Vous êtes sur la page 1sur 5

Escaliers

1. Définition

L’escalier est une construction architecturale constituée d'une suite régulière de marches
permettant de passer d'un niveau à un autre. Les escaliers se différencient, non seulement, par la
nature de leurs matériaux, mais aussi par leurs géométries et par leurs modes de fixation et de
fonctionnement.

2. Classification

a) D’après l’emplacement :
 Escalier intérieur.
 Escalier extérieur.

b) D’après la conception :

 Escalier en béton armé ou béton (Figure 1a).


 Escalier métallique (Figure 1b).
 Escalier en bois (Figure 1c).

a b c
Fig.1. Types d’escaliers (d’après les matériaux utilisés).

c) D’après la forme géométrique :


 Escaliers droits.
 Escaliers tournants.
 Escaliers à quartiers tournants.

d) D’après la réalisation

 Escalier traditionnel (coulé sur place).


 Escalier préfabriqué (monobloc).

d) D’après la destination
 Escalier à usage privé.
 Escalier à usage public.

1
Escaliers

Fig.2. Extrait des types d’escaliers (d’après la forme géométrique).

3. Termes techniques

Marche : Paroi horizontale d’un gradin (25 à 30 cm).


Contre marche : Paroi verticale d’un gradin (15 à 18 cm).
Giron : Distance horizontale comprise entre deux contres marches (entre deux nez).
Emmarchement : Largeur utile d’un escalier.
Nez de marche : Partie de la marche en saillie sur le nu de la contremarche.
Ligne de foulée : Projection en plan du trajet suivi par l’utilisateur.
Palier : Dalle horizontale située à l’extrémité d’une volée.
Volée : Ensemble marches et contre marches, paillasse comprise entre deux paliers.

2
Escaliers

Paillasse : Dalle porteuse inclinée.


Cage d’escalier: Volume de logement de l’escalier.
Mur déchiffre : Mur qui borde l’escalier et qui lui sert d’appuis.
Échappée de tête : Hauteur libre de passage.
Trémie : Ouverture dans un plancher permettant le passage d’un escalier.
Le jour : Largeur en plan du vide entre deux volées.
Garde-corps : Dispositif plein ou ajouré de protection contre les chutes.
Mains courantes : Elément continu situé à hauteur d’appui en couronnement d’une rampe d’un
garde-corps, ou située le long d’un mur ou d’une cloison.

Fig.3. Eléments d’un escalier.

Fig.4. Garde-corps et mains courantes.

4 Dimensionnement

4.1. Marche et contre marche

Le rapport entre la hauteur et le giron (la foulée) à une grande importance. Plus l’escalier est
raide, plus il est fatiguant à monter, mais, il prend moins de place en se développant dans
l’espace : Se sont deux considération contradictoires qu’il faut peser soigneusement.

3
Escaliers

Pour que l’escalier soit utilisable, les girons et les hauteurs doivent se répéter avec un
rythme accordé sur le pas d’un homme moyen (63cm).

 Formule de RONDELET

2hauteurs +1 giron=63cm (Par extension 60-65 cm).

Donc : 2h+G=63 cm.

Par exemple : 18/27 : Bon. 17/29 : Excellent. 20/25 : Mauvais.

Confort

Le nombre de marches
Plus de marches = des marches moins hautes un reculement plus grand = un giron plus grand

Fig.5. Confort d’un escalier.

4.2. L’échappée de tête

- Echappée minimale = 200 cm (L’intérieur d’un logement).

- Echappée normale = 220 cm (Entrées et cages d’immeubles).

- Echappée exceptionnelle (Pour cave, etc.…) = 185 cm.

5. Critères de choix d’un escalier

 Résistance mécanique.
 Sécurité.
 Le confort.
 La fluidité de la circulation
 Espace (forme et dimensions de la cage).

4
Escaliers

 Résistance au feu.
 Destination (privé ou public …).
 Aspect esthétique.
 Le prix.

6. Charges d’exploitation

 Bâtiment à usage d’habitation ……………………. 250 Kg /m2


 Bâtiment scolaire et universitaire ………………. 400 Kg/m2