dés U = E.d = 1 kV
Accélération de la pesanteur g= 9,8 m.s-1
Énergie finale de sortie des protons de l'ordre de 1 à 30 MeV

* On donne plutôt la tension électrique U = E.d qui génère le champ.


On rappelle que l'électron-volt (eV) est l'énergie d'un électron accéléré par
une tension de
1 V, soit 1 eV = 1,6.10-19 J.

Document 3. Effet de la force magnétique sur une particule chargée

Une particule chargée dans un champ magnétique subit une force, la force magnétique. Quelle que soit
la direction du mouvement de la particule, cette force est orthogonale à tout instant à la fois au champ
magnétique et au vecteur vitesse, son travail est donc nul. Soumise à cette seule force (le poids est
négligeable devant la force magnétique), la particule a donc une énergie cinétique constante et le
module de la vitesse demeure constant. Un champ magnétique ne peut pas modifier la valeur de la
vitesse de la particule, il ne peut que la dévier.
On montre que si la vitesse initiale de valeur Vo est orthogonale au champ, alors le mouvement est
circulaire dans le plan perpendiculaire au champ. Le rayon du cercle est :
𝑚.𝑉𝑜
Ro = 𝑞.𝐵

Page 4 sur 4

Vous aimerez peut-être aussi