Vous êtes sur la page 1sur 2

MFL07 Conduite forcée

Centrale/Mines

Une conduite gravitaire amène l’eau (fluide parfait incompressible, de masse volumique ρ) d’un barrage vers une turbine
(que l’on n’étudiera pas). L’écoulement est supposé stationnaire.
La conduite est cylindrique, de diamètre D = 30 cm constant, se termine horizontalement, son axe étant situé à H = 160 m
au dessous de la surface de l’eau dans le barrage (contenant un très grand volume d’eau).
Le départ de la conduite est à H0 = 20 m au-dessous de la surface libre de l’eau, dont le niveau reste constant.

H0

A B
+ +

Pour commencer, on suppose qu’il n’y a pas l’injecteur entre A et B. La sortie de la conduite est alors en A.

(1) En utilisant le théorème de Bernoulli entre la surface et A, calculer la vitesse de l’eau à la sortie A de la conduite en
l’absence d’injecteur. Commentaires.

(2) Que peut-on dire du champ de vitesse dans la conduite ? En déduire la loi de pression P(z) dans la conduite.

(3) La cavitation (phénomène d’ébullition de l’eau sous faible pression) apparaît pour des pressions faibles devant la pression
atmosphérique. Montrer qu’il y a forcément cavitation dans une région de la conduite à déterminer.

On tient compte de la présence de l’injecteur, dont le diamètre de sortie est d < D et dont l’axe est horizontal.

(4) La vitesse d’éjection en B est-elle différente de celle que l’on avait en A précédemment ? Et la vitesse dans le reste de la
conduite ? Déterminer le diamètre d0 tel que la cavitation s’arrête pour un diamètre d < d0 .

(5) Pour d = 15 cm, calculer la vitesse de l’eau à la sortie B de l’injecteur et le débit volumique. En déduire la puissance
cinétique du jet et montrer qu’elle s’exprime comme le produit de la pression cinétique par le débit volumique.

1
PSI* Colles

INDICATIONS

(1) Utiliser Bernouilli entre la surface et la sortie.

(2) Faire la même chose entre la sortie et un point de cote z.

(4) La vitesse en B est identique (Bernouilli). Celle en A est plus faible (conservation du débit volumique dans l’injecteur).
Trouver le champ de pression en appliquant Bernouilli entre la sortie et un point de cote z.

PISTES DE CORRECTION

(1) On peut appliquer le théorème de Bernouilli (fluide parfait en écoulement permanent et incompressible). En prenant
une ligne de courant allant de la surface du barrage (vitesse nulle) et l’extrémité A de la conduite. Les deux extrémités
sont à la pression atmosphérique. En notant z = 0 au niveau du point A :
P0 v 2A P0
⇔ v A = 2g H = 204 km.h−1 . (odg vitesse TGV).
p
On a 0 + g H + = +0+
ρ 2 ρ
(2) On a conservation du débit volumique et la section est constante. De plus, le fluide est parfait, donc il n’y a pas de
champ de vitesse latéral dans la conduite. La vitesse est donc uniforme (la même en tout point M) v M = v A tout le long
du conduit.
Partons d’un point M de cote z jusqu’au point A et appliquons Bernouilli :
v 2M v 2A P0
+ gz + P(z) = +0+ ⇔ P(z) = P0 − ρ gz
2 2 ρ

P0
(3) S’il y a cavitation : P(z) ≈ 0. Cela est possible pour z = z crit = = 10 m
ρg
La cavitation a lieu dans la partie de la conduite dont l’altitude est supérieure à 10m.

(4) Le théorème utilisé à la question (1) appliqué de la surface du barrage jusqu’au point B est inchangé : v B =
p
2g H
0
La vitesse en A, toujours identique à celle dans toute la conduite en amont, a changé. On la note v A .
Le débit volumique reste constant (conservation de la masse, écoulement incompressible et stationnaire). Entre A et B
πD2 0 πd 2 d2 p
: vA= v B soit v 0 A = 2 2g H
4 4 D
La vitesse étant moins élevée dans la conduite, la pression y baissera moins vite : on pourra ne pas avoir de cavitation.
Le champ de pression P 0 (z) se trouve comme précédemment entre le point B et un point M situé à la côte z :
v 02A v 2B P0 d4
+ gz + P 0 (z) = +0+ ⇔ P 0 (z) = P0 − ρ gz + ρ g H − ρ g H 4
2 2 ρ D
d4
La pression minimale est obtenue en z = H − H0 : P min = P0 + ρ g H0 − ρ g H 4 . On veut cette pression positive, ce qui
D
P0 + ρ g H0 1/4
 ‹
nécessite d < d0 = D = 19,7 cm
ρgH
πd 2
(5) On trouve v B = 204 km.h−1 . v 0 A = 50,8 km.h−1 . Débit volumique Q = v B = 1,0 m3 .s−1
4
1
L’énergie cinétique d’un bout de masse ρdV éjecté pendant dt est dE c = ρdV v 2B .
2
dE C 1
La puissance cinétique est P C = = ρQv 2B .
dt 2
1
C’est le produit d’une pression cinétique ρv 2B = 16 bar par un débit Q.
2
La puissance cinétique est P C = 1,6 MW.

QUESTIONS D’OUVERTURE/DE COURS

• Rappeler les conditions nécessaires pour utiliser le théorème de Bernouilli.

2/2